Partagez | 
 

 Champ de Trèfle [Flashback avec Big Gete Star]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Derk
Namek
Masculin Age : 29
Date d'inscription : 07/06/2013
Nombre de messages : 97
Bon ou mauvais ? : Neutre
Zénies : 370

MessageSujet: Champ de Trèfle [Flashback avec Big Gete Star]   Mer 12 Juin 2013 - 4:50
Plusieurs navettes atterrissent sur l'interminable sol de métal de Clover. Les militaires se déploient dans des ordres de formations étouffés par le turbines des appareils. Tous sont en formation quand les officiers foulent le sol de la planète. Ce n'est pas une invasion, c'est une visite de contrôle, ainsi qu'un important ravitaillement en eau, nourriture et oxygène. L'atmosphère est bien présente sur la planète. A une époque, elle était même semblable aux système viables comme sur Terre. Mais la planète productrice de fleurs et céréales s'est industrialisée. les cloveriens, ou trèflois, comme on les appelle aussi, ont manifesté un désire d'extension via l'exploitation de technologies. Il faut dire que ces êtres humanoïdes à peau grise et yeux rosés sont des cerveaux. La force de leur race ne s'est pas bâtie que leurs prouesses au combat mais sur leurs machines suffisamment fortes pour l'éviter. Les armes et système de défense en tête. Clover possède son propre champ énergétique recouvrant la totalité de la planète. Ce bouclier conçu pour repousser tout vaisseau étranger n'est qu'un échantillon des atouts de ce globe. Les canons et équipement de vie commune fonctionnent au gaz carbonique, ce qui fait que plus ils en produisent, plus les habitants ont de ressources à exploiter. C'est pourquoi aujourd'hui l'atmosphère est suffocante. on dit que sans les masques anti-gaz, il suffirait d'une journée pour attraper le complications respiratoires, jusqu'au cancer des sinus, des poumons ou de la gorge. Est-ce que cet état chagrine les cloveriens ? Pas le moins du monde. ils sont fiers de leurs productions et habitués à vivre dehors avec un masque. Bien sûr les maisons sont parfaitement hermétiques, sans fenêtres (il n'y a rien à voir sinon le fog et les industries) et pourvues d'oxygène. Une algue génétiquement modifiée en fournit dans les bassines des immeubles pour permettre aux citoyens de vivre sans leur masque à l'intérieur. Certains mélancoliques de l'ancienne époque ont même des plantes en plastique chez eux, mais c'est la même mélancolie qui nous fait parfois regretter les temps médiévaux. Penser à l'hypocras et aux belles armures de chevaliers ne nous donne pas pour autant envie de revivre l'analphabétisation, les dents qui pourrissent à 20 ans et l'inquisition.

Voilà pourquoi l'oxygène et voilà pourquoi un aussi grand parking. Plusieurs divisions de l'armée de Freezer fournissent les denrées alimentaires l'air qui manque malgré les algues. Freezer sait que les cloveriens sont dangereux et qu'ils pourraient un jour avoir en tête de se rebeller contre lui. C'est pourquoi toute production de denrées alimentaires locale est passible de mort. Les laboratoires clandestins existent bien entendu, mais ils sont insuffisants pour nourrir la population et quand on en trouve trop dans une ville, l'armée du Tyran l'éradique pour incompétence. Une action de plus en plus rare, d'autant que la planète reçoit d'importantes subventions pour ses recherches. Une indépendance de leur planète conduirait à un boycott des autres colonies de la famille Cold. Puisque la coopération permet de prospérer, autant collaborer.

Trois haut-gradés sont présents dans la 407ème division. Les lieutenants Fahl et Derk, respectivement reconnus pour leurs qualités en tant qu'artilleur et médecin, ainsi que le Commandant Slamjikotsubungawietschk, connu lui pour sa stratégie et son nom que chaque militaire doit étudier pour ne pas l'écorcher au moment de le nommer. Le trio se fait inviter dans les quartiers mis à leur disposition. On les laisse entre eux un instant le temps de faire le comptage des arrivages et d'apporter les papiers à signer.

«Ah fichue planète, j'étouffe presque autant en me sachant enfermé dans ce bâtiment qu'en songeant à sortir sans mon masque, critique Fahl en se décapsulant une canette de soda provenant de la machine mise à leur disposition.
- Nous ne restons pas longtemps. il leur faudra moins d'une heure pour tout répertorier et nous apporter les formulaires. Cela dit moi non plus je ne me sens pas à l'aise ici. J'ai du mal à identifier l'utilité de la moitié des objets qui nous entourent, observe Derk, rodé à une vie sauvage dans la nature. Le Commandant rigole doucement sans se moquer à cette remarque et allume la télé en s'affalant dans le divan.
- Moi j'aime bien c'te planète. Les ballades au bord du lac avec bobonne et essayer de trouver une forme dans les nuages c'est pas mon truc. ici les technos ne coûtent pas cher et tout ce que tu penses de plus loufoque et inutile comme gadget, ils le fournissent. Ca me change de ma planète natale où il n'y avait qu'une télévision par quartier.»

Le Commandant vient d'une planète très pauvre où il fallait jouer des poings pour se faire une place. Sa distinction est venue du fait qu'il pouvait aussi employer la tête, même s'il n'en n'avait pas l'air. Derk se sélectionne au distributeur une eau dont la publicité sur la boîte était très colorée et dynamique. Il se dit que ça doit être bon vu que l'homme sur le dessin semble très heureux d'en boire.

«Il faut quelque chose à quelqu'un ?
- Sers donc une Wild One à ton pauvre Commandant prisonnier de ce canapé.
- J'ai déjà pris, merci.»

Derk tend la canette désirée à son supérieur sans aucune déférence. En période de repos, ils laissent volontiers tombe rle protocole. Alors que l'avachi téléphile teste si toutes les chaînes fonctionnent, le namek dégoupille son eau et la boit. Ses yeux s'écarquillent et il se met à tousser en pleurant. Fahl et Slamjikotsubungawietschk Se détournent de l'écran pour le regarder s'étouffer dans une toux digne de ceux qui avalent de travers.

«-Eh bien quoi ? Il y a de l'alcool dans ton eau le namek ?
- Non kof! kof! ça pique, accuse le Lieutenant mal en point en essayant de se reprendre.
- Ca pique ?
- Il y a un truc qui chatouille, ça fait pleurer.
- C'est une eau minérale Derk, c'est pétillant c'est normal.
- C'est très mauvais kof! kof!»

Fahl en profite pour narguer l'homme vert en reprenant de grandes gorgées de son soda ultra pétillant pendant que son collègue s'essuie les yeux en reposant son instrument de torture.

«Lieutenant Derk si tu veux t'étouffer fais ça aux toilettes veux-tu ? J'aimerais écouter les informations.»

Le namek obtempère en se reprenant malgré quelques nouveaux signe de désagrément et le silence s'instaure entre les trois militaires qui écoutent bientôt tous le bulletin spécial. On annonce qu'un gros météorite de métal va s'écraser sur Clover dans les minutes qui viennent, mais que le bouclier le repoussera comme il l'avait fait avec le champ d'astéroïdes d'il y a quatre ans. Une reproduction en images de synthèses est faire du projectile spatial. C'est gros et ressemble vaguement à un globe avec plein de débris en forme de gros câbles derrière. On dit que si le bouclier empêchera toute secousse sur la terre ferme, le bruit de la collision devrait s'entendre sur une partie de la planète et que les citoyens se rassurent, ce sera sans danger pour la tolérance auditive.

«Meuah, et moi qui n'aime pas deviner la forme des nuages, voilà qu'on nous montre une météorite qui ressemble à un calamar.»


Dernière édition par Derk le Jeu 13 Juin 2013 - 7:56, édité 2 fois
Big Gete Star
Cyborg
Masculin Age : 22
Date d'inscription : 26/06/2011
Nombre de messages : 29

Techniques
Techniques illimitées : Création de Clones, Construction, Attaque Énergétique
Techniques 3/combat : Protection énergétique, Attaque Énergétique (puissante)
Techniques 1/combat : Hit the Light

MessageSujet: Re: Champ de Trèfle [Flashback avec Big Gete Star]   Mer 12 Juin 2013 - 11:50
L'espace. Vide de vie, sauf pour certaines races capable de survivre plus ou moins longtemps à l'interrieur de ce monde où le zéro absolu y est le Roi et où l'air ne circule pas. Cet immense étendu opaque regorgeant d'endroit merveilleux et terribles à la fois où notre imagination n'est pas capable de nous faire penser à tout ses peuples et tout ses mondes fantastique.
Le Noir profond, on ne voyais rien d'autre que les ténèbres avec au loin, à plusieurs centaines d'années lumières quelques soleils de toutes les couleurs, qui brillent et qui font penser à de petites lucioles immobiles sur ce panorama terrifiant. Des mondes où seuls les corsaires de l'espaces, quelques explorateurs ou conquérents ont eu la chances de découvrir; des savoirs, des cultures inconnus à nos yeux et aux yeux de tous. Des natures magnifiques proches de l'El Dorado pour nous les hommes. Tout ses mondes grouillant par millier tel des fourmis brillantes parraissent toutefois si petits, minuscules au bout de l'infini.
L'un de ses mondes qui autrefois respirais le bonheur et la vie, aujourd'hui n'est plus que polution et industrialisation. Quel comble pour ce monde regorgeant d'attout naturel et dont la dominance est agricole. Ce monde semblais cependant paisible et s'était habitué à l'air irrespirable depuis plusieurs années. Pour rien au monde ils ne changerais leurs habitudes qui étaient encrés dans leur moeurs. Tout semblait calme et paisible. Même l'arrivé de cet astéroïde de métal ne semblaient pas inquiéter ce petit monde. La technologie de ce monde était assès élevée pour repousser ladite collision.

La pieuvre de métal traversais le vide à vitesse ahurissante, elle cherchait à se nourrir de toutes formes de vie et d'énergie pour satisfaire son apétit plus que Gargantuesque. Seule sa survie lui importait. Qui aurait put immaginer qu'une si petite puce de métal aurais put arriver à une telle taille ? Qui aurais pus s'immaginer qu'un tel instrument puisse exister ? Personne. Non, personne, pas même les habittant de cette Planète qui allais subir le même sort que toutes les autres.
D'ailleurs cela faisait seulement quelques jours que les scientifiques l'avaient apperçut dans leurs radar la présence de ce qu'il pensait-être un astéroïde alors que ce dernier les avaient en vue depuis bien plus longtemps; elle était sur sa liste et ça depuis au moins trois absorption. La trajectoire qui semblait anarchique et régit par l'attraction des mondes était loin de l'être, même si au commencement ce fût le cas. Son évolution l'avais permise d'être capable de régir ses mouvements dans l'espace. Tel le calamar géant qui nage dans une étendue saline, le Grand Guedestère nage dans l'océan du vide.

La colision était proche, cela ne semblait inquiéter personne et c'était tant mieux. Des robots par centaines de milliers étaient en construction, et autant si ce n'était plus attendaient bien sagement sans sentiments dans leurs boites. Ils attendaient l'ordre de leur maître. Ses robots tout aussi froid que le métal qui recouvraient leur corps accomplissaient leur tâche sans dire un mot. De la simple chaire à cannon bombardé sur les mondes pour le plaisir d'un seul être. Des sacrifices indispensables n'est-ce pas?
Alors que le peuple s'attendais à un choc titanesque, la pieuvre de métal s'arrêta net. La masse de la créature était contrôlé pour tourner en orbite autours de la Planète aux trèfles qui ressentirais quelques boulverssement climatique et d'autres phénomènes physiques innexplicable à ce moment. De toute façon peut-être qu'elle n'aurais pas à les expliquer...
En effet, de grandes tentacules se jetèrent dans le vide pour entrer en collision avec le sol Tréflois. Toutefois ses tentacules furent repoussés par un bouclier géant qui semblait entourer la Planète afin de la protéger. Peut importe pour la créature puisqu'elle serais capable en quelques instant de changer de tactique. En attendant pour ne pas rester inactive, chacune des tentacules envoya quelques vagues énergétique de puissante normale pour bombarder la paroie et tenter de l'affaiblir. Les milliers de tentacules métalliques alors se mirent à l'attaque à l'unisson.
Les chocs produits aurais bien raison du bouclier, le but étant de produire une surchauffe assès importante pour créer des failles et envoyer de bonnes poignées de robots afin de stopper l'action du bouclier pour de bon.
Bien sûr il y avais une alternative à ce plan, Le Grand Guedestère avais prévue en cas d'echec de ses forces armées, il était en train de préparer une attaque via les réseaux de la Planète, un piratage des systemes de communication pour stopper directement les reseaux et envoyer la sauce non pas pour donner plus de goût à la Planète, mais pour pouvoir mieux la manger. Avec de la sauce, ça passe mieux, c'est moins sec.
Après l'arrêt du systeme de défense, le vrai spectacle pourrait débuter. Toutes les surprises étaient dans le sac.
Le bombardement ne cessais de s'oppérer, et bien sûr les robots étaient prêt à être lancés... Comment allaient réagir les autorités autochtones ? Avaient-elles eut le temps de s'y préparer ?..
Derk
Namek
Masculin Age : 29
Date d'inscription : 07/06/2013
Nombre de messages : 97
Bon ou mauvais ? : Neutre
Zénies : 370

MessageSujet: Re: Champ de Trèfle [Flashback avec Big Gete Star]   Jeu 13 Juin 2013 - 9:23
«Deux de pique ?
- Rhaaaaa encore gagné. Commandant tu ne devrais pas lire dans les pensées, c'est de la triche.
- Hé hé, de quoi tu te plains ? Derk arrive à penser à une autre carte pour me duper lui. Enfin, parfois.
- Oui mais lui c'est un pro de la méditation, ne rien penser c'est facile pour lui.
- En fait je pense à quelque chose Fahl. je pense à une autre carte juste avant de lire celle que je retourne. Ou j'en détourne juste la couleur.
- Mmh, mais vous m'aviez dit que c'était un jeu de hasard. Je vous dois déjà dix-huit dumbies.
- Seulement deux à Derk, mais effectivement t'as pas de bol Ouah ha ha ha ha !»

Le sniper fait la moue en cherchant un tube dans sa poche. Il le pose sur la table avant de la quitter en signalant que le jeu était fini pour lui. Slamjikotsubungawietschk le nargue en le traitant de mauvais perdant et empoche ses gains. Les minutes qui suivent s'emploient à tuer le temps d'une autre manière. Les Lieutenants s'occupent à méditer ou réviser leurs armes pendant que le chef somnole dans le canapé. L'utilisation de ses pouvoirs le fatiguent toujours.

«Quelqu'un arrive » déclare Derk en décroisant les bras. Quand la porte s'ouvre, non sans frapper, l'employé trèflois fait face aux trois gradés debout, droits et sévères. Les cartes et canettes vides ont disparu et les chaises ont été remises à leur place.

«Oh ? Eh bien vous pouviez vous asseoir si vous le désiriez messieurs.
- Merci de votre sollicitude, mais mes hommes n'ont pas besoin de se reposer. Avez-vous déjà compté les marchandises ? Vous avez fait vite.
- C'est grâce à nos nouveaux drones ils sont très performants. Bientôt vous repartirez avant d'atterrir ha ha ha.»

Le Commandant trouve la plaisanterie amusante, mais on ne rit pas pendant le service. L'employé prend cela pour de la froideur et tend les formulaires qui se signent en plusieurs exemplaires. La livraison réglée, il reste le contrôle à opérer. Pas des rues ni des tripots à viande, ni même des prisons ou de l'application des lois coloniales. Ce qui justifie la présence de la 407ème, c'est la Machine Z. Une arme redoutable, même pour le savoir cloverien. Un canon flanqué dans un complexe haut comme un gratte-ciel et vaste comme un petit pays. Son tir peut atteindre et détruire une planète en une seule fois, et ce dans toute la galaxie. Les scientifiques cloveriens travaillent toujours à la portée, qu'ils aimeraient dans un avenir plus ou moins proche capable d'atteindre n'importe quelle planète de n'importe quel système. Un pari fou ? Pas tant que ça, surtout quand on pense qu'ils semaient encore du maïs il y a 100 ans. Avec une telle arme la famille Cold aura un moyen absolu d'asseoir sa suprématie. Toute planète rebelle opposant trop de résistance pour la patience des tyrans servira d'exemple aux autres. Ma machine Z s'appelle ainsi parce qu'elle est probablement la dernière arme que connaîtra le monde avant de périr de sa propre main. Mais bien entendu, cette estimation se fait sans la comparaison au Big Gete Star. Celui-ci contourne et harcèle le bouclier, mais personne ne le voit. Le fog masque tout, y compris la mort.

Dans le taxi à hélices qui les accompagne jusqu'à la Machine Z, la musique de la radio s'interrompt pour donner de nouvelles informations. On demande à tous les citoyens de bien vouloir se mettre à l'abri dans la maison la plus proche et de garder leur calme. Le hit reprend ses notes mais malgré le sobre du speaker, une telle demande est suspecte. Fahl interroge à propos d'un éventuel rapport avec la météorite. Slamjikotsubungawietschk est grave, il s'absente dans le compartiment voisin et on entend en sourdine sa voix s'exprimant d'un ton solennel. Une communication privée. Fahl écoute sans rien entendre, Derk entend sans rien dire. Apparemment le méréorite serait une sorte de vaisseau spatial, mais aucun scanner n'a détecté de vie à l'intérieur. Pire encore, la chose a esquivé le bouclier pour commencer à le bombarder patiemment. Le Commandant demande si la situation est sous contrôle ou s'il doit se mêler de ce problème. On lui passe le Président de Clover. A ce moment Derk comprend que les autochtones pataugent. Pour que le chef de l'Etat soit mobilisé sur cette affaire, il y a eu un gros imprévu et une possible menace. le mot invasion point dans l'esprit sans trop oser prendre matière. Mais elle aura lieu.

Slamjikotsubungawietschk coupe son moniteur et revient dans le compartiment commun. L'ordre au taxi de l'emmener à la Maison Grise est aussitôt formulé. Le civil a besoin d'une confirmation pour être sûr qu'il a bien entendu, mais le Commandant a le chic pour jeter un regard qui s'abstient de répétition.


Quinze minutes passent. Le trio obtient un passe pour la zone de haute sécurité de la Maison Grise où se donne en ce moment même une réunion extraordinaire. Derk et Fahl peuvent assister aux discussions, mais seul le Commandant aura le droit de parler. Les présentations se font sommaires, néanmoins on peut y reconnaître une brochette de Ministres et maires des différentes zones de la planète. Puis des soldats de haut grade, beaucoup.

Le dirigeant de Clover, Ernst Bringmann, commande à la pièce d'éteindre les lumières et de lancer la reconstitution vidéo de "l'Incident". Tout ce qui est filmé est traité en animation 3D à Clover, toujours à cause du brouillard. On y voit la planète vue de l'extérieur en projection holographique et la masse rapportée par le journal télévisé s'en approcher. Mais cette fois l'histoire a changé, on ne la voit plus être déviée par le bouclier mais rôder autour et l'attaquer avec des choses si petites qu'elles ne doivent leur vision qu'à leur grand nombre. Le film se poursuit, mais cette fois avec les commentaires de Bringmann.

«Ce que vous voyez est une reconstitution de ce qui se passe en ce moment au-dessus de nous avec trois minutes d'écart. le temps que nos informaticiens fabriquent le film en traitant les images infrarouge. La créature que vous voyez est entièrement composée de tissus synthétiques et se déplace comme les calmars des planètes à océaniques. Regarder de plus près, on voit qu'elle saupoudre quelque chose sur notre champ de force. C'est confirmé et depuis peu, ce sont des robots contrôlés à distance. Messieurs, quelqu'un quelque part a dirigé son armée pour nous envahir.»

La phrase fait impression, mais la journée se promettait généreuse en motifs à se serrer le coeur. Dernier en date, le fait que la chose ait enfin réussi à glisser un tentacule de l'autre côté du bouclier. Tous les visages gris pâlissent. C'était il y a trois minutes. Il est déjà trop tard pour les villes les plus proches.


Dernière édition par Derk le Ven 21 Juin 2013 - 12:14, édité 1 fois
Big Gete Star
Cyborg
Masculin Age : 22
Date d'inscription : 26/06/2011
Nombre de messages : 29

Techniques
Techniques illimitées : Création de Clones, Construction, Attaque Énergétique
Techniques 3/combat : Protection énergétique, Attaque Énergétique (puissante)
Techniques 1/combat : Hit the Light

MessageSujet: Re: Champ de Trèfle [Flashback avec Big Gete Star]   Mer 19 Juin 2013 - 10:56
La tranquillité de la Planète aux champs de trèfles fût rompu rapidement par l'arrivé du Grand Guédestère et de son bombardement massif sur le bouclier énergétique qui protégeais la population autochtones. Les tentacules lançaient leurs rayons énergétiques tels du venin pour tenter de briser cette superbe défense.

Personne ne se doutais de ce qui était en train de ce produire à ce moment, les gens vivaient l'instant présent comme chaque jour de leur existence. Les autorités locales vinrent quand même à détecter quelque chose d'anormal, en même temps, l’attitude du météore de métal était tout de même étrange. Les sirènes retentirent prévenant les gens qu'un danger allait arriver. Le bruit strident indiquer à la population de ce cacher et de ce réfugier.


Pendant que le bombardement massif s’opérait sur la muraille énergétique, les grands de ce monde pollué se rassemblèrent pour discuter de la situation. Le Grand Guédestère effectuait des frappes chirurgicales d'une puissance colossale, cette pieuvre voulais s’agglutiner à la Planète aux trèfles pour tenter de se nourrie d'elle et de son énergie telle une araignée en envoyant d'abord sa toile pour paralyser sa proie puis son venin déployé afin de digérer son repas de l'intérieur. Cette créature métallique aux plusieurs facettes avait un terrible appétit et elle ne reculais devant rien pour parvenir à ses fins lorsque la faim surviens.

Les robots de combats étaient déjà prêt à frapper le sol, attendant la faille dans ce mur. La tension n'existait pas, la patience était leur plus grande vertu. Ils ne connaissaient aucun sentiments ni de haine, ni de pitié. Seul la survie de leur maître dépourvu d'émotivité leur importait.

Des discours et des discussions avaient lieu ici bas, pour tenter de trouver une solution à ce problème magistrale alors qu'en effet la créature frappait toujours et inlassablement en attendant un passage. Les ravages seraient important, quelque sois le gagnant. La bataille était inéducable, le sang coulerait à flot dans les sillons de ses champs de trèfles à perte de vue. Le vert ne serait plus la couleur principale, mais bien sûr le rouge dans toutes ses dérivations de teintes. La mort serait maîtresse de cette Planète, un renouveau était de mise.

Pendant que les politiciens discutaient, que les soldats de métal attendaient, la pieuvre maître du jeu, qui bombardais déjà le bouclier, envahissait maintenant les réseaux pour tenter de pirater les systèmes de défense et pour semer la panique plus facilement au sein de la population. Tout les moyens étaient bons pour parvenir au but ultime. Assouvir ses fins pour calmer sa faim.

Tout d'un coup, une faille arriva dans le bouclier, une tentacule de métal se glissa à travers le bouclier énergétique suivit des soldats parfaits.Un rayon toucha le sol pour former un immense cratère de flamme. Le champ de trèfle commença à brûler lentement mais sûrement alors que les premières troupes posèrent leurs pieds sur ce désert récemment apparue. Le bouclier ensuite parvint à se refermer, tranchant la tentacule qui s'écroula au sol. Cependant c'était une demie victoire pour les trèflois, car la tentacule même tranchait restait dangereuse. La matière métallique contrôlait à distance en tombant au sol commença directement à se métamorphoser en une sorte de ver géant glissant sur le sol à une vitesse folle pour assiéger et dévorer la ville proche.

Le feu fût mis aux habitations, les gens courraient partout dans les rues sans savoir ce qu'il leur arrivait. Les robots qui n'étaient pas gênés par l'air putride tiraient capturés tout ce qui bougeait et éliminés les fortes têtes. Déjà le sang et les larmes coulaient à flot. On mis les hommes dans un rang, les femmes dans un autre pour les amener devant l’énorme ver qui en engloutissant toute forme de machine et d'énergie avait réussit à grandir. Le ver s'ouvrit pour les laisser entrer. La ségrégation sexuelle n'avait qu'un but psychologique, rien de plus, semer la crainte dans les rangs des victimes. Une méthode tout à fait sadique. Une fois à l'intérieur, les gens furent enfermés dans deux seules et même cellule sans autre lumière que celle de leur espoir ; ce qui n'était pas énorme. Personne ne viendrait les sauver.

Le ver se referma alors et il commença à zigzaguer dans les rues de la ville fantôme à la recherche de survivants tout en gobant les bâtiments en déployant lui aussi des tentacules métalliques tout comme son maître. Les robots eux l'accompagnaient dans sa démarche tandis que plus loin d'autres tentacules étaient tombés à différents endroit et allaient faire la même chose que précédemment.

Une fois la ville avalée, le ver s’enfouit sous la terre et commença à creuser des galerie tout en dévorant ce qu'il y avait dans le sol qu'importe la pollution. D'autres robots commencèrent à se rassembler aux points de contrôles des défenses et commencèrent le ravage bientôt appuyés par le système pirate qui allait être mis en place dans un temps proche. Mais qu'était l'attente pour des créatures dépourvu de sentiments ?

Le bombardement intensif parallèlement continuait, plusieurs choses étaient misent en place. Comment allaient réagir les forces responsable de la défense des lieux ? Les gens s'engouffraient dans les vers, et d'autres tombaient au sol s'ils ne coopéraient pas. La population et ses habitations se faisaient digérer par ses créatures qui récoltaient de l'énergie pour se développer en semi autonomie mais toujours sous le contrôle du Grand Guédestère qui dirigeait cette attaque militaire d'une main de fer.

L'absorption de la Planète allait bientôt débuter, la stratégie doucement se mettait en place...
Derk
Namek
Masculin Age : 29
Date d'inscription : 07/06/2013
Nombre de messages : 97
Bon ou mauvais ? : Neutre
Zénies : 370

MessageSujet: Re: Champ de Trèfle [Flashback avec Big Gete Star]   Ven 21 Juin 2013 - 19:19
Avoir le droit de parler n'aurait pas changé grand chose pour les Lieutenants, en situation de panique une assemblée de têtes pensantes se comporte comme des collégiens désirant tous donner leur avis en même temps. Les oreilles de Derk entendent des bribes ça et là qui se font bien vite gober par d'autres chimères. Plusieurs gradés quittent la réunion ou s'éloignent juste assez pour demander à leurs subordonnés de partir du combat avec toute les forces disponibles. Des rapports fusent aussi. Les biolinks, sortent de puces internes servant de carte d'identité aux habitants, n'émettent plus en provenance de tel ou tel village. Le Président ne perd que peu de temps à demander à tous de se calmer. Il se penche plutôt au-dessus de l'épaule d'un homme très calme et rivé sur plusieurs ordinateurs. Derk l'avait déjà remarqué parce qu'il était le seul autochtone à avoir des cheveux. D'épais cheveux argentés en pétard, et pas dans un chaos millimétré au gel ou à la laque. Du vrai pétard, coiffé au vent, à l'oreiller et aux doigts qui grattent. Derk se concentre sur ce qu'il peut entendre venant d'eux. Des questions brèves et précises sur la chose et ses effets, mais aussi sur le pourquoi de l'inefficacité du bouclier. Le chevelu répond que le champ de force était calibré pour réceptionner un corps gigantesque à vive allure. Un impact de masse mais bref. En changeant de cap et de tactique, la protection a dû faire face à des agressions de corps plus légers et surtout plus lents. Il est rare qu'un projectile change de vitesse dans l'espace, le bouclier n'était pas calibré sur la pluie de météores ni le champ d'astéroïdes. Les contremesures ont pu trancher les tentacules en se reconfigurant, mais cela demande de l'énergie et du temps. Bringmann demande si la chose pourrait entièrement traverser le bouclier. Négatif, dès maintenant le champ de force est programmé pour l'arrêter. La vidéo 3D confirme que plus aucun tentacule ne traverse, mais ce qui inquiète surtout à présent c'est ceux qui ont pu traverser. Ils se meuvent et s'adaptent eux aussi.

«Bien joué Lieutenant.»

Derk se tourne vers le Commandant qui leur fait signe de le suivre pour se diriger vers le pétard et le président. Il a lu dans ses pensées pour établir un plan et probablement dans celle des agents intéressants de la salle. Slamjikotsubungawietschk apostrophe le Président et lui donne une liste de noms des personnes susceptibles de servir pour résoudre ce conflit. Le Chef de la Planète obtempère et récupère l'attention du conseil. Ceux qui ne sont pas cités doivent aller à leur poste et combattre la menace. Les autres attendent les instructions en silence ou forment le noyau du nouveau conseil. Un silence relatif reprend ses droits tandis que les vers continuent de ravager les villes sur leur sillon. Cette fois on avance plus vite. Les scientifiques dont le chevelu est visiblement le chef et principal cerveau déterminent que la chose est vivante et dotée d'une conscience propre. De nombreux fichiers sur les mollusques et créatures marines répertoriées garnissent différents écrans de la pièce. Chaque équipe recherche une réponse à une question du chevelu ou du Président. Elles ne viennent pas dans l'ordre, mais on apprend que la pieuvre possède une intelligence et une faculté d'adaptation très proche de celle des races humanoïdes pensantes. La chose qui attaque a soit été créée pour leur ressembler, soit elle a adopté leur forme après avoir compris qu'elle était idéale pour attaquer les planètes et voyager dans l'espace. On informe que la chose a potentiellement un cerveau dans chaque tentacule et qu'ils sont indépendants. Cela dit tout semble si bien chorégraphié que l'idée d'un cerveau mère agissant depuis l'espace en maître d'orchestre point bien vite. Le chevelu suggère qu'on vérifie si les membres sont dotés de conscience propre ou s'ils dépendent entièrement de la chose. Un puissant brouillage IEM peut doubler le bouclier pour rompre toute fréquence de transmission, mais cela impliquera également qu'on ne verra plus rien de ce qu'il se passe de l'autre côté du mur.

«On essaye trois minutes et on observe les membres coupés. S'ils s'éteignent, on a gagné.» propose le Président Bringmann. Le jeu en vaut la chandelle, le brouillage se met en place et tous scrutent la vidéo 3D de ce qu'il se passe sur la terre ferme en comptant les secondes. Les vers s'arrêtent. Les robots de soutien tombent comme des mouches sous insecticide. Un cri de victoire rallie la pièce. Une joie de courte durée, les vers reprennent vigueur et après eux les mouches. Le chevelu conclut.

«C'est ce qu'on pouvait craindre. Les membres dépendent bien du cerveau mais jusqu'à présent ils économisaient leur énergie en le laissant décider pour eux. Maintenant ils se sont tous activés comme des générateurs de secours et ils dirigent tous les fourmis soldats comme des Commandants. C'est fascinant ils s'adaptent très bien à tout situation comme les sociétés termites.
- Modérez votre enthousiasme Hal, cet organisme est en train de tuer les nôtres.
- Pardonnez-moi Monsieur le Président. Mmh...J'ai une bonne et une mauvaise nouvelle. Puis-je suggérer la bonne en premier ?
- Dites-moi.
- La transmission des membres au corps est bien coupée. La chose derrière le bouclier ignore tout ce qui se passe chez nous.
- La mauvaise ?
- Elle a toutefois eu le temps de parasiter notre système informatique. Les antivirus mènent en ce combat contre eux. Mauvaise nouvelle, le virus extraterrestre est lui aussi doté d'une conscience propre. Peut-être une copie virtuelle de l'IA principale, comme pour les membres. Non, en fait le virus est une arme que les tentacules utilisent depuis que le corps a perdu la transmission. Ils vont fracturer notre coffre pour maman.
- Attendez Hal nous sommes l'une des planètes les plus évoluées technologiquement, ne me dites pas que nous allons nous faire battre sur le terrain de l'évolution.
- Il existe une façon de contrer le virus Monsieur, il faut détruire chaque cerveau relais de chaque membre infiltré. Ce doit être pour éviter cela que chaque cerveau adopte une tactique différente. L'un d'eux est même en train de s'enfuir le plus profondément possible dans le sol. Il sera très difficile de tous les débusquer et quand bien même, il faut pouvoir les vaincre.
- Mais c'est possible ?
- Affirmatif !  Les dévoreurs sont comme des béliers géants faits pour enfoncer les portes. Ils peuvent se battre contre des cibles de taille similaire mais un bombardement nos chasseurs ou quelques tir de batteries plasmiques devraient les arrêter. Le véritable problème c'est la nuée autour des dévoreurs. Comme on peut le voir sur l'écran ils protègent leur cerveau au péril de leur non-vie. J'étudie toujours une façon efficace de les faire plier.
- Et ces antivirus, obtiennent)ils de meilleurs résultats ?
- Mmh...négatif, nous perdons du terrain sur ce front-là.»

Le Commandant informe qu'il dépêche sur le champ la 407ème pour prêter main forte à l'armée cloverienne. Personne n'y voit d'inconvénient.

«Monsieur le Président, la première barrière antivirale vient de céder. La chose peut à présent contrôler l'alimentation des éclairages publiques et civils. Cela va augmenter la panique des citoyens.
- Combien de barrières possède-t-on ? Demande Bringmann en se frottant les yeux comme pour vérifier qu'il est bien dans un cauchemar éveillé.
- Sept. La bonne nouvelle, c'est que chaque barrière est conçue avec une logique différente. il faut étudier le nouveau décryptage et pouvoir le comprendre avant de tenter de briser l'antivirus.
- Je suppose qu'il y a une mauvaise nouvelle avec ça.
- Affirmatif...D'après mes calculs cette chose et moi bénéficions d'un logiciel d'adaptation équivalent. Je n'ai mis qu'une heure pour décrypter toutes nos sécurités. Si la chose y parvient également - et je pense qu'elle y parviendra - alors le bouclier sera désactivé. Si cela arrive nos chances de survie passent sous la barre des 50%. »

Nombre de gradés inactifs jusqu'alors prennent contact avec plusieurs escouades terriennes ou aériennes et leur demande de détruire les dévoreurs dans les plus brefs délai. L'ordre de donner une priorité absolue à l'accomplissement de l'objectif signifie qu'à présent, la sécurité des civils est facultative. Seule compte la destruction des corps étrangers. Slamjikotsubungawietschk Ordonne à ses Lieutenants de rejoindre le champ de bataille et de garder leur dispositif allumé. Dès qu'il saura comment leur dire ce qu'ils doivent faire pour survivre, ils seront les premiers informés. Derk salue son supérieur en soldat et fonce vers la sortie alors qu'on l'informe que la cible la plus proche est à cinq minutes de la Maison Grise. Fahl détend l'atmosphère sur la route des transporteurs. Le premier qui détruit un dévoreur reçoit un tube de dumbies de l'autre.
 
Champ de Trèfle [Flashback avec Big Gete Star]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Entraînement magique [FLASHBACK avec Morrigan et Myrdhinn]
» Gros Mek avec Champ de Force Kustom
» Mon mékano avec champ de force
» Rachel Berry - Obviously, i'm a star
» Votre meilleur jeu de mot avec Obi Wan Kenobi dedans

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
RPGDBZ :: RPG :: Planètes-