Partagez | 
 

 [Monde Démoniaque] Liens du sang

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Enki
Demon
Masculin Age : 31
Date d'inscription : 07/12/2006
Nombre de messages : 1850
Bon ou mauvais ? : Bon, c'est indéniable.
Zénies : 1100

Techniques
Techniques illimitées : Chant du vent, Danse de l'aigle, Mur Lumière
Techniques 3/combat : lance maudite, armure de Dösatz
Techniques 1/combat :

MessageSujet: [Monde Démoniaque] Liens du sang   Mar 25 Aoû 2015 - 0:39
( suite de http://rpgdbz.jeun.fr/t12944p15-debut-d-enquete#213391 )

« C’est bon, ta poussée d’hormone est terminée ? »

Enki se retourna : Phoenix était debout, en grande forme, disposant de ses deux bras. Un bref regard au sol et le patron de café constata que l'ancien Phoenix avait disparu. Il s'agissait sans doute d'une illusion, mais il n'arrivait pas à comprendre quand et comment ce tour avait-il pu avoir lieu... Phoenix avait-il un jour passé le portail ou attendait-il depuis le début derrière en ayant laissé un clone venir dans le monde des mortels ? Quoi qu'il en était l'héritier de Sérafino le remettait à sa place. Enki n'avait jamais douté de la force d'un disciple de l'ex-pilier, et il avait été le premier surprit de voir le bras s'arracher si facilement. Il avait surtout voulu semer la zizanie pour pouvoir venir avec lui sauver les Cratiides, mais il devait avouer qu'il avait espérer ne pas être aussi impuissant face au pouvoir de cet enflure.

Lilith passa le portail à son tour et se dernier se referma. Enki vit alors l'horizon démone apparaître là où avant le vortex cachait la vue. Il n'y avait plus de sortie. Il était piégé pour de bon. Son cœur fit un bond, réalisant qu'il venait peut-être de commettre une erreur qu'il regretterai tout le restant de sa pauvre vie ; il ne referai peut-être jamais ce monde qu'il aimait, et à l'heure actuel il ne savait pas du tout comment il y retournerait. Furfur avait le pouvoir d'ouvrir ce portail, il devait absolument réussir à le forcer à réouvrir la brèche. Quant aux cratiides, il devait dans un premier temps les trouver et les mettre en lieu sûr.

Lilith allait les accompagner pour récupérer sa récompense. Enki avait entendu qu’elle avait parlé de sa mémoire. C'était donc ça...

Enki se baissa et attrapa la petite cratiide qui était sur sa jambe pour la prendre dans ses mains. S'occuper pour garder l'esprit vif et ne pas sombrer dans la peur et la détresse... Il devait rester fort... Il avait déjà réussi à partir de monde, il y arriverait à nouveau.
Le serviteur de Gohen lança un regard froid à Lilith avant de détourner le regard. Cette jeune femme égoïste avait décidé de lui tendre un piège et de risquer la vie de dizaines de créatures innocentes pour quelques souvenirs et il ne pouvait avoir de considération pour elle.

Il avança plutôt vers Phoenix, remettant une mèche de cheveux derrière son oreille. Il avait mille-et-une question à lui poser mais il n'arrivait pas à ouvrir la bouche : Où étaient-ils ? Quelle serait la destination ? Es-ce que les autres boules de plumes noires allaient bien ? Pourquoi Phoenix voulait les entraîner ? ... Il ne pouvait pas prendre la parole, sans doute trop choqué et intimidé par sa situation. Il était vraiment un sale chien soumis. Mais bon, de toute façon toutes ces réponses il les aurait bientôt, il suffisait que Furfur prenne la parole ou leur indique la suite du voyage. Après tout il ne valait mieux pas le contrarier pour le moment.
Lilith
Demon
Féminin Age : 23
Date d'inscription : 13/05/2014
Nombre de messages : 36
Zénies : 1000

Techniques
Techniques illimitées : Sokudo - Violet Beam - Klinge
Techniques 3/combat : Wirefield - Lamies
Techniques 1/combat : Kielbasa

MessageSujet: Re: [Monde Démoniaque] Liens du sang   Jeu 3 Sep 2015 - 19:04
Le portail venait de se fermer devant les protagonistes restants. S’en était donc terminé de cette ange et ce drôle de spécimen. Un chapitre venait de se terminer et ces deux-là ne feront pas parti de la suite, mais heureusement il allait en avoir des nouveaux dans ce second chapitre, qui s’annonçait bien plus intéressant. Furfur regarda les environs et afficha un grand sourire en revoyant le monde des démons. Il jeta un coup d’œil à Enki, il avait bien réussi et jeta ensuite son regard en direction de Lilith qui venait également de retrouver le monde des démons. L’héritier de Serafino s’arrêta après seulement quelques pas dans le monde des démons et se mit face aux deux autres démons.

« Bienvenue en enfer ! Ou devrais-je plutôt dire, Rebienvenue. »
 
Annonça Furfur avec un petit sourire au coin des lèvres. Il fit quelques pas, et alla en direction d’un démon qui se trouvait juste à côté de la porte. Ce dernier au physique musclé mais très loin d’être gracieux décroisa les bras et se mit à genoux. Phoenix fit signe à ce dernier de se relever et annonça à son tour :
 
« Tu peux te relever, tu es tout de même l’un de mes piliers. »
 
Phoenix avait donc prévu quelqu’un pour surveiller la porte, montrant se grande prudence. Dans la possibilité il avait envisagé qu’Enki tente de rentrer par lui-même en laissant dehors le successeur de Serafino. Il avait à présent récupéré son garde du corps, il était donc venu le temps de rentrer. Mais avant le démon se chargea de donner tout de même quelques explications, et bien entendu de présenter le nouveau venu. 
 
« Je vous présente Pazuzu, l’un de mes plus braves soldats il fera la route avec nous. »
 
Phoenix reprit la marche, il était enfin venu le temps de partir de cet endroit. Enki pourrait bien tenter de fuir un jour, mais Furfur avait bien veillé à ce que les portails ne soient pas utilisables sans son accord. On pouvait notamment voir de nombreux démons veillés dans les parages. La marche commença, et il resta silencieux, laissant ainsi Enki cogiter sur ce qu’il allait lui arriver. Après plusieurs minutes de marches le démon se retourna regardant ainsi Enki, et Furfur afficha un petit sourire amusé. Il avait la sensation d’avoir dans sa main deux laisses, promenant ainsi Lilith et Enki. Heureusement pour eux la balade allait bientôt s’achever. L’héritier de Serafino s’arrêta net devant un petit panneau où il était écrit ‘Phoenix’. Nous y voilà.

« Bienvenue … chez moi ! »

Ce que montra le démon n’était pas une maison où même un château, mais bien une ville de démons. Oui le petit Furfur avait bien plus de pouvoir que laisser suggérer son apparence infantile. Il continua son chemin, et regarda les différents démons s’agenouiller à la vue de ce dernier. Qu’est-ce agréable d’avoir du pouvoir. Après avoir traversé cette ville, Phoenix s’arrêta devant une grande demeure : nous y voilà dans la demeure de Phoenix, une demeure qui appartenait autrefois à Serafino. Lilith par reflexe fit un pas en arrière. Elle reconnaissait le bâtiment juste à côté, le fameux laboratoire, là où elle était enfermée pendant tant d’années. Mais aujourd’hui elle retournait là-bas pour gagner définitivement sa liberté. Subitement le chef de la zone se fit brusquement attaquer par derrière par un démon qui venait de planter son bras en direction du cœur de Furfur.

« Phoenix l’Immortel ? Mon cul ! A présent c’est moi qui va diriger, et non un petit merdeux ! »

« Ah bon ? »

Le démon regarda dans un premier temps sa main qui flottait dans le vide : le démon qu’il venait de tuer avait disparu. Disparu ? Non il se trouvait juste derrière lui. Le démon se retourna et vit Furfur en parfaite santé. Non ce n’était pas possible, il venait de l’avoir ! Comprenant son échec, il recula, et finalement son corps percuta celui de Pazuzu. Le pilier regarda son chef qui acquiesça de la tête. D’un simple coup de poing le démon explosa la tête du malheureux qui avait tenté de détrôné Phoenix. 

« Désolé pour ce petit contretemps, mais bon vous savez les démons sont égaux à eux-mêmes. Bon, je pense qu’il est venu le temps de rentrer à la maison ! Je paris que tu as hâtes de retrouver tes semblables. »

Le successeur de Serafino ouvrit le portail pour se retrouver dans la cour et continua jusqu’à la porte de sa demeure, et il vit un démon l’ouvrir. Finalement il rentra à l’intérieur, satisfait de rentrer enfin chez lui. 

« Je vais commencer par vous faire un petit tour de la maison et on terminera la visite par une présentation de tes nouveaux compagnons, qui auront très hâte de te rencontrer. »

Il fit rapidement le tour de la maison, lui montrant où se trouvait les éléments important pour une maison et arriva finalement devant une pièce. Elle était relativement petite et obscur, et contenait un lit qui on ne sait comment ne s’était pas encore cassé la gueule, ainsi qu’une chaise et une table en bois. 

« C’est ici que tu passeras tes nuits, à moins que tu préfères dormir dehors. »
 
La visite continua et, Furfur particulièrement bavard reprit la parole.

« Je vais te donner quelques informations vu que tu es de retour, car les choses ont bien changés. Depuis ton départ, Gohen a disparu. Afin d’éviter le chaos les piliers ont décidés de prendre la relève. De ce fait le territoire fut coupé en 3. Tu dois te douter à présent qu’en tant que successeur de Serafino je possède l’un des 3 territoires. Comme tu as pu le voir j’ai pu tenir les choses en main, comme l’autre pilier. Néanmoins ce n’est pas le cas pour le dernier territoire, le pilier ayant à son tour fuit, laissant son territoire dans le chaos le plus totale. »

Phoenix venait d’expliquer pourquoi il était en possession d’une telle zone. Il continua son avancé, et s’arrêta devant une nouvelle porte et l’ouvrit d’une manière déterminé. Il laissa apparaitre une grande salle, dans laquelle se trouvait une multitude de cratiides. Il se posa dans un coin laissant le temps à Enki de voir les siens. Au bout de quelques minutes il s’interposa pour annoncer à Enki :

« J’espère que tu es satisfais. Comme tu le vois ils ne sont pas maltraités. Néanmoins ils ont besoins d’un modèle pour évoluer, et j’espère grandement que tu pourras les aider.  Et .. ah tiens ! »

Un démon portant une blouse blanche fit son apparition en arrivant par une autre porte, qu’il veilla à bien refermer. Il avança vers Furfur et prit la parole :
 
« Son état ne présente aucun changement. »
 
L’héritier de Serafino se frotta les mains et répondit :

« Très bien merci. Je pense qu’avec l’arrivé d’Enki les choses vont pouvoir se débloquer. » Furfur tourna sa tête vers Enki. « Enki je te présente mon second pilier, Ulphir. »

Lilith regarda ses mains trembler. Même si elle n’arrivait pas réellement à se rappeler de lui dans ses souvenirs, elle sentait qu’au plus profond d’elle, que ce scientifique lui était lié. Phoenix n’ayant pas de temps à perdre stoppa les présentations et se dirigea vers la porte qu’avait justement fermée auparavant Ulphir. Il ouvrit la porte et se retourna et annonça à Enki. 

« En fait je t’ai pas présenté encore tous les cratiides, il en manque un … un peu particulier ! »
 
Il ouvrit la porte et laissa entrevoir un petit démon de dos qui devait être âgé dans les 7 ans. Ce dernier se retourna, et laissa apparaître une hideuse apparence : il semblait être une fusion entre un démon et un cratiide : une forme imparfaite. C’est avec beaucoup de difficulté que ce dernier annonça :

« Ai….de…..moi. »

Finalement Phoenix ferma la porte et annonça :

« Je pense que tu devrais d’abord t’installer tranquillement ici, vous allez avoir le temps de vous connaitre. Je pense qu’il a beaucoup à apprendre de ton expérience.»
Enki
Demon
Masculin Age : 31
Date d'inscription : 07/12/2006
Nombre de messages : 1850
Bon ou mauvais ? : Bon, c'est indéniable.
Zénies : 1100

Techniques
Techniques illimitées : Chant du vent, Danse de l'aigle, Mur Lumière
Techniques 3/combat : lance maudite, armure de Dösatz
Techniques 1/combat :

MessageSujet: Re: [Monde Démoniaque] Liens du sang   Sam 12 Sep 2015 - 0:38
Un démon à la carrure importante sortit de nulle-part : Furfur avait posté un garde devant le portail, et ce dernier était si furtif qu'il ne l'avait pas vu. Si Furfur avait des êtres aussi bons sous ses ordres, il devait avoir non seulement l'influence de Serafino, mais aussi une force conséquente. Ce n'était pas super fun. Pazuzu était donc son nom. Furfur semblait l'avoir nommé pilier pour imiter le système du Roi... Une mégalomanie qui prouvait l'ambition du gamin, et le serviteur de Gohen n'en était pas ravi.
Un petit cortège se forma alors que des gardes sortirent des ténèbres : tous prirent la direction de la demeure du pilier successeur de Serafino, mais Enki était satisfait d'une chose : le portail restait en place, bien que gardé. Il y avait donc une issue potentiel : échapper à des gardes pourrait être difficile mais possible : l'espoir renaissait un peu.
Malgré cela c'est un Enki silencieux et morose qui suivait la marche, ignorant Lilith. La demeure de Furfur, il la connaissait bien. Il y avait combattu lui-même Serafino après avoir été des mois dans le coma dans l'une des chambres. Une bonne partie du manoir avait été reconstruit suite aux dégâts laissé par son combat. Il s'accrocha à cette pensée pour prendre un air serein et se dire que s'il avait déjà terrassé une fois le maître des lieux, le lieu devait lui-même s'en souvenir : il était en terrain conquit en quelques sortes, et il devait restait tel un bloc face à ce mioche qui jouait l'intimidation avec ses techniques perturbante et son équipe fidèle. Enki était malgré tout en position de force : le meurtrier de l'ancien pilier, ramené car on avait besoin de lui : dit comme ça cela faisait de lui quelqu'un de puissant. Il devait garder ça en tête, se convaincre lui-même pour ne pas sombrer et abandonner.
C'était drôle en réalité, de se dire que ce retour dans ce monde qui avait connu Enki avant qu'il ne soit aussi détendu et plaisantin soit celui qui le rende si combattif : comme si la petite cratiide ambitieuse qu'il était jadis se réveillait dans son coeur. Il n'avait qu'une idée en tête : prouver qu'il n'était pas une petite larve molle mais... un grand démon. Des objectifs qu'il n'avait pas eu depuis sa désertion.

D'ailleurs il semblerait qu'il n'ait pas le monopole de l'envie de détrôner Furfur : à peine eurent-il posé les pieds sur le palier de la demeure de l'héritier qu'un assassin tenta sa chance. Enki resta à mi-distance, observant sans agir : ce petit chieur réutilisa son pouvoir et l'assaut fut vain. Pazuzu terrassa d'un seul coup le malheureux qui gisait à présent sur le sol, le crâne explosé, méconnaissable. Enki ne ressentit pas de pitié pour un démon du genre, mais malgré tout ne put qu'être reconnaissant : toute démonstration du pouvoir de Phoenix était une occasion d'en apprendre plus sur sa capacité.

"Un Phoenix immortel..." répéta Enki en enjambant le cadavre pour continuer à les suivre. "Que c'est romanesque." Peut-être que par son ironie le patron de café voulait montrer qu'il n'y croyait pas. Si Phoenix voulait parler de son pouvoir, qu'il prouve à Enki qu'il était intouchable... Mais il devait y avoir une faiblesse quelque-part. Voyons voir...
Le Furfur qu'avait attaqué Enki avait utilisé exactement le même procédé : disparaître pour réapparaître derrière son opposant. La seule différence était qu'avant de disparaître Phoenix avait laissé son corps "blessé" longtemps jouer la comédie. Est-ce que ce pouvoir s'activait seulement quand on l'attaquait ? Enki avait utilisé une attaque longue distance de ki, et ce démon un attaque physique au corps à corps. Donc cela ne changeait rien. Phoenix... renaissait pratiquement de ses cendres. Enki ne raterait aucune occasion de comprendre ce pouvoir : il devait y avoir une faille et il la trouverait : malgré tout une partie de lui se répétait sans relâche que si un jeune môme comme lui avait gagné le respect d'un démon comme Pazuzu, et avait survécu si longtemps, il devait avoir un don plutôt difficile à contrer...

Ils firent le tour du propriétaire. Phoenix était manifestement fier de son bien, et Enki ne fit aucun commentaire. Il connaissait cette maison. Et il s'en fichait pas mal.
"Où sont les cratiides ?" répétait simplement Enki, impatient et désintéressé. Et après qu'on lui ait montrer une chambre insalubre (Enki ne fit aucun commentaire, si c'était une façon de l'humilier ou d'avoir une réaction, il était hors de question qu'il entre dans ce jeu.) Furfur lui narra l'état actuel du royaume de Gohen. Le mioche avait donc un tiers du territoire. Tss ce monde était vraiment devenu n'importe quoi sans Gohen.

Enfin ils arrivèrent devant une immense salle : dedans des dizaines de créatures à plumes s'entassaient. Quand elles virent la porte s'ouvrir et Enki les regarder, toute s'immobilisèrent, surprises.
La petite cratiide qu'Enki avait dans son sol se précipita alors au sol pour courir vers d'autres jeunes créatures ce qui sorti le patron de bar de sa contemplation : il s'avança doucement vers ses congénères, impressionné par leur nombre et par la tristesse de les voir captives ainsi. Elles n'avaient pourtant pas l'air mal, ne connaissant que les décharges elles étaient plutôt heureuses d'être isolées des prédateurs. Cependant, elles avaient manifestement peur des bipèdes, et imaginant les hommes de Phoenix les capturer et leur prendre un bébé pour venir lui faire du chantage, il comprenait que ces semblables puissent craindre la venue de démons.
C'est pour ça qu'il avança doucement, et les cratiides sentant bien qu'il était comme eux, se laissèrent approcher : la petite cratiide n'ayant pas peur de lui, les autres finirent par venir le renifler et lui grimper dessus. Enki lui n'était pas spécialement heureux ou soulagé : il était face à ce qu'il était au fond de lui, et voir cette espèce si primitive lui faisait toujours mal. Admettre être aussi laid, aussi faible... c'était un miroir douloureux. Mais le sentiment d'ampathie et sa volonté d'aider les siens était la plus forte et déjà il songeait à sauver toutes ces pairs d'yeux ronds et vitreux qui le fixaient.

"J’espère que tu es satisfais. Comme tu le vois ils ne sont pas maltraités. Néanmoins ils ont besoins d’un modèle pour évoluer, et j’espère grandement que tu pourras les aider." Enki caressait doucement le crane graisseux d'une cratiide quand une autre porte s'ouvrit laissant un homme en blouse entrer.
Ulphir, second pilier avec Pazuzu donc.
Phoenix réouvrit la porte et présenta à Enki une dernière cratiide : qui avait déjà une apparence démone.  Enki fut surprit mais le fut encore plus quand ce bonhomme se retourna : son visage n'avait rien d'humain, sa peau était grasse et ses yeux sans âme. Ses cheveux n'était que des plumes ratées et sa dentition inégale. L'enfant était un hybride. Mais ce qui déchira vraiment le coeur d'Enki était qu'il articula avec peine un appel à l'aide.
La porte se referma et Enki n'écoutait déjà plus son hôte : il se releva -les cratiides s'écartèrent, effrayées- et il se dirigea vers Ulphir et Phoenix.
"Qu'est-ce que vous avez fait pauvres tarés !" Il était hors de lui. "Vous n'arriviez pas à les rendre comme moi alors vous avez tenté la génétique ?" Enki fit face à Phoenix : "Je croyais que Serafino t'avait confié mon secret mais en réalité tu ignores tout de ses anciennes façons de faire !... A moins que vous soyez tous deux juste assez crétin pour croire que la science pouvait tout réussir !" Il saisit Phoenix par le col : enfin il essaya, s'attendant à ce que sa main passe à travers. "Quel est VRAIMENT votre objectif ? Pourquoi vous avez fait appel à moi ? Qu'attendez-vous de nous ?" Dites en montrant de son autre main le peuple opprimé derrière lui.
Il se fraya un chemin vers la poignée de la porte en écartant Ulphir et Phoenix si besoin. "Regarde bien pour qui tu travailles toi, pour des monstres sans moral qui profite des faible et expérimente sur eux à l'aveuglette ! N'est-ce pourtant pas évident que ce sont eux qui t'ont volé ta mémoire ? Qui te dit qu'il ne font pas ça depuis des lustres pour t'utiliser ? Qu'à chaque fois qu'il dise qu'ils te la rendent après tes bons et loyaux services il l'efface de nouveau te demandant à nouveau un service en échange de tes souvenirs ?!" Il Regarda Lilith : il était fou de rage. "J'aimerais que tu réalises que tu es complice de leur plans d'asservissement d'une race entière, tout ça peut-être pour rien, parce que égoïstement et bêtement tu as cru aux promesses de ce fumier !" Il pesta moins fort, pour Phoenix proche de lui : "Prouve moi que tu es un homme de parole et rends lui ses souvenirs et sa liberté." Il fronça les sourcils. "Tu as un autre jouet maintenant." Il ouvrit alors la porte.
Si Enki n'avait aucune estime pour Lilith, il ne pouvait pas pour autant de pas avoir pitié d'elle : provoquer Phoenix pour qu'il la libère était un acte de gentillesse envers elle, ne supportant pas l'idée qu'elle se fasse rouler. Il ne croyais pas en la promesse de Furfur et espérait le contrarier en perturbant Lilith ainsi. Dans tous les cas, c'était utile pour Enki d'énoncer cette demande.Sans attendre d'avantage il entra dans la pièce et s'empressa de venir contre l'enfant : Il était assis sur une sorte de table d'examen, et le dösatzien eut presque les larmes aux yeux quand le garçon se blottit contre lui aussitôt. Enki le serra contre lui.
"Je t'aiderais. Je te promets que je veillerai sur toi à présent."
Il releva la tête vers Phoenix et Ulphir.
"Dites-moi tout, que vouliez-vous faire et que puis-je faire pour arranger les choses ?"
Lilith
Demon
Féminin Age : 23
Date d'inscription : 13/05/2014
Nombre de messages : 36
Zénies : 1000

Techniques
Techniques illimitées : Sokudo - Violet Beam - Klinge
Techniques 3/combat : Wirefield - Lamies
Techniques 1/combat : Kielbasa

MessageSujet: Re: [Monde Démoniaque] Liens du sang   Dim 13 Sep 2015 - 18:27
Phoenix venait de présenter la demeure, qu’Enki avait déjà eu l’opportunité de visiter dans le passé. Il ne faisait aucun doute que tout cela devait lui rappeler de « bons souvenirs », même si entretemps le nouveau roi des démons ait pris le temps de procéder à de nombreux changements. La visite en soit, n’étais pas spécialement intéressante, et Enki semblait peu enthousiaste à ce sujet. En effet tout ce qui intéressait le démon, c’était les cratiides. Furfur regarda donc d’un œil curieux la retrouvaille d’Enki et de la centaine de ses congénères restants. Puis ce fut le grand moment de la présentation entre Enki, et le cratiide le plus avancé. Phoenix jeta un regard à Enki, il était curieux de voir sa réaction face à ce monstre. Oui, déjà qu’en soit un cratiide ressemble à un monstre, mais cette chose le dépasse largement.
 
Le maitre des lieux eut à peine le temps de fermer la porte et de prendre la parole, qu’Enki s’en pris à Ulphir et à Phoenix. Il était incontrôlable, et dans un tel moment le mieux à faire était de se la fermer. Le pilier quant à lui lança un regard à Furfur ne savant pas comment réagir dans cette situation. Enki attrapa par le col le successeur de Serafino, et sans surprise Pazuzu s’approcha, et s’apprêta à répliquer en donnant un coup de poing à Enki pour le punir de son manque de respect, mais Phoenix lui fit signe de la main de ne pas agir. Finalement Enki le lâcha et se dirigea vers la porte et l’ouvrit et se mit à lui parler. La chose lui répondit tout simplement.
 
« Vei…lle…rai ? »
 
Il répéta tout simplement un mot qu’avait annoncé juste avant le démon. Enki tourna sa tête et se mit à parler plus calmement. Enfin, le moment était venu pour lui de prendre la parole, après le long monologue d’Enki, n’ayant visiblement pas très apprécié les tentatives des démons sur ce cratiide. Mais il en avait aussi profité pour demander à ce que Lilith obtienne ce qu’elle voulait. Enki semblait donc se mêler des choses qu’il ne le concernait pas, sans doute dans le but d’emmerder Furfur. Finalement, il était donc grand temps pour le maitre des lieux de donner plus d’explications sur ce qu’il attendait d’Enki.
 
« Je suis vraiment désolé pour ce spectacle. » Ceci n’était rien d’autre que de la politesse, car Furfur n’en semblait pas spécialement désolé. « En effet je ne connais pas le moyen pour faire des cratiides ton égal, mais nous avons tenté, Mais je pense qu’Ulphir serait le mieux placé pour en parler.»
 
Il tourna son visage en direction d’Ulphir, qui fut surpris de se retrouvé amené à prendre la parole. Il toussa et donna ses explications.
 
« Notre objectif était de donner une apparence dites humaines pour les cratiides. J’ai donc dans un premier temps étudié le génome de cette espèce, et je l’ai comparé à celle des démons, et j’ai essayé d’identifier les différences dans les gènes exprimés. Une fois ces travaux préliminaires terminés, j’ai donc fait de la thérapie génique, en remplaçant donc les gènes propres aux cratiides par celles propres aux démons. Néanmoins comme tu as pu le constater ceci est un demi-échec, étant donné que je n’ai pas réussi à obtenir le résultat escompté. Avec le temps, je serais capable d’identifier la fonctionnalité de chaque gène, et ainsi pouvoir trouver pourquoi cela n’avait pas fonctionné. Néanmoins, Phoenix a mis fin aux recherches. »
 
En effet il confirma donc les dires d’Enki, ils avaient tentés à la génétique pour changer les cratiides. Se doutant que le nouveau venu n’apprécie guère la vérité, Phoenix reprit la parole assez rapidement après qu’Ulphir ait terminé de parler, poursuivant son discours.
 
« La génétique, c’était un terrain trop dangereux et j’ai donc décidé d’arrêter immédiatement les frais. Sache que tous les deux nous avons le même but, celui de protéger les cratiides. Comme tu le sais c’est une espèce faible, et il y a quelques mois ils étaient proches de la disparition. Comme je te l’ai déjà dit sur Dark, j’ai lancé une mission sauvetage pour les récupérer. » Il s’approcha d’Enki. « Les garder ici, ce n’est clairement pas une vie pour eux. Les démons comme moi on le droit de pleinement vivre leur vie, alors pourquoi pas eux ? J’ai donc demandé à Ulphir de trouver un moyen de leur donner une chance de vivre. Néanmoins sa tentative se solda en échec. Mon objectif et de leurs donner une chance de réussir, pas de souffrir, c’est pour ça que j’ai demandé qu’on arrête les expériences. J’ai donc pensé à toi. »
 
Phoenix s’agenouilla et posa délicatement une main sur la tête du malheureux cratiide et tourna sa tête vers Enki. Le jeune cratiide ne semblait ne montrer aucune amertume envers le maitre des lieux, bien au contraire. La seule personne qu’il évita était Ulphir, qu’il semblait craindre.
 
« Tu as réussi à devenir ce que tu es actuellement, pourtant au début tu étais comme eux. Ce que je souhaite donc, c’est que tu puisses réussir là où on a échoué. Permet à ces cratiides de voir autre chose que ces poubelles en devenant comme toi. Tu es le seul qui est en mesure de les sauver. » Il dirigea son regard en direction du cratiide et il poursuivit son discours.  
« Bien entendu ça vaut aussi pour Epoh. De tous c’est celui qui mérite le plus d’y arriver, avec qu’il a subit, on lui doit bien ça. »
 
Phoenix se releva et se dirigea vers la sortie, accompagné de Pazuzu et d’Ulphir. Finalement il se retourna et il annonça :
 
« Sache que je te laisse carte blanche, procède comme tu le sens. Je te mets à ton entière disposition Ulphir, qui restera avec toi pendant toute la mission. Il sera là pour t’aider à rendre la mission la plus agréable possible pour les cratiides. Il possède de grandes compétences en médecine, ça pourrait être bien utile pour surveiller la santé de ces petits gars. » Il jeta un regard à Ulphir. Ce dernier sembla lâcha un soupir, sans doute déçu de se retrouver reléguer à médecin de garde pour les cratiides. Bien entendu il avait une mission supplémentaire, qu’avais volontairement omis Furfur : surveiller Enki. « Je te laisse pour le moment Enki, si tu veux me parler, tu sauras facilement où me trouver. Et ne t’inquiètes pas, je vais respecter ma promesse et rendre la mémoire à Lilith, et de se fait là je vais t’emprunter un petit moment Ulphir. Du coup je te laisse en remplçant Pazuzu. »  
 
Il s’en alla en compagnie d’Ulphir et de Lilith, et le fait de laisser Pazuzu sembla confirmer que le rôle primaire d’Ulphir sera de surveiller Enki. Tout le beau monde monta, laissant ainsi seul Enki avec les cratiides, et l’imposant Pazuzu. Ce dernier croisa les bras, et lâcha un :
 
« Hummmm. »
 
La route de Phoenix s’arrêta dans une pièce, ressemblant à une petite salle de médecin, et invita alors Lilith à monter sur le lit de médecin. Elle s’exécuta, et se retrouva assise dessus, et balança ses jambes. Enfin, elle allait pouvoir récupérer sa mémoire, et son cœur commença à s’emballer, la pression était forte.
 
« Tu as réussi ta mission, et il est de mon devoir de te rendre ce que tu recherchais. Néanmoins, je vais te remettre en garde, sache que tu pourras regretter ta décision. Veux-tu réellement te rappeler de tout ? »
 
Lilith répondit rapidement, montrant sa détermination.
 
« Ma décision est prise depuis longtemps, je veux récupérer ma mémoire. »
 
Phoenix sortit de sa poche un triangle, ce qui étonna grandement la démone et il frappa un seul coup sur ce dernier, laissant sortir une simple note. Lilith se tint soudainement la tête et lâcha un cri, et il y avait fort à parier qu’Enki est pu l’entendre vu l’ampleur de ce cri. Finalement Lilith tomba par terre, mais avant sa chute Ulphir la rattrapa. Et la fit allonger sur le lit et il annonça en voyant le résultat.
 
« Il semblerait que cela faisait trop longtemps que ce triangle n’ait pas servi, et tout cette accumulation de souvenir … elle a fait  un choc émotionnel. Nous allons devoir suivre son état. »
 
Furfur se dirigea vers la porte et se retourna pour répondre :
 
« Très bien. Je vais envoyer quelqu’un du laboratoire pour veiller sur elle. Et j’espère qu’il sera à la hauteur, car j’aurais besoin d’elle, pour remplacer le pilier que j’ai perdu. Quant à toi, tu vas retrouver Enki, les cratiides restent la priorité. »
 
Phoenix comptait donc de faire devenir Lilith la troisième pilier de son royaume. Au bout de quelques minutes un scientifique débarqua, permettant ainsi à Ulphir de se libérer pour retrouver Enki, libérant à son tour Pazuzu qui retrouva Furfur qui était à son bureau, accompagné de l’un de ses sbires qui prit la parole pour annoncer :
 
« C’est confirmé, sa venue est prévue pour le mois prochain. »
 
Le successeur de Serafino qui était assis sur son bureau posa sa tête sur ses mains et répondit.
 
« Très bien, tachons d’être prêt le moment venu. »
 
---
Pendant ce temps dehors, une personne recouverte d’une longue capuche espionna le bâtiment de Furfur, et finalement s’en alla en voyant des gardes faire la ronde. Il y avait donc une autre personne dans les environs, mais son objectif restait inconnu pour le moment.
---
 
La journée continua, et nous arrivons au moment du soir. Subitement un des sbires arriva avec un assez jeune prisonnier démon qui essayait de se débattre. Il avait pour mission de l’apporter à Phoenix. Il continua sa marche et se dirigea vers les escaliers, mais le prisonnier arriva à se libérer, mais il se fit arrêter net par Pazuzu. Il l’attrapa sous son bras droit, et il monta avec le pauvre prisonnier facilement vaincu. Le sbire qui se trouvait au sol se releva, et entendit le prisonnier hurler. Pazuzu redescendit avec le prisonnier … non, ce qu’il restait du prisonnier : un squelette avec ses habits. Le démon sortit, et jeta ce qu’il restait avec les ordures. Néanmoins étrangement ce squelette semblait bien plus grand que le prisonnier qui était monté …  
Enki
Demon
Masculin Age : 31
Date d'inscription : 07/12/2006
Nombre de messages : 1850
Bon ou mauvais ? : Bon, c'est indéniable.
Zénies : 1100

Techniques
Techniques illimitées : Chant du vent, Danse de l'aigle, Mur Lumière
Techniques 3/combat : lance maudite, armure de Dösatz
Techniques 1/combat :

MessageSujet: Re: [Monde Démoniaque] Liens du sang   Dim 27 Sep 2015 - 20:55
Enki caressait la petite créature perdue qui était contre lui. D'une patte elle saisit un morceau de sa chemise et la serra fort comme pour s'assurer qu'Enki resterait. Elle semblait comprendre quelques mots pour en avoir prononcé mais semblait pas tout à fait sûr de son langage, répétant simplement. A quel point cet enfant était conscient de sa situation ?

Le jeune Phoenix se mit alors à être plus doux, s'excusant et expliquant regretter ce qui était arrivé à Epoh. Enki gardait un regard sombre, toujours nourrit d'animosité envers le maître des lieux. Ulphir confirmait qu'ils avaient fait des tests génétiques sur un enfant cratiide, et Phoenix exprimait ses regrets et sa volonté de les rendre plus libres afin qu'ils survivent. Qu'ils ne devaient pas souffrir : que tout ceci était fait en quête de leur bien-être. Enki ne défronçait pas les sourcils : les démons philanthropes il n'y croyait pas. Serafino avait des plans pour les cratiides et son héritier devait en avoir aussi. Tout ceci n'était que de la poudre aux yeux, des paroles pour l'amadouer et il n'en croyait pas un mot. Mais il fallait avouer qu'il savait tellement bien y faire qu'Epoh ne semblait pas le craindre. Enki laissa Phoenix toucher l'enfant, après tout c'était une façon de savoir ce qu'il s'était passé avant son arrivée. Si les cratiides n'avait peur que d'Ulphir c'était que le jeune pilier ne s'était pas salit les mains.

Enfin, l'hôte lui affirma lui donner carte blanche, lui expliquant qu'il était le seul à pouvoir sauver son peuple. Enki resta muet : enfin quelque-chose de vrai. Enki s'en voulait presque de les avoir laissé seuls au vue de tout ceci.
Phoenix allait partir tenir sa promesse envers Lilith et laissait cependant Pazuzu pour le surveiller avant le retour d'Ulphir. Enki avait presque envie de sourire devant cette preuve de l'hypocrisie de l'héritier de Serafino. "Amusez-vous bien... Et j'espère que la prochaine fois que vous viendrez me parler ce sera pour me dire la vérité."
Enki resta donc seul avec les siens et la montagne de muscles qui grogna.
"Je n'ai pas mieux à dire." dit-il en réponse à Pazuzu. Enki sourit un peu, baissant sa tête pour câliner un peu le mutant. Il semblait exténué. "Reste ici un instant Epoh, je reviens." Enki se défit alors de la prise du gamin qui sembla inquiet à l'idée d'être à nouveau seul. Le dösatzien marchait avec détermination vers la sortie. Pazuzu le suivrait sans doute et c'était parfait : Enki alla dans sa chambre et une fois là-bas il regarda le démon. "J'aime autant être suivit par toi que par ce maigrichon de scientifique." Dit-il en prenant la couverture et l'oreiller de son lit miteux. "Aide-moi à ramener tout ça là-bas, si comme le dis Phoenix les cratiides ont le droit au même traitement que les démons, il faut commencer par leur donner plus de confort. Gentil démon, pas grogner."


C'est ainsi que bientôt les cratiides eurent un sommier et un matelas supplémentaire pour s'installer. Enki commença à mettre de l'ordre dans la salle, regardant avec amusement les créature le regarder et le suivre, curieuses. Epoh, faible et timide avait lui-aussi quitté sa chambre pour regarder le bonhomme déménager et organiser cette pièce dans laquelle il risquait de passer le plus clair de son temps ces prochaines semaines.
Ce moment fut cependant perturbé par un cri horrible de Lilith au loin : toutes les cratiides se réunirent alors autour de Enki, prises de peur. Le patron de bar les regarda, lui-même étonné de les voir aussi nombreuses à ses pieds... Il releva ensuite la tête se demandant si Lilith allait bien. Phoenix... était un adversaire puissant et effrayant malgré son jeune âge. Enki lança un regard à Pazuzu comme pour lui demander d'aller voir, mais Pazuzu ne bougea pas, comme si de rien était.


Ulphir revint prendre la place de Pazuzu et l'échange se fit.
"Ah mon nouvel esclave !" dit Enki pour accueillir le scientifique qui serait sans doute surprit de voir le mobilier de la chambre d'Enki ici. "Ne restez pas immobile, vous avez tout votre matériel à ranger, je veux que ce labo devienne une cuisine et une salle de bain sans danger. Fini de jouer avec des éprouvettes ! Vous ferez vos consultations ailleurs Docteur Maboul." Tourner en ridicule Ulphir pour le punir de ce qu'il avait fait allait être une priorité pour Enki qui alla prendre Epoh dans ses bras pour se diriger vers le fond de la salle où un tapis avait été déroulé pour que tout le monde s'asseye par terre.

"Bien, je crois qu'on est tous là..."
Il caressa quelques cranes et sourit. "D'abord il va falloir établir un premier contact : que ceux qui comprenne mon langage saute sur place." Quelques cratiides sautèrent, et d'autres les regardèrent sons comprendre. D'autres après quelques secondes sautèrent par mimétisme.
"Moi, je .. comprend !" Dit Epoh en souriant, toujours contre Enki. Peu de cratiides étaient donc capables de suivre ses directives, cela devait représenter moins de 5%. Cela serait difficile de les faire progresser rapidement. Il pointa du doigt les quelques cratiides plus érudies "Je vais avoir besoin de traducteurs alors. Je compte sur vous pour leur apprendre mon langage : Ce sera le premier pas pour nous sortir d'ici. Je vais vous sauver et vous serez bientôt libres." Il sourit, chaleureusement. Quelques cratiides semblaient plus détendues alors que d'autres ne comprenant rien, restaient cloitrées.


Enki dès la première fin de journée vint s'assoir près d'Ulphir. Il n'avait pas spécialement envie de discuter avec ce mec qui avait fait du mal à l'un des siens, mais il avait besoin qu'il réponde à l'une de ses questions : "... Concernant Epoh, est-ce qu'il... souffre ? A-t-il des complications qui mettent en danger sa vie ?"


Alors qu'Ulphir faisait la vaisselle après qu'Enki ait cuisiné ce que les domestiques du manoir leur avait apporté, l'entrainement avait reprit : Les cratiides escaladaient des parcours mis au point par le serviteur de Gohen. Certaines étaient très bons et Enki répétaient souvent des mots clefs afin que les créatures les mémorise. Bientôt les activités devenaient des jeux pour les êtres de plumes et Enki les laissait se renforcer alors que lui-même s'entrainait. Ulphir regardait d'un mauvais œil les séances que se réservait l'invité pour s'entretenir, comme s'il allait mener une bataille, mais cela motivait les cratiides les plus téméraires. Seuls les larves plus âgées restaient moins actives mais se consacraient à l’élevage des quelques bébés du groupe. Cela ne faisait quelques jours et déjà les plumages étaient plus soyeux, les regards plus brillants, comme si pour la première fois les créatures ne pensaient plus seulement à la survie, mais à s'épanouir en tant que groupe. Quand le soir venait, Enki dormait la tête sur un bout du matelas, le reste du corps par terre, laissant ses confrères profiter du confort. Des dizaines de bestioles venaient contre lui dormir, et Epoh lui tenait chaque nuit la main.
Tous s'étaient habitué aux cris de l'extérieur. Quels genre d'expérience pouvait-il y avoir dans la juridiction de Phoenix ? Enki ne pouvait oublier qu'au premier jour il avait vu un prisonnier se faire trainer par la fenêtre... Et plus tard un il n'en restait qu'un sac d'os comme si toute sa chair avait été dévorée. Il avait pensé à un monstre affamé, mais la différence de taille du cadavre rendait incohérente la scène. Malheureusement Ulphir était une carpe et Enki préférait se consacrer aux cratiides dans un premier temps.


Mais une dizaine de jours plus tard, Enki qui semblait, au contraire des cratiides, de plus en plus las, alla discuter avec Ulphir : ce dernier aurait compris qu'Enki était sérieux et ne voulait pas contrarier les ordres, élevant les créatures sans se rebeller. Les quelques piques qu'il avait faite à Ulphir étaient inoffensives et il espérait qu'en échange, Ulphir serait plus coopératif. C'est donc au moment de l'examen des cratiides qu'Enki, assit proche du scientifique, qu'il engagea une discussion.

"Je n'ai pas eu l'occasion de revoir Phoenix, j'imagine qu'il est satisfait des rapport que vous lui faites." Enki avait posé ses coudes sur ses cuisses, assis mais penché en avant. "Je sais bien que ce que fait Phoenix n'est pas par générosité, et qu'il se trame d'étrange choses ici. Je me doute qu'au moment voulu vous savez que je ne vous laisserai pas faire, le jour où je comprendrais votre vrai but." Enki passa sa main dans ses cheveux. Ils étaient moins soyeux qu'avant. Sa chemise était noircie de trainer avec les créatures goudronneuses et son manque de sommeil n'arrangeait pas son état. Il passait ses nuits à imaginer les plans de Phoenix et réfléchir à comment se tirer de là en ne risquant pas la vie des cratiides. Plus le temps passait et plus il avait peur que le niveau de plus en plus avancé des cratiides les rende compatibles avec les vraies plans des démons. Mais d'un même fait, Enki avait de plus en plus de chance de s'en tirer s'il avait à ses côtés une armée de créatures et non plus des peluches inoffensives qui seraient au contraire des boulets. "Quoiqu'il en soit, faite savoir à Phoenix que son plan se déroule à merveille et que le niveau de ses cobayes augmente bien, cependant il nous faut plus de place et de confort pour aller vite. Pour qu'elles puissent changer d'apparence je vais devoir passer à un stade au dessus et cette pièce va devenir insuffisante." Le manque de lumière était aussi un regret pour Enki qui déjà pas très bronzé de coutume commençait à avoir mauvaise mine. "Personne ne peut s'épanouir dans l'ombre." Sourit Enki, fatigué, mais espérant que ses souhaits seront exaucés. Et puis déménagé ou avoir plus de liberté serait peut-être une piste supplémentaire pour une évasion : c'était la vraie raison de cette demande. "Bref, et sinon... Comment va Lilith ?"
Lilith
Demon
Féminin Age : 23
Date d'inscription : 13/05/2014
Nombre de messages : 36
Zénies : 1000

Techniques
Techniques illimitées : Sokudo - Violet Beam - Klinge
Techniques 3/combat : Wirefield - Lamies
Techniques 1/combat : Kielbasa

MessageSujet: Re: [Monde Démoniaque] Liens du sang   Lun 12 Oct 2015 - 23:28
Enki venait de faire connaissance avec les cratiides, et Pazuzu surveillait ses faits et gestes. Il commença par se diriger vers sa chambre, et il allait de soi que le pilier allait tout simplement le suivre. Finalement à la stupeur de Pazuzu, Enki lui demanda de l’aider à débarrasser sa chambre, afin d’agrémenter le plus possible le séjour forcé des cratiides. Juste après la demande d’Enki, Pazuzu lâcha un regard méprisant. La différence était net entre Ulphir qui semblait bien frêle et inoffensif, et Pazuzu ce tas de muscle qu’on craint car on a l’impression qu’à tout moment ce dernier pourrait nous sauter dessus. Après quelques secondes t’attente il rentra dans la chambre et attrapa les affaires et tourna sa tête en direction d’Enki, et ne put s’empêcher de grogner.
 
La mise en place d’un lieu plus sympathique fut terminée et Pazuzu s’en alla en n’oubliant pas de passer devant Enki pour grogner. Cela n’était pas méchant, mais simplement une façon de répondre à la provocation du nouveau venu qui lui avait annoncé un peu plus tôt de ne pas grogner. A peine arrivé le scientifique reçu un ordre de la part d’Enki. Il ne put s’empêcher de soupirer.  Quelques temps encore il était celui qui donnait des ordres. Il jeta un coup d’œil et regarda la pièce, qu’Enki avait décidé d’emménager d’une façon plus agréable. Il ne répondit pas et sortit un bloc note, et commença à prendre des notes. Enki reprit la parole, et ordonna à Ulphir de changer le laboratoire en une cuisine et salle de bain. Il reprit son bloc note, continua d’écrire, et finalement prit la parole.
 
« Ce n’est pas Docteur Maboul mais Docteur Ulphir. Augmenter le confort de ces petites bestioles. Cela fait totale contradiction par rapport à leurs milieux de vies habituelles, c’est sans doute une approche intéressante. Néanmoins ce laboratoire doit encore exister. »
 
Ulphir serait-il déjà en train de montrer ses crocs ? Il est logique pour un scientifique ne pas aimer voir son laboratoire se retrouver remplacer par une garderie. Il ne resta pas longtemps sans parler, car il allait donner des explications.
 
« Sauf si vous avez envie qu’on cesse tout suivi médicale de ces petites bestioles. La plupart d’entre eux ont une santé fragile, et il nécessite une alimentation adapté, ainsi qu’un suivi quotidien de leur santé. Bien entendu si vous jugez que cela n’importe peut, je peux le remplacer en une cuisine, cela pourra toujours s’avérer utile pour cuisiner les nombreux cratiides mort par votre faute. »
 
Au final le scientifique se montra d’un certain point de vu coopératif. En effet il aurait très bien pu écouter bêtement les ordres d’Enki, mais il avait décidé de donner avant tout son point de vu. Perdre ce laboratoire lui importait peu, celui qu’il chérissait se trouver juste à côté de la demeure de Phoenix.
 
« Vous me voyez comme ton esclave, moi je te vois comme juste un pion pour arriver à bien l’étude des cratiides. Nous sommes tous les deux forcer de travailler l’un avec l’autre … alors tant qu’à faire entraidons nous, et nous serons tous les deux gagnants. Bref, si vous voulez créer une cuisine et une salle de bain il reste une autre pièce libre, on va pouvoir installer ça. Si vous avez besoin de plus de matériels pour leurs conforts dis le moi, je chargerais des démons de cette quête. »
 
Ulphir siffla, et une dizaine de démons arrivèrent. Il commença à expliquer le plan, et les démons se mirent à l’exécution. Le pilier ne comptait donc pas devenir un esclave, non tous ceci … c’est son projet, il n’allait pas l’abandonner si facilement et ce qui venait de se passer en était le parfait exemple : il allait aider Enki, mais ne ferait pas tout ce qu’il voulait bêtement. Finalement l’entrainement commença et Ulphir se posa dans un coin, Enki était en train de tester l’intelligence des cratiides. La journée s’écoula, et le nouveau venu se posa à côté d’Ulphir qui prit grand soin de ferme son calepin. Il lui demanda plus d’informations sur le fameux Epoh. Le scientifique sorti de sa poche une cigarette électronique et commença à papoter avant de répondre :
 
« Epoh est hors de danger. Néanmoins il y a des complications. La modification de son code génétique a supprimé un gène vital, Ce gène permet de synthétiser une enzyme nécessaire pour le processus de la fabrication de Proline. Et une carence en proline va fragiliser ses artères, mais également ralentir ses cicatrisations. Et si le manque se poursuit cela se conclura par sa mort. Du coup il faut veiller à lui en donner régulièrement. » Ulphir alla dans son laboratoire et revint avec une boite ou il était écrit dessus « L-Proline. ». Il le tendit à Enki. « S’il oublie pas d’en prendre, il ira très bien. La seule douleur qu’il a est psychologique, mais hélas je suis un scientifique pas un psychologue. Chaque nuit il fait des cauchemars, j’ai tenté de lui donner des comprimés, mais en vain.  »
 
Avec ces expériences Epoh peut sans doute s’estimer heureux de n’avoir pas plus de complications. Les activités reprirent et Ulphir se retrouva malgré lui à faire la vaisselle. Rapidement saoulé, il demanda à des démons de l’aider. Il devrait installer un lave-vaisselle, mais il n’avait pas assez arrivé d’eau, et ne pouvait donc pas le faire. Ulphir ne voulait pas se laisser diriger par Enki, mais il se retrouva malgré lui un nounou.
 
Une dizaine de jours passèrent, et Enki s’avança vers Ulphir et reprit la parole, se montrant bien plus bavard que d’habitude. Pour ne pas changer de ses habitudes le scientifique sorti sa cigarette électronique et écouté tout en papotant.
 
« Je pense qu’il se chargera lui-même de te répondre à ta question. » La première réponse d’Ulphir ne fut pas sympathique envers Enki, mais ce n’était pas de la mauvaise volonté, il n’avait tout simplement pas de retour de ce dernier. « Les objectifs de Phoenix … j’en ai pas la moindre idée, et je dois t’avouer que je m’en fou. Moi tout ce qui m’importe c’est que mon expérience soit mené à bien. Ce que fera Phoenix une fois ceci terminé ne me regarde pas. Mais vu le grand soin qu’il a pris des cratiides, tu n’as sans doute pas grand-chose à craindre. » Ce n’était donc pas de la bouche d’Ulphir qu’il trouvera des réponses. « Néanmoins si j’étais toi, j’éviterais de te mettre en travers de la route de Phoenix. Tu es en terrain hostile, je te donnerais pas cher de ta peau. » Enki expliqua ensuite que pour que les cratiides puissent se développer il fallait une salle bien plus grande. Ulphir sourit et lui répondit : « Pendant ces dix jours les démons ont travaillés d’arrache-pied pour rendre un bâtiment viable pour eux. Je me suis basé sur tout ce que tu as préparé pour eux pour qu’ils soient le plus à l’aise possible.  On peut y aller dès que vous le voulez. »
Ulphir y avait tout préparé : salle de bain, cuisine (sans oublier un lave-vaisselle), sans oublier son fameux laboratoire. Le pilier avait anticipé la demande d’Enki : sa demande était logique, il savait très bien qu’en voyant les cratiides grandir que la place serait donc limité. Il avait donc mis en place un endroit bien plus grand, mais sans oublier le plus important la sécurité : oui il n’était pas naïf, qui dit plus d’espace, dit plus d’angles morts. Il avait fait de façon que la fuite, ne soit qu’un mot, et non un fait possible. Finalement Enki changea de sujet et se mit à parler de Lilith.
« Ah Lilith, Eh ben … »
 
---
7 jours plus tôt

Phoenix était tranquillement installé à son bureau, en train de jouer avec une simple balle. Finalement la balle se trouva hors de sa portée, et la flemme l’emporta sur l’envie de continuer de jouer avec : il resta donc planté sur sa chaise à ne rien faire. Néanmoins son ennui allait de suite s’arrêter, un démon avec une blouse fit irruption :

« Elle s’est réveillée ! »
 
« Oh ! »
Phoenix s’avança tranquillement vers la pièce où elle se trouvait. Elle était donc restée plusieurs jours dans le coma. Elle était à présent assise et se tint la tête. Et Phoenix lui demanda :
 
« Alors tes souvenirs sont revenus ? »

Lilith répondit la voix tremblotante.
 
« Tout est si confus … »
 
Phoenix se tourna vers le démon et lui demanda de lui ramener Ulphir. Jusqu’à l’arrivé du pilier le silence régna en maitre. Ulphir arriva et occulta Lilith et annonça :
 
« Visiblement en bonne santé, sa mémoire est actuellement trouble. Je pense que rapidement elle ne devrait pas tarder à retrouver la mémoire, et redevenir ce qu’elle est vraiment. »
 
Un sourire s’afficha sur le visage de Phoenix qui rajouta :
 
« Parfait, combien de jours cela prendrait ? Se serait parfait qu’elle soit opérationnelle avant la fameuse arrivée. »
 
 « Elle le sera dans moins de 10 jours. »

---
Actuellement
 
… elle va très bien, d’ailleurs elle est juste là-bas. Fais coucou à Enki Lilith ! »

La démone se retourna et jeta un regard sanglant en direction d’Enki et s’en alla. Oui le contraste était énorme par rapport à la Lilith qui était venu ramener le démon.
Enki
Demon
Masculin Age : 31
Date d'inscription : 07/12/2006
Nombre de messages : 1850
Bon ou mauvais ? : Bon, c'est indéniable.
Zénies : 1100

Techniques
Techniques illimitées : Chant du vent, Danse de l'aigle, Mur Lumière
Techniques 3/combat : lance maudite, armure de Dösatz
Techniques 1/combat :

MessageSujet: Re: [Monde Démoniaque] Liens du sang   Mar 12 Jan 2016 - 22:22
Ils avaient donc déménagé dans ce terrain plus grand. Enki regardait le plafond : il était allongé sur le sol, sur un tapis épais. Autour de lui des dizaines de cratiides sommeillaient alors que l'aube allait bientôt se lever.
Dans ce nouveau local, ils voyaient d’avantage le ciel : un ciel pourpre et brumeux, comme le monde démoniaque en offre souvent. L'éther, le souffre forme de drôle de nuages lourds : les charniers qui bordent la déchetterie de la ville doivent en être la cause... Car après tout depuis que Gohen ne règne plus et que des petits arrivistes sèment le chaos les corps que laisse les querelles de pouvoirs expire des gazs infâmes dans tous les recoins. Pas d'étoiles visible d'ici, ce monde est tout comme cet salle où lui et ses congénères étaient retenus : une prison.

Enki avait passé plusieurs jours depuis sa discussion avec Ulphir. Ces mystères, il le les supportait de moins en moins : Quel était le plan de Phoenix ? Qu'était-il arrivé à Lilith ? Qu'était ce drôle de cadavre le premier jour ? ... Quel est le pouvoir de l'héritier de Serafino et comment le contrer pour sortir d'ici ? Cela faisait bien trop longtemps qu'il n'avait pas marcher librement, et son esprit seul voyageait fictivement dans le reste du château de Phoenix : Il devait en apprendre plus !!

Le dösatzien tourna la tête et vit Epoh dormir comme l'enfant qu'il était, paisiblement. Il était un élève prodigieux et son intelligence en faisait un être sensible et courageux. Un garçon au coeur pur qui ne devrait jamais avoir à vivre ainsi et encore moins à mener une bataille... Comment le faire sortir de là ? Enki lui caressa la tête, voyant qu'il remuait.
"Tu ne dors pas Enki ?'
Enki pour toute réponse continua à lui caresser les plumes qu'il avait sur le crane.
"Tu as peur pour ce soir ?" redemanda le garçon. Enki sourit. "J'ai tout retenu. Je retiens tout ce que tu me dis, je n'oublierai jamais rien Enki."
"Je sais, tu es très intelligent Epoh."
Le petit garçon se redresse et vient se plaquer contre le torse d'Enki : assis sur ses genoux, il récite.
"Nate Kurusawu est le premier choix. C'est ton meilleur ami et un scientifique : fabriquer du ... L-Pro-li-ne sera facile pour lui. Hikaritatsu m'aidera à le trouver, c'est aussi un grand ami à toi, comme la jolie Tytoon ou encore Maître Gohen. Bulma ne comprendra pas forcément mais elle est gentille et intelligente, elle m'aidera aussi. Je dois me méfier de Monsieur Stinger mais tu es sûr qu'il m'aidera si jamais tes autres amis sont introuvables..." A chaque personnage Epoh lève un de ses petits doigts. "Si jamais on s'évade et que je suis séparé de toi, tu as tellement d'amis que je ne risquerait rien dès que je dirais ton nom. Enki Dou Grand Frère !" Il se blottit et referma les yeux. "Dors, ce soir tu seras fatiguée sinon." Conclut le petit qui semblait déjà dormir.

Enki passa donc une journée habituelle : les cratiides s'exerçaient, s'instruisaient, progressaient. Au moment du repas Enki aidé par le fidèle Epoh prépara une salade pour tout le monde, et donna, comme tous les autres jours une assiettes à Ulphir ou au garde qui surveillait. Vivre avec un observateur n'était pas super agréable, mais la nature du patron de café était d'aller vers autrui. Ensuite ils passaient un moment détente entre confrères, à jouer, se chamailler, resserrer les liens. Être une équipe. C'était souvent à ce moment qu'Ulphir inspectait chaque individu, les pesait, les soignait. Puis en fin d'après-midi de nouveaux petits exercices d'endurance avant de tous se laver, se restaurer et se coucher tôt. Une vraie garderie bien organisée... Mais même si les cratiides étaient en parfaite santé, elles ne semblaient pas devenir plus malines. Elles ne semblaient pas communiquer avec Enki, ni comprendre tout, et Ulphir avait forcément dû le noter : A part Epoh, aucune créature ne semblait doué d’intellect ni même apte à répondre à un ordre.

Alors au soir, chacun prit la même place que d'habitude : Enki en chemise blanche était assoupit au centre de tous les autres monstres dans un coin douillet de la grande salle. Les plus petits aimaient dormir sur le dos des plus grands, créant une drôle de pyramide se gonflant aux fil des inspirations, sorte de montagne de plume dans l'obscurité, éclairée par les quelques veilleuses qui permettaient de surveiller que personne ne tentait de s'échapper.
La montagne remua de l'intérieur alors que le rire d'Enki se fit entendre "Vous m'écrasez ! Haha !" Le bras d'Enki émergea alors entre deux têtes de cratiide, et la masse s'immobilisa. Les ronflements des plus vieilles créatures commençaient, comme chaque nuit à se faire entendre, et au bout de plusieurs minutes, un énorme ronflement de cratiide fit sursauter toute la montagne de plume et de graisse... puis la nuit commença. Une longue nuit.

Mais les apparences sont parfois trompeuses.

Enki était en ce moment même vêtu en noir, en train de sortir par une vitre brisée. Son plan avait jusque là l'air de marcher... Le garde le pensait avec les autres en train de dormir, et le bras qui semblait être le sien, bien visible faisait son office de leurre. Un plan simple, presque puéril...
Cette idée il l'avait eu avec Epoh, plusieurs jours de cela : D'abord il fallait habitué le garde de nuit à les voir dormir toujours ainsi, les uns sur les autres, Enki au centre, à peine visible. Prétexter un moment de chahut pour remuer le centre du monticule et laisser Epoh enfiler sa chemise pour prendre sa place et simuler un buste et des bras humains visible à peine entre les corps des cratiides. Pendant ce temps Enki se hisse hors du tas et dans la pénombre attends le moment convenu où un faux ronflement sonore couvrira le coup qui brisera une vitre : avec sa télékinésie, le démon empêche les éclats de voler bruyamment partout et les pose en douceur sur le sol de la cour. Une fenêtre qu'il avait inspecté comme les autres murs afin de s'assurer qu'aucun sort comme celui qu'il avait lui-même sceller dans la chambre de Gohen n'était installer comme alarme. Mais tout avait marché... Il était à présent dans le domaine de Phoenix.
Et comme il s'en doutait des démons y circulaient en masse.


Enki n'avait pas de but, son seul était d'en apprendre le plus possible avant de revenir, sans se faire voir. En revenant il n'aurait qu'à signaler la fenêtre cassé. Que l'on pense qu'elle s'était brisée par accident ou car il s'était extirpé n'avait aucune importance tant qu'entre temps il était revenu sans se faire attraper. Les cratiides ne craignaient pas grand chose, Enki restait proche d’elles et observait simplement les environs... Les cratiides... Ces merveilleuses créatures intelligentes qui avaient fait semblant d'être idiote pour laisser à Enki plus de marche de manœuvre face aux ennemis : elles avaient compris chacune leur rôle et chacune l'intérêt de la discrétion.

Il èra ainsi discrètement en volant silencieusement au dessus des lustres, des poutres, il écouta, repèra, enquêta. Ce château il y avait déjà été emmené contre son gré... Mais sa reconstruction en avait changé quelques couloirs. Phoenix semblait avoir plus de personnel également, et de nombreux labos contrairement à Serafino qui avait du sous-traiter ses expériences...
Cachant sa propre aura, le dösatzien repèra cependant parfaitement celle des autres : son don l'aidait à repérer Pazuzu, Ulphir, Lilith et Phoenix : mieux valait éviter ce dernier et ses deux piliers, mais Lilith le rendait curieux... Il se dirigea vers elle en espérant que du côté des cratiides, tout irait bien.

[En espérant que ça te plaise, je voulais bouger une peu... Tu peux me faire témoin d'une scène et rentrer sans encombre, ou me choper, as you wish !]
Lilith
Demon
Féminin Age : 23
Date d'inscription : 13/05/2014
Nombre de messages : 36
Zénies : 1000

Techniques
Techniques illimitées : Sokudo - Violet Beam - Klinge
Techniques 3/combat : Wirefield - Lamies
Techniques 1/combat : Kielbasa

MessageSujet: Re: [Monde Démoniaque] Liens du sang   Lun 1 Fév 2016 - 1:50
Ce château, en avait vécu des choses, et il tenait toujours là debout. On pouvait bien tenter de détruire un mur, il sera aussitôt remplacé. Il laissait une étrange sensation d’impuissance, sensation que de nombreux démons ont connu en venant ici, et Enki pourrait bien en être l’un d’eux. Le démon qui a fraichement débarqué dans ce grand terrain continuait les exercices avec les cratiides. Plusieurs jours s’écoulèrent, et comme à son habitue Ulphir était là pour surveiller. Son rôle pouvait avoir une apparence différente pour chaque personne. Pour certains il pourrait être le médecin de service, pour d’autre un surveillant pour d’autre le gardien de la prison. Les choses ne semblaient pas avancer, les cratiides semblaient être toujours aussi stupide qu’avant, et forcement Ulphir ne se priva pas de le noter. Ce n’était pas de bon augure, cela faisait un moment qu’Enki était là, et le seul à montrer de réel signe de progrès était ce fameux Epoh. A croire qu’au final que la science d’Ulphir était une science bien plus sure que ce qui était pratiqué par Enki. Puis comme à son habitude il se coucha en compagnie de ses congénères, et également comme à son habitude Ulphir choisit ce moment pour s’éclipser : il était l’heure de faire le rapport à Phoenix.
 
Le démon scientifique marcha tranquillement dans les couloirs du château, et frappa à la porte du chef du domaine puis entra après avoir entendu l’aval de ce dernier. Phoenix était assis sur sa chaise et afficha un léger sourire en voyant rentrer son subordonné avec son calepin en main. Phoenix regarda son téléphone, lisant sans doute un message y répondit et le reposa, ceci dura bien une minute ou deux. Finalement après cette petite scène Phoenix était prêt à écouter ce qu’avait à dire Ulphir. Au même moment Lilith fit son entrée. Elle se posa silencieusement dans un coin.
 
« Alors mon cher Ulphir dis-moi, comment avance les choses ? Les cratiides montre-t-elle des signes de progrès ? »
 
Le visage du scientifique semblait bien triste, ce qui n’était pas de bon augure, faisant perdre au passage également le sourire de Phoenix.
 
« Les cratiides ne semblent montrer aucun signe de progrès. Hormis Epoh, aucun ne semble montrer le moindre signe de progrès. »
 
Finalement ce que craignait le plus Phoenix était en train de se produire, son plan serait-il un véritable fiasco ? Non il ne pouvait pas se le permettre, sinon tout cela n’aura servis à rien. Il tourna sa tête vers un de ses sbires et lui demanda froidement, montrant sa frustration
 
« Dans combien de jour arrive-t-elle ? »
 
« Dans 13 jours. »
 
« Ulphir il nous reste donc plus que 14 jours pour agir. Vu les résultats le plus intéressant serait peut-être de retourner sur la génétique, vu que c’est le résultat qui a été le plus probant jusqu’à présent, quitte à ce qu’on est peu de survivants, mais pas qu’on ne se retrouve avec rien le jour j. »
 
Ulphir était-il prêt à retourner à ses diaboliques expériences sur les cratiides ? Cela risquerait de déplaire à Enki, mais vu la situation actuelle cela pouvait-être la dernière solution. Ulphir répondit à ses questions.
 
« Je vais profiter des jours à venir pour reprendre mes expériences. Je vais prétexter de prendre des tests sanguins pour encore les analyser. Néanmoins en si peu de temps j’ai bien peur que les résultats soient peu fructueux, voulez-vous vraiment prendre le risque ? »
 
Phoenix sembla réfléchir, la réponse qu’il allait donner pourrait complément changer le destin d’Enki dans ce château. Le silence s’installa un instant, et personne n’osa l’interrompre. Finalement après de très longues secondes Phoenix répondit :
 
« Cela serait bête de faire marche arrière. Il reste encore 13 jours, quand je vois ce qu’est devenu Enki j’ai bien l’espoir qu’il puisse faire quelque chose. Néanmoins si dans 12 jours on ne voit aucun résultat, on changera de méthode afin qu’on puisse présenter quelque chose … on aura qu’à montrer Epoh, et tu utiliseras ta méthode de transformation devant-elle pour les transformer en véritable démon. »
 
Ulphir répondit tout aussi tôt :
 
« Mais … en agissant aussi précipitamment on risque de ne pas avoir vraiment de survivants …  Et …»
 
Phoenix lui coupa la parole :
 
« Je veux également le bien pour eux, mais dépassé cette date ils nous seront plus d’aucune utilité. De toute façon même si on les laisse dans cet état je les aurais jetées. Car quand un jouet ne marche pas, on le jette. Néanmoins je n’espère ne pas en arriver là ! Je suis persuadé qu’on peut arriver avec un résultat avec la méthode d’Enki. Très souvent le plus difficile quand on veut quelque chose, c’est le début. Combien de personne ont elle abandonné car ils ne voyaient pas de résultats ? Mais une fois cette étape passé les choses devienne bien plus simple. On se dit qu’on a été capable de progresser, alors pourquoi on ne pourrait pas encore plus progresser ? Qu’en penses-tu Ulphir ? »
 
Ulphir redressa une nouvelle fois ses lunettes, car oui les scientifiques ont toujours la fâcheuse habitude d’avoir des lunettes qui tombent de leurs nez.
 
« Une courbe exponentielle je vois. Oui cela est jouable, donc si dans 13 jours on atteint pas un résultat satisfaisant on retourne à la génétique ? Et que faisons-nous d’Enki ? »
 
« Exactement. Si les résultats ne sont pas concluant il deviendra un de tes cobayes que tu pourras te servir pour améliorer les résultats de sa génétique, puis on le dressera ou on le tuera, tout dépend s’il n’est pas trop difficile à dresser. »
 
Finalement c’est le garde qui prit la parole, donnant son point de vue.
 
« N’avez-vous pas peur qu’il monte une rébellion ? Il pourrait très bien tenter de s’échapper de notre domaine ! »
 
Phoenix rigola et lui répondit tout en se levant.
 
« S’échapper de notre domaine ? Certains ont essayés … mais ils ont eu des problèmes. Et oui il n’en a tout simplement aucune chance. Ce dernier est complétement entouré d’un champ électrique. Qui a été mis en place par Ulphir en personne. » Il vit le garde hésitant, et Phoenix le prit de vitesse en continuant « Mais pourquoi un champ électrique et pas un simple mur me diras-tu ? Tout simplement car ceci permet également de bloquer toute tentative de téléportation. Ceci nous permet éviter toute attaque, mais également toute fuite. En tout cas je compte pour toi pour garder ça secret. »
 
Cette zone entourait le château ainsi que la demeure où se trouvait Enki et les cratiides. Ce terrain était suffisamment grand pour être viable, mais cela montrait bien qu’au fond qu’Enki se trouvait bien dans une prison. Soudainement Pazuzu débarqua dans la pièce avec un jeune démon en main et sembla grogner. Phoenix lui fit signe de la main qu’il pouvait se détendre.
 
« Très bien Ulphir on en a fini. Continue donc d’observer Enki. Espérons pour lui qu’il arrivera à quelque chose pour eux. La réussite et la seule chose qu’il permettra à voir un avenir pour les cratiides. Sinon il pourrait-être le responsable d’un génocide de sa propre race. »
 
Ulphir s’en alla tout en prenant soin de saluer le pilier. Phoenix tourna sa tête en direction de Lilith qui était silencieuse depuis son entrée dans la pièce.
 
« Alors j’espère que cette phase de récupération se passe bien. Bref j’ai demandé à Pazuzu de t’emmener ici car j’ai une mission à te donner. »
 
Finalement il chuchota dans l’oreille de cette dernière afin que seulement elle puisse l’entendre. Lilith acquiesça et le démon frappa dans ses mains satisfait de la réponse obtenue. Finalement Lilith accompagné par le garde s’en alla, et Pazuzu se chargea de lancer le jeune démon dans la pièce juste avant de fermer la porte laissant seul le maitre des lieux avec ce jeune garçon. Phoenix s’avança vers le démon qui était collé contre un mur. Le pilier posa sa main droite sur la tête de ce dernier et commença à frotter tout en annonçant :
 
« Ne t’inquiètes pas, j’ai juste besoin d’une chose. »
 
Soudainement le jeune démon se mit à crier, et fait étrange ce dernier … se mit soudainement à vieillir. Plusieurs minutes s’écoulèrent et au final tout ce qu’il restait de ce jeune garçon n’était rien d’autre qu’un squelette appartenant à un vieillard. Phoenix approcha de sa porte et frappa, et Pazuzu refit son apparition et attrapa le squelette.
 
« Ah qu’il est bon de se nourrir ! Bref après un bon repas, rien de mieux qu’une bonne sieste. »
 
 Phoenix s’approcha de sa fenêtre et ferma cette dernière qui était légèrement entrouverte et se hâta de fermer les volets. Fenêtre contre laquelle se trouvait Enki
 
----
Un peu plus tôt.
 
Lilith marchait tranquillement dans le couloir, vadrouillant sans but. Rien de bien intéressant. Soudainement elle s’arrêta quelques secondes et se tint la tête. Elle s’empressa de prendre quelque chose de sa poche et l’avala. Finalement elle continua sa route et croisa au passage Pazuzu.
 
Elle croisa Pazuzu téléphone à la main et ce dernier lui annonça :
 
« Tu devrais aller rejoindre Phoenix. »
 
Elle acquiesça et se dépêcha de se rendre dans la fameuse pièce. Enki qui suivait Lilith ne pouvait pas se permettre de rentrer dans la pièce. Heureusement pour lui il pouvait sortir pour accéder à la fenêtre qui était ouverte, par laquelle il pouvait tout entendre, par chance pour le démon. Quoi qu’il en soit il pu faire le plein d’informations sans se faire remarquer.  
 
----
 
Dans la chambre de Phoenix
 
Le démon en pyjama était assis dans son lit, et mit soudainement à rire. Il se tenait son visage avait sa main droite et ne put empêcher de laisser apparaitre un immense sourire.
 
* Enki tu es malin, ce n’est pas pour rien que je t’ai cherché. Néanmoins ce que tu oublies c’est que j’ai toujours un coup d’avance sur toi. Utiliser les cratiides pour te cacher et pouvoir partir le soir espionner, quelle bonne idée. Néanmoins Enki j’ai deux armes que tu n’as pas. J’ai tout d’abord recruté le meilleur illusionniste qu’il soit pour jouer le rôle d’un cratiide. Que ce soit son apparence, son aura, son comportement, tout est parfaitement mimé. De plus vu le nombre conséquent qu’il y a, tu ne peux faire attention à tous. S’il en manque un à un moment tu peux pas t’en rendre compte. De ce fait même si tu penses être seul, tu es toujours surveillé Enki. De ce fait je serais toujours à l’avance n’importe coup que tu feras. Il s’est chargé de m’envoyer un message discretement pour me prévenir de ta fuite. *
 
Le démon se mit sous sa couverture, et continua de se perdre dans ses pensées.
 
* Ensuite mon deuxième arme est Pazuzu. A lui tout seul il est capable de repérer n’importe quel démon. Il t’avait repéré Enki, et il a vu que tu suivais Lilith. Si mon infiltré n’aurait pas été là, Pazuzu se serait chargé de te déloger, mais par chance pour moi ce ne fut pas le cas. J’ai tout simplement demandé à Pazuzu de ne pas réagir avant qu’il le fasse et de simplement envoyer Lilith chez moi. Je n’avais rien de particulier à lui dire, mais de cette façon je pouvais faire venir Enki à moi. Et ainsi pouvoir jouer le grand jeu. J’ai pu réussir à te faire comprendre que la fuite n’était pas envisageable et que la seule façon pour les cratiides de s’en sortir était que tu te sortes les doigts du cul. Au je sais très bien que les cratiides ne sont pas si idiotes que ça, il fallait bien te donner un petit coup de bâton pour que tu te bouges Enki. Oui tu pensais que cette expédition t’auras été utile, mais au final, c’est ironiquement à moi qu’elle fut utile. A présent va faire ce que j’ai envie que tu fasses. Et oui Enki tu ne peux rien contre moi, Serafino lui-même avait rapidement compris mon potentiel, ce n’est pas pour rien qu’il m’a pris sous ses ailes. *
 
Et c’est ainsi que cette nouvelle journée se termina.
Enki
Demon
Masculin Age : 31
Date d'inscription : 07/12/2006
Nombre de messages : 1850
Bon ou mauvais ? : Bon, c'est indéniable.
Zénies : 1100

Techniques
Techniques illimitées : Chant du vent, Danse de l'aigle, Mur Lumière
Techniques 3/combat : lance maudite, armure de Dösatz
Techniques 1/combat :

MessageSujet: Re: [Monde Démoniaque] Liens du sang   Ven 19 Fév 2016 - 23:32
Tic. Tac.
Pourquoi le temps passe de façon différente dans ce maudit monde démoniaque ? Comme s'il y était plus lourd, plus épais, plus oppressant.

13 jours. C'était si court mais aussi incroyablement loin, comme s'il fallait à Enki traverser un marée brumeux pour atteindre ce moment.

Tic. Tac.
Ne pas dormir n'aidait pas à trouve le temps moins long.
Il était allongé à côté des siens, les yeux grands ouverts alors que toutes les autres créatures dormaient dans la pénombre : Même pas de lune ici... Et le peu de lumière dans cette prison lui faisait se demander comment les rares plantes pouvaient survivre ici sans photosynthèse. Pas étonnant que l'air soit aussi vicié.
Il ne pouvait plus fermer l’œil, son cerveau calculait sans relâche toutes les possibilités, le moindre monceau d'espoir existant : et ils étaient maigres.
Sa "fugue" avait été un franc succès, il avait amassé une quantité d'information incroyable, mais chacune d'entre elles était alarmante !

Il écrasa ses mains contre ses orbites fatiguées. Il était exténué, stressé, pâle... Comment pouvait-il aider les siens ? Il était seul face à une cité remplies de démons dangereux et sans pitié !! Ils allaient tous mourir, ou tous finir en esclave. Quel destin misérable... Aussi minable que lui.
Enki se recroquevilla un peu plus sur lui, camouflant sa tête dans ses coudes. Il avait la nausée depuis 24h à force d'angoisser vainement.

Tic. Tac.
Tic. Tac.

Il était tôt quand Epoh se réveilla : une odeur de charcuterie grillée le fit sourire et il se précipita vers la cuisine : Enki était en train de préparer un petit déjeuner royal pour toute la colonie, et le petit garçon s'empressa de découvrir les plateaux garnis de bacon, jambon mais aussi d'oeufs et de pain. Bientôt le groupe entier dégustait le repas sous le regard du protecteur qui avala avec peine quelques morceaux de salami avant de se rabattre sur le café. Les cratiides semblaient en meilleure forme que jamais et c'était la seule chose positive qu'il avait pour se réjouir.

La journée se poursuivit comme à l'accoutumée ; tous s'exerçaient habilement et certaines cratiides devenaient prometteuses : mais pas assez pour se battre dans 12 jours... Et quand bien même, l'armée de Phoenix devait être trop forte pour eux.
Affaiblit Enki était peu endurant lors des exercices et c'est en nage qu'il se dirigea vers les douches : la transpiration qui perlait de son front jusqu'à ses lèvres avaient un goût salé qui l’écœura... Il n'était même plus apte lui-même à se battre s'il ne se ressaisissait pas.

Ulphir se chargea alors, comme tous les jours de passer en revu les créatures, les pesant et inspectant leurs santé. Jamais des cratiides n'avaient vécu aussi longtemps qu'Enki, et il était attentif aux problèmes que les plus vieilles cratiides semblaient développer : elle avait l'air bien, et bien que leur dentition ne cesse de croitre elle semblait apte à se développer sans problème encore des décennies.
"J'espère bien, vous imaginez un patron de café perdre son dentier !" dit-il a Ulphir, faussement naturel.
Le patron de café justement, fixait Ulphir pendant toute la consultation. Pensif, il réfléchissait... mais semblait dans le vague, à bout de force, ayant enchainé deux 2 blanches. A l'issue de cela, le scientifique passa devant Enki sans un mot, et posa devant lui un boite transparente remplie de cachets : des vitamines. Enki eut un rictus et regarda s'éloigner Ulphir qui était remplacé par un garde, levant le bocal pour y regarder à travers la silhouette du second de Phoenix qui sortait. Enki attrapa ensuite quelques pilules qu'il avala.



"Aujourd'hui je vais vous apprendre quelque-chose de nouveau." Enki était assis en tailleur face à ses élèves. "Vous êtes aujourd'hui presque tous aptes à maîtriser votre pouvoir". Enki montra dans sa main une sphère d'énergie magique, équivalente à du Ki. "Nous avons, nous les cratiides, un grand pouvoir en nous." Il sourit. Derrière, Ulphir observait plus que jamais : l'énergie qu'utilisait Enki n'était pas le ki, mais une sorte de magie violacée. "Nous avons des prédispositions pour apprendre à synthétiser cette énergie. Elle peut servir à de nombreux pouvoirs différent et peut-être que dans plusieurs mois vous arriverez à avoir vos propres styles." Enki utilisa alors la sphère pour soulever des objets alentours. "Moi ma spécialité c'est de modeler l'air avec : je porte les objets, je vole moi-même avec, et il m'arrive même de créer de violents vents avec."
Les cratiides étaient toutes excitées, et Epoh complétement hystérique. Enki alors leur confia à chacune un peu de magie, qu'elle devaient dans un premier exercice tenter de conserver en main, ou en patte plus précisément. Mais le plus facile pour elles étaient de la maintenir sur leur front. "Il nous faudra quelques jours pour réussir à comprendre simplement la tenir en place. Dans un mois vous commencerez sans doute à synthétiser la votre !"

Enki savait que cela ne suffirait pas pour l'arrivée de cette mystérieuse femme, mais il ne pouvait pas faire mieux. Ulphir prenait de nombreuses notes, d'un coup rassasié de toutes ses infos. Phoenix serait sans doute frustré de ne pas avoir encore cette démonstration de cratiides "magiciennes" sous la main dans 11 jours...

La nuit arriva à nouveau et avec elle les nombreuses questions habituelles : que devenait Lilith ? Elle semblait si sérieuse et dévouée, bien plus effrayante qu'avant. La jeune fille avait laissé place à une femme calme et mystérieuse, au regard glacial.

Et qui était cette femme qui arrivait dans 10 jours ? Enki pensa aux grands Roi des autres royaumes, et également aux piliers de l'ancien royaume de Gohen. Les homologues de Serafino comptaient un homme, Alricaus et Alouqua ( sans doute avait-elle inspiré les parents de l'ancienne camarade d'Enki qui portait e même prénom). Phoenix avait parlé d'un pilier qui avait déserté : Y'avait-il quelqu'un qui avait remplacé un de ses deux là ? Il pouvait s'agir aussi d'une amie de Madame, peut-être même sa relève ?... Enki avait même imaginer Madame de retour d'entre les morts. Cette vieille avaient eu de son vivants plus d'un tour dans son sac. Qui qu'elle était, Phoenix en avait-il peur ? Pourrait-elle être une alliée le moment venue ? C'était sans doute la meilleure chance pour lui et les cratiides : mais pour cela il fallait encore que les créatures reste vivantes d'ici là, et éviter que Phoenix décide de leur infliger une mutation express.

Pour ce qui était de s'enfuir, c'était impossible. Passer outre une armée, une cité et un mur infranchissable était impossible sans aide extérieur. Non, leur meilleure chance était cette femme.

Mais c'était un espoir trop mince, et trop incertain qui arrivait bien après le risque que Phoenix demande à Ulphir de transformer les cratiides : Enki avait depuis des jours un autre plan... Suicidaire. Mais le seul possible. La seule faiblesse dans la tactique de Phoenix. Ce qui était effrayant c'est que le dösatzien n'arrêtait pas de penser aux pouvoir de l'héritier de Serafino : si le mystère du squelette qu'il avait vu au premier jour était résolu, cela n'éclairait pas plus que ça le pouvoir de Furfur. Phoenix, quel pseudonyme évocateur de la vie, de la mort. Le maître de la cité avait semblait-il le pouvoir d'aspirer la vie d'autrui pour se la donner. Est-il immortel ? Avait-il le nombre de vie équivalent au nombre de victimes qui avait connues le même sort que ces deux squelettes ? Faudrait-il le tuer des centaines de fois ? C'était impossible !

A moins que ce n'était pas des vies, mais le temps qu'il absorbait, et cela expliquerait cette habile téléportation lors de l'attaque surprise d'un révolutionnaire isolé à leur arrivée au château. Dans tous les cas, Enki n'était pas plus aidé. Ce plan ne pourrait prendre en compte les pouvoir de Furfur.



12ème jour. Cette femme devait arriver demain... Et Enki semblait toujours affaiblie, et tenez que grâce à l’instinct de survie, la peur, la détermination... et les vitamines. Le démon avait l'air faible, fatigué, mais son regard souligné de certes était déterminé.

De leur côté les cratiides ne se doutait de rien ; le patron de bar avait peur que cette deadline ne les angoisse et les détourne de leur apprentissage.
Enki attendit le soir, ne fatiguant pas trop les cratiides en exercices ce jour-là.
Quand Ulphir s'avança pour faire les tests habituels : Enki lui tomba dessus pour le maîtriser en lui lançant une lance maudite pour l'empaler au sol par l'épaule. Au même instant un sceau s'activa devant les cratiides et libéra pleins d'énergie qu'Enki avait accumulé dedans depuis des jours. "Exercice du jour : Maîtriser cette énergie pour en faire un bouclier autour de vous. Je sais que vous en êtes capable, Epoh y arrive parfaitement, il vous guidera !"
Epoh sortit la tête du troupeau de plume et impressionné il finit tout de même par se concentrer et crier des instruction : toutes les créatures se mirent en cercle et se protégèrent, et le petit garçon inquiet, resta là où il pouvait voir Enki.
Ce dernier avait revêtu son armure dösatzienne et agrippant Ulphir il lui susurrait des mots à l'oreille.
"Si je te tue, plus question de transformer les cratiides... En te tuant je règle tous mes problèmes : Phoenix n'aura plus que moi pour les faire évoluer." Enki fit rayonner la lance maudite, toujours active : Elle s'allongea et transperça la cuisse d'Ulphir. "Je n'ai rien à perdre. Toi mort je gagne du temps pour les sauver... Alors il va falloir me donner une raison de te laisser en vie." Un mur lumière se leva autour d'eux deux et les isola. "Aide-nous à nous évader ou je te tuerai dans la seconde."
Lilith
Demon
Féminin Age : 23
Date d'inscription : 13/05/2014
Nombre de messages : 36
Zénies : 1000

Techniques
Techniques illimitées : Sokudo - Violet Beam - Klinge
Techniques 3/combat : Wirefield - Lamies
Techniques 1/combat : Kielbasa

MessageSujet: Re: [Monde Démoniaque] Liens du sang   Mar 15 Mar 2016 - 2:12
Enki était en train de courir dans une longue plaine interminable poursuivant les cratiides. Finalement il se retrouva piégé dans une grosse toile d’araignée, il continua d’avancer tant bien que mal. Après avoir finalement lutté il arriva à s’en sortir. Mais ce que le démon n’avait pas remarqué c’est que des fils étaient accrochés à lui et pendait depuis le ciel, et c’est grâce aux mouvement de ces derniers qu’il s’en était sorti. Phoenix s’étira dans son lit, venant de se réveiller. Il avait un grand sourire aux lèvres, encore fier de son coup de la veille. Plus que 12 jours, et elle allait arriver ! Il sortit du lit, une nouvelle journée commençait pour lui. Sur son chemin vers la douche il croisa Lilith et il attrapa son menton avec sa main droite et il annonça :
 
« J’admire ta transformation. Tu es devenue parfaite Lilith. »
 
« Merci, maitre. »
 
 La démone n’était plus du tout ce qu’elle était. Elle semblait tout simplement formaté, afin de pouvoir exécuter les ordres du démon à la lettre.
 
Flashback
 
On pouvait voir Lilith dans une pièce seule en train de manger un cadavre humain, et Serafino admirait le travail derrière une magnifique vitre et juste à côté de lui se trouvait Phoenix, physiquement identique au Phoenix de notre époque. Finalement Ulphir fit l’apparition dans cette pièce et donna son diagnostic :
 
« L’opération est une réussite elle n’a plus aucune humanité, et est devenue une parfaite marionnette. Néanmoins son intelligence frise le néant, de ce fait il est difficile de lui donner des ordres, et le fait qu’elle ne puisse pas réagir par elle-même la rend difficilement utilisable en public. »
 
Serafino annonça :
 
« Dans l’état actuelle des choses elle ne me serait d’aucune utilité. Le temps que nous trouvons une solution nous n’avons qu’à la mettre dans le coma. »
 
Phoenix regarda par la fenêtre, intrigué par Lilith en train de manger comme de si rien n’était cet autre démon. C’est une démone mais en réalité une animale, la puissance qu’elle dégageait lorsqu’elle utilisait ses mâchoires était tout simplement fascinante. Elle était le rêve pour tout grand stratège, elle était proche de la perfection.
 
--- Plusieurs années plus tard –
 
Ulphir rentra dans le bureau de Phoenix et annonça avec un grand sourire
 
« J’ai trouvé la solution ! »
 
La solution était simple : des produits chimiques et pour terminer le réveil de Lilith sous sa véritable conscience. Il suffisait ensuite qu’elle vive un peu pour elle-même afin de faire travailler son cerveau. Par la suite il suffira de refaire revenir sa seconde personnalité, et cette dernière pourra se servir des informations de la première. En quelque sorte une fusion des personnalités. Phoenix n’avait qu’une seule hâte de voir la finalité.
 
De nos jours
 
Phoenix relâcha le menton de la démone. Elle était à présent complètement sous les ordres de Phoenix, et gardait un minimum d’indépendance. Ce que Serafino avait commencé, Phoenix l’avait terminé. Et le résultat dépassait ses espérances. Il attrapa la main de la démone la trainant dans une pièce semblant être une salle de bain.
 
Chez Enki
 
Enki comme à son accoutumé s’occupa de ses petits, et Ulphir devait prendre des notes. La journée commença tranquillement avec de la charcuterie grillée. Comment interpréter cette action ? Comptait-il s’occuper du mieux possible avant le jour J sachant qu’il ne peut rien faire pour eux ?  Heureusement non, il avait encore bien des choses à leurs apprendre. Il semblerait bien que le coup joué par Phoenix avait eu son effet. Mais le plus drôle c’était le regard que le démon portait régulièrement sur Ulphir, Enki cherchait donc à se rassurer en voyant Ulphir prendre des notes. Il avait donc bien compris la leçon. Il n’y avait donc pas besoin d’en faire plus pour le moment. Ils étaient en train d’apprendre l’utilisation d’énergie, voilà ce qui allait faire plaisir à Phoenix. Comme à son habitude une fois la journée terminée il s’en alla faire son rapport à Phoenix.
 
« Très bien veille à ce qu’ils travaillent le plus possible. Quoi qu’il arrive mon plan restera le même. Mais plus il apprendra de choses aux cratiides mieux se sera. »
 
« Très bien. »
 
Le scientifique s’en alla tout en regardant Lilith qui la fixait du regard. Cette démone, sa création ... ce regard le mettait mal à l’aise. Il était tant pour lui de retourner à ses travaux personnels. Il était un peu forcé de travailler le soir pour arriver à avancer sur ses autres projets. Mais cela ne lui posait pas problème, il faisait ce qu’il lui plaisait le plus au monde.
 
Un jour avant l’arrivée de la femme
 
On arrivait à un jour de l’arrivée de cette femme, et hélas les cratiides étaient loin d’être les cadors espéraient. Comme à son habitude Ulphir rentra dans cette pièce sans con carnet habituel, et en toute logique il devait trouver un Enki dans un état lamentable. Oui Enki savait qu’aujourd’hui ne serait pas un jour ordinaire. Comme à son habitude Ulphir s’avança vers les semblables d’Enki pour faire divers tests. Néanmoins aujourd’hui les tests étaient surtout pour voir l’état de l’avancé de l’entrainement. Mais à sa grande surprise Enki tendit un piège au scientifique qui se retrouva agripper par Enki. Ce dernier venait d’effectuer la seule action qui lui restait : s’en prendre à Ulphir. Le scientifique qui se trouvait dos au mur dans cette situation répondit tranquillement, ne montrant pas le moindre signe de stresse. Il garda le silence quelques secondes, et finalement répondit :
 
« Très bien Enki, je vais t’aider à te libérer. »
 
Bien entendu il semblerait que le scientifique tienne plus à sa vie qu’à autre chose. Une fois mort il ne pourra pas voir la fin de ses expériences, une fin tragique pour un scientifique : ne pas pouvoir la fin de ce qu’on entreprend. Il reprit la parole, mais il comptait donner des informations importantes
 
« Néanmoins je vais uniquement te libérer du mensonge dans lequel tu es emprisonné. Tu penses que je suis indispensable. Oui je suis très utile pour lui, et ma mort serait une terrible perte. Néanmoins sache que Phoenix n’avait pas attention de faire subir le sort qu’avait subi Epoh aux autres. Tout ceci n’était qu’un prétexte pour te mettre la pression afin que tu bosses le plus possible avec les cratiides. Il a toujours eu un autre plan en tête, mais ce plan tu le connais pas, vu qu’il ne l’a pas évoqué quand tu l’espionnais. » 

Voilà qui devrait perturber Enki qui apprenait sur le coup que toutes les informations qu’il avait gagnées … c’était un plan calculé par Phoenix qui avait toujours une longueur sur Enki. Et sa potentiel fuite serait sans doute également voué à l’échec. Mais c’était sans doute sa seule chance.
 
« Mais de toute façon je ne suis pas le véritable Ulphir, donc bon fais ce que tu veux de lui. »
 
Enki pouvait voir Ulphir passer par la porte d’entrée avec son carnet habituel, qu’Ulphir ne portait pas. En regardant de plus prêt on pouvait voir des différences inhabituelles, l’Ulphir qu’il tenait en face de lui … semblait bien différent de l’Ulphir habituel.
 
« Désolé Enki, mais ton seul plan tombe à l’eau, à moins que tu es envie d’éliminer ce magnifique illusionniste. Abandonne Enki. »
 
Enki se trouva alors dans une situation tragique, ou encore une fois il pouvait sentir cette sensation dans laquelle il n’était pas maitre de ce qu’il faisait. Le démon pouvait sans doute se rendre compte : il n’était rien qu’une marionnette. A ce moment-là le faux Ulphir posa un mouchoir en tissu sur la bouche d’Enki et il annonça en même temps profita de ce moment où le démon pouvait se retrouver perturber :
 
« Désolé j’ai menti, je suis bien le véritable Ulphir. »
 
On pouvait voir Epoh se précipiter vers Enki qui semblait tanguer. Ulphir venait de lui donner un puissant somnifère qui devrait instantanément le faire tomber de fatigue sauf si ce dernier avait choisi de contrer. Quoi qu’il arrive Pazuzu attendait sur le toit, prêt à intervenir. Il avait réagi dès qu’il avait ressenti l’énergie d’Enki, et si ce dernier tentait la moindre chose il s’apprêtait à faire une entrée fracassante. Tout était prévu. Enki devait normalement voir sa vue baisser et se sentir partir.
 
Dans une grande salle
 
Enki semblait reprendre conscience, et il pouvait constater qu’il était tout simplement les bras attachés et Pazuzu attendait sagement à côté de lui. Ce dernier annonça avec sa voix grâce :
 
« Tu grognais pendant que tu dormais. »
 
Finalement on pouvait voir dans cette grande salle tous les cratiides éparpillés. Dans un coin se trouvait Ulphir, et on pouvait voir un peu partout des gardes. Et finalement la star, Phoenix fit son apparition. Il avança tranquillement en direction d’Enki accompagné de Lilith. Il s’arrêta devant lui et il s’abaisser pour arriver à auteur d’Enki, encore dans les vapes :
 
« Ne t’inquiètes pas tu as dormi que quelques heures. Tu vas pouvoir assister au grand spectacle ! » On pouvait entendre les soldats applaudir. « Tu es joueur Enki n’est-ce pas ? Toi qui as tenté le tout pour le tout en essayant de fuir ! Hélas pour toi j’avais un coup d’avance sur toi, j’ai un coup d’avance sur toi, et j’aurais un coup d’avance sur toi. Ulphir avait décidé de se changer pour sembler différent de d’habitude dans le cas où tu l’attaques. Bien entendu il aurait juste pu intervertir avec le polymorphe mais en faisant ça il risquait de se faire démasquer. Il n’a aucune expérience dans le domaine de la science et si tu serais resté sans l’attaquer tu aurais vite remarqué qu’il n’était pas Ulphir. Du coup le polymorphe a attendu que tu attaques pour apparaitre sous la forme d’Ulphir. Le scientifique a parlé pour gagner du temps, le temps que ce dernier se transforme et apparaisse. Ah ! C’est toujours agréable de faire ce fameux monologue d’explication quand on vient d’humilier quelqu’un. En tout cas il est temps d’agir car demain, la grande pilière. Enfin ex-pilière vu qu’elle est à présent un roi des démons, au maitre titre que moi !»
 
Phoenix semblait d’humeur joyeuse. Il était donc loin d’être dans l’état désespéré qu’il montrait lorsqu’Enki l’avait espionné.
 
« Comme je le disais, tu es un joueur. Du coup je te propose de jouer à une devinette. Que va t ’il arriver à ton avis à tes cratiides chéris ? » Il s’éloigna tranquillement et s’approcha d’un premier et annonça tout en le caressant : « De la tendresse ? ». Il donna un coup de pied dans un autre « De la douleur ? » Il lança ensuite un couteau qui manqua de peu un cratiide « La mort ? » Il termina son avancé juste devant Epoh : « Ou bien un peu de tout ? » Il retourna auprès d’Enki et termina son discours. « Alors qu’elle est ta réponse ? TIC TAC TIC TAC. Le temps s’écoule, dépêche-toi de me donner ta réponse ! Alors vas-y je t’écoute ! » Il laissa parler le démon puis s’en alla tout en sautillant et s’approcha du premier Cratiides et il posa sa main dessus et ce dernier était en train de trembler. Il regarde Enki et lui annonça : « Un indice : la réponse est dans ma dernière phrase. »
 
Finalement on pouvait voir de l’énergie émaner du démon, ainsi que du jeune démon. Ce dernier commença à grandir, et gagner en taille. Phoenix se releva tout en affichant un énorme sourire. Enki venait d’avoir les réponses sous ses yeux.
 
« J’ai la capacité de faire vieillir les choses. Faire vieillir les cratiides de base n’est pas intéressant, car ce n’est pas comme ça que j’allais les faire progresser. En effet un être inutile de base restera inutile même en vieillissant. Mais si tu apprends les bases à cet être inutile … avec le temps il apprendre à ne plus l’être. » On pouvait voir le cratiides jouer avec une énergie violette avec de grandes facilités. « C’est pour ça que j’avais besoin de toi. Pour leurs apprendre un maximum de choses en peu de temps pour qu’ils aient les bases pour devenir plus puissants afin que je puisse ensuite utiliser mon pouvoir. Je ne voulais pas utiliser la même méthode que pour Epoh, qui était tout simplement pas assez rentable. » Une nouvelle fois les soldats se chargèrent d’applaudir et chef des lieux reprit la parole : « Je te remercie pour ton travail acharné. Mais sache que tu peux mettre encore utile. Maintenant qu’ils vont tous être plutôt débrouillard, se serait bien que tu leurs apprennent la base pour pouvoir se transformer en humanoïde. Et si ce n’est que les bases … pas grave j’utiliserais mes pouvoirs, moi j’ai beaucoup de temps à leurs donner ! »
 
Il s’approcha d’Epoh, il était le plus évoluer de tous. Il regarda Lilith et lui annonça :
 
« A présent je reprends main sur lui. Lilith ramène le dans sa chambre, je compte absolument sur lui demain. »
 
Avant de retourner vieillir les cratiides il fit une dernière halte vers Enki et il lui chuchota dans son oreille
 
« Si ton dernier espoir est une révolte des tiens … saches qu’Ulphir a inséré dans chacune de ces bestioles une capsule mortelle. Il suffit d’appuyer sur un magnifique bouton, et les cratiides meurent. Pratique non ? Du coup pour leurs biens je te déconseille de te servir d’elles. »
 
Phoenix savait très bien qu’en rendant plus fort les cratiides elles pourraient se retourner contre elle, d’où cet ajout d’Ulphir dans ces piqures. Ironiquement Enki allait devoir aider Phoenix à ne pas le trahir pour leurs propres survis. Le démon continua ensuite de vieillir l’intégralité des cratiides restantes. Cette grande salle allait devenir le théâtre final de cette grande pièce. Une fois tout cela terminé Pazuzu libéra Enki, et Phoenix s’en alla, laissant un dernier boulot à Enki. Il se retourna et annonça :
« Tu as une journée pour fini ton taff, mais pas d’inquiétudes, le temps n’est jamais un problème ! Du moins pas avec moi.»
Enki
Demon
Masculin Age : 31
Date d'inscription : 07/12/2006
Nombre de messages : 1850
Bon ou mauvais ? : Bon, c'est indéniable.
Zénies : 1100

Techniques
Techniques illimitées : Chant du vent, Danse de l'aigle, Mur Lumière
Techniques 3/combat : lance maudite, armure de Dösatz
Techniques 1/combat :

MessageSujet: Re: [Monde Démoniaque] Liens du sang   Lun 28 Mar 2016 - 18:42
Enki jouait le tout pour le tout. Il sentait dans son dos le peur perler, comme un serpent sur sa colonne vertébrale : il tentait de faire chanter le seul démon à sa portée, qui avait fait l'erreur de venir seul tout en étant un élément clef du plan de Phoenix. Attaquer Ulphir était la seule chose à faire, tellement logique qu'il savait que c'était prévisible.
Le scientifique coopéra, et expliqua un peu sa situation, ainsi que celle d'Enki. Il savait que ce dernier avait entendu les paroles de Furfur l'autre jour... Non, pire, Furfur avait donc parlé sachant qu'il entendait. Il était sans doute dans un piège, manipulé au meilleur des cas. Enki perdit son assurance, mais tenta tant bien que mal de rester menaçant : Ulphir était toujours sa seule porte de sortie, et il ne pouvait se relâcher.
Mais la panique le gagna quand il entendit que celui qu'il détenait dans le bouclier était un usurpateur et que le véritable Ulphir entra pour lui avouer que son prisonnier n'était qu'un illusionniste. Enki tourna la tête, et sentit son coeur battre très vite : il était piégé. Son coeur battait si fort : il allait se faire avoir et les cratiides allaient être mises en danger et...

Il n'eut le temps de s'inquiéter d'avantage car ses narines étaient emplies d'une odeur forte qui instantanément lui fit voir trouble et perdre toute force : le bouclier disparut ainsi que la lance maudite. Il ne perdit pas de temps et éloigna le bras d'Ulphir : Hors de question de se faire avoir pas un simple mouchoir, qu'importe la puissance de l'anesthésient dessus. Il se tourna vers Ulphir, décidé à le tuer : il leva sa main vers la tête du scientifique mais sentit alors que ses sens étaient troublé une secousse : Pazuzu venait de traverser le plafond pour le saisir par derrière et l'immobiliser. C'était bien un piège. Il fit exploser l'armure dözatzienne pour tenter dans un dernier geste de résistance de repousser ses assaillant : Pazuzu le lâcha. Il était libre ! Mais alors pourquoi le colosse ne l'attaquait pas à nouveau, pourquoi tout s'était immobilisé autour de lui ? Et pourquoi cette sensation aiguë dans sa cuisse ? Il vit Ulphir remonter ses lunette après avoir lacher une seringue planté dans la jambe d'Enki.

Le patron de café tomba sans entendre le choc du sol contre son corps, ni sentir la douleur. Il était déjà semi-inconscient. Le dernière image floue qu'il vit fut la silhouette d'Epoh courir vers lui, hurlant sans doute. Déjà il n'entendait rien. Il ne voyait plus rien. Il...


Il rouvrit les yeux. Son corps était encore engourdit et son crâne lui donnait l'impression qu'il était dur le point d'exploser. Il faisait sombre et il lui fallut quelques seconde pour voir qu'il avait changer de pièce. Il était d’ailleurs attaché par des chaines.

La voix de Pazuzu le surprit : il était donc sous sa garde. Il s'empressa de chercher du regard ses semblables et fut rassuré de les voir, tous réunis ici avec lui et bien vivants. Ulphir, qui avait un bandage à la jambe et à l'épaule. Aussitôt la silhouette du maître des lieux apparut face à lui. Lilith était avec lui : elle n'avait plus rien de la jeune fille qu'il avait rencontré la première fois, c'était une femme froide et sûre d'elle. Des soldats étaient aussi réunis et acclamaient leur Maître qui semblait ravi d'humilier Enki, insistant sur le fait de l'avoir manipuler.
Enki tenta de se redresser mais le poids des chaînes et ses membres encore groggy le rendirent maladroit. D'ailleurs le début des explications du Roi eurent du mal à se frayer un chemin jusqu'à son cerveau. En tout cas, Ulphir était bien blessé.

Puis Phoenix posa une question à Enki sur l'avenir des cratiides : cela eu pour effet de faire émerger de son état le dösatzien en un instant. Pour toute réponse Enki lança un regard noir à son opposant : Les yeux d'Enki était d'ailleurs cernés à un point catastrophique. Le Roi s'approcha alors des cratiides : la plus petite, celle qu'Enki avait vu lors de la traversée du portail était en premier ligne, inquiète, regardant son aîné enchainé.
Phoenix caressa une première créature... Puis lança un couteau tout près d'une deuxième. Les muscles d'Enki se raidirent. Phoenix se posta devant Epoh et parla de mort : Enki se redressa et les chaîne se tendirent vainement. Furfur s'approcha d'Enki alors que ses chaînes étaient toujours tendues : Le prisonnier serrait les dents, rebelle, faute de pouvoir faire autre-chose.

"Laisse-les tranquilles Phoenix... C'est moi qui me suis rebellé." Articula Enki, mais déjà le Roi posa sa main sur une cratiide et activa un étrange pouvoir. "Arrête !" Enki ouvrit des yeux rond en voyant son protégé grandir. "Laisse-le !!!" Il tirait de toute ses forces sur les chaînes, et s'immobilisa finalement en regardant son semblable devenu 3 fois plus gros. Que... le pouvoir de faire vieillir ? Cette cratiide était donc plus âgée ? Combien de temps venait-elle de perdre ?
Le démon repensa au squelette et comprit que sa supposition sur le temps avait été bonne... Mais delà à imaginer qu'il pourrait faire mûrir les cratiides ! Il pouvait même leur faire développer les bases enseigné, comme le temps le faisait... C'était...
Les soldats étaient hystériques alors qu'Enki était en pleins cauchemar. Que pouvait-il faire ? Il devait empêcher ce monstre de voler le temps de toutes ces créatures innocentes ! Lilith saisit alors Epoh pou l'emmener avec elle.
"Epoh !!" Le petit se débattit mais Lilith était manifestement bien trop forte. "Qu'allez-vous lui faire ?! Epoh !! Relâchez-le !!" Alors que son cerveau était abasourdi par toutes ces révélations, Phoenix vient lui en faire une dernière à l'oreille dans une susurre : Impossible de jouer au révolutionnaire avec une troupe rebelle, des capsules mortelles étaient implantées dans chaque créature. Enki encore plus accablé mit un instant à revenir à lui, et s'écria de toute ses forces avant que Lilith ne quitte la pièce : "Epoh, je te sauverai !! Reste courageux ! Epoh !" Enki regarda ensuite Phoenix s'approcher du reste du troupeau apeuré. " Non... Non..." Enki tira de toutes ses forces sur les chaînes, chargeant sa magie sur les chaînes, encore faible mais animé par le désespoir, la peur, l'urgence ! Sans résister, les cratiides qui étaient cernées par tous les soldats n'eurent d'autres choix que d'attendre leur tour et une à une vieillirent. Enki se laissa tomber au sol lorsque la dernière vu transformée : la petite et minuscule première boule de poil qui avait passé le portail avec lui était devenue aussi grande qu'un chien.

Phoenix se retira et Pazuzu libéra alors Enki dont les poignets étaient en sang. Il couru jusqu'à ses semblable et trébucha même tant il était fatigué. Les créatures se rapprochèrent de lui, et lui lancèrent des regard apaisant pour lui dire qu'elles allaient bien. Enki était étendu au sol, effondré sous le poids de sa frustration et de son impuissance. Une des créature lécha son poignet, et une autre fit apparaître une lueur bleuté qui vint caressé son bras : Enki releva la tête et vit qu'elle tentait de le soigner par sa magie maintenant bien maîtrisée. Il ne put résister plus longtemps et laissa une larme couler : il enlaça les créatures autour.
"Désolé, désolé, désolé..." Après un temps, il se releva et fébrilement, marcha jusqu'à la porte par laquelle avait disparut Epoh. La petite cratiide le suivit. Pazuzu était toujours là.

"Que veut-il faire ? Pourquoi ? C'est Alouqua qui la dernière pilier et qui vient demain non ? Pourquoi aurait-il besoin d'Epoh pour l’impressionner ?" Il regarda le troupeau de cratiide. "Il a déjà une armée non ? Pourquoi avoir besoin de cratiide évoluées ? Pour l'impressionner ?" Il appuya l'arrière de sa tête sur la porte. "Il est comme Serafino, il a soif de conquête. Si le dernier pilier a abandonné son territoire, Alouqua est son dernier obstacle pour prendre le royaume de Gohen en entier. Je le vois mal copiner avec..." Enki regarda Pazuzu espérant avoir une réponse. "Toujours un coup d'avance hein..." Enki n'avait aucune idée de ce qu'il pouvait faire et s'adressa à Ulphir : "J'ai mis des années à comprendre comment créer un corps artificiel : je n'utilise pas une illusion, mon corps est réel. Même les bases de cette techniques sont impossible à avoir en une journée... Le mieux a faire et d'apprendre l'art de l'illusion aux cratiides mais pour ça je ne suis pas le plus grand expert." Dit-il n'était pas sûr que Pazuzu, Ulphir, ou même un soldat ou une cratiide soit un faux. "Mais je peux proposer une chose : si Phoenix veut m'utiliser demain, je combattrai ou ferai le clown pour lui... Tant que je peux être en première ligne et tenter de protéger les miens si cela dégénère." Enki avait dans un premier temps besoin de soin : son corps contenait encore des toxines et il s'était fatigué seul avec ses liens. Il n'avait aucune énergie pour combattre. "S'il vous plait, je vous en supplie..." Il était dépité, et faisait pitié à voir. Il baissa la tête, sans aucune fierté, vaincu. "Laissez-moi protéger les miens... Je vous en conjure."
Lilith
Demon
Féminin Age : 23
Date d'inscription : 13/05/2014
Nombre de messages : 36
Zénies : 1000

Techniques
Techniques illimitées : Sokudo - Violet Beam - Klinge
Techniques 3/combat : Wirefield - Lamies
Techniques 1/combat : Kielbasa

MessageSujet: Re: [Monde Démoniaque] Liens du sang   Mer 6 Avr 2016 - 0:29
Enki impuissant faisait face au grand démon Phoenix, il ne faisait aucun doute que l’autoproclamé roi des démons était en train de profiter de ce moment. Jouissif, voilà comment le démon définirait ce moment en un mot. Le regard désespéré du barman ne faisait qu’amplifier ce moment de plaisir. Mais toute bonne chose avait une fin, et le maitre des lieux se décida de se retirer. Pazuzu silencieux regarda ce dernier s’en allé, puis fixa du regard Enki qui semblait vouloir se diriger vers la porte vers laquelle Epoh s’était retrouvé. Mais bien entendu l’imposant démon se positionna sur la route d’Enki. C’est à ce moment-là qu’Enki commença à prendre la parole, et tenta de négocier avec lui. Le seul problème c’est que Pazuzu n’était qu’un simple pion et que le démon ne faisait que perdre son temps. Sauf que … un bruit de pas retentis et résonna en même temps qu’un claquement de mains. C’était Phoenix qui venait de faire son retour avec un énorme sourire sur son visage.
 
« Magnifique, Magnifique ! Tel un paternel tu es prêt à te sacrifier pour eux, c’est réellement émouvant.  J’ai bien fait de rester dans les environs pour observer ta réaction, et tu ne m’as point déçu. »
 
Pheonix sortit de l’ombre et s’arrêta de frapper des mains. Il fixa du regard Pazuzu et il claqua des doigts. Son officier comprit immédiatement et appuya la tête d’Enki pour le forcer à s’agenouiller. Oui le roi aimait rappeler sa supériorité.
 
« Cela ne fait pas si longtemps que tu es parmi nous … mais tu sembles déjà bien me connaitre ! Ne serais-tu pas en train de devenir mon plus fidèle des serviteurs ? » Il tourna son regard vers Pazuzu « Fais gaffe tu as la concurrence ! » En guise de réponse Pazuzu augmenta son étreinte, comme pour montrer le fossé qui se trouvait entre les deux démons. « Oui, j’ai soif de conquête, je ne vais pas me contenter de garder ce petit héritage que m’a laissé Serafino, je vais terminer sa quête et devenir le véritable roi des démons ! Mais ma soiffe est bien plus grande que tu peux imaginer. Je ne veux pas devenir le successeur de Gohen. Non ça ne m’intéresse pas. Ce que je veux : c’est la conquête totale de l’enfer, et mettre à tapis Satan. Ahahahaha ! Je ne serais alors plus connu comme étant le successeur de quelqu’un, mais juste pour ce que j’ai accomplis. »
 
Le démon s’arrêta de parler un moment, sombrant dans un puissant fou rire. Finalement il arriva à se calmer et continua calmement son explication.
 
« Mais seul je ne peux pas, et la puissance actuelle de mon armée est bien trop faible. La pilière qui détiens la seconde partie du territoire est celle qui possède la plus grande ressource. Bien entendu j’ai envisagé de l’éliminer, mais son emprise sur son armée est-elle que si je l’éliminais à l’heure actuelle, son armée se vengerait alors, et mes chances de voir un jour mon rêve s’accomplir deviendra juste un vieux rêve. Donc j’ai besoin d’elle vivante, donc désolé on n’ira pas l’éliminer … du moins pas tout de suite. Pas tant que je n’aurais pas trouvé un moyen de contourner ce problème. »
 
Phoenix tourna ensuite sa tête en direction des cratiides, comme pour contempler sa création. Il ne restait plus qu’un jour et le grand moment arrivera !
 
« Elle viendra demain et on lui montrera ta merveilleuse équipe. Je compte sur toi pour l’impressionner. Elle arrive dans le but de tâter le terrain en vue d’une potentielle entente. Avec cette armée je vais devenir un parti intéressant en vue de son objectif : le nettoyage de la troisième zone. Bien entendu si elle juge que l’armée n’a aucun potentiel, elle pourra décider qu’une coopération ne sera pas intéressante, et elle tentera à elle seule de venir à bout de cette seconde partie. Et je ne pourrais pas lutter contre elle, et elle se trouvera alors avec un territoire bien plus imposant que moi. Mais dans le bon cas, on va avoir le droit à un partage équivalent. On pourra ensuite parler de fusion puis par la suite on pourra parler de son élimination. Une fois ceci terminé je pourrais commencer ma véritable conquête. Hélas ceci vas prendre du temps … et même si le temps n’est pas un problème pour moi, même si mon impatience me demande d’aller le plus vite possible. »
 
Phoenix avait donc finalement livré au grand jour ses plans. Peut-être qu’Enki avait une meilleure solution ? Phoenix n’avait aucun intérêt de tenter de détruire la pilière et son armée : ça reviendrait à détruire ce qu’il tente d’avoir : plus de puissances. Malgré ce long discours il n’en avait pas pour autant terminé :
 
« Néanmoins j’accepte ta proposition, je te nomme chef de l’armée des cratiides. A partir d’aujourd’hui tu vas diriger cette magnifique armée en devenir. MAIS, j’aimerais quand même que tu aides les cratiides à progresser, comme je te l’ai dit on doit l’impressionner. Et si ce n’est pas le cas, je vous donnerais à manger à Pazuzu. » Pazuzu lança un regard étrange à Phoenix, et le maitre des lieux ne put s’empêcher de rire. « Bien entendu je rigole, non je vais tuer chaque cratiides, UN par UN devant tes yeux. Je prendrais tout mon temps, afin que tu n’oublies jamais ce moment. Et je terminerais par un dernier cadeau. » Phoenix déposa doucement sa main sur la tête d’Enki et il afficha un grand sourire mettant en avant ses dents bien blanches. « Je te rajeunirais pour que tu redeviennes la larve que tu étais. Tu devras repasser par toutes les épreuves que tu as passées, et avec la mort de tous tes congénères sur ta conscience, et ça c’est bien pire que te tuer. »
 
Phoenix fit demi-tour, en ayant visiblement terminé avec Enki. Il attrapa finalement une chaise et se posa. Il ajouta tout de même :
 
« Mais je n’espère pas en arriver là ! Si comme tu dis, que ceci est ton vrai corps, tu devrais être capable de permettre à tes semblables de faire de même non ? Au pire mon illusionniste peut t’aider. Mais vu qu’il n’est pas très bon pédagogue, donc je compte sur toi. Je suis certain que tu peux arriver à un très bon résultat. Moi je reste ici dans le but de vérifier que tout se passe sans encombre, et bien dans entendu dans le cas où tu aurais besoin d’un coup de main, si tu vois ce que je veux dire ? »
 
Le démon avait absolument besoin de résultats, et c’est pour cette raison qu’il a décidé de rester ici pour vérifier par lui-même que tout se passe bien. De plus il pouvait apporter son pouvoir temporel pour aider les cratiides pour leur entrainement. L’histoire était en marche, Phoenix deviendra l’unique et le seul roi des démons.
Enki
Demon
Masculin Age : 31
Date d'inscription : 07/12/2006
Nombre de messages : 1850
Bon ou mauvais ? : Bon, c'est indéniable.
Zénies : 1100

Techniques
Techniques illimitées : Chant du vent, Danse de l'aigle, Mur Lumière
Techniques 3/combat : lance maudite, armure de Dösatz
Techniques 1/combat :

MessageSujet: Re: [Monde Démoniaque] Liens du sang   Sam 23 Avr 2016 - 12:58
Furfur, manipulateur et adepte des twists refit son apparition : dans un claquement de doigts Enki fut agenouillé par la montagne de muscle qu'était Pazuzu, face à ce gamin qui prenait des grands airs. Le dözatzien détestait ce petit despote de chacune de ses cellules mais il préféra ne pas bouger et écouter attentivement. De toute manière, il était trop fatigué pour résister.
La troisième pilière était bien sa cible, du moins selon les dires de Furfur : Enki ne croyait plus rien qui sortait de la gueule de cette vipère adolescente. Il se contenta d'avoir un petit sourire impertinent alors qu'il restait muet... Il resta à courber l'échine contraint par le démon et ne résista pas. Le seul moment où il réagit fut quand il affirma pouvoir le faire rajeunir : certes cela lui faisait peur mais ce qui était plus important était que si ce n'était pas du bluff, le pouvoir du démon était encore plus bourrin qu'il n'y pensait. Vieillir, rajeunir, arrêter le temps... Et quoi encore ? Comment pourrait-il se battre contre lui...? Il n'y avait plus qu'à imaginer qu'il était capable des sauvegarder et recharges les moments d'attaqueet Enki se retrouverai en pleins cauchemar...

Phoenix qui s'était d'ailleurs rapproché de lui pour lui faire ce dernier aveu enleva finalement sa main du crâne d'Enki qui avait pendant un instant eu peur que le pouvoir de l'héritier de Sérafino ne se manifeste... Il finira sans doute par y goûter de toute façon, il ne voyait pas comment il pourrait échapper à tout ça, à part en mourant avant lors d'une vaine tentative de sauver ses frères.

"Oui je vois ce que tu veux dire..." lâcha amer Enki toujours à genou et regardant le sol, ayant vu que Phoenix s'était mis à présent sur une chaise. Manifestement il allait être obligé de continuer l'échange, bien qu'il avait hâte que ce petit chieur se retire.... Enki soupira donc et ajouta, contraint de faire le dialogue : "Hum, en voilà des plans alambiqués pour une simple alliance : je croyais qu'il était plus simple pour quelqu'un maîtrisant le temps d'avoir un coup d'avance, on dirait que tu n'es capable d'entourlouper que les petits patron de bar." Il s'était rendu compte qu'il avait peut-être été trop présomptueux, mais bon, il était déjà à genou ça suffirait à faire passer la pilule. "De toute façon je n'ai pas le choix que de faire ce que tu me demandes, même si tu me raconte sans doute encore des cracs. On fera ce qu'on pourra..." Il commençait à en avoir marre d'être rabaissé par Pazuzu et lui jeta un regard faussement amical pour lui demander de le lâcher. "Je vais être moins efficace avec un torticoli vieux !"

Enki força pour se redresser et Pazuzu ne résista pas : peut-être que Phoenix avait fait un signe. Enki se massa la nuque et resta assit par terre en tailleur face à la chaise du tyran. Le dösatzien ne pouvait s'empêcher de se dire que tout ceci était encore des mensonges mais il ne voyait pas pourquoi les cratiides pouvaient être utiles... Ils avaient été des otages parfaits pour le faire venir lui, mais maintenant peut-être qu'il était lui-même l'otage et que tout ceci n'était qu'une farce pour le contraindre à rester ici. S'il était lui-même l'otage, qui Phoenix pourrait faire venir ici ? Madame était morte, Fred aussi... Enki espéra presque que Nate ou Hikari soit des rivaux cachés de Phoenix pour les voir débarquer : mais bien sûr il y avait zéro chance pour que cela se produise... Si Phoenix avait voulu attirer des gens extérieurs au monde démoniaque il serait resté sur Dark : Ici, impossible de venir depuis le monde des vivants. Personne...

Ce n'était pas ça donc. Enki regarda les cratiides : une armée pour impressionner la pilière... Enki sourit, il ne voyait en elles que des peluches et il avait du mal à imaginer quelqu'un d'autres y voir des créatures terrifiantes. Cela ne tenait pas debout, si les cratiides était son atout en force de frappe le reste de son armée ne devait pas voler haut !
Phoenix maîtrisait le temps, Enki se demanda si la plus grande capacité des cratiides, celle de grandir de façon considérable ne pouvait pas être ce qui intéressait leur geôlier :  peut-être même qu'il voulait montrer à sa consœur qu'il pouvait transformer des "démons" (si Enki leur donnait le pouvoir de se faire passer comme tel) en ridicule larve en inversant le temps ? Il semblait en effet insister sur le fait que les cratiides devaient avoir apparence humaine, Epoh en était la preuve ! Naaaan c'était débile, à quoi bon ? ... Mais au fond, ce n'était peut-être pas une mauvaise piste.

"Bien je crois que je n'ai plus qu'à me mettre au travail si j'ai 24h pour leur apprendre les bases de ce qui m'a pris des années... Je sais pas si je vais avoir le temps de prendre une douche avec tout ça, moi qui n'aime pas me montrer négligé devant les femmes..." Enki semblait bien moins respectueux, il commençait à en avoir marre des mensonges et astuces de Phoenix. Il se leva et alla devant ce dernier : "Je peux recevoir un peu de soin avant ? La connerie que Ulphir m'a foutu dans le sang m'a complètement sonné... C'est con, j'aurai su dès le début que le but était juste de montrer comme on est classes à une jolie dame j'aurai été bien plus coopératif." dit-il sur un ton un peu ironique. Mais Pazuzu et Phoenix ne bougeaient pas. Ils allait manifestement le surveiller. Sérieux ? Alors qu'il savait que les cratiides avaient des puces explosives, il devait en plus être sous surveillance ? Enki serra les dents, agacé.
Quelques soldats entrèrent pour encercler les cratiides et les reconduire dans leur salle d'entrainement. Pazuzu et Phoenix suivirent le mouvement. Une fois là-bas on donna à Enki une injection de ce qui devait l'aider à se remettre de sa précédente médecine, sans doute coupler avec quelques vitamines : l'infirmier s'étonna de la tension basse qu'il avait, exténué par son manque de sommeil et son moral catastrophique. La bonne nouvelle était que le tranquillisant d'Ulphir l'avait fait dormir une heure ou deux.
Il prit tout de même une douche, nettoyant ses blessures et changeant de vêtements, et se présenta devant les créatures avec un habituel sourire fatigué et timide : son public avait bien grandit c'était perturbant, chacune des cratiides avait pris un mètre minimum... Et bien sûr la silhouette de Pazuzu et de Furfur s'était également ajouté à l'assemblée.
"... Je suis désolée que vous ayez du grandir aussi vite... " Il regarda Phoenix qui lui renvoya un grand sourire. "Vous êtes toujours aussi parfaits ! ... et le bon côté des choses est que vous avez sans doute énormément progresser : commençons par voir quel type de pouvoir vous avez gagné !"
Une à une les créatures à plumes noires défilèrent devant lui : certaines faisaient danser des lumières sans réel pouvoir, mais quelques unes avaient vraiment déjà leur spécialité : des magies très aveuglante, ou très rapide, ou encore chaleureuse... C'était incroyable de voir les développements si différents de la même source énergétique ! C'était passionnant ! "Ouah, Ulphir aurait adoré !" plaisanta Enki. Arriva alors la dernière petite cratiides, la plus jeune, celle que Phoenix avait apporté avec lui sur Dark. Enki l'avait appelé Geshti, et elle était adorable avec ses grands yeux qui malgré l'âge plus avancé avait gardé leur innocence. La petite boulede plume baissa la tête : elle ne montra aucune magie, honteuse. Enki fronça les sourcils, désolé mais surprit : elle était pourtant si prometteuse ! Faisait-elle un blocage ? Enki lui donna un peu d'énergie et elle la saisit parfaitement pour la faire bouger, mais rapidement elle la perdit. Enki rapprocha sa tête de la sienne : "Si tu n'y arrives vraiment pas, il va te faire vieillir... Réessaie s'il te plait... Je ne veux pas qu'il te vole encore de ton temps..." Murmurra t-il. Elle sembla paralysée sur place. Elle tenta quelque chose, se hérissant les plumes, comme pour donner toute sa force, et elle émit même une sorte de grognement qui ressembla à une mélodie roucoullesque, sous l'effort. Enki comprit alors qu'elle ne pouvait pas du tout aller plus loin et il lui caressa la tête. "Ta spécialité est toute autre : tu es la plus adorable !" dit-il, fraternelle et réconfortant. Phoenix irait peut-être la vieillir encore, mais qu'importe, Enki n'y pouvait rien y changer. C'était sans doute la fatigue, mais il en eut une larme à l'oeil en échangeant avec elle : Pazuzu et son maïtre pourraient se demander pourquoi, mais difficile de dire pourquoi un être aussi isolé qu'Enki ressentait tant de compassion pour cette "petite sœur". Il la serra fort dans ses bras et passa au test des suivantes.
"Bien, je pense qu'on va pouvoir faire des choses !" Il sourit une fois tous les tests passés : "Je vous propose dans un premier temps de faire chacun une heure d'entrainement de votre spécialités, cela me sera utile pour la suite." Enki les divisa en groupe selon les type d'affinité qu'ils avaient avec leur pouvoir pour les aider sur des thématiques communes en même temps : une fois qu'il eu fait le tour il se rapprocha de Phoenix et pointa vers un ensemble de huit cratiides. "Ils sont ceux qui pourront je pense maîtriser l'illusion. Je vais encore leur apprendre des bases et peut-être que le temps aidera ensuite." Il grimaça, n'ayant pas envie du tout de les faire vieillir. "Pour ce qui est de ma technique personnelle, elle est bien différente :" il leva sa main. "Mon corps n'est pas une illusion : il est bien vivant." Il regarda Phoenix : "Comment expliquer..." Enki se saisit d'une craie et alla vers un tableau qu'utilisait Ulphir pour ses prises de note. "Disons que votre existence physique ne soit pas votre enveloppe corporelle mais une sorte de pointeur qui aurait ses coordonnées géographiques dans ce monde." Il dessine un petit cercle dans lequel il écrit Enki. Il hésite puis en fait un autre avec écrit Phoenix et un troisième, immense, avec écrit Pazuzu. "Nos corps sont simplement attachés autour de ce pointeur." Il dessine autour du sien une silhouette de cratiide, autour de celle de Phoenix un bonhomme tout maigre et une montagne de muscles avec des dents et de gros yeux injectés de sang pour Pazuzu."Parfait ! Et donc j'ai créé de toute pièce un corps vide, un corps néanmoins vivants qui répond à toute les données de mon être : mon âge, ma fatigue, mon entrainement... Il évolue avec moi, le temps -cela vous parle non ?- a une influence sur lui." Enki dessine à côté de son cercle un Enki comme il était, c'est à dire humanoïde. "J'utilise en permanence ma magie pour "importer" ce corps à la place du vrai... Mais dès que je faiblit, les cellules de mon véritablement corps reprenne le dessus autour de moi. J'ai deux corps qui se superposent, mais les deux sont réels. Si l'un est blessé, l'autre l'est aussi. Bref, dans tous les cas créer un corps n'est pas quelque-chose que vous pouvez accélérer..."  Enki passa sa main dans ses cheveux, comme s'il réfléchissait. "Est-ce que des illusions vous suffisent ? Je ne vois pas pourquoi vous tenez vraiment à avoir des cratiides humanoïdes, s'ils savent faire des choses qui en jettent en attaque n'est-ce pas mieux ? Est-ce que si je vous présente différent aspect de leurs progression sous différente forme cela vous va également ?" Il savait que Phoenix n'aurait pas envie de trop en dire mais pour le coup, même sans fouiner, c'était légitime comme demande. Enki regarda ensuite le maître des lieux dans les yeux et lui demanda une dernière question : "Et pour Epoh... Que lui réservez-vous ? Où est-il ?" L'inquiétude était tout ce qui transparaissait du regard sincère d'Enki. Il coopérait vraiment et espérait que cela lui vaudrait au moins un peu d'information sur l'état de son protégé.
Lilith
Demon
Féminin Age : 23
Date d'inscription : 13/05/2014
Nombre de messages : 36
Zénies : 1000

Techniques
Techniques illimitées : Sokudo - Violet Beam - Klinge
Techniques 3/combat : Wirefield - Lamies
Techniques 1/combat : Kielbasa

MessageSujet: Re: [Monde Démoniaque] Liens du sang   Jeu 19 Mai 2016 - 0:50
Phoenix qui venait de lui révéler ses plans écouta Enki donner son point de vu. Le démon n’y ajouta rien car il n’y avait rien d’intéressant à en tirer. Il fit un signe à Pazuzu afin qu’il lâche prise. Néanmoins on pouvait voir l’ancien pilier bouger frénétiquement sa main droite. Il n’avait en fait pas très apprécié le discours du démon, qui avait tenté de le rabaisser, et ceci provoqua un tic nerveux forçant le démon à jouer avec sa main droite pour se détendre. Mais en voyant Enki toujours assit par terre il ressentit comme une domination. Non il n’était pas faible. Non il n’était pas faible ! Et le temps passa, et le démon tapota nerveusement sa jambe droite avec sa main droite et finalement, enfin Enki reprit la parole. Il semblait toujours à cheval sur le temps. Oui il ne restait en effet plus que 24h, et malgré ses fantastiques pouvoirs, Phoenix ne pouvait pas empêcher la dead-line d’arriver. Mais il avait une confiance aveugle en ses pouvoirs pour aider Enki dans sa quête. Il parla finalement son état actuel, et Phoenix lui répondit du haut de sa chaise :
 
« En effet il est vrai qu’il serait préférable que tu sois présentable demain. Tu sais très bien qu’elle est assez à cheval sur l’hygiène de vie. Je te laisse donc un peu de temps pour te revigorer, et je vais te faire un petit cadeau. »
 
Il claqua des doigts et un médecin se dépêcha d’arriver et fit une injection à Enki et se chargea d’un peu l’ausculter. Il était en effet dans un mauvais état, et il ne pourrait pas tenir ainsi pendant des jours. Ça tombe bien : il n’en restait plus qu’un. Tous les cratiides se dirigèrent vers la salle d’entrainement et Enki en direction de la douche. Hélas pour lui sa tranquillité sera de courte durée, car en sortant de sa douche il pourra voir Pazuzu tenir sa serviette. Oui, même sous la douche il était surveillé. Il la donna au barman dans un grognement légendaire.
 
Enki en avait terminé de sa pause, et il put voir en entrant Phoenix qui se trouvait à présent assit sur un majestueux fauteuil rouge. Ce dernier contempla le spectacle ensuite proposé. Oui les cratiides avaient bien progressé montrant les fruits des travaux d’Enki. Hélas l’une d’entre elle ne semblait montrer aucun signe de progrès. Il fallait s’en douter tous ne seront pas une réussite. Finalement Enki montra 8 cratiides. Seulement eux seraient capable de maitriser l’illusion. Le résultat était insuffisant mais Enki donna finalement une explication sur le pouvoir qu’il utilise, un pouvoir bien complexe. Il se gratta le menton, laissant le vide s’installer pendant un moment.
 
« Disons que de mon point de vue ça m’est égal, du moment qu’on arrive à exploiter le mieux possible leurs talents. Mais je pensais que le fait que tu es acquis cette apparence t’avais bien aidé à réussir à tuer un pilier, ce qui n’est pas rien. Si tu arrives à obtenir à un bon résultat très bien ! Mais un autre problème se pose, un autre point de vue. Un point de vue très important : celui de notre invitée. » Le démon allait avoir la réponse à sa question, une réponse qui peux en effet bien paraitre inattendue … comme prévisible : « Comme je te l’ai rappelé avant, elle est très à cheval sur la propreté, bah elle a également horreur des choses immondes, et je crains bien qu’elle trouve répugnante tes semblables. Ce qui pourrait être un frein dans ma quête, le comprends-tu ? »
 
A présent la réponse de Phoenix pourrait paraitre comme une évidence aux yeux d’Enki. Elle était connue pour sa grande exigence, et avait déjà recalé des gens lors du concours de l’école juste car elle n’appréciait pas leurs physiques. Puis Enki en vint finalement à demander ce qu’il allait advenir du jeune Epoh. Un léger sourire s’afficha sur le visage de Phoenix qui répondu :
 
« Ne t’inquiètes pas, il sera notre atout, et on compte bien le préparer comme il faut pour demain. Tu le reverras, pendant la cérémonie de demain. En attendant j’aimerais que tu te concentres plutôt sur ce que tu dois faire. Maintenant que je t’ai donné toutes les informations, je te laisse procéder comme bon te semble. » Phoenix se leva et continua de parler : « Mais je vais quand même exiger deux choses. Dans un premier temps comme convenu entraine ceux que tu penses qu’ils sont capables de maitriser les illusions. Dans un second j’aimerais que tu en prépare un à pouvoir utiliser ton pouvoir, histoire de faire un test. » Il sortit une montre de sa poche et regarda l’heure. « Ne t’inquiètes pas, je vais veiller à ce que cette personne puisse avoir le temps nécessaire. Mon pouvoir est bien plus puissant que tu puisses l’imaginer. J’ai beaucoup de temps à revendre. » Il se dirigea vers la petite cratiides et la caressa « Après tu peux très bien refuser, mais je vais te faire une proposition. Tu arrives à faire ce que tu dis, j’offrirais la liberté à cette petite. Dans le cas contraire je l’exécuterais. »
 
Une nouvelle fois le démon allait utiliser un moyen de pression pour obliger Enki à aller de l’avant. En tant que soldat elle ne servirait à rien, alors la libérer ne changerait rien. Oui comme l’avait dit Enki sa spécialité était tout autre : elle était adorable, et Phoenix allait l’utiliser comme il se doit. Il s’éloigna finalement de la cratiides ne lui faisant pas de mal, et retourna s’assoir sur sa chaise.
 
« Donne les bases à l’élu, et je m’occuperais du reste. »
 
Phoenix ressortit une nouvelle fois sa montre. Le temps était compté. Il ne pouvait pas se permettre de perdre sa dernière chance d’attraper dans son filet la pilière. Non il ne voulait pas d’un nouvel échec.
 
Il y a moment
 
On pouvait voir une démone assise dans l’ombre, son visage n’était pas perceptible. Juste devant elle se trouvait de nombreuse marche, et tout en bas on pouvait voir Phoenix agenouillé jouant frénétiquement avec sa main droite.
 
« Ta proposition est tout simplement ridicule, si c’est tout ce que tu peux m’apporter je ne vois pas ce que tu pourrais m’apporter gamin. Regarde mon armée, si je le souhaiterais je serais capable de vous anéantir en un claquement de doigt. »
 
On pouvait entendre les soldats se trouvant un peu partout autour de Phoenix ricaner. Toujours la tête baissé le démon ne put cacher sa rage en serrant de toutes ses forces ses dents. Lui le grand Phoenix, le roi, était en train de se faire humilier publiquement par cette femme. Si elle n’avait pas toutes cette armée il l’aurait déjà tué … enfin il lui faudrait déjà trouver un moyen pour ça.
 
« Mais je ne le ferais pas car j’ai pas de temps à perdre. De toute façon je n’ai rien à craindre de vous, et ton pouvoir est de toute façon impuissant contre moi. Je te laisse donc retourner dans ton pittoresque château, et prépare-toi à célébrer prochainement la future reine des démons…. Oh merci Olivier un gâteau ! » Visiblement un serviteur venait de faire son apparition pour apporter un gateau à la démone. « Mais par contre pourquoi tu portes un Pijama … et un pijama Gohen qui plus est ? »
 
Le serviteur rigola et répondit :
 
« Désolé c’est un cadeau de ma mère qu’elle m’a fait avant qu’elle ne meurt, du coup j’y tiens beaucoup. »
 
Elle soupira et répondit :
 
« Elle est toujours vivante ... bon vu que tu m’as apporté un gateau tu es pardonné. » Elle commença à le manger, et reprit la conversation avec Phoenix. « Chauf, chi tu … » elle termina son bout et repris la parole « Sauf si tu reviens avec une proposition intéressante bien entendu. »
 
Pheonix se releva et s’en alla, accompagné de Pazuzu il s’était fait suffisamment humilié comme ça. Se faire rabaisser de la sorte, oui elle était la seule qui n’avait aucune estime pour le démon. Même quand il est passé pilier à la place de Serafino, elle avait déjà du mépris envers lui. Une fois dehors il frappa un mur et se parla à sois même.
 
« Très bien, je trouverais une autre solution, je vais te l’obtenir ton armée. Et un jour c’est toi qui t’agenouillerais devant-moi. J’attends ce jour avec la plus grande impatience, Hécate. »
Enki
Demon
Masculin Age : 31
Date d'inscription : 07/12/2006
Nombre de messages : 1850
Bon ou mauvais ? : Bon, c'est indéniable.
Zénies : 1100

Techniques
Techniques illimitées : Chant du vent, Danse de l'aigle, Mur Lumière
Techniques 3/combat : lance maudite, armure de Dösatz
Techniques 1/combat :

MessageSujet: Re: [Monde Démoniaque] Liens du sang   Jeu 30 Juin 2016 - 0:38
Alors que l'eau ruisselait sur son corps, il regardait ses bras, ses jambes : il était plus fin qu'avant, mais même s'il était exténué les semaines d'entrainement l'avait rendu plus sportif. Il rêvait d'une nuit de sommeil, dans un grand lit au chaud, dormir 10h -non, plus ! Être réveillé par le soleil de Dözatz et sentir l'odeur des pains aux chocolat qu'il se réchaufferait au four. Du confort, du repos... Il n'en pouvait plus de ne plus en avoir. Lui qui avait toujours été casanier et feignant il était au bord de ses limites. Son reflet sur l'aluminium laid de cette douche le regardait, avec deux grosses poches sous les yeux, et des joues creusées. Son regard était plus sombre que d'habitude et se regardant lui-même il se fit la promesse de réussir à aller jusqu'au bout. Il devait sortir Epoh d'ici, tous les autres aussi.

Quand il sortit de la cabine, il vit Pazuzu l'attendre et lui tendant une serviette : les deux hommes étaient aussi dépités l'un que l'autre. Pazuzu n'était pas plus enthousiaste qu'Enki à l'idée de devoir le surveiller. Le dösatzien attrapa sans un mot la serviette pour se préparer, avec plus aucune envie de faire de l'humour en exploitant la gêne potentiel de Pazuzu... Aujourd'hui Enki n'était plus un prisonnier, aujourd'hui la bataille commençait et il aurait peut-être à tuer la montagne de muscle s'il le fallait : Les deux en avaient conscience.

Phoenix l'attendait.
Il fut plus clair enfin sur ses besoins... à moins d'une journée de la deadline -ce mot n'avait jamais été aussi approprié- il était temps. Enki l'entendit alors parler du jour où Serafino avait été tué. Enki resta inexpressif mais au fond de lui il savait qu'il n'avait pas tué lui-même le pilier... Bien qu'il ne comprenne pas encore aujourd'hui ce qu'il s'était passé. Certes il avait bien entamé Serafino ce jour-là mais le pilier dominait le combat : qu'il le retrouve mort si vite, et mutilé par ses sujets restait un mystère pour Enki qui avait gardé le silence sur cette affaire pour toujours... Qu'il ait tué ou non Serafino, il ne donnerait pas plus de détails : Que l'on se méfie de lui était une bonne chose. De toute façon aujourd'hui ils avaient raison de se méfier de lui.
Puis le sale petit démon lui ordonna de faire deux choses... Dont l'une était impossible. S'il échouait, Geshti y passerait : dans le cas contraire elle était libre.

Enki regarda son ennemi : il lui donnait encore une pression, mais au final il savait que toutes les cratiides pourraient mourir s'il ne satisfaisait pas Phoenix... Par contre la promesse de la liberté de Geshti était plutôt quelque-chose de positif en soi.
"A quoi cela sert d'apprendre à une autre cratiide mon pouvoir si rapidement ? Vous voulez montrer à Hecate que c'est possible avec un exemple non ? N'en suis-je pas un suffisant ?"
Il était énervé à force d'être stressé : c'était impossible qu'une cratiide apprenne si vite à créer un corps... Et à le lier à son âme. Ce n'était pas une affaire de temps, mais une affaire de magie, de patience, de vie... Phoenix ruinait lui-même leur chance en donnant les informations au compte goutte. Mais Enki avait beau expliquer à Phoenix son problème, ce sale pourri-gâté ne voudrait rien entendre de toute façon. C'était inutile.

"L'apparence des cratiides ne sera pas un problème. Mais je vais avoir beaucoup de boulot pour vous."
Enki se releva, déterminé. "De toute façon nous sommes bien moins affreux et dégoûtants que vous, sales démons." Enki lança un regard froid à Phoenix. "Je ferai en sorte que tout le monde soit satisfait mais je vous préviens..." Le corps d'Enki était entouré d'une aura de colère. "Si jamais vous faites encore des expérience sur Epoh, si vous le maltraitez, Hecate ne sera pas votre problème majeur. C'est donnant-donnant. Après tout vous avez besoin de moi, alors faisons en sorte de nous entendre jusqu'au bout." Sur ce Enki se dirigea vers le groupe de créatures. "...On dirait que ma poussée d'hormone n'est pas terminée." Lacha-t-il en référence à la première chose que le gamin lui avait dit en l'amenant dans ce monde.

Il fallait qu'il fasse de son mieux à présent. Il rassembla les 8 "élus" et leur appris deux trois autres choses sur les illusions, notamment comment les étendre pour changer l'apparence de leurs voisins : il y avait plus de cent créatures à transformer, il y avait du pain sur la planche.
Il demanda ensuite à Phoenix de vieillir les huit de quelques mois d'entrainement.

Enki se retourna et regarda la centaine d'autres créatures autour qui avaient toutes des capacités fantastiques en devenir. Il ne pouvait pas les prendre toutes à part et ne voulait pas gaspiller de précieuses années de leur vie avec ce pouvoir horrible de vieillissement. Comment allait-il donner à un "élu" le même pouvoir que lui ? Il avait si peur, il n'avait pas de solution... Geshti vint se blottir dans ses bras et il la serra fort. Elle était sans doute la plus intelligente et la plus discrète. La plus généreuse aussi. "Je ne veux pas que tu perdes ton innocence et ta jeunesse Geshti." dit-il triste. Elle lui donna un câlin d'un coup de tête et il la reposa.
Il réunit toutes les créatures excepté les 8 autres autour de lui. Celles qui devaient continuer à améliorer les pouvoir d'illusion s’entraînaient plus loin.

"Vous allez toutes re-vieillir un peu, désolé. Je veux que pendant ce temps que Phoenix va vous donner vous vous concentriez sur vos talents personnels et que vous cherchiez comment il peut vous aider à vous faire passer pour un bipède ; changer d'aura, être invisible, tromper les sens, éblouir, qu'importe. Ce sera un bon début." Il avait Geshti sur ses genoux : elle semblait imiter Enki et donner des petits ordres aux cratiides en gloussant. C'était assez mignon.
"Bien..."

Enki laissa Geshti par terre et se releva pour aller voir Phoenix :
"Donne-leur un mois à chacun. Ne touche pas à Geshti." Il ordonna à la petite de rester dans un coin au calme, spectatrice du défilé de boule de plume qui passait sous la main maléfique du jeune démon. Quant au patron de bar il alla dans un coin s’entraîner aussi en attendant, ou plutôt trouver une solution à cette histoire de sa technique d'échange de corps permanent. Il semblait stressé, sachant que s'il échouait Geshti mourrait mais il avait beau réfléchir, même avec l'aide de Phoenix il ne suffisait pas d'un entraînement : il lui fallait créé un corps ! Quand Phoenix eut fini de donner du temps à toutes les créature, c'est donc Enki qui se présenta à lui.
"Il me faut du temps à moi aussi... commençons par un mois."
Enki baissa la tête et attendit que son jeune ennemi utilise son pouvoir sur lui. Quand le temps reprit son court normal pour lui, il regarda Phoenix intensément, comme en pleine réflexion. L'instant d'après il reprit son air stressé et demanda un mois de plus. Et encore un, encore un... De plus en plus anxieux. Entre chaque entrainement Enki tentait de créer une sorte de poupée de poussière pour créer un corps mais impossible pour lui dans un second temps d'utiliser de la magie dessus pour compléter la technique.
Il savait que ce n'était pas la façon de faire pour créer un corps "habitable"... Et en réalité il n'avait aucune idée de la marche à suivre : c'est Madame qui avait créé l'enveloppe charnelle qu'il possédait, lui n'avait fait que la modeler à sa convenance. Il n'avait aucune idée de la procédure à suivre et il avait beau y réfléchir il était bien moins calé en magie qu'elle.

"Peut-être que si j'avais un corps vide sous la main, un cadavre ? non, l'empreinte de l'âme serait trop forte... Un corps vidé par un shinigami ? Pas sûr non plus... et de toute façon je n'en ai pas sous la main... Le pouvoir de Musuko n'avait pas l'air du tout identique... C'est différent, différent, différent..."
Enki jetait régulièrement des coups d'oeil vers Geshti, sachant que cet échec allait se soldait par sa mort. Il pesta et alla voir les cratiides qui avaient vieillies : Il demanda aux 8 illusionnistes de montrer leur progrès et toutes se transformèrent en démons. Elles avaient toutes décidé d'une apparence propres et Enki sourit en voyant ses visages nouveaux. Mais d'un sourire triste et anxieux. Il était à bout de nerf.
Les autres cratiides étaient plus puissantes et certaines arrivaient à copier l'illusion, et les 8 premiers arrivaient à englober des poignées d'autres dans l'illusion. Au final, avec les progrès de tous c'est une bonne trentaine de cratiides qui semblaient avoir apparence "humaine". En prime grand nombre des cratiides étaient capable d'utiliser des pouvoirs qui prouvaient qu'elles avaient un potentiel réel, bien que très peu aient eut l'instinct de développer ces aptitudes pour le combat. La violence et l'offensive n'était vraiment pas dans leur nature.

"Vous êtes formidables...!"
Dit-il si impressionné mais aussi si désolé à l'idée que peut-être tous allaient mourir après s'être donné tant de mal ! Peut-être que c'était pas plus mal de les faire vieillir, c'était peut-être leur seule chance de vivre plus longtemps.

Geshti était la seule a être resté petite. Elle semblait curieuse de regardé les illusions des autres et jouait avec leur cratiides aux visages humains.
 
[Monde Démoniaque] Liens du sang
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» (F) Katie McGrath ? les liens du sang sont parfois les plus forts [LIBRE]
» (m) Les liens du sang sont les plus fort - Lien famillial
» [TERMINE] Le temps n'efface pas les liens du sang
» Quand les liens du sang nous unissent pour le meilleur et pour le pire
» Les liens du sang

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
RPGDBZ :: RPG :: Planètes-