Partagez | 
 

 "How you remind me, my love.. " [PV. Motta]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Motta
avatar
Modérateur
Masculin Age : 25
Date d'inscription : 04/08/2008
Nombre de messages : 28924
Bon ou mauvais ? : Mystérieusement neutre
Zénies : 3615

Techniques
Techniques illimitées : Téléportation// Kienzan // Dodompa
Techniques 3/combat : Final Flash // Griffes du Tigre
Techniques 1/combat : Supernova

MessageSujet: Re: "How you remind me, my love.. " [PV. Motta]   Mer 25 Jan 2017 - 22:04
Il y a des trésors qu'on cherche pendant toute une vie, qui nous guide au quotidien et qui de ce fait construisent notre vie. Il y a aussi évidemment ceux qui sont fait d'or et de diamants, qu'on cherche en consultant une carte pas très bien indiquée, qui nous amène dans des lieux improbables et parfois un peu dangereux. Il y a également ceux qu'on ne voit pas, qui nous suive au quotidien et qui nous font vivre sans que nous nous en rendons compte. On dit d'ailleurs que c'est en perdant quelque chose qu'on se rends compte de son importance. C'est dans ces moments là qu'on se rencontre du trésor qu'il était, quelque part. Mais le trésor de Claire et de Motta était à la fois rien de tout ça et tout ça en même temps. Il s'agit de quelque chose de bien plus fort que ça et qui est capable plus que toute autre chose de changer une vie. Le sayen et la Claymore le partageaient depuis qu'ils s'étaient rencontrés. C'était leur amour pour l'autre. C'est quelque chose de tellement beau qu'on n'arrive même pas à y mettre un mot. Pourtant il prends tellement de place dans la vie celui ou de celle à qui il appartient que c'est un peu troublant de ne pas pouvoir le décrire concrètement. C'est un trésor qui a plus de valeur que n'importe lequel de ceux que j'ai cité au dessus. Mais il est à double tranchant. Autant il peut emmener quelqu'un jusqu'à un bonheur total, autant il peut le faire sombrer gravement dans la déprime lorsqu'il disparaît. Oui, parce que parfois, bien souvent même, il ne dure qu'un temps, quelques années et pas toujours une vie entière. Les causes sont différentes mais le contrecoup est dans tout les cas toujours difficile à gérer pour les deux parties. Malgré tout, il y en a qui survivent à tout et celui qui était partagé par Claire et Motta semblait indestructible. Il s'agissait d'un vrai trésor. Un trésor que Motta n'avait même pas cherché, que jusqu'à ce qu'il le trouve ne pensait même pas pouvoir le découvrir. Mais n'était-ce pas le trésor le plus merveilleux, que celui qu'on trouve sans même avoir cherché ?

Ce n'était pas une surprise mais Motta n'avait jamais vraiment imaginé se marier, les sayens ont d'autres préoccupations en tête et parfois ça passe vraiment au second plan ou bien ce sont des mariages arrangés pour servir les intérêts des uns et des autres. Cette notion d'union n'était pas la même pour tout le monde. Pour le désormais général, il ne faisait aucun doute qu'il voulait partager sa vie avec Claire, la personne qu'il aimait, la personne qui valait plus que tout autre chose dans l'univers à ses yeux. Pourtant il ne considérait pas qu'un mariage était indispensable. Peut-être était-ce la différence de culture ? En tout cas il pensait que leur amour était assez pur et sincère pour exister sans. Cependant, l'idée d'organiser un événement, comme une cérémonie pour célébrer leur amour lui plaisait beaucoup. Il avait envie de s'unir à Claire, de lui montrer qu'il était à elle et que personne ne prendra la place que la Claymore avait dans son cœur. Un mariage était probablement le meilleur moyen pour ça. Et puis, la guerrière semblait en avoir extrêmement envie alors il avait forcément envie de la rendre heureuse de cette manière là. Claire semblait être très attachée au mariage, à ce que cela représentait. C'était marrant de voir que cette femme, cette combattante au regard froid, qui semblait en toute circonstance inébranlable, pouvait avoir aussi un côté plus tendre et qu'elle partageait le rêve de nombreuses filles. L'attente du prince charmant était toujours d’actualité et le sera encore longtemps. Motta était sans doute son prince, comme lui pouvait la considérer comme sa princesse. A l'exception toutefois que Claire pouvait très bien se défendre elle-même, contrairement à tout les comtes bien connus.

"Haha tu as donc pensé à tout. Tu sais, à force de vouloir se retrouver chacun de notre côté et d'y croire très fort, peut-être que quelque part quelqu'un a entendu notre souhait commun et nous permet de le réaliser aujourd'hui."

Motta disait cela comme ça, mais qui sait ? Parfois le hasard fait bien les choses et c'est peut-être parce qu'il s'agit du destin... En écoutant Claire, il avait encore une preuve qu'elle n'avait cessé de penser à lui pendant tout ce temps. Si elle avait prévu tout ça c'était que quelque part elle y croyait encore. C'était adorable de voir ça. Elle lui avait aussi révélé qu'un surprise l'attendait, le sayen se demandait bien de quoi il pouvait s'agir mais il était certain que cela allait lui plaire. Décidément, la Claymore pensait vraiment à tout et en plus elle savait toujours comment trouver les bons endroits aux bons moments et faisait preuve de beaucoup d'imagination. La preuve avec cette petite maison perdue dans la forêt, par exemple. C'était rare qu'une telle construction existe encore aujourd'hui, bien loin de la civilisation. Il fallait aussi savoir vivre avec mais ce n'était certainement pas un problème pour Claire qui avait des capacités hors du commun pour survivre loin des villes. Et puis même si ce n'était pas le cas elle avait toujours la possibilité de se rendre à la ville la plus proche pour chercher ce dont elle avait besoin. La distance ne représentait plus un obstacle énorme pour des êtres comme eux.

La suite se passa dans la salle de bain, une pièce où ils se retrouvèrent tout les deux nus, encore une fois. Cette atmosphère pouvait bien tenter l'un ou l'autre de se lancer dans un énième acte plein de passion mais ils étaient tous les deux déjà très épuisés par ce qu'ils venaient d'accomplir. Pourtant ce n'était pas le physique très avantageux de Claire, avec son corps tout humide qui enlevait de son charme, bien au contraire. Mais si ébats il n'y eu pas, plein de tendresse se partagea entre les deux amoureux, qui se lavaient mutuellement. Là encore il y avait quelque chose de très sensuel dans tout ça mais ils pouvaient se contenter des regards plein d'amour qu'ils s'échangeaient, leur complicité était évidente. Ils formaient un couple parfait, qui s'aimait de la plus belle des manières, en s’entraidant, en se soutenant, en étant tout simplement là pour l'autre. Par exemple, une fois habillés, la Claymore se chargea de faire à manger à son glouton de sayen. Et oui, Motta ne dérogeait pas à la règle des siens qui voulait qu'ils soient tous de grands mangeurs. Une fois qu'il eut fini, le guerrier prit Claire dans ses bras et lui fit un bisou sur le haut de la tête, comme il était plus grand qu'elle, alors qu'il l'enlaçait. Il la laissa d'ailleurs se reposer, elle qui en faisait toujours trop, en rangeant la vaisselle... Un peu aidée par sa compagne, quand même, car il ne savait pas où tout se rangeait vu qu'il venait pour la première fois ici.

Il était désormais temps de quitter les lieux, mains dans la main, les deux amoureux sortirent de cette petite maison, emmenée par Claire, qui bien sûr avait tout prévu, jusqu'au lieu où ils allaient sceller leur union. Très vite, Motta comprit qu'elle l'emmenait dans un endroit merveilleusement beau, le ciel, qui s'était assombrit illuminait cet endroit magique qui semblait si parfait. Mais ce qu'il y avait de plus beau, c'était les yeux de Claire qui plongeaient dans ceux de son homme, exprimant toute la sincérité de ses sentiments. Le général, lui, était aussi emporté par l'événement, qui n'avait pas besoin de cérémonie pompeuse avec un tas de gens, ils n'avaient besoin que de l'essentiel, c'est-à-dire l'un de l'autre. Motta ravala sa salive en entendant les vœux de sa bien aimée, elle avait vraiment tout prévu pour en faire un moment parfait et pour tout dire ça l'était devenu. S'il était resté silencieux jusqu'ici c'était parce que le guerrier à l'armure verte était prit par l'émotion, même un sayen comme lui pouvait avoir un cœur et le siens était tout dévouée à la Claymore. Il était très touché par ses mots mais lui n'avait pas prévu de texte pour ses vœux. Il devait improviser cela, ici et maintenant.

" From the cradle to the grave
I want to be for you
A river in a time of dryness
A harbour in the tempest
Treasure just to look upon it
But all i want... All i want is you"

Un temps de silence s'installa alors que les deux amoureux se regardaient dans les yeux. C'était le moment ensuite de s'échanger les bagues, celles qui seraient la preuve de leur union. Claire avait pensé à ça, comme elle l'avait montré, et elle confia à Motta celle qu'il devait lui transmettre. Le guerrier saisit la fine main de la guerrière et déposa sur son annulaire la fameuse bague. Ce moment n'avait pas besoin d’applaudissements superflus, l'endroit était parfait pour accueillir l'amour des deux tourtereaux, il ne fallait rien de plus. Pour rendre cet instant encore plus mémorable, les jeunes mariés partagèrent un baiser qui semblait valoir bien plus que tout les autres et qui était le symbole de ce trésor que Claire et Motta avaient trouvés l'un en l'autre. Pour ce qui était de la nuit de noces, Claire avait encore tout imaginé, montrant à quel point elle faisait attention au détail. Motta était heureux de partager cela avec elle, mais surtout d'être l'homme que le cœur de la guerrière avait choisit. C'était le plus beau des cadeaux d'avoir une femme qui regarde son conjoint comme s'il était la plus belle chose au monde. Et ce regard, il était le même pour Motta lorsqu'il se posait sur la jolie blonde. Ils se dirigèrent donc vers ce lieu incroyable, alors que la neige qui tombait dehors avait déjà donné un petit aperçu de l'ambiance qu'ils allaient découvrir. C'était un endroit pour le moins original, dans une grotte aménagée comme le meilleur des nids pour les deux tourtereaux. Alors qu'ils se retrouvèrent au milieu de la pièce, Claire rappela ce que Motta savait déjà, qu'elle l'aimait, et il lui sourit avant de prendre ses deux mains et de les ramener vers son cœur.

"Tout est parfait... Mais ce qui l'est plus que tout, c'est toi. Même dans un rêve je n'aurais pas pu espérer vivre pour une personne comme toi. Je t'aime, Claire."

L'homme l'embrassa de nouveau, ils étaient désormais mariés, unis pour l'éternité et c'était bien tout ce qu'ils espéraient : rester tous les deux ensemble pour toujours. Motta prit ensuite Claire dans ses bras, lui faisant un long câlin, puis il l'amena avec lui sur la peau de bête. Il avait vu aussi qu'il y avait une bouteille (je te laisses choisir ta préférée:p) dans un panier avec deux verres posé à côté, il en servit à sa femme et à lui-même. Ils trinquèrent, tout les deux, couchés confortablement dans cette douce peau de bête, enlacés comme les deux amoureux qu'ils étaient. Ce moment pouvait durer, des heures, des années... Cela n'avait pas d'importance.



Spoiler:
 

Fiche de Motta
Général des armées sayennes.

Truth:
 


Transformations:
- Gorille Géant
- Super Sayen 1
- Super Sayen 2
- Super Sayen 3

Objets: Armure sayen, détecteur, boules de cristal à 1 et 4 étoiles, 2 senzus, émetteur Alliance Ganshou, cape rouge.
Claire
avatar
Modérateur
Féminin Age : 27
Date d'inscription : 12/08/2008
Nombre de messages : 20708
Bon ou mauvais ? : Tu devrais le savoir.
Zénies : 2970

Techniques
Techniques illimitées : Dodging bullets | Fen'harel's elgar | Transposition
Techniques 3/combat : Renvoi d'Offensive | Purification
Techniques 1/combat : Doomhammer

MessageSujet: Re: "How you remind me, my love.. " [PV. Motta]   Ven 27 Jan 2017 - 14:21
L'aboutissement de toute cette existence était ici et maintenant, dans les bras de celui qui était maintenant son mari. La claymore avait eut ce qu'elle avait désiré de la façon la plus intense, rien n'avait eut autant d'ampleur que cela dans toute sa vie. D'aussi loin qu'elle se souvienne, jamais elle n'aurait cru un jour pouvoir donner tant d'importance à un être, un mortel, qui était devenu l'image de l'immortalité à ses yeux: il représentait à lui seul l'immortalité de ses sentiments à son égard, et ce même après ce phénomène bien méconnue que nous nommons la mort. Claire n'avait pas peur de mourir, pour elle tout est lié à ce que l'on appelle "destin", alors qu'en réalité cela est une idéologie bien plus complexe. Si alors, son destin était de mourir, qu'il en soit ainsi. Surtout maintenant, cela n'aurait plus d'importance dans la mesure où elle serait à jamais à Motta et qu'elle était persuadée du fait que cette dernière pourrait toujours lui apparaître et l'aider s'il était perdu. Même après la mort, la claymore avait la conviction qu'ils resteraient connecté, que ce soit elle ou lui qui meurt, ou eux deux. Dans tous les cas ils arriveraient à se revoir si l'un avait fondamentalement besoin de l'aide de l'autre: en tout cas, Claire mettrait toujours tout en oeuvre pour être là pour son aimé. De ce fait, la guerrière n'avait plus peur de rien, sauf bien sûr que Motta décide de rompre leur serment pour aller vers une autre femme, mais cette idée lui paraissait tout bonnement improbable. Rien ne pouvait plus les séparé et tout comme cette dernière était à lui jusqu'à l'absolu de l'infini, il l'était également.

Leurs échanges de voeux et d'alliances avaient été un moment unique, inoubliable, la promesse de l'infini enfin scellé entre-eux. Maintenant qu'ils étaient enfin promis l'un à l'autre pour l'éternité, il était temps pour eux d'enfin passer du temps ensemble: un temps bien mérité après toutes ces années à ne pas pouvoir vraiment se voir ou avoir du temps our eux, à cause des conflits, des histoires toujours liées à la guerre, en réalité... Alors la claymore avait pour deuxième voeu le plus cher que cela puisse être faisable. Elle ne voulait qu'être avec lui, être à lui, et vivre pour lui, mais aussi vivre des choses avec son conjoint. C'était l'occassion rêvé,en ce moment, le fait que les choses soient "paisibles", du moins pour l'instant. C'était la période parfaite pour qu'ils puissent enfin s'imaginer passer des moments ensemble, faire de véritables choses "de couple", d'amoureux transit, voyager et voir des choses que personne ne prenait le temps de faire et de vivre maintenant, parce que la technologie régit tout. Claire voulait pouvoir explorer une infinité de trésor de la nature, des choses d'antan aux côtés de Motta, pouvoir voir de ses yeux des choses symboliques, des vestiges des civilisations de temps passé, mais aussi découvrir des lieux inédits en compagnie de son amour. Tout ça n'avait pas l'air de grand chose, dit comme ça. Mais cela représenterait à l'avenir des souvenirs encré dans leurs crânes, des moments privilégiés qu'ils ont pu passé rien que tout les deux, loin de leur vie habituelle, loin de ces foutues guerres et des problèmes des gens comme eux - des gens avec des pouvoirs, des problèmes de prise de position, des problèmes de domination. Tout cela était leur quotidien et, Motta comme Claire étaient d'origine des combattants très solitaire, plutôt du genre à vivre seul dans leur coin, bien qu'ils aident ceux qui représentent pour eux la justice. C'était donc une occassion en or de pouvoir se détâcher de leur quotidien héroïque et fantastique pour certain, alors qu'ils n'imaginent pas que cette vie n'est pas mieux que celle du commun inscouciant des mortels. Certes, avoir des pouvoirs peut être pratique, mais cela implique toujours... de grandes responsabilités, n'est-ce pas ?

Elle rêvassait intérieurement à toutes ces possibilités de voyages et de destinations magnifiques auprès de son homme. Elle ne voulait qu'une chose: avoir pour une fois " une vie ordinaire ", avoir la chance de pouvoir juste vivre comme de banals mortels, qui ne se préoccupent que de leur petite vie. Claire voulait pouvoir se dire que pour quelques mois, quelques temps, elle pouvait construire un genre de vie personnelle auprès de l'homme de sa vie, celui qui lui serait un jour arraché par les affres du temps et de la vieillesse, ou à cause des conflits de guerre. Elle voulait pouvoir penser rien qu'à eux pour une fois, et ne pas s'emplir la tête de craintes par rapport à l'avenir, par rapport à ce qui pouvait possiblement se dérouler. Cette fois, la guerrière au sang froid voulait être égoïste et penser qu'à leur bien à eux deux, pouvoir accomplir des choses simples et pourtant qui représentaient l'essence même de la vie, rien qu'entre-eux... voir des choses d'exceptions, des lieux représentant des temps immémoriaux.... avoir une famille..? Tout cela était des choses qui représentent le quotidien pour les autres, ceux qui vivent tels tous les mortels dans des villes, à avoir un travail et leur petite vie rangée. A cause de cette chose qui devient " la routine ", ils n'arrivent pas à considérer la valeur et l'ampleur de ce que toutes ces notions représentent, ce qui est fort dommage étant donné que oui, en effet... on ne se rend compte de ce que l'on avait seulement quand on perd cela.

Motta lui offrait des compliments, et il devait savoir qu'elle aurait pu lui dire cela également. Ils étaient sur la même longueur d'ondes, mais surtout, surtout, le plus important était qu'ils représentaient là le couple parfait, les deux âmes-sœurs dont personne ne pouvait contester la légitimité ni la puissance de leurs sentiments partagé. Ce dernier avait ouvert la bouteille de "Le Château Yquem 1811" ( Merci pour le choix, il est considéré comme le meilleur vin blanc du monde :p huhu attends on se fait plaisir ! XD ) que la claymore avait spécialement choisie et acheter pour accompagner toutes ces préparations afin de rendre le moment parfait. Son dur labeur sur Terre lui avait tout de même permis de récolter pas mal d'argent, d'où la construction de sa maison et l'achat de cette bouteille à un prix exorbitant par ailleurs. Ils étaient l'un près de l'autre, à moitié redressé et à moitié allongé dans le lit. Assez redressé pour boire chacun leur coupette et se faire des câlins, au chaud dans la peau de bête, près du doux feu crépitant dans la cheminée d'extérieure glaciale. C'était le moment rêvé pour lui transmettre ses envies, être là et pouvoir faire des confessions sur l'oreiller: c'était souvent ce genre de rapprochement en général qui mettait les gens assez en confiance l'un envers l'autre pour dévoiler des secrets, par exemple. Ici, il n'était question que de poursuite du rêve qu'ils vivaient déjà et des désirs les plus profond de la femme de Motta. Cette dernière avait poser sa main décorée de son alliance sur celle de son conjoint, qu'elle ne pouvait s'empêcher de baigner de tendres caresses.

- Je me disais, mon amour, puisque notre rêve de nos retrouvailles s'est réalisé, nous pourrions passer d'avantage de temps ensemble. Les temps ne seront pas éternellement aussi calme, je me disais que l'on pourrait en profiter pour prendre du temps pour nous... Elle releva sa tête pour lui jeter un regard pleins d'espoirs. Juste toi et moi, faire des choses que les mortels considèrent comme "banales". Voir la nature sous ses angles les plus beaux, visiter des lieux antiques, main dans la main, s'aventurer dans les paysages magnifiques que nous offre la nature... Les gens rêvent constamment d'aller voir ailleurs sans avoir exploiter la magnificence de leur propre planète. La Terre a tant à offrir... et les habitants sont tellement happé par la technologie qu'ils n'ont plus le désir de voir toutes ces merveilles par eux-même. Mais pas moi. Cette dernière se redressa suffisamment pour venir coller doucement son front contre celui de Motta, fermant les yeux. Tout ce que je veux c'est de pouvoir vivre ce paradis à tes côtés, avoir pour une fois dans ma vie l’occasion de vivre ces choses qui construirons nos souvenirs heureux, juste toi et moi. Pouvoir me dire que toutes ces merveilles je les aient vécu avec la seule personne qui importe à mes yeux, me dire qu'on aura eut nous aussi notre petite parcelle de "vie banale", dans laquelle on a pu mettre nos soucis de guerriers de côté, pour une fois... et j'aimerai pouvoir t'exprimer, à travers tous ces desseins que j'aimerais partager avec toi, ma profonde envie d'agrandir notre famille, si tu le veux aussi...

Claire ne savait pas réellement si elle était capable d'enfanter. Les opérations qu'elle avait subit à l'intérieur de son corps pour se faire transplanter son démon, lorsqu'elle fut enfant, avait possiblement endommager "ses capacités" à mettre au monde. Cependant il existait aujourd'hui des techniques pour "stimuler" ou rendre possible le fait d'avoir des enfants si cela le nécessitait. La claymore, de toute évidence, n'avait qu'une envie: c'était de devenir plus qu'une femme, mais aussi la mère d'au moins un enfant ou de plusieurs. Des enfants qui seront la retranscriptions parfaite de l'amour de leurs parents, puisqu'ils seraient né de l'union la plus belle qu'il soit, puisqu'ils seront désiré... Claire voulait tout simplement vivre une vie méritée, une vie amoureuse auprès de l'homme de ses rêves qui était maintenant sien.





Spoiler:
 
Motta
avatar
Modérateur
Masculin Age : 25
Date d'inscription : 04/08/2008
Nombre de messages : 28924
Bon ou mauvais ? : Mystérieusement neutre
Zénies : 3615

Techniques
Techniques illimitées : Téléportation// Kienzan // Dodompa
Techniques 3/combat : Final Flash // Griffes du Tigre
Techniques 1/combat : Supernova

MessageSujet: Re: "How you remind me, my love.. " [PV. Motta]   Mar 31 Jan 2017 - 22:24
L'union des deux guerriers était enfin accomplit avec ces deux bagues à chacun de leurs doigts pour témoigner de leur attachement l'un à l'autre, pour signifier qu'ils étaient âmes sœurs. Ce mariage s'était passé rapidement facilement, il y avait quelques jours, quelques heures encore, Motta était en plein doute concernant la femme qu'il aimait et là la situation s'était complètement renversée et ils pouvaient maintenant envisager l'avenir à deux. Comme quoi dans la vie, parfois, tout arrive très vite sans qu'on ne s'y attende forcément. Et Claire revenait à point nommé dans sa vie. C'était tout ce dont avait besoin Motta : un but, celui de servir Claire dans l'amour le plus sincère et le plus total.C'était la seule chose qui comptait avec, bien sûr, son peuple qu'il continueras à protéger quoi qu'il en coûte. Et oui, on ne se refait pas et un homme, un vrai, a des principes qu'il respecte tout au long de sa vie. Ceci étant, Motta avait besoin de la Claymore pour qu'un nouveau souffle, positif, le guide dans sa vie. Comme un voilier qui aurait besoin du vent pour avancer, Claire était là pour mener le sayen au bouc dans la bonne direction. Le général le savait, il le sentait, c'était cette femme qui manquait à sa vie et il allait faire tout ce qui est en son pouvoir pour la rendre heureuse comme elle le rends heureux, rien que par sa présence.

Ce mariage annonçait de belles choses pour la suite, Motta se voyait déjà avec sa bien aimée partager divers moments en amoureux. Il l'avait bien mérité après ces années à user de ses forces dans le combat, à penser à cette histoire avec Claire qui le rongeait, pendant lesquelles il avait tenté de l'oublier. Mais tout ça c'était du passé, il fallait penser au présent, au futur. C'était ce qu'était en train de faire l'ancien colonel et nul doute que la jolie blonde faisait de même. Après tout, comme l'oracle elle avait prédit qu'ils se retrouveraient et elle avait imaginé tout ça à leur retour : le mariage, les bagues, cette place magnifique faisant penser à un beau pays du nord. Tout était réunit pour être heureux, tout était parfait. C'était presque trop beau. Mais ça l'était-il vraiment ? Enfin, ils avaient tout les deux soufferts, après tout ils méritaient bien du bonheur en contrepartie ! Le temps était enfin venu pour eux d'être heureux, d'avancer à deux en étant plus fort et ce mariage allait sans doute les rendre plus fort. Ils l'étaient déjà certes, mais à deux c'était beaucoup plus simple. En y pensant, ils formaient probablement à l'heure actuelle le couple le plus puissant de la galaxie et peut-être même l'univers. C'était beau.

Couchés dans la peau de bête auprès de l'être aimé, quel plaisir, quel délice ! A vrai dire peu de choses pouvaient être plus plaisante que ça, c'était tellement agréable que la lassitude ne pouvait même pas exister dans un moment pareil. Ce moment pouvait durer des minutes ou des heures que ça ne changerait rien, on en oubliait le temps et cela ne durait jamais assez de toute manière. Motta était heureux à ce moment là, comment pouvait-il ne pas l'être ? Ses problèmes étaient tellement loin et il était là, couché avec Claire en s'imaginant être heureux avec elle. Et en plus il était certain que ce serait le cas, une fille comme elle il n'y en n'avait pas des centaines. Juste une. Une seule et unique Claire, la seule qui méritait toute son attention, tout son dévouement. Le fait qu'elle ressente exactement la même chose ne rendait cela que plus beau. C'était l'amour véritable, le seul, le vrai. Ils partageaient le même amour, les mêmes sensations, cela se voyait aux tendres caresses qu'ils s'échangeaient l'un et l'autre. Les deux tourtereaux pouvaient rester ici encore pendant des heures, ils ne faisaient plus qu'un.

Finalement, Claire décida de briser le silence, mais ce n'était pas plus mal, un couple qui n'a rien à se dire est voué à sombrer. La communication faisait partie intégrante d'une relation. La belle commença par dire qu'ils devraient passer plus de temps ensemble et poursuivit en proposant de découvrir le monde un peu tout les deux. Vaste programme mais projet très intéressant. On pouvait dire que Motta aurait accepté toutes ses faveurs mais en vérité il avait lui aussi envie de découvrir un monde qu'il connaissait assez peu mais qui semblait magnifique sur bien des plans. Ce n'était peut-être pas très sayen de s'extasier sur la beauté d'une chose mais Motta était capable d'apprécier les choses à leur juste valeur et les paysages, les endroits remarquables que comportait la planète Terre étaient bien évidemment autant de raisons de rester un peu plus longtemps ici et profiter de la vie. Motta regarda sa bien aimée avec de grands yeux, il était admiratif devant sa beauté mais ça ne l'empêchait pas d'écouter ce qu'elle disait et il lui répondit avec beaucoup d'enthousiasme.

"Oui ! Cela me plairait vraiment beaucoup ! J'aimerais partager des choses avec toi, continuer à voyager avec la personne que j'aime serait idéal. Je suis partant. Je suis certain qu'on va beaucoup s'amuser..."

Motta semblait réellement emballé par l'idée, lui qui avait toujours vécu pour le combat et uniquement pour le combat pouvait faire une pause avec la personne qu'il aimait. Il avait sans doute besoin de ça, d'avoir quelqu'un avec qui partager des choses au lieu de poursuivre sa route de guerrier solitaire qui jusqu'à présent paraissait sans fin. Claire venait de donner d'autres objectifs au sayen, elle lui donnait une raison de vivre. Vivre pour elle, la rendre heureuse comme il le pouvait. Et c'était bien ça qui allait à son tour le rendre heureux car il partagerait des moments intimes et uniques avec cette femme. La Claymore proposait de voyager et c'était un très bon moyen de profiter de la vie à deux. En effet de cette manière ils allaient se créer des souvenirs, qu'ils ne partageront rien que tout les deux. C'était ainsi qu'on faisait l'histoire, d'un couple ou d'une vie. Il faut vivre des choses quand on le peu encore, avant de se dire qu'il est trop tard. Après tout, c'est vrai, tout peux s'arrêter du jour au lendemain. Un guerrier de l'Alliance Maléfique pouvait très bien s'attaquer au peuple sayen et ainsi interrompre leur moment de bonheur. Il pouvait se passer plein de choses, qui sait s'ils auront toujours la chance d'être tout les deux là au même endroit ? Ils ne devaient pas attendre que le temps passe, ils devaient vivre leur vie à deux comme ils le pouvaient.

"Très bien, alors par quoi commençons nous ? La Terre ? L'univers est tellement grands... Il doit exister un nombre infinie de lieux extraordinaire. Mais le plus beau sera celui que je partagerais avec toi. Alors, tu as une idée ?"

Motta voulait faire passer les envies de sa bien aimée avant tout. Il n'avait pas vraiment d'idées sur quels lieux visiter puisqu'il avait assez peu de temps pour s'intéresser à tout ça avec toutes les guerres qui avaient eu lieu et son rôle important de haut gradé sayen. Comme il l'avait dit il serait heureux n'importe où tant qu'il serait aux côtés de celle qu'il aimait le plus au monde. Cet endroit était déjà magnifique, cela montrait à quel point Claire pouvait avoir bon goût. Il ne faisait guère de doute qu'elle avait déjà une idée pour la prochaine étape. En attendant le guerrier à l'amure verte gardait Claire dans ses bras amoureusement, irradié de bonheur par sa simple présence.



Spoiler:
 

Fiche de Motta
Général des armées sayennes.

Truth:
 


Transformations:
- Gorille Géant
- Super Sayen 1
- Super Sayen 2
- Super Sayen 3

Objets: Armure sayen, détecteur, boules de cristal à 1 et 4 étoiles, 2 senzus, émetteur Alliance Ganshou, cape rouge.
Claire
avatar
Modérateur
Féminin Age : 27
Date d'inscription : 12/08/2008
Nombre de messages : 20708
Bon ou mauvais ? : Tu devrais le savoir.
Zénies : 2970

Techniques
Techniques illimitées : Dodging bullets | Fen'harel's elgar | Transposition
Techniques 3/combat : Renvoi d'Offensive | Purification
Techniques 1/combat : Doomhammer

MessageSujet: Re: "How you remind me, my love.. " [PV. Motta]   Mer 15 Fév 2017 - 14:53
- De nombreuses perspectives s'offrent à nous, Motta. Nous avons du temps pour partir ensemble loin de notre quotidien conflictuelle, c'est tout ce qui importe... Nous trouverons notre chemin au fur et à mesure de nos visites, sur Terre comme ailleurs si tu le veux.

La claymore était sûre d'elle. Sa proposition lui semblait d'autant plus judicieuse qu'ils n'auraient tout deux certainement pas d'autre occasion de pouvoir partager du temps ensemble, de façon sereine, avant un très long moment - voir jamais plus. Il fallait savoir saisir les opportunités lorsqu'elles se présentent à vous avant qu'elles ne s'envolent: Claire voulait pouvoir partager ces "petites" choses avec son homme. Cela n'avait l'air de rien, mais cela représentait beaucoup aux yeux de gens comme eux, confronté le reste du temps à la guerre, aux prises de positions. Aujourd'hui ils avaient décidé de prendre du bon temps ensemble - et pas seulement sur le plan sexuel, huhu - afin d'assouvir leurs envies d'être juste tout les deux. Pas besoin de faire des choses extraordinaires, puisque être l'un près de l'autre était déjà en soit quelque chose qui valait le coup, qui valait d'être qualifié d'extraordinaire. La guerrière avait déjà sa petite idée de par où ils pouvaient commencer, sachant qu'ils iraient certainement visiter des paysages et des choses sur Terre comme sur d'autres planètes, moins connues que celles souvent mises en avant dans cette galaxie. Cela leur ferait connaître d'autres "monde", ou plutôt d'autres histoires et d'autres planètes. Il y avait une infinie de possibilité, il suffisait de les exploiter. Que ça soit par hasard ou en se renseignant auprès d'un office du tourisme intergalactique, on pouvait facilement se faire dépayser dans un univers aussi vaste, riche et diversifier que celui où nos protagonistes se trouvent. Claire avait déjà sa petite idée d'où aller: sur Terre, les paysages étaient souvent connu et on avait vite fait le tour de la planète. Il serait donc peut-être sympa de faire le tour de la Terre à un moment donné, mais il pouvait aussi être, pour le départ de leur aventure, plus sympathique de se dépayser d'avantage. Les plus beaux paysages sont souvent dans les endroits les moins visité par les mortels, et heureusement, car on sait tous que les vivants gâchent et pourrissent tout ce qu'ils touchent.

Les deux amoureux passèrent encore un peu de temps ici, dans la chaleur de cet endroit atypique et la chaleur de leurs étreintes, la plupart du temps entremêlés. Ils burent à leur soif, grâce aux breuvages qu'avait réservé Claire pour ce moment unique dans leurs vies, et mangèrent à leur faim grâce à ses talents culinaires - ou plutôt Motta mangea à sa faim, étant donné que les claymores ne mangent qu'une fois par semaine. Ils se baignèrent nu, l'un contre l'autre, dans les sources chaudes de cet endroit idyllique où régnait l'harmonie avec la nature, comme l'harmonie entre ces deux personnes si différentes et pourtant capable de toucher du bout des doigts l'âme de l'autre. Se ravissant l'un l'autre de câlineries et de douces intentions, ils baignaient dans un havre de paix, sereins. Cela était des moments précieux, des moments rares, des moments qu'ils ne pourraient plus partager ensemble avant de très long laps de temps dans l'avenir. Aucune description ne pouvait être assez forte en émotions et en sentiments pour pouvoir décrire parfaitement ce qu'ils vivaient en ce moment, ici, ni pour d'écrire ce qu'ils allaient vivre main dans la main dans ce futur si proche. Cependant, on imaginait aisément la grandeur de tous ces émois d'amour: on ressentait leurs corps vibrer dans notre imagination à travers de simples mots. Parce que leur amour était d'autant plus vrai que l'ampleur de leurs désirs l'un envers l'autre.

C'est ainsi que, dès le lendemain, ils se mirent en route paisiblement. Ils avaient fait un détours chez la claymore afin de prendre des vivres et des choses utiles pendant leur voyage. Certainement qu'ils dormiraient à la belle étoile ou dans des hôtels pour que cela soit plus cosy, en passant par des lieux insolites: quoi qu'il en soit, il valait mieux être un minimum préparé. Cette dernière passa par Satan-City et alla dans un office du tourisme intergalactique, comme prévu. C'était loin d'être rare à présent, ce genre d'endroit. Après tout, les planètes étaient fortement connectés entre-elles, et même si certaines étaient plus populaires que d'autres, on connaissait l'existence de bon nombre de ces planètes: à se demander s'il en restait encore à découvrir. Probablement que non, surtout avec le passage de grande firme tel que Stinger Industry, balayant le monde de part ses nombreuses troupes et ses flottes ridiculement énormissime à en faire froid dans le dos aux "simples mortels". Claire n'avait pas de lieu précis en tête et feuilletait les guides de visite dans différentes planètes auprès de Motta, tout en écoutant d'un air intéressé les recommandations de l’extraterrestre au guichet, qui ressemblait fortement à l'un des trompettistes de La Cantina dans Star Wars. Ce dernier parlait pourtant bien leur langue; même si on se doutait que sa langue natale devait être tout autre. Cela n'était pas non plus si impressionnant: beaucoup d'extraterrestre, d'autres races, s'étaient mêlé aux autres civilasions et s'étaient installé sur des planètes plus connues de ce système. En particulier la Terre car elle était vendue comme un endroit où il faisait bon vivre, malgré forcément les conflits qui pouvaient traîner ici.

L'alien leur donna deux trois conseils de destination peu connue ou exilé. Claire leur avait dit qu'ils cherchaient des endroits où la faune et la flore seraient singulières, des endroits où être "dépaysé" ne leur ferait pas de mal, des endroits où il n'y aurait pas les mêmes mœurs que dans la partie "populaire" de cette galaxie. Le type du comptoir leur avait montrer plusieurs destinations paradisiaques jusqu'ici, parce que c'est ce que la plupart des voyageurs cherchaient - surtout les couples. Des planètes ensoleillés avec des plages de toutes les couleurs et de toute beauté, immenses, et des promesses de nuit d'ivresses à n'en plus pouvoir. Des planètes regorgeant de constructions des plus réussies technologiquement parlant, permettant de vivre des choses pleines de sensations et de faire la fête jusqu'à pas d'heure... c'était surtout ça que les gens cherchaient lorsqu'ils voulaient partir en vacances. Mais les deux jeunes gens s'attendaient à autre chose, ils voulaient découvrir un nouveau "monde", des nouvelles plaines. Un lieu sans conflit n'existe pas. Alors un lieu où il y a une certaine paix de préservée et un côté sauvage, quelque chose d’insaisissable mais de charmant. Un paradis autre que ceux que veulent les gens, pas ces paradis fait de plages, de picole et de parcs d'attractions, non. Un paradis naturel où régnerait une diversité de genre, de faune, de créatures, de façon de pensée. Quelque chose qui soit bien différent du reste et qui vaille le détour, une destination à laquelle on ne pense pas tout de suite car on se dit que c'est trop exotique pour la plupart des gens. C'était l'occasion de vivre une, et même des, expériences uniques. Ils pouvaient donc commencer, comme je l'avais dit, par quelque chose qui les dépaysent vraiment. C'est ainsi qu'ils trouvèrent ensemble leur prochaine destination..  une planète hors norme.

" Embarquement prévu dans vingt minutes à destination de Caershire. Veuillez attendre devant votre SAS. "

Claire feuilletait en compagnie de Motta d'autres propositions de planète et de lieux que leur avait fourni l'alien au comptoir, pour plus tard. Ils discutèrent ensemble de futurs trajets qu'ils pourraient effectuer pendant leur long séjour à deux. Il y avait tant à voir, tant à imaginer... et leur première destination se tenait bientôt devant eux.

Ils entrèrent dans un immense vaisseau de plaisance et qui permettait donc de desservir plusieurs planètes. Il y avait des boutiques et même un cinéma à l'intérieur de cette énorme embarcation, de quoi vous émerveillez si c'est la première fois que vous entrez dans ce genre de vaisseau. Calme comme à son habitude, la claymore resta pour la plupart du temps du voyage, assise confortablement dans le siège qu'on lui avait réservé auprès de son sayen. Ici, ils faisaient un peu tâche, parce qu'ils étaient devenu tout de même deux guerriers notables dans cet univers, et tout le monde les dévisageaient en sentant leur deux puissances, largement au dessus des standards.

Ils passèrent quelques heures à l'intérieur de ce vaisseau de tourisme convivial, puis arrivèrent finalement à leur destination. Lorsqu'ils posèrent le pied à terre, ils arrivèrent dans une immense capitale volante, au dessus de la terre véritable de cette planète. Les nuages baignaient la cité volante qui semblait en dehors du reste, comme projeté dans les cieux, signe de supériorité. Ils furent accueilli par... une multitude de créatures aux races différentes, et qui semblaient cependant s'entendre en vivant ici en harmonie. Cette capitale aux vives couleurs pastelles semblaient animé jour et nuit. Il y avait divers marchand de diverses autres espèces encore: on aurait dit qu'il existait de très nombreuses races sur cette planète. Les habitants étaient appelé les Caeri, malgré l'énorme diversité de races qu'abritait ce monde, il fallait bien les réunir sous "une même bannière" pour donner un nom aux habitants de la planète.

Motta comme Claire avaient eut une carte détaillée de la planète grâce à l'alien de l'office de tourisme intergalactique. Ce dernier leur avait parler des différentes régions de cette planète, à savoir: Törwyn au nord, Lako'han au sud, Naaev à l'est, Naar'wyr à l'ouest et Fäerre au centre de la planète. Ils étaient donc dans les contrées de Fäerre, ou plutôt au dessus, dans ce qui se trouvait être LA capitale de la planète. Il y avait apparemment d'autres capitales en fonction des régions et même parfois plusieurs, mais ici, c'était Krypsö, et c'était la capitale de la planète. Elle servait à communiquer avec le monde mais également à prendre des décisions importantes puisqu'un conseil réunissant plusieurs races semblaient se concerter pour parler politique.

Ils découvrirent alors les terres vivifiantes de Fäerre, la région centrale où se trouvait la capitale volante, mais aussi " en bas ", sur la terre, des contrées verdoyantes. Un immense arbre-monde faisait office du centre " du centre ", c'est à dire qu'il était véritablement au centre de cette planète et de cette région. Il était nommé Yggdrasil, ou arbre-monde, et semblait être protéger et vénérer par de nombreuses créatures habitant ces lieux. La plupart des créatures qu'ils croisèrent étaient très présente et chaleureuse, d'ailleurs. Il offrirent l'asile à Motta et Claire en les invitant à visiter leur clairière de plus près, sentant une grande force guerrière et un esprit justicier fort en ces deux-là. C'étaient les Gardiens du Bosquet et les Dryades qui les avaient accueilli: des créatures mi-cerf mi humanoïdes, les premiers mâles, les deuxièmes femelles. Ils étaient très loquasse et racontaient beaucoup d'histoires sur la nature et leurs ancêtres, ainsi que sur les autres races de la planète. Ils étaient accueillant envers les étrangers car cela était apparemment le désir de leur Dieu, Cénarius. Ils disaient ne pas avoir peur des étrangers malintentionné, d'ailleurs, car leur dit Dieu les défendraient.

Il y avait beaucoup de paysages à voir ici. Et beaucoup de créatures. Ils croisèrent poissons humanoïdes qui les saluèrent, tout aussi chaleureux que les homme-cerf qu'ils avaient rencontré la veille. Eux, c'étaient des Jinyus. Ils étaient sages et discipliné, et leur montrèrent grâce aux eaux, des visions d'autres races habitants sur leur planète, en essayant de leur montrer lesquelles étaient pacifistes et lesquelles hostiles. Ils leur firent rencontrer également des Makruras, des espèces d'homard humanoïde, mais surtout très bavards qui les suivirent tout le reste de leur voyage sur les terres de Fäerre.

Ils rencontrèrent des espèce d'homme-chouette, des humanoïdes-panda et même des grands loups, immenses, monté sur leurs pattes arrières. Ils ressemblaient au peuple des loup-garou, mais ils n'en étaient pas: ils étaient appelé Worgens ici, et ils n'avaient aucune forme humaine ou autre que celle-ci. Des singes les suivaient en les pistant via les arbres, leur tirant la langue et s'enfuyant dès que Motta ou Claire tournait le regard vers eux: c'étaient des Hozens. Les Makruras, ces pipelettes, leur avait dit qu'ils étaient des harceleurs mais très craintif.

Ils allèrent dans les quatre autres régions. Ils rencontrèrent une diversité d'espèce impressionnante. Sur la même planète se trouvait un tas de races différentes, et ils étaient pourtant tous des Caeri, habitants de Caershire. Certaines étaient en conflit les unes envers les autres, d'autres étaient pacifistes et accueillantes, d'autres encore, pacifistes mais légèrement hostile. Entre la diversité de paysage et la diversité de races et de mœurs, il y avait de quoi être plus que dépaysé. Ils avaient dormi parfois à la belle étoile dans chaque régions, tantôt là, tantôt accueilli dans des capitales où les gens y étaient aimable dans certaines régions. Ils y rencontrèrent, dans les terres marécageuses de Naar'wyr; des humanoïdes dragons: ils se nomment Draconiens. Des humanoïdes ressemblant à des créatures de la mer, peu loquasse et peu recommandable, appelé Sans-Visages. Il y avait aussi les Sauroks, de perfides humanoïdes à l'apparence de reptiliens, des humanoïdes-corbeaux appelé Arrakoas, très discret et se concentrant uniquement dans leur propre capitale. Même des femmes-oiseaux très agressive qui hurlaient à la mort pour effrayer ceux qui tentaient de s'approcher de leur territoire.. et des espèces d'hommes-poulpes flétris et visiblement corrompus physiquement par une vile magie, appelé les Roués. Ils visitèrent alors Taal'ador, la cité des hommes-corbeaux, qui étaient méfiant envers eux mais pas hostile. Contrairement à la deuxième cité capitale de cette région qu'ils visitèrent: C'thun. C'était surtout les Sans-Visages et les Draconiens qui résidaient massivement à C'thun. là-bas, tout était tout de suite plus hostile, mais les créatures qui y résidaient sentaient aisément la force des deux guerriers et se contentaient de ne pas se retrouver sur leur chemin.

Ils visitèrent les terres tropicales de Naaev. Ils rencontrèrent tout d'abord des hommes-poulpes ressemblant aux Roués des terres marécageuses, sauf que ceux-là semblaient bien plus fort et en bonne santé physiquement. Ces hommes-poulpes d'ici s'appelaient Draeneï. Ils étaient accueillant et semblaient naturellement imprégné par la magie. Ces créatures avaient fait un morceau de chemin avec Motta et Claire, attiré par leur puissance et leur savoir. Ils leurs avaient fait connaître les murlocs: des genre de poissons qui vivent le long des littoraux. De loin, ils aperçurent des Nagas. Des reptiliens de mer, qui d'après les Draeneï, vivent souvent reclus dans leur cité sous l'ocean, ne se mêlant pas des masses aux êtres vivant sur la terre. Ils apprirent l'existence de Gnoll, des hyène humanoïdes, et des centaures, êtres mi cheval mi humanoïde dans les parages. Il y avait même des satyres, qui apparemment vivaient tapis dans l'ombre. Ici, tout semblait être mi humanoïde mi créature mystique ou mi humanoïde mi animal. Ils avaient été invité dans la capitale de la région de Naeev qui s'appelle Aurion, où vivait en paix les Draeneï avec les autres espèces et notamment les Taurens, des genre de vache et taureau humanoïde.

Ils avaient vu les terres arides de Lako'han, par la suite. Là-bas, c'était surtout le désert, mais pas que. On y trouvait surtout des mi-humanoïde mi... insecte. Ils s’engouffrèrent dans des cités sous terre et tombèrent sur la cité d'Azjol-Nérub. Là-bas, ils rencontrèrent des mi humanoïde mi araignée, mais pas que: des mi-humanoïde mi-scarabée, des mi-humanoïde mi-insecte dont plusieurs diversité d'insectes. Ils étaient plutôt pacifiste et indifférent. C'était une cité impressionnante mais à l'aspect froide, à cause du manque de sympathie de ces bestioles, qui de base avec leur apparence, ne l'inspirait pas ( la sympathie). En remontant à la terre ferme, ils rencontrèrent des mi-humanoïde mi-insecte mais volant, appelé Mantides. Ils étaient capable de parler et d'agir, mais on voyait qu'ils n'étaient pas très.. intellectuel. Ils vivaient dans des tours très haute, adapter à leur capacité de volé. Toujours dans cette région qu'était Lako'han, ils rencontrèrent des Virmens, des humanoïdes à l'apparence de lapins qui vivent en meute, plutôt craintif. Ils rencontrèrent aussi des Yaungols. C'étaient des humanoïdes ressemblant à des yack vivant en tribu. Enfin, ils tombèrent sur une deuxième capitale de la région: Ramkahen. Ils rencontrèrent les Tol'vir, un peuple de mi humanoïde mi félin mais sur quatre pattes et avec un buste dressé, ce qui était assez atypique comme apparence. Ils avaient soit une peau de pierre, soit une peau de chaire. Ils étaient cependant accueillant et acceptait de loger des étrangers plusieurs jours, semaines ou mois, en échange que ceux-ci les aident au quotidien, notamment pour cultiver leurs terres.

C'est ainsi qu'ils visitèrent la dernière région: les terres gelées de Törwyn. Dans ces terres froides vivaient des Magnataures: d'immense créatures mi-mamouth, mi-géant. On y rencontrait aussi des morses humanoïdes appelé Roharts, des Taunkas, lointain cousin des Taurens ( mi humanoïde mi taureau ) - sauf qu'ils ont le pelage plus blanc - et d'autres espèces comme des Hurans ( mi humanoïde mi sanglier ) et des furbolgs ( mi humanoïde mi ours).. ( veuillez remarqué que j'ai mi ces deux espèces à côté dans ma description parce que ça m'a fait pensé à Al Gore: " L'hommeoursporc" xDD pardon j'arrête xD). Ils allèrent dans l'unique capitale de cette région, nommé Fjörn. Là-bas toutes ces créatures très différentes semblent cohabiter en paix, en se nourissant via la pêche et l'élevage.

Motta comme Claire avaient été fortement dépaysé pendant leur long voyage. Cela était vite résumé mais ça avait déjà prit largement plusieurs semaines. La claymore avait été ravie de découvrir une telle planète avec une diversité aussi prononcé et grande. Elle espérait que Motta avait également apprécier le voyage, et peu importe s'il décidait de rester encore un peu ici ou de reprendre une embarcation pour se rendre ailleurs, cela avait été une première expérience plus que vivifiante à ses côtés.





Spoiler:
 
Motta
avatar
Modérateur
Masculin Age : 25
Date d'inscription : 04/08/2008
Nombre de messages : 28924
Bon ou mauvais ? : Mystérieusement neutre
Zénies : 3615

Techniques
Techniques illimitées : Téléportation// Kienzan // Dodompa
Techniques 3/combat : Final Flash // Griffes du Tigre
Techniques 1/combat : Supernova

MessageSujet: Re: "How you remind me, my love.. " [PV. Motta]   Mar 21 Fév 2017 - 20:55
Le temps passait vite, encore et toujours il continuait à avancer sans attendre quoi que ce soit, sans attendre qui que ce soit. Pour une fois, peut-être que la chance était avec eux, les amoureux avaient tellement parcouru la galaxie à faire des guerres qu'ils se rendaient aujourd'hui compte de la chance qu'ils avaient d'être seuls rien que tout les deux. C'était une joie indescriptible, ils pouvaient enfin se côtoyer comme bon leur semblait, dans toute leur intimité. On dit qu'on se rends compte de la chance qu'on a quand on l'a perdu, mais ce n'était pas toujours vrai. Pour Motta c'était clair comme de l'eau de roche : il se sentait bien auprès de celle qui était devenue sa femme. Il le ressentait, il n'avait jamais connu de sentiment aussi fort auparavant, alors forcément tout ce dont il avait envie était de faire durer le moment. Et ce moment là, justement, n'existait qu'avec la présence de la jolie blonde. C'était un fait, elle créait du bonheur, elle était son bonheur. C'était une chance dont il avait pleinement conscience et il espérait que rien ne vienne gâcher ce plaisir incomparable. Il pouvait enfin partager avec elle et c'était tout ce dont il avait besoin aujourd'hui. Claire était la raison d'être de Motta et le guerrier allait faire tout son possible pour préserver ce qu'il avait aujourd'hui, même s'il savait que cela ne dépendait pas de lui. Une chose était pourtant évidente pour lui, il n'aurait rien s'il laissait faire les choses, s'il abandonnait lâchement cet amour. Ce n'était pas son genre. Cela pouvait paraître bête, puérile ou inutile mais il était le genre de personne à ne jamais rien lâcher. Cela pouvait paraître comme un défaut car passer à autre chose devenait alors très compliqué. Mais c'était avant tout une preuve de caractère et une preuve de la sincérité de ses sentiments. Ce n'était pas en laissant passer sa chance, en se disant que ça ne sert à rien d'y faire quoi que les choses allaient changer. Et c'était ainsi qu'il fonctionnait, toujours à ne jamais rien lâcher. Toujours à se battre, sans cesse pour ce qu'il aime et ceux qu'il aime. Surtout, celle qu'il aime. Et bien que tout ne dépendait pas de lui, puisqu'une guerre pouvait éclater à tout moment, le sayen à l'armure verte garderait toujours cet espoir de préserver son amour. Il savait que c'était sa seule façon de survivre au reste de sa vie, puisque sans elle il n'avait rien ou pas grand-chose. Motta ne pouvait donc pas se priver de Claire, car il était véritablement amoureux d'elle, tout simplement.

Tout juste mariés, les deux tourtereaux passaient leur lune de miel dans un endroit magique et forcément beau. Claire avait véritablement tout prévu, la justesse de ses choix était impressionnant. Comme quoi elle avait toujours cru au fond d'elle qu'elle aimait Motta et qu'un jour ils pourraient se réunir et se marier. Même si pour le guerrier ce ne fut pas aussi évident de garder cet espoir, il n'avait pu s'empêcher d'imaginer lui aussi qu'un jour il retrouve celle qu'il avait aimé. Mais la Claymore avait fait beaucoup plus que cela, elle organisait tout, apparemment elle aimait beaucoup cela. Toutefois, elle n'avait pas pensé à la suite des événements, des endroits que les deux amoureux iraient visiter. Parce qu'il s'agissait de ça : ils allaient faire un tour ensemble et vivre des choses, se créer des souvenirs. C'était la plus belle chose qu'il soit, que de vivre des aventures avec la personne qu'on aime.

"D'accord, nous verrons en temps voulu, ce qui se mettra sur notre chemin. Nous allons faire ça à l'instinct, oui. C'est une bonne idée, les sayens agissent souvent ainsi."

Ils passèrent du temps ensemble encore dans cet endroit merveilleux, ils avaient vraiment besoin de rester au calme et juste de profiter l'un de l'autre. C'était une grande joie pour tout les deux. Ils étaient en plus loin des villes pollués et respiraient l'air pure de la nature, ce qui rajoutait un côté très agréable à leur séjour ici. Motta profita aussi des talents culinaires de sa femme, lui, le glouton, comme tout bon sayen. Les repas n'étaient pas triste... Bien que Claire mangeait très peu, ce qui pouvait parfois être gênant. Ils passèrent aussi beaucoup de temps à se baigner tout les deux, ils faisaient cela sans forcément qu'il y ait de rapports sexuels, bien que la situation prêtait à ce genre de penser. Ils partient ensuite en route vers leur nouvelle aventure, passant chez Claire pour prendre quelques affaires, alors que Motta lui était allé chassé un peu pour avoir quelques provisions pour elle et lui durant le voyage. Surtout lui car elle mangeait peu. Ils se rendirent ensuite à une agence qui leur présentait les planètes intéressantes à visiter, c'était tenu par un drôle d'extraterrestre. Les amoureux firent part de leur souhait, ils n'avaient pas des envies aussi banales que la plupart des terriens à vouloir faire la fête et se faire dorer sur la plage. Ils voulaient tout deux quelque chose de plus nature, de plus authentique que tout ces trucs commerciaux qu'on trouve partout. Voir la nature dans son plus simple appareil, là où elle apparaît magnifique, c'était ça qu'ils voulaient voir. Caershire fut la planète qu'ils décidèrent de visiter, finalement. De nom cela ne disait rien au général, mais justement il était partant pour découvrir un monde qu'il ne connaissait absolument pas. Le couple entra dans un immense vaisseau et ils partirent en direction de la planète en question.

Arrivés sur Caershire, ils découvrir cet endroit incroyable qui flottait dans les airs. Les habitants étaient issus de nombreuses espèces et Motta avait même du mal à tous les compter tellement il y en avait. Ils se trouvaient donc à Krypsö, la capitale de la planète, et ils étaient déjà tout les deux enchantés de découvrir cet endroit. Dès leur arrivée ils avaient été impressionnés par cette ville mais qu'allaient-ils penser de la suite ? S'ils mettaient déjà les lieux dans un endroit impressionnant, ça promettait pour la suite de leur visite sur la planète. Ils découvrirent ensuite la culture des Gardiens du Bosquet et des Dryades, des êtres qui avaient l'air pacifique et qui possédaient un grand savoir. Cela leur permis d'en apprendre beaucoup sur eux mais également sur leur planète et les autres régions. C'était très intéressant. Leur voyage continua à travers ce curieux monde et les deux amoureux firent la rencontre de plusieurs autres espèces, sans guide et avec uniquement leur carte ils s'en sortaient très bien, s'aidant mutuellement pour s'orienter, sans conflit. Ils avaient l'air amoureux et très heureux d'être ici. A un moment donné ils furent suivit par des drôles de singes, Motta avait pu sentir leur énergie et il savait qu'ils n'étaient pas très dangereux pour eux. D'ailleurs ils étaient très craintif, le guerrier au bouc avait tenté de les faire venir en utilisant une baie qu'il avait trouvé dans un chemin c'était un Houchwalkol, une sorte de fruit rouge avec un goût se rapprochant de la fraise mais ressemblant plus à une aubergine rouge. Sans succès, malheureusement, les singes étaient vraiment méfiant et cela sembla amuser Claire.

Par la suite Claire et Motta découvrirent un grand nombre de villes et encore plus de paysages. Les habitants, eux, semblaient tous différents tellement il y avait d'espèces qui cohabitaient ici. Les deux amoureux passèrent parfois dans des villages très accueillant et en évitèrent d'autres sur les conseils de personnes bienveillantes. Mais leur parcours fut parfois plus compliqué, comme la fois où ils furent poursuivis par des sortes de femmes-oiseaux mais il s'en étaient tirés grâce à leur force et leur union indestructible. C'était ça aussi se dépayser, tomber dans des situations imprévues et pas toujours très confortable. Mais cela faisait de bonnes histoires à raconter. Dans les forêts ils rencontraient aussi souvent une sorte de tout petit animal ressemblant beaucoup à des gerbilles. Ce devait être très répandu ici et certaines races en avaient même apprivoisés, d'autres les mangeaient... Chacun avait ses coutumes. L'une des gerbille, solitaire, s'était aussi mise à les suivre, elle s'était même cachée dans les vêtements de Claire à un moment donné. Une anecdote encore amusante à raconter. Claire et Motta continuaient leur chemin en étant en fait souvent suivit par des autres races, c'était à croire que le couple attirait du monde. Cette fois ça s'était passé dans une région plus marécageuse où ils découvrirent encore d'autres espèces.

Leur route ne s'arrêta pas là, les semaines passèrent et ils étaient bien partie pour faire tout le tour du globe, ils rencontraient à chaque fois de nouvelles races, de nouvelles cultures. Elles étaient très différentes de ce qu'ils connaissaient mais c'était aussi étonnant de voir tout ces peuples vivre de manières très différente parfois les uns par rapport aux autres. C'était logique puisqu'il y avait des formes de vies de toute sorte, on avait fait le tour des animaux connus sur Terre mais possédant des capacités physiques et intellectuelles supérieurs. En effet chacune de ces espèces avaient des capacités à comprendre les choses, même s'ils n'étaient pas tous doués de conscience. Claire et Motta avaient terminé leur petit tour de Caershire dans les terres gelés de Törwyn. Pour le climat aussi il y avait parfois des différences extrêmes, un peu comme sur Terre. C'était appréciable de voir autant de diversité, que ce soit par les habitants ou les paysages. Des déserts, des plaines et fôrets verdoyantes, des montagnes, des cascades d'eau et de glace, tout les reliefs y passaient. C'était un voyage mémorable pour le couple qui avait passé des semaines à vivre ensemble tout ça, à se créer des souvenirs.



Spoiler:
 

Fiche de Motta
Général des armées sayennes.

Truth:
 


Transformations:
- Gorille Géant
- Super Sayen 1
- Super Sayen 2
- Super Sayen 3

Objets: Armure sayen, détecteur, boules de cristal à 1 et 4 étoiles, 2 senzus, émetteur Alliance Ganshou, cape rouge.
Claire
avatar
Modérateur
Féminin Age : 27
Date d'inscription : 12/08/2008
Nombre de messages : 20708
Bon ou mauvais ? : Tu devrais le savoir.
Zénies : 2970

Techniques
Techniques illimitées : Dodging bullets | Fen'harel's elgar | Transposition
Techniques 3/combat : Renvoi d'Offensive | Purification
Techniques 1/combat : Doomhammer

MessageSujet: Re: "How you remind me, my love.. " [PV. Motta]   Sam 25 Fév 2017 - 16:56
Motta et Claire avaient vécu plusieurs longues semaines dans les contrées lointaines de Caershire. C'était une planète bien animée, avec une diversité impressionnante et un modèle politique également connu sur la planète Dösatz. Ils étaient régit par un conseil où présidaient conjointement plusieurs représentants de races différentes. C'était un bon moyen pour partir sur une base de paix entre toutes les races qui participaient à ce conseil, cependant certaines s'y refusaient forcément et préférait visiblement comploter dans le dos de ce dit conseil. Claire n'était pas très versé politique, mais avec toutes les personnes qu'ils avaient rencontré puis côtoyé quelques jours, ils avaient eut vent de bien des choses à propos des choses qui se passent sur cette planète. La claymore aimait beaucoup être dépayser à ce point, surtout que les mœurs et les mentalités étaient bien plus ouverte que sur bien d'autres systèmes. Ici les choses paraissaient bien plus simple, comme si la corruption de l'argent et du pouvoir n'opérait pas à aussi grande échelle que dans le reste de la galaxie: ceci dit, ce n'était peut-être qu'une impression. Ils n'étaient pas d'ici et ne vivaient pas parmi les habitants de Krypsö, qui étaient des privilégiés, une sorte d'élite, étant donné que l'on rentrait pour devenir habitant de cette ville qu'après plusieurs tests. Cela était un système particulier, mais cela permettait de former des gardes puissant pour assurer une paix sur la ville et sur la région centre, la région de Faërre. Cela démontrait donc l'envie de paix des races qui avaient accepter d'être en trêve et de gouverner ensemble ici, tout en promettant la paix entre leurs peuples, une paix visiblement durable sur des générations et des générations.

Ils avaient également eut vent de Ragnaros l'Indomptable de part son titre. Il était un peu " LA" grande terreur régnant sur la lave et le feu, et désireux de devenir ultime maître de cette planète pour la "purifier" et la diriger à sa manière. Il semblait calme depuis quelques années, ne faisant exploser aucune terre, ne déchaînant aucun volcan: ce silence radio n'annonçait forcément rien de bon, logiquement. Les habitants de toutes les régions, comme ceux de Krypsö, préparaient depuis lors des remparts et des plans pour faire face à ce fléau s'il venait à refaire surface. D'après les dires des Caeri, Ragnaros ressemblait à un gigantesque titan fait de lave. Il possède un marteau gargantuesque appelé Sulfuras. Il paraîtrait que ce marteau a la capacité d'écraser les plus grandes montagnes, et notamment d'invoquer des élémentaires de feu de la taille d'un bonobo. Certains pensent que ce marteau est une extension de la volonté de Ragnaros et qu'il aurait même sa propre conscience au vue de l'étendue de ses pouvoirs, mais cela ne reste que des fables sans preuves pour l'heure. Toutes ces histoires sur ce fléau de la planète s'étaient déverser dans les différents récits qu'ils avaient pu entendre durant leur voyage. Les histoires finissaient par inclure Ragnaros, qui d'une manière ou d'une autre avait réussie par fourberie à ajouter son grain de sel dans toutes les querelles des Caeri.

Cette escapade loin de tout ce qu'ils connaissaient et des conflits, avait, mine de rien, durer des semaines et des semaines. Ils avaient pu se reposer et découvrir des contrées certainement peut explorer par des humanoïdes du reste de la galaxie, car cette planète n'était pas la destination n°1 en terme de critères. Comme leur avait signifier l'extra-terrestre au guichet intergalactique, la plupart des gens voulaient surtout une destination paradisiaque de vacance, avec de quoi faire la fête, boire sans interruption, et certainement des choses sexuelles exotiques dont personne ( ou peut-être les gens aussi bizarre que ça ) n'avait envie d'entendre parler. Claire se fichait bien de ce que les autres cherchaient, même si cette envie de débauche égoïste l’exaspérait quelque part. Son but ici était de pouvoir jouir d'un long voyage de noce aux côtés de son mari tout en ne pensant à rien de leur vie de d'habitude, pouvoir s'éloigner de leur quotidien conflictuelle. Cela avait été le cas ici, aux abords de Caershire, et la claymore avait été honorée et la plus heureuse que son conjoint l'accompagne pour vivre ces paisibles aventures pleines de découverte.

Ils étaient maintenant devant leur SAS, de retour pour la Terre. Leur voyage avait perdurer plusieurs mois: logiquement on ne faisait pas le tour d'une planète en deux semaines, c'était certain. Claire avait ramener quelques souvenirs vendu dans les différentes capitales des différentes régions qu'ils avaient eut la chance de visiter - et aussi certaines choses vendues à Krypsö même. Elle ne remettrait certainement pas les pieds de suite sur cette planète, aussi sympathique et dépaysante soit-elle: Claire se devait d'être présente sur sa planète natale, la Terre, et continuer ses actions pour agir dans le bien de ceux qui le méritaient. La guerrière avait apprécier fortement de pouvoir passer tout ce temps avec Motta, malheureusement chacun sait que toute chose à une fin, et ils devraient sous peu repartir chacun de leur côté. Cependant, la blondinette n'était pas triste du tout: elle était marié à Motta. Même la mort ne les sépareraient jamais, les liens qui existaient et qui étaient maintenant scellé entre eux étaient éternel. Elle ressentait tout cela au plus profond de ses tripes: pas besoin de parler, pas besoin de belles paroles entre ces deux personnages qui s'aimaient déjà depuis si longtemps. Ils savaient tout les deux l'effet que ça fait... cet amour qu'ils partagent et qu'ils chérissent.

- Nos chemins vont se séparer une fois de retour sur Terre mon amour, mais cela ne me brise pas. Toi et moi nous ne sommes plus qu'une seule et même entité, et je suis fière d'être marié avec toi, Motta. Aucun autre homme ne saurait prendre la place que tu as depuis que tu es dans ma vie, et je resterais tienne à jamais.

Claire caressait du bout de ses longs doigts le dos de la main droite de son amoureux. Cette dernière lui adressait un sourire et un regard tout deux sincère. Cette dernière tenait à lui glisser quelques paroles avant qu'ils ne doivent se quitter à leur retour sur Terre, afin qu'il puisse se souvenir, chaque fois qu'il penserait à elle, qu'elle était sienne. Peu importe les tournants que prendraient leurs vies, les événements tragiques ou rageant qui pourraient se produire. Claire était à lui, et il pouvait se glorifier de lire dans ses yeux, toute la sincérité et la dévotion dont elle faisait preuve à son égard. Il ne pouvait y avoir aucun doute possible quant au fait que cette dernière idolâtrait Motta. Son rêve avait été complètement réaliser en ayant la chance de pouvoir être enfin sa femme.

Elle l'enlaça une dernière fois. Ce fut une étreinte des plus chaleureuses, des plus affectives. Claire caressait du revers de sa main l'une des joues du général, tout en lui donnant des petits baisers adorables. Ils avaient du mal à se quitter et cela était logique, surtout qu'ils avaient énormément passer de temps ensemble et qu'ils avaient prit l'habitude de dormir chaque soir, l'un près de l'autre, leurs deux cœurs battant à l'unisson. Cela était difficile de retourner dans leurs vie où leurs responsabilités les séparaient la plupart du temps: mais ils sauraient se retrouver, et s'aimer toujours plus fortement, encore... La guerrière lui offrit un dernier baiser langoureux, serrer dans l'étreinte protectrice du sayen possédant son coeur. Après ce moment intense, la blondinette lui offrit un sourire plein de compassion, plein d'amour, pour la dernière fois avant un moment.. et elle reprit sa propre route en quittant les lieux. Il était continuellement dans sa tête, et régnait en Roi sur son être et son coeur, peu importe qu'il était loin, il était sa force !





Spoiler:
 
Motta
avatar
Modérateur
Masculin Age : 25
Date d'inscription : 04/08/2008
Nombre de messages : 28924
Bon ou mauvais ? : Mystérieusement neutre
Zénies : 3615

Techniques
Techniques illimitées : Téléportation// Kienzan // Dodompa
Techniques 3/combat : Final Flash // Griffes du Tigre
Techniques 1/combat : Supernova

MessageSujet: Re: "How you remind me, my love.. " [PV. Motta]   Lun 27 Fév 2017 - 20:54
Découvrir un nouveau monde était toujours enrichissant, cela permettait de voir le monde sous un autre angle et se dire qu'ailleurs on pense différemment. On apprends beaucoup de ce genre de voyages et il ne faisait aucun doutes que Claire et Motta auraient eux aussi beaucoup appris en parcourant Caershire, une planète qu'on pouvait décrire par le simple mot diversité. En effet, il y avait tellements de races et de paysages différents sur Caershire qu'il était parfois difficile de se dire qu'il s'agissait de la même et seule planète. Il y avait un tel contraste parfois entre les cultures des différents peuples, entre les climats des différentes régions. C'était assez incroyable de découvrir cet endroit qui comptait d’innombrables facettes. C'était en effet très dépaysant, aussi bien pour le guerrier de l'espace que pour la Claymore. Pourtant, on ne pouvait pas dire qu'ils restaient dans leur petit monde, dans leur petite bulle, puisqu'ils voyageaient eux aussi beaucoup. La diversité des races, ils en avaient connus mais c'était surtout à travers plusieurs planètes qu'une seule. Là c'était impressionnant. Mais les deux amoureux avaient un peu été forcés de voyager, disons que les guerres qui éclataient dans la galaxie, impliquant sayens, ganshous, maléfiques ou encore défenseurs, les avaient amenés à se rendre sur des planètes très différentes. Malheureusement la plupart du temps c'était pour se battre qu'ils changeaient de monde et au contraire la planète Terre était une planète qu'il appréciait parce qu'elle était à part de cette atmosphère de combat. En effet, si elle n'était pas toujours paisible à cause des menaces qui pesaient sur elle, le sayen à l'armure verte ne s'y était quasiment jamais rendu pour se battre et elle représentait pour lui un lieu paisible où il avait la possibilité de se ressourcer.

Ce séjour qui dura des semaines sur Caershire était un peu comme un voyage de noces pour le couple. Ce n'était pas le genre de voyage habituel pour ce genre de choses mais pourquoi toujours faire comme les autres ? Pourquoi répondre aux codes de la société ? Ne devait-on pas plutôt aller simplement là où le cœur nous en dit ? Faire les choses que l'on veut, avec les personnes que l'on veut. Ce n'est pas toujours possible, certes, mais il faut parfois s'en donner les moyens, y croire même si ce que l'on rêve de faire ou d'avoir semble insurmontable. C'était une façon de vivre, bien plus intéressante et heureuse que de se dire fatalement que c'était impossible. Claire et Motta voyageaient donc sur cette planète incroyable où ils pouvaient voyager ensemble sans se soucier du reste. Les dieux devaient être avec eux, car pendant tout ce temps ils n'avaient pas été interrompu dans leur lune de miel, ils avaient pu profiter pleinement l'un de l'autre, comme deux véritable amoureux. C'était tout ce que souhaitait le général des armées sayennes et il était ravi, vraiment ravi de pouvoir être aux côtés de sa compagne, sans être inquiéter par des guerres ou autres. C'était un moment qui n'était pas très courants pour une vie de sayen mais Motta était différent, il savait apprécier ces choses là. Bien sûr, il continuait à s'exercer de temps en temps pour garder la forme et son niveau de combat. C'était primordial pour un combattant de sa trempe. Il ne voulait pas se ramollir et faiblir au point d'être impuissant face à ses ennemis.

De retour sur Terre, évidemment. Ils retournaient sur la planète qui les avaient vu se diriger vers Caershire mais leur voyage sur cette planète pleine de surprises prenait fin. Motta avait remarqué que Claire avait prit soin de ramener plein de choses de leur voyage, ce qui n'était pas son cas. Le guerrier au bouc n'était pas du genre à s'embarrasser de biens matériel, en tant que sayen il n'en n'avait pas l'habitude. Les seules choses qui comptaient à ses yeux étaient les souvenirs qu'il s'était créer avec Claire durant leur voyage. C'était les plus beaux cadeaux qu'il pouvait garder de cette planète et à moins qu'il soit atteint d'Alzheimer ou soit un chien à lunettes de soleil oubliant tout et n'importe quoi, il avait de grandes chances de garder ça en lui jusqu'à sa mort. De toute manière Motta avait gardé le seul objet qui méritait qu'il soit gardé près de lui : la bague de marié qui le liait à Claire. Bien sûr il aurait aussi pu garder le collier de Claire également, car il s'agissait d'un souvenir qui avait beaucoup de sens. Mais tout ça était du passé et il avait la bague aujourd'hui, il n'avait besoin de rien d'autre. Motta espérait bien sûr se créer d'autres souvenirs avec Claire à l'avenir mais cela ne dépendait pas que de lui, de ses fonctions de général, mais aussi de celle qu'il aimait. Cette femme semblait toujours aussi insaisissable, même s'il était certain qu'elle lui était destiné. Leur chemin allait se séparer, avec tristesse bien sûr mais sans déchirement car ils avaient la certitude de se retrouver.

"Je suis à toi également, Claire. Tu es la seul et l'unique. Tu es irremplaçable à mes yeux, te quitter me rends triste mais c'est un bonheur de savoir que je t'ai dans ma vie, où que tu sois. J'aurais toujours l'impression que tu es tout le temps avec moi, c'est le sentiment que nous partageons qui nous unis."

Claire s'était approché de lui et le touchait physiquement après l'avoir touché émotionnellement. C'était sa main qu'elle avait prise et Motta lui, rabattait derrière son oreille quelques mèches des cheveux blonds de cette beauté qu'il avait en face de lui. Il s'enlacèrent une dernière fois, Claire se retrouvait donc entouré des bras forts du puissant guerrier, comme  s'il voulait la protéger du reste du monde, comme s'il voulait la garder près de lui. Sans doute qu'il le voulait mais ils devaient chacun répondre à leurs obligations. Les deux amoureux restèrent ainsi longtemps, ils avaient du mal à se quitter puisque désormais ils ne faisaient qu'un. Forcément dans ces cas là c'est toujours difficile. Le guerrier voulait dormir chaque nuit auprès d'elle comme il l'avait fait durant toutes les dernières semaines, et se réveiller devant ce visage magnifique qui lui démontrait à chaque fois combien il avait de la chance d'être aimé par une personne aussi fabuleuse. Ils s'échangèrent finalement un langoureux baiser, un de ceux dont ils avaient le secret, Motta serrait une nouvelle fois Claire dans ses bras en lui témoignant toute l'amour qu'il portait pour elle. Lorsqu'ils se quittèrent, le guerrier gardait sa main sur celle de la belle, ayant du mal à la lâcher. Sans brutalié la fine main de Claire se détacha de celle de son mari qui la regarda ensuite quitter les lieux sans plus de mots. Motta attendit de ne plus voir du tout celle qu'il aimait, que même son ombre au loin ne soit plus visible pour essayer de passer à autre chose. Le guerrier s'en alla à son tour, par la voie des airs.



Spoiler:
 

Fiche de Motta
Général des armées sayennes.

Truth:
 


Transformations:
- Gorille Géant
- Super Sayen 1
- Super Sayen 2
- Super Sayen 3

Objets: Armure sayen, détecteur, boules de cristal à 1 et 4 étoiles, 2 senzus, émetteur Alliance Ganshou, cape rouge.
 
"How you remind me, my love.. " [PV. Motta]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2
 Sujets similaires
-
» Absolarion Love.
» Love me now or hate me forever!
» « CENTRAL PARK » New York i love you .
» Mangas-Love RPG ?
» Love et Story

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
RPGDBZ :: RPG :: Terre :: La forêt-