Partagez | 
 

 Childhood's End [PV Eden]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Okïn Nightstorm
avatar
Terrien
Masculin Age : 27
Date d'inscription : 28/01/2016
Nombre de messages : 259
Bon ou mauvais ? : Bon
Zénies : 1560

Techniques
Techniques illimitées : Aligatueur:SURF / Dracaufeu:LANCEFLAMME / Nostenfer:TRANCH'AIR
Techniques 3/combat : Cizayox:PISTO-POING / Ectoplasma:BALL'OMBRE
Techniques 1/combat : Mewtwo:PSYKO

MessageSujet: Childhood's End [PV Eden]   Jeu 3 Nov 2016 - 22:33
Au loin, les lumières scintillantes de la grande ville les attiraient, tel un phare guidant un navire qui voguait sur l'océan. Sur le dos de son Nostenfer, Okïn observait les immenses buildings qui se dessinaient à plusieurs kilomètres de là. Cette ville était immense, bien plus grande encore que Doublonville, Céladopole ou Safrania, plus étendue que toutes celles qu'il avait pu visiter jusque là. Mais il n'avait pas grand espoir d'y trouver une Arène Pokémon, il avait bien compris qu'Arcéus l'avait téléporté très loin de chez lui, sur une planète où les Pokémons n'existaient même pas. Il était seul au monde désormais, et ne pourrait peut-être plus jamais rentrer chez lui ou revoir sa mère. Heureusement, il avait encore ses Pokémons avec lui ! Que serait-il devenu sans eux ?

Cela faisait plusieurs heures qu'il volait à dos de Nostenfer, la nuit était tombée depuis un petit moment, et il ignorait quelle heure il était. Il avait bien essayé de consulter son Pokématos mais... la téléportation provoquée par Arcéus semblait l'avoir déréglé. L'heure s'était figée dessus, et le GPS qui était sensé donner sa position sur la carte ne fonctionnait plus du tout. Mais il y avait plus embêtant encore. Son Pokématos nouvelle génération comportait un PokéPC, un PC miniaturisé qui avait le même rôle que ceux qui étaient en libre-service dans les centres Pokémon de son monde. Cela lui servait à stocker d'autres Pokémons et à les récupérer à tout moment, puisqu'il ne pouvait en avoir que 6 sur lui. Son PokéPC étant également déréglé, il ne pouvait pas accéder à ses autres Pokémons... Et c'était bien dommage. En tant que Maître de Johto, il avait capturé et entraîné des dizaines de Pokémons. Il espérait pouvoir les retrouver un jour. Peut-être qu'il y avait encore de l'espoir, peut-être que quelqu'un pourrait réparer son Pokématos, quelqu'un d'aussi intelligent que le professeur Chen ou le professeur Orme !

Après quelques minutes, il atteignit enfin la ville qu'il survola quelques instants, jusqu'à atteindre le centre-ville. Il demanda alors à son Nostenfer de descendre, et ils atterrirent en plein centre-ville, au milieu d'une grande place décorée par une fontaine en son centre, et autour de laquelle se trouvait plusieurs bars, restaurants et boutiques. Les boutiques étaient bien évidemment fermées à cette heure si tardive, en revanche ce n'était pas le cas pour les bars et certains restaurants, notamment les fast-foods qui avaient pour habitude de veiller très tard dans la nuit.
Okïn descendit du dos de son Pokémon chauve-souris, et lui caressa la tête quelques secondes.


"Merci Nostenfer. Reviens."

Il rappela son Pokémon dans sa Pokéball puis raccrocha cette dernière à sa ceinture. Mettant ensuite les mains dans les poches, il observa un moment les alentours. Il fallait qu'il trouve un hôtel pour la nuit, mais d'abord, il fallait manger. Il marcha en direction d'un fast-food nommé "Satan Burger", ça avait l'air bon.
Eden
avatar
Féminin Age : 28
Date d'inscription : 01/11/2016
Nombre de messages : 19
Bon ou mauvais ? : Bon(bon ?)
Zénies : 0

Techniques
Techniques illimitées :
Techniques 3/combat :
Techniques 1/combat :

MessageSujet: Re: Childhood's End [PV Eden]   Sam 5 Nov 2016 - 11:29
L’enfance court vite et ne se rattrape jamais.





Depuis Satan-City, il est impossible de distinguer la lueur des étoiles dans le ciel noir, tant les lumières de la ville sont fortes et éblouissent les yeux des passants. Eden marche seule dans les rues endormies. Elle est nerveuse et jette des regards vides autour d’elle. Lorsqu’elle s’est évadée du centre de détention, elle n’imaginait pas que la liberté aurait un goût aussi amer.

Pourtant, au début, tout s’était passé parfaitement bien. Zoé et Eden étaient arrivées saines et sauves à Satan-City, avec l’inébranlable certitude de se fondre dans la masse de cette jungle urbaine. Après leur atterrissage réussi sur le bitume d’un quartier résidentiel calme, elles s’étaient séparées afin de régler leurs affaires respectives. La mère d’Eden habitait à Satan-City, et l’enfant voulait absolument la voir. Elle avait donc traversé la mégapole afin de regagner le quartier malfamé dans lequel celle-ci vivait. Sa mère était une prostituée, elle possédait un petit appartement dans un vieil immeuble en plein cœur du Red Light District de la ville.

Lorsque l’enfant arriva, elle découvrit l’appartement désert, ce qui ne l’inquiéta pas dans un premier temps : c’était la nuit, après tout. Elle s’y changea, se débarrassant de sa tenue carcérale pour enfiler un débardeur vert pomme et une petite salopette de jean, puis s’endormit sur le canapé avec la certitude d’être réveillée par sa mère au petit matin. Seulement, lorsqu’Eden sortit du sommeil, le soleil inondait la ville de sa lumière chaude depuis longtemps, et l’appartement était toujours désespérément vide. C’est à partir de cet instant que l’enfant commença à s’inquiéter.

Elle découvrit le frigo rempli d’aliments dont la date limite était largement dépassée et s’aperçut que les fruits, dans leur corbeille, étaient pourris. Aussitôt, elle se précipita à la porte de l’appartement voisin, qui était occupé par une amie de sa mère. Celle-lui l’accueillit avec une étrange froideur. Elle lui révéla que sa mère s’était volatilisée depuis plus d’un mois, ayant disparu du jour au lendemain, et qu’elle n’avait aucune information à ce sujet. Eden eut le sentiment qu’elle en savait plus qu’elle ne voulait le dire, mais ne parvint pas à lui extirper davantage d’informations.

A partir de cet instant, l’enfant fut habitée par une obsession tenace : celle de retrouver sa mère et de savoir ce qu’il lui était arrivé. Peut-être avait-elle besoin d’aide, quelque part… Elle écuma d’abord le quartier chaud mais n’obtint aucune réponse, et elle élargit donc son champ d’investigation. La disparition d’une prostituée n’intéressait pas grand monde, et Eden devait faire preuve de prudence, étant malgré tout une fugitive. De plus, elle devait éviter Zoé, qui était sa meilleure amie, mais avec qui le risque de se faire arrêter augmentait considérablement.


Eden erre donc dans le centre-ville, sans espoir d’y trouver des réponses, mais avec la conviction qu’il s’agit d’un endroit plutôt sûr. Au gré de ses investigations, elle a compris que sa mère s’était probablement engagée dans des affaires douteuses, et elle-même pourrait se retrouver impliquée sans l’avoir cherché. Aussi fait-elle preuve de la plus grande prudence. En réalité, elle est au bord du désespoir et ne voit pas d’issue à ses problèmes. Elle a le sentiment d’avoir tout perdu. Est-ce cela le prix à payer pour être libre ?

C’est en se posant cette question qu’elle entrevoit la place, depuis l’une des rues qui s’y rejoignent. Son regard s’arrête quelques instants sur la fontaine, encore assez lointaine. Le clapotement de l’eau se mêle à la rumeur ténue qui émerge des bars encore ouverts. C’est alors qu’elle s’arrête net car une ombre plane sur la place. Stupéfaite, elle regarde l’étrange bestiole volante se poser, et quelqu’un en descendre. La créature disparaît ensuite. Délire-t-elle à cause de la fatigue et de la faim ?

Eden court vers la place. Le cavalier déjà s’éloigne, mais il marche et elle le rattrape vite. Elle ne s’arrête que lorsqu’elle est parvenue à lui empoigner l’épaule de ses doigts fragiles. Elle a peur que lui aussi disparaisse. Elle réalise, de par sa carrure, qu’il s’agit d’un garçon assez jeune.

- Hey toi ! s’exclame-t-elle, tu ne croyais quand même pas passer inaperçu ?
Okïn Nightstorm
avatar
Terrien
Masculin Age : 27
Date d'inscription : 28/01/2016
Nombre de messages : 259
Bon ou mauvais ? : Bon
Zénies : 1560

Techniques
Techniques illimitées : Aligatueur:SURF / Dracaufeu:LANCEFLAMME / Nostenfer:TRANCH'AIR
Techniques 3/combat : Cizayox:PISTO-POING / Ectoplasma:BALL'OMBRE
Techniques 1/combat : Mewtwo:PSYKO

MessageSujet: Re: Childhood's End [PV Eden]   Sam 5 Nov 2016 - 15:46
Alors qu'il s'approchait de l'enseigne de burgers à un rythme de marche normal, il sentit une poigne frêle lui attraper l'épaule. Surpris, il fit volte-face et, par réflexe, recula d'un pas pour se tenir hors de portée de l'inconnue. A vrai dire, il n'appréciait pas trop les contacts physiques, mais il s'était senti plus étonné que réellement dérangé. Il remarqua que la personne qui l'avait interpellé en l'attrapant par l'épaule était une fille un peu plus petite que lui et qui semblait être à peu près du même age. Elle lui demanda s'il pensait vraiment passer inaperçu en atterrissant ainsi au milieu de la place sur le dos de son terrible Nostenfer. Bien que sa question lui parut surprenante dans un premier temps, il en comprit assez rapidement la logique. Dans son monde, c'était courant que des gens atterrissent sur le dos d'un Pokémon, en pleine ville, le plus souvent devant les centres Pokémon qui étaient des lieux de guérison. Il était tellement habitué à le faire sans qu'on ne le remarque qu'il avait oublié que cela pouvait paraître surprenant pour des gens qui ne connaissaient pas l'existence des monstres de poche.

De nature timide et réservé, il n'était pas habitué à parler aux inconnus, et encore moins à ce qu'une fille l'interpelle. Il était plutôt solitaire et assez silencieux, voire même taciturne. Dans son monde, un seul croisement de regard suffisait pour déclencher un combat entre deux dresseurs, il n'y avait pas besoin de se perdre en paroles futiles, même si la plupart du temps ses adversaires prenaient quand même la peine de prononcer quelques mots avant et après un combat. Lui se contentait des simples formules de politesse, la plupart du temps et, parfois, il félicitait son adversaire quand il avait trouvé le combat intéressant.
Ce fut donc tout naturellement qu'il se senti un peu gêné suite à la question de la jeune fille.


"Hein ? Heu... Ben, en fait..." balbutia t-il en se grattant nerveusement le bout du nez.

Il ne savait pas vraiment quoi lui répondre, car la vérité, c'était qu'il avait tellement l'habitude d'atterrir en pleine ville sans qu'on le remarque, qu'effectivement il pensait pouvoir passer inaperçu même ici.
Soudain, il fut pris d'un doute. Il avait croisé plusieurs personnes qui savaient voler d'elles-mêmes sans qu'elles aient recours à une créature ailée. Si c'était courant dans ce monde de voir des gens voler, peut-être qu'il y avait des règles spéciales à respecter ? Il ne connaissait rien des règles de ce pays, peut-être qu'il fallait atterrir dans des zones prévues à cet effet ? Cela expliquerait pourquoi elle lui avait demandé s'il comptait passer inaperçu, car s'il avait enfreint les règles volontairement, alors il aurait effectivement compté là-dessus.
Son expression faciale devint légèrement anxieuse, alors qu'il demanda :


"Heu... c'est interdit ?"

Okïn ne s'en rendait pas vraiment compte, parce qu'il ne connaissait rien de la fille qui l'avait interpellé, mais ces deux-là étaient presque comme des opposés en de nombreux points. Okïn était soucieux des règles et des lois, et il était bien loin de se douter que la jeune fille sortait tout juste d'un centre de détention juvénile ! En outre, la fille pourrait se rendre compte rien qu'à l'apparence du jeune dresseur qu'ils ne semblaient pas du tout venir du même milieu. Le Maître de Johto était plutôt bien habillé, il portait des vêtements luxueux, qui lui avaient coûté assez cher, et qui témoignaient d'une bonne situation financière. La jeune fille, en revanche, était vêtue plutôt simplement, avec des vêtements aux couleurs vives qui tranchaient complétement avec le sombre porté par Okïn. Si ce dernier portait des vêtements de luxe, c'était parce que tout au long de son voyage, il avait pu amasser une petite fortune, gagnant de l'argent à chacune de ses victoires, et même encore plus depuis qu'il était devenu Maître de Johto et que les champions en herbe se bousculaient pour l'affronter au sommet de la Ligue Pokémon. Pourtant, à la base, il venait d'une famille modeste, voire même assez pauvre, vivant dans une petite maison d'un trou perdu nommé Bourg-Geon. Sa mère, femme au foyer, ne subsistait à leurs besoins que grâce à la pension que son père versait chaque mois. D'ailleurs, il ne savait rien de son père, si ce n'est qu'il avait quitté la famille quand il n'était encore qu'un bébé. Ce n'était que grâce à ses efforts et ses talents en tant que dresseur Pokémon qu'il était devenu riche. A tel point qu'il ne savait même pas quoi faire de tout cet argent, alors il l'utilisait parfois pour aider les gens, ou bien s'achetait des fringues chics juste pour faire bonne impression en tant que Maître de la Ligue.

Okïn s'interrogea à propos de cette fille. Jusque là, il n'avait rencontré que des hybrides entre des anges, des Saiyens et des Terriens, qui avaient des capacités exceptionnelles parfois même supérieures à celles des Pokémons, ils savaient voler, se battre, lancer des rayons d'énergie... Tout cela le dépassait complétement. Alors, il se demandait si tout le monde était comme ça, ou bien s'il y avait tout de même des gens normaux dans ce pays.
Il s'approcha légèrement de la fille et se pencha légèrement à côté d'elle pour regarder dans son dos. Il voulait voir s'il n'y avait pas une queue de singe qui sortait de sa salopette, ou bien peut-être des ailes d'ange, qui sait ? Mais non, il n'y avait rien de tout ça. Il reprit sa position initiale puis demanda avec un brin d'hésitation :


"Est-ce que tu es heu... une fille normale ?"

La question pouvait paraître très étrange, d'autant plus que le terme "normal" pouvait vouloir dire à peu près tout et n'importe quoi... Il n'était pas du genre à juger les gens ou à les catégoriser en "normal" ou "anormal", tout ce qu'il voulait, c'était savoir si c'était une de ces êtres aux pouvoirs extraordinaires, ou bien si elle était plutôt comme lui. Seulement, il ne savait pas vraiment comment poser la question.
Eden
avatar
Féminin Age : 28
Date d'inscription : 01/11/2016
Nombre de messages : 19
Bon ou mauvais ? : Bon(bon ?)
Zénies : 0

Techniques
Techniques illimitées :
Techniques 3/combat :
Techniques 1/combat :

MessageSujet: Re: Childhood's End [PV Eden]   Dim 6 Nov 2016 - 21:18
Eden s’esclaffe lorsque le garçon lui demande si ce qu’il vient de faire est interdit. Elle regagne rapidement son sérieux, et lui répond d’un ton réprobateur :

- Oh oui, c’est interdit. Tu vas donc être verbalisé.

Elle s’avance d’un pas, afin de rétablir la proximité avec lui puisqu’il a reculé d’un pas après avoir été empoigné, et agite un doigt menaçant sous son nez. Ses lèvres affichent un sourire en coin franchement malicieux.

- Tu vas devoir… hm…

L’enfant jette des coups d’œil de tous côtés jusqu’à ce que l’enseigne clignotante du Satan Burger ne capte son regard. Elle a faim, et n’a pas les moyens de se payer à manger.

- Tu vas devoir m’inviter au Satan Burger, et alors, ton crime sera oublié.

La risette sur ses lèvres se renforce, creusant de petites fossettes symétriques dans la chair rose de ses joues. Elle est, en effet, le parfait opposé du garçon. Elle ne manque pas de toupet et ose tout, même si elle est loin d’être sûre que cela va fonctionner : elle perçoit cette situation comme une opportunité et estime qu’il serait stupide de la laisser filer sans avoir cherché à en profiter. Il semble un peu perdu et elle lui trouve une certaine naïveté, peut-être trompeuse.

Le garçon s’approche encore. Eden écarquille les yeux alors qu’il s’incline vers l’avant pour essayer de regarder ses fesses. Ses pommettes s’empourprent de plus belle. Comment ose-t-il ? Elle se dandine sur place, un peu gênée. Après avoir contemplé son arrière-train, il pose une question qui la décontenance. Est-ce un moyen d’excuser ce geste peu délicat ? L’enfant se renfrogne.

- Moi je suis normale, mais toi tu es drôlement louche…

Elle pince les lèvres dans une moue boudeuse avant d’inspecter plus en détail son interlocuteur. Elle n’a jamais fréquenté de personnes habillées ainsi. C’est un bourgeois qui arbore des vêtements du siècle dernier. Il a l’air assez introverti, timide, un peu mélancolique peut-être aussi. Il dégage un sentiment de calme et paraît être doté de sang froid. Elle lâche un petit soupir. A l’exception de son côté pervers et de sa relation avec une chauve-souris géante, elle le trouve assez ennuyeux, mais il a tout de même un certain charme.

- Peut-être que je devrais appeler la police et leur dire que tu as essayé de m’agresser.

Il y a de l’espièglerie dans sa voix.  Évidemment qu’elle ne va pas contacter les forces de l’ordre car ce serait un aller simple pour le centre de détention… Toutefois, le garçon ignore tout de sa situation. Elle espère qu’il sera assez crédule pour paniquer un peu. Alors qu’elle s’apprête à continuer ses taquineries, son ventre se met à gargouiller ostensiblement, sans aucune élégance. Elle glousse tout en pressant ses mains contre son abdomen.

- Enfin, je suis prête à oublier tout ça, si tu me paies à manger.
Okïn Nightstorm
avatar
Terrien
Masculin Age : 27
Date d'inscription : 28/01/2016
Nombre de messages : 259
Bon ou mauvais ? : Bon
Zénies : 1560

Techniques
Techniques illimitées : Aligatueur:SURF / Dracaufeu:LANCEFLAMME / Nostenfer:TRANCH'AIR
Techniques 3/combat : Cizayox:PISTO-POING / Ectoplasma:BALL'OMBRE
Techniques 1/combat : Mewtwo:PSYKO

MessageSujet: Re: Childhood's End [PV Eden]   Dim 6 Nov 2016 - 22:51
Le jeune garçon ne savait pas vraiment comment il devait le prendre lorsqu'elle éclata de rire après sa question tout à fait sérieuse. Elle avait l'air de se moquer un peu de lui, aurait-il dit une bêtise ? Néanmoins, il ne se vexa pas, et se contenta de répondre à son rire par un petit sourire timide. Elle lui dit alors que c'était bel et bien interdit, et aussitôt, son cerveau se mit à cogiter rapidement. Est-ce qu'elle était sérieuse ? Et que risquait-il ? Apparemment, aucun officier de police ne l'avait vu donc il ne risquait pas grand chose pour cette fois. Toutefois, lorsqu'elle affirma que son crime serait oublié s'il l'invitait à manger, il comprit qu'elle se jouait de lui. En tout cas, elle ne manquait pas d'air de lui demander ça alors qu'ils ne se connaissaient pas, mais ça ne le dérangeait pas du tout de lui payer à manger, il était assez généreux avec les gens. En même temps, il venait d'un monde où quasiment tout le monde était gentil à outrance, les inconnus donnaient souvent des objets utiles sans raison, donc il avait adopté plus ou moins le même comportement.

Lorsqu'il vérifia si elle avait des attributs issus d'une autre race, telle qu'une queue de singe ou des ailes d'ange, il remarqua qu'elle était comme un peu embarrassée. Elle répondit qu'elle était normale, mais que lui, par contre, était louche. Il comprit aussitôt le malentendu, et rougit à son tour en imaginant ce qu'elle avait pu croire. Pour lui, ce n'était qu'une vérification scientifique, mais du point de vue de la jeune fille, elle avait dû le prendre pour un vrai pervers qui voulait reluquer ses fesses ! Okïn n'avait pas pensé, sur le coup, qu'on pouvait imaginer les choses de cette manière. Est-ce qu'il était trop naïf, ou bien juste un peu autiste ? Peut-être un peu des deux, finalement... Il avait beau être intelligent quand il s'agissait de stratégie Pokémon, de logique et de mathématiques, il était loin de l'être sur le plan social. En plus d'être introverti, il ne savait pas toujours comment se comporter avec les gens, et lorsqu'il mettait quelqu'un dans l'embarras, il ne le faisait pas exprès et s'en rendait compte souvent trop tard.

La petite fille affirma qu'elle ferait peut-être mieux d'appeler la police pour leur dire qu'il avait essayé de l'agresser. Il écarquilla des yeux, étonné, et, un peu paniqué, agita les mains devant lui tout en s'exclamant :


"Hein ? N-non non, attends ! C'est pas ça du tout !"

Son ventre se mit à gargouiller bruyamment et elle demanda à nouveau à se faire inviter à manger. Okïn retrouva son calme et baissa les bras avant de remettre les mains dans ses poches.

"Oui, ça ne me dérange pas de te payer à manger." affirma t-il en s'efforçant de sourire amicalement.

Il rajouta ensuite :


"Désolé si je t'ai embarrassée, je... Enfin, c'est pas ce que tu crois, en fait... En fait, je voulais juste voir si tu n'avais pas une queue ou quelque chose comme ça. Heu, enfin, par une queue, je voulais dire une queue de singe, hein ! Parce que j'ai vu des gens qui en avaient, ça s'appelle des Saiyens, je crois, enfin bref..."

Il s'interrompit en jugeant qu'il s'enfonçait plus qu'autre chose, et passa une main dans ses cheveux avant de dire :

"Allons manger, j'ai faim moi aussi. Au fait, comment tu t'appelles ? Moi c'est Okïn..."

Il se retourna et reprit la marche vers le fast-food, suivi par Eden. Ils entrèrent dans le fast-food et s'approchèrent du guichet. Okïn préféra rester silencieux jusqu'à la commande, considérant qu'il en avait déjà trop dit. On aurait pu croire qu'il serait surpris de voir une fille d'à peu près son age se balader tardivement apparemment sans ses parents, mais il n'en était rien. Là d'où il venait, c'était fréquent que les enfants se promènent seuls, avec leurs équipes de Pokémon. Et généralement, les adultes n'osaient pas trop s'en prendre aux enfants quand ils avaient un Dracolosse pour les protéger. De ce fait, il ne trouvait pas étrange le fait que la fille se promène toute seule le soir.

Arrivés à la caisse, la serveuse leur demanda ce qu'ils voulaient. Okïn lut les menus quelques secondes, puis dit :


"Bonsoir, un menu enfant Happy Boo s'il vous plait, et, heu..."

Il tourna la tête vers la fille et la laissa commander ce qu'elle désirait.
Une fois fait, la serveuse entra les commandes dans sa machine puis affirma :


"Ça fera 20 Zénies s'il vous plait !"

Okïn haussa un sourcil en entendant le nom de la monnaie. C'est vrai ! Il était dans un autre pays/monde/planète/univers (il n'en savait rien, en fait), donc ils n'avaient pas la même monnaie ! Ça lui était complétement sorti de la tête. Il hasarda tout de même, en sortant une carte de crédit spéciale "Master Johto" :

"Heu... Je n'ai pas de Zénies, mais je peux payer en Pokédollars avec cette carte, c'est accepté ?"

"Dollars quoi ?! Désolé mais on accepte que les Zénies, c'est la monnaie universelle, jeune homme."

Il tourna la tête vers Eden tout en haussant des épaules puis eut un sourire gêné.

*Mince, ils n'acceptent pas les Pokédollars ! Ce qui veut dire... que je n'ai plus un rond, dans ce monde ! Comment je vais faire ?*

"Désolé... Je viens d'une région lointaine avec un système monétaire différent... Je n'ai aucun Zénie sur moi... Est-ce que... Est-ce que ça te dérangerait de payer ? Je te rembourserai le triple dés que je pourrai ! Promis !"

Ça l'embêtait vraiment de lui demander ça alors que c'était lui qui était sensé l'inviter. Il se sentait vraiment nul de ne pas y avoir pensé plus tôt, il aurait dû se douter que sa monnaie ne fonctionnerait pas dans ce nouveau monde ! A croire qu'il avait perdu toute capacité à réfléchir rationnellement.
Eden
avatar
Féminin Age : 28
Date d'inscription : 01/11/2016
Nombre de messages : 19
Bon ou mauvais ? : Bon(bon ?)
Zénies : 0

Techniques
Techniques illimitées :
Techniques 3/combat :
Techniques 1/combat :

MessageSujet: Re: Childhood's End [PV Eden]   Mer 9 Nov 2016 - 11:49
Le visage d’Eden s’illumine lorsqu’Okïn accepte de lui payer à manger. Elle n’a pas pour habitude d’obtenir aussi facilement ce qu’elle désire. Dans cette métropole, il est plus fréquent d’être ignoré ou de se faire envoyer paître. Il baragouine ensuite une excuse. L’enfant fronce les sourcils, n’ayant pas compris grand-chose à cette histoire de queue de singe et de Saiyens.

- T’es vraiment étrange, tu sais !

Elle rit de bon cœur. Finalement, malgré sa timidité et sa maladresse, elle lui trouve quelque chose d’amusant. Il semble venir d’un autre monde, tant il est déconnecté de la réalité, et cela éveille la curiosité d’Eden.

- Enchantée Okïn, je suis Eden.

Évidemment qu’elle est enchantée de faire sa connaissance puisqu’il va lui fournir de quoi se sustenter. Elle s’engage à sa suite jusqu’aux portes du  Fast Food, rêvant déjà du délicieux burger dans lequel elle va croquer. Une odeur de friture flotte dans l’air environnant l’entrée du restaurant. Certains la trouveraient écœurante, mais elle fait saliver Eden, qui est affamée.

Ils pénètrent dans le Satan Burger. L’endroit est presque vide car il est tard. Ils se hâtent vers la caisse afin de passer commande. Eden n’est pas étonnée qu’Okïn se commande un menu enfant. Ce doit être un gamin de bonne famille, habitué à être chouchouté et couvé par sa mère. Peut-être même que le jouet offert avec le menu lui fait envie. Confiante en sa propre maturité, elle réclame sa pitance :

- Un mega Satan-Cheeseburger et une grosse portion de frites.

Le buste appuyé contre le comptoir, elle louche sur les cuisines à l’arrière. A cette heure tardive, il n’y a plus qu’une seule personne dévolue à la confection des hamburgers. Elle hume l’odeur des steaks qui grillent. Depuis combien de temps n’a-t-elle pas mangé quelque chose de vraiment consistant ? C’est alors qu’elle est en train d’y songer, ne prêtant aucune attention à la discussion sûrement passionnante entre le garçon et la serveuse, que les choses déraillent.

- Hm ? fait-elle, tout en tournant une tête sidérée vers Okïn qui lui demande si elle peut payer.

Est-il sérieux ? Elle jette une œillade vers la serveuse, qui ne semble pas comprendre grand-chose non plus. Elle regarde à nouveau Okïn, puis la serveuse, puis Okïn. Elle s’écarte brusquement du comptoir et s’exclame d’une voix scandalisée :

- Ah non ! Je n’ai pas un Zénie, moi ! Rien de rien.

Pourquoi faut-il qu’elle ait la poisse à ce point ? Elle trouve un pigeon pour lui payer à manger et il faut que celui-ci accepte alors qu’il est fauché comme les blés… Elle pousse un profond soupir avant de se tourner vers la serveuse.

- Laissez tomber la commande, alors… souffle-t-elle d’un ton déçu.

Puis, elle se détourne du garçon sans un mot et sort du Fast Food en traînant des pieds. Elle est un peu en colère contre lui. A-t-il cherché à l’arnaquer afin de se faire payer à manger au dernier moment ? Est-il, en fait, aussi perdu qu’elle l’est ? Son ventre se remet à gargouiller, sans espoir d’être rempli ce coup-ci. Elle s’adresse à Okïn sans même chercher à vérifier s’il l’a suivie. Au pire, sa réplique se perdra dans l’immensité silencieuse de la ville déserte.

- Franchement, Okïn, à quoi joues-tu ? J’ai la dalle, moi.

Elle soupire une nouvelle fois, manifestant sa contrariété. Quelques secondes passent, durant lesquelles elle garde le silence. Soudain, elle se retourne, la bouche en cœur. Une idée a germé dans son esprit, chassant d’un coup la colère et la déception.

- J’ai une idée.

Elle bat des cils, prenant un air parfaitement innocent comme elle sait bien le faire. Elle espère que le garçon acceptera de participer à son plan car elle ne pourra pas le mettre en œuvre toute seule.

- Tu n’voudrais pas envoyer ta grosse chauve-souris dans le restaurant cinq minutes ? La panique me laisserait le temps d’aller récupérer un peu de bouffe…  Tu m’dois bien ça, après tout. Aller, s’il te plaîiiit !
Okïn Nightstorm
avatar
Terrien
Masculin Age : 27
Date d'inscription : 28/01/2016
Nombre de messages : 259
Bon ou mauvais ? : Bon
Zénies : 1560

Techniques
Techniques illimitées : Aligatueur:SURF / Dracaufeu:LANCEFLAMME / Nostenfer:TRANCH'AIR
Techniques 3/combat : Cizayox:PISTO-POING / Ectoplasma:BALL'OMBRE
Techniques 1/combat : Mewtwo:PSYKO

MessageSujet: Re: Childhood's End [PV Eden]   Mer 9 Nov 2016 - 20:03
Okïn fut étonné d'entendre la petite fille commander ce qui semblait être l'un des plus gros menus du restaurant. Comment un si petit corps pourrait ingurgiter autant de calories d'un coup ? Est-ce qu'elle allait pouvoir finir son repas ? Autant de questions laissées en suspens à cause de la maladresse d'Okïn qui avait oublié de penser à un petit détail : les Pokédollars n'étaient pas acceptés par ici. Alors qu'il demanda poliment à Eden si elle pouvait lui avancer l'argent, lui promettant avec une grande sincérité qu'il la rembourserait du triple, cette dernière le fusilla du regard et s'offusqua. Elle s'exclama qu'elle n'avait pas un rond. Le jeune garçon s'interrogea : est-ce qu'elle lui mentait ? Après tout, il était possible qu'elle soit trop radine pour accepter d'avancer l'argent, quand bien même il lui avait promis un remboursement plus que favorable. Mais aurait-elle pu l'être au point de refuser de se payer à manger pour elle-même ? D'un autre côté, comment se faisait-il qu'une jeune fille qui voyageait seule n'ait même pas un peu de monnaie ?

Finalement, Eden dit à la serveuse d'annuler la commande, dans un soupir empli de déception. Okïn aussi était déçu, et pas seulement parce qu'il avait faim : il n'avait pas pu honorer sa promesse et prenait cela comme un petit échec. Il comprit en voyant sa réaction qu'elle n'avait véritablement pas d'argent, sans quoi elle aurait forcément pris à manger au moins pour elle vu comme elle donnait l'impression de mourir de faim. Elle sortit du fast-food en traînant les pieds, et le jeune garçon la suivit en restant silencieux, tout en rangeant ses mains dans les poches.

Une fois dehors, Eden décida de remuer le couteau dans la plaie, en lui demandant à quoi il jouait, comme s'il l'avait fait exprès. Okïn baissa la tête, et répondit sur un ton sombre :


"...désolé."

S'il y avait bien quelque chose qu'il n'aimait pas, c'était de décevoir les autres. Il était désormais en train de culpabiliser, se demandant comment il allait pouvoir faire pour arranger la situation. Il avait faim, mais ce n'était pas ça qui le préoccupait le plus. Il aimait bien aider les gens et leur apporter du bonheur pour obtenir de la reconnaissance en échange, il cherchait toujours à faire de son mieux et supportait assez mal de décevoir ceux qui comptaient sur lui. Alors les paroles d'Eden ne firent que le culpabiliser d'avantage, malgré cela il ne lui en voulait pas : il considérait effectivement que tout était de sa faute à lui, et ne voyait même pas qu'elle avait juste cherché à profiter de lui.

Il resta ainsi plusieurs secondes à ruminer sans oser dire quoi que ce soit, lorsque soudain la jeune fille se retourna et affirma avoir une idée. Il redressa la tête pour l'écouter. Elle lui demanda alors s'il voulait bien envoyer Nostenfer dans le Satan Burger pour faire diversion, pendant qu'elle chaparderait de la nourriture. Okïn fut assez surpris d'entendre une telle proposition, il ne s'attendait pas à ce qu'elle soit du genre à faire des trucs illégaux !
Il plongea ses yeux aux iris naturellement rouges dans le regard d'Eden et fronça légèrement des sourcils avant de répondre d'un ton réprobateur :


"C'est ça ton idée du siècle ? Commettre un vol ? Désolé mais ce sera sans moi, je n'utilise pas mes Pokémons pour ça."

La proposition incongrue d'Eden avait chassé les sentiments de culpabilité qu'Okïn avait ressentis. Il commençait à se dire que cette fille n'avait pas vraiment reçu la même éducation que lui. Ses parents ne lui avaient-ils donc pas appris que voler était mal ? Le Maître de Johto avait quitté la maison familiale depuis environ deux ans, et depuis, il vivait en totale indépendance, livré à lui-même. Cela lui avait permis de gagner une certaine maturité, il savait se débrouiller seul - tant qu'il avait ses Pokémons avec lui. Mais malgré cela, il avait toujours suivi les préconisations de sa mère : ne pas voler, ne pas attaquer les gens et être gentil et généreux avec les autres. Il suivait ces principes autant que possible, tout en s'efforçant de rester distant avec les gens à cause de sa timidité, et jamais il n'avait transgressé la loi. D'ailleurs, en tant que Maître de Johto, il était considéré comme le dresseur le plus doué de sa région, celui qui avait les Pokémons les plus puissants. Avec des Pokémons comme Tyranocif, Dracolosse, Leviator ou encore Ectoplasma, il lui serait facile de semer la zizanie et transgresser les lois, et puisque les conflits ne se réglaient quasiment que par des combats Pokémons, les forces de l'ordre auraient du mal à l'arrêter. Mais il n'était pas comme ça. Il savait qu'il avait de grandes responsabilités, non seulement en tant que Maître de la Ligue, mais aussi en tant que dresseur de Pokémons surpuissants qui avaient la force de détruire des buildings et des montagnes. Et il avait décidé d'utiliser ses Pokémons pour faire le bien, pour agir en héros, pas comme ces fripouilles de la Team Rocket ! Il se demanda quel genre de dresseuse aurait été Eden : aurait-elle utilisé ses Pokémons pour semer la pagaille et voler tout ce qu'elle pouvait ? A la voir ainsi, il n'en avait presque aucun doute.

Mais ce n'était encore qu'une enfant et il était possible qu'elle n'ait pas tout à fait conscience de ce que cela impliquait. Le visage du garçon ténébreux s'adoucit, et il répondit sur un ton plus amical :


"En plus, que se passera t-il si jamais tu te fais prendre ? Ce n'est vraiment pas une bonne idée."

Il espérait convaincre Eden de ne pas faire une chose pareille. Ce n'était pas seulement parce que c'était illégal... mais c'était aussi pour elle. Si elle faisait ça et qu'elle se faisait prendre, elle aurait de graves ennuis. Comme elle ne semblait pas avoir conscience du danger dans lequel elle était prête à se ruer, il voulait essayer de la guider sur la bonne voie, celle de l'honnêteté. C'était, pour lui, un moyen de se racheter.

"Écoute, je vais te payer un repas ce soir, je te le promets. Ça ne doit pas être bien difficile de gagner de l'argent dans cette ville. Il y a sûrement un endroit où l'on peut faire des combats et gagner des récompenses."

Il lui fit un sourire qui se voulait rassurant. Pour Okïn, c'était tout à fait logique : dans son monde, en tant que dresseur, on gagnait de l'argent en battant des adversaires. Même s'il n'y avait pas de Pokémons ici, il avait déjà croisé des combattants. Donc, pour lui, la logique devait être la même : il y avait sûrement un endroit où des gens combattaient et où les gagnants pouvaient se faire un peu d'argent.
Une question resta tout de même en suspens :


"Au fait, comment ça se fait que tu voyages seule sans argent ? Tes parents ne t'ont pas donné d'argent de poche quand tu as quitté leur maison ?"

Ça lui paraissait étrange qu'une fille de son âge se promène toute seule sans une thune. Lorsqu'il avait commencé son voyage, sa mère lui avait donné un peu d'argent, qu'il avait ensuite fait fructifié au fil de ses victoires, et ce malgré le fait qu'il ne venait pas d'un milieu aisé initialement. Est-ce qu'Eden avait déjà dilapidé tout ce que ses parents lui avaient donné ? Ou bien peut-être qu'ils ne lui donnaient rien mais dans ce cas c'était plutôt dangereux de sortir sans un sou. Surtout pour faire un long voyage, car si Eden était si affamée et si déçue de ne pas pouvoir manger, c'était probablement parce que ses parents habitaient loin d'ici et ne pouvaient donc pas prendre soin d'elle - c'était tout du moins ce qu'il en avait déduit.
Eden
avatar
Féminin Age : 28
Date d'inscription : 01/11/2016
Nombre de messages : 19
Bon ou mauvais ? : Bon(bon ?)
Zénies : 0

Techniques
Techniques illimitées :
Techniques 3/combat :
Techniques 1/combat :

MessageSujet: Re: Childhood's End [PV Eden]   Ven 11 Nov 2016 - 10:05
Le sourire d’Eden se mue rapidement en une moue dépitée. Okïn enchaîne en lui faisant la morale. Elle lève les yeux au ciel. Pourquoi faut-il qu’elle soit tombée sur un garçon désespérément honnête ? L’enfant croise les bras sur son buste, renfrognée. Ce n’est probablement pas ce soir qu’elle pourra remplir convenablement son ventre… Parce qu’en effet, elle n’a aucune intention de se retrouver à nouveau emprisonnée à cause d’un vol. Et en agissant seule, c’est un risque qui est plutôt présent alors qu’en se cachant derrière la frayeur causée par une créature effrayante…

- Pffff… T’es pas très drôle ! C’est quoi d’abord cette histoire de pokétrucs ? ‘Jamais entendu parler de ça avant.

Ses prunelles dorées brillent d’un éclat suspicieux. Peut-être vient-il d’une autre planète ? Ou alors, serait-ce un canular ? Eden observe attentivement l’environnement urbain qui les entoure, en quête d’une caméra cachée, mais ne trouve rien qui y ressemble. Elle grommelle. Comme si elle avait besoin de s’embarquer dans une nouvelle histoire étrange… Ses propres problèmes lui suffisent largement.

- Pas bien difficile de gagner de l’argent ?

L’enfant hausse les épaules. Tout dépend de ce qu’il est prêt à faire, mais ce qu’elle croit déjà savoir de lui l’amène à penser qu’il ne va pas aller loin à Satan-City… Elle éclate de rire, retrouvant déjà sa gaieté perdue.

- Tu te bats, toi ?

En effet, il y a des salles de combats et de paris clandestins dans les bas-fonds de la ville mais Eden a grand mal à imaginer Okïn y participer… Déjà, les enfants n’y sont généralement pas acceptés. Et puis, il semble tellement attaché à rester dans la légalité… Ces salles sont remplies d’ordures de la pire espèce, et les combats qui s’y déroulent sont d’une violence inouïe. Enfin, après tout, s’il demande c’est qu’il sait de quoi il parle… Peut-être qu’il cache bien son jeu après tout. Elle le regarde en biais, soupçonneuse.

- Je peux t’emmener dans un endroit où on gagne de l’argent en combattant.

Au moins, cela fera peut-être avancer l’enquête d’Eden. Jusqu’ici, elle a évité les lieux trop mal fréquentés, ayant trop peur d’y avoir de vrais ennuis –bien plus graves que de simplement se retrouver enfermée au centre de détention. Mais si elle s’y rend accompagnée d’Okïn et de sa bestiole, elle y sera plus ou moins en sécurité. Il est sa seule chance, en fait, de pouvoir aller fouiner dans ce genre d’endroit. Bon, au regard de son allure, elle se doute qu’il va être surpris quand ils seront sur place… Il lui en voudra certainement de l’avoir embarqué dans cette galère. Mais quelle importance ?

- Suis-moi.

Elle le gratifie d’un sourire encourageant. Elle préfère ne pas lui montrer qu’elle sait voler. De toute façon, il vaut mieux y aller à pied. Elle commence à marcher, d’un pas rapide et d’une démarche confiante. Elle jette un coup d’œil vers l’arrière pour vérifier qu’il la suit. Il leur faudra quitter le centre-ville pour rejoindre la banlieue Nord de la ville. Peu à peu, à la lueur des néons succédera celle, vacillante et timide, des quelques lampadaires encore en état d'éclairer leur chemin.

- J’n’ai jamais connu mon père et ma mère a disparu, confesse-t-elle sur un ton badin qui ne colle pas avec ses propos, alors je la cherche mais je n’ai pas d’argent.


Dernière édition par Eden le Mer 16 Nov 2016 - 20:21, édité 2 fois
Okïn Nightstorm
avatar
Terrien
Masculin Age : 27
Date d'inscription : 28/01/2016
Nombre de messages : 259
Bon ou mauvais ? : Bon
Zénies : 1560

Techniques
Techniques illimitées : Aligatueur:SURF / Dracaufeu:LANCEFLAMME / Nostenfer:TRANCH'AIR
Techniques 3/combat : Cizayox:PISTO-POING / Ectoplasma:BALL'OMBRE
Techniques 1/combat : Mewtwo:PSYKO

MessageSujet: Re: Childhood's End [PV Eden]   Ven 11 Nov 2016 - 22:19
Eden ne semblait pas très contente qu'Okïn ait refusé de l'aider à commettre un vol, mais le garçon se rassurait lui-même en se disant que c'était pour le bien de la jeune fille. Elle lui demanda ce qu'était des "pokétrucs", ainsi, elle n'était donc pas non plus au courant, tout comme les personnes qu'il avait précédemment rencontrées. Ce n'était pas très étonnant. Comme il n'avait pas vraiment envie de faire un long cours à propos de l'existence des Pokémons, il se contenta de la réponse courte :

"Les Pokémons sont mes compagnons, ce sont des créatures très puissantes. Celui sur lequel je volais s'appelle Nostenfer." répondit-il sur un ton amical.

Il ne savait pas trop si elle l'écoutait car elle semblait occupée à regarder autour d'elle comme si elle cherchait quelque chose... Étrange. Ce fut après cela qu'il lui demanda s'il n'y avait pas un endroit où se battre pour gagner de l'argent. Elle haussa les épaules, puis éclata de rire, ce qui mit Okïn un peu mal à l'aise. Ce dernier se gratta l'arrière de la tête quelques instants avant de remettre les mains dans les poches. Apparemment, elle ne semblait pas croire qu'il puisse se battre. Il sourit.


"Ce n'est pas moi qui vais me battre." confia t-il.

Inutile d'en dire plus pour le moment, elle ne tarderait pas à comprendre. Elle décida de lui montrer un endroit où on pouvait gagner de l'argent en combattant. Super ! Cette nouvelle le réjouit, il allait enfin retrouver un peu ses marques, et pouvoir payer un repas à Eden pour se faire pardonner. Se faire pardonner de quoi, au juste ? Il ne savait pas trop... mais depuis qu'elle lui avait mis cette idée en tête, il se sentait obligé de lui donner à manger. Il était peut-être un peu un pigeon, finalement. Enfin, il n'aurait probablement pas été aussi généreux et compréhensif avec n'importe qui même s'il essayait de l'être par défaut.

Il la suivit alors à travers les rues piétonnes du centre-ville duquel ils s'éloignaient petit à petit. Okïn ignorait qu'Eden pouvait voler, néanmoins il avait vu qu'elle était capable de voler. Ce fut durant cette petite balade qu'il l'interrogea sur le fait qu'elle n'ait pas d'argent, et elle lui répondit d'un ton enjoué qu'elle n'avait jamais connu son père, et que sa mère avait disparu.  Comme l'enfant avait dit ça avec une certaine gaieté, l'autre enfant n'avait pas tout de suite perçu l'éventuelle gravité de la situation. Mais lorsque l'information monta au cerveau, il la regarda d'un air interrogateur.


"Disparu ? Que veux-tu dire ?"

*Ça n'a pas l'air de l'inquiéter plus que ça...*

Ils étaient en train de traverser une petite ruelle aux lampadaires blafards et clignotants, et Okïn avait pu constater que les quartiers étaient de moins en moins fréquentables au fur et à mesure qu'ils s'éloignaient du centre. Alors que le jeune dresseur venait de poser sa question, trois hommes aux vêtements rapiécés, qui avaient l'air de dormir dans la rue avant l'arrivée des enfants, se levèrent et se mirent en travers de leur chemin, tout en les scrutant de la tête aux pieds, des sourires mauvais peints sur leurs lèvres gercées.

"Yo les mômes ! Alors, on s'est perdu ?"

Okïn les regarda tous les trois alternativement, puis haussa les épaules avant de répondre :

"Non, nous savons très bien où nous allons, mais merci."

L'un des trois SDF s'approcha des deux enfants, il avait bien remarqué que le garçon était vêtu comme un bourgeois.

"Dites, z'auriez pas une 'tite pièce, pour qu'on puisse manger ?"

"Malheureusement, nous n'avons même pas de quoi nous payer à manger nous-mêmes." répondit Okïn très honnêtement.

Les trois hommes se lancèrent quelques regards louches, alors que celui qui avait pris la parole continuait de s'approcher d'eux. Par réflexe, Okïn s'avança légèrement en levant un bras protecteur devant Eden afin qu'elle reste sur place, il la regarda et affirma calmement :


"Reste derrière moi, ça va aller."

Puis il s'avança d'un pas vers l'avant, l'homme qui s'était approché s'arrêta juste devant lui.

"Relax man, faut pas avoir peur pour ta copine... On va pas vous faire de mal..."

Puis, le SDF toucha le manteau chic de l'enfant, comme s'il analysait sa texture.

"C'est zarb' qu'tu nous dises que t'as pas de fric... Ton manteau nous dit l'contraire..."

Okïn leva la tête pour regarder l'adulte droit dans les yeux, et affirma avec une grande assurance qui était en totale opposition avec la maladresse avec laquelle il s'était adressé à Eden la première fois.

"Laissez-nous passer tranquillement, et il ne vous sera fait aucun mal."

Les trois types se lancèrent des regards amusés, puis éclatèrent de rire, ne le prenant pas du tout au sérieux. Celui qui se trouvait juste devant Okïn sortit un couteau à cran d'arrêt, probablement pour l'impressionner, et déplia la lame juste devant le visage du garçon.

"Ok gamin, on a été gentil, maint'nant on va t'le dire autrement. File-nous ton manteau et vos porte-feuilles, ou bien on risque de devenir très méchants."

Okïn plissa légèrement les yeux, ne semblant pas intimidé par la lame.

"J'ai démantelé une organisation mafieuse bien plus grande et plus dangereuse que vous trois. Déguerpissez rapidement, et vous vous en sortirez bien."

Cette fois, le SDF perdit patience. Il agrippa Okïn par le col et le souleva, tout en s'exclamant :

"J'crois qu't'as pas bien compris, gamin ! On est pas dans ta petite cour de récré là, c'est un vrai couteau, tu piges ? Donc soit tu nous files c'qu'on veut, soit on taille un joli petit sourire sur vos visages d'ange."

Le jeune garçon aux yeux rouges soupira.

"Vous ne pourrez pas dire que je ne vous avais pas prévenu."

L'une de ses Pokéballs accrochées à sa ceinture avait commencé à s'agiter d'elle-même puis, soudain, un faisceau lumineux de couleur rouge s'en extirpa et forma une énorme silhouette imposante dans le dos du malfrat qui menaçait Okïn. Petit à petit, la lumière rouge se dissipa, laissant place aux véritables couleurs d'un être vivant fait de chair et de sang, le redoutable Aligatueur !



C'était un énorme alligator bipède de 2m20 de haut, à la peau bleue. Sa terrible mâchoire ainsi que ses griffes tranchantes le rendaient particulièrement terrifiants, alors que sa taille était à elle-seule très imposante. Aligatueur tira aussitôt le malfrat par l'épaule, ce dernier lâchant aussitôt le garçon sous l'effet de la surprise, puis lui donna un puissant coup de pattes qui le projeta contre le mur avant qu'il n'ait pu finir de se retourner. Ressentant malgré tout une certaine empathie face à la douleur qu'avait dû ressentir le malfrat, Okïn fit une petite grimace, tout en réajustant correctement le col de son manteau.
Aussitôt, l'un des deux autres, qui venait également de sortir un couteau à cran d'arrêt, se rua sur le reptile, lame vers l'avant pour le transpercer. La bête n'eut aucun mal à lui saisir le poignet avant qu'il ne puisse porter son coup, et l'écrasa avec une telle pression entre ses puissants doigts que le poignet de l'homme se brisa et sa main se tordit, le contraignant à lâcher son arme blanche. Le Pokémon le prit alors par la gorge et le souleva de sorte à ce que les pieds de l'homme soit à environ 50 cm du sol.
Devant cette scène incroyable, le troisième malfaiteur resta dans un premier temps paralysé par l'incrédulité puis, faisant preuve de bon sens, il tourna les talons et prit la poudre d'escampette.
Grâce aux importants liens qu'il avait tissés avec ses Pokémons, ils étaient capables de ressentir lorsqu'il était en danger, et donc d'intervenir d'eux-mêmes sans qu'il ne décide de les envoyer. C'était pratique dans les situations où il n'était pas capable de jeter lui-même une Pokéball.


"Merci, Ali." fit Okïn en caressant amicalement le dos du reptile géant.

Puis il tourna son regard sombre vers le malfrat toujours soulevé par la bête, tandis que le premier (celui qui s'était pris le mur) se tordait de douleur sur le sol en gémissant.


"Sache que la seule raison pour laquelle tu es encore en vie, c'est parce que je l'ai dressé à ne pas tuer." affirma le Maître de Johto d'une voix sombre.

"Il me suffirait d'un seul mot pour que ça change."

Qui l'eut cru, Lustucru ? Comment celui qui s'était si maladroitement adressé à la jeune fille un peu plus tôt, qui était timide et renfermé, et qui donnait l'impression de ne jamais transgresser la loi, pouvait-il avoir autant d'assurance face à des criminels armés et dangereux ? Tout cela s'expliquait en fait très simplement. En présence des malfaiteurs, Okïn se trouvait dans une situation qu'il avait déjà vécue et qu'il savait gérer. Lorsqu'il s'agissait de se battre, il savait qu'il pouvait faire entièrement confiance à ses Pokémons et qu'il ne risquait pas grand chose, ses créatures étaient des armes extrêmement redoutables. Il avait d'ailleurs affronté de nombreux membres de la Team Rocket, une organisation criminelle très dangereuse dans son monde, et avait contribué à démanteler leur réseau, allant jusque dans leur repère pour les mettre en déroute. Lorsqu'il était face à une situation pour laquelle il savait qu'il pouvait compter sur ses Pokémons, rien ne pouvait l'arrêter et il était empli d'assurance. Seulement, voilà. Aussi puissants soient-ils, ses Pokémons n'étaient d'aucune utilité face à l'arme la plus redoutable de l'univers : une fille ! Il craignait donc beaucoup plus l'opinion qu'une fille de 12 ans pouvait avoir de lui, que ces criminels qui, comparativement à ses créatures, ne représentaient pas une grande menace.

Cela dit, il n'avait pas du tout l'intention de tuer les malfaiteurs, c'était surtout pour leur faire peur afin qu'ils retiennent la leçon qu'il affirmait cela, même si c'était vrai. Aligatueur n'aurait aucun remord à tuer quelqu'un si Okïn le lui demandait. Dans la nature, ce monstre était une vraie machine à tuer.

Le jeune garçon se tourna alors vers Eden pour voir si elle allait bien et si elle n'était pas trop effrayée par son gentil Aligatueur.


"Alors Eden, qu'est-ce qu'on va bien pouvoir faire de lui à ton avis ?" demanda t-il en souriant, fier de lui.

[HRP : Si j'en ai trop fait ou que j'ai trop avancé, n'hésite pas à me le dire. Je peux éditer et en tenir compte pour les prochaines fois. Smile ]
Eden
avatar
Féminin Age : 28
Date d'inscription : 01/11/2016
Nombre de messages : 19
Bon ou mauvais ? : Bon(bon ?)
Zénies : 0

Techniques
Techniques illimitées :
Techniques 3/combat :
Techniques 1/combat :

MessageSujet: Re: Childhood's End [PV Eden]   Mer 16 Nov 2016 - 20:18
[HRP : Aucun souci, c'est parfait.]

Okïn éclaircit en une phrase une partie des mystères qui l’entourent. Il a ainsi plusieurs créatures qui, à l’instar de la chauve-souris nommée Nostenfer, lui rendent des services. Cela éveille naturellement la curiosité d’Eden vis-à-vis des autres Pokémons qu’il affirme pouvoir utiliser. Ces créatures combattent-elles à la place d’Okïn puisqu’il vient d’affirmer qu’il ne combat pas lui-même ?

- J’me disais aussi, marmonne-t-elle.

D’un côté, ça la rassure car elle imaginait mal Okïn combattre seul au milieu d’un ring. Même s’il ne faut pas se fier aux apparences, il n’a guère l’allure d’un guerrier. De l’autre côté, tant qu’ils sont tous les deux seuls, sans les fameux Pokémons, ils sont particulièrement vulnérables. L’enfant reste donc assez tendue.

- Et bien, quand je suis rentrée de p… euh… rentrée à la maison l’autre nuit… enfin… l’autre jour, elle n’était plus là.

Elle lâche un petit soupir. Elle n’a pas envie de fondre en larmes devant lui, elle passerait pour une mauviette. Pourtant, plus le temps passe et plus l’espoir de retrouver sa génitrice saine et sauve s’amenuise… Eden n’a pas envie de trop en dire au garçon. Elle a peur qu’il n’appelle la police s’il apprend qu’elle s’est évadée de prison, il semble tellement attaché à l’ordre et à la loi. Et puis, c’est un ami potentiel et elle est bien seule en ce moment : elle ne peut pas donner une image trop négative d’elle-même. S’il apprend que sa mère est une prostituée, peut-être ne voudra-t-il plus la fréquenter, et elle pourra dire adieu à son dîner. D’un autre côté, s’il acceptait de l’aider dans son enquête, cela avancerait peut-être enfin…

L’enfant n’a pas le temps de trancher car l’irruption impromptue de trois individus à la dégaine louche vient interrompre ses tergiversassions. Curieuse de voir comment il se débrouille et comment il réagit, Eden joue les fillettes effarouchées et laisse Okïn gérer la situation. Ce n’est pas dans ses habitudes de se mettre en retrait, et en d’autres occasions elle aura envoyé balader ces clochards avec force avant de s’enfuir en courant, comptant sur sa vélocité et son agilité, ou bien même en volant.

Malgré la froide politesse du garçon, la situation tourne rapidement au vinaigre. Eden se garde d’intervenir, peut-être par lâcheté, mais surtout parce qu’à sa grande surprise à aucun moment Okïn ne semble en détresse. Il affirme avoir déjà démantelé une organisation criminelle. Eden suppose qu’il s’agit de bluff pour essayer de dissuader les brutes de s’en prendre à eux mais il est tellement sûr de lui… Elle reste donc sagement en arrière. Dans le pire des cas, elle se convainc que si Okïn a besoin d’aide, elle aura le temps de l’agripper et de s’envoler avec lui. D’ailleurs, elle s’apprête à bondir alors que l’un des individus empoigne le garçon.

Elle est arrêtée net dans son élan par l’apparition d’une créature immense, encore plus effrayante que Nostenfer. Est-elle en train de rêver ou tout cela est-il bien réel ? Elle écarquille les yeux. Elle n’en revient pas. D’où cette chose est-elle sortie ? Naturellement, le monstre défait ses adversaires en l’espace d’un instant, inversant aussitôt le rapport de force. L’enfant est médusée.

Puis Okïn se tourne vers elle, l’air de rien. Comme si ce que vient de se produire était tout à fait normal… Eden le regarde, pantoise. Elle lève les yeux vers la bestiole qui brandit toujours l’un des trois agresseurs. Elle déglutit péniblement. Le garçon possède un immense pouvoir grâce à ces créatures qui lui obéissent. A dire vrai, elle n’a jamais croisé quelqu’un d’aussi puissant, et cela lui fait grande impression.

- Euh…

Ses yeux dorés plongent dans le regard vermillon de son compagnon. Il lui faut peu de temps pour se remettre de ses émotions et retrouver sa malice. Elle sent qu’elle n’a rien à craindre de lui. Au contraire, il devient un allié de poids. Ses lèvres se froncent d’un sourire espiègle. Ses prunelles scintillent, pleines d’admiration pour lui.

- Laissons-le partir, je pense qu’il a compris la leçon.

L’enfant n’est peut-être pas l’honnêteté incarnée mais il n’y a rien de méchant en elle. Ayant elle-même outrepassé de nombreuses règles pour essayer de survivre, elle comprend l’attitude de ces malfrats sans pour autant la cautionner. Elle a bien compris, de toute façon, qu’Okïn serait en accord avec elle.

- Merci de m’avoir protégée. Tu sais, je suis contente de t’avoir rencontré, même si tu n’as pas un sou et que j’ai toujours faim mais…

Elle s’approche de lui, souriante et confiante.

- Je pense que tu vas rapidement devenir riche grâce à tes amis les Pokémons.


Eden évoque, naturellement, les fameux combats illégaux qui devraient lui permettre d’engranger rapidement de l’argent. Elle a désormais la certitude de ne pas être dans l’erreur : Okïn ne se laisse pas facilement impressionner. Une fois l’affaire du malfaiteur réglée, ils reprennent donc leur chemin à travers les rues obscures. Eden les connaît par cœur et n’hésite pas à emprunter des raccourcis en passant par des ruelles étroites aux allures de coupe-gorges.  Elle sait désormais que si un danger se présente, elle pourra compter sur le garçon. En route, elle en profite pour le questionner un peu.

- Dis, Okïn ? Comment fais-tu pour faire apparaître et disparaître tes Pokémons ? Où sont-ils quand ils ne sont pas avec toi ? Est-ce une sorte de magie ?

Elle s’arrête finalement face à la clôture branlante d’une usine désaffectée. Machinalement, comme si elle avait l’habitude, elle soulève une partie du grillage et se faufile dessous. Non loin, se dresse l’immense bâtiment lugubre de l’ancienne industrie. Là, toutes les nuits, ont lieu des combats illégaux. Ni bruit ni lumière ne le prouvent, car il faut pénétrer au cœur de la bâtisse.

Les deux enfants filent dans les ténèbres, se dirigeant vers cet endroit effrayant et pourtant porteur d’espoir.
Okïn Nightstorm
avatar
Terrien
Masculin Age : 27
Date d'inscription : 28/01/2016
Nombre de messages : 259
Bon ou mauvais ? : Bon
Zénies : 1560

Techniques
Techniques illimitées : Aligatueur:SURF / Dracaufeu:LANCEFLAMME / Nostenfer:TRANCH'AIR
Techniques 3/combat : Cizayox:PISTO-POING / Ectoplasma:BALL'OMBRE
Techniques 1/combat : Mewtwo:PSYKO

MessageSujet: Re: Childhood's End [PV Eden]   Ven 18 Nov 2016 - 21:29
Le garçon aux cheveux d'ébène sentit un grand sentiment de satisfaction monter en lui en voyant le regard empli d'admiration que lui offrait Eden. Il faisait partie de ces enfants qui avaient un grand besoin de reconnaissance et qui trouvaient du réconfort en se sentant utiles pour les autres. Toutefois, ce sentiment était toujours très éphémère, et sa gaieté ne tarderait pas à s'estomper.
La jeune fille aux yeux dorés et scintillants, après s'être montrée étonnée durant quelques secondes, répondit de laisser partir le malfaiteur. Okïn se sentit rassuré, pour deux raisons. La première, c'était qu'il avait peur que l'extrême violence déployée par Aligatueur ait effrayé la jeune fille. Si elle était partie en courant en le traitant de monstre sanguinaire, il se serait senti assez mal. La deuxième raison, c'était qu'il craignait également qu'elle lui dise de tuer le SDF. Comme elle avait proposé de voler un fast-food un peu plus tôt, il ne savait pas jusqu'où elle était prête à aller dans l'illégalité... Mais finalement, elle était du même avis que lui.


"Allez Al', tu peux le lâcher." affirma t-il en tapotant amicalement son Pokémon dans le dos.

L'alligator bipède s'exécuta aussitôt, relâchant le malfaiteur qui, encore sous le choc, tomba à genoux devant lui. Il ne demanda pas son reste et déguerpit rapidement après s'être relevé avec une maladroite précipitation. Il ne restait plus que celui qui avait été envoyé contre un mur et qui se tordait de douleur sur le sol. Okïn avait un peu pitié pour lui, il aurait bien appelé une ambulance... mais son PokéMatos ne fonctionnait plus depuis qu'il était arrivé dans ce monde. Et il ne connaissait pas le numéro à composer dans ce monde-ci.
Après cette mésaventure, Eden le remercia et affirma qu'elle était contente de l'avoir rencontré tout en s'approchant de lui. Les joues du garçon au visage blafard rosirent timidement, alors qu'Eden enchaîna en s'exclamant avec beaucoup d'espoir qu'elle était certaine qu'il allait devenir riche grâce à ses Pokémons, tout en gratifiant ses paroles d'un sourire angélique.
Gêné, le garçon recula aussitôt d'un pas pour garder une distance minimale "de sécurité".


"Heu... M-merci...?"
balbutia t-il maladroitement.

En l'espace d'un instant, toute son assurance s'était évanouie, et ce n'était certainement pas Aligatueur qui allait l'aider dans une telle situation ! D'un geste machinal qui trahissait un léger état de stress, il se gratta la joue avec son index quelques secondes tout en restant silencieux, avant de se racler la gorge pour essayer de prendre une voix plus virile bien qu'il n'avait pas encore mué, et dit d'un ton un peu hésitant :


"Heu... On ferait mieux de continuer."

Aussitôt, il se détourna d'Eden, décrocha la Pokéball vide d'Aligatueur de sa ceinture et la pointa vers le reptile avant d'appuyer sur le bouton central.

"Merci encore Aligatueur, tu peux revenir."

Aussitôt, la créature se métamorphosa en une silhouette rouge semi-transparente et fut absorbée par la petite sphère bicolore. Le dresseur la raccrocha aussitôt à sa ceinture avant de remettre les mains dans les poches et continuer le chemin en marchant à côté d'Eden. Avec toute cette histoire, Okïn en avait complétement oublié la mère d'Eden.

Au bout d'un petit moment, la jeune fille le questionna sur ses Pokémons, demandant si c'était une sorte de magie. Il sourit.


"Non, ce n'est pas de la magie, c'est juste de la science et de la technologie. Je ne connais pas les détails, mais en gros des éminents chercheurs ont réussi à trouver un système de miniaturisation des Pokémons."

Il décrocha aussitôt l'une de ses Pokéballs et la montra à Eden avant de la faire tourner autour de son index comme les basketteurs faisaient avec une balle, juste pour l'impressionner.

"Ils appellent ça une Pokéball, ça permet de réduire la taille des Pokémons pour les capturer et les transporter plus facilement. Il paraît qu'à l'intérieur, ils sont dans une sorte de réalité virtuelle qui reproduit leur liberté à l'état sauvage."

Il termina avec un ton de plaisanterie :

"Mais perso, je n'ai jamais essayé."

Il rangea ensuite la Pokéball à sa ceinture. Okïn repensa alors aux paroles de Mewtwo, qui affirmait que les Pokémons capturés étaient malheureux car privés de liberté, et que leur bien-être à l'intérieur des Pokéballs n'était qu'un mensonge, un argument de ventes pour que la société humaine, en grande partie fondée sur le dressage et le combat, ne s'effondre pas. Est-ce qu'il avait raison ? Il était parvenu à semer le doute dans l'esprit du Maître de Johto. Il était vrai que les Pokémons n'étaient pas très heureux lorsque l'on venait tout juste de les capturer. Mais généralement, ils tissaient rapidement des liens amicaux avec leur dresseur et devenaient rapidement heureux. Okïn avait donc des sentiments partagés par rapport à ça. Il voulait bien sûr le bien-être des Pokémons, les siens étaient ses meilleurs amis, et il n'était pas particulièrement fier de les arracher ainsi à leur état sauvage pour les priver de liberté. Mais d'un autre côté, être un dresseur, c'était toute sa vie, c'était tout ce qu'il avait toujours voulu, c'était le seul domaine dans lequel il excellait. Si un jour on apprenait qu'en fait les Pokémons étaient malheureux dans leurs Pokéballs et qu'il fallait tous les relâcher et ne plus en capturer un seul, son petit monde s'effondrerait. Mais il se rassurait en se disant que ses Pokémons à lui n'étaient pas malheureux, ils le lui montraient suffisamment et il leur avait déjà demandé.

Ils arrivèrent dans une zone industrielle abandonnée, ça ressemblait à ces vieux donjons emplis de Pokémons puissants et qui recelaient de trésors cachés. Mais l'espoir qu'il avait de rencontrer de nouveaux Pokémons là-dedans était vain. Eden se faufila dans un trou fait dans un grillage et, après un petit temps d'hésitation, Okïn la suivit. En temps normal, il aurait demandé à Cizayox d'utiliser la technique COUPE pour trancher le grillage... mais puisqu'Eden avait été capable de s'y faufiler avec une grande aisance, il se devait de faire bonne impression et de ne pas appeler ses Pokémons lorsque ce n'était pas nécessaire.


"T'es sûre que c'est là ? Ça a l'air abandonné comme truc..." fit-il d'un air sceptique.

Le garçon ténébreux ne s'attendait pas du tout à cela, il pensait qu'ils allaient rejoindre un grand stade ou une grande arène avec plein de spectateurs. Elle s'était probablement trompé... Et, pour une raison inconnue mais probablement un prétexte scénaristique, Okïn repensa soudainement à ce que la jeune fille avait dit à propos de sa mère.


"Au fait, Eden... Pour ta mère, heu je... Je vais t'aider à la retrouver... Je n'ai pas l'intention de rester longtemps dans l'arène de combats, je veux juste qu'on gagne de quoi nous payer à manger, et dés qu'on aura repris des forces, on retrouvera ta maman !" s'exclama t-il avec détermination.

Aussitôt, son visage s'illumina brièvement, ce qui était plutôt rare chez lui : une idée venait de germer dans son esprit.


"Je sais ! Je vais déjà demander à certains de mes Pokémons de partir à sa recherche pendant qu'on fera les combats, ça nous permettra de gagner du temps !"

Il décrocha successivement deux Pokéballs et libéra les créatures qui se trouvaient à l'intérieur. Le premier faisceau rouge laissa apparaître Nostenfer, qu'Eden connaissait déjà. Quant au deuxième... Il s'estompa dans l'air, ne faisant rien apparaître !
Malgré ce phénomène étrange, Okïn ne semblait pas étonné. Sa seule réaction fut de soupirer.


"Allez Ecto, montre toi..."

Soudain, une silhouette sombre se dessina dans le dos de la jeune fille, Ectoplasma s'était rendu invisible et était en train d'apparaître petit à petit derrière elle, silencieusement. Il avait comme à son habitude un énorme sourire peint sur le visage, et son regard rouge était rempli de malice. Il avança alors sa main droite près d'Eden en restant dans son dos, et se mit à lui caresser doucement les cheveux pour la prendre par surprise et lui faire peur.
En voyant cela, Okïn se décala un peu sur le côté en fronçant des sourcils, et affirma :


"Arrête Ecto ! On ne touche pas les cheveux des filles, voyons !"

Se sentant grondé, Ectoplasma baissa légèrement les yeux tandis que son sourire s'inversa. Il passa au travers d'Eden, comme un spectre, cette dernière dû alors ressentir comme un vent très froid lui traverser le corps, puis il se positionna à côté de Nostenfer, tout en lévitant.
Okïn lança un regard désolé à sa nouvelle amie.


"Dé... désolé... Ectoplasma est assez farceur et il aime bien effrayer les gens."

Il se tourna ensuite vers ses créatures.

"Écoutez les amis, j'ai une mission pour vous ! Vous allez devoir chercher la maman d'Eden !"

Il se tourna alors vers la fille.

"Dis, tu aurais une photo d'elle pour qu'ils puissent voir à quoi elle ressemble ? Et est-ce que tu pourrais leur indiquer où se trouve le quartier où tu habites aussi ?"

Okïn n'avait pas choisi Nostenfer et Ectoplasma au hasard. Déjà, tous deux savaient voler et pouvaient donc parcourir de longues distances rapidement. Le premier était d'ailleurs son Pokémon le plus rapide, et était un peu plus discret que Dracaufeu. Quant à Ectoplasma, puisqu'il pouvait passer au travers des murs et se rendre invisible, il était l'espion parfait. C'était ceux qui avaient le plus de chances de la retrouver, parmi toute son équipe.
Eden
avatar
Féminin Age : 28
Date d'inscription : 01/11/2016
Nombre de messages : 19
Bon ou mauvais ? : Bon(bon ?)
Zénies : 0

Techniques
Techniques illimitées :
Techniques 3/combat :
Techniques 1/combat :

MessageSujet: Re: Childhood's End [PV Eden]   Sam 19 Nov 2016 - 22:16
Okïn a volontiers répondu aux interrogations d’Eden, faisant preuve d’une sincérité à laquelle l’enfant n’est pas habituée. Elle l’a imaginé ennuyeux et voilà qu’il n’a de cesse de la surprendre puisqu’il lui propose même de lui venir en aide pour retrouver sa mère. Là, dans la cour lugubre de l’usine abandonnée, il s’arrête afin de demander à deux de ses Pokémons de leur venir en aide dans cette quête difficile.

Avec étonnement, Eden l’observe brandir les fameuses Pokéballs afin de libérer certaines de ses créatures. Elle plisse les yeux afin de scruter le spectacle avec attention. De l’une des Pokéball surgit Nostenfer. Le vrombissement discret du battement de ses ailes rompt momentanément le silence qui règne dans cette partie de la ville. La deuxième Pokéball paraît vide à Eden ce qui lui vaut un haussement de sourcil.

- C’est un Pokémon invisible ? demande-t-elle d’un ton intrigué.

C’est alors qu’elle sent une étrange caresse dans sa chevelure. Dans un lieu pareil, et même si elle est plutôt dégourdie pour son âge, cela a quelque chose de terrifiant. Elle pousse un petit cri strident avant de faire le rapprochement avec la Pokéball vide… La réaction d’Okïn lui fait rapidement comprendre qu’il s’agit effectivement de son deuxième Pokémon et qu’il n’y a donc, en principe, pas de quoi avoir peur. L’étrange créature, fantomatique, la traverse sans gêne pour aller se poster en face, à côté de la chauve-souris.

- Haha, oui, il est farceur… lâche-t-elle avec une pointe de nervosité, un peu honteuse d’avoir été aussi facilement effrayée.

Elle glisse une main fébrile dans ses cheveux, se remettant de ses émotions. Peu à peu, les battements de son cœur s’apaisent. Évidemment, elle est contente que le garçon lui propose son aide, mais elle est encore réticente à l’idée de ce qu’elle va devoir lui apprendre à son propre sujet… Cela dit, ce serait insensé de refuser l’offre qu’il lui fait. Alors, elle fait un sourire crispé.

- Merci, c’est vraiment gentil de ta part.

Elle fouine dans sa salopette et finit par en extirper une photographie légèrement écornée. En effet, elle en porte une sur elle depuis qu’elle cherche sa mère. D’un mouvement désinvolte, elle tend le cliché à Okïn. Y figure une belle femme aux cheveux d’un roux si clair qu’il en paraît rosé, aux yeux bleus et à la chair très subtilement bronzée. Elle porte une robe jaune qui s’affaisse langoureusement sur ses épaules et fixe l’objectif d’un œil félin.  Elle est assise sur une plage et la pointe de ses pieds est immergée dans une eau turquoise.


- Voilà. Quant au quartier où j’habite…

Les joues d’Eden virent au rouge pivoine.

- C’est dans le District de Turan, à l’Est de Satan-City.

Elle espère de tout son cœur qu’Okïn ne connaît pas assez la ville pour savoir à quoi correspond ce quartier. Après tout, il a l’air de venir d’ailleurs. Elle s’efforce de masquer sa nervosité en souriant. Lorsqu’elle estime que les deux Pokémons ont eu assez de temps pour voir la photographie, elle la range précieusement dans sa poche. L’enfant culpabilise de ne pas jouer tout à fait franc jeu avec le garçon. Elle décide d’éclaircir au moins un point.

- Okïn, je ne sais pas comment sont les salles de combat, là d’où tu viens mais… Ici… C’est un endroit qui n’est pas très légal, tu vois ? C’est un peu… dangereux.

Elle détourne le regard, repentante.

- Il y a des tournois légaux mais ils sont assez rares… Pour gagner de l’argent immédiatement en combattant c’est la seule solution possible.

Eden fixe le bâtiment délabré. Elle s’est rapidement attachée à Okïn et elle ne veut pas qu’il ait d’ennuis à cause d’elle.

- Evite de parler de tes Pokéballs aux gens là-bas, d’accord ? Ils pourraient essayer de te les voler.
Okïn Nightstorm
avatar
Terrien
Masculin Age : 27
Date d'inscription : 28/01/2016
Nombre de messages : 259
Bon ou mauvais ? : Bon
Zénies : 1560

Techniques
Techniques illimitées : Aligatueur:SURF / Dracaufeu:LANCEFLAMME / Nostenfer:TRANCH'AIR
Techniques 3/combat : Cizayox:PISTO-POING / Ectoplasma:BALL'OMBRE
Techniques 1/combat : Mewtwo:PSYKO

MessageSujet: Re: Childhood's End [PV Eden]   Dim 20 Nov 2016 - 10:53
Lorsque la fille aux yeux dorés le remercia de bien vouloir l'aider à retrouver sa mère, il se contenta de sourire timidement. Pour lui, aider les gens était quelque chose de normal, même lorsqu'il s'agissait d'inconnus. C'était ce qu'il faisait tout le temps depuis qu'il en avait le pouvoir. Il ne voulait pas l'avouer à Eden pour ne pas l'inquiéter, mais il savait qu'il y avait une probabilité pour que sa mère soit en danger. Lui-même tenant beaucoup à sa mère (même s'il la voyait très rarement puisqu'il était constamment en voyage), il ne pouvait pas imaginer ce qui arriverait à Eden s'il arrivait quelque chose de grave à sa mère. Il ne pouvait donc pas laisser une telle chose se produire.
Suite à sa demande, elle montra une photo de sa maman au jeune garçon. Il la fixa quelques secondes, avant de déclarer simplement :


"Elle est jolie."

Ses Pokémons se rapprochèrent de lui et regardèrent la photo par dessus ses épaules, jusqu'à ce qu'Eden la range. Ensuite, elle répondit qu'elle habitait dans le district de Turan. Okïn haussa des épaules, pour lui, ça ne signifiait pas grand chose. Il ne connaissait pas du tout cette ville, il la découvrait pour la première fois.

Ensuite, la jeune fille aux cheveux clairs affirma sur un ton hésitant que l'endroit où elle l'emmenait n'était pas très légal. Il la regarda avec étonnement. Selon elle, des gens mal intentionnés pourraient vouloir lui voler ses Pokémons.


"Ah bon ?" demanda t-il, assez surpris.

"C'est bizarre, pourquoi des combats seraient illégaux ?... Enfin, ça ne fait rien. T'inquiète pas, j'ai déjà affronté des voleurs de Pokémons, c'était un groupe de criminels très bien organisé qui se faisait appeler la Team Rocket, une mafia qui faisait dans le trafic de Pokémons. Mais tu as raison, je vais libérer tout de suite le Pokémon que je compte utiliser, ça m'évitera d'utiliser les Pokéballs à l'intérieur."

Il sortit une autre sphère bicolore et s'écria :

"En avant, Cizayox !"

L'un des Pokémons les plus classes du monde apparut alors devant lui.



Mesurant 1m80, il ressemblait à un mélange entre un insecte et un robot. Sa peau était entièrement recouverte d'un acier très résistant de couleur rouge, et il possédait deux gigantesques pinces en guise de main. Lorsqu'il apparut, il émit un petit cri qui fit penser aux frottements de lames métalliques les unes contre les autres. Ses petites ailes émettaient un léger bourdonnement.

Le garçon aux cheveux noir de jais se tourna à nouveau vers Eden.


"Par contre heu... Je ne connais pas du tout la ville, et mes Pokémons non plus... Je ne sais pas s'ils parviendront à trouver eux-même ton quartier... Est-ce que tu aurais une carte ? Ou bien peut-être que tu peux décrire certains bâtiments afin qu'ils aient une idée globale de ce à quoi ça ressemble ?"

Eden
avatar
Féminin Age : 28
Date d'inscription : 01/11/2016
Nombre de messages : 19
Bon ou mauvais ? : Bon(bon ?)
Zénies : 0

Techniques
Techniques illimitées :
Techniques 3/combat :
Techniques 1/combat :

MessageSujet: Re: Childhood's End [PV Eden]   Mer 23 Nov 2016 - 19:23
Eden n’est même plus surprise par le troisième Pokémon qu’Okïn projette hors de sa Pokéball. Pourtant, son apparence de mante religieuse mécanique a de quoi étonner, mais plus rien ne semble pouvoir la surprendre venant du garçon.

- Nous serons en sécurité avec lui, dit-elle simplement d’un ton confiant.

Okïn sait désormais où il s’engage et cela ne paraît pas le déranger outre-mesure. Libérée en partie de son sentiment de culpabilité, Eden se sent légère. Peut-être va-t-elle enfin pouvoir manger quelque chose de consistant. Puis, le garçon ne semble pas décidé à l’abandonner tout de suite puisqu’il lui a proposé son aide dans ses recherches. Plissant les yeux pour le distinguer plus finement dans la pénombre, elle songe qu’ils sont en train de devenir amis, malgré tout ce qui les oppose.

- Une carte ? Non non.

Elle ricane. Pourquoi se promènerait-elle avec une carte sur elle ? Elle connaît Satan-City comme sa poche, pour y avoir bourlingué depuis sa plus tendre enfance.

- Tu sais, la ville est grande. Même avec des éléments de description, je ne suis pas sûre que tes Pokémons retrouvent le quartier où je vis…

Elle marque un silence, détournant les yeux d’Okïn pour sonder les alentours d’un air songeur. L’enfant réfléchit. Elle sait que l’aide de ces créatures lui sera précieuse et elle ne veut pas s’en priver, mais ne trouve pas de solution dans l’immédiat.

- Le mieux est peut-être que je vous y emmène plus tard. Elle a disparu depuis un certain temps maintenant, on ne peut pas dire que ce soit une question de minutes…

Sa bouche se fend d’une petite grimace embêtée. En plus, elle vient de réagir qu’elle propose au garçon de l’accompagner dans le quartier chaud de la ville… Quelle honte ! Comment réagira-t-il ? Elle rougit d'embarras rien que d’y penser, mais il est trop tard pour se raviser. Puis, ce serait égoïste de renoncer à l’aide d’Okïn juste pour une question de paraître. Après tout, qu’y peut-elle si sa mère a une vie dissolue ? Son ami ne saurait lui en faire endosser l’infamie. Son ventre se met à gargouiller, lui chatouillant l’abdomen de ses vibrations.

- Allons voir si Cizoyaz… euh… Cizayox peut nous faire gagner de quoi manger ! Et puis, laissons tes deux autres Pokémons profiter de cet endroit… magique.

L’enthousiasme la reprend. Eden glousse parce qu’en fait, le coin est particulièrement sinistre.  Elle fait signe à Okïn de la suivre et s’engage à l’intérieur de l’usine désaffectée, passant par une fenêtre dans la vitre semble avoir été brisée il y a des lustres. A l’entrée, le silence règne encore et l’on entend seulement le tintement de quelques gouttes d’eau qui heurtent régulièrement le sol bétonné.  Pourtant, une ouïe fine pourra distinguer l’écho lointain d’un brouhaha.

- C’était une usine de jouet avant, lâche-t-elle, maintenant c’est un peu flippant mais ne t’inquiète pas, j’y suis déjà venue plusieurs fois. On ne devrait pas se perdre. T’as pas peur des poupées, j’espère ?

A nouveau, elle ricane avec légèreté. Les murs du corridor de l’entrée sont barbouillés de tags insensés. Le sol est jonché de détritus et de cartons. Par les vitres brisées s’étale le faisceau blanchâtre du clair de lune. Eden avance d’un pas assuré. Elle mène son compagnon à travers les entrepôts où agonisent encore, par dizaines, les dépouilles amochées de jouets inachevés.

Au fur et à mesure qu’ils avancent, le tumulte se fait plus fort, et ils peuvent bientôt identifier les cris euphoriques des spectateurs des combats. Leur chemin s’arrête au pied d’une porte de métal, de facture clairement plus récente que le reste du bâtiment, qui marque la séparation entre les entrepôts et les ateliers. Eden tourne le visage vers son compagnon, vérifiant que tout va bien.

Puis, sa petite main heurte le métal de sa porte, frappant celui-ci d’une manière particulière : quatre coups, dont les deux premiers sont vifs et liés tandis que les deux derniers ne retentissent qu’après une courte pause.

La porte s’ouvre.
Okïn Nightstorm
avatar
Terrien
Masculin Age : 27
Date d'inscription : 28/01/2016
Nombre de messages : 259
Bon ou mauvais ? : Bon
Zénies : 1560

Techniques
Techniques illimitées : Aligatueur:SURF / Dracaufeu:LANCEFLAMME / Nostenfer:TRANCH'AIR
Techniques 3/combat : Cizayox:PISTO-POING / Ectoplasma:BALL'OMBRE
Techniques 1/combat : Mewtwo:PSYKO

MessageSujet: Re: Childhood's End [PV Eden]   Jeu 24 Nov 2016 - 20:10
Il était un peu déçu de ne pas pouvoir prendre de l'avance dans l'aide qu'il comptait apporter à Eden pour retrouver sa maman. Il ne comprit pas réellement pourquoi elle s'était esclaffée lorsqu'il lui avait demandé si elle avait une carte - il gardait toujours une carte de sa région sur lui, histoire de pouvoir s'y retrouver plus facilement. Le jeune garçon se tourna vers Ectoplasma et Nostenfer.

"Ne vous éloignez pas trop, ok ?"

Il suivit ensuite la jeune fille. Nostenfer resta dans la cour de l'entrepôt mais Ectoplasma préférait fouiner à l'intérieur en passant au travers du mur, il aimait ce genre d'endroits lugubres. Alors qu'Eden passa par une fenêtre brisée avec une agilité qui étonnait le garçon, ce dernier se fit aider par Cizayox pour escalader le rebord et passer par la fenêtre. Il était loin d'être aussi sportif et agile qu'elle. Le monstre d'acier passa à son tour à l'intérieur du bâtiment abandonné.

Ils avancèrent au milieu de l'usine de poupées glauques, la jeune fille lui demanda s'il n'en avait pas peur.


"Tu plaisantes ?" fit-il en haussant un sourcil.

"Il en faut plus pour me faire peur. Même Ectoplasma ne m'a jamais fait sursauter." répondit-il fièrement tout en faisant une référence au fait qu'elle avait été effrayée un peu plus tôt par le spectre mauve.

Elle avait aussi dit qu'elle était déjà venue plusieurs fois, ce qui intrigua le jeune garçon. Il l'imaginait mal venir seule ici, elle n'avait pas vraiment l'air d'une guerrière. Faisant écho à l'une de leurs conversations qui avaient eu lieu peu de temps après leur rencontre, il rétorqua :


"Tu te bats, toi ? Ça m'étonne que tu sois déjà venue."

Ce n'était vraiment pas une fille ordinaire. Il pensait que toutes les filles aimaient jouer à la poupée, adopter des Pokémons mignons et chevaucher des Ponyta. Mais celle-ci préférait se promener dans des endroits lugubres et fréquenter des gens louches qui s'affrontaient illégalement.
Elle toqua une grande porte en métal d'une façon bien particulière, et celle-ci s'ouvrit lentement. Un homme se trouvait de l'autre côté, il regarda les trois individus d'un air suspect pour s'exclama :


"C'est une blague ?... Les mômes sont pas les bienvenues ici... M'enfin puisque vous connaissez le code, j'ai pas d'autres choix que de vous laisser passer."

Il se décala sur le côté pour les laisser entrer et referma la lourde porte derrière eux. Apparemment ce type n'avait jamais vu Eden, peut-être qu'il y en avait plusieurs qui s'occupaient d'ouvrir la porte et qui se relayaient en fonction des jours. Peut-être aussi qu'il n'avait pas une mémoire suffisamment bonne pour se souvenir d'elle. Ou bien peut-être qu'Eden n'était en fait jamais venue ici et qu'elle avait menti pour le rassurer. Okïn n'en savait rien.

Ils s'approchèrent d'une sorte d'accueil, c'était un comptoir protégé par un grillage avec juste un petit trou pour faire passer des billets et tickets. Okïn s'adressa au type de l'accueil.


"Comment ça fonctionne, ici ?"

"La mise minimale est de 100 Zénies. Tu mises sur un combattant. S'il gagne, tu récupères ta mise, et tu remportes en plus un pourcentage de ta mise, qui dépend des paris de tous les autres. Plus tu prends de risques, plus tu peux gagner gros."

"Et pour se battre ?"

Le type lui lança un regard étonné.

"Bah, quand le combat se termine, la cloche sonne et tu peux entrer dans la cage pour combattre le gagnant. Mais, si ce que tu veux c'est te suicider, petit, y a des façons plus simples de le faire..."

"Pas de règles particulières ?"

"Tous les coups sont permis, y compris les armes blanches. Seules les armes à feu sont interdites. On perd par abandon, KO ou mort."

"Et le gagnant, il obtient quoi ?"

"Il récupère une partie du pognon engrangé sur les paris de ses combats."

"Merci."

Okïn s'éloigna de l'accueil avec Eden et Cizayox et s'approchèrent de la cage de combat. Le combat qui opposait deux êtres humains était extrêmement violent, il n'y avait aucune limite. Le garçon était un peu étonné et ne se sentait pas très à l'aise. Les combats entre Pokémons étaient tout aussi violents... mais c'était des Pokémons. Il avait rarement vu des humains souffrir autant et se défigurer à ce point, sauf dans les films. Le sang giclait dans toutes les directions en se mélangeant à la sueur des guerriers, il y avait de sinistres bruits de fractures osseuses, la foule était en délire. Il tourna la tête vers la petite Eden, et demanda d'un air suspicieux :

"T'es vraiment déjà venue ici...?"

Il se demandait vraiment ce qu'elle avait bien pu trouver d'attirant dans cet endroit. Finalement, le combat se termina lorsqu'un des deux combattants, un gros type vêtu uniquement d'un short et qui semblait avoir autant de masse musculaire que de masse graisseuse, brisa la nuque de son opposant. La cloche retentit.
Le commentateur s'écria dans son micro :


"Victoire par mort !!! Qui sera le prochain ? Qui voudra affronter le terrible Ivan le Barbare ?!"

Okïn tapota Cizayox dans le dos.

"A toi de jouer, Ciza'. Fais-en qu'une bouchée !" s'exclama t-il, confiant.

Le Pokémon humanoïde à la taille d'un adulte se fraya un chemin jusqu'à la cage en bousculant ceux sur son passage, et entra à l'intérieur. L'on referma la porte à clé derrière lui, après avoir viré le cadavre précédent. Le commentateur reprit :


"Heu... Et bien... C'est une sorte de... Robot-Insecte...? Pourquoi pas, après tout, nous avons bien eu des extra-terrestres !"

Il s'approcha du bord de la cage et brandit son micro à proximité de l'insecte métallique.

"Ton nom ?"
demanda t-il.

"Szlizsktchszik !!!"

C'était encore un cri métallique assez aigüe et très étrange. Difficile à décrire avec des mots.

Ecouter le cri

"Heu... Ok, ce sera plus simple de l'appeler Insecte Rouge je crois !"

"Je vais t'écrabouiller comme un vulgaire cafard !"s'exclama Ivan le terrible barbare avec une répartie qui débordait d'imagination.

Aussitôt, le puissant guerrier envoya son poing fulgurant en direction du visage de Cizayox à pleine puissance ! Un bruit de craquement se fit entendre, suivit d'un cri de douleur. Ivan venait de se briser les doigts, tandis que Cizayox n'avait pas bougé d'un pouce.

Fier, le jeune garçon au visage ténébreux se tourna vers Eden, un petit sourire en coin :


"Cet humain n'a aucune chance !"

Alors qu'il venait de déclarer cela, un nouveau hurlement de douleur se fit entendre, bien plus fort que le précédent. Le regard d'Okïn revint sur la scène du combat, et il écarquilla des yeux, surpris. Le bras droit du barbare gisait sur le sol dans une flaque de sang, tandis que des gerbes de sang s'éjectaient hors de son avant bras déchiré, au rythme de ses battements cardiaques, aspergeant le sol ainsi que la grille. Cizayox venait de refermer l'une de ses puissantes pinces sur le bras du type dés la seconde attaque, ce qui avait eu pour effet de le lui déchirer d'un coup sec.

Un peu choqué, le dresseur mit sa main devant sa bouche pour retenir un haut-le-cœur. Il savait Cizayox puissant, mais les Pokémons étaient beaucoup plus résistants que les humains normaux, ils n'étaient donc jamais démembrés. Okïn ne put s'empêcher de penser que c'était de sa faute à lui-même : il avait demandé à son Pokémon de ne pas se retenir alors qu'il savait que son adversaire était humain ! Le garçon tourna alors la tête vers Eden pour voir sa réaction.


"Ça alors ! L'Insecte Rouge a littéralement ARRACHE le bras d'Ivan le barbare !"

"J'ABANDONNE !!! J'ABANDONNE !!! LAISSEZ-MOI SORTIR !!!" s'écria Ivan en regardant avec effroi son moignon ensanglanté, les larmes aux yeux.

On ouvrit la porte et il se dépêcha de quitter la cage, puis fit quelques pas avant de s'évanouir.


"Qui sera assez courageux pour affronter ce terrible Scorpion Rouge aux pinces dévastatrices ?!" reprit l'arbitre.

Au bout de quelques secondes, un nouveau guerrier entra dans la cage, sûr de lui. C'était un guerrier assez grand, il portait une armure intégrale de couleur noire, une cape mauve et rouge, ainsi qu'un masque qui cachait complétement son visage et qui était orné de deux cornes de buffle. Il portait une lourde et intimidante épée dans sa main droite.

"Incroyable ! Notre champion invaincu Black Knight décide de relever ce défi qu'il doit trouver sans aucun doute à sa hauteur !"


Dernière édition par Okïn Nightstorm le Dim 27 Nov 2016 - 14:21, édité 1 fois
 
Childhood's End [PV Eden]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» Une journée éprouvante [PV Eden]
» Mickaël Eden
» Dimitri Payet (by Eden-Hazard)
» Inscription d'Eden Marshall
» Eden L. Rosebury > Torrey Devitto

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
RPGDBZ :: RPG :: Terre :: Satan-City-