Partagez | 
 

 Mmmmmh...♪

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Légion
avatar
Masculin Age : 17
Date d'inscription : 04/03/2017
Nombre de messages : 252
Bon ou mauvais ? : "Bon"
Zénies : 1440

Techniques
Techniques illimitées : Souvenir / Pyromancie / Poison
Techniques 3/combat : Ombre / Exécution
Techniques 1/combat : Marquage

MessageSujet: Mmmmmh...♪   Dim 5 Mar 2017 - 0:08
Un petit refuge sans originalité. Je ne recevais pourtant rien de ce feu de camp. Aucune chaleur. Mais pourtant cela m’apaisait. Je n'avais pas vu ce monde vieillir. J'avais l'impression d'avoir cligné des yeux au moment où ce millénaire passa. Je regardai le tas de bois passer petit à petit des restes d'un arbre à une fumée illuminée qui s'en allait vers les étoiles, aussi rapidement que les années passèrent. De temps à autres, je plaçai ma main au dessus des flammes, et je l'agitai, pour faire virevolter d'avantages les cendres volatiles. Je trouvais cela très beau, voyez-vous, et je ne pus empêcher un petit soupir de tranquillité de sortir. Je maraudais depuis combien de temps, déjà ? Combien de journées ? Combien d'années ? Combien de minutes ? Cela faisait plusieurs jours que je marchais, croisant de temps à autres des gens belliqueux, que j'assommais du pommeau de mon épée, laissant des gens par terre avec une sacrée bosse et certainement un traumatisme crânien. Je buvais de mon flacon d'alcool de temps à autre, et il ne se vidait jamais. Un flacon ectoplasmique pour un être qui n'avait pas grand chose à faire dans le monde des vivants. J'évitais les gens. Et j'étais las de me battre avec moi-même. Mais que diraient les être vivants intelligents de ce monde s'ils voyaient un fantôme en armure comme moi ? Pas grand-chose, certainement. Les hommes ont rencontrés tellement de créatures étranges, à présent. Les Namek, les Saiyan, les Anges, les Démons. Je pris une flamme dans ma main, et je commençais à la faire virevolter dans les airs, telle une feuille d'arbre. On dirait une vie qui commençait. Un nouvel espoir pour une existence. La lueur dorée éclaira un peu plus l'endroit où j'étais. Je n'avais pas vraiment d'objectif à ma vie en dehors de mes éternels combats avec ceux que je considérais comme "mal".

Hôrvalt. Un Terrien renégat. Un être odieux. Il avait marié sa sœur à un général violent et riche, sachant que sa vie serait un enfer, afin de pouvoir avoir une excuse pour le tuer en duel, et récupérer toute sa fortune par des magouilles. Sa chère sœur mourut pour des raisons inexpliquées, certainement dans une tentative d'avortement à l'aide d'une aiguille à tricoter. Elle devait détester tellement son mari qu'elle ne veuille porter son enfant, et aller dans une clinique n'était pas la méthode la plus discrète qu'elle avait. La pauvre... Je bus une gorgée de ma boisson forte, mais qui ne pourra jamais me mettre dans un sale état. Le général, lui, fut donc tué pour l'honneur de cette sœur dont tous le monde se foutait. Et n'ayant personne pour récupérer l'argent, ce fut Hôrvalt qui le gagna. Il fonda une entreprise. Puis il quémanda quelques mercenaires pour aller massacrer les gens d'une compagnie rivale. Puis il accusa les mercenaires d'avoir fait le coup tout seul, une fois les preuves nettoyées. Tout fut réglé, et il gagna même plus d'argent, face à ça. Je ne sais quel est le gouvernement en place, mais je ne l'aime pas. Par dégoût, je vins, avec les potes, stopper net ses affaires. Je le tuai, car la justice des hommes ne le touchera pas. Et pourtant, malgré tout ce qu'il a fait, je me demande encore si c'était le bon choix. Peut-être aurais-je pu laisser les Humains se charger de leurs propres affaires ? Peut-être ?.. Peut-être... Il y a beaucoup de "peut-être" dans ma vie. Je bus un coup...

Hôrvalt venait de finir de brûler à mes pieds. Il n'en restait plus rien. Malgré tout ce que cette ordure avait fait, je ne pouvais le laisser pourrir. Comment était-il devenu comme ça ? Avait-il peur pour son futur ? Était-il né dans la pauvreté, assez pour vouloir accumuler l'argent de toutes les façons ? Avait-il été traumatisé par une vision de sans-abris ? Je bus un coup... Mon regard d'ambre visionnait le feu qui venait de faire disparaître le corps du salopard. Comment la société bâtie autour de lui changera en son absence ? Sa compagnie changera-t-elle de leader ? Se dissociera-t-elle ? Peut-être venais-je de causer une perte d'emplois phénoménale ? Bien que ce serait arrivé un jour ou l'autre. Le progrès amène tellement à produire autant avec moins, ou plus avec autant, qu'un jour il ne restera plus que les hautes classes. Des aristocrates aux bourgeois, comme on dirait. La flemme revint dans ma main pour s'éteindre délicatement. Je bus un coup...

Par mélancolie, je me mis à marmonner un air de chanson. Une chansonnette que je chantais avec les potes autrefois, après une belle victoire. Une chansonnette dont il faudrait que je me souvienne les paroles. Je tapotais de ma main décorée d'un gant en métal sur un bout de bois. Bientôt les autres me rejoignirent. Une chanson qui pouvait être entendue dans un sacré rayon. Cela faisait du bien, de revoir les autres. Mais si quelqu'un venait à arriver, ils disparaîtront tous en un clin d’œil, comme ils le font d'habitude. Mais au moins, j'aurais quelqu'un avec qui partager un verre.
Okïn Nightstorm
avatar
Terrien
Masculin Age : 27
Date d'inscription : 28/01/2016
Nombre de messages : 267
Bon ou mauvais ? : Bon
Zénies : 1560

Techniques
Techniques illimitées : Aligatueur:SURF / Dracaufeu:LANCEFLAMME / Nostenfer:TRANCH'AIR
Techniques 3/combat : Cizayox:PISTO-POING / Ectoplasma:BALL'OMBRE
Techniques 1/combat : Mewtwo:PSYKO

MessageSujet: Re: Mmmmmh...♪   Dim 5 Mar 2017 - 22:33
Au même moment, un dragon noir aux yeux rouges survolait la forêt à quelques dizaines de mètres d'altitude. Il ne s'agissait pas d'une invocation d'une carte de Yu-Gi-Oh, mais bel et bien du Dracaufeu shiny du maître de la ligue de Johto, le jeune Okïn Nightstorm. Shiny, ça veut dire brillant, en anglais. C'était un moyen de décrire l'apparence physique de certains Pokémons qui se détachait radicalement de leur apparence habituelle. C'était dû à une modification génétique qui changeait leurs couleurs de peau, de poils, de plumes ou d'écailles, selon les espèces, et qui touchait environ un Pokémon sur huit milles. Cela ne servait à rien, à part à faire joli et à frimer, parce que c'était rare. Okïn avait d'ailleurs passé de nombreuses semaines à chercher dans la nature un Salamèche Shiny, première forme de la famille d'évolution de Dracaufeu, juste parce qu'il savait qu'il impressionnerait les gens avec un Dracaufeu trop dark qui crachait du feu. Dark, ça veut dire sombre. Parce que Dracaufeu a beau être décrit comme étant un Pokémon shiny, il n'était en réalité en rien brillant. La plupart des Dracaufeu avaient la peau orange. Celui-ci était noir comme le charbon. Il se serait totalement fondu dans le ciel nocturne, si le bout de sa queue n'était pas en permanence illuminée par une dangereuse flamme incandescente qui reflétait son état de santé. Plus elle brûlait intensément, plus Dracaufeu était en forme.

Spoiler:
 

Lorsqu'on levait les yeux vers le ciel, on pouvait voir une sombre et imposante silhouette ailée qui traînait derrière elle une boule de feu. Sur le dos de cette créature se tenait Okïn, un jeune garçon de douze ans, dont les cheveux aussi noirs que la peau de Dracaufeu étaient au vent. Les yeux naturellement carmins du jeune dresseur se fixèrent sur un point d'intérêt situé à plusieurs centaines de mètres de là, en plein cœur de la forêt. Une fumée qui s'élevait dans le ciel. Un début d'incendie ? Un feu de camp ? Ou peut-être le retour du démon au nombre 666 gravé sur le torse, qu'il avait combattu avec Son Goten, Shin et Gokai. Il le croyait mort, mais peut-être avait-il survécu, ou peut-être avait-il des amis ou des êtres de la même race et tout aussi ignobles. Quoique ce fût, il se devait d'aller voir. D'une part, pour s'assurer qu'il n'y avait rien de dangereux et que tout allait bien. D'autre part, parce qu'il cherchait toujours un moyen de rentrer chez lui. N'ayant aucune piste, il était à l'affût de n'importe quel élément peu ordinaire, qui pourrait l'amener à faire de nouvelles rencontres qui pourraient lui permettre d'en savoir plus sur ce monde, et peut-être de comprendre ce qu'il s'était passé lorsqu'il avait rencontré Arceus et ainsi espérer rentrer à Johto.

"Là-bas, Dracaufeu. On va atterrir à une cinquantaine de mètres du feu, je continuerai à pied. Les gens de ce monde ne sont pas habitués à voir des Pokémons alors mieux vaut éviter de te montrer."

La bête acquiesça d'un signe de tête, puis fonça vers le bas, de sorte à atterrir à une cinquantaine de mètres du feu, caché derrière de nombreux arbres. Okïn bondit hors du dos de son dragon, et renvoya ce dernier dans une Pokéball qu'il raccrocha à sa ceinture, déjà ornée de cinq autres petites sphères aux couleurs diverses. Il se dirigea ensuite en direction de ce qui semblait être un feu de camp, marchant aussi discrètement que possible, bien qu'il était loin d'être un ninja. Il entendait une chanson, il devait y avoir probablement plusieurs personnes autour de ce feu. La chanson était assez apaisante. Il y avait encore trop d'arbres entre lui et le feu de camp pour qu'il puisse apercevoir quoi que ce soit, d'autant plus qu'il faisait nuit et que la forêt n'était éclairée que par le clair de lune. Il voyait juste une petite lueur un peu plus loin, provoquée par ce feu, sans pouvoir discerner véritablement la source de chaleur, ni les gens qui devaient être assis tout autour. Il s'arrêta net. Il ne semblait pas y avoir de danger apparent. C'était probablement juste un feu de camp autour duquel des amis chantonnaient. Était-ce vraiment nécessaire d'aller voir de plus près ? Après tout, il ne voulait pas les déranger. Pourtant, quelque chose le poussait à continuer. La curiosité, probablement. Il savait que c'était mal, qu'il devait laisser cette bande d'amis vivre leur vie et faire la fête, sans intervenir. Pourtant, il avait envie de voir à quoi ils ressemblaient. Il avait déjà rencontré d'étranges créatures depuis qu'il était arrivé dans ce monde, et il se demandait quelles autres surprises l'attendaient dans ce monde. Il continua donc à s'approcher, contournant les arbres situés sur son chemin, avançant lentement, jusqu'à ce qu'il ne restât plus qu'un seul arbre entre le feu de camp et lui. Il se cacha derrière le tronc.

Soudain, la chanson s'arrêta brusquement, ce qui surprit le garçon. S'était-il fait repérer ? Peut-être n'avait-il pas été aussi discret qu'il l'aurait voulu. Après tout, c'était un garçon ordinaire si l'on excluait ses Pokémons, il n'avait rien du prochain Hokage. Lentement, toujours caché derrière l'arbre, il se pencha sur le côté de sorte à passer la tête sur le côté du tronc, pour observer le feu de camp. Il écarquilla des yeux en constatant que ce qu'il avait pris pour un groupe d'amis n'était en fait... qu'un seul homme. Il portait une tenue guerrière et un casque pointu et effrayant.
Mais comment était-ce possible ? Il avait pourtant bel et bien entendu plusieurs voix ! Où étaient passés tous les autres ? Pouvaient-ils se rendre invisibles ? Ou bien s'étaient-ils faufilés silencieusement dans les arbres pour se camoufler, tels de vrais ninjas ? Il avait cru qu'il ne s'agissait que d'un simple feu de camp entre amis, mais il n'en était rien : tout cela était vraiment très étrange. Pourquoi ne restait-il plus qu'un seul homme ? Pourquoi les autres étaient partis se cacher ? Était-ce un piège qu'on lui tendait ? Le feu de camp et la chansonnette étaient-ils là pour attirer les visiteurs afin de les attaquer ? Machinalement, sa main droite glissa jusqu'à l'une de ses Pokéballs, juste au cas où...
Aussitôt, il replaça sa tête derrière le tronc d'arbre pour être de nouveau totalement caché, bien qu'il s'était peut-être déjà fait repérer. Que devait-il faire ? Sortir de sa cachette et faire face à cet homme ? Mais s'il faisait une chose pareille, il se rendrait vulnérable à ceux qui avaient dû se cacher tout autour. Devait-il fuir ? Envoyer Nostenfer et s'envoler sans demander son reste ? Non, il n'était pas un lâche. Tout cela était très mystérieux, et il aimait résoudre les mystères, aussi dangereux fussent-ils. Et si les choses tournaient mal, il pouvait toujours compter sur ses Pokémons pour le sortir de là. Même s'il avait déjà rencontré certains guerriers humanoïdes encore plus puissants que ses chères créatures dociles. Prenant son courage à deux mains, il sortit subitement de sa cachette pour se placer à côté de l'arbre, faisant face au feu de camp, et à l'homme solitaire qui était assis à côté et se trouvait de profil par rapport à lui.

"Heu, bonsoir." affirma t-il avec un brin d'hésitation causé par sa nature timide.

Il observa rapidement les arbres autour du feu et de l'homme pour voir si des sortes de ninjas s'y dissimulaient, mais ne vit rien de particulier. Son regard continuellement mélancolique finit par se poser sur l'homme au costume assez effrayant.


"Vous êtes seul...?" demanda t-il simplement.

Sa question pouvait paraître surprenante, c'était rarement la première chose que l'on demandait lorsque l'on croisait un inconnu dans la forêt, mais Okïn n'était pas très doué pour faire la conversation. C'était la première question qui lui était passée par la tête puisqu'il était surpris de ne voir qu'un seul homme autour du feu alors qu'il avait cru entendre plusieurs voix chanter.
Légion
avatar
Masculin Age : 17
Date d'inscription : 04/03/2017
Nombre de messages : 252
Bon ou mauvais ? : "Bon"
Zénies : 1440

Techniques
Techniques illimitées : Souvenir / Pyromancie / Poison
Techniques 3/combat : Ombre / Exécution
Techniques 1/combat : Marquage

MessageSujet: Re: Mmmmmh...♪   Lun 6 Mar 2017 - 19:14
Ah, il y avait de l'activité ! Une chanson d'autrefois, partagée avec les autres. Des souvenirs qui repartent et reviennent. Un air qui fait s'écouler tout un temps. La bataille de... de où déjà ? Mmmh... c'était il y a... pas mal de temps, déjà, me semble-t-il. J'avais une fourche et un piquet. L'ennemi avait quelque chose de très important, et nous avions à le récupérer, pour le bien de je ne sais plus trop quoi. Ce fut une bataille vive, suivi d'un siège bien plus long. Je me rappelle avoir usé d'une lance, ou d'un piquet... enfin, d'un bâton avec une pointe en fer au bout. Je ne sais plus quelle variante j'avais utilisé durant ce combat. Le fait est, que, en première ligne, la place à laquelle j'appartenais habituellement, je fus chargé par un cavalier équipé d'un arc, qui me tournait autour, sans que je puisse faire quoi que ce soit. Furieux, je lançai mon bout de boit pointu sur cet individu. Je le ratai, mais l'arme se cassa, et, je ne sais comment, fut projetée sur mon adversaire. Je fus très fier de mon action, et j'en ai parlé pendant plusieurs jours, crânant sur un fait qui pouvait plus être associée au hasard qu'à autre chose. Cette escarmouche fut bientôt terminée, et commença le siège. On but beaucoup, cette soirée là. On était content de nos massacres, de nos tueries, pour un objectif dont je ne me souviens même plus. On jetait les bidons dans la ville, et on les enflammait avant qu'il ne touche le sol. Ou alors on ne les enflammait même pas. C'était pour démoraliser les gens en face. Nous nous régalions, nous fêtions leur inévitable fin, tandis que tout ce qu'ils avaient était les pourritures que nous leur jetions, et la bonne nourriture qui était propulsée, une fois de long calculs de distance et de position achevés, directement dans leurs égouts sales et humides. C'était cruel. C'était malsain. C'était horrible. Et je m'en régalais. Et nous nous en régalions. C'était une torture qui ne devait pas être produite à d'autres individus. Et pourtant je languis ce temps où rires et joies étaient quotidiens, bien qu'ils fussent à dépend d'autrui.

Mais la musique et les souvenirs s'en allèrent bientôt. Ils firent le même coup que d'habitude. Mais cela voulait dire que quelqu'un était dans les environs. Je ne le vis pas tout de suite, que la fête était terminée, absorbé dans ce petit moment de bonheur qui me fut prodigué. Mais bientôt, je n'entendis que les tapotages de mes doigts sur le bout de bois que j'utilisais afin de créer un petit rythme. Quand je n'entendis plus rien, hormis pour les bruits de branches succombant au feu, je soupirai. Un visiteur ? Qui se baladerait dans une forêt sombre, et vide, durant la nuit. Me cherche-t-on ? Peut-être était-ce des campeurs qui cherchaient un bel endroit où dormir, et iraient instinctivement vers ce qui semblait être un feu de camp ? Pourtant, quand j'ère dans les villes, dans les villages, on ne me voit pas. Le feu de camp peut-il être vu, seul ? Certainement, suis-je bête. Un spectre peut-être invisible, mais les interactions avec ses alentours, non. Seul mes adversaires peuvent me voir, et je leur donne même un avantage. Je termine mon flacon. Il se remplira tout seul. Je le mets à ma ceinture, dans une poche conçue pour lui. Même si je le perdais, il reviendrait à moi. Mais je le fais par routine, parce que je bois dans mes moments sombres. Je regarde les alentours. Rien de bien paranormal. Les autres ne se cachent pas des animaux. Je relève un peu mon casque, abaissé par mon observation du feu et ma position bossue face au feu, et je fixe un certain tronc d'arbre de mes yeux d'ambre, à ma gauche. Il me semble avoir vu quelqu'un à cet endroit précis. Je ne le somme pas de quitter immédiatement sa cachette. Si ça se trouve, il ne me voit même pas. Mais enfin, après quelques minutes d'hésitation certainement, il se découvre.

C'était un jeune garçon. Je ne lui donne pas plus de douze ans. Un regard triste, une face déçue par le monde. Il semblait timide, et inquiet, et portait un long manteaux noir, ainsi qu'un pantalon de la même couleur maussade. Peut-être était-ce par désir de se faire remarquer qu'il portait ce genre d'attirail ? Peut-être voulait-il montrer au monde sa tristesse, par peur que les gens ne remarquent pas son visage pale ?Ou peut-être pensait-il que cet habit tape-à-l’œil dans une ville animée le protégerait de l'attention des autres ? Ou était-ce un camouflage dans l'obscurité nous entourant ? Je ne le saurais dire. Après une autre hésitation, il se contente de dire un "bonsoir", d'une voix de préadolescent. "Bonsoir", lui répondis-je, de ma voix grave, que j'essaye de rendre douce. Il regarda à droite, et à gauche, tentant de débusquer toute forme bougeant dans l'obscurité. Il me demande si j'étais "seul". Ne prenant pas la peine de me lever, je lui répond :


"Avec toi ici, plus maintenant."

Une fois ma réponse que je fis vague pour faire durer le mystère terminée, je laisse planer un peu le silence, avant de l'inviter, d'un geste de la main à s’asseoir près du feu. Je n'avais aucune idée de comment il pouvait me voir, mais je faisais avec.

"Il fait froid, ici. Tu risques de tomber malade. Viens te réchauffer."

Une fois qu'il se sera installé, je poserais à mon tour quelques questions.

"Que fais-tu seul, dans cette forêt ? N'as-tu pas peur du noir, et des créatures qui s'y abritent ? N'as-tu pas des amis aux alentours ? De la famille ?"

Je n'étais certainement pas le genre de type avec un physique qui donne confiance, et pourtant je tentais d'être aimable, malgré mes yeux de feu que l'on voyait dans la nuit et mon armure digne du chevalier spectral que j'étais. J'aurais l'air bien stupide s'il ne me voyait pas, et qu'il parlait à quelqu'un d'autre, derrière moi.

[HRP-edit : Légion est invisible aux yeux des PNJs. Étant sa première rencontre avec un PJ, il pensait qu'Okin ne pouvait le voir.]
Okïn Nightstorm
avatar
Terrien
Masculin Age : 27
Date d'inscription : 28/01/2016
Nombre de messages : 267
Bon ou mauvais ? : Bon
Zénies : 1560

Techniques
Techniques illimitées : Aligatueur:SURF / Dracaufeu:LANCEFLAMME / Nostenfer:TRANCH'AIR
Techniques 3/combat : Cizayox:PISTO-POING / Ectoplasma:BALL'OMBRE
Techniques 1/combat : Mewtwo:PSYKO

MessageSujet: Re: Mmmmmh...♪   Mar 7 Mar 2017 - 22:26
Les yeux de rubis du jeune garçon au long manteau noir restaient fixés sur l'homme au casque pointu, comme s'il était sur ses gardes. En l'entendant répondre à sa salutation, il sut qu'il s'agissait d'un homme, ce qui n'avait jusque là pas été évident étant donné qu'il portait un masque. Il aurait, en effet, pu s'agir d'une femme à faible poitrine portant une tenue guerrière masculine. Feignant de ne pas comprendre le sens exact de la question de l'enfant, l'homme effrayant répondit vaguement qu'il n'était plus seul désormais. S'ensuivit un long silence pesant, durant lequel le jeune garçon se contentait d'observer l'homme. Il n'osait s'avancer ne serait-ce que d'un pas, ni même reculer. Soudain, l'homme fit un geste de la main pour inviter Okïn à venir s'asseoir près du feu. Il accompagna son invitation de quelques paroles, des affirmations neutres, pas particulièrement chaleureuses mais pas non plus vraiment menaçantes. Il ne lui proposa pas de venir se réchauffer près du feu. Il le lui ordonna, en usant de l'impératif. Ce fut un détail qui n'échappa pas au garçon. Ce dernier plissa légèrement les yeux, d'un air un peu perplexe. Était-ce un piège ? Les gens qu'il avait entendus un peu plus tôt et qui s'étaient certainement cachés dans l'obscurité alentour allaient-ils lui sauter dessus dés qu'il s'avancerait ? D'un autre côté... Qu'est-ce qui les empêchait de lui bondir dessus immédiatement ? Après tout, il n'était qu'un enfant sans défense, en apparence. S'ils avaient pu se cacher si rapidement et discrètement, en à peine une poignée de secondes, alors ils pourraient probablement le neutraliser tout aussi rapidement avant qu'il ne puisse s'enfuir. Tout du moins, c'était ce qu'ils devaient penser, selon Okïn. Mais ce dernier avait confiance en ses Pokémons pour le sortir de n'importe quelle situation. Toutefois, eux ne savaient pas qu'il possédait de telles créatures pour le protéger. Alors, qu'est-ce qui les empêchait de se jeter sur lui immédiatement ? Qu'attendaient-ils ?

Peut-être qu'ils n'étaient pas du genre à se fier aux apparences. Peut-être qu'ils étaient simplement en train de l'observer pour le jauger. Peut-être voulaient-ils juste s'assurer qu'il n'était pas une menace. Ou peut-être n'existaient-ils tout simplement pas ? Ces nombreuses voix qu'il avait entendues, comme une petite chorale qui chantonnait, est-ce qu'il les avait imaginées ? Il s'était passé tellement de choses étranges depuis son arrivée dans ce monde qu'il n'était pas improbable qu'il s'agît d'une illusion auditive, provoquée par son cerveau, ou par autre chose. Après tout, il avait, peu de temps auparavant, fait un long rêve qui lui avait semblé extrêmement réaliste. Comment pouvait-il être sûr qu'il n'était pas encore dans un rêve ? Que tout ceci était réel ? Plus il passait de temps dans ce monde, et plus la frontière entre rêve, illusion et réalité paraissait floue. Il était de plus en plus paumé, autant physiquement, que mentalement. Les choses qu'il voyait, qu'il entendait, n'étaient pas toujours ce qu'elles étaient. Il avait cru qu'Eden était réelle, avant de se réveiller et de se rendre compte que tout était faux. Et s'il se réveillait de nouveau ? Et si tout ce qu'il avait vécu depuis le combat contre Arceus n'était qu'une invention de son esprit ? Un rêve dans un rêve. Comment distinguer le vrai du faux ? Comment être sûr que tout ce qu'il vivait en cet instant était bien réel ? Il n'avait aucun moyen de le savoir. Il devait simplement vivre avec l'idée qu'il pouvait se réveiller à tout moment et se rendre compte que tout ce qu'il avait vécu depuis un certain temps était faux, comme ça lui était arrivé après son rêve avec Eden.
Il commençait à se demander s'il n'était pas en train de devenir fou. Pourtant, il avait l'impression d'avoir toute sa tête, de raisonner de façon normale. Mais sur quels critères pouvait-on juger quelqu'un de fou ? Où commençait la folie, où s'arrêtait-elle ? A partir du moment où il était incapable de dire si tout ce qu'il voyait et entendait était réel ou juste une illusion, pouvait-il être considéré comme fou ?

Toutes ces pensées avaient défilé très rapidement, dans son complexe réseau de neurones. Car là était la seule particularité d'Okïn, en tant qu'être humain. Il pouvait réfléchir rapidement, très rapidement, suffisamment pour pouvoir suivre un combat de Pokémons physiquement beaucoup plus rapides que lui afin de savoir comment réagir en conséquence. Les lignes précédentes vous auront peut-être pris quelques minutes à lire. Mais toutes ces phrases avaient défilé en quelques secondes seulement dans l'esprit du jeune garçon, alors qu'il était resté immobile. Il finit par répondre à l'ordre donné par le guerrier, d'une voix calme et avec une froide politesse :


"Merci, mais je préfère rester debout. Je n'ai pas froid." mentit-il.

Lui avouer qu'il refusait la proposition parce qu'il se méfiait de lui serait sans doute moins bien passé. En réalité, il avait un petit peu froid, depuis qu'il n'était plus sur le dos de son Dracaufeu.
L'homme lui demanda ensuite ce qu'il faisait seul dans le noir, lui demandant s'il n'avait pas peur et s'il avait de la famille ou des amis. Ces questions surprirent légèrement le jeune dresseur. A Johto et Kanto, et même dans de nombreuses autres régions de son monde d'origine, c'était très fréquent de voir de jeunes enfants se promener seuls, qu'il fasse jour ou nuit, qu'il pleuve, qu'il neige ou qu'il fasse du beau temps, l'on pouvait croiser des enfants se promenant seuls à tout endroit. En réalité, ils n'étaient jamais vraiment seuls puisqu'ils étaient accompagnés de Pokémons plus ou moins puissants pour les défendre. Dans ce monde, il y avait très peu de criminalité en dehors des organisations mafieuses comme la Team Rocket qui faisaient dans le trafic de Pokémons. Les enfants ne craignaient pas grand chose, même seuls, tant qu'ils avaient une bonne équipe de Pokémons pour se défendre. Et pour cause, l'âge ne comptait pas réellement, dans son monde. La seule chose qui comptait, c'était la puissance de son équipe de Pokémons. Les enfants pouvaient même racketter des adultes s'ils avaient une équipe assez puissante pour terrasser les leurs. Mais la culture de ce nouveau monde semblait très différente, et Okïn n'avait pas croisé beaucoup d'enfants voyageant seuls. En fait, il n'avait pas croisé beaucoup de monde tout court.
Il haussa des épaules, puis répondit :


"Non, je n'ai personne, aux alentours. Je cherche un moyen de rentrer chez moi."

Il resta vague, lui aussi, ne voulant pas trop en divulguer sans en savoir plus sur l'identité de cet individu. Malgré tout, Okïn avait tendance à faire confiance assez facilement aux gens, parce que là d'où il venait, il y avait peu de gens malveillants et donc peu de raisons de se méfier. Mais la raison pour laquelle il ne faisait pas encore confiance à cet individu près du feu, outre son costume et son masque assez imposants et effrayants, c'était tout ce mystère à propos des voix qu'il avait crues entendre, sans pour autant en être persuadé. Il voulait éclaircir ce point avant d'accorder sa confiance à l'inconnu.

"J'ai cru entendre plusieurs voix provenant d'ici, on aurait dit qu'elles chantonnaient un petit air... Alors ça m'étonne de constater qu'il n'y a que vous. Vous êtes sûr que vous étiez seul avant que je n'arrive ?" insista t-il.
Légion
avatar
Masculin Age : 17
Date d'inscription : 04/03/2017
Nombre de messages : 252
Bon ou mauvais ? : "Bon"
Zénies : 1440

Techniques
Techniques illimitées : Souvenir / Pyromancie / Poison
Techniques 3/combat : Ombre / Exécution
Techniques 1/combat : Marquage

MessageSujet: Re: Mmmmmh...♪   Jeu 9 Mar 2017 - 15:09
Il y a des moments où je me pose des questions sur des détails futiles. Les yeux de cet enfant par exemple. Ils sont rouges. Pas d'un rouge albinos, non. C'est un véritable rouge, un rubis écarlate. Il est dit souvent que la personnalité d'un être se trouve dans son regard. Quel est donc la façon de penser de cet enfant ? Comment son esprit fonctionne-t-il ? C'était ce que j'essayais de voir. Il semblait déjà avoir perdu la totalité de son innocence. Non, plus que ça. Il avait perdu un rêve. Ce pourquoi il avait travaillé toute sa vie n'est jamais arrivé. Il n'avait jamais atteint son but. Je le sais, car cent et cent fois j'ai vu ce regard. Le regard d'un homme qui, voulant protéger ce à quoi il tenait cher, et gagner gloire et fortune, avait été vaincu, et qui réalisait avec tristesse que, voyant son chez-lui au loin, brûlant, oubliant à jamais son existence, tout fut vain. Un homme qui s'était entraîné au combat afin de protéger son pays. Un homme qui maîtrisait les armes comme un jeune garçon maîtrisait la bicyclette. Un homme vaincu en combat singulier devant son pays fumant à l'horizon. Un homme mis à genoux, mais qui était mort avant le dernier coup d'épée. Mais comment un enfant pourrait-il déjà connaître ce genre de chose ? D'où venait-il ? Et surtout, quel rêve avait-il perdu ? Où sa raison de vivre avait-elle été éradiquée ? Mais dans son regard était aussi une méfiance. À mon égard, très certainement. Avais-je fais un mauvais choix de mots ? Il est vrai que je conversais rarement avec autrui. Rarement, j'apparaissais aux yeux d'un être "mauvais" pour faire ce qui me semblait un "bon" choix. Puis je disparaissais à nouveau aux yeux des vivants jusqu'à ce que je me renseigne à nouveau sur un être "mauvais". Ainsi fut ma vie dans la mort. Et ce train-train datant de bientôt un millénaire ne m'avait jamais ennuyé. Il m'arrivait de combattre des bataillons entier d'une armée de conquérants maîtres dans l'art de tuer, avec l'aide des autres. Et puis viennent les regrets...

Le jeune garçon me dit qu'il n'a "pas froid". J'ignore sa constitution, s'il est doté ou non de pouvoirs, et si il souffre d'une quelconque maladie. J'ignore quelle température il fait en ce moment, quel est le climat de ce pays, et à quelle heure nous sommes. Mais pourtant je sais, par instinct, et mémoires de mon vivant, qu'il fait froid la nuit. Et je sais qu'un enfant d'entre 10 et 15 ans est susceptible aux maladies provoquées par le froid. Il est donc vrai qu'il était méfiant, car une marque de confiance, ainsi qu'un choix de base, aurait été de venir se réchauffer. Il préférait aussi "rester debout". Il devait lui rester de l'endurance, car il me semble être éloigné de la plupart des cités des environs. Tout ceci faisait que je savais qu'il était méfiant de moi. Il est vrai que mon armure, sombre, ne laissant dépasser que mes yeux brûlant comme des flammes, devrait faire peur aux gens de son âge. Ne sachant quoi répondre, je me contente de lever les épaules, accompagnant mon mouvement d'un "Très bien."
 

Il répond à ma question sur pourquoi il était ici, me disant qu'il n'a "personne aux alentours", et qu'il cherche "cherche un moyen de rentrer chez lui." Est-il perdu ? Certainement. Mais la véritable question est surtout "que fait-il ici ?" Rêvait-il d'aventure ? Il n'avait "personne" aux alentours. Ou peut-être "personne" tout court. Il s'était donc aventuré seul. Voulait-il prouver quelque chose à quelqu'un ? Que cherchait-il, seul, dans cette forêt ? Ou peut-être vivait-il seul par ici, et mon feu de camp l'avait attiré ici, car il voulait savoir qui et quoi. Non, un être vivant dans la forêt saurait s'y retrouver. Et il cherchait à "rentrer chez lui". Que voulait-il dire par là ? Je ne pus m'empêcher de sourire sous mon masque, car il m'avait répondu aussi vaguement que moi. Il ira loin. Mais avant que je puisse lui indiquer la ligne droite pour aller à la ville la plus proche, il me pose une question :

"J'ai cru entendre plusieurs voix provenant d'ici, on aurait dit qu'elles chantonnaient un petit air... Alors ça m'étonne de constater qu'il n'y a que vous. Vous êtes sûr que vous étiez seul avant que je n'arrive ?"

Je baisse légèrement la tête en soupirant. Voilà donc ce qui l'avait amené jusqu'à moi. Autant lui dire, alors. Je n'ai rien à perdre. Mais cela risque d'être dur à expliquer.

"D'une certaine manière, oui... Ce que tu as entendu étaient des souvenirs. D'anciennes personnalités. Des mémoires de guerres et de batailles. Un bonheur au dépend des autres. Je suis un amalgame de tout ça."

Je prends du sable, et le jette dans le feu.

"Vois."

Les flammes grandissent, puis s'élèvent comme un brouillard, se propageant dans toute la clairière. Apparaissent les membres de la légion. Tous revêtus de la même armure. La même que la mienne. Certains sont adossés aux arbres, d'autres assis à mes cotés, d'autres encore s'entraînent à l'épée au loin. Certains boivent, certains jouent aux cartes, certains dorment. Certains se morfondent sur des détails, d'autres se racontent des blagues. Pendant un instant, on les croirait vivant.

"350 souvenirs voyagent dans cette forêt. Dans cette clairière ne sont que 30. Aucun n'est réellement vivant. Si ça se trouve, tu me trouveras moi, dans ce tas. Enfin, "moi". Plutôt le soldat auquel ce corps appartenait avant qu'il ne devienne l'enveloppe corporelle de la Légion. Et pourtant je pense comme un seul individu, comme si je n'étais qu'un soldat, alors que je suis tous. "Légion" est rapidement devenu mon nom. Comment aurais-je pu me nommer autrement, moi, dernier soldat devenu armée entière, recueil de tous ? Je suis le dernier qui as retenu une certaine raison de vivre, et je reste immortel par cette possession. Mais je blablate..."

Les images disparaissent. Je montre vaguement du bras un sentier dans la rangée d'arbre. J'ai divagué encore une fois...

"Par là est la ville la plus proche. Tu trouveras certainement quelqu'un pour te conduire chez toi."
Okïn Nightstorm
avatar
Terrien
Masculin Age : 27
Date d'inscription : 28/01/2016
Nombre de messages : 267
Bon ou mauvais ? : Bon
Zénies : 1560

Techniques
Techniques illimitées : Aligatueur:SURF / Dracaufeu:LANCEFLAMME / Nostenfer:TRANCH'AIR
Techniques 3/combat : Cizayox:PISTO-POING / Ectoplasma:BALL'OMBRE
Techniques 1/combat : Mewtwo:PSYKO

MessageSujet: Re: Mmmmmh...♪   Jeu 9 Mar 2017 - 20:36
L'on pouvait lire une expression perplexe sur le visage blafard du jeune garçon, qui n'était éclairé que par le clair de lune et la faible lueur orangée du feu, déjà bien estompée en arrivant jusqu'à lui à cause de la distance qui le séparait de cette source de chaleur. L'homme répondit de façon très mystérieuse, et Okïn n'était pas sûr de bien tout comprendre. Il parlait de souvenirs, de mémoires, de vieilles personnalités. Où voulait-il en venir ? S'il avait pu entendre ces "souvenirs" comme il les appelait, était-ce de la télépathie ? Cet homme avait-il d'étranges pouvoirs lui permettant d'envoyer des sons, et peut-être des images, chez d'autres personnes ? Cela n'aurait pas étonné le maître de Johto. D'une part, parce qu'il avait déjà rencontré des êtres humanoïdes très étranges qui pouvaient voler et balancer des ULTRALASER sans nécessité de tour de repos, parmi eux un hybride entre un ange et une espèce humanoïde vraiment bizarre possédant une queue de singe et la capacité d'évoluer en une forme avec des cheveux dorés. D'autre part, parce que ce genre de pouvoirs était fréquent parmi les Pokémons PSY et SPECTRE. Les illusions, la télépathie, les attaques affectant les sens ou rendant confus, il en connaissait de nombreuses, sur le bout des doigts. Il connaissait leur puissance, leur probabilité de réussite et les probables effets secondaires. C'était tout autant de paramètres qu'il devait prendre en compte lorsqu'il se livrait à un combat Pokémon.

Il était donc en train de se dire que cet homme devait être proche des Pokémons PSY et devait avoir une capacité permettant de faire entendre des voix chez les personnes à proximité, une sorte de télépathie. Peut-être même qu'il ne contrôlait pas ce don. Mais après ces quelques paroles mystérieuses, l'homme à la tenue guerrière décida de lui montrer quelque chose. Okïn haussa un léger sourcil au moment où l'adulte jeta une poignée de sable dans les braises.

Soudain, le feu s'intensifia, et fit apparaître une sorte de brouillard qui se propagea tout autour. Sur ses gardes, le jeune garçon recula d'un pas. Sa main droite se crispa sur l'une des petites sphères accrochées à sa ceinture, généralement cachées sous son manteau entrouvert mais désormais bien visibles de part son mouvement. L'instant suivant, il écarquilla des yeux face au spectacle qui se déroulait devant lui. Des dizaines d'êtres venaient d'apparaître, continuant leurs activités comme s'ils avaient toujours été là. C'était une petite armée, qui ne faisait pas du tout attention à lui, ils vivaient simplement leur vie... Ou tout du moins ce qui semblait n'être qu'une fraction de leur vie passée. Pourtant, à cet instant, on aurait pu jurer qu'ils étaient encore vivants.
Le visage habituellement maussade du jeune garçon s'éclaircit légèrement, il esquissa un petit sourire, comme celui d'un enfant qui découvre ses cadeaux de Noël aux pieds du sapin mais qui ne les a pas encore déballé. Cela ne dura qu'un bref instant. Conscient que ces êtres fantomatiques ne lui feront pas de mal, ou peut-être juste un peu insouciant ou aventureux, certains diraient même téméraire, il s'avança vers l'un d'eux, adossé à un arbre à côté de lui. Il lâcha la petite sphère accrochée à sa ceinture, et tendit la main vers l'entité spectrale, d'un geste un peu hésitant, tout en écoutant les explications du guerrier. Au moment où il s'apprêta à agripper la cape de l'être, ce dernier s'effaça et disparut en fondu. Les bruits cessèrent. Okïn tourna autour de lui, balayant les alentours. Il ne restait plus que celui qui les avait fait apparaître, toujours assis près du feu.

Ainsi, cet homme était donc devenu immortel. Il était la personnification de toute une armée faite de défunts, l'armée des morts. C'était à la fois impressionnant, et fascinant. Quel mystère de la nature avait-il pu produire un miracle pareil ? S'il avait été un Pokémon, il aurait certainement été de type SPECTRE. Okïn sourit à cette pensée.
L'homme qui était Légion désigna un sentier d'un geste flou, affirmant qu'il conduirait le garçon à la ville la plus proche.


"Merci."
répondit-il simplement.

Il regarda le sentier désigné par l'homme, tout en restant immobile quelques secondes. Puis, contre toute attente, il s'approcha de l'homme et du feu, et s'assit à côté. Il replia les jambes vers son corps, et les enroula de ses bras, se recroquevillant pour se tenir plus chaud. Son regard se plongea dans les flammes incandescentes, afin d'admirer leurs mouvements aléatoires.


"Mais je me suis perdu bien au-delà de cette forêt et des cités voisines. Je crois bien que personne, sur cette planète, ne saurait me ramener chez moi... Et... vous aviez raison, il fait un peu froid."

Il finit par relever la tête vers le masque de Légion, fixant ses yeux flamboyants d'une lueur intense, et lui adressa un sourire timide. La méfiance était passée. S'il avait été un enfant normal, il aurait dû être terrorisé par cet être. Mais, des spectres, il en avait affrontés à la pelle. Dans la nature, face à des Pokémons sauvages surpuissants, il avait bravé bien des dangers. Et il avait compris désormais qu'il n'avait rien à craindre de cet être-là, car s'il avait voulu lui faire du mal, il l'aurait certainement déjà fait. Il en avait, en tout cas, l'intime conviction. Plus qu'effrayant, il le trouvait fascinant, et intéressant, parce qu'il n'avait jamais rien rencontré de tel auparavant. Il voulait en savoir plus à son sujet, Légion était désormais devenu un sujet d'études à ses yeux.

"Vous êtes un Spectre, n'est-ce pas ? Et les Autres, est-ce que vous les contrôlez tous ? Aucun d'entre eux n'a de volonté propre ?"
Légion
avatar
Masculin Age : 17
Date d'inscription : 04/03/2017
Nombre de messages : 252
Bon ou mauvais ? : "Bon"
Zénies : 1440

Techniques
Techniques illimitées : Souvenir / Pyromancie / Poison
Techniques 3/combat : Ombre / Exécution
Techniques 1/combat : Marquage

MessageSujet: ♫   Ven 10 Mar 2017 - 23:27
Virgile. Le deux cent cinquante-quatrième chevalier de la Légion. Dans les moments de bonheur, il s'éloignait de ses camarades, et s'adossait à un arbre. De sa position, il écoutait les rires de ses camarades, et être observateur lui procurait plus grand bonheur qu'être acteur des joies des fêtes. La Légion ne choisissait pas d'hommes comme un homme choisit des outils. Les chevaliers voulant gagner l'immortalité, et vivre de gloire et de combats pour l'éternité, devaient prouver leur valeur. "L'examen d'entrée" était simple. Un duel contre un soldat de la Légion. Un duel à mort. Sauf que le juge était immortel, et que l'homme voulant rejoindre les rangs ne l'était pas. Virgile n'était pas capable de tenir une épée longue, ni d'user de deux armes en même temps. Il était né dans un royaume dont le nom ne vous dira rien à présent, dirigé par un être surpuissant : le Vescovo. Il maintenait un grippe aussi puissante sur son lopin de terre qu'un chef cuisinier sur son couteau à pain. Il effectuait d'étrange expériences sur des enfants qu'il prenait à des familles sans rien leur demander. On raconte que ces jeunes étaient nourris à une créature immonde. À l'aide de cette bête, le Vescovo avait conquis un royaume voisin sans même être l'attaquant. L'armée entière, dirigé par un Roi qui avait mystérieusement perdu son fils, disparut en une nuit. Sans dirigeant à la tête du territoire voisin, le Vescovo n'eut qu'à planter son drapeau dans sa capitale. Virgile était un enfant qui avait souffert du Vescovo. Il était né frêle, et ne parlait jamais de ses parents. Il s'était enfui, usant son corps plus maigre que celui des autres pour passer à travers une fente dans un mur. Il en sortit couvert d’égratignures, mais vivant, car dans son sang coulait l'envie de vengeance, couplée à une idée de justice innocente.

Il gagna sa vie grâce à de la triche sur des jeux d'argents. Entrant dans un casino avec une pièce, il en sortait avec une bourse. Il se fit rapidement un petit commerce, et on ne sus jamais d'où "Virgile le Taillé" sortait. Mais soixante-quinze pourcent de son argent disparaissait on ne sais où. Virgile achetait des armes, toutes celles qu'il pouvait trouver. Il n'en maîtrisait aucune. Il n'avait pas la force. Il n'avait pas l'agilité, et même sa motivation et son ardeur n'auraient pu l'aider à compenser ses muscles faibles. Alors Virgile développa sa propre façon de se battre. Il fut bientôt forcé de participer à un duel, car il avait insulté un noble qui passait par là. Cependant, il l'avait fait exprès. Il savait que cet être préférait se battre lui-même sur son honneur, plutôt que de laisser sa garde massacrer sur place des gueux. C'était un duel à l'arme au choix. L'aristocrate choisit un pistolet à poudre. Virgile ne vint qu'avec une bouteille en verre. Lorsqu'il fut l'heure de s’entre-tuer, les deux hommes étaient à trente mètres l'un de l'autre. Virgile lança sa bouteille, avant de faire un pas de coté. La balle de son adversaire traversa le récipient, enflammant le liquide à l'intérieur, et propulsant sur lui des petites lames de verre, restes de l'objet victime de l'histoire. Les vêtements lourds et beaux, de milles couleurs et de milles tissus, du gentilhomme se mirent à brûler d'un seul rouge écarlate. Et bientôt Monsieur de la Palisse ne fut qu'un squelette fumant. Virgile disparut la journée même, après avoir brûlé son commerce. C'était fort dommage, se dirent les gens aux alentours. Quelque chose devait avoir pris feu, et Virgile a dû brûler avec son magasin. Le pauvre, il n'en reste qu'un cadavre sans peau !

Virgile voulut entrer dans la Légion. Horace fut choisi pour son combat. Le terrain fut choisi. Les lames furent préparées. On mit quelques jours à planifier la rencontre. Et lorsque le grand jour arriva, Horace se tenait prêt, jonglant comme à son habitude avec sa signature : les couteaux de lancer. Virgile arriva bientôt, tenant à sa main une bouteille. Les autres chevaliers de la Légion étaient sur le coté, prêts à observer le combat devant leurs yeux. Ils voulaient savoir tout de l'art de combat de Virgile. Mais il n'y eut jamais de combat. Le terrain sur lequel se tenait Horace fut creusé la veille, et plusieurs kilogrammes de poudre à canon avait été enfouit sous terre. Un petit tunnel de 100 mètres reliait le terrain avec un trou dans le sol, détail que l'on n'aurait pas vu. Dans ce tunnel étaient une ligne de poudre. Et c'était là que Virgile plongea une allumette. La poudre brûla, telle une mèche d'explosif. Elle brûla sur 100 mètres, mais Virgile arriva plus vite, usant d'un cheval qu'il avait volé la veille. Il arriva ainsi sur les lieux, pile à l'heure pour qu'un arbitre annonça le duel comme commencé. Horace fut envoyé vers le ciel, et ne put retomber qu'après une bonne minute. S'il avait mortel, Horace aurait perdu la vie. Mais Horace, comme chaque chevalier de la légion, n'obéissait pas à la règle qu'était la mort. Il se releva, s'épousseta, et s'en alla. Il revint avec une armure, l'armure de la Légion. Elle était plus légère qu'une habituelle, adaptée pour le nouveau venu. Virgile enfila l'armure, et devint un autre chevalier. Il devint immortel, comme les autres.

Virgile parla bientôt du Vascovo. La Légion chassait les êtres possédants des pouvoirs trop grands, afin d'empêcher un être de gagner un contrôle total sur l'univers. Et la bête sous l'emprise du tyran était l'un de ces pouvoirs. On disait parfois que c'était une excuse pour pouvoir combattre des créatures et des monstres aux pouvoirs immenses sans souffrir de conséquences désastreuses, grâce à l'immortalité dont bénéficiait chaque soldat de la Légion. Alors la Légion se mit en marche, et attaqua le royaume du Vascovo. La forteresse imprenable où il se tenait fut vite prise, car les soldats se rendirent d'eux-mêmes, pour beaucoup. La vue de ces multiples casques pointus s'approchant lentement du château est une vision signifiant que beaucoup de choses qui vous ne vous sont pas très favorables. Lorsque la chambre du Vascovo fut encerclée, Virgile y entra. Son ennemi avait enchanté une épée longue, lourd comme une hallebarde, qu'il tenait pourtant d'une seule main. Il voulait que son dernier combat soit le meilleur qu'il ai jamais eu. Ce ne fut pas le cas. Virgile était entré avec une simple seringue. Alors que son adversaire allait l'attaquer, il fit une roulade entre ses jambes, pour lui planter sa piqûre dans la nuque. "C'est de l'acide chlorhydrique," dit-il. Le Vascovo se crispa de douleur, et mourut lentement, hurlant de douleur. Virgile fixa longuement le résultat de sa catharsis, et -...

"Merci... Mais je me suis perdu bien au-delà de cette forêt et des cités voisines. Je crois bien que personne, sur cette planète, ne saurait me ramener chez moi... Et... vous aviez raison, il fait un peu froid."

Virgile venait de disparaître au moment où le jeune garçon, un sourire aux lèvres, qui venait de détacher la main de sa ceinture, où étaient disposées des sphères, toucha sa cape, comme tout les autres fantômes de cet endroit. Tout les souvenirs disparaissaient. Virgile, comme Horace, comme les autres...

"Mmmh."

Il a l'air d'avoir pris confiance en moi. Je le regarde droit dans les yeux. Il a un sourire timide.

"Vous êtes un Spectre, n'est-ce pas ? Et les Autres, est-ce que vous les contrôlez tous ? Aucun d'entre eux n'a de volonté propre ?"

"Oui. Je suis un Spectre. Comme je l'ai dis, je suis un amalgame de toute une armée. Je suis autant un "tout" qu'un individu à part entière. Je ne contrôle pas vraiment les autres, car ils se contrôlent eux-mêmes. Leur petite partie se sépare de moi, et agit comme elle l'a toujours été avant. Ils ont leur volonté propre, ils font ce qu'ils veulent. Ils existent comme avant. Mais s'ils venaient à être blessé, je le serais aussi. Ils utilisent, comme enveloppe corporelle, un souvenir. Mais ils sont bien tangibles, et savent se battre. Afin de les différencier des "Souvenirs", j'appelle cette forme d'apparition un "Fantôme". Mais toi, je t'ai vu mettre la main à des sphères accrochées à ta ceinture. Est-ce un art de combat ? Les lances-tu sur ton adversaire, comme projectile ? Où était-ce juste un réflexe ?"

Tout en parlant, je tends le bras vers une de ses sphères apparentes dû à la position recroquevillée du jeune garçon. Je la touche légèrement du doigt. Elle est mauve, et un M blanc était apparent sur la partie haute. Aussitôt, un souvenir apparut, au loin. Une sorte de créatures humanoïde, ressemblant à un chat, blanc et violet, et dont on pouvait voir à travers, pouvait être observé, éclairé par le feu toujours brûlant. Une voix jeune, familière, résonna, avec un écho.

"Il faut qu'on parle..."

Mon regard va rapidement de la créature sortant de mémoires, et à l'enfant à coté de moi, et de l'enfant à la créature. Je risque d'être en première loge sur un souvenir de ce petit bonhomme. Sans trop savoir quoi dire, je me lance.

"Je m'excuse, si c'est une mauvaise mémoire... Veux-tu que je l'arrête ?"

Je tends vaguement le bras, prêt à annuler mon erreur, si elle était telle.


[J'ai tenté de faire quelque chose de gros, avec beaucoup de world-building, puis j'ai été touché par la flemme x). Si tu veux que je rectifie quelque chose, dis-le moi. ]
Okïn Nightstorm
avatar
Terrien
Masculin Age : 27
Date d'inscription : 28/01/2016
Nombre de messages : 267
Bon ou mauvais ? : Bon
Zénies : 1560

Techniques
Techniques illimitées : Aligatueur:SURF / Dracaufeu:LANCEFLAMME / Nostenfer:TRANCH'AIR
Techniques 3/combat : Cizayox:PISTO-POING / Ectoplasma:BALL'OMBRE
Techniques 1/combat : Mewtwo:PSYKO

MessageSujet: Re: Mmmmmh...♪   Mer 15 Mar 2017 - 13:50
[HRP : Ne change rien, c'est parfait. Désolé pour l'attente. ]

Un Spectre. Il en était donc bel et bien un, il venait de le confirmer. Comme Ectoplasma, Exagide, Magirêve ou encore Spiritomb. Mais, dans ce monde-ci, ce monde dont Okïn ne connaissait rien, le Spectre avait-il les mêmes forces et les mêmes faiblesses que celles des Pokémons du même type ? Il n'en savait rien.
Légion était un individu très mystérieux. Il était à la fois un, et plusieurs. A la fois mort, et vivant. C'était une énigme. Okïn se demandait bien quelles lois de la nature, quels phénomènes physiques, scientifiques, avaient-ils pu résulter d'un tel être. Une armée meurt, et un être naît, et centralise tous leurs souvenirs, toutes leurs individualités, pour ne plus former qu'un seul homme. Un mystère.

Après avoir fourni de plus amples explications à propos de ce qu'il était, il envoya à son tour quelques questions au jeune maître Pokémon, ayant remarqué les petites sphères accrochées à sa ceinture. Il toucha la Master Ball du bout du doigt. Aussitôt, Okïn la cacha en amenant sa main devant. Il ne voulait pas qu'on l'utilise. C'était dangereux. Une fausse manipulation et Mewtwo pouvait sortir, c'était pour cette raison qu'il n'avait pas l'intention de laisser qui que ce soit la toucher. Il avait laissé Légion le faire toutefois, peut-être trop absorbé par ce qu'il lui disait pour pouvoir faire attention à ce geste, ou parce qu'il n'avait pas remarqué que parmi ses Pokéballs, c'était la Master Ball qui était la plus visible de toutes, dans sa posture actuelle.

Soudain, une projection semi-transparente de Mewtwo apparut au loin, sous le regard ébahi de son maître. Puis, après quelques secondes, une voix se fit entendre, comme un écho résonnant tout autour d'eux. C'était la sienne. Pourtant, il n'avait rien dit. C'était une phrase qu'il avait prononcée, des jours plus tôt. Un souvenir.

La créature blanche et violette, ou plutôt sa projection, se tourna vers eux, et prit la parole à son tour, après que Légion ait demandé s'il voulait qu'il arrête le souvenir.


"....Tu t'es enfin décidé à me laisser sortir."

Le regard d'Okïn quitta la silhouette de Mewtwo pour revenir sur le spectre en armure.

"Vous ne donnez pas seulement vie aux souvenirs de votre armée. Vous pouvez également rejouer ceux des autres."
affirma t-il d'une voix calme, plus pour lui-même.

"C'est très impressionnant, bien qu'un peu trop intrusif selon moi. Oui, je préférerais que vous y mettiez fin, s'il vous plait."

Okïn restait calme, poli et respectueux, malgré une certaine froideur dans ses paroles. Il s'était senti un peu dérangé de voir l'un de ses souvenirs se faire extraire de sa tête, mais ça ne l'avait pas non plus énervé ni même agacé. Il avait ses petits secrets, et n'aimait pas qu'on fouille dans sa tête. Il trouvait cela dangereux. Mais il n'en voulait pas à Légion pour autant, car il était convaincu que ce dernier ne pensait pas à mal.
Son regard se plongea dans les yeux flamboyants de l'adulte. Il était temps qu'il lui donne, à son tour, des explications.


"Je crois que vous avez été très honnête avec moi, à propos de ce que vous êtes et de ce que vous faites. Je me dois donc de l'être également avec vous. Ces petites sphères ne sont pas des armes, et je ne suis pas un combattant. En réalité, ces sphères renferment des créatures très puissantes, que j'ai dressées et qui me servent à la fois à me protéger, et à aider les gens dans le besoin. Elles m'obéissent toutes au doigt et à l’œil, toutes, sauf une."

Il fit un petit signe de tête en direction où se trouvait la projection du souvenir de Mewtwo.

"Il s'agit de celle dont le souvenir nous est apparu. Il est plus puissant et plus intelligent que les autres, par conséquent moins docile. Je n'ai pas encore eu le temps de bien le dresser. Là d'où je viens, nous appelons ces créatures des Pokémons. D'ailleurs, il y en a un que j'aimerais vous présenter."

Il lui adressa un petit sourire amical à cette phrase, avant de se relever et de décrocher une Sombre Ball de sa ceinture. Il appuya sur un petit bouton au milieu, puis brandit la sphère devant lui. Un faisceau de lumière rouge s'extirpa de la sphère, avant de former une silhouette d'un peu plus d'1m50 de haut, presque aussi large que haute. Petit à petit, la lueur rouge disparut pour laisser place aux vraies couleurs de la bête. C'était une créature mauve, qui ressemblait à un visage énorme muni d'un très large sourire, avec de petits bras et de petites jambes ainsi que des pics dans le dos.

Spoiler:
 

La créature se mit à léviter et virevolta en faisant le tour de la clairière, pour se divertir un peu.

"Il s'appelle Ectoplasma, et c'est un Spectre, lui aussi. Il s'agit de l'âme d'un Pokémon défunt, que je n'ai jamais connu de son vivant. Dites-moi, en tant que Spectre, est-ce que vous craignez les Ténèbres ?"
Légion
avatar
Masculin Age : 17
Date d'inscription : 04/03/2017
Nombre de messages : 252
Bon ou mauvais ? : "Bon"
Zénies : 1440

Techniques
Techniques illimitées : Souvenir / Pyromancie / Poison
Techniques 3/combat : Ombre / Exécution
Techniques 1/combat : Marquage

MessageSujet: Re: Mmmmmh...♪   Jeu 16 Mar 2017 - 19:24
Le souvenir était un être blanc, d'environ deux-mètres, debout sur deux pieds. Il ressemblait vaguement à un chat. Ses yeux, comme la partie basse de son abdomen étaient violets. Un tube joignait sa tête et son dos, certainement pour aider son maigre cou à porter son crâne. De face, on ne pouvait pas voir sa bouche, et son regard était fier, sévère, presque mauvais. Ses bras étaient frêles, et terminées par des mains à trois doigt, terminés eux-mêmes par des sortes de ventouses. Il se tenait sur la pointe de ses pieds en permanence, et il possédait de larges cuisses. Il avait également une queue violette. La mémoire continua, la créature disant, d'une sorte de voix grave, raisonnante dans la forêt, et comme irréelle, au garçon du passé qui lui avait parlé il y a peu, qu'il s'était "enfin décidé à le laisser sortir." Sortir de quoi ? C'est la question que je me pose. Qu'est donc cette créature ? Dans quel morceau de l'histoire du jeune homme a-t-elle joué ? En quoi était-elle liée à la sphère violette et blanche, ornée d'un "M" ? Peut-être est-ce que cette lettre était une initiale ? Peut-être était-il surnommé "Monsieur" ? Et sa voix était bizarre. C'est comme si je me l'imaginais. C'est comme si je n'avais eu que l'impression de l'entendre, mais sans que mes oreilles ne l'aient capté ? Difficile de dire ça en parlant de quelque chose qui n'existe plus à présent.

Le jeune homme, lui, avait observé la scène avec des yeux écarquillés. Il était visiblement étonné de ce qui se déroulait devant lui. Cette chose avait l'air d'être quelque chose d'important pour lui. Il se reprend quelque peu, et me regardant, se marmonne à lui-même. Il découvrait que mon pouvoir ne touchait pas que moi, d'après ce que j'entends. Puis il me demande d'arrêter, de façon froide, mais pourtant pas mauvaise, trouvant cela "un peu intrusif". Mon bras toujours levé vers l'apparition, j'agite la main, comme pour se débarrasser de fumée. Je détecte comme une résistance de la part de ce souvenir pourtant non-vivant. C'est comme si la créature disposait d'un moral tellement puissant, et d'un désir de liberté tellement intense que même des représentations d'elle-même ne voulait disparaître du champ tangible de cette réalité. Quel être pourrait être tant têtu, pour rendre des apparitions de lui-même rebelles face à la dissipation. Mais fatalement cette image disparaît, sans avoir bougé, hormis pour un bref regard noir dans la direction du garçon. Ils n'avaient pas l'air de s'entendre bien.

L'enfant se met à table. Il répond à mes questions. Les sphères qu'il porte à la ceinture ne servent ni à se battre, ni à jouer. Elles contiennent des créatures, qui lui obéissent. Il est maître donc de monstres puissants, qui lui servent "à la fois à le protéger, et à aider les gens dans le besoin". Il ne les utilisent donc pas à mal. L'auto-défense est tout à fais respectable, et s'il les utilise pour aider, où est le mal ? Néanmoins, comment est-il parvenu à les maîtriser ? Telle est ma question. Je ne peux m'empêcher d'être méfiant, mais accueillant. Il dit les avoir dressé. Mais comment ? Au fouet, par domination, montrant encore et toujours qu'il était le plus fort ? Au conditionnement, ne nourrissant ses créatures que lorsqu'elles lui obéissaient ? Il me dit alors qu'un d'entre elles résiste encore et toujours. C'était celle dont le souvenir était apparu il y a peu, celle qui résistait sans même être là. Il est dit comme "plus puissant et plus intelligent que les autres", ce qui le rendrait moins docile. Mais une preuve d'intelligence peut-être de reconnaître un maître, et si on le nie, d'attendre le bon moment pour s'en débarrasser. Dire haut et fort que l'on ne souhaite pas obéir n'attire que des ennuis. J'ai eu grand nombre d'expériences à ce sujet. La Légion a eu un joli nombre de révoltés, qui ont été châtiés, et qui ne s'en sont tiré que par leurs qualités, leurs savoir-faire, et beaucoup trop de chance.

Le "dresseur", car il en est un, décroche une de ses sphères de sa ceinture, une noire et verte, qui contient un "Pokémon". Il appuie alors sur un bouton placé sur une ligne droite entourant cette dernière, puis la brandit au loin. Un rayon de lumière rouge sort, et au bout de ce rayon se matérialise quelque chose. Un de ces "Pokémon". Il est petit, gros, et violet de partout. Trois croissants se dessinent alors sur son visage, des yeux malicieux, et un grand sourire. Il se met à voler autour de la clairière, se dégourdissant, certainement, criant "Plasma !.. Plasma !.." J'ignore quel est ce dialecte. Peut-être était-ce une expression de bonheur ? C'est vrai qu'il avait l'air heureux. J'ignore comment ce dresseur entretient ses créatures, mais celle-là semble contente de son sort. J'imagine qu'elles le sont toutes. Sauf évidemment, l'exception. Le dresseur m'informe que le nom du Pokemon est "Ectoplasma". Disait-il son nom ? Je continue de regarder la créature, qui ramasser quelque chose du sol : En regardant bien, on pouvait voir qu'il détachait un bout d'ombre d'un arbre face au feu, et qu'il le mangeait. L'ombre se récréa. Étrange façon de se nourrir... Il est "l'âme d'un Pokémon défunt," que le dresseur n'avait jamais vu lorsqu'il respirait encore. Je ne connaissais pas de fantômes qui trouvaient le bonheur dans la mort. Tant mieux pour lui. Le dresseur me demande alors si je suis vulnérable aux "Ténèbres." Étrange question.


"Pas plus qu'un autre individu. La Légion a combattu des êtres maîtrisant de la magie provenant des Abysses. C'est, en gros, une obscurité totale qui pouvait être trouvée dans les recoins de la Terre d'antan. Un roi l'utilisait pour pratiquer une magie supérieure à celle que pouvait utiliser ses ennemis. Au final, les Abysses l'auront consumé bien avant que nous intervenions. C'était une magie très puissante, oui, mais elle a disparu avant que je devienne nous ne devenions qu'un. C'est à peu près ce qu'il y a de plus proche à un emploi de "Ténèbres" comme arme. Je doute que ce soit ce que tu veuilles me dire..."

L'Ectoplasma revient à nous, regardant son dresseur, puis moi, puis son dresseur. Il pointe sa main vers moi, semblant lui demander qui j'étais, une expression de questionnement sur son visage.

"Plasma ?"

Je le regarde un petit moment. Comment est-ce qu'un fantôme pouvait-il être contrôlé par un homme ? Je décide de continuer à poser des questions.

"Comment es-tu parvenu à le dresser ? Rares sont des spectres qui se soumettent à des individus."

Je le laisse répondre, l'écoutant avec attention. Il ne venait vraisemblablement pas du même monde que le mien. Ou bien je n'ai vraiment pas été attentif ces dernières années. Mais ce qui m’intéresse le plus est autre chose :

"Ce... "Pokémon" renégat. Qui est-il ? Quelle est son histoire ? Et puis au passage, je ne te l'ai pas encore demandé : quel est ton nom ?"


[Ma souris fait des siennes, désolé s'il y a des conneries sur la mise en page. Désolé si tu voulais pas que j'utilise ton Pokémon en PNJ. Encore une fois, tu peux me demander d'éditer.]
Okïn Nightstorm
avatar
Terrien
Masculin Age : 27
Date d'inscription : 28/01/2016
Nombre de messages : 267
Bon ou mauvais ? : Bon
Zénies : 1560

Techniques
Techniques illimitées : Aligatueur:SURF / Dracaufeu:LANCEFLAMME / Nostenfer:TRANCH'AIR
Techniques 3/combat : Cizayox:PISTO-POING / Ectoplasma:BALL'OMBRE
Techniques 1/combat : Mewtwo:PSYKO

MessageSujet: Re: Mmmmmh...♪   Jeu 16 Mar 2017 - 20:37
[HRP : Aucun souci. Juste une chose : j'ai choisi de ne pas faire dire leurs noms aux Pokémons, parce que je trouve ça complétement con. A part Mewtwo qui sait parler, les autres ne font que des cris et onomatopées d'animaux. ]

Le garçon à la peau pâle écoutait attentivement la réponse de Légion, à propos des ténèbres. Il répondit un peu à côté de la plaque, car il ne semblait pas vraiment voir où le garçon voulait en venir. Apparemment, il n'y avait donc pas de type Ténèbre dans ce monde-ci. Pourtant, il avait entendu parler d'anges, et il devait également y avoir des démons. Il pensait pouvoir assimiler cela aux types Fée et Ténèbre, mais avaient-ils vraiment les mêmes faiblesses ? Il était tout à fait envisageable que ce monde-ci réponde à des règles naturelles très différentes, bien qu'il imaginait mal comment certaines règles fondamentales pourraient ne pas s'appliquer ici, comme par exemple l'Eau forte contre le Feu. Ce qui était sûr, c'est que s'il voulait pouvoir se défendre dans ce monde-là, étant donné les êtres très puissants qui y vivaient, il allait devoir rapidement prendre conscience des nouveaux Types et des nouvelles affinités de chacun d'entre eux, pour pouvoir en tirer profit et prendre l'avantage en combat. Trouver les faiblesses des adversaires était essentiel. Et d'après ses dires, Légion ne craignait pas les Ténèbres plus qu'autre chose. Okïn se demandait bien quelles pouvaient être ses faiblesses alors, bien qu'il n'avait aucune envie de lui faire du mal.

Lorsqu'il eut terminé ses explications, Okïn répondit :


"Oui, en fait certains Pokémons sont de type Ténèbre, et les Spectres comme Ectoplasma sont vulnérables face à eux. Donc je me demandais si c'était la même chose pour vous..."

Puis son Pokémon revint vers eux, et, désignant l'homme en armure de son petit bras, il interrogea son maître. Okïn se tourna vers lui et adressa un sourire tendre à son Pokémon.

"Oui, c'est un Spectre lui aussi, comme toi ! Mais ce n'est pas un Pokémon par contre."

"Mmmmmh..."

Ectoplasma regarda quelques instants le dénommé Légion d'un air intrigué, comme s'il l'examinait durant plusieurs secondes. Il n'avait jamais vu d'êtres humains de type Spectre, normalement c'était un statut réservé aux Pokémons, alors ça l'intriguait quelque peu.

Puis, l'homme demanda au jeune maître comment il était parvenu à apprivoiser un spectre.


"Oui c'est vrai. Ectoplasma est l'un de ceux qui m'ont donné le plus de fil à retordre. Quand je l'ai attrapé au début, il n'en faisait qu'à sa tête et ne voulait pas du tout m'obéir !"

Ectoplasma regarda son maître avec une fausse expression d'étonnement, puis il hocha la tête négativement, comme pour nier ce qu'il était en train de dire, avant de croiser les bras.

En se remémorant sa rencontre avec le petit Fantominus qu'il était à l'époque, Okïn sourit. Il tourna la tête vers sa bête, qui était l'un de ses plus puissants Pokémons.


"Tu t'en souviens, Ecto ? Tu n'étais encore qu'un tout petit Fantominus à l'époque ! Je me rappelle, tu hantais la Tour Chétiflor, tu t'amusais à effrayer les visiteurs... Ça n'a pas trop changé, ça, d'ailleurs."

Le Pokémon acquiesça d'un signe de tête. Fantominus était l'un des tout premiers Pokémons d'Okïn. De tous ceux qu'il utilisait régulièrement, c'était son plus vieux, avec Aligatueur qui était celui avec lequel tout avait commencé. En effet, Okïn avait capturé Fantominus dans la Tour Chétiflor, située dans la ville de Mauville. C'était la ville où se trouvait le premier champion d'arène lorsque l'on débutait le voyage depuis Bourg-Geon, son village natal. Puis, bien plus tard, son petit Fantominus avait évolué en Spectrum, en combattant le quatrième champion de la région, Mortimer, lui-même spécialiste des types Spectre. Okïn l'avait fait évoluer en Ectoplasma juste avant d'affronter la Ligue Pokémon, grâce à un échange avec un autre dresseur, qui le lui avait aussitôt rendu. En effet, Spectrum ne pouvait évoluer que lorsqu'il était donné à un autre dresseur, peut-être était-ce dû à la tristesse éprouvée à l'idée de perdre son dresseur actuel qui le poussait à prendre cette dernière forme qui lui permettait de déployer toute sa puissance. Mais quoiqu'il en fût, Okïn l'avait aussitôt récupéré parce qu'il ne voulait pas se débarrasser de lui, il avait juste fait cela pour qu'il puisse donner le meilleur de lui-même sous sa forme ultime.
Son regard revint sur Légion.


"Au fil de nos combats, de nos victoires, nous avons tissé des liens et nous sommes devenus amis. Désormais, nous sommes inséparables. Même s'il continue parfois à n'en faire qu'à sa tête en dehors des combats ! Pas vrai ?"

Il se tourna une fois de plus vers son Pokémon en disant ces dernières paroles, Ectoplasma leva les yeux au ciel et sifflota d'un air innocent, faisant la sourde oreille comme s'il ne voyait pas où Okïn voulait en venir.

Puis Légion posa une nouvelle question, cette fois-ci, à propos de Mewtwo, avant de lui demander son prénom.


"Désolé de ne pas m'être présenté, je m'appelle Okïn. Et en ce qui concerne le Pokémon rebelle..."

Il soupira de désarroi, se demandant si un jour il parviendrait à se lier d'amitié avec lui, comme avec tous les autres. Il ne voulait pas le forcer, il ne se considérait pas comme un tyran, il voulait réellement devenir son ami, mais il avait l'impression que Mewtwo le détestait. Il détestait tous les humains.

"Il se nomme Mewtwo, et c'est un Pokémon unique. Enfin, je veux dire, chaque Pokémon est unique bien sûr, ils n'ont pas tous la même personnalité, ni les mêmes aptitudes. Mais, par exemple, il existe plusieurs Ectoplasma, j'en ai même d'ailleurs affronté d'autres. Il y en a des timides, des hardis, des plus ou moins pressés... Mais Mewtwo est le seul représentant de son espèce, il n'y en a aucun autre comme lui. Et il n'a pas eu la vie facile. En fait, il n'est pas sorti d'un œuf comme tous les autres. Il est né dans une éprouvette,  dans un laboratoire. Il a été créé artificiellement, par des humains, à partir des gènes d'un autre Pokémon unique et légendaire. Des personnes odieuses ont fait des expériences horribles sur lui, pour en faire une arme. A cause de ces gens mal intentionnés, Mewtwo a développé une haine pour l'humanité toute entière. Il est parvenu à s'échapper du laboratoire, car ils l'ont sous-estimé. Puis il a commencé à faire du grabuge et à s'en prendre à des innocents, alors j'ai dû intervenir pour l'arrêter. Depuis, je le garde avec moi, j'espère parvenir à l'aider un jour. J'ai l'espoir qu'un jour, je pourrai être son ami, mais il ne me rend pas la tâche facile..."

Il baissa un peu la tête en soupirant suite à ces dernières paroles. Il marqua une courte pause avant de relever la tête vers la Légion.

"Enfin, l'essentiel c'est qu'il ne puisse plus faire de mal à qui que ce soit."

Puis il décida de changer de sujet. Il commençait à se faire tard. Il ignorait où il allait dormir cette nuit-là. Légion avait probablement l'intention de passer la nuit ici puisqu'il avait fait un feu de camp.

"Vous aussi, vous êtes loin de chez vous ? Enfin, peut-être même que vous n'avez plus vraiment de 'chez-vous' ?"
Légion
avatar
Masculin Age : 17
Date d'inscription : 04/03/2017
Nombre de messages : 252
Bon ou mauvais ? : "Bon"
Zénies : 1440

Techniques
Techniques illimitées : Souvenir / Pyromancie / Poison
Techniques 3/combat : Ombre / Exécution
Techniques 1/combat : Marquage

MessageSujet: Re: Mmmmmh...♪   Dim 19 Mar 2017 - 14:49
[Oups, désolé pour le retard !]

Les Pokémon peuvent se regrouper en "types". Il existe, par exemple, le type Spectre, comme la créature devant moi, et le type Ténèbres, qui est leur faiblesse. Il existe donc plein d'autres spectres là d'où ce dresseur vient. Mais un nouvel ectoplasme naît-il à chaque mort d'un individu ? Le monde serait alors encombré de fantômes. La nature doit certainement réguler le nombre d'âmes toujours coincées dans le bas-monde. Peut-être le type Ténèbres est-il la réponse à la question que je me pose. Les prédateurs dont les esprits frappeurs sont proies. Le jeune garçon me considère comme un fantôme du même type que sa bête. Ectoplasma me regarde un petit moment, l'air toujours intrigué, se grattant la tête, comme s'il réfléchissait. J'imagine que je reste un mystère pour toute créature, y compris celles qui, comme moi, ont échappé à l'au-delà. J'imagine que c'est ce qui se passe quand deux mondes aux logiques différentes se rencontrent.

Le dresseur se mit alors à conter l'histoire de sa rencontre avec son Pokémon. Ectoplasma a lui aussi été rebelle face à l'autorité de l'humain à qui il appartenait. Se plaçant derrière son dresseur, il semble faire l'innocent face à ses défauts d'antan, ayant un peu honte. Une évolution de son esprit s'était donc opérée durant le temps passé avec son nouveau maître. Il n'était qu'un "Fantominus," à l'époque. Un stade ? Comme de la chenille au papillon ? Un Pokémon aurait donc plusieurs apparences en fonction de l'âge, ou d'autres facteurs. Le Fantominus qu'il était avant hantait une tour, la tour Chetiflor, où il effrayait les visiteurs. Ce serait donc un monument. Certains fantômes sont liés à leurs tombeaux. Peut-être cette tour était un mausolée ? Un cimetière ? Au fur et à mesure du temps, Ectoplasma et le garçon sont devenus des camarades, des amis. Ils ont tissé des liens au fil de combats..


"Des combats ?.."

Dis-je doucement.
L'enfant avait perdu son regard triste. Il semblait enjoué par ses souvenirs. Des moments heureux. Des moments remplis d'amitié. Je le sais, car beaucoup de fois cela m'est arrivé. Le bonheur par ce qui n'existe plus. Je me souviens d'époques heureuses, comme tout le monde. Mais lui n'est pas seul. Ses amis sont toujours avec lui. Il a encore toute sa vie à faire. Il s'appelle Okïn. C'est un nom peu commode, car dans les 1000 ans que j'ai vu passé, c'est bien la première fois que je l'entends.
Mais bientôt son regard heureux disparaît, laissant paraître à nouveau sa façade maussade. Son Pokémon renégat se nomme Mewtwo. Il est le seul représentant de son espèce, espèce créée contre les lois de la nature, par des humains, à partir des gènes d'une autre créature, dite "légendaire". Le "Two" dans son nom s'explique alors. La créature en question serait donc nommée "Mew". Les progrès de la science m'étonneront toujours. L'existence de ce Pokémon est ponctuée par les expériences provoquées par ceux qui l'ont créé. Il était destiné à être une arme. Il en a décidé autrement, et s'est mis à blâmer l'humanité pour une poignée. Sa façon de penser n'est pas vraiment différente de celle de l'humain lambda, pourtant. Pour se venger de personnes, il en attaque d'autres. Il a fallu qu'Okïn intervienne. Depuis, le garçon tente de se familiariser avec lui, de tisser des liens comme il l'a fait avec son Spectre. Le jeune homme baisse la tête, attristé. Il y a une véritable envie d'aider cette créature, à l'intérieur de cet enfant. Il relève alors la tête, disant que l'essentiel était "qu'il ne puisse plus faire de mal à personne".


"Comment es-tu parvenu à le maîtriser, s'il est si puissant ?"

Dis-je, sans être méchant.
Le jeune garçon tente de changer de sujet. C'est compréhensible. La frustration qu'il doit ressentir à l'idée de ne pas pouvoir aider Mewtwo est quelque chose qu'un être aimerait éviter à tout prix. Il me demande si je suis loin de chez-moi, et si j'ai bien un chez-moi. Que lui dire ?


"Je ne suis plus vraiment loin de chez moi en terme de distance, mais en terme de temps. La Légion était un groupe nomade, et les êtres chers au cœur de chacun étaient "cachés" dans un pays ne figurant sur aucune carte. De temps à autre, nous y allions. Désormais, Ce pays n'existe plus. Je voyage comme avant, mais je ne ressens plus la sensation de voyager pour quelque chose. Je fais ce que je veux, on pourrait dire. Je tente de faire le bien, et puis je regrette. Je regrette ce que j'ai dû faire pour arriver à ce "bien", et la conclusion de mes actions."

Je me lève, et la flamme du feu vient dans ma main. Il ne reste rien d'Hôrvalt. Puisse-t-il être un homme meilleur dans une vie prochaine. La clairière reste éclairée par le feu désormais entre mes deux paumes.

"J'imagine que tu ne sais pas où passer la nuit. Souhaites-tu que je te conduise quelque part ? Ou préfères-tu rester ici ?"

[Je sais pas comment faire avancer le RP. Je te laisse faire ça. Désolé si c'est un peu plus court que d'habitude.]
Okïn Nightstorm
avatar
Terrien
Masculin Age : 27
Date d'inscription : 28/01/2016
Nombre de messages : 267
Bon ou mauvais ? : Bon
Zénies : 1560

Techniques
Techniques illimitées : Aligatueur:SURF / Dracaufeu:LANCEFLAMME / Nostenfer:TRANCH'AIR
Techniques 3/combat : Cizayox:PISTO-POING / Ectoplasma:BALL'OMBRE
Techniques 1/combat : Mewtwo:PSYKO

MessageSujet: Re: Mmmmmh...♪   Mar 21 Mar 2017 - 23:50
Le monstre à la peau blanche et à la queue mauve se tenait là, juste devant lui, au fond de cette grotte inondée. Ils se trouvaient sur une petite île rocheuse, au milieu d'un lac souterrain très sombre. Quelques gouttes de sueur perlaient sur le front du jeune Okïn, tandis que son regard quitta celui du Pokémon génétiquement modifié, pour se diriger vers un autre Pokémon, l'un des siens. Aligatueur était mal en point. Il haletait, ses écailles étaient couvertes de blessures, son bras droit lui était devenu inutilisable à cause de la douleur. Il n'avait plus suffisamment de PV pour supporter une attaque supplémentaire. Comme les cinq autres avant lui, il était sur le point de sombre dans l'inconscience, terrassé par la terrible puissance du légendaire qui se trouve face à eux. Okïn, par orgueil, par trop grande confiance en lui, avait cru pouvoir mettre un terme à ses agissements. En tant que Maître de la Ligue de Johto, il faisait partie de ceux qui défendaient les gens en situation de crise. Il aurait pu demander l'aide de Peter, le maître des Dragons et ancien Maître de la Ligue. Il aurait même pu demander à Red, Maître de Kanto, puisqu'il se trouvait actuellement dans cette région, à côté de la ville d'Azuria précisément. Même Ondine, la championne d'Azuria, aurait pu l'aider. Mais il ne l'avait pas fait. Il avait décidé d'agir seul, parce qu'il était trop fier pour demander de l'aide aux autres, et trop confiant pour envisager en avoir besoin. Et le voilà désormais sur le point de perdre, après avoir envoyé ses Pokémons se faire massacrer, les uns après les autres, face à un monstre dont il ne connaissait rien. Ronflex avait été le premier à goûter à la puissance effroyable du monstre de la grotte. Lui qui, pourtant, résistait si bien habituellement. Mais Ronflex n'avait pas été inutile. En encaissant les attaques dévastatrices de l'ennemi, il avait permis à Okïn de connaître ses attaques et d'avoir une idée de son type et de ses faiblesses. Ainsi, le Maître de Johto avait pu comprendre que ce Pokémon était de type PSY. Il avait alors pensé pouvoir s'en débarrasser facilement avec Ectoplasma, qui était très efficace contre les Pokémons de type PSY. Mais l'ennemi avait été plus rapide, et si Ectoplasma possédait des attaques efficaces contre les PSY, il était également faible face à eux, à cause de son type POISON. Bien sûr, Okïn le savait, mais Ectoplasma était l'un de ses Pokémons les plus rapides, il avait cru pouvoir dépasser l'ennemi de vitesse. Ne connaissant rien de ce dernier, il s'était trompé. Le monstre avait utilisé sa puissante attaque PSYKO qui avait aussitôt mis au tapis Ectoplasma. Dracaufeu, Mackogneur et Nostenfer avaient suivi, se faisant massacrer les uns après les autres. Il ne restait plus qu'Aligatueur, qui était sur le point de s'évanouir lui aussi, ce qui laisserait Okïn sans défense et en danger de mort.
Malgré cela, le dresseur ne céda pas à la panique. Évidemment, il avait peur, il craignait la mort. Mais dans un combat Pokémon, il n'y avait pas de place pour la panique. Il fallait rester concentré et en pleine possession de ses moyens, même face à une défaite qui semblait imminente. Son regard se déplaça d'Aligatueur vers le mystérieux Pokémon de type PSY. Ce dernier haletait également. Et pour cause, il avait affronté successivement six des plus puissants Pokémon du Maître de Johto. Sa jauge de vie était dans le rouge. Une attaque suffirait pour le mettre KO. Mais Aligatueur ne serait pas assez rapide, il se prendrait le coup décisif avant de pouvoir attaquer. Et le dresseur était à court de rappels et de potions en tout genre, il n'avait plus rien pour soigner ses Pokémons.


*Mince... Battu à plates coutures par un Pokémon sauvage... Même s'il s'agit d'un Pokémon Légendaire, c'est indigne du maître que je suis ! Je suis sensé représenter l'élite des dresseurs de Johto, et je me fais malmener par un Pokémon sauvage...? Si Red avait vu ça, ça l'aurait sans doute fait marrer... Qu'est-ce que c'est que ce Pokémon ? Comment peut-il être si puissant ? Pourquoi n'ai-je jamais entendu parler de lui ?... Est-ce que... Est-ce que ce serait ce clone, dont j'ai lu les rapports dans le labo abandonné de la Team Rocket ? Ce... 'Mew two'...?*

"Tu es Mewtwo, n'est-ce pas...?"

La bête tourna la tête vers lui. Il ouvrit lentement la bouche, puis, d'une voix calme, une voix adulte et sombre qui respirait la confiance, il prit la parole pour la première fois devant le jeune garçon.

"...Où as-tu appris ce nom ?"

Okïn écarquilla des yeux, extrêmement surpris.

*Un Pokémon qui parle le langage humain ?! Incroyable !!!*

Il s'attendait à ce qu'il ne lui réponde que par un hochement de tête comme ils le faisaient d'habitude.

"Heu... J'ai lu les rapports sur toi, dans un labo..."

Pendant ce temps, Aligatueur se redressa sur ses pattes arrière, une fois de plus. Il ne pouvait pas abandonner, il ne pouvait pas laisser son maître en danger. Il s'était déjà surpassé pour encaisser la dernière attaque, et il se surpassait une fois encore, pour se relever et faire face à son ennemi. Un petit air d'étonnement se lut sur le visage du Pokémon PSY, et on sentit une pointe d'agacement dans son regard.
Okïn reprit, essayant peut-être de gagner du temps pour qu'Aligatueur puisse récupérer un peu.


"Dis-moi, pourquoi est-ce que tu t'attaques aux habitants d'Azuria ? Ils ne t'ont rien fait, pourtant."

"Je n'ai pas de comptes à te rendre, sale humain."


Aussitôt, il brandit la main droite vers le jeune garçon, et ce dernier se retrouva propulsé en arrière par une onde de choc.

"Ali ! A l'aide !" s'exclama t-il juste avant de tomber dans l'eau froide.

Aussitôt, l'Aligatueur plongea à son tour et nagea rapidement jusqu'à son maître. Il le prit par le col de son vêtement et le ramena directement à la surface. Okïn prit une rapide bouffée d'air, et escalada le dos d'Aligatueur pour se poster dessus pendant que ce dernier nageait autour de l'îlot sur lequel se trouvait Mewtwo. Ce dernier se mit à léviter, puis il leva un bras vers le plafond de la grotte, avant de l'abattre soudainement vers le bas. Aussitôt, le plafond commença à s'effondrer, et de gros rochers s'écroulèrent tout autour de lui, forçant Aligatueur à les esquiver rapidement en nageant en zig-zag.
Pendant ce temps, Okïn avait récupéré une petite sphère dans son sac. Une sphère mauve et blanche ornée d'un M.


*Je n'ai plus le choix... Dans son état, Aligatueur ne va pas tenir longtemps, et Mewtwo est en train de tout détruire ! J'aurais voulu le vaincre à la loyale... Mais il est trop puissant... Je suis obligé d'utiliser la Master Ball !*

La Master Ball. Seul type de Pokéball ayant un taux de capture de 100%, la rendant infaillible. Il y en avait très peu dans le monde entier. C'était un cadeau que lui avait fait le professeur Orme (celui qui lui avait donné son premier Pokémon, Kaïminus), après qu'il eût battu les huit champions de Johto et obtenu les huit badges permettant d'accéder à la Ligue Pokémon. Mewtwo était trop puissant pour rester dans une Hyper Ball, il n'était pas suffisamment affaibli et n'était ni paralysé, ni endormi. Et si Aligatueur perdait connaissance, Okïn serait sans défense. Avec l'agitation dans l'eau provoquée par l'effondrement du plafond, il se noierait probablement sans son Pokémon amphibien. Ou bien Mewtwo l'achèverait. C'était la seule solution.
Agrippant une plaque rouge qui ornait le dos d'Aligatueur pour s'y tenir, il brandit la Master Ball derrière lui, prenant de l'élan dans son mouvement, visa Mewtwo, puis lança la balle de toutes ses forces vers le Pokémon légendaire.
En la voyant filer vers lui, Mewtwo brandit sa main vers la petite sphère et tenta d'utiliser la télékinésie pour la repousser. Mais les Pokéballs étaient insensibles aux attaques des Pokémons. Constatant cela, il se déplaça rapidement sur le côté, pour éviter la sphère. Néanmoins, dés que la balle fut à côté de lui, elle s'ouvrit, et laissa échapper un faisceau de lumière rouge qui enveloppa l'intégralité du corps de Mewtwo, avant d'absorber ce dernier et de se refermer. Puis, la Master Ball retomba calmement au centre de l'îlot.


"Allez Ali, on la récupère et on se taille d'ici !"

"Groaaaah !"


===============================================================================

Voilà comment ça s'était passé. Voilà comment il était parvenu à maîtriser le si puissant Mewtwo. Mais pourtant, il n'allait pas le dire à Légion. Il avait trop honte, il n'avait pas été capable de le vaincre à la loyale. Il avait donc choisi de changer de sujet.

Le spectre n'avait pas de chez lui. C'était un nomade, un errant, qui s'efforçait de faire le bien mais qui était rongé par les regrets. Cela étonna quelque peu le jeune maître. Le spectre sous-entendit également que cela faisait très longtemps qu'il était dans cet état.

Puis, Légion lui demanda s'il avait besoin qu'on l'emmène quelque part. Okïn sourit poliment.


"Oh, vous savez, si j'avais un endroit où aller, je pourrais y aller rapidement en volant sur le dos d'un de mes Pokémons... Mais c'est sympa de proposer, merci."

C'était une manière polie de refuser son aide et de lui faire comprendre qu'il n'avait pas besoin de lui...
Il s'approcha de son Ectoplasma et lui fit quelques caresses sur le haut de la tête, tout en reprenant la parole :


"Dites-moi... Si vous faites le bien, pourquoi éprouvez-vous des regrets ? Ne pensez-vous pas que la fin justifie les moyens ? Et ça fait combien de temps que vous êtes mort ?"

Okïn écouta sa réponse, puis, soudain, quelques secondes plus tard, un cri féminin strident résonna dans toute la forêt. Le jeune garçon lança un regard anxieux envers son compagnon du moment. Non pas anxieux pour lui-même, mais pour la source du bruit qui pourrait éventuellement être une victime.

"Vous avez entendu...?"


[HRP : Bon, j'ai bâclé la fin parce que j'ai passé trop de temps à écrire le flashback et ensuite, fallait que je dorme. x)
Tu peux imaginer ce que tu veux pour la source du bruit, sinon je trouverai quelque chose.]
Légion
avatar
Masculin Age : 17
Date d'inscription : 04/03/2017
Nombre de messages : 252
Bon ou mauvais ? : "Bon"
Zénies : 1440

Techniques
Techniques illimitées : Souvenir / Pyromancie / Poison
Techniques 3/combat : Ombre / Exécution
Techniques 1/combat : Marquage

MessageSujet: Re: Mmmmmh...♪   Dim 26 Mar 2017 - 16:51
Je tiens toujours la flamme dans mes mains. Le feu de camp qui avait fait respectueusement disparaître le corps d'une ordure est entre mes paumes, brûlant sans avoir de carburant. Les flammes que je maîtrise n'obéissent pas aux lois de la physique, et peuvent se propager n'importe où. Je peux le modeler comme je veux, les faire apparaître comme je veux. Elles peuvent être un lasso comme des flèches. Et elles peuvent redonner leur dignité aux cadavres, les empêchant de pourrir et d'être défiguré comme la nature l'a commandé. Car me flammes ne laissent pas de corps fumant derrière-elles. Mais pourtant, elles n'ont pas une puissance aussi destructrice que le feu créé par des moyens conventionnels. Mes flammes sont les flammes qui consument, pas celles qui détruisent. Mes flammes font disparaître, et apparaître ce qu'il me faut. Les flammes naturelles sont celles qui annihilent quelque chose pour créer de la chaleur, et de la fumée. Elles sont le danger que je ne pourrais jamais être. Enfin, je l'espère. L'homme a appris à maîtriser le feu, puis à le créer à partir de bois, de feuilles et de roches. Il l'a utilisé pour stériliser et réchauffer sa viande. Il l'a utilisé pour illuminer sa maison et la remplir de chaleur.  Il l'a utilisé pour faire fonctionner ses machines, comme base du progrès. Il l'a utilisé pour enflammer ses armes, pour brûler le pays d'à coté, pour exécuter des boucs émissaires. Il l'a produit avec tout ce qu'il avait, et il continue avec ce qu'il lui reste. Je n'ose imaginer ce qui arriverait si l'Homme venait à maîtriser la Pyromancie. Comment l'utiliserait-il ?

Le jeune dresseur répond à ma question. S'il voulait aller quelque part, il s'y rendrait rapidement "sur le dos d'un de ces Pokémon". Ainsi, il possédait des créatures volantes, et pouvait s'en servir pour aller n'importe où. Mais cela voudrait dire qu'il possédait également des monstres pouvant lui servir à bien d'autres choses. En plus de savoir se battre, chaque Pokémon devrait avoir des affinités à exécuter certaines tâches. Ectoplasma, par exemple, comme j'ai pu le voir, pouvait très rapidement léviter un peu partout. Il était également capable d'intangibilité, à un niveau que je n'ai pas encore défini. En effet, il arrive que la perte de présence réelle dans l'espace tangible amène à être plus faible face à des attaques magiques. Mais il arrive également d'être capable de passer à travers cette même magie. C'est ce dont je suis capable, bien que ma forme ne puisse l'accepter que trois fois en un cours laps de temps. En effet, un spectre comme moi à besoin de rester dans une forme tangible un maximum de temps, car il risquerait sinon d'avoir des difficultés à continuer d'exister dans un plan de la réalité. Je me demande si le Pokémon doit obéir à ce type de règles ? Peut-être ne peut-on juste pas le toucher sans préparation ?

"Dites-moi... Si vous faites le bien, pourquoi éprouvez-vous des regrets ? Ne pensez-vous pas que la fin justifie les moyens ? Et ça fait combien de temps que vous êtes mort ?"

...
Je le regarde un petit moment. Il n'a peut-être jamais vu la mort en face. Je doute que ces fameux "combats" se terminent par des mises à mort de l'adversaire. Mais les jeunes comme lui sont capables d'une cruauté innocente, ignorante. Ils ne savent pas à quoi correspond véritablement la fin d'une vie. Comment je pourrais lui répondre ? Je fais s'éteindre la flamme entre mes mains.

"Mille ans... Je dirais mille ans... La notion de "bien" et de "mal" est très compliquée. Il n'existe pas de "méchant", à proprement parler. Il n'y a que des gens avec des problèmes, qui tentent de les résoudre, et d'autres qui n'ont été forgé dans des conditions qui les ont rendu exécrable. C'est souvent par ego, par idée stupide de vengeance contre quelqu'un, par ignorance, par tellement de choses différentes, qu'ils font ce qu'on pourrait qualifier de "mal". Est-ce que je peux parler de choix face à un être endoctriné depuis son plus jeune âge dans le but de propager je ne sais quelle idéologie par la peur, et la violence. Quand un type assassine un autre, pourquoi l'a-t-il fait ? Si ça se trouve, la "victime" abusait de lui, depuis bien longtemps. Si ça se trouve, il avait des problèmes mentaux, et personne n'a tenté de l'aider à s'en soigner. Si ça se trouve, c'était sa seule façon de récupérer de l'argent, afin de se nourrir des personnes qui lui sont chères. C'est pareil pour ceux qui font le "bien". L'homme est naturellement altruiste, mais également égoïste. Il n'est pas rare qu'il faille une petite récompense pour pousser un être à faire à faire ce qui est moralement correct. "

L'endroit n'est éclairé que par la lune, et les yeux brillants des fantômes qu'Ectoplasma et moi sommes. Je prends de nouveau mon flacon, et je bois un coup. Un cri retentit dans la nuit alors que j'entame ma gorgée. Je ne sursaute pas. Je termine, et je rebouche rapidement le récipient. Le jeune enfant me demande si j'ai entendu. Je réponds d'un hochement de tête, avant de marcher rapidement vers la source du bruit. Une fille avance dans mon sens opposé. Elle court en respirant très fort, et ne me remarque pas. Je regarde un instant si elle est poursuivie. Personne. Je continue à avancer. Peut-être le garçon tentera-t-il de la rassurer ? Je suis cependant le chemin qu'elle a emprunté, usant de ses souvenirs pour me guider, laissant une traînée légère de flammes afin qu'Okin puisse me suivre. Ces flammes ne se propageront pas, et brûlent rien. Je tombe bientôt à la source de la peur soudaine de la femme que j'avais rencontré auparavant. Une main, humaine, avec des traces de dents au niveau du pouce. Je regarde les environs. Personne. Je me penche vers la main, et la touche du bout du doigt. Les souvenirs se rembobinent, mais tous devant moi, afin que je n'ai pas à poursuivre ces fantômes. La main a été emportée ici par un rat, qui s'est enfui face au cri de la femme. D'où vient cette main ? D'un cadavre qui a été déposé dans les environs, puis qui s'est fait lentement dévoré, ou plutôt dissoudre, par ce qui semblait être une flaque grise. Cette main aurait dû être le dernier morceau du cadavre à disparaître. Le rat l'a juste arraché dans un effort physique presque prodigieux. Mais d'où vient ce cadavre ? C'est un jeune homme. Un lycéen, je dirais. Habillé avec un vêtement cher, certainement un bourgeois. J'arrive au moment de sa mort. Il est au milieu du trottoir, dans la rue d'une ville que je n'arrive pas à identifier. Il fait nuit, à en voir la luminosité sur son visage. Il sort un téléphone portable de sa poche, semblant avoir reçu un message. Une forme humanoïde se dresse alors derrière lui. Une sorte d’ellipse se produit, et le garçon meurt immédiatement, sans que je puisse voir comment. Je regarde la créature. Il est gris, sans cheveux, il possède des yeux de couleur différente. Il porte un long manteau digne d'un film Noir.


"Mmmh..."

Une créature assassinant des lycéens. Cela est commode. Cependant, il semble être doté d'un pouvoir de métamorphose, car il semble prendre la forme du jeune homme. Puis le souvenir arrête de remonter. La portée de ma capacité à voir les mémoires des objets et individus est plutôt faible quand il ne me reste qu'un morceau de la chose en question. Je prend la main entre mes paumes, et la fais brûler. Puisse ce jeune homme s'en sortir mieux dans l'haut-delà. Je retiens en mémoire les traits de cet individu, ainsi que ceux du jeune garçon dont il avait pris l'apparence.

Okïn doit m'avoir suivi, et je ne sais à quel moment il est arrivé. Il doit être derrière moi, et je ne cesse pourtant pas de regarder la main disparaître lentement.
Okïn Nightstorm
avatar
Terrien
Masculin Age : 27
Date d'inscription : 28/01/2016
Nombre de messages : 267
Bon ou mauvais ? : Bon
Zénies : 1560

Techniques
Techniques illimitées : Aligatueur:SURF / Dracaufeu:LANCEFLAMME / Nostenfer:TRANCH'AIR
Techniques 3/combat : Cizayox:PISTO-POING / Ectoplasma:BALL'OMBRE
Techniques 1/combat : Mewtwo:PSYKO

MessageSujet: Re: Mmmmmh...♪   Dim 26 Mar 2017 - 20:44
Le pouvoir de Pyrokinésie de Légion était impressionnant. Le feu tenait dans ses mains sans qu'il ne semble ressentir de la douleur. En plus de pouvoir peut-être être assimilé au type Spectre, il possédait une technique de Feu. Il ne valait donc mieux pas envoyer Cizayox face à lui s'il était amené, pour une raison quelconque, à l'affronter. Peut-être pouvait-il être considéré comme un type Spectre/Feu, comme Lugulabre ? Dans ce cas, Aligatueur aurait un bon avantage sur lui. Okïn s'était posé ces questions, simplement selon le principe du "juste au cas où". Il n'avait nullement l'intention de l'affronter, après tout il n'était pas un dresseur, ni un Pokémon, et il avait l'air de quelqu'un de bien. Mais mieux valait être prudent. Okïn avait souvent été naïf, il le restait même encore régulièrement, faisant confiance trop facilement aux gens. Mais il savait qu'il devait toujours rester méfiant avec les inconnus. Seulement, il faisait naturellement confiance aux autres, c'était dans sa nature. Dans son monde d'origine, chaque fois qu'il rencontrait un Pokémon sauvage inconnu, il ne pouvait s'empêcher d'essayer d'identifier ses forces et ses faiblesses. Il gardait donc le même réflexe dans ce monde-ci, avec les créatures capables de se battre même s'il ne s'agissait pas de Pokémons.

Légion était donc dans cet état depuis un millénaire. Il était sacrément vieux en fait ! Durant tout ce temps, il avait dû voir plein de choses, être témoin de nombreux évènements inattendus ou exceptionnels. Peut-être avait-il même déjà rencontré des gens comme lui ? Probablement pas des dresseurs de Pokémon puisqu'il ne connaissait pas leur existence, mais peut-être qu'il avait déjà croisé des gens venant d'un autre monde, d'un autre univers ? Peut-être pouvait-il lui apporter la réponse à cette grande question qu'il se posait depuis qu'il avait atterrit ici après son évanouissement face à Arceus : où était-il et comment pouvait-il rentrer chez lui ?
Puis le fantôme enchaîna en expliquant plus en détail la cause de ses regrets suite à la question un peu naïve du jeune garçon. Il affirma qu'il n'y avait pas vraiment de bien et de mal, que c'était des notions difficiles à cerner, et qu'il n'y avait pas de méchants. Il disait que beaucoup de gens faisaient de mauvaises choses parfois par contraintes, qu'ils n'avaient pas toujours le choix ou que c'était en conséquence de choses horribles qu'ils avaient vécu.
Okïn n'était pas vraiment d'accord avec tout cela, sans doute à cause de son esprit encore un peu enfantin. Il concevait effectivement que certaines personnes pouvaient faire le mal sans réellement s'en rendre compte ou en pensant avoir de bonnes raisons de le faire, mais de son point de vue, il y avait tout de même les gens biens, et les gens mauvais comme l'odieuse Team Rocket. Certains ne pensaient qu'à leurs propres intérêts, ils voulaient juste s'enrichir sur le dos des autres et en commettant des actes horribles, alors que d'autres souhaitaient aider les gens et faire en sorte que tout le monde puisse vivre heureux. Avec son équipe de Pokémons surpuissants, il aurait pu, facilement, choisir la voie de la facilité, faire partie de la première catégorie, celle des gens mauvais et égoïstes. Il aurait pu semer la pagaille à Johto, voler les gens, peut-être même régner sur la Team Rocket ou devenir un dictateur de la région, car peu de dresseurs étaient capables de lui tenir tête. Malgré cela, il avait choisi d'aider son prochain, de faire le bien. Et il considérait que c'était sa responsabilité, en tant que Maître de la Ligue, d'aider les gens dans le besoin, d'intervenir en situation de crises comme avec Mewtwo, de protéger la population et les Pokémons. Il faisait cela, sans rien demander en retour. Son statut de maître lui fournissait bien assez d'argent pour qu'il aille demander des récompenses à ceux qu'il aidait. Mais, au fond de lui, il ne faisait pas par pure bonté. Ce qu'il voulait, c'était de la gratitude, de la reconnaissance de la part des autres, même s'il était incapable de le reconnaître et de se l'avouer. Il voulait être considéré comme un héros, un sauveur, il voulait que les gens l'apprécient. C'était uniquement pour cela qu'il faisait le bien. Pour cela, ainsi que grâce à l'éducation de sa mère qui lui avait inculqué le respect d'autrui.
Le discours de Légion à propos du bien et du mal raviva un vieux souvenir chez le dresseur.

=====================================================================

Il se trouvait encore au fond d'une grotte, d'un puis pour être précis. Le Racaillou du garçon aux yeux rouges venait d'envoyer un jet de pierres sur le Nosferapti de son adversaire, l'envoyant directement au tapis. Le Nosferapti ennemi fut rappelé dans sa Pokéball, son dresseur ragea. C'était un jeune homme adulte, vêtu dans une combinaison noire le couvrant de la tête aux pieds, avec un symbole R rouge sur le torse, et un béret noir. Il serra des dents et poussa un râle :


"J'y crois pas ! Vaincu par un sale môme ! Pfff ! Allez, passe ! Tu ne battras jamais le boss Lance de toutes façons !"

Okïn ne perdit pas une seule seconde, il passa à côté du sbire de la Team Rocket en courant, suivi par son Racaillou, et arriva dans une espace un peu plus large au fond du puis. Sur le côté se trouvaient plusieurs Pokémons, entassés les uns sur les autres. C'était des Pokémons roses, un peu gros et courts sur pattes. Ils étaient couverts de sang, leur queue avait été arrachée. Certains d'entre eux étaient morts, vidés de leur sang, d'autres gémissaient de douleur. En voyant cela, Okïn écarquilla des yeux, écœuré. Il n'avait jamais rien vu d'aussi horrible. Il fronça des sourcils, furieux, et se tourna vers le boss des opérations. Il avait la même tenue noire que les autres et portait de longs cheveux bleus. Il tenait une queue ensanglantée dans sa main gauche, et à côté de lui se trouvait un panier avec de nombreuses autres queues. Okïn en avait la nausée. Il fulmina de rage :


"Bande d'ordures ! Vous n'êtes que des monstres !!! Comment pouvez-vous faire ça à ces pauvres Pokémons ?!"

"Ha ha ha ! Ces queues de Ramoloss vont nous rapporter gros ! On les vend en faisant croire aux gens qu'elles ont des vertus médicales ! Et le mieux c'est que ces pauvres cons nous croient !"

"Vous êtes à gerber ! Je vais vous le faire payer très cher !"

"Pfff ! Sale gamin, t'aurais jamais dû venir défier la Team Rocket ! Nous sommes de retour, et on va te jouer un très mauvais tour !"

Lance, le patron de cet escadron de la Team Rocket, possédait un Smogo, un Pokémon en forme de boule de couleur mauve duquel s'échappait des gaz toxiques et qui avait l'air débile, et Nosferapti, une petite chauve-souris bleue. Okïn utilisa son Racaillou pour se débarrasser facilement du Nosferapti ennemi. Racaillou était un Pokémon rocheux qui ressemblait à une pierre grossièrement ronde formant un visage et duquel, de chaque côté, se trouvaient deux bras formés de pierres. Puis il envoya son Kaïminus pour se débarrasser du Smogo avec un Pistolet à Ô bien placé. L'odieux personnage n'eut d'autres choix que de rappeler ses deux Pokémons KO.

"Tu t'débrouilles pas mal pour un gosse, tu ferais une bonne recrue. J'ai perdu, mais ça fait rien, on a ce qu'on était venu chercher ! Maintenant on a plus qu'à se tailler et à revendre tout ça ! Hun hun hun !"

Okïn lui lança un regard noir.

"Parce que vous croyez que je vais vous laisser vous échapper...?" fit-il d'un air menaçant.

L'homme le regarda, étonné.


"Bah ouais, mes Pokémons ont perdu, alors maintenant tu vas bien gentiment me laisser passer pour que j'aille au centre Pokémon !"

Sur ces mots, Lance ramassa le panier contenant les queues de Ramoloss, puis commença à partir en marchant. Mais Okïn n'avait pas du tout l'intention de le laisser s'en sortir comme ça.

"Kaïminus. Attrape-le." affirma t-il sur un ton plus calme mais qui ne cachait rien de la froide colère qui l'animait à cet instant.

Aussitôt, son petit reptile bleu bondit sur le chef de la Team Rocket, et le mordit brutalement à la jambe pour l'arrêter. L'homme s'écria de douleur et tomba par terre. Les crocs du Kaïminus s'étaient profondément plantés dans sa chair.


"AAARGH ! Mais t'es malade ! C'est interdit d'attaquer les humains avec des Pokémons !"

"Vraiment...? Tu veux qu'on en parle au poste de police...? Que penseront-ils du fait de couper les queues de Ramoloss ?"

"Enfoiré de sale gosse ! Dis-lui de me lâcher la jambe !"

Avec son autre jambe, il donna des coups de pied au visage du Kaïminus, mais les Pokémons étaient beaucoup plus résistants que les humains et Kaïminus ne lâcha rien.

"Les gars, venez m'aider !"

Les sbires préalablement vaincus par Okïn coururent vers eux pour aider leur patron, mais Okïn envoya aussitôt deux Pokéballs vers eux, libérant ainsi Fantominus et Racaillou pour leur bloquer le passage. Les sbires s'arrêtèrent soudainement : ils ne faisaient pas le poids, à mains nues, contre des Pokémons.

"Fanto, Racaillou... Assommez-les."

Ils s'exécutèrent et neutralisèrent les bandits en quelques secondes. Il ne restait plus que Lance qui continuait de souffrir, la jambe mâchouillée par le petit Kaïminus. Okïn rappela Fantominus et Racaillou puis rangea les mains dans ses poches avant de marcher lentement vers Lance.

"Bien. Maintenant, prive-le de sa deuxième jambe, qu'il comprenne ce qu'il a fait subir à ces pauvres Ramoloss."

Kaïminus s'exécuta, transformant en quelques secondes la deuxième jambe de Lance en quelques lambeaux de chair et d'os. L'homme hurla de douleur, il avait perdu l'usage de ses jambes.

"Pitié ! Pitié stop ! Je quitterai la Team Rocket j'le promets !"

Après quelques secondes de torture, un homme assez âgé les rejoignit. C'était Fargas, un homme du village d'Ecorcia situé à côté du puis. C'était lui qui avait emmené Okïn dans ce puis pour qu'ils mettent un terme aux agissements de la Team Rocket, mais il s'était foulé la cheville en descendant. Il avait été alerté par les cris de douleur et les avait donc rejoint en boitant. Surpris par la cruauté dont faisait preuve le jeune garçon et son fidèle Pokémon, en réponse à celle démontrée par la Team Rocket, il écarquilla des yeux et s'exclama :

"Okïn ?! Qu'est-ce que tu fais ? Arrête ! Il faut appeler la police pour qu'ils enferment ces malfaiteurs !"

"Ce type doit payer ce qu'il a infligé à ces pauvres Pokémons !"

"Oui, mais il doit aller en prison ! Ce n'est pas à nous de faire justice !"

Soudain, Okïn eut comme une prise de conscience. Il comprit qu'il était devenu aussi cruel envers un être humain, que ce que la Team Rocket avait été envers les Pokémons. Il regretta son geste et rappela son Pokémon avant de baisser la tête.

"Vous avez raison, désolé..."

Puis le jeune garçon quitta le puis avant que la police n'arrive, alertée par Fargas.

===============================================================================

*Ce jour-là, j'ai commis un acte mauvais, animé par la colère... Légion a raison. On peut facilement faire le mal en voulant faire le bien.*

Puis, il y eut le cri strident d'une jeune demoiselle dans la forêt. Légion commença à marcher dans la direction du bruit et Okïn le suivit, lui-même suivi par un Ectoplasma lévitant dans son dos. La jeune fille passa à côté de Légion, sans s'arrêter, sans même lui adresser un seul regard, comme s'il n'existait pas, ce qui surprit le jeune homme.

*Elle ne l'a pas vu...?*

Puis la fille arriva au niveau d'Okïn. En voyant Ectoplasma à ses côtés, elle s'écria de nouveau avant de faire volte-face, apparemment terrorisée par le spectre. Ce dernier laissa alors s'échapper un rire lugubre, il adorait lorsque les gens avaient peur de lui. Okïn rattrapa la fille en courant et la prit par le bras pour l'arrêter dans sa course, et la fit pivoter vers lui.


"Du... Du calme ! Ça va aller !... Il ne te fera aucun mal..."

La fille était légèrement plus grande que lui, elle devait avoir environ 4 ans de plus. Elle portait un uniforme scolaire formé par une jupe très courte grise et une chemise blanche à manches courtes. La fille tremblait de peur. Okïn n'était pas très à l'aise à cause de sa timidité mais il tenta tant bien que mal de la rassurer et lui demanda ce qu'il se passait :

"Que... Que se passe t-il ?..."

Sans un mot, la fille pointa un doigt trembla dans la direction vers laquelle Légion s'embarquait silencieusement. Okïn suivit le tracé de flammes, et la fille le suivit de très près. Peut-être que sa présence la rassurait malgré son jeune âge. Peut-être était-ce parce qu'il restait calme malgré la gène causée par sa timidité.
Il finit par rejoindre Légion, voyant ce dernier ramasser quelque chose par terre. C'était.... une main ?! Aussitôt, Okïn mit une main devant sa bouche, dégoûté.

"Mais que...?!"

Ectoplasma regarda le membre découpé avec étonnement, sa bouche qui s'étirait habituellement en un immense sourire formait cette fois-ci un O. Puis soudain, Légion embrasa la main pour la faire disparaître. La fille devait probablement croire que la main lévitait, et en la voyant brûler toute seule, elle se cacha davantage derrière le jeune garçon tout en le maintenant par les épaules probablement pour se rassurer. Une goutte de sueur perla sur le front du garçon et s'écoula le long de sa joue.

"Qu'est-ce que vous faites ?!" s'exclama t-il à l'égard de Légion.

Mais la fille crut qu'il parlait à elle, alors elle le lâcha aussitôt.


"Heu... je..." bégaya t-elle, encore paniquée.

Okïn enchaîna, ignorant la fille :


"Pourquoi vous la faites disparaître ? C'est une pièce à convictions ! Il fallait la montrer à la police !" s'exclama t-il.

La fille ne comprenait plus rien, elle haussa des sourcils puis demanda :


"Heu... à... à qui tu parles....?"
Légion
avatar
Masculin Age : 17
Date d'inscription : 04/03/2017
Nombre de messages : 252
Bon ou mauvais ? : "Bon"
Zénies : 1440

Techniques
Techniques illimitées : Souvenir / Pyromancie / Poison
Techniques 3/combat : Ombre / Exécution
Techniques 1/combat : Marquage

MessageSujet: Re: Mmmmmh...♪   Mar 28 Mar 2017 - 20:06
[Les Ramolosse sont pas censés avoir des queues qui repoussent, et que l'on peut couper sans conséquence ?]

Quel est donc ton nom, jeune homme ? Quel est le tiens, créature ? Il n'y avait pas moyen de les savoir, dans la mémoire qui s'est déroulée sous mes yeux. Aucun badge. Aucun porte monnaie. Je regarde dans mon esprit défiler la scène mémorielle sous tous les angles, encore et encore, comme un réalisateur de film analysant sa mise en scène pour trouver le plan parfait. Je sors des poches des deux acteurs tout ce qu'elles contiennent, espérant trouver une piste. Mais hélas, je ne trouve rien. Mes yeux sont toujours en train d'observer la source de lumière et dernier morceau d'un garçon parti bien avant son heure, et qui disparaissait petit à petit pour n'être qu'une fumée s'illuminant face à la lumière, rejoignant les étoiles et les nuages, passant du cadavre en décomposition à une multitude de nouvelles facettes dans le ciel. Je réfléchis toujours, et soudain, j'obtiens enfin une solution. Le téléphone portable employé par l'enfant. Il avait reçu un message. Il avait allumé son appareil afin de voir qui lui avait envoyé ce message, et pourquoi. Je repasse à nouveau la scène dans ma tête. Je regarde le message. Le Français employé est passé cinq fois à l'abattoir, avant d'avoir été utilisé dans ce message. J'arrive à comprendre cependant que c'est un message d'amour. L'envoyeur, ou plutôt l'envoyeuse, a été nommée Senriku. La petite amie de la victime, donc. La créature qui volait les apparences allait-elle l'éliminer ? Ou la laisserait-elle en vie, pour éviter d'attirer l'attention ? La chose est qu'elle devrait ne plus en avoir pour longtemps. Il faudrait que j'arrive à identifier cette Senriku. Mais comment ? Je ne connais pas son visage. Je ne peux que déduire son âge. Le jeune homme doit être lycéen. Vu sa tenue, il doit être de haute classe. Un excellent lycée, donc. Je devrais me renseigner sur les lycées bourgeois des environs, puis de retrouver cette Senriku. Puis de trouver le polymorphe, et le mettre hors d'état de nuire...

""Qu'est-ce que vous faites ?!.. Pourquoi vous la faites disparaître ? C'est une pièce à conviction ! Il fallait la montrer à la police !"

La main finit de disparaître. Je me retourne. Okïn est là. La fille est à coté de lui, apeurée. Il me regarde d'un air affolé. Je le regarde. La jeune fille est confuse. Son regard rempli de question regarde mes environs, allant de droite à gauche, scrutant tous les coins. Elle ne me voit pas. Ectoplasma flotte lentement derrière elle, se plaçant au niveau de sa tête. Elle demande au garçon qui est son interlocuteur.

"Moi. Bonjour, mademoiselle."

J'apparais soudainement, devant son regard. Aucun nuage de fumée, aucun effet spécial, rien de captivant visuellement. Mais pourtant cette apparition sans transition la terrifie, elle recule en tournant la tête comme pour voir s'il y avait une supercherie, ou peut-être pour s'enfuir, pour tomber nez à nez avec Ectoplasma. Elle hurle en tombant par terre, et son corps tremble de tout son long. Je m'accroupis et lui touche l'arrière de la tête. Une voix féminine, disant : "Du calme, tout va bien se passer". J'essaye de la rassurer. Je me relève.

"La créature qui a commis ce crime ne pourra jamais être capturée par les autorités humaines : Elle change d'apparence, et est capable de tuer un être humain en une seconde, ainsi que de produire une substance qui dissous les corps humains. Si la police tente de s'en charger, des dizaines de gardiens de la paix en succomberaient. De plus, le temps qu'il la retrouvent, elle commettra certainement des meurtres. Des vies innocentes, qui n'auraient fait que légèrement, sans le faire exprès, observer une faille dans son déguisement... Mais je sais que tu ne résisteras pas à l'envie d'enquêter sur ce personnage, continuais-je, en faisant apparaître à mes cotés des souvenirs de la créature et du jeune homme, voilà leurs images. Mémorise-les biens."

Je les laisse en place. Je sors à nouveau mon flacon, et bois un coup. Quelle est donc cette créature ? Pourquoi s'attaqua-t-elle à ce jeune homme ? Son visage n'avait aucune émotion. De plus, le gris de sa peau m'a intrigué. Serait-ce une sorte de mort-vivant, au cerveau inactif, qui tue par réflexe ? Non, les mort-vivants que j'ai rencontré jusqu'à présent ne savent pas changer d'apparence. Un être avec des capacités mentales inexistantes ne saurait faire quelque chose d'aussi compliqué que de reproduire le physique d'un autre individu. Peut-être une machine ? Il est tout à fait possible qu'un robot puisse être équipé d'un outil aussi perfectionné que celui du vol d'identité. Cependant, sa métamorphose semblait se faire au plan biologique, comme si ces cellules toutes entières changeaient d'apparence... Peut-être une créature extraterrestre, non répertoriée dans la bibliothèque d'Orange Star ? En effet, j'avais passé des heures à mémoriser les livres dans ce lieu servant aussi de lycée, bien que je n'y fus pas allé depuis quelques semaines. Peut-être l'espèce de cette créature y est-elle répertoriée, à présent ?

Je regarde les personnages devant moi. Ectoplasma rigolait comme un fou furieux, encore amusé par la peur qu'il avait procuré à la jeune femme. Cette dernière regardait dans le vague, toujours l'esprit absorbé par le souvenir joyeux que j'avais envoyé à son cerveau. Des vacances à la montagne. En descendant du siège téléphérique, elle, ainsi que ses parents et son grand frère, sont tombés par terre, ensemble. Sa mère, ayant du mal à se relever, dû à la taille de ses skis, se fit percuter par une autre femme, pour tomber à la renverse, tandis que deux adolescents se mirent à applaudir. Un spectacle presque irréaliste, tellement les événements se suivaient avec un parfait timing. Je me place devant elle, et m'accroupis, tout en agitant un peu la main devant elle, pour terminer son rêve.


"Ne t'inquiètes pas, nous ne te voulons pas de mal."

Ectoplasma est certainement en train de faire une grimace derrière moi, car elle a l'air toujours aussi terrifiée. Je n'ai pas porté attention à Okïn depuis un petit moment. J'ignore ce qu'il fait actuellement.


[Rushé, mais je devais aller manger. Et j'avais pas grand chose à dire ^^'. Edité afin de rajouter un petit peu plus de texte.]
 
Mmmmmh...♪
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» Allons au marché ♪ [PV: S'hira et Anna]
» ♪ Who's that girl ♪
» Perfect night ♪
» Pour une personne admirable et exceptionnelle. ♥ [ Viens vite, grognasse. ♪ ]
» Links, links, links ♪

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
RPGDBZ :: RPG :: Terre :: La forêt-