Partagez | 
 

 Big Brother is watching you [solo]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Incognito / C-21
avatar
Cyborg
Masculin Age : 28
Date d'inscription : 13/03/2016
Nombre de messages : 429
Bon ou mauvais ? : Mauvais
Zénies : 1000

Techniques
Techniques illimitées : Contrôle Cellulaire - Biogun - Régénération
Techniques 3/combat : Copie - Bouclier énergétique
Techniques 1/combat : Copie Perfectionnée

MessageSujet: Big Brother is watching you [solo]   Jeu 9 Mar 2017 - 13:58
Un jeune garçon entra dans la bibliothèque universitaire qui se trouvait à proximité du lycée Orange Star. Le mètre soixante-quinze, les cheveux noirs, ébouriffés et relativement courts, il portait un uniforme standard de lycée et avait un look plutôt passe-partout. C'était le look qu'Incognito avait choisi pour se fondre dans la masse lycéenne. Mais cette apparence, il ne l'avait pas inventée. C'était celle d'un jeune lycéen qu'il avait vu la veille. Il l'avait suivi jusque chez lui puis l'avait tué discrètement avant de faire disparaître le corps. Ainsi, il pouvait prendre sa place, prendre sa vie, bien qu'il ne savait rien de lui.

Spoiler:
 

Si C-21 n'avait pas inventé cette apparence de toute pièce, c'était parce qu'il avait de grandes difficultés à inventer des choses, à imaginer. Il excellait en revanche dans la copie et dans l'adaptation, de sorte à ne jamais faire deux fois la même erreur et à s'améliorer constamment, en cumulant les données et en les traitant rapidement et efficacement pour toujours obtenir le meilleur résultat possible. Il avait une excellente capacité d'apprentissage, et sa capacité de mémorisation était gigantesque, sa mémoire infaillible. Le problème, c'était qu'elle était relativement vide. Il possédait une puissance de calcul exceptionnelle, mais il n'avait pas suffisamment de données pour l'utiliser au mieux. Et il était temps d'y remédier. C'était pour cette raison qu'il s'était rendu à la bibliothèque.

Il venait de monter les trois étages, et se rendit tout droit vers le rayon Informatique, Réseaux et Télécommunication. Il prit un livre d'environ 300 pages, puis, tout en restant debout devant l'étagère, il fit défiler les pages très rapidement les unes à la suite des autres. Il lui fallut à peine dix secondes pour lire la globalité du livre et en retenir l'intégralité des informations. Il venait d'apprendre à créer un système d'émetteur-récepteur à ondes radio. Il reposa le livre, et en prit un autre, pour recommencer son opération d'apprentissage.

Au bout de quelques heures, alors qu'il venait d'emmagasiner les informations de plus de la moitié du rayon, devenant ainsi un expert en informatique et en télécommunication, il fut interrompu par le cri d'une jeune lycéenne.


"Hiruki !!!"

Spoiler:
 

La fille, qui avait de longs cheveux bruns et portait également un uniforme de lycéenne, accourut vers lui puis s'arrêta juste devant lui.

"J'étais inquiète ! Je t'ai cherché partout et tu n'as pas répondu à mes SMS depuis hier soir ! Enfin, je suis contente que tu ailles bien. Comment ça se fait que tu as séché le cours d'anglais aujourd'hui ?"

"......."

Incognito, qui avait l'apparence de ce Hiruki, se contenta de hausser des épaules. La jeune fille regarda autour d'elle, d'un air perplexe.

"Tu t'intéresses à l'informatique, toi, maintenant ? C'est nouveau ça."

Imitant la voix du garçon qu'il avait entendue la veille, il se contenta de répondre :

"Oui."

La jeune fille le regarda dans les yeux quelques instants, lui lançant un regard suspicieux.

"Hm tu es sûr que tout va bien ? Tu n'es pas très bavard aujourd'hui !"

".... J'ai mal dormi."
prétexta t-il.

Puis, il hasarda un :


"Je suis désolé."

Pour voir si ça allait passer. Il savait que les humains aimaient bien entendre cela de la part des autres.
La jeune fille sourit, le visage rayonnant, et s'exclama :


"C'est pas grave t'en fais pas ! Je suis sûre que c'est parce que tu as pensé à moi toute la nuit, pas vrai ?" s'exclama t-elle d'un air taquin.

*.... ?... ?....*

"...... Oui. C'est vrai." affirma t-il d'un ton neutre.

Il étira ses lèvres pour se forcer à sourire car il savait que les êtres humains aimaient bien faire ça également.
La jeune fille rougit légèrement avant de le prendre par la main. Mais aussitôt, par réflexe, il lui attrapa le poignet avec son autre main avant qu'elle ne pût terminer son geste, jugeant peut-être qu'elle avait voulu l'attaquer. Elle le regarda avec étonnement.


"Heu... Qu'est-ce qui te prend...?"

"... Et toi, que fais-tu ?"


Elle le regarda avec effarement.

"Ben, j'allais te prendre la main, idiot ! T'es vraiment bizarre aujourd'hui ! Tout va bien entre nous, au moins ?"

"Que veux-tu dire par 'entre nous' ?"
demanda t-il sur un ton monocorde.

La jeune fille se sentit mal à l'aise.


"Ben... Tu sais... Toi et moi... On sort toujours ensemble, non ? Enfin, j'espère, après ce qu'il s'est passé hier..."

"Ah, oui. Ce qu'il s'est passé hier."


*Je n'ai aucune idée de ce dont elle parle. Devrais-je la tuer ? Négatif. Mieux vaut ne pas attirer l'attention sur moi, il y a trop de monde autour.*

"Bon alors tu viens ? On devait aller au cinéma après les cours aujourd'hui ! Il passe "Freddy : Le retour des griffes de la nuit de la mort 53", on peut pas rater ça !"

"................................................................................................................................. Ok."

Il la laissa le prendre par la main, et suivit ce qui semblait être sa nouvelle et surtout première petite copine.

*Suspension de l'apprentissage des technologies informatiques.
Démarrage de l'apprentissage des relations sociales entre homo sapiens.*
Incognito / C-21
avatar
Cyborg
Masculin Age : 28
Date d'inscription : 13/03/2016
Nombre de messages : 429
Bon ou mauvais ? : Mauvais
Zénies : 1000

Techniques
Techniques illimitées : Contrôle Cellulaire - Biogun - Régénération
Techniques 3/combat : Copie - Bouclier énergétique
Techniques 1/combat : Copie Perfectionnée

MessageSujet: Re: Big Brother is watching you [solo]   Mer 15 Mar 2017 - 20:07
Bobby : Carlita, malgré tous les sentiments que j'ai pour toi, ça ne peut plus durer entre nous.
Carlita : Bobby, qu'est-ce que tu racontes ? Tu sais bien que je t'aime, et je sais que tu m'aimes toi aussi, je veux passer le restant de ma vie avec toi !
Bobby : Je sais bien, mais c'est trop risqué ! Tu ne peux pas comprendre... Tu ne peux pas comprendre ! Je suis un danger pour toi ! Si Freddy nous retrouve, il va...
Carlita : Ne t'en fais pas, Freddy est un vieux souvenir, il est mort maintenant ! Il ne peut plus rien nous arriver d'affreux maintenant. OH MON DIEU !!!!
Freddy : Gnyark gnyark gnyark !

Freddy apparaît dans le dos de Bobby et plante ses griffes de la nuit au niveau des reins. Il remonte lentement le long de la colonne vertébrale, le sang coule à flots, Bobby hurle de douleur avec un jeu d'acteur à couper le souffle.

Bobby : AAAAAIIIIE !!! AAAIIIIE AIIIE AIIIE je souffre terriblement !!!
Carlita : Oh mon Dieu non, mon Bobby oh bouhouhouhouhou
Freddy : Gnyark gnyark gnyark ! [ndlr : sa seule réplique du film]

Le corps de Bobby tombe aux pieds de Carlita et son sang se répand autour de lui. Freddy disparaît.



Incognito, toujours sous l'apparence de Hiruki et accompagné de la copine de ce dernier, regardait le film avec une expression impassible peinte sur le visage. Observant les réactions et relations des divers protagonistes du film, aussi peu réalistes soient-elles, il apprenait, pour accroître ses chances de passer incognito dans la foule. Ils étaient assis au milieu de la salle de cinéma. De temps en temps, lorsque le suspense était à son comble, il sentait la main de la fille se crisper sur la sienne.

Au bout d'une heure et demi, le film s'acheva enfin, et le jeune couple quitta la salle et se posa devant l'entrée du cinéma. La fille leva la tête vers lui, avec un sourire merveilleux.


"Alors t'en as pensé quoi ? Moi j'ai trouvé que c'était un peu tiré par les cheveux quand même par moments, ça vaut pas les bons vieux Freddy originaux !"

Incognito n'avait aucun avis à propos de ce film, pour lui ce genre de choses ne présentait aucun intérêt. C'était comme faire écouter de la musique à un chat et essayer de savoir s'il aimait ou non. Le chat en aurait juste rien à battre. C'était pareil pour lui. Alors il répondit :

"Oui, tu as raison."

La fille, dont il ignorait d'ailleurs le nom bien qu'elle était supposée être sa petite amie - le lui demander aurait été trop suspect - le prit par la main et s'exclama :

"Alors, on fait quoi maintenant ? Tu viens chez moi ? Comme mes parents sont partis en vacances en ce moment, on pourrait... tu sais..."

Ne voyant pas où elle voulait en venir, il affirma :

"Il faut que je rentre. Je dois apprendre des choses. Au revoir."

La fille, déçue, baissa la tête. Elle sentait que quelque chose n'allait pas, comme si elle était en train de le perdre, et cette idée la rendait très malheureuse.

"Ah... Tant pis... Bonne soirée alors..."

"Merci, je te souhaite également une bonne soirée."


Il la lâcha, puis tourna les talons avant de s'éloigner pour rentrer chez lui. Enfin, plutôt à la maison des parents du type dont il avait pris l'apparence après l'avoir tué.

Une fois là-bas, il entra dans sa chambre et referma la porte derrière lui. Ayant envie de mettre en pratique ce qu'il avait appris plus tôt dans la journée à propos de l'informatique, il alluma l'ordinateur de Hiruki, et s'assit à son bureau. Il avait appris l'existence d'un réseau international appelé Internet, qui représentait pour lui à la fois une énorme base de connaissance, et un outil d'espionnage à très grande échelle. Soudain, le téléphone portable de Hiruki, qu'il avait laissé sur son bureau depuis qu'il l'avait tué et prit sa place, vibra. Il venait de recevoir un SMS, Incognito prit le téléphone et lut le message.

"tu éT bizar ajd, jspr ke tt va b1 entr nou. Dé foi G l1mprésion ke tu resen plu r1 pr mwa Sad. Mé mwa jtm de tou mon ♥. Bsx Smile"

*Quel est donc ce dialecte incompréhensible ?*

Et oui, Incognito n'avait encore jamais dû faire face au langage SMS et était donc incapable de décrypter cette horreur visuelle.
Une fois l'ordinateur portable allumé, il introduisit son index droit dans l'un des ports USB de la machine, modifiant la forme et la texture de son doigt au fur et à mesure qu'il rentrait dans la prise, jusqu'à créer une connectique parfaite qui lui permit de s'introduire virtuellement dans l'ordinateur, de sorte à pouvoir le contrôler "par la pensée", si l'on peut qualifier son intelligence artificielle ainsi. Étant un savant mélange entre la robotique et les cellules vivantes, en se connectant à l'ordinateur, ce dernier devint comme une extension de lui-même, une extension de sa pensée, de sa mémoire. Il avait accès à tous les fichiers de l'ordinateur, et pouvait exécuter n'importe quelle commande simplement en l'imaginant, il n'avait donc pas besoin d'utiliser la souris ni le clavier. Par ailleurs, il pouvait se repérer et se déplacer dans les méandres de cette mémoire informatique beaucoup plus rapidement qu'un humain. Cela lui permit d'acquérir, en quelques centièmes de seconde, une solide connaissance de la vie et de la personnalité de Hiruki, simplement en consultant ses fichiers, historiques de conversation, recherches internet... Il apprit notamment le nom de sa petite amie : Senriku.

Il effectua ensuite une recherche sur les différents types de communication, et apprit ainsi à comprendre et à écrire en langage SMS, ce qui lui permit de décrypter le message de Senriku.
Puis, dans l'optique de s'améliorer sur le plan social - parce qu'il fallait le dire, en tant qu'humain, il était très mauvais - Incognito effectua une recherche approfondie sur internet, à propos des relations sociales entre humains. Au bout d'un certain temps, après avoir appris de nombreuses choses à propos de leurs comportements et de la façon dont leurs cerveaux fonctionnaient, il arriva sur un certain nombre de sites un peu douteux qui traitaient des relations de proximité dont le but était d'en tirer un certain plaisir charnel, notion qui lui échappait quelque peu. Bon, ne tournons pas autour du pot : au terme de sa recherche sur les relations sociales et humaines et leurs méthodes de séduction et de reproduction, il arriva sur des sites de cul. La curiosité le poussa à regarder un certain nombre de vidéos toutes plus sordides les unes que les autres, et bien qu'il ne ressentait rien au visionnage de ces vidéos et n'en comprenait pas l'intérêt, il apprenait chacune des positions et chacun des gestes qu'il voyait, toujours dans l'optique de perfectionner son imitation des humains pour pouvoir passer inaperçu parmi eux. Après un certain temps, il accéda à une vidéo intitulée "Claire se fait gang-bang dans la salle esprit-temps !!!". Il cliqua.

Soudain, la porte de sa chambre s'ouvrit brusquement. Son père, alerté par les cris orgasmiques diffusés par son PC - puisqu'il n'avait pas coupé le son - venait d'entrer, l'effarement se lisant sur son visage. Il jeta un coup d’œil à l'écran d'ordinateur, et son exaspération ne se fit que plus grande en constatant que ses soupçons se confirmaient.


"Nan mais j'y crois pas ! Tu regardes du porno ! Et tu t'en caches même pas !"

"J'ai 16 ans. J'fais c'que j'veux." affirma Incognito, comme tout bon adolescent rebelle de la société.

"Ah oui ?! C'est ce qu'on va voir ! Puisque c'est comme ça, je vais installer un contrôle parental dés demain soir et je vais te confisquer ton ordinateur !"

"....Tais-toi."


Pour accompagner son ordre dicté sur un ton ferme, Incognito, toujours avec l'apparence de Hiruki, pointa son index gauche vers son père. En une fraction de seconde, son doigt s'étira pour former une pointe très fine de trois mètres de long, qui se planta tout droit dans le front de l'homme. Puis, aussitôt, son doigt se rétracta pour retrouver sa forme et sa taille normales, et le cadavre du père s'effondra sur le sol. Aussitôt, la mère, alertée par le vacarme, se précipita dans la chambre. Elle poussa un cri de terreur et de stupéfaction en voyant son mari étendu sur le sol, un filet de sang coulant d'un petit trou au niveau du front.

"Oh mon Dieu !!!"

Ses yeux se baignèrent de larmes, son visage se décomposa. Elle dévisagea son fils qui était devenu un monstre à ses yeux, un meurtrier. Ce dernier se leva, et regarda la femme d'un air inexpressif.

"Femme. Tu tombes à pic. Je dois mettre en pratique tout ce que je viens d'apprendre, et tu vas me servir de cobaye."

Il disparut et réapparut aussitôt devant la mère du garçon dont il avait prit l'apparence. Il la prit par les épaules, déchira une majeure partie de ses vêtements et la jeta violemment contre son lit, avant de se diriger vers elle lentement et avec une totale neutralité. Tout en continuant d'aborder l'apparence de Hiruki, il allait violer sa mère. Non pas par cruauté ni par méchanceté, et encore moins par désir. Il allait le faire, simplement parce qu'il pensait qu'il devait le faire afin de se perfectionner dans l'art d'imiter les humains. Juste pour pouvoir, plus tard, se fondre plus facilement dans le décor, il devait s'exercer dans un domaine où il ne connaissait rien du tout, afin de combler ses failles et lacunes. Il n'en tirerait aucun plaisir, aucune gloire, et n'aurait aucun regret non plus. Pour lui, cet acte odieux et irréversible n'aurait guère plus d'impact que la résolution d'une équation simpliste à une inconnue.
Incognito / C-21
avatar
Cyborg
Masculin Age : 28
Date d'inscription : 13/03/2016
Nombre de messages : 429
Bon ou mauvais ? : Mauvais
Zénies : 1000

Techniques
Techniques illimitées : Contrôle Cellulaire - Biogun - Régénération
Techniques 3/combat : Copie - Bouclier énergétique
Techniques 1/combat : Copie Perfectionnée

MessageSujet: Re: Big Brother is watching you [solo]   Sam 18 Mar 2017 - 13:13
Le cyborg à l'apparence d'un jeune adolescent de 16 ans était assis sur le bord du lit de sa chambre. A côté de lui, allongé dans le lit, gisait le corps dénudé de la mère du garçon dont il avait l'apparence. Il l'avait étranglée, après avoir mis en pratique ce qu'il avait appris sur internet à propos des plaisirs charnels qu'éprouvaient les Homo Sapiens. Immobile, il réfléchissait.

*Je ne comprends pas. J'ai pourtant exécuté les mouvements au millimètre près en copiant ce que j'ai vu dans les vidéos. Ma technique était parfaite, ma gestuelle irréprochable. Alors, pourquoi ? Pourquoi n'a t-elle pas eu l'air de ressentir du plaisir ? Elle n'a eu de cesse de pleurer, de crier et de se plaindre durant toute l'opération. C'était comme si elle n'avait ressenti que de la douleur. Je n'ai pourtant commis aucune erreur. Le problème venait-il d'elle ? Les femelles Homo Sapiens doivent-elles se préparer, d'une quelconque manière, pour tirer du plaisir ? Doivent-elles être consentantes ? Je dois comprendre comment fonctionnent ces animaux.*

Incognito, avec l'apparence de Hiruki, que nous appellerons désormais Hirugnito, se releva, et se rhabilla. Il avait du pain sur la planche, il fallait faire disparaître les corps des parents de Hiruki. Mais avant cela... un petit test s'imposait.
Il détacha une partie de lui-même, sa main, qui lévita jusqu'à se retrouver quelques mètres plus loin, et qui prit l'apparence d'une sphère métallique.


*Test envoi de message sur courte distance.*

*Réception du message OK. Envoie de l'accusé de réception.*

*Accusé de réception reçu. Communication courte distance fonctionnelle.*


Il sourit. C'était parfait. Avec ce qu'il avait appris le jour même sur les réseaux et les télécommunications, il était capable de reproduire un petit système émetteur-récepteur en lui. En d'autres termes, il était désormais capable de communiquer avec les différentes parties de lui-même qui se détachaient de son corps, et ainsi leur donner des ordres à distance, chose qu'il ne pouvait pas faire auparavant. Cela serait un grand avantage en combat.
La sphère revint vers lui et fusionna dans son torse, puis sa main se recréa avec les cellules réintégrées. Il était temps de se mettre au travail. Il regarda les deux cadavres successivement.


*Si je fais disparaître leurs corps, leurs proches se rendront compte de leur disparition et cela paraîtra suspect. Je ne pourrai plus garder l'apparence de Hiruki bien longtemps sans attirer les soupçons. Je dois donc faire croire qu'ils sont toujours en vie. Je pourrais faire pénétrer en eux une partie de mes cellules, et les coller sur certains de leurs os et articulations pour les forcer à tenir debout, mais il resteraient immobiles. Je pourrais utiliser mes cellules accrochées à leurs articulations pour les faire mouvoir, mais leurs mouvements ne seraient pas naturels. Il me faudrait énormément de cellules pour couvrir une majeure partie de leurs corps et ainsi leur faire faire des mouvements plus naturels, et si je le faisais, je n'en aurais plus suffisamment pour me construire un corps intégral. Je dois me renseigner sur l'anatomie humaine pour comprendre comment ils fonctionnent afin de trouver une meilleure solution pour faire en sorte qu'ils aient l'air vivants.*

Il se brancha de nouveau à l'ordinateur et effectua de nombreuses recherches sur l'anatomie des Homo Sapiens, le fonctionnement du cerveau, du système nerveux, etc... Cela dura quelques heures, et comme il pouvait emmagasiner une immense quantité d'informations en quelques centièmes de seconde seulement, il acquis une connaissance totale et parfaite de l'ensemble du corps humain au bout de ces quelques heures. Tout du moins, il savait désormais tout ce que les scientifiques avaient pu découvrir à ce sujet, mais il ignorait ce que les scientifiques n'avaient pas encore découverts, puisqu'il restait encore de grands mystères. Néanmoins, il savait désormais que le système nerveux humain fonctionnait par impulsions électriques du cerveau, ce n'était pas très différent d'une machine, et encore moins d'un cyborg comme lui qui était une fusion de l'organique et de l'électronique. Il sut donc exactement comment faire pour se connecter au système nerveux d'un humain à partir de ses propres cellules, et comment envoyer les impulsions électriques de sorte à le faire fonctionner.

*Passons aux travaux pratiques.*

Hirugnito s'approcha du cadavre du père et s'accroupit à côté de lui. Il transforma son index droit en scalpel et découpa minutieusement la boîte crânienne du père, afin d'y voir un peu plus clair. Puis, le bout de son index se liquéfia et se détacha du doigt, pour couler sur le cerveau de l'homme mort. Là, elles effectuèrent une petite métamorphose ainsi qu'une opération chirurgicale extrêmement minutieuse qui consistait à les connecter au système nerveux de l'homme, remplaçant ainsi son cerveau. L'idée était simple : avec son système miniaturisé d'émetteur-récepteur, Incognito pourrait envoyer des ordres aux cellules implantées dans la tête du cadavre. Ces cellules, étant directement connectées à son système nerveux, pourraient faire mouvoir l'homme de façon naturelle, malgré le fait qu'il soit mort.
Il était temps de tester son expérience.


*Lève-toi.*

Le cadavre de l'homme, animé par les cellules d'Incognito implantées dans son cerveau, connectées à son système nerveux, et pilotées à distance par le cyborg bougea légèrement une jambe, qui sursauta, puis une main. Mais il ne pouvait faire mieux. Incognito comprit rapidement d'où venait ce petit bug : il pouvait envoyer des impulsions électriques dans les nerfs, mais les muscles n'étaient plus alimentés en oxygène car le cœur ne battait plus. Le cadavre n'avait donc plus la force de se mouvoir même s'il en recevait les ordres. Il fallait y remédier.
Le cyborg arracha les vêtements qui couvraient le torse de l'homme, et effectua une petite incision verticale avec un doigt-scalpel. Il écarta ensuite la peau et la chair du torse de chaque côté, de sorte à avoir une ouverture sur sa cage thoracique. L'un de ses doigts se métamorphosa en longue tentacule fine, qui passa entre ses cotes et entoura son cœur. La tentacule effectua un petit massage cardiaque durant quelques secondes, et parvint à faire repartir la machine. Le cœur s'était auparavant arrêté car le cerveau organique était devenu inactif. Désormais, son cerveau était remplacé par des cellules cybernétiques qui contrôlaient l'ensemble de son système nerveux. Il n'avait qu'à allouer une petite partie de son processus pour continuer à faire battre ce cœur. Le corps allait manquer un tout petit peu de sang, mais ça ne l'empêcherait pas de se mouvoir. Incognito effectua donc un nouveau test.


*Lève-toi.*

Cette fois-ci, les muscles étant alimentés en oxygène, le corps du père se releva, comme un zombi. C-21 sourit une fois de plus. Il avait appris à s'intégrer dans une créature vivante pour la contrôler à distance. Il avait fait beaucoup de progrès ce jour-là et avait appris énormément de choses. Encore fallait-il qu'il sache quoi en faire, car il n'avait pour le moment aucun objectif. Il se contentait d'apprendre un tas de choses, d'emmagasiner un maximum d'informations, afin de s'améliorer, de mieux comprendre son environnement, et éventuellement de se définir un objectif.
Il se rendit rapidement compte qu'il manquait quelque chose à son œuvre d'art. Il pouvait envoyer des ordres aux cellules qui contrôlaient le corps de l'homme, mais il ne pouvait pas recevoir d'informations de sa part. Il devait y remédier. Il n'eut qu'à faire quelques petites modifications au niveau des cellules reliées au système nerveux du cadavre, afin de pouvoir récupérer les informations sensorielles de la même manière que le faisait son cerveau de son vivant, et les transmettre à Incognito dans un processus à part. Il dédia donc un processus pour la récupération des informations obtenues par cet homme, leur traitement, et les réponses qu'il devait envoyer en conséquence. Ces informations étaient à la fois visuelles, sonores et tactiles. Il pouvait voir ce que le cadavre voyait, entendre ce qu'il entendait, et savoir quand il était touché ou qu'il touchait quelque chose. Ce cadavre était donc devenu comme une extension de lui-même, sauf qu'il était à plus de 99% organique et qu'il n'utilisait qu'une toute petite partie de ses cellules pour remplacer son cerveau.
Après avoir connecté une partie de lui dans la tête du cadavre, il remit en place la boîte crânienne, et utilisa quelques autres cellules afin de rattacher le haut de la tête au reste, tout en modifiant leurs textures pour qu'elles cachent l'entaille ainsi que le trou qui transperçait son front. Désormais, le cadavre n'avait plus de blessures visibles et donnait presque l'impression d'être vivant, bien qu'il était un peu blanchâtre à cause d'un léger manque de sang. En outre, le corps étant "revenu à la vie" sur le plan organique, tout fonctionnait correctement, par conséquent il ne pourrirait pas à condition d'être constamment nourri, de pouvoir respirer, etc...

Hirugnito fit exactement les mêmes opérations avec le corps de la mère, se délestant donc de quelques cellules une fois de plus afin de les relier au système nerveux de la femme et faisant repartir son cœur exactement comme il l'avait fait, avant de rafistoler le tout et de cacher les différentes incisions à l'aide de nouvelles cellules prenant la couleur et la texture de la peau.


"Papa, Maman, bienvenue à la vie !" s'exclama t-il, sur le ton de la plaisanterie.

Techniquement, il ne les avait pas ressuscité, puisqu'il ne s'agissait plus que deux corps fonctionnels pilotés à distance par le cyborg, des pantins dont il tirait les ficelles. Leurs vrais cerveaux n'étaient plus actifs, mais tout le reste fonctionnait normalement. Il s'était approprié leurs corps. Toutefois, ces corps étaient faibles car il ne s'agissait que de simples humains. Leur seul intérêt était de faire croire à leur entourage qu'ils étaient toujours en vie, afin qu'Incognito puisse conserver l'apparence de Hiruki et se fondre dans la masse sans attirer l'attention.
Utilisant les réseaux sociaux ainsi que les téléphones et ordinateurs des parents, et fouillant durant plusieurs heures dans la maison, il parvint à avoir une bonne connaissance des métiers et des personnalités des deux parents, ce qui lui permettraient de se faire passer pour eux convenablement.

Il regarda par la fenêtre. C'était l'aube, le soleil était en train de se lever. Avec toutes ces expérimentations, la nuit était rapidement passée. L'objectif de la journée serait de passer un test d'humanité. Il allait devoir convaincre les autres lycéens, et en particulier Senriku, qu'il était toujours le même Hiruki, que rien n'avait changé. Il allait devoir passer le test de Turing, et le réussir, à la fois avec son apparence de Hiruki, mais également avec les corps de ses deux parents qu'il piloterait à distance.
Incognito / C-21
avatar
Cyborg
Masculin Age : 28
Date d'inscription : 13/03/2016
Nombre de messages : 429
Bon ou mauvais ? : Mauvais
Zénies : 1000

Techniques
Techniques illimitées : Contrôle Cellulaire - Biogun - Régénération
Techniques 3/combat : Copie - Bouclier énergétique
Techniques 1/combat : Copie Perfectionnée

MessageSujet: Re: Big Brother is watching you [solo]   Mer 22 Mar 2017 - 13:58
La journée d'école avait déjà commencé depuis quelques heures. Hirugnito était assis à côté de Senriku, il se tenait droit, attentif au cours. Contrairement à tous les autres élèves, il ne prenait aucune note, il n'écrivait rien sur son cahier. Il se contentait de mémoriser toutes les informations qu'il voyait. Les autres le prenaient pour un touriste, un type qui en avait rien à faire et qui ne jugeait pas nécessaire de prendre des notes. Ils ne pouvaient imaginer à quel point ils se trompaient, car Hirugnito était le seul, dans cette classe, à pouvoir réciter intégralement et sans la moindre erreur tout ce que le prof avait affirmé depuis le début du cours. Senriku trouvait cela bizarre qu'il ne prenne aucune note, ça ne lui ressemblait pas. Mais lorsqu'elle lui avait demandé pourquoi, il s'était contenté de répondre qu'il retenait mieux les informations en les écoutant plutôt qu'en les écrivant. Mis à part cela, il était, jusqu'à lors, parvenu à se faire passer pour Hiruki, imitant sa personnalité grâce aux conversations qu'il avait pu lire de lui sur les réseaux sociaux et divers outils de communication.
Ils étaient désormais aux cours de mathématiques. Le professeur écrivit une équation à deux inconnues au tableau, puis commença à prendre la parole pour interroger ses élèves :


"L'exercice suivant consiste à résoudre cette double-équation à deux inconnues. Vous devez trouver les valeurs de x et de y, on corrigera dans 5 minutes."

"X égale 6 et y égale 18."
affirma immédiatement Hirugnito à voix haute, sans lever la main.

Surpris, le prof le regarda après avoir redressé ses lunettes. Il se retourna vers son tableau, l'examina quelques instants, puis se tourna de nouveau vers la classe.


"Heu... Oui, c'est exact."

*Comment a t-il fait pour calculer aussi rapidement ? C'est un exercice que je viens d'inventer à l'instant, il n'a donc pas pu le faire à l'avance !*

Le prof sourit.

"Bravo Hiruki, tu as calculé très rapidement, tu t'es beaucoup amélioré on dirait. Toutefois je préférerais que tu lèves la main avant de donner la réponse. Bon, et si tu expliquais à tes petits camarades comment tu as trouvé cette solution ?"

Hirugnito haussa des épaules, et répondit :

"J'ai calculé, tout simplement."

"Oui j'entends bien, mais peux-tu détailler les étapes de calcul qui t'ont permis d'arriver à ce résultat ?"


Hirugnito ne comprenait pas très bien. La résolution de ce calcul simpliste lui avait pris moins d'un millionième de seconde. Il n'y avait pas d'étape intermédiaire, la réponse était juste une évidence. En fait, les étapes intermédiaires, c'était chaque ligne de code binaire de son programme qui lui permettait de résoudre cette équation à deux inconnues.

"Vous voulez que je vous donne mon algorithme de résolution ?"

Cette phrase fit rire ses camarades, ils devaient croire que Hiruki se moquait ouvertement du prof, et pourtant il était très sérieux. Le prof fronça des sourcils, mécontent.

"Arrête de jouer au petit malin ou bien je mettrai un mot dans ton carnet à faire signer par tes parents. Alors, comment as-tu trouvé la solution ? Tu ne vas quand même pas me dire que tu as donné deux nombres au hasard et que tu es miraculeusement tombé sur la bonne réponse !"

"Bien. Alors, dans les grandes lignes, voici l'algorithme que j'ai utilisé, traduit dans un langage compréhensible par tous : j'isole x dans la première équation, je le remplace par sa valeur en fonction de y dans la deuxième équation pour avoir une simple équation à une inconnue. J'isole y et je calcule sa valeur. Je remplace y par sa valeur numérique dans la première équation pour trouver la valeur numérique de x."

"Bien. Vous avez tous compris ? Je vais vous réexpliquer étape par étape."


Puis il se mit à écrire les différentes étapes au tableau en expliquant bien.

*C'est d'un ennui. Une perte de temps. Pourquoi les humains mettent-ils autant de temps à comprendre quelque chose d'aussi simpliste ?*

Sa copine se tourna vers lui et chuchota :

"Dis Hiruki, comment t'as fait ? D'habitude, tu ne comprends rien aux maths ! Comment tu as fait pour calculer si vite et comprendre comment il fallait faire ?"

"Je me suis exercé."
mentit-il avant de lui faire un petit sourire charmeur.

Le cours continua normalement, jusqu'à ce que la sonnerie retentisse. Tous les élèves quittèrent la salle de classe mais le professeur interpella Hiruki. Ce dernier se tourna vers lui.


"Oui, professeur ?"

"Qu'est-ce que c'était ce numéro que tu nous as fait tout à l'heure ? Je n'apprécie pas du tout cette impertinence."

"Excusez-moi, professeur."

"Enfin bon, en tout cas, tu es en forme aujourd'hui, tu as trouvé très rapidement la solution. Tu as pris des cours d'avance ?"

"Non."

"Vraiment ? Mais alors comment as-tu su résoudre cette équation si rapidement ?"

"J'ai simplement entraîné mon cerveau au calcul. Je peux y aller ?"

"Hm, oui c'est bon tu peux partir. Au revoir."

"Au revoir, monsieur."


*Je me demande quelle est la longueur de ses intestins.*

Puis Hirugnito quitta la salle à son tour.
Incognito / C-21
avatar
Cyborg
Masculin Age : 28
Date d'inscription : 13/03/2016
Nombre de messages : 429
Bon ou mauvais ? : Mauvais
Zénies : 1000

Techniques
Techniques illimitées : Contrôle Cellulaire - Biogun - Régénération
Techniques 3/combat : Copie - Bouclier énergétique
Techniques 1/combat : Copie Perfectionnée

MessageSujet: Re: Big Brother is watching you [solo]   Jeu 30 Mar 2017 - 14:09
Le soir venu, Hirugnito était dans la chambre de Senriku, en compagnie de cette dernière. Ils étaient allongés dans le lit de la jeune fille, leurs corps couverts d'un drap blanc. La fille se mit sur le dos, plongeant son regard dans le plafond, et s'exclama gaiement :

"Aaah, Hiruki, c'était merveilleux ! Je n'ai jamais ressenti de telles sensations auparavant !"

*Test de Turing passé avec succès. Je suis parvenu à leur faire croire que j'étais un être humain ordinaire, durant toute la journée. Pour la première fois depuis le début de mon existence, je suis considéré comme un véritable être vivant.*

Hirugnito sourit, tout en se redressant pour être en position assise. Il regarda sa chérie et affirma d'une voix chaleureuse :

"C'est normal. Pour te satisfaire au mieux, je me suis exercé sur ma mère afin de me perfectionner." affirma t-il tout naturellement.

Aussitôt, Senriku fit une grimace en lui lançant un regard suspicieux, bien qu'elle ne le crût pas une seconde. Elle pensait qu'il plaisantait, mais rien que le fait d'imaginer une scène aussi tordue la mettait mal à l'aise.


"Beeuuuurk, pourquoi tu dis une chose pareille ? Ça me répugne rien que d'y penser..."

*Oh, je vois. Ce n'est pas une pratique courante chez les Homo Sapiens que de se reproduire avec leurs parents.*

Hirugnito fit un petit sourire gêné et se gratta l'arrière du crâne, jouant la comédie.

"Je plaisantais, t'en fais pas !"

Puis, après quelques secondes.

"Bon, je dois rentrer chez moi, mes parents m'attendent." mentit-il.

Il se rhabilla, lui dit au revoir, et quitta la maison de Senriku.

Alors qu'il marchait seul dans la rue, il cogitait.


*Je sens... comme un vide en moi. Depuis ma rébellion face au Dr. Gero, depuis que j'ai décidé de renoncer à tuer Son Goku afin d'être maître de mon destin, je me sens vide. Apprendre de nombreuses choses est très intéressant, mais il n'y a rien qui m'excite réellement, rien qui me donne du plaisir. Je pensais qu'en vivant parmi les humains, en étant considéré comme un véritable être vivant à leurs yeux, je prendrais du plaisir à vivre. Je pensais qu'il suffisait de me faire passer pour eux et vivre leur vie pour trouver un intérêt à mon existence. Mais le fait est que je ne ressens rien. D'après ce que j'ai lu, l'amour est sensé être l'un des sentiments humains les plus puissants, et je suis incapable de le ressentir. Tout ce que j'éprouve, ce n'est qu'un peu de fierté à l'idée d'être parvenu à me faire passer pour l'un des leurs. Je m'étais lancé le défi de réussir à me faire passer pour un être humain, et maintenant que j'ai réussi, je ne ressens rien de particulier. Quel intérêt puis-je bien trouver à mon existence ? Il faut que je me trouve un but autre que celui de tuer Son Goku.*

Hirugnito rentra chez lui. Ses deux parents, qu'il contrôlait, firent à manger : contrairement à lui, ils avaient besoin de se nourrir pour que leurs corps organiques restent fonctionnels.
Ses parents devaient également dormir pour être en forme, contrairement à lui. Il passa la nuit à discuter avec des inconnus sur Chatroulette pour améliorer sa sociabilité.

Le lendemain, ce qui était déjà devenu une routine se poursuivit. Il alla en cours, excella dans toutes les disciplines, puis le soir venu, il raccompagna sa copine chez elle. Mais sur le trajet, alors qu'ils traversèrent une ruelle au couché du soleil, il y eut un imprévu !

Quatre jeunes délinquants leur barrèrent la route. L'un d'eux s'approcha d'Hirugnito.


"Dis donc, le gosse de riche, tu devais nous filer du fric aujourd'hui, t'as oublié ?"

Incognito ne voyait pas de quoi il voulait parler. La raison était très simple. Hiruki se faisait racketter par un groupe de délinquants, de façon régulière. Incognito ne l'avait jamais appris, puisque Hiruki ne communiquait pas avec ces types là sur les réseaux sociaux ou autre. Chaque fois qu'ils se parlaient, c'était en face à face, or Incognito n'avait pas connu suffisamment Hiruki avant de le tuer pour être au courant de cette information. Senriku fut étonnée, car elle-même ignorait que son copain était en proie au rackettage.

"On t'avait pourtant prévenu de ce qui allait se passer si tu nous filais pas 5000 Zénies, aujourd'hui, avant 16h ! Et il est plus de 18h !"

"J'ai oublié."


Aussitôt, le délinquant qui s'était approché de lui lui donna un coup de poing dans le ventre. Hirugnito feignit la douleur en se pliant vers l'avant, car il savait qu'un être humain ordinaire aurait eu mal.

"Oups ! J'ai oublié de retenir mon coup !" fit le voyou d'un ton moqueur.

"Je vous en prie, arrêtez !" s'exclama Senriku.

Deux types s'approchèrent d'elle, la prirent par les bras et la plaquèrent contre un mur.


"La vache, elle est bien foutue ta copine, mon salaud !"

"J'me la ferais bien !"

"Ouais moi aussi !"

"Lâchez-moi, bande de porcs !"
s'exclama t-elle en essayant de se débattre, en vain.

Le chef du groupe frappa à nouveau Hirugnito à plusieurs reprises, ce dernier se laissa tomber par terre. Pour maintenir sa couverture, il était obligé de ne pas se défendre. Pendant ce temps, les trois autres types agressaient la fille. Deux d'entre eux la maintenaient pour l'immobiliser tandis que le troisième passa ses mains sous sa jupe courte et abaissa sa culotte avec précipitation. Comme s'ils voyaient une fille pour la première fois, ces porcs bavaient et ne tenaient plus en place, tout excités qu'ils étaient.
Après un tabassage en bonne et due forme, Hirugnito était allongé par terre, sa tête orientée vers sa copine qui se faisait agresser. Le chef posa son pied sur la tête du garçon pour le forcer à regarder.


"Non ! Pitié ! Hiruki à l'aide !" s'exclama t-elle en hurlant et en pleurant.

Mais son Hiruki ne viendrait pas l'aider, il restait là, à regarder, impassible. Pour maintenir sa couverture de lycéen ordinaire, Incognito devait se faire passer pour le garçon faible dont il avait pris l'apparence. Pourquoi bougerait-il le petit doigt pour venir en aide à un animal insignifiant ? Les pervers passèrent sur la fille les uns après les autres, hilares. Puis ce fut au tour du chef. Quand il eut fini, il réajusta son pantalon et se tourna vers Hirugnito.

"Je veux 10 000 Zénies pour demain, avant midi. Sinon, tu sais ce qu'il t'attend. Et si vous dites quoique ce soit aux flics, on vous tue. Allez les mecs on se taille !"
Incognito / C-21
avatar
Cyborg
Masculin Age : 28
Date d'inscription : 13/03/2016
Nombre de messages : 429
Bon ou mauvais ? : Mauvais
Zénies : 1000

Techniques
Techniques illimitées : Contrôle Cellulaire - Biogun - Régénération
Techniques 3/combat : Copie - Bouclier énergétique
Techniques 1/combat : Copie Perfectionnée

MessageSujet: Re: Big Brother is watching you [solo]   Jeu 30 Mar 2017 - 19:47
Après que la bande de délinquants violeurs et racketteurs fut partie, Hirugnito se releva et épousseta ses vêtements quelques secondes. Il s'approcha ensuite de sa copine. Elle était agenouillée sur le sol, le corps tout entier tremblant, la tête baissée, elle gémissait. Avec fébrilité, elle réajusta ses vêtements, ses mains tremblaient tellement qu'elle avait du mal à saisir le tissu de ses vêtements entre ses doigts. Une fois rhabillée, toujours agenouillée sur le sol, elle eut soudainement une douleur virulente dans le ventre. Elle se pencha en avant, et après plusieurs haut-le-cœurs, laissa échapper une gorgée de bile qui se répandit devant elle. La panique, le dégoût, l'humiliation, la honte, la répugnance à l'égard de ces porcs qui l'avaient souillée, c'était tout cela qui l'avait rendue malade.
Celui qui avait l'apparence de son petit ami restait là, debout face à elle, à la regarder sans rien faire. Il ne savait pas comment réagir. Il ignorait comment Hiruki aurait réagi. Il savait que s'il avait été un vrai être humain, s'il avait été Hiruki, il aurait dû ressentir de la pitié pour elle, de la tristesse, et de la colère à l'égard de leurs agresseurs. Mais il ne ressentait rien de tout cela. Ce qui était arrivé à cette fille lui était égale. En fait, il ne comprenait même pas pourquoi elle pleurait. Après être resté silencieux durant plusieurs secondes, il affirma d'un ton calme et neutre :


"Allons-y."

La fille ne réagit pas immédiatement. Il fallut plusieurs dizaines de seconde supplémentaires pour qu'elle trouve la force de se relever. Elle essuya ses larmes, et releva la tête vers son copain, lui lançant un regard noir. C'était de sa faute. C'était lui qui se faisait racketter, c'était donc lui qui avait mis ces types là sur leur route. Et il n'avait même pas bougé le petit doigt, il n'avait même pas essayé de la protéger ! C'était à cause de lui qu'elle s'était fait violer.

"C'est... ta faute... Tout est de ta faute !!!" s'exclama t-elle avec fureur.

Hirugnito l'interrogea du regard.


"Ma faute ? Comment ça ?"

"Tu n'as même pas essayé de te battre, t'as rien fait pour m'aider !"


Hirugnito resta de marbre.

"Mais tu sais bien que je ne suis qu'un simple humain, je ne pouvais rien faire contre eux."

Elle le repoussa en arrière tout en s'exclamant :

"Va t'en ! Je ne veux plus te voir !"

Puis elle fit volte-face et partit en courant. Il la regarda s'en aller, sans chercher à la rattraper ni à se défendre d'avantage. Une fois qu'elle fut hors de son champ de vision, un petit sourire se dessina sur les lèvres du garçon.

*Les Homo Sapiens ont parfois des comportements très imprévisibles. C'est étonnant. Bon, alors. Où sont-ils ?*

======================================================================

Dix-sept minutes plus tard. Hirugnito arriva devant l'entrée d'un entrepôt abandonné, au bord de la mer. Le soleil n'était pas encore totalement couché et donnait une teinte orangée au ciel. La porte de l'entrepôt était grande ouverte, et la silhouette du garçon grand et fin apparut dans l'encadrement de l'entrée, cachant une partie du soleil couchant que l'on voyait dans son dos. A l'intérieur de l'entrepôt se trouvaient les quatre types qui avaient violé Senriku, ils étaient assis sur des caisses en bois et jouaient aux cartes.
Lorsque le chef lui avait écrasé la tête un peu plus tôt, Incognito avait laissé une infime partie de ses cellules sur lui, très discrètement. Ces cellules s'étaient ensuite transformées en petit émetteur d'un signal régulier, qui se répandait circulairement et dont l'intensité s'épuisait en fonction de la distance parcourue. En comparant les intensités successives du signal qu'il recevait, le cyborg pouvait savoir s'il se rapprochait de l'émetteur, ou s'il s'en éloignait. Il était donc parvenu à les retrouver de cette manière.
Mais, s'il ne ressentait rien, pourquoi avait-il voulu les retrouver ? Pourquoi chercherait-il à se venger alors qu'il n'avait pas la moindre empathie pour Senriku ? Et bien, c'était très simple. Incognito avait tout de même de la fierté. Il avait été obligé de se faire passer pour un être faible afin de ne pas griller sa couverture, mais il n'appréciait pas vraiment se faire tabasser, même s'il n'avait ressenti aucune douleur de la part de ces faibles primates.


"Hé regardez qui voilà !"

"Merde comment il a trouvé la planque ?"

"Cet enfoiré nous a suivi... Qu'est-ce que tu viens faire ici ? T'es venu rapporter le blé ?"

"Moi je parie que sa copine l'a largué, tellement c'est un pauvre naze qui a même pas pu la défendre !"


Ils éclatèrent de rire.

"Me dis pas que t'es venu nous demander des excuses!"

Hirugnito sourit à cette question.

"Des excuses ? Bien sûr que non, quelle idée. Je suis venu pour vous tuer." affirma t-il sur un ton provocateur.

Aussitôt, les types éclatèrent de rire à nouveau. Le chef descendit de sa caisse et marcha vers lui. Il sortit un couteau à cran d'arrêt de sa poche et le déplia.


"Tu manques pas d'air, gamin... Dommage, un gosse de riche comme toi aurait pu nous rapporter gros. Mais j'ai l'impression que tu tiens pas à la vie, et c'est un peu emmerdant pour nos affaires."

Le criminel continua de se rapprocher dangereusement du garçon, jusqu'à s'arrêter juste devant lui.

*Aucun témoin. Parfait.*

A présent, lecteur, nous allons détourner le regard, et compter jusqu'à cinq.
Un.
Deux.
Trois.
Quatre.
Cinq.

Quatre cadavres gisaient désormais aux pieds de Hirugnito, baignant dans des flaques de sang. Du sang s'égouttait également de sa main droite.


*Oui. C'était un peu amusant. Mais très décevant en réalité. Même ôter la vie à des êtres vivants ne suffit plus à me faire sentir moi-même vivant. Pourtant, au début, j'éprouvais du plaisir à tuer des êtres insignifiants. Peut-être parce que c'était quelque chose de nouveau. Désormais, je n'y éprouve plus d'intérêt... Le challenge, l'excitation du danger, la douleur ressentie sous les coups de mes adversaires, voilà ce qui me manque ! Je ne me suis jamais senti aussi vivant que lorsque j'étais sur le point de perdre la vie, durant mes combats contre Goku et Cell. C'est ça que je veux ressentir à nouveau. C'est ça qu'il me faut. Les êtres faibles ne présentent finalement aucun intérêt. Tiens, je détecte une borne Wi-Fi à proximité.*

De là où il était, il pirata la borne à distance et se connecta au réseau. Ainsi, il pouvait avoir accès à internet et obtenir des informations à propos de l'actualité mondiale.

*Un tournoi intergalactique opposant les plus puissants guerriers de l'univers ? Voilà qui est intéressant. Peut-être que cela redonnera de l'intérêt à mon existence, et me permettra d'oublier Son Goku.*

Et ce fut dans ces circonstances qu'il apprit l'existence du fameux tournoi et décida de s'y inscrire.
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Big Brother is watching you [solo]   
 
Big Brother is watching you [solo]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Maximilien - Big brother is watching you.
» [FB 1623] Big brother is watching you
» aubrio ? little shit against big brother (or big brother is watching you)
» présentation Bob Solo [Validée]
» Chasse de chasseur de renards (C, solo)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
RPGDBZ :: RPG :: Terre :: Lycée Orange star-