Partagez | 
 

  [PV BMV] Violent Delights Have Violent Ends

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Boss Stinger
avatar
Terrien
Masculin Date d'inscription : 05/06/2009
Nombre de messages : 715
Bon ou mauvais ? : -
Zénies : -

Techniques
Techniques illimitées : They are no redemption
Techniques 3/combat : for those
Techniques 1/combat : who shatter the time

MessageSujet: [PV BMV] Violent Delights Have Violent Ends   Lun 26 Juin 2017 - 0:41

Dans l’espace, les ombres n’existent pas. Tout est ombre, tout est lumière, tout est tout, rien est tout. Nous ne sommes que de petits points dans cette lumineuse obscurité. Dans ce vide, des monstres luttent contre l’entropie. Recouvert d’une surface lisse et blanche, l’intelligence dépassant tout organisme vivant, se répartissant ce qui ne leur appartiens pas comme si tout leur était dû… Hommes, Sayens, Moojuus, Démons, Anges, Dieux et Héros, de multiples visages pour une même infection. La galaxie est envahi par un cancer anti-entropique dont elle est la fatale créatrice. Mais si ces êtres brisait le cycle infini de toute chose, il y avait des choses qu’il n’avait pas encore osé saccager. Et pourtant, dans leur terrible naïveté, ils ont ouvert une des portes qu’ils ne devaient jamais ouvrir. Par delà le temps et l’espace, les être de chair ont développé un moyen de détruire encore plus l’ordre si fragile de l’existence. Ils ont finalement réussi à réduire le futur en esclavage, à briser le passé pour le ramener au présent. L’infini boucle des époques et des instants présents, la multitude des moments impossible à montrer du doigt, l’horloge s’était arrêté de tourner pour certains de ces êtres de chair. Mais la galaxie ne pouvait rien faire. Aucun corps ne peut se détruire volontairement dans le but d’éradiquer une menace intérieure. Le cancer du savoir était en train de ronger l’improbabilité de toute chose, de faire entrer en résonance les si fragiles tachyons. Et dans ce chaos ambiant, dans cet immense brouhaha de guerres et de paix, des trous noirs avalent la lumière, des immenses soleils explosent en libérant leur infini énergie, des objets si improbable et impossible à appréhender se divise, devenant “deux” alors qu’ils n’étaient que “un”. Dans l’espace, les ombres n’existent pas. Dans l’espace, il n’existe que la pureté. Dans l’espace, Stinger Industry était en train d’instaurer un nouvel ordre

“Commandant, nous sommes en approche de Dosatz”

Ajustant sa veste, observant sa montre a gousset, Ellias faisait défiler autour de lui les chiffres et autres variables de l’immense vaisseau-planète. Rien d'anormal, rien d’improbable. Tout était millimétré, tout était parfaitement calculé. Tout se passait bien, tout se passait trop bien. L’espace galactique de ce pan de la galaxie était si calme par rapport au reste. Ici, les combats spatiaux étaient si rares qu’ils avaient tous été référencé dans la dernière encyclopedia galactica sous la description : globalement inexistante. Pourtant, le commandant voulait éprouver la puissance de cette immense station. Il savait qu’il avait avec elle un pouvoir si grand qu’il pouvait aisément réduire la surface d’une planète à un état de fusion permanent. Le café qu’il faisait allègrement tourner par télékinésie formait une buée sur les parois de la tasse. Derrière lui, Stinger avait les bras croisé, scrutant par l’immense baie d’observation quelque chose d’imperceptible. Ces yeux entièrement bleu semblaient perdus, dérivant dans une époque lointaine. Après le départ de Jade, il avait été différent. Il semblait avoir pris la mesure de quelque chose de différent. Tous ces plans avaient semblé être imperceptiblement changé. Mais Ellias connaissait bien son ami, il voyait que quelque chose de nouveau luisait dans son regard. Il ne lui posa pas de question, il n’avait pas à le faire. La vie de son ami était la sienne, elle n’appartennait a personne d’autre. Inversement, Gilean possédait le pouvoir sur un nombre d’hommes et de femmes en constante augmentation. Partout, sur chaque planète, des usines Stinger Industry s’était implanté. Il était partout, il était tout le monde. Pour certain, l’air qu’ils respiraient provenait de ces usines. L’air fier, le torse bombé, il regardait bien par l’immense baie d’observation.

“Mon ami, notre destination est proche. J’espère que nous n’allons pas effrayer trop de monde avec la Fléche d’Argent”

Stinger savait quand son ami cherchait à attirer son attention. Il connaissait par coeur ces réactions et ces façons d’amener le dialogue. Il n’avait pas besoin de répondre, il savait que cela n’avait aucun intérêt. C’était la façon que Ellias avait de vous ramener dans le monde présent. Depuis le départ de sa mère, Gilean avait changé ces plans, remettant sur pied d’anciens programmes qu’avait lancé son défunt père. Les mercenaires de Stinger avait lancé un nouvel appel, un appel qui semblait avoir résonné sur toute les planètes de façon plus importante qu’avant. De nouveaux cadets souhaitait s’embarquer dans l’aventure de Stinger Industry, rêvant d’un jour embarquer à bord du prestigieux vaisseau mère. Les moniteurs non loin du commandant du vaisseau indiquait le temps avant la sortie de l'hyperespace. Il savait qu’il allait avoir l’insigne honneur de faire sortir le vaisseau de cet immense état de transe sub temporel. Depuis la sortie de l’usine de la Flèche d’Argent, il n’attendait que cela, partir à la rencontre d’autres planètes à bord de cette ville flottante. Autour d’eux, un immense hologramme faisait flotter les panneau de contrôle dans le vide de l’espace, faisant comme s'ils étaient à l’extérieur de la coque, loin de l’avant de l’immense flèche de métal. Pourtant, la salle de commandement était protégé par une quantité de couche de métal impossible a percer, impossible à atteindre, impossible à détruire. La salle avait été prévu pour résister à des gravité trois fois supérieures à celles exercés par les plus grands trous noirs ou encore à des chaleurs avoisinant celles du coeur d’une naine blanche. Mais autour d’eux, l’espace infini étendait sa toile, comme pour les couver dans la douceur de l’obscurité et les émerveiller par les étoiles réduites a des raies de lumières filantes. Ils étaient proche de Dosatz. L’indicateur nominal de fin d'hyperespace annonçait zéro. Volontairement, avec une précision aussi minutieuse que possible, il prononça les mots suivant avec un treizième de millième de retard

“Rupture !”

Le vaisseau produisit un mini-trou noir en son sein, provoquant une dépense énergétique si incalculable qu’elle semblait ne pas pouvoir exister. De celui ci, les systèmes automatisés absorbent la puissante gravité ainsi émise, la redirigeant dans le sens voulu à chaque étage de la Flèche d’Argent. Durant un treizième de millième de seconde, le trou noir fut créé, la gravité redirigé et une bombe a matière blanche fut lancé pour refermer l’anomalie scientifique. Impossible pour l’équipage d'imaginer les conséquences qui se passait avec cette opération, pourtant ils devaient tous la vie a ce puissant dispositif, prenant une taille gargantuesque dans le vaisseau. Avec ce qui était appelé “Compensateur d’Impensateur par Gravité Artificielle” (ou CIGA pour les intimes), personne n’avait ressenti la décélération pourtant si intense qu’elle aurait pu atomiser le moindre corps à bord. Un seul dysfonctionnement de ce système et la Flèche d’Argent devenait un vaisseau fantôme. Heureusement, les processus ICARE III avait été prévu pour empêcher cette possibilité, rendant ce matériel fiable à 100%, sans marge d’erreur.
Si tout cela était important, c’était parce que Gilean avait ajouté un treizième de millième de seconde à leur voyage sub-temporel, rapprochant le vaisseau de la planète plus que prévu, le plaçant dans l’orbite basse de Dosatz. Stinger activa son comm-link attaché à sa veste pour être entendu dans la totalité du vaisseau

“Aujourd’hui, nous n’allons pas passer inaperçu sur la planète ! Aujourd’hui, Stinger Industry revient sur les terres qui ont vu son essor, notre essor à tous ! Aujourd’hui, soyez fier car nous sommes de retour chez nous !”

Sur le pont, personne ne cilla. Aucun membre du personnel navigant ne devait perdre de vue son travail. Sorti du voyage supra luminique, il fallait rétablir les communication avec Stinger Industry, annoncer la présence non-hostile du vaisseau dans l’orbite de la planète, lancer les procédures de descente des croiseurs léger pour débarquer une partie des scientifiques et des troupes…Tant de chose se passait en même temps sur le pont qu’il faudrait des heures pour tout décrire. Le centre névralgique du vaisseau envoyait ces ordres, dirigeant les troupes présentes dans chaque quartier. Un briefing avait été donné il y avait quelques heures de cela, avant même de lancer le vaisseau à l'assaut de l’obscurité spatiale. Beaucoup de personnes allaient prendre le vieux téléporteur pour Léto, étant muté pour changer d’environnement. Stinger porta un regard vers Ellias, lui faisant un sourire. Il savait que son ami voulait être discret, mais il semblait ne pas compris la vocation du vaisseau à ce moment précis : certes il avait une mission qui ne demandait pas tant de spectacle, mais la Flèche d’Argent avait aussi un devoir d’intimidation fort, l’objectif d’imposer sa présence autant que possible au yeux du peuple de Dosatz. En ce moment même, les hommes et femmes étaient tourné vers les stades, regardant avec passion les combats dans les différents arènes. Mais quand la nuit tomberait sur les arène, quand le soleil serait couvert par une éclipse qui n’avait pas prévu, ils allaient lever les yeux au ciel, cherchant la source de cette magie. Et le vaisseau serait la, écrasant par sa taille et imposant sa puissance. Autour de Dosatz, une nouvelle lune tournait, et cette lune était d’argent.

“Ellias, n’oubliez pas d’informer la troupe de débarquement d’aller rencontrer notre cible. Il est impératif qu’il reçoivent notre message au plus vite et qu’il vienne de ce pas à bord.”

“Le message vient d’être envoyé, Gilean”

“Bien”

Dans le centre de commandement, des hommes et des femmes affluèrent soudain, porteuse de différents messages bien trop important pour être confié à une IA ou un système de messagerie à distance. En un mouvement de main, Gilean activa un moniteur d’observation et les télescopes d’observations se calibrèrent sur quatre points : les quatres arènes du grand tournoi. Il put voir les différents duellistes, leur rage et leur passion. Betement, il s’était dit qu’il souhaitait braquer les même téléscopes vers la Terre, à la recherche de celle qu’il aimait. Mais il se ravisa bien rapidement, jouant à cet instant avec ce qui semblait être l’ancien emplacement de sa bague. Un fantome au doigt, un fantome dans son coeur. Il secoua la tête, plongeant dans les différentes caméras représentant les différents champs de bataille. Si certains étaient béni par un ciel clément, une arène en particulier semblait recouverte de puissants nuages noirs. Il ne pris que quelques secondes à Stinger pour comprendre qui était les deux opposants. En ce moment même, un membre du Shadow Squadron était en train de livrer une bataille mémorable.

Puis il souria. Sur les trois autres arènes, il put voir ce qu’il cherchait. Il s’éloigna du moniteur, allumant un cigare et le portant à sa bouche. Par la grande baie holographique, il put voir les deux corvettes partir, semblant minuscule par rapport à la longue ligne chromé qui s’étendait vers l’horizon qu’était le vaisseau. Pourtant, il savait que chacun de ces vaisseaux avait la capacité d’embarquer plusieurs centaines d’hommes, quasiment autant que le coeur de fer. Dans son esprit, il n’attendait qu’une chose, la confrontation qui allait se produire.

Ils étaient deux facette d’une même pièce, deux visage d’un même pouvoir, deux hommes au destin maudit. Kym lui avait fait ouvrir les yeux, Jade lui avait donné un but. Elles deux lui avait montré la voie qu’il allait suivre, elles lui avaient donné la mission dont elles n’avaient même pas idée. Pourtant, par leur regard, par leurs sentiments si forts, elles lui avaient donné un but, une nouvelle vision pour son plan infini. Mais pour exécuter ce plan, aussi fou qu’il allait paraître, il lui fallait des alliés, des alliés avec une vision bien particulière. Dans ce monde, la dichotomie du bien et du mal avait été faussé par une ligne de plus en plus flou. Les héros et leurs ennemis n’étaient rien de plus que des bouchers aujourd’hui, et il était temps de rétablir une ligne qui remettrait de l’ordre dans un chaos de plus en plus omniprésent.

Et dans ce chaos, un seul homme avait le pouvoir de lutter contre l’entropie. Il était le centre même de tout ce maelstrom de folie, la pointe visible de l’iceberg qui se profilait sur le chemin de l’humanité. Pour combattre le chaos, il n’y avait qu’un homme, un homme rongé par le chaos
Majin Vegeta
avatar
Administrateur
Masculin Age : 25
Date d'inscription : 27/05/2007
Nombre de messages : 8457
Bon ou mauvais ? : Mauvais ! Tu vas goûter ma puissance suprême !
Zénies : 1395 (+840 pour alliance)

Techniques
Techniques illimitées : Canon Garric // Déplacement instantané // Atomic Blust
Techniques 3/combat : Final Flash // Big Bang Attack
Techniques 1/combat : Rage Kanasiène (Laser de Kanasa)

MessageSujet: Re: [PV BMV] Violent Delights Have Violent Ends   Jeu 29 Juin 2017 - 18:17


Le roi de Kanasa se dirigeait vers ce qui ressemblait à un vaisseau, ce dernier semblait être en orbite autour de la planète Dösatz, il ne reconnaissait pas ce vaisseau mais cela l'intriguait. La nuit commençait à tomber, le coucher de soleil orangé avait laissé place à l'obscurité, seule les lumières des villes sur Dösatz semblaient pouvoir illuminer ce ciel rempli d'étoiles. Fonçant au niveau du sol afin de se placer sous l'orbite de l'incroyable bâtiment spatial, le Kanasien remarqua un point lumineux dans le ciel, il semblait grossir, signe qu'un engin ou une capsule se rapprochait du sol, le majin stoppa alors sa course et observa ce dernier. Il s'agissait d'un vaisseau de taille moyenne, il amorça sa descente près de Majin Vegeta, le logo "Stinger's Industry" était gravé dans la coque de ce vaisseau, il devait sans aucun doute venir du paquebot spatial qui flottait dans l'atmosphère de la planète.

Lorsqu'il fut totalement posé et à l'arrêt, la porte s'ouvrit et une petite escouade fit irruption hors de ce dernier, ils ne semblaient pas armés, étaient-ils porteur d'un message ? Ils étaient équipes d'une petite armure de reconnaissance assez légère, mais face au majin ils ne feraient sûrement pas de vieux os, le roi de Kanasa se méfiait de ces types, que lui voulaient-ils ? Nous allions vite le savoir, l'homme qui était sorti en premier du vaisseau s'approcha lentement du majin, ce dernier se mit alors en garde, prêt à l'expédier six pieds sous terre. Mais d'un geste de la main, l'homme fit signe qu'il ne venait pas se battre, il prit alors la parole :


"Majin Vegeta je suppose, on m'a parlé de vous à de maintes reprises, votre réputation est sans pareille. Nous avons un message pour vous, Mr. Stinger souhaiterait vous rencontrer, il est à bord de la Flèche d'Argent, si vous voulez bien nous suivre nous allons vous conduire à lui."

Le majin baissa alors sa garde, le messager venait de parler de Stinger, LE Boss Stinger ? Majin Vegeta le croyait mort et enterré depuis Metamol  ... Combien de vie ce charognard avait-il ?! Il connaissait la réputation de la Stinger's Industry, mais que venait-il foutre ici avec son vaisseau ? Le roi Kanasien reprit alors :

"Je vois que les années passent mais que les choses ne changent pas, c'est aux autres de venir à lui mais jamais l'inverse ... Il aurait pu venir lui-même mais il a préféré envoyer ses sbires faire le sale boulot, quelle enflure ce type. Mais voyez-vous, je suis de bonne humeur, je sort d'un massacre particulièrement revigorant, je vais donc venir avec vous et écouter ce que Stinger a à me dire, en espérant que cela ne soit pas déplaisant ou que ce soit une entourloupe, nous n'aimerions pas que son beau vaisseau finisse en paquet de pop corn dans l'atmosphère de Dösatz n'est-ce pas ? Allons-y !"

Un membre de l'escouade s'approcha et lui dit :

"Je vous demanderai de me donner vos armes, par souci de sécu..."

Il fut interrompu par le roi de Kanasa qui le poussa en arrière et lui rétorqua :

"Si tu essaies ne serait-ce qu'une seconde toucher à mes armes, tu vas découvrir ce que cela fait de tenter de remettre ses intestins à leur place."

Le message ne répondit pas, il se contenta de faire demi-tour et de rentrer dans le vaisseau, suivi par le majin et le reste de l'escouade. Le vaisseau avait plusieurs sièges noirs floqués eux aussi du logo de la Stinger's Industry, il fallait être mégalo pour vouloir que le logo de sa société apparaisse partout, à quand le papier toilette Stinger's Industry, cette vision fit ricaner le majin intérieurement. C'est alors que le pilote annonça au vaisseau mère qu'ils rentraient avec le Kanasien, ils décollèrent dans un nuage de poussière et prirent la direction de la Flèche d'Argent. Plus ils se rapprochaient de ce vaisseau plus on pouvait se rendre compte de sa taille imposante, sa couleur argentée presque chromée le faisait scintiller en cette nuit pourtant si noire. Boss Stinger avait encore dû dépenser une fortune pour s'acheter ce gadget, le majin ne comprenait pas qu'on dépense son propre argent dans de telles constructions alors que la solution au problème était l'asservissement, prendre une planète, réduire son peuple en esclavage, voler les ressources et les obliger à construire un tel enfin serait tellement facile et ne coûterait rien, hormis la vie des opposants à la volonté du Kanasien. De toute manière il n'aurait que faire de ce dernier, l'imposant vaisseau impérial Kanasien lui suffisait parfaitement, quand ce n'était pas le vaisseau de l'Alliance Maléfique avec lequel il aimait voyager entre les planètes.

Le vaisseau était désormais tout proche, la navette où se trouvait le Kanasien ne semblait être rien à côté de la Flèche d'Argent. Le pilote donna les codes d'accès à la tour de contrôle et ils ouvrirent la porte située devant aux qui menait au sas d’amarrage, le Kanasien laissa l'équipage se poser doucement et arrêter le moteur, ils ouvrirent la porte et laissèrent le majin passer en premier. Il quitta la navette et découvrit un immense sas d'amarrage où se trouvait de petites navettes pour du dispatch d'unités réduites comme celle qui avait intercepté le roi de Kanasa. Majin Vegeta prit la parole avec ironie :


"Je vous rappelle que je sort d'une véritable boucherie, vous permettez que je puisse enfiler une nouvelle tenue avant de rencontrer 'monsieur' Stinger, s'il revient bel et bien des morts il pourra bien attendre quelques minutes de plus."

Il est vrai que la tenue arrachée et brûlée du majin ne faisait plus vraiment fière allure, il portait plus des lambeaux de tenue qu'autre chose, le messager qui avait tenté de lui soustraire ses armes prit la parole à son tour :

"Veuillez me suivre, je vais vous amener dans une chambre de la Flèche d'Argent, vous trouverez des tenues de combat à votre guise."

Le majin grogna et suivit malgré tout le messager jusqu'à cette fameuse chambre, il longea des couloirs métalliques qui se ressemblaient pratiquement tous et arriva enfin devant une porte cette fois-ci en bois. Le message l'invita à entrer et le majin ferma la porte derrière lui, il avait vu le messager se poster derrière la porte, malgré leur invitation ils semblaient se méfier, ce qui était normal connaissant la réputation du tyran. Bref, Majin Vegeta en profita pour se rendre dans la douche la plus proche au fond de la chambre, il arracha ses vêtements souillés du sang de Kaito et prit une douche bien chaude, il enleva le sang séché du Kaio Shin qui se trouvait sur ses avants-bras et quitta la douche avec un air bien plus présentable. Il trouva une tenue de combat dans un des placards de la chambre, qu'il enfila rapidement et quitta la chambre, le guerrier hocha la tête et lui fit un signe de tête pour l'inviter à le suivre.

Majin Vegeta savait qu'il l'emmenait voir Boss Stinger, la rencontre allait peut-être portée sur le message que ce dernier avait laissé sur son tombeau pour lui et Tytoon. L'ange avait été attristée par les visions d'Anko, et cela avait rendu fou furieux le majin, il détestait voir Tytoon souffrir de la sorte, et encore moins qu'on utilise des visions de son enfant assassiné pour un quelconque objectif obscur, s'il venait ne serait-ce qu'à repasser des images d'Anko trafiquées ou d'un futur alternatif, le majin allait lui faire passer un sale quart d'heure. Tytoon ne voulait pas négocier avec lui, elle ne semblait pas faire confiance à un homme prêt à utiliser de telles fourberies pour convaincre des personnes, le majin venait ici car Stinger avait envoyé des messagers, de lui-même il n'aurait sûrement pas été, mais cela l'intriguait tout de même.

Le message et lui arrivèrent face à une sorte de monte charge, ils s'engouffrèrent en son sein et le messager indiqua à voix haute : "Salle de commandement". La voix du messager fut à priori scannée et ils purent monter vers cette fameuse salle de commandement. C'est une fois arrivé et après l'ouverture des portes que le roi Kanasien put admirer la salle de commandement, elle était d'une taille respectable et remplie d'appareils de commandement en tout genre. Un homme se tenait debout au centre de la salle, portant une cape blanche et un accoutrement bien spécifique, il reconnut rapidement Boss Stinger, sans attendre l'aval du messager dont il se foutait, il s'avança vers Stinger et prit la parole audiblement :


"Sympa ton vaisseau, et tes messages, top ! Ahahah ... Non sans déconner, pourquoi tu n'as pas bougé ton gros cul jusqu'à moi pour me parler ? Au lieu de m'envoyer ta pseudo escouade, j'aimerai savoir. Et d'ailleurs, j'aimerai savoir qu'est-ce que je fiche ici dans ta salle de commandement à ta parler, car oui le seul détail que tes messagers ne m'ont pas donnés c'est bien le pourquoi ! Tu as gagné le droit de tout m'expliquer, je t'écoute, j'ai tout mon temps."

Le roi Kanasien vit un siège libre non loin de là, en cuir marron foncé, il prit place et s'enfonça jusqu'au fond, posant ses coudes sur les emplacements du siège prévus à cet effet. Il n'attendait plus qu'une chose, des explication de Boss Stinger, il voulait comprendre.








Transformation :SSJ1,SSJ2,SSJ3,SSJ Blue
Energie dans l'épée / Vol
Objets : Hyper Sword, 1 sabre, 1 carte passe, 2 senzus, 1 Carte passe espace, Boules de cristal 5 étoiles et 7 étoiles

Roi de Kanasa
Champion du Tournoi de Dösatz N°2
Le combat n'est pas fini tant qu'il me reste un souffle de vie ...
Boss Stinger
avatar
Terrien
Masculin Date d'inscription : 05/06/2009
Nombre de messages : 715
Bon ou mauvais ? : -
Zénies : -

Techniques
Techniques illimitées : They are no redemption
Techniques 3/combat : for those
Techniques 1/combat : who shatter the time

MessageSujet: Re: [PV BMV] Violent Delights Have Violent Ends   Lun 3 Juil 2017 - 22:34

Des milliards d’êtres humains, un milliard de fois plus d’animaux, des milliards de fois plus d'organismes microscopiques. Dosatz n’était pas qu’une simple planète bleue et grise, non. Elle était le berceau de d’une vie florissante, tout aussi forte et vigoureuse que celle présente sur les autres planètes. À leurs échelles respectives, les acteurs du monde du vivant vivait ou survivait, cherchant toujours plus de possessions, territoires et pouvoirs. De la haut, tout cela semblait inimaginable, improbable, impossible. D’ici, le grand pont de commandement de la Flèche d’Argent, il n’y avait rien qu’un globe brillant dans l’obscurité de l’espace. L’infinité de l’homme émerveillait Gilean, encore plus aujourd’hui que quand il avait grandi en foulant cette planète si forte. Il était impossible de vivre sereinement sur Dosatz, tout était amplifié. Il connaissait le quartier de Tarador par coeur, centre de commande de tout le quadrant beta de la ville-monde. Il se rappelait des nuit glaciales comme des journées torrides. Tout n’était qu’un ouragan de sensations, d’adrénaline et d’odeurs musqués. Dans ce grand défilé de la vie, il avait dû se battre, il avait du se relever alors que de grands guerriers se présentaient sur la planète. Le jour du premier grand tournoi, il n’avait que 15 ans. Il avait vu des hommes si incroyable se battre, avec une force et une vigueur qu’on ne pouvait plus retrouver aujourd’hui. A cet époque, il regardait les retransmissions des matchs sur une petite télé à hologrammes, répétant sans cesses les mouvements du grand gagnant Yamcha ou ses éternels ennemis. Les duels avaient été si long, si palpitant… À chaque fois qu’il tombait face contre terre, il se relevait en s'imaginant être un de ces champions. Puis, en grandissant, les héros de cette époque disparurent ou vieillirent, devenant des vétéran dans l’esprit commun. Peter, Yamcha et Kisei s’était volatilisé alors que Tytoon était devenue une déesse intouchable, protégé par une bête féroce immortel… Mais il connaissait la vérité, il savait grace à l’épice ou se trouvait tout ces héros, qu’est ce qu’ils étaient devenus...Et depuis son pouvoir de vision, il n’avais eu cesse d’observer l’imprévisibilité de ces hommes et femmes.

Chaque seconde, l’IA du vaisseau engouffrer des données sur leur position et sur la planète en elle même. Depuis peu, une théorie mise en place par des scientifiques des Stinger Industry voulait qu’il était possible de déterminer le futur, si nous étions en possessions de suffisamment de connaissances sur le monde qui nous entourait. Les balbutiement de cette théorie amenait à de très nombreuses erreurs et ne permettait pas encore d’obtenir de résultats concrets, mais Gilean savait qu’un jour l’entreprise aurait un grand besoin et une grande utilité de ce pouvoir. Sous leurs yeux, le quadrant alpha de la ville avec Tropicaland en son centre, au bord de la mer de Méli. La parc brillait comme jamais alors que les ouvriers semblait avoir fini assembler les structures principales. D’ici, on ne pouvait pas voir suffisamment de détails, mais les grands ensembles hôteliers avaient le privilège de se marquer de l’environnement avoisinant. Il était suffisamment simple de reconnaître les grandes merveilles de la planète tel que les arènes du tournoi, simplement grâce à la délimitation effectué grâce à la végétation. Jamais l’oeucuménopole n’avait perdu de vue la nature et elle mettait un point d’honneur à la rendre omniprésente dans la totalité de ces constructions. Stinger faisait ainsi nager son esprit loin, cherchant à esquiver ces pensées les plus enfouies. Il regardait sa main, à l’endroit ou devait être présent sa bague. Elle n’était pas là, elle était sur terre. Elle brillait si loin de lui, à sa façon, vivant sa vie comme elle voulait la vivre. Elle n’était plus la, elle, la bague qui lui donnait tant de pouvoirs, la femme qui lui faisait tout perdre et tout gagner à la fois. Non, il laissait son esprit se perdre sur la surface de Dosatz alors que la planète tournait doucement sous ces yeux. Il revint rapidement à lui quand on lui annonça l’arrivée de son invité avec le croiseur qu’il avait envoyé. A bord, il n’avaient été qu’un dixième de ce qui était descendu sur la ville-monde, une escorte pour une légende d’un temps passé. Quand il posa pied sur la Flèche d’Argent, il demanda un espace pour se changer à la suite de son dernier combat. Cela allait laisser à Gilean assez de temps pour préparer la réception du Majin

“Ellias, le pont de commandement passe en mode veille pour ce soir. Que tous les responsables de quartiers soient envoyés à leur centre de commandes auxiliaire et s’occupe de faire une vérification complète de leurs systèmes respectifs. Je veux un compte rendu complet des systèmes critiques du vaisseau. Je souhaite recevoir Vegeta sur le pont sans que personne ne puisse écouter notre conversation. Relevez le niveau d’accréditation à pourpre. Ce sera tout mon ami”

D’un seul mouvement, le capitaine de la Flèche d’Argent souria et partit aussi discrètement que possible, sa tasse de café toujours en lévitation derrière lui. Peu à peu, le pont se vida, laissant l’accès au chefs des différents quartiers le vaisseau ainsi qu’au responsables des communications. Le pont de commandement faisait plus d’un hectare mais été divisé en salles et autres espaces pour garantir la discretion.La baie d’observation, la ou tout les maîtres d’équipages donnaient leurs ordres dans la totalité du vaisseau, ne dépassait pas les trois cent mètres carrés, entourés d’écrans holographiques offrant une vision à 360 degrés sur l’immense vaisseau. La lumière était entièrement baissé pendant le mode veille et pendant les voyages sub luminiques, offrant une luminosité incomparable au ecrans et permettant d’admirer l’extérieur comme si la salle y était. L’illusion était si prenante qu’elle avait déjà trompé plusieurs fois l’esprit de membres d’équipages arrivant ici pour la première fois ici.Gilean se posa, réfléchissant à ce qu’il allait dire au Majin. Il connaissait le tempérament de cet homme et il allait être difficile de discuter avec lui. Pourtant, il allait devoir parler avec cet homme, il allait falloir expliquer à Majiv Vegeta qu’il n’arriverait pas à accomplir sa quête seul. Cette rencontre faisait briller d’anciens souvenirs alors que Kym aurait pu être présente. Dans une autre réalité, elle était là, près de lui, imposant sa présence et lui donnant le courage dont il avait besoin. Sans la technologie dont disposait le vaisseau, sans l’agonie de l’épice, l’homme qu’il allait rencontrer aurait eu le pouvoir de le tuer en un claquement de doigt. Il n’était qu’un Métamol, un simple homme propulsé au plus haut échelon qu’un homme comme lui puisse rêver. Et cet homme, si insignifiant puisse t’il être, allait devoir faire face à un homme qui avait déjà regardé la mort droit dans les yeux, qui avait déjà affronté des dieux aussi simplement que des hommes. Mais Gilean était prêt, il savait que le Majin n’aurait aucun intérêt à l’attaquer, et il n’en aurait surtout pas les moyens. Il pensa à sa mère au commande du Coeur de Fer, à Kym en proie à des batailles sanglantes sur Terre, au Shadow Squadron, tous entrain de se battre contre des ennemis si puissants… Qui était il dans tout cela ? Voilà la question qu’il s’était posé dès que les responsabilités lui était tombé dessus. Mais fort heureusement, il avait su y répondre, très récemment. Il passa plusieurs minutes, puis Majin Vegeta se mit en route pour le rejoindre sur le pont. Il avait un constant visuel sur lui alors qu’il avançait dans de petites coursives. Il était étonné du choix que le membre d’équipage avait fait : pourquoi ne lui faisait il pas prendre les grands chemins mais plutôt l’allée de service ? Avait il peur que les autres passagers du vaisseau prenne peur en le voyant ? Il était vrai qu’il était impressionnant cependant. L’élévateur principal s’activa dans un silence impressionnant. L’immense passerelle montante pouvait accueillir jusqu'à cent personnes sans que personne ne soit serré. Seul avec le maître de l’alliance maléfique, le jeune moussaillon devait avoir retenu sa respiration. Puis, ils arrivèrent tous deux. Dos à eux, observant les étoiles, Stinger écoutait. Alors que, nerveux comme jamais, le mousse n’avait pas eu le temps d’introduire l’invité sur la passerelle, il s’esquiva aussi vite que possible quand il compris qu’il n’aurait jamais le temps de s’exprimer. Evidemment, son invité faisait preuve d’un irrespect total et presque convenue. Pourtant, Stinger n’avais pas le temps pour les mondanités d’usage avec ce type de personnage. Il garda le silence, marquant une pause pour respirer et prendre la parole. Il se plaça de profil pour observer le côté tribord du vaisseau. Sans regarder directement le Majin, il l’avait dans son champ de vision. Il pris la parole, calmement

“Tout d'abord, Majin Végéta, sachez que je n’ai aucun devoir envers vous, tout autant que vous n’en avez aucun envers moi. Ici, vous êtes l’égal de tous, un simple humain dans un corps au limites humaines. Vos pouvoirs commes vos ordres ridicules n’ont aucun impact. Sur ce pont, chaque homme et chaque femme est égal, exerçant son rôle sans jamais recevoir d’ordres. Si nous donnons des consignes, chacun est responsables de ces propres actes et ne doit jamais rien à personne. Sur ce pont, nous ne sommes que deux hommes, alors épargnez moi votre spectacle, je suis venu parler au père, pas au guerrier. Je ne vous demande pas de me vouvoyer, juste de me respecter au même titre que je vous respecte”

Il était étonnant que le guerrier n’ai pas ressenti une diminution brusque de sa puissance. Depuis fort longtemps, Stinger Industry avait investi des quantités d’argent phénoménales dans la limitation ou la disparition temporaire des pouvoirs des super-héros. Auparavant, il était nécessaire pour les invités de porter un bracelet contrôlant leurs pouvoirs. Maintenant, tout était fait depuis des émetteurs d’ondes Phi, invisible et indétectable. Aujourd’hui, ils étaient si perfectionnés qu’il réduisaient à néant toute utilisation des pouvoirs dans leur rayon d’action. Cependant, tout s'arrêtait dès que la personne était assez loin des émetteurs. Par chance, le vaisseau était imperméable, emprisonnant les ondes à l’intérieur sans jamais affecter l’extérieur. Les implications de cette technologie pouvait anéantir des gouvernements entiers, brisant la hiérarchie qui s’était installé entre les héros et les humains normaux. Il n’y avait quasiment pas de gouvernement car tout les régimes étaient protégés soit par la peur et la crainte, soit par le patriotisme et abus de confiance. Dans les deux cas, le rétablissement de la parité des pouvoirs amènerait à une véritable boucherie, une nouvelle révolution qui se transformerait en guerre civile. Se pourrait il qu’un jour, quelqu’un décide d’agir ? Quelqu’un prenne la main pour remettre les compteur a zéro ? Jamais Gilean ne ferait une chose pareille, simplement pour le bien des millions de morts qu'entrainerait un tel soulèvement. D’un mouvement de main, un robot jusque là invisible apparut, une bouteille de whisky et deux verres tenu sur un plateau d’argent. D’un mouvement aussi agile que précis, le robot versa le liquide dans une quantité millimétré, sans une trace sur le verre un morceau de pierre gelé parfaitement lisse et rond flottant exactement au centre. Il était retenu par un champ de force généré par le vaisseau lui même. Les deux morceau de roche possédait un transmetteur demandant un équilibre particulier au vaisseau, continuellement calculé pour ne jamais toucher aucun bord de leur récipient. Quand Stinger se saisit de sa boisson, le robot fusa à une vitesse telle qu’il était devenu invisible pensant son déplacement. pourtant, pas un courant d’air, pas une goutte du liquide n’ayant bougé. Le robot resterait là le temps qu’il fallait, tant que Majin Végéta devait saisir son verre et qu’il ne l’avait pas fait. Il porta le verre à ses lèvres, le liquide froid se réchauffant progressivement dans sa gorge. Le goût était excellent, comme toujours, bien loin de ce qu’il avait pu boire étant jeune sur Dosatz ou dans l’armée de son père. Il se retourna à nouveau vers les étoiles, parlant tout en étant absorbé par ce qu’il regardait.

“Vous avez tant de choses en commun avec mon père… S'il avait eu la possibilité d’avoir vos pouvoirs, il serait devenu comme vous, un monstre assoiffé de pouvoir, de puissance et de conquêtes. Pourtant, comme mon père, vous semblez avoir changé, vous semblez avoir quelque chose de nouveau dans votre esprit, quelque chose qui vous transforme en un nouvel homme, qui révèle le vrai “vous”, au fond de ce corps de faux semblants. Mon père vous voyait comme un général d’armée, un homme invincible et indestructible. Une erreur de sa part, qu’il n’osait admettre bien évidemment, car votre erreur a été la sienne…”

Stinger regardait désormais son verre. Il savait que son invité s’impatienterait vite, bien trop vite. Il fallait qu’il lui attire l’attention, qu’il lui fasse comprendre pourquoi il le voulait sur ce pont.

“Le vieil homme que vous avez vu dans la pyramide n’était plus le grand Boss Stinger, il était mort depuis longtemps. Ce que vous avez vu, c’est l’homme derrière le masque, Robert White observant les dégâts qu’il avait causé dans sa vie. Pourquoi vous a t il appelé alors qu’il ne vous connaissait pas ? Pourquoi vous as t’il proposé son aide alors que jamais Stinger Industry n’a aidé qui que ce soit ? Pourquoi vous as-t’il montré votre fils dans une autre dimension, perdu à tout jamais ?”

Si le champ de suppression n’avait pas été là, il savait qu’il aurait pu mourir, le coup brisé par un simple mouvement de poignet, la rage tordant le ventre de son invité. Il ne voulait pas l’énerver, il voulait lui faire voir la vérité en face. Quand il tourna son visage vers le Majin, il le regardait droit dans les yeux, d’égal à égal. Derrière eux, Dosatz effectuait une nouvelle rotation alors que l’immense baie d’observation leur montrait les étoiles tourner autour d’eux, encore et encore, aussi lentement que sûrement.

“Ce n’est pas qu’à vous qu’il a parlé dans la salle. En cet instant précis, ce message était aussi destiné à lui même. Il nous a perdu, sa femme et son fils, dans un accès de rage qui nous coûta un destin tragique. Il n’eut jamais l’occasion de son vivant de revoir sa femme ou son fils. Quand il nous croisait, il ne savait pas qui nous étions, nous ne savions pas qui il était. Comme vous, mon père à perdu sa famille. Comme vous, mon père a perdu son fils. Je suis son fils, Majin Végéta, je suis le fils perdu que mon père a toujours rêvé de revoir.”

Cette fois ci, il s’était rapproché pour faire face à son invité. Gilean n’était définitivement pas son père, non, il le savait. Pourtant, il avait l’esprit de celui ci, et il savait qu’il allait s’en servir du mieux qu’il put.

“Quand j’ai compris que mon père vous as proposé l’aide qu’il avait toujours rêvé d’avoir, j’ai compris que je devais moi aussi intervenir. Je connais votre quête, votre objectif, votre désir lié comme jamais au boules de cristal.”

Une nouvelle pause. Son coeur battait fort dans sa poitrine. Il savait que ce qu’il allait proposer ensuite était quelque chose qu’il devrait assumer le reste de sa vie, qui allait peut être changer le destin de son entreprise et de l’image qu’il avait dans la galaxie entière. Pourtant, jamais il n’avait été aussi convaincu de ce qu’il voulait faire, de comment il voulait agir.


“Majin Végéta, je vous propose aujourd’hui les services de tout Stinger Industry. Aujourd’hui, pour sauver votre fils, je suis prêt à tout mettre en oeuvre. Aujourd’hui, pour sauver Anko, je suis prêt à vous aider à récupérer les dernières boules de cristal”
Majin Vegeta
avatar
Administrateur
Masculin Age : 25
Date d'inscription : 27/05/2007
Nombre de messages : 8457
Bon ou mauvais ? : Mauvais ! Tu vas goûter ma puissance suprême !
Zénies : 1395 (+840 pour alliance)

Techniques
Techniques illimitées : Canon Garric // Déplacement instantané // Atomic Blust
Techniques 3/combat : Final Flash // Big Bang Attack
Techniques 1/combat : Rage Kanasiène (Laser de Kanasa)

MessageSujet: Re: [PV BMV] Violent Delights Have Violent Ends   Mar 11 Juil 2017 - 15:27




Majin Vegeta était assis dans un fauteuil non loin derrière Boss Stinger, il attendait que ce dernier lui réponde sagement, la lumière tamisait rendait le moment quelque peu étrange, comme si un moment crucial était en train de se dérouler, la lumière des écrans pour seule lumière. Boss Stinger ne le regardait pas directement, ce qui agaçait le roi de Kanasa. Ce dernier préférait les contacts direct, tourner autour du pot n'était pas dans sa nature, il aimait que les choses soient dîtes clairement. La Flèche d'Argent semblait flotter au dessus de Dösatz, le Kanasien observait la planète d'un point de vue qu'il avait oublié au travers d'un hublot, ce fut comme si le temps s'était arrêté. Il se posait mille et une questions, pourquoi s'était-il rendu à bord de ce vaisseau, en quoi Boss allait-il pouvoir l'aider, et dans quel domaine allait-il pouvoir l'aider. Le patron de la Flèche d'Argent était un homme bien mystérieux dont on connaissait peu de choses dans le fond, le majin ignorait encore la véritable identité de ce type, si ce n'est qu'il s'agissait de "Boss Stinger", un titre honorifique pensa Majin Vegeta.

Boss Stinger se plaça à tribord du vaisseau et contempla lui aussi l'espace, si sombre et mystérieux, à l'opposé du majin, et c'est sur un ton calme qu'il commença à s'expliquer, sur un ton plus que déplaisant aux oreilles du Kanasien. Il lui expliqua qu'il n'avait aucun compte à lui rendre, mais également que ses pouvoir ne servaient à rien sur la Flèche d'Argent, à priori la technologie utilisée dans ce vaisseau rendait ses occupants égaux, plus de pouvoirs ni de crainte ... ce que pensais Boss Stinger. Majin Vegeta avait en effet ressenti un changement brusque dès son entrée sur le pont avec l'équipage, ses pouvoirs n'étaient plus en ces lieux. Toutefois, malgré son absence de pouvoirs pour le moment, le roi de Kanasa restait un adversaire terrible, ses capacités physiques et son habileté à l'épée ne pouvaient lui être enlevée, il restait tout de même intéressé par les propos de Boss et était prêt à l'écouter malgré son ton plus que complaisant. Le majin lui répondit alors :


"Vous parlez d'égalité et de respect, je n'ai de respect que pour ceux qui me soutiennent et qui comprennent ma démarche, la question est donc : Fais-tu parti de ceux là ? Ou es tu un moralisateur comme il en existe des tas dans cet univers, et pour qui mon respect se limite à les ignorer comme il se doit ? Quant à l'égalité ... Mouarf, je me retiendrai de rire, mon opinion est bien tranchée depuis des années sur ce sujet ..."

S'en suivit une nouvelle démonstration de la technologie de Stinger's Industry, un petit robot de service fit son apparition et se mit à servir des verres de Whisky sur un plateau d'argent, la perfection de ces Whisky étonna toutefois le majin. Boss Stinger ne laissait jamais rien au hasard, le glaçon ne bougeait pas d'un millimètre et le robot ne semblait jamais tanguer, il lui apporta ainsi son whisky sans même ne renverser une goutte. Boss Stinger était en train de boire son whisky de son côté tandis que le roi de Kanasa commença sa première gorgée à l'opposé, on pouvait penser qu'il s'agissait là d'un véritable duel d'égo, mais était-ce vrai ? Nul ne le savait, excepté les deux protagonistes ci-présents. Finalement ce fut au tour du majin de découvrir le délicat parfum et arôme du whisky, autant Boss Stinger recevait le majin comme un criminel sur ce pont, autant le whisky qu'il avait choisi était digne d'un roi. Le robot était retourné dans son coin, prêt à réagir au moindre ordre du Boss, un engin véritablement utile s'il en est.

Boss Stinger reprit alors la parole, il évoqua son père et sa tragique histoire, un vieil homme qui aurait fait tant de choses avec les pouvoirs du majin, un parmi des millions à désirer la même chose, pensa Majin Vegeta. Il posa des questions rhétoriques sur l'intervention de Robert White, ex-Boss Stinger, dans la pyramide sur Metamol. Des questions qui dérivèrent sur un sujet véritablement tabou ... Anko. Apparemment cet idiot allait faire la même erreur que le vieillard dans son tombeau et énerver prodigieusement le majin, toutefois il ne comprenait pas le lien entre son père, Robert White, Anko, le puzzle lui semblait encore bien flou, il manquait des pièces et il espérait bien que Boss Stinger allait lui expliquer de quoi il en retournait. Majin Vegeta lui coupa toutefois la parole et répondit :


"Ne viens surtout pas mêler Anko à tout ça, tu sais très bien ce qu'il advient à ceux qui évoquent son nom devant moi si ce n'est pas pour prononcer des condoléances, en règle générale par la suite c'est à leur famille que les condoléances iront ... Je ne comprend vraiment pas où tu veux en venir, s'il y a bien un point que je comprend c'est celui où tu dis que ton père me prenait pour un homme invincible et indestructible, sur ce point ton vieux avait bien raison, j'imagine qu'il a dû casser sa pipe vu ce que tu me dis ... dommage pour lui, mais sans le connaître je peux te dire que son erreur ne sera jamais la mienne, je ne fais jamais d'erreur, la seule erreur que j'ai jamais faîtes est de ne pas avoir pu écraser la sale gueule de Motta sur Vegeta de mes propres mains, lui faire payer lui et toute son infâme escouade de branleurs ..."

Majin Vegeta était quelque peu essoufflé après cette longue tirade qui en disait long sur sa haine des sayens. Il avala une gorgée de Whisky pour se calmer et écouta Boss Stinger poursuivre sur un ton toujours aussi calme, cela en devenait presque dérangeant, comme s'il choisissait ses mots avec soin, il n'hésitait pas, ne s'arrêtait pas et faisait preuve d'un ton toujours identique. Il avoua finalement que son père était en réalité Robert White, l'homme qu'il avait vu sur Metamol, cela fit ricaner le majin, il lança une réplique sournoise :

"Ah, dommage pour vous, mais qu'est-ce que j'en ai à foutre mon grand ? Je n'y peux rien, s'il est mort, s'il n'a pas vécu sa vie comme il vous le devait, s'il vous a abandonné ou ignoré je n'y peux rien. Puis de toute manière en quoi c'est mon problème ? Tu viens me faire chier avec tes histoires de famille ? Et tu essaies de te mêler des miennes ? Je pense que tu confonds beaucoup de choses, nous sommes différents et nos familles le sont aussi ... Mais ton père a tenté de me proposer une aide, ou un marché, je ne saurais pas décrire que j'ai entendu ..."

Boss Stinger se rapprocha finalement de Majin Vegeta, comme pour lui passer un message de plus en plus personnel. Il évoqua alors les boules de cristal, d'un seul homme le Kanasien se leva et s'approcha lui aussi de Boss, presque nez à nez, il commençait à s'intéresser à ce qu'il disait, toute ce blabla pour en arriver au sujet final, le plus crucial ... les Dragon Ball. Une phrase marqua le majin :

“Majin Végéta, je vous propose aujourd’hui les services de tout Stinger Industry. Aujourd’hui, pour sauver votre fils, je suis prêt à tout mettre en oeuvre. Aujourd’hui, pour sauver Anko, je suis prêt à vous aider à récupérer les dernières boules de cristal”

Le roi de Kanasa se mit à rire et répondit :

"Tout Stinger Industry ... tout mettre en oeuvre ... de bien beaux propos, mais que veux-tu en échange ? Car je pense que tu n'es pas un milliardaire bénévole philanthrope tu m'excuseras. Je pense qu'obtenir l'aide de la plus puissante société de l'univers coûtera cher, mais pourquoi devrai-je accepter cette aide ? En quoi Stinger Industry pourrait m'apporter une quelconque aide ? Je suis bien assez puissant et influent pour flanquer la raclée de l'histoire à tout ceux qui s'opposeront à moi. Mais ton offre est intéressante ... Je t'écoute, comme je t'ai dis tu as mon attention, propose toujours, peut-être pourrions-nous trouver un arrangement qui fera de ce monde ce qu'il se doit d'être ... Un monde ordonné, où personne n'osera contredire le grand Majin Vegeta, ou un seul mot du majin fera plier des planètes ... Voyons voir ce que tu as à offrir ahahah"

Majin Vegeta n'avait jamais été aussi assidu depuis le début de leur rencontre, face à face, Boss et Stinger allaient enfin passer au coeur de la discussion, ce qui allait peut-être être un moment clé de l'avenir de ce monde.








Transformation :SSJ1,SSJ2,SSJ3,SSJ Blue
Energie dans l'épée / Vol
Objets : Hyper Sword, 1 sabre, 1 carte passe, 2 senzus, 1 Carte passe espace, Boules de cristal 5 étoiles et 7 étoiles

Roi de Kanasa
Champion du Tournoi de Dösatz N°2
Le combat n'est pas fini tant qu'il me reste un souffle de vie ...
Boss Stinger
avatar
Terrien
Masculin Date d'inscription : 05/06/2009
Nombre de messages : 715
Bon ou mauvais ? : -
Zénies : -

Techniques
Techniques illimitées : They are no redemption
Techniques 3/combat : for those
Techniques 1/combat : who shatter the time

MessageSujet: Re: [PV BMV] Violent Delights Have Violent Ends   Jeu 20 Juil 2017 - 17:22

Stinger se réveilla. Les lumières de sa chambres s'illuminent toute, les unes après les autres. une armée de robots lui donnant tous une pièce régalienne de son pouvoir ultime. Un datapad d’information regroupant des dernières tendances et courbes du marché, une robe de chambre enregistrant le moindre signe vital, la moindre défaillance, et un cigare, suivi de l’éternel briquet doré possédé par la famille depuis les premières générations. Sur son chemin, le sol se réchauffait doucement pour ne pas laisser ces pieds froids. Sur la table, un café parfaitement dosé ou avait déjà été introduit les médicaments allongeant l’espérance de vie de l’homme le plus puissant de Stinger Industry. Pas de journal sur son chemin, tout était déjà transféré dans sa mémoire. Pas d’assistants humains, pas de spectateurs, il était seul et en pleine forme. Il se frotta son crâne dégarni, sans un seul cheveux à l’horizon. Il était dans sa chambre principal, sur Léto, un lieu si secret que personne ne pouvait y accéder sans avoir le privilège d’être de la lignée directe de Stinger. Ici, il y avait un appartement particulièrement baal, quoi que grand bien évidemment, mais sans charme particulier. Non, ce qui faisait l’aspect unique de ce lieu, c’était quelque chose de bien plus grand, quelque chose que les Stinger s’était passé de génération en génération. Il avançait, pied nus, le regard perdu déjà loin dans son travail. A peine réveillé, il s’était lancé dans la montagne de tâches qu’il devait accomplir mais ses pas l’amenait vers un objectif bien spécial. Une grande pièce, une grande salle ou était présente une grande machine ancestrale mais toujours aussi magnifique. Le socle, cette pierre noire mat absorbant la moindre source de lumière, semblait au contraire émettre un éclat bleu en son sein, brillant comme si une étoile brûlait en plein coeur.

L’index et le majeur tendu, l’annulaire faisait de petit cercles. les deux mains semblait bouger par opposition, formant un cercle. Sur la deuxième main, le pouce et l’auriculaire s'écartent l’un de l’autre, dans une chorégraphie millimétré, calculé au moindre mouvement. Chaque tendon, chaque muscle connaissait cette formule secrète par coeur, ce code secret permettant de réveiller cette machine ancestral. Su sol se leva quatre anneaux, quatres grande surface lisses fait de la même matière que celle de la base. Ils s’alignait en rythme, en même temps que les mains formaient un enchaînement bien précis. Dans un silence aussi pesant que magnifique, les anneaux s'éprennent de vitesse, toujours plus rapides, toujours plus puissants. Il y aurait du y avoir du vent, des bourrasques gigantesque provoqués par la machine et son mouvement infernal, mais non. Le torrent immense et démentiel de vitesse qui prenait forme en une sphère noire en face de Stinger aurait du faire vibrer le sol et les murs, éblouir aussi intensément que le soleil en plein jour. Mais non, rien de tout cela semblait se passer. Il n’y avait que lui, les gestes précis qu’il exécutait et les anneaux formant désormais une sphère noire. Derrière lui, une femme vint à ces côtés, une femme au allures bien plus douces, au trait similaires à celui de Stinger. Sa démarche lente, ses pas félins, son justaucorp blanc épousant ses formes, ces cheveux blancs et ces yeux bleus, tout ce tableau venait dépeindre une femme invisible, la deuxième pièce maîtresse de Stinger Industry, la femme qui le passait du statut de beau parleur en un véritable maître de la conversation. Elle lui déposa un baiser sur la joue, Stinger lui souria. Elle était jeune, lui aussi. Ils comptaient tous deux acheter un parc sur Dosatz, l’appeler Tropicaland, en faire une base pour établir ces actions sur cette galaxie. Mais en cet instant, ils étaient surtout avide d’un autre pouvoir : le savoir ultime de leur futur. Alors, grâce à la machine d’un homme qu’il avait complètement oublié, il remontait le temps, ces gestes étant la seule chose qu’il conservait d’un passé brumeux et sans aucun sens. Il ne connaissait plus son nom, son but, sa destination, ce qu’il cherchait ou où il devait aller. Il n’avait plus qu’une chose, elle, sa soeur tant aimé, celle qui l’avait toujours aidé et aimé.

En un éclat immense, le portail s’ouvrit, sur des multitudes de possibilités, des milliers d’univers, des milliers de moments uniques, trop tôt ou trop tard. Pendant deux jours, ils explorèrent tous deux le futur, l’avenir qui les attendait. C’est la que Stinger découvrit tout, c’est la qu’il vu la terrible vérité : il avait un fils, une femme, un destin, un espoir. En apprenant cela, son coeur défaillit, il tomba au sol en suffoquant. Son corps ne voulait plus le porter, son destin tragique scellait le tombeau, brisant tout espoir de rédemption. Ce qu’il avait fait était bien trop grave, ce qu’il avait fait était bien trop profond pour le pardon. Mais si son corps ne le portait plus, la technologie, elle lui donnait la force de lutter. Catleia a ces côtés hurlait, perdu dans son propre passé, révélé par la machine infernal. Elle cherchait à le sauver, lui, le dernier membre de la famille Stinger. Le défibrillateur inclus dans sa veste s’activa, Des injections de morphine et de stimulants furent immédiatement introduit depuis des compartiments secrets. Puis, il se réveilla, sorti d’entre les morts par la technologie qu’il avait bâti grâce à son armée de scientifique. En cet instant, Stinger avait compris qu’il avait gagné l’immortalité grâce à cette machine. Maintenant, il savait, il connaissait ce qui allait le tuer. Dans une fatalité presque théâtrale, il donna un ordre extrêmement précis à la seule femme qui tenait encore à lui, la seule en qui il avait confiance : elle devait se souvenir de tout ceci, elle devait garder cet instant gravé dans sa mémoire comme un phare guidant l’entreprise dans leurs futurs objectifs. Elle se rappellerait pendant que lui allait à nouveau tout oublier, jusqu’à même oublier les geste de cette maudite machine. Le cigare brûlant au lèvres, il essuyait les joues humides de Catleia. Stinger avait un plan, un moyen particulier pour imposer la famille dans cette galaxie, lui faire accéder à un rang bien plus grand. Pour cela, il allait falloir exécuter de nombreuses étapes à mener à bien.

Catleia devait partir en mission, chercher une légende oublié de tous sur une planète appelé Métamol. Pendant ce temps, il allait recruter une femme proche de la famille, Murielle Walkers, pour remplacer sa soeur. Dans le même temps, il allait falloir amener Ajito à être le bras droit de Stinger, l’attirer pour rapprocher les deux hommes. Enfin, il allait falloir faire perdre la moindre once d’humanité à Stinger, le faire devenir un monstre de richesse et d’orgueil, bouffi par l’or et les zénies.

Ainsi, il s'effaça la mémoire, Catleia partir en quête de l’épice, Murielle pris sa place pendant un temps, Ajito devint le bras droit de Stinger Industry et le Boss devint un personnage aussi insupportable que inacceptable. Les pièces d'échecs mis en place, tout était prêt pour que la mort du Boss soit prévu, que tout soit orchestré.

Ainsi, Stinger prévu sa mort, l'accession au pouvoir de son fils et la présence de Majin Végéta à bord de la Flèche d’Argent. Ainsi, Gilean Higginbotham était encore à cet instant un pion dans le jeu de son père, un jeu qui allait bientôt se terminer pour ce fantome.

Gilean laissa parler son invité pendant que le vaisseau flottait doucement au dessus de Dosatz. Végéta et lui était la tout les deux pour une raison bien précise, une alliance qui allait peut être changer la totalité des choses dans cette galaxie bien compliqué. Evidemment, le Majin fit tout ce qui était en son pouvoir pour bander les muscles, montrer qui était le plus fort, frapper le plus fort sur la table… Gilean était préparé à cela, il savait qui était son interlocuteur. Il avait un passé, une vie entièrement voué au mal et à la destruction. Il était le pinacle de la puissance maléfique, le Yin de cet univers. Pour Gilean, une chose terrible avait cependant résulté d’une alliance improbable, un élément avait brisé la totalité de l’équilibre du bien et du mal : Anko. Comment un enfant aussi jeune avait pu causer des troubles aussi intense, donner à cette galaxie un tournant si sombre ?

Un enfant maudit était né d’une alliance entre le bien et le mal, entre la nuit et le jour, entre le Yin et le Yang. Anko était le pont entre deux mondes, le fils qui balayait tous les aprioris et les alignements. Mais si lui était la balance parfaite, le point d’équilibre d’une époque troublé, il avait aussi été, à sa mort, la destruction d’un équilibre précaire instauré pendant des millénaires. Stinger pris un ton bien plus franc, en regardant le Majin droit dans les yeux. La carte de l’émotion n’avait pas marché de la façon dont l'espérait Stinger, il allait falloir le bousculer, se mettre à son niveau, regarder droit dans les yeux le type le plus malfaisant de cette galaxie. Il était prêt, son corps était entièrement tourné vers ce qui allait se passer, sa capsule d’épice prête à être libéré au moment où son ennemi ferait le moindre mouvement. Aussi rapide qu’il puisse être, il devrait faire des gestes et ne pourrait pas se téléporter, il aurait donc le temps de venir voir ce qui pouvait se passer. Mais il n’activerait cette technique que si Végéta fondait sur lui. Lui n’attaquerait jamais, il ne ferait que mettre le doigt sur ce qui était important

“Vous n’avez absolument rien compris à ce que je vois, Végéta. Je mêle Anko a tout cela car il est la seule chose qui m'intéresse dans vos guerres de pacotille. Vous luttez contre des peuples pendant des millénaires sans raisons, voilà votre problème. Mais aujourd’hui, non seulement vous avez une raison valable de vous battre, mais cette raison a aussi brisé un équilibre. Jamais cet enfant n’aurait dû mourir, jamais vos ennemis n’aurait dû toucher à la pièce maîtresse de ce pan de l’histoire. Majin Végéta, je ne plierais pas le genou pour vous aider dans vos guerres et vos escarmouches idiotes. Je veux vous aider en récupérant la seule chose que vous ayez faite de bien dans cette galaxie, la seule chose qui s’est révélé belle dans le torrent des actions maléfiques que vous avez accompli. Et ce n’est pas en jouant de vos épées ou de vos pouvoirs que vous le ramènerez”

Il lui tourna le dos. Les caméras de la pièces lui assurait une vision totale et une retransmission immédiate. A nouveau, si son ennemi tentait quoi que ce soit, l’épice serait son allié. Il regardait à nouveau les étoiles

“Ou en tout cas, ce n’est pas maintenant que vos pouvoirs et vos épées pourront servir à quoi que ce soit”

En un mouvement de main précis, il activa la carte galactique sur le pont, entourant les deux protagonistes des milliers d’étoiles ainsi que de cinq points précis, déjà mis en avant : Végéta, Végéta 2, la Terre, Dosatz, et Métamol. Sur chaque planète, un résumé des forces, le nombres d’hommes impliqués, leurs avancées technologiques, leurs alliés, leurs places fortes sur la planète, les différents vaisseaux déployable… Tant d’informations qui formait en définitive une carte de guerre.

“Aujourd’hui, Végéta, vous n’avez absolument pas le dessus sur vos ennemis bien trop nombreux. Les planètes des armées Sayen sont imprenable sans perdre l’interet même de votre quête, les dragon ball. Il semble ainsi évident que vous ne pourrez jamais atteindre vos ennemis, bien trop organisé. Ils connaissent votre objectif, que vous ne pouvez pas attaquer en personne au risque de toute les perdre. Mais ils ont un point faible, un point de pression auquel vous n’avez pas accès et que je peux personnellement exercer : la bonté”

Stinger connaissait les risque, il savait ce qui pouvait se passer si le plan échouait. Il avait prévu de nombreuses échappatoires, des possibilités moins avantageuses mais tout aussi efficaces. En vérité, les ennemis du Majin était acculés, coincé dans une situation qui allait les amener à mourrir à petit feu. Gilean avait un plan, une idée qui avait le panache de régler la situation dans bain de sang, sans guerre ni morts. Au contraire, l’idée devait apporter la vie. Il avait les bras croisé, un cigare à la bouche, le sourire en coin

“La seule chose qui doit vous importer, Majin, c’est la vie de votre fils et celle de votre femme. Mon plan vous permettra de sauver le fruit de votre union. Cela vous coûtera le prix des Dragon Ball, mais vous aurez la possibilité d’enfin le revoir. Evidemment, vous vous en doutez, dans ce cas précis, vous n’aurez rien de plus que lui, Anko. Mais si vous souhaitez plus que la vie de votre fils, si vous souhaitez aussi la vie de vos ennemis… Il y a aussi une solution”

Il se retourna, se dirigeant directement vers le Sayen. Il pris le verre vide de son invité alors qu’il fut immédiatement remplacé par un autre, donné discrètement par le robot.

“Si vous êtes prêt à renoncer au deux autres voeux que vous apporteront les boules de cristal, je peux vous promettre que votre fils sera a vos coté bien plus vite que vous ne pouvez le penser. Mais si la vengeance vous anime, nous aurons un travail bien plus long, plus compliqué et plus risqué. Mais sans moi, aucun plan ne pourra se réaliser et vous risquez de tout perdre, tout espoir de voir revenir l’innocence incarné. Rendez vous compte un instant Majin Végéta : seul, vous êtes un tyran parmis les plus grand. Avec moi, nous sommes une force qu’aucune alliance ne pourra arrêter. Vous luttez sur des champs de bataille, je lutte dans les esprits de mes ennemis. Vous écrasez des têtes pendant que je serre des mains. Vous plongez dans la colère pendant que je la transmet à mes adversaires. Nos armes sont complémentaires, sans aucun rapport. Mais ensemble, nous pourrons rétablir l’équilibre, sauver la vie d’un enfant qui n’aurait pas dû vivre tout cela ”

En un nouveau mouvement de main, la galaxie s’éteignit, laissant cependant au centre le la pièce flotter une immense sphère de cinquante mètres de diamètre représentant Végéta.

“Dans les deux cas, je vous assure mon soutien pour retrouver votre fils et rétablir l’équilibre de cette galaxie. Dans les deux cas, vous pourrez compter sur un ami si vous souhaitez faire partie de l’équipe. Dans les deux cas, mon prix est toujours le même”

Une pensée vole dans l’esprit de Gilean, une image, le sourire de Kym, il sourit à son tour. Une nouvelle image, le regard fou de Syd, le sourire s’estompe même avant d’avoir pu se manifester sur son visage

“Je ne suis effectivement pas un philanthrope ni un mécène de petites oeuvres. Mon prix n’est pas quelques zénies ou une poignée de terres, je laisse cela au Roi et au Reines. Non, ce que je souhaite est bien plus grand, bien plus puissant. Un voeux. voila mon prix. Vous aurez mon soutien indéfectible, mes vaisseaux, mes contact, mes armées et mes héros, la totalité de mon argent ainsi qu’une technologie dépassant l’entendement au prix d’une seule chose : un voeux auprès de Shenron”

Tant de choses a faires, tant d’éléments à mettre en place. Et si Robert White avait aussi prévu cela ? Et si ces plans étaient eux aussi sur leurs rails ? Il était mort depuis longtemps, mais rien ne laissait paraître le moindre doute, il agissait toujours depuis l’au dela. Mais Kym, l’avait il prévu ? avait il vu ce pourquoi il désirait si chèrement un voeux auprès du grand dragon vert ?

“Majin Végéta, sauvons ensemble votre fils, je vous en prie”
Majin Vegeta
avatar
Administrateur
Masculin Age : 25
Date d'inscription : 27/05/2007
Nombre de messages : 8457
Bon ou mauvais ? : Mauvais ! Tu vas goûter ma puissance suprême !
Zénies : 1395 (+840 pour alliance)

Techniques
Techniques illimitées : Canon Garric // Déplacement instantané // Atomic Blust
Techniques 3/combat : Final Flash // Big Bang Attack
Techniques 1/combat : Rage Kanasiène (Laser de Kanasa)

MessageSujet: Re: [PV BMV] Violent Delights Have Violent Ends   Mer 26 Juil 2017 - 21:50


La salle de commandement était tapissée par l'obscurité, seul deux hommes bravaient la nuit pour discuter, Boss Stinger et Majin Vegeta étaient là pour parler sérieusement, le grand patron de la Stinger's Industry avait proposé une alliance, un marché, où chaque partie avait à y gagner à priori, selon ses dires en tout cas. Le roi de Kanasa avait répondu avec vigueur à Boss, sa haine des sayens était notoire, sa soif de violence crevait littéralement les yeux. Boss Stinger se montrait digne de la lignée dont il était issu, un friqué qui pétait plus haut que son cul, son air hautain et son attitude donnait au majin la nausée par moment, il n'avait rien d'un guerrier et tentait de faire plier le plus grand tyran de l'univers par de sombres propositions et son influence, sans se soucier de la dîtes loi du talion, l'argent et l'influence n'ont qu'une portée limitée, jamais ils n'arrêterons un guerrier de la trempe du majin. L'argent n'arrêtera jamais un coup d'épée dans le crâne ou le Laser de Kanasa, ces pensées trottèrent dans la tête du Kanasien, et une envie de plus en plus prenante d'éclater la tête de Boss Stinger se faisait sentir, malgré tout le majin garda son calme et continua à écouter Gilean. Ses dires commencèrent vraiment à agacer Majin Vegeta, il le prenait de haut et se croyait dans la même cour que ce dernier, le majin ricana bruyamment :

"Tu crois rivaliser avec moi désormais ? J'ai vu des personnes couillues mais là tu fais fort. Ces guerres de pacotilles sont le ciment de cet univers, un monde parfait n'existe pas, mais je tente de nous y rapprocher, la domination du mal, un empire sans discussion où personne n'osera se mesurer à moi, le leader de ce nouveau monde. Cet univers est totalement pourri par des guerriers prétendument, alors que ce sont eux qui n'ont aucun but ... ils veulent protéger ce monde, mais à quoi bon sauver ce monde nauséabond où pullule la vermine ? Tous autant qu'ils sont, ils ne sont pas dignes de vivre, j'emmerde cet équilibre.

Il y a un point où je suis d'accord avec toi, Anko n'aurait sûrement pas dû mourir, mon fils n'a été qu'une victime de ces enculés de Sayen, je les détruirai jusqu'au dernier, voila le véritable équilibre, les faire souffrir longuement et les éliminer d'une façon atroce, c'est ce que j'appelle la justice, ma justice. Et tu oses me dire que tu ne plieras pas le genou devant moi ? Je pourrai t'écraser comme je le souhaite, et ce n'est pas ta technologie qui m'en empêchera, si demain je souhaite venir exploser ton gros joujou argenté avec mon armée je t'écraserai tel une fourmi sous ma chaussure, tes serviteurs essuyant ton sang avec tes billets de banque ... J'ai toujours vécu ma vie ainsi, massacrer ceux qui s'opposent à moi, si tu crois que je ne le ramènerai pas ainsi c'est que tu ne sais absolument rien de moi en réalité. Je ne suis pas un de ceux qui observent cet équilibre et qui se crossent le chewmpie en mattant des petits culs, je joue avec l'histoire comme bon me semble et j'écris celle-ci ..."


Boss Stinger, lancé dans son explication, sembla dessiner plus précisément les contours de son plan et de sa proposition, il indiqua que le majin et ses alliés étaient en sous effectif par rapport aux forces du bien qui s'opposaient à eux. Cela ennuyait le majin, il termina son verre de Whisky rapidement et fit signe au robot tiss de lui amener un nouveau verre, le robot s'exécuta avec une rapidité déconcertante tandis que Boss Stinger poursuivait son explication. Le robot prit le verre vide du majin et lui fournit alors un nouveau verre de Whisky accompagné d'un glaçon déposé une nouvelle fois avec une précision diabolique. Boss Stinger fit alors la fameuse proposition que tout le monde attendait, il proposait un échange incroyable, deux voeux de Shenron contre son aide, avec la certitude de revoir Anko très rapidement et prendre une revanche mémorable, ou alors un seul voeu de Shenron mais avec une durée d'exécution du plan bien plus longue.

La proposition de Gilean fit sourire le majin, une proposition tout de même surprenante, Majin Vegeta ne s'attendait pas à un prix aussi élevé, il prit quelques secondes réflexion et vit Boss fumer son cigare dans le noir complet, la galaxie qui éclairait la pièce et l'hologramme de Vegeta avaient désormais disparus, laissant les deux homme dans un silence pesant. Le Kanasien prit la parole après deux bonnes minutes sans rien dire :


"Et bien, tu me surprends, quel prix pour un homme qui ne m'a encore rien prouvé hormis qu'il peut se faire servir un bon whisky. Mais analysons la situation, soit je te laisse deux voeux sur les trois que je pourrai faire, et ainsi je retrouverai rapidement Anko, je me vengerai de mes ennemis et tout ira bien dans le meilleur des mondes. Ou bien je te laisse uniquement un voeu et cela sera plus laborieux, mais j'aurai toutes les ressources dont tu disposes pour m'aider à réaliser ce que je veux ... Et bien, cela est extrêmement cher je trouve.

Voyons ta première proposition, 2 voeux ... Honnêtement je préférai encore voir Hidan m'enculer plutôt que d'accepter ce deal complètement disproportionné, tu as beau avoir des contacts, je ne crois pas du tout que tu sois capable de faire ce que tu dis dans un temps imparti, tu ne m'auras pas sur cette proposition, mais bien essayé.

Par contre la seconde proposition, je suis prêt à l'accepter, je t'accorderai un voeu de Shenron, à deux conditions : La première est que tu dois réaliser ce que tu as dit dans une durée limitée, je serai le seul juge de cette limite, histoire de ne pas me faire arnaquer et attendre 5 années avant de revoir Anko si tu vois ce que je veux dire ... La seconde condition porte sur le thème, je veux connaître ton voeu immédiatement avant de sceller cet accord, pense bien que je ne suis pas né de la dernière pluie et que je n'aimerai pas que tu puisses faire un voeu qui viendrait me contrarier, ce serait stupide de ta part de toute façon.

Dans le fond tu n'as pas grand chose à mettre sur la table, tu gagnes un voeu contre ton aide, une réponse à ma question, il te suffira simplement de mettre ton plan à exécution et de réaliser celui-ci dans le temps que j'aurai défini. Je te rassure je ne vais pas te donner 1 mois pour faire ceci, tu auras une marge confortable, n'oublie pas que nous parlons des Dragon Ball, un pouvoir illimité qui peut réaliser n'importe quel voeu. Il faut bien cela pour justifier cette transaction, à toi de voir désormais, es-tu prêt à accepter ce marché toi aussi ?"


Le majin avait négocié habillement, il n'était pas le seul à devoir accepter des conditions, nous allions donc voir si Boss Stinger est un homme intelligent qui sait repérer les bonnes occasions quand elles se présentent ou s'il passera à côté de tout cela par orgueil. Majin Vegeta fixait Gilean, un véritable duel de regard semblait se jouer, un accord allait-il être trouvé ?!








Transformation :SSJ1,SSJ2,SSJ3,SSJ Blue
Energie dans l'épée / Vol
Objets : Hyper Sword, 1 sabre, 1 carte passe, 2 senzus, 1 Carte passe espace, Boules de cristal 5 étoiles et 7 étoiles

Roi de Kanasa
Champion du Tournoi de Dösatz N°2
Le combat n'est pas fini tant qu'il me reste un souffle de vie ...
Boss Stinger
avatar
Terrien
Masculin Date d'inscription : 05/06/2009
Nombre de messages : 715
Bon ou mauvais ? : -
Zénies : -

Techniques
Techniques illimitées : They are no redemption
Techniques 3/combat : for those
Techniques 1/combat : who shatter the time

MessageSujet: Re: [PV BMV] Violent Delights Have Violent Ends   Mer 2 Aoû 2017 - 23:42

La grande salle, les moniteurs s’illuminaient les uns après les autres. Des milliers de données s'engouffrait dans l’hyperverre, transmetteur encore plus parfait que la lumière, brisant la glace des connexions de tous les terminaux à la surface. Pendant que le Majin était en train de faire son speech, pendant qu’il étalait toute sa puissance brute, Stinger amassait des données par milliers, des informations nécessaire pour le grand plan qui se dressait en face de lui. Tant de choses devaient être mis en branle avant que celui ci soit lancé, tant de chose devait être dévoré par les immenses machine de la salle de contrôle. Un sayen amassait de la puissance par le ki, Stinger amassait de la puissance par la connaissance. Tout entrait, tout était sauvegardé minutieusement pour l’immense plan de prédiction de la machine. Rien n’était encore sur, rien n’était encore parfait, mais petit à petit, la machine devenait de plus en plus juste, de plus en plus parfaite. Sur le pont, le guépard traquait une proie qui ne se rendait pas encore compte qu’elle était en chasse. Qui était la proie ? MV ? Les ennemis de Boss Stinger ? Les grands ennemis de ces nouveaux alliés ? Rien n’était sûr, personne ne savait à part lui. Lui, et cette terrible machine monstrueuse et grotesque qui se cachait dans les entrailles de la Flèche d’argent. Dans la pénombre, un immense rayon de lumière vint surprendre les panneaux occultants qui firent leur travail instantanément. Cependant, Stinger pris la peine de les contrôler en réduisant légèrement leur puissance pour laisser filtrer un peu de cette nouvelle lumière. Comme si le jour se levait sur la passerelle, la lumière brisait l’ombre détachant du reste les parties éclairé par sa divine lumière. Dans un jeu de clair-obscur sans merci, le visage des deux hommes se détacha, marquant leurs traits prononcés : pour MV, c’était les marques des combats, de la haine et de la violence sans merci. Pour Gilean, c’était tout autre chose, quelque chose à la fois de plus simple et à la fois de plus complexe. Son visage était sans aucune marque ni aucune cicatrice. Il n’y avait que ces yeux d’un bleu intense et ces traits étrangement tirés. Est ce que le Majin comprenait ce qui se détachait sous le regard inquisiteur du soleil ? Comprenait il que le guépard sur le pont n’était peut être pas Stinger ? Comprenait il enfin que la seule chose qui importait Stinger n’était pas tout ce qu’il lui disait ? La lumière bienfaitrice avait des pouvoirs divins que seul les morts avaient le pouvoir de comprendre. Le soleil de Dosatz offrait sa plus belle lumière sur le pont et révélait au visage de Stinger de nouveaux horizons

Gilean écoutait attentivement tout ce que disait celui qu’il avait invité à venir. La partie avait décidé de se passer désormais sous de nouvelles augures, sous le regard puissant de la colère et de l’inquisition des sentiments. La rage animait le coeur du guerrier, la rage serait donc de mise désormais. C’est à ce moment que l’éducation que Stinger lui avait donné devait rivaliser d'ingéniosité, que les masque étaient les plus beaux et les plus perfectionnés. La colère et la haine était deux sentiments profonds, aussi fort que la joie et l’amour. Et si les deux derniers étaient évacué par la famille, les deux premiers étaient leurs atouts, leur armes principales pour combattre leurs ennemis. Avec le temps et les quelques regards que Gilean avait pu lui porter, il voyait clair dans le jeu de Majin Végéta, un homme qui était quelqu’un de profondément touché par un événement, quelque chose qui le rendait plus fragile qu’un simple humain. Cette rage, cette puissance, ce déchaînement de violence venait à chaque fois qu’il touchait au même point sensible, qu’il s’amusait avec l’écharde planté dans le coeur de l’homme. Pourtant, il n’avait pas encore creusé, il n'avait pas cherché à le déstabiliser, pas encore. Son interlocuteur était à fleur de peau, animé par une rage inextinguible. Les premières paroles que Stinger avait sonné creux car il avait en face de lui un lion blessé, prêt a bondir à la moindre inquiétude. Deux choix s’offrait à Gilean, deux possibilité d’intervention. Il allait devoir rugir plus fort que le lion, dominer cette conversation qui se devait d’être parfaite.

“Apparemment, Vegeta, il semblerait que vous ne soyez pas sensible à la douceur que je vous offre. Il est donc temps de changer de ton et de vocabulaire”

Un compartiment secret, caché sous son crâne, déversait désormais une substance directement sur le cortex du Boss, une substance qu’il avait lui même limité pour être sur que personne à part lui puisse en profiter. En cet instant, il inspira à fond et vu tout les futurs, toute les possibilités. Pourtant, il n’y avait qu’une seule chose qui importait le maître des industries de Stinger, un seul objectif trottait dans sa tête : il était temps de montrer à un monstre qu’il avait un coeur sous sa carapace. Il retournait la totalité de son pouvoir sur l’instant présent, analysant le moindre mouvement, le moindre soubresaut, le moindre dialogue. L’agonie de l’épice lui donnait une nouvelle dimension, une nouvelle observation, un nouvel oeil implanté dans son front comme son esprit. Ces deux yeux brillaient d’un bleu plus intense alors qu’il dévisageait désormais Majin Végéta, un cigare entre ses lèvres, un sourire carnassier cernant son visage. Stinger était intouchable, intuable grâce à son pouvoir. Il devait en profiter tant qu’il savait qu’il pouvait parler d’égal à égal avec l’homme

“Regardez vous, grand maître de l’alliance maléfique. Vous me faites un grand discours sur les guerres de cet univers, pourtant vous restez terré dans votre grand château de Kanasa en vous faisant reluire les mèches blondes par des poissons immondes ! Vous osez me donner des leçons alors que vous avez perdu la chair de votre chair dans une histoire de guerre de pacotille. Vous vous mentez comme si vous pouviez vous réfugier derrière vos grands psaumes malfaisants, comme s'ils allaient réellement ramener la paix dans votre coeur. Laissez moi vous annoncer quelque chose, Majin Végéta : jamais votre haine ne s'arrêtera, jamais vous ne trouverez de repos dans cette voie. Vous avez déjà tant perdu que vous ne voulez même plus ouvrir les yeux, que vous ne voulez pas voir à quel point les personnes qui comptent réellement pour vous sont en train de mourir à petit feu. Si je vous ai convié à venir ici, Majin Végéta, ce n’est pas pour voir vos singeries de vieux loup blessé ni vos vaines menaces. Je ne ploierais jamais le genou face à un quelconque roi, jamais vous n’aurez ma servilité, jamais vous ne possèderez ce que je possède. Comprenez quelque chose, ici et maintenant : je ne suis ni votre allié, ni votre ennemi, ni un quelconque idiot que vous allez pouvoir impressionner. Je voyage dans le temps, je peux voir le futur comme le passé, de ce monde et de bien d’autres, d’hommes et de femmes, d'événement dont vous n’avez même pas la conscience de leur existence. Pourtant, vous osez me sous estimer.”

Il se rapprocha, il le regardait droit dans les yeux. Il savait que l’homme en face de lui n’était pas du genre à laisser ces paroles sans agir. Pourtant, Gilean devait continuer, il voulait continuer. Si un jour il voulait pouvoir faire confiance a cet homme, si il voulait un jour travailler avec lui, main dans la main, il allait falloir que celui ci lui montre son vrai visage, qu’il abandonne l’apparat pour être celui qu’il était réellement. En un mouvement, des millions de petits écrans holographiques entourèrent les deux hommes, illuminant d’une lumière bleue intense ceux ci. Sur les écrans, de nombreuses scènes ou on voyait des supermarchés, des usines, des soldats et des chercheurs. On voyait Léto, on voyait Tropicaland, on voyait la prison de Far Away, les usines cachés de Kehl, les escouades alphas, les millions d’hommes et de femmes sur la flèche d’argent, les milliards sur les différentes planètes consommant Stinger Industry

“Je suis une puissance que vous ne pourrez jamais posséder, Majin. Je suis le peuple, je suis les opprimés comme les âmes abandonnées. Je suis le défenseur des libertés et de l’égalité des chances. Je suis celui qui est partout, celui qui vous donne a manger et qui vous permet de vous torcher votre soigneux petit cul alors que vous venez de vous faire enfler une fois de plus par vos ennemis. Je suis celui qui vous offre des cravates, vous fait acheter des pass pour accéder à votre liberté pendant que je me délecte d’un Armagnac sec. Je suis celui qui vous donne à boire, celui qui vous regarde quand vous dormez. Je suis partout et je suis nulle part, je suis inattrapable, inarrêtable, invincible. Et si vous croyez que je ne suis qu’un idiot accompagné de beaucoup de babioles, vous vous trompez encore plus gravement”

D’un mouvement de main, des dizaines de noms apparaissaient, des dizaines d’agents au service du Boss, et d’autres encore en acceptation. Des êtres bons, des êtres mauvais, tout lié par une volonté : ne jamais faire pencher la balance d’un côté, garder un équilibre parfait pour que jamais l’univers ne sombre dans le chaos ou la liberté.

“Ne me prenez pas pour un idiot, Végéta. Si vous aviez pu récupérer toute les dragon ball, cela serait déjà fait à cette heure ci. Pourtant, ce n’est pas le cas et vous semblez avoir peu de partisan qui seront aujourd’hui enclin à vous rejoindre. Je vous propose une chance de victoire, une possibilité de voire demain votre fils marcher à nouveau à vos côté. Que vous vouliez vous venger de je-ne-sais quelle autre grand crétin au muscles surdimensionnés et cherchant à combler un complexe de taille de bite, ce n’est pas mon problème, c’est le vôtre. La seule chose qui m’importe aujourd’hui, la seule chose qui me pousse à me tourner vers vous aujourd’hui, c’est le retour d’Anko.”

Un nouveau mouvement ample, les millions d’écran et les fiches des agents de l’entreprise disparurent d’un seul coup pour laisser apparaître une armada de vaisseaux ainsi que les planètes déjà possédé par la Stinger Industry : Léto et Métamol.

“Mon objectif n’est pas de vous rouler ni de vous avoir dans cette histoire, je cherche uniquement un équilibre dont vous pourrez bénéficier. Ne soyez pas idiot, ne faites pas de moi votre ennemi, ne me donnez pas de raison de me retourner contre vous. Si je souhaitait réellement posséder les Dragon Ball, j'aurais invité tous vos ennemis à me rejoindre pour vous atteindre et vous anéantir. Je ne suis pas un joueur de seconde zone, je ne vous demande pas un voeux, je l'exige. Ce voeux est pour moi la nouvelle priorité de toute l’entreprise. Quand au conditions que vous souhaitez apporter à notre accord, très bien, j'accepte d’y répondre, mais après, ce sera à moi d’imposer ma seule condition pour m’assurer de votre bonne foi.”

Un instant, un moment bien trop court pour que l’homme en face de lui s’en rende compte, son esprit cilla, envahis par des centaines d’images provenant de son passé. Elle était à nouveau la, près de lui, laissant couler un voile gelé sur tout son coeur, eteignant les flammes brûlantes qui animait sa colère de circonstance. Mais alors que ces yeux intérieurs étaient tournés vers le passé, il décida de jeter un coup d’oeil vers le futur, un regard vers ce que Kym allait devenir. Si le sourire de Stinger était toujours parfait, jamais brisé par aucune émotion, ces mains se mirent à trembler, comme prise d’un accès de folie. Il savait qu’il ne devait pas regarder plus loin, il savait qu’il ne voulait pas savoir ce qu’elle faisait avec un autre. Pourtant, la curiosité lui avait brulé l’esprit et il s’était tourné vers une autre époque. Elle était la, nue, dans les bras d’un autre, en train de partager un moment qu’il pensait n’arriver qu’avec lui. Le voile de fausse colère qui avait été éteint fut surpassé par un feux bien plus grand, une haine puissante et inaliénable. Il tremblait des mains mais il serra les poings pour rendre la chose invisible. Il respirait assez fort pour que ces sentiments ne le fasse pas chavirer. Il savait qu’il y avait un autre, ce Syd, pourtant il avait bêtement cru qu’elle ne ferait pas cela, pas après tout ce qu’ils avaient partagé. La colère grondait, la colère aussi sourde que creuse. En un instant, alors qu’il regardait le Majin, ces problèmes semblaient si misérables par rapport a ce qu’il pouvait ressentir, sa colère si minime par rapport au feu qui l’animait. O combien il savait qu’il aurait pu devenir comme lui, ô combien il savait qu’ils auraient pu être de grands camarades de combat, faisant régner la terreur sur l’univers. Et si il en avait envie en cet instant ? Et si ils faisaient tout brûler ensemble ? Si ils étaient parti pour instaurer un nouveau règne de chaos et d’ignominie ? Sa voix voulait hurler, ces poings voulaient frapper, pourtant sa raison, elle semblait contrôler un nouveau masque face à Végéta, celui de la transparence. Il prononça les mots suivant bien plus doucement que ce qu’il l’avait voulu

“Mon voeu est d’assurer la vie éternelle à celle que j’aime, et personne ne m'empêchera de lui donner cela, Majin Végéta, pas même vous”

Il voulait courir, loin de tout cela, loin d’elle comme des ennuis qui la suivait. Il ne voulait plus lutter pour elle ni pour cette malédiction. Pourtant, son coeur avait beau être envahis d’une souffrance sans nom, il ne pouvait pas se résigner à la laisser, à l’abandonner a son sort. A jamais Kym était lié à lui, à jamais il veillerais sur elle. Pourtant, ce qu’elle faisait avec lui lui donnait un nouveau souffle à sa colère.

“Mais si vous avez imposé vos conditions, c’est a moi de donner les miennes. Si vous voulez que je vous fasse pleinement confiance, que je vous offre l’accès a la totalité de mon armée et de ce que possède Stinger Industry, il va me falloir un gage de confiance, quelque chose qui me prouve que vous ne me la mettez pas à l’envers.”

Gilean tendis sa main, paume vers le ciel, les yeux perdus dans le temps, perdu à cause de ce qu’il avait vu. Pourtant, son texte était parfaitement calibré, son ton maîtrisé au possible



“Si vous voulez sceller notre accord, si vous êtes prêt à enclencher une des plus grande guerre de ce temps, vous allez devoir me confier l’une de vos Dragon Ball”
Majin Vegeta
avatar
Administrateur
Masculin Age : 25
Date d'inscription : 27/05/2007
Nombre de messages : 8457
Bon ou mauvais ? : Mauvais ! Tu vas goûter ma puissance suprême !
Zénies : 1395 (+840 pour alliance)

Techniques
Techniques illimitées : Canon Garric // Déplacement instantané // Atomic Blust
Techniques 3/combat : Final Flash // Big Bang Attack
Techniques 1/combat : Rage Kanasiène (Laser de Kanasa)

MessageSujet: Re: [PV BMV] Violent Delights Have Violent Ends   Mar 22 Aoû 2017 - 18:15


La passerelle de la Flèche d'Argent brillait de mille feux, chaque centimètre de la carcasse de ce vaisseau était illuminé par la lumière du soleil de Dösatz qui pointait son nez à l'horizon de la planète. Une lumière aussitôt absorbée par les réflecteurs du vaisseau, la salle de contrôle fut immédiatement configurée pour que cette lumière externe ne dérange pas les débats actuels, la configuration tamisée fut respectée. Le majin se leva, il s'approcha du robot tiss, ce dernier s'avança rapidement vers lui, lui proposant un plateau argenté avec un verre propre. Le roi Kanasien se contenta de poser son verre sur le plateau et de toiser le robot qui ne se fit pas prier pour repartir attendre dans le coin de la pièce. Majin Vegeta observa longuement Boss Stinger, il semblait désormais tendu, comme heurté par l’agressivité constante du roi Kanasien à chacune de ses phrase, il semblait changer d'attitude, on pouvait le voir dans ses yeux, même dans la pénombre la plus sombre, le Kanasien pouvait sentir la haine ou la violence dans les yeux d'un homme, il avait vu ce sentiment tellement de fois dans les yeux de ses adversaires, connaissances ou inconnus qu'il avait rencontré durant toutes ces années.

Il écouta attentivement la réponse de Boss à ses propos, et comme il s'y attendait, le ton changea brusquement pour devenir plus grave, il trouva toutefois cela amusant de voir un 'mortel' n'ayant pas de pouvoir spécifique venir la ramener face au plus grand guerrier de cet univers. S'il avait besoin d'un dispositif pour annuler les pouvoirs, cela en disait long sur le personnage. Boss Stinger semblait être le genre d'homme à se planquer derrière son magot, à manigancer avec tout le monde, à créer des plans dans les plans, tout cela dans le but d'obtenir ce qu'il désire, servir ses intérêts. Au final, dans ce monde pourri tout le monde est identique, seule la façon de faire change, le majin ne se cachait pas pour exécuter ses ennemis, il ne cachait pas ses alliances et n'avait pas peur d'aller au front affronter ses pires ennemis. Boss utilisait le réseau de son entreprise et ses contacts pour faire le sale boulot, et il paraît que le majin a une réputation d'enflure après cela ... Le regard dans le vide, il continua d'écouter Gilean avec un petit sourire sournois sur le visage. C'est à ce moment qu'il afficha dans la salle de commandement, à l'aide de petits écrans holographiques, un échantillon de toutes ses connaissances, lieux lui appartenant ou encore une partie de ses employés tout simplement.

Le roi de Kanasa le laissa poursuivre, apparemment Gilean n'en avait pas fini, le regard désormais bleu, il se permit de juger ouvertement le majin, d'exposer des faits, et même se permettre d'indiquer qu'il n'aurait jamais cette 'puissance'. Évidement il ne devait pas parler de puissance de combat, ou alors il était définitivement idiot, mais il souleva des points intéressants, sur le fait que si le majin aurait pu récupérer les Dragon Ball, ce serait déjà fait. Ce qui en soit était réel, il faudrait être fou pour dire avec certitude que les Dragon Ball serait réuni à une date donnée, s'entourer d'alliés et combattre pendant des mois voir des années semblait la solution la plus probable. Toutefois, un de ses propos fit mouche, il exigeait un voeu, le majin tourna la tête brusquement vers Boss et le toisa, il se rapprocha de lui après avoir attendu qu'il termine. Il le laissa finir mais fit montrer sa présence, il ne se laisserait sûrement pas intimider de la sorte ... Pire, il lui demanda une nouvelle condition, il voulait que le majin lui donne une Dragon Ball afin de sceller ce pacte. Le majin laissa alors un silence pesant s'installer, il se tenait là, face à Boss dans son vaisseau, sans pouvoir particulier, au dessus de la planète Dösatz et sa réponse allait peut-être changer l'avenir de ce monde une nouvelle fois. Combien de fois s'était-il retrouvé dans des situations ou ses décisions influeraient directement sur l'Histoire, où le moindre choix allait sceller le destin de plusieurs personnes, décider de la vie ou de la mort de quelqu'un, de millions de personnes, des choix militaires, politiques, donner naissance, prendre une vie, tout cela faisait parti de son quotidien.

Après une bonne minute sans rien dire, le majin prononça une seule phrase :


"C'est bon, t'as fini avec tes conneries ?"

D'entrée de jeu, il donna le ton, les propos provocateurs de Boss n'avait fait qu'accentuer son envie de lui montrer qui est le véritable Majin Vegeta.

"Il faut dire que tu en dis des choses, tu crois savoir énormément de choses mais dans le fond tu ne sais rien de ce monde je dirai, ce n'est pas en restant dans ta tour d'ivoire comme un observateur que tu pourras savoir ce que c'est d'ôter la vie à quelqu'un de tes propres mains. Tu ne connais pas ce que c'est d'écraser le crâne de quelqu'un sous ton pied après lui avoir arraché les intestins à la main, prendre du plaisir à exécuter un enfant innocent tout cela pour que son peuple puisse voir à quel point tu es prêt à tout pour les asservir. Changer de ton avec moi ne servira à rien, je suis bien au dessus de toute menace verbale ou physique, tes paroles ne furent qu'un courant d'air dans cet espace confiné, tu ne m'atteindras pas ainsi.

Ma haine ne s'arrêtera pas, et je suis d'accord, pourquoi voudrai-je rester en paix tant que je ne contrôle pas cet univers ? Il n'y a aucun équilibre dans ce monde, fais-toi une raison fiston, ce fut le cas, c'est le cas et ce sera encore le cas, après ta mort, après ma mort, et ce jusqu'à la fin des temps, et je compte bien faire en sorte que le chaos règne en maître jusqu'à la fin. Tu peux bien voyager dans le temps et aller violer ta mère si ça te fait plaisir, je n'ai pas besoin de ces foutaises, j'ai le pouvoir et c'est bien cela qui compte.

Une puissance que je ne pourrai jamais posséder tu as dit ? Si tu es le peuple, le papier toilette de ce monde, et le mec qui me vend un pass c'est super pour toi. Tu pourrais être le serveur du fast-food kanasien préféré de Tytoon que je m'en taperai complètement, arrête avec tes métaphores ridicules. Tu n'es qu'un pion dans ce monde, un petit qui se croit grand de par sa richesse et ses relations, mais sans tes relations et toutes ces 'babioles', qui serais-tu ? Que serais-tu ? Que serais-tu devenu ? Peut-être le fils d'un père alcoolique qui aurait été battu durant son enfance, devenu employé à Satan City comme des millions de crétins à travers le monde, avec une cravate violette sentant le jambon ... Cher Gilean, je crois que tu te méprends, tu n'es pas tout cela, mais tu crois véritablement trop en toi, le seul intérêt que tu peux avoir, c'est de pouvoir m'aider. Je parlais de pouvoir, à mes côtés tu pourrais avoir ce pouvoir, celui qui te ferait entrer dans la cour des grands, où l'évocation de ton nom ferait frémir même le type le plus lambda au fin fond de l'univers. C'est là que tu as tout à y gagner, deviens celui que tu devrais être. Tes relations sont certes intéressantes, mais tu ne connais rien de ce monde, devient acteur au lieu d'être observateur et tu découvriras le véritable sens du mot puissance."


Majin Vegeta venait de tenir des propos durs envers Boss Stinger, mais nuancait avec le fait que ce dernier pouvait faire un choix juste, celui qui le ferait passer de personnage illustre à la tête de la Stinger's Industry à véritable tête d'affiche, il ne fermait pas la porte à une alliance, mais il allait sans doute devoir nuancer ses propos ...

"Le retour d'Anko m'importe sûrement plus que toi, tu dis vouloir redonner vie à une femme, celle que tu aimes, je respecte ce choix, et je comprend ton ambition. Mais n'oublie surtout pas qui je suis, je suis Majin Vegeta, et pas Yuki, ton employée que tu peux rabaisser car elle t'as servi un café froid. Ne me prend surtout pas de haut ou tu perdras bien plus que tes dents. Tu as déjà imposé ta condition, tu veux ressusciter celle que tu aimes ...

Issou ... Il est hors de question que je te donne cette boule de cristal, si tu es un temps soit peu intelligent tu comprendras que je ne m'allie pas avec n'importe qui et que le fait de te laisser un voeu du dragon me coûte déjà en soi extrêmement cher, ne soit pas trop gourmand Gilean ou ça te coûtera cher un jour. Je pense que nous sommes tout les deux gagnants dans cette histoire, il n'y a au final aucun prix à payer, que ce soit toi ou moi, si je te trahis je me retrouve sans ton aide, si tu me trahis tu n'auras pas le voeu que tu as toujours voulu. Désormais à toi de voir ce qui est le plus cher à tes yeux, redonner vie à l'amour ou bien être orgueilleux au risque de ne plus jamais la revoir ? Je te laisse prendre cette décision, mais tu vas devoir la prendre rapidement, la guerre approche à grand pas, celle qui marquera une nouvelle ère."


Majin Vegeta s'éloigna alors de Boss Stinger, il lui tourna le dos, il en avait fini avec lui, la balle était désormais dans son camp, s'il était un homme avec du bon sens il comprendrait rapidement que son intérêt était de suivre le majin dans ce marché. Il fouilla alors dans ses affaire et en sorti un communicateur de l'Alliance, il le lança sur le plateau du robot tiss d'un geste parfait et termina sur ces mots :

"Je te laisse ce communicateur, réponds-moi rapidement, je dois me rendre sur Kanasa pour m'occuper de mon Alliance. Contacte-moi et indique moi ton choix, rappelle-toi tout ce que je t'ai dis et tu comprendras le juste choix à faire. On se reverra très certainement bientôt ..."

Le roi de Kanasa quitta alors la salle de commandement, prenant l’ascenseur par lequel il était arrivé. Majin Vegeta prit alors sur sa droite à la sortie du monde charge et prit un immense couloir, quelques couloirs plus loin il se retrouva face aux sbires de la Stinger's Industry qui l'attendaient, ces derniers l'avaient accompagnés à l'aller, il comptait bien se passer d'eux pour le retour. Il les toisa du regard et ils le laissèrent passer sans un mot, ce n'est qu'une fois arrivé au pont de débarquement qu'il ouvrit le grand sas. Un vent glacial s'engouffra dans l'immense salle et il s'envola vers le sol, il allait récupérer sa capsule pour prendre la direction de sa planète. Boss Stinger allait désormais devoir faire un choix délicat ...








Transformation :SSJ1,SSJ2,SSJ3,SSJ Blue
Energie dans l'épée / Vol
Objets : Hyper Sword, 1 sabre, 1 carte passe, 2 senzus, 1 Carte passe espace, Boules de cristal 5 étoiles et 7 étoiles

Roi de Kanasa
Champion du Tournoi de Dösatz N°2
Le combat n'est pas fini tant qu'il me reste un souffle de vie ...
Boss Stinger
avatar
Terrien
Masculin Date d'inscription : 05/06/2009
Nombre de messages : 715
Bon ou mauvais ? : -
Zénies : -

Techniques
Techniques illimitées : They are no redemption
Techniques 3/combat : for those
Techniques 1/combat : who shatter the time

MessageSujet: Re: [PV BMV] Violent Delights Have Violent Ends   Mar 22 Aoû 2017 - 22:12

Dans l’univers des possibilités, dans la grandeur des galaxies, les astres et les nébuleuses mourraient, formant dans un baroud d’honneur des nuages de destruction si grand qu’ils apportaient une mort infernale sur leur passage, embrassant d’une vague de feu d’un bleu intense, faisant bouillir le cerveau, fondre les os et faire s’évaporer toute l’eau du corps humain. Dans la pleine puissance de ces catastrophes, plus rien ne survivait, un champ de destruction s’insinuait partout dans le but d’annihiler tout ce qui existait. De la poussière d’étoile à la poussière d’étoile, de la vie à la mort, de l’éternel à l’infini. Mais dans cet infini puissance, dans cette galaxie que Stinger voyait si bien alors que ces yeux brillaient encore d’une intensité sans merci, alors que le passé, le présent et l’avenir n’avait plus aucun secret pour lui, son monde était alors réduit à une dimension minuscule. Des millions de moments, des milliers de corps lascifs dans leur propre réalité, dansant au rythme du présent et de leur cohérences personnelles, limité à l’espace d’une chambre d'hôtel et du pont d’un vaisseau spatial. Des milliards de Gilean face à des milliards de Majin Végéta. Des milliards de Kym face à des milliards de Sid. Partout, la colère et la haine suintait comme une gelée noire et visqueuse. Elle envahissait tout, rendant sourd face au arguments les plus forts et aveugle face à une triste réalité. Dans la violence des mots, les esprits brûlaient tel deux lames chauffé à blanc sur le pont de la Flèche d’Argent. Dans cette colère ambiante, dans ce flot immense et chaotique, Gilean observait silencieusement. Il était prêt face à cela, face à ce combat. Ces réponses étaient déjà prévu, son plan parfaitement travaillé, élaboré avec une justesse qu'il avait rodé d'après l'expérience de son père et celle de ces ancêtres. Mais cette bataille n'était pas celle qui rendait à cet instant Gilean muet, le regard perdu, les dents serrés comme jamais. Dans l'océan des probabilités, des futurs possibles et impossible, il voyait maintenant quel était sa punition d'avoir aimé celle qu'il n'aurait jamais dû aimer. Il pensait être en lien avec elle, il pensait la voir comme il voyait les gens en face de lui, quelle était son échappatoire, la seule à le voir comme lui la voyait. Un silence s’était imposé à ces oreilles, un silence qui sifflait dans sa tête et qui nouait sa gorge. L'immense torrent de haine et de colère l'avait renversé, écrasé sous le poids de la peur et de la faiblesse. Et si elle n’était plus avec lui ? Et si, dans l’immensité de cet univers, il était à nouveau seul ? Il avait gouté au plaisirs de la chair avec elle, de l’amour infini et total. Elle ne lui avait pourtant jamais menti, il l’avait vu dans ces yeux…

Elle lui avait tout dit, une vérité aussi simple à comprendre qu'impossible à envisager. Une étoile noire fondait sur son esprit noyé sous la jalousie, la terreur et la solitude. Les méandres de sa pensée se délitait un à un, le fil de la logique s’était rompu en lui. Elle, nue avec lui, l'aimant comme il l'aimait elle, savourant la chair d'un autre, l'odeur d'un autre. Elle était avec lui, ce monstre qui hantait son esprit comme la mort hantait le mourant. Il y était, ce jour si redouté était arrivé et il n'avait pas pu se préparer à tout cela. Tout était arrivé bien trop vite, parti bien trop vite, brisé bien trop vite. Dans la totalité de ce jeu d’ombres plus que de lumière, il cherchait à reprendre le dessus sur ce flot infernal. Il se réveilla, brisa les chaînes du désespoir par la seul pouvoir assez puissant : la haine. Un rictus marqua son visage alors qu’il se relevait de cette marée noire, baptisé par cette substance qui n’existait pas, par cette sensation qui brûlait son âme. Il avait rompu le lien avec la Terre, la où tout semblait exister, la où tout semblait se terminer pour lui. Quand est ce que cela devait arriver ? Quand est ce que tout ça se passerait ? Etais-ce en train d’arriver ? Pourrait il tout interrompre en courant la rejoindre ? Pouvait il y faire quelque chose ? Il ferma les yeux, laissant son désir et son amour refluer, laissant sa pensée reprendre le dessus sur cet idiot accès de rage. Quand il repris ses esprits, quand son regard n’était plus obnubilé par ces sentiments incontrôlés, il écouta à nouveau Végéta. Pourtant, il savait qu’après cette entrevue, les images qu’il avait vu allait encore l’étouffer petit à petit. Il n’était pas le seul à l’aimer, il n’était pas le seul qu’elle aimait, il était pourtant seul, et il souffrait.

Il avait protégé sa pensée, il n’écoutait plus réellement. Il savait que tout ce qu’allait dire son interlocuteur allait être bercé par une méchanceté de circonstance, une violence dont il était plus que digne. Par ces regards, ces gestes et sa façon de s’exprimer, il avait compris que leur accord ne tiendrait pas. Pourtant, pendant une longue minute, il avait espéré, cherchant à percer le voile de la vérité sur le visage du Roi impassible. Mais tout cela semblait se solder sur un échec, refusant de lui remettre le seul élément qui allait assurer une confiance totale entre eux deux. Il avait besoin de cette artefact pour asseoir son pouvoir, affirmer ces intérêts auprès des futurs ennemis qu’il aurait pu rencontrer. Les plans de batailles était prêt, les vaisseau de débarquement chargé et paré, les différentes escouades avaient déjà étudié le futur de leurs combats. Mais alors que cet objet ,si simple et pourtant si puissant, devait sceller leur union par un leg symbolique, rien ne se fit. Encore une fois, Végéta se mit à tourner tel un prédateur autour de sa proie, proférant des menaces et cherchant le dessus par les mots. La colère, la haine, la douleur… Gilean ressentait cela au plus profond de cet homme qui semblait brisé, frappé par quelque chose qui l’avait fait devenir le monstre qu’il se complaisait à être. Gilean avait fait l’erreur de croire qu’il pouvait être changé, que son esprit pouvait être en paix un jour. Si son esprit était à ce moment là fermé à toute colère qui pouvait lui arriver directement, il ressentait principalement une grande tristesse de ne pas avoir réussi à faire comprendre le point d’orgue de toute sa vision du monde, de la galaxie. Le bien et le mal n’existait pas, il n’étaient qu’une vision tronqué d’un monde qui cherchait à mettre de l’ordre dans son existence. Ces notions étaient dictés par les vainqueurs, ceux qui se permettaient de réécrire l’histoire à leur façon et de donner le sens qu’ils souhaitaient pour devenir les “gentils”. Stinger pendait que Majin Végéta entrait dans ce cadre : celui d’hommes qui étaient passé du mauvais côté de l’histoire. Mais ce n’était pas le cas, noin de la : il faisait l’histoire en faisant le mal. Il s’était vautré dans cette réputation comme un affamé sur un banquet divin, ne cherchant pas a s’écarter de cette voie qui pourtant lui faisait perdre la raison. En cet instant, Gilean lui avait offert une échapatoire, une possibilité de revoir enfin son fils a ses cotés. Pourtant, l’orgueil l’avait emporté plus que tout. Alors que le Roi de Kanasa semblait avoir fait une pause dans son discours, Gilean parla doucement, les dent sérrés par la colère sourde qu’il cherchait à étouffer

“Alors... La vie de votre fils ne vaut pas plus qu’une Dragon Ball, Majin Végéta ?”

Stinger baissa les yeux, comprenant son erreur. L’homme en face de lui était fou, animé par une rage qui rendait toute discussion vaine. Il pensait pouvoir l’atteindre, mais rien ne pouvait briser l’immense mur de colère qui le cernait. Pendant ces longues minutes, il avait parlé à un comédien jouant son rôle, paradant sous un accoutrement de démon, cachant sa véritable identité sous un masque difforme et horrible. Mais la fatalité de cette situation, la malédiction dont était frappé Majin Végéta, c’était que le masque était entré dans sa peau, faisant aujourd’hui partie intégrante de ce qu’il était. Il n’était plus qu’un être malfaisant, envahi par ses démons dont il semblait ne pas pouvoir réchapper. Gilean voulait lui tendre la main, l’amener à voir ce qu’il voyait grâce à l’épice. Mais il savait que tout cela serait sans résultat. Quand il parlait de sauver sa bien aimée, l’homme avait même cru qu’elle était décédé, comme si la seule raison à la vie était la mort. Quand il eu finis, son camarade se dirigea vers la sortie. Pendant un instant, Stinger pensais le laisser partir sans rien dire, méditant sur les derniers mots qu’il avait dit. Mais il devait tenter une dernière chose, chercher une fois encore à se faire comprendre de cet homme torturé. Pourtant, il n’avait plus le temps de s’expliquer ni d’agir.

“Végéta, une dernière chose je vous prie”

Il resta à distance, le menton tenu par sa main, en pleine réflexion. Il ne savait plus quoi dire a cet homme qui semblait inatteignable. Il parlait doucement, comme si en cet instant, Gilean pensait avoir tout perdu, tout sauf ce lien si ténu entre le Majin et lui. Il lui parlait calmement, un sourire sur le visage, comme à un ami. Il avait retiré la colère, la tristesse et la haine de ces expressions. Il était juste… triste

“Si un jour vous voulez redevenir un homme et non plus être une bête assoiffé de sang, si vous voulez enfin vous évader de cette prison que vous vous êtes construit pour vous même, briser le cercle de la souffrance… Je vous en prie, revenez vers moi dès que vous le souhaitez, ma porte sera grande ouverte.”

Il laissa un moment, assez long pour faire une distinction entre ces paroles, assez courte pour ne pas provoquer de mouvement chez Végéta. Son ton fut alors plus paternel, plus grave.

“En attendant, ma décision est déjà prise : je ne m’allierais pas avec un démon incapable de raisonner et de voir l’opportunité que je lui offre. Si vous n’êtes même pas capable de m’entendre, je ne vois pas comment je pourrais vous faire confiance”

Sur ces mots, Stinger s’assit dans le siège de commandement, le regard perdu parmi les étoiles. Après le départ du maître de l’alliance maléfique, le Boss resta pensif, assis sur une des chaises de la salle de commandement désormais vide. Il se passa une minute, puis dix, puis une heure... Enfin, les hommes et femmes maniant cette magnifique machine qu’était la Flèche d’Argent reprirent leur places, les discussions s'animèrent à nouveau et la banalité de la vie repris son court. Pourtant, maintenant que l’adrénaline de la conversation était redescendu, il ne restait qu’un sentiment de vide intense en Gilean. Il ne savait plus où regarder, quoi faire, où aller. Sans la participation de Végéta, son plan tombait à l’eau, et avec lui son espoir d’assurer la vie éternelle à… elle… Il avait laissé son esprit divaguer quelques instant, laissant sa pensée flâner parmi ces souvenirs et son amour. D’un seul coup, à nouveau, tout son être s’embrasa en pensant à lui, à l’Autre, à la fatalité de sa situation, à la douleur que tout cela provoquait en lui. Ces tempes frappaient fort, à un rythme effréné, sans lui laisser le moindre répis. Alors qu’il voulait se lever, partir et oublier tout ce qui en ce moment brisait petit à petit tout ce qu’il était, il s’effondra sur sa chaise frappé par la puissance de l’épice. La dernière fois qu’il avait subit le contrecoup, qu’il avait souffert de cette puissance force, il avait été avec elle, elle lui avait donné une force dont il avait plus que jamais besoin. Mais en cet instant, alors que la douleur envahissait chaque fibre de son corps, elle n’était pas la. Elle était loin, si loin… Il s'accrochait au images d’elles, au sensations si douces qu’il avait pu vivre a ces cotés. Mais les souvenirs, aussi beau qu’il puissent être, n’était que des souvenirs. Il fut balayé, emporté par la puissance du contrecoup de son pouvoir. Il avait vu tout, maintenant il était aveugle. D’un moment à l’autre, son regard s’obscurcit, sa voix et son corps disparurent dans une boule de souffrance et de douleur. Il l’avait vu, elle avec l’Autre, Majin Végéta avec tytoon, la terre avec le ciel. En cet instant, il n’était qu’un amalgames de cellules cherchant désespérément à endiguer la souffrance présente dans l’esprit de Stinger, mpais rien n’y faisait. Personne ne le regardait, personne ne comprenait ce qui se passait. Pour les personnes exterieurs, il devait se reposer, laisser son esprit divaguer au gré de sa volonté. Mais la réalité en était tout autre.

Il sentit quelqu’un le soulever, l’emmener vers l’extérieur. Ellias le maintenait, à moitié grace a ces pouvoirs, à moitié avec la force de ces bras. Ils se dirigèrent quelque part, loin de toute l’agitation que le monde semblait vouloir donner à Gilean. Il était fatigué, il était seul, il était décu.

Le sommeil l’emporta, la douleur le suivit.
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: [PV BMV] Violent Delights Have Violent Ends   
 
[PV BMV] Violent Delights Have Violent Ends
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» The Baggins of Bag End..Bilbo le Hobbit ( En cours )
» MILLS ◊ till the world ends
» Juliet~Every song ends, but is that any reason not to enjoy the music?
» Stargate Atlantis - The adventure will never ends
» (F) DORMER ➹ This is the start of how it ever ends

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
RPGDBZ :: RPG :: Dösatz-