Partagez | 
 

 Moi, Lâche ? Nooooon ![PV Demigra]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Majin Sanyl
avatar
Majin
Masculin Age : 15
Date d'inscription : 29/05/2016
Nombre de messages : 270
Bon ou mauvais ? : Mauvais
Zénies : 835

Techniques
Techniques illimitées : Illusion Smash-Métamorphose-Slow Time
Techniques 3/combat : Boomerang Effect-Shining Sword Attack Colossale
Techniques 1/combat : Absorbtion

MessageSujet: Moi, Lâche ? Nooooon ![PV Demigra]   Mar 25 Juil 2017 - 3:18
Bon, comment vous dire à quel point je suis paumé ? Écoutez, dans la vie une bonne métaphore vaut mieux qu’une longue description.

Être perdu c’est manger un bol de spaghetti un jour d’hiver.

Je n’ai jamais précisé que la métaphore devrait avoir un certain sens. De toute façon c’est le but d’une métaphore, ne pas avoir de sens. Sérieusement, qui lit une métaphore et se dit « Ouah ce que je lis a totalement du sens ? » NON ! Personne ne dit ça ! Bon bref, je m’éloigne du sujet, et de la civilisation. Vous voyez ça c’est un Zeugma les enfants ce que je viens de f- ARGH JE M’ÉLOIGNE ENCORE DU SUJET MERDE ! Bon, revenons à nos moutons.

Je suis paumé. Dans les montagnes. Et je marche. Trop, d’ailleurs. Pourquoi je ne vole pas vers la civilisation, me dites-vous ? Bah parce que j’ai la flemme, allez-vous faire foutre avec vos questions à la con ! Est-ce que moi je vous harcèle chaque jour pour savoir si vous avez une certaine cohérence ? NON ! Parce que tout le monde s’en fout de vous, nobody even wants you here, no one cares if you’re alive ! Bon, reprenons. La situation dans laquelle je me trouve est assez problématique. Je vais vous expliquer, mais il faut retourner quelques heures plus tôt. Putain de chèvre…

J’étais arrivé dans les montagnes tout serein. Je me disais « Oh c’est pas grave, c’est une planète commerciale ici nan ? Il devrait y’avoir plein de villes ! ». MAIS NON PUTAIN ILS SONT AUSSI ÉVOLUÉS QUE DES MAGMAS MERDE ! Je me demandais si c’était possible réellement. Après une heure de marche, devinez ce que j’ai rencontré. NON MAIS DEVINEZ, C’EST MAGIQUE ! Une chèvre. Une putain de chèvre. Alors je vous laisse deviner ma réaction. J’avais faim, j’ai voulu en faire un goulag, normal quoi. Mais cette chèvre, elle est venue me chercher au plus profond de mes sentiments de connard. Quand je me suis approché d’elle, et que je l’ai regardé dans les yeux. J’ai vu l’univers se refléter dans ses yeux, je ne pouvais pas la tuer ! Puis j’ai abandonné l’idée d’en faire du goulag. Je l’ai donc laissé tranquille et je suis reparti de mon côté. Mais alors, c’est là que la couille dans l’agneau apparaît. T’as compris ? L’agneau, la chèvre.



Après être reparti j’ai commencé à sentir une sensation assez douce sur mes jambes. En premier, je me suis dit que mon poil était trop rugueux pour que ce soit ça. Puis, je me suis rappelé que j’avais pas de poil, c’est assez bizarre. J’ai regardé vers mes jambes, puis j’ai vu la biquette. J’ai soupiré, et en tant que gros con j’ai commencé à lui crier dessus.

« Putain c’est pas parce que je t’ai laissé en vie que je veux que tu me suives ! Je peux encore te transformer en goulag tu sais ! »

« Bêêêêêêêh »

« T’AS RIEN D’AUTRE À DIRE PETITE CONNE !? »

« Bêêêêêêêh ? »

« MAIS JE T’EMMERDE ! »

C’est comme ça que je suis arrivé où j’en suis. Et devinez où j’en suis ? En dessous d’un arbre, moi et Giselle – ouais c’est son nom, que vas-tu faire ? – mangeons des pommes. Les rageux diront que c’est faux, que ce n’est jamais arrivé, que je n’ai jamais rencontré de chèvre qui s’appelle Giselle. Bah les rageux rageront, que voulez-vous que je dise !

« Tu sais Giselle, des fois je me demande quels sont les choix que j’ai fait dans ma vie pour me retrouver sous un pommier avec une chèvre. Fréquenter Kaito a toujours semblé comme une mauvaise idée, tu sais. »

« Bêêêêêêêh »

« M’enfuir de la guerre de Namek est une décision que je regrette aussi. »

« Bêêêêêêêh »

« Je veux dire, je serai mort et je n’aurai rien changé, mais ça aurait été une mort assez cool. »

« Bêêêêêêêh ? »

« Ouais la guerre de Namek m’a permis de beaucoup me renforcer. C’est là que j’ai trahi Kaito. Que j’ai absorbé Trunks aussi. »

« Bêêêêêêêh ? »

« Oh ta gueule avec tes questions Giselle. »

Après quelques minutes à bouffer des pommes, je décidais qu’il fallait mieux continuer à marcher dans les montagnes. J’obligeais donc Giselle à me suivre dans les montagnes. J’aimais bien cette marche finalement. Malgré le fait que je m’éloignais pas après pas de la civilisation je me sentais bien dans ma situation actuelle. Dans les montagnes, avec une chèvre, au meilleur de ma forme. Pas ma forme physique bien évidemment. Resté coincé dans une capsule pendant quelques mois c’est pas le top. C’est pour ça que durant mon trajet je m’amusais à trancher des arbres avec mon épée pour me défouler. Ça pouvait faire du bruit, mais aucune chance qu’une forme de vie intelligente quelconque soit dans les parages.

N’est-ce pas ?
Demigra
avatar
Demon
Masculin Age : 22
Date d'inscription : 22/11/2015
Nombre de messages : 214
Bon ou mauvais ? : Mauvais
Zénies : 1000

Techniques
Techniques illimitées : Brèche temporelle, Illusion, Kikoha spectral
Techniques 3/combat : Influence démoniaque, Voile démoniaque
Techniques 1/combat : Corruption maléfique

MessageSujet: Re: Moi, Lâche ? Nooooon ![PV Demigra]   Mar 25 Juil 2017 - 15:16
Qu'elle était mignonne cette petite chèvre ! Dommage que celle ci demeurait la seule créature à daigner ne serait-ce qu'un regard à ce pauvre Majin qui semblait cruellement manquer de compagnie. La situation qui se déroulait sous ce pommier était certes, très étrange voire même invraisemblable mais tout à fait réelle : Sanyl était en train de taper la discussion avec un chevreau tout en mangeant les pommes qui en tombaient. Inutile de le préciser, ce genre de discussion était pour le moins... inhabituelle. Au final, ce ne fut pas un goulag que l'hmme vert se permettait de déguster mais les fruits de la nature. Durant ce bref instant, on pouvait bien affirmer que le repos de ce guerrier était bien mérité mais il allait être de courte durée. Vous vous en doutiez bien mais ce pauvre Sanyl ne restera plus jamais tranquille et ce, surtout après sa petite escapade sur Namek. Peut-être le faisait il inconsciemment mais essayait-il de fuir la civilisation ? Avait-il simplement peur des répercussions ou craignait-il simplement de retrouver de vieilles connaissances ? Après-tout, il avait trahis un bon nombre de ses amis durant la dernière guerre, qu'en est-il de ses remords aujourd'hui ?

« Bêêêêêêêh »

Encore et toujours elle. Décidément, Giselle ne savait pas tenir sa langue mais alors qu'elle continuait de bêler, chose pouvait pouvait peut-être déranger le bûcheron autoproclamé qui s'amusait à trancher les arbres un à un. D'ailleurs, pourquoi abbatiat-il ses arbres ? Voulait-il simplement rejeter sa frustration vis à vis de quelque chose ou faisait-il cela simplement pour s'amuser ? Il aurait pu choisir de s'en rendre à la chèvre ou à un passant bien qu'il serait étonnant qu'il y en ait dans cet endroit reculé mais il a choisit de s'en prendre à la végétation... mais pourquoi ? N'avait-il donc rien de mieux à faire ? Quelle tristesse. Errer ainsi sans aucun but et parler aux animaux étaient donc son unique occupation ? Et bien quoi qu'il en soit, ce vagabond aura tout le temps de se poser la question plus tard car pour le moment, il devait sûrement se demander pourquoi la petite chèvre s'était mise à parler. Oui, vous ne rêvez pas, ce n'est pas l'esprit de Sanyl qui lui joue des tours mais le chevreau s'est vraiment mis à parler. En s'avançant sereinement vers celui qui l'a forcer à le suivre, ce fut avec une voix bien familière que celle ci s'exprima.

« Bêêêêêêêh, grosse merde ! Même ma grand-mère elle sait mieux couper les arbres que toi ! »

Sur cette provocation des plus soudaines et téméraires, la chèvre prenait de petit à petit de la taille... et du poids aussi. En fait, ça devenait carrément bizarre. Même pour une poussée de croissance, l’inexplicable événement qui se déroulait sous les yeux du Majin avait tout d'inquiétant. Giselle devenait de plus en plus grande et alors qu'elle grossissait, deux horribles cornes lui poussaient. Cette mignonne petite chose qui était pourtant si minuscule lorsque le promeneur la rencontré... elle était devenue une horrible abomination mesurant plus de de deux mètres de haut. En se levant sur ses deux pattes, ce chevreau révélait maintenant être une sorte d'homme bouc grand et puissant au torse velu. Ses yeux rougeâtres s'illuminant n'aspiraient pas la confiance et alors qu'il souriait sadiquement, il implosa en déversant une marée de sang tout autour de lui avant de s’effondre. Ce spectacle horrifique n'avait rien de très joyeux et la pauvre Giselle (RIP 2017-2017) était réduite en mille morceau. Au beau milieu de ses traces de sang, on pouvait alors discerner la silhouette du diable que le traître n'était pas pressé de revoir. Bien évidemment, ce n'était qu'une illusion à son image mais cela lui suffisait à imposer sa présence en ce lieu.

« Eh bien, mon jeune ami ? On souffre de solitude ? Ne t'en fais pas pour ça, je suis là maintenant. » soufflait-il avec une pointe de sadisme.

Désireux d'observer la réaction du monstre qui a absorbé Trunks, le dieu-démon restait attentif aux moindres mouvements de son nouvel interlocuteur et s'imaginait déjà une expression mélangeant à la fois la surprise et le dégoût. Encore une fois, il intervenait dans une histoire à laquelle il n'était pas lié et endommageait peu à peu la fissure du temps qui le retenait prisonnier en agissant ainsi. Cela avait sûrement de quoi énerver la Time Patrol mais personne dans cette malheureuse équipe n'avait réellement de quoi se débarrasser d'une illusion immatérielle. Dommage, n'est-ce pas ? Passons, les deux individus étaient bien sels pour l'instant et cela avait tout intérêt à durer car la conversation ne faisait que commencer. Bien entendu, cet échange allait être bien plus intéressant que le précédent à moins que Sanyl tenait vraiment à discuter d'avantage avec les restes éparpillés d'un petit chevreau mais si c'est tel est le cas, alors on ne peut que lui recommander des soins intensifs. Enfin passons, le sorcier aux cheveux roux s'était tu, il attendait patiemment de voir comment l'autre Majin allait manifester sa joie en voyant de nouveau ce bon vieux camarade, juste en face de lui avec un sourire très... accueillant ? Ah non, très très malsain. Espérons simplement qu'il ait déjà quelques arguments sous la main cette fois.
Majin Sanyl
avatar
Majin
Masculin Age : 15
Date d'inscription : 29/05/2016
Nombre de messages : 270
Bon ou mauvais ? : Mauvais
Zénies : 835

Techniques
Techniques illimitées : Illusion Smash-Métamorphose-Slow Time
Techniques 3/combat : Boomerang Effect-Shining Sword Attack Colossale
Techniques 1/combat : Absorbtion

MessageSujet: Re: Moi, Lâche ? Nooooon ![PV Demigra]   Jeu 27 Juil 2017 - 5:34
La vie c’est comme une fleur, suffit d’oublier de la mettre dans un vase rempli d’eau pour qu’elle meurt. Pas qu’on doive mette une vie dans un vase mais… Enfin pas que… Non mais pas dans ce sens-là… Ah putain, vous avez compris pourquoi je n’aime pas faire des métaphores pour débuter une histoire ! Ça ne sert à rien, personne ne comprend rien sans que j’explique et on va pas se mentir, c’est la manière de débuter une histoire pour flemmard incompétent ! Et je ne suis pas un flemmard incompétent. Je suis un flemmard compétent mesdames et messieurs ! C’est pourquoi je déclare ici et maintenant que je débuterai chacune de mes narrations par une Métaphore choisie aléatoirement dans mon répertoire de métaphore ! Nous pouvons maintenant reprendre notre histoire là où nous l’avons arrêté.

Où est-ce que nous avions arrêté déjà ? Ah oui, c’était au moment où je me baladais en tant que bon Majin Bûcheron avec Giselle. Alors, ce qui s’est passé après, comment vous raconter… Au début, tout allait bien. Voilà, je m’entraînais à manier l’épée et découpant les arbres qui passaient sur mon chemin. Peut-être était-ce réellement un moyen de rejeter ma frustration. Peut-être cette action avait un profond sens, ou peut-être je n’en avais tout simplement rien à foutre à ce moment-là. Même moi je ne le savais pas, et je ne le sais toujours pas. En tout cas, tout aurait pu bien se passer, et j’aurais pu finalement trouver la civilisation. Mais non, comme à chaque fois, il fallait que quelque chose se passe mal. Comme à chaque fois, bien évidemment, rien ne se passait bien.

« Bêêêêêêêh, grosse merde ! Même ma grand-mère elle sait mieux couper les arbres que toi ! »

« Ta gueule Giselle, tu ne me remontes pas le moral ! »

Pendant que je m’occupais avec les arbres, je me disais que la voix de Giselle semblait bien présente. J’veux dire, depuis tout à l’heure, je l’entendais parler, mais je savais que c’était dans ma tête. Les chèvres ça ne parle pas. Pourtant j’avais la bizarre impression de l’avoir entendu cette fois. Je mis donc l’épée dans mon fourreau (ou plutôt, celui de Trunks), puis je regardai Giselle. Et je laissais échapper un « Oh Putain » aussi. Parce que là, j’étais devant un quelque chose de vraiment bizarre. Même pour moi, c’était vraiment étrange. Et pas étrange dans le genre « Hé maman t’as vu c’est étrange la forme de ce cactus on dirait une bite » mais quelque chose de vraiment étrange. Giselle était en train de grandir et de grandir devant moi. Elle devenait affreusement moins Kawaii, mais affreusement plus diabolique et j’aimais ça ! Elle avait maintenant des cornes, elle faisait environ deux mètres de haut (malgré cela je continuais à la regarder de haut) et elle avait l’air d’un familier très badass. Elle était maintenant debout sur ces deux pattes arrière, et je commençais à me questionner sur sa féminité aux vues de ses poils sur le torse.

« ET BAH VOILÀ ! Là je pourrais faire quelque chose de toi, Giselle ! »

J’approchai ma main près de sa tête pour la caresser, puis elle implosa. Une marée de sang jaillie, recouvrant mes vêtements et ma peau. Il fallait s’y attendre, une croissance aussi soudaine. Je peux pas dire que j’étais triste mais j’étais un peu déçu sur le coup. Seulement sur le coup, après je me suis dit que ça avait peu d’importance. Après tout, Giselle restait une chèvre. Bon, à présent elle n’était que plusieurs touffes de poil éparpillées, mais tout de même. Après m’être rendu compte que Giselle avait implosé, je m’essuyai le visage pour enlever le sang qui recouvrait mes yeux. Quand je pus récupérer ma vision, ce que je vis eût un effet de soulagement. Devant moi, se tenait le démon – après les évènements de Namek, je doutais que c’était le vrai – qui se trouvait avec Freezer sur Namek.

« Eh bien, mon jeune ami ? On souffre de solitude ? Ne t'en fais pas pour ça, je suis là maintenant. »

Pourquoi c’était soulageant ? Parce que tout ce dont j’avais besoin c’était de me remémorer ces évènements. Mes erreurs, mes réussites, j’avais besoin de faire le point dans tout ça pour bien comprendre ce que j’avais fait de mal. Une bonne discussion avec ce démon s’imposait. Je n’avais pas peur de la mort, ça n’allait pas changer du jour au lendemain.

« Tu sais, maintenant que j’y pense, je ne connais même pas ton nom. C’est regrettable. »

Je pris une pause de quelques secondes en regardant autour de nous avant de reprendre. C’était peut-être pour un sentiment de sécurité que je regardais autour de nous. Pour être sûr qu’il n’y avait pas une bande de morts-vivants contrôlés télépathiquement prêt à me décapiter au moindre geste. Ou alors j’avais besoin de me faire craquer le cou.

« Ça te dérange si on marche en même temps de parler ? J’aimerais bien me rapprocher de la civilisation, mais j’ai pas envie de voler »

Sans attendre sa réponse je commençai à marcher vers l’horizon qui ressemblait plus à la civilisation. Ce démon, je l’accueillais plus comme un vieil ami que comme ce qu’il était ; une personne que j’avais trahi. Et lui il m’accueillait comme il accueillait tout le monde, avec un sourire sadique. Pas que ce soit mal, loin de là, j’arborais moi-même un petit sourire à ce moment-là, le sourire qui voulait tout dire. Le sourire avait même un petit aspect violent quand on prenait le temps de le regarder. Pas que j’avais des intentions violentes envers lui, mais ce sourire venait des souvenirs de la Guerre de Namek. Et c’était des souvenirs sacrément violents.

« Bon, j’imagine qu’on devrait discuter de beaucoup de choses n’est-ce pas ? Par quoi commencer… Ah, Giselle ! J’veux dire, j’m’en contre-bas la crête d’elle, mais y’avait de meilleurs moyens d’attirer mon attention. Malgré ça, je l’avoue, les vêtements recouverts de sang me donnent un air assez intimidant, tu ne trouves pas ? » Je rajoutai en chuchotant ; « Ah le sang d’être vivant frais, meilleure des sensations. »

Je ne savais même pas pourquoi je lui parlais de choses aussi banales. C’était peut-être pour éviter le sujet de conversation fatal, la Guerre de Namek. Mais il allait venir de toute façon, à un moment ou à un autre. Je continuai donc à marcher arborant un léger sourire sadique en attendant la réponse du démon.
Demigra
avatar
Demon
Masculin Age : 22
Date d'inscription : 22/11/2015
Nombre de messages : 214
Bon ou mauvais ? : Mauvais
Zénies : 1000

Techniques
Techniques illimitées : Brèche temporelle, Illusion, Kikoha spectral
Techniques 3/combat : Influence démoniaque, Voile démoniaque
Techniques 1/combat : Corruption maléfique

MessageSujet: Re: Moi, Lâche ? Nooooon ![PV Demigra]   Sam 29 Juil 2017 - 22:20
Ce fut après une apparition quelque peu spectaculaire que le dieu-démon avait fait apparition devant le Majin recouvert par le sang du chevreau qui a éclaté en mille morceau. Pauvre bête... même une piñata ne méritait pas un tel sort mais bon, il était un peu trop tard pour les remords et en toute honnêteté... Les deux personnages ici présent n'en avait clairement rien à faire du destin d'un pauvre animal primitif qui avait fait l'erreur de trop s'éloigner de son troupeau. Quoi qu'il en soit, aucun des deux n'étaient là simplement pour reproduire une fable ou un conte que les gamins apprenaient à l'école primaire mais pour parler d'affaires sérieuses. L’importance de la venue de Demigra en ce lieu si éloigné de la civilisation était telle qu'il ne pouvait même pas en parler à haute-voix ; il ne s'agissait donc pas simplement d'un petit business entre adulte mais d'une affaire qui allait concerner la totalité de la galaxie, que dis-je, de l'Univers tout entier si ce n'est pas plus que ça encore ! Enfin ne hâtons pas trop les choses, il est vrai que Sanyl et son interlocuteur n'ont pas eut beaucoup de temps pour entamer la discussion lors de leur passage sur la planète Namek et il était grand temps pour eux de faire de plus amples connaissance en apprenant en premier temps les objectifs de l'autre.

« Oh mais ou ai-je la tête ? Il est vrai que nous n'avions pas vraiment eut l'occasion d'entamer les présentations lors de notre première rencontre alors écoute bien ceci ; je suis Majin Demigra, le dieu-démon qui un jour régnera sur l'espace et le temps mais cela n'attise pas plus ton attention que ça, n'est-ce pas ? Quoi qu'il en soit, je ne suis pas venu jusqu'à ce lieu et cette époque pour blablater inutilement avec un déserteur qui est prêt à abandonner tout objectif pour préserver sa longévité ou-bien même son existence. Ah, au passage ; ne voit pas cela comme un reproche car j'aurais certainement fait de même à ta place. Après-tout, nous savons aussi bien toi et moi que seuls les idiots naïfs et les imbéciles font cas d'honneur sur le champ de bataille. » affirmait-il en toute honnêteté.

Il était assez rare d'entendre le diable s'exprimer de cette manière, une manière beaucoup trop franche pour lui même qui plus est. Le sorcier aux cheveux roux avait toujours eut pour habitude de titiller les esprits avec des mauvais coups et quelques doses d'humour noir mais cette fois-ci, il démontrait un peu plus de respect pour cet individu qui n'avait pourtant rien de si spécial : Le majin était simplement quelqu'un qui aimait se lâcher en causant des dégâts un peu partout et il s'en contentait très bien. Ainsi, on peut comprendre comment la créature qu'il est a pu échapper au contrôle du vieux sorcier qu'il avait jadis eut pour maître. Il avait compris le tout depuis le début : personne n'avait le droit de lui retirer sa liberté. Que ce soit Salagadoo ou-bien Kaito Shan, personne n'avait à lui dicter comment il devait vivre ; une vie de servitude ne valait pas la peine d'être vécue après-tout et il en allait de même pour une existence sans ambition. En parlant de ça, justement, quelles étaient les ambitions de Sanyl ? Ne cherchait-il vraiment rien d'autre à faire que de mener sa petite vie tranquille à l'écart de tout, tel un fou isolé au sommet des collines ?

« Si tu désires marcher, soit. Pour le chevreau, c'était uniquement pour arriver en beauté et de manière originale mais il y a un sujet bien plus important que je souhaiterais aborder, Sanyl. Comme tu le sais sûrement déjà, tu es un Majin ; une création démoniaque et il est donc normal que tu sois bien au dessus de tout ses pathétiques êtres mortels qui jonchent cet univers. Si je suis arrivé jusqu'à toi, c'est pour te donner l'opportunité de vivre au dessus des piètres représentants de l'humanité. En temps que dieu-démon, e peux déjà t'informer qu'au Makaïoshinkai se déroulent des événements dont tu n'as pas la moindre idée. Nous avons pour projet de cet endroit là l'épicentre du séisme qui mettra fin à l'existence et la vie de nombreux mortels. Je te propose donc de nous rejoindre, nous, l'Ordre Shuryo. Nous sommes une organisation agissant ouvertement sous le feu des projecteurs... et surtout de la guerrre afin de mener des opérations destructrices à l'échelle intergalactique. N'as tu jamais rêvé de voir un monde réduit en cendre ? Un peuple d'insectes qui hurlent leurs souffrances à l'unisson ou encore un univers ou tes victimes en sont réduit à t'obéir dans l'espoir d'échapper à une mort atroce ? Je peux t'offrir tout ça, Sanyl... et pas que. Je ne connais que trop bien ton désir de puissance et je connais très bien quelqu'un qui sera capable de te donner ce que tu cherches. Il s'agit d'un autre dieu-démon et la puissance qu'il pourra t'offrir n'a rien à voir avec le petit cadeau temporaire que je t'ai attribué sur Namek, l'autre fois. Loin de là même, il s'agit d'un don de puissance qui t'attribuera la puissance nécessaire pour écraser les vermines qui se mettront sur ton chemin. En un rien de temps, tu pourras alors te venger de tout ceux qui auraient osé t'humilier jusqu'à présent si tu le désires. Enfin bref, ne tournons pas autour du pot, veux-tu ? Accepterais-tu de rejoindre une organisation qui se voue à la domination des mortels pour les démons et leurs semblables ou alors vas-tu laisser cette occasion de coté ? Je ne te demande pas de réponse tout de suite, bien entendu mais sache que le plus tôt serait le mieux. » avouait-il en affichant un air empli de malice.

Tout comme le vert, le roux semblait avoir un petit faible pour le goût du sang et cela pouvait bien être un premier signe d'entente entre ses deux personnages là qui ont pour le don d'être très étranges sur bien des points. Quoi qu'il en soit, ils étaient tous les deux bien partis pour trouver un accord rapidement et cela allait peut-être bien leur facilité la vie car l'Ordre Shuryo n'avait pas encore eut l'occasion de rassembler tous les potentiels membres de cet organisation même si le début a été bien plus fructueux cependant, il restait encore une personne dont la réponse n'était pas très claire ; un individu qui ne jugeait que par la Force avec un grand F et par la domination d’autrui. Oui, je vous parle bien de l'Empereur Palpatine qui n'avait pas laissé une réponse très claire suite au présent du démon. Faudrait-il lui rendre une seconde visite un peu plus « spectaculaire » (si vous voyez ce que je veux dire) comme le diable aimait bien le dire, pour qu'il ne daigne donner une réponse claire à celui-ci ? Nous n'y étions pas encore, bien évidemment mais l'aiguille du temps filait, elle approchait lentement de l'heure ou le gong sonnera et il faudra bien donner une réponse avant que n'arrive le moment du bouquet final. En attendant cela, est-ce que ce chers Sanyl avait quelque chose à ajouter ?
Majin Sanyl
avatar
Majin
Masculin Age : 15
Date d'inscription : 29/05/2016
Nombre de messages : 270
Bon ou mauvais ? : Mauvais
Zénies : 835

Techniques
Techniques illimitées : Illusion Smash-Métamorphose-Slow Time
Techniques 3/combat : Boomerang Effect-Shining Sword Attack Colossale
Techniques 1/combat : Absorbtion

MessageSujet: Re: Moi, Lâche ? Nooooon ![PV Demigra]   Mar 1 Aoû 2017 - 5:18
Le bonheur ne serait pas le bonheur sans une chèvre qui joue du violon.

J’avais prévenu que je commencerais la narration par un proverbe n’ayant aucun rapport – si ce n’est la chèvre – avec le contexte actuel. Je tiens mes promesses moi ! Enfin, la plupart du temps. J’veux dire, je tiens les promesses qui m’avantagent, ou qui me rapportent quelque chose. Pourquoi je respecterais une promesse qui ne m’avantagerait pas ? C’est comme avouer à tout le monde que je pourrais être leur petite pute ! Et ce n’est pas le cas. La servitude et l’obéissance, voilà ce que je répugnais plus que tout. Plus qu’Ademo et Trunks réunis. C’est un exploit assez difficile à accomplir.

Après tout, toute ma vie n’avait été que servitude jusqu’à peu. Si on remontait un peu dans le temps, pour mieux en parler ? Parce que c’est quand même un truc important ! Quand Salagadoo m’a créé il y a quelques années, sur Magma, je n’étais pas vraiment conscient de ce que la vie de merde que je menais. Je ne faisais qu’obéir à ce connard de Salagadoo, qui me demandait de détruire tout ce qui bougeais. Ça, ça ne m’a jamais vraiment dérangé, ce qui me dérangeait vraiment c’était de le faire sous les ordres de quelqu’un. Sans aucune contrepartie. Génial, n’est-ce pas ? Puis vint ce que je ne pus jamais expliquer. Un jour, deux hommes arrivèrent en plein milieu d’une séance de destruction. D’après Salagadoo, c’était des Kaioshins, autrement dit des personnes divines. J’étais « illégal » d’après eux. Je n’étais qu’une abomination. Ça faisait un peu badder mon petit cœur. Ah non, je n’en avais rien à foutre de leur avis ! Il fallait simplement que je les tue. À l’époque, je ne m’interrogeais pas sur le sens de ce que je faisais – pas qu’aujourd’hui je regrette d’avoir voulu les tuer, mais voilà quoi – c’est pourquoi j’avais simplement foncé dans le tas. Pour faire d’une histoire longue une histoire courte, ils s’étaient mis à deux contre moi pour me désintégrer. En tout cas, c’est ce qu’ils croyaient ! Je n’étais pas vraiment mort, hein, je n’étais – et je ne suis – pas con. Toujours garder un morceau de soi en sécurité, pour pouvoir se régénérer. Ils tuèrent donc Salagadoo et ils partirent. Voilà tout. C’est à partir de là que je pensais obtenir une vie de liberté.

Une vie de liberté signifiait que je pouvais aller voir de nouveaux horizons pour moi – surtout détruire de nouveaux horizons –, donc je me suis dirigé vers Végéta. Là-bas, j’ai rencontré un petit saiyan. Un enfant ! Kaito Shan. Je l’avais vu s’entraîner et utiliser une technique très intéressante. J’ai donc essayé de le manipuler pour qu’il m’apprenne sa technique. Et ce con, cet attardé, il a voulu joué à cache-cache ! Vous vous imaginez bien le niveau de débilité ! Mais fallait bien faire des efforts… Alors j’ai joué le jeu. Puis on a fait un combat. Puis je me suis rendu compte que ce connard de Kaito m’éloignait peu à peu de la méchanceté. Du coup je suis parti. En faisant exploser l’endroit où il s’entraînait, bien évidemment. Vous voyez, déjà à l’époque je sentais la couille dans le pâté arriver avec ce mec.

J’ai donc continué ma vie, de destruction en destruction, d’entraînements en entraînement. Puis j’ai retrouvé Kaito et j’ai rencontré une tapette appelée Trunks. Kaito m’a poussé à rester avec eux, formant une espèce d’équipe foireuse à l’arrache. Bien évidemment, si je devais rester avec eux, il fallait que je sois « gentil » sinon l’autre lopette de Trunks allait exprimer son mécontentement. Vous voyez où je veux en venir ? Pareil qu’avec Salagadoo, même pire ! Avec Salagadoo, je faisais ce que j’aimais faire d’une façon que je n’aimais pas. Avec Kaito et Trunks, je ne pouvais pas faire ce que j’aimais à cause de personnes que je n’aimais pas. Après cela, c’était Namek, la guerre, l’absorption, et patati et patata. Maintenant que vous avez compris la vie de merde que j’ai vécu, revenons à notre Dieu-Démon préféré.

Celui-ci se présentait sous le nom de Majin Demigra. Un Majin, comme moi. Ce n’était pas très commun, je n’en avais pas rencontré beaucoup jusqu’à maintenant. Je dirais même aucun, excepté Demigra. Il poursuivit en me disant qu’il avait autrefois régner sur l’espace et le temps mais il cessa vite d’en parler, présumant que ça ne m’intéressait pas. Tout au contraire, la maîtrise du temps était une discipline que j’avais beaucoup approché, mais j’évitais d’en parler. Le Slow Time me permettait de ralentir le temps à différents niveaux, mais ça avait un grand impact sur mon esprit. Manipuler le temps n’était pas une mince affaire pour un débutant, et Demigra pouvait peut-être m’aider à ce sujet. Mais pas pour le moment.

Il continua en évoquant le fait que je les avais abandonnés, lui et Freezer, sur Namek. Le sujet allait bien évidemment être posé sur la table un jour ou l’autre. Mais je ne pensais pas que ma fuite ne lui dérangerait pas. Je pensais qu’il était venu expressément pour ça. Finalement, ses motivations étaient toutes autres. Finalement, ce qui m’étonnait le plus ce n’était pas le fait qu’il me pardonne, mais c’était qu’il ne soit pas ici pour parler de ça. Ça m’intriguait beaucoup, c’est pourquoi j’écoutais attentivement ses paroles alors que nous commencions à marcher.

Les paroles de Demigra arrivaient à mes oreilles comme un fleuve d’information. Mon cerveau prenait le temps d’analyser celles-ci mot par mot, comme s’il essayait de trouver la couille dans le pâté. Demigra me disait que j’étais un Majin. Créature démoniaque, bla bla, au-dessus des pathétiques mortels, bla bla. Jusque-là, il ne m’informait de rien. C’est ce qui suivait qui m’intéressait. Il m’informait enfin de la raison de sa venue. C’était, et je cite : « c'est pour te donner l'opportunité de vivre au-dessus des piètres représentants de l'humanité ». Alléchant, mais pas très clair. C’était quoi l’opportunité ? Plus de puissance ? Une place privilégiée parmis les démons ? Bref, j’en serai probablement informé plus tard. Il m’informa qu’au Makaioshinkai, il se tramait des choses dont je n’avais aucune idée. Le Makaioshinkai, le royaume des démons où je n’avais jamais pu avoir accès. Effectivement, il pouvait se tramer beaucoup de choses dont je n’avais aucune idée. Ensuite il me fit part de cette « opportunité » dont il parlait. Rejoindre son alliance, l’ordre Shuryo. Voilà une proposition alléchante, mais il fallait d’abord en savoir plus avant d’accepter. L’objectif de cette alliance, par exemple. Quel était-il, précisément, à part détruire le monde ? Détruire le monde ET tuer des gens ? Ça me semblait tout à fait légitime et très alléchant. Juste avec cette phrase, il m’avait conquis, mais le Dieu démon en rajouta plus ! Il me promit un don de puissance différent de celui qu’il m’avait fait sur Namek. Un don qui me permettrait d’écraser les vermines qui se mettront sur mon chemin. Je ne pensais pas avoir à hésiter plus longtemps.

« Bien sûr que je veux rejoindre l’ordre Shuryo ! Tant que j’ai l’occasion de détruire et de tuer, ça me va. Mais ces prochains mois, je serai probablement loin. Bien que tu comptes m’octroyer un don de puissance, j’aurais tout de même besoin de devenir plus fort. Il faudra que je fasse un entraînement intensif, loin de la civilisation et de tous ces vermisseaux grouillants à nos pieds. Je ne connais aucun endroit ou planète complètement isolé, ou remplis de personnes comme… remplis de démons. L’enfer est une bonne solution mais je ne sais pas comment y aller… Bref, tout ça pour dire que je rejoins avec plaisir l’ordre Shuryo. Même que tu pourras peut-être m’aider concernant la maîtrise du temps. Je ne sais pas si tu le sais mais…»

À ce moment, j’activai le Stop Time d’un niveau très élevé, ce qui me demanda beaucoup d’énergie à ce moment. Je passai derrière Demigra avec une vitesse élevée. Étant donné que les personnes autour de moi ne se rendait pas compte du ralentissement du temps, le Dieu Démon m’avait simplement vu disparaître et réapparaître derrière lui.

« Je m’y connais un peu. »
Demigra
avatar
Demon
Masculin Age : 22
Date d'inscription : 22/11/2015
Nombre de messages : 214
Bon ou mauvais ? : Mauvais
Zénies : 1000

Techniques
Techniques illimitées : Brèche temporelle, Illusion, Kikoha spectral
Techniques 3/combat : Influence démoniaque, Voile démoniaque
Techniques 1/combat : Corruption maléfique

MessageSujet: Re: Moi, Lâche ? Nooooon ![PV Demigra]   Mar 1 Aoû 2017 - 19:48
A la bonne heure ! Sanyl et Demigra venaient tout juste de se mettre d'accord sur le point le plus important de cette histoire : tout devait disparaître et ce quelque soit les mesures utilisées pour parvenir à la toute fin. L'Ordre Shuryo, ce groupuscule grandissant régit par les démons, avait pour unique but de semer le chaos au travers des mondes ou leurs membres passaient. Contrairement à la plupart des alliances existantes, dominer les mondes inférieurs des mortels ne les intéressaient guère. Pourquoi des êtres issus de l'enfer voudraient gouverner des créatures aussi pathétiques et faibles que les représentants de l'humanité ? Cela n'avait pas de sens et ça n'en a jamais eut. Non, les dieux-démons visaient quelque chose de bien au-dessus encore. Pour eux, les faibles méritaient la souffrance éternelle ; les flammes de l'enfer leurs étaient vouées dans leur monde utopique ou seul les plus fort avaient le droit d'exister pour continuer d'amuser les démons régnants sur les mondes des divins. Que ce soit les protecteurs, les kaïoshins, les dieux de la destruction ou même les anges, rien n'allait réellement pouvoir empêcher l'ascension des enfer et le diable en personne comptait bien évidemment faire en sorte que l'impossible puisse avoir lieu sous les yeux des autres dieux.

« Tu parlais d’entraînement juste à l'instant. C'est parfait parce que j'ai justement trouvé ce qu'il te fallait. » avouait le dieu démon d'un air pensif.

Comme toujours, le sorcier aux cheveux roux avait une idée derrière la tête. S'il avait toujours un coup d'avance sur les événements à venir, c'était bien parce qu’il ne faisait que visualiser le futur pour influer sur son propre avenir. Il savait ou et quand aller pour réaliser ses ambitions et rien n'était réellement imprévu quand il s'agissait de lui. Le temps et l'espace ont toujours été ses terrains de jeu favoris. Il savait donc quand et comment intervenir pour réaliser ses ambitions tandis que l'histoire originelle s'effaçait puis devenait peu à peu un récit relié à ses propres actions. La fissure du temps quand à elle, elle continuait de se désagréger. La simple présence d'une illusion sur Dozats et à cette époque était déjà une transgression des lois divines mais lui, il s'en fichait complètement. Pour lui, c'était son droit, son domaine et personne ne pouvait le lui retiré même s'il était scellé pour l'éternité. En tout cas, le sosie de Buu semblait motivé à l'idée de s’entraîner et ce simple fait faisait rire doucement le grand homme qui se voyait déjà lui offrir la puissance qu'il convoitait tant sur un plateau. Faisant apparaître un étrange sceptre osseux dans sa main gauche, celui-ci le frappa une fois contre le sol pour que son orbe diffuse une nette image de la Terre à l'époque actuelle.

« J'imagine que tu connais bien cette planète, n'est-ce pas ? Tu ne te trompes pas c'est bien la Terre et comme tu l'as dis toi même, beaucoup de vermisseau y grouille mais parmi ceux-là, je suis sur qu'il y en a bien un ou deux que tu te ferais une joie d'absorber. Je compte me rendre là bas et je te conseille d'y venir si tu veux y trouver la puissance que tu recherches tant, nous avons encore beaucoup à y faire. » affirmait-il alors que l'image du sceptre s'effaçait.

Par la suite, Sanyl n'hésitait pas à faire une petite démonstration de ses capacités à arrêter le temps. Voila qui était fort intéressant pour la suite des événements qui s'avérait très prometteuse. Disparaissant d'un point A pour passer à un point B qui se situait juste derrière l'illusion de Demigra, celui-ci faisait déjà bonne impression auprès du dieu-démon et alors que celui-ci lâchait un petit « Oh ? » en souriant, il ne bougea que ses mirettes pour admirer le résultat. Si l'un était capable de voyager dans le temps, l'autre parvenait à le stopper et l'utilité d'un tel pouvoir n'était pas à prendre à la légère. Quoi qu'il en soit, le temps était précieux pour eux deux et le perdre en discussion n'allait pas faire avancer le projet. Le magicien acquiesça suite à la demande du monstre qui lui demandait d'en savoir d'avantage sur la maîtrise du temps, chose qui n'était pas à prendre à la légère car cela pouvait bien être un travail qui demandait beaucoup de patience... et de temps !

« Alors c'est parfait. Je vais t'ouvrir un passage temporaire ici, emprunte le pour rejoindre notre prochaine destination. Je te promets que tu ne seras pas déçu, loin de là. » annonçait-il en souriant.
L'illusion avait disparue et un portail temporel était apparu à la place.
Sanyl, allait-il oser l'emprunter et ainsi changer sa destinée ou avait-il autre chose à terminer ? Il fallait se décider et vite car le portail en restera pas ouvert indéfiniment.
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Moi, Lâche ? Nooooon ![PV Demigra]   
 
Moi, Lâche ? Nooooon ![PV Demigra]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
RPGDBZ :: RPG :: Dösatz-