Partagez | 
 

 Un échange lourd de conséquences. [PV Queen Nemor]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Mercury
avatar
Masculin Age : 26
Date d'inscription : 20/07/2017
Nombre de messages : 99
Bon ou mauvais ? : Ca n'a aucun sens.
Zénies : 1000

Techniques
Techniques illimitées : Offense command, Field command, Shield command.
Techniques 3/combat : Blazar Beam, Warp command.
Techniques 1/combat : Astral command.

MessageSujet: Un échange lourd de conséquences. [PV Queen Nemor]   Mar 10 Oct 2017 - 13:22
" Toujours pas couchée ?... Haa, rien ne peut t'arrêter dans ton travail, toi... Notre chef a bien fait de te mettre sur ce projet. L'immortalité, hein ?... Regarde-moi ces cernes, on dirait un cadavre ambulant... Ahah, ne me regarde pas comme ça, on a quand même le droit de plaisanter un peu. Sinon... Un esprit comme le tiens, ça ne lui parle pas d'avoir des enfants ?... " s'adressa un mec dont on s'en fout, à une brillante et jeune scientifique, aux portes d'une salle d'expérimentations.

" ... Des enfants ?... " lui répondit-elle, l'air plutôt interloqué, bien que manifestement balancé par une pesante fatigue.

" Ouais. On y passe tous un jour, d'une façon ou d'une autre. Moi je me dis juste que, dans ton cas... enfin, ça fait un petit moment que je t'observe, de temps en temps... mais je pense que ça serait du gâchis, scientifiquement parlant, que de voir ton potentiel s'envoler soudainement avec ta vie... "

" ... ... ... Cesse de me faire du rentre-dedans, Bavalez... "

Le bruit de l'eau... L'apaisement que cette constatation visuelle m'imposait, faisait ressurgir en moi certaines bribes de mon passé, vieux de plus de 700 années... Sous le pommeau de douche, ce fluide chaud et incolore coulait, le long de ma peau. Non... il glissait, pour être plus exacte. Là les conséquences de ma nature superomniphobe... Techniquement, aucun fluide ne pouvait me salir. C'est pourquoi sortir de ce lieu rectangulaire ne m'obligea même pas à me sécher, d'une serviette. Ici la conséquence d'un imprévu, au final plutôt pratique. Du besoin, me laver s'était principalement transformé en un simple passe-temps, voué à me détendre, lors de situations stressantes... Je libérais mon esprit de la pression, en investissant d'autres d'horizons... Cette rencontre avec Queen Nemor, la prévision mathématique de son déroulement, de son dénouement, m'avait fait attraper des sueurs froides. Oui... J'en suis également étonnée, car cela ne m'était pas arrivé depuis fort longtemps... Ce sentiment me confirme que je fais, une fois de plus, face à une décision susceptible de changer totalement ma façon d'entrevoir mes actes futurs. Vous pensez peut-être que je ne représente qu'une personne vaniteuse, juste douée d'un esprit scientifique prononcé ?... Il est vrai qu'il m'est aisément possible d'en refléter l'image. Toutefois, je ne me permets d'agir ainsi qu'après observation rigoureuse de mon environnement, ainsi que de mon champ d'action... Aussi, j'ai conscience des capacités mentales de cette reine auto-proclamée. Les sous-estimer reviendrait à commettre un suicide économique. Je sais qu'elle me ressemble. Tous les vrais scientifiques se ressemblent... Mais elle, possède une arme dangereuse. Aussi dangereuse que la mienne. L'intelligence. C'est ce qui nous a hissées au sommet de notre domaine commun... Je respecte autant les personnes qui en dispose, que je les crains. C'est pourquoi je me suis toujours efforcée de garder un oeil attentif, aux différents représentants bénéficiant de ce don inestimable.

M'avançant en direction de mon miroir, je remarquai une fois de plus mon corps, nu... Mes deux longues mèches cachaient, tant bien que mal, ma poitrine, mais ce détail n'avait bien évidemment aucune importance... si ce n'était celle de me rappeler, en tant qu'animal, la raison primordiale de mon existence. À savoir celle d'enfanter, sans aucun doute... Mes lèvres laissèrent échapper un soupir d'agacement. Ca me revenait... Ces discussions avec ce p'tit con, voulant juste tirer son coup... À quoi cela servait-il, de donner naissance à une réplique biaisée de soi-même ? Si ce n'était pour perdurer, à travers elle ?... Lorsque l'on fait le choix de devenir immortel, où en réside encore l'intérêt ? Et de toute façon, même si je le voulais... Cette réflexion me fit toucher mon bassin, de la main droite. Ma peau était entièrement recouverte de carbyne, ce matériau 40 fois plus résistant que le diamant... Même en ne disposant que d'une couche, large de quelques atomes seulement, ce recouvrement s'avérait quasiment inétirable. Depuis l'instant où j'ai pris la décision de son application, j'ai à la fois condamné toute possibilité d'une grossesse. Me féconder reviendrait à tuer un foetus, au cours de son développement, dans le meilleur des cas... L'incision est impossible, tout comme l'étirement efficace de mes parois vaginales. C'est sans espoir. Enfin... si je le voulais vraiment, il me suffirait de me prélever un ovule, afin d'envisager une conception in vitro. Mais je m'en fous, pour l'avouer franchement. En fait, je ne vois pas ce que cela m'apporterait, mis à part une perte de temps... même si j'en ai à revendre... Cela ne servait à rien d'y penser davantage et surtout pas en ce moment. Quelqu'un m'attendait et je ne disposais clairement pas d'une raison valable, pour la faire patienter, au delà des limites acceptables.

Claquant la porte derrière moi, ayant assurément pensé à activer mes systèmes de sécurité, il m'était désormais possible d'entreprendre le trajet, censé me mener à l'embranchement de mes destinées envisageables... Mokko demeurait, toujours et inlassablement, à mes côtés. Sa présence représentait un gage de sécurité, pour moi. Faisant à la fois office d'indicateur, d'observateur, comme d'issue de secours... Pourtant, je me doutais devoir m'en séparer, le temps de ma petite réunion. Je voulais surtout m'assurer, en amont et grâce aux capteurs de mon drone, qu'aucun enregistrement de ma conversation ne pourrait se voir accompli... Il en allait de ma réputation , ainsi que de ma survie. Enfin, je dis ça... Il s'agit surtout d'une précaution. Disons que, si il m'est possible de ne pas dégueulasser inutilement mon cadre de vie, il me parait naturellement convenu de s'y plier... Disposant de cet état d'esprit, je commençai à parcourir les rues de Dösatz, mains dans les poches, tout en portant attention aux teintes particulières, se reflétant au sein de ce mur nuageux... Le coucher de soleil, hein ?... D'aucuns racontent que la nuit n'apparait pas toujours des plus sûres, à la surface de cette planète rocheuse. Plusieurs citoyens craignent la présence d'individus peu recommandables, se tapissant dans l'ombre de certaines ruelles isolées... Ca va déjà faire un bon moment, maintenant, que j'ai emménagée. Ces rumeurs, quand bien même je les suppose avérées, ne m'impressionnent pas plus que ça. J'ai déjà eu l'occasion de remarquer le niveau catastrophique, en la provenance de la plupart des individus, siégeant gentiment sur cet astre isolé. Ma capacité à innover, me pousse à redoubler d'imagination, afin de m'avérer en mesure de déjouer les multiples pièges, pouvant s'exposer à mon existence exceptionnelle. Mais vous ne pouvez pas comprendre la subtilité de la propreté, en restant aplatis dans la boue. Soyez-en pardonnés.


" Eh, toi ! Où tu te crois ?... Tu passes à travers nous, comme ça... sans même nous faire un p'tit kiss, poupée ? "

Oh... On cherche les emmerdes, à ce que je vois... Voilà ce que c'est, que de prendre des raccourcis. Faut toujours tomber sur des imprévus. Malheureusement, je n'avais pas le temps de jouer. Il me fallait rencontrer ma collègues, pour parler affaire. Mais... comment leur faire savoir cela, plus simplement ?... Regard par dessus l'épaule, je les observais, tous les trois, dans un silence de morts... À mes yeux, il ne s'agit que de petites frappes. Si, vous savez, le genre de mecs bien clichés, à peine munis d'un flingue... Enfin, je comprenais que des civiles de leur niveau puissent se sentir fébriles, en ces circonstances. Cependant, Mokko semblait de mon avis, concernant le décalage des grades adverses, par rapport au mien. Par le moins du monde, pouvais-je espérer la crainte envahir mon être, de sa caresse malsaine. Cela même alors que le plus entreprenant du groupe ne s'avance subitement, en ma direction... jugeant mon regard probablement trop dédaigneux à son goût. C'était parfait. Ces crétins, en besoin de reconnaissance affective, partaient toujours au quart de tour, lorsque l'on rétorquait de façon aussi sèche et froide, à leurs petites remarques sexistes. Je lis à travers eux, comme à travers une IA boiteuse et indigne de ma conception. Alors j'attends... j'attends, en le fixant, qu'il se décide à reprendre la parole... qu'il se décide à laisser sa rage prendre le dessus sur sa garde. Mon attention s'évertuait réellement à percevoir cet instant crucial, où il me serait envisageable de reproduire un scénario, à la hauteur de tout bon western qui se respecte... et cela ne manqua pas. Au moment où ce trou du cul vint à ouvrir l'orifice, ne lui servant visiblement qu'à déballer de la merde, et je parle de sa gueule... je saisis immédiatement mon Nova Blaster, afin de générer une modeste explosion, à l'orée de son tympan... le faisant tomber par terre, de par la surprise, mais aussi de par la douleur, qu'une telle montée de décibels lui avait engendré.

" Que ?! Salope, t'as osé t'attaquer à Pédro ?! T'aurais mieux fait d'écarter gentiment tes cuisses ! C'est des balles, que tu vas prendre, maintenant ! " s'exprima le bien éloquent gêneur, à la suite de son observation.

Oh, la suite... vous la connaissez. d'un classique évident... Rodolph et Gustave, parce que ça me détend de les nommer ainsi, se mirent à sortir leur petit calibre, dans le but de me cribler de trous. Je pourrais jouer le jeu... Mais ouais, genre, esquiver chaque projectile, en mode javétouprévu. Bah... À quoi ça me servirait, étant donné qu'il m'était déjà possible de comprendre l'inefficacité de ce type d'arme, face à moi ?... Je ne vais pas encore m'attarder dessus, seulement préciser qu'il faut bien plus qu'une balle en diamant, ou même en graphène, pour parvenir à perforer du carbyne. Dès lors, mis à part la certitude que celles-ci ricochent, que pouvez-vous donc envisager d'autre ?... Rien. Rien d'autre que la matérialisation d'une stupéfaction ingérable, retranscrite à merveille, sur ces visages paniqués... Il s'agit d'une différence fondamentale, entre la plupart de mes adversaires et moi-même... Ils pensent voir clair dans mon jeu, être en mesure de me surprendre. Au final, ils ne remarquent que bien trop tard leur erreur de jugement, la réalité d'une défaite cuisante, survenant bien en amont de la confrontation... C'est ainsi que je fonctionne. Je ne gagne pas juste par le matériel, mais également et surtout par l'analyse... Pouvez-vous désormais, ne fût-ce qu'entr'apercevoir, l'étendue terrifiante d'un tel potentiel ? L'intellect prime sur tout, pour qui sait lui accorder de l'attention... M'enfin, je ne vais pas me la péter davantage, car le défi était présentement aux abonnés absents, je me devais de l'admettre... Il me fallait mettre fin à cette petite distraction, mes agresseurs encore sous le choc. Leur causer une deuxième surprise, davantage apeurante que la première, devrait activer des connexions neuronales susceptibles de leur imposer une fuite instinctive... Alors m'approchais-je de Pédro, ou plus précisément de son entre-jambe, tandis que l'angle des rayons solaires éblouissait, momentanément, mes fines lunettes...


" Je me dois de te remercier... Grâce à toi, je comprends désormais mieux pour quelle raison je n'ai jamais désiré de progéniture... Je n'ai tout simplement jamais trouvé de prétendant digne de compléter une moitié de ma génétique... Alors, des individus tels que toi... ne devraient à mon sens jamais pouvoir altérer les gênes de leur moitié. " lui expliquai-je en le guettant, d'un air supérieur, alors que s'abattit, en grand fracas, la pression de mon talon sur sa partie sensible.

Peu importe la longueur de mon discours et la reprise progressive des protagonistes environnants, lorsque j'écrasai, avec vigueur, les testicules de ce pauvre type, ses hurlements déchirants suffirent à engendrer une panique nouvelle, à ses impuissants copains, qui, ne voulant pas risquer de subir le même sort, une souffrance similaire, détallèrent sans demander leurs restes... Je perçus même l'un d'eux se tenir le sexe, par réflexe. On appelle ce phénomène, les neurones miroirs... La capacité dont disposent les créatures, socialement évoluées, à ressentir de l'empathie pour leurs semblables, à imprimer et à reproduire mentalement leur détresse... se l'infligeant inconsciemment à elles-mêmes, principalement afin de pouvoir soutenir leurs homologues, ou de sauver leur peau à temps, dans le cas présent. Haaa... Ils ont bien dû me faire perdre une minute ou deux, avec leurs caprices... Enfin, leur rencontre ne s'est pas avérée si inutile, puisque j'ai finalement pu mettre le doigt sur ce qui me gênait, avec la reproduction. Ce n'était en effet pas une question de besoin ou d'intérêt, mais bien de dignité. Seul un esprit aussi génial que le mien, disposait d'une chance de m'aider à créer une vie cérébralement intéressante et méritante de mon affection. Néanmoins je me répète... Pourquoi prêter de mon temps à son développement, alors qu'il me serait bien plus profitable d'avancer sur mes recherches ? D'ailleurs, cette simple réflexion parasitait déjà celles que j'aurais dû concentrer sur mes recherches. N'y pensons donc plus, maintenant la problématique satisfaite... De toute façon, j'arrivais désormais à destination, devant la grille de cette établissement privé. La résidence de Queen Nemor, l'une des plus grandes scientifiques de cette galaxie, tout comme moi.

Je supposais qu'elle n'allait pas tarder à venir me chercher. Ce qui me faisait croire ça ? Oh allez. Au vu de son extravagance, elle n'allait pas me faire croire qu'elle ne disposait pas d'un dispositif de sécurité, tel la présence de multiples micro-caméras de surveillance, ou un truc du style... Mais dans le doute, je pressai malgré tout sur la sonnette. On ne sait jamais... suffisait qu'un couillon ne zieute pas les écrans, pour que je poireaute dehors, des minutes durant. J'aurais aussi pu ouvrir ma grande gueule, dans l'espoir d'accélérer la procédure, mais valait mieux éviter d'alerter le voisinage, comme de partir sur de mauvaises bases, surtout avec le cerveau brillant qui me ferait bientôt face... Enfin, je dis bientôt... c'était en espérant qu'elle vienne m'accueillir en personne, ce dont je ne pouvais prédire avec certitude... Nan, c'est pas forcément un signe d'irrespect, envers moi. Du moins, je ne le prends pas ainsi. Je pouvais aisément l'imaginer en plein milieu d'une expérience importante, lui accaparant du temps et de la concentration. Puis, j'avais demandé à la voir le jour même, c'était déjà sympa de sa part d'accepter de me recevoir, en ces conditions... Bon, après, je dis ça, mais je me rends pertinemment compte de mon statut sociétaire. Je n'ai pas à rougir devant elle. Après tout, je représente un pilier non négligeable de la science moderne, également un précurseur, qu'il serait peu convenu d'ignorer. Mais trêve de vantardises justifiées, car déjà pouvais-je percevoir, de mes oreilles félines, de Jaguar de Boltagamo, pour être précise, des déplacements alentours... Mes yeux de Chat d'Oragora se rivèrent donc sur leur provenance, alors que ma queue de Smilodon Volonsien commença à se balancer plus perceptiblement... indiquant la montée d'adrénaline, qui s'invitait de nouveau en moi, quand bien même mon regard demeurait des plus stoïques.

Peu importe l'identité de la personne, venant me chercher, je ne me montrerais probablement que peu bavarde, durant le trajet, avant d'avoir pu vérifier la réalité d'une pièce sans dispositif d'enregistrement... la principale raison pour laquelle Mokko n'était pas dispensable. Si besoin, je désactiverais ses modules, le temps de parvenir à notre salle privée... Il me tardait de pouvoir échanger avec cette mystérieuse Sayenne, dont je ne connaissais finalement que peu de choses... peut-être par rapport à elle, me concernant... Pour cette raison, il me fallait jouer d'une prudence exemplaire. Chaque information en sa possession, reste supposément bien plus décisif qu'on ne pouvait premièrement le penser, dans le cas d'une confrontation future... Pas que je la souhaite. Juste que... moins t'en dis à ton entourage... et moins tu t'exposes au risque d'une attaque personnalisée. À moins de la provoquer exprès, dans le cadre d'un piège... Bref, c'est avec l'apparition des premières étoiles, qu'il me fut donné de constater la présence de la silhouette, à qui appartenait les précédents pas. Mains dans les poches, sucette en bouche et canon plasmatique à mon dos, l'Antapienne que je représentais, l'observai se rapprocher, laissant presque apparaître un sourire de satisfaction, qui aurait pourtant exprimé le soulagement d'une attente... prenant déjà fin.


" Je comptais mettre encore moins de temps à me pointer, si l'on ne m'avait gênée, durant le trajet... Enfin soit... Bonsoir, bonsoir. Je suppose qu'on va rentrer ? Je te suis... Mokko ? Désactivation des modules de surveillance. "
Queen Nemor
avatar
Saiyan
Féminin Age : 26
Date d'inscription : 01/08/2016
Nombre de messages : 232
Bon ou mauvais ? : Neutre, penchant mauvais à cause de ses actions
Zénies : 770

Techniques
Techniques illimitées : Cercle de téléportation psionique, Aliénation mentale, Arme métaphysique
Techniques 3/combat : Attraction et Automorphose
Techniques 1/combat : Échange d’esprit

MessageSujet: Re: Un échange lourd de conséquences. [PV Queen Nemor]   Mar 10 Oct 2017 - 16:04
En parlant de marmots, Nemor en avait une belle petite brochette. Entre son fils Takumi, sa fille Lyra, et son ou sa petit/e dernier/e qui allait arriver dans quelques temps, on pouvait dire qu'elle était une maman... "accomplie". Sa grossesse ne se voyait pas, ce qui était à son avantage pour rester discrète. En réalité, le fait qu'elle soit enceinte boostait parfois certaines de ses capacités, sans que cela soit explicable. Dans tous les cas, cela représente parfois des avantages quand on doit multiplier les exercices de concentration: contrairement à pas mal de pimbêches enceintes, la grossesse de la Reine lui allait si bien qu'elle n'avait aucun mal à rester des heures debout et à bosser d'arrache-pied, encore plus efficacement que d'habitude.

Aujourd'hui, il était l'heure encore une fois de sortir le nez des profondeurs de ses laboratoires sous-marin. Nemor avait déjà été déranger il y a peu pour sauver la satanée compagne de son allié et partenaire de business, Gilean, alias l'héritier du trône Stinger. Sacrée histoire pour certains, et juste une banalité dans toute les possibilités et les futurs alternatifs pour d'autres.

Cette dernière accueillait pas moins qu'une petite fûtée aux plans suffisamment important pour que Nemor pense que ça en vaille le détour. Cette dernière fit dressée une table dans une salle privative, laquelle est surplombée par une aura capable de brouiller toutes les technologies les plus avancées d'enregistrement et d'espionnage. Toute sa maison en était recouverte, à vrai dire. Mais Queen ne le divulgait pas au grand jour, tout bonnement car certains petits malins essayeraient d'enregistrer les informations dans les salles du complexe où on ne leur précise pas qu'elle est protégée contre ce type de sournoiserie. Il est donc intéressant de ne pas dire que toute la maison est sous cette aura protectrice, et de voir quelles sales fouines tentent d'enregistrer des informations... Afin de les intérroger dans les salles les plus lointaines du laboratoire en leur faisant subir des tortures tout à fait sympathique.

C'est le majordome personnel de Queen Nemor qui accueillit la femme tant attendue d'une petite courbette polie. Ce dernier avait un physique assez atypique, notamment à cause de ses cheveux roux flamboyants et de son cache-oeil. Malgré cela, il avait visiblement des manières irréprochables, et il devait être "parfait" pour pouvoir prétendre à un titre aussi honorifique que d'être le majordome favori de Nemor.

"Soyez la bienvenue madame. Dame Nemor vous attend dans le hall d'entrée. Vous aurez la possibilité de garder toutes vos armes et vos appareils quels qu'ils soient dans l'enceinte du complexe, sous la demande de la maîtresse des lieux."

Il n'ajouta pas de question ou de "vous êtes chanceuse". Nemor avait visiblement ses raisons de laisser Mercury en possession de ses possibles armes et autres. Son majordome ne faisait qu'appliquer ses désirs.

Une fois qu'ils furent dans le hall d'entrée, la silouhette de l'hautaine maîtresse des lieux se distingua en haut de l'escalier principal. Un sourire amusé se dessina sur les lèvres de Nemor alors qu'elle aperçu Mercury.

"Enfin je rencontre une personne du même sexe que moi digne d'intérêt dans ce monde-ci. Je commençais à me demander si les femmes étaient interdite de science dans la majorité des mœurs des planètes de ce système." La scientifique portait une longue robe blanche, fendue sur le côté droit, dévoilant une partie de sa cuisse. Toujours élégante, et toujours froide, ou du moins pratiquement toujours. "Ta venue est l'une des nouvelles les plus excitantes de ma vie, du moins, dans cet univers. Malgré toutes les possibilités, tu t'es tourné vers moi. Je suis heureuse que nous puissions envisager de faire affaire ensemble. C'est toujours appréciable de s'asseoir autours d'une table avec quelqu'un de ta qualité."

Mercury ne lui était évidemment pas inconnu. Entre la machine que Nemor avait élaboté lui permettant de retrouver la trace en temps réel de tout mortels, d'obtenir des informations sur eux, mais aussi grâce aux médias et à ses relations, rien ne lui était inconnu lorsqu'il s'agissait d'une personne populaire... ou plutôt, surtout des esprits de génie comme le sien.

"Allons nous mettre à l'aise dans ce cas."

Nemor descendit entièrement les escaliers et emboîta le pas à travers quelques couloirs. Lavi, son majordorme, les escorta pour leur ouvrir les portes et faire office de bonne figure, il était employé aussi pour ça, de toute manière.

Ils arrivèrent à l'intérieur d'une salle qui n'avait rien d'une salle de réunion ou d'entretien, du moins pas une classique.

Une grande table était certes dressée au milieu de la pièce, mais des gâteaux et des boissons y résidaient dans une danse de couleur et de service noblement disposé, comme si elle attendait un haut émissaire, voir un roi. Des sofas étaient disposé autours de cette table basse bien remplie, visiblement moelleux et accueillant. L'ambiance de la pièce était chic et cosy, mais c'était tout simplement un signe que Nemor savait y faire dans les affaires, jusqu'à donner une ambiance favorable à ses échanges avec autrui.

Cette dernière prit place dans l'un des sofas et fit signe à Mercury de s'asseoir où elle le désirait.

"L'aura A7KB-89 est activé madame Nemor. Cela signifie que toutes tentatives d'enregistrement sera mis en échec par notre système. Bon entretien mesdames." prononça le majordome avant de sortir de la pièce en veillant à fermer la porte, ce qui laissa nos deux scientifiques enfin seules.

"J'ai hâte de comprendre l'étendue de tes projets, Mercury. Le moment se prête à ce que nous puissions échanger plus personnellement, alors je suis toute ouïe." déclara à son tour Nemor, les jambes croisées de façon élégante, et une boisson alien sans alcool dans la main - qui est d'ailleurs en vogue en ce moment, et dans laquelle Nemor possède des actions.
Mercury
avatar
Masculin Age : 26
Date d'inscription : 20/07/2017
Nombre de messages : 99
Bon ou mauvais ? : Ca n'a aucun sens.
Zénies : 1000

Techniques
Techniques illimitées : Offense command, Field command, Shield command.
Techniques 3/combat : Blazar Beam, Warp command.
Techniques 1/combat : Astral command.

MessageSujet: Re: Un échange lourd de conséquences. [PV Queen Nemor]   Sam 28 Oct 2017 - 2:21
Cheveux roux... Cache-oeil... mais surtout, jeune. Visiblement, elle a le bon goût de s'entourer de personnalités ayant encore de belles années devant elles... Vous savez, on a souvent l'image du vieux majordome, sur le point de clamser. À force, cela devient redondant. Moi, j'ai procédé autrement... Je me suis installée dans une petite baraque et Mokko se tape tout le sale travail... sans paye à lui remettre. Encore heureux, c'est un robot !... Mais c'est sûr que, dans le cas de Nemor, vaut mieux s'entourer des bonnes personnes. Des serviteurs dévoués, professionnels et débrouillards. Ca a son lot de risques, mais aussi d'avantages... Avec une telle présence médiatique et une telle demeure, j'en ferais de même. M'enfin. Mes choix étant ce qu'ils sont, nul besoin pour moi d'en arriver à de telles extrémités... C'est un fait. J'appartiens plus particulièrement aux ombres, ou du moins, pour l'instant...

Bien que me dévoilant un physique aussi correctement conservé que le mien, ce grand enfant me paraissait s'appliquer consciencieusement dans sa tâche, en témoigne sa façon de s'incliner devant moi. Il m'annonçait que la reine des lieux m'autorisait la garde de mes moyens de défense, ainsi que des éventuels appareils, que j'aurais éventuellement pu transporter... J'appréciais le geste. Même si il restait vrai que je ne venais pas pour me bagarrer, je m'aventurais malgré tout en territoire inconnu... Pas que je partais du principe que ma collègue pourrait en profiter pour m'attaquer, mais garder des moyens de dissuasion à proximité n'est jamais une mauvaise chose. Ainsi, je commençai à suivre mon guide de faible durée... Ouais. D'après lui, ma prochaine interlocutrice ne m'attendrait pas plus loin que son hall d'entrée. Excellent, j'allais pas devoir me taper son pion pendant perpette, aussi professionnel soit-il...

Ceci étant dit et durant le trajet, j'en venais à me demander si Nemor ne m'avait pas aussi permis le port de mes armes, afin de pouvoir les analyser, avec ou sans mon consentement... Qu'elle me porte ou non en estime, elle n'en restait pas moins une femme de science, doté d'un esprit supérieur au commun des mortels, tout comme moi. J'apprécierais tisser une relation amicale et utile... toutefois, je ne dois pas baisser ma garde pour autant. Je n'ai pas encore eu le temps de véritablement faire connaissance avec elle... Quoi qu'il en soit, scanner mes armes ne suffirait pas à en deviner entièrement le fonctionnement, pour la simple raison qu'elles restaient liées à une programmation en réseau fermé, demandant également des recharges d'éléments précis, pour enclencher le processus justifiant leur utilité... Enfin, pour le dernier point, il suffit d'examiner ma ceinture... Je me balade pas sans les munitions, après tout. Sauf qu'encore fallait-il s'y intéresser, leur réceptacle n'en permettant pas la constatation évidente, de prime abord. Bon, au pire des cas, elle ne découvrira que des processus, sur lesquels j'ai déjà déposé des brevets. Enfin... presque.

À vrai dire, je ne connais pas vraiment la façon de procéder de ma collègue, lors d'une telle analyse. À quel point l'un de ses scans serait-il poussé ?... Détecterait-il le matériau recouvrant mes armes, mes vêtements et ma peau ?... J'en perdrais l'exclusivité. Néanmoins, disposer de la plus résistante matière découverte, représente un avantage stratégique trop important, que pour la divulguer sottement au plus offrant... Mmh.. Remarque, il ne s'agit que de quelques atomes d'épaisseur, dans la majorité des cas. Elle détectera peut-être la présence de nanotubes de carbones, mais en distinguera-t-elle vraiment la ligne centrale, censée combler l'espace vide, présent à la base de toutes ces feuilles de graphène, enroulées les unes sur les autres ?... C'est ça, le secret du carbyne... de sa résistance doublée... En ce qui concernait mes nano-machines, je n'avais pas trop d'inquiétudes. Un scan ne suffit pas, pour en établir la fonction, puisqu'il s'agit, une fois de plus, d'une programmation. En percevoir le rôle demanderait plusieurs heures d'observation. Le secret de mon immortalité n'est donc pas en danger... La révélation de l'âge moyen de mon peuple, en revanche... Je ne sais pas jusqu'où Queen Nemor est parvenue à remonter, dans les archives des Cold. Ma race y est-elle bien relatée, depuis 7 siècles ? Ces questions demeurent actuellement sans réponse... mais je risque de devoir lui en fournir, si elle s'est rendue compte d'une anomalie...


" En ce cas, cela signifierait que notre niveau de compétence aurait atteint un seuil tel, qu'il parviendrait à écraser toute tentative de censure... rendant donc cette dernière sans aucun intérêt, globalement parlant... C'est plutôt flatteur... Enfin soit. Sache que je te retourne le compliment et que peu de camarades le méritent, à mon sens. Donc... " finissais-je, en tendant la perche, à l'élégante figure me faisant face, qui déjà m'emboita le pas.

Mh. Sitôt rentrée, qu'il m'avait été donné d'entrer en contact visuel avec mon précédent contact téléphonique. J'avais répondu à son accueil tout en l'observant, depuis le bas de l'escalier, mains dans les poches et sucette à la bouche, un air majoritairement neutre au visage... Pour autant, le ton de ma voix avait probablement pu la rassurer, sur l'amusement que je vouais à sa première remarque. Ca aurait été dommage de paraître austère, d'entrée de jeu, en même temps... Surtout que, comme je le lui avais fait remarquer, je n'avais pas vraiment de raisons de me montrer peu encline à la discussion... En tout cas, première chose qui me frappa, ce fut bien la tendance que semblait avoir ma collègue, à apprécier le port de tenues... mettant ses formes en valeur... Oh, j'allais pas l'en blâmer. Elle peut bien porter ce qu'elle veut, ça ne me regarde pas. Puis, je ne me montre pas forcément des plus coincées non plus, à bien y regarder mon style vestimentaire. Ce n'est pas mon problème, si certains y perçoivent une provocation... d'ailleurs, cela n'en reste généralement pas longtemps un... Ces trois cons l'ont bien compris, je pense.

Ha. On allait encore se faire poursuivre par son laquais ?... Bon sang... Je suis assez grande pour ouvrir moi-même les portes que je suis censée traverser... Je sais qu'au vu de mon âge, je devrais déjà être dans les six planches. Cependant, il me semble que mon physique témoigne de ma bonne santé, en dépit de mes 728 années d'existence... Je suis pas prête de devenir sénile, mon pote. Toi, par contre... Bah. Ce trajet fut néanmoins l'occasion pour moi, de repenser aux précédents dires émis... Dans ce monde-ci... Dans cet univers... C'était ses mots. Les mentionner inclus la possibilité d'une multiplicité... Queen Nemor... Tenterais-tu de me confirmer la présence d'autres dimensions universelles ? Pour quelle raison ?... Compte sur moi pour soulever ce point, tôt ou tard. Si d'autres mondes il y a, une scientifique telle que moi, se doit d'en avoir conscience, pour les comprendre de A à Z... Mais en attendant, nous voilà rendues à notre destination probablement désirée.

Pénétrant dans la salle de notre réunion à venir, les modestes talons de mes chaussures résonnèrent faiblement, sur le sol de ce lieu, aussi chic que sobre, dans la déco... Plutôt pas mal... Je sais que ces choses-là demeurent un peu subjectives, mais elle me semble avoir du goût. L'ambiance du lieu est suffisamment bien calibrée, pour ne pas épuiser l'oeil de ses résidents, à la constatation prolongée... C'est important, au vu de l'utilisation d'une telle pièce... J'en déduis que cette Sayenne sait à la fois faire preuve de professionnalisme, de subtilité et d'intellect. Ce qui la rend à la fois intrigante et dangereuse... Je m'en doutais déjà, mais je le repense à nouveau, il serait contre-productif de m'en faire une ennemie... Rester là, debout, quelques instants, à balayer les alentours du regard, ne parvient qu'à me rassurer davantage, sur la raison de ma visite... sur le bien fondé de mon initiative osée.

Une table, gustativement décorée, parait nous inviter à prendre place, sur l'un des sofas lui faisant face... Cette vision me raidit tout à coup... Et merde... j'ai oublié de la prévenir... En même temps, je n'ai pas souvent l'occasion d'être accueillie de cette manière. Je ne suis pas sûre qu'il serait raisonnable de prendre part à la dégustation. Quand bien même celle-ci se montre visiblement généreuse et diversifiée... J'espère ne pas trop la vexer, en lui annonçant cet état de fait. Il serait dommage que nos relations se brouillent pour si peu... Mokko m'accompagna, de sa lévitation présumée, alors que je me décidai enfin à m'asseoir, sous les recommandations gestuelles de la reine des sciences, tout en posant mon Quasar Beamer contre le canapé... le majordome ne tardant d'ailleurs pas à nous indiquer, avant de nous laisser seules, qu'une protection contre les surveillances se voyait actuellement activée... Vraiment ? En ce cas, je me devais de le vérifier, par simple mesure de précaution... J'en vins donc à en exprimer la demande, à mon drone sphérique, qui m'en assura la pertinence, d'un dysfonctionnement notable à l'enregistrement de données, à la surveillance en elle-même, pour l'avouer franchement. Voilà un dispositif intéressant, qui devait probablement répandre dans l'air une substance, ou un essaim de particules, capable de faire barrage aux ondes diffusées... Malin, Queen Nemor. Je l'admets.


" Tout d'abord, je souhaite m'excuser, en ce qui concerne ce bel assortiment de nourriture... Je constate les efforts, ainsi que l'attention véritable, que tu me parais avoir accordés, alors même que notre rencontre se voit précipitée... Toutefois... je représente le dernier membre de ma race. Comme tu dois probablement le savoir, je suis une Ogre d'Antapia... Là où cela pose problème, c'est qu'en tant que dernière survivante de cette planète, initialement isolée de la communauté galactique, il n'existe pas de répertoire alimentaire, me concernant... Je suis obligée d'inlassablement vérifier ce qu'il m'est souhaitable ou non, à l'ingestion... et sans scan de ma nourriture, je ne peux m'en assurer. Aussi, je me montre très stricte, sur la gestion de mes besoins nutritionnels... préférant l'équilibre constant, aux petits plaisirs gustatifs, bien que je n'en fasse pas le procès pour autant... C'est pourquoi je ne me nourris, régulièrement et exclusivement, que de raisins secs, auxquels j'ajoute une solution contenant tout ce dont mon corps a besoin, pour un fonctionnement optimal... Pardonne-moi pour cette longue parenthèse, elle me paraissait nécessaire à la réelle compréhension de mon refus. "

Heureusement que je ne me donne pas la peine d'une telle tirade, à chaque proposition nutritionnelle m'étant faite... j'en deviendrais muette, à force... Cela maintenant réglé, il me fallait revenir à la raison de la visite, avant d'en arriver à impatienter mon interlocutrice. Il s'agissait d'un moment crucial, qui viendrait à sceller la suite de mon aventure spatiale, en une direction déterminée... Une fois les premiers mots énoncés, il ne me serait plus possible de revenir en arrière... Pour le dire de façon imagée, je m'apprêtais à traverser l'horizon du Trou Noir, tout en pariant y trouver une issue, me menant à un destin souhaitable... Quelque chose qu'il ne vaut mieux pas tenter dans la réalité, bien évidemment. Ceci dit, l'exemple représentait bien le risque de mon opération... Je ne me basais effectivement que sur des calculs mentaux, effectués en amont. Il n'y avait aucune assurance que mon raisonnement s'avère impeccablement juste. En fait, je tâchais surtout de faire confiance à mon génie, ainsi qu'à mon intuition. Ce qui m'avait toujours réussi, jusqu'ici... il allait sans dire que je n'avais pas pour ambition qu'il en soit autrement, pour les prochaines minutes à venir... Croisant également mes jambes et déposant mes mains par dessus, mes yeux de chat d'Oragora se plongèrent dans le regard de ma collègue, lui faisant savoir que j'étais prête à passer à la casserole. Enfin, à table, plutôt. Non, je veux dire, merde ! Tu m'a compris.


" J'en viens donc à l'essentiel... Récemment, une personne s'est présentée à moi avec un projet, disons, atypique... Celui de créer des êtres, en mesure de ravager une population bien spécifique... Plutôt intriguée, surtout au vu des désespérantes commandes de ces derniers temps, j'en ai accepté la responsabilité créatrice, sur base de quelques consignes... Si je me permets de te révéler ce genre d'informations confidentielles, c'est bien que j'en considère la nécessité, ou du moins l'intérêt, pour en éviter les dérives... Tu le sais très certainement, mais cette galaxie dispose d'un équilibre fragile, qu'il s'avère parfois bon de préserver ou de bousculer, en fonction des circonstances. Que ce soit dans un intérêt monétaire ou scientifique... Ces derniers mots ne sont pas anodins, comme tu dois certainement t'en douter... Je te propose de tester mon invention contre les membres de ta propre race... les Sayens. Laisse-moi donc t'expliquer mon plan, en profondeur. " osai-je enfin commencer, d'une voix posée, qui contrastait avec l'ampleur de la nouvelle, alors que j'introduisais l'une de mes seringues, dans un de mes raisins.

" Mes armes bio-organiques, pourraient très bien être dirigées vers une autre race, puisque leur principal danger proviendrait d'un virus pandémique, qu'elles propageraient sur leur passage, en s'attaquant à un ADN pré-déterminé... Ici, celui des Sayens. Cependant, la réalité étant ce qu'elle est... tu existes... et l'une de tes inventions avec... J'ai cru entendre parler d'une machine, en mesure de cultiver rapidement une quantité astronomique de tes semblables. Étant donné la situation dominante de ceux-ci, ton invention doit un peu prendre la poussière, n'est-ce pas ?... Peut-être même n'as-tu pas souvent reçu l'autorisation de l'utiliser, en raison de sa nature peu éthique ?... Mais que se passerait-il, si une grande partie de la population venait à périr, subitement, d'une cause aussi inconnue qu'effrayante ?... Hu. Ne pense pas que cela s'arrête là... L'équilibre de cette galaxie est fragile et l'un de ses plus gênants maillons, s'avère représenté par la pression qu'instaure le règne Sayen, sur tous les autres peuples... Mais la vérité, c'est que plusieurs d'entre eux n'attendent qu'une seule chose. Un signal. Une faille dans ce gigantesque mur... La science a toujours davantage progressé en temps de guerre, de par la présence d'un objectif phare, que durant les périodes de grand calme, c'est un fait. J'ai vécu assez longtemps que pour le constater... Vois-tu où je désire en venir, grâce à ta machine ? Nous aurions tout à y gagner... et beaucoup de temps potentiel devant nous... "

C'était vrai... Une confrontation calculée... peut durer pendant bien des années... et requière toute la technique, tous les moyens, toute la science disponible, pour y mettre fin, d'une manière ou d'une autre... Il n'y a plus de limites, plus de barrières, plus de murs... Tout est permis, au nom de la victoire, au nom de la survie ou de la conquête... Queen Nemor et moi-même, avions l'opportunité de devenir les maîtres du Jeu... Les personnes ayant le plus à y gagner, d'une éventuelle guerre. Que ce soit au niveau monétaire, de l'avancée scientifique, ou encore de la renommée, nous en ressortirions en grandes gagnantes et ce, sans le moindre soupçon... car tout se joue aujourd'hui, tout se joue ici, dans cette pièce. C'est maintenant, que nos destins disposent de l'opportunité de s'élever comme jamais, d'atteindre de nouveaux sommets. Queen Nemor y resterait-elle insensible ? Je ne pense pas que cela soit dans ses intérêts. Probablement s'en rend-t-elle déjà compte, alors que je me permets de dévier momentanément mon attention, en direction de Mokko, que je m'amuse à embêter du doigt... alors qu'il tente de revenir à sa position initiale.

" Je te dis ça... bien sûr, je te fournirai l'anti-virus, avant même d'enclencher l'attaque. Tu en feras ce que tu en voudras... cela ne me regarde pas. Sauve la vie des personnes qui te sont chères, si cela te chante. Voire même du peuple Sayen, au besoin... Le but reste de provoquer l'émergence d'un climat propice à l'avancée scientifique, pas tant de les exterminer. Ca, je m'en fiche. Enfin... Vu l'équilibre qu'ils parviennent à instaurer, cela serait bien qu'ils ne ressortent pas trop affaiblis du bordel, malgré tout... Bref. Nous en venons à la contrepartie... Pour assurer le bon fonctionnement de mon attaque, j'ai besoin de plusieurs ingrédients. Je dispose déjà d'à peu près tout, pour que mes bébés tiennent suffisamment longtemps le coup, face aux assauts de cette race guerrière... jusqu'à l'inhalation du virus... Mais... il me manque un ADN, en particulier. J'ai besoin de me procurer des gènes de Majins... Tu sais, les petits foufous, capables de rassembler leurs molécules entre elles, pour se reformer... Une fois ce trait associé à celui des Nameks et des Sayens... Ha. D'ailleurs, je pourrai même effectuer une sauvegarde de leur corps, à chaque destruction, pour en reproduire instantanément et automatiquement une copie, sur la planète en question, avant même l'initialisation de la régénération. N'est-ce pas amusant ?... Cet effet boule de neige multiple ?... Qu'en dis-tu ? L'aventure te parle ? Je n'ai besoin que d'une seule chose, pour nous promettre un avenir radieux... et je sais que tu peux m'y aider. "

J'avais recentré mon regard dans celui de mon interlocutrice, lors de mes dernières paroles... Le message devait paraître assez clair... Tu trouves un moyen de me fournir cet ADN, tandis que moi, je me charge de faire tout le reste, pour assurer la réussite du plan... Si je pouvais donner l'impression d'offrir tout ce que Nemor pouvait désirer, sur un plateau d'argent... dans les faits, c'était un peu plus complexe... Déjà, les Majins étant ce qu'ils sont, comme assez rares également, il est assez difficile de se procurer leurs gènes. Ca ne cours clairement pas les rues et, en conséquence, ils disposent d'une haute, d'une très haute, valeur pécuniaire... Je ne m'adressais donc pas à Queen Nemor par hasard. Tout me pré-disposait à venir la consulter... Elle représentait la solution parfaite, MA solution parfaite. Aussi risquée que rentable... Cette élégante dame pouvait se vanter d'avoir fait chauffer mon cerveau, pour que j'en arrive à une telle conclusion, en prenant une foulée de paramètres en compte. Mais finalement, me voilà... devant elle, m'exprimant sereinement, avec méticulosité. Chacun de mes mots dispose d'une importance... car je sais que chacun d'eux amènera à une analyse minutieuse, du génie me faisant face. Mais moi aussi, je représente une génie... et avec un certain sens des affaires... Il n'y avait qu'à voir la façon dont j'ai tournée la proposition de mon boss à mon avantage. Lorsque vous avez la tête, vous pouvez rassembler le monde entier, au creux de votre main. Ce n'est qu'une question de temps et d'opportunités...

Attendant la réaction prochaine de la Sayenne, je me régalai d'un deuxième raisin... À chaque fois que j'en mettais un en bouche, je ne pouvais m'empêcher de regarder la ravissante disposition des friandises disponibles, sur la table située au devant... Putain. Je me sentais toujours aussi mal de laisser tout ça pourrir... Nan, c'est pas de la gourmandise. Idiot. C'est de la gêne... M'enfin, la prévenir, la prévenir... Ca l'aurait pas trop fait, que de dire un truc du genre... Ouais, euh, prévois pas de la bouffe pour moi, hein ?... Comme si on considérait y avoir droit, alors qu'on appelle à la dernière minute, tu vois ?... Bah ça, ben je l'avais pas prévu. Ca m'emmerdait, car c'était comme l'araignée que tu remarquais dans ta chambre. Si t'en voyais une, t'étais obligé de partir du principe qu'il pouvait y en avoir d'autres. Et donc, si j'ai fait une erreur... Bordel. Comment trois malheureux biscuits peuvent autant me foutre la pression ?! Calme-toi, Mercury. Tout va bien. Jusqu'à présent, t'as pas montré le moindre signe d'anxiété, même à travers tes attributs greffés, justement car t'as bien répété la scène dans ta tête... C'est pas le moment de dérailler, ça serait même le pire qui soit... Non ! Je dois pas le formuler comme ça non plus ! Haaa, je vais pas pouvoir tenir longtemps comme ça... Parle. Parle-moi, Nemor. Parle-moi tout de suite ! Ooh... tu sais quoi ? Même si j'en viens à faire bouger ma queue un peu trop, tant que je regarde tes plats en même temps, j'aurai toujours l'excuse, à moitié vrai, pour le coup, qu'ils en constituent la raison, d'une façon ou d'une autre ! Mercury dispose toujours d'une issue, quelle que soit la situation ! Mouhahahah !... Tu en doutes ?
Queen Nemor
avatar
Saiyan
Féminin Age : 26
Date d'inscription : 01/08/2016
Nombre de messages : 232
Bon ou mauvais ? : Neutre, penchant mauvais à cause de ses actions
Zénies : 770

Techniques
Techniques illimitées : Cercle de téléportation psionique, Aliénation mentale, Arme métaphysique
Techniques 3/combat : Attraction et Automorphose
Techniques 1/combat : Échange d’esprit

MessageSujet: Re: Un échange lourd de conséquences. [PV Queen Nemor]   Lun 30 Oct 2017 - 11:38
Mercury réfléchissait judicieusement. Rien d’étonnant pour une scientifique de sa qualité. En effet, si Nemor permettait à ses invités de garder leurs armes, c’est bien parce que dans son immense demeure à moitié immergée sous l’eau se trouvait des tonnes de salariés. Personnel, cuisiniers, scientifiques de toutes horizons, agents de sécurité… mais une majorité de petits génies. Rien n’était laissé au hasard ici, tout était enregistré ou filmé, et si ce ne pouvait être le cas, toutes les empreintes de ceux qui venaient ici étaient enregistré dans ses différentes intelligences artificielles, conservées, classifiées… et même étudier, en fait. Pareillement pour les armes, en effet Mercury : tout du long des couloirs se trouvent des capteurs qui mettent sous analyse la moindre « entité » suspecte, tentent d’en découvrir l’utilité ou les secrets, le fonctionnement, l’énergie que cela dégage. Bien entendu, on ne peut jamais tout savoir, c’est un fait. Surtout quand il s’agit d’une scientifique de la qualité de Mercury, on ne peut pas décrypter sans peine tout ce qu’elle scelle intimement.


Queen ne paraissait jamais anxieuse, jamais stressé. Son regard dédaigneux –et malheureusement naturel- lui valait de passer pour une femme hautaine, voir aigrie, pour ceux sur qui elle ne pouvait pas exercer d’influence. Des personnes rares, comme Mercury. En effet, son don « la chuchoteuse » lui permet d’influencer n’importe qui, ce pourquoi la presse, les médias, et la grande majorité de la population se range de son côté… sauf les « élus » tel que cette consciencieuse scientifique, à qui son don ne ferait absolument rien. Malgré cette réalité, elle n’était pas inquiète : si elle avait le pouvoir de se ranger le reste du monde dans la poche, ce n’était pas une poignée de personnes immunisé à son don qui lui feraient du tort. Et quand bien même ! Cela ne changerait pas la lobotomie provoquée par son don dans les cervelles de ceux qui y sont soumis, décrétant qu’il fallait vouer une adoration à Nemor.


« Tu as la délicate attention d’expliquer toutes ces complications liées à ton régime alimentaire spécial, ma pauvre. Mon indifférence doit être lourde sur tes épaules quand on imagine que personne ne sait cela. » Affirma sarcastiquement Queen, qui prenait cependant bonne note de toutes ces choses que Mercury venait de lui expliquer.


Par la suite, le point culminant de leur entrevue s’expliquait enfin. Nemor décida de garder son calme et de se taire, afin de pouvoir réfléchir en silence à toutes ces idées fulgurantes et… un poil très intéressant qui s’exposaient à elle.


Pour une rare fois, Queen ne tenta pas de cacher son petit sourire ironique et méprisant lorsque Mercury parlait de tester cette fameuse « pandémie » sur le peuple de Nemor. Les sayens étaient des idiots pour un grand nombre, ce n’était pas un secret d’état. Cette dernière était perçue dans le monde comme l’une des plus fortes admiratrices de son peuple, grâce à ses machines et aussi à ses donations aux sayens pour qu’ils puissent développer de nombreuses écoles chez eux et employés les meilleurs professeurs de la galaxie.


Le discours de Mercury ne sembla pas faire ciller Nemor au-delà du petit sourire qu’elle avait pu avoir à un moment donné. Cela n’exprimait pas un refus, au contraire. Nemor se contentait de l’écouter avancer ses propos et le pourquoi du comment en réfléchissant aux conséquences que cela entraînerait.
 
« Une question me taraude : où est le compagnon qui t’a proposé cette « commande » si spéciale ? Ne voyait-il pas d’intérêt à se présenter à moi, ou bien tu fais cela dans son dos ? Quels profits lui, pourrait-il en tirer ? Si je ne connais pas le profil du demandeur, c’est un peu délicat de comprendre vos objectifs… même au-delà de la démarche scientifique. Des pandémies, ce n’est pas si dur à créer. De tous temps, les mortels ont mis au point des maladies à inculquer à leurs semblables, dans le seul but de faire vendre les remèdes. Pourquoi crois-tu que déclencher une telle maladie contre ma propre race me paraîtrait être une opportunité ? L’argent, l’expérience, la science… J’ai tout ce que je veux ici, et je suis loin de mes alliés de la Stinger Industry, qui eux ne veulent que générer du profit infini. Alors pourquoi moi, réellement ? L’ironie de la chose ? Dans tous les cas, cette situation cocasse me plaît. »


La reine posait des questions toutes bêtes. Tout comme Socrate, elle jouait souvent à « celui qui ne sait rien », l’idiot de service qui cherche pourtant à placer un contexte et à en comprendre, avec une vision plus large, les tenants et aboutissants.


« Ma machine à créer des guerriers est à disposition de tous les peuples, même s’il est vrai que je prends toujours les commandes de mon peuple en priorité. Je suis pacifiste, je n’agis pour personne en particulier : c’est ce que je dis, mais je me dois de glorifier la patrie, bien sûr, bien sûr… » dit-elle sur un ton amusé. « Les problèmes d’éthiques ne concernent que les esprits qui se mettent des barrières. Je n’ai besoin de l’autorisation de personne pour disposer de mes machines, pas même des choses qui servent de Roi à ma race, ne t’en fais pas. Qu’ils essaient seulement, ainsi ils s’attireront les foudres de tous les scientifiques les plus brillant de l’univers, ainsi que ceux du conseil de Dösatz. Cela m’amuserait beaucoup que l’on vienne me mettre des bâtons dans les roues, surtout s’il s’agit des personnes en provenance de la même race que moi. » Elle marqua une pose, avec un sourire non dissimulée une fois encore. « Cela dit, je suis heureuse que tu viennes me parler de tout ça d’égal à égal, et je ne peux qu’être d’accord sur le fait logique que les populations fluctuent, et que certaines en dominent d’autres. C’est toujours drôle de jouer aux dieux en voulant réguler la mort et la vie, j’en conviens également. »


Nemor sirota doucement son verre de jus de fruit, ne quittant pas Mercury des yeux.


« Et c’est là où on en arrive à la contrepartie qui va te servir : de l’ADN de Majin ! Charmante idée, surtout combinée avec de l’ADN sayen et namek, c’est un fait. Bien entendu que l’ADN de Majin est une ressource qui se fait peu, et que je tombe bien dans ton plan. Bonne carte à jouer, si ce n’est pas moi qui te le fourni, comment tu trouverais cet ADN ? Je te conseil d’aller titiller Majin Végéta, il se pourrait qu’il te lâche des bouts d’ADN au passage. » elle eut un petit rire taquin. « Alors la petite dernière de sa race ne cherche pas à en trouver les vestiges ou à faire revenir sa civilisation au goût du jour ? Je suis étonnée. En même temps, si tous tes congénères sont aussi intellectuels que toi, cela enlèverait ton côté exceptionnel, et puis ça ferait soi trop de concurrence, soit beaucoup d’excellent partenaires pour les recherches. Bref… Une sauvegarde de leurs corps, une copie… Oui c’est amusant, mais j’espère que tu n’y comptes pas sérieusement, trésor. Si tu as besoin d’ADN de Majin, tout se passera dans mes laboratoires, et n’escompte pas que je vais te laisser en avoir le précieux monopole… Je dois aussi protéger mes intérêts. » La scientifique ne comptait pas laisser Mercury copier de l’ADN de Majin, au-delà du fait qu’elle veuille bien qu’elle l’utilise. En vérité, ce fait finirait par être sûrement inévitable, car Mercury pourrait peut-être récupérée des échantillons d’ADN de Majin même une fois les trois ADN combinées. Mais elle s’emmerderait bien à le faire, et l’ADN ne serait peut-être pas parfait à 100%. Cette idée de l’embêter, ça, ça amusait Nemor. « Je cherche des explications plus claires sur cette « pandémie », sous quelle forme ça se présentera, comment tu comptes l’administrer au départ et à qui, afin que ça se répande… Et surtout, je veux que tu saches que si j’accepte, je manipulerais moi-même les ingrédients nécessaires à la réalisation de ce projet, comme à son remède. Si je te laisse manipuler toi-même l’ADN de Majin, tu en feras une copie en… environ cinq secondes si tu as un équipement récent de scan. Toi, tu m’assisteras de l’autre côté d’une vitre en verre, dans un compartiment bien à part du laboratoire, mais tu pourras m’observer et me dire quoi faire… pas que je ne serais pas capable de percer les secrets de cette expérience, mais cela m’intéresse de savoir comment toi tu t’y prendrais. » La Reine se contenta de finir de siroter son jus de fruit, d’un air neutre. « Alors, les conditions de l’avenir radieux sont-elles à ton goût, Mercury ? »
Mercury
avatar
Masculin Age : 26
Date d'inscription : 20/07/2017
Nombre de messages : 99
Bon ou mauvais ? : Ca n'a aucun sens.
Zénies : 1000

Techniques
Techniques illimitées : Offense command, Field command, Shield command.
Techniques 3/combat : Blazar Beam, Warp command.
Techniques 1/combat : Astral command.

MessageSujet: Re: Un échange lourd de conséquences. [PV Queen Nemor]   Dim 17 Déc 2017 - 3:40

La meilleure façon de progresser aux échecs, pour un esprit aussi affuté que le mien... c'est encore de jouer contre soi-même... Se battre contre sa propre personne, constitue l'assurance de se dépasser, à un moment ou à un autre... Pour rivaliser avec Queen Nemor et pour prévoir ses actions, il faut au moins que je sois capable de percer mes propres stratégies et de les dérégler entièrement. Hacker un système de sécurité, pour le rendre encore plus fort... Je n'ai pas peur de la suite des évènements, des éventuelles réponses de mon interlocutrice, justement car j'ai fait tout mon possible, que j'ai exploité mes capacités cognitives à leur paroxysme, en vue d'un tel entretien. Je sais déjà quel sera le résultat de cet échange et je sais aussi très bien qui y gagnera plus que l'autre... Mais je sais également vers où me conduiront ces initiatives, quelles en seront leurs conséquences, à grande échelle. Tout à l'heure, le Jack savait pertinemment bien ce qu'il faisait, en me recrutant... Dans un premier temps, il aurait été raisonnable de penser que j'avais gagné la confrontation. Cependant, cette vision des choses s'avère bien puérile... à long terme. Car c'est ainsi que l'on façonne le cours de l'avenir... En prévoyant l'impact qu'auront nos actions présentes sur le futur. Tous les véritables entrepreneurs vous le diront... regarder ses pieds en marchant, ne sert à rien d'autre que de se prendre un poteau en pleine gueule... ... ... Oui, bon, ils ne le formuleront probablement pas ainsi, mais vous saisissez l'idée.

Alors... l'inestimable scientifique que je représentais, ne rebondit pas sur la remarque de ma collègue, concernant mon régime alimentaire. J'avais mieux à faire. Tout comme il aurait été peu rentable de la laisser perdre du temps de réflexion supplémentaire, sur une telle précision... Non. Ce qui nous intéressait réellement, c'était ma proposition peu commune, à laquelle la Sayenne semblait plutôt réceptive... mais pas sans questionnements, bien sûr... Je voyais très bien ce qu'elle essayait de faire. Trouver des failles, dans mon argumentaire, afin de s'en servir, pour déséquilibrer la balance et lui permettre de s'en sortir gagnante. Une stratégie somme toute honorable, intellectuellement parlant... Moi-même il m'arrivait d'abuser de cette technique, pour faire valoir mes propres intérêts, sur ceux de mon opposant. Queen Nemor me ressemble et c'est pour cette raison, en partant de cette hypothèse, se vérifiant au fur et à mesure de la conversation... que je peux prévoir où un esprit, aussi brillant que le sien, peut avoir pour ambition de se rendre... Tu voudrais connaître l'identité de mon employeur ? Pourquoi ?... Ne me prends pas pour la dernière des connes. C'en est presque offensant, mais je ne te donnerai pas la satisfaction de le constater. Tu veux te servir de cette information... soit pour te donner une position supérieure à la mienne, dans le cas d'un aveu, stipulant que j'agis dans son dos. Soit pour négocier directement avec lui, de meilleures conditions. Mais moi, je ne veux pas que tu pactises avec lui... Je veux que tu pactises avec moi et moi seule, que tu me constitues une issue ainsi qu'une ligne d'avenir. Mon patron, c'est le présent, mais toi... nous... c'est le futur.

Tout en écoutant ses dires, je finis par soutenir mon coude gauche, de la main droite, le dos de la gauche contre mon menton. Je la regardais de bais... Amusant... Elle essayait de me faire croire disposer de tout, être confortablement installée dans sa petite baraque, n'avoir besoin de rien de plus et bla bla bla... Oui, en gros, ma proposition lui est TOTALEMENT inutile, elle n'y gagnerait absolument rien de bien intéressant, noooon... Enfin bon... Je ne peux décemment pas lui en vouloir, de se foutre de ma tronche. Puisque, elle-même, doit très certainement penser, que je suis en train d'essayer d'en tirer un maximum, pour un moindre coût, en ce qui concerne notre éventuel marché... Ce qui, en soit, n'est pas entièrement faux. Sauf que, je ne suis pas aussi naïve... Une vraie scientifique, telle que toi, Queen Nemor, ne peut pas se contenter de ce qu'elle possède déjà... d'une petite vie simple, avec tes petits enfants et ta situation aisée... Non. Tout ça n'est qu'une façade, une sécurité. Ces imbéciles s'y arrêtent, mais pas moi... car je suis comme toi. Car je sais pertinemment que l'on ne met pas autant de sa personne, à sans cesse se dépasser dans ses recherches, tout en se fixant un objectif aussi désuet. Nous valons mieux que ça et tu le sais. Nous disposons d'une force, dont le potentiel ne se limite qu'à la physique même de cet univers. Nous avons encore tant de choses à y faire, que tu ne peux pas affirmer te suffire d'une situation, dans laquelle tu te retrouves bloquée entre les murs d'une bâtisse, collée à cette petite planète marchande...

Et c'est là, que tu me révèles l'information que j'attendais... En essayant de me prouver ton indépendance, de part la provocation de ma première proposition, tu en viens logiquement à me communiquer des détails, dont je n'aurais jamais pu avoir certitude autrement... ou du moins, pas sans me faire remarquer à les chercher, ainsi qu'à les demander... Tu m'affirmes ne pas avoir besoin de l'aval des Sayens, pour utiliser la machine, comme le fait que cette invention puisse servir à bien d'autres races... Cela signifie que tu es potentiellement neutre. Ou du moins, que tu n'appartiens pas au peuple Sayen, qu'il n'exerce aucune emprise sur toi. En d'autres termes, que tu es libre de concevoir des expériences, à l'abri de tous regards et de toutes conceptions humanistes, comme éthiques... Pourtant, tu annonces explicitement être pacifiste, mais cela n'est qu'un gros mensonge, n'est-ce pas ?... En réalité, tu es tout ce qu'il y a de plus opportuniste. L'équilibre des offres te convient, car il est préférable pour les affaires... Servir ton peuple et te faire passer pour la scientifique indispensable de cette race de singes, t'octroie une protection de choix, de leur part, contre d'éventuels agresseurs. À la fois libre et protégée, tu disposes aussi bien du beurre, que de l'argent du beurre. Tu me le communiques ouvertement, Queen Nemor... parce que tu te doutes bien qu'au fond, tu ne pourrais cacher cet état de fait, à une personne qui te ressemble autant... Tu n'as jamais été ce bon samaritain, volant au secours de ceux qui en ont besoin, comme de ton peuple adoré. Tu les manipules tous, comme l'on se joue d'un pantin. C'en est presque étrange, qu'ils ne s'en rendent pas compte.

Ainsi, nous voici rendues à la raison première de ma venue... celle de laquelle émerge un remarquable effet papillon... L'ADN de Majin... Mais qu'elle ne s'y méprenne pour autant... Ma collègue ne représente pas ma seule opportunité. Juste la plus alléchante, comme celle qui ferait économiser un maximum de temps, à mes recherches... Par contre, il vaut mieux que je ne revienne pas à sa blague, sur Majin Végéta. Ce genre de Majin, ne m'intéresse d'ailleurs pas le moins du monde... Moi, je parle bien sûr de ces guignols rosés. Qu'elle ne fasse même pas mine de vouloir m'arnaquer sur ce point, bien que je ne lui ferais pour autant l'injure de le penser... Soit. Venons-en maintenant à mon peuple, sur lequel tu tentes vainement de me taquiner ?... Posant le dos de mes mains en dessous de mon menton, tandis que le coude de leurs bras se dépose sur mes genoux, je continue de l'écouter, tout en la fixant dans les yeux... On essaye d'influencer mes décisions ? Continue de le penser. Continue de croire que tu me mets mal à l'aise, en parlant de la situation de mon peuple. Je sais ce que tu attends de moi, comme je sais ce que j'attends de toi... Tu vas me laisser copier de l'ADN de Majin, Queen Nemor, car je possède quelque chose de beaucoup plus rarissime à t'offrir. Quelque chose qui ne me coûte pratiquement rien et dont personne ne dispose, à part moi.


" Tes conditions, me sont totalement inacceptables... Et à aucun moment, il n'est envisageable que je devienne l'assistante de qui que ce soit... Même pas la tienne... La dernière fois où je l'ai été, c'était à l'âge de mes 10 ans. Le redevenir, serait synonyme pour moi d'une défaite cuisante, que je ne suis pas disposée à endurer... " commençais-je, tout en me relevant et en m'éloignant de la Sayenne, de quelques pas.

" Tes paroles me semblent si tristes... lorsque tu parles de ta situation présente... Il est vrai que c'est plutôt joli, chez toi. Il serait un peu prétentieux d'oser affirmer un manque d'espace, comme de confort... Mais... ta renommée, ta fortune, tes enfants... constituent-ils réellement un but en soi ? Tu l'as atteint et maintenant tu te reposes dessus ?... Ce ne sont pas là les mots, qu'un scientifique de ma trempe aurait employés. Ce n'est pas de cette façon là, avec ce mode de raisonnement, que l'on progresse véritablement dans le secteur scientifique et tu le sais... D'ailleurs, si tu savais déjà tout, tu ne serais déjà plus dans ce laboratoire, sur cette minuscule planète, dans ce misérable système... Des concepts, tels que la compassion, l'amour, la sérénité... bien sûr, que des organismes évolués les éprouvent quotidiennement et s'en réjouissent. Nous de même... Seulement, ce qui fait notre force, à nous, scientifiques, c'est de pouvoir comprendre ces mécanismes, pour les avoir étudiés... Tout cela ne représente que réactions chimiques, électriques, partant d'une base moléculaire, puis quantique... L'univers lui-même, ne représente qu'un gigantesque code, dont les soi-disant dieux font d'ailleurs partie... Moi, j'appelle cela, le jeu. Et je veux le terminer, à 100%. "

Tout en prononçant ces dernières paroles, je m'étais retournée vers ma collègue, sucette toujours en bouche et main sur la hanche. Mon regard, empli d'une certaine détermination, comme d'une froideur caractéristique à mes habitudes, guettait la silhouette de celle que je désirais, en temps qu'alliée, pour remonter le fil de la pelote... Comprendre l'univers, c'est savoir le contrôler. Savoir le contrôler, c'est pouvoir se permettre de s'élever à un plan supérieur. La science, dispose de cette capacité, à favoriser l'émergence de déités conscientisées... Les dieux actuels ne comprennent rien à leur propres pouvoirs, parce qu'ils ne sont pas des scientifiques. Mais nous... Nous, Queen Nemor... nous avons les moyens, technologiques et intellectuels, de dépasser ces pauvres guignols. Nous pouvons ouvrir les portes d'un avenir censé, où les plus curieux, les plus rigoureux, les plus malins, pourraient enfin façonner leur environnement, depuis une place qui leur revient de droit... la place d'un dieu. Mais pour y parvenir, il faut terminer ce colossal jeu de piste, comme battre tous ces boss, les uns après les autres. Cette guerre... n'est rien de plus pour moi qu'un combo, un parcours de dominos, qui nous aidera à atteindre cet objectif fou, en un temps record.

" Tu comprends ce que je sous-entends ?... Il ne s'agit pas de gagner une quelconque bataille, avec à la clé une ou deux pauvres inventions novatrices... Il s'agit d'élaborer, ensemble, un grand projet. Celui de redorer le blason d'une justice, dont trop de personnes évitent de s'en soucier... La place du savoir et de l'intellect. À quel niveau devrait-on logiquement placer des valeurs si cruciales, structurales ? Si ce n'est, à l'apogée ?... "

Je laissai le temps à mon hôte de traiter la foulée d'informations, que je venais de lui partager, alors que mon Robot drone s'aligna avec mon épaule, en lévitant calmement... À présent, il était temps de rentrer dans le vif du sujet, comme dans la seconde raison de ma venue en ces lieux. Il était nécessaire que ma coopération, avec ma soeur de fonction, s'effectue sur des bases saines. D'égal à égal... C'est pourquoi, je me devais d'y mettre un peu plus de ma personne, au sens figuré, mais pas seulement... Jouons donc cartes sur table, ma chère... Je sais que tu n'attends que ça. Le moment où je te communique enfin la réponse que tu souhaitais entendre. Alors, mains dans les poches, je laisse mes talons claquer à mon approche. De cette figure scientifique, j'en raccourcis la distance. L'éclairage de la pièce arrose nos visages d'une lumière, qui symbolisera bientôt et je l'espère, notre réussite en commun... Et maintenant mes jambes se stabilisant, j'écartai modérément mes avant-bras, afin de ponctuer l'intérêt de mes prochains mots, choisis avec soin... ma double queue de Smilodon Valonsien ondulant avec grâce, au sein de l'espace nous étant encore dédié, à nous, représentantes d'une ère nouvelle. D'un nouvel ordre, oserais-je même affirmer.

" ... Tout à l'heure... tu parlais de mon peuple... Les détails ne m'échappent jamais, Queen Nemor... En temps que scientifique, je sais ô combien il peut être frustrant, de ne pas avoir accès à certaines informations... surtout lorsque celles-ci se retrouvent aux mains d'une seule et unique personne... En l'occurrence, moi. Dans le cadre d'une telle coopération, je suis prête à fusionner toutes mes compétences et mes connaissances avec les tiennes. Et cela, de plusieurs façons... Outre les données, que tu as certainement déjà pues récolter sur moi et mon équipement, depuis mon arrivée... je suis prête à te donner un autre ADN, contre celui de ces chewing-gum roses, appelés plus communément Majins... Cet ADN, bien plus rare, n'est autre que le mien. L'ADN des Ogres d'Antapia... " avouais-je enfin, en toute sérénité, avant de me racler momentanément la gorge.

" Autant jouer franc jeu avec toi... Notre peuple ne disposait pas de capacités ou de pouvoirs particuliers. À vrai dire, il ne différait pas tant que ça des humains de la planète Terre... Certains de nos spécialistes, formulèrent toutefois que nos plus conséquentes canines, auraient pu représenter les vestiges, avec nos instincts de prédateurs, d'une forme et d'un mode de vie plus bestial, par le passé... Selon eux, il fut un temps où les Ogres d'Antapia disposaient d'un régime essentiellement carnivore. Nous chassions, à mains nues, tout type d'animaux et étions réellement au sommet de la chaine alimentaire... J'étais encore trop petite, pour mener des recherches supplémentaires à ce sujet et j'étais bien assez occupée pour m'en soucier... Comme tu le sais partiellement, je suis issue de sang royalement pur de toute hybridation. Si une telle information s'avère exacte, il doit très certainement rester une trace de cette époque, dans mon ADN... Il s'agit d'une première piste d'intérêt. Quant à la seconde... il s'agit d'un cadeau inestimable, dont j'estime que tu sauras en garder le secret, ou bien le partager adroitement, si tu le découvres. Un présent... entièrement essentiel à la concrétisation de notre collaboration. "

Ces révélations, Queen Nemor et moi-même étions désormais les seules à en avoir conscience. Si ma potentielle coéquipière parvenait à mettre en place un système, en mesure d'explorer la mémoire génétique, peut-être parviendrait-elle à déceler le mystère planant, sur les origines bestialement dominatrices de mes ancêtres, dont nombre de scientifiques se moquaient pourtant... Pour ma part, je n'ai jamais eu l'occasion, ni l'équipement, pour démêler le vrai du faux. Cette recherche valait-elle le coup et le coût ? L'incertitude était totale, malheureusement... En revanche, en ce qui concernait ma surprise... À elle seule, elle aurait pu valoir bien plus que de l'ADN Majin et que le mien, réunis. Le problème étant que je ne pouvais offrir l'un sans l'autre, au vu des circonstances... Au moins cela prouverait-il le sérieux de ma démarche, à mon homologue de science... Dans mon sang et seulement dans celui-ci... logeait le secret de l'immortalité artificielle. La symbolique réponse de la science, aux dieux qui nous gouvernent. La déclaration d'une guerre, pour reprendre nos droits sur ceux-ci. Et ce cadeau inestimable, je n'avais décidé de l'offrir qu'aux plus méritants, à ceux ou celles, que je jugeais aptes à diriger le futur, dans son éternelle avancée... Voilà mon plan. Voilà ma réponse à leur règne ridicule... à leurs airs supérieurs, de par une simple fonction divine, une immortalité et des pouvoirs grandiloquent... NOUS, méritions, de diriger cet univers. NOUS, faisions des efforts, pour comprendre le monde, que nous nous estimions devenir apte à gérer personnellement...

" Toutefois... L'échange se clôturant comme déséquilibré, à ton avantage... j'aimerais te demander une faveur, qui en réalité te servira probablement aussi, Queen Nemor... Hem... Même pour moi... c'est un peu gênant... Si en 728 années d'existence, je ne me suis jamais reproduit avec une autre espèce... c'est parce que je ne voulais pas brider mon capital génétique, avec celui d'individus, ne faisant même pas mine d'égaler mon génie. Mais, comme tout scientifique qui se respecte, je suis curieuse, bien sûr... Alors, je me demande si un esprit encore plus brillant que le mien, pourrait émerger, à partir de mes gènes, peut-être combinés aux tiens... Cette naissance, pourrait dès lors favoriser celle d'un véritable écho, à travers tout le cosmos. Ou du moins, c'est ce que j'espère... Alors, je voudrais que l'enfant en porte le nom. Aussi, j'apprécierais que tu ne le fasses pas grandir trop vite. Le laisser au stade de l'enfance, lui permettra une assimilation rapide, ainsi qu'une construction neurologique adaptée... Pour finir, je ne peux pas le porter, car mon ventre ne pourra s'étendre suffisamment. La faute à un choix de vie... Je serai également trop occupée que pour l'éduquer, pour le moment. Malgré tout, j'ai confiance en tes moyens et tes méthodes. Il ne manquera de rien, j'en suis persuadée... " affirmais-je, avec une certaine gêne, alors que je détournais le regard, mes joues probablement modérément rosées.

" B, bref... Toute cette communication est sincère et il s'agit de la seule offre équitable, que je suis en mesure de te fournir. Alors, je te le redemande une dernière fois... L'aventure te parle ?... " clôturais-je finalement, inspirant et expirant bruyamment, d'un coup, pour évacuer cette foutue sensation... avant de reprendre une mine sérieuse et de tendre la main à mon éventuelle, future, comme éternelle, collègue ?
Queen Nemor
avatar
Saiyan
Féminin Age : 26
Date d'inscription : 01/08/2016
Nombre de messages : 232
Bon ou mauvais ? : Neutre, penchant mauvais à cause de ses actions
Zénies : 770

Techniques
Techniques illimitées : Cercle de téléportation psionique, Aliénation mentale, Arme métaphysique
Techniques 3/combat : Attraction et Automorphose
Techniques 1/combat : Échange d’esprit

MessageSujet: Re: Un échange lourd de conséquences. [PV Queen Nemor]   Mar 2 Jan 2018 - 12:13



Nemor restait discrète, comme souvent. Son regard se perdait dans celui de Mercury la plupart du temps, elle ne détournait pas les yeux très souvent. La scientifique préférait sonder d'une manière gênante son invitée, comme pour l'inspecter plus en profondeur. Comprendre si elle était une bonne comédienne, sincère, si elle était à l'aise avec ce qu'elle disait ou si on sentait la moindre animosité dans la pièce. La sayenne était sereine - bien qu'elle soit actuellement enceinte et que Mercury pourrait engager les hostilités suite aux paroles de Queen - cela ne semblait même pas la faire suer. Il n'était pas nouveau que Nemor était une personne très spéciale dans sa façon de percevoir et de ressentir les choses et, même si elle était atteignable moralement comme n'importe qui, il était cependant difficile de la faire s'écrouler mentalement. 


Elle sirotait son jus de fruit comme si elle était en terrasse à discuter paisiblement de tout et rien avec une bonne amie. Le fait qu'elle soit si détendue pouvait presque être dérangeant au vue de la situation. Cette dernière se contentait d'observer Mercury sans répondre à ses phrases pour l'heure. Nemor préférait tantôt sourire d'un air sarcastique, tantôt reprendre un air attentif et prendre note dans son esprit des paroles de son interlocutrice. Ce protagoniste original qui s'adressait actuellement à elle avec des grands projets en main était une opportunité rare au sein de cette galaxie. 


Sans ciller, elle laissait même Mercury plus ou moins la prendre pour une idiote en remettant en question l'essence de ses actions. Nemor demeura silencieuse tout du long du discours de sa probable future associée, mais un sourire carnassier s'empara de son visage lorsqu'elle lui parlait d'avoir un enfant. Dans un rictus à la fois sensuel et sadique qui lui était propre, le visage de Queen était passé d'un stoïcisme profond à une expression satisfaite. 


"Voilà quelque chose qui me parle." Dit-elle simplement en terminant son verre de soft. "Mercury, pour te répondre à peu près dans l'ordre, ne soit pas désobligeante. Être mon assistante reste un privilège, qu'importe ton âge. Nous avons à apprendre des autres, si nous scientifiques, ne sommes pas capable de raisonner ainsi, alors nous n'avancerons pas plus par rapport à nous-même que par rapport à nos projets." Son calme traduisait le fait qu'elle ne comptait pas en venir au conflit. "Tu es aussi humble que moi, à prétendre vouloir terminer le labyrinthe de données qui régissent nos vies." admit-elle avec un petit rire amusé. "Cela dit, je comprends tes motivations. On est dans le même sac sur ce point-là. Et je crois que c'est en travaillant effectivement de pair que nous pourrons continuer de résoudre les mystères gardés jalousement par les univers. Il n'y a en effet rien de plus important que de développer sa conscience sur tous les plans mentaux, et s'en servir pour appréhender les énergies qui nous entourent." Cette dernière déposa sa main sur son ventre et le caressa d'une manière attentionnée qui était rare de sa part."Je suis charmée que tu me donnes avec autant de docilité un moyen d'obtenir l'ADN d'un peuple -pratiquement- éteint, mais qui éveil mon intérêt puisqu'il ne s'agit pas, entre autre, des chromosomes de n'importe qui. Je peux comprendre ton asexualité puisque les pratiques de ce genre sont en général plutôt une perte de temps. Cela dit, je serais honorée de pouvoir concevoir une nouvelle race intellectuellement supérieur à toutes les autres races possible dans cet univers comme dans les autres. Nous sommes la combinaison parfaite, il ne fait aucun doute."


Nemor affirmait cela sans que ça ne soit un hasard. Ses activités au sein de son entreprise étaient méconnue du public. Pour les médias, elle était une filiale de Stinger Industry et développait "des machines". Une image grossière qui l'arrangeait bien, comme ça personne ne venait vérifier ce qu'elle faisait chez elle. La réalité était tout autre. Nemor avait su reproduire et miniaturisé le portail pour voyager dans divers univers de Nate, entre autre. Ce petit bijou lui permettait d'étudier les autres univers et de s'éliminer si nécessaire dans les autres dimensions. La plupart du temps, elle collaborait avec ses doubles, mais parfois il arrivait qu'elle fusse moins intelligente dans d'autres univers, et cette probabilité infime la répugnait au point que Queen se sentait obligé d’ôter la vie à cette pauvre imperfection d'elle-même, pas gâté par la nature parce qu'elle avait 10 points de QI en moins qu'elle. 


"Nous avons un deal. Mais je veux toujours connaître le nom de la personne avec qui tu as marchandé avant de venir me voir. N'oublie pas que bientôt tu feras partie de ma famille, que tu le veuilles ou non. Notre enfant sera un trésor inestimable." Cette dernière regardait d'un air grave Mercury. "Tu es suffisamment intelligente pour saisir ce que cela implique. Je t'ai dis que je ne porte pas l'enfant de n'importe qui. Ce n'est pas parce que tu as un ADN absolument fabuleux que ça me force à accepter ton offre. Je pourrais essayer de le retrouver à travers d'autres dimensions. Mais j'ai envie de jouer le jeu, et je ne te cache pas qu'être mère à tes côtés est une suggestion plus qu'attirante à mes yeux. Je voudrais que tu saches que si tu es de ma famille, alors tu auras toujours mon soutien. Je mets une pointe d'honneur à protéger et à me soucier uniquement de ceux qui comptent pour moi et en qui j'ai confiance. Si un jour tu veux me faire faux pas, j'aurais de quoi t'exterminer moralement comme physiquement, alors ma peur est minime de toute évidence." Son assurance n'était plus à prouver, Queen était toujours très détaché des choses puisqu'elle avait une solution à tout. "Alors, puisque tu seras bientôt "ma concubine" en quelque sorte, je ne vais pas te cacher qui je suis, et ce que je fais. Tu pourrais bien le répéter au monde entier qu'ils ne te croiraient pas, si je le fais c'est parce que je contrôle les médias et la masse d'abrutis, politicien et autres petits rigolos, grâce à mes dons.


En effet, l'un des dons de Nemor étant de chuchoter des ordres à autrui, cela lui permettait de contrôler son image au sein de l'univers, de ne faire dire que du bien d'elle, et de renvoyer chez eux ceux qui voulaient se mêler de trop près de ses affaires.


"Nemor-C471, Nemor-C472, Nemor-C473, je vous prie d'entrer." Dit-elle en parlant à travers une sorte de talkie-walkie de poche. 


Peu après son appel, trois Nemor entrèrent dans la pièce où Queen se trouvait avec Mercury. Celles-ci saluèrent Mercury. 


"Je te présente certains de mes clones." Dit-elle avec le plus grand calme du monde. "Elles sont une exact réplique de moi, sur tous les plans. Ceux qui pensent que les clones ne sont pas réellement la personne à partie de laquelle ils ont vu le jour sont des imbéciles. La seule chose qu'un clone ne possède pas, contrairement à son "géniteur", c'est ce qu'on appel l'âme. Quand ils meurent, ils meurent, contrairement à nous autre qui sommes accueillis dans les cieux." Les Nemor présentent acquiesçaient sans que cela ne les dérangent, visiblement. "Puisqu'elles sont toutes moi, elle raisonnent comme moi. Bien entendu, on est jamais trop méfiant. Je les aient créer en faisant en sorte qu'elles soient sensible à mon don de persuasion. Ainsi, elles ne me sont jamais infidèles, et ne vont jamais penser à créer une rébellion. Elles n'ont de toute façon aucune raison de le faire, elles vivent pour la même chose que moi: apprendre." Nemor fit signe à ses clones de les laisser. Ces dernières quittèrent la pièce en saluant Mercury. "Se promener avec son corps d'origine devient dangereux. Je sais que nous pouvons être renvoyer à la vie quand nous mourrons, mais ça serait tout de même une perte de temps si je venais à périr pour x raison. Quoi qu'il en soit, j'ai fait une sauvegarde de mon ADN et de mon corps dans plusieurs réseaux de données bien gardé, au cas où. Je peux faire la même chose pour toi, si besoin. Je te montre tout ça pour te faire aussi comprendre que ces copies de moi, selon mes ordres, arpentent les autres univers et y découvrent des nouvelles ressources chaque jour. Moi-même je me rends dans plusieurs de ces dimensions une fois que c'est sécurisé. Je suis menaçante pour les gens de cet univers où je réside, et pourtant je ne compte pas provoquer qui que ce soit ici. Je n'ai aucune raison de le faire, j'ai une vie paisible et je peux expérimenter tout ce que je veux sans que quelqu'un mette son nez dans mes affaires. Je suis protégée et couverte par la Stinger Industry. J'ai accès à des plans d'une rareté inconcevable. Je voyage à travers les autres univers en y déposant ma marque, en passant des marchés avec des personnalités connue là-bas, comme avec les autres moi-même. En somme, je me donne les moyens de continuer à faire avancer notre cause commune en passant mon temps "à l'étranger". Et je serais ravie de pouvoir t'inviter à faire un tour, si l'envie te prends un jour, dans l'une de ces autres dimensions, puisque tu seras bientôt la mère de mon enfant."


Nemor lui adressa un sourire sage et aimable, ce qui marquait le fait qu'elle était prête à accorder sa confiance à Mercury. Il était probable qu'elle finisse par la trahir, une probabilité comme tant d'autre à ne pas écarter. Queen le savait, et pourtant elle avait décider de partager une part de son destin avec cette scientifique exceptionnelle. 


"Pour mes clones, elles me servent aussi de test. Ce que je veux dire par-là, c'est que je vais les utiliser pour créer notre enfant, jusqu'à trouver la combinaison parfaite qui fera naître la perfection. J'adorerais porter notre enfant dans mon corps d'origine, mais je suis déjà enceinte en ce moment, et puis ce n'est pas si grave. Tout simplement car je peux partager mes souvenirs et mes sensations entre mes clones si j'en ai l'envie, avec un échange spirituel via une de mes machines. Par ce biais, je vie à travers leurs souvenirs. Cela me sert aussi à avoir un rapport exact de leurs voyages dans les autres univers, ce qui est pratique pour vérifier toutes les informations par soi-même. Bien sûr, il y a des protagonistes capable de modifier les souvenirs des autres, de les corrompre. J'ai conçus un filtre sur cette machine capable de dissocier l'information originelle et celle qui a été modifiée. Il faut penser à tout, vu le nombre de personnes mesquines."


La scientifique se releva doucement de sa position et fit signe à Mercury de la suivre à travers sa gigantesque demeure. Elle la conduisit dans ses laboratoires sous-marin, restreint par des accès aussi sécurisé que sur la Flèche d'Argent de Stinger. Après être passé par des SAS de décontamination et divers systèmes de sécurité, les deux femmes découvrirent ensemble, en marchant côte à côte sur des passerelles en hauteur, ce qui se tramait ici. Ou du moins, une partie.


"Je suis prête pour l'échange. Quoi qu'il advienne, nous seront liées. Et je vois mal quiconque deviné que nous sommes de mèches dans toute cette histoire de pandémie, je n'ai rien à en tirer de prime abord. Et de plus, je serais la sauveuse avec mon remède miracle. Qu'elle ironie... plaisante." Conclut-elle avec un sourire à la fois sombre et réjouissant.


En bas, on voyait des équipes de scientifiques travailler sur des machines, en perfectionner certaines. Des grands portails menant à d'autres dimensions étaient ouvert. Des Nemor et des guerriers sayens défilaient de là, entraient et sortaient en ramenant des ressources extraterrestre mystiques, rares. Ces sayens étaient des clones qu'elle contrôlait pour ses petites affaires, mais sans importuner sa race ou l'univers où elle vivait aujourd'hui, comme elle l'avait dit. Queen était une menace aux yeux de certains, mais une menace dormante... et quoi qu'ils lui fassent, ils feraient mieux de la laisser tranquille. Elle avait toujours un plan pour revenir...


"Ensemble, nous allons créer un avenir radieux en donnant naissance à Ekko, la clé de nos savoirs partagés. Elle sera notre continuité infinie à travers les âges."


Nemor avait dit cela en se tournant vers Mercury. Cette dernière se permis une chaleureuse petite attention, peut-être poussée par le fait qu'elle était émotionnellement plus instable et sensible à cause de sa condition de femme enceinte. Queen prit les mains de la scientifique dans les siennes et lui accorda un sourire sincère, scellant alors leur union. Une nouvelle ère s'annonçait, une nouvelle race dominerait.


Mercury
avatar
Masculin Age : 26
Date d'inscription : 20/07/2017
Nombre de messages : 99
Bon ou mauvais ? : Ca n'a aucun sens.
Zénies : 1000

Techniques
Techniques illimitées : Offense command, Field command, Shield command.
Techniques 3/combat : Blazar Beam, Warp command.
Techniques 1/combat : Astral command.

MessageSujet: Re: Un échange lourd de conséquences. [PV Queen Nemor]   Lun 8 Jan 2018 - 9:08
 
... Un dieu... Qu'est-ce, qu'un dieu ? Je m'en suis souvent posée la question... et cela depuis bien longtemps. Depuis cette époque, où l'avenir me paraissait si incertain... où le moindre de mes jours, était compté. J'étais terrifiée, à l'idée de disparaître un jour, seule, au sein de cet immense espace, vide de sens... Je me sentais faible, vulnérable, sans défense, face à la mort. Pourquoi fallait-il s'éteindre un jour ? Qui décidait de la durée de nos existences ? À quoi bon vivre, si l'on finit par retourner à la terre, qui nous a vu naître ?... Tant de questions, auxquelles une réponse m'était inaccessible. La situation demeurait inacceptable. Je faisais des efforts, pour comprendre le monde m'entourant... J'aimais, cet univers. De toute mon âme. J'aimais apprendre, découvrir, résoudre les mystères environnants. Plus que quiconque, je la méritais... la vie éternelle... Certaines créatures naissaient avec et d'autres non. Pour quelle raison ? La génétique. Ce que je pensais être illogique, l'était en réalité bien plus qu'espéré... Le code. Il n'y avait rien de plus important que ce code. Cette équation qui régissait l'univers entier. Cette formule qui engendra les premières particules qui, en s'assemblant, permirent à la scène de briller... Je devais dépasser ce mur. Je devais absolument comprendre ce qu'il se passait, au delà du Mur de Planck. Le quantum, ou l'unité astronomique indivisible... En son sein, l'information primordiale, qui donna naissance à tout le reste. D'où l'origine de toute chose émerge. L'ultime découverte, l'insaisissable secret...
 
Pour une scientifique étant parvenue à unifier la physique quantique à la macrocosmique, il ne fait aucun doute que seuls les plus petits bouleversements, s'avèrent en mesure d'en provoquer des plus observables... Ces dieux, dont on nous rabat les oreilles, de leur exceptionnelle existence... ne représentent rien de plus pour moi, que de la merde. De la bonne grosse merde hypocrite... J'ai lu des documents, entendu des témoignages, observé certaines traces de leur passage. Cela m'a fait pleurer... de rire... Comment des êtres aussi dépendant de la matière, peuvent-ils se prétendre dieux ? Donnez-moi deux heures, non, une seule, en compagnie d'un de ces charlatans... Une simple analyse de leur corps, me permettra d'en saisir tous les secrets. La science, défonce les concepts de la déité. Parce que celle-ci n'existe pas. Elle représente cette pseudo magie divine, que l'on associait autrefois à la foudre, avant d'en découvrir sa nature fondamentale... Par conséquent, la science démystifie le surnaturel. La science, rend les êtres conscientisés aussi puissants que les dieux eux-mêmes... car leur simple existence, dépend des principes physiques qui les composent et les entourent. C'est incontestablement logique... Ha. Je me demande, laquelle de ces starlettes, ferait le plus de bruit, en tombant définitivement... Certainement l'une des plus craintes, comme l'une des plus populaires... Un Dieu de la destruction, qui se ferait détruire... Ne serait-ce pas, ironiquement divertissant ?... Beerus...
 
Haha... Hahaahaahahah !... C'est votre destin, à tous... que de vous faire dépasser, par ceux se montrant suffisamment malins, que pour tirer profit du savoir qui vous englobe. Mais... hélas... ces pensées demeurent isolées... Les révéler, attirerait sur moi l'attention de ces victimes à venir... ou du moins, je m'en méfie... Je me demande, si ma chère collègue pense actuellement la même chose que moi. Perçoit-elle la fatale issue de notre union ? Les étapes par lesquelles nos découvertes et nos ambitions pointent ?... Probablement. Haaa, pour m'en assurer, il me faudrait disposer d'une liaison avec elle, pouvant outrepasser l'observation des êtres précités. Comme, une liaison télépathique... Plutôt dangereux... Seulement, dans le cadre d'une entière coopération, je n'ai logiquement rien à cacher et il s'agit d'un moyen plutôt simple, de s'assurer de la fidélité de ma potentielle alliée. De plus, le partage des connaissances s'avèrerait bien plus efficace. En définitif, je me suis aventurée sur un chemin à sens unique et je ne dispose pas du luxe de refuser pareille proposition, si elle venait à se présenter à moi. Les menottes se referment et la clé s'égare au loin. Lorsque la fermeture atteindra un point de non retour, il sera trop tard pour les regrets, je le conçois... Cette décision, je l'ai calculée en amont... et j'en ai déjà accepté les conséquences. À la fois l'initiative la plus risquée de ma vie, comme la plus fructifiante. Je suis prête pour le grand saut, Queen Nemor. Je suis prête à assumer la responsabilité de mes actes, jusqu'à la fin de ce grand voyage... jusqu'à la fin de ce colossale puzzle.

 
" Je perçois simplement ce terme comme péjoratif. Rassure-toi sur le fait que je garde à l'esprit, l'utilité que cette fonction peut malgré tout avoir. " rétorquais-je posément, à la reine de ces lieux, lors de la première partie de sa réponse.
 
C'est amusant. J'ai pour ambition de défaire les dieux, mais je ne parviens pas à dominer ma propre fierté, sur certains termes, que l'on voudrait m'attribuer... Des résidus de mon passé me brident ? Une possibilité qu'il serait osé d'omettre. Enfin soit... Ne vous méprenez pas, je l'avais bel et bien remarqué, ce sourire naissant, trahissant l'intérêt de mon interlocutrice, quant à mes précédentes paroles. Je savais qu'une scientifique comme elle, ayant de plus déjà donné la vie, à plusieurs reprises, pourrait distinguer une utilité certaine à ma demande... Ici le point d'encrage, le point d'attache. Le dénouement de notre accord. Sans cet atout, ce Joker, Queen Nemor aurait-elle daigné accepter notre accord ? Probablement pas d'une façon aussi souhaitable, je m'en persuade... Quoi qu'il en soit, continuant le discours constituant sa réponse, la Sayenne me révéla être en accord avec les ambitions, que je lui fis parvenir plus tôt. Cela signifiait donc, qu'elle aussi cherchait la vérité, au sein des uni... Des ?... Voilà déjà un moment, que je la soupçonnais évoquer l'existence d'autres univers. Le ton de sa voix paraissait naturel, à l'évocation de cette information... Mais c'était étrange. Comment une femme de science, telle que elle, pouvait-elle affirmer leur existence, sans en laisser paraître le moindre doute ? Une seule explication possible, car il est de métier, de ne croire qu'en ce qu'on voit... D'un hochement de tête, je me permis cependant de lui confirmer ma position, concernant notre union.
 
C'est alors que la jeune mère caressa son ventre... et si je m'octroie le loisir de le mentionner ainsi, c'est bien qu'il me paraissait envisageable de donner du sens à ce geste, par ma simple tournure de phrase... Attendait-elle encore un enfant ?... Décidément, le sujet semblait vraiment lui tenir à coeur. Une fascination pour l'assemblage moléculaire ? Je pouvais la comprendre, ma demande faisant également état de mon intérêt, pour le domaine génétique... Comme le laisse entendre, par la suite, ma partenaire... les possibilités d'une telle fusion, sont encore méconnues... La macromolécule, connue sous le nom d'Acide désoxyribonucléique, ou ADN, représente le coeur de l'identité de chaque individu. Il s'agit de son code, en d'autres termes... Si vous y avez accès, vous pouvez aisément, avec les moyens technologiques actuels, recréer des êtres qui vous plaisent. Enfin, néophytes incultes que vous êtes, il serait fastidieux de vous évoquer la procédure complète, pour y parvenir, car il faut malgré tout porter attention à certaines subtilités... Tout ça pour dire que la génétique, c'est comme la roulette... Beaucoup de ratés, pour une seule réussite... Mais si vous mettez toutes les probabilités de votre côté, en vous attribuant plusieurs numéros, le Jackpot avait bien plus de chances de tomber. Seulement... Queen Nemor en conviendra certainement. Si c'est juste pour donner naissance à un môme, un poil plus développé cérébralement que nous, cela serait plutôt décevant. Non, je pense que l'on peut faire mieux, grâce à nos deux ADN, frôlant les limites actuelles de l'intellect...

 
" Huhu... Nous n'avons plus besoin de nous intimider, maintenant que nos objectifs nous semblent communs... Tu pourrais bien nous connecter mentalement, que cela n'y changerait rien. La science nous lie davantage que le plus dur des alliages... et je sais de quoi je parle... Alors, qu'il en soit ainsi. Désormais, nos destins demeureront conjugués, dans tous les sens du terme. Et puisque je n'ai plus rien à te cacher... mon client n'est autre que Le Beau Jack. Une personne assez narcissique, mais dont les moyens pourraient nous être d'un certain secours, en fonction des circonstances... Il vient d'une autre galaxie et entend développer une véritable armée, probablement pour conquérir de multiples mondes... Aussi dispose-t-il de certaines technologies inédites, auxquelles j'aurai prochainement et gratuitement accès. Naturellement, mes découvertes seront aussi les tiennes. "
 
Cela vous étonne ? Vous vous sentez décontenancés, que je réagisse ainsi ?... Le Beau Jack n'a plus rien à voir, dans notre deal. Il me servait de prétexte... L'ADN de Majin, que Queen Nemor est censée me filer, ne représente rien de plus qu'un service, pour le développement d'armes bio-organiques, dont elle bénéficiera des résultats détaillés, ainsi que des matériaux de construction... Garder l'identité de mon patron, secrète, n'a donc plus aucun sens. L'accord spécifie une fusion des connaissances, après tout... D'ailleurs, ma scientifique bien roulée semble aussi disposée à respecter ce deal, puisque, comme annoncé précédemment, elle vint à me livrer visuellement une partie de ses secrets... Ce sont donc des clones, qui firent irruption dans la salle. Ma foi, pourquoi pas... Le moins que l'on pouvait dire, c'était qu'elle paraissait maîtriser le processus. S'il ne semble, certes, pas bien compliqué, de prime abord, vous aurez toujours des erreurs de la nature capables d'en engendrer de pires, en laboratoire... Cette petite démonstration de ses talents, me rassurait plus qu'autre chose... Ce qui m'étonna davantage, en revanche, ce fut bien d'entendre un mot en particulier, de sa bouche... L'âme... Le terme est rentré dans le langage courant et je l'utilise moi-même en ce sens. Néanmoins, n'ayant jamais eu le loisir de constater la véracité de cette information, j'en reste septique... Si je devais expliquer un tel phénomène, scientifiquement... de quelle manière m'y prendrais-je ?... Je me le demande. Mais ça doit être possible, si ça existe. Après tout, comme pour l'histoire des univers ou dimensions, ma collègue ne fait preuve d'aucune retenue, dans la divulgation de leur existence. En de telles circonstances, il me paraissait donc préférable d'observer cela d'un peu plus près, comme de faire preuve d'une tolérance nouvelle, face à ces concepts...
 
Tout en me dévoilant de croustillants détails, sur ses procédures de sécurité, en rapport avec son moyen de pression sur ses clones, comme de la sauvegarde potentielle de son corps, Queen Nemor n'hésita pas à parler plus profondément de ses voyages dimensionnels. Enfin, quand je dis ses... je parle surtout de ses clones... Et bien, que dire ?... J'étais loin de me douter qu'elle parvenait même à établir un passage, entre les univers... cela me rend fortement curieuse, je me devais de l'avouer. Quel scientifique, digne de ce nom, ne le serait pas, en l'instant ? C'était incroyable. Cela me força même à poser une main sur ma hanche, alors que l'autre grattait l'arrière de mon crâne. J'avais hâte de voir les installations qu'une telle ambition nécessitait. Mais qui dit d'autres univers dit d'autres dieux... et ceux-ci ne verraient probablement pas d'un bon oeil, qu'on se balade librement, entre leurs territoires... Nous n'étions probablement pas sur écoute, mais il valait mieux faire attention à nos émissions vocales, en présence d'une telle technologie. En tout cas, l'invitation de la Sayenne à la découvrir, de mes propres yeux, me fit assez plaisir... Elle s'engageait même à me laisser l'essayer, au besoin. Je lui rendis donc son sourire, en signe d'approbation. J'aime lorsque les accords partent sur de bonnes bases... De plus, dans le pire des cas, il me serait toujours possible d'user des probables portails, pour échapper à de trop grandes pressions futures, au sein de mon univers... La protection acquise s'avérait encore plus prometteuse qu'estimée, à travers notre échange. C'était parfait. Réellement parfait.

 
" Je vois... C'est une manière intéressante de gérer cette création. D'autant plus que le temps ne s'écoule probablement pas de la même façon, entre ces zones spatiales... Cela pourrait nous faire économiser un temps fou, en combinaison avec la simultanéité des grossesses. Nous n'avons peut-être qu'une chance sur des millions, non, des milliards, de générer un miracle génétique... mais il suffit de rejouer, encore et encore... jusqu'au Jackpot... Enfin... je me doutais bien que ta caresse, de tout à l'heure, cachait une nouvelle vie à venir. Mes félicitations. Pour ce bébé, comme pour ta machine... J'ai le sentiment qu'elle pourrait nous être particulièrement utile. " m'exclamais-je, avec une pointe de satisfaction dans la voix, alors que mon sourire se faisait plus perceptible.
 
D'habitude, seul un air neutre, se dégage de mon visage. Ce n'est pas si étonnant... La plupart de mes journées sont dénuées de surprises. Je connais tant de choses et je prévois tant de chemins, que m'étonner représente un challenge de taille... Cela fait plaisir de retrouver enfin cette sensation, cette excitation de la découverte... Je veux aller plus loin encore. C'est ce que me propose ma collègue, qui, d'un signe de la main, m'invite à la suivre dans ses quartiers les plus secrets... Un laboratoire sous-marin. Charmant. Ce qui résidait à l'intérieur, promettait de l'être tout autant... C'est ainsi que nous nous avancions, talons impactant les dalles, au sein de ce dédale... qui n'en était pas vraiment un, mais j'avais juste envie de placer une mauvaise rime... me faites pas chier. Hem... L'illustre scientifique, portant ma nomination, s'évertuait donc à braver l'ennui, généré par tous ces systèmes de sécurité, nous barrant la route. Seulement, j'étais courageuse ! Je franchis donc ces étapes, la tête haute... jusqu'à parvenir à une passerelle, que la Sayenne et moi-même n'hésitèrent pas à emprunter. D'ici, l'on pouvait remarquer les déplacements de divers employés, sans importance à mes yeux, mais travaillant sur des inventions qui, elles, en avaient... Marchant aux côtés de Nemor, mon regard dévia sur l'oeil mécanique, appelons cette légère cavité circulaire ainsi, de mon Mokko accompagnateur... Silencieux, celui-ci se contentait d'observer les environs, posément... tout comme moi... Mes pupilles ne tardèrent pas à fixer les passages dimensionnels, alors que mes paupières s'écarquillèrent manifestement... mes oreilles félines portant malgré tout attention aux dires de ma guide. Alors un tel prodige était réellement possible ?...
 
Tiens. Par échange, je me demandai furtivement si elle sous-entendait aussi un échange spirituel, ou juste celui concernant les ADN. Peu importe... elle revenait ensuite sur la pandémie, vantant la sureté de sa situation. Il était vrai que, dans l'histoire, je ne lui faisais pas courir le moindre risque. Elle avait le beau rôle, dirons-nous... Alors que moi... Moi... j'étais cette pauvre scientifique, que ce cruel Beau Jack exploitait, sans me mettre au courant des significations macabres, découlant de mes résultats de recherches, que je lui fournissais si assidûment... Oooh, si seulement une âme généreuse venait nous libérer... Pas du tout... En tout cas, c'est pas ces débiles de singes, qui pourraient percer mon jeu d'acteur. Quelques fausses cernes bien marquées, une attitude titubante, un peu de saleté, pas de douche pendant quelques jours... Croyez-moi. De ma longue carrière, j'ai eu l'opportunité de voir à quoi ça ressemblait, d'être exploité. Et je ne parle même pas de mon passage, chez les Tsufuls... Et oui, j'ai peut-être un caractère de merde, mais je représente aussi un précurseur de la science. Un modèle pour des générations entières de scientifiques, aux quatre coins de la galaxie. Des inventions et des découvertes qui ont changé la façon de voir le monde et de l'accommoder. All Hail Mercury !... ou quelque chose du style... Bref. Je ne m'expose pas, c'est le monde qui m'expose. Sans bien sûr avoir vent de mes plus sombres contributions... D'ailleurs, c'est plutôt dommage, car elles représentent généralement et ironiquement mes plus grandes fiertés. Et alors que je me vantais mentalement, je fus rapidement ramenée sur terre, par l'emprise des mains de ma collègue sur les miennes. D'abord légèrement interloquée, je compris ensuite le sens de cette attention... somme toute... inhabituelle, à mon égard.

 
" ... Ha. Hahahahahaah... Ouais... tu ne crois pas si bien dire... Continuité infinie ? Laisse-moi m'occuper de rendre ce rêve réalité. Après tout... j'ai dépassé mon espérance de vie, de plus de 628 années... La science est magnifique... et l'immortalité, vous tend les bras également. Pourquoi changer de corps, lorsque l'on peut garder le même, en parfait état, éternellement ?... Notre enfant, ne connaîtra pas les effets nauséabonds de la vieillesse... Que la transcendance, résonance de sa naissance, soit à la génétique, ce que les ordinateurs quantiques furent à l'informatique... Next Generation... "
 

À l'annonce de ces mots, un sourire carnassier prit possession de mon visage... Je ne savais pas encore quelle serait la résultante de cette union singulière... Ce que j'espérais ? Je ne le savais pas vraiment moi-même... Qu'espérez-vous, en tombant dans un autre univers ? La réponse est la même... Vous n'avez pas d'exemple à donner, avant d'avoir essayé. Depuis le début des âges, à travers toutes les espèces évoluées, l'unité centrale n'a cessée de se développer... Et pourtant, comme pour l'informatique, il y a une limite, au-delà de laquelle, il est impossible d'espérer de meilleurs résultats, sans risquer la surchauffe ou le dérèglement des composants... La génétique est-elle arrivée, elle aussi, à cette limite ? Peut-elle la dépasser ? Peut-elle s'optimiser, elle aussi ?... Peut-elle, radicalement, changer du tout au tout ? Une chance sur combien ?... Des multi-milliards ?... C'est lorsque l'avancée scientifique parait stagner, qu'un élément, UN SEUL, peut parvenir à relancer la machine, pour les millénaires à venir. Ekko... Je te souhaite de représenter une innovation sans précédent pour ce monde !... Que ton éveil perturbe jusqu'à la sérénité, la suffisance, de ces dieux prétentieux. Sauve notre humanité du contrôle qu'ils exercent sur notre destinée ! Alors seulement... la voie vers la suite du puzzle s'ouvrira... Une chance sur des milliards de milliards... Tant de sacrifices à venir, mais il ne suffit que d'une seule réussite, pour tout débloquer. Aaah... Si seulement là un moyen, de réduire ces probabilités. Si seulement il suffisait, d'un simple lancer de dés... J'y songe, j'en rêve, tandis que mes jambes accompagnent celles de cette mère porteuse, jusqu'au partage de nos molécules prometteuses...
Queen Nemor
avatar
Saiyan
Féminin Age : 26
Date d'inscription : 01/08/2016
Nombre de messages : 232
Bon ou mauvais ? : Neutre, penchant mauvais à cause de ses actions
Zénies : 770

Techniques
Techniques illimitées : Cercle de téléportation psionique, Aliénation mentale, Arme métaphysique
Techniques 3/combat : Attraction et Automorphose
Techniques 1/combat : Échange d’esprit

MessageSujet: Re: Un échange lourd de conséquences. [PV Queen Nemor]   Sam 13 Jan 2018 - 23:34



« Lavi, préparation d’un échantillon de l’ADN de Majin pour ma chère Mercury. Et préparation d’un dispositif capable de recueillir l’ADN de notre invitée dans les meilleures conditions possible. » venait de prononcer Nemor à travers un petit appareil qui ressemblait à un genre de talkie-walkie portatif, directement intégrer dans l’un de ses brassards. Son majordome lui répondit un « bien reçu » pour signifier la prise en considération de sa demande.


Les deux scientifiques étaient maintenant sur la passerelles. Nemor observait ses troupes au travail, sérieuses et efficientes dans leurs travaux. Cette dernière avait prit bonne note des dires de sa nouvelle alliée et concubine d’une certaine manière, à la fois. Cette dernière se réjouissait de concevoir une nouvelle race qui serait supérieure à toutes les races existantes à l’heure actuelle dans l’univers… et même les univers. Nemor pouvait même confirmer ce fait jusqu’à dire dans toutes les galaxies, puisqu’elle les « visitaient » depuis un bon moment à l’aide de tous ses clones, d’elle-même aussi bien que de sayens, de scientifiques… bref, de ses « armés » de terrain. Cette dernière conservait toutes les informations politiques, scientifiques, économiques...ect. Précieusement dans divers logiciels reposant dans sa demeure principale, ici, sur Dösatz, mais aussi dans des programmes sécurisés un peu partout dans d’autres de ses bases, dont l’une des plus établies sur Terre. Cette dernière engendrait une masse d’information en provenance de chaque univers de chaque dimension plus que gargantuesque. Heureusement, ses divers clones d’elle-même géraient tout ceci, avec l’aide des clones d’autres brillant élément dans le milieu scientifique, et pas que. Il faut des experts adaptés à chaque information pour les comprendre et les classer au mieux. Nemor ne faisait abstraction de rien, et appréhendait avec une aisance de plus en plus accrue tous les autres mondes.


« Le beau Jack… rien que ça. » Avait répliqué Queen en entendant ce nom qui ne lui était pas inconnu, Hypérion étant l’un de ses alliés dans son ancien univers. « Je connais bien ce cher Narcisse… ou plutôt l’un de ses doubles en provenance d’un autre univers. J’aurais dit qu’il se noierait sans problème dans le liquide où il verrait son propre reflet tellement il en serait fou amoureux, la démesure est le mot d’ordre avec lui. » Nemor eut un petit sourire en coin ironique. Ce taré de Jack était un allié non-négligeable à son époque. « J’ignore ce que le Jack de ce monde vaut, mais cela ne m’étonnes pas qu’il participe à un tel plan. Je souhaite à Hypérion de réussir à conquérir les marchés de ce monde… du moment qu’il ne bafoue pas mes propres intérêts. Autrement, je risque de lui faire bouffer sa perruque. »


Queen plaisantait sans retenue quand il s’agissait du Beau Jack. Il valait mieux le faire dans son dos que devant lui, pourtant Nemor ne se gênait pas pour le troller gentiment même en face. Cette dernière ne l’avait pas recroisé depuis quarante ans, et le Beau Jack d’ici était peut-être très différent de celui qu’elle avait connu. Le hasard produit des choses extraordinaires parfois, à se demander si tout n’est pas que le fruit d’un genre de plaisanterie de mauvais goût. Quand vous apercevez un Warui eunuque et œuvrant dans l’intérêt de tous dans un univers, et que vous voyez celui qui agit dans celui-ci… c’est à se demander….


Plus tard, Mercury fit passer son approbation quant au fait que Nemor comptait utiliser ses clones pour créer le « miracle génétique ». Cela demandait du temps quand on partait de rien. Mais depuis tout ce temps, elle avait élaboré des machines astucieuses pour lui faciliter la tâche. Accélérer les grossesses de ses cobayes suffisamment pour décréter si oui ou non il s’agirait de « l’embryon parfait ». Cette tâche allait être bien plus amusante et aisée que l’on peut s’en imaginer de base. La scientifique allait prendre un certain plaisir à chercher à créer l’idéal.


Ses joues se mirent à rosir comme celle de sa compagne tout à l’heure, lorsqu’elle avait évoqué l’idée de l’enfant. C’était à cause de ses félicitations pour son bébé à venir. C’était totalement stupide, et Nemor le savait. Elle rougissait parce que l’enfant était celui de Raditz, et qu’elle repensait à ces choses plus que merveilleuses qu’ils avaient récemment partagés ensemble… ça avait été l’accomplissement de toute sa vie, plus que toutes les autres choses grandioses qu’elle avait pu faire dans sa vie. Bien vite, Queen reprit son teint pâle, se ressaisissant. Même si Mercury avait maintenant sa confiance jusqu’à ce qu’elle ose la bafouée, il fallait qu’elle retienne ce genre de réaction naturelle. Quelqu’un pourrait en profiter pour essayer de mettre le doigt sur ce qui affecte la « grande sans coeur » qu’est Queen.


Les paroles de sa nouvelle « compagne » et son sourire carnassier fit rire gentiment la scientifique, satisfaite de leur échange. Mercury était un élément important pour le futur de ce monde comme des autres, si elle décidait de s’intéresser à la multitudes de dimensions à leur portée. Déjà, elle agissait bien en développant des choses ingénieuses dans ce monde-ci, même si c’était des maladies très infructueuses… 
qu’importe, la recherche concerne un si vaste champ de domaine à découvrir, et l’idée de voir les sayens malades comme des chiens serait tout à fait charmant pour Nemor. Ce serait même hilarant de voir ces imbéciles si sûr d’eux se recroqueviller en PLS dans leur lit, à vrai dire. Cette dernière se contenterait d’être le messie de leurs soucis, de quoi se vendre comme étant « un gentil outil » auprès des nouveaux roi en vigueur, d’ailleurs. Cela faisait un moment que Nemor tentait de les attirer en disant qu’ils étaient des imbéciles. À vrai dire, elle l’ignorait. La scientifique ne pouvait admettre savoir s’ils étaient vraiment bêtes ou pas. 


L’important était de les attirer auprès d’elle afin de les connaître, et l’un d’eux était déjà connu, l’autre… pas encore. Il lui faudrait donc de la patience et des démonstrations utiles pour les mettre dans sa poche et former une quelconque alliance plaisante avec eux. Après tout, son seul et unique but au final, maintenant qu’elle avait Raditz


...-et elle toucha de nouveau machinalement son ventre en pensant à lui- était de satisfaire Raditz. S’il était avec les sayens, alors elle demeurait avec les sayens aussi. Ce n’était pas une petite maladie de rien du tout qui prouvait le contraire.


Elle fut tirée de ses pensées par son majordome. Celui-ci débarqua avec à ses côtés un robot capable de léviter. Il regarda d’un œil distrait le ventre de Nemor un instant, puis, comme si de rien n’était, il adressa l’un de ses charmants sourire à Mercury. Ce dernier tendit, dans un petit sachet stérilisé et bien emballé, l’ADN de Majin pour la donner à Mercury. En échange, un robot qui accompagnait Lavi s’approcha innocemment de cette dernière. Après des bref scan et quelques prélèvement indolores, ce dernier retourna à ses affaires, ayant accompli sa mission que de prélever l’ADN de la brillante jeune femme.


« Bien. Maintenant que nous avons conclu notre marché, il ne reste plus qu’à s’amuser des situations qui nous seront prochainement offertes. Entre la pandémie et notre futur enfant… j’ai de quoi égayer mes futures semaines. » Cette dernière fit apparaître une nouvelle fois un sourire satisfait sur son visage. « Lavi, téléporte-nous près de l’entrée. »


Le majordome s’inclina respectueusement : « Vos désirs sont des ordres, Nemor. » dit-il avec une certaine classe, se mettant entre les deux femmes pour leur tendre gentiment chacun l’un de ses bras. Une fois qu’ils s’accrochèrent à lui, il les téléporta devant le large, sécurisé, et bien gardé portail d’entrée de la demeure de Queen. Cette dernière joignit ses mains derrières son dos et marcha quelques mètres en compagne de Mercury pour la raccompagnée. Elle lui tendit un code d’hologramme pour pouvoir la contacter à son numéro privé, sa ligne prioritaire dans son laboratoire.


« N’hésites pas à me contacter en me montrant tes avancées scientifiques, ça serait un plaisir. Je répondrais à tes messages en priorité, soit en certaine. »


La sayenne lui accorda un regard complice et déterminé. Même si elle se méfiait de tout et tout le monde – et notamment de ses alliés – Nemor n’avait pas peur de se faire trahir. Elle savait comment rendre la monnaie de leur pièce à ceux qui joue un double jeu…

Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Un échange lourd de conséquences. [PV Queen Nemor]   
 
Un échange lourd de conséquences. [PV Queen Nemor]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
RPGDBZ :: RPG :: Dösatz :: Métropole-