Partagez | 
 

 Un chiffre et un nombre

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Quatre
avatar
Autres Races
Masculin Age : 14
Date d'inscription : 03/10/2017
Nombre de messages : 99
Bon ou mauvais ? : Artistique !
Zénies : 1000

Techniques
Techniques illimitées : Pas de bol ! / Inspiration / Palette
Techniques 3/combat : Coup critique / Échec critique
Techniques 1/combat : Chef d'oeuvre

MessageSujet: Un chiffre et un nombre   Dim 4 Fév 2018 - 19:03

L’œil rouge de l'artiste fixait l'horizon. Il avait une vue parfaite sur la ville depuis sa chambre d'hôtel, d'un luxe incroyable. Il fut convié à monter jusqu'ici par la dame à la réception, après avoir parqué sa voiture dans les environs. La réflexion du masque de fer dans la vitre lui permettait de se regarder pour voir les dernières blessures qu'il avait reçu. Toujours aucune. Cependant, était-ce bien lui-même qu'il regardait ? Il se sentit pris par une mélancolie qu'il n'avait auparavant jamais ressenti. Quelque chose venait de se passer, le résultat final d'une avalanche après que la première pierre soit tombée. Ce qui retenait l'amas de caillou avait disparu il y a peu, et tout avait dégringolé. C'était fort peu agréable. Un sentiment simple de tristesse. Cependant, cela allait davantage vers ses intérêts, tout cela. Toutes ces choses qui se suivent...

"LaLaurie, connaissez-vous ce sentiment ? Cette poigne du cœur alors que la chance vous sourit ?"

Il s'était adressé à une interlocutrice assise sur un siège derrière lui. Cette dernière le fixait avec un sourire benêt. Quatre avait toujours à sa bouche son fameux cigare, celui qui dégageait la dernière odeur que ses victimes allaient sentir, à moins que la fumée de ses revolvers soient proche de leurs narines. Ses doigts métalliques allèrent jusqu'à sa bouche pour décrocher le cigare, et dans une expiration pleine de cette déception qui le faisait rouiller, il laissa quelques problèmes s'enfuir et se décrocher de ses poumons. Il était au dernier étage de l’hôtel et, malgré les signes qui lui interdisait cela, se laissait aller aux joies du tabac et de l'opium afin de faire partir cette moue soudaine. La face de ferraille était ainsi en train de faire passer le temps sans avoir à trop réfléchir. Enfin, c'est ce qu'il espérait.

"Le Nouvel Ordre semble bien parti. Les fils continuent d'être tendus. Le Beau Jack parle avec une des scientifiques de renom qui traînent un peu partout dans la galaxie. Ce n'est qu'une question de hasard si d'autres arrivent soudainement de nulle part, ou bien si elle reste la seule femme de science reconnue universellement avec l'autre chienne qui a humilié Stinger... Ne le prenez pas mal."

Il prit du recul et décida de s'installer dans un fauteuil brodé avec attention. Quel luxe que de pouvoir être accepté ainsi par la populace locale ! Quelle chance que personne n'eut réservé cette chambre avant lui ! Tellement de hasards qui se cumulent. L'artiste semblait touché par une chance miraculeuse depuis son apparition au sein d'Hélios. Une station spatiale contrôlée par un héros qui fut trahi moult fois. Le souffle empesté de drogue et de mauvais rêve semblait être une toile de cinéma. Il voyait devant lui se dresser des évènements qui étaient peut-être imaginés, ou bien réels. Il le vit à nouveau. Un héros sombre et noir, plus grand que tout colosse, et aux yeux de flamme. Il le sentit à nouveau lui faire ouvrir les yeux, lui faire voir de quoi le monde consistait réellement. Il se souvenait à nouveau avoir perdu son masque pour laisser apparaître son vrai visage, celui aux yeux rouges et aux sourires difficiles et grinçants. C'était un messager, non, plus ! Un ange ! Un ange de flamme qui lui ouvrit la porte vers la sagesse ! C'était là qu'il découvrit ce qu'était vraiment le savoir. La connaissance. C'était là qu'il vit ce que c'était réellement que de vivre en ce monde. Mais il lui en fallait plus. Il fallait qu'il sache plus. Il avait vu le monde une fois dans son état naturel, mais ce n'était pas assez ! Il avait été le spectateur, mais il devait devenir le réalisateur.

Il se releva soudainement. Son invitée semblait perplexe. Il devait avoir laissé le temps passer une nouvelle fois.

"Veuillez m'excuser."

Il se leva, et alla vers un tiroir, sortant un sachet de nourriture, avant de déposer le contenu dans une assiette, qu'il amena vers LaLaurie, souriante.

Spoiler:
 

"Vous êtes charmante aujourd'hui."

Il se mit à sourire lui aussi, avant de déposer la gamelle et les croquettes. Tandis que son amie se goinfrait, lui il regardait. Demain, il aurait à faire mieux à faire. Il aura à progresser vers son objectif. Mais pour l'instant, il était en pause. Personne n'allait lui ruiner sa journée, si ?

Zer0
avatar
MJ
Masculin Age : 23
Date d'inscription : 30/10/2017
Nombre de messages : 63
Bon ou mauvais ? : Neutre
Zénies : 1000

Techniques
Techniques illimitées : Leurr3 / Rech4rge / Surexcitati0n
Techniques 3/combat : Perf0rateur / Marque de M0rt
Techniques 1/combat : M0isson M0rtelle

MessageSujet: Re: Un chiffre et un nombre   Lun 5 Fév 2018 - 2:03
Chambre 404, au quatrième étage du quatrième hôtel de la zone ; voilà une coïncidence relativement amusante lorsqu'on savait que le dénommé "Quatre" s'y était retiré après un potentiel ensemble de péripéties relativement houleuses. Ce fut en revanche le hasard qui voulut qu'un autre tueur à gages que lui soit posté a très exactement quatre cent mètres de ce même repère, surveillant ses faits et gestes à défaut de pouvoir entendre les murmures qu'il prononçait de temps à autres d'une voix aussi préoccupée qu'emplie de lassitude.





Le soleil de Dosatz brillait fort dans le ciel à son midi le plus haut, inondant la Métropole de sa chaleur vigoureuse. Entre les luxueux immeubles qui n'offraient pas la moindre ombre, il était aisé d'épier le vaste mouvement des foules pour peu que l'on se situe a une altitude suffisamment haute, et c'était très précisément pour cette raison que Zer0 n'avait pas hésité à trouver un point de vue aussi dégagé.

A l'occasion de cette nouvelle mission, sa combinaison avait revêtu l'apparence nommée "Efficacité Dahl", le couvrant d'un camouflage militaire aussi gris que le toit en béton de l'immeuble en haut duquel il s'était perché. Bien que conscient que son physique hors norme pourrait attirer la suspicion des forces de l'ordre, l'assassin savait également qu'en raison de la diversité des populations et des coutumes vestimentaires présentes sur Dosatz il parviendrait aisément à se fondre parmi les passants sans qu'il n'attire nécessairement l'attention -- fait qu'il avait déjà exploité lors de son précédent passage sur la planète, couronné de succès. Il ne craignait donc pas d'être ainsi exposé au grand jour, son Leurr3 pourra amplement brouiller les pistes si besoin. Tout ce qui l'importait était de maintenir sa cible en vue et il s'y appliquait depuis deux longues heures déjà, prenant son mal en patience tandis que son cerveau projetait déjà cent façons différentes de l'approcher et de conclure leur rencontre avant même qu'elle n'ait commencé.

" . . . "

Observer une cible à travers la lunette d'un fusil de précision avait quelque chose de particulièrement excitant aux yeux du sniper. Bien que contraint de rester immobile, c'était une perspective qui ne manquait jamais de l'emballer, lui-même ne savait jamais s'il allait céder a la tentation de presser la gâchette avant l'heure et ce conflit mental interminable pour y résister constituait tout l’intérêt de ce genre de choses. Mais il n'était pas question de mettre un terme à la vie de qui que ce soit pour le moment. Pas encore. Pas pour l'instant. 

" Ne bouge pas. "

Révéler sa position aussi tôt et ainsi attirer l'attention du masque de fer ne ferait que précipiter la perte de la seule opportunité que Zer0 avait en sa possession ; il fallait qu'il l'interroge et lui soutire tous les renseignements possibles sur le maudit CEO d'Hyperion sans qu'il ne se sente lui-même ciblé. Un combat entre tueurs à gages ne pourrait se permettre de demi-mesure ; soit ils se contenteraient de se jauger mutuellement et rien n'en serait tiré, soit ils engageraient l'affront mais dès cet instant, ils sauraient tous les deux que la seule issue permise serait la mort de l'une des deux parties. Telle était cette convention silencieuse et cruelle que tous les tueurs de leur acabit, peu importe leur origine ou leur but, savaient pertinemment.

" . . . "

Ses muscles se tendirent légèrement alors qu'il tentait de conserver sa position un peu plus longtemps, couché à plat ventre sur l'asphalte. Il avait beau l’observer d'une distance respectable, le pointeur laser de son fusil de prévision restait visible et pourrait bien trahir sa position s'il venait a s’éterniser. Comment pourrait-il le faire se déplacer a ciel ouvert et ainsi le faire venir subtilement à sa rencontre ? L'assassin retint son souffle alors que son sujet principal d'observation venait de se tourner vers la fenêtre de sa chambre, le visage à moitié dans l'ombre, la marque rougeoyante du laser ayant dessiné avec une précision mortelle une ligne partant de son diaphragme jusqu'au centre de son front.
Quatre
avatar
Autres Races
Masculin Age : 14
Date d'inscription : 03/10/2017
Nombre de messages : 99
Bon ou mauvais ? : Artistique !
Zénies : 1000

Techniques
Techniques illimitées : Pas de bol ! / Inspiration / Palette
Techniques 3/combat : Coup critique / Échec critique
Techniques 1/combat : Chef d'oeuvre

MessageSujet: Re: Un chiffre et un nombre   Lun 5 Fév 2018 - 10:12

Le chien continuait à manger, tout aussi heureux qu'avant. Et Quatre continuait à regarder, le spectacle réchauffant son cœur bien froid. Il y avait peu de spectacles qui le rendaient aussi heureux, hormis la vision pleine de fatigue de ses œuvres une fois terminées. Il regardait ainsi son éternel compagnon de voyage se nourrir, et ressentait une sorte de soulagement. Peut-être que c'était un plaisir pour lequel il ne serait pas considéré comme un sociopathe dénué de toute considération pour ce qui respire ? La chose est que c'était pourtant par pur respect pour la vie qu'il la terminait si vite. Après tout, qui donc est mort pour ensuite revenir et faire part de ses expériences ? Ici bas, la mort ne semble pas si terrifiante. On meurt, et puis on revient. Mais qu'en est-il de ceux qui ne semblent pas choisi par quelconque forme de vie supérieure et régissant comme un jeu cet univers où les gens vivent et respirent comme tout autres ? Ils restent dans l'au-delà, et peut-être que ce n'est même pas le même que pour certains. Qui dit que eux ne vont pas vers un monde meilleur ? Qui dit que les "victimes" de Quatre ne sont pas en effet dans leur état le plus sublime, celui qui précède le départ de tout individu ? Une chose était sûre : il valait mieux mourir de sa main que de mourir de celle de la nature. Cette dernière qui se plait à enlever apparence, puis dignité, avant de laisser la souffrance et la maladie jouer avec la victime comme un chat joue avec sa proie. Et enfin, dans un dernier soupir, le corps ne peut que décompresser et larguer ses déchets, avant de finalement se décomposer dans une tempête de mouche et de mauvaise odeur. Qui était le véritable criminel alors, quand Quatre embaume ses balles et ses lames ?

Quatre s'était remis en face de la fenêtre. De l'autre côté de la planète, le minuit serait excessivement bas. Il aimait bien cette pensée, cette idée que le zénith des uns était l'heure de se coucher des autres. Cela résumait bien son modus operandi, quand il y pensait. Chaque meurtre l'envoyait vers l'extase et la beauté, tandis que les yeux de ses partenaires se fermaient à jamais. Il voyait sa réflexion toujours sur la fenêtre. Son chapeau et son manteau bien noirs et pourtant qui ne semblaient ni le faire transpirer, ni même lui tenir trop chaud. C'était une journée qui donnait envie d'aller se promener, d'aller faire quelque chose d'autre que la tuerie habituelle. Il n'était pas las de sentir la vie s'échapper de ses mains comme du sable entre les doigts, quand il tenait une nuque entre ses paumes. Mais peut-être qu'il n'avait pas beaucoup d'inspiration, en ce moment. Est-ce que cela venait d'une force extérieure ? Peut-être qu'il n'était pas le seul dans cet état. Oui, cela devait être le cas. Il le ressentait.

Soudainement, il sortit par la porte du fond de la chambre, après avoir donné un jouet en plastique à sa tendre amie. LaLaurie serait occupée le temps qu’il règle quelque chose.



L'assassin d'obsidienne devait avoir perdu de vue sa cible. Que comptait-il bien lui faire ? Souhaitait-il l'interroger sur quelque chose en particulier ? Peut-être qu'il était à la recherche d'un de ses employeurs ? Ou bien était-il l'ami d'une des muses de l'artiste qui avait donné sa vie pour l'art, et qui devait poursuivre une bête idée de vengeance pour un sujet auquel il ne connaissait absolument rien ? Dans tous les cas, il avait un fusil de sniper, et un beau. Il fallait cependant voir ce qu'il espionnait. Ainsi, Quatre était couché à côté du tireur d'élite à la tenue de camouflage bien choisie. Sa palette s'était transformée en une réplique quasi parfaite de l'arme du personnage qui ne semblait pas bien humain. Ainsi, il avait réussi à se trouver dans la même position que le voyeur. Était-ce pour se moquer qu'il avait fait ça ? La question à se poser n'était peut-être pas celle-là. Il faudrait plutôt réfléchir davantage à : Comment s'était-il retrouvé ici ? Les deux immeubles n'étaient aucunement reliés l'un à l'autre ? Est-ce que c'était la fameuse technique d'Inspiration de Quatre ? Celle qui lui permettait de légèrement manipuler le décor à sa guise ? Cela pouvait certainement être le cas. Il avait toujours son manteau noir signature, et n'avait pas pris la peine de changer de costume. Sa cravate noire semblait cependant être constitué d'un matériau différent de celui habituel. Avec une combinaison d'effet de lumière, il pouvait créer des signes projetés comme des hologrammes. Il était ou bien très taquin, ou bien très flatteur, car après tout, la plus pure de toute les formes de ce dernier adjectif était l'imitation.

"Je crois qu'il vient de s'enfuir. Dis-moi, que lui veux-tu ?"

Ainsi s'était-il adressé à son tueur potentiel. Le chien non plus n'était plus dans la chambre d'hôtel. Peut-être bien que LaLaurie avait senti le danger ? Ou bien avait-elle suivi son maître ? En tout cas, elle n'était pas non plus sur le toît. Quatre n'avait plus en bouche son cigare. C'était peut-être la retombée qui le faisait agir ainsi ? Quoi qu'il en soit, l'autre tueur allait devoir agir le premier. Il fallait voir s'il allait tout d'abord se défendre ou bien interroger l'intrus du toit. Quatre était tout aussi sur le ventre que lui, et se relever plus rapidement que son adversaire pourrait lui donner un avantage. À moins que cela soit ce que Quatre voulait ? Et d'ailleurs, depuis combien de temps le nombre espionnait-il le chiffre ? Cette violation de vie privée pouvait être un motif possible pour un dépôt de plainte...


Zer0
avatar
MJ
Masculin Age : 23
Date d'inscription : 30/10/2017
Nombre de messages : 63
Bon ou mauvais ? : Neutre
Zénies : 1000

Techniques
Techniques illimitées : Leurr3 / Rech4rge / Surexcitati0n
Techniques 3/combat : Perf0rateur / Marque de M0rt
Techniques 1/combat : M0isson M0rtelle

MessageSujet: Re: Un chiffre et un nombre   Lun 5 Fév 2018 - 12:41
Franchir une si grande distance en si peu de temps... à moins ce qu'il ne l'ait amené à lui par le biais d'une quelconque illusion ? Zer0 n'en attendait pas moins d'un semblable de sa trempe ; il était même flatté qu'il ait personnellement réservé cette introduction des plus originales. Son rythme cardiaque s'intensifia. Lui qui était réputé pour sa discrétion sans pareille, quelle ironie du sort de se trouver ainsi démasqué !

" Je cherche quelqu'un " répéta l'assassin longiligne, le plus calmement possible, ne daignant pas quitter sa position pour le moment.

A travers sa visière d'obsidienne, il prit le temps d'observer le fameux Quatre du coin de l'oeil. Le chiffre était de taille moyenne, vêtu d'un manteau aux nuances sombres qui dissimulait parfaitement sa véritable silhouette, un "4" gravé au fer rouge sur le masque qui lui servait de visage. Était-ce ses véritables traits ? Si la lame du mystérieux spadassin venait a quitter son fourreau, elle l'aiderait a trouver une réponse à ce questionnement futile. Mais il n'était pas question d'initier quelconque échauffourée pour l'instant. Le moment opportun n'était pas encore venu, il le savait, mais dans l'état actuel des choses Quatre semblait hésitant quant à la raison pour laquelle il se trouvait lui-même en sa présence, l'imitant facétieusement pour faire bonne mesure, débutant un jeu de patience que le moindre écart abrogerait.

Son semblable avait attisé sa curiosité. User de tactiques illusoires pour l'approcher ; il ne manquait pas de culot. L'art de tromper ses adversaires était inhérent a l'assassin, et il ne se trouvait pas inquiété a l'idée de se faire prendre a son propre jeu -- ou du moins, de sembler tomber dans son propre piège.

Zer0 se trouvait-il en présence du véritable Quatre ? 
Et Quatre lui-même trouvait-il en présence du véritable Zer0 ?

Il choisit de désactiver le laser de son fusil de précision et de cesser son espionnage, sans pour autant quitter l'état de focalisation dans lequel il se trouvait jusqu'alors. Répartir sa concentration sur deux endroits a la fois ne serait pas de bonne augure et ne ferait qu'amoindrir ses réflexes en cas d'agression, qu'il la subisse ou au contraire l'initie. Il préféra se concentrer sur l'homme qui se tenait a ses cotés ; bien qu'il le dépassait d'une tête ou deux, il n'en demeurait pas moins menaçant. Il se dégageait du meurtrier au masque de fer une impression a la fois oppressante et mélancolique que Zer0 ne connaissait que trop bien. Mais il n'était pas l'heure de faire preuve d'empathie envers un homologue capable de commettre le genre de massacre auquel il avait assisté un jour plus tôt. De la sympathie tout au plus, mais gagner la confiance d'autres assassins n'était pas dans sa ligne de conduite ; il était plutôt du genre à gagner leur coeur, certes, mais d'un coup sec et perforant, s'assurant que plus jamais ils ne se risqueraient à lui opposer quelconque concurrence. L’énigmatique tueur appréciait en effet l'idée de s'imposer comme unique référence dans sa catégorie, avait toujours réussi jusque là et espérait que ça ne vienne pas a changer.

Pourtant cet homme là était d'un tout autre niveau, assurément.
Le défi qui lui était imposé allait se révéler prestigieux.

" Cette carte de visite / Ce spectacle grandiose, de souffre et de vermeil / Était-ce une invitation ? "
Quatre
avatar
Autres Races
Masculin Age : 14
Date d'inscription : 03/10/2017
Nombre de messages : 99
Bon ou mauvais ? : Artistique !
Zénies : 1000

Techniques
Techniques illimitées : Pas de bol ! / Inspiration / Palette
Techniques 3/combat : Coup critique / Échec critique
Techniques 1/combat : Chef d'oeuvre

MessageSujet: Re: Un chiffre et un nombre   Lun 5 Fév 2018 - 13:26

Quatre eut le temps d'observer celui qui semblait avoir prévu de le zigouiller depuis quelque temps. Il était grand. Bien plus grand que lui, mais il était également plus mince. Ainsi, s'il devait dépasser le masque de fer d'une tête ou deux, le visage de métal avait des épaules plus larges que la visière d'obsidienne. Il pouvait déjà imaginer son style. Un long canon, et une lame bien visible à sa ceinture. Nul doute que nous voilà face à un escrimeur usant d'avantage de ses élans que de ses muscles. Sa façon de jouer devait donc s'approcher de la rapidité, et nul doute qu'il devait se concentrer sur des escarmouches ou bien au corps à corps ou bien à longue distance. Ainsi, là où le masque de fer excellait devait être là où son potentiel ennemi serait en état de faiblesse. Il était entièrement couvert d'une armure qui semblait légère, ce qui ne faisait qu'accentuer davantage la façon de combattre supposée que Quatre imaginait lui être signature. Couchés sur le ventre, l'un et l'autre devait se juger au niveau de leur physique. On pouvait commencer à ressentir la tension des deux acteurs sur qui allait être le héros triomphant, et qui allait être le méchant qui périra, offrant catharsis aux spectateurs... si l'un des deux devait périr, bien entendu. Mais après tout, s'ils survivaient tous les deux, qui sait combien d'arcs seraient mis en place, et combien d'aventures ils vivraient chacun de leurs côtés ? Oh oh oh !... Cela promettait d'être intéressant.

Comme à son habitude, Quatre avait préféré user de son charisme extravagant et de son goût pour le grandiose au lieu d'une discrète approche pour contrer son adversaire. Après un moment de répit, il en était revenu à son personnage type. Il était redevenu le Charlo de son Charlie Chaplin, le Cow-Boy de son John Wayne, le Justicier de son Clint Eastwood... Il était redevenu le chiffre qu'il adorait être. C'était comme si cette légère crise s'en allait déjà ! Enfin, nous voilà face à un assassin qui cherche quelqu'un. Qui cherchait-il ? Très certainement l'artiste. Peut-être souhaitait-il faire affaire avec lui ? Ou bien, de part son apparence de tueur, cherchait-il à devenir son apprenti ? Quatre ne s'était jamais inscrit à ces compétitions mortelles de tueurs, qui cherchaient à gravir une supposée hiérarchie qui n'avait pas existé jusqu'à présent. C'était uniquement pour s'entretuer et pour chercher plus fort que soi. Mais peut-être qu'on l'avait placé sur l'une de ces listes contre son gré ? Il n'en avait jamais vu comme son voisin de toit. Peut-être que c'était une compétition intergalactique ? Il est souvent question de compétition guerrière qui volent leur libertés à leurs participants. C'était vraiment ridicule. Enfin, s'il devait tuer à nouveau, il se ferait un plaisir à le faire.

"Moi aussi, je le cherche, vois-tu. Il semble avoir disparu au milieu de nulle part. Peut-être qu'il a vu un intrus et qu'il cherche à savoir ce que ce dernier lui veut ?.. C'est une hypothèse qui tient. Il n'empêche qu'il a beaucoup de charme, ne trouves-tu pas ?"

La lumière rouge du viseur de son compatriote de meurtre se désactiva. Il ne fit pas d'autres mouvements. Ainsi ils restaient voisins dans la position type du tireur d'élite qui souhaitait rester indétectable. Quatre ne pouvait vivre sans l'euphorie de la performance. Mais son camarade à l'apparence si singulière et qui ne semblait pas apprécier la causette ressentait peut-être la même chose ? Après tout, il fallait se donner une raison de tuer, quand on actionne la détente. Qui de bien sain d'esprit pourrait se mettre à attraper des âmes à pleine main pour les sortir de leurs corps, et les expulser vers l'au-delà ? Quatre espérait ne pas tomber sur un goujat qui se plaisait juste à répandre du rouge partout avant d'appeler ça une journée bien remplie. Il espérait peut-être tomber sur un fin poète de la mort, un danseur dont la chorégraphie était accompagnée de cris et de larmes. Ainsi restaient-ils tous les deux sur le ventre à regarder vers l'immeuble.

Enfin, son compatriote prit la parole à nouveau. Il fit un joli Haïku que Quatre ne manqua pas de remarquer. Une marque de fabrique ! Cela était intéressant. Une façon de faire qui ne consistait juste pas à simplement tuer. Une façon de faire clé. Et à cela s'ajoutait un compliment. "Un spectacle grandiose, de souffle et de vermeil" ! S'il n'était pas gris, il aurait rougi. Mais il valait mieux ne pas rougir quand on est en fer. Cela signifierait la rouille, et Quatre ne comptait pas perdre en efficacité.

"Une invitation ? Oh, mais certainement ! Quoi que je n'apprécie pas l'idée d'inviter certains à venir s'entretuer. Voyez-vous, mes cartes sont laissées sur place pour qui souhaite me passer commande. Certains écrivent bien, et d'autres dessinent, voir les deux en même temps. Moi, je donne aux hommes et aux femmes leur état le plus naturel et le plus resplendissant. Quand certains se plaisent à faire rayonner du papier par l'encre ou la peinture, je fais rayonner le sol par le sang et les os. La mort est tellement belle qu'il faut la partager. Je trouve cela une bien belle mentalité que de partager !"

D'un appui puissant de ses avants-bras sur le sol, le masque de fer se propulsa en arrière afin de se redresser précipitamment. Cet acte de force brute lui permit de se trouver debout, alors que son camarade restait assis. Il n'eut pas de difficulté, malgré l'élan ébouriffant provoqué par sa manœuvre, à rester bien droit, arrêtant soudainement toute énergie cinétique qui l'accompagnait jusque là. Son fusil était redevenu sa canne, et son pied était posé au sol.

"Mais dîtes moi, avez-vous été invité à me tuer ? Ou bien à me passer commande ? Non pas que je ne puisse faire les deux, selon votre souhait. Et... d'ailleurs, j'imagine que c'était bien moi que vous recherchiez, n'est-ce pas ?"


Zer0
avatar
MJ
Masculin Age : 23
Date d'inscription : 30/10/2017
Nombre de messages : 63
Bon ou mauvais ? : Neutre
Zénies : 1000

Techniques
Techniques illimitées : Leurr3 / Rech4rge / Surexcitati0n
Techniques 3/combat : Perf0rateur / Marque de M0rt
Techniques 1/combat : M0isson M0rtelle

MessageSujet: Re: Un chiffre et un nombre   Lun 5 Fév 2018 - 14:31
" En quelque sorte. "

Zer0 se redressa à son tour d'un mouvement adroit, faisant tranquillement face à son équivalent. Leurs regards se croisèrent, intensément, malgré que ni l'un ni l'autre n'ait de véritables globes oculaires apparents. L'atmosphère qui s'installait dès lors entre eux était telle que des soubresauts d'enthousiasme électrisèrent tous ses membres, menaçant a tout moment de le plonger dans une transe mortelle et donc le faire agir contre son gré. Depuis quand avait-il perdu le contrôle de son esprit sur son corps ? Cela ne lui ressemblait pas.

Se sentait-il menacé, dans ce cas ? Non plus, l'assassin n'avait pas pour habitude de se laisser impressionner par si peu au vu des expériences particulièrement marquantes qu'il avait vécu ou causé dans son existence. Il lui fallait pourtant admettre que, pour la première fois depuis bien longtemps, il se sentait quelque peu dépassé par le cours des événements que l'homme au masque de fer s'amusait à presser contre son gré. La maîtrise du temps allait de paire avec celle de ses actions et l'assassin se plaisait a essayer de trouver le meilleur timing pour tout ce qu'il entreprenait ; or il allait devoir présentement se réajuster et il poussa en son for intérieur un soupir de deception. 

Une bourrasque de vent vint balayer la cime de l'immeuble sur lequel ils se jaugeaient maintenant depuis de longues secondes, mais la tenue dans laquelle Quatre était enveloppé ne daigna pas bouger d'un pouce, comme si ce dernier était figé dans un autre espace-temps. Le tueur porta son attention sur la canne de ce dernier -- son arme, l'outil qui lui servirait a l'occire si l'occasion s'en présentait. Malgré ses intonations joyeuses et ses manières burlesques, il semblait être de ceux capables de faire passer leurs victimes du rire aux larmes en une fraction de secondes.

Néanmoins, le chiffre se trompait. 
Zer0 n'était pas venu pour perpétrer sans raison un acte de pure cruauté sur sa personne.


" Tandis que nous conversons / Quelqu'un s'affaire à de sombres desseins / Et nous finirons perdants. "

Sa main opposée a celle qui cramponnait fermement son fusil de précision passa discrètement dans son dos alors que ses doigts s'affairaient à saisir son système ECHO de la ceinture tactique a laquelle il était accroché. Il montra l'appareil bien en évidence afin que Quatre puisse comprendre ses intentions, et il sélectionna de son pouce la bande sonore désirée.

La voix si singulière du Beau Jack et ses accents mégalomaniaques retentirent alors, laissant a son interlocuteur au manteau ténébreux le temps de l'identifier. Il rembobina l'enregistrement et le repassa plusieurs autres fois ; une première fois pour faire bonne mesure, une seconde par pure frustration, puis il en  stoppa la diffusion. Il savait que dès la seconde où il avait appuyé sur le bouton "pause" de son système ECHO, une décision serait prise à son encontre : si les conséquences s’avéraient désastreuses, il allait falloir montrer au chiffre qui était le plus grand nombre dans toute cette équation. En espérant, bien entendu, ne pas avoir à calculer l'issue d'une telle éventualité.
Quatre
avatar
Autres Races
Masculin Age : 14
Date d'inscription : 03/10/2017
Nombre de messages : 99
Bon ou mauvais ? : Artistique !
Zénies : 1000

Techniques
Techniques illimitées : Pas de bol ! / Inspiration / Palette
Techniques 3/combat : Coup critique / Échec critique
Techniques 1/combat : Chef d'oeuvre

MessageSujet: Re: Un chiffre et un nombre   Ven 9 Fév 2018 - 12:33

Quatre savait dans quelle situation il se trouvait. Si on ne voulait ni le tuer, ni l’embaucher, alors on allait lui demander des renseignements. Nombreux pouvaient être ceux qui voulaient savoir qui tenait le fusil. Celui qui avait donné de l’argent pour la disparition d’une vie sur la carte. Celui qui avait commandité une oeuvre. Pour l’artiste, ni l’un ni l’autre ne pouvaient être des criminels. C’était un business comme les autres. Sinon, autant interdire toute chose qui pourrait nuire à soi comme à autrui. L’alcool, la cigarette… la voiture. Tant de choses sont nocives pour les vivants sans pour autant être prohibées. Pourquoi les assassins seraient victime de la loi quand cette dernière laisse à tout le monde le droit aux lames si coupantes et aux véhicules si rapides et lourds ? Les vitres rouges et rondes sur le masque de métal de l’artiste semblèrent réfléchir le soleil un court instant, comme pour créer un effet dramatique et bien peu utile. Le cigare était toujours fumant dans sa bouche de fer. Le chapeau sur sa tête cachait à nouveau le symbole sur son front. Il eut un instant de colère face à ses réflexions, mais maintenant, cela partit. Il parlait avec un collègue et potentielle victime ou tueur. Mais face au Cyrano semblait être un personnage bien silencieux et bien grand. Rares étaient les épouvantails de nos jours qui gardaient leur bouche cousue comme on leur demandait de le faire.

Tout comme lui, le grand casqué à la lame rangée se redressa sans difficulté par un impressionnant bond en arrière, passant de la position couchée à levée sans n’avoir que faire de la physique des mortels. Arriva alors cet éternel moment de jugement, à nouveau. L’un et l’autre restaient silencieux, mais Quatre put remarquer un Zéro bien rouge sur l’armure de son adversaire. Ainsi, il pouvait imaginer que son nom soit également celui d’un des symboles du langage bien plus universel qu’est celui mathématique. Si Quatre était la mort dans bien des cultures, Zéro était celui de qui tout commençait. Il ne pouvait rien y avoir sans Zéro. De cela vient un, et de un vient deux. Ainsi, s’il y a un Zéro au départ, une première surface de travail, alors tout peut arriver. Par cela, ainsi que par ses Haïkus, Quatre imaginait qu’il devait être un vieux de la vieille. Un samouraï, peut-être ? Un ninja ? Il semblait bien équipé, tout de même. Son fusil remplaçait l’arc. La lame dans son fourreau était peut-être électrifiée. Ou bien était-elle faite d’un matériau inconnu ? Voir… peut-être même que c’était une épée laser ? Ne soyons pas ridicules. Enfin ?..

Les yeux ronds et rouges pouvaient apercevoir des tremblement de la part du camarade de profession. Pas grand chose. Mais le langage du corps semblait bien plus présent chez celui qui aimait la poésie de l’est. Ce n’était pas pourtant quelque chose typique de la peur pure, mais davantage du stress. Est-ce que le masque de fer en ressentait encore ? Il n’était pas bien sûr. Il entendait des bruits provenant de son intérieur. Mais était-ce bien son coeur ? Ce qu’il savait cependant est qu’il aimait bien ce face à face tout droit sorti d’un western. Il n’y avait nul doute qu’il y aurait une confrontation, mais le but était de savoir quand l’horloge arrivera à son douze heures. Lequel des deux craquerait le premier ? Quatre pouvait prendre son congé plus tard après tout. Il semblait avoir perdu cette mélancolie qui le tiraillait il n’y a même pas cinq minutes. Il semblait avoir soudainement pris cette joie qui le poussait vers la pratique.

Soudainement, après avoir prononcé son texte en tryptique, Zéro dégaina. Ce qu’il avait détaché de sa ceinture n’était en rien un Smith & Wesson mais un système ECHO, un appareil de communication comme Quatre en avait vu auparavant. Le nombre appuya sur la détente, et une voix bien familière en surgit : la voix du Beau Jack. Ainsi, c’était lui que l’autre cherchait ? Comment son cher patron s’était-il fait autant d’ennemis ? Le message fut passé trois fois. C’était rien qu’il ne savait pas, mais cependant, une bourrasque de vent traversa de face ses vêtements à la fin de la première diffusion, comme si le héros sans nom venait de se prendre une balle en plein coeur, et que le pistolet avait envoyé du vent dans toute les directions. Il ne changea cependant pas de position.

Le doigt avait appuyé sur pause avec rapidité. C’était typique de la frustration et de la colère. Ainsi, il y aurait eu un différent entre ces deux personnes ? Quelque chose de personnel… C’était mauvais pour les hommes de sa profession, où il valait mieux réfléchir que ressentir. La seule émotion qu’il fallait avoir était juste le sérieux. Le long canon assurait les transactions. Pas de sentiments, que du centimètre.



Quatre serait certainement en train de glousser comme un idiot face à cette pensée s’il n’était pas en pleine bataille de regard avec son adversaire. Il savait qu’il n’avait pas non plus les qualités nécessaires à être un assassin, de toute façon. C’était pour ça qu’il était artiste.

À la fin du dernier message, Quatre sentit que c’était à lui de parler, de réciter ses lignes, de faire avancer la scène. Alors il se mit à sourire, et à dire :

”Je ne connais pas cette personne.”

Il l’avait prononcé d’une certaine façon. Vous savez, comme un menteur.

”Si tu cherches des informations sur des individus, je te conseille d’aller chercher autre part. Après tout, si je travaillais pour quelqu’un avec une voix aussi insupportable, il en irait de mon honneur de ne rien te dire à son sujet. Ne penses-tu pas ?”

: )

Zer0
avatar
MJ
Masculin Age : 23
Date d'inscription : 30/10/2017
Nombre de messages : 63
Bon ou mauvais ? : Neutre
Zénies : 1000

Techniques
Techniques illimitées : Leurr3 / Rech4rge / Surexcitati0n
Techniques 3/combat : Perf0rateur / Marque de M0rt
Techniques 1/combat : M0isson M0rtelle

MessageSujet: Re: Un chiffre et un nombre   Ven 9 Fév 2018 - 14:56
Le face-à-face commençait à se prolonger depuis bien longtemps sous le soleil de plomb. L'assassin s'attendait quelque part dans son for intérieur a ce qu'un échange de tirs viennent tuer le cours des secondes, mais il n'en fut rien. Emmuré dans ses pensées bien qu'ayant toujours un œil alerte sur ses alentours, il projeta dans son esprit six scénarios possibles pour passer à l'action, qu'il s'agisse d'utiliser ses propres armes ou les issues qu'il avait lui-même préparé avant de commencer son investigation. Combattre ou fuir : une dualité qu'il ne connaissait que trop bien, même si la fuite était une solution peu préférable en accord avec son mode opératoire. Cela dit il ne s'était pas versé dans la négociation d'informations depuis quelques années ; bien que capable de faire preuve de diplomatie, la plupart des pourparlers engagés étaient bien souvent mis a mal par une réaction trop prompte de l'autre partie, obligeant l'assassin à y mettre un terme au plus tôt en coupant court à la conversation aussi vite qu'à son existence.

Il n'en était pas question, pour cette fois-ci, même si son interlocuteur se trouvait difficile a convaincre. Et mauvais menteur en plus de cela ; trop de coïncidences avaient déjà mené Zer0 sur des certitudes qu'il ne pouvait se permettre de laisser échapper plus longtemps.


"Je trouve cela bien curieux / Pour quelqu'un qui prétend ne rien savoir / Tu en dis déja beaucoup."

Le fait que sa carte de visite soit compatible avec les enregistreurs ECHO. Ces mêmes enregistreurs crées par la société Dahl qui ont été popularisés sur Pandore et ses alentours, n'étant de ce fait ostensibles que par leur biais. Sans oublier que pour qu'une personne extérieure au système planétaire dans lequel se trouve Pandore y ait accès, il aurait fallu que quelqu'un provenant de ce même système lui en ait procuré un et l'ait inscrit sur le registre des satellites en charge du réseau ECHO. Toutes ces conjectures menaient à un constat tout de même curieux ; à sa connaissance seul le Beau Jack avait quitté Pandore pour venir étendre son influence sur d'autres planètes situés hors du système, et non content d'avoir sous son influence un Guerrier Eridien, il avait su s'entourer de puissants hommes de mains en un rien de temps.

Quatre pensait-il vraiment le duper ainsi, avouant lui-même caché derrière un ton ironique qu'il ne dévoilerait aucune information sur son nouvel employeur ? Voilà une précipitation qui allait lui coûter cher.


" En quête de réponses / Le sang ne coulera point en ce jour / Ma lame restera silencieuse. "

Zer0 se surprit lui-même à essayer de retarder l'issue fatidique où soit lui soit son équivalent verra sa vie s'éteindre dans un enfer de violence qui ne saura durer plus de quelques instants. Voulait-il faire durer le plaisir que cette confrontation silencieuse lui procurait un peu plus longtemps ? Ou voulait-il gagner quelques précieuses secondes et tenter de délier la langue du masque de fer à défaut de finir par la lui sectionner ? Le tueur n'en savait rien, et voulait-il vraiment le savoir ? Il préférait ne pas se concentrer sur les sentiments futiles qui commençaient à envahir son cerveau. Un professionnel de sa trempe se devait d'être focalisé sur l'issue de ses actes, et non pas ce qui pouvait se produire pendant leur exécution. 


" 嘆く "

Émettant un long vrombissement de son casque d'obsidienne, l'assassin raccrocha l'enregistreur ECHO à sa ceinture tactique, et fit virtuellement disparaître son fusil de précision dans son inventaire. Ses doigts agiles vinrent se poser sur la garde de sa lame comme à son habitude et il patienta encore un instant, guettant la prochaine réaction de son homologue. L'idée de le prendre à son propre jeu en louant ses services et le forçant ainsi à se retourner contre son employeur traversa son esprit, mais l'heure n'était pas venue d'user de tactiques aussi absurdes.

L'objectif était pourtant simple ; confronter l'individu nommé "Quatre", le questionner sur sa relation avec le Beau Jack, soutirer avec subtilité autant de renseignements que possible, quitter les lieux sans laisser de traces -- en tout cas le moins possible. Parvenir à un accord n'était pas prévu dans ses plans, mais rayer quelqu'un de la surface de Dosatz ne l'était pas non plus. L'homme au visage de fer était fermement déterminé à lui donner du fil à retordre et c'était tout à son avantage ; mais lorsqu'il ne reste que deux hommes en vie acculés au sommet du monde, l'un va forcément chercher à refroidir l'autre.
Quatre
avatar
Autres Races
Masculin Age : 14
Date d'inscription : 03/10/2017
Nombre de messages : 99
Bon ou mauvais ? : Artistique !
Zénies : 1000

Techniques
Techniques illimitées : Pas de bol ! / Inspiration / Palette
Techniques 3/combat : Coup critique / Échec critique
Techniques 1/combat : Chef d'oeuvre

MessageSujet: Re: Un chiffre et un nombre   Ven 9 Fév 2018 - 22:15

Pour une journée aussi chaude, cette confrontation ressemblait davantage à la guerre froide. Aucun des deux camps ne souhaitait engager le combat. Cela faisait que le soleil traversait le ciel très lentement, alors que les deux masques mystiquement mystérieux maintenaient machinations monstrueuses. Le maestro mégalomane à machine-outil parlait bien plus que son homologue silencieux et discret. Nous avions ainsi un duel de regard tout à fait barbant, où chacun tentait d'énerver l'autre. Il était sûr que sous leurs faux visages devaient apparaître des veines gonflées au niveau de leurs tempes. S'ils étaient bien des créatures vivantes, d'abord. Ni l'un ni l'autre ne semblaient analyser l'adversaire mentalement, mais plutôt physiquement. Il était vrai que l'un d'entre eux semblait bien plus agile que son ennemi aux épaules bien larges et donc supposément bien plus physiquement fort. Cependant, Quatre n’était pas seulement un être fort, il était aussi majestueux. Ses coups de poings et de pieds n’étaient pas une lutte pauvre et paniquée. Non, c’était une danse de la violence que seulement lui connaissait, et qu’il savait faire sans que son partenaire n’ait besoin d’en savoir plus. Il y avait un meneur, et il y avait un autre. C’était ainsi qu’il fallait voir les choses. Cependant, dans la danse qui se déroulait précisément à ce moment là, on ne savait pas qui allait tanguer le premier. Le résultat était qu’il ne se passait rien, alors que comme un brouillard s'installait une tension que l’on pouvait trancher au couteau. C’était ainsi une discussion sacrément gênante qui se produisait. On attendant un peu d’action, que diable !

Cependant, machouillant toujours sa cigarette, Quatre ne fit toujours aucun geste violent. Il savait très bien qu’ils jouaient tous deux à un jeu : le premier à attaquer l’autre perdrait. C’était une version peut-être plus violente du tirage de barbichette. Il n’en était pas moins que dans leurs regards intenses couplés de dialogues plein de passive-agressivité, ils oubliaient peut-être la notion du temps. En effet, cela faisait bientôt une heure qu’il se regardaient ainsi, mais la chaleur ne s’en allait pas pour autant. L’un dans son gros manteau, l’autre dans sa tenue collante, ils devaient fondre. Cependant cela ne les empêchait pas de se tenir debout, l’un en face de l’autre. Le midi n’était plus à son plus haut, à présent. Il se pourrait que le duel ne se fasse qu’à minuit, à cette allure. Mais Quatre ne perdra pas, quand bien même ce serait sa seule victoire aujourd’hui. Il fallait qu’il maintienne ce contact oculaire quoi qu’il arrive. Dans toute cette allégresse du regard, il semblait oublier qu’il ne pouvait voir les yeux de son adversaire, comme lui ne pouvait pas voir les siens. Ainsi il regardait simplement la tête de son adversaire.

”Crois-tu peut-être que malgré ma grande prévoyance, je ne rendrais pas mes cartes adaptées à tout moyen de communication, qu’importe la provenance. Après tout, je doute que dans des univers technologiquement avancés, il n’y ait pas au moins de fente à carte ou bien d’appareil photo capable de décrypter le code barre inscrit derrière. Le progrès au final, c’est toujours le même.”

De nouveau ce silence. De nouveau la chaleur. De nouveau les réflexions du soleil sur le visage de métal tout comme sur la visière d’obsidienne. Nous pouvions observer deux statues aux physiques peu commodes l’une face à l’autre. Et justement, une groupe de personne qui passait par là fut interpellé par la nouvelle construction sur le toit. On se demanda si c’était un artiste qui travaillait ses sculptures sur un toît en dépit d’avoir un sous-sol.

”Tu dis museler ton chien mais tu menaces de décrocher le cuir. Je suis curieux de savoir s’il ne fera qu’aboyer, ou s’il mordra.”

Ainsi avait-il répondu à un nombre qui avait lancé ses mains vers sa lame, après avoir dit la tenir silencieuse. Du japonais s’était affiché sur la visière sombre. Le Chagrin. Tristesse de quoi ? De ne pas pouvoir attaquer le deuxième ? C’était en effet dommage ?

Deux statues sur un toît, et il ne se passe rien. Le temps passe plus vite que leur discussion.

Zer0
avatar
MJ
Masculin Age : 23
Date d'inscription : 30/10/2017
Nombre de messages : 63
Bon ou mauvais ? : Neutre
Zénies : 1000

Techniques
Techniques illimitées : Leurr3 / Rech4rge / Surexcitati0n
Techniques 3/combat : Perf0rateur / Marque de M0rt
Techniques 1/combat : M0isson M0rtelle

MessageSujet: Re: Un chiffre et un nombre   Dim 11 Fév 2018 - 5:12
Les secondes s'écoulent. D'abord chiffres, puis nombres, battant à la fois la mesure du futur et du présent. Les regards paraissent se deviner durant une éternité derrière ces masques qui les dissimulent, tantôt de fer tantôt d'obsidienne, reflétant tout le mystère qui entoure les deux acteurs de cet interminable face-à-face. Le temps lui-même semble s'effacer autour d'eux ; depuis combien de minutes, d'heures, de jours s'observent-ils, scrutant le moindre mouvement de l'autre, attendant de savoir lequel des deux effectuera en premier le mouvement décisif qui rétablira le cours des événements ? Alors que la brise poursuivait sa virée entre les immeubles des quartiers résidentiels de Dosatz, l'assassin parut bouger de sa position un bref instant, mais il n'en fut rien. Il s’évertuait à adopter cette invariable position d'attente, remarquablement stable, une posture qui ne pouvait mieux traduire la patience dont il savait faire preuve. 

La patience est une des vertus qui ont, au fil des contrats, justifié la réputation et l'efficacité du tueur à gages à la combinaison aussi noire qu'une nuit sans lune. Ainsi, il était capable de passer des jours entiers à surveiller ses objectifs, incarnant le silence à la perfection, soucieux du seul et unique moment où la meilleure des opportunités s'offrirait à lui. Comme si l'absence de son elle-même lui indiquait l'instant le plus propice pour frapper, lui seul semblait être conscient de ces lois qui régissaient l'univers, lois qui dictaient le mouvement et l'inertie, la vie et la mort, la présence et l'absence, le plein et le vide. Ce que Zer0 appelait le karma -- une vaste toile aux multiples fils qu'il ne tenait qu'à lui de tendre ou de trancher. Le rôle qu'il jouait avec maestria dans le vaste spectacle de son existence lui permettait ainsi de décider, plus ou moins directement, du sort de ceux qui croisaient sa route ; un rôle qui s'était imposé tout naturellement, comme s'il s'agissait de sa vocation, de son utilité première, la raison pour laquelle il avait été mis présenté au monde et maintenu en vie.

De nombreuses fois, le sens de sa vie fut questionné. Sa façon de penser, d'agir sur ce qui l'entourait, les morts qu'il laissait dans son sillage, le sang qu'il arborait régulièrement sur les paumes de ses mains, cette philosophie de vie qui l’amenait à se considérer comme le garant d'un équilibre que seul lui semblait entrevoir... Il ôtait la vie avec élégance, il la laissait s'exprimer de la façon la plus crue et la plus essentielle possible avant qu'elle ne cesse, il tentait de couper court a chaque destin en accord avec la manière dont il s'était déroulé jusqu'alors, prolongeant avec délicatesse la suite logique des événements afin de ne pas contrarier le cours inéluctable des choses : la vie devait être prise aussi vite qu'elle avait été accordée.

Quelle pouvait bien être la philosophie de son homologue à ce sujet ? Alors qu'il avait commencé a l'observer à travers la baie vitrée de la chambre 404, le masque de fer lui avait dévoilé un pan de sa vie personnelle qui n'avait pas manqué de le frapper, soulevant avec une délicatesse surprenante un contraste avec sa nature de meurtrier aux méthodes d’exécution... artistiques. Qu'est-ce qui motivait Quatre a agir de la sorte ? Un acte aussi cruel que le meurtre lui inspirait-il également de telles épiphanies ? Ou était-ce l’écho d'une personnalité sociopathe, tourmentée, mélancolique ? L'homme semblait avoir une part d'humanité, mais elle devait être enfouie derrière cette façade qui ne laissait entrapercevoir que deux lueurs aussi écarlates que l'hémoglobine qu'il se plaisait à répandre à sa façon, ne laissant filtrer que peu d'états d'âmes ou de sentiments.

La curiosité de Zer0 était piquée à vif. Le masque de fer avait gagné sa considération et son respect. Si les deux hommes s'étaient croisés dans des circonstances plus favorables, peut-être auraient-ils eu l'opportunité de se connaitre et de débattre durant de brefs instants sur le sens et la raison de leurs actes.

Malheureusement, leur destinée en avait décidé autrement et ils étaient là, destinés à s'opposer, figés dans un atermoiement qui devra tôt ou tard connaitre un terme.

L'avait-il vu se glisser dans son dos ? Peut-être bien. Il n'avait pourtant pas fait le moindre geste, toujours face a l'image rémanente qu'il pensait être son véritable interlocuteur ; peut-être s'était-il en effet laissé leurré. Les cinq prochaines secondes allaient échapper au temps, et Zer0 s'en voulut quelque part de mettre fin à l'atmosphère si particulière, presque intime, qu'ils avaient instauré au gré de leurs manques respectifs d'initiative. Ses mains se faufilèrent agilement sous l’étoffe du manteau avec une précision hasardeuse et effleurèrent du bout des doigts la forme rectangulaire d'un enregistreur ECHO : s'il ne pouvait obtenir les renseignements dont il avait tant besoin, il allait se donner les moyens de se les procurer par lui-même.

L'appareil était dans ses mains, mais il eut une seconde d'absence. Un spasme électrisa son corps alors qu'il rythmait la mesure de son Leurr3 a l'aide des battements paisibles de son propre coeur : l'un d'eux venait d'avoir un raté, alors qu'il était certain d'avoir agit au meilleur instant possible. Cela ne lui ressemblait pas de douter de ses propres performances, mais ce semblant d'hésitation mit en péril la mise en oeuvre de sa tactique. Le Leurr3 se dissipa bien trop tôt, laissant Quatre être le spectateur d'un panorama époustouflant qu'il fut le seul, d'un instant à l'autre, à contempler : bien que Zer0 fut déjà à une dizaine de mètres de lui entrain de bénéficier des deux dernières secondes que son camouflage optique lui octroyait, ce dernier avait failli à maintenir l'illusion aussi longtemps qu'il l'aurait voulu, disparaissant par conséquent de la vue de son semblable aux mœurs excentriques d'une façon tout à fait mystérieuse. 

Le vent se leva ; le temps venait de reprendre son envol.
Quatre
avatar
Autres Races
Masculin Age : 14
Date d'inscription : 03/10/2017
Nombre de messages : 99
Bon ou mauvais ? : Artistique !
Zénies : 1000

Techniques
Techniques illimitées : Pas de bol ! / Inspiration / Palette
Techniques 3/combat : Coup critique / Échec critique
Techniques 1/combat : Chef d'oeuvre

MessageSujet: Re: Un chiffre et un nombre   Mer 14 Fév 2018 - 1:00

Comment pourrait-on définir la qualité d’un tueur à gage ? Par son efficacité, certainement. Mais vous comme moi savons que n’importe quel coup de couteau peut tuer un autre individu. L’efficacité est-elle la rapidité ? Autant allonger une victime et lui couper la tête, alors. Ou bien simplement, dans un appartement, laisser allumé le gaz, ainsi que le chauffage, après avoir calculé l’heure de retour du propriétaire du lieu. Peut-être que c’est la façon de réduire ses traces qui fait la qualité d’un assassin ? Ou bien le manque d’empathie ? Quatre était réputé pour ses services pour bien autre chose. Quatre ne laissait pas une cible en vie, et il ne mourrait jamais. Il trouvait toujours un échappatoire. Il avait toujours une porte de secours qu’il emprunterait au retour. Il avait toujours de quoi se sortir de mauvaise situations afin de réessayer. Réessayer jusqu’à ce qu’il y arrive ! À jamais, et pour toujours ! C’était de la détermination ! De la persévérance ! C’était ça qu’être un artiste qui jouait avec le sang plutôt qu’avec la peinture ! C’était ça d’être le chef d’orchestre d’une chorale de cris et de larmes ! C’était la volonté de faire des efforts ! Le travail ! Oui, oui… le travail.

Cependant aujourd’hui était un jour de congé. Il n’était pas vraiment question de bosser. C’était un jour où les autres créatures intelligentes qui constituaient sa majeure source de victimes allaient à la plage, à la montagne, et dépensaient leur argent durement gagné dans les transports et les lieux de repos. Ou bien ils en profitaient pour profiter d’une météo qui ne leur souriait jamais, ou bien ils allaient faire la queue pour aller regarder des objets trouvables facilement sur n’importe quelle plateforme en ligne, ou voir des lieux observables par les mêmes moyens. Quatre s’en fichait de si les témoins de son art le voyait en “vrai” ou bien sur Internet, tant qu’on le voyait ! Mais comme tout autre chose dépensant de l’énergie, il devait en regagner. Il avait perdu sa moue de toute à l’heure, il était vrai, mais il avait attendu un petit moment pour pouvoir prendre ce congé. Il était également vrai qu’observer cette visière d’obsidienne pouvait l’occuper un moment. Cependant alors que l’hologramme se dissipa, Quatre se mit à sourire.

”Ainsi, sans rien faire, j’ai remporté une nouvelle bataille.”

Il mit la main dans son manteau et en sortit un système ECHO. Ce n’était pas celui qui avait été pris à Beelax. Ce dernier n’avait aucune information à donner, hormis de fausses pistes qui pourraient laisser penser que le Beau Jack travaillait avec Freezer. Quatre n’avait pas trafiqué plus avec. Cependant, il avait obtenu celui de l’assassin, qui lui devait être bien plein de plans et de numéros. Cela était une bonne trouvaille.  Avec quelques traficotages, il pourrait même lui servir à trouver la technologie originaire de l'assassin, comme ce splendide fusil de sniper qu'il eut la chance d'observer avec une certaine passion. Un bien joli pinceau pour opérer le rouge. Il se rassit et se trouva à nouveau dans son appartement, grâce à un splendide effet de montage.

”Vous n’imaginez pas ce qui vient de m’arriver, LaLaurie...”

Le chien était toujours aussi content. Il est une heure du matin.


Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Un chiffre et un nombre   
 
Un chiffre et un nombre
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» 1er cours: chiffre nominal et compagnie (année 3 et+)
» Le nombre de la Bête : 666
» Le poids et le nombre des deportes pour 2006
» Le nombre de victimes du choléra risque d'augmenter exponentiellement.
» Projet de loi qui limiterait le nombre de partis politiques a 4 ou 5

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
RPGDBZ :: RPG :: Dösatz :: Métropole :: Hôtel-