Partagez | 
 

 [Combat DC Test] Caulifla versus Légion

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Kaito Shan
avatar
Demi-Sayen
Masculin Age : 20
Date d'inscription : 31/05/2016
Nombre de messages : 7081
Bon ou mauvais ? : Divinement Bon.
Zénies : 3365

Techniques
Techniques illimitées : ✞ Kaikai ✞ Rayon bonbon ✞ Sōzō ✞
Techniques 3/combat : ✞ Light Hawk Wings ✞ Volonté ✞
Techniques 1/combat : ✞ Kami No Ryūken Bakuhatsu ✞

MessageSujet: [Combat DC Test] Caulifla versus Légion   Dim 18 Fév 2018 - 18:30
Le temps s'est arrêté. L'arène d'équipe est enfin ouverte. Aujourd'hui, deux groupes s'affronteront dans un grand combat ! Un groupe utilisant des DC's, nous accueillons donc Légion avec Quatre et Hish-Qu-Ten. Pour notre deuxième participant, nous avons droit à un personnage principal et deux PNJ. Caulifla en tant que Chef d'équipe et Helena ainsi que Mojovik en PNJ. Les règles sont simples, il faut vaincre les trois membres de l'équipe adverse. Vous pouvez tuer également, ce rp se passe dans un autre style. Pour ce qui est des personnages avec des capacités d’invincibilités ou de contrôle mental, elles sont annulées pour ce combat pour permettre une bonne égalité. Voici donc la première partie de ce combat au choix des joueurs.

Premier jeu : Un combat basique portant sur le match à mort par équipe.

Deuxième jeu : Un temps de poste à tenir contre l'ennemi avec un nombre de tours défini. Si les deux équipes sont encore en vie à la fin du nombre de tours, elles ont perdu. Si une équipe est éliminée par une autre, la victoire revient aux survivants. L'équipe avec le plus de survivants gagne. Exemple : Si l'équipe 1 à encore 2 personnages et l'équipe 2, un seul, alors l'équipe 1 remportera le combat.

Voilà ! Pour nos deux joueurs, pour choisir l'un des deux types de jeux, il faut juste le précisé dans votre rp. Si l'un choisis le un et l'autre le deux, alors un tirage au sort sera fait. Caulifla et Légion, faites vos rp ! Un tour chacun avec une semaine pour répondre.
Caulifla
avatar
Saiyan
Masculin Age : 22
Date d'inscription : 11/02/2018
Nombre de messages : 31
Bon ou mauvais ? : Neutre
Zénies : 1000

Techniques
Techniques illimitées : Instant Transmission / Bullet Stream / Energy Blade
Techniques 3/combat : Fantastic Explosion / Barrier
Techniques 1/combat : Gigantisc Blast

MessageSujet: Re: [Combat DC Test] Caulifla versus Légion   Dim 18 Fév 2018 - 20:21
Caulifla n’était pas du genre à participer sans but à un tournoi. Si elle se battait, c’était principalement pour affronter des adversaires forts, capable de la faire se surpasser et dépasser ses limites. Et là, la prévision de ce tournoi était prompt à la découverte de combattants puissants. Si elle ne connaissait rien des règles et des attendus de cet affrontement, elle avait été contacté afin de tester cette innovation encore peu répandue. Ce combat, où tous les coups étaient autorisés, lui été parvenue aux oreilles et elle avait été l’une des premières à se manifester. Apparemment, les matchs se faisaient en équipe de trois. Ça se compliquait pour la jeune fille qui avait dû faire preuve d’inventivité pour recruter deux autres personnes aux capacités hors-normes, capable de se battre efficacement à ses côtés. Heureusement, la Terre regorgeait de personnes d’espèces et de forces variées.


Helena avait longtemps réfléchi avant de répondre à l’annonce lancée par une jeune fille du nom de Caulifla. Son hésitation venait principalement de son manque d’attrait pour le combat. Certes, ses capacités d’ange faisait d’elle un support désirée mais la femme n’aimait pas devoir blesser quelqu’un d’autre et se battre inutilement. Pour autant, de récents événements dans sa vie avait enhardie son esprit. Il lui fallait devenir forte. Et pour cela, rien de tel qu’un tournoi pour mesurer l’ampleur de ses pouvoirs. Il faut dire que la jeune fille n’avait jamais eu l’occasion d’affronter des ennemis sortant du commun des mortels.  
Bien que stressée et apeurée, elle avait décidé de suivre son instinct et de rejoindre la fameuse Caulifla sur le lieu du combat. La jeune femme s’y trouvait déjà. Une femme dans la fleur de l’âge, à l’air malin sur le visage, arborant le physique typique des Saiyans. Helena le remarqua immédiatement.


S’il y avait bien un homme dont la réputation n’était plus à faire, c’était Mojovik. Ce Kanasien avait prouvé à maintes reprises sa cruauté et son goût pour le sang. C’est surtout qu’il n’en avait jamais assez. Et pour cette raison, il avait de suite accepté la requête de cette minable saiyanne de Caulifla. Il n’avait besoin d’aucune raison pour se motiver à se battre. Lui qui ressemblait de loin à un requin allait pouvoir briser des os sous ses mâchoires, dans un combat officiel qui plus est et cela sans crainde d’avoir à se retenir de ne pas tuer puisque c’était autorisé. S’il devait faire équipe pour cela, qu’il en soit ainsi. Mojovik arrivait tout pateau au lieu de rendez-vous, une expression de pure rage sur le visage. En même temps, il en avait toujours été ainsi pour lui.


Caulifla vit arriver deux personnes : une femme qui devait tout juste sortir de l’adolescence, avec des ailes dans le dos. Elle était plutôt charmante et avait un air timide et renfermée. Un homme arriva juste après. Enfin, Caulifla le considéra comme un homme, bien qu’elle ne sache pas si elle pouvait sexuer cet homme à l’aspect de poisson. De requin plus exactement.

Yoh les gars. Moi c’est Caulifla. Merci à vous d’avoir répondu à mon annonce. Je serai votre chef d’équipe pour ce combat, ça vous dérange pas ?

Enchantée, moi c’est Helena. Non, pas de soucis, répondit la jeune fille d’une voix à peine perceptible tant elle baissait la tête et chuchotait.

Mojovik. Moi j’m’en fou, tant qu’vous m’gênez pas quand j’me battrai.

Bon, les présentations, c’était fait. Les trois s’avancèrent sur l’arène de combat, prêts à en découdre. Caulifla sentait en elle ses gênes saiyans fait pour se battre s’activer. Elle était motivée comme jamais. Trois personnes leur faisait face, comme il était prévu. De là où elle se trouvait, Caulifla ne put pas bien les analyser mais elle ressentait leur puissance. Inutile de préciser que ce combat ne serait pas facile.  
Lorsque le signal de début de l’affrontement retentit, Mojovik s’envola en se précipitant sur les ennemis. Une aura l’entoura tandis qu’il se propulsait au devant du danger. D’un geste de la main, il fit apparaître un serpent fait d’eau – son Extrapolation aqueuse - qui fonça encore plus rapidement que lui sur les adversaires.  

Quel idiot. Il fonce sans même réfléchir. Bon, ben tant qu’à y être, j’imagine que..

Caulifla concentra son aura rougeoyante dans sa main afin de matérialiser son Energy Blade. Son aura venait de prendre la forme d’une épée autour de sa main gauche. Armée ainsi, Caulifla s’envola à la suite de Mojovik. Helena quant à elle regarda les deux brutes foncer au devant du danger, un air de consternation sur le visage.  

Dans quoi je me suis embarquée moi encore… Allez, Achievement !

L’ange venait d’invoquer une myriade de flèches d’énergie qui fonçait maintenant à la suite de ses compagnons. C’était donc une rafale menée par le serpent d’eau de Mojovik, suivi de Caulifla et de son épée puis des flèches d’Helena. Une bonne entrée en matière en somme.

Spoiler:
 
Légion
avatar
Masculin Age : 34
Date d'inscription : 04/03/2017
Nombre de messages : 612
Bon ou mauvais ? : "Bon"
Zénies : 1590

Techniques
Techniques illimitées : Souvenir / Toxine / Exécution
Techniques 3/combat : Mâchouille / Terreur
Techniques 1/combat : Marquage

MessageSujet: Re: [Combat DC Test] Caulifla versus Légion   Mer 21 Fév 2018 - 2:45


La loge des participants était bien éclairée. Cependant, les participants eux-même semblaient vaquer à leurs idées sombres. Au milieu de la pièce, sur une boîte, était plantée une dague rouge et veineuse, avec un oeil au milieu de la lame. Il était évident qu’une telle apparence serait évidement terrifiante si le globe oculaire de l’arme n’était pas demi-clos. Peine attendait quelque chose, mais quoi ? Certainement que l’un des trois personnages aux alentours se daigne à prendre la parole.

À la gauche du coutelas maudit était un personnage à l’allure mystérieuse. Ce n’était pas simplement l’allure, en fait. Il ressentait l’étrange sensation que ce mystère lui était étalé dans le visage sans toute autre forme de subtilité. C’était un grand homme dans un manteau lourd, et noir. Son visage était grisâtre, peu éclairé par la lumière, et ses yeux étaient d’un rouge très lumineux. Est-ce que c’était un robot ou bien juste quelqu’un de masqué ? Il portait un cigare à la bouche, ce qui devait normalement ne servir à rien si la première hypothèse était vraie, ou bien être très inconfortable à faire si c’était la dernière qui se valait être valable. Dans sa main, métallique elle aussi, se tenait une canne, dont le pied était posé sur le sol. Il ressemblait à un mafieux, ou bien à un artiste excentrique. Dans tous les cas, il devait être un professionnel.

À sa droite était un autre être aux goûts vestimentaires hors de la norme. Son casque en métal, de la forme d’un demi-losange, couvrait d’ombre la partie haute de son visage, tandis qu’un foulard cachait de son menton jusqu’à son nez. Sa cape qui descendait de son épaule droite était contre le mur, entre son dos et les briques. Il portait une épaulière sur la seconde, et plusieurs ceintures qui descendaient vers le centre de son torse. Il portait également un gant métallique presque griffue sur sa main gauche. Enfin, en dehors des genouillères en fer et de ses larges bottes, Peine ne voyait pas grand chose d’exceptionnel. C’était étrange de se retrouver avec autant de personnages antipathiques dans une même pièce. Celui-ci avait les bras croisés, semblant vaquer à son imagination. La lame maudite voyait en lui un air de déjà vu. Oui, mais où ? Peut-être que ce style vestimentaire fut populaire à une certaine époque ? Le démon avait vécu longtemps, après tout. Il devait rencontrer un nostalgique de la belle époque.

Enfin, derrière la dague qui jugeait fortement ses compagnons se trouvait son maître : Une énorme montagne de muscle de deux-mètres vingt. Le Yautja qui avait obtenu des pouvoirs bien plus intéressant que son équipement basique grâce à la lame maudite. Peine adorait son possesseur, et c’était réciproque. Le géant qui ne portait qu’une armure légère destinée davantage à le protéger du froid que des coups était celui qui l’avait dérobé après une infiltration peu appréciable dans la crypte d’un seigneur squelette… Une histoire longue. Il ne portait de protection qu’au niveau de son coeur fragile, de ses épaules, de ses cuisses, de son entrejambe, et de ses tibias. Une sorte de grille recouvrait le reste de son torse bien visible, et un long pagne, le reste de son bassin. Comme les autres individus présents, il était masqué, mais comme Peine le savait, ce n’était pas par envie d’être mystérieux mais par besoin : Il avait des difficultés à voir comme à respirer sans ce qui couvrait son visage. Il était assis sur un siège, étalé et les ses doigts griffus tapant sur les repose-bras.

Ainsi, dans les quelques heures qui précédaient un tournoi aux dimensions mystérieuses, aux organisateurs inconnus, et aux objectifs très simples : casser la figure aux adversaires. Le meurtre semblait être autorisé, et le bruit de spectateurs se faisait entendre depuis la salle de réunion des trois participants et de l’arme de l’un d’eux.

"Bon… Sachant que personne ne compte prendre la parole, je vais commencer !.. Mon nom est Peine, et mon maître, derrière, se nomme Hish-Qu-Ten. Pour vous la faire court, on s’ennuyait fort, un jour, et on en est arrivé à s’inscrire ici… C’est à peu près tout."

”Est-ce que vous vous souvenez du moment où vous vous êtes inscrits ? “

L’être à la cape venait de prendre la parole, relevant la tête pour observer la lame ainsi que le manieur tranquillement assis sur une caisse. Peine fut légèrement étonné par cette question, et fut davantage plus étonné encore de ne pas pouvoir y répondre.

"Je… euh… je..."

”C’est bien ce que je pensais...“

Il se redressa sur ses deux pieds et marcha un peu vers le centre de la pièce. Il pointa du doigt le fumeur au visage de métal.

”C’est ton cas à toi aussi, hein ?”

Il se passa alors un instant de silence. Quelques secondes se passèrent alors que les yeux rouges et ronds du dernier individus pointaient vers le vide. Enfin, il regarda celui qui lui avait posé une question.


”Comment ? Veuillez m’excuser : je n’écoutais pas.”


Est-ce qu’il se moquait de ses camarades d’infortune ou bien était-il concentré sur autre chose ? Peut-être que lui aussi s’inquiétait de son sort et de sa présence ici. Patient, l’être ectoplasmique reprit la parole.

”Vois-tu, moi, la lame et son maître avons exactement le même souvenir, ou plutôt le même manque de mémoire face à cet évènement. Ni moi ni lui ne savons ni quand ni grâce à qui nous nous sommes inscrits.”

"Hé, je me rappelle pas t’avoir dis le second !"

”C’est pourtant le cas, non ?”

"Je… oui..."

”Nous y voilà donc. Nous avons dans la tête des idées de motivation qui nous ont amené à venir ici, mais aucune pour nous dire les conditions de notre entrée, arrivée, et rencontres, jusqu’à présent.”

Avec un étrange demi sourire et un léger hochement de tête, typique de quelqu’un à l’écoute et un minimum impressionné par ce qu’il apprenait, le masque de fer avait écouté la conversation.


”Et bien, je n’ai rien à redire ! C’est exactement ça. Je ne me rappelle que d’une envie de venir user de mes talents artistiques en direct, devant les yeux de millions et millions de spectateurs. Que l’on puisse voir ce que mes doigts peuvent faire malgré la pression du public ! Des gens qui viennent de toute part voir mon spectacle ! Mon orchestre de cris et de douleurs ! Que mon pinceau couvert de sang touche la toile du...”


"Ah ! J’ai compris !"


”...C’est bien peu poli que d’interrompre quelqu’un.”


À peine se retournait-il qu’il se voyait pris par le col et plaqué contre le mur. Hish-Qu-Ten, le silencieux maître de la dague parlante, s’était levé pour venir à la rencontre du masque de fer d’une façon brutale, alors que son couteau vivant se remit à parler. La manoeuvre du chasseur fit tomber le chapeau de l’artiste autoproclamé.

"C’est donc, toi, Quatre ! C’est donc toi qui massacre les gens comme… ça ?! C’est toi le mec qui a fait le raffut sur Freezer ! C’est toi qu’O cherchait ?!"

Avec un demi sourire étrange, typique de son visage de métal, le nombre regarda l’arme blanche qui possédait d’un oeil.


”Beaucoup de gens me cherchent, en particulier pour mes services.”


Les deux se firent pousser sur le côté, séparé par le troisième participant qui semblait avoir son mot à dire sur la conversation.

”Messieurs, loin de moi l’idée de vouloir prendre part à votre dispute, mais je tiens à vous rappeler que nous sommes tous les trois dans la même galère. Cela va dans notre intérêt général que nous ne nous faisions pas de mal avant le combat.”

Tombant sur ses jambes, de nouveau face aux autres, le masque de fer souriait toujours.


”Nous ne nous disputons pas, Légion, nous parlons juste affaire.”


Alors que l’oeil de la dague, toujours posée sur la table, s’élargissait face à la mention du nom du troisième individu, un silence s’installa, alors que le spectre dont le nom était connu des autres fixait d’un regard noir le visage de métal.

”Comment connais-tu mon nom ?”

Aucune réponse, hormis pour un lèvement d’épaule de la part de Quatre.

”Je répète ma phrase : Comment...”

"Légion !  C’est bien toi ! C’est ça ce que j’avais dans la tête ! Cela faisait longtemps ! Ça va ? Je te croyais mort ! Pourquoi t’es pas mort ! Ah, tu dois pas te rappeler de moi..."

Alors que le fantôme, coupé dans sa phrase, regardait avec un mélange d’interrogation et de mépris la lame bavarde. La voix rauque et forte lui était pourtant inconnue. Le porteur, lui, croisait juste les bras en observant la scène, toujours silencieux.

"Hish-Qu-Ten, je te présente Légion, Légion, Hish-Qu-Ten. Mon ancien maître rencontre mon nouveau maître ! Je t’avais pas reconnu sur le coup, ah ah ! "

Après quelques secondes de silence, le supposé “ancien maître” répondit :

”Navré, mais je n’ai aucun souvenir de toi.”

"Rooooh… Allez, c’est moi, tu sais bien… ”Choupinet”..."

On pouvait entendre Quatre commencer à se fendre la poire alors que les yeux de Légion s’ouvrirent. Malgré les rires du masque de fer, les dires de l’arme en peine remirent en mémoire dans la tête du spectre son passé commun avec Peine, le mieux nommé.

”C’est vrai… je ne t’avais pas fortement utilisé en ce temps. Tu t’es trouvé un meilleur nom, on dirait... J’ose espérer que tu rappelles le moins possible de cette période de mon existence.”

La tonalité de sa voix avait changé pour cette dernière phrase. La lame maudite aurait eu froid dans le dos si elle en avait un. Il n’en était pas moi qu’elle avait compris le message, se taisant. Légion se tourna vers le masque de fer, toujours hilare.

”Quand à toi… tu n’as toujours pas répondu à ma question.”

Quatre s’arrêta soudainement de rire, tournant sa tête vers le fantôme, le dos toujours courbé par sa crise de joie d’avant. Il sortit de son manteau une énorme montre, qu’il pointa vers le spectre.


”Il ne reste plus beaucoup de temps avant notre entrée en scène. Je vous conseille de parler stratégie.”


Alors que le spectre, frustré, serrait les poings en s’imaginant lui mettre un coup de poing bien mérité, Peine reprit la parole :

"Les mecs ! Il nous faut un leader, pour la compétition ! Un chef d’équipe ! Connaissant Légion, je propose que ce soit lui. Après tout, il a réussi à..."

Le couteau put recevoir un regard noir intense, le forçant à se taire. Quatre, qui venait de ramasser son chapeau pour le poser à nouveau sur sa tête, en plaça une également :


”J’ai pu voir également ses capacités en action. Je suis d’accord avec l’idée de Peine.”


Étonné et presque amusé par cette tournure des évènements, le spectre posa le regard sur le colosse silencieux, qui manifesta son approbation en fermant le poing et levant le pouce. Ses yeux d’ambre se tournèrent alors à nouveau vers l’artiste, alors qu’une sonnerie se mit à retentir.

”Je m’occuperais de ton cas après. Cependant, sache que si jamais je t’observais tuer quelqu’un, que si tu te salissais les mains, qu’une seule âme ne sortait pas vivante de cette arène… Je te ferais regretter chaque once de douleur causée...”

Alors que le masque de fer fit un pas en arrière, Légion se tourna vers le géant et son épée.

”Cela vaut pour vous aussi... Quand bien même je suis capable de soigner les blessés, je ne peux les ramener à la vie.”

Il fit cette dernière phrase en sortant par la porte. Hish-Qu-Ten ramassa Peine, le tenant fermement dans sa main, tout en lançant également un regard de reproche vers le masque de fer. Ce dernier, légèrement malaisé, soupira avant de sortir le dernier de la pièce, éteignant la lumière et fermant la porte derrière lui.

Ils arrivèrent enfin dans l’arène. Les bruits de la foule étaient à leur paroxysme. C’était un bazar sonore sans nom. Le chef de groupe abaissa la visière de son casque afin de davantage cacher son visage, alors que son compatriote au masque de fer se fit un plaisir de la saluer avec beaucoup de révérence, sous le regard interrogateur du dernier des participants, qui n’en avait que faire des bons messieurs dames qui observaient l’endroit.


”Je me demande s’ils vont nous laisser un instant pour parler au public. Insulter les adversaires… Faire un peu de spectacle ! Après tout, ils ne nous reverront pas de sitôt !”


Quatre était seul à imaginer les choses de cette manière. Hish-Qu-Ten souhaitait se battre par pur plaisir, et Légion… Légion n’avait toujours pas dévoilé ses raisons d’être venu ici. Quand bien même le mystère de leur arrivée en ce lieu n’était pas résolu, il était le seul à ne pas avoir divulgué sa motivation à s’être inscrit à un tournoi, aussi mystérieux soit-il. La vérité était simple : Il souhaitait juste la récompense. Il le savait : un championnat de combat mystérieux et dont l’inscription se soustrayait de la mémoire de ses participants avait à sa tête on ne sait quel être supérieur au commun des mortels. Il y avait supposément donc un cadeau envers les vainqueurs. En fait, quand bien même on appellerait ça un “tournoi”, il n’y avait pour l’instant qu’un seul combat dans les esprits de chacun. Le spectre tourna la tête à droite. Une statue écoutait sa dague parler. À sa gauche, un maître de cérémonie s'enivrait des applaudissements du public. Lui, il était coincé au milieu.

Les adversaires entrèrent au même moment. Légion prit le temps de les juger. Deux personnages à l’allure typiquement féminine, et le dernier beaucoup plus masculin. Ce qui ressemblait à une Ange, une Saiyenne aux traits plus fins que celui de ses camarades, et un Kanasien couvert de balafre. Il pouvait déjà imaginer que ce dernier serait la force de frappe brute, tandis que sa camarade à sa droite, descendante des guerriers de l’espace, serait du genre à suivre. Et, à en voir l’air innocent de la dernière participante, elle se sentirait plus à l’aise à aider ses camarades. Hish-Qu-Ten et Peine semblaient avoir fini leur discussion tandis que Quatre venait de se souvenir de l’objectif de sa présence, daignant enfin observer les adversaires. Les deux énergumènes se rapprochèrent de leur chef d’escouade. Un espace assez séparait les deux groupes.




Un doux bruit accompagna l’activation de la canne de Quatre. Hish-Qu-Ten fit craquer ses doigts. Légion, d’un geste rapide, dégaina son épée de son dos, avant de faire quelques geste dans les airs avec, histoire de s’échauffer, terminant sa petite chorégraphie en maintenant son arme en l’air, pointée vers le groupe adverse.

Le signal qui annonçait le début du combat se fit entendre. Immédiatement, l’un des trois adversaires se précipita en avant. Il était inutile de préciser que c'était le balafré avide de bataille et de sang. En pleine course, sans aucune grâce, il fit jaillir de sa main ce qui semblait être de l'eau. Le jet, propulsé à pleine vitesse, avait une forme onduleuse, typique d'un serpent. Hish-Qu-Ten fut celui, qui poussé par une force colossale, entama une course vers le poisson. Peine dans la main gauche, il fonçait avec la colère d'un taureau, ses jambes capables de briser la terre sous ses pieds. Il compensait vitesse pure par sa Force Supérieure, obtenue grâce à sa lame maudite. Il utilisa alors de son meilleur ami et également arme préférée pour trancher avec une précision extrême le serpent d'eau, avant de se retrouver, tête contre tête. Le Yautja ne tentait pas de dominer par sa force, il souhaitait juste déterminer la puissance physique de son adversaire. Il sentit alors une poussée sur son dos, mais n'y fit pas attention. Son bras libre se crispa, ses doigts se regroupèrent les uns aux autres vers le centre de sa paume. Telle une fusée, son poing décocha pour arriver à la tête de son adversaire, dans une combinaison de vitesse et de poids qui risquerait de causer de sacrés dommages au visage du Kanasien. La main ayant donné le coup de poing usa alors de l'élan provoqué par sa manœuvre précédente pour se grouper avec son autre bras. Les deux tinrent alors le manche de la lame maudite, qui se mit à changer alors de forme. Peine, par sa technique du Quota de Gore, qu'il avait nommé lui-même, ce qui en expliquait le nom ridicule, était capable de changer de forme, tout en devenant capable de trancher n'importe quel matériau, y compris l'énergie. Devenant un sabre, la tranche de sa lame pouvait handicaper l’ennemi de sorte à le mettre hors de combat immédiatement. Conscient des avertissements de son chef d’équipe, Hish-Qu-Ten fit attention à la cible de son attaque : D’un geste rapide, il tourna les hanches, raidissant ses bras et ses poignets afin de s’attaquer aux jambes de l’ennemi. Il continua sur le tour sur lui-même engendré par l’élan afin de se retrouver de nouveau face à sa cible, pour terminer son enchaînement avec un coup de tête en pleine figure, visant le nez afin de le lui boucher, ce qui serait fortement dérangeant et distrayant, alors que Peine retrouvait sa forme normale. Il fit un pas de recul, et se plaça en position défensive, le bras tenant l’épée en retrait, alors que sa main libre était en avant, et ses genoux fléchis.

La cause de la poussée sur le dos du Yautja était Légion : en effet, ce dernier, observant son camarade s’attaquer au premier venu, put voir du coin de l’œil un autre missile s'approcher rapidement d'eux : Ce missile en particulier avait une lame d'énergie entourant sa main. Le spectre, connaissant les propriétés de son épée tout aussi fantomatique que lui, la savait résistante à ce genre d'attaque, et se savait capable de tenir un duel avec une épéiste dont la tranche entourait la main. Ainsi avait-il pris appui sur son camarade qu'il connaissait lourd et capable de ne pas être dérangé par la manœuvre pour donner un énorme brise-casque, lui permettant d'user de la vitesse provoquée par la chute pour causer des dégâts améliorés sur la victime. Une attaque de ce genre, si elle venait à être parée, déstabiliserait au minimum celui ou celle qui tenterait de se défendre. Suivant cette attaque, en atterrissant, Légion usa du reste de sa vitesse pour faire une roulade en avant, s'arrêtant en plein dans sa manœuvre, un genou à terre et l'autre en avant, pour donner un fantastique coup d'estoc vers un ventre qui ne serait peut-être pas protégé à temps. De son pied qui était au sol, le fantôme put faire un bond en arrière pour éviter une autre potentielle contre attaque. Il fit quelques pas sur le côté, lentement. Peut-être était-ce pour analyser sa cible ? Ou terrifier sa proie ? Soudainement, il dressa sa main libre en avant, libérant une vague de flamme grâce à sa Pyromancie. Derrière la Saiyenne, une dizaine d'épées sortirent de nulle part, se dirigeant à toute vitesse pour l'empaler. Quand bien même Légion pouvait rendre cette technique, l'Exécution, non mortelle, elle restait néanmoins bien douloureuse, et pouvait mettre à terre par la souffrance les guerriers les plus valeureux. Et la pauvre cible risquait d'avoir du mal à agir des deux côtés. Légion, terminant son geste, prit quelques pas de reculs, pour évaluer la situation. Les bras ballants le long du corps, l'épée dans la main et la pointe dans le sable, le spectre attendait avant de faire une autre action. Il remarqua alors ce qui semblait être des restes d'énergie lumineuse tomber au sol, mais cela ne le déconcentra pas.

Ces restes d'énergie provenaient d'une attaque de la dernière participante. La pauvre, dépassée par l'énergie et l'envie de violence de ses camarades, avait décidé de les protéger par un tir de couverture. La pauvre, oui, car la voilà qui se retrouvait face à Quatre. Sa Palette, sa canne capable de se transformer en n’importe quel “pinceau”, quelle arme qu’il souhaitait employer, changeait lentement de forme pour devenir un fusil de tireur d’élite. Une légère et douce chansonnette s’échappait de la fente de son masque qui servait de bouche. Peut-être est-ce que c’était pour évacuer le stress avant qu’il ne commence à jouer ? Ses doigts se posèrent avec délicatesse sur la gâchette et sur le manche. Sa deuxième main soutenait l’énorme outil artistique qui allait faire ses preuves. Il n’avait pas besoin de lunette, posant juste sa tête sur la crosse comme un violoniste sur son stradivarius. La musique résonna dans ses oreilles. Le doux son du tir. La mélodie des balles qui sifflent et des cartouches qui s’éjectent. Une à une les flèches de lumière se cassèrent dans les airs, et leurs restes tombèrent comme la neige sur le sol. Les éclats lumineux flottaient dans le vent, s'écrasant avec douceur par terre, fondant sur le sable. Petits soleil de la mer qui s'ajoutaient aux coquillages, mais où était l'étendue d'eau ? Patience, elle arrive bientôt, et elle sera bien rouge. Il en était fini de l'attaque de la dernière participante adverse, mais Quatre ne faisait que les préparations. L’œil rouge de l'artiste se fixa bientôt sur son épaule droite. Le doigt froid et métallique appuya sur la gâchette, et la chaleur envahit le barillet. Un projectile de feu et de fer, allant à toute vitesse vers la cible, témoignait de l'amour du professionnel pour son art. Un deuxième suivit alors, celui là visant le genou gauche de la dame aux ailes blanches. Enfin, dans un élan d'inspiration, un Coup Critique. Celui là visait la base de son aile droite. Un "coup critique" était un nom bien adapté, car cette balle, en plus d'être bien plus destructrice que les autres, ondulait dans l'air, semblant autoguidée vers sa cible. Son empennage pourrait être arraché si le coup faisait mouche. Quelle belle musique rayonnait aux oreilles de Quatre ! Il était toujours en position, observant les résultats, réfléchissant à quoi rajouter...
Kaito Shan
avatar
Demi-Sayen
Masculin Age : 20
Date d'inscription : 31/05/2016
Nombre de messages : 7081
Bon ou mauvais ? : Divinement Bon.
Zénies : 3365

Techniques
Techniques illimitées : ✞ Kaikai ✞ Rayon bonbon ✞ Sōzō ✞
Techniques 3/combat : ✞ Light Hawk Wings ✞ Volonté ✞
Techniques 1/combat : ✞ Kami No Ryūken Bakuhatsu ✞

MessageSujet: Re: [Combat DC Test] Caulifla versus Légion   Mer 21 Fév 2018 - 3:28
[Merci à vous deux pour ce premier tour ! Ainsi, les dés sont jetés et le mode de jeu choisi par le tirage au sort est le 1er ! C'est un simple combat à "mort" ! La mort n'est pas obligatoire. Vous devez juste mettre vos adversaires inconscients. Bonne chance !]
Caulifla
avatar
Saiyan
Masculin Age : 22
Date d'inscription : 11/02/2018
Nombre de messages : 31
Bon ou mauvais ? : Neutre
Zénies : 1000

Techniques
Techniques illimitées : Instant Transmission / Bullet Stream / Energy Blade
Techniques 3/combat : Fantastic Explosion / Barrier
Techniques 1/combat : Gigantisc Blast

MessageSujet: Re: [Combat DC Test] Caulifla versus Légion   Sam 24 Fév 2018 - 12:05
Mojovik était bien obligé de remarquer la supériorité de son adversaire. Un genou dans le sable, écorché vif par une lame à l'aspect étrange, il s'adonnait à l'observation de la meilleure solution pour lui de se sortir de ce pétrin. Il n'était pas du genre à réfléchir, loin de là, mais s'il ne voulait pas finir en charpie ou pire, dans l'au-delà, il allait devoir trouver un moyen de mobiliser ses trois neurones qui se battaient en duel. 
Cet homme qui lui faisait face était pareil à une montagne de muscle, dont l'accoutrement, aussi atypique que sensiblement inutile vu le temps, laissé à désirer. Il inspirait une certaine terreur mais pas autant que son épée, dont l'oeil qui trônait sur la garde paraissait vous suivre du regard.
Son adversaire, muni de son arme, avait découpé aussi facilement que du beurre son attaque d'eau avant d'assener un puissant coup de tête sur son front en guise de riposte. Si l'attaque n'avait pas fait grand mal, la suite avait été plus intense en douleur. Un coup de poing d'une violence sans pareille était venu se loger dans son visage. Un temps déstabilisé par l'assaut aussi bizarre qu' utile, Mojovik avait juste eu le temps de voir son adversaire transformer son arme en sabre et enclencher un tour sur lui-même, visant les jambes du Kanasien. Mû par ses réflexes, l'homme-poisson avait mobilisé sa force dans ses jambes pour s'envoler. Alors qu'il sentait à peine son corps arrêté de toucher terre, la lame l'avait atteint au genou droit, le forçant à rester au sol. Là, un second coup l'avait surprit en plein visage, lui brisant le nez et faisant couler une gerbe de sang sur le sable. 
Son enchaînement finit, l'homme avait rendu à son arme sa forme primaire et reculé de quelques pas. Blessé, le Kanasien était tombé à même le terrain battu de l'aire de combat. Sa vue mit quelques secondes à retrouver sa pleine compétence. Mojovik décida d'outrepasser la douleur et se releva tant bien que mal. Il cracha une nouvelle salve de sang sur le sol, où devait sûrement se mêler quelques dents de sa mâchoire de requin, et fixa avec attention celui qui lui faisait face. S'il ne payait pas de mine, il était loin d'être à prendre à la légère. 


T'es pas n'importe qui toi. J'pensais pas rencontrer quelqu'un de ta trempe ici. 

Une idée émergeait dans la tête du guerrier tandis qu'il tentait de gagner du temps en lançant la conversation. Si l’être était puissant, il ne décrochait pas son regard de sa lame aux allures d’objet maléfique. Aussi intense que fut le lien qui le liait à son arme, Mojovik ne devait pas perdre de vue que l’homme pouvait être tout aussi puissant sans. Sa carrure et les coups qu’il lui avait donné lui prouvait totalement cela.
Le Kanasien décida de lancer un nouvel enchaînement. Il avait bien compris que la force brute ne valait rien aussi usa-t’il de la ruse. D’un mouvement du pied, il souleva une traînée de sable qu’il envoya en direction du visage de son adversaire. Il concentra son ki et invoqua son Extrapolation aqueuse une seconde fois. Enivré par les vents tournoyants autour du serpent d’eau, les particules de sable tournoyèrent autour de l’attaque. Si son adversaire usait de la même technique que tout à l’heure pour découper purement son attaque, il se prendrait tout de même le sable dans le visage et Mojovik espérait que ça l’aveuglerai assez de temps. Il enchaîna, ne voulant pas laissé de répit à l’ennemi. Il usa de sa Mâchoire d’acier, griffant l’air devant lui pour envoyer cinq lames d’énergie pure en partance de ses doigts. Puis, au vue de la vitesse de son opposant, il décida de reculer de quelques mètres pour mettre une bonne distance entre eux. Il ignorait si l’attaque avait fait mouche ou non mais il avait la certitude que cela serait loin d’être suffisant pour le vaincre. Tout au plus, l’assaut lui ferait quelques dégâts non négligeables.

Le coeur battant la chamade, l’âme en peine Caulifla ne vit arriver qu’au dernier moment l’ombre qui lui tomba dessus. Venue du ciel, celle-ci lui asséna promptement un coup-marteau en plein sur le crâne. Si elle réussit à parer en mettant les bras en croix au-dessus de sa tête, elle fut mise à genou sous l’impact du choc. Et avant qu’elle ne puisse user de plus de réflexion pour chercher la riposte, un coup d’estoc vint la cueillir sur les côtes. Si l’attaque de l’épée l’avait bien touché, elle n’avait heureusement atteint aucun organe vital. La plaie était béante et l’ichor humain coulait lentement vers le sol, là où se mélangeait le sable et le sang des fiers guerriers. La combattante saiyan n’eut d’autre choix que de mobiliser une de ses mains pour compresser la blessure et tenter de la colmater à l’aide d’un rayon énergétique. Cela lui arracha un cri de douleur et ne servirait que quelques minutes mais au moins ne se viderait-elle pas de son sang avant la fin du combat. Par pure précaution, elle matérialisa une dizaine de boules d’énergie rouge au loin, dans le dos de son adversaire. Mais alors qu’elle pensait son calvaire fini, une gerbe de flammes colorées sorti des mains de son opposants et un cliquetis étrange se fit entendre dans son dos. Un rapide coup d’oeil lui apprit que des lames acérées la mettait en joue par l’arrière.
Celui qui lui faisait face maîtrisé d’étranges pouvoirs, un semblant de magie sûrement. Quoiqu’il en soi, Caulifla érigea dans l’urgence sa Barrier, s’englobant d’un dôme de protection aux reflets vermeil. Si la protection résista aux langues de flammes, la jeune fille la senti se craqueler derrière elle. Elle se retourna juste à temps pour voir passer quatre lames. Elle contra une première en l’envoyant dans le décors du plat de sa main mais deux des autres vinrent se loger dans son ventre et la dernière dans son épaule gauche. Le bouclier de la fille céda aussitôt et, dans son dos, les flammes auxquelles elle faisait face auparavant la percutèrent et elle fut envoyé quelques mètres plus loin. Elle roula un moment avant de stopper sa course. Le seul avantage qu’il y avait eut été que les épées s’étaient délogées d’elles-mêmes sous l’impact.
Au sol, au bord de tomber dans l’inconscience, Caulifla se dit que si son adversaire ripostait immédiatement et ne lui laissait pas le temps de se remettre, au moins quelques secondes, de cette attaque, il en serait finit d’elle. Elle n’était pour le moment plus en capacité de bouger, bien trop blessée par l’attaque simultannée du feu et les morsures intenses des lames glacées. Seulement, il restait un atout à la jeune fille pour déstabiliser son ennemi juste le temps qu’il lui fallait pour récupérer un peu. Aussi, ferma-t’elle sa main et elle murmura son «Bullet Stream». Les boules d’énergie qu’elle avait crée derrière son adversaire avant le début de son enchaînement s’activèrent pour trouver leur cible. Un brouillard de fumée et de sable se souleva à la position où devait se trouver son adversaire. Caulifla espérait seulement que cette attaque le déstabiliserait assez pour lui laisser le temps de se remettre debout.

Helena ne comprenait toujours pas ce qu’il s’était passé pour elle. Elle était là, dans le ciel, regardant sans vergogne son adversaire qui paraissait s’impatienter sous elle. Elle bougeait à une allure rapide, utilisant ses ailes comme elle avait l’habitude de le faire pour se mouvoir avec grâce et rapidité. Si la jeune fille n’était pas une combattante née, elle pouvait se targuer d’être l’une des plus habiles de sa race en ce qui concernait les courses. Elle avait réussit à esquiver les premiers assauts du tireur d’élite qui lui faisait face en s’envolant tout en se protégeant avec son bouclier, son Duty. Cependant, elle n’avait pas pensé qu’il avait dans ses capacités une attaque à tête chercheuse. Aussi, lorsqu’elle avait prit la voie des airs, la balle l’avait suivi, la talonnant tant son tireur était habile. Le ballet étrange qu’elle exécutait avec ce projectile létal lui rappelait son enfance à voler au milieu des volcans de sa planète natale. Le plus important, c’était toujours de garder à l’esprit que chaque mouvement pouvait mener à une mort certaine. Ainsi, on restait concentré sur l’objectif et non plus sur des distractions dérisoires. Usant de son Exigence, Requirement, elle conjura cinq astres de ki lumineux devant elle tout en volant à reculons. La balle n’était qu’à quelques mètres d’elle et lorsqu’elle passa au milieu du champs de mine énergétique, elle explosa littéralement. Le ciel de l’arène de combat s'obscurcit un moment tandis que la déflagration prenait fin. De là où elle se trouvait, Helena avait une vue sur toute l’aire du duel. Ses alliés étaient en mauvaise posture mais elle ne pouvait s’en préoccuper pour le moment. Aussi elle concentra son énergie autour d’elle, telle des farfadets lumineux dansant autour de son corps. Son aura résonnait hors de son corps, éclairant les alentours de son ki lumineux. Elle affichait une certaine détermination dans le regard et fixait son adversaire depuis la hauteur de son perchoir céleste.

Je ne suis pas une combattante, je n’ai que peu de techniques pour blesser., cria-’elle à son attention. Mais celle-ci, je te préviens, elle risque de faire mal. Expectance !

L’Attente. Cette arcane qui impulsait chez l’Ange une notion de courage qu’elle connaissait peu. Une flèche lumineuse, immense et si démesurément grande qu’elle en devenait grotesque, partit de tout le corps de la fille et s’écrasa sur le sol, autour de son adversaire, libérant un cratère fumant. Cette technique était semblable à la colère divine qui s’abat sur les mécréants. Helena retomba lentement sur le sol. Elle était vidée de ses forces après cette technique qu’elle ne pouvait utiliser qu’une fois par combat. Même si son adversaire s’était protégé, les dégâts ne pourrait pas être négligeables. Par pure mesure de précaution, elle invoqua autour d’elle son Duty. Le peu d’énergie qu’il lui restait ne permettrait pas à la protection de résister à plus d’une attaque mais au moins assurait-elle ses arrières.
Légion
avatar
Masculin Age : 34
Date d'inscription : 04/03/2017
Nombre de messages : 612
Bon ou mauvais ? : "Bon"
Zénies : 1590

Techniques
Techniques illimitées : Souvenir / Toxine / Exécution
Techniques 3/combat : Mâchouille / Terreur
Techniques 1/combat : Marquage

MessageSujet: Re: [Combat DC Test] Caulifla versus Légion   Jeu 8 Mar 2018 - 12:23
La violence est une source de connaissances lors de l’étude des individus, que ce soit lorsqu’ils en sont victimes, ou lorsque l’arme est dans leur main. Que ce soit par auto-défense, ou bien en attaque. La façon de hurler comme d’entendre les cris, la réaction à la douleur, le temps avant que les larmes ne coulent ou bien que les regrets n’apparaissent. Quelle partie du corps couper ? Laquelle défendre face à la lame ? Le maniement de l’arme et la résistance à la douleur. Tellement de détails qui peuvent témoigner d’un état d’esprit. Tellement de façons d’étrangler quelqu’un, et tellement de psychés derrière ces mêmes façons. Les trois gaillards s’y connaissaient bien, dans cette démarche violente, mais chacun y voyait sa façon de faire. L’un d’entre eux se battait pour le plaisir, chassant pour agrandir sa collection de trophées ainsi que la base de données de son ordinateur. Il tuait ceux qui ne le respectaient pas, et ne s’attaquait pas aux innocents. Son code d’honneur ne le faisait toucher avec toute sa force que les êtres les plus ignobles. Mais ses mains avaient déjà tué, oui. Cependant le nombre d’êtres intelligents et perfides ne s’élevait pas haut. Un autre, lui, voyait dans le vol de la vie des autres le meilleur moment de leurs existences. De ses doigts délicats et avec sa grâce signature, il dégageait les âmes de leurs résidences terrestres. Mais il semblait bien que les avis face à son art étaient bien, bien partagés. Il donnait catharsis à ses clients, et ses victimes. Mais son employeur actuel ne tombera pas. Il était bien appréciable. C’était un patron à garder.

Aucun des deux meurtriers n’avait cependant tracé derrière lui une fosse commune aussi large que celle de leur chef, qui pourtant était celui qui s’efforçait à ne pas l’agrandir bien plus. Il n’était terre où il passait sur un terrain qui ne cachait pas l’une de ses victimes. Il n’était ciel où une âme pleine de vengeance ne se délectait pas de chacune de ses souffrances, et ne grinçait des dents en voyant ses joies. Il était probable que la mer soit remplie par les larmes des défunts qui s’accrochaient à la vie, et des endeuillés qui maudissaient un nom bien particulier. Son corps immortel, détruit, amoché, brûlé, empalé, tranché en morceaux aussi larges qu’insignifiants, bissecté comme réduit en poussière, n’avait pas autant saigné durant son millénaire d’existence que tous ceux qui ont éclaboussé sa lame, et ont rendu l’âme en ne voyant que ses yeux les observer durant leurs derniers moments, et ses dents brillantes être la lumière à la fin du tunnel. Lui qui avait volé tellement à la Terre, qui lui avait subtilisé tant de vies, qui de ses mains habiles avait cultivé la mort avec tant d’aisance, qui avait orchestré la torture avec tant de facilité, lui qui maniait bien mieux la lame que le colosse et qui dansait bien mieux au rythme de la violence que l’artiste, c’était lui qui était leur chef, leur leader, et c’était lui qui interdisait le paroxysme du combat, la fin que chacun d’eux trois faisait apparaître sur l’écran, la fin de tout sens, la disparition des pensées, la mort. Sous son regard de braise, ni Hish-Qu-Ten, ni Quatre ne tuerait ce soir.

Légion avait fait son enchaînement avec un grand succès. Son style de combat s’approchait bien plus de la rapidité que celui de son camarade au casque ne laissant apparaître que des dreadlocks. Pourtant, contrairement à son autre allié de combat masqué à la voix suave et au charisme cachant ses ambitions meurtrières, il restait un combattant de corps à corps. Son oeil trembla à la vue du sang. Ses nerfs se stimulèrent, son coeur se mit à battre de plus belle. Ce sentiment d’appui sur l’estomac et pourtant qui touchait les coins des lèvres, cette joie de vivre qui faisait sourir et trembler, cette vérité qu’il niait plus que toute autre chose, c’était ce qui s’emparait de lui en ce moment même : la soif du sang, de la violence, et de laisser loger ses lames dans les organes et ses doigts dans les yeux !

Légion put contenir difficilement un soulagement à la vue de cette hémoglobine qui tombait sur le sol. Cependant les flammes qui sortaient de sa paume combinées aux épées qui sortaient de l’ombre eurent des résultats. Il put voir entre les hôtes de l’enfer que la cible venait d’ériger une barrière d’énergie pour se protéger, un dôme vert transparent qui renvoya sur les côtés le feu qui sortait de la main gantée du chevalier en armure peu brillante. Cependant, les lames, elles, purent entrer dans la protection de la guerrière avec beaucoup plus d’aisance. Cette dernière, qui semblait être occupée davantage par le soin de sa première entaille, à travers une brûlure forte provoquée par de l’énergie concentrée dans sa main sur la plaie pour la cautériser. Cela sonnait bon pour la Saiyanne, non pas car cela l’empêcherait de souffrir plus, mais parce que cela n’allait plus exciter le pauvre maniaque qui tentait de ne pas trop se prendre au jeu. Cependant, l’Exécution avait fait mouche à l’intérieur du globe qui se brisa au moment où Légion arrêta sa première attaque : trois des quatre lames qui avaient été envoyées vers elle l’atteignirent, et salement. Deux touchèrent son ventre, et il fallait espérer que ce ne soit ni le foie, ni l'estomac, tandis que la dernière fut envoyée dans son épaule, endroit plein de connexions nerveuses et très utile pour manier le reste du bras. Légion vit ainsi sa victime rouler en arrière après l'impact, laissant derrière elle les épées qui disparurent une fois délogées, et une nouvelle traînée de sang. Cette joie de la torture qu'il avait réussi à dégager auparavant revint à lui. Cette envie d'écraser son visage sous sa botte, lentement, en écoutant un à un les craquements du crâne qui ne pouvait tenir, de voir le cerveau être expulsé hors de son logis contre sa volonté, lui reprit. Et avec cette même envie lui vint de multiples douleurs dans son dos.

Hish-Qu-Ten écoutait son adversaire sans perdre sa position de combat. Tout comme cela pouvait être une distraction, le dialogue permettait également de déterminer son adversaire. La voix du poisson était grave, comme ce que l'on pouvait attendre d'un type de cette carrure. Et elle était également perturbée par la forme de sa bouche, qui la faisait résonner à l'intérieur de ses joues avant de sortir, lui donnant un air déprimé. C'était un peu ridicule, mais passons. Hish-Qu-Ten avait mis son ennemi en mauvaise posture, un genou à terre, et ses coups avaient touché : son coup de poing comme son coup de tête avaient fait mouche, et pas qu'un peu. Le visage saignant du Kanasien avait été salement cabossé. Hish-Qu-Ten, cependant, ne changeait pas de prestance. Il restait concentré, il restait fort. Il n'avait aucune raison d'être distrait, attendant simplement une contre-attaque de la part de son ennemi. En attendant, Peine, lui, était fort bien excité. Il le sentait. La lame ensorcelée souhaitait du combat plus qu'autre chose. Le colosse était pareil, mais quand bien même le plaisir de la chasse était présent, il n'en était pas une envie de faire souffrir ni de faire le mal. Peine se nourrissait de combat, l'énergie dépensée le satisfaisant comme un enfant se gaverait de chocolat le soir après avoir couru toute la journée. Et sa satiété inexistante le rendait très friand de castagne et de balafres. Cependant il avait envie de parler, et comme instinctivement, au moment où il allait prendre la parole, Hish-Qu-Ten pointa la dague bavarde en avant.

"Non, mais, c'est sûr ! Hish-Qu-Ten est le meilleur bagarreur que j'ai jamais rencontré ! Tu crois quoi, que je posséderais un gars au hasard ? Ah ah ah... Ce mec a cassé la figure à un squelette magicien, tu crois qu’il pourrait pas tenir tête à son adversaire dans une bagarre générale ?”

Le Yautja rapprocha rapidement la lame vers lui, l’observant un court moment comme s’il était étonné par les compliments. Ce court moment aurait failli lui être fatal… si l’adversaire au genou écorché n’avait pas lancé du sable sur un être qui portait un masque. La poussière de sol effleura la visière du masque du Yautja, et au grand maximum, elle se cala dans un coin. Ce n’était donc pas très efficace, ce jet de sable, face à un être au regard vif. Cependant, suivant cette attaque qui avait pour but de faire baisser la précision, fut l'attaque en forme de serpent composée entièrement d'eau, la même qu'il avait découpé la dernière fois. Il n'eut cependant pas le temps de la contrer cette fois ci, et elle lui arriva directement au visage, le choc contre son masque laissant se faire entendre un gros "Clonk !". Mais cela ne fut pas tout. L'homme-poisson donna un coup de griffe dans le vide, fendant l'air, laissant apparaître de multiples lames qui filèrent à une vitesse impressionnante vers le chasseur, tout en bondissant en arrière. Le geste avait pour but de couvrir sa retraite, très certainement. Malheureusement pour lui, Hish-Qu-Ten était doté d'une Résistance Supérieure. Si un combattant lambda était capable d'user trois fois chacune deux techniques bien plus puissantes que la moyenne, le Yautja pouvait résister à trois d'entre elles. Et ce, sans avoir de contrecoup, hormis de n'avoir qu'une capacité utilisable trois fois sans repos véritablement offensive. Comme si ses poings et sa lame ne suffisaient pas.




Sa Force Supérieure toujours présente, il fonça vers le poisson, qui devait être étonné de sa fulgurante défense, et en profita pour le cogner au visage, afin de le propulser vers le sol. De là, il le prit par le visage, continuant sa course, vers le mur de l'arène le plus proche. Il passa à côté de Légion, qui laissait s’échapper de ses mains une brume étrange, la cape brûlée à plusieurs endroits. De l’autre côté de l’arène, une explosion avec un flash de lumière intense s’était fait entendre. Mais Hish-Qu-Ten n’y prêta pas attention. Arrivant finalement au mur, il encastra son ennemi en plein dedans, d’un mouvement du bras qui contracta tous ses muscles. Il fit un bond en arrière après ce mouvement, avant de prendre son élan pour sauter, et donner non sans un certain charisme, un énorme dropkick en plein dans le visage de sa cible. Le bruit du choc résonna dans l'arène. Il fit un autre bond en arrière, voulant voir le résultat de ses mouvements. Peut-être que le poisson s’était bien réceptionné au mur avant d’esquiver l’attaque, après tout. Peine, en attendant, s’excitait. L’arme ensorcelée était bien heureuse face aux mouvements bruts et pourtant puissants de son porteur !

"Biiim ! Ça doit faire mal !”

Mais d’où venait l’explosion, alors ? Du dernier groupe d’individus : Quatre ainsi que sa nouvelle muse qui dansait, suivi du projectile mortel qui risquait de lui arracher l’aile s’il venait à faire mouche. Cette dernière, soucieuse de se protéger, avait créé des sphères d’énergie autour d’elle, avant de toutes les envoyer sur ce qui risquait de la tuer. Les yeux rouges et ronds de l’artiste s’illuminèrent un instant face au spectacle de beauté qui s’élevait sous ses yeux. Son corps ne bougea pas alors que le vent commençait à se lever. Visiblement, la voltigeuse n’était pas fort amusée par la magie du masque de fer, et son corps commença à s’illuminer, tandis qu’elle commençait un discours que Quatre n’apprécia pas.


”Assez mauvais comme discours avant la scène impressionnante. Cela ne fut ni menaçant, ni caractéristique. Tout bonnement mauvais. J’ose attendre meilleur.”


Il espérait que les effets spéciaux soient meilleurs que l’écrit. Il faudrait certainement virer celui ou celle qui s’occupait des dialogues, pensa le masque de fer. Cependant, l’éclairage était bien fait, le jeu des lumières vraiment bon, et l’effet sonore qui accompagnait le hurlement de l’ange était relativement bien réussi. En voyant s’approcher à toute vitesse le rayon lumineux et massif, Quatre se mit à sourire.


”Rooh, c’est mignon : elle l’a appelée - Ō̢̫̣ͫ̓H̡̼͕̟ ̭͙̹̣͈ͯͨ͆̓̋̚P͚͍U̧̦̰̻̥̐̀̊Ť̬͎̟̩͢A̦̖̟͇̦̝ͭ̋ͫ̀̕I̻͙̳ͮ̆̓́̀N̝̜̝̋͑̄̓͡ͅ ̡̺̄̂!ͪ̌͊”
̦͓ͩͮ”


Le châtiment vint tomber sur le masque de fer alors que sa figure de noir vêtue disparut du champ de vision des autres, caché d’abord par l’éclairage fabuleux causée par la danseuse aérienne, puis par la poussière projetée par l’attaque aux connotations divines. Alors que Hish-Qu-Ten emportait avec violence son adversaire vers les contours de l’arène, et que Légion laissait sortir de sa main une bien étrange fumée, la dame tomba au sol, épuisée par sa colère céleste. Une faible barrière d’énergie se dressa autour d’elle aussi, ce qui semblait coïncider avec le moment où la lumière provenant d’un rond rouge traversa le nuage de sable, rivé vers la combattante. Une figure put être entrevue, s’approchant dangereusement, lentement de la pauvre proie sans défense. Son pas commença à s’accélerer, alors que sa respiration pouvait être entendue. Il avait à sa main un pied de biche, qui semblait parfait pour se loger dans l’orbite de la combattante à terre.


”M̵̢̠̞̤̘̯̩̼͑ͩ̂ͭͣ͞O̷̻̮̯̪̗͂̓ͧ̇͒̔̑̃̀͘N̴͓̜͉͍̯̣͎̣ͫ͑̈́͒̒͌͡ ̈́̍̎͌̃́̈́͏̳͔͝C̗̒̄ͫͯͦ̌̕O̶͔̗̣͙̲̘͗͆ͥ͌̍͆̿̉̀Ś̵̼̩̭͊ͩ͜T̨̨̧̤͎̫͉̬͉̑̒͊͋U̷͔͓͇̠̟͋̽̈́̈́͐̓ͭ̀͟ͅM͈͓̺͙͖̤ͦ̔ͪͫ̿́E̶̠͉̻͒ͭ̃ͮͨ̀̅ͮ͗ ̯̣͔̼͚̌͑̄̽!̟̗ͥ͒̃̿ͬ̀ ̡̤͔͎̹͎̰͚̪̎ͭ̉͝T̨̍ͩͫ̿͏̫͈͚̥͔̥̜U̮͇͓͚̺̓̊̾͡͠ ̶̼̮̣̥̤̰̑́ͧ̄ͩ͆̚A͇̦͓̩̔̏̃́S̴̈́̀҉̤͙̤̲̯̼͔̱̠ ͂̀͠҉̯̩D̩̲̙͎̳̹͆̆́͢É̪̮͇̔̎ͤ͆ͦ̅̅T̾ͤ̿ͯ͛̿ͨͭ҉̷͏͚̪̺͔̳R̸̵͍̟̥͕̗̜̲ͣ͂̑͒̊́̊͊͞Ű̞͙͔͕̟͖̙̳̔͒̈̂̅Ȋ̸̛͖̹̂̓͢T͔ͫ̓̏̿ͫͮͤ͂̀͠͡ ͇͖̦̻̖̘̪̼ͯ̓͗̕M̦̤̩͇̯͔̝̼͎̎͐̓̒O̬̙̾͒̀̏ͤ͊ͦ̕Ñ̤̭̩͙͕̰̮͚̱ͪ̎͛̊ͪͥͪ ̡̩̣̜̗̝̓C̺̩̰̙̰̭̰̻̙ͦͨ̈̽́͑̀ͪ͜͟O͉͚͇̙̜̜̠̜ͭ̒͝ͅS̶͎͔͈͙͌ͤ̋́̃̏̈̊T̷͇̱̤͑͐͆ͤȖ̸̬ͥ̉̾ͣ̌̕M̧͙͕̈̑͐̒̾̓͊̐̀͠Ę̫̭̦̺̜̲̗͊̍̀̉ ̶̮̬̮̘̈́ͪ̔͘!̯̱͉̜̺̗̻̯̊͜”


La voix de Quatre semblait avoir changé, comme si un mode de voix avait été cassé. Elle devenait plus grave puis plus aiguë d’un instant à l’autre. Visiblement, le masque de fer n’avait pas apprécié que l’on touche à son magnifique long manteau noir au tissu issu des toiles des scarabés de Dark, cousu par de hauts professionels de Dösatz, qu’il avait commandé à sa taille et pour lequel il avait attendu deux heures avant la livraison. Deux heures ! C’était incroyable comme temps ! Le visage de métal fut à présent à découvert, plein de trous dans son bel uniforme, mais le jeu d’ombre semblait cependant cacher ce qui devrait normalement être vu. L’un de ses deux yeux étaient cassé comme le verre d’une loupe qui passait trop rapidement de chaud à froid, ce qui expliquait le manque de lumière en sortant. Il avait contré l’attaque de son ennemi à l’aide d’une de ses balles construites manuellement, avec amour. Les balles qui permettent de créer des Chefs d’Œuvres. Personne ne savait d’ailleurs pourquoi il n’en apportait qu’une par combat. Ce serait bien plus efficace de n’utiliser que ça. On peut imaginer que c’est les défis qu’un artiste se donne à lui-même. La balle fut tirée en plein dans le centre du rayon, ce qui put l’affaiblir grandement. Il se prit néanmoins un contre-coup, mais cela sonnait bon. Si son attaque ultime à elle était si puissante, cela signifiait qu’elle devait avoir gaspillé beaucoup de son énergie. Et c’était le cas. Elle était à terre, insignifiante, incapable de se défendre hormis pour un faible bouclier. La face de ferraille bien abîmée s’approcha d’elle, et leva son pinceau, avant de frapper violemment sur le dôme d’énergie protecteur, qui se brisa. Cependant, avant de baisser à nouveau son juste bâton vengeur dans la face de son ennemie, il s’arrêta. Il respira fortement un instant, avant de sortir de son manteau un cigare, qu’il mit, tremblant, à sa bouche, et qu’il alluma avec un léger briquet intégré à sa Palette. Il inspira fort, avant de laisser s'échapper de sa mâchoire métallique une bouffée de fumée qui sentait fort l’opium.


”V̕e̛u̸i͏l͞l͟ez m'̸exc͟u̧s͏eŗ.̡..͢”


Il détacha une partie de sa canne, qui se transforma en un Desert Eagle, lourd pistolet que l’on portait normalement à deux mains. Quatre, lui, n’en avait besoin que d’une. Il tira une balle, qui se mit à tourner dans les airs, à quelques centimètres de celle qui était à terre. La trajectoire prenait la forme d’un cercle parfait. Un autre Coup Critique avait été effectué.


”J̶e̴ n'͞ąi͜ pa̧s͟ ̛le ͝dr҉oi̕t̨ de̴ t̛u̢e͜r̡, ̵et ̴j͜e l͘e̶ ͜sai̢s̢ b͘i̧e̸n͟.̴ ͘C̸'e̛s͏t ̨fo̧r͟t͡ dómm̴aģe. ͘M͜ai̢s͝ ̸c͘'e͟s̢t́ ainsį.̵ La ba̕lle̴ qui̷ to͘u̧rn͜e҉ au̧ ͘de̡ssu҉s͜ ̵d͜e ͏to͏i̸ ̨dé̴pend de t͘a po̷śit̡io̷n͡.̡ ͞T͞on co͜r̕ps̨ ͢óc͡cu̸p̛e ḑe ̶l'es͡pa͜c͝e͝, et̸ ͟po̶u̢ss͢e̛ ͘l'air͡ ̶q͜ui ̴ma̴int̛i͏e͡n̛t ̨m͢a̷ chè͏r͡e̶ c҉a̶rto҉uc͞h͡e e͠n ͏p͟osi̸ti̢on.̢ Si tu̢ ͢ve͡ǹa͞is à͡ b͜oug̵ér҉,̶ ̕eļl͝e ̛s͢e ͢d͏i̢riger͘a ̧si͘m̷p͞l̡e͢men̴t ̴v͜e͘rs ̴t̀on ͘é͏p͢au͝l͡e͏ ͏d͞ro̷i̛te ̨avant ̀d͜e ŕic̸o͢ch͘er̴ ve͏r͠s t͟on͏ ̷ov̕a҉i͏r̡e̶ gau͡c̵h͡e͢,͟ ̡t̢o̡u̴t e̕ń ͟t͟r̴an͝spe͞rçánt les͢ o̧rg͝a͠n̵és ̢non vitaux͞ qu̶i ̢son͞t̸ su̷r̕ le che͡min.̷ J̷e͢ te c̵o͏n̴séil̛le,̢ ̨po͡ur ́passer ̀l̸e tem̀p̨s̛, ̀d'́e̶śsáye̴r d͝e̢ ̡d͠é͠m̶ont̡r͢er̵ p҉a̸r̴ ͞l͢e͏s ͘lo͢i̷s ̡d͝e ̵l̛a ̛ph͘ys̕i̧qųe l̸'͠im̶pòsśibilit͝é͝ de ͘m̛a ͢manœuv́r͢e͘. ̵C̀'̴es͠t ̡ce͝ ̀que͏ ͢f͏o͘n͘t͏ bea͜ućo͞up, ̨a͘près͝ t͞oút.̛”


Il prit de la distance, tout en rigolant, et se tourna vers ses compagnons, observant le spectacle. L’un d’entre eux venait d’assener son dropkick, mais qu’en était-il du dernier ? Légion laissait s’échapper de ses mains sa Toxine, une fumée débilitante qui cachait son énergie et sa position à ses ennemis, et qui accentuait la peur, le stress, et toute autre source de panique si elle était respirée. Cette fumée entourait la guerrière qui devait normalement se relever. Pourquoi le fantôme ne l’avait-il simplement pas achevé ? Il pouvait lui casser un bras ou deux afin de la mettre hors d’état de se battre. Il pouvait également relancer son attaque qui créait des lames, qu’il pouvait rendre non mortelle. Sa voix résonnait dans la tête de ceux qui étaient présents dans la fumée ensorceleuse. Légion devint une Ombre, se cachant dans l’obscurité pour ressurgir soudainement à côté de Caulifla, dont il obtint le nom après lui avoir donné un coup de genou dans l’estomac. Qu’est-ce que cette dernière pouvait voir au lieu de l’âme en peine ? Un monstre ? Un diable ? Un cauchemar ? Penser à la surprise causée par son attaque lui arrachait, sous son foulard, un sourire qu’il avait honte d’afficher, un sourire que personne ne pouvait voir. Du pommeau de son épée, il enchaîna par un coup sur la tête de la combattante, violent et malsain, qui était trop pour la résistance normale d’un crâne.

”Abandonne, le mal que tu subis est inutile.”

Ce conseil ne l’empêcha pas de continuer son assaut. Sa jambe droite fut projeté, genou, à nouveau, en avant, vers l’entrejambe de l’ennemie, partie très nerveuse et qui pouvait bien faire souffrir si elle venait à être touché. Le bras libre de Légion se recroquevilla, afin de donner un coup de coude dans la joue gauche. Enfin, il fit un coup de pied retourné, afin que, du talon, il puisse infliger un maximum de douleur à la cuisse droite, afin de la paralyser. Après tout, la hanche est tellement sensible. C’était bien facile que de mettre à terre ces ennemis si leur capacités motrices dépendaient tant de membres facilement endoloris… Il marcha en arrière, caché dans la brume, sa voix sonnant toujours dans le monde embrumé.

”Tu ne peux pas gagner ici. C’est peine perdue. Tes alliés se font malmener autant que toi. Pourtant, il n’y a que le chef de groupe qui peut jeter l’éponge. C’est à toi de terminer vos souffrances. Ou bien de les laisser continuer.”

Sa voix provenait de partout dans le brouillard maudit. Mais où était-il bon sang ?
Kaito Shan
avatar
Demi-Sayen
Masculin Age : 20
Date d'inscription : 31/05/2016
Nombre de messages : 7081
Bon ou mauvais ? : Divinement Bon.
Zénies : 3365

Techniques
Techniques illimitées : ✞ Kaikai ✞ Rayon bonbon ✞ Sōzō ✞
Techniques 3/combat : ✞ Light Hawk Wings ✞ Volonté ✞
Techniques 1/combat : ✞ Kami No Ryūken Bakuhatsu ✞

MessageSujet: Re: [Combat DC Test] Caulifla versus Légion   Lun 26 Mar 2018 - 2:08
[Eh bien eh bien... Nous avons un vainqueur ! Legion remporte donc le combat test à cause de l'absence sans justification de Caulifla. De ce fait, le vrai tournoi va pouvoir commencer. Legion passe automatiquement au tour suivant ! Très beau rp d'ailleurs !]

C'est donc sur ce champ de bataille que le combat entre le groupe un et deux s'arrête. La victoire revenant au groupe de Légion, il allait rapidement pouvoir passer au tour suivant. Mais avant toute chose, il fallait désormais voir les nouveaux combats. L'arène allait être entièrement refaite pour l'occasion, pouvant donc accueillir une bonne battle royal avec deux groupes. Les informations seront données en temps voulu.
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: [Combat DC Test] Caulifla versus Légion   
 
[Combat DC Test] Caulifla versus Légion
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Combat Multijoueur Test [Rochel, Oneiros, Morphée, Requiem]
» Combat A - Kadoria Dosan versus Seki Huriko [Event]
» La légion Romaine
» Votre région pokémon préférée
» Combat des Chixx!

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
RPGDBZ :: RPG :: RPG Flashback-