Partagez | 
 

 Deuxième ville ! [Libre]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Motta
avatar
Modérateur
Masculin Age : 26
Date d'inscription : 04/08/2008
Nombre de messages : 34037
Bon ou mauvais ? : Mystérieusement neutre
Zénies : 3515

Techniques
Techniques illimitées : Téléportation// Kienzan // Dodompa
Techniques 3/combat : Final Flash // Griffes du Tigre
Techniques 1/combat : Supernova

MessageSujet: Re: Deuxième ville ! [Libre]   Jeu 17 Mai 2018 - 17:27
La logique avait voulu que Motta se charge de Brolya alors que Pythar avait choisi de s'en prendre à Mark II. Le général n'avait aucune préférence quant à la cible à attaquer, ils ne connaissait pas ces deux intrus avant de les rencontrer ce jour là. Et puis, avec la haine que Pythar semblait porter pour la créature tachetée il avait paru judicieux aux yeux de Motta de le laisser régler son compte. Il n'avait bien évidemment aucune information sur ce qui l'avait poussé à être hors de lui, peut-être que cette chose avait eu des propos sexistes ou liké un commentaire discriminatoire. Mais qu'importe, le roi pouvait bien faire ce qu'il voulait de ce fou qui avait eu le malheur de s'attaquer à la ville sayen. Motta avait même le loisir de faire de même avec l'autre élément perturbateur de l'histoire qui, malgré les assauts du gradé, n'avait pas donné de réponse.

Après son enchaînement Motta resta vigilant, il avait déjà dû bien amocher cette sayenne qui avait trahi les siens en attaquant la planète mère des sayens. A croire que ça devenait une mode, entre elle, Majin Vegeta ou feu Candaves ça faisait du monde. L'ancien colonel avait du mal à comprendre ces choix douteux, ce manque de fierté patriotique, pour un peuple qui faisait pourtant des siens des guerriers reconnus et crains dans tout l'univers, et donc où ces individus pouvaient s'exprimer librement s'ils le désiraient, être carrément des figures de l'armée sayenne, enviés de tous. Mais tant pis pour eux, le peuple sayens n'avait pas besoin de quelques ingrats de ce genre et s'en portait même très bien. C'était juste dommage pour eux.

Le général avait attendu une réaction de Brolya qui ne vint jamais, à la place une autre femme se manifesta, intervenant après que le sayen à l'armure verte ait agit. Cette personne, qui n'était pas une sayenne, se battait pourtant contre les ennemis du peuple sayen. Mais qui diable était-elle ? Les bras croisés, Motta la regarda s'amuser avec ce qu'il devait rester de Brolya avec des techniques bien étranges. Il ne manqua pas de remarquer que, bien qu'elle était dans le même camp elle ne se gênait pas pour se servir des habitations comme une sorte de mecha. Alors que le disciple de Toma restait calme, elle se mit à geindre, se plaignant de l'intervention des sayens, qui étaient pourtant dans leur bon droit de défendre leur planète. Elle se montra peu sympathique et même grossière. Motta n'y prêta pas trop d'attention jusqu'à ce qu'elle avance que ce combat lui revenait de droit. Le guerrier fronça des sourcils et décroisa les bras, il chargea une grande quantité d'énergie en lui, qu'allait-il faire ? L'attaquer ? Finalement, il tourna la tête en direction de la pauvre Brolya et lui balança ses Griffes du Tigres en direction de ses points vitaux. L'ennemie fut transpercée en trois points, lui accordant une fin rapide. L'ancien colonel, qui flottait dans les airs, descendit de quelques mètres, toujours en train de flotter.

"Les morts ne répondent pas..." Fit-il alors que l'étrangère souhaitait discuter avec l'assaillante."Tu n'es pas en mesure d'exiger quoi que ce soit sur le sol sayen. Nous te remercions d'avoir fait patienter nos invités avant notre arrivée mais désormais nous prenons le relais. Je te conseil de ne pas faire davantage d'histoires..."

Il n'était même pas sûr que la volonté de cette femme soit de protéger le peuple sayen de cette attaque, elle avait l'air simplement intéressée par la possibilité d'affronter les deux intrus... Un état d'esprit très sayen au final. Motta attendait donc qu'elle s'en aille sans causer de problèmes. Si elle décidait de s'attaquer à un sayen elle serait elle aussi considérée comme un ennemi du peuple, ce qui était loin d'être un statut très avantageux.

Puisque Pythar s'occupait de la chose difforme, Motta ne s'en préoccupa aucunement, se concentrant seulement sur la sayenne renégate, ce qui n'était pas forcément une bonne solution, visiblement. En effet, alors que Pythar croyait avoir vaincu Mark II, ce dernier se fit carrément exploser, sans doute pour essayer d'emporter le maximum de personnes dans sa tombe. Motta ne s'y attendait évidemment pas du tout, il avait simplement eu le temps de regarder en cette direction, d'où la lumière du flash dû attirer l'attention de tout le monde. Cependant pas le temps de faire quoi que ce soit, la déflagration fut telle qu'elle emporta tout ou presque sur son passage. Le décor, et encore pire des soldats avaient dû y passer. Motta, lui, fut projeté très loin du point où il était et puisqu'il était en train de flotter dans les airs il ne pu pas vraiment se retenir à quoi que ce soit. On le retrouva finalement à de nombreux mètres de là, ensevelit par un tas de gravats ramené au même endroit et stoppé par un immense bâtiment. Le général rouvrit les yeux, alors au sol, il sentait que son corps avait été marqué par l'explosion. La douleur se manifestait sur ses bras et ses jambes, bien égratignés par ce qu'il venait de se passer. Il ne devait pas être le plus amoché car il se trouvait un peu plus loin de l'explosion puisqu'il s'occupait de Brolya mais l'impact avait bel et bien eu lieu, l'armure craquelée du sayen en témoignait comme ses blessures. Il n'était pas ravi d'avoir dû subir cette attaque surprise, mais il se releva, faisant tomber gravats et poussières qui l'avait recouvert. Il tapota son uniforme puis se téléporta jusqu'au point où avait eu lieu l'explosion, afin de s'assurer qu'il n'y avait plus de menace. La créature était partie, c'était un peu rageant qu'elle ait choisie cette fin, qui n'était d'ailleurs pas très honorable. Motta se posa sur le sol où un cratère avait remplacé la place de Mark II. Pythar vint jusqu'au général et lui demanda si ça allait.

"J'en ai vu d'autres... Tu as l'air de t'en être sorti, j'espère que ça va. Tu devrais faire attention, tu as manqué de vigilance et ça aurait pu être pire." Il se redressa un peu alors qu'il avait regardé de plus près le trou formé par l'explosion et répondit une nouvelle fois au roi. "Voyons, il est inutile de me remercier pour être intervenu. C'est mon rôle d'être là et d'agir quand ça ne va pas."

Pythar lui apprit qu'il revenait tout juste de la planète Terre et qu'il y avait affronté Majin Vegeta, qu'il avait semble-t-il vaincu avec l'aide d'un certain Charlo. Motta ne connaissait pas ce dernier nommé, et à vrai dire il ne savait pas non plus que Pythar faisait partie de la Z-Team. Le roi n'avait pas trop eu de contact avec Motta depuis très longtemps, contrairement à Sharotto, qui lui avait passé un long entraînement dans la salle de l'esprit et du temps avec le général. Le roi annonça également l’acquisition de deux boules de cristal, Motta en possédait lui aussi deux, ce qui voulait dire que la majorité du trésor était en la possession de l'armée sayenne. Il ne restait plus beaucoup d'élément à rassembler mais les dernières étaient en possession de l'ennemi, ce qui ne rendrait pas la tâche facile. Pythar avait dit que la guerre était inévitable, cette énième affrontement annonçait une suite toujours aussi conflictuel.

"Nous sommes en guerre depuis bien longtemps, Pythar. La bataille ne se terminera que lorsque nous en auront fini avec l'ennemi."

Il était vrai que tout ça était bien loin d'être terminé, les conflits s'additionnaient et attisaient un peu plus la haine, la rancœur que les deux camps se vouaient. Pythar décida de quitter les lieux, déjà. Décidément il était un homme bien pressé et Motta n'avait pas le temps de davantage discuter avec lui, alors qu'il y avait sans doute beaucoup à dire. Tant pis, le général se tourna alors et se dirigea vers les troupes qui avaient été déployées ici. Il y avait un guerrier sayen avec un potentiel supérieur à la moyenne, Motta consulta son détecteur avant de lui adresser la parole.

"Rien de cassé, soldat Riki ? J'espère que cette explosion n'aura pas réduit nos effectifs."

Le général ne connaissait pas l'identité de tout les soldats que l'on comptait dans les rangs de l'armée sayenne, mais leur détecteur leur permettait d'avoir des bases de données sur chacun d'entre-eux. Cela permettait au général de s'informer rapidement, comme dans ce cas précis.



Spoiler:
 

Fiche de Motta
Général des armées sayennes.

Truth:
 


Transformations:
- Gorille Géant
- Super Sayen 1
- Super Sayen 2
- Super Sayen 3

Objets: Armure sayen, détecteur, boules de cristal à 1 et 4 étoiles, 2 senzus, émetteur Alliance Ganshou, cape rouge.
Riki
avatar
Saiyan
Masculin Age : 17
Date d'inscription : 22/12/2016
Nombre de messages : 206
Bon ou mauvais ? : Neutre
Zénies : 1375

Techniques
Techniques illimitées : Ki Barrier; Image Rémanente; Maximum Flasher
Techniques 3/combat : Renforcement; Tempête éclaire
Techniques 1/combat : Final Flasher

MessageSujet: Re: Deuxième ville ! [Libre]   Ven 1 Juin 2018 - 19:49
(Suite à l'absence prolongée de Fovéa, et conformément aux règles, je me permet de poster et, ainsi, de sauter son tour.)

Riki était assez satisfait de l'intervention, même si au final on n'avait pas vraiment eu besoin des renforts, ce qui en soi était une bonne chose. En effet, l'intervention du roi avait tout simplement pulvérisée le cafard humanoïde, et ce qui avait été identifié comme sa complice avait été éliminée par le général et par une civile non-sayanne qui avait, probablement par un mélange de chance et de talent, survécut au massacre perpétré en ce désormais sinistre lieu.

D'une combinaison de gestes de la main, Riki ordonna à l'un des soldats de vérifier l'état de santé de la tueuse, probablement achevée précédemment par l'attaque de Motta, et recommanda aux autres de rester en alerte et de sonder la zone à l'aide de leurs détecteurs, en évitant de scanner leur général, pour le bien des détecteurs. Tout en donnant ses consignes, il entendait le civil sayan brailler près de lui, probablement à cause d'un insecte qui lui serait monté dessus à la vue du vocabulaire qu'il employait. Au bout de quelques secondes, Riki, voulant pourtant faire preuve du plus de professionnalisme possible devant le seigneur suprême de son peuple ainsi que son meilleur guerrier, se retourna vers Hellzetsu pour lui demander de faire preuve d'un minimum de dignité devant son roi. Là, il fut interloqué par plusieurs éléments. Premièrement, le jeune homme ne se débattait en réalité pas  avec un insecte mais une sorte de bec, semblable, mais Riki l'avait oublié vu la vitesse à laquelle il avait été désintégré, à celui du cafard géant vaincu par Pythar. Second élément, et de loin le plus inquiétant des deux, ledit bec s'illuminait alors même qu'une quantité phénoménale d’énergie s'en dégageait. Si ça ne tenait qu'à Riki il aurait sommairement amputé le jeune homme avant de le jeter en arrière pour encaisser l'explosion comme il le pouvait avec sa barrière. Or cela ne tenait pas qu'à lui, car le temps avait bien évidemment lui aussi son mot à dire dans l'histoire, et ainsi, l'action, qui n'avait duré en tout et pour tout qu'une demi-dizaine de secondes, se conclut sur l'hommage larmoyant d'un martyre à l'Écosse et sur une explosion colossale qui aurait certainement emporté la planète si les règles physiques de ce multivers n'étaient pas si aléatoires. Riki, manquant de temps, activa simplement une barrière devant lui, concentrant son énergie sur un seul angle afin qu'elle encaisse le plus possible.

"En arriè..."

Puis le reste de sa phrase se perdit dans le vacarme de l'explosion et celui d'une... musique de cornemuse ? Riki n'en était pas sûr, pour la simple et bonne raison qu'il était en train d'encaisser presque de plein fouet la meilleure attaque d'un ennemi bien plus fort que lui. Sa barrière, malgré toute l'énergie que Riki y investit, se brisa rapidement, laissant la fin de l'explosion le propulser plus loin encore tout en le brûlant. Le soldat atterrit brutalement, s'enfonçant dans le sol tout en perdant connaissance pendant une vingtaine de secondes. Il se réveilla avec une sensation de puissant coup de soleil sur tout l'avant du corps et d'atroces douleurs dans le torse, probablement quelques fêlures ou fractures. Lentement, il se releva et fit quelques moulinets avec ses bras, bougea lentement le cou et tenta de marcher un peu. Tout semblait plus ou moins opérationnel, malgré les douleurs lancinantes dans son torse. Il contacta alors son escouade afin de vérifier l'état de santé de chacun de ses membres.

"Ici Taro, je suis opérationnel, juste un peu sonné."

"Je... je crois que je vais bien chef... mais j'ai un mort ici, tellement... fondu que j'arrive pas à l'identifier, mais je distingue des bouts d'armure... c'est l'un des nôtres.", répondit quelques secondes plus tard un soldat, visiblement en état de choc en état de choc.

"Reçu. Fennel, retrouve le général et le roi. Taro, cherche nos camarades, je veux connaître le sort des quatre autres membres de l'escouade, enfin des trois autres...", rectifia Riki en apercevant le corps à moitié déchiqueté d'un autre soldat à quelques mètres de lui.


"J'ai déjà un blessé en visuel, prenez de l'altitude boss, je vous indique ma position."

Riki s'envola alors à une dizaine de mètres, attendant un signal quelconque, quand il vit trois kikohas s'élever à quelques centaines de mètres de lui. Il s'empressa de rejoindre la position de tir, où il retrouva Taro, à qui il fit signe de continuer sa recherche. Cela fait il examina le blessé. Même pour lui, qui avait assisté à d'abominables spectacles pendant la guerre de Thalésia, la vision qui s'offrait à lui avait de quoi émouvoir, et semblait étrangement poétique au milieu d'un tel chaos. Le blessé était donc assis dos à un mur, la moitié de son visage brûlé et son armure totalement détruite au niveau du torse. Ce qui cependant faisait dire à Riki, pourtant piètre médecin, que le soldat ne s'en sortirait pas était le grand poteau qui transperçait son corps au niveau du plexus solaire. Le fait qu'il crachait du sang aidait aussi à comprendre que la situation était plus que critique. Riki s'approcha alors du guerrier, suffoquant dans sa propre hémoglobine. Ce poteau aurait pu tomber n'importe où ailleurs, mais il avait fallu que ce pauvre homme le reçoive presque en plein cœur. Cette malchance, cette ultime moquerie du hasard le faisait hurler intérieurement, mais on lui avait confié le commandement de cette mission, et il ne pouvait pas se laisser aller à la lamentation. Il devait être fort. C'est donc dans cet état d'esprit qu'il s'agenouilla près du mourant avec un sourire rassurant.

"Chef... Riki, je vais m'en... sortir ? Hein ?", articula difficilement le combattant au sol.

"Bien évidement ! Les médecins sont déjà en route, je les vois même qui arrivent sur ta droite, tu veux que je t'aide à tourner la tête ?", dit calmement Riki après un petit ricanement qui se voulait rassurant.

Le blessé eut un sourire et laissa échapper une faible affirmation. Alors Riki, toujours souriant, lui saisit la tête en plaçant bien ses mains à la fois sur ses joues et le long de son cou, puis commença à tourner la tête. Cependant, avant que le mourant n'ait eu le temps d'apercevoir les fameux secours, Riki brisa soudainement sa nuque. L'homme était mort le sourire aux lèvres, un sourire empreint d'espoir et de reconnaissance. Riki se releva en soupirant, seul au milieu d'un quartier détruit, entouré par un homme mort et par le silence. Il n'y avait aucun médecin.

"Ici Taro, j'ai retrouvé les deux derniers, on a un mort et un blessé stable."

"Reçu, reste avec lui et demande un groupe médical sur ta position. Fennel, du nouveau ?"

"Ouais... le général et le roi discutent... et ce dernier vient de s'envoler."

Riki leva les yeux pour voir d'où s'envolait le monarque, puis rejoignit cette position, où il retrouva Fennel, un jeune sayan à peine adulte.

"T'as fait du bon travail petit, va retrouver le sergent et donne lui la description de la civile non-sayanne qui a disparu."

Le jeune homme lui répondit par un hochement de tête précipité, puis s'envola directement vers la position du sergent, loin de l'épicentre de toute cette violence. En voilà un qui gardera de bons souvenirs de cette mission pensa Riki, avant de se retourner vers le général Motta, qui s'approchait de lui, sans doute pour parler. Ce dernier prit des nouvelles de l'état de Riki, puis s'inquiéta quant aux aux éventuelles pertes d'effectifs de l'armée. Sur le premier point, Riki ne répondit rien, ne voulant ni mentir ni admettre une quelconque faiblesse devant celui que l'on considérait comme le premier officier de toute la hiérarchie sayanne. Il donna cependant une réponse quant aux aux pertes.

"C'est malheureusement le cas général, parmi l'escouade de renforts formée de sept hommes, on compte trois morts, un blessé léger en attente de traitement, et trois soldats presque indemnes. Aucun gradé parmi l'escouade en question. J'assume que le roi et vous allez bien ? Ou dois-je convoquer une équipe médicale ?"

Fovea
avatar
Féminin Age : 27
Date d'inscription : 11/03/2018
Nombre de messages : 19

Techniques
Techniques illimitées : lecture - réflexes amélioré - fusion distante
Techniques 3/combat : maîtrise des flux énergétiques - explosion
Techniques 1/combat : gèle

MessageSujet: Re: Deuxième ville ! [Libre]   Sam 2 Juin 2018 - 23:21
“Pff”

Fovea soupira profondément en fermant les yeux et en s’étirant. Elle, au début, elle voulait juste se battre. Elle s’était enfuie de son entraînement avec la vieille après sa… trop longue convalescence. Bordel, rien que d’y penser elle en avait encore mal partout. Cette vieille folle lui avait cassé méthodiquement les membres un à un.

Et tout ça dans le but de, je cite de “prouver que tu n’es pas prêt Fovéa”. Alors voilà, Fovea était partit. Il était temps pour elle de se battre avec tout le monde et de démontrer à la vieille qu’elle était forte. Une vrais guerrière.

Et voilà que ces gros débilosses débarquait de nul part pour lui voler son combat. Elle faisait la moue en se perdant dans sa propre tête. Elle se demandait ce qu’elle allait faire. Evidemment qu’elle n’allait pas se battre contre les saiyens, ça voudrait dire s’allier aux deux drôles et ça… C’était vraiment impossible, impensable.

Ils étaient vraiment tous trop sérieux ici. Bon, il y avait pleins de morts, c’est triste mais tout de même. Fovéa n’avait jamais trop eu de problème avec la mort. Dans le monde moderne, le concept de vie après la mort était plutôt clairement établis aussi elle avait du mal à comprendre cet acharnement à toujours vouloir considérer ça comme grave. Pourquoi ne pas juste chercher à s’amuser… à avoir du bon temps si de toute façon.

C’est là que l’insecte se fit exploser. Fovea étant déjà blasé, elle eut du mal à particulièrement s’y intéresser. Elle se contenta d’utiliser son pouvoir de gèle en s’entourant de glace un peu comme un cocon, absorbant l'énergie autour d’elle.

Une fois l'explosion passé, la glace, dont l’explosion avait enlevé la majorité, se fissura laissant sortir une Fovéa qui, soyons honnête avait l’air (outre fatigué, qu’elle était d’avoir utilisé son ultime) profondément ennuyé. Elle ne voyait plus trop quoi faire ici sans ennemis.

Elle s’en alla comme elle était venus. Elle ne souhaitait pas rester. Elle n’avait rien à voir avec ces histoires d’armées, de dragon balls et autre.

quel monde trop sérieux.
Motta
avatar
Modérateur
Masculin Age : 26
Date d'inscription : 04/08/2008
Nombre de messages : 34037
Bon ou mauvais ? : Mystérieusement neutre
Zénies : 3515

Techniques
Techniques illimitées : Téléportation// Kienzan // Dodompa
Techniques 3/combat : Final Flash // Griffes du Tigre
Techniques 1/combat : Supernova

MessageSujet: Re: Deuxième ville ! [Libre]   Lun 4 Juin 2018 - 22:27
Le final de la bestiole bleue avait fait bien des dégâts. On pouvait dire que la créature aura été une épine dans le pied des saiyans jusqu'à sa fin. Personne ne savait ce qu'il en était advenu mais vu l'état des lieux et qu'aucune trace de la chose n'était en vue, on pouvait la considérée comme réduite en miettes, et donc n'appartenant plus à ce monde. Quant à la saiyanne qui l'avait accompagnée, elle devait avoir succombé suite aux attaques du général des armées. Tant mieux, ça faisait une bonne fin à cette histoire. Cette menace n'aura pas été la plus inquiétante mais, tout de même, chaque menace était un danger qui pouvait avoir de graves conséquences et il valait mieux y mettre un terme le plus rapidement possible. Avec l'intervention de Pythar et de Motta, c'était chose faite.

Outre les dégâts matériels, qui n'étaient franchement pas ce qu'il y avait de plus à craindre, c'était l'état des soldats qui préoccupait l'ancien colonel. Depuis qu'il avait prit de l'importance au sein l'armée il accordait une grande attention à l'état des troupes, et forcément chaque perte était loin de le ravir. Mais ça faisait de nombreuses années maintenant qu'il était dans cette armée, et plus longtemps encore qu'il combattait, dans des conditions parfois terribles. Il avait vu l'horreur de la guerre et de nombreux compatriotes qu'il estimait tomber au combat. Ainsi étaient faites les batailles que menaient les guerriers de l'espace. Motta se souvenait notamment de cette bataille sur Kanasa, où une version très dark de Claire avait mit fin aux jours de nombreux de ses camarades. Aujourd'hui de l'eau avait coulé sous les ponts et cette femme, sa femme, n'était pas l'ennemi. Les choses changeaient. La preuve aussi avec ce nouveau commandement. Toma, lui aussi avait été vaincu, et sa mort comme celle de tout les autres devait être vengée. Si encore aujourd'hui Motta n'arrivait toujours pas à être indifférent à la mort de ses camarades, il avait tout de même apprit à s'y faire, et ce depuis très longtemps. Alors, oui, il ressentait de la peine mais cette peine il s'en servait maintenant comme une force, une motivation pour régler leurs comptes à ceux qui osaient toucher au peuple saiyan.

Après avoir observé les alentours pour être sûr que plus une seule menace rôdait dans les environs, le sosie de Toma était allé voir l'un des soldats qui était venu prêter main forte pour repousser l'attaque. Il avait l'air d'être en bonne forme et au courant de l'état des troupes, alors Motta lui avait demandé ce qu'il en était. Malheureusement il y avait des pertes à déplorer, trois soldats pour être exact et quelques blessés. Cette foutue bestiole avait réussi à emporter quelques âmes avec elle. Bien que cette annonce ne plu pas au général, celui-ci garda un visage impassible comme c'était souvent le cas. En y réfléchissant, cette intervention avait fait plus de mal dans leur camp qu'ils ne l'imaginaient, peut-être que Motta aurait pu éviter ça s'il était arrivé un peu plus tôt. Enfin, inutile de broyer du noir pendant des heures, ce qui était fait était fait.

"Mmmh... D'accord. En espérant que cette satané bestiole ait suffisamment payé pour nos pertes." Il regarda l'horizon un instant, comme pour voir l'étendu des dégâts causés par cette attaque, puis il regarda de nouveau le soldat Riki et s'adressa à lui. "Inutile d'appeler une équipe médicale, nous allons faire plus simple. Rassemblez les blessés ici, et joignez vos mains... Ne vous en faites pas, nous n'allons pas prier, simplement nous rendre au centre de régénération."

Le général attendit en croisant les bras que ses soldats s'exécutent, une fois qu'ils se rapprochèrent il aida un peu les blessés à se rapprocher. Une fois fait, et dans doute dans l'interrogation la plus totale de ses soldats, qui devaient bien se demander ce qu'il avait en tête, Motta toucha l'épaule de Riki, qui lui-même devait être en contact avec un autre soldat et ainsi de suite. En moins de deux ils furent tous téléportés, quittant la ville qui avait été dévastée en un éclair. Le général avait envoyé un message au centre de commandes pour envoyer des hommes, civils ou non, capable de restaurer ce lieu saccagé par les assaillants. Les travaux dureront sans doute un certain temps. Pas de trace de la jeune femme qui avait lutté un temps contre l'ennemi, elle avait quitté les lieux, tout comme eux. Rendez-vous au centre de régénération.



Spoiler:
 

Fiche de Motta
Général des armées sayennes.

Truth:
 


Transformations:
- Gorille Géant
- Super Sayen 1
- Super Sayen 2
- Super Sayen 3

Objets: Armure sayen, détecteur, boules de cristal à 1 et 4 étoiles, 2 senzus, émetteur Alliance Ganshou, cape rouge.
Riki
avatar
Saiyan
Masculin Age : 17
Date d'inscription : 22/12/2016
Nombre de messages : 206
Bon ou mauvais ? : Neutre
Zénies : 1375

Techniques
Techniques illimitées : Ki Barrier; Image Rémanente; Maximum Flasher
Techniques 3/combat : Renforcement; Tempête éclaire
Techniques 1/combat : Final Flasher

MessageSujet: Re: Deuxième ville ! [Libre]   Jeu 14 Juin 2018 - 15:31
Après avoir reçu les informations quant à l'état de ses troupes, le général Motta ordonna à Riki d'annuler l'arrivée de l'équipe médicale et de réunir les hommes sur sa position. Suite à quoi, Riki ordonna aux hommes sous son commandement de ramener précautionneusement le blessé, pendant que lui-même avertissait l'équipe médicale que le général Motta allait se charger de la situation, à la place, il contacta son sergent, posté à un checkpoint à la sortie de la zone, et lui demanda de mettre en place des équipes de recherche pour fouiller les décombres, au cas où d'autres individus auraient été pris dans l'explosion et ses conséquences. Alors que le blessé arrivait, tenu à la nuque, au dos et aux jambes par les deux autres valides de l'escouade de Riki, ce dernier aperçut le reste des soldats arriver. Il se téléporta alors d'une rapide image rémanente vers le gradé, afin de lui expliquer où ils allaient, avant de retourner vers le général pour se joindre au cercle de téléportation.
Tout en portant le blessé, il emprunta à Fennel, trop occupé à regarder Motta avec des yeux ronds pour s'en apercevoir, son détecteur, afin de se renseigner sur les assaillants, et de vérifier s'ils avaient un passé, criminel ou pas, connu des forces de Vegeta. Cela fait, il apprit que l'insecte géant était hautement suspecté d'être l'auteur de l'assassinat de la reine des sayans, et qu'il avait déjà attaqué une autre ville avant de se faire éliminer. Quant à la traîtresse, il vit qu'elle était en bas de liste du tableau des primes mises en place par le roi lui-même, cela faisait donc 50 zénis de gagnés pour le général. Pendant que Motta usait de sa technique, il chercha alors des informations sur les civils présents à l'épicentre de la catastrophe. Le jeune sayan, bien que doté d'une grande maladresse évidente, lui avait semblé être d'une force au-dessus de l'ordinaire, mais Riki ne trouva rien sur lui. Même chose pour la jeune femme qui avait aidé le général Motta avant d'insulter les militaires et le roi, on ne possédait absolument rien sur ces deux individus.
Une fois en possession de toutes les informations dont il avait besoin, il retira le détecteur et le remit à Fennel, qui fixait toujours Motta. Là, il attendit.
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Deuxième ville ! [Libre]   
 
Deuxième ville ! [Libre]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2
 Sujets similaires
-
» Promenade en ville ( libre ) suite
» Un soir en ville | Libre x) || En Pause
» Chasse au renard à travers la ville! [Libre]
» La Ville Libre de Jebraan
» Obama en chute libre ...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
RPGDBZ :: RPG :: Vegeta :: Ville-