Voir le deal
34.99 €

Partagez
 

 Orbite haute, Coeur de Fer

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Boss Stinger
Boss Stinger
Terrien
Masculin Date d'inscription : 05/06/2009
Nombre de messages : 717
Bon ou mauvais ? : -
Zénies : -

Techniques
Techniques illimitées : They are no redemption
Techniques 3/combat : for those
Techniques 1/combat : who shatter the time

Orbite haute, Coeur de Fer Empty
MessageSujet: Orbite haute, Coeur de Fer   Orbite haute, Coeur de Fer ClockDim 22 Mar 2015 - 12:29
"Monsieur, nous arriverons sur le cœur de fer dans moins de 10 minutes"

"Bien, contactez moi par radio quand nous seront en manœuvré d'approche, je vais faire un dernier tour sur ce vaisseau"

La flamme dorée était plus vaste qu'il n'y paraissait au premiers abords. Les pièces n'avaient pas d'agencement particulièrement logique, mais chaque espace était optimisé pour donner cet illusion de grandeur. Après observation, il semblait que c'était un vaisseau d'exploration, concentré sur la découverte de peuples éloignés, sur des planètes inconnues. Stinger se demandait ou Ajito avait trouvé son vaisseau, il était en plus que mauvais état : l'électronique marchait a peine, les trois quart des pièces ne semblait pas avoir vu la propreté depuis des siècles et certains endroits semblait même inexploré, un comble pour un vaisseau d'exploration.

"Catleia, pourrions nous faire réparer ce vaisseau dans chez notre ami sur Freezer ? Je suis sur que Rizzie pourrait remetre ce vaisseau en état, et vu la composition de celui ci, il peut être utile a notre flotte"

La voix de l'IA trilla doucement a ces oreilles

"Je pense que c'est "Rizzie" lui même qui a vendu ce vaisseau à Ajito"

"Ca ne m'étonnerais pas de lui"

Il restait une pièce que Boss n'avait pas visité, la pièce la plus lointaine du poste de commandement. Les schémas du vaisseau que Stinger avait trouvé ne parlait pas de cet endroit, qui avait du être construit après l'impression de ces plans. Il alluma un cigare avec son briquet doré, puis avança prudemment dans cette pièce ou seul l'éclairage de secours fonctionnait encore. Les vrombissement des moteurs emplissait la pièce d'un univers sonore capitonnée. A la lumière d'une lampe torche discrètement intégré a sa montre, il avança prudemment, regardant dans tout les coins. Mais ce qu'il trouva ici le déçut a plus haut point : ce n'était qu'une banale couchette dans un état déplorable.
Mais alors qu'il allait se retourner vers le poste de commande, quelque chose attira son attention, un petit objet brillant au sol, cassé. A cet instant, chaque parcelle de son corps le poussait a sortir de cette chambre et chaque seconde de plus accentuait le vrombissement des moteurs a ces oreilles. Tout semblait provenir de cette objet au sol. Stinger entendis Catleia dans son oreillette, mais il n'arrivait pas à discerner le moindre mot, la moindre phrase. Son visage se tordit de douleurs quand il entrepris de prendre ce qui semblait être une carte, chaque mouvement semblant être une souffrance de plus. Tout semblait évoluer au ralenti

Dans cette chambre sale, a quelques centimètres de l'espace, hostile, Stinger compris enfin tout ce qui se passait autours de lui. Au moment ou sa main toucha la carte, il se rappela, de tout. Ce qu'était cet objet au sol n'avait plus d'importance, il savait : le nom d'Ajito sur une carte de Stinger industry, à une époque ou Stinger n'était que le jeune successeur de son père, une époque antérieure a ces premiers souvenirs, une époque qu'il avait effacé, en même temps que son nom. Mais il se souvenait de tout, de tout, de tout.

"Monsieur, votre cœur!"

Et au moment même ou tout semblait clair, un poid énorme semblait assombrir son coeur, l'étreignant comme une mère étreint son enfant. Une larme coula sur sa joue, un rictus de colère sur le visage. Il ne prononça qu'un mot, avant de sombrer dans les ténèbres : "Jade"



Le Coeur de Fer était en plein réveil, le cycle terrien avait été calé sur celui du vaisseau, et on était le matin. Dans sa super tasse Stinger Industry, le capitaine Higginbotam profitait du lever de soleil dur la Terre. La grande bleue était superbe à cet heure.

Il resta sur le deck d'observation, envoyant ces ordres a distances par son oreillette. Comme a son habitude, il avait fait li même une ronde d'inspection du vaisseau, pour vérifier la moindre anomalie dans le règlement. Il pris une gorgée de café brulant au moment ou il reçut une communication de la flamme dorée, le vaisseau du bras droit du Boss, qui prévenait de son arrivée dans moins de dix minutes. Le capitaine avait de bonnes nouvelles pour son employeur : l'épice récolté sur Métamol avait déjà été synthétisé et était prêt a la consommation, sous plusieurs formes au choix pour Stinger. Après quelques ordres donné au poste de commandement, il partit en directions des modules de largage de capsule : il connaissait les grandes lignes du plan de Boss. Tout les troupe était prêtes, les capsules aussi propre qu'a la sortie de l'usine et les matériaux électroniques fonctionnait de manière optimale. Mais au moment ou il revenait sur la passerelle, le canal de communication s'embrouilla de dizaines de voix, beuglant dans tout les sens. Immédiatement, Higginbotham calma la situation, et organisa les messages de chacun. Tous se concentrait sur une chose : Stinger était en train de mourir
Higginbotham lâcha son café sur son sol brillant qu'il avait fait reluire une vingtaine de fois, la tasse Stinger Industry se cassa et le capitaine du Coeur de Fer courra, aussi vite qu'il put en direction de la salle de commandement. Alors que les couloirs semblait sans fin  avant l'arrivée de la passerelle, Catleia, l'IA personelle du Boss entra en communication avec lui. La voix semblât lointaine, sanglotante :

"Capitaine Higginbotham, soyez prêt a prendre la succession de Stinger. Il n'a pas laissé de descendant, ni de message clair sur son successeur. Vous devez vous préparer à..."

"Fermez la putain de robot, il ne va pas mourrir"

Il activa les communication avec le hangar 7, activa la procédure d'urgence

"Je m'en fous si ce vaisseaux se crash à l'interieur du hangar, faite arriver Stinger le plus vite possible, nous devons le sauver"

Sur le deck, tous semblait désormais tourné vers ce petit vaisseau qui arrivait a toute allure vers le coeur de fer. Les espoirs de chacun semblait vains. Higginbotham entendis ne dernière fois l'IA. Elle semblait... pleurer?

"Capitaine Higginbotham, il est trop tard."

Il n'entendait plus, il activait les rayons tracteurs a maximum de leur puissance. Il faisait confiance au hommes dans le vaisseau pour protéger le corps du Boss de toute les secousses.

"Catleia, il y a un dernier moyen de le sauver, je le sais"
Boss Stinger
Boss Stinger
Terrien
Masculin Date d'inscription : 05/06/2009
Nombre de messages : 717
Bon ou mauvais ? : -
Zénies : -

Techniques
Techniques illimitées : They are no redemption
Techniques 3/combat : for those
Techniques 1/combat : who shatter the time

Orbite haute, Coeur de Fer Empty
MessageSujet: Re: Orbite haute, Coeur de Fer   Orbite haute, Coeur de Fer ClockJeu 26 Mar 2015 - 23:48
"Catleia, nous avons pu synthétiser l'épice récupéré sur méthamol. Vos devez connaitre aussi bien que moi les légendes : si on donne au Boss ne infime partie concentrée, cela pourrait le sauver."

La voix de l'IA était glaciale et distante

"Nommez les choses comme elles sont : vous volez lui faire subir l'agonie de l'épice. Sauf qu'il faut être en pleine possession de ces capacités pour pouvoir revenir de cette expérience. Ca a plus de chance de rater que de fonctionner, on approche des 0,1%"

"Je m'en contrefiche Catleia, il faut qu'on tente le coup"

Dans les immenses coursives du Coeur de Fer, tous était désemparés. Les soldats avaient entendu la rumeur, les officiers de ponts leur avait tout dis, a voix basse, comme si ils pouvaient se cacher de l'IA qui avait pris le contrôle de la situation pour le moment. Plus que jamais, Catleia semblait vivante. Sa voix changeait, les tonalités se rapprochant d'une femme qu'avait déjà pu voir Higginbotham, une méthamole du nom de Jade. Mais cette voix semblait venir du passé.

Stinger était en état critique, on avait réussi a faire repartir son cœur mais il était plongé dans un profond coma et tous savait qu'il allait mourir d'une minute a l'autre, ses organes le lâchant les uns après les autres. Fait encore plus étrange, ces yeux mi-clos semblait pleurer sans interruption. Le vaisseau dans lequel était arrivé le Boss avait été inspecté au peigne fin pour trouver des explications quand a ces complications, mais rien n'avait été trouvé, a part une carte d'accès a Léto dépassé depuis plusieurs années. On avait bien essayé de rentrer les données dans l'ordinateur central, mais la carte semblait n'être attribué a personne, et le nom sur celle ci avait été rayé jusqu'a en devenir illisible.


Une demi-heure après avoir extrait le Boss du vaisseau d'Ajito, il était déjà sur la table de stase, maintenant son corps dans une stase, dans laquelle il pourrait rester vivant un peu plus longtemps. Fonctions après fonction, son corps mourrait alors que son cerveaux semblait en pleine activité.
Devant cette table, le corps de son patron mourant, le capitaine du Cœur de Fer se rappelait comment il était entré au service de Stinger, et comment il avait du se battre pour gravir les échelon jusqu'au poste de commandant. Et ce vaisseau était son bébé, sa plus grande fierté : les deux milles hommes de ce bâtiment était sous ces ordres, c'était sa famille et ces amis. Mais Stinger était, pour tous, le père invisible, veillant a bon fonctionnement, comme une horloge bien remonté, soigneusement entretenu chaque jour.

"Capitaine Higginbotham, Sergent Meyers, Cherf médecin sur le Coeur de Fer. Nous ne connaissons que très peu sur les doses à injecter, dans le doute nous mettrons 200 milligrammes du produit, cela devrais suffir"

"Très bien, lancez l'opération"


Tout se brouilla autours du Boss, la souffrance extrême laissa place a une vague de calme et de douceur. Comme si il avait été balayé par une mer intérieure. Son esprit le ramena au plus grande bordure de son esprit.

Rejeté par la mer, il sortit la tête de l'eau, emplit ces poumons d'air, et toussa a grand renfort de soubresaut de son corps. Il repris un rythme de respiration normale rapidement, et se rendis compte qu'il n'était pas exactement sur une plage, mais plutôt un espace indéfinissable, ou tout était blanc et noir, le sol brillant comme le soleil et le ciel sombre de nuages inquiétants. Il avança, seul, pendant un bon moment. Des minutes passèrent, puis des heures et enfin des jours. Chaque pas semblait faire avancer le temps plus que jamais, faisant passer sur son corps le poids des âges. L'homme bedonnant et empoté pris une allure plus fine, la barbe envahissant son visage, son costume se transformant en haillons. Il marcha, indéfiniment, jusqu'a que ces pied ne puisse plus porter son poids, son vieil âge l'empêchant d'aller plus loin. Alors âgé de 94 ans, le vieil homme trouva en face de lui une maison en bord de mer, comme si elle l'attendait.

Cela faisait déjà plus de 20 ans qu'il ne se posait plus de question sur ou il était, ou même a quel époque il voyageait. En montant sous le porche de la vielle maison, il trouva un siège de cristal vert, seul élément de couleurs existant depuis des milliers de jours et milliers d'heures passé dans ce monde pale. Il en pleura, et profita de son confort et ferma les yeux un instant. Les long cheveux blancs et sa barbe semblait ne plus le gêner, il s'était fait a leur présence, comme de vieilles amies.


Après une journée a se reposer, le vieil homme se leva, entra dans la maison et se dirigea directement dans la salle de bain, comme si le chemin lui était familier. Il tailla sa longue barbe blanche, lava ces long cheveux gris, et les attacha dans son dos. Quand il avais fini, les couleurs semblait avoir repris leur droits, montrant la maison sous son vrai jour : un chalet fait entièrement de bois, mais au bord de la plage. S'habillant d'un costume tout neuf trouvé dans un placard bien familier, il trouva ne boire a cigares. Il en pris un en main, savoura son arome et sa texture légèrement élastique, puis le reposa : l'homme qu'il avait été n'était plus aujourd'hui.

Puis il pris une canne dorée ornée d'une boule de Jade, et sortit une nouvelle fois. L'embrun emplis ces poumons, le ciel était bleu, la plage dorée, la mer grise. Cela ressemblait a sa Normandie natale. Stinger repris place sur son siège, et contempla ne nouvelle fois devant lui. Il aurait pu fermer les yeux a ce moment, laisser son corps sombrer dans le doux écueil de la mort, mais un jeune homme vint déranger le silence bruyant de cette douce nature. Il était accompagné de deux enfants. Il ne lui fallu que peu de temps pour reconnaitre l'homme et les deux enfants. Il savait ce qu'il allait se passer, il savait qu'il allait mourir a la fin de cette rencontre, il savait qui était cette petite fille et ce petit garçon au yeux agars.

"Bonjour Stinger"

Commença l'inconnu

"Bonjour Stinger, cela faisais longtemps"

Répondis le Boss

"C'est un bel endroit pour mourrir, je vois que j'ai de bon choix"

Le vieil homme ria, le vieux Stinger ria

"Effectivement, je pense que nous sommes tout deux dans mon esprit"

"Je ne peut pas te dire, je suis arrivé..."

"...la ou la machine de Nate t'a emmené, je sais."

Robert jeune faisait face a Stinger vieux, la barbe et les cheveux blancs. Malgré la période avancé qui les séparait, on pouvait voir que c'était bel et bien la même personne.

"Tu reconnais ces enfants? Nous les avons élevé comme nos propres enfants. Ce sont nos enfants dans notre coeur"

Le visage de l'ancien Stinger s'assombris. Depuis qu'il avait retrouvé la mémoire a bord de la flamme dorée, il se rappelait de tout, dont de ces enfants. Il commença a pleuvoir.

"Je connais ton problème, et comme m'a dit l'ancien Stinger que j'ai rencontré, je vais te donner la solution a ton problème : il va falloir les séparer, jusqu'a aller a les mettre a des époque différente. Ainsi, tous oublierons qui ils sont, et ils survivrons"

Stinger ancien avait envie de serrer dans ces bras les deux enfants en face de lui, les larmes lui montait au joue. Comment avait il fait pour être aussi aveugle a travers le temps, comment avait il fait pour ne pas se rendre compte de la criante vérité ?

"Le garcon peut garder son nom, mais la fille doit changer"

La pluie était légere, et la jeune fille semblait apprécier, en silence

"Pluie semblerait être un bon nom? Elle passerait inaperçue, comme tout ces enfants perdues des rues de Satan City"

Le vieux Stinger se mit a sourire en même temps que le jeune Robert White

"C'est effectivement un bon nom..."

Il s'approcha de ces enfants, et regarda le garçon, les yeux embrumé de larmes et d'émotions

"Oublie la leçon que je t'ai apprise mon enfant et ne retiens qu'une seule chose : ce sont les fous de ce monde qui nous ont mené a regarder les étoiles, et c'est les fous qui nous ont créé. Alors danse en leurs noms, et apprend a aimer l'horreur comme la paix. Ce n'est qu'a ce moment la que tu sera un visionnaire et un homme qui changera ce monde, Ajito!"

Puis l'ancien retourna, plus que fatigué vers son siège, s'assoir et regarder le ciel une dernière fois.

Le jeune robert White, observant sa propre mort, posa une dernière question a son alter ego de 70 ans plus vieux

"Et maintenant?"

Et dans le dernier souffle qu'il put prononcer, il monopolisa ces plus grande forces pour formuler les derniers mots et réfléchir a la meilleure réponse possible.

"Garde Ajito près de toi, à jamais, et Jade au plus profond de ton cœur : cela te sauvera et te tuera. Et maintenant pars, laisse moi mourir, il est temps pour toi de vivre"

Au loin, l'homme disparu, lentement, jusqu'a rejoindre ce qui semblerait être une porte vers l'infini. Stinger reconnu avec un sourire le portail dimensionnel qu'avait créé Nate dans l'objectif de contrer les derniers feux de l'apocalypse. Quand il se retrouva a nouveau seul, quand le ciel s'emplis d'oiseaux en tout genre, son regard sembla rester fixe, alors que son esprit se perdait dans un étrange rêve. Mais avant de partir autre part, il sembla voir deux hommes, aussi âgé que lui mais en meilleure forme, le regarder.


Un dernier effort mental lui fit reconnaitre Salaazar Whitmore White et son père, Victor. Dans un écho lointain, ils prononcèrent une dernière phrase:

"Victor, prend vite ton fils, on retourne sur Baelfire"

Et au moment ou il se fit soulever de son siège, il se mit a rêver, a partir loin, son esprit retourna marcher sur cette longe plage de noir et blanc.





Et Boss Stinger mourut, sur son vaisseau, entouré du capitaine Higginbotham et Catleia, sa fidèle Intelligence Artificielle
Boss Stinger
Boss Stinger
Terrien
Masculin Date d'inscription : 05/06/2009
Nombre de messages : 717
Bon ou mauvais ? : -
Zénies : -

Techniques
Techniques illimitées : They are no redemption
Techniques 3/combat : for those
Techniques 1/combat : who shatter the time

Orbite haute, Coeur de Fer Empty
MessageSujet: Re: Orbite haute, Coeur de Fer   Orbite haute, Coeur de Fer ClockVen 10 Avr 2015 - 0:27
Une semaine s'était passé

Depuis une semaine, le Boss Stinger était mort. Depuis une semaine, tout le Coeur de Fer s'était tut, chacun vaquant a ces taches, guidé par la fidèle intelligence artificielle Catleia. Enfermé depuis plusieurs jours dans sa cabine, Higginbotham réfléchissait, réfléchissait encore. Comment un homme comme le Boss avait pu mourir aussi vite, d'une crise cardiaque suivi d'une détérioration violente de son état de santé? Il était plus que suivi par des médecins, et rien ne laissait à penser qu'il était malade. La carte d'identification perdue était toujours muette et rien dans le vaisseau n'avait pu l'atteindre. Que cachait ce pass en provenance de Léto ? Stinger avait été atteins par ce qu'il avait découvert sur cette carte, ce qui laissait comprendre qu'il avais su ce qu'il y avait a l'origine sur celle ci.

Chaque nuit était hanté par le même cauchemars. L'empire fondé par la famille de Stinger s'effondrait, personne n'ayant les capacités de reprendre le flambeau de l'économiste de génie qu'il avait été. Avec l'effondrement de l'empire venait la capture de métamol, puis de dosatz, sans que le bras droit du Boss puisse faire quoi que ce soit. Et un jour, une matinée comme les autres, une armada de vaisseau s'abattait sur le Coeur de Fer, dernier bastion de l'antique gloire de Stinger Industry. Le rêve se terminait toujours par la table sr laquelle Stinger était mort. Mais à la place, Higginbotham était dessus, les yeux clos. A chaque fois, le rêve s'arrêtait au moment ou le capitaine du vaisseau ouvrait les yeux, ceux ci nimbé d'un bleu profond. A chaque fois, devant ces yeux, planait l'ombre de Stinger et de deux hommes encapuchonnés. A chaque fois, il était révéillé par la même annonce de Catleia, à son adresse : "

"Stinger, que devons nous faire?"

Cette fois ci, il se réveilla en sueur par la même voix suave, mais aussi accompagné de la véritable voix de l'IA, bien plus froide et rêche que dans son rêve.


"Capitaine, il va falloir que vous preniez sa place, des ce soir. Ces hommes ont besoin d'un chef, tout comme toute l'Industrie que Stinger a bati"

Higginbotham regarda l'heure : 02H42, bien trop tôt pour le check-up matinal du vaisseau. Il se leva, pris une douche, pris le soin d'éviter les messages de Catleia, avant d'enfiler son uniforme noir de capitaine.

"Vous ne devez plus porter celui la Higginbotham, vous le savez, désormais, la tenue blanche vous est destiné"

Dans les couloirs, chacun se concentrait sur son propre travail, pour essayer d'oublier sa situation. Comme a son habitude, chacun se mettait au garde a vous au passage du capitaine. Pour la première fois de la journée, il adressa la parole a l'IA, la voix étouffée

"Ajito était le plus proche de Stinger, c'est a lui de prendre la direction de l'entreprise"

"Il est fou a lier, et même si il nous est utile, il ne peut s'occuper de ce que faisait Stinger. Il doit rester soldat, et non pas devenir général."

"Restez respectueuse avec lui, robot, Boss était très attaché à sa présence, tachez de ne plus l'oublier"

"Oui, capitaine Higginbotham"

Les trois derniers mots furent assez froids pour le faire frissonner.


Plus il avançait dans les couloirs, plus la seule solution qu'il avait été évidente, mais aussi suicidaire.

*Stinger, que feriez vous a ma place? Avez vous a moins un jour ressenti la même peur a prendre le pouvoir? Votre père vous avez t'il préparé a ca? Aidez moi, je vous en prie...*

Seul dans le long couloir principal, Higginbotham s'arrêta, les yeux embrumé de larmes de haine et de désespoir. Ces tempes battait trop fort, les bruits du vaisseau semblait ne pas vouloir se calmer. Maintenant qu'il y pensait, toute les nuits qu'il avait passé a faire des cauchemars n'avaient pas duré plus de trente minutes chacune, et ce pendant une bonne semaine. Il allait mourir de sommeil sous peu si il ne faisait rien pour arrêter ces mauvais rêves. Il était temps d'agir

"Equipe scientifique, re-préparez la table d'injection de l'épice, il est temps de réessayer l'opération effectué sur Stinger"

La femme a l'autre bout de la communication semblait effaré

"Ou... Oui mon capitaine, mais qui sera le cobaye?"

"Moi. Amenez rapidement l'équipement, je veut vous voir dans moins de deux minutes"

Il coupa la communication avant que les hommes et femmes du département scientifique du Cœur de Fer réussisse à le dissuader de faire cela. Il risquait tout autant de mourir que son patron dans l'opération, mais il devait essayer, coûte que coûte.

En une minutes, les hommes était prêt, les aiguilles planté dans le bras gauche et droit de Higginbotham, les sangles lui attachant tout les membres pour l'empêcher de se débattre sous la force du poison qu'on allait lui verser dans les veines. Il savait qu'il allait devoir maitriser son corps pour éjecter la force de son corps le plus vite possible, et cela allait être l'épreuve la plus difficile qu'il n'ai rencontré jusque là Il serra la main de l'infirmière a sa gauche au moment ou le liquide froid pénétra son corps. Au même moment, Catleia hurla sur les scientifiques, il ne compris pas ce qu'elle disais, il se sentait deja partir, loin.

Etait-ce ca la sensation de mourrir ?


Dans un silence aberrant, il se sentait flotter, au dessus du vaisseau, comme en suspension dans l'espace, en train de regarder une des baies d'observation a partir de laquelle il pouvait voir la salle dans laquelle son corps était en train de trembler et hurler de douleur. Son esprit, étonnement ne ressentait rien. Mais d'un coup, il fut absorbé loin du vaisseau, voyageant a ne vitesse improbable, dans l'espèce sans combinaison, sans bruit. Il croisa de nombreuses planètes, certaines qu'il connaissait, puis de plus en plus d'inconnues, pour finalement arriver vers une planète quasiment entièrement verte. Dans le silence le plus total, il entra dans l'atmosphère, sentis ne douce chaleur envahir son corps a mesure qu'il arrivait sur la planète, pour finalement atterrir calmement et tout doucement sur la terre ferme.

C'était comme un rêve, avec la différence qu'il semblait absolument tout contrôler. Il se dirigea vers la foret, il était seul. Les gazouillis des oiseaux envahissait tout l'espace, rendant impossible d'entendre autre chose. Cependant, on pouvais sentir dans l'air la fraicheur des plantes en pleine renaissance : on devais être proche de l'été. Plusieurs heures passèrent, et la foret semblait toujours aussi vite, malgré les bruits ambiants. Quand la nuit tomba et qu'il faisait trop sombre pour avancer plus loin, il alla se réfugier sous un arbre, alors que le ciel de la nuit lui révéla deux lunes, en rotation l'une autour de l'autre. Les étoiles brillait fort, alors qu'une petite planète semblait visible pas très loin. Ce fut la première nuit depuis bien longtemps qu'il passa complète et sans interruptions. Au réveil, les mêmes oiseaux chantaient, mais on pouvaient voir plus loin, et ainsi voir l'immense prairie qui s'étendaient devant lui.

Et devant, une scène impossible, improbable. Dans ce silence accompagné par le chant des oiseaux, il avança, bouche bée, jusqu'à atteindre ce qu'il croyait pas croyable

"Il vous faudra un bon Fer 5 pour atteindre ce trou Robert"

"Je suis sur d'y arriver avec un 4, croyez moi père!"

Devant lui, trois hommes âgés, dont un qu'il reconnut immédiatement, malgré la barbe et les cheveux longs attaché en queue de cheval, il était le seul à fumer le cigare de cette façon

"B... Boss, ce n'est pas possible... je dois rêver..."

Les trois hommes se retournèrent difficilement, l'âge ayant limité leurs mouvements. Depuis quand Stinger avait il été ici? Comment ce faisait il qu'il avait autant vieilli? Et qui était ces hommes a ces cotés ? Higginbotham était perdu. Mais quand le Boss apercu le capitaine du Ceur de Fer, il se mit a sourir à pleine dents, se permettant un rire détendu. Il fit un signe a l'homme d'approcher, lui tendant son club de golf en main.

"Ah, j'ai envie de voir comment vous vous débrouillez avec un Fer 4, je suis sur que vous être un vrai as!"

L'air hagard, il mis un pied devant l'autre, récupéra le fer et lança la balle loin, dans la direction que Stinger pointait. Au moment ou la balle s'envola au loin, les deux partenaires du Boss exprimèrent un "ah" de contentement, tout les deux la main sr le front pour suivre la trajectoire du projectile sans être dérangé par le soleil

"Allons y Higgy, avant de perdre la balle de vue, rattrapons cette balle et faisons lui manger mon putter! haha"

A leur droite, deux voiturettes de golf étaient garé, sans même qu'il les voit. Quand il entra dans le véhicule, il ne put s'empécher, la seule chose qui voulu sortir de sa bouche fut ne accusation

"Alors voila, vous nous avez abandonné pour jouer au Golf?"

Tout en tournant vers la droite, le vieil homme au cigare se permit a nouveau de rire

"Mais mon ami, je suis bel et bien mort! Je ne vous ai pas vraiment abandonné, on va dire que c'est plutôt la vie qui m'a laissé sur le bas coté de la route"

Quand ils arrivèrent au niveau de la balle, le leu n'était plus une belle forêt, mais des énormes rochers flottant dans l'espace. Comment ils étaient arrivé sur cet énorme astéroïde flottant dans l'espace, il n'en savait rien. Toujours était il que la balle était la, Stinger et les deux hommes aussi

"Mais ou sont mes bonnes manières! Je m'excuse Higginbotham : je te présente Victor et Salaazar Whitmore White, respectivement mon père et mon arrière arrière grand père."

Stinger se tourna vers les deux autres protagonistes

"Vous aurez bien sur compris que vous avez devant vous le futur Stinger de notre bel entreprise"

Celui qui semblait le plus vieux d'entre les trois (Salaazar apparemment) pris la parole

"Il n'est même pas un White, en quoi aurait il le droit de prendre la place du Boss Stinger?"

"Parce qu'il est mon meilleur élément, et qu'il est celui qui a le plus de chance de réussir dans cette entreprise"

Cette fois ci, ce fut celui qui semblait être Victor qui tapa dans la balle, et de son putter il mit celle ci dans le trou en un coup. Il pris la parole ensuite

"Le pouvoir ne se passe plus par les liens de sang depuis des centaines de génération grand-père, désormais on fonctionne en technocratie"

Plus esseulé que jamais, Higginbotham se concentra seulement sur la discutions et chercha à donner un sens a tout cela

"Mais je ne suis pas capable, je n'ai pas l'expérience que vous avez, et je n'aurais jamais assez de temps pour apprendre ce que je dois au minimum savoir"

"Pas d'inquiétude pout cela, mon ancien Capitaine, nous serons la pour vous. L'épice que vous avez versé dans vos veines, vous donne la capacité de puiser dans nos trois expériences, pour en sortir plus fort"

"Ainsi, vous n'êtes que le reflet de mon imagination?"

"Loin de la mon jeune ami, nous sommes exactement comme la planète sur laquelle tu est arrivé : nous sommes sur une autre dimension, loin d'absolument tout, et impossible a atteindre. Mais a partir du moment ou tu t'es injecté l'épice dans les veines, tout cela t'es devenu accessible. "

"Maintenant, Boss Stinger, il va être temps pour vous de prendre la place que vous devez avoir, et ce depuis une bonne semaine."


Les trois hommes disparurent à travers l'horizon, pour réapparaitre tous les trois, sous une nouvelle forme, plus jeune.
Salaazar était grand, mince, au visage effilé et habillé d'une redingote, la montre à la main, la cigarette en bouche. De petites lunettes rondes lui pinçait le nez et une canne au pommeau doré le soutenait. Son regard était dure et en même temps plein de curiosité.

Le deuxième homme a apparaitre était Victor White. Plus petit que Salaazar et plus épais, il portait quand à lui un tuxedo orné d'une rose rouge qui ne semblait pas faner. En bouche, une pipe de cristal et de bois fumait encore d'un tabac de qualité.

Enfin, Stinger apparut sous sa forme habituelle, le costume taillé comme il fallait, ventripotent plus que jamais, le cigare brulant et le sourire carnassier comme il l'avait toujours vu.

Et au moment ou il sentait son esprit revenir dans son corps, il regarda une dernière fois ces trois hommes, devant lui, les plus grands esprits de Stinger Industry. Ces gentlemen, il en faisait désormais partie. Et au moment ou cette pensée traversa son esprit, le venin de l'épice que son corps était en train de dissoudre repris effet sur son cerveaux, brulant la totalité de son être, avant se s'estomper totalement. Les yeux fermés, il entendis autour de lui les scientifiques s'affoler, l'appeler et lui demander de se réveiller. Et au moment ou il fut prêt, il ouvra ces yeux et savait à quoi ceux ci ressemblait désormais, sans même qu'on lui dise : un bleu profond, sans pupille visible. Autours de lui, le rêve disparut lentement pour laisser place à la froideur de la salle d'opération du Coeur de Fer.

Catleia ne parlait plus, le silence se faisait autours de lui, mais dans sa tête, Robert, Victor et Salaazar parlait sans cesse, lui conseillant les bons mots, les bons gestes. D'un revers de la main, il enleva les aiguilles avant qu'on lui ai retiré les sangles.

"Catleia ?"

Sa voix avait changé, il s'en rendis compte, tout le monde s'en rendis compte. L'IA l'avait sentie

" Stinger, que devons nous faire?"


Et il savait exactement ce qu'ils devaient faire, tout était clair dans son esprit.
Le Boss était de retour, mais sous un nouveau jour.
Contenu sponsorisé

Orbite haute, Coeur de Fer Empty
MessageSujet: Re: Orbite haute, Coeur de Fer   Orbite haute, Coeur de Fer Clock
 
Orbite haute, Coeur de Fer
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [UPTOBOX] Cellule 211 [DVDRiP]
» Un coucher de soleil avec toi (pv Aisuru) (Hentaï possible)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
RPGDBZ :: RPG :: Terre-