Partagez
 

 La formation de militaire

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Boss Stinger
Boss Stinger
Terrien
Masculin Date d'inscription : 05/06/2009
Nombre de messages : 716
Bon ou mauvais ? : -
Zénies : -

Techniques
Techniques illimitées : They are no redemption
Techniques 3/combat : for those
Techniques 1/combat : who shatter the time

La formation de militaire - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: La formation de militaire   La formation de militaire - Page 2 ClockVen 13 Jan 2017 - 14:05
Playlist je vous prie !:
 

La douleur était un sentiment puissant. Enveloppant le corps comme l'eau enveloppe le corps de l'homme qui se noit. Puisant par vagues successives, le corps entier du Boss n'était qu’un réceptacle à la douleur, une douleur infiniment puissante, reparti dans la moindre cellule de son être. Une douleur provoqué par un coup mortel provoque généralement l'inconscience, mais les douleurs que ressentait Boss n'était pas réel, son corps ne demandait pas  à être inconscient pour mieux se soigner. Sur le pont du coeur de fer, il devrait endurer encore un moment l'infinité de la douleur. Dans le flot de ses sentiments, la tempête lui donnait parfois des micro secondes de répits, où il avait le temps de penser ou parler, de façon très brève. Sa première pensée fut porté à Boss. La mort lui avait lui aussi apporté le voile sourd de l'agonie et il avait succombé à cause de ces excès, comme si au final, il devait payer pour les atrocités qu'il avait commise. Une mort de plus à endurer, celle de Robert White, l'homme qui avait été le fils et le père de Stinger Industry.

La chair de Kym brûlait sous ces doigts, cette sensation le ramena à la réalité, comme si elle l'appelait en pleine nuit alors qu’il était perdu dans son propre esprit, dans sa propre souffrance. Il suffisait de suivre sa voix, son souffle, sa douceur. Elle était un phare dans son esprit qui transpercait toute sensation, bonne comme mauvaise. Elle semblait inquiète, ces yeux rouge était rivé sur lui. Il voyait qu'elle cherchait à faire une blague pour esquiver sa propre inquiétude. Mais il l’a connaissait. Cela faisait pour elle moins de trois heures qu’ils se connaissait. Mais pour lui, un temps infini s’était écoulé, avec elle. Il connaissait le moindre de ces traits, la moindre réaction qu’elle pouvait avoir, ce que son corps disait d’elle, ce que son esprit pouvait penser. Avant d’avoir consommé la puissance de l’épice, il était simplement attiré par elle. Mais l’avoir vu des milliards et des milliards de fois le tuer et l’aimer, il ne pouvait pas retenir ses propres sentiments, il ne pouvait pas empêcher la vague de l’emporter, d’emporter le coeur de fer. Il écarta les mèches qu’elle avait devant le visage et embrassa son front. Il ne parla pas, il ne pouvait pas, il ne pouvait pas former de phrases cohérentes. Mais malgré la douleur, malgré que son corps tout entier luttait contre lui, il lui souria. Il fit un sourire doux et attentionné, un sourire bien différent de celui qu’il avait l’habitude de faire. Il la regardait avec une infini douceur, elle était celle qui lui permettait de ne pas défaillir. Il embrassa le haut de sa bouche puis son menton. A mesure qu’il plongeait dans l’agonie, il descendait plus bas, toujours plus bas, le corps de la femme était aussi doux qu’il l'imaginait, aussi délicat. Elle était peut être sauvage, renégate ou même paria, mais elle était une femme. Les Moojuus femmes avaient les mêmes sensibilités que les femmes Teriennes, et il connaissait par coeur de corps de Kym.

La tempête était maintenant un ouragan. La douleur qui était sienne s'intensifie alors qu’il pensait ne pas souffrir plus. Intérieurement, il hurlait de douleur, cherchant à briser son propre corps pour échapper la douleur. Il voulait que tout s’arrête, il voulait que son esprit se calme. Mais maintenant, il avait deux chose qu’il ne pouvait pas abandonner, deux choses qui le retenait à ce monde : Stinger Industry, sa famille depuis toujours, et Kym, la femme qui était à l’heure actuelle une ancre dans l’infini profondeur de son esprit. La puissance de l’épice était probablement le pouvoir le plus puissant que cette galaxie puisse porter, un pouvoir rendant omniscient pendant une durée limitée. Si il n’avait pas lui même changé le produit en empêchant de provoquer la mort pendant l’effet de cette capacité, la puissance aurait pu monter à la tête de n’importe qui, transformant ce qui était une machine d’esquive ultime en une machine de mort implacable, inévitable. Mais le contrecoup en valait il la peine? Higginbotham n’arrivait pas à y réfléchir. Cette pensée semblait faire écho en lui même, restant sans réponse, comme si il ne pouvait pas physiquement donner une solution à ce problème. Le torrent des émotions le gagnait, mais pour chaque milliards de morts, il se voyait, lui et elle, ensemble. Une si mince chance, une si petite possibilité. Grace à l’épice, il avait survécu, il avait atteint le coeur de la Moojuu. Il savait qu’il survivrait, il devait y survivre. Non pas pour Stinger Industry, pas non plus pour la dynastie des Stingers, non. Il devait y arriver pour lui même. Le flot infernal de la douleur s’atténua à nouveau, comme si un noyé avait la possibilité de respirer à nouveau, pour quelques secondes : trop court pour se sentir réellement mieux, assez long pour avoir le temps de survivre. Il pensa alors à elle, encore et encore, emplissant son esprit de son visage, son rire, son regard. Il voyait à nouveau à travers ces yeux. Il aimait la Moojuu, son corp fébrile sous ses doux baisers, le tressaillement de chaque muscle en réaction.

Alors, de nouveau il ressentis la douleur, une douleur bien différente de celle qu’il vivait depuis une bonne minute désormais : Kym avait dit qu’elle était déjà avec un homme. Il entra dans une furie sans nom, une furie contre lui même. Qui était il pour s'immiscer dans leur vie à eux deux, venir briser toute confiance ? Il n’était pas l’amant, il était celui qui renderait Kym malheureuse, l’obligeant a faire un choix, un jour ou l’autre. Il y avait peu de temps, ces pensées restaient sans réponse, comme si son âme elle même se concentrait pour lutter contre la douleur. Mais c’est précisément maintenant qu’il se répondit à lui même. Il en avait assez de penser au autre, assez d’être celui qui se mettait toujours en retrait pour son peuple, pour ceux qu’il aimait. Aujourd’hui, il serait égoïste et ne penserait qu'à lui même, aujourd’hui . Kym était à lui, et il était à elle. Que le diable emporte son ancien amant ! Elle avait choisi au moment où elle s’était offerte à lui, au moment où leurs corps avaient décidé de résonner à l’unisson. Que le passé et le futur aillent se faire foutre. Aujourd’hui et maintenant, il vivait le présent comme si c’était le dernier jour, comme si le soleil ne se lèverait jamais. Il avait vu le futur, il était un homme qui prévoyait tout. Mais Kym était le présent, leurs sueurs et leurs coeurs qui battaient au même rythme était le présent. Et le présent avait un goût bien plus doux que ce que ce que le futur présentait à ses yeux. Son désir grandissait, son esprit s’échappait, il souhaitait ne faire qu’un avec elle, il voulait dépasser la structure de leurs corps. Leurs deux âmes fusionnés, leurs deux corps enlacés.

La douleur revint, mais bien plus lointaine, bien plus calme. La paix revenait enfin dans l’esprit d’Higginbotham, il revenait lentement mais il pouvait enfin regagner la force d’entendre, parler, sentir…

“Je ne veux pas penser à demain. Demain je devrais retrouver mon masque, demain nous retrouverons nos vies respectives. Et même si nous choisissons de vivre cette vie à deux, cette soirée fera partie du passé. Je ne veux pas penser au mariage, je te veux simplement toi. Et ça, oui je le veux”

Et, d’un souffle, il fut en elle. O combien il Higginbotham vécu ce moment unique, chérissant chaque seconde, chaque centimètres du corps de celle qu’il voulait pour lui, pour lui et rien que pour lui. Elle était la seule chose qu’il souhaitait posséder. Aucune planète, aucune fortune, aucun super-pouvoirs n’étanchais le besoin d’Higginbotham. Au fond de lui, il voulait tout abandonner, laisser Stinger Industry mourir rien que pour pouvoir passer chaque heure, chaque minute avec la Moojuu. Il l’avait vu une infinité de fois dans les univers alternatifs, il l’avait entendu rire, pleurer, chanter… Il voulait la voir chaque année devenir différente, voir son corps subir les affres du temps. Il voulait vieillir avec elle, il voulait tout cela et rien d’autre. Chaque mouvement de bassin scellait un peu plus cette alliance, le condamnait à mort de vivre tout les bonheur et toute les tristesses qui pouvaient découdre de leur relation unique. Le matin même, ils étaient deux inconnus, deux anonymes, et pourtant… La violence de l’amour, cette violence éternelle avait décidé de les frapper, de la même façon qu’elle avait frappé Salaazar Whitmore White et Moebius, de la même façon qu’elle avait frappé Victor White et Margareth, de la même façon qu’elle avait frappé Robert White et Jade Highwind… Jamais Stinger n’avait été marié, non. Mais tout les Stingers avaient eu un amour profond pour leur bras droit. Higginbotham le savait, Ajito avait été le fils adoptif de Robert, et même si ils ne le savaient pas, ils s’étaient rapproché et avaient décidé de travailler ensemble. La malédiction des bras droits de Stinger Industry ? Ils devaient être prêt a subir le joug de l’amour, à un homme éminemment puissant, respecté, craint, mais aussi fragile que tout homme et toute femme sans pouvoirs.

Chaque souffle le rapprochait du dénouement. Il ne voulait que jamais cet instant se termine, que tout cela n’ai jamais de conclusion. Il voulait passer l’éternité à vivre cette soirée, avec elle, sans avoir à se préoccuper de quoique ce soit d’autre. Plus de plans ni de manigances, il voulait que son monde s'arrête à elle. Il pourrait tout arreter, tout stopper pour la retrouver, qu'ils partent tout les deux à l'autre bout de la galaxie ensemble. Peu importe la distance qu'ils parcoureraient, le temps qui passerait ou quoi qui puisse les séparer. Il voulait être avec elle, en elle. Il réalisait au combien sa vie avait été futile jusque là, à quel point les biens matériels n'égalant pas une seul seconde ce qu'il pouvait vivre maintenant.

Et si tout s'arrêtait ? Et si il devait s'éloigner d'elle, pour quelque raison que ce soit ? Il préférais vivre à nouveau la souffrance de l'épice, et la vivre pour l'éternité, plutôt que de d’immaginner cela. Ils avaient conclu un pacte, scellé par leurs corps entrelacé. Plus rien ne serait pareil, plus rien ne pouvait les séparer. Dans la multitudes des univers, par le grandeur des destins, ils étaient liés.

Pourquoi avait il choisi la Moojuu ? Il le savait clairement maintenant. Ce n’était pas lui qui l’avait choisi, c’était quelque chose qui devait arriver, quelque chose que l’univers avait prévus pour eux deux. Aucun Stinger ne pouvait supporter le poid de ce poste seul, Kym le supporterait avec lui. Les étoiles semblaient briller plus fort dans le ciel. Ils passèrent la nuit à s’aimer, à découvrir leurs corps, à s’enlacer, à parler, à rire. Ils ne pensaient pas au lendemain. Quand ils s’étaient endormi, au soleil levant, l’IA vaisseau avait automatiquement bloqué l'accès au pont ou les deux âmes étaient nus, réservant leur intimité et empêchant qui que ce soit de les voir ou de les déranger. Ils dormaient ensemble et rien ne les dérangeraient

Il se réveilla en plein milieu d’après midi, comme pour sortir d’un rêve eveillé. A coté de lui, elle était la, dormait sur la coque du Coeur de Fer. Elle était superbe, magnifique, calme. Il s’assit en tailleur, plus loin, nu. Il médita le temps que Kym se reveille. Il tenta de se concentrer, pendant à l’emploi du temps chargé de la journée. Il allait devoir faire beaucoup de choses. Kym avait désormais un rôle important à jouer au sein de ces plans, elle l’assisterais dans les moments les plus durs, elle serait celle qui lui donnerais de la force. Elle accomplirait les missions les plus cruciales, serait son porte parole. Il voulait lui donner le meilleur de son monde, lui permettre des choses dont elle ai toujours rêvé, lui montrer la galaxie sous les yeux des puissants… Il l'a fixa, endormi derrière lui. Il n'arrivait pas à se concentrer. Il passa en revue les comptes financiers, les marchés intergalactiques, les rapports des différentes planètes ou les industries tournait à plein régime. Chaque homme et chaque femme faisait son travail et cherchait à le faire le mieux possible. Les rares exceptions à cette règle serait rappelé à l'ordre ou renvoyé. Un seul mot d'ordre chez Stinger Industry : dépassez vous chaque jour, et vous serez traité comme des Rois; Travaillez normalement et vous serez renvoyé. Les employés se damnaient pour tenter leur chance dans ces usines ou le rythme était fou.

Mais toute ses réflexions était parasité, bloqué par un nouveau mal, le plus doux de tout les maux. Ces pensées se redirigeaient toujours vers elle… Il était frappé par l'amour
Kym la Renégate
Kym la Renégate
Moojuu
Féminin Age : 22
Date d'inscription : 12/03/2015
Nombre de messages : 92
Bon ou mauvais ? : Je suis gentille, ça se voit ! Non ? !
Zénies : 700

Techniques
Techniques illimitées : Fonce et défonce / Speed up / Champ d'Os
Techniques 3/combat : Caveau d'os / Pointe d'Os
Techniques 1/combat : La danse de la mort

La formation de militaire - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: La formation de militaire   La formation de militaire - Page 2 ClockDim 15 Jan 2017 - 17:33


( Ecchi sous spoiler, merci de ne pas lire si vous êtes incommodés par la lecture érotique. )

Spoiler:
 
Boss Stinger
Boss Stinger
Terrien
Masculin Date d'inscription : 05/06/2009
Nombre de messages : 716
Bon ou mauvais ? : -
Zénies : -

Techniques
Techniques illimitées : They are no redemption
Techniques 3/combat : for those
Techniques 1/combat : who shatter the time

La formation de militaire - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: La formation de militaire   La formation de militaire - Page 2 ClockDim 15 Jan 2017 - 20:52


Cette matinée était si belle. L’air été doux, le monde autour de lui semblait en plein éveil. La nuit qu’il avait passé avait été si forte en émotion, si belle, si incroyable… Il semblait que le destin l’avait amené à vivre tout cela, à ressentir tout cela avec cette Moojuu. Dans quel mesure il serait capable de continuer à vivre ce rêve ? Son visage le hantait désormais, il était dos à elle qui dormait si paisiblement. Son coeur battait plus vite dès qu’il pensait à elle, il se sentait prêt à arracher la moindre parcelle de joie à ce monde rien que pour lui offrir. Un grand sourire, un sourire puissant, il savait qu’il ne pouvait pas la perdre. Il était Stinger, l’homme vers qui les puissants venaient demander conseil et assistance. Il était Stinger, l’homme qui commanderait bientôt à la flotte la plus imposante de toute la galaxie. Il était Stinger, l’homme qui aimait et qui était d’humeur à dévorer le monde pour un seul de ces sourires. Il sentait les courbatures de la veille, le musc de leurs odeurs mêlé, il sentait le poid du coeur de Kym sur le sien. Il n’était plus seul, ne serait plus seul. Il avait trouvé la femme qui semblait prête à lui faire revivre son coeur si longtemps laissé de coté. Cela faisait si longtemps qu’il n’avait pas ressenti ca, si longtemps qu’il n’avait pas aimé comme cela… Une larme chaude coula sur sa joue brûlante. Il n’était qu’un homme et elle était une femme doté de pouvoirs si extraordinaires. Qui était il pour croire pouvoir protéger une femme comme ca ? Il souffla, comme pour libérer cette pensée, la laisser couler en lui puis disparaître. Il n’avait rien à craindre : il n’était qu’un homme, oui, mais pas n’importe quel homme. Il ressentis la brise d’air frais qui passa sur son visage, brûlante, enveloppant tout son corps dans une sensation de plénitude totale. Même si la soirée d’hier soir était passé, il revivait encore et encore leur ébats, leur amour. Il l’avait embrassé tant de fois, aimé tant de fois. Cette nuit la était passé mais son esprit était toujours dans un temps futur. Il ne voulait pas se détacher de tout cela, ne voulait plus que le temps avance... Higginbotham voulait voir le monde sous les yeux de cet amour. Cela faisait un moment qu’il s’était assis ici pour réfléchir, mais surtout pour mettre cette journée en branle. Etre Boss Stinger n’était pas un travail qui commençait après un bon déjeuner ou qui s'arrêtait après être sorti du bureau. Stinger vivait son travail, il était son propre travail. Les chiffres qui s’écoulait depuis la puce implanté dans son cerveau l'abreuvait de tout ce qu’il devait connaître, tout ce qu’il devait savoir dans le monde. La brise chaude dans son cou, l’esprit encore brulant dans les bras de Kym, il était prêt à dévorer son travail.

En tailleur, il était nu. Sur son corps se reflétait le soleil de Metamol, un soleil si brûlant qui l’avait vu venir au monde, grandir et aimer aujourd’hui. Comme un mirage, comme un rêve, derrière lui se trouvait son prédécesseur, Robert White. Il fumait le cigare, il regardait son remplaçant avec un regard que Higginbotham n’avait jamais vu auparavant. Il ne souriait pas, il ne semblait pas jouer la comédie. Il était désespéré, profondément attristé, apeuré... Comme si la totalité du sort de la galaxie venait de lui tomber sur les épaules. Stinger ne cilla pas, il savait qu’il n’était qu’une illusion de son esprit. Mais il était troublé par cette vision. Jamais l’homme qu’avait été son mentor pendant plusieurs années avait paru si touché, si frappé par quelque chose. Higginbotham souffla à nouveau, pour faire partir à nouveau cette vision comme il avait fait partir sa pensée négative quelque minutes plus tot. Mais Robert White resta là, immobile, près du nouveau Stinger. Il se mit alors à lui parler

“Et voila, tu as décidé de tomber dans le même piège que nous tous, un piège qui ne te donnera aucune joie, aucun bonheur. Aujourd’hui, tu regarde cette femme comme j’ai pu regarder Jade auparavant, comme Victor à pu regarder Margareth, comme Salaazar a pu regarder Moebius. À jamais notre dynastie est forcé de vivre dans le malheur, dans le désespoir des lendemains sombres. Tu sais pourquoi j’ai décidé de tout oublier, tu sais pourquoi j’ai voulu couper tout pont avec ma propre vie, ma vie avec elle. Je t’en conjure Gilean, ne plonge pas dans cette amour, tu risque de te tuer”

Higginbotham respirait de plus en plus fort, cherchant à évacuer cette vision de son esprit. Il savait que Robert avait raison,que tout cela n’était qu’une belle illusion. En regardant Kym il voyait déjà leur futur, les multiples dangers qu’ils allaient devoir affronter ensemble. Et il savait quel était le plus grand de tous les dangers, un mal aussi profond qui regnait en maitre dans la dynastie qui etait la sienne : jamais personne ne pourrait l’aimer, personne ne pourrait être sa propre moitié sous peine de vivre une fin tragique. Mais il n’était pas le fils de Stinger, il n’était pas du sang de la famille Stinger, il était celui qui devait briser tout cela, arrêter ce cycle sans fin. Il voulait qu’elle soit la fin de ce cycle sans fin. Il ne voulait pas que cela s’arrette, il ne voulait pas que Stinger continue d’énoncer des vérités, il ne voulait plus être Stinger.

“Gilean, je sais ce que tu ressens, je l’ai vécu comme mon père l’a vécu. Ta vie semble plus belle, plus grande ? Tu pense avoir donné un sens à ta médiocre vie de petit milliardaire sans importance ? Mais tu n'es rien, tu ne sera jamais rien. Tu n’a ni le droit d’aimer ni le droit de lui imposer cela. Un jour elle partira, comme elles sont toutes parties pour nous. Tu va finir seul dans ta grande forteresse de métal mon fils”

Higginbotham essayait de contrôler sa respiration. De l'extérieur, il était impassible, toujours assis en tailleur en train de regarder les immensités insondables de l’univers. Mais intérieurement, il devenait fou. Il voulait tuer l’homme qui parlait, il voulait que Robert White meurt à nouveau, encore et encore. Il ne voulait plus de cette héritage, il ne voulait plus de tout cet argent ni de ces belles cités de métal. Il ne voulait qu’elle, rien de plus que tout ce qu’elle était et représentait pour lui. Kym était devenu son refuge, un refuge temporaire que les affres du destin lui enleverais à un moment. Mais la malédiction avait déjà fait son oeuvre, il savait qu’il risquait aujourd’hui de la perdre comme la lignée des Stinger avait toujours perdu leurs amantes. Mais jamais il ne se laisserait devenir fou, jamais il ne la laisserait partir. Plutôt mourir que de l’abandonner. Aujourd’hui et à cet instant, Stinger se promit une chose : quelque soit les plans qu’il avait prévu, quelque soit la destinée qu’avait prévu pour lui ces prédécesseurs, il ne vivrait pour qu’une seule chose. Il ne vivrait plus que pour ce qu’il ressentait pour elle, cette femme inconnu qu’il avait trouvé, comme on trouve au sol un diamant brut. Sa rage, personne ne pouvait l’entendre, elle ne pouvait pas l’entendre. Mais si il avait été seul, il aurait hurlé de tout ces poumons ce qu’il ressentait, ce qu’il voulait jeter à Robert White et à la galaxie tout entière

*Tu es celui qui m’a choisi, tu es celui qui m’a donné une raison de me battre. Tu est la seule chose qui ai eu du sens dans ma vie, Stinger, et la seule personne que j’écouterais jusqu'à ma mort, comme un rappel constant à ce que j’aurais pu devenir. Mais écoute moi, gros putain de salopard de merde : jamais tu n’aurait pu protéger Jade comme je peux protéger Kym. Victor était ton père mais aussi un monstre envers sa famille et jamais il ne s’était rendu compte de ce qu’il pouvait perdre, qu’il pouvait perdre Margareth. Moi je ne vis pas dans un compte de fée, je vis dans un monde où je me suis battu pour en arriver la. Chaque matin je me lève en regardant ce que j’ai et en remerciant le ciel de tout cela. Aujourd’hui, j’ai enfin trouvé celle qui dictera mes pensée, celle qui dirigera mon monde à moi. Tu n’a pas mon expérience, tu n’a pas ma haine et ma détermination, Stinger ! Je suis peut être Boss, mais je suis surtout pleinement conscient de vos erreurs. Jamais elle ne sera menacé, jamais je laisserais quiconque m’arracher cette lumière qui m’a été donné. Je ne suis pas ton fils, Boss Stinger, je suis le fils d’une Métamol, le fils de cette galaxie, le fils qui aime la fille de Baelfire. Je suis Gilean Higginbotham et je me dresse devant tout ce qui cherchera à détruire ma vie. Et aujourd’hui, ma vie, c’est elle*

Il ouvrit les yeux, se rendit compte qu’il s’était endormi, plongé dans ces propres pensées. Jamais Robert White ne l’avais autant énervé, autant convaincu de la céracité de ces propos. Il avait envie de tout envoyer balader, de tout jeter autour de lui et de s’enfuir la ou personne ne pourrait les trouver, elle et lui. Mais il était Stinger, l’homme qui affrontait les héros, jamais il ne s’enfuirait, jamais il laisserait son destin emporté. Et si il doit consommer la puissance de l’épice chaque jour jusqu’à sa mort pour vivre avec elle, alors qu’il en soit ainsi ! Rien ne se mettrait en travers de ce qu’il ressentait. Il allait devoir agir aussi vite que possible, être au courant de tout avant même que quoi que ce soit arrive. Il serait tout, verrait tout et entendrais tout. Le plus grand risque entre Kym et lui résidait dans ce qu’il pouvait ressortie de leur passés respectifs. Ils avaient tant de choses qu’ils avaient vécu, tant de choses qui risquaient de les séparer. Il commença dans son propre passé, les hommes qui pourrait en vouloir à Higginbotham était déjà tout surveillé, tous monitoré. Il savait qu’il n’avait rien à craidre à ce niveau la. Mais il fallait se concentrer sur le passé de Kym. Elle lui avait dit qu’elle avait eu un homme à qui elle était en couple. Rapidement, il envoya sur onde longue à tout les services de renseignement une demande urgente quand au passé de la Moojuu. Il trouva rapidement celui qui l’accompagnait dans sa vie, un homme du nom de Sid, une machine à tuer et un boucher maléfique.

Il aurait pu décider de le tuer, de demander immédiatement l’intervention de troupes pour le tuer, lui et tout ce qui pouvait être en contact avec lui, mais il ne le fit pas. Dans l’esprit de Stinger, la présomption d’innocence primait sur tout : si un homme semblait menacer sa propre vie, il s'agirait qu’au dernier moment, à partir de la seconde ou il serait sûr que le présumé innocent était en fait une ordure sans nom. Ce Sid était alors surveillé, obervé par les caméras de Stinger, ces moindres faits et gestes. Jamais il ne pourrait atteindre le corps de Kym ou de Stinger sans avoir reçu une balle dans le crâne. Autant Higginbotham avait détesté le système de surveillance de Robert, autant il en était plus que heureux aujourd’hui. En attendant, des hommes étaient là pour s’occuper de toute la surveillance essentielle. Stinger souffla enfin. Il n’avait pas levé la malédiction, il ne la lèverais peut-être jamais, mais il avait fait tout ce qu’il pouvait, pour elle et pour lui. Et si elle voulait le rejoindre? Si elle voulait l’abandonner pour lui ? Est ce que Stinger en…

“Bien le bonjour mon Boss...”

D’un coup, toute ces pensées disparurent loin, comme si un voile blanc avait recouvert toute la douleur et la souffrance, comme si tout cela n’existait plus. Seul le corps chaud et la voix douce de Kym résonnait désormais à ces oreilles. Elle était la sirène qui commandait à son corps, qui commandait à sa pensée. Comme magnétisé par ces propos, il abandonna tout espoir de faire quoi que ce soit ce matin de productif. rapidement, il relègua son travail a des assistants et assistantes qui allaient devoir passer leur journée et leur nuit à faire ce que Boss Stinger devait faire. Intérieurement il se sentait coupable de cela, mais le corps de la Moojuu lui fit, à nouveau, oublier tout ce qui n’avait pas d’importance dans l’instant présent. Elle lui proposa de lui donner des surnoms amoureux, des surnoms idiots. Il ria, sincèrement, comme si tout cela semblait si hors de propos par rapport a tout ce qu’il avait pu penser quelques secondes avant. Il suppliait le destin qu’elle reste avec lui, et elle lui cherchait un surnom. Il l’aimait pour cela, elle ne pensait pas plus qu'à ce qu’elle devait vivre maintenant, ce qu’elle voulait vivre maintenant. Elle l’envouta par ces mots et sa chair, une fois de plus

“Comme tu le sens Kym ! A ta place, je ne me risquerait pas à tout ça, personne ne se sent jamais d’humeur à me vanner sur les surnoms qu’on me donne. Par contre, je sais pas si Kym, la fière Moojuu, rêverais que je l’apelle “chaton” ou encore “ma belle” ! Qu’en pense tu ? Ça ne ferait absolument pas sérieux pour la renégate que je connais”

Il lui adressa un réel sourire, un sourire qui n’avait plus aucun rempart. Son soeur était totalement ouvert à elle, il lui parlait aussi librement qu’il se parlait à lui même

“Et pour ce qui est d’hier soir…”

Il se retourna pour lui donner un baiser amoureux, aussi doux et violent que la nuit qu’il avait passé tous les deux, sur le pont du Coeur de Fer. Il sentait que son corps ne répondait plus à aucune pensée concrète, que son esprit partait de nouveau loin d’ici, sur un monde ou le temps n’avait plus d’emprise. Il ne voulait plus plonger dans les souvenirs de la soirée d’hier, il voulait vivre de nouveaux moments inoubliables. Il la fit à nouveau basculer sur le pont brûlant du vaisseau, sa bouche collé à la sienne, leurs corps partageant à nouveau un espace commun et indivisible. Il voulait l’aimer, la toucher, caresser, titiller, de nouveau n’être plus qu’un seul être avec elle, il voulait replonger dans tout cela. Mais elle sembla l’arrêter, comme si tout cela ne l'intéressait pas. Au début totalement perdu, Stinger fit une moue pour le moins ridicule, quelque peu boudeur, incrédule et totalement dépassé par le flot de ces sentiments. Mais il comprit bien vite qu’elle lui demandait de le suivre dans une autre partie du vaisseau, une salle de bain privé. Elle l’amenait vers les coursives du vaisseau, l’entrainant vers la totalité des soldats et moussaillons dirigeant le Coeur de Fer et le préparant à la journée chargée qui s’annoncait. Elle courait devant lui, il transmit alors à l’IA du vaisseau l’ordre extrême de fermer toute les portes sur leur passages ou il pourrait y avoir des membres d’équipage : avoir des surnoms ridicules ne le dérangeait pas le moins du monde ; mais par contre, se balader nu dans les coursives ou se trouvait des collègues alors qu’il était parti pour ne pas travailler de la journée, ca ca le gênait plus qu’autre chose. Courant tous deux, se tenant la main jusqu’à une des salles de bain privée du vaisseau, ils rièrent, bêtement probablement, en voyant le vaisseau se démener pour que personne ne les voit nu. Il se sentait idiot à faire tout cela, quel âge avaient ils tous les deux? Il n’en avait plus rien à faire au final, l'âge n’avait plus d’importance : il était deux enfants d’une planète différente, jouant à cache cache à bord d’un vaisseau qui était bien trop grand pour eux. Ce moment était hors du temps. Comprenez moi une minute : l’amour est une chose puissante et unique, mais ce moment fut un quelque chose de plus que cela dans l’esprit de Higginbotham, un moment ou plus rien ne s'attachait à son passé ou son futur, ou plus rien ne lui était dicté. Il voulait courir à jamais dans les couloirs du Coeur de Fer, elle l’entrainant toujours plus loin, dans des endroits qu’il ne pensait jamais revoir. Son regard était porté sur les yeux de la Moojuu, son esprit emmené bien loin ou ils n’étaient que tout les deux dans une galaxie pourtant surpeuplée. Mais quand ils passèrent ensemble la porte de la salle de bain, se refermant automatiquement derrière eux, ils n’étaient plus des enfants. Ils étaient deux amant amoureux, empli d’un désir insatiable.

Ils prenaient une douche, complice tout les deux. Elle, cherchant à déstabiliser Higginbotham, lui, prenant plaisir à réagir à la moindre de ces tentatives. Elle jouait et cherchait à le titiller et il était plus qu'heureux de réagir à tout cela. L’eau qui coulait sur leur deux visages, leur deux corps ne voulait pas éteindre la flamme dans leur coeur. Elle semblait uniquement raviver des passions puissantes, plus que jamais déchaîné, comme retenu par des années de frustration commune. Alors, Kym décida d’à nouveau le titiller, mais d’une façon si douce, si agréable, qu’il décida de ne pas réagir. Il voulait cependant lui donner autant qu’elle lui donnait, il voulait qu’elle ressente ce qu’il ressente comme bonheur et comme calme dans son esprit. Elle était aussi bestiale que douce, aussi violente que attentionnée. Elle était la passion qui manquait à Stinger, cet élément essentiel qu’il cherchait désespérément dans l’argent et le luxe. Elle lui apportait avec une simple douche, des jeux d’enfant et un appétit insatiable pour les corps. Il sentait que le dénouement de tout cela allait arriver, à nouveau, une fois de plus parmi les multiples fois de la nuit précédente. Encore une fois, il allait tout oublier dans le tourbillon des propres battement de coeur et ceux de sa partenaire. Mais elle s'arrêta, une nouvelle fois, comme quand elle était sur le pont du vaisseau, le même regard, la même envie de pousser à bout Stinger. Elle jouait avec ces nerfs, ces sentiments, le privant tout d’un coup de ce voile doux, de ce moment si unique. Elle faisait le même regard, la même tête joueuse qu’avant. Mais cette fois ci :

“Oh non chaton, cette fois ci tu es à moi”

Et il l'attrapa avec une violence si douce, un besoin immédiat de se re-coller à elle. Bien plus cette fois ci, il ne voulait plus jouer, il voulait la sentir. Il voulait que chaque fibre de son corps soit sienne, que tout le corps de sa partenaire ne fasse plus que lui appartenir. Dans la condensation de l’immense douche, il l’aimait à nouveau, encore et encore, de plus en plus fort. Il voulait que tout cela soit sans fin, que rien ne puisse le déranger, qu’ils passent tout les deux des jours entiers à se découvrir et à ne plus penser à rien qu’eux deux. Son visage, ses baisers, son regard balayait la moindre de ces pensée. Ils étaient vivants, ils était proche de la morts. Mais à jamais ils étaient ensemble. Il sentaient leurs coeurs entrer en collision, leurs flamme brûler de plus en plus intensément. Il ouvrait à nouveau les yeux pour lui appartenir complètement. Il n’était plus le Coeur de Fer, ils étaient ensemble le coeur de fer, les maîtres de Stinger Industry, les deux facettes d’une même pièce. Leurs respirations semblaient en rythme, leur danse parfaitement orchestré. Ils vivaient le ballet que chaque homme et chaque femme rêve de vivre : celui de l’amour et du désir, celui de deux corps ne formant plus qu’un, celui qui se passait de mots… Leurs voix ne cherchait plus à répondre à la structure bien codifié des mots, leurs corps ne cherchait plus l’élégance et la bienséance. Ils étaient ce pourquoi des civilisations entières étaient aujourd’hui debout : ils étaient l’amour incarné

“Je t’aime tellement... “ avait il réussi à prononcé en retour, comme un écho puissant à ce que vivait la femme. leur coeurs battaient le même rythme, leurs regards étaient rivés l’un sur l’autre. Il ne voyait plus les imperfections du monde, ils ne ressentait plus la douleur de leur vies respectives. Higginbotham n’était plus Stinger, il n’était plus qu’un torrent de désir d’amour et de souffrance. Jamais cela ne s'arrêterait, pensait il maladroitement. Jamais cette douche n'arriverais de couler, jamais leurs corps ne se sépareraient…
Pourvu que cela ne s’arrête jamais ...
Kym la Renégate
Kym la Renégate
Moojuu
Féminin Age : 22
Date d'inscription : 12/03/2015
Nombre de messages : 92
Bon ou mauvais ? : Je suis gentille, ça se voit ! Non ? !
Zénies : 700

Techniques
Techniques illimitées : Fonce et défonce / Speed up / Champ d'Os
Techniques 3/combat : Caveau d'os / Pointe d'Os
Techniques 1/combat : La danse de la mort

La formation de militaire - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: La formation de militaire   La formation de militaire - Page 2 ClockLun 16 Jan 2017 - 17:18
( Ecchi sous spoiler, merci de ne pas lire si vous êtes incommodés par la lecture érotique. )


Spoiler:
 
Boss Stinger
Boss Stinger
Terrien
Masculin Date d'inscription : 05/06/2009
Nombre de messages : 716
Bon ou mauvais ? : -
Zénies : -

Techniques
Techniques illimitées : They are no redemption
Techniques 3/combat : for those
Techniques 1/combat : who shatter the time

La formation de militaire - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: La formation de militaire   La formation de militaire - Page 2 ClockMar 17 Jan 2017 - 0:23


Son corps pulsait au rythme insensé de ces sentiments. Il n'était plus qu'un tourbillon de sentiments, un amalgame de chair empli d'un désir nouveau et profond, résonnant avec son identité même. Son esprit fermé s'ouvrait de plus en plus, à chaque coup de rein, à chaque instant. Il n'était plus rien. Rien d'autre qu'un homme. Un homme aimant. Un homme fou d'amour. Elle était son désir, son rêve, son immortalité. Stinger n'était plus Stinger, Kym n'était plus Kym. Ils étaient le désir, ils étaient la frustration. A chaque mesure de la musique des corps , il avait peur. A chaque mesure , il l'aimait encore plus. A chaque mesure, il était plus vivant que jamais. Elle avait désormais une emprise sur lui si forte qu'il était prêt à tout pour elle, prêt à sacrifier les plus grands secrets que l'entreprise avait. Si elle n'avait cherché qu'à l'attirer pour le faire tomber dans un piège, il aurait été sans défense. Mais elle ne le piegais pas, ils étaient tout les deux uni par un lien si sacré et si fondamental que personne ne pouvait le simuler. Ils étaient à tout jamais lié par un serment inviolable, un désir ultime et bestial, un amour que les mots ne pouvaient pas décrire, que seul le corps pouvait.

Chaque seconde était une douleur autant qu'un plaisir. Il avait peur du vide, du moment où ils devraient s'arrêter, du moment où son corps n'en pourrait plus. Il n'était plus que la moitié d'un tout, une moitié si intensément magnetisé qu'il ne pouvais plus penser à autre chose qu'à elle. Les alertes venaient sur tout les canaux, prévenant de chaque réunion retardé, de chaque cours de bourse chutant à cause de son absence. Mais le monde pouvait brûler, disparaître dans un chaos complet, il n'en avait plus rien à faire. Son plan, son avenir, c'était elle. Le projet S n'était plus qu'un vague passe temps. Il ne voulait plus de ce monde réel si ennuyeux, il l'a voulait elle. A certains moments, Stinger pendait rêver, retrouver son lit froid, son esprit seul dans un appartement aussi luxueux et que vide. Mais chaque coup de griffe, chaque mordillement était une ancre de plus dans son esprit, une entrave à la solitude. Elle deverouillait des sensations en lui qu'il n'avait pas ressenti depuis longtemps, si longtemps…

Ils vécurent ensemble un moment exceptionnel sous cette douche et Higginbotham aurait voulu qu'il ne s'arrête jamais. Il n'avais plus envie d'affronter le futur, il voulait affronter le présent avec elle, sous la forme la plus pure, sous la forme d'un rêve éveillé. Il se sentait si bête de l'aimer ainsi, d'un amour presque enfantin, presque puéril. Mais quand ils jouaient tout les deux, en se titillant, mordant, cherchant l’un l’autre… Le monde n'avait alors plus de sens, n'était plus régie par les mêmes lois. Il voulait que leur monde soit le monde de tous, que chaque homme et chaque femme s'incline à leur passage. Il était Stinger, elle, son bras droit. Chaque regard, chaque effleurement, chaque mot et chaque battement de paupières intensifient cela. Jamais plus ils ne seraient de parfaits inconnus, jamais il ne vivrait caché. Dans la douche ils jouaient à s'embêter comme des enfants, mais ils n'avaient pas l'esprit d'enfants. Il ne voulaient pas arrêter d'être avec elle, il ne pouvait plus la quitter. Mais elle décida, contre son gré, de sortir de leur douche commune. Gilean sentait que son corps était épuisé, encore tremblant de l’effort. Ils avaient dormi jusqu'à la fin de l'après midi mais il était épuisé, le souffle presque sifflant. Alors ils se séparèrent, chacun faisant sa vie sans le vaisseau. Elle s’était donné pour objectif de le déranger dans les pires moments, ceux qui le mettrait le plus mal à l’aise pendant sa journée. Elle voulait jouer avec lui encore, d'un jeu dont seul les enfants était capable. Il aurait pu la tracer dans tout le vaisseau, détachant le moindre de ces mouvements, la moindre de ces traces, le moindre de ces muscles si doux, si chaud au toucher : Stinger connaissait la position de chaque homme et chaque femme sur son bâtiment. Mais cela aurait brisé leur bêtise. Il desactiva alors la signature biométrique de la Moojuu, lui laissant la possibilité de se balader dans la totalité du coeur de fer, de la même façon qu'elle s'était baladé dans son propre esprit. Il n'avait pas envie de l'abandonner, il ne voulait pas laisser de côté ce qu'ils avaient vécu ensemble. Il voulait plus, il voulait l'aimer chaque instant de sa journée, de sa vie. Mais il savait que l'absence était tout aussi importante que les moments ensemble. Ces instants douloureux provoquait le besoin, l'envie toujours plus intense de se rejoindre. Ils allaient donc se séparer pour se retrouver, comme si il ne s’était jamais vu, à nouveau. Il lui déposa cependant un dernier baiser, sans violence ni brutalité, simplement mépris de l'amour intense qu'il ressentait. Combien de temps supporterais t’il l'absence de la Moojuu ? Il ne pouvait clairement le savoir

Cela mit évidemment peu de temps pour qu'il se sente réellement loin d'elle. Il savait qu'elle était la, près de lui, mais elle était loin de son esprit. Il voulait à nouveau être près d'elle, l'aimer aussi infiniment qu'il le pourrait. Cependant, les devoirs de Stinger Industry prédominent sur tout, il le savait aussi. Il rattrapa du mieux qu'il put toute les réunions qu'il devait faire avec ces actionnaires ce jour la. Les cours de Stinger Industry était à la hausse en début de bourse. Ils avaient fait une remontée exceptionnelle due au retour du grand patron. Les myriades d’écran bleu dans le bureau du boss faisait scintiller la pièce, révélant le moindre recoins, le moindre interstice. Plusieurs heures passa, son corps las et fatigué enchaînait les transactions sans avoir le goût à le faire. Son esprit était encore en Kym. Il enchaîna cependant les tâches du début de l’après midi sans grand intéret. Mais il eu une tâche bien plus importante qui se dressa sur son bureau en peu de temps : Majin Vegeta et Tytoon était entré dans la pyramide de Boss Stinger. Après eux, il ne restait donc plus qu’une seule personne qui devrais y entrer puis la porte ce scellerait à tout jamais pour s’enfoncer au centre de la planète, au coeur même de métamol. La pyramide de Diamant, alors faite pour résister à des températures extrêmes, flotterait indéfiniment en dessous, uniquement accessible par la père adoptif du Boss, Nate Kurusawu. En attendant, Majin Vegeta et Tytoon allaient venir ici en personne pour discuter de la suite des évènements. Ils ne seraient cependant pas acueilli sur le Coeur de Fer, mais bien en orbite sur le vaisseau cité de la Flèche d’Argent. Le vaisseau allait d’ailleurs y partir le soir même.

Au moment même ou il avait réussi à l’oublier, à nouveau plongé dans les plans sans fins de Stinger Industry, elle fit surface alors que deux de ces conseillers étaient dans la pièce. Il discutait de la dernière gamme de tacos à produire dans l’usine, destiné à la vente dans toute la galaxie. Mais elle était la, invisible au yeux des employés, sous l’immense bureau noir de jais. Elle dégrafait lentement, très lentement, le pantalon d’Higginbotham

“Bien ! Messieurs, je souhaite un compte rendu de tout cela d’ici deux heures posé sur ma table ! Et que vos équipes s’occupe immédiétemment de l’empaquetage et la vente, nous produisons des aujourd’hui”

Les deux hommes commencait à partir quand elle était déjà en train de le dévorer. Il mourrait de désir, d’envie. Il l’a voulait, pas uniquement sa bouche, mais son corps tout entier

“Monsieur, j’aimerais discuter de quelques détails avec vous avant de partir…”

“Franciiiiii….”

Kym l’avait eu, il ne pouvait pas parler à cause d’un coup de langue bien trop précis. Pendant ce temps, l’homme en face semblait penser que Stinger lui laissait la parole. Il sentait le sourire malicieux de la Moojuu, ses yeux le dévorant du regard pendant que lui, Stinger, essayait de ne pas perdre la face

“Vous savez, nous devons faire attention à nos relations avec l’amérique du Sud monsieur. Si nous produisons ces tacos, même dans le plus total respect de leur traditions et de leur culture, nous risquons qu’ils nous attaque en justice”

“Mais j’en ai rien à fffffff….”

Une nouvelle fois, un jeu bien trop précis, bien trop exécuté pour laisser Stinger finir sa phrase. Son soufle devenait court, elle savait comment rendre Gilean aussi incapable de parler qu’un enfant devant donner son premier exposé. Il l’a haissait et l’aimait en même temps. Plus le temps passait, plus il l’a voulait. Il tapottait des doigts sur la table, un regard furieux a son conseiller semblant ne rien comprendre

“Je sais que vous n’avez pas à coeur ces peuples monsieur, et je respecte totallement la chose. Je suis prêt a m’occuper d’aller les voir et leur proposer un arrangement ! Nous n’aurions alors plus…”

“Je vous jure Thierry, si vous restez une minute de plus à me parler de vos tacos, je vous les enfourne dans le cul et vous allez brûler du cul jusqu'à Mexico !”

Stinger n’en pouvais plus, il avait pris Kym au dépourvu et avait réussi à finir une phrase sensé. Le conseil prit un air choqué, au moment ou un bruit de succion se fit entendre alors qu’un silence s'était imposé. Il comprit immédiatement, hésitant entre la gêne et le rire. Pour éviter de perdre son poste, il fit une simple révérence, et s’en alla aussi vite que possible.

Il la fit monter sur ces genoux, à califourchon dans sa propre direction. Il ne pouvait plus résister, il ne pouvait plus tenir. Elle n’avait pas son bas, son pantalon à lui était dégrafé. Et pourtant, elle continuer de jouer avec lui, se frottant lascivement, longuement, sans interruption, sans vouloir lui donner la délivrance tant attendue. Elle le mordillait à nouveau, il l'embrassa à nouveau. Son corps ne pouvait pas tenir un tel désir, il ne pouvait pas rester ainsi sans rien faire. Il l’a fit monter sur la table, et ils s’aimèrent à nouveau, passionnément, intensément, comme si les deux nombreuses fois précédentes n’avaient pas existé. Dans leur désir commun, dans leur bulle à deux, il ne voulait rien de moins que leurs corps enlacés, collés par le frisson et l’intense besoin de n’être qu’un. Il pensait à nouveau vivre un rêve, qu’elle ne pouvait pas exister. Elle était si parfaite, si différente de lui. Il aimait la moindre de ces différences, était prêt à jouer à tous les jeux qu’elle qui présenterait. Ils vécurent un moment plus fort encore que les fois précédente, excité par le danger et l’inconnu, par la peur et la gêne.

Ils se quittèrent à nouveau, avec cette fois ci une promesse bien plus douce, la promesse de se retrouver dans ces appartements privés

Il était tard, le vaisseau opérait des manoeuvres dans l’espace. Ils étient en direction du point de rendez vous avec la toute nouvelle flotte de Stinger Industry. Mais Higginbotham n’en avait absolument rien à carrer. En cet instant précis, ils avaient décidé de ne plus jouer au jeux d’enfants, ils avaient décidé de laisser parler leurs corps dans une danse bien plus mortelle, bien plus forte, affolante. Stinger n’aimait pas cela, mais Stinger était fou de Kym. Alors, pour cette soirée auprès des etoiles, il était Boss Stinger, l’homme qui imposait par la violence du désir, par la force du collier. Il tenait sa vie entre ces mains, il jouait avec la tension de la corde, la tension de leurs deux corps mêlés, l’intense désir qui brûlait en lui. Il n’aimait pas l’étrangler, mais il aimait lui donner du plaisir. Il l’a voyait au bord del’extase, minute après minute, comme si la mort était un jouet de plus pour intensifier la passion, intensifier la bestialité. Il dominait la bête, il dominait son coeur, il dominait son propre monde. Son corps vibrait au rythme même des désirs de celle qu’il aimait, serrant toujours plus fort, toujours pluas intensément et amoureusement ce maudit collier. Il était en colère contre lui même de faire cela, de risquer la vie de la seule chose à laquelle il voulait tenir. Il tenait sa vie en main, son destin, son futur. Il était son maître ce soir la. Mais chaque vague de rage l’incitait à serrer plus fort, à être en elle plus violemment. Dans un cercle de la dépravation et de la luxure, il voyait en son regard et le moindre tressaillement de ces muscles qu’elle ne demandait que cela. Tout deux près de la fin, il serra une dernière fois, au point même de couper tout espoirs de respiration. Elle était en apné, il était en transe. Dans ce silence ultime, ils laissèrent la symphonie du désir et de l’exultation s’accomplir plus intensément que jamais, plus fortement que ce qu’ils avaient pu voir. Au même moment, les immenses vaisseaux de Stinger apparurent par les vitres de la cabine, comme si le destin avait chronométré le moindre de ces évènements. Il relâcha la corde, détachant son collier, massant son coup et l’embrassant de la façon la plus passionnelle qu’il n’avait jamais pu faire. Il restèrent ainsi, sans bouger, pendant de longues minutes, à parler de tout et de rien, de leur vies, de ce qu’il ressentaient l’un pour l’autre. La flèche d’argent était tout bonemment immense, plus de vingt fois la taille du coeur de fer, aussi menacant qu’il l’avait souhaité. Il décida alors de faire disparaitre le moindre mur, la moindre parcelle cachant leur champ de vision. seul le lit semblait alors flotter dans l’espace, entouré de toute la force armée de Stinger Industry.

“Je t’en prie, ne me demande pas avant un moment de te re-faire souffrir ainsi Kym”

Il se retourna vers elle, le regard collé dans le sien

“Je tiens tellement à toi. Je sais que tout cela n’est qu’un jeu, mais l’idée même de te faire du mal de cette façon est une torture pour mon esprit. Je ne refuserais jamais si tu me le demande, je ne pourrais jamais rien te refuser…”

Il l’aimait, il la regardait et voyait en elle son futur, son idéal. Elle était la femme sauvage et bestiale qui lui permettait de conquérir des planètes, elle serait aussi aimante que rebelle, aussi vivante que intense. Elle était celle qu’il voulait pour lui, lui seul et personne d’autre. Jamais personne ne pourrait lui briser son rêve.

“Je ne veut pas que tout ça s'arrête un jour Kym, jamais”. Il pleurait. Ces mots n'avaient désormais plus à porter ces sentiments. Il pleurait non pas de tristesse mais d'amour, de peur, de désir. Il sanglotait pas, les larmes étaient celle de la rage et de l'insouciance. Il n'avait plus une seule barrière, plus un seul rempart. Il était lui même, sans condition, sans faux semblants. La barrière du langage ne lui donnait plus le vocabulaire adéquat. Alors il l'aimait tout entier, sans limites. Il enfouissait sa tête dans son buste. Il avait besoin de cette femme plus qu'elle ne pouvait le penser. Il avait besoin de son corps plus que pour ressentir. Il avait besoin de cet amour plus que tout au monde. La solitude lui avait arraché le cœur et aujourd-hui elle partageait le sien. Il pleurait encore, et encore. A chaque tremblement du corps de Kym, il tremblait en écho, ressentant la moindre parcelle de joie, la moindre douleur de celle qui était son tout. Ils étaient une symbiose si parfaite que Higginbotham pleurait de joie, de peur, de rage, d'amour, d'impatience, de haine, de sa propre idiotie, de l'immensité de cette galaxie, de la petitesse de leur existence… Leurs corps étaient minuscule mais leurs âmes à jamais lié. À jamais leurs corps était marqué par l'amour inconditionnel qu'ils pouvaient ressentir à cet instant.

Il aimait la moindre de ces courbes, le moindre de ces défaut. Il aimait plonger en elle et vivre des moments exalté. Il aimait ces mains, la courbe de ces cuisses, le regard qu'elle lui portait, la façon dont elle riait, la façon dont elle aimait. Il aimait tout ce qui pouvait lui appartenir, il aimait absolument tout à s'en rendre malade. Stinger était malade de la maladie la plus virulente et la plus violente pour son esprit. Il buvait ces mots, absorbant tout son regard, Elle était si belle et si forte qu’il voulait tout lui donner et bien plus. Il voulait partager avec lui la puissance de l'épice, lui faire vivre cette agonie, lui donner la possibilité de se voir à travers des millions de mondes, des millions de possibilités.

“Tu aime la douleur, alors à moi de te montrer quel souffrance en vaut la peine”

D'une simple pensée, il activa la petite parcelle de son cerveau capable déclencher l'agonie. Il lui suffisait de l'embrasser pour qu'elle voit ce qu'il voyait, ressente les milliards d'univers ou cet amour vivait en cet instant. Il l'embrassa aussi intensément qu'il le put, faisant vivre cette agonie commune, ce moment unique et si intense qu'il était l'essence même de sa vie. Il connaissait le contrecoup et il savait qu'elle allait le vivre. Mais il savait aussi que rien ne pouvait les atteindre en cet instant qui fut immédiatement hors du temps. Jamais il ne ressentirait une douleur intense tant qu'ils étaient l'un et l'autre uni à jamais.

Des milliards de galaxies ou il s'aimait, une infinité d'instant présent ou ils contemplait leur monde à eux, ou ils s’aimaient alors. Cette fois ci, il l’a dévorait, il lui donnait chaque seconde de plaisir qu’il pouvait lui offrir. Ils s'aimaient à l'infini, pendant un temps infini, vivant une vie qui n'était pas là leur. Tant de mondes, ils semblaient flotter à travers les dimensiosn, vivant l’entensité du véritable amour des milliard et des milliards et des milliards de fois. Ils vivaient l'amour un millions de fois, un milliard de fois. La situation était souvent si différente de celle qu'il vivaient : une fois ils étaient sur terre, une fois ils n'étaient qu'humain, une fois ce désir n'était partagé que par des mots. Mais toujours la même intensité, toujours deux êtres au corps pulsant au son de l'autre, tel une harmonie parfaite et inespérée. Un moment unique et semblant résonner au son même de leurs corps. Des milliards de carresses des milliards de souffles, des milliards d'extase ultime... Par son pouvoir, il lui faisait ressentir l'infini. Et quelque soit leur destin, quelque soit le futur, ils vivaient aujourd'hui le tourbillon infernal du désir éternel. Il était à elle et elle a lui, pour l'infini. Jamais plus ils ne se sentiraient réellement seul, jamais plus il n'auraient de vie l'un sans l'autre. Il ne voulais plus de son ancienne vie, de ces anciens amis, de sa famille. Elle était un tout parfait et infini, immobile et constamment en mouvement. Leurs lèvres se rencontrait encore et encore, leurs intimité mêlé et à jamais réuni. Qu'ils meurent demain, maintenant ou dans des milliers d'années, il n'en avait plus rien à faire tant que ces moments était avec elle. L'épice intensifiait son désir, son amour, la force des extases partagées. Que Sid viennent, cela n'avait plus d'importance. Il savait maintenant qu'il ne pourrait jamais vivre la passion qu'ils chantaient, jamais il ne pourrait imaginer la profondeur de leur amour et l'écho de leurs âmes. Ils étaient lié à jamais, et à jamais ils liait leurs corps. L’univers était si beau, des milliers d’étoiles et naissaient au rythme de leur amour, au rythme de leurs sentiments. Ils ne vivaient pas uniquement de l’amour, il vivait une harmonie qui brisait les dimensions et les probabilités. A jamais ils étaient ensemble, comme si, à jamais, ils avaient été fait l’un pour l’autre
Kym la Renégate
Kym la Renégate
Moojuu
Féminin Age : 22
Date d'inscription : 12/03/2015
Nombre de messages : 92
Bon ou mauvais ? : Je suis gentille, ça se voit ! Non ? !
Zénies : 700

Techniques
Techniques illimitées : Fonce et défonce / Speed up / Champ d'Os
Techniques 3/combat : Caveau d'os / Pointe d'Os
Techniques 1/combat : La danse de la mort

La formation de militaire - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: La formation de militaire   La formation de militaire - Page 2 ClockMar 17 Jan 2017 - 18:08




Kym s'amourachait toujours un peu plus d'Higginbotham. Ce n'était pas juste à cause de son charme et son charisme certain, ni à cause du fait qu'il soit grand et qu'il ait une carrure pleine de sous-entendu, donnant tantôt une impression de l'homme protecteur, tantôt de l'homme capable de vous briser... dans l'agréable sens que cela peut avoir, huhu. Non, malgré le fait qu'il soit un homme absolument envoûtant en plus d'être doué dans tout ce qu'il peut entreprendre, ce n'était pas juste ça. C'était tout qui l’emprisonnait, qui l'enchaînait à être toujours plus folle de lui. Sa maladie incurable était ce foutu syndrome amoureux qui ne comptait pas s'évanouir, même pas après le sexe ou les mots doux, il n'était pas là que de passage. Il était une partie d'elle-même, quelque chose dont elle ne se séparerait jamais. La moindre des réactions du Boss la séduisait, même si c'était de la colère ou de la tristesse, peu importe ce qu'il disait ou comment il pouvait se mouvoir, Kym se rendait clairement compte qu'elle ne pouvait pas lutter. Elle aimait tout de lui, voulait tout de lui, et non, elle n'acceptait pas un simple amour. Kym désirait un amour parfait, sinon ça n'était pas la peine. Aimer et d'être aimée avec modération ne pouvait pas exister à ses yeux, c'était soit tout, soit rien. Toute pensée modique à l'égard de Stinger lui était étrangère. L'infini était sa mesure, l'absolu son oxygène, et il était le seul à posséder l'admiration totale et la dévotion la plus suprême qu'il soit de la part de cette dernière. Lorsqu'il essayait de ne pas perdre le contrôle de lui-même face à ses hommes, alors qu'elle le titillait d'une des meilleurs façon qu'il soit et lorsqu'il tirait sur le collier jusqu'à lui en couper totalement le souffle... lorsqu'il la gouvernait d'un seul regard et qu'il pouvait la dominer rien qu'en posant ses mains sur elle, lorsqu'il lui offrait ce regard qui traduisait littéralement ce sentiment d'infinité, de grandeur, la perfection inconditionnelle et exclusive, rien qu'à elle... Comment ne pas être atteint de cette maladie d'amour ? Elle ne voulait rien de formel avec lui, juste vivre un amour sans restriction, sans limites. Il était son idéal, le seul souverain digne d'être tout-puissant sur la moindre miette de son être entier. Plus rien ne pouvait changer cette tempête de sentiments déchaînés en Kym. Plus rien ne pouvait les séparer... sauf lui.

Après cette journée forte en émotions plus que torrides, ils avaient terminé sur une petite "séance" spéciale et qui semblait en effet représenté une forme d'extase plus que paradisiaque pour la Moojuu. La fin de cette "histoire" avait été rudement apprécié par les deux parties cependant au vue de la jouissance commune de l'ordre de l'exceptionnel. Ce dernier avait été plus que violent, et c'était loin de déplaire à Kym. Elle ignorait cependant le fond de la chose, de cette idée, à l'intérieur des pensées du Boss, du moins pour l'instant. Ils étaient maintenant tout les deux paisiblement allonger l'un contre l'autre, et Stinger avait eut la délicate attention de se préoccuper du cou de sa compagne après leurs ébats brutal. Cette dernière eut un petit rire - il était tout à fait mignon et elle n'avait pas du tout l'habitude qu'on s'occupe de son bien-être de la sorte, et d'autre part, cette dernière ne ressentait évidemment pas la douleur de la même manière que tout le monde: c'était évident après ce qui venait de se déroulé. Il était cependant, clairement impossible de ne pas apprécier un homme aussi attentionné, la sauvageonne se lovait dans ses bras comme s'il était là la plus précieuse chose qu'elle avait. Et c'était affolant comme c'était le cas. La militaire avait bien évidemment remarquer toute la flotte du Boss qui était là, à porter d'eux dans l'espace, et d'ailleurs il avait fait en sorte de faire disparaître les murs. Ainsi ils étaient eux-aussi en quelque sorte parmis les vaisseaux. Cette dernière n'avait pas manqué le gargantuesque vaisseau qui flottait à côté de la multitude d'autres, qui semblaient être rikiki à côté de ce truc qui pourrait carrément être une planète à lui tout seul.

Sa phrase la tira de sa torpeur où elle rêvassait en pensant à ce qu'il allait pouvoir foutre à part dominer le monde avec ces engins-là. Cette dernière avait l'air surprise - c'est sûr, vu comment il s'était débrouillé pendant l'acte, elle n'aurait pas pu se douter qu'il lui sortirait ça. Elle avait du mal à déglutir. Le fait qu'il tienne autant à elle, bien entendu que cette dernière en était consciente, mais il le disait, pour de vrai, et il ne lui mentait pas le moins du monde, elle le sentait à travers son regard. Il disait là des paroles qu'elle aurait en retour pour lui. Kym avait l'impression que Stinger parlait à sa place, qu'il pouvait lire à travers son âme. Jamais elle ne lui refuserait quelque chose non plus, l'amour étant plus fort que la raison à ce stade où il est absolu. Cette dernière prit un air désolée, coupable de l'avoir entraîner dans quelque chose qui l'avait fait secrètement souffrir. Pourtant Kym ne savait pas comment réagir. Ou plutôt comment elle devait réagir pour essayer de s'excuser. Elle n'avait eu qu'une seule relation avec un autre homme qui était très, très différent de Gilean.. elle ne savait même pas comment elle se devait de réagir alors qu'elle l'aimait, bordel, c'était quand même pas croyable ! La Moojuu nourrissait en ce moment de la colère envers elle-même. S'il était blessé, elle l'était tout autant, et le voir dans cet état-là, capable de verser des larmes.. tout ça percuta tellement de plein fouet Kym qu'elle ne sentait même plus battre son coeur. Avait-il cesser de battre pendant cet instant ? Alors qu'il lui disait là les plus belles paroles, les plus sincères, les plus touchantes de toute sa putain d'existence ? C'était sûr. Cette conne restait là, incapable de réagir encore une fois. S'en était trop à supporter corporellement et mentalement, son propre corps ne voulait plus l'écouter. Ses mains tremblantes s'étaient frayé un chemin jusqu'au dos de son amant, alors qu'il avait déposé sa tête contre son buste. Cette dernière avait les lèvres entrouvertes, tremblantes, elle voulait vraiment dire quelque chose. Putain, pourquoi elle n'y arrivait pas ? Kym se trouvait vraiment idiote. Elle était capable de ressentir vibrer jusqu'au plus profond d'elle-même les sentiments que Gilean lui transmettaient. Les brûlantes larmes dévalaient ses joues sans qu'elle n'ait le temps d'encaisser le choc. Son coeur pleurait, lui aussi. Ils étaient liés et unis dans toutes les circonstances, et Kym ressentait toute la proportion de leur amour en ce moment unique. Boss s'était ouvert totalement à elle. L'ampleur de cette vérité raisonnait en elle autant que le fait que la réciproque était foutrement vraie. Elle le serrait toujours un peu plus fort contre lui.

Elle n'eut pas le temps de lui parler, parce qu'elle était toujours dans ce cercle vicieux qui la rendait muette tellement l'émotion qui l'avait gagné était intense, mais aussi parce qu'il avait décidé de lui montrer quelque chose. On lisait l'incompréhension sur le visage de la Moojuu imprégné de larmes, mais surtout de cet amour impossible à briser. Mais elle comprit bien assez vite. Aussi immédiatement qu'il l'avait embrassé, la douleur la gagna, immobilisant la plus grande partie de ses muscles. Par réflexe, ses muscles devinrent tendue, et ses os commencèrent à vouloir se déployer pour éliminer le mal. Mais Kym contrôlait tant bien que mal les réactions de défenses naturelle de son corps, parce qu'elle savait maintenant. Elle voyait à travers lui, mais aussi avec lui, l'océan de l'infini, des multiples futurs et destins qui les attendaient. Dans d'autres univers, d'autres galaxies, ces supposés futurs existaient. C'était l'expérience la plus surprenante et l'une des plus poignantes possibles - parce qu'en soit, rien ne peut être plus poignant que l'étreinte de Boss... face à toutes ces choses à la fois indescriptiblement belle, et si incroyables qu'elles paraissaient folles, Kym ne perdait pas la raison. Cette dernière prenait mentalement de grandes inspirations, alors qu'elle avait l'impression de faire un arrêt cardiaque, un AVC, ou quelque chose d'aussi terrible en même temps que ses yeux et son esprit découvraient des futurs, des mondes, où ils étaient toujours liés quoi qu'ils fassent. Même des futurs où ils vieillissaient ensemble, et même sur le lit de mort l'un de l'autre, ils étaient toujours là pour accompagner la personne qui était leur absolue, l'essence même de leurs existences. Ils mourraient peu après la perte de leur compagnon, toujours. Parce que l'un ne semblait pas pouvoir vivre d'avantage dans un monde où son âme-sœur n'était plus. "Âme-sœurs". L'expression était d'une justesse incroyable pour définir ce qui les liaient. Kym sentait son corps craquer de douleur, mais aussi de tristesse, d'émerveillement, de sensations qu'ils partageaient là, en secret, entre eux, que nul autre ne pouvait ressentir. Personne ne pouvait mesurer rien qu'un peu l'ampleur de ce qu'ils traversaient ensemble. Tout semblait toujours prédire un avenir où l'un ne pouvait vivre sans l'autre, tout semblait toujours décrire un amour tel qu'il ne pouvait être démanteler ou défier, un amour qui semblait s'étendre bien au delà du royaume des vivants..

Mais il était là. Comment était-ce possible une seule seconde qu'il ait survécu à toutes ces années ? Kym l'avait recherche pendant tant de temps... et il était toujours... il était toujours vivant ! Son esprit sembla complètement dérailler et se bloquer à ce moment-là. La dernière image qu'elle gardait de ce voyage extraordinaire qui semblait avoir durer le temps d'une infinité de vie, c'était celui où Sid assassinait Stinger et que Kym se suicidait. Le retour à la réalité était si douloureux mentalement comme physiquement que son corps convulsait sans qu'elle ne puisse reprendre le dessus sur les choses. La Moojuu avait les yeux fermés, les sourcils froncés, les crocs serrés. Ses griffes étaient naturellement sorties, et des extensions de ses os commencèrent à se déployer d'une manière très vive le long de son dos et sur ses bras. Cette dernière était à moitié consciente de ce qui se passait physiquement, mais elle était surtout complètement ailleurs, comme coincé dans un monde où il ne restait que de la douleur. Son seul point d'attache à la réalité était le baiser de Stinger. Comme ça l'avait été pour lui après leur combat. Cette dernière, dans un mouvement désespéré, car elle sentait malgré tout son esprit être emmené vers un autre plan physique qui n'était pas le leur, se planta elle -même la cuisse avec l'une de ses extensions d'os. Une action sur le vif, c'était ce qui la fit revenir vraiment " dans son corps ". Cette dernière se releva d'un bond et s'écarta de Stinger. La pièce était redevenue ce qu'elle était à la base, ils n'avaient heureusement plus l'impression de flotter dans l'espace. Kym avait planté suffisamment loin, dans une manœuvre désespéré, son propre os dans sa cuisse,mais ce n'était pas non plus si dramatique. Cette dernière n'en avait d'ailleurs absolument rien à faire de ça, en ce moment même. Elle avait le vertige et ne voyait quand même rien correctement, même de retour dans la réalité. C'était vraiment la réalité ? Même ça semblait confus. La Moojuu ne savait plus où donner de la tête ou comment arrêter tout cela. Ce n'était pas seulement l'épice, c'était aussi...

- Sid ! ... Comment ... En réalité elle ne parlait pas très fort, et plutôt à elle-même. Je l'ai cherché pendant des mois et des mois, je n'ai jamais pu le pister ! Je n'ai jamais retrouvé le moindre objet qui lui appartenait, la moindre trace lui appartenant, ni personne l'ayant vu... putain, c'est pas possible. C'est vraiment pas possible...


Son corps grelottait. Pas de froid, c'était la pression. La pression de l'épice et de la surprise, mais aussi... de la peur. Sid était bien plus qu'un mercenaire, il était un être sans foi ni loi qui agissait dans le mépris des autres. Il avait lui-même décimé toute sa meute sans en avoir jamais eut rien à foutre. Kym repensait à tous ces massacres qu'ils avaient fait ensemble, riant aux éclats en canardant des gens dont ils n'en avaient rien à foutre non plus, d'ailleurs. Ce n'était pas ça, le problème. Kym et lui étaient similaire tant bien sur leur folie que sur le fait qu'ils ne considéraient les autres que s'ils pouvaient leur être utile. Le problème, c'est que Sid ne partage pas. On ne laisse pas Sid, on ne reste qu'avec Sid, et surtout, surtout, on ne trompe pas Sid. S'il venait à apprendre pour la relation entre Kym et Stinger.... comme dans l'un de ses futurs...

- Tu es l'homme le plus puissant de cette galaxie, certes, mais tu dois comprendre qu'il ne s'arrêtera JAMAIS. Même si tu le tue il serait capable de trouver un moyen pour revenir te tuer ! Tu dois comprendre... il va... Sid est le genre de type capable de te droguer pour t’assommer toute la journée et te laisser dans un état clair d'esprit qu'au moment où il veut te taillader la gueule, histoire que tu aies de l'espoir en te disant qu'il va te laisser enfin tranquille, que tu peux enfin reprendre conscience des choses qui t'entoure et de toi... Mais il sait attendre le meilleur moment pour te plonger dans une folie sans fin ! il ne cessera jamais...s'il apprend pour.... nous.... il va te tuer, il va te... On ne doit plus... se voir Higginbotham, il va te massacrer s'il apprend... je ne pourrais pas supporter de te perdre, je... je ne pourrais pas supporter non plus de ne plus t'avoir à mes côtés alors... je dois... je dois partir... !

Elle parlait si vite. Son coeur battait si vite. Kym ne sentait même plus les douleurs qui se propageaient dans son corps à cet instant. Cette dernière tremblait comme une frêle petite chose atteinte d'un mal incurable. Cette dernière cherchait un refuge, une idée, une putain d'échapatoire qui n'existait pas. Les larmes qui continuaient d'affluer sur son visage s'écrasaient avec une violence silencieuse sur le sol. Il fallait qu'elle fasse quelque chose, il fallait qu'elle trouve une solution, putain ! Mais elle était où la solution ? ! Il fallait qu'elle se tue ? Qu'elle tue Sid ? Ces deux options étaient meilleures que de voir celui à qui elle appartenait mourir.... la militaire lança un regard plein de détresse à Higginbotham. Son sang n'avait fait qu'un tour en apercevant le visage de celui qui allait devenir son bourreau et celui de Stinger si elle n'agissait pas correctement. Kym fit volte-face. Elle quitta les appartements privé du Boss et s'écroula à genoux, en larmes, derrière la porte qu'elle venait de franchir. Il n'y avait aucune putain de solution... aucun futur où les choses allaient bien se dérouler. Leur histoire était vouée à un destin tragique depuis le départ, et pourtant elle l'aimait de tout son être. Elle voulait changer ça, faire en sorte qu'il la déteste: il pourrait passer à autre chose, peut-être, et elle, elle endurerait le poids de cet amour impossible...Kym se détestait. Elle était bien incapable de faire en sorte qu'il la haïsse ou qu'il s'éloigne d'elle... Tout ce que celle-ci désirait était d'être à lui...

- Dis-moi quelle est la bonne option quand tout est forcément perdu d'avance... disait-elle à voix basse. Elle ne pouvait pas se résigner à partir et le laisser. Il était celui qui lui avait offert une horizon pleine de promesses d'amour éternel... Je suis tellement désolée, tellement désolée... Je t'aime tant...


Ses yeux mornes foulaient le vide, sans espoir. Son corps tremblait toujours. D'amour, de désir, de peur, et de cette agonie... qui était née des visions que lui avait permis l'épice, mais aussi du fait que la mort de quelqu'un était inéluctable dans cette situation.... sauf si Sid s'était résigné à posséder Kym... ce serait un miracle qui lui permettrait de s'enfuir loin de ses griffes... mais elle lui appartenait qu'elle le veuille ou non, et il détruirait sans remords celui qui s'était approprié sa propriété en son absence. C'était là le scénario le plus plausible...

Kym savait qu'elle devait se relever et courir loin d'ici. Mais alors, Boss ne voudrait plus jamais d'elle...
Boss Stinger
Boss Stinger
Terrien
Masculin Date d'inscription : 05/06/2009
Nombre de messages : 716
Bon ou mauvais ? : -
Zénies : -

Techniques
Techniques illimitées : They are no redemption
Techniques 3/combat : for those
Techniques 1/combat : who shatter the time

La formation de militaire - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: La formation de militaire   La formation de militaire - Page 2 ClockMar 17 Jan 2017 - 23:28


Ils n’étaient plus vivant, pas sous le terme ou on l’entend. Ils étaient éperdument amoureux, épris comme jamais ils l’avaient été. La danse lancinante du temps n’avait plus d’effet sur eux. Dans des millions de galaxies, ils mourraient. Dans des millions de galaxies, ils s’aimaient. Leurs corps enlacés, leurs volonté brisé l’un par l’autre. Ils savaient qu’ils étaient tout les deux capable de tant de choses ensemble. Ils étaient deux êtres qui ne pourraient plus jamais se séparer. Jamais ils ne pourraient vivre sans savoir que l’autre était toujours la, quelque part. Ils avaient échangé tant de chose, que ce soit par leurs corps ou par leurs coeurs. Ils vivaient chaque univers comme une renaissance, comme un enouvelle porte vers un afluent de sensations, de sentiments et d’experiences nouvelles. Ils étaient deux, ils souffraient tout les deux. Perdu dans le flux même du temps, ils mourraient ensemble, encore et encore, de la petite et la grande mort. Sans cesse, ils leurs peau et leur chairs étaient arrachés, sans cesse leurs corps séparé dans le tumulte des probabilités. Mais une chose les maintenaient fermement l’un à l’autre. Une seule chose leur permettait de voir et de lutter contre ce brouillard intense. Le visage brulant de Kym collé contre le sien, les joues humides des larmes qu’ils pleuraient d’émerveillement, de douleur, d’amour… Ils vivaient tout les deux l’amour et la mort une infinité de fois par seconde, se battant l’un contre l’autre. Dans l’enfer de ce monde, dans cet amour ultime, il sentait Kym défaillir, ne pas tenir face au maeltrom de sensations et d’amour qu’ils ressentait. Il l’embrassaient plus fort, s’arrimant à elle à travers les mondes par sa bouche, ses bras, le fruit de son désir. Elle n’était plus seul, elle n’était plus jamais seul. Il était la, près d’elle, affrontant avec elle les plus grands enfer que ce monde avait déchaîné contre eux. Il voyait ce qu’elle voyait, ressentait ce qu’elle ressentait. Et il avait vu ce qu’elle avait pu voir, cet homme qui menacait toute leur existence. Il ressentait l’amour se transformer en peur, il voyait le moindre de ces muscles lâcher face à l’immensité de ce qu’elle avait découvert. Elle semblait plus qu’étonné, elle semblait effrayé, desespéré. Il sentait qu’il la perdait dans le flot immense de la douleur et de la peur. Il lutta plus fort, prenant sur lui ce qu'elle devait voir, ce qu’elle ressentait. Il la serrait si fort dans ces bras, jusqu’a la douleur, pour la faire revenir à lui. Il voyait dans ces yeux que le temps n’était plus un terrain de jeu mais un cauchemar pour elle. Il devait agir au plus vite, trouver la solution pour que tout cela s'arrête. Il ne voulait pas qu’elle souffre plus que de raison.

Quand il rouvrit les yeux, sonné par leur expérience intense, Kym était debout, nue, vivant une peur panique si intense que Stinger se sentait démuni. Elle avait vu Sid et l’avenir qu’il réservait pour eux deux. Elle n’arrivait même plus à prendre cet air désinvolte qu’elle avait toujours quand elle sortait de leurs ébats amoureux. Elle était terrifié et blessé par une de ces propres techniques. Il se maudissait intérieurement de lui avoir fait vivre cela, de lui avoir imposé la vision du temps, une vision si déchirante et si parfaite qu’elle pouvait tuer simplement par sa véracité. Ces oreilles étaient couchés, elle regardaient dans le moindre recoins de la pièce, comme un chat cherchant un prédateur qui risquai de frapper à chaque instant. Il pris alors le dessus sur sa propre pensée, se raisonna lui même quelques instants puis réagit immédiatement, comme mue par une force nouvelle, une force qu’il n’avait pas ressenti jusque la, une volonté si profonde et intense, une rage si puissante et positive qu’il ne savait pas comment la canaliser ou l’utiliser. Stinger tremblait de rage contre celui qui la rendait ainsi, qui transformait celle qu’il aimait, si fière et si indépendante d’habitude, en chaton apeuré. Elle balbutiait, ne savait plus quoi faire, essayant de former des pensées qui avaient le moindre sens, cherchant à élaborer un plan pour les sauver tout les deux. Il sonda demanda alors à la totalité de la sécurité intérieur du Coeur de Fer de se mettre en alerte, au cas ou ce démon était à bord. Si il s’était précipité sur le coeur de fer, s’en était fini de lui. Il savait qu’il n’était pas la, mais toute précautions était bonne à prendre.

Horrifié, elle s’était mis à courir, blessé par son propre coup, hors de la cabine de Stinger. Il n’y avait personne dans l’immense couloir, personne pour la voir elle et lui. Il avait demandé à l’escouade Oméga qui gardait habituellement ces appartements de s’éclipser pour leur laisser une totale intimité dans cette nuit qui avait été si forte en émotion. Il savait qu’elle n’était pas allé plus loin que le palier de la cabine, s’effondrant au sol, frappé par la puissance de l’épice et le désespoir. Stinger était plus habitué à ce genre de chose et la voir elle dans un état pareil lui avait donné une énergie si intense et si pur que les effets de l’agonie était assourdi par l’amour et la haine de celui qui la faisait paniquer ainsi. Son corps nu illuminé par les étoiles, il vint la chercher sur le palier de son immense cabine et se mit à son niveau. Elle était si douce malgré la sueur, les larmes et tout l’amour qu’ils avaient ressenti l’un pour l’autre. Il lui parla le plus doucement possible, levant son menton et séchant ces yeux comme si ceux ci étaient la chose la plus fragile au monde. Il l’a regarda aussi intensément qu’il le pouvait, comme si, à cet instant, il avait décidé de sonder le plus profond de l’âme de celle qui était sa moitié. Il voyait tout ce qu’elle ressentit pour lui, tout ce qu’ils étaient l’un pour l’autre. En trois jours, il semblait qu’ils avaient vécu trois semaines. Une larme coula sur la joue de Stinger. Il n’avait aucune raison de pleurer, il ressentait simplement la détresse de celle à qui il avait tout donné.

“Si tout est perdu d’avance chaton, alors nous devons vivre nos derniers instant ensemble. Je suis prêt à mourir une nouvelle fois pour toi, tant que je ressens tout souffle sur ma nuque, la chaleur de ta peau sur ma peau, ton esprit et le mien ne faisant qu’un seul et même tout.”

Il l’a porta, l’emmenant à nouveau dans sa cabine, mais vers l’immense salle de bain. Elle s’était blessé en vivant la puissance de l’épice, et il ne voulait pas qu’elle souffre plus longtemps. Il se posa contre un mur, sur le sol de cette immense piece, et reposa Kym sur le rebord de l’immense baignoire, en direction de l’extérieur. Les superbes artifices de Stinger aurait pu la soigner entièrement, laissant son corps sans une seule cicatrice. Mais la marque qu’elle aurait serait aussi la marque qu’il porterait dans son coeur, comme l’apothéose de leur amour, une cicatrice si légère et empli de sens qu’elle resterait dans leur esprit. Elle avait vu que que Stinger devait voir tout les jour, elle avait vu son monde. Maintenant, il était la pour réparer les dégâts qu’il avait causé. Avec un désinfectant, il nettoya la plaie. Avec un bandage, il recouvra la blessure. Avec amour, il embrassa son pied, son mollet, sa cuisse, son ventre, son cou… Il était épuisé de leurs nuit, il ne voulait plus l’aimer par les plaisir de la chair, il voulait l’aimer, tout simplement. Il ne pouvait pas aller dormir et il ne pouvait pas demander a celle qu’il aimait d’aller se reposer. Il devait agir immédiatemment, réagir a cette peur puissante qu’elle avait vécu. Heureusemment, Stinger avait toujours un plan. Cela faisait depuis le matin qu’il avait réfléchi à tout cela. Après l’avoir soigné, il l'emmena sur leur lit, le lit ou ils avaient partagé tant de choses ensemble. La regarda à nouveau, ressenti son coeur battra dans sa poitrine. Ils étaient nus, à nus et écorché vif.

“Tu sais Kym, la folie d’un homme est quelque chose d’incontrolable, d’inviolable, d’infini. Je le sais pour avoir vécu le passé, le présent et l’avenir de ceux qui ont dirigé Stinger Industry. Par un pouvoir similaire à celui de la puissance de l’épice, je connais la vie et le passé de tous les maîtres de cette immense corporation. Et si il y a bien une chose que cette corporation a toujours su faire depuis le début, c’est enculer la race des gens, bien comme il faut. “

Il souriait, le regard rassurant. Son coeur battait la chamade. Il l’aimait plus que tout, plus que sa propre existence. Dans les infinies possibilités que lui offrait le monde existait encore une possibilité que Stinger lui même avait un jour envisager. Séparer son corps en deux entités distincte : une pour gouverner et une pour imposer sa volonté. Il savait que s'il faisait cela, Kym serait à jamais sauvé des griffes de leurs ennemis. Mais séparer sa propre âme en deux serait une torture pour celle qui l’aimait, lui, l’homme de Métamol. Alors il lui souriait, en lui promettant un avenir meilleur, parce qu’il voulait cet avenir plus que tout au monde, parce qu’il était Stinger Industry, parce qu’elle était tout ce qu’il voulait en ce monde

“Tu pensait réellement partir affronter ce monstre tout seul, sans même que je te donne quoi que ce soit? Je ne veut pas te retenir, je ne voudrais jamais te retenir. Je me hairrais pour cela. Mais je ne suis pas non plus prêt à te laisser partir ainsi, sans la moindre protection… Aujourd’hui, tu es mon bras droit et celle que j’aime le plus au monde. Alors laisse moi t’offrir ce que mon empire a de plus beau pour toi. Tu veut la destruction, je t’offrirais l'annihilation”

Ces yeux reflétaient une rage guerrière si puissante, une envie de vaincre si insoutenable. Il l’aimait et était prêt à tout lui donner. Mais il n'était pas obligé de donner sa vie pour qu’elle survive. Elle était désormais son bras droit et avait le droit à bien plus qu’un simple costume.

Pendant qu’ils avaient parlé et qu’ils s’étaient habillé, la flèche d’argent avait tracté le coeur de fer en son sein. Ils se dirigèrent ensemble en direction du sas. Cette fois ci, le message était passé dans toute la compagnie, chez tous ces hommes : Boss Stinger avait un nouveau bras droit, une nouvelle force de frappe qui anéantirait le moindre ennemi de la compagnie. Elle était Moojuu, il était Métamol. Ils étaient les deux races oubliés qui révèleraient au monde le pouvoir réellement destructeur et invincible de leur amour. Chaque homme et chaque femme sur son passage les saluait, au garde à vous, aussi respectueusement que jamais. Il était dans le costume qu’il avait quand ils s’étaient rencontrés. Il avait Kym au bras, comme deux personnes de haut rang, deux personnes qui avait droit de vie ou de mort sur le moindre de leur sujets. Il lui avait aussi donné une radio unique et inviolable. Implanté dans son coeur se trouvait un émetteur d’une puissance inouïe, alimenté par le corps lui même. Cet émetteur avait le pouvoir d’appeler Stinger en urgence sans que le message ou les ondes puissent être brouillés. Indétectable, invisible, il était leur lien à tout les deux à travers l’immensité de l’espace. Il était tout bonnement impossible d'arrêter cette balise, seul la mort pouvait provoquer son arrêt.

Au sas, il retint Kym une petite seconde avant de sortir. Il l’embrassa fougueusement alors que le couloir était vide. Ils étaient tous deux plus beaux que jamais, plus forts que jamais

“Kym, quand tu retournera à la surface, je veux que tu me promette que jamais tu ne te mettra ta vie en danger sans être sur de ta victoire finale. Je ne supporterait pas de te perdre, je ne le supporterais jamais.”

Il voulait l’aimer une nouvelle fois, dans ce couloir, entre l’entrée du Coeur de Fer et l’entrée de la Flèche d’Argent. Il voulait que la suite des évènements n’arrive jamais. Il ne voulait pas qu’elle s’éloigne de lui, il ne voulait pas qu’elle l’abandonne maintenant, c’était trop tôt, bien trop tôt. Mais il l'aimait tant, il ne voulait pas la retenir, il voulait la laisser libre, sauvage et indomptable. Il voulait que seuls leurs esprits se soient dompt, à tout jamais. Alors il l’embrassa une dernière fois, plus passionnément que jamais, en sachant que la prochaine fois qu’il auraient leur propre intimité risquer de paraître être une éternité par rapport à ce qu’ils connaissaient. Il la repris à son bras et ils sortirent du vaisseau, sur la paserelle immense du quai d’amarrage du Coeur de Fer. C’est à ce moment précis que Higginbotham eu pour une des rares fois le souffle coupé.

La pièce dans laquelle ils étaient était immense, si grande que le plafond semblait inatteignable. Ce lieu avaient une dimension divine : le champ de force par lequel le vaisseau s’était introduit dévoilait des étoiles plus brillantes que jamais, la passerelle immense brillaient d’un noir aussi éclatant que le plus profond de la nuit et le Coeur de Fer, si grand, semblait être une statue colossale auxquels ils étaient adossé. Devant eux, plus d’une centaine de milliers de soldats en rang était au garde à vous. Tout dévoué, tous immobile, ils étaient des hommes et des femmes qu’il aurait pu connaître. Il avait été à leur place, il avait lutté comme eux. Mais jamais un tel cérémoniel n’avait pu être créé, pas sans ce lieu au dimensions colossales. Ils avançaient, tous les deux, affrontant le destin qu’ils avaient ensemble entrevus, qu’ils avaient ensemble décidé de concevoir. Leur vie était à jamais changé. Les pas résonnait sur le sol, l'excitation était immense, il exultait de fierté. Au bout de cette immense haie d’honneur se trouvait un homme, le commandant de cette immense cité vaisseau, aussi grand et imposant que Satan City elle même.

“Boss Stinger, madame Kym, bienvenue à bord de la Flèche d'Argent. J’espère que votre voyage s’est bien passé.” s’exclama Ellias.

Il discutèrent de points stratégiques ensemble, sans se cacher de Kym. Elle était désormais les yeux et les oreilles de l’entreprise, aurait un avis écouté et respecté. Ellias lui fit une brève explication du vaisseau, sans pouvoir lui faire visiter. Ce bâtiment était trop immense pour qu’une visite complète puisse se faire. C’était une ville flottante, accompagné de guerriers, de chercheurs et de canons laser dernier cri. Tout cela semblait si vaste, même pour Higginbotham. Les couloirs étroits du Coeur de Fr semblaient si lointain désormais. Quand Ellias les abandonna pour retourner travailler, il l'amena dans un lieu plus que jamais important pour lui : ces appartements, leurs appartements. Avant qui ne se passe quoi que ce soit, ils se dirigent vers un couloir privé, un couloir qui menait à une salle unique dans tout le vaisseau. Au bout de ce couloir, une pièce dans la pénombre, un sol tapissé de couleur rouge, un bureau noir de jais. Au murs à droite et à gauche, des immenses bassins recueillant une faune et une flore aquatique sans précédent. Ils étaient tout les deux dans le bureau du Boss.

Dans le profond silence du bureau, il lui caressa le visage, pris dans ces mains ces cheveux si doux… Dans le silence, ils étaient à nouveau dans un rêve, sur un vaisseau qui était sigrand que l'imagination s’y perdait. Mais Stinger voulait lui donner deux derniers cadeaux avant qu’elle parte

“ Je sais que tu aime les batailles sanglantes autant que j’aime les batailles des mots. Je ne peut pas te laisser partir sans t’offrir ce que j’ai de plus beau dans mes inventions de guerre”

D’un mouvement de bras, un des murs aquarium se scinda en deux, révélant une pièce d’un blanc maculé. Au murs ? Des centaines d’armes différentes, toutes plus puissantes et uniques les unes que les autres. Chacune avait sa particularité et Higginbotham pris un malin plaisir a lui exposer chaque arme, chaque petit détail.

Quand ils avaient tout les deux décidé que le temps du choix des armes était terminé, il lui restait une dernière chose à lui offrir, un symbole plus qu’un réel artefact. La femme qu’il aimait avait désormais un tout nouvel anneau au doigt, une bague unique reflétant le fait qu’elle était désormais tout ce qu’il avait de plus cher : la bague du Boss Stinger lui même, symbole de la totale autorité sur Stinger Industry. Il avait fait ajuster la bague à son doigt. Il l’a regardait avec un grand sourire

“ Ne vas pas t'imaginer que tu sois marié à moi ou quoi que ce soit. Je ne suis pas le type de gars à aimer ce genre de cérémonies. Les cérémonies guerrières, oui. Les cérémonies à l’eau de rose peuvent aller se faire voir. Mais que cette bague soit pour toi la preuves de nos sensibilité respectives et partagés”

Il riait et l’aimait. Il l’a tenait par les mains, son front collé au sien. Ces yeux fermé, au centre même du bureau du boss, dans la pénombre et la beauté silencieuse des lieux, il versait une larme, une larme de bonheur et de plénitude total. Comme si cet instant marquait un nouvel âge, marquait une nouvelle vie pour Gilean

“Maintenant tu est libre comme l’air, libre d’aller où bon te semble. Je serai toujours près de toi, toujours la quand tu en aura besoin. Reviens ici quand tu veux, je t’attendrais avec impatience.”

Et en un souffle, il ajouta

“Je t’aime Kym”
Kym la Renégate
Kym la Renégate
Moojuu
Féminin Age : 22
Date d'inscription : 12/03/2015
Nombre de messages : 92
Bon ou mauvais ? : Je suis gentille, ça se voit ! Non ? !
Zénies : 700

Techniques
Techniques illimitées : Fonce et défonce / Speed up / Champ d'Os
Techniques 3/combat : Caveau d'os / Pointe d'Os
Techniques 1/combat : La danse de la mort

La formation de militaire - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: La formation de militaire   La formation de militaire - Page 2 ClockLun 23 Jan 2017 - 20:14
Il fallait qu'elle se concentre, qu'elle puisse trouver le courage de se relever et de s'en aller. Il n'y avait qu'un chemin tortueux qui les attendaient s'ils décidaient de se voir malgré Sid. La Moojuu aimait toujours son ancien partenaire et c'était logique, après tout ils ne s'étaient jamais quitté. Ce dernier n'avait plus donner de signe de vie depuis un très long laps de temps, mais cela n'avait évidemment pas changer ses ressentis à son égard. Cependant, leurs relations fusionnel était baser sur tout autre chose que les sentiments qu'elle partageait ici, en présence de Gilean. Ces deux relations n'avaient rien à voir. Il était tout bonnement impossible de comparer quoi que ce soit dans l'une comme dans l'autre, puisqu'il s'agissait de deux "natures relationnelles" toutes les deux très singulières. Kym savait qu'elle aimait Sid parce qu'il était son compagnon idéal pour les génocides, rire et massacrer en faisant des orgies dans le sang et trouver ça chouette, baiser le monde entier en se prenant pour les Rois et tirer à l'AK sur les défenseurs des planètes où ils se rendaient, foutre la merde dans la vie des autres, encore rire, cramer des tas de trucs, et s'en foutre de tout. Il était LA personne qui la comprenait, qui comprenait ce que les gens voient comme de la folie chez elle. Il était capable du pire et du meilleur dans son sens, dans leur mentalité, leur conception des choses et, il était surtout le seul à lui accorder autant de crédit. La militaire a de la valeur à ses yeux depuis le départ, depuis leur première rencontre puisqu'elle l'avait vaincu, mais qu'elle avait décider de tracer la route à ses côtés, décelant chez lui " ce petit truc-là" que personne n'avait jamais eu avant. Ils se respectaient mutuellement et se trouvaient géniaux en créant toujours plus de chaos là où ils se rendaient ensemble, main dans la main, et leurs mains de libre occupé par une arme. Ils étaient un duo de choc inséparable qui avait causer du tort à un tas de planètes, de races, et surtout aux forces de l'ordre de chacun de ces endroits. En clair, il représentait - et il représente toujours - sa moitié dans le sens où il est une sorte d'extension de Kym - et vice-versa. Ils se ressemblent tellement au niveau du caractère et des idéaux qu'il est difficile de dire lequel des deux est le plus timbré - mais certainement qu'à l'heure actuelle c'est Sid qui gagne le devant de la scène, puisque Kym est capable d'amour qui la rend si tendre et si douce, auprès de Stinger...

Alors voilà la source du véritable conflit. Il n'était pas intérieur. Kym aimait l'un comme l'autre mais pour des raisons bien différentes, des vécus différents. Et il ne faisait aucun doute qu'elle aimait Gilean d'une manière qui dépassait l'entendement, qui dépassait sa capacité à comprendre d'ailleurs le pourquoi du comment et que, cette dernière voulait être à ses côtés maintenant. Mais elle ne pouvait pas renier Sid et ne le voulait pas non plus. La Moojuu est une femme indomptable, sauvage, elle ne raisonne pas comme tout le monde et ne le veut pas. Cela ne l'intéresse pas qu'on veuille la dresser et, même si ses sentiments sont sincères envers le Boss, cette dernière ne peut pas renier ce qu'elle est. Et elle est cette femme vagabonde en quête de meurtre et d'amusement - parce que oui, les deux sont liés bien sûr ! - et elle veut logiquement retrouver celui avec qui elle forme ce duo déjanté. C'est normal de vouloir "retrouver ses origines" et de continuer dans une voie dans laquelle l'on est bien. Ainsi, Kym ne connaissait pas réellement de conflit interne - il était clair que les deux relations ne devraient pas être comparé. Gilean était son grand amour, l'étincelle la plus brillante et la plus immense dans son coeur, celui qui la rendait docile, aimante, tendre, folle d'ivresse à son égard, sensuelle... et Sid la rendait tout aussi folle mais dans d'autres sens, et surtout il lui permettait d'être vraiment elle. Auprès de Sid, Kym montrait sa véritable nature qui était aussi celle de ce moojuu. Alors, oui, voilà. Tout est dit, Kym ne veut pas rentrer dans les mœurs des humains et des cons qui passent leur temps à pleurnicher sur ce qu'ils ne comprennent pas. Elle veut juste pouvoir être elle-même, voir Sid et continuer à faire des conneries et à s'amuser sans aucunes limites, et vivre son autre relation, bien plus profonde émotionnellement auprès de Stinger. Il comprendrait certainement la véracité de toutes ces choses, c'est un homme intelligent qui doit savoir qu'on ne peut pas lutter contre la nature, peu importe la forme qu'elle prend...

Et bien sûr, il était là, auprès de Kym et à son niveau. Cette dernière luttait contre ses larmes. Ses sourcils froncés montraient comme pleurer à cause de cette situation la dégoûtait d'elle-même. Kym ne pleurait jamais. Ni pour des problèmes personnels, ni parce qu'on pouvait lui faire mal physiquement. Ce n'était pas agréable cette sensation de perdre le contrôle sur une situation, et cela la déstabilisait forcément, et l'énervait quelque part. Heureusement, le Boss avait toujours " les bons mots". Ses paroles tirèrent un sourire à Kym qui tentait de se remettre de cette révélation, qui tentait tout simplement de reprendre ses esprits. Il disait là de très belles choses qui atteignait alors le fond de son âme, mais pas seulement. Elle était persuadée qu'il le ferait réellement... mourir pour elle. Cette dernière se fit soulever par le Boss qui la conduisit jusque dans sa salle de bain - qui avait plutôt l'allure d'une piscine privative, oui ! - et la déposa sur le rebord de la baignoire. La Moojuu ne se souvenait même pas de son propre os, planté dans sa chaire, afin de revenir à la réalité - ce n'était que le visage de Sid qui tournait et tournait, encore et encore dans son foutu crâne. La douleur, elle ne la ressentait même plus, emporté par toutes ces émotions négatives qui l'impactait plus que le reste. Cette dernière resta calme, silencieuse pour une fois. Son intention était totalement ailleurs, dans son propre esprit, engloutit par ses souvenirs et le visage de Sid qui souriait à pleine dents face à ses victimes. Boss eut la délicate intention de soigner sa blessure et de déposer de doux baisers le long du corps de la Moojuu, qui lui offrit un nouveau sourire en retour. Mais ce sourire ne dura qu'une seconde, tout simplement parce qu'elle souffrait d'un malheur écrasant en ce moment tout.

Il la porta une nouvelle fois et la posa sur le lit. Cette dernière semblait éteinte, morne, morte même à l'intérieur. D'ailleurs, à l'intérieur de ses yeux il n'y avait plus que la lumière chatoyante qui représentait son amour envers Gilean, mais plus aucun sentiment autre ne semblait passer à travers ses yeux vitreux. Il lui parla une nouvelle fois et elle su qu'il avait pu connaître la vie, les pensées, les souvenirs de ses prédécesseurs. Cela ne l'étonna guère au vue du pouvoir incroyable que lui confiait l'épice. Ce n'était pas non plus très surprenant que les dirigeant de Stinger Industry ait cette faculté plus qu'utile de savoir niquer la race de tout le monde sans distinction, mais cela eut pour effet au moins de faire rire brièvement la Moojuu - elle-même adepte de cette notion de " enculer la race des autres". Son regard et son sourire rassurant et sincère la maintenait encore dans le monde réel et lui donnait l'envie de se lever et de se battre. Heureusement qu'il était là, qu'il était fort, et surtout qu'elle l'aimait à ce point: parce que ça la faisait vivre en ce moment. Il était toujours pleins de surprises et de bonnes intentions à son égard et cela réchauffait le coeur de la militaire qui, de toute son existence, n'avait jamais partager de tels sentiments, si... attendrissant, si fort et si poignant. Il semblait réellement vouloir tout faire pour elle, tout lui offrir pour ses belles prunelles sauvages, pour sa beauté indomptable et son regard taquin. Kym le savait être l'homme le plus puissant de cette galaxie et ne doutait pas qu'il allait mettre en oeuvre des moyens pour la maintenir en vie, pour la protéger et pour surtout, la surveiller.

- Si mon destin est de mourir, peu importe les artifices que tu es capable d'employer, et même si je sais que j'ai devant mes yeux le maître de l'univers, tu ne peux arrêter ni le destin, ni la mort, Gilean...

Elle avait glisser cela comme une pensée à voix basse, quelque chose d'inévitable qu'elle savait et qui ne l'effrayait pourtant pas. Tout ceci n'était qu'affaire de destinée à laquelle cette dernière croyait, comme le sort de Baelfire. Quoi qu'il puisse faire pour elle, peu importe les efforts gigantesques qu'il pourrait fournir pour la survie de Kym, si cette dernière devait mourir, alors il en serait ainsi. Mais lorsqu'elle avait prononcé ces mots-là, on pouvait voir qu'elle n'avait pas peur: la mort n'est qu'une étape. L'âme subsiste toujours.

Une fois correctement habiller, ils traversèrent ensemble le Coeur de Fer. Le  - plus que - gargantuesque vaisseau nommé Flèche d'Argent avait engloutit le premier, et ils s'y rendaient ensemble. Les soldats sur leur chemin les saluaient tout les deux comme s'ils étaient les  maîtres de l'univers, incontestés, capable de vous pourrir vous et votre vie jusqu'à l'os pour un regard mal apprécié. Cette dernière ne pavanait pourtant pas, pendu au bras de Boss, ses pensées la guidait toujours vers son futur. Le destin avait fait en sorte que son coeur, son esprit, son âme soient remis à Gilean, et pourtant il avait également fait en sorte que Sid soit toujours en vie. Quelle leçon devait-elle tirer de cela ? N'était-ce là qu'un jeu mener par un quelconque Dieu qui aime les triangles amoureux ou les histoires dramatiques, qui alimentent et permet aux humains de se lamenter pour s'attirer les sympathies d'autrui ? Kym se fichait bien de savoir quelle était la raison. Ce qui l'intéressait était de connaître le futur qu'elle allait réellement emprunter en fonction des choix et des effets papillon qui allaient en découler. Aujourd'hui, elle choisissait avec fierté de marcher aux côtés de Boss, et c'était là le futur qu'elle désirait.

Une fois dans le SAS, ils s'échangèrent un baiser fougueux. Kym avait un peu la tête qui tourne à voir autant de monde faire le salut diplomatique et militaire adéquat face au maître des lieux et à son bras droit. C'était une sensation très étrange d'être " sous le feu des projecteurs"... surtout en compagnie de l'homme qui vous possède et qui vous a choisi. C'était un véritable honneur mais aussi une preuve d'amour immense aux yeux de la Moojuu.

- Je peux juste te promettre, à toi, maître de toutes choses, moi y-compris et, capable de connaître l'avenir, que si tu regardes via ton pouvoir où me mène mon coeur, ça sera toujours dans ta direction.

Elle lui adressa un sourire qui en disait long sur ses sentiments. Il était l'étoile qui guiderait ses choix finaux, même Sid ne pourrait pas aller à l'encontre de cela. Si un jour elle avait un choix à faire, même alors son Clyde, son Joker adoré, celui qui la comprend si bien, ne pourrait prendre le dessus sur son âme qui avait décider de se mêler à celui du maître de tout.... même de toi, toi qui me lis.

Après un dernier baiser échangé, ils continuèrent leur marche. Ayant toujours Kym à son bras, le Boss et elle-même entrèrent dans une pièce qui oui, en effet, ne pouvait que faire cet effet de "couper le souffle " quand on y est pour la première fois. Véritablement, il n'y avait pas de plafond. Il semblait si lointain qu'on aurait pu engager une expédition pour en trouver le bout et, le Coeur de Fer ressemblait à " une vulgaire petite partie " de la Flèche d'Argent en ce moment-même. C'était criant de tonnes de pognon dépensé pour ce chef-d'oeuvre, de dimensions juste énormissime, de temps immémoriaux pour foutre en place un colosse pareil. Kym trouvait ça très fun, et tout ce qui brille ou qui est plein de fric, c'est d'ailleurs super cool à ses yeux. Elle n'est pourtant pas très versé dans les biens matériels sauf si ça emmerde le monde et qu'elle l'a volé, ça prend un genre de perspective plus marrante. Mais là, nul besoin de piquer quoi que ce soit: c'était aussi chez elle, ici et maintenant, auprès de son homme, le plus grand de tous par bien des aspects.

Un homme qui se distinguait des autres par sa prestance et son allure arriva pour les saluer et la Moojuu lui adressa un signe de tête respectueux. Son regard était trop occuper à passer d'un soldat à l'autre, tous en rang et presque immobile. C'était impressionnant de voir autant de troupe, et encore plus aussi sérieux. Elle n'avait qu'une envie: les déconcentrer et les faire rire pour mieux leur coller une baffe et leur dire de se redresser respectueusement face à leur maître. Mais bon, en plus d'être un comportement de bâtard fini ce n'était pas le moment: ils discutaient stratégie. Kym ne connaissait pas du tout les batailles spatiales mais savait mener des hommes en les rendant fidèle à leur cause mieux que les slogan de propagande eux-même, cela dit. Cette dernière observait d'un oeil curieux cependant ce qui se tramait-là, après tout elle participerait certainement bientôt à des opérations pour Stinger Industry. En réalité, ses yeux pétillaient en voyant les super canon pour dégommer des trucs et des gens, et Kym n'avait qu'une envie logique: jouer avec ces armements trop hype.

Ellias les quitta pour retourner à ses affaires de commandant et le Boss emmena Kym dans un endroit plus tranquille. Il s'agissait de son nouveau bureau, et autant dire que ça envoyait du lourd, impossible à égaler ou à dépasser. Il y avait même de sacré aquariums, brillant de couleurs et de diversité... quel homme, toujours à la pointe de toute technologie, mais également des goûts les plus distingués !  Des caresses merveilleuses lui furent adresser et la jeune femme en profita également pour toucher délicatement son concubin tant qu'ils pouvaient encore sereinement faire cela. Ses yeux pétillaient de nouveau lorsqu'il la regardait ainsi, qu'ils s'adressaient mutuellement ce genre de regard vif d'amour. La Moojuu s'était vite reprise et faite à l'idée de son destin et comptait bien avancer malgré ces embûches.

Il voulait lui offrir des choses, mais, Kym avait déjà tout ce qu'elle voulait. Tout ce qu'elle voulait était d'ailleurs devant elle, à vouloir encore lui offrir plus. Cette dernière était désemparé face à tant de gentillesse à son égard et en plus il savait ce qu'elle aimait: l'artillerie, et surtout lourde ! Cette dernière eut un rire entre la surprise et l'émerveillement face à sa collection plus que dépassant toutes espérances. La Moojuu pu voir les détails de chaques armes du Boss en sa compagnie tout en bavant d'avance quant à les utiliser en "situation réelle". Cette dernière opta pour un lance-grenade très particulier qui balance des bombinettes d'acides. En réalité cette dernière pourrait prendre tellement de choses au vue de la diversité des "produits" qu'il avait, mais c'était juste pour s'amuser et, pouvoir se la péter en brandissant son lance-grenade de papa qui vous déflore la tronche - et véritablement pas que huhu !

Et il lui donna LA bague. Elle avait été ajusté à sa taille de doigt. Cette dernière se mit à rougir, sans savoir pourquoi cette réaction violente s'emparait de ses joues.. peut-être parce que cela signifiait clairement son appartenance au Boss, mais aussi la réciproque ? Les yeux chatoyant de cette dernière se reflétaient dans cette bague qui symbolisait, en effet, leur union.

- Je ne suis pas d'accord monsieur Stinger, votre bague fait que l'on a tellement troué le cul du mariage qu'on est-même au dessus de ça. Mais dans une certaine mesure on est aussi dans ce cadre cérémoniel d'oficialiser les choses ! Ne fais pas comme si tu étais insensible aux belles choses, l'amour est tout aussi beau que mon fessier, tu vas me dire le contraire p'tet ? Elle releva son visage vers lui et lui tira la langue, un tic bien à elle quand elle veut taquiner gentiment le Boss. Tu es à moi Gilean ! Et tu es aussi la meilleur de toutes les offrandes que la vie puisse me faire..

Ils se tenaient les mains comme deux personnes frappé par un amour innocent. Leurs fronts collés l'un contre l'autre et leurs regards dévoilaient d'avantage cette facette caché de chacun d'eux... cette facette qui est d'être conquit par un autre être. Il versa une larme que la Moojuu avait perçus comme étant là les aveux les plus profond de ce grand homme, cette montagne de glace inatteignable qui avait laissé un chaton s'introduire en son sein et fissurer la froideur de ses apparences.

- Je ne serais pas très loin, mon petit amour de sucre d'orge ! Tiens, dommage qu'il n'y ait personne pour entendre ça au passage... un surnom parfait pour le grand Stinger tout beau tout sexx' avec sa carrure et son allure de gentleman huhuhu ! Je reviendrais bientôt, quand des choses importantes parviendront à mes oreilles... Je veux être auprès de toi pour montrer que Kym appartient à Stinger Industry autant qu'à son maître.

Il lui disait qu'il l'aimait, et son coeur s'emballait dans une symphonie des plus endiablé. Cette dernière lui glissa les mêmes paroles, mais en l'embrassant d'une manière si passionnée qu'on ne pouvait pas faire plus "cruel". Elle posa sa tête contre le torse de l'homme qui la liait à lui par des chaînes... des chaînes invisibles que son coeur et son âme imposait naturellement à Kym puisqu'il était devenu le pilier même de son existence. Après quelques câlineries à son égard et surtout, après lui avoir offert son plus beau sourire, Kym fit glisser l'une de ses mains sur l'une des joues du Boss, une dernière fois, alors que son corps commença à disparaître...

C'est en se rendant invisible qu'elle quitta la Flèche d'Argent, le coeur chargé en sentiments qui bousculaient toute sa conception de la vie et des choses, et le fondement même de ses idéaux de destruction totale.. parce que cette destruction, elle ne la voulait plus vraiment totale, étant donné qu'elle voulait Gilean plus que tous les trésors qu'offrait la multitude d'univers...

Kym n'avait pas quitté la Flèche d'Argent, en réalité. Mais puisque Stinger avait désactiver ses capteurs pour savoir où elle était et ce qu'elle faisait lorsqu'elle se baladait dans ses biens, cette dernière décida de rester ici et de visiter l'interminable labyrinthe que représentait ce vaisseau.. et surtout observer Gilean, notamment lorsqu'il aurait l'air paisible, dans les bras de Morphée, elle s'imaginerait qu'il rêve alors à leurs futures rencontres, à leurs futurs ébats, à leurs future vie, ensemble...
Boss Stinger
Boss Stinger
Terrien
Masculin Date d'inscription : 05/06/2009
Nombre de messages : 716
Bon ou mauvais ? : -
Zénies : -

Techniques
Techniques illimitées : They are no redemption
Techniques 3/combat : for those
Techniques 1/combat : who shatter the time

La formation de militaire - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: La formation de militaire   La formation de militaire - Page 2 ClockMar 24 Jan 2017 - 0:48



La flèche d’argent était si grande, si imposante… Quand Stinger foulait de ses pas les coursives au allures de rue de l’immense vaisseau-cité, chaque homme et chaque femme arretait son travail le saluait, lui faisait un signe de la main. Il était au centre d’un monde qu’il avait créé, d’un monde en harmonie parfaite. Le concept de la flèche d’argent avait été d’aller bien plus loin qu’un simple vaisseau indestructible et virtuellement gagnant à toute bataille spatiale. Ce vaisseau avait été prévu pour être un remplaçant viable à Léto, une plateforme qui navigerait avec aisance et simplicité entre les planètes, les univers, les galaxies. Quand Stinger foulait de ses pas les coursives si colorés, au néons chatoyant et à la vie si débordante, il savait qu’il avait pris la bonne décision et qu’il ne voudrait jamais que ces hommes et ces femmes vivent autrement qu’ici, en sécurité. Ils étaient ceux qui rendait la vie de ce vaisseau possible, qui donnait une âme à ce tas de ferraille aussi grand que Satan City lui même. Quand Stinger foulait de ses pas les coursives ou les militaires, citoyens et scientifique coexistait, il voyait en l’avenir de l’humanité une forme de salut bien plus grande que les guerres de territoires et de biens matériels. Il voyait en ces hommes et femmes les guerres des mots, des idées. Il voyait l’espoir, la confiance… Il voyait la fierté. Et par la fierté qu’il pouvait voir, il ressentait de la fierté d’être celui qui les guidait chaque jour vers le chemin que Stinger avait prévu pour ces employés. Mais quand Stinger foulait de ses pas les coursives, il se sentait plus seul que jamais. Le regard de ces amis, le visage de ces collaborateurs… Tout cela était si terne, si insipide. Il gardait le masque qu’il devait posséder car tel était son devoir, mais il n’était qu’une coquille vide à l’intérieur. Depuis de Kym l’avait laissé, il errait dans le vaisseau, cherchant la moindre trace de celle qu’il l’avait envoûté. Mais elle était partit, et il ne la reverrais peut être jamais…

Il y avait moins d’une semaine de cela, ils avaient été ensemble, dans son bureau. Cela était si beau, si exceptionnel, que tout ces souvenirs se transformaient avec le temps en rêve, comme si rien de tout cela n’avait pu lui arriver. Il l’avait laissé partir faire ce que son coeur lui disait. Il lui avait donné tant de choses qui seraient des précautions pour vivre en harmonie, même à distance. Et au moment ou elle était parti, il avait à nouveau désactivé sa signature biométrique dans le vaisseau. Si elle voulait le voir, elle pouvait le faire. Si elle voulait revenir, elle pouvait le faire. Mais le temps passa. Son lit froid, les devoirs incessant, les réunions… Tel était sa réalité. Chaque jour, le réveil fixé à une heure précise, le départ de la suite du Boss à heure fixe. Puis une journée fatigante, exigeante, seul. Oh combien il l’avait détesté pour l’avoir laissé seul. Mais il ne laissait rien paraître, sachant pertinemment que cette haine et cette colère n’avait aucun sens, n’était que le résultat de son addiction à elle, la Moojuu venu du fond des étoiles… Toute leur journée paraissait aujourd’hui si belle et incroyable qu’il chérissait le moindre ces souvenirs. Ils étaient aussi beau par leur contenu que douloureux par l'absence qu’ils mettaient en avant. Stinger se sentait seul, bêtement seul, alors qu’il était entouré par des centaines de milliers d’âmes vouant leur vies pour l’entreprise que ses prédécesseurs avaient fondé. Mais il ne voulait plus tout cela, il l’a voulait elle. Il lui arrivait, au détour d’un chemin, d’une allée, sans qu’aucune raison apparente ne provoque cela, qu’une larme coule. Il l’a voulait pour lui tout seul, mais il voulait son bonheur. Quel bonheur pour un chat sauvage que de vivre dans une cage doré et serti de diamant ? Il voulait qu’elle soit elle même, qu’elle vive sa vie autant qu’elle le pouvait, mais il l’a voulait, elle… Quand Stinger foulait de ses pas les coursives du vaisseau, il pensait à elle, son regard, son odeur. Puis il se détestait la seconde suivante : quel homme sensé pouvait tomber dans un piège aussi ridicule, quel homme sensé était prêt à se rendre aussi ridicule pour ces sentiments la ? Il en était arrivé à se haïr lui même, maudissant cette faiblesse comme un point faible que n’importe qui pourrait exploiter. Il l’aimait si fort, il l’a voulait si fort, si pres de lui. Elle lui donnait la force de se lever le matin et de se coucher le soir. O combien il avait besoin d’elle, ô combien il devait changer cela. Un jour, lui et le commandant avait eu une discussion sur elle. Plusieurs bières avaient facilité la dialogue, beaucoup trop de bières pour être franc. Il lui avait expliqué à quel point elle ne pourrait jamais l’aimer autant qu’il pouvait l’aimer, qu’il était prêt à se tuer si elle le demandait, de vendre tout son empire pour une bouchée de pain, détruire n’importe qui, n’importe quoi, pour un seul de ces sourires. Il lui expliquait à quel point il voulait réduire le monde en cendres rien qu’en pensant qu’elle pourrait être avec celui qu’elle avait aimé. Et si elle l’aimait, avait il demandé ? Et si tout ca n’avait été que du flan à ces yeux ? Est ce que je compte réellement pour elle ? Et si je n’était qu’un beau souvenir dans sa vie ? A la fin, il hurlait, les larmes coulait comme si elle ne voulait pas s'arrêter, comme si le monde avait décidé de disparaître à cet instant. Ellias, qui avait lui une résistance à l’alcool bien plus puissante, avait répondu avec la franchise d’un ami, un ami de longue date. Il connaissait Gilean comme personne, il savait que ces sentiments étaient toujours si purs qu’ils semblent exploser à certains moments.

“Aucun amour n’est similaire Boss, ca n’existe pas une relation ou chacun s’aime avec la même intensité, avec le même coeur. Mais même si cela n’existe pas, cela ne signifie pas qu’il n’existe pas d’amour. Tu sais, tu peut avoir aussi peur que tu le veux, Stinger, mais le monde avancera toujours, avec ou sans toi. Ce que tu as vécu avec Kym est bien plus beau que pas mal d’histoires que j’ai pu entendre. Si à l’avenir, elle reste avec toi et qu’elle t’aime autant que tu l’aime, alors tu aura gagné. Mais si elle ne t’aime plus autant que ces merveilleurses journées que vous avez passé ensemble, alors tu as aussi gagné : ces moments resteront gravé à travers le temps, jusqu’au derniers feux de l’apocalypse”

Gilean n’avait rien dit, il avait écouté Ellias parler jusqu’au bout. Les yeux rougis par la fatigue et la souffrance de cette solitude, avait fermé les yeux. Dans son esprit, le sourire de la Moojuu, l’amour passionnel qu’ils avaient vécu tout les deux, ces soupirs et ces gémissements si doux… Il ne voulait plus rouvrir les yeux, il ne voulait plus voir le monde comme il l’était. Mais Ellias avait dit des choses si fortes, si vraie… Il rouvrit les yeux, regarda son ami, son meilleur ami. Le commandant du Coeur de Fer, puis de la Flèche d’Argent, était la personne de qui il était le plus proche, comme un frère. Il lui confiait toujours tout, lui disait la moindre de ces pensées. Ils avaient passé des soirées sans dormir à uniquement débattre sur tant de points aussi inutiles que vains. Ils s’était disputé sur des principes de physique, robotique, de science, et s’était réconcilié immédiatement après… Higginbotham savait qu’il ne pourrait jamais retrouver quelqu’un comme lui, il était celui qui lui donnait la force de marcher sans elle, le temps qu’elle revienne un jour. Ce soir la, il pleura dans ces bras, sans retenue et sans aucune volonté de se cacher. Le lendemain, le visage de Kym était toujours là, mais bien plus supportable. Elle était un écho, une cicatrice qui ne demandait qu'à être réouverte. En l’attendant, l’amour qu’il ressentait pour elle était infini, impossible à stopper. Elle serait toujours la, dans son esprit comme dans son coeur. Elle serait toujours là, dans ces pensées comme dans ces rêves. Un jour, il seraient ensemble à nouveau. Un jour, tôt ou tard, il re-vivrait leurs rêve ensemble, comme s’ils ne s’étaient jamais quitté. Mais en attendant, la vie continuait, avec ou sans elle. Et sa vie devait continuer. Quand Stinger foulait de ses pas les coursives du vaisseau, une cicatrice si douce se plaçait sur son coeur, une cicatrice qu’il n'oublierait jamais.

Ce matin là, l’activité sur le vaisseau était bien plus intense qu'à l’accoutumée. Les généraux et financiers de la firme semblait aller dans tout les sens. En un jour, la totalité des évènements qui auraient dû se passer en une semaine firent l’ordre du jour. Autour de la table, Ellias était présent. Y participaient les actionnaires de Stinger Industry ainsi que les conseillers du Boss. Pendant plus de cinq heures, plusieurs points furent discuté, débattu puis tranché. Tant de choses était arrivé sur la table ce jour la, alors que le vaisseau était en orbite basse de Métamol. En bas et sur les autres planètes, il semblait se préparer quelque chose, de nombreuses choses plus importantes que tout. Et la Stinger Industry avait besoin de nouvelles forces et de nouveaux alliés pour affronter les difficultés qui allaient se présenter. Il voyait en ces jours qui allaient arriver une aubaine pour l’entreprise, une nouvelle chance de briller sur le devant de la scène. De nouveaux ennemis puissant était arrivé sur Terre, de nouveaux alliés allaient probablement venir sous peu, Higginbotham allait revoir une personne qu’il voulait revoir… Tant de choses semblaient arriver dans un laps de temps si court que Stinger en perdait la tête. Mais une chose avait retenu son attention. Quand il avait été avec Kym (il eu un pincement au coeur si fort que sa gorge se noua instantanément rien qu’à sa pensée), le fantôme de Stinger l’avait appelé “Mon fils”. Il avait décidé de faire des recherches, comme pour trouver les réponses qu’il avait toujours voulu enterrer. Et il avait découvert ce à quoi il s’était tant attendu, pendant temps d’année : il était le fils de Robert White. Le comble de cette histoire, aussi invraisemblable que incroyable, était que sa propre mère était Jade Highwind, la femme qu’il avait traité avec un quasi dédain la première fois qu’il l’avait rencontré sur le Coeur de Fer. Il s’en était alors tant voulu, comme si tout cela lui retombait dessus alors qu’il ne le voulait pas.

Mais Kym était la, dans son coeur comme dans son esprit. Il ne pouvait pas rester impassible ou devenir une victime de son passé. Il pris une grande inspiration, laissa le flot de ces sentiments couler en lui, puis expira. Immédiatement, il pris la résolution de recevoir Jade en personne. Elle était passé il y avait un moment de cela dans l’ancien bureau de Robert White, son amant perdu, et semblait se diriger vers le Coeur de Fer. Il devait être la, avec elle, il devait lui donner son courage. Le fantôme de son père (le terme semblait étrange dans son esprit) semblait muet à toute cette histoire, comme si lui même ne voulait pas s’en souvenir. Il était au final aussi perdu que sa propre mère. Son esprit était bousculé par tant de choses. L’immensité de la flèche d’argent semblait tout d’un coup bien plus étriqué, comme si le monde était devenu plus petit. Il était dans l’espace, mais la vie des gens au sol était impacté par la moindre de ces actions. Il était dans l’espace mais sa famille semblait se recomposer tel un funeste puzzle. Il était dans l’espace, foulant de ses pas les coursives du vaisseau cité

Aujourd’hui, Stinger souriait. Il voyait la vie d’un autre oeil. Qu’importe si Kym était la, qu’importe si il soit seul ou non, que sa propre mère vivait dans le désespoir de l’amnésie ou que son empire risquait de se déliter à chaque instant. Sur le pont avant du vaisseau, il était nu, en trailleur. Sa terrasse privé donnait directemment sur l’immense puissance du soleil, brulant la moindre créature rencontrant son chemin. Mais la puissance de la flèche d’argent était telle que celui ci passait pour un petit joueur. Seul, nu sur la terasse, il repensait à tout ce qu’il avait vécu. Sa vie avait été bien ennuyant jusque la. Mais désormais, elle prenait un nouveau tournant. Il avait rompu le maléfice des Stinger : les femmes qu’il aimait, sa mère et son amante, il leur donnerait sa propre vie. Il savait qu’elles étaient vivante, quelque part. Il savait que quoi qui se passe, elle vivraient avec l’amour qu’elles mérient tout les deux, que ce soit avec lui ou avec le monde entier. Il était amoureux, irresponsable, naïf et bien trop raisonnable. Stinger était seul, mais aujourd’hui il surplombait sa propre pensée, son propre corps. Il n’était plus Gilean Higginbotham, ni même Boss Stinger. Il alluma un cigare et pris une grande bouffée de fumée. Aujourd’hui, il était Gilean White, quatrième fils de la famille Stinger. Et à jamais, il l’aimerait elle

“Je ne t’oublierais jamais, Kym White ”
Contenu sponsorisé

La formation de militaire - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: La formation de militaire   La formation de militaire - Page 2 Clock
 
La formation de militaire
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2
 Sujets similaires
-
» [Gondor - Sources] La Vie Militaire Gondorienne
» PV série Militaire 5/5
» [Continent Nord] Centre d'Architecture militaire
» Haïti : Près de 200 jeunes seront formés en Génie militaire au Brésil
» Equipement d'un 304, part 2 [Matt & Jordan]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
RPGDBZ :: RPG :: Métamol :: Volcan-