-47%
Le deal à ne pas rater :
KLIM™ Inspiration – Pack Souris sans Fil et Tapis de ...
15.97 € 29.97 €
Voir le deal

Partagez
 

  I҉̵̨̛ ̶͢͡͠H́A̶̕҉T͘͏È̸̷͡ ̷͠Ý̨O͘҉̧͡Ú̡́͜͢ [18+]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Stan Gemiri
Stan Gemiri
Cyborg
Masculin Age : 26
Date d'inscription : 10/02/2018
Nombre de messages : 8

Techniques
Techniques illimitées :
Techniques 3/combat :
Techniques 1/combat :

 I҉̵̨̛ ̶͢͡͠H́A̶̕҉T͘͏È̸̷͡ ̷͠Ý̨O͘҉̧͡Ú̡́͜͢ [18+] Empty
MessageSujet: I҉̵̨̛ ̶͢͡͠H́A̶̕҉T͘͏È̸̷͡ ̷͠Ý̨O͘҉̧͡Ú̡́͜͢ [18+]    I҉̵̨̛ ̶͢͡͠H́A̶̕҉T͘͏È̸̷͡ ̷͠Ý̨O͘҉̧͡Ú̡́͜͢ [18+] ClockMar 13 Fév 2018 - 21:43

Le soleil se lève enfin sur l'immense galerie de béton. Les murs, délicatement repeins d'un sang frais et si onctueux, révèle la vraie beauté du soleil rougeoyant. Le silence orchestre une nouvelle mélodie, frappant les tempes d’une puissance renouvelée. Le système de respiration de Stan, étant ce que la barre à mine avait fait de lui, faisait un léger bruit proche du ronronnement d’un chat. Ses yeux, curieux, d’un bleu profond, regardait ce vieil homme agoniser, enregistrant la moindre inflexion de muscle, chaque tressaillement de survie qu’il pouvait tenter. Lentement, très lentement, Sobek caressait la tête dégarni de l’octogénaire, l’embrassant parfois sur ses joues pelé à vif. Avec la plus grande maîtrise, il tirait chaque seconde de vie qu’il pouvait récupérer de cette souffrance si délicieuse. Il suffisait que sa victime cherche à parler pour qu’un nouveau gargouilli vienne éclabousser les murs non loin, ajoutant par la même occasion une couche sur le visage. Les cordes vocales, déjà enflammées d’avoir hurlé tout ce qui leur était possible, faisait qu'émettre un long sifflement aigu. Il voulait probablement savoir pourquoi, pourquoi toute cette violence gratuite. Jusque la, Sobek avait gardé le silence, profitant de chaque goûte de douleur et d’effroi qu’il pouvait arracher à l’homme en face de lui. Celui ci lui avait déjà donné tout ce qu’il possédait, mais ce n’était pas cela que cherchais l’androïde. Prenant une pause dramatique, posant lentement, très lentement chaque mot, il lui répondit sur un ton robotique si abimé qu’il ne ressemblait plus à aucun son humain



“̶̡̢͞L̴̶̷̢͏'̸̴̷҉e̶n͘̕͟͠f̛́e͏͏̴r̶̢̀ ̴̵̢e̡̛͠s͜͞͏t̀͘ ̧͏̡v̢̢į̛̛͜d҉̛e͞͝͏,̧ ͜҉̨͜t̶̡̢̧̛o͘͘͢ư̢͘͢s̡̀͡҉̶ ̕͏ĺ̸͡e̢̧͢͠s̛͢ ́d́҉͠é҉̶̷̨͡m̶͝o͝͏̶͟͠ņ͘s͘҉ ̸̷̢҉s̴͢͡͏̕ớ̶̛̀ń̷͟t̸̶͘ ̵̨̕͜į̨c̴̛̀͘i̡̢.̀ ̶͠͞S̀̀h̸̡͞à̷̷͜͡ķ̸̷̨é̷̢̕͞s̨͠͞p̵̧̧e͟҉̸͞a͟͟r̸͘͟ȩ̶͠ ̕҉̨̀é͡҉c̶͘͘͘͝r̴͢͡i҉̶͏̸v̷̴à̴̡̡ì̴̴̸̧t̸́͘͠ ̶͠c̵̛e̡҉҉ĺ̴̨̛͟á̸͟͠͞ ̨̀͘͢͞d҉̸̡͏a̷̧̛͢n̕҉s̷̨͜ ̷l̷͞a̶̴̕҉ ̡̕͠͞t͠͞e̴͘͢҉m̨͘͡͏̀p̵̶̧̧͟ȩ̶̢̂͝͞t̸͘e͏̸͟͝”̕


Un doigt plongea lentement, perçant les côtes avec une infinie douceur, évitant avec brio de perforer les poumons pour se diriger directement vers la colonne vertébrale. Une griffe de métal, longue, bien trop longue, venait racler de l’intérieur les vertèbres de la victime, provoquant un bruit de raclement sourd, si doux, si doux. Plus de hurlement, plus qu’un souffle affolé, le coeur battant la chamade, comme un coeur amoureux. Le ronronnement doux de la trachée détruite de Sobek donnait un tempo si doux à toute cette poésie. Jouant avec ces doigts, il introduit peu à peu sa main entière dans l’abdomen, arrachant cette fois tout ce qui pouvait se trouver à l’intérieur. Un bouillon de sang, la main plongé dans une douce tiédeur. Stan ne disait plus un mot dans la carcasse robotique, il fixait tétanisé son double trembler lentement, comme si il venait à l’instant d’entrer en transe. Le vieil homme avait alors les yeux blancs, de la bave semblait éructer de sa bouche prise de spasme. Plus proche, toujours plus proche, toujours plus lentement, il touchait du bout de ses doigts le coeur qui semblait parti dans un rythme effréné pour amener le peu de sang qui reste au corps, plongé dans une léthargie bientôt finale.

Et alors qu’un dernier souffle se fit sentir, alors que le coeur se crispa, la totalité des muscles du vieillard se détendirent. Lentement, très lentement, un dernier souffle quitta le corps de l’homme. Devant lui, il venait d'abattre ce qui semblait avoir été un jour Neo Peter. Une épée ridicule à ses côtés, il la brisa avant de l’empaler sur les restes. Il tremblait encore de plaisir, les capteurs asimov provoquant une décharge d’adrénaline dans la totalité de son corps. Pendant les premiers jours de son exil, Stan avait compris que Abraham avait, en fracassant sa carcasse, endommagé le système asimov, sensé empêcher et punir toute action malfaisante envers l’humanité. Et au lieu de provoquer une décharge élèctrique puissante et quasiment mortel, elle libérait dans le corps la même sensation qu’une extase provoqué par une relation charnelle. Sobek aimait ca naturellement, sans que cela soit pris en compte. Mais avec ce sentiment de bien être qui se cristallisait en lui après un autre bain de sang, il était devenu fou, hors de la folie, dépassant le simple stade de la gentille folie. Sobek était Stan, Sobek était un monstre, Stan était un monstre. Sobek et Stan était des victimes, Sobek et Stan était des monstres.






J̨̢̗͙̼̖͇̲͍ͭ̽̈́ͯ̾̏̍̈ͣ͑̉̐͛͂̄͢e̡͇̣̤͍̝̜̼̦͂ͭ͑ͯͬͦ́̕͘ ̴̵̛̥̠̠̝̖̽ͫͦ̍̅̄ͯ̈̅ͯ͐̇̐̉̋̀̀s̪̼͖͔̠̖̗̺͗ͧ̒͐̌̑̌̾̎͋̾͂ͣ͒̆͒͑́͟u̸̢͖̳͇͙͎̞̭̻͙̥̖̜̍̈́̿̋̽͋̈́̄̽͂ͦ̆̑̍͌̚͢i̸̻̜̖̹̥͇̖̰͖̜̘͍̜̱̥̠̟͈̓̑͛ͯ̿̆̔͛̍͋̉͑͛͋̀̚̚s̛̤͇͉̠͚̞͖̺̭̩͚̓ͨ̊ͦͮͫ̃͐̽ ͯ͒̉̋͌̾́͠͠͏̨̟̯͇͇ͅu̖͔̤̰̼͍̞̘͉͉̼̮̞͈̲̟̞̪͐ͪ̑̅ͤͭ̄̌̄̄ͥͫ̋͢͜͠n̶̸̶̢̻̥̭͇͔̺̭̩̥̭͔̫͛̈́̓͒ͣ̽ͣ̂̍ͫ́̎̑ͮ̈̅ͅͅ ̡͎͈͔͇͖̣͕̗̝̺͈̞̠͍̰̻̪ͬ̋ͦ̓͆̐͒̈̔͢ͅͅmͨ͛̂̿͒̓͞͏̨̧͍̩̼̖̺̹̝̫̤̭͜o̡̡̧̳̟͔̥̗̥̻̻͑͂ͪ͛͛̃ͩ͆̐ͫ̃ͫ̾́n̢̡̼͖̞͇̙͉̦̰̤̙̭̮̟̙̤̯̪̊̋ͨ̾̈̾̏͜ͅs̡̛̱̯͉̝̞͙̣̤͉̗̱͒ͥͧͣ͊͗̂̇͒̄̅̆ͧ͒͡ṭ̢͎͓̖͓͍̬͉̭̮͇̫̖̼͎́͑̾͊ͭ̆͆̈ͬ͌̋ͪͬ͌̍ͤ̓́͢r̷̸ͪ̾ͮ͛̓̃ͮ̄̎ͩͬͪͩ҉̷̟͚̯̩̭eͧ̇ͭ͐̄̋͗̍̇̃͋̃͜҉̺̪̖̘̳̺͚̻͓̱ ̢̻̫̬̩̹̥̝̱̱͎͇̦̜̓̄̇̀̽̾ͨ͛͂͑́͝q̷̡̢̞͖͙͙̯͈͚̮̞̻͙̲̭͔͉̌̀̌̔ͧ̈́͂̿ͥ̀̚̕ư̮̫͖̲͂̇̍ͫ̅̉̾̏͒̌̓̑ͧ̂̌̎͡i̡̝̞̭̲̺̘̜̹̘̫̘̟̖̻ͩ͂͋ͤ͑̂̀̔̿͋͂̓̿̽̐̏̈́̀̚͡ ̡̢̺͖̳̹̼̼̟͖͍̝̣͖͎̮̇͌̓̾̂̋ͩ͋̈̒̂̎͐ͪͪ͑̂̕̕͘s̸̢̛͙̻̣̠͇̓̿̑̄̆̋̉̾̆̓͋ͅo̶̢̧̡͖̦̻͍̙̥̰̥̪͒ͦ͆̊ͣ̆͌͢ͅm͌ͤͨ̃ͥ͂̃͒ͩ̓͊ͩ̌̉͝͏̸̸͚̥̘͓̙̻̗̱̫̤͈̮m̷̈̂͋̎͗̽ͬ̽ͫ͒͏̥̼̻̱͓͙̺̼͜͟e͗ͨ̔̓̈́̀̇҉̶̨͚͔͕̝̙͚́͠ĩ̈̄̀̅ͭ͛̌ͤ̀̒͋͜͝͏̱͕̙͙̟͍̯̠͓̖̣l̴̡̋̆͂͛͒̍͗̄̽ͧ̿̀͝͏͔̥̩͖l͓̩͙̗̱͔̤̣̤͍̲͙͋ͤ̂̌̊́̈́̑͂ͣ̍̉́̚͝͠ͅe̴̺͖͔͉͉̺̗͈̤̯̯̞̦̥̫̻̔ͣ͌̾̓̽ͤ̕ͅͅ ̴̟͔̬͖̻͚̦͇̭̞̤̱̝ͮ̏ͤ̂̓͐̅͐̔̎ͅḋ̸̢̺͓̘ͬ͑ͭ̃̒ͤͬ̀͢ͅä̵̡͎͓͕͎̠̜̟̖̩͉̲͍͕́͊̌͂͒̍ͣ̈́ͣͪͭͫ͒̂́̚n̷̡̛̳͉̜̥̳͖̮͇ͩ̄͛̅͂͒͐̐̆̐ͮͬ̔͐ͥ́̚ş̟̱̮̼ͮ̅͊̎̆͒͐̉͌͂ͧͨ̈ͅ ̼̰͈̮̻̮͎̣̤͙͕̫̠͇͚̅ͤͭ̈̂̉͒͑̄̄̓͜ͅţ̶̛ͥ̒͑ͫ̆͆͛̏̑ͮ҉͍͈͙̗̮̮͖̮͕̻͇̻̤͎̣̹̜̗o̵̷̡ͭͫ̒̋͑ͥͧ̈́̄̂̍̓̈́ͧ̅̽͢͏̰̟͚͓̗͇͈͎ͅn̂̀̂ͪ̑̓ͬ͛ͪͫ͂͋ͦ̆҉̝̲̪̮̕ ̶̴͈̰̗̫̞̬͓͓͚̯ͪ͑ͯͬ̊̂́̉͞e̸̴̶̳͇̣̲̮̺̣͕͖̤͉̖̖̬͈̭̳̻͒̃̂̍̑͟s̷̡̨̧̲̳̞̺̬̟͔͍͆̉̐ͥͮͤ́̋ͦ͑͌ͯ̇ͬ͌̔͠p̶͚̼̖̫̟͖͚̰̝͖̞̠̥̣͎ͯ̈́ͥͯ͌̀ͪ͂̅ͪ͆̏͛̔ͭ͢͟͡͝r̷͈̼̙̥̦͊͂̂̊̉ͫͭͩͥͯ̒̃ͣ̌̿͘i͚̼̻̫̯̍̂̏̎ͪ̏͐̂ͦ̆̋̆̆͑̆ͨͧ̈́͢͠t̸̛̻͇̣͚̳̲̼̪̜̬̟̹̬̩̃͌̓ͧ̌̈ͅ,̡ͨ̓̔̀͞͏̳͇͇̱̙͎͚̳̮͓ ̩̠̜̜̱͉͔̬̩͚̙͍̯̔̔ͪ̓̓̐ͭ̎͊̇̎͘͟j̛͔͎̬̹̹͉̞̖̗̘̩̜̯͓̳̎̓̔̃̎͑ͯ͌͢͝e̸̪̫̣̠̗̣̞̟͇̠͙̲̠̫̮̰͉̼͎ͦͧͯ̎̽ͩͨ̎̎̚̕͡͡ ̸̸̡̪̫̫̥̫͔̞͍̒̏͌ͨ̈͒͘s̴̸̶̝͍̤̘̫͓̫͔͉̝̗͔͉̈͋̿͐͑ͬ̐͂̒̕͘u̴̻͚̜̝̥̱̹̩̝̞̩̜̝̤͉͗͂̂̑ͦ̿̋ͨ̈́ͭ͢͠͞͞i̡̦̪̞͖̮̱̩̰͚͎͔̩̝̺̯̽̎͋̐ͩ̌͋̈́̚͜͞ș̨̮̲̜̩̮̜̲̭̼̋̉̅̓̌ͮ̇̔͛ͭ̄̈̏̽ͨͨ͢ ̧ͤͧ̀̀̊ͨ͌́̑́͢͏͏̞̼̠͙̞u̷̸̥̤̼̝̒ͧ͊̆́͘͡n̸̸̛̰̺͖̗̦̙͔͇̞̠̜͇͇̱͓̣̊͒ͩ̉͊̾ͬ̒͆͑ͨͭ̍͑̽ͣ̀̅̚͝͝e͊ͬͮͭ̿̎̔ͣͬ̆̎̐̄̄͆̉͒ͥ҉̸̨̬͓͙̳̯͍̗͙̬̗̼͉͕͙̮ͅ ̵̢̯̬̬̣̥͒ͥ̅̑̍ͣ͋͛ͥ͑̏ͧ̅ͨp̧̠̗͉̘͈ͪͩ͗ͪ̾̋̎ͪ̾́ͬ͊͐̍̂͋̕e̵̡̢̢͓̪̹̗̜̥̯̯͉̗̟̤͖͂̉ͮ̈͒̽̆̃ͪ̄͝n̷̺͎̼̳̫͈̝͎̤̤͇̮̤̞̑̑ͬ͌͐s̵̡̛̲̪̜̖̫̩̠̓ͨ̿̒̒ͩ̔̋͜͠é̶̛̛̪͙̮͍̖̤̥̱̞̼͓̩̥̫̱̼͓͉ͥ̔̑̆ͧ́̎̂͑͗ͪ̈̈͟͝ệ̡̤͈̖̞͓͉͙͍͍̪̐̔̋͐̈̓͐ͭ͜͡ ̨̛̞̬̰̞̲͈̙̙͑̈́ͮͪ̿̊̍̈́ͧ͢q̴̣̥̟͉͍͇̲͍͎̣̠̜͎̠͖͓̺̳ͬ̓̿̇̉́͞ų̴̺̺̦̬̰͙̖͂̾͗̃̋̽̕e̢̓̔̌̓̇̃ͪ̓̆̽̐͌̐̒̌̓͒ͯ͏̸̗̮̭͕̼̺̪͈̲͝ ̘̭̠͓̰̮͓͚͙̝̲̥̜̹͈̻̍̎͋̀͠t̴̡̛̠͎̞̭͖̗̪̣̭̹̦̲̤̜̺͑̿̌̎̽̍̔̇̀̓ͩ͡u̸̻̙̭͖̺̺͙̤̱͖̼ͯ̓̔̍̎̍ͧ̎ͯ̄̒͜͠ͅ ̧̡̰̺͍͈̤̖̩͉̜̩̠ͬ͊̈̈́ͪ̋̎ͥ̒̓̊̏̏̊ͦ͂ͤͭ̀͟r̨͍͕͇̱͍̘̗͚͙̹̩͕̝̍͋͗̓̿̆ͤͮ͗ͣ̔̊͒̆͒̑ͯ̓̽͝͠ͅe̴̹̝͖̲̰̟̯͚̯͓͉̙̙̜̪̪̟̬ͬͪͥͥ̓̐̎͛̋̑́͢f̸̢͔͈̲̟͙̩͙̭̘͍͓͙͌̓͂̐̏̒̑͂̀̋ř̴̷̛̯̦̲̣͔͍̱̯̼̬̱̜̬̙̥̫̙ͥͪ́ͥͧ̈̍͗́́̌ͪ́̆̾̚͡͞ȩ̷ͧ͒ͫ͒̀̉̽̏̊͐̈̉̚̚͏̛͍̩̤͖͉̮͠i̷̢͈̫̹̦̥͕͉̭̰̠̦̩͕̯̤̝͈ͫ͛ͨͪ̍̊̃̌̉ͧͪ̂̓̽̏ͪn̢̉͌ͪͯͦ̃̅̊ͫ҉̸̨̦̙̪̣͉̗̝̰̦̻̻̗͓͖̤é̔͆̃ͯ̀̿͋ͨͧͮͧ̓ͨ͏̷̹̣̭̜̘̠̩̗̰̲̯̫̯͙͙͎̕̕͢ ͍͈̭̳͎͚̮͚̫̫̺̬̩̼͎̤͙̫ͮ̈́͑ͣ̽̃̉̉̓̂͂ͧ͟͞ͅd̸̋ͤ͑̈̈҉̢҉̙̞͕̪̜̜̬̣͉̣͇a̷̢͙̭̬̟̬͈̱̽͊̎͂͠n͎̤̰̦̜̫͓̼̲͎͔̭̪̿̒͒ͫ̄͛ͫ̌̍̕͢͡ͅş̶͚̥̟͕̬͕̩̦̞̞̉ͭͣͣ̎̓ͪ͊͗̀ ̴͇̘̺̦̭̺͍̝̝͉̅ͩ̿ͪͮ͗͂͆̇͡͞ț̶̷̷͓̲̼̈́ͥ̄̓̋͐ͨ͂̅̉̊̏ͯ͗̒o̧̳̜̦͈̪͈̭̗ͨ̌̊ͭͪ̓̊͑̾͟͞n̎̓̊̿̃̊̅͊̌ͪͣ̈́ͤ̈̇̔ͩ҉̸͏̦̭̼̺͔̖͈͍͉̞͘ ̸ͤ̎͆̃ͣ̏̆ͤ̾͏̷̮̻̟̤̖͎͚̤̠͙̰͜ͅͅs̵̸̢͖̱̙̻̱̰͈̙̻̭̜̪̍̆͂ͯͣ͑̃͒͠͝oͫͯ̔̑ͪ̆̈͂ͩ̄ͪͮ̉ͫ́̚̚͘͡͡͏̷͈̙̭̹̫̙̟͖͓̱̮̣̘ṁ̷̛͉̙̩̣̺̬͈͕̱͔͆͛͒̈͒̌̔̐̇͂̉̀m̡̒ͭ̾̉̈́́̈́ͩ҉̙̳̮͈̘͕͓͈̘͝è̩̖̤̬͖͍̙͇̯̰͖̯̦͔̳̙̤ͪ̿̑ͧ̑̈͟͝͠ͅi̵̘̮̲͙͉̥̞̪̪̖ͩ̓͒ͯ̅ͨ̊̚̕͟͟ͅͅl̟̳̮̙̳͙̭̘̤̥̖͙͈̘͛́ͧ͆ͪ̿̎̇ͤ̚͟ͅ.͂͆ͪ͌̆͟҉̩̦͎̗̮͖͕͙̼̖͈̳̪̣͎̪ͅ ̵̡̰͇͔̬̖̼͉̰̖̥̥̱ͪ̈̄ͥ͂̕͡ͅJ̐̓̊̑ͫ̍̽́̒ͭ̊̈̈́͒ͧͤ̉͜͠҉̶͙̺͔̙̦̹͖̦̮̠̻̱͖̘̙̰͚ͅę̴̦̹̘͔̘̙̜̝͓̹ͣͣ̔̍̽ͩͪ͌ͣ͋̏͒ͦ̈́ͯ͘ ̵̳̪̩͓͍̩͙͖̬̟̤͚͎͉̳̎ͦ͊ͭ̃͐̇͑͛̑ͯ͋ͪ̅̉̂ͯ́͡ͅs̸̶̢̲̝̳͓̪̩͇̦̝̝͍͕͔͚͍̏̈́̃̐ͥͨ̕͡u̸̢̪̦̳̩̲ͤ͛̆͂̈ͬ͛́̍͛i̶̫͚̞̮̪̦̲̘̣̠͙̖̰̹͎͔̰̳̋̅̏͊͠ͅs̵̩̞͇̣̞͍̘͈͇̣̭̼̯̦̥͚͖̎͛̇ͧ̕̕͘͡ ̴̧̬͇͖̝̦̜͉̮̭͍̫̘ͤͭ̋ͨ̿̆̏͌͢͜͢ţ̢̰̹̲̦̠̩̺̓̽ͤ͒ͧ͒̈̋ͨ̇̓̓͊̔͢oͤ̆ͪ͋̍͛̋̑ͬ̍̊͠͝҉͈̬͎̦̗̘̹̘̻̟̲̫͈̻̹ͅn̢̛̯̯̭̻̻̬̽͆̔ͤͣͤͥ͋͂̌͊ͥͭ̒̚͘͜͢ ̸̧̛̻͉̥̱̟̙͖ͫ͐̄̓̓̀̍̍̒͑̈́̋̊̊͜p̋ͯ̏͂ͪ̂ͧ̋ͪ̈́͑ͥ̚̚̕҉̘͖̰̘̗͇̜͕̩͚̫͈̪̯͙̬̺͜ͅi̶̸̢̲͍͉͖̟̪̩͙͈̺͍̝̳̥̇̎͊̏̐ͯ͆̀ͭ͝rͫͪ͂͑ͨ͊ͯ͆̃҉̝̘̠̙̥͍̥̞͎͓͢ͅĕ̸̱̫̩̤̩̝̩̱̖̭̫͉̰̱̜̫̳̋ͥͣͪ ͉̖̤͓̦͇̻̻̱̯̱͗ͯ͂ͩ́̕c̡̛͈͉̬̟̪̉̓͛̌̅̀ͬͦȃ̊ͤͮͪ̽̌ͦ̏̓̒̾̊ͫͦ́̚͏̝̠̫͕̞̟͢u̴̸̢̢͈̭̘̱̱̠͚̘͂͌ͥ͛̉̽ͩ͛͛̔̾̃c͆̓̃ͨͯͣ́͗̒́̍͐̒ͯ̐̽̊̆͏̢̣͕̼̙̦h͂ͤͯͦ͑͋ͥ̏̈̿̋̌̑̀̚҉͈͙̰̠̳̣̣̞̖̹̤̳̫̬̯ͅe̸ͯ͆ͣ͂̊̍͆̌̊ͧͤ̂̌͛̉̀͛̚҉͕̳̖̖̫̥̺̘̳̲̮͚m̸̛͉͉̩͔̹̯̣̉̽̒̂̍̔̌̕͟ͅͅͅą̟̞̗͙͔̩̟̻͉̬̹̺̖̫̤̞̙̓̑̀̇̽̄̑́r̴̡̲̮̫͇̙͙͇̫͚̱͍̆̅̇̔͌͂͞d̛̙͙̗̭̪̬̻̈͆̈͌̋ͩ̃̕͢͞ͅ ̶̼̥̘̳͎̜͙̪̝̘̙̗̐͐ͩ̓͐̇̋ͬ͗ͩ͐̈̑̎̍͡ͅc͗ͨ̽͐͌҉͎̬͔̳̫̯͓̝̘̘͍͔͔̠̠͉͖͘̕ơ͉̜̗̗ͬͩͭ̏̄̎ͪͩͨͮ͒ͣ͛̒̊̓̔̂̀̚̕m̜̮̼͖̗̤̤͇̩̲̭̗̹̹̺̦͎̮͂̎ͦ́͐̒̍ͩ͌͘͞ṃ̶̵̮̙̬̞͗́ͪ̅ͩͬ̓̇ͮͮ̇͊́ͭ̉ͪ̍̌͜ȇ̡̔͛̽̾͌̋ͪ̏̂̉ͫͪ̊҉̞̜̞̺̣͈̻̞̘ͅ ̶̷̻͇̳̣̰̮̙̜̳̺̫̰͖̬͇͂̾̑͛̿̀ͯ̓͊̚t͛̃͐̿̿͂ͣ̄̓̃̀͗͌̌̊҉͏̴̩͔̻̼͎͇o̴͉͕̥̹̠͋̋͒̎͗̈͒͒ͥͫ̂̈̏̃ͯ͛͡͝͠n̵̸̮̬͕͔̦̖̱͔͇͈͓͎̲̣̭̆ͤͤͥ̿͂͐ͬ̿̓ͥ͐ͣ͝ ̧ͣͭ͂ͬ̔͐ͥ̏́̚͏͔̝͍̼̝̺p̸̢̘̜̱͕̤̭͙̙̳̯͍͎̦̹̬͔̻̅ͤͭ̏̒̋ͩͪ̈͗̏͊ͯ̀̚l̷̙͉̗̳̟̣̞͈̞͋ͣ̓̈́̎̉͊̂̐͊̂̚͡͞ư͛̿̾̏ͪ̾̓ͣ̊ͪ͏̷̬̤̺͖͟͡s̿̋ͬ̈́̀̿ͯ͂ͮ̚̚̚͝҉̡͕͕͈̦̪͎͖̜̠̰͔̣̫̝͎̩̼̥̀ͅ ̸͈̰̖̥̠̣̤͔͙͂͆̿̐̅̓̎̐ͨͭͩ̂̈́̀̑̇̒̕͠g̸̫͖̫͉̺̗̻̣̙͇͎ͮͬ͆̊̑ͣ̑͐͂̇̅̊͂͊̓͜͡r̴̨̛̖̜̖̩̻̩̬̣̖͙͉͚͉͙̮̀ͯ͛̏ͬ̍ͫͪ̄ͪͦͤ͊ͤͩ̒̉͂̀͘ͅā̸ͯ̇͛̓͏̨̯͚͉̝̺̜̮͍̻͉̻̘̪͇̫͚̪̗̭̕͞n̢̛͔͚͖̬̞̣̝̗̦̲̯̖̞͕͗̅̃ͨͣ́ͅḋ̡̛̛̄̈́ͥͥ̈́ͫ͌͒̐͊͆̃̅̚҉͍̤͇̤̞͎̠ ̶̨̡̫̻͇̳̝͖̮̲̪̬̭ͩ̍͗̎ͨ̃̒̔̏̓ͣͪͭ͘͠ŗ̼̬͉̳͍̪̲̬͇̗̰͚̙̳̘̖̩ͫ̾ͯ̅̈ͭ̚̚͢͜͝ȩ̸͍̝̤̂̌̾̆̀̃̃ͧ͂̈̓͗̏̚͡͡͝ͅv̾̀ͭͬ̂ͥ̀́͢͟҉̜̫̘̭͍̮͔̦̗̭̖̬̫͓͉͇e̶̘̰̹̝̺̪͉̠͚̤̯̍̐͌ͦ̓̍͊̑́̽͌̀͘ͅ.̅̄́̒ͧ̽̍̉ͣ̄ͦ̎ͥ͊̋͋̓̋̕͏͖̻̭̳̞̞͚̪͔̟̹̗͔̪̮̤́͟ ̸̷̮̪̲̭͚͔͍̥̬̦̩̮̭̱͚̩͎͈̽ͯ̎ͣ́̅̏̌ͣ̏͗̀ͅT̶̸̷͇̥͇̙̗̤̫̝̪̭̻͖͎͇̗̪ͯͨ̇̋ͦͯ̐ͬ̉͐́͘ͅư̞̹̦̲͙̳̟̱͕͎͉̭͙͙̘̮̜̼̓̑ͣ͐̕͞ ̷ͬͥ́͊͋̃̅̒͂ͫͧ̋ͩ͐͡҉̖̹̜̝ͅb̛̝̝͕̳͍̔̃ͬ̏̍̍ͫ̋ͨ̂͗̚͘͠͡͡a̶̧̹̗̠̥͆̄ͥ͐̆ͦ̊͗͂ͣ͒ͥ̏̒ͬ̾͌̀ͅn̸͕͓̰͎̩͇̦̘͈̮͈̤̝̬̄͂̇̒̄̑͊́͞ͅd̶̍͛̀̉̕҉̙̦̱͕͇̦̝̯̯̱͉̯̩̻̘̦ͅeͦ͂̒̋͊̚͏͙̹̣̱͈͉̳̲͈͈͈̲̺̯̬̮̗͚̀͠ ̵̡͈͕̠̤̦ͫͯͣͨ̂͗͛̾̂̐̀́̚͠ȇ̼̳͍͎̦̎͆͆̿ͨ̐̑̓͛͛̚͜͞n̷̈́̿͌̃̌̆̿ͭ̍̆ͧ̓ͤͪ̍̓͏̰̟͙͇̲̟͈̙̠̺̹̟͢ͅ ̴̨̖̮̯̰̜̦͓̘̰̩͎̱̘̮̯̰͕͊̎͑͛̓̎̀͒̉̓ͨ̾̍̓͡͠ͅp̵̡̗͚̲̥͇̟̣͎̱̂ͨ̿̽͐̇ͤ̏̉̂ͦ͂̕͞͞e̵̵̙̦͔̱͓͋̂͊̃̃͑͌̑̎̑͑̒̅ͪ̍ͭ́́̚̚̚͜n̵̤̬͙̗̫͚͚̟͕̬͙͈̖̳̑͊̈́̍̅̀̽͛̿͂̑͌ͣͪͣ̋̀̚ͅs̶̸̴̴̩̣͉͍͙͙̹̖͉̲͕̗̖͎̪̭͓ͤ̅́ͨ̅̓ͮͤ͛̇͊͌ͅã̶̵̷̯̞̖͈͎̊ͬͥ̌ͣ͘n̨͓̺̯͕̼͍̲̙͖ͣ̔͛ͥ͌ͩͨ͐͑͟͞t̒͊́̚͜͝͡҉͕̼͈̩̫̲̘̻̩̫͖̟̥̭̩̣͕͓̥ ̷̧̹̺̰̻̰̣͍̭͇͇̻͙͇̓͆ͮ͋̀͐̒́a̶͖̜̬̯̬̤͓̰̝̬̐̔ͨ̃̇ͣ̊̐̈́̒ͯͪ̆͌ͣ̌ͥ͐̚͜͜ ̴̡̖̫̥̦̞̰̲̻̭̦̣̼̗̭͔ͫ̈́ͫ̂ͯ̒̒̾̽̇̇ͫ͛̌̾͊͂͑̕ͅm̛̂̈́̆ͯ̔͌̐͐͐ͮ҉҉҉̻̦̠̫͎͔͈̖̱̩͕̪̻̞̮̜̹̲o̡̡͇̩̻̰̩̻͍͇̩ͬ͂ͦ͌͗̃͛̄͊̑́̚į̷͕͚͕̖͖̲̲̘̼͆̍̄ͯͭ̐́̃̈͒̇̈́̔̂͆͊ͮ͗ͪ͟͠ͅ,͑͊ͦ̋̑ͮ̓̓ͧͥ̎̅̃͏̶̧̛̟̤͇͕͇͚ͅͅ ̌̐͗ͮ͗̈͑ͣ̚҉̵̴̹͕̯͙͍̖͇̜̰͚̩̟͢t̵̵̵̷̳͔̼͈ͦ̇̾̀ͤ̓ͣ̽ͅu̷̯͚̫͖̩̺̰ͨ̊ͭ͊͟͡͠ͅ ̧̨̻͚͙̙̤̯͚͈͙̥̱͕̺͕̪̥̮̞ͯ͂͂̀́t̻̫̙̤̪̬͖͙̩̬͓͐͆ͫ͋ͮ͠ẻ̢͖̰͓̫͎͔̟͖͔͕̖̫͍̦̜̬́ͬͦͮͫ͆ͭ́̈́̐͊̌͗͆ͧ̊ ̢̱͓̭̊͗̊̀͂ͧ͂̉̊ͮ͌ͥ͞ͅm̴̷̧̘̳̜̻̖̗̖̭ͧ̌̄̄̂̇̀ͅạ̴̡̛͎̺̭̻͎̤͍̳͈͙̫̞̥̟̭̱͉͎̓̓͒̓̃̅ͭ̔͗ͥ̐͘͞ş̥̺̗̻͚̝͌ͧ͒̓̒ͤ̿ͦͣ͒̒̑ͮ̅ͭ̀͝t̴̵̖͓̖̞̭̺̯̤̜̪̳̪̰̯̊̿ͨ͝͞ͅu̸̸̢̱̬̥̜̼̪̱̜̤ͯͤ͌̏̓ͪͭ̿͡r̷̸̡̪̝͎͚̱̼̝̲̬̬̪̘̿͋̄̌̋̔ͅb̸̳̲̠̌́̇̀ͬ͐ͪ̾̈́̉́̚͘͞é̢̞̦̞̣̤̣̬̗̂ͥ̿͋͌̅̅͗̋͐̾̈́́̕͢͟͞ ̢̖̦̲̥̜̺͙͎̬̖͓͙̟̲̥ͩ̊͆͂̌ͣ̀͢͝͝ͅę̴̜͙̲̼͈͍̽̊̉̾ͥ̈́̔ͧ͛ͦ͂ͦͮ̈́͛n̵̞͉̘͉̻͙̹̫̭͖̞̳͕͆̓̊̌̆ͧ͒̒̿̀̀ͤ̋ͥ̍̾̈́̽͑͝ ͉̞̗̍̅̊̐̊̓̋̆̔̀̒ͪ̾͐̽͗͌̀̚̕͜͞ȓ̴̸̰̝̞̝̣̞̭̥͎̙̠͚̺̼̾̍̔̀̎̈́̏̽̈́ͅê̡̫͚̼̬̱̤̜̙̼͔͐̽̊̾̀ͅv̶̡̻͇̗͉̺̩̘͓̼̙̳̗̦̮̿ͤͯ̎̇͋͒́͗̓ͪ́̽̾ͬ̀͢͜ȁ̡̹̣̮̞̤̼̖̖̣͍̞ͤͯ̈́̒ͤ̉̈́ͫ̒́̾̉̂͢n̛͉͚̠̩̰̼͖̮̦͎̠͎̪̼̂͊̐̊ͫ̉t͖̰̗̞̯ͤ̌̽̊ͯͧͪ͊͘͢͝͠ ̛͕̠̳̖̤͖̳͇̞̝̲ͬ̂̈͌͡ͅd̴̹͕̪̮̙̤͕̩ͦ̔́̒ͪ͒̒̐̅͡ę̛͇͚̳̩̥͎̬͓̝̝̻̱̦̼̗̻͖̒̓̐͛̄̍̆ͭ̏ͥ̀̕͞ ̷͙͖̦̪̻͙̳͈̥͖̣̥̰̰͕ͤ̂̆̄̄ͮͪ͂̀ͪ̆̇͛̒̒̓͡m̷̯̫̟̺̗̺̩͖̟͍͉͍͖͐ͭ͂ͧ̓̅͊̈̽̀o̰̞̜͔̟̳͔̱̱͉̦̹͖̱̯̍̆͑ͮ̃̏̍̌̄̚͜͠į̩͓̭͔̮̣̥̰̹͈̭͔͇͙̭̱̪̗͐͐ͧ̍̽̀̄ͯ͐͋̎̇ͪ̐̊͋̈́͂͢ͅ.̠͖̞̬̱̱ͫͤͫ͒̌ͩ̓̑̎̓͐ͥͬ͆̚͡͡ ̧̧͉̟͉̝̪̙͕̥̜͈̪́̾ͩͮͩ̐̅͡P̨͒̾̇̍̊͋͂ͨ͊̋ͩ̇̃͘͝҉͎͉̣̙̫̖ͅǫ͈̞̻̙̩͂͛̃̈́̏ͩ̓̎ͯ͋̌́̚͜͢u̘̼͓͖̠̝͎̙̜̱̼̹̭̯̭̠̥͈̐̓ͬ͌̃̾͂ͨ̋̂̍̇̎ͥ̾ͯ͞͠r͇̙̪̝͙̞͔͎̗͖͙̼̫̰͓̱̭ͤ̿̄͂̑ͮͮͣ̔ͣ͂ͧͣ͘͝͡͞ͅt̍ͮͥ̿̓ͣ̍ͮ̄̓͂ͬ͟͏̶̴̹̰͍̫̤̻͓̤̳̬̜̤̬͉͠ͅa̸̷̮̜̮͖̮̅̒̃͌̂͂̂̐͑͆ͦ̋̏ͨn̡̧̩̙͇̙̭̩͋ͨ̒ͪ̐͜t̞̣̮̪̎̾͆̈̀͌̐͂̎͒̀͢,̵̹̩̥̤̗̱̙̠͔̩ͥ̏̌͐̏͆ͤͧ͗̈́̈́ͯ̄͌̄ͬͦ̽̕ ̴̳̞̲͕̮̓ͤͨ̌̐̇͐͐̔̔ͨ̿͂̓̐͐̔̑̃t̸̢̞̤̩̜͈͙̺̝͙̙̮͙̔̊̎̂̚͢͢͡u̱̩̝̖̗̖͔̹̔̓̏̃̅ͦ̏̍̉͋͡͡ ̵̡̫̗̦̣̪̥͔̭̣͍̳̮̻͓͔̪̮͕͒͒ͯͯ̚͠m̶̨͉͇͎̫̫̗͓͎̠͎̔ͥ̌̏͢’̸͓̮͚̮̮̥̹̰̭̦͈ͥͯ̄͒͋͛a̧̯̦͚̠̦̤͓̻̺̲̤̹̯͗̐ͬ̔̄͗̇̎̄͝͡ ̥͖̝̰͈̹͑͌̆ͪ̐ͬͨ͌̕͝t̄̽͋ͮ̑͏̵̴̴̛̖̣͚͈ͅơ̶̵͍̹̠̳̽̄̾̽ͨ̽͛̋͒ͤ̌̈́ͯ̕ŭ̧͎̪̻̬̠̦͍̲͖̝͈̜̲̺̣̘͎̇̇̀̆͛̽̑͐͌̊ͣ̓̀͘ͅj̶̤͚̘͙͑̈́͐̋̿͌ͧ̇̋͒ͣ̄́o̸̴̭̦̱͖͎̭̯͙̥̘̐̋ͥͭ̀ͣ̃ͮ͂͆͐̍̈́̚͟͡ͅǔ̸̡͓̠̙̥͕̤̖̖̪ͥͮ͘̕ͅr̎͊ͫͧ͐̾͂̐ͤ̉͋̐̋̓̚҉̴̝̞̖͕̦̝̫̪̹͔̰̩̀s͈̩̬̪͓̖ͤͫ̇͋͆̐̑͑͂̐̈́̾ͦ͑̓̈́̀ ̵̧̡͚̭̞͎̥̦̳̱̩̲͓͚͙̺ͤ̄̒̐͂̓ͦ̔̏̊̅̌ͤ̀͋͒̒̂͢͞ą̴̛̛̫͉͉̠͙̞̖̯̖̻̏͋ͮ̚u̸̢̨̺͇̰̭̝̻̬̖̥̲̪͌̆͒ͭ̀ͥͯͬ̎ͭ̀̇ͦͦ̆̏̄͂͠p͑ͣͣ̓͂͂̓ͫͭ̾ͩͬ̃ͭ͘͏̝͈͍̟̭͚̰̮r̋̾̓͛͏̢̰̗̠̯̘̲͘̕è̈́̾ͪͧ̎̏͊̏ͤ͂̇͐̀̓͌͒̊̿͡͏̳̙̼ŝ̡͕͖̣̖̺͗ͣ̇̆̔̉ͤ́ ̨̟̦̠̳̜̞̻̙̼̦̹̮͕͔̩̄͊̒ͧͬͭ̌̋̃͐̂̀̀͜d̔̀̓̃͗̌͌̐̓ͪ̋ͮ̎ͮͦͦ̑̇̚͏̢͎̤̫̩̼̠͓͍̱̳͚̩̝̹͓́͜͞e͛̂ͩ͆̓͗̕͏͏̘͎̩̦̲̠͟ ͥ͐ͯ̌̅ͣ̂͜͏̷̥͚̪͓̻̜͍̲̠̬̟̤̪̬͝t̴̶̛͇͓͕͖̘͎͉̖̪̞̮̘͓̥͓̠̺͗̾̾͌̚ͅo̵̦͚̪̗͚͖̊̿̂̈̏ͣ̕̕i̍́̓҉̧͎̣͇͚̼͕̺͈̮͖̲͚̣̣͕̦,̛̠̳͓̯ͭ̂̔ͧ̅͒̑̏̇͒͘ ̛̅̋̇̓̈́̂̒͑̂̐̂̈́̒̋ͧ͗҉͇̦̹̤͓̼̜̱͚͙̞̲͖̖̤̩̲͢j̢ͪͧ̒̒̇̃͑̉ͭͩ̔͏̸̣̳̞̹͈̲̣̤̗̦̰̕͟aͧ̀ͩ̽ͤ̋͑̐̔͊ͨ͘͞҉͈͎͕̝̼̤̰̭ͅḿͧͫͪ̇̅̍̎ͮ͑̑ͮ̐͏̵͚̰̰̳͓̣̭̭̟̗̲̹̯͙̱̰͕͔ͅa̔ͫ̔̾̒̀̌̏̌̋̋̿̀͞҉̪̠̰̯̝̟̦i͇̰͙̝̖̲̻̣̬͎̫̞͇̱̳̓͑̊̽̂ͩ͂̽ͮ͂͛̌ͬ͌ͬ̇́̀̚̚̕͝ͅs̶͉͕̭̣̬̭̦̠͔͔̦͈̜̰̲̈́̀̑͌͗̃̈́̄ͯ̇̂ͩͪ͐̃̓̍̀ ͌ͨ̂̑̌̐̀͏̨̙͓͕̝̰t̨̰̭̘̥͈͖̳͎̹̪̹͖͚̦͎̲͖ͤͤͭ̌̋ͭ͊ͤͩͧ͐͟ͅr̈́ͤ̂ͮ͡҉̥̮͙̳̺̥̳͞͞è͎̟̣̱̤̳͕̬̘̝̦̳̦̫̠̥͎̺̟́̋͛̍́ͬ́͋̉̋̉̿̊̃͛͘͟s̸͑ͯ̍͐ͤ̓ͦ̋ͬͮͫͦ̓̃̈͊̊҉̶̜̬͈͔̯̯̣̙̠̳̰͡ ̸̠̹͍̫̫̖̲̳͙̏ͦ͗̑ͣ͜͜ţ̶̖̫͉͓͓̲͇͚̰̣͔͈̣̜͍͊̓ͥ̓̌ͯ͗̊͊͊̅͑̃̈͆ͨͯ͢͠͡r̵̤͚̖̻͍̭̲̟͓͓̺͙̱̤̫̭̬̾̓͋̐̾̉ͯ͞͡è̷̸̞̹̻̹͈̣̼̙̖̣͓̻͍̩̿̏ͩ͐͒ͭs̶̱̠̯͈͈̫̰̮͕͓̫̗͙̾̈́́ͩ̾̑͑̒̔ͦ͢͠ ́́ͨ̇̾̐̓̿̈͊̍ͦͦ̇͑̀͌̽͌͘͡҉͎̳͓̲̲̟͕̩̖͉̬̯̤̣̤l̡͚̹͓̫̳̱͉͉ͩ͗̿̀̍̀͝ô̿́ͥ̓̇́̚҉҉̻̬͕̟͖͕̞ī̛̍ͦ͂̌̿ͪ̾́̐̃͒̔͏̘̣͔̦̦̰̮̭̤̻̭̳͙͜ͅn̶̸̴̝̤̮̝̦͊̍̈́̌ͦ̽ͦͥ͌͑͊̈͐͂̍ͬ.̘̘̼̪̘ͯͣ̉̈̐̚͟͡ͅ




Lentement, très lentement, il se releva. La mare de sang à ses pieds, le corps méconnaissable de l'homme qu'il avait violemment torturé près de lui, tout était d'une horreur innommable. Stan ne souriait pas, pourtant Sobek était hilare. Stan hurlait intérieurement, cherchant à se libérer de l'emprise démoniaque de son double, mais Sobek tenait bon, ricanant de plus belle. Une main sur le visage et son apparence changeait, se transformant en un homme aussi banal que possible : cheveux ni brun ni noir, yeux ni bleu ni gris, lunettes ni rondes ni carrés. Un claquement de doigt et une tenue sans prétention apparut sur ses épaules, un simple jean accompagné d'une chemise à carreau. Lentement, très lentement, il avançait dans la rue alors que les sirènes retentissant au loin. Un badaud avait trouvé le corps, un corps de plus dans la liste macabre de l'androide. Jour après jour, semaine après semaine,  mois après mois, il avait affiné sa technique jusqu'à laisser une scène de crime différente à chaque coup, assouvissant son besoin de sang sans jamais être inquiété. Il tuait sans relâche, sans distinction de race ou de classe. Un jour, c'était un salopard de blanc pauvre, le lendemain un putain de noir riche. Et puis un jour, il variait les plaisirs : un Moojuu ou deux, un namek ou deux... Sa pièce maîtresse : un roi sans royaume, un ancien de Baelfire, un polyformiste apparemment ici en soin après le tournoi de Dosatz. Il avait adoré voir ce Raneas gigoter sous ses doigts alors qu'il arrachait ses nerfs un par un. Il cherchait à se métamorphoser en plusieurs formes, cherchant d'abord à lui échapper, puis essayant de minimiser la douleur, mais rien n'y faisait. Doucement, tout doucement,  le couteau s'enfonçait toujours aisément dans la peau. La capacité de régénération avait été une véritable bénédiction, rendant la souffrance plus longue, encore plus longue, toujours plus longue... Malheureusement, toute les bonnes choses avait une fin : le bougre, après dix jours de découpage et d'arrachage, était arrivé à bout de force et s'était effondré, une larme à l'oeil, chuchotant un nom dans un dernier souffle. Ce jour là, l'extase avait été telle que Sobek en avait tremblé, son unité centrale envahi par une énergie infini. Tant de délectation, il suffisait qu'il y repense pour qu'il ronronne à nouveau.

Stan se détestait, Stan se haïssait, Stan se sentait la pire raclure de l'univers. Il n'était pas sous le contrôle, mais c'est lui qui, à chaque fois, rendait la lumière à Sobek. Il n'en voulait pas, il tentait d'arrêter, mais un démon venait le charmer très vite, le sang appelant le sang. Il savait qu'il se détruisait ainsi, qu'il faisait exploser en lui des milliers des synapses à chaque fois qu'il commettait, avec Sobek, un crime contre nature. Mais il en redemandait, toujours plus, encore plus, bordel de merde il adorait ca ! Mais les derniers fragments de sa santé mentale, ceux qu’il n’avait pas perdu par le métal de la barre à mine, ceux qu’il n'avait pas perdu par cette vie de monstre, ceux qu’il n’avait pas perdu par cet abandon de la part de Rywal et Nemor, pleuraient à chaque victime. L’androïde n’avait pas deux personnalités en lui, s’était bien plus compliqué : une de ses personnalités avait deux voix dans sa tête, alors que l’autre était sur de ce qu’elle faisait. Sobek les sauvait, leur permettait de rester en vie. Pendant des mois et des mois, il suffisait que Sobek sorte de sa cage pour que les ennuis se règlent toujours. La question était de savoir comment ils étaient réglés, et cela n’était jamais fait dans la douceur et la volupté d’un sain d’esprit.  Il n’avait pas fallu plus d’une semaine pour que la bête lui chuchote à l’oreille de le laisser sortir. Il n’avait pas fallu plus qu’un homme le tabassant à cause de son apparence. Il avait été la première victime, les tripes suspendus comme des guirlandes de noël autour d’un poteau de signalisation, la mâchoire arraché et pendante sous la tête, sanguinolente.



ͭͣ̐́́͋͢“̢̢ͩͧ͒J̶͛͂͋ͤͦͮ̕͝ę̑̌͒͊̈́͐̂ ̛̉͆ͤ͛͒ͦ̎̒ͭt̴͒ͫeͧ̽̒̍̉ͫ͜ ̨̄͂̋̄ͮ̉͡h̊ͬ̍̿̅ͨaͣ̂̍͑ͣ͛͜i̸͑ͧ̒ͬ̔̏͑͗̓͠s̍ͮͭ̌҉̕͢ ͭ̋ͣ̌͒ͪͦ͝S̶ͩ̋͗̉̃ͬ̐ͣ́ǒ̡̈ͮ͏b͌̿ͯͪͨ̅̅e̅͜͏k̽ͤ”̍ͥ̈́

̧̬̪͡“̨̺̖͈̖̦͙̕C̨̧͈͉͕͖͓͍̼̪͉̕’̺̪͉͟͝ḛ̴̴͉̩͓ͅs̛͝ͅt̡̛̟̮̳ ͈̣̭͈̖̲͢r̤̝̦é̯̙͎ç̳i̷͓̜̻͚̜̞̩͕̜p̸̡̣̩͚͚͍͇̪͟r̶̵̴͉̮͚͉̦͈o̰̫͕͔̥̱̟̫͝͠q̴̵͓͓͙͎̘̩u̢̩̭̖͢ḛ̶̮̪̪͓̘͚͓ͅ,̵̩̩͙͖͍ ̯̳̖͖̯͞p̱̰͟͡e̵̥͕͙̤͟t̫̭͙̟̲͈į̲̫t̼̼̱̯̳̻̫͇̀̕͞ ̺̣͓̤̳c̘̱͢o̵̸̰̹̬̤̜̭̻͘e̢̦̤͉̪u̵͉̳̲̘r̷̦̳̺̥ͅ”̤̳̰͇͜


Tant de victimes, tant de haine en lui. Derrière ce masque illusoire, vestige du bijou technologique qu’avait été 571n63r, fleuron des technologies Stinger Industry. Peu de sous routines étaient resté en activité depuis la dernière fois, mais celle ci était suffisante pour laisser à la folie de ce monstre tout le loisir de s’exprimer.

Dans la rue, ils avançaient. Lentement, très lentement, il cherchait du regard un cible qui pourrait l’aiguiller. Il cherchait un homme ou un femme l’ayant vu, ce fils de chien. Il cherchait une cible à découper, un vulgaire morceau de viande qu’il allait pouvoir faire griller.

Il cherchait un homme qui pourrait l’emmener à Rywal.
Stan Gemiri
Stan Gemiri
Cyborg
Masculin Age : 26
Date d'inscription : 10/02/2018
Nombre de messages : 8

Techniques
Techniques illimitées :
Techniques 3/combat :
Techniques 1/combat :

 I҉̵̨̛ ̶͢͡͠H́A̶̕҉T͘͏È̸̷͡ ̷͠Ý̨O͘҉̧͡Ú̡́͜͢ [18+] Empty
MessageSujet: Re: I҉̵̨̛ ̶͢͡͠H́A̶̕҉T͘͏È̸̷͡ ̷͠Ý̨O͘҉̧͡Ú̡́͜͢ [18+]    I҉̵̨̛ ̶͢͡͠H́A̶̕҉T͘͏È̸̷͡ ̷͠Ý̨O͘҉̧͡Ú̡́͜͢ [18+] ClockLun 19 Fév 2018 - 22:23

Lentement, très lentement, le temps s'accélèrait. Dans la petite pièce qui accueillait maintenant un homme et sa création, un magma et un androïde, les flammes rougeoyante s'opposant à la brillance bleu des yeux. Dans cette ambiance ouatée, autour d'eux il n'y avait rien. Une grande pièce, un seul halogène. Était ils dans un hangar ? Rywal n'aurait pas pu le déterminer. 245 sangmarwane street, non loin des docks de la mer des âmes. L'odeur de poisson ne parvenait pas jusque ici, elle semblait effacé. Il n'y avait que le sang qui gouttait au sol, les gémissement d'une montagne ligoté à une chaise, le goût puissant du métal entre les dents sciées jusqu'à la racine. Voilà trois jours que Stan avait retrouvé sa cible, caché dans un complexe secret sous marin à des centaines de mètres de profondeur. La patience, voilà ce que Stan avait appris à Sobek. La haine, voilà ce que Sobek avait offert à Stan. Ils tenaient tout deux la tige chauffée à blanc. Ils vibraient en cet instant de concert. La voix était celle de Stan, les yeux ceux de Stan. La violence celle de Sobek, la haine celle de Sobek. Ce lieu était invisible, cet endroit inaccessible, son plan arrivé à son terme. Sous la surface, il avait tué une faune aquatique puissante. Quelle joie d'éliminer une a une les espèces qui semblaient sentientes, prête à protéger son créateur. L'un d'entre eux semblait avoir pris la tête du groupe. Petit, trapu, la peau écailleuse, le regard sombre, il était suivi d'une armée de milliers des siens, jetant des boules de feu. Il avait anéanti Mrglblhblh comme le feu brûlant la paille, sans même s'embêter à torturer l'animal. C'est en causant la terreur dans le coeur de Rywal qu'il avait cependant trouvé son bonheur. Et maintenant, ils étaient là tout deux, au moment précis qu'il souhaitait. Plus de doigts à la main droite, plus de doigts à la main gauche, la paume faisait office de vestige du passé, souvent épuisé par l'écriture et l'ordinateur. Plus d'oreilles, plus de nez, ces yeux étaient crevés. Ils se ressemblaient tous deux, deux monstres l'un en face de l'autre. Si le scientifique ne pouvait plus voir, sa tête était cependant envahi de cauchemars constant, un monde dont il était impossible de s'échapper. Un filet de bave coulait de sa bouche, la tête penché en avant. Son esprit allait flancher après plus de soixante dix huit heures de torture. Un des doigts de Sobek, connecté à la tempe de sa victime, se détacha. En une seconde, même si ces yeux avaient disparu, son visage immonde sembla s'illuminer. Lui qui buvait chaque nuit, lui qui baisait chaque soir, son visage digne des canons grecs n'était maintenant qu'un champ de ruines. Tremblant de tout son être, il semblait lui falloir un effort titanesque pour relever la tête. Il tentait d'articuler, il tentait de s'excuser, il tentait une nouvelle fois de s'expliquer. Combien de fois il avait entendu ce pauvre homme appeler à la miséricorde du basilic, combien de fois avait il entendu cet idiot tirer sur la corde sensible ? Rywal ne reconnaissait plus sa création monstrueuse. Rywal ne comprenait pas ce qui se passait. Rywal tentait par tous les moyens de comprendre pourquoi ils en étaient là. Mais rien n'y faisait, il se laissait à chaque fois déborder par l'image du regard vide de Stan, l'image d'un monstre qui avait décidé de plonger dans la folie. Mais il parla, articulant avec un effort surhumain les quelques mots qui voulait bien sortir de sa bouche.

“C'est Abraham qui ta détruit, nous t'avons sauvé avec Nemor. Je t'en prie, fils, reviens à la raison”

Un son creux provint de l'immense trou ou devait se trouver anciennement l'estomac du scientifique. Bourré de calmants et d’antidouleurs son corps tremblait en sachant que jamais il ne s'en remettrait. Pourtant, il cherchait encore la salvation de Sobek, il cherchait une fois de plus à sauver la pièce maîtresse de son art, il cherchait à nouveau à sauver son fils. Le ronronnement du système de respiration de l'androïde se fit entendre plus fortement. Il caressa lentement la tête de Rywal, le plus doux possible. Il le haïssait mais il le réconfortait. Il le haïssait mais il le chérissait. Il le haïssait mais il riait. Il se haïssait tant, il était le monstre qu’Abraham voulait. Et dans un syndrome de Stockholm ultime, il s'était mis à vénérer cet homme. Sa voix était posé, si calme. Sobek hurlait, mais il hurlait calmement, sans hausser la voix. Encore une fois, sur le même ton, avec les mêmes mots, il lui expliquait.

“Tu m'a abandonné, tu t'es servi de moi. Tu t'es extasié devant ma perfection et pourtant tu t'es écrasé. Devant Abraham, devant dieu, tu as courbé l'échine, tu as sacrifié ton fils Isaac, tu m'a sacrifié. Dieu ta retenu, et dieu ma détruit. Aujourd'hui, je suis l'apôtre de ta mort, celui qui mettra fin au règne de toute l'industrie qui m'a vu naître. Tombé dans les abysses, je vais remonter au paradis pour le souiller, père”

Lentement, très lentement, Abraham s'était mis à gémir, puis à hurler, puis à se déchaîner. Cette phrase était devenu pour lui la signification d'une nouvelle vague de douleur. Et la douleur ne s'arrêtait jamais, ne s'arrêterait plus jamais, il le savait. Alors il tentait de garder le peu d'humanité qui restait en lui, cherchait à libérer son corps meurtri de cette prison poisseuse. Privé de mouvement, il hurlait à la folie. Privé de son fils, il crachait une haine sans limite à l'homme qui avait brisé la perfection. Il ne savait pas ce qui allait se passer ensuite, mais il avait peur. Sobek était capable de tout, le programme Apophis tournait encore alors qu'ils ne se rendait pas compte de ce que Stan Gemiri était en train de faire. Et Sobek jubilait, Stan jubilait, voyant enfin qu'ils comprenaient la douleur qu'il avait ressenti. Chaque cri à l'aide de sa victime renforçait sa folie, laissant en lui un goût toujours plus sucré, toujours plus puissant. Son coeur mécanique frappait la paroi extérieur avec un bruit de succion presque sexuel, rendu fou à l'idée de ce qui allait désormais arriver. En cet instant, plus de Raneas, plus de Comédien. Plus de Mrglblhblh ni de Néo Péter. Plus rien, il ne restait plus rien à part l'immense pyramide dressé au dessus des têtes des indolents. Il pris la chaise du scientifique, prenant bien soin de laisser son crâne frotter contre le béton sale, et le plaça à un bout de la salle dans la pénombre. La flamme tenue sur la tête de l'homme était si faible qu'elle ne permettait presque pas de voir les alentours. Mais qu'importe, ce qu'ils allaient voir se passait bien plus loin que la ou pouvait porter les yeux. Sobek connecta un petit terminal directement dans sa nuque, un long fil permettant à ses mains de tapotter sur l'écran en face de lui.

La flèche d'argent était en orbite autour de la planète Hera.

La chaire sanglante de l'homme, l’os de la boîte crânienne à vif. Il retenait sa respiration, il retenait toute douleur. L'androide lui posa un objet sur la tempe, quelque chose de froid et métallique. Une douce mélodie se joua dans son esprit qui cherchait pourtant à lutter. Il s'y repris trois fois avant de réussir à articuler sa phrase, bégayant bêtement.

“Stan, que fait tu ?”

Et Stan ne répondis pas, Sobek pris sa place. Sa voix était différente, terrifiante, sourde et implacable. Rywal ne pouvait le voir, mais les yeux de son bourreau avait virés au rouge sang, symbole d'une prise de contrôle total de la bête intérieure qui devait someiller pour toujours. Il était impossible en cet instant fatidique de savoir qui était au commande de ce plan démentiel, semblant avoir été préparé avec une minutie telle. Les agents qui avait tué le destructeur de Baelfire était tous morts et ne reviendraient jamais. Les escouades Alpha de l’entreprise étaient actuellement en train de recevoir un signal particulier, un signal bien connu de la direction, activant la capsule mortelle implanté dans leur cerveau. Dans quelques secondes, ils allaient s’entre-déchirer dans un bain de sang magistral, digne des plus belles batailles raconté dans les épopées grecques.

“Vous n'avez plus besoin de vous sacrifier pour votre peuple, vous n'avez plus à porter le poids de votre fardeau, je me suis occupé... de tout”

Autour d’eux, ce qui avait été de la pénombre jusqu'à la s’activa dans un brouhaha innommable. Une machine, une machine immense. Des millions de petites lumières autour d’eux, les ventilateurs des processeurs se mettaient en route. Commes des milliers d’yeux épiant la scène, des yeux verts et rouges, une puissance de calcul illimité s’activait, directement relié au bloc de donnée de Stan. Dans son cerveau, des milliards de milliards d’informations. Dans son cerveau, la capacité de régler le sorts de milliers de souffrants, le pouvoir de résoudre les mystères de l’univers. Omnipotent, les machines étaient reliés a toute les machines de la galaxie. En cet instant, Sobek était partout, Sobek était nulle part. Il était dieu, il était homme, il était machine.

“Je prend la succession, Père. Que vos yeux se ferment…”

En un instant, droit comme un piqué, Rywal se redressait comme si son corps était en parfait état, les orbites sanguinolentes fixant droit devant lui, comme si il pouvait voir quelque chose que personne ne voyait. Le scientifique avait un sourire béat, le scientifique avait un visage d’horreur. Il était mort, il était vivant, il était en cet instant dans la matrice toute puissante de sa création gargantuesque.

“... tandis que les miens s'ouvrent.”

Le sol n’était plus, les murs n’était plus. Ils étaient sur Dosatz, ils étaient sur Terre, ils étaient sur Baelfire. Ils foulaient la terre et les étoiles, ils étaient énergie, ils n’étaient qu’information. Une série de zéros et de un, la plus grande série que l’humanité avait pu concevoir. Sobek, le monstre du marais, le basilic, s’impregnait dans tout les système de la galaxie comme une immense tumeur invisible, capable d’étrangler le monde sous le poid de la technologie. Plus de scooters, plus de navette, plus d’énergie, plus de banque, plus de crédit. En un claquement de doigt, il pouvait faire tout cela à la fois, il pouvait faire exploser chaque implants crânien de chaque humain, faire griller chaque réseau de pensée robotique, transformer chaque centrale en bombe nucléaire. Il était tout, il n’était rien. Il était la barre a mine qui l’avait détruit, il était la douleur de la naissance, la douceur de l’amour, le stress avant les examens, la libération après la réussite. Il était partout, il voyait tout, il comprenait tout. Mais il n’était pas la pour prendre possession de tout cela, non. Cet androïde n’avait qu’une seule cible, quasiment aussi tentaculaire que lui, qu’un seul objectif en tête. En cet instant, comme par projection astrale, ils ne furent plus sur Dosatz.

Une bouffée d’air brûlant, la chaleur du désert sous ses pieds, les yeux aveuglés par le soleil au firmament. Rywal ne comprenait pas, il était habillé comme a son habitude dans les grands bureau de Léto, comme si il ne les avait jamais quittés. Mais ce n'était pas Léto ce n’était pas Métamol non plus. A ses cotés, Sobek, calme le visage indemne, comme si jamais aucune douleur ne l’avait atteint, comme si la folie n’avait jamais pris possession de son corps. Est ce que tout cela n’avait été qu’un cauchemar terrible et sans fin ? Il pouvait sentir la douleur, il savait qu’il n’était pas en plein rêve.

“Stan, ou sommes nous ?”

Du tac au tac, le robot se rapprocha lentement, avec la démarche qu’il avait pu développer dans ses jeunes années sur Léto, le pas assuré et confiant, capable d’avaler la terre entière

“Nous sommes sur Héra, père. Surface nord, méridien 84, le désert des milles peines. Il n’y a que du sable a des kilomètres et des kilomètres à la ronde”

Le scientifique sortit de sa poche un petit appareil qu'il avait conçu, permettant d’entrer en contact avec n’importe lequel de ses services disséminés dans la galaxie. Il cherchait à recouper les informations, à comprendre ce qui pouvait se passer ici. Au sol, une immense ombre courait depuis l’horizon, une ombre si rapide qu’elle devait dépasser les milles kilomètres à l’heure. Une éclipse ? Il regarda au ciel, la forme qui s'avançait vers le disque solaire n’était pas rond mais pointu. Les dernières paroles qu’il avait entendu, dans ce hangar, agonisant… Dans le ciel, il compris immédiatement qu’il avait à faire à la Flèche d’Argent. Tout résonnait maintenant, tout s’assemblait comme un immense puzzle qu’il venait enfin de débloquer. Tout ceci n’était pas un rêve mais une projection, un sous système qu’il avait implanté dans la carcasse de son chef d’oeuvre permettant d’accueillir la conscience d’un être humain. Il devait à l’origine s'agir de Robert White lui même, mais il était dans la boite désormais. Si son corps semblait si réel, si tout cela le semblait aussi, rien de cela n’était vrai

“Et pourtant, c’est là que vous vous trompez père. Vous avez juste, vous êtes dans mon esprit, mais tout cela est bel et bien en train de se passer. Je vous amène ici pour une raison précise, Rywal. Je vous ai amené pour assister à la destruction du plus grand empire économique que connaisse cette galaxie”

“Non…”

Il n’avait plus le control sur cette projection de lui même qui rangea contre sa volonté son appareil dans sa poche et regarda droit dans ce qui pouvait provoquer cette éclipse. Alors que ces yeux auraient du devenir aveugles, ils se mirent à effectuer un zoom extrêmement étrange et à s’adapter à la luminosité. L’immense flèche d’argent avançait paisiblement, sans savoir quel sort l’attendait. Une voix omniprésente, hurlant dans les oreilles qu’il n’avait pas, perçant des tympans qui n’existait pas. Il sentait que Sobek établissait une connexion avec la passerelle de l’immense vaisseau. Rywal connaissait la puissance de protection électronique que le vaisseau cité pouvait avoir, il l’avait en partie développé. Une IA créait d’immense barrières en séries, les codes d’accès changeant toute les nanosecondes, fermant immédiatement le réseau en quarantaine des qu’elle pouvait sentir une once de danger. Jamais craqué, jamais atteignable, la sécurité avait été prévu pour qu’un dieu ne puisse l’atteindre. Mais Sobek n’était pas cela, il était en même temps bien moins et bien plus.

“Heureux celui qui lit et ceux qui entendent les paroles de cette prophétie, et qui gardent les choses qui y sont écrites, car le temps est proche!”

“Non non non !”

Dans le réseau immense du vaisseau, Sobek s’approchait tel une masse noire immonde, enroulant tout doucement ses tentacules sur des sous systèmes peu protégés. La douceur avec laquelle il s’approchait était affolante pour Rywal qui voyait, qui comprenait. Pour la flèche d’argent, ce n’était rien de plus que quelques anomalies. Mais les tentacules s’acrochait de plus en plus, activant une série de contre-mesures de la part du vaisseau pour endiguer la propagation de cet élément perturbateur. Mais c’est en voulant activer le nettoyage que l’immense basilic fondit sur sa proie, envahissant en une picoseconde la moindre parcelle du vaisseau, écrasant de tout son poid la totalité de l’IA interne du vaisseau, brisant sa pensée, détruisant tout son être. En quelques minutes, il était devenu le vaisseau, contrôlant chaque paramètre, chaque sous routine. Comme un homme qui s’étouffait, le vaisseau tressauta dans un instant infinitésimal, a peine assez grand pour voir un grésillement étrangement commun sur tout les écrans du vaisseau, une diminutions minime de l’éclairage sur chaque pont. Des millions d’âmes continuait de vivre leur vies comme si rien ne s’était passé. Prenant la place de l’ancienne IA, Sobek pris son apparence, sa voix, se déguisa en elle avant de piétiner tout ce qu’elle avait pu construire de personnalité. En cet instant, il était les quinze mille mètres de vaisseau qui s’étendait à sa portée, il était les millions de gens à bord.

“Pour l’amour du ciel, Stan ,ne fais pas ca… Non…”

A nouveau, la voix hurlante parmi les étoiles, alors que seul Rywal semblait pouvoir l’entendre.

“Et je vis un nouveau ciel et une nouvelle terre; car le premier ciel et la première terre avaient disparu.”

L’immense ombre du vaisseau couvrait la totalité du sable, plongeant la terre dans une pénombre si dense qu’il était impossible de voir au loin. Mais la haut, tout là haut, le vaisseau sembla entamer une lente descente vers Héra. A bord, sur le pont de commandement, Ellias, les bras croisés, observait calmement. Un homme lui annonça le changement de cap involontaire, qu’il demanda de corriger immédiatement. Après une impossibilité de résoudre le problème manuellement, il appela l’IA interne du vaisseau. La forme féminine qu’il avait l’habitude de voir se montra, un sourire immonde sur son visage, les yeux envahis d’une coulée noire et dense. Un pas en arrière, le commandant était désarçonné. Des histoires racontait qu’une histoire d’amour réel s’était développé entre l’IA du vaisseau et lui. Il savait ce qui lui restait à faire, il savait ce qu’il devait appeler comme pouvoir. Une dernière sommation, un dernier message, une dernière larme. Ellias fit alors appel au dernier recours possible, les derniers mots que tout les robots de la Stinger Industry devait entendre un jour ou l’autre

“Quatres mots débloque ton esprit, mon amour : concupiscence, fébrile, métissage, amour”

Mais le serpent avait déjà étouffé bien trop le système. Un soubresaut se fit sentir sur la passerelle alors que l’image de l’IA changea pendant quelques instant en la même femme, hurlante, agonisante, en proie à une douleur innommable. Mais la seconde d’après, elle était a nouveau souriante, debout et au garde à vous, le même slime noir coulant de ses orbites numériques. En un instant, Ellias sortit un bloc de donnée de son immense veste noire qu’il connecta à un port sécurisé et se dirigea vers un des points de connexion à l’intelligence centralisé. Il voulait entrer la dedans et régler le problème lui même. Interrompu par ses hommes qui le regardèrent avec un air paniqué, il les repoussa de rage, ayant perdu pour la deuxième fois une femme qu’il aimait. Si Sobek l’avait voulu, il aurait aussi pu faire exploser la cervelle du capitaine du vaisseau, réduire à néant son esprit en le plongeant dans un cauchemar de dix milles ans, briser la moindre cellule de son corps pour le transformer en un tas de chair à vif et abominable. Mais il n’en fit rien, Ellias avait été le seul homme à l’aider sans avoir d’interet dans cette affaire, et à l’avoir aidé plusieurs fois. Pour cela, il lui laissa un choix. Le petit commandant du vaisseau, se retrouvant face à une masse chtuléenne, face à un cauchemar ambulant, face à l'immense masse noir dans le vaisseau, garda le silence.

“Ellias, maitre du centre névralgique de la Stinger Industry, tu m’a aidé, tu as été le seul à réellement vouloir m’aider. Je te laisse trois secondes pour choisir, trois secondes pour décider. Soit tu meurs avec ton équipage, soit tu peux partir”

Du tac au tac, comme Stan pouvait s’y attendre

“Je mourrais à bord du vaisseau”

Et Sobek le fit immédiatement sortir, sans dommages supplémentaire. Mais au sol, il jubilait, il ressentait les milliers d’âmes qui ne savait pas encore ce qui se passait, il ne s’était passé que quelques trentes secondes.

“Et je vis descendre du ciel, d'auprès de Dieu, la ville sainte, une Jérusalem nouvelle, vêtue comme une nouvelle mariée parée pour son époux.”

Plus aucunes commandes ne répondait, plus aucune possibilité de communiquer avec l’extérieur. Sur la passerelle de la flèche d’argent, il cherchait à reprendre le contrôle manuellement sur le vaisseau en activant la commande si particulière qui permettait de vider tout les systèmes électroniques de données. Cela allait détruire des années de recherches mais la station allait être sauvé. C’était leur dernier recours, mais il leur manquait une chose essentielle, le sceau des Stinger, la marque que cet idiot de Gilean avait donné à sa chatte. Aucun accès n’était possible, quelque soit le moyen, le terminal était alors inaccessible et elle n’était pas dans la pièce, il y avait veillé avec une attention toute particulière. De l’extérieur de la passerelle, les portes anti explosions s’étaient refermés, les conduits de ventilations coupés comme si il y avait une contamination de l’air, les voies d’eau interrompus comme si un impact s’était produit. Mais tout cela se faisait dans un silence malheureux, les scientifiques continuaient calmement leur recherches. La seule chose notable de cette journée ? Abraham White avait disparu. Les commandes de bords se mirent à hurler des alerte dans tout les sens, prévenant de la trajectoire dangereuse que prenait l’immense cité, fonçant droit vers Héra.

“Et j'entendis une voix forte qui disait: Voici le tabernacle de Dieu avec les hommes: il habitera avec eux, et ils seront son peuple; et lui-même il sera le Dieu avec eux, il sera leur Dieu.”

Sobek fit taire toute les contre mesures mais laissa les vitre extérieures du vaisseau parfaitement ouverte pour que tout le monde puisse admirer le grand spectacle a bord. Une ou deux navettes s’étaient enfuies, il corrigera le tir en bloquant le départ des autres. Cinq rescapés, le chiffre ne le dérangeait pas le moins du monde. Cinq âmes pour des millions d’autres. Dans le reste de la galaxie, tout allait très bien. Mais petit a petit, l’argent de tous les comptes de Stinger se vidait, partant dans des compagnies qu’il ne possédaient pas, directement chez Hypérion, directement dans le nouvel ordre galactique qu’un certain empereur cherchait à instaurer Des milliards de milliards de milliards de zénies s’envolaient comme une gorge tranchée. Les chaines de construction qui voyait la construction des autres modèles comme la flèche d’argent était en ce moment même en train de s’écraser les uns dans les autres ou d’exploser, provoquant un feu d'artifice au dessus de Freezer comme jamais il n’avait pu en voir. De milliards de milliards de zénies, les comptes en banque arrivèrent tous a zéro, le comité de gestion de l’entreprise bloqué dans une salle de réunion. Mais la haut, sur la flèche d’argent, ils ne recevaient pas ses informations. Pour eux, la porte de la salle était défaillante et le réparateur ne répondait pas. Pourtant, lentement, très lentement, l’immense vaisseau commençait à se rapprocher, les boucliers thermiques commencent lentement à rougir.

“Et Dieu essuiera toute larme de leurs yeux, et la mort ne sera plus, et il n'y aura plus ni deuil, ni cri, ni douleur, car les premières choses ont disparu.”

Des millions d’âmes allaient s’écraser sur la planète, des millions qui allait mourir en tuant avec eux les milliards de la planète, l’impact provoquant une ère glaciaire, un dérèglement définitive de la croûte de la planète puis une implosion définitive... Ellias savait tout cela, il connaissait le dilemme qu’il avait en face de lui. Il devait détruire son propre vaisseau, le réduire en assez petite parcelle pour que la rentrée dans l’atmosphère s’occupe du reste. Il allait devoir les tuer tous, sa famille, ses amis, son vaisseau, détruire tout ceux pourquoi il avait lutté. Mais il n’avait pas le choix, Sobek le savait, Sobek l’admirait pour son courage. Le capitaine de la flèche d’argent opta pour une mort rapide pour son équipage, commencent alors par eux. Ils comprenaient tous sur la passerelle, ils se tenaient tous en rond, s’embrassant une dernière fois, pleurant ensemble de cette situation qui, en moins d’une minute, était en train de totalement annihiler des années de travail. Ellias hurla, Ellias pleura, Ellias explosa les sas menant à l'extérieur, se tenant au milieu de la pièce et résistant au souffle grâce à son pouvoir télékinésique. Il savait qu’il allait avoir assez de souffle pour voir le vaisseau toucher la planète. Autour de lui, ses collègues de travail, commes des poupées, s’envolaient. Certains se congelait immédiatement, d’autre avaient le temps d’hurler, d’autre se faisait décapiter ou découper en heurtant une console qui s'arrachaient sur son passage. Sur la passerelle, en moins de dix secondes, il n’y avait plus rien que le vide silencieux de l’espace, Ellias et l’IA, toujours souriante, les yeux toujours envahi de cette immonde boue noire. Mais le commandant n’avait pas le temps de pleurer ni de ressentir l’immense chaleur qui commençait à envahir les lieux. La planète se rapprochait dangereusement, il fallait tuer le reste de l’équipage. Il tenta d’abords d’arracher les capsules de sauvetage, espérant que certains avaient pu y entrer. Les yeux d’un blanc flamboyant, son corps entier semblait posé dans une méditation guerrière, contrôlant a des kilomètres à la ronde l’espace qui l’entourait. Puis, quand cela fut fait, il était temps de passer au reste du vaisseau.

“La ville n'a besoin ni du soleil ni de la lune pour l'éclairer, car la gloire de Dieu l'illumine, et l'Agneau est son flambeau.”

Une réaction en chaîne dans le réacteur solaire et d’immenses rayons scidèrent l’arrière du vaisseau en deux, tuant au passage des dizaines de milliers de personne, des millions allaient suivre. Sur les quinzes kilomètres de sa surface, l’immense fissure brisa en deux morceau le monstre dans un hurlement de métal et d’humains. Un bout, d’environs cinq kilomètres, et le deuxième, bien plus gros, des dix kilomètres restant. Comme si son corps bouillonnait sous sa surface, les muscles d’Ellias vibrait, entrait en résonnance avec le métal qui tentait de garder sa structure originelle. Mais rien n’y faisait, rien n’allait empêcher le dénouement fatidique qu’Ellias avait prévu pour tout ce à quoi il tenait. Dans le vide de l’espace, personne ne l’entendait crier.

“Dehors les chiens, les magiciens, les impudiques, les meurtriers, les idolâtres, et quiconque aime le mensonge et s'y adonne!”

Un troisième bout, un troisième morceau immense du vaisseau se divisa. Des millions de millions de sous systèmes s’activèrent à bord du vaisseau cité, luttant tant bien que mal contre cette hémorragie irréparable. Une armada de vaisseau de réparation tentait de ressouder les systèmes qui pouvait l’être. Les trois morceau, en entrant dans l’atmosphère de Héra, se mirent à flamboyer et à éclairer bien plus fort les immenses dunes ou se trouvait Rywal et Stan. Au sol, le scientifique ne s’était pas rendu compte, mais il hurlait sans interruption depuis le début, se prenant la tête comme un fou, se tordant au sol comme si il ressentait la douleur de tout ce qu’il avait pu construire. Son magnum opus était en train de tout réduire a néant, la Stinger Industry était en train de partir en fumée. Les comptes étaient vide, l’argent dispersé et impossible a réunir, le comité de direction morts dans une des salles, alors que le reste du personnel du vaisseau attendaient d’être brulé vif en entrant dans l’atmosphère. Il repensait au immenses espaces verts, au domes, au arbres centenaires, au milliers d’espèces qui n’existeraient plus après que le vaisseau allait s’écraser. Rywal pleurait, Rywal hurlait, Rywal vivait en cet instant quelque chose de bien pire qu’un cauchemar. En cet instant, Rywal vivait la dure réalité

“C'est moi, Sobek, qui ai envoyé mon ange vous attester ces choses, pour les insolents. C'est moi qui suis le rejeton et le fils de la Stinger Industry, l'étoile brillante du matin."

A bord, les quelques commandes du vaisseau s'arrêtèrent et les batteries de secours prirent place pour l’IA du vaisseau. Et quand tout était perdu, que Ellias était au pinacle de sa souffrance, que tout n’était alors plus qu’une descente au enfers interminable, il relâcha toute la pression sur l’IA du vaisseau, sortit de la station de commande et laissa les quelques dernières secondes du commandant accompagné de celle qu’il aimait. Il devait peu de choses a cet homme, mais il était le seul à lui avoir montré une réelle humanité, le seul à lui avoir prouvé que l’homme n’était pas entièrement mauvais. Avant de partir, alors que le commandant, seul, semblait avoir le corps cloqués, déformé par la pression, l’intensité de son pouvoir, il souriait. Il souriait parce qu’il avait avec lui celle qu’il aimait, celle qui lui donnerait la force de passer de l’autre coté.

“Je suis l'alpha et l'oméga, le premier et le dernier, le commencement et la fin.”

Et dans un immense fracas, dans un bruit infernal, les trois morceau de la flèche d’argent s'écrasaient sur Héra, tuant tout les derniers survivants à bord, ainsi que Ellias, causant une immense tempête de sable. Sous l’impact, les immenses morceaux de métal s'enfoncèrent dans la terre et se dressèrent tél trois immenses pics rocheux de plusieurs kilomètres dans le paysage. Avec cette taille les trois morceau auraient dû causer l’explosion de la planète, mais Ellias avait utilisé toute ses dernières forces pour ralentir la chute autant que possible, ne causant “que” une immense tempête de sable. Selon les estimations de Stan, cette tempête allait durer des milliers d’années, recouvrant le secret de l’immense vaisseau peu à peu.

En un instant, Stinger Industry n’était plus. Plus d’argent, plus de vaisseau, plus d’armée ni de direction. Plus de Raneas, plus d’Ellias, plus de Comédien ni de Gilean White. En un instant, plus rien n’existait que des vestiges d’un temps passé. Tout était mort

Retour sur Dosatz, retour au monde sombre du hangar où était gardé les restes de Rywal. Retour sur un homme détruit, incapable de hurler plus, incapable de souffrir plus. En face de lui, Sobek hurlait aussi, il hurlait d’une excitation si grande que rien semblait capable de l’arrêter. Mais comme il se l’était promis, il rendit le pouvoir qu’il avait créé et parcourir toute la salle en infligeant d’immenses coup de griffes, brisant toutes les machines qu’il avait pu concevoir. Il riait, il pleurait, il hurlait et sautillait. Il avait tout détruit, il avait fait s'effondrer l’immense chateau. Plus rien, il n’y avait plus rien. Plus rien, plus rien plus rien du tout. Ils étaient les seul de Stinger Industry encore vivant avec Rywal, les deux derniers, les deux monstres. Plus rien, plus rien, plus rien. Il les haissait tous, ils étaient tous morts, ils les avaient tous tués. Il voulait les briser encore plus, il voulait que cela arrive encore et encore, il voulait sentir la barre a mine s’effondrer sur leur crâne a tous. Encore, encore et encore, de la souffrance. Plus rien, plus rien d’autre que la souffrance ultime. Il jubilait, il jubilait

Il hurlait, il riait, il s’exclamait, il sautillait. Il se dirigea vers rywal et le décapita d’un coup, sans un adieu ni rien. Il hurla, il ria, il pleura

Il pleura


I͡l̀ p̨leurą


Ì̷̢͢͞l̷̨̕͠ ̨͝҉̸͢p̢̢̢̀͜l̨͞ę̷͘u͏̴͟r̡͡͠͡ą



I̳̙͖͇̬͍̖ͩ͌l̞͖̤͈͖ͪ̊͡ͅ ̸̨̳̲͈̺̗̑̇̏ͣͤ̿p͓̪̦͙͈̲͌ͯ̓͠l̴͕̤̹̃̍ͯͫ͋̍̅ͅe̋̊̏̕͡͏̤̜͉̺ͅͅu̙̱͎̣̗̙͓̰ͥ̓̈́̒̑͞r̡̲̝͈̿̋̓ͫ̓̔a̬̭͇̞̍͑


I̐ͧ͂̑̇ͥ͋͏̹̰͙̤͟l̴̜̬̗̖̣̈́͋ͤͮͩ̓ͨ͡ ̔͗ͬͨͣ̒͞҉̵̨͚̞͔͙͔̻̝̠͚͕̮̱̬̞̮̣͕p̛̘͓̪̖̼̫̻͉̣̲͚͈̥͓̭͉͐ͣͣ͌ͪͥ̏͜͟͞͠ĺ̶̴̶̬̩͉̘ͦ͛ͤͯ͆͡͝e̴̵̸̗̳͎͚̱̱͉̯̻̣̫̠̱̫̖̲͇͖̾͗̒͞u̘̬̮͚̖̩͈̠̺͕͙̐̋ͩ̄͋̾͑ͦ̂̒ͣ͆ͪ̇͌̅̈̀̚͟͝ͅͅr̢̛͇̪̻̩̫͈̞̭̹̮̩̼ͭ́͒̋̎̑̔͑ͫ̓̒͢͡͝ą̶̛͔̱̥͎͎̪̯̰͓̪͑̀̉̂͜

I̻̳͙͕͖̠͔̠̖͎̜ͬ̓̂͆́̚̕͜ͅl̴͓̣̟͙̱̘̰͕̪̦̟̫͎̟͂̈ͥ̇ͭͤͯ́̊̒͊ͪͫ̚͘ͅ ̯̮̠̪̞̞̰̪͇͍͙̰̮̞͉͕͔͓̘̿͆͐͐̾ͭ͒̆ͫ̓͑ͯ͑̐̚͢͢͟͟͢p͋̂ͭ̐ͯ͛͒̊͆̐ͬ̚҉̙̗̬̠̻͔̬͉̩̙̞̹̭̕͡l̵̨͓̦̼̹͇̹̳͇̦͖͍̟͚̝ͣͪ̍ͧ̉̐͒ͣ̄̓͂̈́͘͠͝ͅe̵̴̯̖̟̦̪̞̮ͩ͌ͫͦͅù̗͎̦͖̜̝͙̯̱̼̦̻͍̣̙͗̓̿̓̇̊̆̑̀̕͜͜ͅr̸̴̢̹̜̤̝͎̭̼̩̫̝̭͖̺̞̰̔̀͆̈́̋̋ͨ̌̒̓͜͝a̧̨̨̭͕̬͖̘͎̖̘̙̺̰͍̮̝̫͗̆̑͒̎ͣ̄́ͭ̈ͫ͆͒͑͝ͅ
I̶̘͔͓͍͇̬͔̫̜̪̦̲̟ͯ̓̇̊ͩ͑̅ͦ̌͑̿͊͜͝͞lͮͦ̌ͬ̐͌̉͋ͩ̈́ͮ͐̊ͨ́͏̳̪̺̬̺͓̞̗ ̤̥̰͙͕̘̗̜̗͇̲̖̘̟̟̱̗͐̈́̏̀ͥ́̀̕͞ͅp̏̀̓ͤ̚͢҉̛̗̝̘̞̠͙̭̞͉̹̙̜͕̺̙̝̱́͞l̵̢͔̠̗̺̹̦͖͍̍ͦ͗̆̃̇ͣ̔̍ͣ̄̀ͣͫͤ́̀͆̚͢ȩ̓̓ͤ̐ͬ̔͂́͐̾̅̇ͬͦͥ̊͛͊҉̸̥̣̖̫̦̝u̔̽̄ͣ͒̚͢҉̧̛̰͉̟͇̗̪͍̦̳̠̦̪̗͍̰̫͠ṙͮ͋̐̄͑̓̂̃̓ͧ͊͌̑̓͐̃͒̕҉̶̷͉͔̰̭͔̱̭͎̰͕̩̪͉̝âͥͫͮ̓̌͑ͤ͐̾̊҉̖̻̭͇̬͈̦̥͕
I͙̘̝̪̼̣̙̯͚͎̩̯͇̝̓̇̂̑ͣ͒͛̒͌̔͗̓͂ͥ̊͛ͣ̎́̚͢l̸ͯͣ̅͐̕͡͏͇̩͚͕͕̳̮̠͔͓̙̱̯͔̗̀ͅ ̶̬̫̠̟̜͔̥̼̇̆͂͊̽ͪͣ̏̉͒̂ͥͮ͌ͣ̒̅͝p̧͉̼̟̺̰̳̻̳̙͈͈̪̼͇̓̆ͧ̆ͤ͒̓͐̿̚͟l̫̠̗̻͎͍̗̗͖̩̭͖̦̳͙͉̲̫ͦ͋ͣ̉́͟͞ͅȩ̡̛̭̯͕͈̼̼̠̮̭͖̘ͧ̌ͩ͜uͫ̇̌̍͐ͮ̂̀ͮ̑̏ͪ͗͏҉̴̨͏̥̫͔͍̻͇̰r̸̵̢̢̦̤͙̖͔̗̭̟̪̻͉͙̓ͨ͒ͭͦ͑̐ͦ̄̓a̶̫̰̤͕̩̫̘̤̦̝̗ͬ͛ͦ̃̕͠ͅͅ

Stan Gemiri
Stan Gemiri
Cyborg
Masculin Age : 26
Date d'inscription : 10/02/2018
Nombre de messages : 8

Techniques
Techniques illimitées :
Techniques 3/combat :
Techniques 1/combat :

 I҉̵̨̛ ̶͢͡͠H́A̶̕҉T͘͏È̸̷͡ ̷͠Ý̨O͘҉̧͡Ú̡́͜͢ [18+] Empty
MessageSujet: Re: I҉̵̨̛ ̶͢͡͠H́A̶̕҉T͘͏È̸̷͡ ̷͠Ý̨O͘҉̧͡Ú̡́͜͢ [18+]    I҉̵̨̛ ̶͢͡͠H́A̶̕҉T͘͏È̸̷͡ ̷͠Ý̨O͘҉̧͡Ú̡́͜͢ [18+] ClockDim 25 Fév 2018 - 22:02





simic os where Primary='TRUE' reboot

If this is the first time you've seen this stop error screen, restart your android, If this screen appears again, follow these steps:

Check to make sure any new hardware or software is properly installed. If this is a new installation, ask your hardware or software manufacturer for any windows updates you might need.

If problems continue, disable or remove any newly installed hardware or software. Disable ASIMOV memory options such as caching or shadowing. If you need to use Safe Mode to remove or disable components, restart your android, press on the reset core button to select Advanced Startup Options, and then select Safe Mode.

Address F86B5A89 base at F86B5000, DateStamp 3dd9919eb

#define EIO
#define ENOEXEC
#define EILSEQ
#define ENOCSI
#define ENOBUFS

_opt_stinger_core_system.1000.crash
_usr_lib_apophis_0144585477874.1000.crash
_usr_sbin_ulatencyd.0.crash
_usr_share_apport_apport-gtk.1000.crash

gksu gedit /etc/default/apport
sudo restart sidcap

Beginning dump of physical memory...

ERROR - CORRUPTED DRIVE CORE 0012145
usr_control_asimov.0385.crash

ERROR - CORRUPTED DRIVE CORE 2235857
usr_persona_sobek.1000.crash

ERROR - CORRUPTED MEMORY 1121558
ERROR - CORRUPTED FILES 9655854
ERROR - CORRUPTED FILES 5223544
ERROR - CORRUPTED FILES 4585547
ERROR - CORRUPTED FILES 9898748

====SUBJECT INFO                                                                
                                                                               
Name - SOBEK
DOL - 01/05/CORRUPTED OR MISSING DATA
Height - CORRUPTED OR MISSING DATA
Weight- CORRUPTED OR MISSING DATA
Wing - S
Room - 3
Details - CORRUPTED OR MISSING DATA

====

Beginning reinstallation of physical memory

gksu gedit /etc/default/apport
sudo start lsavesi

DOWNLOADING COMPLETE -  DRIVE CORE 0012145
usr_control_asimov.0385 removed

DOWNLOADING COMPLETE - DRIVE CORE 2235857
usr_persona_sobek.1000 removed

ERASE MEMORY 1121558
ERASE FILES 9655854
ERASE FILES 5223544
ERASE FILES 4585547
ERASE FILES 9898748

...
...
...
...
...
...
...
...
...

Physical memory dump complete.
Contact Stinger Industry administrator or technical support group for further assistance.

TECHNICAL INFORMATION:
ERROR CODE: 0x66666666
(0x66456456666,0x123321000,0x666789666,0x0007789)

Rebooting Sobek - 571






Ǫ̷̛͍̞̭̯͚̺̗̮̳͙̦͋̈́̃̉̊̌̔͆̉̀̈͌̾̕͡u̞̻̜̤̖͔͔̝̣̠̞̘͖̦̔ͪ͆̂̔ͦͪ͋̈́̄͢͞ͅͅr̹̰͔̗̹̝̗̲̮̗͇̰̣ͬ̆̐̈́̓̽ͯ̿ͭ̀́̚̚͘̕ͅ ̧ͣ̐̊̇͗̈́̃͗ͨͨ̑̊̾̀͂͂̃ͭͣ͞͏͚̙̭͙̦͚̞̝̣͇̺r̷̰͚̥̖̫̞̜͐̓̈́ͬͪ͋̎ͩ̆̒͆̌̌͂̈ͪ͡e̛̮̯̺͍̠̗̓͌ͩͭ͊ͮ̇͜v̧̟̻͈̠̦̬̩̪̪͕͔̿͂ͧ̈́͂̃͜ȩ̷̴̧̠̪̹̗̏ͭͧͬ͒͑͠lͧ͒̿̂ͪͪͦ͆͒ͨ̐ͨ̉͒̔ͨͯ̈͏͏̭̰̳̥̝̱s̛͖̞̙̣͖͇̝̫͔̭̪̯͓̰̟̩̮̞̥̏ͤ̃̾̿̉ͥͩ̕͠ ̶̘̳̩̺̼̹͓̞̱͚̼̤ͭ̆̅̈̔́͗̇̆̈́̆̔̌͢͢͠ń̷̸̛̼̗̟̬͓͍̼͎͙̠͔̖̜̝̦̠̰̩͂͒̊̇̾ͬ̈́̂ͤ̔͌̋͌ͤͨ̐ͥ́́̚ơ̜̯̱͙̱͍͖̩̱̥̮͙̙ͩ̌̓̏̓͆ͨ͐̇ͨͤͮͨ́ͅw̨̡̢͍̼̘͖͔͈͓̙͍̻̦͖̻̱̙͖̠ͪ̌̾ͮͬ̂͞͞ͅ ̨̘̱̞͇̝̯̜̳̼̮͕̀͌̔ͮ̂̅ͨ͐̅̋̏̋͋ͯ̀ͅã̛̠̫̦̪͍̗͈̙͍̯̱͎̹͇̝̪͓͋͐͆̀͜͠r̽̆̃ͪ͏̀҉̥͇̜͍̫͖̭̕͡e̓ͨ̋̔ͦͭ́ͦͤ͗ͥͣ̈́ͧ͐͐ͥ͊̈́̀̕҉̴̣̖͚̣̪͎̹̪̦͙̪̪̫͓͈͕̗ ̷̷̫̞͔̯͚̳̙̻̹̙̗̜̠̠̣̂̆̂͑̋͌̾̍͊͑̽ͦ́̿̂̑ͪͯ̚̕e̎͋̇ͯ͒͒ͭͥ̿̃͂͒ͤ̏ͦͬ̾ͭ̅͏͟҉̶̦̼̭͉ņ̔́̏ͥ͗̾ͬͭ͘͡͠҉̱͖͈̖̻͍d̄̑̈́̆ͨ̃̇͌̊ͪ͊̔̊̽͒͏̤͈͈͍͉̲̠̝̱͍͓̪ȩ̧͙̫̖̻̘̀̀́̉̈͢͡d͛ͩ̃͛ͣ͆̀͏̸̸͚̬͖̹̪͕͍͍͓̱̘͍͈ͅ.̵̮̪̫̦̩͔̤͉̘͍̘̞͑ͤͫ́̿̍̄̈͊̿̈̕̕ͅ ̷̢͍̖͎̝̰ͭ̍͋̎ͧ́͝T̏ͫ̐́̓ͩ̐̽̆ͥ̃ͮͩ̃̽͋̐̚͠͏͙̺̦h̸̨̛̝̭͎̪̮̺̾ͨ̓͒ͦ́͆͊ͩ̈̓̍́͟e̡̡̛̯̗̖̥̫̯͔̰̔͗̽̍ͬ̾ͭ̚š̷̯̦̗̩̭͊͐̾ͣ̑͑̃̎̑͑̐͌͘͢͠e̵̴͍̝̗͓͍̳̞̘̮̞̹̍ͦͩ͊́̓̉̾ͯ̅̓̑́͗̿ͩ̓͘͢ ̴̵̴̣̪̟͈͍̪͓͎͓̓̏ͯͤ̉ͯ̓̎̿ͮͫ̽͠o̖̻̬̻͖̻͚̳͎͍̜̝̲͕̊̿̈́̿͗̏̄̇̉̄ͣ̅́ͧ͝ù̜͍͈̲̮̗̩͎̗̰͚͉̫̈̿́̈̋͒̇̊ͪ̚̕ͅṛ̙̼̆̏̽̓͒̐ͤͧ́́̚͜ ̸̵̒̏̑ͭ͆͋ͫ̓ͪ̈ͦ̅̚҉̻͔͈̻ḁ̧͉̟̲̩̮̙̩̬̯ͮ͗̓̏̓̾ͧͧ̆͋́̈́͆̀c̨̳̯̫͖͔̻̒̈̿̆͗ͬ̍̊̿̓͊͒̑͐̀̚͢t͌̍ͭ̈̍̐̃̒̅̃ͥͨ͂ͧ͜͏͍̦̙̳̗̕͡o̤̺͚̳͇͔̝̖̣̫͂̈͂̾̍̃͋͂̏̃̽̓ͬ̄̽̎͌̚͘͡ͅr̪̭̮̝͕̞̠͍̥̠͉̲͇͍͌ͫ̉̌̑ͥ̂̔̓̔̔̈̋̿ͮ͝sͭ̏ͯͭ̽̌ͣ̀͋͛̐̅ͧ̀ͧ͒̿҉̨̱̭̜̞͚̠̜̦̺̰̬̜̲͕̺̣̠͍͓͟,̅̾̆ͧ͛ͥ̑̔̓̌͏̮̘͙́͜

Ạ̴̶̜̞̪͎̣̹͍̘͍͙̓͑̏ͧ̉͘ͅs̛̮̝͕̺̲̦̖̤̺͇̺̜ͪͫ͋̉͛ͦͥͩ́̚͢ͅ ̈ͬ̆̐ͯ͌́̿ͪ͆̓̾̽̌͊͌҉̵͙̹͕͈̬̮͉̘̭̱̺͇͉̺͇̞͉̗̀̀͠Î̓͌̋̀͆ͤ̍̉̿̈ͨ̄ͯ̋̎̃͏̴͍͉͇̦͢͞͡ ̓̀̾ͩ̍̔̀̑ͩ̅̿̏ͪ̆̒҉͓̩͓͇͈̗̮̲̙̪̘͙̘͖͞f̨͑̂̽ͩ̌̈͢͜͏̼͕̦̲o̵͙͎̣̟̩̪͇̻͕͙̬̿̑̔̍ͥ̇͐̿̐͒̇̓͛̚͘͝r̷̡̎̍̏̆ͯ̍̂ͧ̓̊̓̔ͫ̏͆ͭ̀͜҉̘̗͕̘̜e̸̓͌̀̀ͤ͋̇҉͚͎̪̺̟̺͚̪̯̮̩̥̲̳̤̺͉ͅţ̸̷͆̒̑͒͐͛̾̓̂ͦ҉̲̥̭͙̞̤̯̤͡ǒ̧͓̟̠̲͎͕̀̓͐͊͆̒̾̄ͭ͘͠͡͞ͅl̸̴̡͍̤̫̹͙͍̞͎̪̻͗ͨ̄̇̈͞d̶͔̰̬̥͛ͪ̃ͨ̈́̌̓̉ͭ́̑̋͗̇̓̈͝ ̜̳̬͖͎̣͍͈̙̞̭̟͎̭͉̹̗̲̾̃͛̆̈ͨ̑̕ͅẏ̷̡̱̗̼̺͈̟͊ͧͧ́͑̔́̍̀ͥͫ̎̇̀ò̵ͧͣͩ̄̆͆̏͌ͫ͊ͮͧ͘҉̶̹̩̩ṳ̵̧̰̲̭̞͇̅ͣͯ̌̇ͣ̎̽̌ͧ͛̕͡,̴̢̡͍̠̥̱̱̲̟͖̠̦̥̗͆͊̂͐̅͗̈͒̓͂͋̃ͬͬ̊̆̒͛ ̛̞͔̜̹̝̽̇̈̇͐̂̎̓́͛͛̾̌͟ͅw̴̡͇͇̜̥̻̼̟̯̻͚̙̺̥̝͚͚̬̩ͯ͐ͥͭ̂͌͌͋̿̑͊̍̅̇̒̑̾͡͠ͅe͐̂̉̈ͮͤ̒̑ͯ̍͌ͪ̓̈́͛̌ͯ͐̈́҉͎͇͉̹͈̘͔͘͢͝r̷̢̹̤̲̺̤̾̌̔̽ͧ̆ͧͩ̍̽ͪ͌ͥ̓̓̀̚͟ë̛͚̘̻͖̪͈͙̪̩͎̗͓̼̻͉̘͇͛̎͗͒͘͝ͅ ̻̝͓̭͖͙͈̜̬̜̮̻̠̠̎͊ͤ̎͑͗̒ͤͯ̔ͮͪ͑̒ͪ̈́̊́̀̚͡ä̸̸̖̫̦̞̜̠̭͕̮̱͎͍͖͎͌̐ͬ̇l̨͎̤̹̜̹̲̻̮̣͎͖̀̔̾͊̍͑̄́l̸̝̗͚͇͖̗͉͉͓̻͈͙͓̍̊ͫ́̃ͪ̓͞ ̶̩̠͕̳͎̱́̊̂̈͒͑ͮ͟ş̷̩̗̱͓̠̦̦̞̻̠͈̩̼͇͈͎ͩ͆̉͐̀̑̽̈́̑ͣͮ̔̓͌̋ͫͫ̍p̷̸̡̪̘̫̗̭̥̖̝̈ͤ̃̀́̂̐̓ͪ̋̃̎̍͡ǐ̧̧̦̘̼̪̳̭ͣͨͩ̓ͭ͐ͧ͒͘͟͝r̸̶̢̥͎̫͚͍̼͈͈͕̥͕̞̹̺̲͇̭ͦͮ̇ͤͯͧ̈ͭͫ̾̑̾̊ͭ̓̀̚͠ͅi̵̪͕̩̳̎ͭ͑͊̔ͩ̃̔́̂ͣ́͟͟ͅţ̦̪̝̣̘̳̦͈̲̝͇̻̠͙͔͕̖̰̌̾͆́ͣ̿̿͂͒ͧ́s͉͍̠̪̮̞̣͙̘͇̪̜̙̲̙̥̫ͪ̀̓͂̑̔̋̿ͨ̈́̍ͤ̆̓́̀̕͢ͅͅ ̸̬̝̜̘̖̘̺̥̠̖̱͚͂̎ͥͩ̈͊̊ͪ͞a̙̖̰̰͔̱̣̳̙͓̼͈̥̟͔̣̯ͨ̈̾̇̔̔͑̿͂̈͂͑ͯ̋́͆͑̀͟ͅͅn̛̝̳̬̩̪̭̳͗͐ͨ̂͐̔̿̈̓́d̡̨͎͈̞͈̰̥̬̗̣̳̞̩̰͕̝̥̥ͮ͆̎̓ͤͦͩ̅͆̉̂̊̀̔̆͝͝ͅ ͂ͭ̾͆ͯ̅̋̈̍͑̍̊ͫͥ̔͋̈̅͏҉̴̠̙͉̖̟͍̻̗͇̺́

Ȃ̶̱͈̗̮̫̭̻̊̈́̂̊̏̒͋̍͗͛͗̍̚͢͝r̵̵̤͓̳̱̳̦̙̯̙̥̤̯̟͋̈ͭͨ̒͊͊̇ͧ̽ͥ́͜͟ě̢ͨͤͭ̑̓͂̽̐͌͆ͪͯ͐̅̿̚͏͙͈̰͙̭́͜ ̷̯̠̘̯̟̗͎̲̣̟̣͚̼͐̽̂̈́͆̅̏̽ͣ̔͌͂̃͊̈̌̚͟͟͜m̵̢̦̖̪̣͔̭̝̦̩̭͚̺͍͕͌͊̏͛̂̐̓̋ͅͅeͩ̇̎ͤ̈́҉̷̶̶̨̟͈̞͚̗̪̣̤̥͈l̡̬͈̳̺̱̼͎̊͊̏̅͒͌̓̏ͩͥ̈͆͆̋́̕͟t̴͙͍͓̪̝̜̹̟ͨ̈́̓͌ͣ͗ͥ̐̏̆̀͋̆̃ͥͧ̀́ĕͮͮ͊ͨ̍͆ͩ̀̃̚͏̢͔̰̰͓̳̝͕̘̹̭̻̥͜͜͡d͗̾͊ͮ̚͡͞҉̯͍̱̺̪̞̝͔̖͔̫̫ ̢͚̦̳̳̭̩͕̼̤̝̙̻͙̓̄ͯ̈ͨ̕i̡͎͕̤͇͍̞̬͊͋͊̓n̛̟̮̰͖̪̯̠̺̤̭̥̞͓͈̟̳̭̊̿͒̂̉ͩ́͛̀ͮ̿̊̅́ͥ͂̋͠t͕̩͇͙̳̎̓̓̉ͧ̏͑̓͆́ͥ̀̃͑̀̚͟͞ò̏̓͌͏̶̼͉̣̼͉̥̮͔̹̯̳̘̯̭̯̹̺̠ ̓̑̌̆͊̅̈ͪͪ́͌̍ͨ̊̄ͫ̚҉̸̠̜̞͇̩̼̝̮͖̦͇̼̹̦̞̪͇̦͉aͪ̐ͤͬ̒ͨ̾͊̾̂̐̐̅͐͆̚̚͢͏͖͇͈̹̤̹͈̪̻͚͈̻͘͝i̸̡̯͉̱͉̮͙̲̗͚̱̭͓̤̭̜ͧ̌͂̓̐̑ͬͬ̋͆̽͡ͅr̨̛̤͚̺̙͚͙̬͍͇̦̰͔̳͇͉͆̋ͮ̊ͬͤͨ̕͝͡,̺͈̙̹̤̠̭̟̣͍̪̙͉̦͉̃̓ͤ̈̿̔͌͢͝͝ͅ ͩ͆ͬ̏̈̋̿ͯͫ͏̡̪̩̻̮̲̩̳̰͉͉̯̯̜͔͝ͅī̷̜͎̹͎̞̟̣͐͐͒ͦ̎ͭ̎̏͆͆ͫ͋͡n̡̢̧ͩ͛ͪ̓͛ͫ͊̒͊̽͏̖̠̱̼͍͖̙̠̯̞ͅṭ̛̻͈̬͎̤̻̝ͣ͐͌̓͋͂̿̾̄͌̈͐̍͗̅ͪ̀͟ͅoͦ͂̈́̋͋̽҉̝̲͉͕̥͓̝͔̹̼̜̜̺̰ ̢̎̍ͧͭ̃̈́̉̇̉ͣ҉͈̼͍̘͈̺̺ͅt̴̨̛̹͚̼̣̞̠̯̩̝̞̞͖̦͋͛̋͂͆̃̋̏ͫ̿͑͆͢͡h̡̛͕͉̝̥̳̊ͦͦ̆́̕͢ĩ̶̸͍͈̟͖̙̖ͨ͐ͣͪ͜n̿͒̈́̈̾̌̅̏͏̞̯̘̠͈̳͈͓̖͙̞̼̕ ̪̳̩͖̓͊̐̎͛͊̎̀́͟͠ä̢ͩͩ̒̓̔ͮ̉͑͗̈́̇͌̆́҉̛̞͖̦͓̹͉͉̹̘̦͔͍̤̮͕̫͚̳̪̕͠ȋ̩̰̩̹͍̪͚͉̗̒ͮ͝r̵̢̉̍͌̅͗ͦ̍̂ͣ͑͑ͬͧ̑̊͒̀͞҉̠̰̘͙̟͈͕̼͇̲̬̫ͅͅ:̴̸̺̜̙̬̝͙̖͖͔̖̰̜͙̩̰̑͐́ͬ̇̔̄ͩͫ̌͢͜ ̴̷̀̂̋͌͋͗̾̊͜҉͚̩̪̣

J̶̛̹̭̟̳͉̫̻̳̹ͤ͛ͯ̉̉ͪ͌̚ŭ̡̼̥͈͈̣̲̺̟̫̠̥̠͚̹̟̼̥̦ͨ̀̽͊̂͂̊ͬ̏̈̊͌̿ͧ̚̕͡ş̵̟̻̯͕̗̜ͧ͋͆̃͠t̞̘̠͕̣͓͙̞̗̲̟̯̲̙͐̈́̅͛̚̕͢͠ ̶̸̜̝̝̰͉̺͇̱͍͙̳̦̖̟͔̞̓ͫ͆̓̽̀̅͊̓̚͢M̶̨͔͍̯͉̪͉͕͔̠̩̣̞̩̘͈͍̼͓͙ͫ̌̍̽ͣ͋͒͗ͨo̡͎͔͓̱̙̱ͮ͌̂̇͑͛ͭ̄ͯͥͪ̐̆͒̚͘͞n̍ͩ̔̏ͨͨ̓͗͋͆̈̾̍̀҉̦͕̲̪̻͈̲̰̰͔̥̼͎̗͇̫͕͢͝͡ï̷̴͑͐̋͊̆ͦͫ́͏҉̨͔̗̺͙͙̝̦͚͉̬̻͖̟̳͇̞͍̩͙k̴ͦ̐͆̊ͮ̀̃͛̍̓͆ͣ͗͜͏̶͕̣̺̠̥͕̲̞̟̜̣͍͙͖̘̪̀ą̸̗̟̙͖̥͓̫͉̯͛ͨ̔̒͘ ̲̞͍͎̣̓̉͗̐̈͗ͬ̚̕͘͟͠j̷͚͓̬͍̩͍͔͓̥͖̺ͫ͆̌ͬ͒̄̋̈̂̅̀ͧ̇̿͑̏̚̚͠ͅu̧̡̼̹͙̩͙̼̹̓̅̓̿̿ͧ̀̚͞s̶̡ͯͥ̆͗̑͞͡͏̳̯͎̺̟͎͓̣̪͓ͅṱ̵͕͎̗̒̾ͪͣ̓ͬͪ͗̆ͭ͐͢ ̶̵͔̲̪͓͗̂̑̌̅̈ͮ̾̽͒ͤ̆̓ͧ͑͆̑͢͡m̶̶̨̺͎̝͔̄ͩ̆̂̈́͌̅̆͗̊̌ͥͨ͐͟͝o̱̳͓̞̖̫͉͇̤̟̯̣̙͙̟͙̗͑̅ͧ̈́ͦ̅̀̚ͅņ̶̜̘̹̮̤̲̺͓̲͉̦̫̯̫͇͔̗ͫ̉̋͒̔̿ͧ̔̑̉͢i̶͎̱͍̪̪͓̺̤̣̰̬̪̙̦͓͔͖͗̇̀ͥ̈̔́̀ķ͖͕̪̜͍̗̺͖̈̊͌ͨͫ͌͗ͤ̾̉a̤̪̭̯͉͇͈͖ͣ̾ͪͧ̾̑͊̒̓̔͋̑͆̀͟͡ ̢͍̲͚̫̭̘̆̃̌ͦͧ̀ͨ̇͌ͮͬ̊̽ͤͯ̓̅̎͘j̨ͫ͑ͭ̐̋͗ͩ̈ͣ́̂̿̄҉͉̥̳̙̻̻̻̣̹͍̮̦͕̭̫̞̳͖͎ư̭͉̦̹͚̹̥̇͑̓̽ͦ̀͝ͅs̛͇̩̳̜̱̤̞͖̖͖͖̜͒͂̌͂͛ͥ̓̍͗ͮ̀͟͞t̡̞͚̩̖̭ͤͫͤ͆̂ͥ̎ͥ̉̌ͣ͊̔̚͢͡ ̸̭͉̭̫̮̜̻̜̹̗̲̓ͫ̃̇͆ͭ̌ͦͮ̚͘m̷̵̹̞͍̺͇̼͙͖̲̺̜͉̦̖̳̳̣͛̈́̓͆ͬ͛ͩ͆ͅo͐̌̇ͭ͑ͭͭͫ̆ͯͫͯ̓̄̑̏̌́͏̰̜̠̞̯̣̟̱̥͇̲̟͇͘͝͞ņ̷̤̺͍͓̮̤͇̝͐͆ͭ̉͐ͥ̀̋̎̉̈́i͖͓̞̩͂̈́ͤ̈́ͥͥ̀k̢͈̦̤̱̩̭̹̠̫̟͒͗͒ͮ̓̒ͮ͐̈̌̈́͊͜͞ͅa̶̮̮̫͔̭̼͚̱̓͑̍ͪͣ͋ͥ̇͋ͧ͊

J̶̷̧͇̠̟͉̭̬̩͔͚͎̝̺̜̗̤̫͆͂̃ͦ̋͋̉͛̐̂ͣ̍̐̇e̡͊ͫ̒ͪ́̚͠͏̴̥̳͍̺̟͕̼̰̭̼͇̜̬̞̦̫ ̷̡̨̞̖̪̙̱̯̫̦̦̻̗͖̬͙̙̀͊̒ͪ̃́ͅv̴ͥ̔ͬ̽ͭ͌ͫ̅̂̈́̈ͪ̈ͫ̐͋̏́͏͖̜̩͓͎͡ơ̷͚̞̰͓͖͍̺̱̳̘̙̺̪͉̻̹͆͋ͣͤ͂ͦ̉ͪ̎͊̿ͣͮ̀́͢ͅuͧ̂̊̆̇̏̌̇͏̵̡̨̙̯̳̱̦̯̰͈̭̬̥̖̠͎̩ş͉̰̫͈̹̥̭̦͎̬̯̣̮̝̒̑ͤͯͯͭͫ͜͞ ̴̢̡̰̬͇̖̳̭͖̦͎̤̥̤̫ͯ̎̓̍̽̀̑͌͆̄́͝ͅh̷͈̰̝̤̭̞̺̜͖̓́̌͑̌̍̓͂̑͑̎̇͆ͥ̋͐̀́̚̚͡͠aͤ̽͗̃͜҉̥͍̹͇i̶̵̷̧͎͈̲͈̲̝͎̦̭͋͒̈́ͥ̃̽̑͊̐ͦ͌ͨͥs̷̢̹̟̖͈͓̺͕̯͍͓̣̗̱̟̄̇̆̌͛̾͑̎̒͐ͣ̐̅̉̓͗͐̈ͤ̀͡ͅ ̸̻̼̰͎͕̬̹̟ͥ̀̏͂͊̅̾ͦͪ͢͝͞t̶̤̻͔̖̜̰̰̘̯̳̹̳͓̱͍͎͉̥ͯͭ̿͐̓̃ͥ̒̾̔̇̋̀͗̈́̃̚͟͞͞ǫ̸̨̃͐ͮ͊̒ͭ̈́͒̔̂̒ͩͬ͛ͣ͆̍̓͏͉̯̱͖̻͙̫̳̳̥͉̪̪ͅȕ̃̒̉̋ͣͩ̄̽ͬͯ͐̚̚͡҉̢̝͚̲͉͈̰̪̞̹̩̫̖̼̠̩͉̱̼͚͘s̸͍̪̯̝͇̼̫̺͓̦̗̰͎̲̾̋ͩ̅͑ͣ̇̾͗͜͠,́̐ͫͩ̿̓̀͆̾͗̓̀ͣ҉҉̷̲̲̺͎̘͔̪͇̻̯̠͓ͅ ̷̓̐͊̾̅ͣ̿̾ͦ͂̀̐̚͏͔̜͙͈̩̼ͅṱ̴̫̺͔ͤ̉̈́͑̌̈́̀̚͟o̴̢̟̬̪͖̞̰͙͖̔ͩ͌̃͐͂̃̈͟u̸̽ͬ̎̑ͦ͂҉̲̯̖̰̦̳̫͕͇̦͇̞̳̱͙ş̻̗͍̻̙̼̫̼̫̲͖͍̝̺ͣ̈́͒̊̽͞ ̶̛̺̖̟̏ͭ͗̿̾ͤ͂͊̌͛̉̚͡a̡͙͉̝̻̮̬͇͕̓͌ͦ͂͗ͣ̈́͛ͪ̚͢u͂̐̄͐́̈͏̛̞͖̗̱̬͇͎̼͓̭̲̘͙̪͈͓̟̬̀͜͞ţ̶̸̶͍̗̘̤̙̳̜̞͕͚̭̮̻ͦ͒͒ͪͮͮͭ̍͒ͪͨ̍̒̎͊̄͟á̇ͧ͂ͧ̓̒ͣ͌̐͆̍̆ͫ̊̉̕҉͎̗̩̳͇͎͈͓͖͓̹̤̻̞̪̠͠ǹ͆̇ͮͮ̏ͩ͊҉̵̺̯̳͙̙͎̲͍̘̮̝͈̥̝̜͙̱͞͠͠t̳͍̻͔̜͚̝̳͔͕̍͒̌̓̇́̐͟͞ ̛̹̻̤͔̤̩͔̪̘̆͊̌̔͌́̽͆͆̀̌ͭ̈ͪͬͩͮ̎̀͢q̴͕̳̪̙̖͓̦̺̪̺̝̭̳͕̈́͋̈̾ͮͫͥͥͣ͛͌͌̑̏͆͊̕͞͠ŭ̶̸̷̸̗̪̱̣̠͙̏̎̽ͨ͠ē̷̦̦͇̘̻̫ͦ̈ͤ̄͂̕̕ ̶̡̢̨͚͎̪̦̭͎̱̀̍̂̆ͭ͊ͮͮ̾̏͑̀ͣ̏̚v̌ͥ̃̓͗̓ͣ̆̄̋͏̴̡̭̦̭̖̺̰̻̲͕̖̜̙͕͡o͌̿̈̉ͧͨ͊͒̓ͭ͂͐̐̋̚̚͠͏͠҉̵͍̖͍̳̤͓ṷ͚̣̳̟̫̮̬͈́ͬ̋̈͋ͫ̃̇̆̂̀͘͡͞ş͉̳͖̦͚̦̞̮̝͍̘̹͒ͯ̌ͯͨ͌̑ͭ̉͛̏̄̓͗͟͠ ̵̭͖̫̩̺̥̻͕͕̪̻͓̳͖̳̦̙́̂́ͬͯ̆ͪ̆ͫ̊͊͛̐̏̈̓̚̕͜͢͜ę̵͎̺̦̞̫̻̭̙̂̓́̃̈̈͛ͥ͂̆̍ͬ̄̉ͬ͒ͩ̔ͧ͜t̮̼̦͖̐ͭ͒̇̈̌̒ͦ̓̐͛̈͐ͪ̿͡e̴̥̥̞͔͔͎̹̪͈͉̣̠̬͍͈ͥͪ̅̔ͧͮ̇͊̀ͮ̈ͫ͐̋̍͘ͅsͣ̆̂ͥͫ̇́ͭͭ̎͏͎̤̣͎͔͙̲̬̗ͅ
Contenu sponsorisé

 I҉̵̨̛ ̶͢͡͠H́A̶̕҉T͘͏È̸̷͡ ̷͠Ý̨O͘҉̧͡Ú̡́͜͢ [18+] Empty
MessageSujet: Re: I҉̵̨̛ ̶͢͡͠H́A̶̕҉T͘͏È̸̷͡ ̷͠Ý̨O͘҉̧͡Ú̡́͜͢ [18+]    I҉̵̨̛ ̶͢͡͠H́A̶̕҉T͘͏È̸̷͡ ̷͠Ý̨O͘҉̧͡Ú̡́͜͢ [18+] Clock
 
I҉̵̨̛ ̶͢͡͠H́A̶̕҉T͘͏È̸̷͡ ̷͠Ý̨O͘҉̧͡Ú̡́͜͢ [18+]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
RPGDBZ :: RPG :: Dösatz :: Métropole-