Partagez
 

 [Solo] Chasse aux Cerfs

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Eleonora de Lily
Eleonora de Lily
Féminin Age : 18
Date d'inscription : 05/05/2018
Nombre de messages : 48
Bon ou mauvais ? : Loyal Bon
Zénies : 980

Techniques
Techniques illimitées : Nidhogg, Mulagir, Yewfelle
Techniques 3/combat : Gratia, Cupid
Techniques 1/combat : Nobilis

[Solo] Chasse aux Cerfs Empty
MessageSujet: [Solo] Chasse aux Cerfs   [Solo] Chasse aux Cerfs ClockDim 13 Mai 2018 - 16:11
[Solo] Chasse aux Cerfs Foryt_10


Urgh... Bon sang, qu'est-ce que je fais là... *

Tout le monde aime les forêts. Enfin. Beaucoup de monde. C'est un lieu de communion avec la nature, où l'air est agréable. Mais aussi un lieu particulièrement dangereux. Non pas que ce genre de constats ne valent que pour les forêts. La même logique trouverai facilement à s'appliquer à un environnement montagneux ou à un littoral. Mais les forêts... Elles ont quelque chose de spécial. Sans doute car c'est avec les plaines l'un des premiers environnements que l'Homme à cherché à s'approprier. On oublie facilement la dangerosité d'une forêt quand on s'est habitué à l'orée de bois aménagés ou gérés par l'Homme, et pourtant, elles gardent un aspect mystérieux enchanteur. Toutefois, tomber malencontreusement dans une crevasse formée naturellement, ou un trou creusé par quelconque animal sauvage dans un endroit comme celui-ci, serait synonyme de mort quasi-certaine. Le moindre secours mettrait des jours à arriver, si ce n'est des semaines. Les malheureuses âmes sans attaches, sans famille, sans amis, pourraient ne jamais être cherchées, ne jamais être trouvées, ne jamais être identifiées. On comprends facilement comment un tel environnement pourrait mettre mal à l'aise une jeune fille des villes, habituée à bien des luxes. Au point de lui faire douter elle-même des raisons qui pourraient l'avoir poussée à prendre pareil chemin. Une forêt est d'ordinaire un bien bel endroit. Environnement, végétaux et animaux y coexistent dans un cycle long et répété. Un écosystème qui s'épanouit et se renferme, se développe et se rétracte, dans une permanente révolution. Quand une espèce vient à croître plus que de ne raison, ses moyens de subsister s'amenuisent. Une espèce qui ne peut plus se nourrir disparaît. Une espèce qui ne sert plus de nourriture réapparaît. Et bis repetita. Cet équilibre parfait et permanent créé par la nature, au gré de ses caprices, a presque quelque chose de poétique. Tout n'est rien, mais ce rien forme un tout. Les espèces se craignent les unes les autres et ne travaillent jamais de concorde, et pourtant survivent ensemble. Alors, très logiquement, une rupture de ce cycle a quelque chose de formidablement effroyable, à même de vous glacer le sang.

Un brame, des nasillements et des grognements résonnèrent, au rythme d'un tapement irrégulier qui se rapprochait de plus en plus. Leur source fut rapidement identifiée alors qu'apparurent du fond des bois, derrière les arbres, des dizaines d'animaux sauvages. Ils se déplaçaient en troupe, rangés espèces par espèces, comme des enfants rangés par pairs lors d'une sortie scolaire. Avec beaucoup moins d'agitation que ces derniers, d'ailleurs. Eleonora restait calme en apparence, mais intérieurement, elle fut comme aspirée devant ce spectacle alors que les animaux la contournaient pour continuer leur route. Ils ne tardèrent pas à arrêter leur traversée peu loin de là où elle se trouvait, près d'un petit cours d'eau. Avant même de se retourner pour observer la fin de leur course, les jambes d'Eleonora se relâchèrent la faisant s'effondrer au sol. 

« Non ... Là c'est stop ... J'ai pas envie d'être là, je veux rentrer chez moi !, s’écriât-elle aussi silencieusement que possible. »
« Cet endroit suffira. Pas la peine d'aller plus loin. Cela ne servirait qu'à se mettre en danger inutilement, lui répondit l'arc qu'elle portait à l'épaule depuis quelques heures déjà. »
« Oh vraiment?! En danger ?! Parce que là tout va bien ?! »

Quelques animaux sauvages n'étaient même pas un souci si l'on savait restreindre toute animosité à leur égard. D'autant plus que ceux-ci avaient l'air particulièrement calmes. Ce qui était à craindre, c'est ce que eux fuyaient. Il était évident que la paire d'âmes n'était pas les seuls êtres dotés de raison présents en ces lieux. En revanche, ils étaient très certainement à compter parmi les plus faibles. Il n'était pas question de s'aventurer plus loin dans la forêt. Mais si autant d'animaux avaient pris repos ici, c'est certainement que leur instinct de survie les avaient menés jusque là. Une sagesse que s'était bien abstenue de partager l'âme enfermée dans l'arc d'Eleonora. 

« Tout va bien, très chère, relaxez-vous. Profitez de l'air frais et de l'odeur des feuilles humides. C'est très reposant. Nous sommes en sécurité, faites-moi confiance. Et vous êtes ici pour que je puisse vous dispenser de mes savoirs dans un cadre optimal. »
« Hmm. Soit, passons. Cela fait déjà plusieurs fois que tu me dit que je dois apprendre à te faire confiance, c'est ce que je vais accepter de faire pour cette fois. »

Après un bref coup d’œil autour d'elle, la jeune fille fut forcée de reconnaître qu'elle ne risquait pour le moment rien, ce qui l'avais poussée à s'indigner cette fois-ci. Avec une certaine élégance, Eleonora se releva et corrigea sa robe. Elle frappa en douceur mais fermeté ses vêtements, d'abord au niveau des épaules, puis de son estomac, et enfin de ses cuisses ; afin de retirer la poussière qui avait été soulevée par le mouvement de tous ces animaux et avait adhéré à sa tenue. Alors qu'elle saisit l'arc sur son épaule, celui-ci lui répondit. 

« Sages paroles pour une toute aussi sage décision. Vous savez tirer à l'arc, non? Essayez sur ce cerf. »
« Eh, non ! On vient de dire qu'on se faisait "confiance". On peut pas se faire confiance et en même temps s'ordonner de tuer des animaux ! »
« Quelle importance ? rétorqua-t-il. Vous en étiez terrifiée il y a quelques secondes. Nous sommes ici pour s'assurer de quoi nous sommes capables, et il s'agit d'une cible idéale. »
« Il en est tout simplement hors de question ! Je ne tue pas un être vivant ! Pas un animal, ni un humain, ni même un extra-terrestre.  Déjà c'est pas du tout sympa. Et puis, j'ai une image publique à maintenir. Et puiiis j'ai pas envie de tuer, c'est tout, j'ai raison, tu as tort. Et puiiiiiis j'ai pas eu peur. J'ai seulement été un peu surprise à la vue d'autant d'animaux sauvages. Cela ne se reproduira pas, assura-t-elle avec un grand sourire débordant de confiance en soi que l'on aurait pu croire véritable. »

Surprise, l'âme l'était elle aussi. Il ne s'attendait pas à ce que sa maîtresse ne lui résiste. D'autant moins avec autant de ténacité irrationnelle, et aussi souvent qu'elle ne l'avait déjà fait en si peu de temps depuis leur rencontre. Il resta tacite quelques instants, avant de finalement reprendre.

« On se contentera d'une cible fixe, alors. De toute les manières, un cerf n'aurait pas fait l'ombre d'une cible digne de notre talent. Une peau trop fragile, elle n'a aucune chance de résister à notre puissance. Elle ne serait même plus utilisable pour tanner le cuir.  Prenez acte de votre cible. Cette énorme roche. Cachée derrière les arbres, directement en face de vous. Soyez concentrée. »

Eleonora pris les conseils de l'arc très au sérieux. Même s'il avait clairement quelques problèmes de comportement qui ne lui plaisaient guère, et que philosophies respectives étaient souvent dissonantes, il avait pour elle l'air de savoir de quoi il parlait. Ils étaient venus ici pour s'entraîner, ou tout du moins, tenter de découvrir les aptitudes qui leurs étaient accordées par le contrat qui les liaient. Après avoir cherché des yeux où se trouvait la fameuse roche, elle les referma pour se concentrer, en essayant d'oublier toutes les distractions qui virevoltaient autour. C'était effectivement une énorme roche, pesant très certainement une centaine de tonnes. Elle pris une première respiration profonde, qu'elle expira par la bouche, puis une seconde. Les cris d'oiseaux, ou les petits mouvements d'eaux a proximité ne se firent plus entendre. Eleonora ouvra doucement les yeux, et banda son arc. 

« Imagine le mouvement d'un aigle. Majestueux et rapide. Sa frappe est brutale et pourtant, tellement agile. »

A peine ces paroles prononcées, une flèche se matérialisa entre ses doigts et la corde sur laquelle elle tirait. Sans même qu'elle ne s'en rende compte, sa tenue se transformait comme par magie, et devenait semblable à une armure de plates. Des ronces poussèrent de l'arc, s'étendant progressivement à ses bras, puis à son corps, prenant la forme de vignes qui recouvraient une partie de son buste et de ses jambes. Debout immobile, au milieu de cette forêt, Eleonora semblait d'un seul coup n'avoir toujours été qu'une partie intégrante du décor. Elle relâcha la pression de ses doigts. En une fraction de seconde, la flèche fusa en avant, éventrant un arbre, puis deux autres, avant de terminer sa course en se plantant sec dans le rocher. Elle fut elle-même surprise de la puissance de son tir, qui dépassait très largement les capacités de tir d'un arc normal manié par un simple humain. Elle pris une seconde pour à nouveau reprendre ses esprits et son souffle, avant de bander à nouveau son arc sans flèche. Une fois de plus, une flèche à poinçon apparut maintenue entre la corde et les doigts de l'archère, qui fit quelques pas latéraux vers la droite avant de tirer à nouveau sur un second arbre en face d'elle. A nouveau, la flèche éventra le premier arbre, avant d'en traverser un second et enfin de s'écraser sur la roche, à quelques centimètres de la précédente. Le déséquilibre créé par le trou béant dans ces arbres ne manqua pas de rapidement les faire s'effondrer.

* Incroyable... Il faut que j'essaye d'aller plus vite ! *

Eleonora accéléra la cadence, en essayant de tirer ses flèches de plus en plus rapidement, tout en tournant autour de l'énorme rocher de plusieurs tonnes partiellement caché par les dizaines d'arbres qui l'entourait. Si elle touchait effectivement la cible la plupart du temps, tantôt ses doigts glissaient avant même qu'elle n'ait l'occasion de tirer, tantôt sa flèche manquait sa cible, parfois de plusieurs dizaines de mètres. Plus elle tirait vite, plus la précision se révélait quelconque. Elle tirait encore et encore, détruisant tout ce qui trouvait sur le passage de ses flèches, tout du moins celles qui ne manquaient pas. Plus elle courrait frénétiquement, et plus ses tirs manquaient. Et plus elle tirait vite, plus ses jambes accéléraient, courant frénétiquement en rond autour du rocher, et prenant progressivement une distance toujours plus grande.

« Stop ! »

Sur ces mots, Eleonora tenta de s'arrêter aussi rapidement que possible, glissa et manqua de s'écraser sur un tronc. Le cerf qu'elle avait décidé d'épargner quelques minutes avant, visiblement nullement apeuré, s'approcha de la jeune fille essoufflée, lui lécha le visage puis commença à grignoter les vignes qu'abordait sa tenue. Elle se rendait alors enfin compte de la transformation dont elle avait été victime.


« Puf... puf... *haletant* Eh non... qu'est-ce que tu fais ?! C'est dégouttant!... Et puis ça... ça coûte cher, arrête... Eh qu'est-ce que c'est que cette tenue !? C'est classe... mais c'est bizarre... »
« Rien qu'un présent, très chère. Pour ainsi dire, le symbole de notre amitié ! En espérant qu'elle soit longue et prospère. Bravo pour cette démonstration, congratula-t-il sur un ton sincère. Vous êtes plutôt rapide, et vous savez tirer, c'est un fait. Mais vous avez encore beaucoup à apprendre. Vous devrez améliorer la précision de vos flèches lorsque vous tirez rapidement ou en mouvement. Ne vous attendez pas à ce qu'un adversaire vous laisse le temps de paisiblement préparer vos tirs sans broncher, ni à ce qu'il attende patiemment de se faire toucher. »
«  Mer... ci ? Je suppose ? Je sais plus trop. Et j'ai mal aux épaules. »
« Ne me remerciez pas, nous avons encore à faire, et nous ne devons pas rester trop longtemps si l'on veut éviter de tomber sur... un "poisson". Il est une dernière chose essentielle que vous devez apprendre à contrôler. Il existe des armes de légendes dans mon monde. Je serai bien incapable de les manier malgré toute ma superbe. Mais je sais bien ce dont elles sont capables, et je saurais reproduire leurs aptitudes. Pour cela j'ai besoin de votre puissance. »
« Ah ! Je savais bien que je suis indispensable ! s'écria Eleonora tout en caressant le cerf occupé à manger son armure. Je suppose que si tu parles d'une arme "légendaire", c'est qu'elle fait un peu plus que tirer des flèches qui font bobo, je me trompes ? Donc... Je dois crier super fort un nom super embarrassant, comme le fait Hercule, ou les magiciennes dans les sériés télévisées ? C'est ça ? Et paf ! Je tire des flèches du feu de dieu qui déclenchent l'apocalypse sur terre ! »
« Oh oh... Comme c'est amusant. Si c'est que ce qui vous plaît, bien sûr. Vous êtes déjà habituée à jouer le bouffon du roi. Mais rien ne vous obliges à crier son nom. Contentez-vous de synchroniser votre pensée à la mienne. Imaginez ce dont vous avez le plus besoin à cet instant précis, et je m'adapterai. »

Sans attendre, Eleonora ressaisit l'Arc Animé et se releva. Elle abordait un air confiant qui lui donnait l'aura d'une super-héroïne, alors qu'elle repoussait l'animal qui était venu se frotter à elle. Une dernière fois, elle repris sa concentration et se préparait à tirer. 

Je veux... quelque chose de super puissant ! *


YEWFELLE
En l'espace d'une seconde, l'arc changea sa forme. D'un simple arc long en bois, il devint métallique, entaillé de rainures. La flèche qui se matérialisa était très différentes de celles qu'elle avait utilisées jusqu'à maintenant, beaucoup plus fine avec une pointe qui semblait avoir été taillée excessivement fine. Alors qu'elle relâcha la corde, il y eu un appel d'air, et puis, l'explosion d'une onde de choc. La flèche fut propulsée avec une puissance telle qu'à peine tirée, elle s'écrasait quasiment instantanément sur sa cible une centaine de mètres plus loin. Les flèches précédentes, déjà relativement puissantes, avaient déjà commencé à la faire se fissurer la roche. Mais cette dernière flèche bien plus puissante fut le coup fatal, éclatant avec aisance la roche en mille morceaux malgré sa tête ridiculement petite.

« Je... Wow . Qui aurait crû qu'une aussi petite flèche, avec un arc comme celui-ci, aurait une telle puissance. Je suppose que c'est ça la force d'un arc légendaire ! Enfin non, non, pardon. Je voulais dire, bien sûr que c'est moi qui ai fait ça, ah ah ah !  Dépêchons-nous de nous en allez, je t'en supplie. Je suis fatiguée, et j'ai l'impression d'avoir fait quelque chose de très mal. »

Eleonora chercha a ignorer ce qu'elle venait de voir en le faisant passer à la rigolade. A son arrivée, la zone était plutôt paisible. Mais le fait est que des débris de bois et de roche jonchaient désormais le sol tout autour de la zone. On était bien loin de ce qui s'était manifesté comme un petit coin de sécurité au bord d'un point d'eau même pas une heure auparavant. A sa façon, elle avait sûrement joué à détruire une partie de la paix de cet endroit, et s'en voulait terriblement. Étrangement pourtant, les animaux sauvages n'avaient pas l'air dérangés le moins du monde, et étaient restés dans les environs tout du long. 

* C'est à se demander ce qu'il y a au plus profond de ces bois... *

Sans attendre la moindre réponse ou contestation, elle se dépêcha d'approcher du minuscule ruisseau d'eau douce pour en boire une lichette, avant de s'enfuir à petite foulée. Alors qu'elle disparaissait par le sentier qu'elle avait pris à l’allée, elle retrouvait sa forme naturelle et sa chatoyante chevelure blonde. La route serait longue d'encore quelques heures avant de rentrer chez soi.
 
[Solo] Chasse aux Cerfs
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Chasse aux corbeaux [pv : Tyzy]
» La chasse est ouverte... YATA!!!!!! [PV Sybille]
» Une petite partie de chasse... [PV: Nuage de Tulipe]
» Chasse a l'écrevisse géantes
» La liberté ne meurt jamais [RP solo]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
RPGDBZ :: RPG :: Terre :: La forêt-