Partagez
 

 [En Cours] Peut-on refenestrer un Namek défenestré ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Eleonora de Lily
Eleonora de Lily
Féminin Age : 19
Date d'inscription : 05/05/2018
Nombre de messages : 48
Bon ou mauvais ? : Loyal Bon
Zénies : 980

Techniques
Techniques illimitées : Nidhogg, Mulagir, Yewfelle
Techniques 3/combat : Gratia, Cupid
Techniques 1/combat : Nobilis

[En Cours] Peut-on refenestrer un Namek défenestré ? Empty
MessageSujet: [En Cours] Peut-on refenestrer un Namek défenestré ?   [En Cours] Peut-on refenestrer un Namek défenestré ? ClockMer 30 Mai 2018 - 15:28
[En Cours] Peut-on refenestrer un Namek défenestré ? Titre10




Préface - Avant-propos:


Par ce court écrit (qui ne devrait pas dépasser au grand maximum une dizaine de posts), je vous propose de participer à un Roman-Jeu comme ont pu en écrire à partir de la fin du XIXème siècle certains grands maîtres tels que A.C. Doyle ou E.A. Poe, voire pour le plus ésotérique et dans un autre registre, H.P. Lovecraft. Il s’agira ici de vous décrire un mystère et son étude. Au fur et à mesure de l’aventure, je ferais de mon mieux pour donner à manger à votre réflexion par des indices parsemés çà-et-là. Il est tout à fait envisageable cependant de ne prendre cette histoire que pour ce qu’elle est: une histoire à laquelle vous n’appartenez pas, et donc, se contenter d’être lecteur jusqu’à l’arrivée du chapitre final. J’espère néanmoins que les plus curieux d’entre vous lecteurs sauront se montrer acteurs du récit, aussi bien en repérant les diverses références qu'en essayant de dévoiler les mystères avant la fin ! L’originalité ici étant que l’intégralité de l’histoire se déroulera dans l’univers de Dragon Ball, elle fera écho à une logique issue de Dragon Ball. J'espère que je parviendrais à faire en sorte que le mystère sorte ne serait-ce qu’un petit peu des bornes des classiques du genre, tout en visitant différents styles d'écriture. Il s’agira ici d’une histoire en dehors de toute temporalité comme il est je crois coutume sur RPGDBZ (une excuse pour ne pas s'embêter, vous l'aurez compris Razz). En vous souhaitant une bonne lecture, et en espérant que vous apprécierez aussi bien mon mystère que ma relecture de certains des personnages présents !
Eleonora de Lily


-----------------------------------------


INTRODUCTION - Voyage au bout de Namek

Ma première visite de Namek fut pour le moins inspirante. Il faut dire que l'ambiance générale de la planète est très particulière. Très verte. Assez paisible. La folie permanente, bruyante voire assourdissante de la Terre est une source illimitée de stress, comparé à ce lieu. A peine le moteur du vaisseau dans lequel j’étais arrivé était coupé, le moindre bruit qui retentissait aux alentours se faisait écho à des centaines de mètres à la ronde, si bien que le moindre coassement de grenouille donnait l’impression que l’animal était juste à côté de son oreille. Incroyable que ce lieu ait été l’endroit d’une bataille aussi féroce que celle qu’a pu me conter mon père par le passé. “Les secrets doivent probablement très mal se garder ici…” pointait-je dans un ton ironique.
Nous avions été envoyés ici par notre maître… Oh, pardon. “Nous”, disais-je. Je n’étais pas seul. Mon ami Goten et moi-même, Trunks, avions été envoyés ici par ce bon vieux Tortue Géniale. Je ne saurais trop vous expliquer comment ni pourquoi, mais il semblerait qu’il ait été en contact avec un groupe d’autochtones depuis quelques années déjà. Il les appelait ses “amis”. Si compte est que l’on puisse caractériser comme “amis” des personnes que l’on ne voit jamais, et avec qui l’on ne discute qu’à très longue distance par moyens interposés. Mais inutile de revenir sur ce débat, Goten a suffisamment montré sa désapprobation de mon analyse tout du long du trajet de plusieurs semaines… Toujours est-il que notre cher Tortue Géniale communiquait à distance avec quelques Nameks par colis. Quelques entreprises s’étaient lancées dans le transport de marchandises interplanétaires dans les années récentes, ce qui facilitait très largement ces échanges. La plus célèbre, Étoile Express, avait rapidement acquis une réputation aussi bonne que mauvaise selon la personne à qui vous posiez la question. Sans rentrer plus dans le détail, elle a subitement fermé par manque de main d’oeuvre car personne n'était prêt à faire des trajets de plusieurs mois sans rentrer chez soi. Tortue Géniale se retrouvait donc sans transporteur pour sa cargaison et son message les plus récents. Bon débarras. Mais en bon disciples que nous sommes, c’est nous qui devenions ses convoyeurs. Il nous avait envoyé avec un nonchalance effarante, comme si tout ça faisait partie d'un entraînement. En réalité nous étions que des esclaves. Mais à ce moment, je me demandais encore ce que contenait cette fameuse cargaison. Le scénario est à faire rêver n’importe quel aventurier: une caisse d’une tonne au contenu totalement inconnu et mystérieux qu’il faut transporter jusqu’à l’autre bout de l’univers ? OK. Une mission secrète, dont personne n’est au courant ? OK. Une planète perdue à l’autre bout de l’univers dont on ne savait Goten et moi pas grand chose ? Vendu !  Rétrospectivement néanmoins, j’aurais sûrement préféré ne jamais savoir ce qu’il y avait dans cette caisse. Mais sur le coup, quelle idée excitante ! Et je ne parle même pas de Goten, plus galvanisé que jamais par l’idée d’une telle aventure. Pire encore à la découverte de cette planète exotique sur laquelle nos parents, amis et frère avaient déjà posé le pied par le passé.
Le plan était simple, rapide, précis. Goten l’avait conservé sur un petit papier autocollant, par peur de l’oublier, malgré mon insistance sur son inutilité. Il était très fier de pouvoir le ressortir le moment venu, et de le lire comme on lirait une liste de course:

  • Retrouver les amis de Tortue Géniale
  • Échanger les caisses
  • Retourner sur Terre avec la caisse et le message


Je feins souriant de le remercier pour son apport indispensable. Il m’arrivait d’être simplet, moi aussi. Puis, on se dépêchait de trouver le village le plus proche à la recherche d’informations. Les Nameks ne cherchaient visiblement pas à dissimuler leurs présence. Ils se regroupaient en petits villages comme nous pouvions le faire nous-mêmes humains ; villages visiblement parsemés sur la planète entière. Ils formaient donc des amas d’énergie, sources extrêmement faciles à détecter. La plupart d’entre eux semblaient entièrement dédiés à l’agriculture, sans aucun véritable loisir. Aucune femme ne semblait être présente. J’avais vague souvenir d’avoir entendu que les femelles Nameks n’existaient pas, et que leur reproduction n’était pas sexuée ni sexuelle. Sans nécessairement être froids avec nous, les villageois n’étaient pas particulièrement bavards non plus. Après une brève discussion où nous avions eu l’occasion de nous présenter, ils nous redirigèrent vers un autre village plus éloigné. Ils n’avaient visiblement pas l’air suffisamment informés pour savoir qui nous devions rencontrer. Mais à notre description, les plus âgés avaient rapidement réagis: “Vous parlez peut-être des veufs verts…”. Nos futurs interlocuteurs avaient l’air d’avoir une petite réputation. Et puis, des veufs ? C'est un terme qui habituellement était utilisé pour désigner un homme qui avait perdu sa conjointe. Mais les Nameks n'avaient pas de conjointe. Et est-ce que le principe même de mariage avaient cours chez eux ? Tout cela semblait bien étrange pour ce qui apparaissait comme un peuple assez primitif. Un peuple agricole, sans femmes, sans loisirs, sans plaisirs. Avec des technologies en apparence très restreintes. Et les contacts que nous devions rencontrer  étaient visiblement plutôt malfamés. Des observations qui, en plus de me surprendre, ne faisaient que m’intriguer d’autant plus. Qu’est-ce que Tortue Géniale pouvait bien avoir à faire avec eux ?


[En Cours] Peut-on refenestrer un Namek défenestré ? Trunks11
Eleonora de Lily
Eleonora de Lily
Féminin Age : 19
Date d'inscription : 05/05/2018
Nombre de messages : 48
Bon ou mauvais ? : Loyal Bon
Zénies : 980

Techniques
Techniques illimitées : Nidhogg, Mulagir, Yewfelle
Techniques 3/combat : Gratia, Cupid
Techniques 1/combat : Nobilis

[En Cours] Peut-on refenestrer un Namek défenestré ? Empty
MessageSujet: Re: [En Cours] Peut-on refenestrer un Namek défenestré ?   [En Cours] Peut-on refenestrer un Namek défenestré ? ClockVen 15 Juin 2018 - 19:30
Chapitre 1 Cinq Petits Nameks


Alors que je réfléchissais à la dénomination qu’avait évoqué les villageois - “Veufs Verts” -, j’étais tombé dans un silence impassible. D’où sortait ce nom ? L’adjectif “vert” ne posait pas le moindre problème, on parlait de Nameks. La planète entière était verte. Ses habitants étaient verts. Le terme “Veufs”, lui en revanche n’avait rien à faire ici et semblait absolument hors de propos. Est-ce que les Nameks pouvaient se marier ? Ce serait une explication simple et intelligible. En plus cela ferait anthropologiquement sens, le mariage ou des concepts proches se retrouve dans quasiment toutes les sociétés. Non non. Ce serait considérer qu’on puisse analyser la ou les sociétés Nameks sous le même angle réflexif que les sociétés humaines. Ce serait peut-être… trop simple. Pourquoi devrait-on considérer que des êtres vivants à l’autre bout de l’univers pensent et agissent comme nous ? Les Saiyans sont très similaires aux Humains, mais ce n’est probablement qu’une exception qui confirme la règle. Peut-être alors que ce surnom était en réalité une métaphore ? Certains insectes et animaux ont des surnoms similaires, après tout. C’est le cas de la fameuse araignée “Veuve Noire”. Peut-être alors ce surnom avait un sous-entendu ironique.  Seraient-ils veufs comme nous serions orphelins ? Ce serait alors un surnom pour désigner des sortes d’exclus, de parias, mis à part du reste de la société ? Cela expliquerait pourquoi évoquer leurs noms a sonné presque déplaisant aux villageois. Mais même avec cela, finalement, pourquoi le titre “vert” ? En admettant que ce surnom leur ai été donné par les Nameks, pourquoi les appelleraient-ils verts ? Tout le monde ici est vert, ça n’a aucun sens de les distinguer par leur couleur. Quelqu’un d’autre leur avait peut-être donné ce nom ? Les explications probables étaient infinies, et toutes pouvaient avoir du sens. Pourtant, ça n’était qu’un surnom, sans doute sans équivoque. Pourtant, ça n’était pas important. Pourtant, je n’arrivait pas à me détacher de ce détail. Et plus j'y réfléchissait, plus je me posait de questions, sans jamais savoir répondre à la moindre d’entre elles.

“ - On est bientôt arrivé, j'aperçois le village ! J’espère qu’ils seront surpris de nous voir ! s'écria soudainement Goten, me sortant de ma stupeur.
- Sans doute. Est-ce qu’ils savent au moins pourquoi aucun vaisseau n’est venu depuis un bail ?
- Tu veux dire que Tortue Géniale peut plus leur envoyer de paquet ? Ils doivent au moins avoir remarqué ça, quand même ! Ah Ah Ah !
- Ça ne t’intrigue pas de savoir c’est quoi cette histoire de paquets ?, repris-je suspicieux.
- Il nous a dit de ne pas y prêter attention, non ? Je suis sûr que c’est des magazines pornographiques, connaissant le vieux cochon, c’est pour ça qu’il veut pas qu’on les voit.
- C’est vrai… mais pourquoi à eux ? Je suis sûr qu’il y’a assez de pervers sur Terre pour échanger toutes les collections du monde avec eux… 
- Ils ont peut être des magazines spéciaux avec des femmes limaces !


Nous éclations de rire ensemble face à l’absurdité des paroles de Goten. Il avait finalement réussi à me convaincre que je prenais la question trop au sérieux. J’étais au moins sûr d’une chose, c’était que Goten avait surement au moins en partie raison: il s’agissait d’amis de Tortue Géniale, et donc des gens relativement dignes de confiance. Une confiance très très relative compte tenu de l’énergumène, mais de la confiance tout de même.

--------------------------------------


Nous avions laissé la cargaison au vaisseau. Nous voulions d’abord s’assurer de rencontrer les correspondants du vieil ermite. Arrivés à l’endroit vers lequel les villageois nous avaient vaguement orientés, nous nous arrêtâmes, avant de lentement atterrir. Le village dans lequel nous posions les pieds était paisible, tout comme c'eût été le cas pour le précédent. Aucun agriculteur à l’horizon cette fois. Les maisons construites à la main dans un matériau inconnu proche du granite, étaient très bien entretenues et manifestement habitées. Un constat appuyé par la présence de plusieurs sources d’énergies qui confirmait en tout cas la présente d’être vivants qui occupaient les lieux. Des sources d’énergies ostensiblement plus puissantes que celles du premier village. Je discernais à différents endroits du village du labour dans lequel croissait un légume ressemblant vaguement à des pousses de laitues terriennes; mais personne pour s’en occuper. Je m’approchai puis m'agenouillai afin de d’examiner de plus près les cultures. Les “laitues” en question avaient l’air mourante. Pour être plus exact la plupart de ces pousses étaient globalement noircies, et effritées par endroits ; comme si personne ne les avaient entretenues depuis plusieurs semaines. Les terres agricoles de ce village étaient visiblement laissées à l’abandon.

“ - Une mauvaise irrigation ?, me questionnait-je à voix haute.
- Pour l’exprimer en des termes Terriens, la saison a été mauvaise, soupira une voix très masculine provenant d’une des demeures.

Je tournai la tête dans sa direction pour en apercevoir la source. Devant nous se tenait un Namek imposant, visiblement plus jeune que les Namek que nous avions aperçus jusque maintenant. Il se tenait au seuil de l’entrée d’une des maisons. D’une grande taille et très large d’épaules, il était contraint à pivoter et se pencher pour pouvoir passer la tête et les épaules au travers. Ce qui ne manqua pas de nous faire sourire. L’architecture n’était apparemment pas pensée pour si grand individu.

“ - Woah! Hum. Bonjour monsieur, répondit le premier Goten surpris par la taille du colosse.
- Ah! Salutation distinguées ! Mais comment vous nourrissez-vous sous de telles conditions?, repris-je.
- Ça ? Ce sont de simples friandises !, dit-il d’un ton froid et méprisant. Nous autres Namek ne sommes pas comme vous, nous pouvons parfaitement nous sustenter en ne consommant que de l’eau. Tout le reste est superflu. Même si cela reste agréable à déguster!


Le Namek pris enfin le temps de passer entièrement par la porte, afin de se présenter à nous. Son apparence était rugueuse et peu sympathique. En quelques secondes, il s’était déjà prouvé beaucoup plus loquace que l’ensemble des villageois auxquels nous avions eu la chance d’adresser la parole. Et pourtant, chez lui ne transpirait pas la moindre bonhomie que l’on retrouvait chez les autres autochtones. Non seulement son corps était imposant, sa façon d’être et de s’exprimer étaient elles aussi écrasantes et suffocantes. Sa tenue, rappelant bien plus celle d’un guerrier que celle de ses autres congénères, n’aidait pas plus.

“ - Vous êtes là pour l’échange ? Shell, c’est mon nom.
- L’échange ? Heu… oui, oui, je crois.”

Goten balbutiait, déstabilisé par son interlocuteur. Ce dernier eut néanmoins une réaction inattendue dès lors qu’il reçut confirmation. Son visage stoïque se déforma en un grand sourire allant jusqu’aux oreilles, alors qu’il nous attrapait par les épaules en riant avec espièglerie.

“- Ah ah ! Bienvenue chez nous. On vous attends depuis des jours ! Vous avez pas la tronche de cake des livreurs habituels vous, ah ah ah!
- Oh, hum, ils ne sont plus en service, on a dû faire le déplacement personnellement.

Je me retrouvais à mon tour bien mal à l’aise, écrasé sous la montagne de muscles et sa soudaine sympathie.

“ - Je m’appelle Goten ! Et ça c’est mon ami Trunks. On vient de la part de Tortue Géniale.
- Oui oui… Venez je vous présente d’abord les autres.



--------------------------------------



Une ambiance étrange ressortait de la maison dans laquelle nous entrions, antinomique à tout ce que j’avais ressenti du reste de la planète, et même du reste du village. La première surprise déjà était que l’intérieur de la maison fût en réalité bien plus expansif que ce que le seul extérieur aurait pu laisser deviner. Le sol de l’atrium, plutôt rustique, était bondé de part et d’autres de jarres remplies d’eau, et quelques autres jarres que j'observais de loin contenir un liquide pourpre violacé. Après quelques pas à suivre Shell, une paire d’escaliers se présentaient à nous, nous conduisant à une sorte de sous-sol accommodé comme possible. Une grande pièce circulaire, plutôt vide, mis à part pour des meubles qui n'avaient en rien l'air de provenir de cette planète, et de la tablée autour de laquelle étaient assis une poignée d’autres Namek massifs.


Les Nameks attablés semblaient jouer à un jeu de table très complexe, avec des bâtonnets de bois de différentes tailles et un seau plein à craquer de dés. Dans cette cave sombre, ils n’étaient éclairés que par deux petits feu de joie à quelques mètres de la table ronde. Alors que l’on s’approchait, un Namek tapa du poing sur la table en renversant le seau de dés avant de brusquement se lever en causant l’hilarité chez certains de ses camarades de jeu.

“ - C’est pas possible de jouer à une connerie pareille ! Vous avez pas un vrai jeu ?!
- Je t’ai déjà dit de jouer sans atout au lieu de diviser par 6, tu te trompes à chaque fois mon grand ! s’écria Shell en riant alors que nous arrivions près de la table.
- C’est ce stupide jeu qui est stupide. Ils ont fait un appel de 2 ! s’exprima le Namek sur un ton rageur, avant de tourner la tête dans notre direction. Oh, c’est les livreurs ?
- Des amis de Tortue Géniale, me permettais-je de répondre.
- ENFIN !

L’ensemble des Nameks se réjouirent de chœur à la nouvelle, se levèrent afin de pouvoir nous accueillir. Chacun d’entre eux arborait une apparence tout aussi titanesque que celle de Shell, tant bien que se retrouver encerclés par pareils monstres n’avait absolument rien de rassurant. Seul leur bonne humeur très communicative et leur curiosité sur nos origines nous permettait à Goten et à moi de s’amuser de la situation générale.

“- Vous êtes des sacrés mastoques dites-donc ! C’est pour ça qu’on vous appelle les veufs verts ?

Goten avait déjà pris ses aises, et posé la question sans la moindre gêne ou hésitation. En réponse, les mastodontes échangèrent un regard complice avant d’éclater de rire à nouveau. Puis, de derrière eux, une main gantée fit signe, l’index pointant vers le bas. Les Nameks s’écartèrent pour révéler, encore attablé un homme à l’apparence Terrienne, minuscule à côté de ses autres camarades de jeu, que nous n’avions même pas remarqué à notre arrivé. Il avait surement été caché par ses amis massifs.

“- Le veuf, c’est moi. Les verts, c’est eux. C’est aussi simple que ça.

L’homme, assis sauvagement sur sa chaise les pieds apposés sur la table, abordait un petit sourire suffisant et satisfait et consommait un liquide ressemblant à une liqueur. Son armure blanche munies d’épaulettes et ses cheveux en bataille me rappelaient vaguement quelque chose, sans que je n’arrive à mettre le doigt dessus. L’Homme était petit, très petit. Clairement plus vieux que nous, et pourtant, à peine plus grand. Et pourtant ironiquement, il apparaissait à mes yeux comme le chef du groupe. Comme si toute trace de sa faiblesse physique était effacée par son air nonchalant et fier. Nous nous fixions l’un-l’autre, et j’était comme absorbé par l’iris de ses yeux. Un air très familier, qui me dérangeait et m’intriguait. Alors que j’étais à nouveau perdu dans mes pensées, Goten me ramenait à moi-même en me tirant par le bras.

- Trunks ? Tu m’entends ? On retourne chercher la boîte ?
- Hum… Oui, pardon. On va…
- Oh, pourquoi pas prendre le temps de faire une petite partie avec nous d’abord ?! Rien ne presse, vous avez bien une heure ou deux devant vous, n’est-ce pas ? Surtout après un voyage pareil, non ? La Terre c’est à quoi, deux semaines avec un excellent vaisseau ?

Alors que les Nameks se mirent à nous bombarder de questions et nous inciter à rester, Goten me cherchait du regard pour savoir quoi répondre, visiblement excité à l’idée de découvrir les jeux d’autres planètes. J’étais extrêmement intéressé d’en savoir plus sur eux, mais feint de seulement vouloir faire plaisir à mon ami.

“- Ma foi, si Goten a envie de découvrir vos jeux, pourquoi pas.

Nous prîmes le temps de répondre une à une à leur question alors que les “veufs verts” nous offraient une place assise et nous expliquaient les complexes et complètes règles de leur jeu. Les présentations furent très longues. De ma gauche à ma droite, cinq Namek (dont Shell), aux particularité physiques si minimes que le seul moyen de véritablement les distinguer se résumait à la couleur de leurs vêtements. Habillé d’une tunique grise, Shell, qui s’était déjà présenté, qui venait d’un village au sud de là où nous avions atterris. En rouge, Bulnius et Planorbis, étaient d’après ce qu’ils nous ont dit d’anciens guerriers protecteurs de la maison du grand chef Namek. Enfin, Lucor et Zonit, respectivement habillés de vert et de bleu, n’ont pas précisé d’où ils venaient, mais étaient eux aussi des guerriers. Jusqu’à ce qu’enfin, l’homme mystérieux se présenta en nous laissant abasourdi.

“- Quant à moi, vous aurez bien entendu compris que je ne suis pas d’ici. On m'appelle Végéta.
 
[En Cours] Peut-on refenestrer un Namek défenestré ?
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Mes yeux ne sont pas si bas... regarde un peu plus haut ça marchera peut-être mieux entre nous. (suite) //+18// //HENTAÏ//

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
RPGDBZ :: Hors Rpg :: Ecrits des membres :: Ecrits en cours-