Partagez
 

 Le couteau est chaud [Solo]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Docteur Sorrow
Docteur Sorrow
Terrien
Masculin Age : 45
Date d'inscription : 04/10/2017
Nombre de messages : 27
Bon ou mauvais ? : Neutre pour le moment
Zénies : 1000

Techniques
Techniques illimitées : Attention sol glissant / FIRE ! / Crazy Scalpel
Techniques 3/combat : Tranquillisant / Sa pique les yeux et la gorge
Techniques 1/combat : Illusion mortel

Le couteau est chaud [Solo] Empty
MessageSujet: Le couteau est chaud [Solo]   Le couteau est chaud [Solo] ClockSam 16 Juin 2018 - 5:01
Le couteau est chaud

Mon réveil fut brutal, j'ai comme eu l'impression qu'un train venait de me percuter de plein fouet, mais hélas ce n'était qu'un énorme coup de poing en pleine dans ma mâchoire, ligoté à une chaise, je suis dans un sous sol dégueulasse, mais putain ça pue. Le coup me fais tomber à la renverse, et je vous le donne dans le mile ma tête ce cogne contre le sol. C'est drôle il mon ligoté comme si je représentais une menace, me connaisse t-il ? J'ai un doute le type là avec ça coupe dégarnie me dis quelque chose, enfin bref trois types son là et ce foute de moi, me cogne comme un vulgaire sac à patate, à patate le mot es bien choisi tient, d'ailleurs j'ai perdu le file de combien je viens dans recevoir, l'un d'entre eux porte un coup de poing américain, subtile ça dis donc, n'as t-il pas assez de force pour utiliser ce genre d’ustensile. Après quelque minutes d'acharnement intense l'un d'entre eux décide de remettre la chaise sur ses quatre pieds, c'est à partir de ce moment là que je remarque la faible densité de la lumière, au fond de la pièce ce trouve un escalier qui monte vers un étage supérieur, contre le mur droit ce trouve ma sacoche, étrange elle n'est pas ouverte, j'en conclus donc que c'est bien moi qu'il voulait et non me détrousser. L'un des type tenait en main une batte de baseball, mon petit doigt me dis que... Mon souffle fut couper au moment où cette dernière ce heurta à mon ventre, je toussa fortement, je fini par rire, une fois de plus je me demande dans quel genre de merdier j'ai pu me fourrer. L'un d'entre eux me pris alors pour un fou avait-il tord je pense pas, mais je ne peux pas non plus lui donner raison, c'est un sentiment étrange, vous devriez essayer.

Malgré toute cette amusement il faut que je trouve comment me sortir de cette situation, lui là juste à coter fais que boire comme un trou, en plus je peux lire sur sa bouteille une vieille sous marque d’alcool bon marché qu'on donne au ivrogne quand il ne sente plus le goût de ce qu'ils boivent. C'est un élément intéressent je devrais certainement en prendre note, l'un d'entre eux a une tête plutôt particulière peut être des membres de même famille qui on copulé ensemble encore un élément avec le quel je vais pouvoir tirer quelque chose, tandis que le dernier qui ce prend pour le chef des deux autres, pas grand chose à dire sur son cas, je trouverais quelque chose, mais là je suis à court d'idée. Soudain j'ai l'explication de cette odeur désagréable, quand un type descend les escalier et commence à uriner contre le mur, mais où suis-je exactement dans un sous sol d'un bar miteux ou simplement dans un sous sol d'une maison squatté par des mecs qui ne savent pas quoi faire de leur vie. Je tourne la tête à gauche et à droite derrière moi ce trouve un mur, et... bordel ! Où est là gamine !... Putain...

1h30 Plutôt...

Suite du plan je récupère la gamine et je dégage d'ici mais où, la question est encore bien trop vague et je peux pas me permettre d'aller n'importe où avec elle, d'ailleurs elle ne sait pas encore pour sa mère, comment lui annoncer elle qui m'avait demandé de l'aider, je l'es aidé peut être pas de la meilleure des manières, mais au vue de son état c'était la meilleure solution. Si je dois subir les conséquence de m'occuper d'elle je le ferais, et je me rends compte que cela ne me ressemble pas. J'arrive enfin à l’hôtel je passe par la fenêtre et vois la petite fille qui dort encore, peut être que la dose était bien trop grande pour elle, je ferait plus attention la prochaine fois. Je la prends dans mes bras et sort accompagner par Shadow, je remarque rapidement un type au bout du couloir qui à détourné le regard quand je l'es regardé, qu’es qui cloche chez ce gars.

Je descend les escaliers et je me retrouve à nouveau au comptoir de l’accueil de l’hôtel, je rends les clé de la chambre, le type me dévisage comme si j'étais le pire des criminels, me dite pas qu'il travail avec la police... Je me dirige vers la porte et me rends alors compte que cette dernière est fermé, je lève la tête vers le ciel et pris que c'est juste une erreur de ça part, quand soudain le mec de l’accueil journal ouvert prends la parole :

"J'espère pour toi que tu as au moins eu un rapport protégé avec la gamine..."

Je baisse la tête, je vais devoir encore rendre des comptes pour des actes que n'est pas commis. Il dis ça comme s'il savait quelque chose mais qu'il n'as pas oser intervenir, et puis même si je lui expliquais il me croira pas. Le type de l'étage descendit à son tour, il me fixe et me fais signe qu'il me tranchera la gorge, pas très original... Quand tout d'un coup sans crier garde la porte en bois sur ma droite s'ouvre brusquement un barre en métal à la main, son coup fut rapide et violent la barre heurta ma nuque, assommé je tombe au sol. Comment j'ai pu tomber dans un piège si absurde que celui là. Comment ai-je pu être si naïf et prendre la sortie comme tout le monde, pour une fois je voulais faire les choses bien et voilà où tout cela me mène.

J’agrippe avec mes mains à la chaise et fais un bond, le pied de la chaise écrasa le pied du type bourré à force de boire, comme bonne correction je reçois un nouveau coup de poing qui me fais tomber à la renverse me voilà dans la même position qu'avant je prends alors la parole regardant le gars avec sa tête bizarre :

"Dis moi il semblerait que ta maman c'est fais son père non peut être l'inverse je sais pas." Son coup de pied en plein dans mon ventre me fit un mal de chien, alors que je vois le pseudo chef aiguiser un couteau et le chauffer à l'aide d'un chalumeau, c'est pas bon signe mais je devrais essayer de trouver une solution à mon problème :

"Où est la gamine ? Qu'es que vous lui avez fais ?"

"Moi, rien, elle vas finir comme toutes les autres dans quelques années, sur un trottoir, mais d'abord il faut qu'on trouve un acheteur, elle est jeune on peut vraiment la négocier pour un bon prix. Pour ce qui est de ton cas, nous ce qu'on fais au pédo dans ton genre ses le découpage de bourse.. Tu vois ce qu'on veux dire hien."

Putain les gars que j'ai devant moi son certainement les champion de l’imbécillité toutes catégories confondu, en tout cas l’emploi du temps qu'il me resserve est intéressent je vais pouvoir dégager d'ici :

"Ouais je vois bien ce que vous voulez dire, j'espère que vous savez ce que vous faite."

Je viens de toucher les sois disant chef, celui qui tenait le couteau, il retira son sourire de sa joli gueule et s'approcha de moi, il demande alors à l'un de ses larbins de me détacher les jambes, certainement pour me manier correctement les jambes et qu'il ne ce rate pas, il voulait faire ça bien, j’apprécie l'effort, mais je me demande s'il avait une totale confiance en ses petites amies, il allait tout de même devoir me tenir les jambes, et ma ceinture elle est encore bien fixé à ma taille. Mais c'était déjà trop tard il était déjà trop près de moi et mes jambes était libre, j'appuie alors le couteau chauffé à blanc contre son ventre, il tombe devant moi et je l'attrape effectuant un triangle avec mes jambes autour de sa gorge, il était près à crier de douleur mais ma clé de jambe lui coupa le son de sa voix :

"Aller demande à tes copains de dégager d'ici ou je te tue." J'étais impressionner après quelque seconde de réflexion il s’exécuta sans un mot en plus, formidable, tandis que l'autre avait compris qu'il était inutile de sa débattre dans la position où il était. Ils ouvre la porte et ce que j'avais imaginé ce passa. Shadow arriva effraya par la même occasion les deux idiots qui parti la queue entre les jambes, le but avait était d'ouvrir la porte assez longtemps pour donner une ouverture pour que mon corbeau si faufile. Shadow me libéra, maintenant il était l'heure de donner une bonne correction, je libère l’étreinte du type à bout de souffle, bien évidemment les effets de cette étranglement ce fais rapidement ressentir, pour certain il voit des étoiles dans les yeux. Mon corbeau avait déjà commencer à retirer son pantalon, je l'attache pour qui ne puisse pas bouger, je récupère le couteau et le fais chauffer à nouveau :

"Intriguant comment il est difficile d'admettre qu'on veuille pas avoir le même châtiment qu'on voulais faire subir à quelqu'un, j'essaie de comprendre, trouver une réponse, j'ai fais et je fais encore toujours d'ailleurs des recherches à ce sujet. L'être humain et si intriguant si fascinant, mais parfois si répugnant, enfin attention quand je parle de l'être humain je parle là du cerveau de ce dernière. Je pourrais te parler des comportements des chiens, des chats ou bien des corbeaux, mais c'est différent, tient tu savait qu'un chien aimera plus son maître que lui même. Toi par exemple tu t'aimera plus qu'un ou une autre c'est certain. Ta respiration s’accélère c'est normal, ton cerveau vois un danger qu'il ne peut contrôler."

Je fis alors un geste brusque et lui trancha avec la lame brûlante ce qui lui servait de bourse comme il l'avait si bien dis, je lui empêcha de crier en lui enfonçant un chiffon dans la bouche au même moment, la lame était si brûlante que j'avais l'impression de couper du beurre, de la fumé s'échappa un peu, le type est allongé au sol attaché, ses yeux montait de temps à autre vers le ciel, c'est paupière était lourde, mais pour palier à ça je posais la lame encore brûlante sur des parties du corps ou la peaux est la plus fine et semble comme par exemple l'intérieur des cuisses et au moment où ses était grand ouvert je lui écrasa la tête avec mon pied, tout ceci était du grand violence vous conviendrez mais il fallait qu'il retienne la leçon et j'espère qu'il l'aura retenu.

Je monte alors à l'étage une fois la correction effectué, je me trouve bien dans une maison squatté, où ce trouvait la gamine, quelqu'un s'approche, il est si proche de la porte que je devrais profiter de cette opportunité, je sort du sous sol est attrape le gars comme si je voulais l'étrangler :

"La gamine où est la gamine." parlant à voix basse

Il était perdu et sans un mot il m'indiqua une porte, j’avance alors avec lui vers cette dernière, lui demande de l'ouvrir, je serra un peu plus l'étranglement quand j’aperçus la gamine ligoté et bâillonné, l'homme tomba au sol. Je fis signe à l'enfant de pas faire de bruit tout en la libérant. Sans plus attendre je sorti de la maison et quitta le quartier miteux dans lequel ce trouvait cette dernière, je savais pas vraiment où j'étais mais il fallait quitter cette planète, on marcha et la petite fille prit la parole :

"Où est ma maman ?"

"Écoute je peux pas te dire pour le moment, mais sache qu'elle vas bien." Comment lui dire dans un moment pareil que sa maman est décédé. Soudain elle lâcha ma main et commença à s’énerver

"JE VEUX SAVOIR OU ELLE EST, JE VEUX LA VOIR !"

"Je te promet que si tu me suis sans faire d'histoire je te dirais où elle est, tu pourras même sans doute la voir." Il était facile de la calmer en disant cela mais pour combien de temps...

Je vois de l'activité au loin dans ce bâtiment je vais pouvoir négocier notre ticket de sortie, en espérant que la gamine ne pique pas de crise. J'espère qu'elle comprendra, j'espère que je ne vais pas passer pour un monstre à ses yeux. Je n'est même pas eu le temps de passer dans mon sous sol miteux, Barry lui vas rapidement remarquer mon absence, désolé mais je ne suis pas partie parce que t'es plat n'était pas bon, mais parce que je n'est pas d'autre choix, je reviendrais récupérer mes affaires tôt ou tard, et puis on pourra boire un coup à mon retour, je te dirais que tu ma manqué, et toi tu me racontera tes histoires de barman que seul toi peut raconter et puis tu deviendra plus sérieux tu me dira comment je vais, qu'elle est moi on était pas comme tout le monde et qu'on était fais l'un pour l'autre, au fond ça va me déchirer le cœur, mais ça me fera du bien d'entendre cela j'imagine.
 
Le couteau est chaud [Solo]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Un bain chaud, très chaud [ PV: Yuki Caheshi - Hentaï ]
» Un bain de soleil [Libre] {Hentaï} [Terminé ]
» Un p'tit bain... Et plus? [ Seiko ♥ ] -Hentaï-
» [Solo Valentine Crowblack] La femme avant la bête /!\Hentaï/!\
» [Solo] Selantis Shya - Intro [Hentaï]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
RPGDBZ :: RPG :: Dark :: La ville fantôme-