Partagez
 

 Nani ? ! ( ͡☉ ͜ʖ ͡☉)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Motta
Motta
Modérateur
Masculin Age : 27
Date d'inscription : 04/08/2008
Nombre de messages : 37116
Bon ou mauvais ? : Mystérieusement neutre
Zénies : 3515

Techniques
Techniques illimitées : Téléportation// Kienzan // Dodompa
Techniques 3/combat : Final Flash // Griffes du Tigre
Techniques 1/combat : Supernova

Nani ? ! ( ͡☉ ͜ʖ ͡☉) - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Nani ? ! ( ͡☉ ͜ʖ ͡☉)   Nani ? ! ( ͡☉ ͜ʖ ͡☉) - Page 2 ClockLun 20 Aoû 2018 - 2:04
Héhé, oui Claire-chou ça fait maintenant 10 ans que t'es là et tout le monde peut constater ton importance et le bien que tu as fait au forum I love you

Mais... C'est quoi ce topic ? Je voulais y répondre après avoir visionné la vidéo que tu as faite mais il va falloir que je me réserve 1h30 pour voir ça donc je te ferai sans doute d'autres retours plus tard ^^' Tu disais que le tiens serait fade à côté du miens mais... C'est plutôt l'inverse XD
C'est tout toi, ça, tu donnes beaucoup de toi et de ton temps pour les autres et donc pour le forum. Tu es en plus sans doute la meilleure roliste du forum, tu fais tout sans aide, avec une vitesse et une qualité exceptionnelle, preuve de ton don inné pour l'écriture. Je suis toujours impressionné même 10 ans après, c'est toujours l'excellence avec toi.

J'ai eu la chance de faire de très nombreux rp avec toi puisque beaucoup de nos personnages sont liés et c'est un véritable honneur pour moi que mes persos puissent avoir de tels liens avec les tiens. Tu es de ceux qui aident les autres à se surpasser, tes postes donnent envie de se mettre à ton niveau et c'est ainsi qu'on progresse. Je me suis beaucoup amélioré grâce à ton contact et je t'en remercie. Et puis c'est facile car tu inspire tes partenaires. Mais toujours, tu as cette humilité et une grande gentillesse que seuls les meilleures possèdent. Des qualités qui me semblent très importantes.

En plus de ça je peux dire que tu es une bonne personne, toujours à vouloir donner de l'amour aux autres (inrp aussi d'ailleurs Tête ) en essayant de donner quelque chose de positif et tu contribue à la bonne ambiance du forum. Alors évidemment, j'espère continuer à te voir sur le forum et souhaites que dans 10 ans on puisse refaire ce genre de topic Smile

Tu répètes souvent que ce qui importe c'est de raconter une histoire, ce qu'on a en nous et je crois que tout le monde devrait garder en tête que c'est l'essentiel.

On dit souvent que les meilleurs partent en premier mais sur RPGDBZ c'est faux, c'est plutôt l'inverse les meilleurs restent Smile

Longue vie à RPG DBZ !!


Nani ? ! ( ͡☉ ͜ʖ ͡☉) - Page 2 Motta_11
Spoiler:
 

Fiche de Motta
Général des armées sayennes.

Truth:
 


Transformations:
- Gorille Géant
- Super Sayen 1
- Super Sayen 2
- Super Sayen 3

Objets: Armure sayen, détecteur, boules de cristal à 1 et 4 étoiles, 2 senzus, émetteur Alliance Ganshou, cape rouge.
Boss Stinger
Boss Stinger
Terrien
Masculin Date d'inscription : 05/06/2009
Nombre de messages : 717
Bon ou mauvais ? : -
Zénies : -

Techniques
Techniques illimitées : They are no redemption
Techniques 3/combat : for those
Techniques 1/combat : who shatter the time

Nani ? ! ( ͡☉ ͜ʖ ͡☉) - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Nani ? ! ( ͡☉ ͜ʖ ͡☉)   Nani ? ! ( ͡☉ ͜ʖ ͡☉) - Page 2 ClockLun 20 Aoû 2018 - 12:39
Sacré message, 10 ans de forum c'est une sacrément longue histoire. Merci pour les Rp qui ont été sacrément sympa et merci pour le petit message, ça fais plaisir.

Voila que Motta et toi avez passé le stade des dix ans, c'est plutôt fou de se dire que le temps passe si vite. Ni Mamie ou Kami n'a fait de message des dix ans, mais c'est évident que beaucoup ont passé cette milestone. Dans ma tête, les jours ou NekoMajin, Priscilla, Ix ou d'autre personnages foulaient le Rp me semble si proche que voir dix ans passer me donne un petit sourire nostalgique.

Félicitation pour tes dix ans, j’espère pouvoir repasser de temps en temps en voyant des personnages comme Claire, Motta ou Fugma toujours actif, vivant toujours leurs incroyables vies.

Edit : Merci Beelax, j'ai corrigé


Dernière édition par Boss Stinger le Lun 20 Aoû 2018 - 14:57, édité 1 fois
Beelax
Beelax
Démon du Froid
Masculin Age : 16
Date d'inscription : 12/07/2017
Nombre de messages : 4845
Bon ou mauvais ? : Neutre
Zénies : 1980

Techniques
Techniques illimitées : Rayon oculaire / Déplacement instantané / Rayon de la mort
Techniques 3/combat : Fresh Canon / Psychokinésie
Techniques 1/combat : Supernova

Nani ? ! ( ͡☉ ͜ʖ ͡☉) - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Nani ? ! ( ͡☉ ͜ʖ ͡☉)   Nani ? ! ( ͡☉ ͜ʖ ͡☉) - Page 2 ClockLun 20 Aoû 2018 - 14:51
Motta en a fait un "je vous dix merci".
Zirah
Zirah
Autres Races
Féminin Age : 27
Date d'inscription : 02/11/2017
Nombre de messages : 213
Bon ou mauvais ? : Chaotic neutral
Zénies : 1000

Techniques
Techniques illimitées : Sonikkuhauringu / Furemubureka /free fire
Techniques 3/combat : Feu d'enfer / Armurerie Dimensionnelle
Techniques 1/combat : Konetsu Purazumaboru

Nani ? ! ( ͡☉ ͜ʖ ͡☉) - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Nani ? ! ( ͡☉ ͜ʖ ͡☉)   Nani ? ! ( ͡☉ ͜ʖ ͡☉) - Page 2 ClockLun 20 Aoû 2018 - 14:53
Ma canette sache que ce sera toujours un plaisir de te faire marrer et de te faire des dessins. Tu est une source d'inspiration pour moi et je compte bien te rendre la pareille d'une manière ou d'une autre. Je t'aime ma canette!!!!
Tekka
Tekka
Masculin Age : 13
Date d'inscription : 20/04/2018
Nombre de messages : 213
Bon ou mauvais ? : Parfaitement Bon
Zénies : 850

Techniques
Techniques illimitées : Kamehameha Zanzoken Lighting flash
Techniques 3/combat : Electrical Storm Carmin flash
Techniques 1/combat : Carmin Ball

Nani ? ! ( ͡☉ ͜ʖ ͡☉) - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Nani ? ! ( ͡☉ ͜ʖ ͡☉)   Nani ? ! ( ͡☉ ͜ʖ ͡☉) - Page 2 ClockLun 20 Aoû 2018 - 15:09
Je ne sais pas quoi dire, merci Claire.
Fugma
Fugma
Administrateur
Masculin Age : 33
Date d'inscription : 15/01/2007
Nombre de messages : 12925
Bon ou mauvais ? : Neutre
Zénies : 220 (+150 pour alliance)

Techniques
Techniques illimitées : Firehaméha - Hi no Seigyo - Metamorphose
Techniques 3/combat : Akumahi - Shukumei
Techniques 1/combat : Shounetsujigoku

Nani ? ! ( ͡☉ ͜ʖ ͡☉) - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Nani ? ! ( ͡☉ ͜ʖ ͡☉)   Nani ? ! ( ͡☉ ͜ʖ ͡☉) - Page 2 ClockSam 25 Aoû 2018 - 19:51
@Boss Stinger a écrit:
Ni Mamie ou Kami n'a fait de message des dix ans

J'en avais fait un pour mes 6000 posts, et j'avais pas beaucoup de choses à ajouter donc je me suis abstenue ^^.

Sinon félicitation à toi Claire, ton implication autant sur le forum que le lore a permis à ce dernier d'être ce qu'il est aujourd'hui. J'espère pouvoir lire un nouveau message pour tes 20 ans.


Nani ? ! ( ͡☉ ͜ʖ ͡☉) - Page 2 Fugma10

Sac : clef maison Magma, livre magma
objet : Radar Metamol, Senzu 3, capsule téléportation, Dragon Radar
Vaisseau 10 places : l'Ange de feu
Majin Vegeta
Majin Vegeta
Administrateur
Masculin Age : 27
Date d'inscription : 27/05/2007
Nombre de messages : 8850
Bon ou mauvais ? : Mauvais ! Tu vas goûter ma puissance suprême !
Zénies : 1395 (+840 pour alliance)

Techniques
Techniques illimitées : Canon Garric // Déplacement instantané // Atomic Blust
Techniques 3/combat : Final Flash // Big Bang Attack
Techniques 1/combat : Rage Kanasiène (Laser de Kanasa)

Nani ? ! ( ͡☉ ͜ʖ ͡☉) - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Nani ? ! ( ͡☉ ͜ʖ ͡☉)   Nani ? ! ( ͡☉ ͜ʖ ͡☉) - Page 2 ClockMer 26 Sep 2018 - 22:51
Que dire, si ce n'est que je n'ai même pas posté ici, je suis un bel enfoiré xD Mais je vais me rattraper, je vais poster un petit mot sympa et participer au concours dans la foulée !

Déjà merci pour le clin d'oeil en fin de vidéo, oui c'est sûr que sans ce forum on ne se serait pas rencontré et c'est ce qui est dingue sur RPGDBZ, on rencontre plein de monde au final. Je suis très fier qu'on se soit rencontré, tu sais que tu comptes pour moi, sur le Coran !

IRL tu es juste géniale, ça ne m'étonne même pas qu'on s'entende à la perfection, surtout ne change rien Wink

Et merci pour le petit commentaire écrit, c'est super sympa, tu sais ce que je pense de toi je m'étalerai pas plus, tu es une personne en or Wink Et je t'aiderai à gagner en perspicacité ahahah

Bref, je peux dire qu'en tant que membre je t'ai vu arriver, on a fait des tonnes de rp ensemble et j'ai vu ta progression constante, faut dire que tu envoyais déjà du lourd à l'époque (la fameuse époque MSN pour ceux qui savent xD). J'ai eu la chance d'être très actif quand tu es apparue et on a pu profiter de fou, bon ok j'ai surtout rp avec Hidan, mais je n'oublie pas pour autant mes confrontations avec Claire silent

On voit que tu t'es investis vraiment, que tu continues de le faire, et je suis vraiment impressionné par ton perfectionnisme et ta cadence, tu sais vraiment écrire de belles choses ça je le sais, et on a appris à le découvrir tous ensemble. Un gros félicitations pour avoir atteint ces 10 années, j'espère qu'on pourra se faire une soirée pour fêter les 20 ans :p Je pense que tu as compris l'essence même du mot rp, et c'est toujours un plaisir de lire ce que tu as écrit, mais aussi de planifier des futurs rp, car tu regorges d'idées intéressantes.

Voila, pour bien finir le tout, je vais poster ma participation à ce concours, j'ai pris pas mal de temps pour le rédiger, dans un style original, j'espère que ça te plaira et que ça plaira à tout le monde.

Je n'ai plus qu'une chose à dire : Longue vie à RPGDBZ, et merci à toi Claire !




Voici donc ma participation :

Spoiler:
 


Nani ? ! ( ͡☉ ͜ʖ ͡☉) - Page 2 Pbucket

Nani ? ! ( ͡☉ ͜ʖ ͡☉) - Page 2 247892signaturemv

Nani ? ! ( ͡☉ ͜ʖ ͡☉) - Page 2 7u55

Transformation : SSJ1,SSJ2,SSJ3,SSJ Blue
Energie dans l'épée / Vol
Objets : Hyper Sword, 1 sabre, 1 carte passe, 2 senzus, 1 Carte passe espace, Boules de cristal 7 étoiles

Roi de Kanasa
Champion du Tournoi de Dösatz N°2
Le combat n'est pas fini tant qu'il me reste un souffle de vie ...
Incognito / C-21
Incognito / C-21
Cyborg
Masculin Age : 30
Date d'inscription : 13/03/2016
Nombre de messages : 1262
Bon ou mauvais ? : Neutre
Zénies : 1440

Techniques
Techniques illimitées : Contrôle Cellulaire - Biogun - Régénération
Techniques 3/combat : Copie - Bouclier énergétique
Techniques 1/combat : Copie Perfectionnée

Nani ? ! ( ͡☉ ͜ʖ ͡☉) - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Nani ? ! ( ͡☉ ͜ʖ ͡☉)   Nani ? ! ( ͡☉ ͜ʖ ͡☉) - Page 2 ClockMar 2 Oct 2018 - 23:31
Voici ma participation :

Concours:
 
Claire
Claire
Modérateur
Féminin Age : 30
Date d'inscription : 12/08/2008
Nombre de messages : 21821
Bon ou mauvais ? : If you judge people, you have no time to love them...
Zénies : 3630

Techniques
Techniques illimitées : Dodging bullets | Fen'harel's elgar | Transposition
Techniques 3/combat : L'inflexible | Purification
Techniques 1/combat : Doomhammer

Nani ? ! ( ͡☉ ͜ʖ ͡☉) - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Nani ? ! ( ͡☉ ͜ʖ ͡☉)   Nani ? ! ( ͡☉ ͜ʖ ͡☉) - Page 2 ClockMer 17 Oct 2018 - 16:21
Merci pour vos commentaires plus que sympathique à tous. Very Happy ça me fait réellement plaisir d'avoir autant de retour, troll ou affectueux :^p Il me tarde de poursuivre l'aventure RPGDBZ en votre compagnie I love you

Majin Végéta et Incognito merci pour vos participations de qualité. Que ce soit l'un ou l'autre, ça a été très plaisant de vous lire. Very Happy Bien sûr que ta participation est valable Incognito. Ce serait dément de ne pas accepter un récit d'une telle qualité pour le concours, surtout que tu es bien dans le thème au final. Razz

J'espère voir dans les prochaines semaines d'autres participations ! ^^
Claire
Claire
Modérateur
Féminin Age : 30
Date d'inscription : 12/08/2008
Nombre de messages : 21821
Bon ou mauvais ? : If you judge people, you have no time to love them...
Zénies : 3630

Techniques
Techniques illimitées : Dodging bullets | Fen'harel's elgar | Transposition
Techniques 3/combat : L'inflexible | Purification
Techniques 1/combat : Doomhammer

Nani ? ! ( ͡☉ ͜ʖ ͡☉) - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Nani ? ! ( ͡☉ ͜ʖ ͡☉)   Nani ? ! ( ͡☉ ͜ʖ ͡☉) - Page 2 ClockVen 11 Jan 2019 - 17:54
Hey !

Le concours est censé se terminer demain. Peut-être que la participation de nos talentueux écrivain que sont MV et Incognito vous ont intimidé ? Razz
N'ayez crainte ! J'ai soif de lecture écrite avec vos tripes, alors lancez-vous !

La date limite est repoussée au 12 mars 2019.


J'espère que ces deux mois vous laisseront plus de temps pour réfléchir. Il me tarde de lire vos participations !
Exemples du style d'art que vous pourriez gagner ;3 SUSCEPTIBLE DE CHANGER !! je fais des recherches continuelles !!:
 


Dernière édition par Claire le Jeu 21 Mar 2019 - 8:29, édité 1 fois
Incognito / C-21
Incognito / C-21
Cyborg
Masculin Age : 30
Date d'inscription : 13/03/2016
Nombre de messages : 1262
Bon ou mauvais ? : Neutre
Zénies : 1440

Techniques
Techniques illimitées : Contrôle Cellulaire - Biogun - Régénération
Techniques 3/combat : Copie - Bouclier énergétique
Techniques 1/combat : Copie Perfectionnée

Nani ? ! ( ͡☉ ͜ʖ ͡☉) - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Nani ? ! ( ͡☉ ͜ʖ ͡☉)   Nani ? ! ( ͡☉ ͜ʖ ͡☉) - Page 2 ClockVen 11 Jan 2019 - 19:18
J'espère que MV et moi aurons droit à un lot de consolation pour avoir rendu en temps et en heure l'exercice, si jamais on perd. x)
Akuma
Akuma
Demon
Masculin Age : 26
Date d'inscription : 07/07/2016
Nombre de messages : 1631
Bon ou mauvais ? : Neutre
Zénies : 9740

Techniques
Techniques illimitées : Téléportation - GoShoryuken - GoHadoken
Techniques 3/combat : Kongou Kokuretsuzan - Tatsumaki Zankukyaku
Techniques 1/combat : Shun Goku Satsu

Nani ? ! ( ͡☉ ͜ʖ ͡☉) - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Nani ? ! ( ͡☉ ͜ʖ ͡☉)   Nani ? ! ( ͡☉ ͜ʖ ͡☉) - Page 2 ClockSam 12 Jan 2019 - 0:00

Sylgja

Hallvard

Deux âmes liée à jamais
Il faisait chaud dans cette forêt de braise alors qu'ont pouvait entendre des arbres ce briser, le regard d'Hallvard était rivé sur le sol encore un peu humide, son bouclier dans une main son épée dans l'autre, il commença à marcher avec une respiration dans la quel on pouvait sentir toute sa haine, sous ses pieds les branches morte craquait. Son armure était dans un mauvais état, mais au point où il en était plus rien n'avais d'importance, il c'était lancé dans ce sauvetage et il irait au bout quoi qu'il en coûte. Un grondement pouvait ce faire entendre au bout du chemin parsemé de corps c'était là que la que son destin allait s'en doute ce décider.

« Alors Odin accepte tu mon défis, tu devrais vite te décider parce que ma patiente à ses limite ! »

« Je refuse, montre toi, et cesse de te cacher dans les ombres et vient m'affronter ! » s'écria Odin plein de colère  

Quand soudain il sentit une présence derrière lui, Odin ce retourna brusquement toute en donnant un coup avec son épée, une main attrapa sa bouche tandis qu'une lame venait transpercer son cœur Odin vit alors son interlocuteur abordant un large sourire et des yeux illuminer d'un rouge sang des plus foncé, son assassin lui dit ses quelques mots avant que les yeux d'Odin ne ce ferme à jamais :

« Tu aurait du accepter, maintenant je vais devoir m'amuser avec une personne de ton peuple... »

Dans un éclat de rire du tueur Odin s'écroula au sol dans un grondement des plus terrifiant et assourdissant.

Tôt le matin alors que la brume matinale était encore présente Hallvard était en chemin pour retourner à son village, fils d'un très grand jarl de Norvège : le jarl Thorvid.
Hallvard était quelqu'un de plutôt discret en temps normale, avait un certain sens de l’humour, il était costaud et grand, des cheveux mi-long souvent tressé et attaché en arrière, portant une barbe, c'était un véritable viking, quand il ne s’entraînait pas il était sur le champ de bataille et quand il ne fessait rien de tout ça il était avec celle à qui il dévoua sa vie.
Il fut témoin ce matin là d'un flash et d'un grondement dans le ciel, après avoir traversé champs et forêt avec son cheval le viking était de retour à son village, il poussa les grandes portes du logis dans la quel toute la  famille vivait, sa petite sœur Halldis, ainsi que son grand frère Farkas, sans oublier sa mère Ingrid et d'autre membre de la famille qui résidait dans la demeure.

Sa sœur aperçu rapidement Hallvard entrer, cette dernière ce leva de sa chaise et s'approcha de lui :

« Alors toujours pas habitué à dormir au près de ta famille. »

Hallvard gloussa toute en retirant son bouclier de son dos :

« Je te jure que tu seras la première avertie quand je viendrais te réveiller avec un seau d'eau. »

Hallvard et sa sœur était du genre à ce taquiner bien souvent, leur complicité était forte entre les deux, ils allaient bien souvent à la chasse tout les deux, Halldis aimait beaucoup apprendre des deux grands frères qu'elle avait, voulant devenir une féroce guerrière depuis son plus jeune age et, à vrais dire elle est dans la bonne vois, elle excellait dans le domaine de l'archerie, Halldis a même donné un nom à son arc : Selje.
Soudain son grand frère Farkas sorti de nul part lui donnant une hache en la lui lançant, Hallvard la rattrapa un peu surprit :

« Reprend ton bouclier c'est l'heure de l’entraînement. » lui lança froidement en le regardant à peine.

Farkas était ce genre de personne plutôt fermé et froid au premier abord, mais il a toujours était comme ça depuis qu'il a prit pleinement conscience qu'il deviendra le prochain jarl du village, il n'était pas méchant même si parfois on avait l'impression qu'il ce comportait comme un tyran, il était simplement juste et était droit dans ses bottes, il maniait les armes comme personne d'autre, hache, lance, épée même avec un simple bouclier il pouvait mettre facilement dix personnes au sol, Hallvard était lui aussi un très grand guerrier, qui avait conquis lui et une poignée d'hommes un village entier, rusé et agile c'était un guerrier à ne pas sous estimer.
Hallvard et Farkas formaient tout le deux le duo parfait lors d'une bataille, ils étaient une réel force, leur complicité était aussi très grande s'aidant à de multiple reprise, ils étaient à l'image de leur père Thorvid qui c'était battue toute sa vie pour offrir à sa famille et son peuple un village digne de ce nom, il avait conquit tout le sud de la Norvège ainsi que toute la partie sud de la Suède.

Pendant l’entraînement on pouvait sentir toute la force que les deux frères avaient, mais aucun ne faisait un coup plus fort que l'autre, il y avait un certain respect l'un envers l'autre, l’entraînement était terminé et Farkas s'approcha de son frère et prit la parole :

« Tu le sais est pourtant tu joue encore avec le feu, ce que tu fais peu nous coûter très chère, le village n'est pas prêt à encaisser un coup comme celui que Kalf pourrait nous asséner. »

Hallvard regarda son frère dans les yeux et lui répondit :

« Tu t'inquiète pour pas grand chose. »

Quand soudain Farkas donna un coup de bouclier dans le torse de son frère qui s'écroula au sol, avant de plaquer ce dernier au sol et de mettre une lance sous sa gorge :

« Je m'inquiète parce que j'ai peur que le jour ou nous avons besoin de toi que tu ne soit pas là... Le jour où j'aurais besoin de toi, tu as tout pour devenir quelqu'un de grand, quelqu'un d'encore plus grand que moi et notre père, ne nous déçois pas Hallvard, ta sœur te regarde elle prends exemple sur nous. »

Farkas planta sa lance à coter de la tête de son frère, lança son bouclier et lui tandis la main, Hallvard l'attrapa avec une pointe d’inquiétude, son frère le releva :

« Hallvard un jour ou l'autre nous serons les héritiers du trône et je veux absolument que tu sois à mes cotés quand je le serais. »

Hallvard regarda avec un air plein de sincérité et lui répondit :

« Je le serais mon frère. »

Plus tard dans l'après-midi Hallvard fut interpellé par des bruits de pas, des pas de chevaux, beaucoup de chevaux, qui ce rapprochais à une allure bien trop rapide pour que ce soit quelque chose de normale, il ce précipita alors vers les portes du logis, il sortit et fit fasse directement à Kalf ce dernier leva son cheval de l'avant voulant effrayer le fils du jarl qui ne bougeas presque pas, rapidement Halldis et Farkas munie d'une lance à la main rejoignis leur frère à l'entrée.

La pluie s'écrasait au sol qui avait réduit le chemin en une vrais boue, Kalf fut le premier à prendre la parole :

« C'est justement toi que je cherche Hallvard fils de Thorvid il semblerait que... »

Quand soudain il fut interrompu par Thorvid qui sorti à son tour du logis, c'était quelqu'un avec une très grande prestance, c'était quelqu'un qu'on ne pouvait pas oublier, ont pouvait voir sur son visage qu'il était marqué par les différents combat durant toute sa vie.

« Je ne savais pas qu'on attendait ta venu, vient tu resserrer les liens ou bien encore un peu plus me menacer ? »

« A vrais dire je ne viens pas pour toi, mais pour ton fils Hallvard. » lui répondis Kalf tout en regardant le fils avec un air menaçant

Thorvid rigola légèrement :

« Mais ici tu est chez moi, alors il serait plus judicieux de d'abord m'en parler avant de faire une bêtise que tu pourrait regretter, mais dis moi quel est donc le problème. »

Kalf descendit alors de son cheval, c'était lui aussi quelqu'un de plutôt imposant, c'était un jarl respecté et respectable malgré les quelques acte détestable qu'il avait fait à l'époque.

« Ma fille n'est pas rentré, et je sais que ce petit morveux la vue, c'est un secret pour personne. »

A ce moment là, Farkas tourna légèrement la tête vers son frère, Hallvard lui resta stoïque.

« Oh mais certainement, mais dis moi ta fille n'est plus une enfant elle fait bien ce qui lui plais tout comme mon fils ici présent. » Thorvid ce tourna ensuite vers Hallvard et continua à parler :
« Tu sais notre petite querelle ne devrait pas empêcher nos enfants de ce voir, c'est l'avenir de toute une nation, mais ça toi Kalf tu n'as jamais voulu le comprendre. »

« J'écraserais ton vaurien de fils et je t'écraserais toi aussi si tu te mets en travers de mon chemin. »

« Oh mais très certainement Kalf très certainement... »

Thorvid regarda Hallvard avec un grand sourire avant de dégainer l'épée de son fils et de ce retourner et transpercer le cœur Kalf tout c'est très rapidement passé, Thorvid prit alors la tête de Kalf et le regarda droit dans les yeux :

« Comment ose tu pénétré dans mon village, sans accord, menacer un membre de ma famille et de surcroît moi par la même occasion, viking un jour. »

Quand soudain il sentit une lame ce planter à son tour au niveau de ses cotes

« Viking toujours. » lui rétorqua Kalf alors que du sang coulais le long de sa bouche.

Thorvid jeta le corps inerte de Kalf au sol avant de retirer la lame de son corps comme si ce n'était rien et de la jeter au sol elle aussi.
Entre temps Hallvard, Farkas et Halldis avait rapidement fait le ménage devant les villageois surprit, en tuant tout les soldats qui avait accompagné le jarl, qui était maintenant étalé au sol baignant dans son propre sang.

Hallvard et Farkas vit tout deux le couteau au sol, il ce regarda et comprit rapidement que ce couteau c'était planté dans la chaire de leur père, ils ce précipita à l’intérieur où ils trouva leur père assis sur le trône, ce dernier eu le réflexe de lever la main comme pour faire un signe que toute allait bien, il fut rassuré l'espace de quelque instant. Thorvid leva son regard vers son fils Hallvard :

« Il faut que tu la retrouve, il faut que tu la retrouve au plus vite. »

Il reprit sa respiration l'espace de quelque seconde :

« Et fait attention à toi, revient sain et sauf mon fils. »

Hallvard acquiesça de la tête avant de prendre son père dans ses bras et lui glisser ses quelques mots :

« Je suis désolé père. »

Ce à quoi Thorvid lui répondis :

« C'est pas grave, c'est pas de ta faute mon fils, maintenant vas. »

Hallvard embrassa sa sœur sur le front, puis enfila sa plus belle cotte de maille, ainsi que son armure en cuire qu'il utilisait pour les batailles, une fourrure sur les épaules, son casque, son épée sur le coter gauche, une petite hache sur la droite, et enfin son bouclier sur son dos. Il abordait aussi des peintures de guerre sur le visage, il mis son casque sur la tête et monta sur son fidèle destrier.

Farkas l’interpella avant que son frère ne quitte la ville, il lui envoya une lance :

« Je crois que tu as oublié ça, revient au plus vite, mon frère. »

Hallvard fit un signe de la tête et lui répondit :

« Même si je dois partir, c'est pas pour autant que ma promesse ne s'efface. »

Hallvard partie aussi vite que son cheval le pouvait, c'était un très beau cheval noir bordé d'un peu de blanc sur le museau, il ce nommait Vinter. Le viking prit donc le chemin qu'il avait prit le matin pour rentré, pendant sa course effréné, juste là au dessus de sa tête ils planaient.
Ils étaient aussi la cause de ce que Farkas venait de voir en déplaçant le corps de Kalf, les yeux dévorer, Farkas fronça légèrement les sourcils avant de lever la tête vers le ciel, c'était bien eux les corbeaux d'Odin : Hugin et Munin.

Pendant son trajet Hallvard avait pour la première fois et depuis très longtemps cette boule au ventre qui augmentait au fur et à mesure qu'il ce rapprochait du lieu que le guerrier avait quitté plutôt dans la journée, priant tout les dieux au fond de lui qu'il lui était rien arrivé, il ce jurait qu'il combattrait n'importe quel ennemie qui lui avait retiré la personne pour qui il a dévoué sa vie. C'est à ce moment là qu'Hallvard ce rappel la première fois qu'il l'avait vue, ce jour où son père Thorvid et Kalf était en paix.

Sylja suivait de prêt son père Kalf, alors qu'ils rentraient dans la hutte familiale du clan de Thorvid, à cette instant Hallvard et Sylgja croisa leur regard et c'est comme si l'un est l'autre avait trouver une nouvelle raison de vivre. Sylgja une guerrière intrépide maniant la lance et le bouclier comme personne dans son village natale, fille unique elle c'était rapidement forgée un mental prêt à encaisser n'importe quoi, comme la perte de sa mère ce qui a par la suite endurcie un peu plus son cœur de pierre. Mais l'instant où elle vit Hallvard, son cœur commença à battre comme autrefois.

Pendant la soirée elle garda tout de même ces distances avec la personne qui deviendra plus tard sa plus belle aventure, ce cherchant du regard ne sachant pas quoi faire, mais tout n'était pas encore vraiment limpide pour elle. Sylgja c'était promis de rester au près de son père jusqu'à sa mort, Kalf n'étant plus que l'ombre de lui même depuis la disparition de sa femme. Ce soir là Hallvard fit le premier pas et fit un peu plus ample connaissance avec Sylgja qui avait du mal à cacher sa timidité.

Tout devenait un peu plus clair ce fameux jour où Thorvid et Kalf s'allia pour combattre un ennemie en commun Hallvard était en première ligne tout comme Sylgja qui ce tenait un peu plus loin, avant la charge qui annoncera certainement beaucoup de mort, le guerrier et la guerrière ce jaugeait du regard, ce surveillant l'un en vers l'autre mais sans forcément le montrer.

Durant cette bataille Sylgja ce retrouva désarmer avec seulement son bouclier pour ce défendre, sa mort était certaine si Hallvard n'était pas intervenu, dans le feu de l'action une épée fit une profonde entaille dans le ventre du guerrier, Sylgja protégeas à son tour son sauveur, mais quelque chose marqua profondément la guerrière, c'était la fureur, le courage et le dévotion qu'avait eu le viking en voulant la protéger son crie avait résonné dans toute la plaine effrayant par la même occasion certain de ses ennemies.
Sylgja resta par la suite trois jours et trois nuit au chevet du guerrier souffrant, et quand ce dernier ce réveilla il vit la jeune femme dormant à moitié coucher sur le lit sa main posé sur la sienne.

Hallvard arriva enfin à la hutte qu'il avait quitté plutôt ce matin, cette hutte qu'il avait fabriqué pour elle et lui, c'est ici qu'il avait passé la nuit avec Sylgja. Tout était en ordre rien n'avait bouger depuis qu'ils l'avaient quitté, il sorti à l’extérieur scrutant l'horizon dans la direction que sa compagne avait prise.





Subitement une voix sombre qui faisait froid dans le dos surgit de nul part :

« Guerrier il est temps de prouver ta valeur, je vois que tu as eu du courage pour partir la recherche de celle qui je l'espère te manque déjà. »

« Qui est-tu ?! Montre toi ?! Où est-elle ?! » s'écria Hallvard tournant la tête de droite à gauche.

« Nous allons rapidement savoir si tu est capable d'affronter n'importe quel danger. »

Le sol commença à trembler, fissurant la hutte, puis le sol fini par s’ouvrir en deux, Hallvard dégaina son épée et son bouclier sentent le danger approcher, une forte chaleur pouvait ce faire sentir de la fissure, c'est comme si les enfer venait de s'ouvrir sous ses pieds, dix grand guerriers au corps de braise s'en échappa, courant sans ce poser de question vers le viking qui ne fit qu'une boucher des trois premier voulant tester la puissance du guerrier, tout d'un coup il entendit la voix de son amant l'appeler à l'aide criant de toute ses forces, Hallvard fut distrait un instant avant de reprendre ardemment le combat, quelque mot sortait de sa bouche par moment après chaque ennemie vaincu avec des coups plus fatal les uns que les autres :

« J'arrive, je suis là ! »

Il enchaîna le reste des guerriers comme si c'était de vulgaire pantin, sa colère commençait à monter d'un cran, il tourna la tête et vit à ce moment là Sylgja ligoter sur un cheval partant au loin, tout ça semblait tellement surréaliste et pour cause ce n'était qu'un fantôme de cette dernière mais Hallvard semblait la voir comme au premier jour. Il siffla son cheval Vinter qui rappliqua au plus vite, il ce lança dans une course folle pour la rattraper, mais contre toute attente le guerrier devait maintenant affronter une pluie de flèche enflammer sortie littéralement de nul par, il ce protégeas des premiers projectile avant de dévier de sa trajectoire pour pas que son cheval ne ce fasse toucher, marquant de la distance entre elle et lui. Hallvard sera les dents de colère. Ils allaient en direction de la forêt mais Vinter commençait à fatiguer, il n'avait pas totalement récupéré du premier trajet qui avait était aussi effectué avec une vitesse folle.

Le viking pouvait ainsi voir sa chère et tendre partir au loin alors que lui était maintenant presque au point mort avec son cheval beaucoup trop épuisé. Il posa un pied à terre descends de son cheval, avant de passer sa main sur la crinière de Vinter pour finir sur sa tête et son museau toute en regardant au loin pour avoir encore la chance de d'apercevoir Sylgja.

Les minutes défilait et ce fut le calme plat, il ce retourna et vit alors au loin la hutte, qui s'écroula, Hallvard plissa des yeux comme si voir ce qu'il avait construit ce détruire sous ses yeux il fessait une profonde entaille, il allait suivre les traces de sa femme quoi qu'il en coûte.
Le viking retira la selle du dos de son cheval, puis les rennes, lui donna avec le cœur lourd les quelques dernières caresse avant de lui redonner sa liberté. Avec un peu de chance il retrouvera le chemin et pourra alors rentrer.

« Vas Vinter, prend ta liberté je préfère te voir comme ça que mort par ma faute. »

Il fixa son bouclier sur son dos, rengaina son épée et ce mis en marche lance à la main, le guerrier ne ce retourna pas une seule fois vers son cheval, cela lui faisait bien trop mal au cœur. Il ce souvient alors du jour où il avait reçu ce très beau étalon, son père l'avait ramené suite à un raid effectué chez les anglo-saxons, Hallvard avait fait sa connaissance très jeune et si était très vite attaché.

Durant son chemin il ce concentra à nouveau sur son réel but : sauvé celle pour qui il ce combattait aujourd'hui, il ce remémora alors la première fois qu'il toucha son visage.

C'était un soir de pleine lune où le ciel était totalement dégagé, accompagner par des millions d'étoiles et des aurores boréales comme jamais il n'en n'avait vue, ils étaient tout deux assis sur un rocher qui sur plombait le village.

« Je n'ai pas encore eu le temps de te le dire, mais je voulais te remercier de m'avoir sauvé la vie. » lança timidement Sylgja avec un léger sourire peu dissimulé.

Hallvard souris alors à son tour quand il entendis les mots de la guerrière, il prit alors délicatement une mèche qui tombait sur le visage de la jeune femme pour la placer derrière son oreille toute en passant les bouts des ses doigts sur son visage :

« Je dois aussi te remercier de m'avoir protéger et de m'avoir donné la force suffisante pour que je puisse sortie vivant de cette blessure, merci. »

Leur yeux était plongé les uns dans les l'autre, autour d'eux plus rien n'avait vraiment d'importance, instinctivement leur tête ce rapprocha alors que Sylgja posa délicatement une main sur le torse d'Hallvard tandis que ce dernier avait maintenant sa main totalement posé sur la joue de la guerrière. Ils ferma les yeux et leurs lèvres ce toucha s'embrassant tendrement avant de prendre un peu plus d’intensité, à ce moment là pour Sylgja son cœur battait fortement, elle semblait revivre.

Leurs lèvres ce détacha et tout deux ce contempla quelque instant, alors que le pouce d'Hallvard venait caresser doucement la pommette de Sylgja, qui déposa sa tête sur le torse du guerrier, une larme de joie intense coula le long de sa joue que la guerrière essuya discrètement pour pas que le viking ne la vois.

Hallvard arriva aux abords de la forêt qui était particulièrement luxuriante, il prit une respiration et y pénétra quand soudain de manière inattendu une flèche enflammé arriva sur lui, il l'esquiva sans trop mal en ce décalant sur le coter, il mis alors immédiatement son bouclier devant lui, lance pointé en avant et commença à avancer prudemment, regardant par moment sur sa droite et sur sa gauche, il avait du mal à distinguer vraiment ce qu'il avait devant lui, il faisait plutôt sombre, mais rien n’effrayer le guerrier prêt à combattre n'importe quel ennemi qui viendrait ce présenter à lui.

« Tu commence à m'amuser misérable barbare, si nous commencions les choses sérieuses. »
Balança la voix qui le mettait au défis.

« Je combattrait n'importe quoi, sa sera un honneur de mourir face à toi, mais pas maintenant pas aujourd'hui, je te retrouverais et je te tuerais de mais propre mains, et je ramènerais Sylgja ! »

« Bien, alors prouve donc ta valeur jeune guerrier MOUAHAH ! »





Hallvard commença à entendre des bruits de pas qui ce rapprocha de sa position, il commençait à entrevoir une personne de grande taille, bien trop grande, il fit ainsi face à un cyclope de plus de quatre mètres de hauteur munie d'un gourdin toute aussi gros, et une chaîne autour de son poignée, en voyant le viking le monstre cria d'une voix très grave comme pour essayer de le faire fuir mais sans succès.

Hallvard recula légèrement pour prendre ses distances et ainsi trouver une faille, le cyclope balança son bras, le gourdin prit une grand vitesse et partie de la droite vers la gauche de manière horizontale à fin de balayer le guerrier qu'il avait en face de lui, ce dernier sauta en arrière toute en effectuant une roulade, le cyclope ce mis alors rapidement en colère et frappa plusieurs fois son gourdin contre le sol avant de commencer à arracher des arbres et de les lancer sur le viking qui esquiva sans trop de mal les troncs qui lui arrivait dessus, puis contre toute attente le monstre le chargeas et lui donna un lourd coup de gourdin qu'il encaissa l'envoyant contre un arbre le faisant lâcher son bouclier, tandis que sa lance tomba juste à coter de lui.

Il eu tout juste le temps de ce relever qu'un autre coup de gourdin arriva mais cette fois-ci il fit une roula vers l'avant, en ce relevant Hallvard ce trouva pile en dessous du coude de cyclope sans aucune hésitation il planta alors sa lance dans l'articulation transperçant cette dernière, le monstre hurla de douleur toute en refermant le bras ce qui brisa par la même occasion sa lance, le monstre lâchant son gourdin, il tournait sur lui même en ce tenant le coude qui répandais du sang un peu partout, il desserra la chaîne qu'il avait autour de son poignée et commença à la faire tourner brisant les branches qui si trouvait sur son passage, contre toute attente Hugin et Munin arriva attaquant la tête et le visage du cyclope qui commençait à devenir fou, libérant une colère folle, donnant des coups de poing pour faire partir les deux corvidés, Hallvard en profita pour ce caché derrière un rocher :

« Rien n'y personne ne m'arrêtera, tu m'entends RIEN ! »

Les deux corbeau s'envola dans les airs et le cyclope fut presque choqué d'entendre le viking, le monstre ce retourna et regarda en direction du rocher, du quel sans crier garde le viking sortie, sauta à la hauteur de l’œil du monstre, la vision qu'avait le cyclope fut la dernière, voyant Hallvard donnant un coup précis et puissant à la verticale dans le globe oculaire de son ennemie, le cyclope cria d'avantage de douleur ce tordant de tout les coter, le guerrier retomba au sol et trancha l'arrière des deux genoux mettant le cyclope à genoux mais il gesticula et envoya un coup de poing sur Hallvard le faisant voler une nouvelle fois, lâchant son épée au moment où il heurta un arbre, il ce releva plein de colère et ce précipita vers l'extrémité de la chaîne, il le tira de toute ses forces vers lui pour le mettre au sol avant de courir vers ce dernier et d'enlacer la chaîne autour de son cou brisant par la même occasion l'épaule du monstre, il commença alors à serrer la chaîne, le cyclope arrêta petit à petit à ne plus bouger, Hallvard cria de colère, tirant de toute ses forces, quand soudain la nuque de cyclope ce brisa dans un bruit d'ossement, le viking jeta la chaîne et descendit du monstre sans le regarder une seule fois.

Le viking récupéra son bouclier, son épée et ce qui restait de sa lance. Il avait quelque douleurs, notamment de gros hématome au niveau du torse ainsi qu'aux jambes, son armure avait elle aussi prit quelque dégâts, mais comme il l'avait dit rien n'y personne ne pouvais arrêter ce guerrier qui continua son chemin dans la forêt.

Thorvid, lui aussi trouva la paix et mourra de sa blessure dans les bras de sa femme Ingrid, le couteau de Kalf avait été planté bien trop profond et bien trop près du cœur pour qu'il puisse en guérir.

La nuit commençait à tombé et Hallvard alluma alors une torche pour pouvoir s'éclairer, avançant prudemment dans la forêt Hugin et Munin ce posa sur ses épaules, le viking les regarda mais n'y prêta pas plus d'attention. La flamme de sa torche elle lui rappela quelque souvenirs.

Cette fois là où il c'était retrouvé tout les deux au bord du feu dans la hutte personnel de Sylgja, après avoir engloutie un délicieux repas, les mains de la guerrière venait parcourir le corps d'Hallvard toute en retirant ses vêtements, ce regardant droit dans les yeux, ont pouvait lire tout leur désire l'un envers l'autre, les mains du guerrier ce baladait elle aussi le long du corps de sa conjointe, la bouche et les mains de la jeune femme parcourra le corps du viking puis les lèvre d'Hallvard venait à son tour parcourir le cou de la jeune femme et sur son corps, tandis que cette dernière ce retrouva sur son homme, toute était si intense et baignait dans une atmosphère de bonheur, alors que leurs ombres dansait sur le mur au rythme du feu, les battements de cœur s’accéléra et les mouvements de bassin qui devenait de plus en plus vif eux aussi, la chaleur qui régnait rendait tout cela encore un peu plus extraordinaire pour le couple qui était entrain de vivre un moment inoubliable.

La tête de Sylgja était posé sur le torse d'Hallvard, la main de la guerrière ce baladait sur le torse de son compagnon, alors que le viking lui passait sa main dans les cheveux de sa bien-aimé, leurs regard était rivé sur les flammes du feu qui dansait avec toujours autant la même intensité, leurs visages était apaisait et leur yeux remplit de bonheur, les émotions était retombé mais leur amour était d'autant plus grande. Ils ce disait tout deux à quel point ils s'aimaient.




La pluie commença à tomber dans la forêt et Hallvard leva les yeux, des nuages gris presque noir commençait à recouvrir le ciel bleu, le viking avançait maintenant sa crainte bouclier et torche à la main, au fond de lui il avait une haine incommensurable en vers celui qui avait enlevé sa femme, il était prêt à affronter le prochain ennemie, et c'était ce qui allait arriver, des fissures dans le sol apparut une nouvelle fois des guerriers au corps de flamme à la composition de braise fit leur apparition mais cette fois il était bien plus nombreux et certain armé d'une façon différents, lance, épée, hache de guerre, massue, ainsi que quelque ranger d'archer, Hallvard ne montrait aucune émotion, on pouvait simplement lire dans son regard qu'aucune compassion sera donner au guerrier monstrueux qui voulais sa mort et dieu sais qu'il en avait fait preuve de beaucoup de compassion durant de nombreuse batailles qui avait eu lieu dans le passer.

La premier vague d'ennemie fonça droit sur lui et Hallvard lança sa torche touchant un monstre qui ce retrouva au sol, il dégaina son épée et commença à enchaîner les ennemies, parant avec son bouclier de manière très habile les coups qui lui était infligé, son épée tranchait gorge, ventre, bras et jambe, il donnait par moment de violent coup de bouclier faisant reculer les ennemies pour donner de meilleure coup, plus fort plus précis, ses cries de rage accompagnais la violence des coups qu'il donnait, des boules de feu commençait à tomber du ciel mais Hallvard n'avait que faire, aucune ne le mettait réellement en danger, quand soudain une arriva droit sur lui, dans un nouveau cries de colère le viking repoussa avec son bouclier la boule de feu partant en mille morceau de braise.

Un autre ennemie arriva sur lui dans le quel il planta son épée, avant de dégainer sa hache et de tuer un guerrier bien trop dangereux, il lança alors sa hache qu'il planta directement en pleine dans la tête, il récupéra son épée et continua d'avancer, Hallvard encaissait que très peu de dégât, sa fureur était tel qu'il ne sentait aucune douleur, la pluie de flèche arriva et le guerrier ce mis alors accroupie mettant son bouclier au dessus de lui, une flèche arrive tout de même à ce planter dans sa cuisse, il cassa alors le projectile mais laissa la pointe, sa colère monta encore d'un cran, il attendis que la salve de flèche soit fini, le guerrier ce releva et rangeas son épée, il commença alors à courir en direction des archer, récupérant au passage sa hache, il enfonça les premiers archer à l'aide de son bouclier pour ensuite enchaîner une série de coups sur chacun d'entre eux, découpa là encore des têtes ainsi que des bras, il lança une nouvelle fois sa hache sur un ennemie, toute en esquivant des boules de feu, Hallvard continua de tuer les guerriers avec la tranche de son bouclier, avant de le jeter sur le dernier archer et de récupéré un arc, le viking banda l'arc avec trois flèches qui toucha leur cible, les boules de feu tombait c'était un réel champ de bataille comme rarement il en avait vue tout ce calma l'espace de quelque instant avant de reprendre le combat de plus de belle, avec des guerriers qui venait avec des armes de plus en plus imposante comme des massues qu'il esquiva de quelque centimètre, il contra une hache de guerre à l'aide de son bouclier brisant un morceau de ce dernier. Hallvard dégaina son épée et tua le reste des guerriers.

Le viking prit une grand respiration et regarda autour de lui, les dernières boules de feu s'écrasait au sol, et avait raser la moitié des arbres qui était présent, la fatigue et les douleurs commençait à ce faire sentir, les combats avait était d'une tel intensité qu'il posa un genoux à terre un peu sonné et déboussolé, il avait une énorme soif qu'il ne pouvais pas étancher, il leva la tête et ouvrit la bouche pour avoir quelque goutte de pluie dans la bouche.

Hallvard ce releva en s'aidant de son épée, la chaleur avait grimpé rapidement avec les boules de feu, il faisait chaud dans cette forêt de braise alors qu'ont pouvait entendre des arbres ce briser, le regard du guerrier était rivé sur le sol encore un peu humide, son bouclier dans une main son épée dans l'autre, il commença à marcher avec une respiration dans la quel on pouvait sentir toute sa haine, sous ses pieds les branches morte craquait. Son armure était dans un mauvais état, mais au point où il en était plus rien n'avais d'importance, il c'était lancé dans ce sauvetage et il irait au bout quoi qu'il en coûte. Un grondement pouvait ce faire entendre au bout du chemin parsemé de corps c'était certainement à cette endroit qu'il allait sauver Sylgja.

Il avança serrant son épée le plus fort possible, tenant son bouclier fermement, après avoir parcourus quelque mètre il arriva enfin sur le lieu du bruit, là où un cratère c'était formé, le sol fumait, et émanait une chaleur, le viking fronça les sourcils, quand soudain dans une explosion un étrange personne fit son apparition, abordant un visage en squelette, des cornes sur le haut du crane, une armure faite de chaire et d'ossement, ce déplaçant sur ce qui semblait être de la fumé de couleur noir et rouge, tenant en main un sceptre avec un œil au bout :

« Je devrais certainement t’applaudir pour ton exploit mais tu vas bientôt mourir tout t'es efforts ont servit à rien. »

Hallvard pointa son épée vers ce qui semblait être son véritable ennemie, abordant un regard qui pouvait être bien plus terrifiant que celui de son détracteur :

« Libère Sylgja, c'est un ordre, ou sinon je n'aurais aucune compassion comme tout les combattants que tu m'as envoyé jusqu'à maintenant. »

Tout d'un coup son interlocuteur s’énerva rapidement :

« Comment ose tu adresser la parole à un dieu JE SUIS LE DIEU DE LA MORT ! HADES ! Et tu vas mourir ici et maintenant ! »

Hades leva son sceptre et fit alors sortir un guerrier du sol, c'était un vrais colosse, portant un masque avec un crinière rouge sur le dessus, tenant en main une hache ainsi qu'une massue, son nouvel ennemie ne perdit pas temps et lui sauta dessus fracassant sa massue contre le sol, Hallvard recula pour esquiver le puissant coup, rapidement il posa son pied sur le bout de la massue qui ce trouvais au sol et donna un lourd coup de pied en plein dans le torse de son adversaire pour le faire reculer et le faire lâcher sa massue, mais son adversaire donna un coup avec sa hache, Hallvard contra ce coup avec son épée.
Son ennemie courra de nouveau vers le viking surprit qu'il revienne aussi vite à la charge donnant cette fois-ci un coup à la verticale que Hallvard bloqua avec son bouclier, la hache du colosse ce planta dans le bouclier du viking, à ce moment là il en profita pour dévié la hache sur le coter et donner un coup qui sera fatale pour son ennemi, mais contre toute attente il encaissa son épée dans les cotes, l'épée ne c'était pas vraiment planter puisque son armure l'avait protéger, son adversaire lui donna un violent coup de tête qui fit tombé Hallvard au sol lâchant son bouclier et son épée, dans des cries de rage le colosse récupéra sa massue et commença à vouloir tuer le viking qui esquiva les coups en roulant sur le sol avant de donner un coup dans la jambes de son adversaire pour le faire perdre l'équilibre, le guerrier réussi et ce releva et lui assena un violent coup de poing en plein dans le casque, son adversaire fut sonné l'espace de quelque seconde, le temps suffisant pour Hallvard de récupéré son épée et porta un coup puissant tranchant du haut vers le bas le torse de son adversaire.

Dans sa colère son ennemi balança une nouvelle fois sa massue mais avec la douleur il rata son coup et Hallvard esquiva sans trop de difficulté, il trancha la main du colosse, avant de planter son épée dans son torse, puis il récupéra la hache de son ennemi pour lui planter dans le dos, il prit alors la massue et l’écrasa sur la tête du colosse. Le viking retira son épée du corps de son ennemi ramassa son bouclier et ce retourna pour regarder Hades qui prit immédiatement la parole toute en criant :

« M-mais qui es tu !? Il n'y a plus rien à sauver ! Je l'ai tuer, elle est morte ! J'ai tuer Sylgja au moment ou je te l'ai enlever, JE LUI EST PLANTE MA DAGUE EN PLEINE POITRINE !!! »

Hallvard fit de grand yeux, tituba sur place quelque second, dû à cette révélation et à la fatigue qu'il a engendré jusqu'à maintenant, il s'écroula à genoux, son regard perdu dans le vide, à voix basse mais suffisamment fort pour que Hades l'entende Hallvard prit la parole :

« Qu'es que tu as fais, qu'es que.. »  

Hades pointa son sceptre en direction du viking :

« Lâche ton épée et ton bouclier, il ne te serve plus à rien maintenant. »

Hallvard s’exécuta et lâcha son épée et son bouclier, il retira aussi son casque qu'il avait garder depuis qu'il était parti de son village, le posant devant lui, sa peau et ses cheveux était humide, cette nouvelle fit un effet de dévastions au plus profond de son âme, il se remémora les plus beaux moments passé avec elle, les entraînements qu'ils faisaient parfois ensemble, les moments où elle lui prenait la mains pour le bousculer sur le lit, les rires et les je t'aime, il se remémora aussi le souhait de Sylgja de vouloir des enfants et de vouloir ce marier avec Hallvard, vivre dans un coin paisible là où il avait construit leur hutte, vivre pleinement cette histoire, les paroles de Sylgja raisonna dans sa tête :

« Notre mariage sera le plus beau Hallvard, nos enfants seront beau et fort comme leur père, et moi je serais la femme la plus heureuse de ce pays et même au delà de ses frontières. »

Hallvard leva la tête vers le ciel et aperçu des nuages former un tourbillon des éclaires flashait de droite à gauche, et l'orage commençait à gronder, le regard du viking ce fixa à nouveau sur Hades pointant toujours encore son sceptre, ce dernier commença à former une boule d'énergie, le guerrier retira la fourrure qu'il avait sur les épaules, ainsi que des parties de son armure de cuire, il ce senti alors un peu plus léger, Hallvard s'appuya sur son poing pour s'aider à ce relever :

« Reste à genoux parce que bientôt tu rampera vers moi, pauvre FOU ! Je dominerais ton peuple et tout TES DIEUX ! Odin a refusé mon défis, vous allez payer les conséquences de cette affront ! »
   
Hallvard ramassa son bouclier avec une respiration très soutenue et son regard qui dévisageait Hades, la pluie tombait à grosse goutte, il brandit en l'air son bouclier, quand soudain dans un bruit lourd et grave la foudre sortie du tourbillon de nuage pour venir s'écraser contre le bouclier du viking qui amortie légèrement la chute électrique, le guerrier fit trois pas en arrière avant de courir et de bondir sur le dieu de la mort

« Qu'es que !... CREVE BARBARE ! »

Hades lança un rayon d'énergie en direction d'Hallvard qui était dans les airs, mais le viking ce protégeas à l'aide de son bouclier qui avait une protection supplémentaire grâce à la l'électricité, passant au travers de l'attaque du dieu de la mort telle une météorite, mais durant son parcoure son bouclier commença à ce désintégrer au fur et à mesure, Hallvard arriva à la fin de son parcours et il ne restait plus rien de son bouclier, mais il réussi tout de même à dévier le sceptre de sa trajectoire, arrêtant par la même occasion l'attaque d'Hades, le viking dégaina alors le reste de sa lance qu'il avait rangé derrière lui et la planta dans le cou de son ennemi, une nouvelle fois la tonnerre surgit des nuages tombant sur la lance pour l'alimenter, mais cette fois si la foudre tombait en continue :

« MON NOM EST HALLVARD ! SACHE QUE MEME LES DIEUX NE PEUVENT ARRETER LA FUREUR D'UN VIKING, CONNAIS LE VERITABLE SOUFFRANCE, CONNAIS LA VRAIS FORCE D'UN BERSERKER !!! »

Dans un crie de rage intense Hallvard enfonça un peu plus sa lance dans le corps du dieu Hades, déchirant son corps qui commença à ce désintégrer jusqu'à ce que ce dernier explose dans une onde de choc des plus dévastatrice projetant le viking valdinguer contre des arbres dans les quels il ce heurta violemment.

Il resta au sol une bonne dizaine de minutes avant d'ouvrir légèrement les yeux, le visage marqué par la bataille et la terre, il entendit la voix de Sylgja l'appeler :

« Hallvard, Hallvard tu dois te lever. »

« J-je n'arriverais pas, pas sans toi. » déclara Hallvard à bout de souffle.

Quand tout à coup le marteau de Thor s'écrasa à quelque mètre du viking allongé au sol, aussitôt le dieu du tonnerre fit son apparition, il s'approcha du guerrier et lui tandis la main pour l'aider à ce relever ce que Hallvard fit, il était maintenant debout mais ce tenait le torse, il avait de multiple contusion et ouvert à quelque endroit sans oublier la flèche qui lui faisait extrêmement mal, mais Hallvard demanda immédiatement quelque chose à Thor :

« Où est Sylgja ? »

« Elle n'est malheureusement plus de ce monde, Hades ne t'avais pas menti, tout comme ton père... » Lui répondit Thor d'un air un peu triste.

Hallvard n'en revenait pas de ce qu'il venait d'apprendre, la mort de Syglja ainsi que celle de son père.

« Mais il serait plus simple qu'elle vienne nous rejoindre. »

Sans attendre une seconde de plus Sylgja arriva descendant des cieux entourer d'une lueur blanche et jaune portant une armure des plus étincelante, un casque abordant des ailes sur le coter et des ailes des plus majestueuse dans le dos, elle ce posa au sol, le visage d'Hallvard rayonna un peu plus affichant un sourire voulant s'approcher d'elle il perdit l'équilibre et tomba mais Sylgja le rattrapa avant qu'il ne touche le sol, leur regard ce rapprocha et le viking se sentit un peu plus apaisé.

Thor prit alors la parole :

« Hallvard tu as fait preuve d'un grand courage et tu as vengé la mort de mon père Odin, tu aura une place toute particulière au sein d'Asgard, mais pour l'heure tu dois vivre, je ne serais jamais loin pour t'accompagner durant le reste de ta vie, bon courage Hallvard et que la force et la puissance soit avec toi, je suis désolé pour ton père, mais ce dernier à aussi une place importante puisqu'il siège à la place d'Odin en attendant que tu vienne y siéger à sa place.. »





Ce dernier quitta les lieux laissant Sylgja et Hallvard seul un moment, le viking regarda sa compagne :

« Je suis désolé Sylgja, j'ai voulus faire le maximum pour toi, je t'es perdu e-et j'ai tout perdu, j-je t'es enlever tout les rêves que tu voulais réaliser, je te demande pardon. »

Sylgja posa un doigt sur la bouche d'Hallvard et fit un non de la tête tout en disant :

« Chute Hallvard ce n'est pas de ta faute, tu as était extraordinaire, tu as été une source d'inspiration pour moi, au fond de moi je t'ai toujours aimé, tu n'as rien gâché au contraire tu as prouvé ton amour de la plus belle des manières, affrontant les dangers au péril de ta vie comme tu la fais la premier fois en me sauvant, tu as été un marie merveilleux et je t'en serais éternellement reconnaissante. »

« Et tes rêves, ton souhait d'avoir un enfant ? »

« T'en fait pas Hallvard tu as ma rendu heureuse à un point ou personne ne pourras le faire puisque tu deviendra père et moi mère... Je suis enceinte Hallvard... »

Soudain la mine triste d'Hallvard s’effaça pour faire place à une joie des plus prononcé, Sylgja serra son marie dans ses bras.

« Mais comment cela peut être possible ? »

« Hades ma tuer en plantant une dague dans ma poitrine et non ma ventre, le bébé n'est pas encore formé et les forces divine on pu faire en sorte qu'il reste en vie. J'ai déjà un nom en tête si c'est une fille que dirais tu de Birka, et si c'est un garçon j'avais passé à Wulf. »

Le sourire de Hallvard en disait long :

« J'aime bien Birka, mais que dirait tu de Beowulf pour le garçon. »

« C'est encore mieux en effet, notre enfant sera à notre image, beau et merveilleux, je lui conterais les histoires du valeureux Hallvard. »

Leurs rirent dura quelque seconde, s'imaginant déjà de très beaux moments.

« Hallvard il temps, je dois partir. »

« Non, non, laisse moi venir avec toi. »

« Tu ne peux pas Hallvard, tu t'es battue pour rester en vie, tu as encore beaucoup à faire ici, le monde à encore besoin de toi, tu as tué un dieu, un dieu de la mort ! Tu dois retourner au village car le temps presse l'armée de mon père ce sont organisé pour attaque ton village, tu as avec toi Hugin et Munir qui veilleront sur toi et moi je vivrais éternellement dans ton cœur, je serais toujours près de toi, je regarderais tes exploits de là haut avec notre enfant. »

La valkyrie retira son collier pour le donner à son marie, le symbole du pendentif était celui de Vegvisir.

Sylgja et Hallvard s'embrassa tendrement pour la dernière fois, et pendant qu'il s'embrassa, le corps d'Hallvard s'illumina de la même lueur qu'abordais Sylgja qui posa ça main sur le torse du guerrier soignant toutes ses blessures, leur baisé fut d'une intensité comme jamais auparavant, faisant vibrer tout le corps d'Hallvard tout deux eu alors des frissons qui parcourra leur échine.

Ils ce releva tout deux et le viking se sentait en forme et reposé, Sylgja déploya ses ailes qui balaya le sol soulevant de la poussière, ses pieds décolla du sol, Hallvard tenait la main de la valkyrie jusqu'à ne plus pouvoir, il ce regardait tout du long, jusqu'à ce qu'il ne se vois plus. Hallvard posa sa main sur son cœur quelque instant fermant les yeux, puis il prit en main le pendentif que Sylgja lui avait donné.

Le guerrier récupéra la moitié de sa lance, rengaina son épée, et vit Vinter arriver d'un pas calme presque nonchalamment vers lui, tapant le sabot sur le sol en regardant Hallvard qui eu un léger sourire, il caressa sa crinière et son museau avant de chevaucher son cheval et de partir à une grande vitesse effectuant le chemin inverse, alors que la pluie ce calma et fit place à une lueur de lumière.
Le viking passa devant sa hutte détruite sans s'arrêter mais la regarda tout de même quelque instant, avant de ce reconcentrer sur son chemin. La course qu'il effectua ce faisait à grande allure, c'était comme si Vinter avait compris tout ce qui c'était passé jusque là.

Hallvard arriva au abord du village, et Farkas et Halldis avait déjà prit position devant la cité que son frère avait maintenant hérité, son frère lança la charge et Hallvard ce trouvais encore loin derrière, il prit un petit élan et son cheval Vinter poussa de toute ses forces dans ses pattes arrière pour prendre la maximum de vitesse, le guerrier et son cheval rattrapa facilement l'armée de son frère, Farkas fit un crie de joie au moment où il vit son frère arriver.

La bataille fut particulièrement violente et sanglante, ils sorties victorieux face à l'armée de Kalf, les derniers hommes battait en retraite, Farkas avança vers Hallvard :

« Sa fait plaisir de te revoir mon frère, où est Sylgja ? »

Hallvard fit un signe de la tête comme pour montrer qu'elle n'était plus, mais qu'elle vivait toujours dans son cœur.

« Je suis désolé Hallvard, père est aussi... »

« Je sais Farkas.. Nous lui offrirons les plus belle des funérailles. »

Hallvard remonta sur son cheval :

« Mais d'abord je vais chasser les derniers soldat et récupérer le village de Kalf et prendre son trône. »

Farkas lui fit un grand sourire, avant qu'Hallvard ne reparte de plus belle avec une poignée d'hommes, chevauchant avec Vinter la plaine.
Là haut Sylgja regarda son époux et fit un grand sourire, puis ferma les yeux elle était si fière de son marie, elle posa les deux mains sur son ventre, avant de pointé son regard sur le casque qu'elle avait prit avec elle et que son marie avait laissé sur les lieux de la mort d'Hades.

L’âme de Sylgja et Hallvard resterons liée éternellement et à jamais, l'un n'oubliera jamais sa femme tandis que l'autre vivra dans son cœur jusqu'à sa mort et infiniment.


Spoiler:
 


Dernière édition par Akuma le Dim 14 Avr 2019 - 15:51, édité 1 fois
Kaito Shan
Kaito Shan
Demi-Sayen
Masculin Age : 21
Date d'inscription : 31/05/2016
Nombre de messages : 7427
Bon ou mauvais ? : Divinement Bon.
Zénies : 25 (1500 alliance)

Techniques
Techniques illimitées : ✞ Kaikai ✞ Freeze ✞ Magie Kaïô-Shin ✞
Techniques 3/combat : ✞ Light Hawk Wings ✞ Volonté ✞
Techniques 1/combat : ✞ Kami no Ryuken Bakuhatsu ✞

Nani ? ! ( ͡☉ ͜ʖ ͡☉) - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Nani ? ! ( ͡☉ ͜ʖ ͡☉)   Nani ? ! ( ͡☉ ͜ʖ ͡☉) - Page 2 ClockSam 12 Jan 2019 - 2:46
Du pur talent
Pink Guy
Pink Guy
Autres Races
Masculin Age : 18
Date d'inscription : 22/04/2017
Nombre de messages : 410
Bon ou mauvais ? : Hey b0ss !
Zénies : 1180

Techniques
Techniques illimitées : Disabled BreakDance | Peanutbutter | Filthy Lycra
Techniques 3/combat : Coupure Budgétaire Momentanée | Erectile Dysfunction
Techniques 1/combat : Hey b0ss !

Nani ? ! ( ͡☉ ͜ʖ ͡☉) - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Nani ? ! ( ͡☉ ͜ʖ ͡☉)   Nani ? ! ( ͡☉ ͜ʖ ͡☉) - Page 2 ClockSam 12 Jan 2019 - 23:59
Nani ? ! ( ͡☉ ͜ʖ ͡☉) - Page 2 Claire

Thème choisi : La dépression
Avant-propos : Il est de notoriété commune que la psychologie de votre serviteur ici présent se résume à une agglomération visqueuse et sphérique de bonheur et d’insouciance, tuméfiée de dépréciation personnelle. Par conséquent vous conviendrez qu'il n'a pas été aisé pour lui de réaliser un texte de cette ampleur sur un sujet qui lui était parfaitement inconnu jusqu'alors, à l'exception faite de quelques témoignages de ses connaissances les plus proches. Il y a de ça presque cinq mois déjà ce joyeux luron a fait un pari avec la créatrice de fabuleux concours ( NON C'EST PAS JUIN LA HMAR )  qui consistait à rédiger justement en l'occasion de ce concours d'écriture un texte sur la dépression afin de savoir si il était possible de parler d'un sujet tel, sans l'avoir vécu. Hors donc voici le résultat de ce pari, qui a été narré d'une façon assez particulière. Soyez donc indulgents je vous prie, camarades garages-à-bites  car comme à mon habitude, l'écrit est saturé de références hellénistiques et littéraires sibyllines. Et au vu du dernier mot de la phrase précédente, je crois qu'il est inutile de préciser que je continue à saturer mes textes de mon vocabulaire afin de palier à la maigreur de ma narration xD ! J’ai décidé de poster en avant-goût cette maigre introduction à l’heure fatidique, les fameuses 23h59 d’Ajito puisque le sieur est si cher à notre Claire :3 Enfin, j'aimerais te remercier Claire pour ce concours célébrant tes 10 ans ! 10 ans putain ! T'es quand même sacrément vieille, éphébophile que tu es ahah ! Pendant deux ans de fréquentations tu n'as cessé de m'impressionner et de me réjouir avec ton humour graveleux huehue et que dire des nombreuses leçons que tu m'as dispensé ? Je te serais infiniment reconnaissant pour m'avoir enseigné l'humilité, la compassion, le pardon, la méditation et toute une pléthore d'autres choses fantastiques ( et certes sacrément gay ) qui m'ont, qui nous ont aidés à grandir. Et tu resteras à jamais dans mon cœur comme ma meilleure amie hmara:P Je crois que tout ceux qui te connaissent de près où de loin ne me contrediront pas quand je dis que tu es une personne brillante, hilarante et radieuse qui fait toujours de son mieux pour aider les autres et une modératrice consciencieuse et à l'écoute ^^ ! Je ne suis probablement pas aussi doué que mes précédents en congratulations, ainsi je conclurais par un simple : JE T'AIME CLAIRE NAHAWO HUEHUE TOUJOURS ! Alors joyeux dix ans, et joyeux anniversaire ! Et surtout merci d'exister Very Happy !*well that was pretty gay*


Nani ? ! ( ͡☉ ͜ʖ ͡☉) - Page 2 I76597-comment-bien-nettoyer-sa-langue + Nani ? ! ( ͡☉ ͜ʖ ͡☉) - Page 2 Plastiques =  Tête

Lol je posterais plus tard dans la semaine j'ai toujours pas fait un truc satisfaisant x3
Pythar
Pythar
MJ
Masculin Age : 21
Date d'inscription : 25/06/2014
Nombre de messages : 16065
Bon ou mauvais ? : neutre
Zénies : 3770

Techniques
Techniques illimitées : Vague explosive/Javelot d'energie/Déplacement instantané
Techniques 3/combat : Super canon garric/Cœur Ardent
Techniques 1/combat : Big bang attack

Nani ? ! ( ͡☉ ͜ʖ ͡☉) - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Nani ? ! ( ͡☉ ͜ʖ ͡☉)   Nani ? ! ( ͡☉ ͜ʖ ͡☉) - Page 2 ClockDim 3 Mar 2019 - 14:23
Yoru était un jeune homme travaillant dans une compagnie de logistique routière, cadre et performant, il se donnait beaucoup pour son entreprise, pour sa femme, pour sa famille. Prudent et plein de bon sens, il vivait dans la région de Kanto, dans les banlieues de Tokyo, ayant précédemment quitté la campagne ou vivait sa famille. Ce dernier portait habituellement son costume utilisé au travail ainsi qu’un air quelque peu impassible lié à son rôle administratif, ses yeux sombres s’alignaient à la couleur de sa chevelure mi-longue. Les souvenirs de Yoru étaient troubles, un matin de routine, une journée banale, puis un retour dans le ter dans ce qui était le plus normal des mondes. Pourtant, le cadre n’était pas dans un quelquonque train mais bien dans une voiture, au siège arrière d’une limousine sobre, noire, les vitres de cette dernière étaient teintées, il était seul. Silencieux, comme se réveillant d’un bref sommeil, le jeune homme scrutait son environnement, l’extérieur n’était pas visible, la teinture charbonneuse de la portière et le brouillard entourant la voiture masquant le décor, c’est donc tout naturellement qu’il interpela le conducteur.

« Mh, excusez-moi, vous pouvez me dire où l’on se rend ? »


Demandait simplement le jeune homme sans grandes conviction, encore étourdi de son long voyage, à l’avant, une vitre s’abaissa, laissant entrevoir le valet conduisant le véhicule. Ce denier était de dos, il portait une tenue de servant moderne marine et un petit képi, sa voix était quelque peu indifférente.

« Je ne connais pas cet endroit, je dois simplement vous emmener ici, nous sommes bientôt arrivés. »

Yoru était un garçon calme qui était habitué à travailler sous pression à son bureau tout en gardant un sourire d’ange, ce n’est donc pas une « surprise » ainsi qui allait le rendre fou, néanmoins, il insista, cette situation n’était clairement pas normale, était-il otage ?

« Comment-ça ? Vous devez forcément savoir l’ou on se rend… »

Le conducteur était formel.

« Vous m’avez indiqué la route avant que nous partions, mais vous ne vous en souvenez pas. »

Soudain, la voiture s’arrêta net, ils semblaient être arrêtés à coté d’un bâtiment très lumineux qui perçait le mystère imposé par les vitres teintés, déverrouillant les portes, le majordome sorti du véhicule, ouvrant la porte droite à monsieur.

« Nous voici arrivés, je vous souhaite une belle soirée. »

Rassuré de ne pas avoir été kidnappé, Yoru sorti du véhicule, découvrant alors l’extérieur : C’était une rue d’une grande ville inconnue en pleine nuit, les bâtiments environnants faisaient tous au moins 4 étages, ces derniers n’étaient pas illuminés, la route était vide à l’exception de quelques voitures garées. Seul un grand building de 8 étages illuminait la voie d’une manière ridiculement appuyée, c’était un vieil immeuble qui faisait profiter à la rue entière d’un style du XIXème charmant. Faisant quelques pas sur le grand trottoir longeant les bâtisses, l’homme au cheveux court était désorienté, ne sachant pas dans quelle ville il se trouvait, naturellement, il fut alors attiré par ce seul bâtiment illuminé de mille feux : Une dernière lumière dans un crépuscule froid. Fort heureusement, le jeune cadre ne se retrouvait pas seul, il voyait plusieurs personnes habillées en costumes et robes fumant à l’entrée, ces derniers ne lui étaient pas familiers, heureusement que Yoru avait son costard pour ne pas faire tâche face aux prestances environnantes.

Bien décidé à savoir ce qu’il faisait ici, il interrogea le groupe de fumeurs, ces derniers étaient quatre, une femme et trois hommes, tous semblaient s’ignorer, il fallait captiver tout ce beau monde à vive voix et avec ce sourire si singulier qu’il parvenait toujours à tenir.

« Excusez-moi, bonsoir ! J’aurais aimé savoir où l’on se trouve, je me suis un peu égaré. »

Les 3 hommes étaient assez âgés, entre 50 et 70 ans, ils semblaient perplexes.

« Quelle drôle de question, vous ne savez même pas ce qu’est-ce bâtiment ? »

Affirmait l’un d’eux, un chauve caucasien, pointant de son index droit le bâtiment si lumineux, agitant la tête, Yoru n’avait aucun souvenir ; La femme, cheveux en longue couette et robe sombre, intervint alors, l’air quelque peu aigrie des interrogations du jeune homme.

« Hé bien voici quelqu’un de bien négligé ! Nous sommes à l’Hôtel New Japan à Tokyo ! Comment avez-vous pu oublier ça ? »

Agitant naïvement les bras, le perdu cherchait à se justifier aussi maladroitement qu’on l’imagine.

« Excusez-moi, je me suis assoupi un instant et j’ai un petit trou de mémoire. »

Tokyo, Yoru était toujours à la capitale, néanmoins cet hôtel ne lui disait toujours rien, avançant vers les multiples portes d’entrées de la réception, le jeune homme était pensif, quelque chose devait clocher. Pourquoi était-il arrivé en limousine ? Il n’en avait clairement pas les moyens, pourquoi il ne s’en souvenait pas… Alors qu’il allait pousser les doubles portes de l’entrée, une sirène se fit entendre au loin, un camion de pompier sans doute, c’était le premier bruit venant de l’horizon que le débauché entendait depuis son arrivée, presque agréable en somme. En pénétrant dans le bâtiment, c’est une réception assez classieuse qui l’accueille, deux réceptionnistes derrière un comptoir en bois taillé, pleins sourires.


« Bienvenue Monsieur ! Approchez ! »


Invité par les dames qui semblaient bien plus jeunes et agréables que la précédente, Yoru s’approcha, posant ses mains sur le comptoir, le décor de la salle était en accord avec la façade de l’immeuble, le classieux de la fin des années 1800. Pourtant, la technologie était bien présente, téléphone, télévision et même un ordinateur ! C’était assez rare pour cette année de 1982.


« Vous avez une réservation ? »


Demanda simplement l’une des hôtesses au client désorienté qui scruta un instant ses poches, découvrant en dehors de ses babioles habituelles un reçu de paiement pour une réservation à son nom : YORU WATANABE. Il l’a tendit alors à la demandeuse qui scruta un instant le bout de papier, s’exclamant alors de surprise.

« Ho, c’est curieux, votre ticket n’a pas de date de réservation… Tous les invités de ce soir ont bien leur dernière soirée assignée ici pourtant. »

La dernière soirée faisait surement référence aux possibles réservations sur plusieurs jours de certains gros clients, certainement.

« Votre ticket n’est pas valide dans ces conditions monsieur, si vous voulez vraiment participer à la soirée, il faudra ajouter un extra. »

Soudain, l’autre femme qui scrutait les autres réservations sur son ordinateur releva ses lunettes avec enthousiasme, arrêtant sa collègue.

« C’est bon, monsieur doit surement rejoindre sa femme, c’est bien madame Watanabe Amaya ? »

Le visage de Yoru s’illumina alors, en effet, Amaya était bien son amour depuis bientôt 8 mois, la simple élocution du nom de cette dernière rayonnait dans le cœur du jeune homme comme une étoile de sureté : Il était rassuré. Car finalement, il n’était pas seul, sa chérie était là, dans le bâtiment, il ne restait plus qu’à la retrouver pour avoir quelques réponses, il était tout de même arrivé seul, sans elle, pourquoi donc ? Eux qui étaient si proches, si bien unies par des passions communes, qu’est-ce qui aurait pu mal se passer ? Yoru n’avait aucune souvenir de conflits avec son amour et ne risquait pas de croire à une séparation qu’il aurait cherché à oublier dans l’alcool. Déterminé, un brin plus animé, l’homme en chemise hocha la tête, affirmant clairement qu’il allait se rendre auprès de sa douce.

« Oui c’est bien ça, l’on devait se rejoindre. »


La première hôtesse dévoila alors du bout de son bras droit une porte située sur la droite de la petite réception.

« Cette porte vous mènera vers la salle des fêtes, c’est au quatrième étage. »

Saluant d’un grand sourire les deux réceptionnistes, Yoru se dirigea vers ce fameux étage 4.


L’environnement était somptueux, digne de ce qu’un hôtel Japonais pouvait envier d’un Européen, ici, renaissance et victorien se mélangeaient pour les beaux yeux d’une foule fortunées. Mais ce n’était pas la structure envoutante qui monopolisait l’attention du jeune homme, mais bien de retrouver sa bienaimée. Car oui, c’est bien avec elle qu’il serait rassuré, comme depuis des mois déjà, la compagnie d’Amaya avait sorti Yoru d’une partie sombre de son existence ; Les marches s’accumulaient. Avant de connaître sa chère, le cadre n’était pas l’homme ordonné et poli qu’il était, il y a deux ans, le pauvre avait été victime d’un cuisant burnout ; La faute au système pro-Américain mêlé à l’honneur nippon. Ainsi, Yoru avait enchainé des journées de 15 heures de travail pour rendre des dossiers sous peine de perdre son emploi via des méthodes de management ignobles ; Les marches semblaient infinies. Perdu, démissionnant sous pression sous la menace d’une faute lourde, l’homme était dévasté, sombrant dans les jeux et l’alcool, une finalité facile, mais non sans conséquences.


Malheureusement, après une soirée trop arrosée, trop sombre et bien trop risquée par la violence des hommes présents, Yoru fut victime d’un règlement de compte dans lequel il était seul contre tous. La raison n’était pas des moindres pour de tel brigands : le jeune devait de l’argent. Mais par chance ou miracle, les Yakuzas furent arrêtés in-extremis par un groupe d’intervention de la police d’investigation criminelle. Et c’est là que la vie du perdu fut illuminée de joie et de bonheur, car l’une des intervenantes de l’ordre n’était autre qu’Amaya, celle qu’il se mit à aimer. Peu de temps après ce sauvetage, les deux personnalités se confrontèrent, à cause de ses soucis d’argent et d’alcool, le Yoru fut analysé psychologiquement par cette dernière au commissariat local, puis, de fil en aiguille, ils sont appréciés, et même adorés.


Les marches venaient d’être gravies, l’homme était de retour dans la lumière, poussant les doubles portes ornés et décorés du hall. A l’intérieur, une grande salle, plusieurs tables de buffet aux allures chatoyantes et une cinquantaine d’invités aux styles propres à l’hôtel en général. Malgré la décoration, une désagréable odeur de fumée semblait se faire sentir, mais rien n’indiquait un quelquonque danger, le jeune homme était peut-être secoué par son réveil dans la limousine. Ignorant donc ce fait, le cadre s’avança vivement, cherchant du regard celle qu’il aimait, ne serait-ce que la voir le rassurerait. Mais évidemment, le broua ambiant n’aidait pas, beaucoup de monde, beaucoup d’âmes perdues dans une soirée clownesques.

Naviguant entre les groupes, évitant la tentation de rester manger un toast, Yoru eu finalement la vision qu’il attendait, d’un coup d’œil vif, mais assuré, il vit celle qu’il chérissait plus que tout, seule, le regard vide. Cette dernière portait une robe noire sobre, bien peu mise en avant par rapport aux autres. Elle n’avait plus rien à prouver, elle qui avait une vie de couple et une certaine modestie, inutile d’attirer trop de regards. Amaya était une bien belle femme, d’assez petite taille, elle possédait des cheveux mi-longs châtains-sombres, des yeux noisette, un teint assez pâle. Sa corpulence allait de pair avec ses pommettes, lui offrant l’apparence d’une femme équilibrée et joyeuse.

D’un pas rapide, il rejoignit cette dernière, un sourire ampli de la frustration disparue, ampli d’une confiance grandie et d’une curiosité restaurée. Il se présenta devant sa belle, l’enlaçant alors malgré la désagréable odeur de fumée, celle-ci semblait surprise.

« Amarya, tu m’as manquée, je ne me souviens pas d’avoir prévu cette soirée mon amour, excuses moi. »


Cette dernière semblait désolée, mais enlaçait fortement son conjoint.

« Oh, tu es venue, tu m’as aussi beaucoup manquée, mais… »

Elle cessa alors de l’enlacer, lui adressant un regard solennel.

« Pourquoi tu es venu ? Tu ne devrais pas être là Yoru. »

Interpelé et surpris, Yoru fut prit d’une certaine stupeur, raclant sa gorge de peur d’avoir oublié quelque chose d’important, encore.

« Je… J’ai oublié quelque chose ? »


La pair fut alors prise d’un léger ricanement, rien de bien méchant, son homme avait surement fait une petit bêtise.

« Je t’avais dit de ne pas venir ! Mais tu es venu quand même ; Ce n’était pas le moment. »

Comment ça pas le moment ? Bien que sans souvenirs, le cadre allait jouer sa carte principale : Le super mix amour-blague : la technique ultime !

« Hé tu sais, je t’ai dit que je te suivrais jusqu’à la mort ! »


Affirma-t-il d’un sourire un peu niet, bien désireux de rafraichir l’ambiance au possible. Pendant ce temps, le bruit de sirène semblait s’être rapproché, finalement, l’intervention des pompiers devait se faire dans un lieu assez proche. De son coté Amaya se mit de nouveau à rire, mission réussie.

« C’est vrai que tu ne risques pas de mentir là-dessus ! Mais tu ne devrais pas rester ici, suis-moi. »

Déclarait-elle en s’avançant vers une cage d’escalier proche menant aux étages supérieurs, il y avait aussi un ascenseur, paresseux, Yoru fit une proposition alléchante.

« L’on ne prend pas l’ascenseur ? »

Interrogea-t-il, surpris.

« Non, il ne vaut mieux pas que tu essaie, il est inutilisable. »

Curieux, dans un lieu aussi luxueux, l’ascenseur était en panne, c’était tout bonnement étrange que dans une telle réception il n’ait pas été réparé. Le couple prit donc l’escalier pour monter d’un étage, parvenant au 5ème, un long couloir disposait donc l’organisation des différentes chambres, entrant dans la chambre réservée par Amaya. Cette dernière était assez petite, mais restait honorable dans le style, cependant, même aussi loin du hall, la vielle odeur de fumée ne semblait pas partir, et par la fenêtre, le camion de pompier se faisait d’avantage entendre, c’était leur manie de faire des exercices aussi tard ?

Désormais en privé, Yoru ne se priva pas d’enlacer sa femme de nouveau, l’embrassant amoureusement par le temps qui les séparaient, le voici comblé de bonheur. Cependant, après cette courte embrassade, Amarya semblait préoccupée, ouvrant la fenêtre donnant sur l’extérieur, c’était une porte fenêtre disposant d’un petit balcon. Elle s’y posa, les coudes contre la rambarde, malgré la violence sirène en extérieur. Le jeune homme la rejoignit, mais le son était si fort, si strident, comment pouvait-elle résister avec un tel bordel ?

« Tu n’entends pas la sirène ? Elle fait un bruit assourdissant on devrait retourner à l’intérieur. »

La belle se tourna alors vers lui, l’air quelque peu perplexe.

« Mais il n’y a pas de sirène mon chéri… »

Yoru écarquilla les yeux, pas de sirène ? Comment était-ce possible ? Il observa alors en contrebas, la ville était complétement éteinte, mais surtout, il n’y avait ni circulation, ni camion d’urgences, rien.

« Tu… Tu as raison… »


Affirma-t-il donc, désabusé, que lui arrivait-il pour qu’il ait une telle hallucination ? Il ne devait pas se sentir bien, perdre la mémoire, sentir de la fumée, entendre des sirènes, il devait être dans un mauvais rêve, ce genre de moment ou l’on parvient à émuler la lucidité. Mais ce genre de choses ne lui était jamais arrivé avant, et, tout lui semblait si réel, sa chère Amaya, elle était là, il avait senti la douceur de sa peau, ses cheveux fins et le gout de ses lèvres. Cette dernière reprit également la parole, l’air insistante.

« Comme je t’ai dit, il faut que tu partes, je sais que je te manque, mais l’on se reverra plus tard, tu le sais bien. »


Yoru observa alors le vide, ses yeux le brulait, voulait-il pleurer ? Non, pas vraiment, il n’était pas si triste que ça, ses yeux le brulaient juste, c’était désagréable, mais il le cachait. Il fixait donc le contrebas, confiant que sa chérie avait bien raison.

« Oui, c’est vrai, je ne sais pas trop ce qu’il m’a pris, mais pourquoi tu es là ? »

Pour sa femme avait réservée une suite pour elle seule dans une telle soirée ? Elle fixa le vide elle aussi, souriant comme si la raison était évidente.

« Tu sais bien que pour mon travail d’investigation je dois récolter des informations en civile. »

L’invité surprise passa alors sa main droite sur son visage, frappant sa bêtise, mais bien sûr.
Elle se tourna ensuite vers lui, elle se détachait de la rambarde.

« Mais maintenant il faut que tu partes, tout de suite, c’est trop dangereux pour toi. »

Yoru fronça son regard, dangereux ? Ça n’en avait pas l’air, il n’y avait rien de spécial à cette soirée, pourquoi partir, ils avaient enfin un peu de temps ensemble, autant en profiter.

« Non, je compte bien rester avec toi, un peu plus. »

Sa compagne se couvra alors le visage de ses deux mains, l’air attristée.

« Mais tu ne comprends pas ! »

Yoru haussa gentiment le ton, il y avait peut-être une information qui lui manquait expliquant le flou général.

« Comment ça ? Tu vas me dire ce qu’il se passe enfin ?! »

Amaya fit alors un petit pas en arrière, se plaçant au niveau du passage entre le balcon et la chambre, elle éclata en pleur, comme si cette question était celle qu’elle voulait évitée, alors que la fumée devenait de plus en plus odorante, les sirènes plus violentes.

« Je te remercie mon chéri ! »


« Quoi ? »

Puis il fut poussé dans le vide par sa bienaimée, tombant dans les flammes, la cendre et les morceaux de roches se détachant du bâtiment, une transition hallucinatoire, incompréhensible. Avait-il été trahi ? Était-il devenu fou ? Tout ceci était-il la réalité ou bien une machination de son esprit ? La chute allait être violente, le 5 ème étage était cruellement haut, le sol était bitumé, sans pouvoir se retourné, il heurta le sol dans une vision d’enfer, et un cri, partagé entre elle et lui.

Puis, un certain temps semblait se défilé, quelques minutes, ou peut être quelques secondes, en tout cas, Yoru pouvait sentir son corps écrasé au sol, non pas détruit ou réduite en charpie, bel et bien présent, mais engourdi et douloureux. En ouvrant mollement ses yeux, il fut témoin de sa vision d’horreur, l’immeuble en face de lui, le new Japan, était en proie aux flammes, un incendie dévorant qui ne laissait pas de place au doute sur la situation des résidents du soir. Écarquillant les yeux, le jeune homme se rendait compte de deux choses, la première, c’est qu’il venait de sauter de 5 étages, la seconde, c’est qu’il se sentait encore vivant, comment ? Puis, il toussa, à plusieurs reprises, assez violemment, détournant ensuite son regard vers la sirène, et cette fois, il la voyait, il voyait le camion de pompier, toujours avec cette odeur de fumée, là même qu’a l’intérieur.

Puis, par le bruit de sa toux, le gamin avait attiré quelques agents proches, certains qui dégainaient la lance, se dispersèrent et parvinrent au corps de Yoru, la surprise s’entendait dans leurs voix.


« Mais… Il a sauté lui… Il est vivant ? »


« Bah oui regarde ! Il a toussé ! »


« Emporte-le ! »


Puis la conscience de l’homme l’abandonna, sous la vision d’un immeuble en flammes, sous le dernier souvenir son amour, incompris, incompréhensible, mais si humain.

Puis du vide, l’atmosphère d’incendie disparue, plus de désagréables sensations, plus de sirènes, juste du silence, l’espace d’un temps, l’espace d’un instant, avant d’ouvrir de nouveau les yeux, sans avoir le temps de penser.


« Monsieur Watanabe ! »


Les yeux ouverts, le blessé se retrouvait dans un lit d’hopital, allongé dans un lit et en perfusion, il était couvert d’un drap et semblait être seul dans la salle. Mais son regard découvrit hors de son champ de vision initial le visage d’un inconnu, visiblement d’un docteur travaillant dans cet établissement. Yoru était certainement au service central des urgences de Tokyo Ouest, fixant alors l’urgentiste, une seule parole lui vint dans sa gorge enrouée.


« Ou est Amaya ? »


Le médecin soupira alors, cherchant les mots en détournant le regard. Cela voulait bien tout dire, comme si s’en doutait lors de sa vision d’horreur lors de l’accident, sa femme était surement partie. Les larmes montaient alors, celle qu’il aimait plus que tout, celle qui l’avait sorti de la misère et de la dépression, il l’avait perdu. Comment ceci avait-il pu arriver ? Il n’en revenait pas, il ne comprenait pas ce qu’il avait vu et ce qu’il avait senti, ce qui était réel ou non. Il avait l’impression que deux histoires se mélangeaient, deux réalités pourtant si crédibles. Mais qu’allait-il faire désormais ? Seul, perdu et sans repère, peut être fou, comment-allait-il remonter la pente… Il adressa un regard chagriné, attristé, désespéré au médecin, lui épargnant des formulations houleuses.  

« Je… J’ai compris, laissez-moi ! »

Le docteur baissa alors les yeux.

« Je suis désolé pour votre femme, mais nous avons quelques questions… »

Des questions ? Cet homme croyait que c’était le moment ? Yoru se sentait fatigué, il voulait juste se reposer, si donnait qu’il pouvait avec le désespoir qui l’habitait, l’agonie d’un amour perdu d’avance. Mais à quoi bon, plus rien n’importait maintenant, sa propre vie, il l’avait perdu le soir ou elle l’avait sauvé, depuis, il ne vivait que pour elle. Sans Amaya, il n’était qu’un être vidé et tué, il n’était pas bien différent d’elle car il n’était plus sensé vivre non plus depuis longtemps. Il bredouilla donc fébrilement, sans grande conviction.

« Allez-y. »


Hochant la tête le médecin commença pour un récapitulatif court.


« Bien, d’après ce que nous savons, vous vous êtes rendu à l’hotel new Japan vers 22h20, est-ce vrai ? »

En se remémorant la salle d’accueil, Yory se souvint avoir vu une horloge pointant effectivement vers cet horaire, c’était donc vrai et sur, il y était bien allé, tout ce qu’il avait vu était donc bien vrai.

« Oui, c’est ça, je crois. »


Le docteur, cet homme chauve, prit des notes sur un petit carnet, continuant.

« Par la suite, vous êtes resté à l’intérieur presque vingt minutes, n’est-ce pas ? »

C’était vrai, le cadre n’avait pas perdu de temps, il était directement allé voir sa bien aimé, et ensemble, ils sont arrivés au 5ème étage.

« Pas plus de 30 minutes je dirais… »

Puis vint une dernière question, elle qui était bien plus surprenante.

« Pourquoi vous êtes vous jeté dans le vide, monsieur Watanabe ? »

Et là, la mémoire de l’homme tiquait, il ne s’était pas lui-même jeté dans le vide, c’était bien sa femme qui l’avait poussé, il en était certain… D’ailleurs, il n’avait même pas pris le temps de réfléchir sur cet agissement. Aveuglé par l’amour, il ne s’était peut-être pas rendu compte de la possibilité qu’il ait été victime d’un assassina, mais pourquoi elle lui aurait fait un tel coup ? Yoru était confu, à l’image de sa réponse.

« Et bien, je crois que, enfin je ne suis pas sûr. C’est, hm… C’est peut-être ma femme, mais... Elle n’a pas fait exprès j’en suis certain ! »

Le médecin prit ses dernières notes, quittant la salle.

« Merci beaucoup monsieur, reposez-vous bien. »


Plusieurs jours plus tard…


Yoru n’avait pas plus été interrogé, il avait profité de ces quelques journées isolées pour manger, boire, penser, et récupérer de son accident, il n’avait pas encore reçu de visites car, d’après les médecins, « il était trop tôt ». Mais en guise de pseudo consolation, le rescapé allait avoir le droit à une séance chez le psy de l’hôpital, il n’était pas contre, s’il était capable de lui éclaircir la vue, il en serait ravi face au manque cruel de communication dont il était victime. C’est ainsi que le jeune homme se retrouva dans une pièce sobre, assis sur un sofa dans un bureau, face à un homme tenant un carnet comme dans tout les stéréotypes. Ce psy était une sorte de clone de Samuel Leroy Jackson, celui qui jouait dans glass ou star wars, avec la même voix. Son ton était calme, il tentait de réveiller les souvenirs de Yoru.

« Yoru, racontez-moi comment s’est déroulé votre soirée au New Japan, de votre point de vue, n’oubliez aucun détail. »


Le veuf fut sincère, la limousine, l’éclaire bien trop fort de l’immeuble en extérieur, l’odeur de fumée omniprésente, l’heure, la sirène, les invités, le ticket, les escaliers, sa femme… Tant de choses qui finirent par la chute tragique de l’homme face à son amour.

Puis, après quelques secondes de réflexion, le psy posa une simple question.

« Vous avez déjà entendu parler du phénomène de mort imminente ? »

Yoru agita la tête en guise de réponse négatif, intrigué par ce que pouvait lui apprendre l’homme. Samuel eu un petit rictus.

« Ce n’est pas très courant, et souvent ce ne sont que des histoires, mais j’ai tendance à y croire. »


Il chercha ses mots un instant, puis repris.

« Je vais vous raconter votre soirée, en vous mettant en évidence certains points qui mériteraient des éclaircissements. »

Puis, les deux personnages plongèrent dans l’imaginaire, l’hôtel fut restauré dans le même état que lors de l’arrivée de Yoru, les mêmes personnes, la même limousine, et ce même bâtiment si lumineux.

« Ce que je tiens à remarquer dans un premier temps, c’est la lumière excessive du bâtiment, et d’un autre côté, les ténèbres qui l’entoure, la ville est éteinte, sauf ici ? »

Le jeune homme se frotta le menton, c’est vrai que malgré l’heure tardive, il n’y avait aucune circulation, aucun véhicule et aucune lumière ou bruit ailleurs dans la ville.

« Mh, c’est vrai que seul l’hôtel était illuminé… »

Ensuite, ils entrèrent dans la réception, puis, une sorte de fantôme de Yoru semblait se former, ce dernier reproduisait toutes les actions précédentes, montrant son ticket à l’accueil.

« Un ticket sans date, haha… »

Ricanait alors le psychanalyste en observant la scène, le blessé fronça le regard.

« Qu’est-ce qui vous fait rire ?! »

« Je garde ce détail pour plus tard, il est assez important. »


Vint ensuite la montée des escaliers, la rencontre avec Amaya, son caractère distant, puis l’ascenseur en panne qui ne fut pas relevé pour rapidement revenir au 5ème étage, sur le balcon.

« Elle était distante ce soir-là, n‘est-ce pas ? »

« Plus que jamais… »

« Et c’est elle qui vous a poussé dans le vide ? »


Yoru hocha la tête, la scène, vous l’avez aussi en tête, y avait-il besoin de la décrire une seconde fois ?

« Et vous êtes tombé… seul, en découvrant que le bâtiment était en flammes n’est-ce pas ? »

« Oui, c’est pendant ma chute que je l’ai remarqué… »

Samuel semblait intrigué et très curieux, ne se focalisant pas trop sur la tristesse du jeune homme.

« Passionnant, je suis sûr de moi. »

« Sûr de quoi ? »

Le psy posa alors son carnet, fixant quelques secondes son patient sans dire un mot.

« Sûr que vous étiez mort. »


Le visage du veuf se décomposa alors, ce médecin était fou ? On ne meurt pas pour ressusciter après ! Et puis, tout ceci était du paranormal alors, et ça, Yoru n’y croyait clairement pas, c’était du pipo de magicien ! Puis si la magie comme cela existe, pourquoi ne pas faire revenir Amaya aussi à la vie ?!

« Mort ? Vous vous foutez de ma gueule ! »


Hurla alors l’être en peine… et en colère, se relevant brusquement, faisant souffrir son dos fatigué, dans un gémissement bien peu dissimulé.

« Calmez-vous, je vais vous donner les vrais faits, car, en soit, vous ne savez toujours pas ce qu’il s’est passé. »


Yoru se ré-allongea, connaître la vérité ne serait effectivement pas de refus, au-delà des récits de magicien.

« Allez-y, ce ne serait pas trop tôt. »

Samuel hocha la tête.

« En cette soirée de Novembre, votre femme, Amaya, travaillant dans les services de renseignement s’est rendu à cet hôtel pour avoir une couverture pour une intervention le lendemain dans un quartier proche. Le but pour elle était d’observer si un membre haut placé de la mafia se trouvait dans les dignitaires de la soirée. Cependant, les choses ont dégénéré, les Yakuzas savaient qu’elle était dans cet hôtel et connaissaient les faits d’arme de votre femme. »


Il agita la tête, c’était une soirée atroce.

« Ils ont mis le feu à l’hôtel en piégeant la majorité des personnes au quatrième étage… »


Il releva ensuite son regard vers le veuf.

« Mais vous, vous êtes intervenus dans les premiers lorsque l’incendie est apparu, vous vous êtes empressé d’entrer dans le bâtiment en flammes. Vous êtes ensuite monté au 5ème étage, pour retrouver Amaya, mais il était trop tard. »

Samuel semblait s’accrocher à son siège, scotché par cette histoire incroyable.

« Vous étiez donc seul au 5ème étage, incapable de redescendre, il y avait trop de soufre, trop de dangers pour reprendre les escaliers… Alors vous avez sauté, et vous avez survécu. »

Yoru écarquillait les yeux d’avantage, tout ce qu’il avait vu n’était qu’une hallucination ?! Il était donc bien fou ? Ou c’est la fumée qui le faisait rêver ? Il ne pouvait plus tenir en place, les rouages prenaient du sens ! L’odeur de fumée, les sirènes, sa femme qui lui disait de partir ! C’était des sortes de… visions du réel ? Il était donc en semi conscience ?

« Lorsque vous étiez au balcon, vous avez dit à votre femme que vous sentiez de la fumée, elle vous à alors répondue que non, elle, elle ne sentait rien. C’est bien une preuve que vous n’étiez pas mort, mais bien entre les deux, capable de revenir malgré tout. »

Mais… Pourquoi il avait rêvé ainsi ? Qu’est-ce qui pouvait expliquer sa survie, ses visions, cette capacité…

« Comment je peux survivre d’une telle chute si elle est réelle ?! »

D’un air plus que solennel, le psy fut formel.

« Ceci est une preuve que vous avez été une dernière fois aidé par quelque chose, peut être que votre femme, qui vous a poussé, était la manifestation de votre envie de vivre. Vous vous souvenez du ticket ? C’est une partie importante. Vous disiez que n’aviez pas de date inscrite dessus, certainement car il représentait votre date de mort, qui était reportée. »

Voici un détail surprenant, il y en avait surement d’autre que le docteur n’avait pas révélé (il y en a d’autres pour vous qui lisez). En somme, tout ceci indiquait que… Yoru aurait été mort l’espace d’un instant, rencontrant sa femme dans l’au-delà pour lui adressant un dernier au revoir ? Et… Finalement, elle l’aurait, malgré son amour aveugle, sauvé une dernière fois ? Les larmes prirent de cours le jeune homme qui éclata dans des sanglots sans réel sens. Il était heureux, mais triste, mais perdu, mais surpris, mais bien vivant.

« Vous savez, je pense, quoi qu’ait voulu votre femme, qu’elle vous chérissait plus que tout, et que pour lui rendre hommage, vous devrez vivre et ne plus faire écho de votre tristesse. »


Et cet homme avait raison, c’est ce qu’elle voulait et que ce soit physiquement ou mentalement, elle lui avait adressé ses derniers vœux, il devait vivre. En poussant Yoru dans le vide, Amaya ne l’avait pas tué bien au contraire, elle l’avait ramené parmi les mortels, et cet acte est aussi délibéré que sincère.

Se redressant lentement, le blessé était perdu mentalement et moralement, se rassurant vivement d’avoir au moins essayé de braver les flammes pour l’aider, au péril de sa vie. Samuel se leva également, invitant à Yoru à faire de même.

« Votre acte était de toute manière fort, peu de gens iraient au 5ème étage d’un bâtiment au bord de l’écroulement. Mais maintenant, vous devez tout reconstruire. »

Il hocha la tête, serra une main et pu, peu de temps après cela, sortir de l’hôpital.

Reprenant son travail, agissant avec clairvoyance et bienveillance, Yoru ne sentait guidé par une belle étoile, s’il n’avait plus le loisir d’être avec sa chère, il profitait de chaque instant qu’elle lui avait offert. Puis, quelques jours plus tard, il rencontra finalement un journal parlant de son accident, décrivant que cet incendie violent qui avait pris tant de vie. Et il se sentit égoïste.

... Mais quoi d'autre ?

...










---------------Arrêtons là !---------------








Il faut savoir que cet accident, cet incendie, il est réel, c’est une histoire vraie se déroulant dans les années 80, en novembre 1982 pour être exact, je voulais prendre un fait réel pour y ajouter de la profondeur. Voici un des articles qui parle du drame.

https://www.nytimes.com/1982/02/08/world/32-killed-in-hotel-fire-in-tokyo-more-than-60-others-are-injured.html

Pour les thèmes, j’ai évidement tiré sur plusieurs catégories, en fait, toutes, l’amour, la perte, l’apprentissage, la peur, la dépression et un peu d’ouverture d’esprit car je voulais faire une histoire à double fond capable de toucher plus de monde. J’ai eu beaucoup de mal à écrire ce texte pour plusieurs raisons, l’un des secondaires étant qu’il faillait rédiger une histoire mettant en avant des sentiments. Mais plutôt que de faire l’établissement d’un amour, j’ai préféré plutôt en faire la chute, ou du moins, ce qui s’y apparente, car finalement, cet écrit a plusieurs sens et Yoru n’est plus totalement seul. Après, j’ai laissé une certaine liberté d’interprétation car je pense qu’il y a plusieurs manières de voir l’histoire, entre folie, paranormal ou aveuglement amoureux (voir psy peu scrupuleux xD).

En tout cas, voilà, désolé pour le temps excessif, je râcle les limites un peu, mais bon, ce n’était pas facile à écrire, je n’ai même jamais eu autant de mal pour un résultat sur lequel je ne peux pas m’avancer. Car finalement, ce genre d’exercice est bien plus difficile que du bête combat de dragon ball et met une claire frontière entre l’écriture dramatique et le basique rp dbz avec des persos un peu stéréotypes. Néanmoins j’espère que le contenu à su être intéressant.

Mais j'ai eu terriblement du mal avec le rythme je pense, ça doit être brouillon et surtout pas très prenant au début, à qui aura le courage de le lire. Mais bon, fallait bien essayer non ? Et puis qui suis-je pour me juger, haha

En tout cas, comme je l'ai pourtant certainement déjà dis, bon anniversaire à toi Claire, j'espère que je pourrais t'écrire encore bien des histoires !


Contenu sponsorisé

Nani ? ! ( ͡☉ ͜ʖ ͡☉) - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Nani ? ! ( ͡☉ ͜ʖ ͡☉)   Nani ? ! ( ͡☉ ͜ʖ ͡☉) - Page 2 Clock
 
Nani ? ! ( ͡☉ ͜ʖ ͡☉)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 4Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
RPGDBZ :: Hors Rpg :: Evénements-