Partagez
 

 Bar "Chez tonton Alri"

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Alricaus
Alricaus
Autres Races
Masculin Age : 32
Date d'inscription : 27/02/2015
Nombre de messages : 138
Bon ou mauvais ? : Neutre
Zénies : 650

Techniques
Techniques illimitées : Téléportation - Beelzebub - Ransetto
Techniques 3/combat : Double Ransetto - Wings Wind
Techniques 1/combat : White Lightning

Bar "Chez tonton Alri" Empty
MessageSujet: Bar "Chez tonton Alri"   Bar "Chez tonton Alri" ClockDim 26 Aoû 2018 - 18:48
L’hybride marcha tranquillement dans l’allée, cherchant donc le fameux bar d’Enki. Après avoir demandé aux quelques passants qui trainaient sur la planète, il n’eut au final peu de mal à trouver la route. Et au bout d’un petit moment de route il arriva finalement devant la porte du bar. Ce dernier semblait en effet bien vide. Il regarda en direction de son coéquipier et il lui fit signe qu’il n’y avait hélas personne. C’était forcément prévisible, et c’est pour ça qu’à présent la mission allait pouvoir commencer.
 
Il regarda les environs, et il commença par découvrir que juste à côté il y avait un autre bar, le hasard fait parfois bien les choses. Il rentra à l’intérieur, et ce dernier ressemblait à un vieux bistrot, où de rares types étaient en train de se saouler la gueule. Il regarda ensuite vers le comptoir, et il put voir un vieux type, en train de prendre son temps pour nettoyer un verre. Ce qui serait le plus simple serait de le tuer pour prendre possession du lieu. Mais forcement cette action aurait des répercussions, et le sang qui coulerait pourrait mettre à mal la réputation de ce lieu, alors que son but est justement d’arriver au contraire.
 
« Bien le bonjour ! Je constate avec effroi que votre commerce semble mal tourner, vous arrivez à vous en sortir ? »
 
Le vieil homme continua de tranquillement laver son verre dans un calme bien pesant. Alricaus garda le sourire, et masqua ainsi son impatience. Serait-il possible que ce dernier se joue de lui ? A moins qu’il soit juste complètement sourd, ce dernier n’ayant en effet même pas décoller ses yeux de son verre. En tout cas cela pourrait expliquer pourquoi ce dernier n’ait que trop peu de clients. Mais finalement alors qu’Alricaus s’apprêtait à hausser la voix, ce dernier posa son verre et servit un verre d’une boisson de couleur verte, et il tendit à l’hybride puis répondit.
 
« Bonjour, voici votre Saibaiman tourné, et oui j’ai réussi à m’en sortir. Et je confirmer que vous semblez bien contrastez avec votre compagnon Elfroi. »
 
Voilà qui allait bien compliquer les choses, avec ses difficultés d’écoutes. D’ailleurs l’infâme mixture verte qui se trouvait face à lui, ne lui donna pas envie de le boire. Un des mecs au comptoir s’approcha de lui, et il commença à lui parle.
 
« Eh ben, tu as du courage, ouaip. Dans mon peuple on nomme ce breuvage un Namek Solaire, ouaip. Seul les plus courageux sont capable de boire cette infâme mixture, ouaip. »
 
Ceci intriguait pas mal l’hybride, il avait peut-être face à lui la source d’une pouvoir immense, un peu comme de nombreux comptes : brave des montagnes pour devenir plus fort. Alricaus prit son courage à deux mains, et but cul sec la boisson devant l’œil intrigué de ce compagnon de comptoir. L’hybride posa son verre vidé, et s’essuya la bouche avec sa main droite, s’empêchant au passage de régurgiter.
 
« Eh ben bravo, je n’avais jamais vu quelqu’un avoir le cran de boire ça coup sec, ouaip. »
 
« Quelles sont les vertus de cette boisson ? »
 
« Aucune, ouaip, y’a qu’un mec qui aime le Get27 pour croire que ce breuvage soit bon, ouaip. »
 
Il s’en alla laissant Alricaus … digérer. Bref, il fallait quand même trouver un moyen de prendre possession de ce bar. L’hybride toussa avant de reprendre la parole, tachant d’articuler le plus possible ainsi que de parler suffisamment fort pour se faire cette fois, bien comprendre.
 
« J’aimerais savoir si vous n’avez pas des difficultés à faire tourner ce bar. »
 
Le vieux serveur commença la préparation d’un second cocktail, et Alricaus tenta l’annulation de ce dernier, en faisant de grands signes. Le barman sembla comprendre et il s’arrêta. Mais soudainement il s’empressa de concocter 4 cocktails, et en donna 2 à Alricaus et les 2 autres à Cinn.
 
« Eh ben mon gars, tu as du courage, ouaip. Il parait que celui qui est capable d’en boire 3, est capable d’accomplir de grandes choses… »
 
Alricaus prit une grande inspiration, et commença à descendre son second Namek solaire. Cela fut rude, il tenait bon. Il avait vraiment bu beaucoup de choses infectes dans le royaume des démons, mais pour être honnête il n’avait jamais bu quelque chose d’aussi infecte. Il continua sa route, se demandant si son coéquipier arrivait à le suivre dans cet exploit. Il continua, et posa sa main devant sa bouche, évitant de peu de vomir. Il releva de peu sa tête, comme le brave guerrier qu’il était. Un des mecs saouls posé sur une table annonça :
 
« Oh, ce mec dépasse les 0.50 G. »
 
Alricaus tenait bon, mais sa patience elle commençait à dépasser ses limites. Il se tourna vers le mec posé sur le bar qui annonça :
 
« Bravo vous pouvez accomplir de grandes choses dans la cuisine, ouaip »
 
Mais .. qu’elle était cette histoire ? Bref il n’avait pas de temps à perdre, et il se décida d’être plus malin et Il prit un bout de papier, pour écrire ce qu’il tentait de dire depuis un moment. Le barman le lit, et il lui montra un pouce et commença à préparer … un nouveau cocktail, avec cette fois un petit parapluie.
 
« Désolé pour l’oubli, je n’avais pas compris que vous vouliez un petit parapluie, je peux comprendre votre souffrance. Pour cette raison, je vous offre 7 cocktails. »
 
Et le mec qui se trouvait à côté de lui reprit la parole et annonça :
 
« Il parait que si un mec boit les 7, il est capable de faire trois vœux, ouaip. »
 
Alricaus n’écouta plus les absurdités de ce mec, et posa ses deux mains sur la table, et haussa la voix.
 
« Non mais putain vous faites exprès ? »
 
 Le barman fit une courbette en guise de réponses, semblant être désolé pour ce qu’il venait de produire … et continua de faire des cocktails ! Alricaus se retrouva avec 10 Namek solaire face à lui, et Cinn en avait 4. Le compagnon de bistrot annonça :
 
« Oh tu déclares la guerre à ton pote, ouaip ? Bon j’avoue qu’en 10 vs 4 c’est compliqué … mais tu as tes chances. »
 
Ceci en étant trop pour l’hybride qui fit apparaitre une lame d’énergie sur sa main droite, et annonça :
 
« Tu n’es pas un barman, et toi tu n’es pas un simple client. »
 
Le client se mit à rire avec une voix grave bien typique des méchants d’animés.
 
« En effet tu nous as démasqués, nous sommes les frères Victorovitch, notre but est de conquérir le monde en contaminant le monde grâce à la puissance de la menthe couplée avec celle du kiwi. HEIL LE VERT. J’invoque mon stand : Killer Green »
 
Alricaus ayant largement dépassé sa limite n’attendit pas une seconde de plus et décapité à la suite les deux frères, sous les yeux des rares clients restant. Mais à sa grande surprise un tonnerre d’applaudissements eut lieu.
 
« Félicitations vous avez vaincu ces deux tyrans. Il servait ce cocktail à chaque client, afin de les tuer. Ils comptaient conquérir le monde grâce à ça. Grace à vous le monde ira mieux … même si ce bar vient de perdre ses dirigeants. »
 
Alricaus croisa les bras et avec un grand sourire annonça :
 
« Ne vous inquiétez pas, le spectacle doit continuer. »
 
C’est ainsi qu’Alricaus reprit le bar, et commença la refonte de ce dernier, et reprit le nom du bar d’Enki, histoire de le titiller davantage. 
Cinnsylach
Cinnsylach
Demon
Masculin Age : 34
Date d'inscription : 04/12/2016
Nombre de messages : 142
Bon ou mauvais ? : Neutre
Zénies : 1120

Techniques
Techniques illimitées : Body Outshine, Illusion Smash, Eye Beam
Techniques 3/combat : Shadow Claw, Invisible Guard
Techniques 1/combat : Crown Flasher

Bar "Chez tonton Alri" Empty
MessageSujet: Re: Bar "Chez tonton Alri"   Bar "Chez tonton Alri" ClockJeu 30 Aoû 2018 - 23:16
Les aventures de Cinnsylach et Alricaus se déroulaient souvent dans des bars en fait. Là ils venaient d'en quitter un où il y avait eut pas mal de grabuge, où ils avaient rencontré Freddy... Qui n'était d'ailleurs peut-être pas son véritable nom. Ce personnage mystérieux avait un peut retourné le cerveau de tout le monde avec ses histoires de dieux ou on ne sait quoi. Mais apparemment ça n'avait pas suffit à nos deux protagonistes pour se poser trop de questions ou, au pire, devenir complètement maboule. Par contre ça leur avait donné envie d'aller dans un autre bar, et à ce rythme là on allait bien finir par croire qu'ils n'étaient rien que deux poivrots qui finissaient toujours par se bastonner. Ce n'était pas le genre d'aventure dont Cinn rêvait à vrai dire.

Ils s'étaient dirigés vers un autre bar, pour changer, et s'étaient rendus non loin de celui du terrible Enki. Et oui, ils étaient dans cette démarche d'aller lui faire concurrence. Quelle idée machiavélique que de lui voler tout ses clients ! Cinnsylach se contenta de suivre, pour changer. A l'entrée de l'enseigne qu'ils visaient Alricaus n'y alla pas par quatre chemin. Sa façon de parler fut pour le moins direct et on ne pouvait pas vraiment dire que c'était la meilleure solution pour faire bonne impression. Par chance, le type au comptoir n'avait pas entendu, ou bien faisait-il exprès de ne pas entendre ? Il essuyait son verre sans faire attention aux nouveaux venus. Ce n'était pas très correct de sa part, il avait tout intérêt à être agréable avec ses clients, mais non. Peut-être était-ce l'attitude de Alricaus qui eut pour conséquence cette froide réaction. Le guerrier aux draps sombres se rapprocha de son acolyte et lui chuchota quelques mots à l'oreille.

"Euh... Tu es sûr que c'est la bonne façon de faire ?"

Ce qui se passa ensuite amena encore plus d'interrogations sur le propriétaire du bar, qui eut le réflexe de répondre à Alricaus en... Lui servant un Saibaiman tourné ! Mais il n'avait rien demandé ! Sur le coup Cinnsylach fut un peu déçu de ne pas avoir été servit, même s'il n'avait rien commandé. Alricaus, lui, ne se priva pas de boire, même si ce n'était pas ce qu'il voulait il s'exécuta, étrangement. Pour le Stin ç'aurait été plus logique qu'il agisse ainsi car il était très curieux et voulait tester plein de trucs, mais son camarade était plus dans la retenu, plus méfiant. Il fallait croire que de le mettre au défi de boire un liquide inconnu pouvait le motiver à prendre quelques risques. Le démon aux yeux rouge regarda la scène silencieusement, se demandant si ça avait bon goût. Vu la grimace que fit son comparse ensuite il y avait de fortes chances que ce ne soit pas le genre de trucs qu'on boit par plaisir. Après cette épreuve réussite haut la main, l'hybride persista avec la question qu'il avait posé précédemment, le Stin tourna la tête de gauche à droite, peu convaincu. Il fut servit une nouvelle fois, c'était à croire que le simple fait de demander un truc permettait d'obtenir cette boisson étrange, mais cette fois il y en avait deux ! Mieux, encore, Cinnsylach avait lui aussi été servit. Il se frotta les mains, ravi. Il n'était pas vraiment effrayé par le possible mauvais goût de la chose, comme déjà dit, il aimait essayer de nouvelles choses. Il observa les deux verres, les mains sur les hanches, avant de se lancer d'un œil curieux.

"OK. Bon, ça doit pas être si terrible, il n'y a pas eut mort d'homme, hein ?"

Il n'attendit pas vraiment de réponse et prit le premier verre avant de le regarder de nouveau. Mais trop attendre mettait un peu trop de pression alors il ne se posa plus aucune question et avala ce qu'il y avait dans le verre... Et soudain il se mit à tout recracher d'un coup ! Offrant une petite fontaine de Namek solaire autour de lui.

"OH PUTAIN !! C'EST QUOI CETTE DAUBE ?!" Il se rendit rapidement compte qu'il n'avait pas réussi cette première étape, alors il se tourna vers le propriétaire et le mec chelou. "Attendez, attendez ! Je peux au moins en boire un. C'est ce que ferai un héros n'est-ce pas ?"

Le visage de Cinn était très sérieux, comme si on parlait là d'un truc super grave et ajouter cela avec son look très particulier ça pouvait donner une scène des plus classes. Il aurait juste fallut changer le contexte et les paroles. Après hésitation, il fini par boire le deuxième verre, avec un peu de difficulté certes, mais cette fois-ci il l'avait fait ! Cependant, le grand champion était Alricaus, qui avait réussi à tous les boire ! Incroyable ! Même le mec chelou d'à côté était stupéfait. Mais pourquoi le demi-démon acceptait-il de faire cela ? Croyait-il qu'il aurait une récompense en retour ? Malgré tout, il continua et persista avec sa question. Et encore une fois rien ne changeait... Cette fois le barman voulait rajouter des parapluies dans leurs cocktails. Cinnsylach sembla dépité.

"Sérieusement ?! Alri, on perds notre temps à ce jeu là."

Bien qu'il appréciait les jeux, Cinnsylach n'aimait plus trop celui-là, trop barbant, trop répétitif. C'était fini pour lui, il n'accepterait pas de continuer à boire ces trucs immondes, il n'en voyait pas l'intérêt et ce n'était pas divertissant. Il allait s'avancer et hausser le ton pour réveiller ces deux là... Mais Alricaus se chargea de le faire, et de façon assez sanglante ! Les deux mecs en avaient perdus leurs têtes ! Le Stin fut un peu surpris et se demandait comment les clients allaient réagir... Mais il applaudirent! Ils se révélaient en fait être victime des frères Victorovitch et de leur plan abominable. Cinn' se gratta la tête, un peu prit de cours dans toute cette histoire. Le pire... Ou plutôt le mieux, dans tout ça, c'était que Alricaus récupérait le bar. Juste, comme ça. Il commença à reprendre en main ce lieu, Cinnsylach marcha d'un pas pressé vers lui jusqu'à se retrouver devant lui pour l'inciter à arrêter de marcher.

"Euh... Donc, si j'ai bien compris le plan là, c'est d'attendre Enki ? Mais tu vas faire quoi en attendant ? Juste... Rester là et vivre des beaux jours de barman ? Mmmh... C'était pas vraiment dans mes plans en fait. Je m'attendais à ce qu'on parte dans une grande aventure ! Je tiens pas trop à vendre des cocktails … Si c'est ainsi je crois que nos chemins se séparent ici. Mais tu sais quoi ? C'est pas grave, gardes ton argent. Je me suis bien amusé et c'est déjà ça !"

Cette fin était un peu décevante pour Cinnsylach. Il attendait quand même une réponse de l'hybride qui pouvait peut-être changer d'avis ou lui proposer un truc génial. Mais c'était peu probable. Il y avait de grandes chances que chacun d'eux prenne une route différente désormais.
Alricaus
Alricaus
Autres Races
Masculin Age : 32
Date d'inscription : 27/02/2015
Nombre de messages : 138
Bon ou mauvais ? : Neutre
Zénies : 650

Techniques
Techniques illimitées : Téléportation - Beelzebub - Ransetto
Techniques 3/combat : Double Ransetto - Wings Wind
Techniques 1/combat : White Lightning

Bar "Chez tonton Alri" Empty
MessageSujet: Re: Bar "Chez tonton Alri"   Bar "Chez tonton Alri" ClockJeu 18 Oct 2018 - 23:15
L’hybride avait maintenant pris le contrôle de ce bar. Il comptait lui donner une seconde vie, et arriver ainsi à attirer au passage Enki, ou bien avec chance d’entendre des nouvelles intéressantes de la part de clients. Hélas Cynn ne semblait pas motiver pour continuer l’aventure. C’était compréhensible, ça se voyait dans son regard qu’il avait besoin de bouger, alors que pour l’hybride c’était le contraire. Il avait vécu plusieurs aventures ici, mais il avait besoin de se ressourcer un peu. Du coup devenir barman pendant un moment était le plan idéal pour lui.
 
« Je te comprends, et je te souhaite bonne chance pour la suite. Néanmoins je suis un homme de parole, et je tiens à te payer pour ton travail. Tu m’as accompagné dans ma quête. Quoi qu’il arrive si tu as besoin de raconter des aventures, n’hésites pas à repasser ici ! »
 
Alricaus lui donna les 400z, puis s’éloigna de ce dernier en le saluant de la main. Il avait beaucoup de boulot ici pour redorer ce bar, en commençant par se débarrasser des cadavres.
Cinnsylach
Cinnsylach
Demon
Masculin Age : 34
Date d'inscription : 04/12/2016
Nombre de messages : 142
Bon ou mauvais ? : Neutre
Zénies : 1120

Techniques
Techniques illimitées : Body Outshine, Illusion Smash, Eye Beam
Techniques 3/combat : Shadow Claw, Invisible Guard
Techniques 1/combat : Crown Flasher

Bar "Chez tonton Alri" Empty
MessageSujet: Re: Bar "Chez tonton Alri"   Bar "Chez tonton Alri" ClockSam 20 Oct 2018 - 14:42
Les aventures de Alricaus et Cinnsylach prenaient fin ainsi, dans un bar. Leur périple se résumait en fait à beaucoup de voyages à travers les planètes et... Les bars. Mais le Stin n'avait pas pour ambition de devenir barman, son envie de braver les obstacles et découvrir le monde était beaucoup trop forte pour qu'il puisse se contenter d'essuyer des verres et servir les cocktails. Mais ce qu'il avait fait avec l'hybride était déjà bien, il avait acquit en expériences et avait apprit pas mal de trucs. Pour lui qui n'avait connu qu'une petite région de Dark c'était déjà extra d'avoir pu venir jusqu'ici et se balader avec un acolyte. Il regrettera cependant de ne pas pouvoir rencontrer le terrible Enki, mais il semblerait que ce dernier ne sorte pas tout de suite de sa cachette.

Puisque la situation prenait une tournure qui déplaisait au guerrier de l'ombre, celui-ci avait fait part de son manque de motivation sur ce qui allait suivre. Il n'était pas trop du genre à rester en place bien sagement et ça Alricaus devait l'avoir compris. Cependant dans le deal qu'ils avaient fait au départ Cinnsylach avait prévu de retrouver Enki, ce qui n'était pas le cas à l'heure actuelle, il ne pensait donc pas mériter la somme que lui avait promis Alricaus. Mais contre toute attente le demi-ange lui refila tout de même 400 zénies pour services rendus. Surpris, le guerrier à la touffe bleue resta bouchée bée un instant avant de répliquer avec l'entrain qui le caractérisait.

"Waah c'est vrai ?! Trop cool ! Merci, mec ! Haha, tu es vraiment un homme de parole, c'est vrai ! Je garderais ce souvenir de toi avec nos petites aventures !"

Il rangea l'argent qu'il venait de recevoir dans l'une de ses poches, là où il avait le reste de ses sous. Il était ravi d'avoir pu ramasser une telle somme, ça n'avait pas été si difficile finalement hormis le fait de devoir casser la gueule à quelques gars présents dans des bars. Jovial, Cinnsylach se dandinait, puis il reprit un peu de sérieux alors qu'on ressentait toujours de la joie dans sa voix.

"Bon et bien c'était une chouette aventure, l'ami ! Ce fut un plaisir ! Ouais, si je repasse par là un de ces jours je penserais à te faire un petit coucou haha ! Allez, bye ! Et règles-lui son comptes à cet enfoiré d'Enki ! Haha !"

C'est ainsi que Alricaus et Cinnsylach se séparèrent, le deuxième nommé venait de franchir la porte pour sortir du bar, sans doute en direction d'une nouvelle aventure. Quant à Alricaus, sa meilleure arme sera la patience, ou des dessous de verres à balancer au visages de ses ennemis...
En ligne
Enki
Enki
Demon
Masculin Age : 34
Date d'inscription : 07/12/2006
Nombre de messages : 2183
Bon ou mauvais ? : Bon, c'est indéniable.
Zénies : 1620

Techniques
Techniques illimitées : Chant du vent, Danse de l'aigle, Mur Lumière
Techniques 3/combat : lance maudite, armure de Dösatz
Techniques 1/combat :

Bar "Chez tonton Alri" Empty
MessageSujet: Re: Bar "Chez tonton Alri"   Bar "Chez tonton Alri" ClockVen 5 Avr 2019 - 22:51
Enki était enfin dans cette rue qu'il connaissait si bien... La boulangerie, la librairie, cette boutique à babioles en tout genre. Rien n'avait changé. Même pavé, même foule de passants et touristes, même ciel si bleu, si clair... Ah Soleil ! Tu manquais tellement dans le ciel lugubre du monde démoniaque d'où il revenait !
Le petit démon avait un sourire béat sur les lèvres, tournant sur lui-même pour regarder tous les détails de cette ville, souriant bêtement à toutes les personnes qu'il croisait, émerveillé par la réalité elle-même. Il était rentré ! Il était de retour ! Il se retenait de prendre à part chaque personne dans la rue et leur dire à quel point il était heureux !
A chacun de ses pas il avait l'impression qu'une musique joyeuse résonnait dans sa tête, un air entrainant, magique, une ode au renouveau, à la vie, à la joie !
Il tourna à l'angle de la rue et vit alors la petit enseigne accrochée plus loin. Celle d'un bar, celle de sa maison.

Chez
Tonton
Enki


Le cœur du barman fit un bond. Enfin. Il était de retour. C'était... oh, c'était le meilleur sentiment du monde ! Comme retrouver un vieil ami, non, un membre de sa famille ! ... rentrer chez soi... rentrer dans son bar... Son petit paradis à lui, son refuge, son rêve de toujours. Sa place.
Il accéléra les pas, ne prêtant plus attention au reste du décor et se posta devant son établissement.

"Je suis de retour mon vieux... C'est toi et moi comme au bon vieux toi, enfin !" Dit-il à la vitrine, excité à l'idée de retrouver son univers. Il y avait quelques tags, des affiches scotchées et collées ça et là sur la devanture... rien d'étonnant. Cela n'en changeait en rien la beauté de son plus beau trésor et sa joie de revenir enfin...
Cela faisait des années, quatre ou cinq ans qu'il n'avait pas vu son commerce, et avant cela il l'avait même fermé un temps, pour protéger Gohen. Cela avait été une bonne excuse pour s'enfermer chez lui à ne rien faire et fuir un temps le monde, et il s'en voulait de ne pas avoir profité d'avantage de la joie de voir ce lieu remplit de sourires et d'odeurs de cocktails. Il allait vite remédier à ça ! Prend garde à toi petite pancarte "fermé" ! Enki allait dépoussiérer ce lieu et la vie à nouveau envahirait les chaises et banquettes de la salle et de la terrasse !
Cependant, une fois la main sur la poignée, il se rendit compte qu'il n'avait pas la clef.

"Haruka..." sourit Enki en posant son front sur la vitre de la porte. Haruka avait les clefs et oh... il avait hâte de lui servir un cocktail à elle aussi. Il lui devait tant... La pauvre. Que devenait-elle ?
Il avait tant de projets et d'envies, il ne fallait pas perdre une seconde ! Enki n'avait pas besoin de ça pour déverrouiller la serrure, puisque son contrôle du vent lui donnait des pouvoirs de télékinésie : Il se baissa au niveau de la serrure et siffla dedans avant que son œil fut attiré par une lumière dans le reflet de la vitre.
IЯ⅃A ИOTИOT ZƎHƆ
Enki pencha sa tête, ne comprenant pas... Le nom de son bar ? Une banderole pour fêter son retour, déjà ? Il se retourna et son sourire se changea doucement en une grimace outrée.

De... QUOI ?
"Chez... Tonton ALRI ?" fit Enki en se relevant. "Tonton Alri ?!" répéta-t-il scandalisé sans que personne ne l'entende. Mais qu'était-il arrivé au vieux pub d'en face ? Au lieu de ça, un concurrent immense et branché faisait briller des néons tape-à-l’œil devant son petit bar classique et modeste.
"TONTON ALRI ?!!!" expira à nouveau le pauvre patron désœuvré de l'autre côté de la rue, comme pourrait crier un homme perdu sur une autre rive. "Ce n'est pas possible..."

La petite musique heureuse dans la tête d'Enki avait cédé la place à un grand vide : il était chamboulé par la déception de voir qu'un concurrent avait non seulement volé son nom mais aussi ces clients... La terrasse était remplie de jeunes gens sirotant des boissons au soleil dans des verres chics et branchés.
Son bar poussiéreux et vide avait des allures de vieux débarras d'un coup... Et Enki, encore dans des vêtements récupérés en dépannage chez Phoenix n'avait même pas l'air élégant non plus. Il marcha, en étant de choc, vers la nouvelle enseigne, comme en pleins cauchemar.
Un jeune couple riait en buvant deux sodas, une femme d'affaire buvait un café... Et lui, tel un clochard paumé les toisait, incrédule, en se dirigeant vers la porte ouverte.
La bouche béante et les yeux hagards, Enki entra dans la salle.
Une musique sophistiquée caressait l'ambiance joyeuse du lieu... Des gens au comptoir, des tables occupées... un vrai cauchemar !
Il entendit des voix chuchoter et des regards sur sa nuque : il se retourna pour voir deux personnes assises dans l'angle le regarder, gênées.
"Vous !"
Enki les dévisagea comme on décompose les détails d'un mauvais rêve. Ses clients... ses habitués... oh, non, c'était trop ! Le démon sembla pensif, et après une hésitation s'assit à leur table à leur grande surprise.
"Vous !" répéta le rouquin qui était le boulanger du coin.
"Chut moins fort !" Fit Enki en s’emparant de la carte, scandaleusement bien garnie, et se cachant derrière.
"Vous êtes de retour !"
"On pensait plus vous r'voir !" Fit l'autre, un barbu qui portait le tee-shirt "I <3 Dösatz" qu'il vendait dans sa boutique souvenir.
Enki le regard suspicieux scrutait tout l'établissement.
"Qu'est-ce que tout ça veut dire ?!"
"Bin vous étiez fermé et on avait soif..."
"Non mais...." il soupira. "Pas vous. Il est arrivé quoi au vieux patron du pub ?"
"Oh... C'est pas joli-joli..."
"Il parait que l'ancien patron était un mec dangereux, et que le nouveau patron a prit son bar après l'avoir buté."
"... Pas joli-joli."
Enki découvrit qu'il pouvait être encore plus déconfit et allongea sa grimace un peu plus.
"Il l'a tué ?!"
"Ouais et il a été traité en héros après, même que des gens lui ont fait des dons pour qu'il retape l'enseigne."
"C'est pas vrai !" Fit Enki qui avait sa tête de plus en plus enfoncée entre ses mains.
"Y'a même des rumeurs qui disaient que c'était le démoniaque ex-patron qui vous avez tué et que c'est pour ça que le p'ti nouveau il avait appelé le bar comme ça, en hommage."
Enki laissa tomber sa tête contre le table.
"C'est lui qui me tue..." fit-il dans un râle d'agonie quasi-inaudible.
Le pauvre démon releva la tête et regarda le mec qui servait les boissons au bar : un beau garçon filiforme, les cheveux blonds flottant dans le vent. Enki avait envie de se cacher dans la capuche du sweat trop grand qu'il avait emprunté, tant il se sentait minable.
"Vous savez, vous devriez prendre un p'ti remontant."
"Allez, on vous l'offre !"
Enki fit retomber sa tête de plus belle... Si en plus on lui offrait des verres ici, il tombait bien bas. Mais au moins il jugerait de la qualité de boissons de son successeur. Successeur... Et voilà, Enki s'avouait déjà vaincu.
Les deux commerçants échangèrent un regard et sourirent.
"Vous savez ce qu'on fait nous quand on a besoin de se remonter le moral ?"
"Faites moi rêver..." Fit le démon le visage toujours contre terre.
"On essaie d'avoir un truc gratuit."
"Des fois on a même des bougies."
"Hein ?" fit la touffe de cheveux déprimée avant de relever la tête.
Les deux bonhommes gonflèrent leurs poitrines et se mirent à chanter d'une seule voix :
"Joyeux anniversaiiiiire..." Enki paniqua : se faire repérer alors qu'il était mal fringué, dépité, minable, c'était tellement honteux ! Il ne supporterait jamais d'être affiché ainsi ! "Joyeux zanniversaiiiiire"
"Par pitié, ne dites pas mon nom !"
"Jouaaaaaayeeeux zaaaanniversaiiire...." Les deux mecs s'arrêtèrent.
"Euh, c'est quoi vot' nom déjà ?"
"Vous vous moquez de moi ?!!" Faillit s'évanouir le démon. Bien que cela l'arrangeait, il ne pouvait croire que ces deux mecs éméchés n'avait jamais tilté que son bar avait son nom ! Ou alors qu'ils avaient si vite oublié le nom de son bar pourtant encore bien visible en face... Raaaaah.
"Haha, allez c'est quoi votre nom ?"
Enki regarda autour les gens qui commençaient à le regarder... Et le fameux Alri n'allait sans doute pas tarder à être attiré par le chant. Vite, vite, un nom, un nom !
"Pa.. Pazuzu !"
"-Pazouzouuuu" reprit le duo tout joyeux. "Joaaaayeux zanni-versaiire !"
Enki reçu une énorme tape dans le dos et espérait presque que cela le tuerait... Mais malheureusement il avait brillamment survécu.
"Le serveur vient, vous savez ce que vous voulez ?"
"Une dignité."
"Haha il est con."
Son estomac était noué, il se demandait s'il arriverait à se détendre, ou s'il allait plutôt avoir la nausée... Malgré tout Enki attrapa la carte avec le semblant de force qui lui restait : complétement abattu, il vit sur le sol l'ombre d'une silhouette s'approcher de leur table. C'était bien la peine de sortir du monde démoniaque pour retomber aussi sec en enfer...
Alricaus
Alricaus
Autres Races
Masculin Age : 32
Date d'inscription : 27/02/2015
Nombre de messages : 138
Bon ou mauvais ? : Neutre
Zénies : 650

Techniques
Techniques illimitées : Téléportation - Beelzebub - Ransetto
Techniques 3/combat : Double Ransetto - Wings Wind
Techniques 1/combat : White Lightning

Bar "Chez tonton Alri" Empty
MessageSujet: Re: Bar "Chez tonton Alri"   Bar "Chez tonton Alri" ClockDim 14 Avr 2019 - 16:59
Alricaus était dans sa réserve, en train de siffloter tout en essuyant un verre. Quelle progression fulgurante. Alors qu’il avait pris le contrôle de ce bar quelques mois plus tôt, ce dernier venait d’obtenir un énorme pic de popularité comme l’attestait la foule qui séjournait à présent dans l’enceinte de son établissement. Il leva sa tête, revoyant encore ses derniers mois.
 
Alricaus avait alors reprit le contrôle de ce bar, tuant les deux criminels qui dirigeaient ce bar. Très rapidement l’annonce de la mort de deux personnes fit la une des journaux, et rapidement la presse arriva. L’hybride vit en cette venue un excellent moyen de faire connaitre le bar, et ainsi multiplier les chances de faire venir Enki. Il annonça alors qu’il voulait offrir aux gens un lieu où ils pourront se retrouver dans la bonne humeur, et espérait faire oublier le bar chez tonton Enki dont le propriétaire avait tristement disparu, et en son honneur avait appelé le bar chez ton Alri. Puis deux genres de personnes firent leurs apparitions : les anciens fidèles du bar d’Enki, ainsi que les curieux, de voir le fameux bar médiatisé. L’hybride profita alors de ce cercle vicieux pour gagner en popularité. Il arriva même à embaucher des gens pour l’aider dans ses taches. Le métier était sympathique, mais il n’arrêtait pas de penser à une seule chose : croiser le regard d’Enki.
 
Alricaus retourna tranquillement à son comptoir, et jeta un œil dans la pièce remplis de diverses personnes. Comme à son habitude il se balada entre les tables, et échangea un peu avec chaque personne. Grace à ces conversations régulières il pouvait obtenir diverses informations sur ce qu’il se passait à travers le monde. Il avait des yeux ainsi partout, sans pour autant bouger de son bar, le plan parfait. Il retourna à une table voyant une nouvelle tête autour d’habitués. Subitement il se mirent à chanter, et cela attira immédiatement Alricaus.
 
* Pazuzu ici ? Phoenix serait-il sur ma trace ? Je ne vois pas pourquoi il perdrait du temps à me rechercher. *
 
Alricaus fit face à la table tout en arborant comme à son habitude un magnifique sourire très significatif. Son regard se posa immédiatement sur le nouveau venu. Il ne semblait pas être le célèbre Pazuzu, un homonyme ou un pseudonyme ? Quoi qu’il arrive ce dernier lui avait tapé dans l’œil. Il était visiblement un démon, il y avait donc des chances qu’il puisse connaitre Enki. L’hybride prit la bouche, et d’un ton très calme, prit la parole.
 
« Joyeux anniversaire Monsieur Pazuzu, et je vous souhaite la bienvenue dans ce charmant bar, qui j’espère est à votre convenance. Pour souhaiter votre anniversaire, je vous propose une consommation gratuite ! Qu’est-ce qui vous feriez plaisir ? »
 
Alricaus resta en attente de la réponse de ce dernier. Il avait hâte d’en savoir plus sur lui, mais il y avait des chances qu’il ne soit pas très bavard… contrairement à ses compagnons de la table, habitués à raconter tous les ragots du coin. Il connaissait par cœur la machiavélique Severis qu’ils détestaient tant, sans l’avoir rencontré. Un d’entre eux prit alors la parole, vendant la mèche avant même que le barman prenne la parole.
 
« Vous n’allez jamais deviner, ce monsieur travaillait dans le bar d’en face ! Je pense que vous devriez l’engager, il semble dormir dans la rue. »
 
Le client fit ainsi référence à l’état des vêtements d’Enki. Pour l’hybride cette annonce était parfaite. Ce dernier devait-être un serviteur d’Enki. Il était sans doute le mieux placé pour l’aider à le retrouver ! Alricaus tourna alors sa tête en direction de son nouveau client.
 
« Vous travaillez en face ! Je me suis toujours demandé ce qu’était devenu les anciens employés. Sachiez que vous êtes le bienvenu ici, enfin il faudra d’abord passer un entretien. Mais sinon, avez-vous eu des nouvelles d’Enki ? »
 
Alricaus ne perdit pas de temps, mais cela était logique. Le demi-ange avait toujours laissé cette image de s’inquiéter d’Enki. Il avait utilisé ce prétexte pour régulièrement questionner les gens au sujet du démon. Une façon parfaite pour lui d’enquêter sans que ça puisse paraitre louche. Donc dans ce genre de contexte il semblait logique qu’il demande rapidement des informations à ce sujet. Il n’espérait pas tout recevoir d’un coup, c’est pour cette raison qu’il voulait lui proposer de travailler pour lui. Il pourrait ainsi tenter de lui tirer des informations, mais ce dernier pourrait également être contacté par Enki. Le plan semblait parfait en soit, il n’y avait plus qu’à espérer qu’il soit intéressé par un entretien.
En ligne
Enki
Enki
Demon
Masculin Age : 34
Date d'inscription : 07/12/2006
Nombre de messages : 2183
Bon ou mauvais ? : Bon, c'est indéniable.
Zénies : 1620

Techniques
Techniques illimitées : Chant du vent, Danse de l'aigle, Mur Lumière
Techniques 3/combat : lance maudite, armure de Dösatz
Techniques 1/combat :

Bar "Chez tonton Alri" Empty
MessageSujet: Re: Bar "Chez tonton Alri"   Bar "Chez tonton Alri" ClockMer 24 Avr 2019 - 14:27
( Bon par contre Enki utilise en permanence sa capacité de race -S'IL TE PLAIT DÉJÀ QUE CELLES DES DÉMONS CRAIGNENT- pour ne pas être perçu comme démon. Donc Alri ne sait pas qu'il en est un. Je vais le mettre dans ma signature... mais bon s'appeler Pazuzu j'imagine que c'est un nom bien démon.)

Ni une ni deux le patron de ce nouveau bar arriva à leur table : tombant dans le machiavélique piège des deux habitués, le blondinet offrit un cocktail gratuit à Enki qui levant les yeux vit un homme charmant, souriant, et accueillant. Se sentant gêné de n'être que l'ombre de lui-même, il se redressa timidement. Il eut le temps de constater que les deux débiles à côté de lui levaient leurs pouces dans sa direction, fiers comme des bœufs d’avoir obtenu une consommation gratuite.
"Bonjour, merci à vous c'est très gentil mais ce n'est pas vraiment mon anni.." Commençait-il avant d'être coupé par le rouquin qui avoua la véritable identité d'Enki. Le démon paniqua alors dans un grand geste : pas le temps de lui clouer le bec que le nigaud ajouta qu'il semblait dormir dans la rue. La vache, Enki ne savait pas ce qui lui avait fait le plus mal, qu'on sache qui il était ou le fait qu'il  ait le look d'un sdf... Mais bien sûr que c'était qu'il donne une image de clochard qui lui faisait le plus de tord ! Il fallait vraiment qu'il se reprenne... Rah il aurait du se changer avant !!
Mais son look minable avait du brouiller les pistes car Alri ne pensa pas une seconde être en face du proprio du bar fermé, ne voyant en lui qu'un employé... Quant au fait de passer un entretien chez son concurrent, ce serait la pire des tortures !
Mais contre toute attente le blondinet ajouta une question, demandant s'il avait eu des nouvelles d'Enki. Le démon fut d'un coup requinqué.
Réajustant ses cheveux, et souriant presque, le Pazuzu d'un jour fixa son hôte :
"Tout le monde le dit mort... Je suis ravi de voir que vous n'y croyez pas." C'était une bonne façon de voir quelle réaction aurait le type qui lui avait volé sa clientèle... Parce que s'il ne pensait pas qu'Enki était mort, pourquoi avoir appelé son bar ainsi ? Aurait-il pris le risque de se faire un ennemi si jamais cet Enki revenait après une absence ? Parce que c'était exactement ce qui se passait et Enki n'était pas content du tout qu'on lui ait volé le nom de son bar !! "...Enki n'est pas du genre à mourir facilement." Ajouta-t-il mystérieusement, comme pour y croire lui-même.

Et cela marchait, pour la première fois depuis qu'il était entré le démon avait l'air un peu moins misérable : il bomba même le torse ! Il fallait qu'Enki comprenne tout ceci... Ce barman, était-il un naïf et gentil patron ou une raclure voleur de nom ? Devait-il s'en faire un ami et s'entendre avec lui pour partager la clientèle ou lui reprendre de droit ce qui lui appartenait ? Après tout il avait tué les anciens proprios du bar qui apparemment s'était avéré être des démons eux-aussi... Même s'ils étaient maléfiques, cela ne voulait pas dire qu'il ne ferait pas de même avec lui. Quel était sa force ? Tant de questions... Il fallait la jouer fine pour savoir tout ça sans se faire griller... Il se redressa un peu, et fit semblant de réfléchir à la carte pour choisir un cocktail mais en profita pour regarder s'il reconnaissait d'autres clients. Non... Donc tant que personne d'autre n'entrait il devrait être incognito.
"Je vais prendre un Mojito." sourit-il, espérant que la boisson serait faite par Alri et juger ainsi ses capacités de barman. Le mojito était un cocktail courant et basique, mais facile à rendre écœurant pour peu qu'il soit mal dosé. Quant au fait de passer un entretien, c'était peut-être une bonne idée... Il pourrait avoir plus de proximité avec ce type, mais si jamais Alri s'avérait être un honnête homme il se sentirait gêné de lui avoir menti à ce point... Et puis de toute façon il suffirait de quelques jours pour que quelqu'un le reconnaisse... enfin il espérait qu'il restait des gens apte à le reconnaître !! Hum, non il devait rapidement en savoir plus.
"Je ne sais pas si je pourrais travailler pour un concurrent... Je veux dire si jamais Enki revenait, comment feriez-vous ? J'imagine qu'il serait désespéré de voir que vous lui volez son enseigne et ses employés... Je ne prendrai pas le risque de le voir en colère !" Fit-il, bluffant, espérant intimider le blondinet.
"Ouah on l'a jamais vu Enki en fait." fit le mec de la boutique souvenir en posant sa bière. "Il a l'air balèze !"
Pazuzu croisa les bras, satisfait de la réputation qu'il se donnait lui-même.
"Ouais c'est toujours toi qui servait Pazouzou ! Ahah toi t'aurai pas fait de mal à une mouche tu devais t'écraser quand ton boss était là !"
"Pauvre vieux, travailler pour un tyran !"
"Alri a l'air plus sympa !"
Enki décroisa les bras, voyant que la situation commençait à lui échapper.
"Non mais Enki est un patron très gentil..."
"... Il devait pas se montrer parce qu'il était laid en plus."
"Bien vu !"
"Mais non il est pas laid, il est très beau !!"
"Le défend pas, il est pas là tu sais !"
"Tu peux te lâcher !"
"Pauvre vieux, il devait tellement te persécuter que tu oses même pas dire du mal de lui."
"Mais pas du tout !"
"Pauvre vieux..."
"Mais arrêtez !"
"Et te voilà à la rue en plus à cause de lui..."
"Quel raclure..."
"On aurait pas dit comme ça..."
"S'il vous plait..."
"Que le bar était géré par un connard..."
"MAIS ENKI N'EST PAS UN ..."
"On aurait pas dit non."
"C'est fou la vie."
"On boit des bières chez un type sans savoir..."
"Et bim c'est un salaud."
"C'est fou."
"C'est dingue."
"ENKI EST UN TYPE SUPER COOL OK ?" Fit-Enki qui s'était mis debout, tout rouge à crier dans le bar. "Cool ... mais redoutaaaable !" corrigea-t-il en regardant Alri. Il se rendit compte qu'il était moyennement crédible et préféra se racler la gorge et changer de sujet. "Oui, donc un mojito ? ... vous voulez que je le fasse ?" ajouta t-il timidement d'une petite voix, confus.
Alricaus
Alricaus
Autres Races
Masculin Age : 32
Date d'inscription : 27/02/2015
Nombre de messages : 138
Bon ou mauvais ? : Neutre
Zénies : 650

Techniques
Techniques illimitées : Téléportation - Beelzebub - Ransetto
Techniques 3/combat : Double Ransetto - Wings Wind
Techniques 1/combat : White Lightning

Bar "Chez tonton Alri" Empty
MessageSujet: Re: Bar "Chez tonton Alri"   Bar "Chez tonton Alri" ClockVen 10 Mai 2019 - 15:19
(Ah d’accord, c’est écrit dans la signature.)
 
Pour la première fois depuis l’ouverture de son bar, l’hybride avait une véritable piste pour retrouver Enki, à travers de l’un de ses anciens employés. Pour commencer ce dernier annonça qu’il était satisfait de voir que quelqu’un ne croit pas en sa mort, précisant même qu’il était suffisamment robuste pour ne pas mourir aussi simplement. Alricaus afficha un léger sourire et répondit à son tour sur ce sujet :
 
« C’est bien l’image que je me faisais de lui. D’ailleurs par curiosité, il est vrai que comme les rumeurs le disent, sa musculature dépasserait l’entendement ? »
 
En parlant à diverses personnes il eut la possibilité de se faire une image de lui, et l’un d’entre eux avait expliqué qu’il était un énorme culturiste. Ce qu’ignorait l’hybride, c’est que ce client un peu ivre, ait confondu se mot avec cultivé. A présent il ne restait plus qu’à prendre la commande, et à attendre sa réponse. La commande était un Mojito, une commande qui semble simple, pourtant cela demande du talent pour le réussir, car il est très facile de le rater. Puis arriva finalement la réponse de ce dernier au sujet de l’entretien. Sans trop de surprise ce dernier était attaché à son ancien bar. Alricaus avait besoin de lui jusqu’au retour d’Enki, ce qui allait l’arranger dans ses négociations.
 
« Croyez-vous qu’Enki souhaiterait que vous restiez à la rue ? Je pense qu’il serait ravi que vous aviez réussi à retrouver un travail, vous permettant ainsi de vivre. Mais je suis prêt à rajouter une close si l’entretien se passe bien, si Enki effectue son retour, vous pourrez alors partir sur le champ pour retravailler pour lui. Et en travaillant jusqu’à côté de l’ancien bar, vous pourrez ainsi continuer à le surveiller, et guetter ainsi son retour. Je vous laisse réfléchir. »
 
Puis la conversation se tourna autour d’Enki et du barman. Alricaus garda son sourire tout en écoutant calmement la discussion. L’hybride s’amusa de voir son barman tenter de le défendre. Idéalisait-il de trop son ancien employeur, où se sont les clients qui le diabolisait de trop ? Sans doute des deux, mais cela semblait confirmer le fait que le barman soit proche d’Enki, ce qui arrangeait d’avantage Alricaus. Subitement Pazuzu arriva à stopper la conversation et tourna sa tête en direction de l’hybride et lui demanda s’il voulait le faire. Sans même pouvoir crier gare, l’un des clients se leva et annonça à haute voix:
 
« POPOPO, à peine arrivé dans le bar, Pazuzu propose un duel de barman ! »
 
Un « ooooh » général se fit entendre de la part des autres clients. Sans le savoir Enki venait de rentrer dans une drôle de situation. En voyant la tête surpris d’Enki, Alricaus expliqua alors à ce dernier le concept du duel de barman.
 
« J’ai mis en place dans mon établissement un système pour empêcher les gens de se bagarrer pour un rien. A la place les gens se battent à coup de duel de barman. Le vainqueur gagne raison. Le duel se décide de façon simple, une personne non impliqué choisi en général un thème ou une boisson précise, et les deux barmans auront 10mn pour effectuer leur breuvage. Une fois ce temps écoulé, 3 personnes gouteront les boissons et décideront qui est le meilleur, la majorité l’emportant bien entendu. Il faudra donc au moins concocter 3 fois la même boisson. »
 
Enki venait d’entendre les règles, et Alricaus marcha tranquillement en direction du bar. Il attrapa un verre et le donna à ce dernier.
 
« Dans notre cas nous n’avons pas de compte à rendre, je propose que le vainqueur puisse poser une question à l’autre, et ce dernier devra obligatoirement y répondre. On y va ? »
 
Alricaus tendit alors sa main droite tout en affichant un habituel sourire, attendant qu’Enki lui sert la vient. Ce duel ne présentait en soit pas grand intérêt sur le papier, sauf qu’il pourrait permettre dans un cas comme dans l’autre de potentiellement trouvé des informations.
 
« Être barman, c’est comme faire du vélo, sauf qu’on n’a pas de vélo, tu vas y arriver Pazuzu. »
 
Expliqua l’un des clients. Alricaus montra à Enki le bar afin que ce dernier puisse voir tout le stock disponible. Il y avait de nombreuses possibilité pour chaque ingrédient, rendant les possibilités multiples. Ne restait plus qu’à trouver celle qui se rapproche le plus de la perfection.
 
« C’est parti ! »
 
Annonça l’un des clients. Soudainement un caméraman ainsi qu’une journaliste fit son apparition, et prit alors la parole :
 
« Incroyable, actualité prioritaire, nous mettons de côté les tensions sans importance de la terre pour la transmission d’un duel au sommet entre barman ! D’un côté nous avons Tonton Alri, le splendide propriétaire de ce bar ! En face le challenger, Pazuzu ancien employé du terrifiant Enki ! Arrivera-t-il à vaincre les démons de son passé ? Une source sure nous aurait dit, que ce pauvre Pazuzu aurait été maltraité, n’est-ce pas monsieur ? »
 
 Elle se trouva à côté d’un des anciens clients d’Enki, qui faisait également partie du jury.
 
« En effet, j’ai discuté avec lui. Il a encore du mal à se remettre, Alri dans sa grande bonté lui a proposé un boulot, mais Enki a détourné la proposition par peur de son ancien patron. Je pense qu’il devait le maltraiter. Moi je vous le dis, il serait venu ici, ça ne serait pas passé comme ça. »
 
Elle se redressa et regarda en direction des deux concurrents, en commençant par regarder l’hybride. Ce dernier venait d’entamer la préparation. L’hybride attrapa une feuille de menthe qu’il frappa entre ses mains avant de la placer dans ses verres, et continuer ainsi de suite avec plusieurs d’entre-elle.
 
« Incroyable ! Notre favori tape la menthe entre ses mains afin de faire sortir la chlorophylle et ainsi donner tout son potentiel !  Et de plus, regardez-moi la qualité de cette menthe choisie, parmi un panel disponible dans le bar ! Pouvez-vous nous en dire plus à ce sujet ? »
 
Alors qu’Alricaus continuait à taper sa menthe entre ses mains il répondit alors :
 
« Avec le temps, mon odorat c’est développé, me permettant de facilement ressentir les menthes possédant le meilleur gout possible pour le mélange souhaité. Et j’ai choisis cette menthe récoltée ce matin chez un agriculteur de Dösatz, éloigné des villes, évitant ainsi la population. Son goût se marie parfaitement avec le citron vert, et va cacher l’amertume du citron grâce à son léger goût sucré. »
 
La journaliste semblait abasourdie par l’incroyable révélation de ce dernier, puis se tourna en direction d’Enki, qui risquait d’être plus en difficulté du fait de la méconnaissance de ce bar et du manque de pratique.
 
« Voyons comment se sort notre challenger. Alors qu’avez-vous choisis pour la menthe. Attendez, j’espère que vous n’avez pas confondu avec de la salade. »
 
Un des trois anciens clients servant comme Jury prit alors la parole :
 
« Je pense que ça devrait aller, ce n’est pas du genre à raconter des salades. »
 
La journaliste se retourna en direction de l’hybride qui commença par légèrement rouler le citron vert sur la table puis il se chargez de couper des quarts de citrons qu’il posa dans son récipient. Il préféra utiliser cette technique que celle du jus du citron afin de garder l’huile essentielle contenue dans la peau au moment de l’écrasement. Ces citrons proviennent directement de la planète Métamol.
 
Il rajouta ensuite un peu de sucre de canne provenant de la planète Terre, afin de sucrer le mélange, mais n’en mis pas trop pour pas rentre écœurant le cocktail. Il se décida ensuite de prendre son outil pour écraser son mélange, et ainsi faire ressortir le citron et la menthe. Il n’appuya pas plus de quatre fois pour éviter de trop abimer la menthe et faire trop ressortir l’amertume du citron vert.
 
« Incroyable, on a l’impression d’assister à la naissance d’une œuvre d’art ! Oh, mais notre ami s’éloigne ! »
 
Il se retourna et se dirigea ensuite dans son congélateur des blocs de glaces bien spécifiques. Ces derniers étaient assez conséquents en taille, sans trop l’être, histoire qu’ils prennent de la place mais pas trop dans le verre. Les glaçons provenaient d’une rivière de Freezer, célèbre pour être de l’eau bien pure, évitant toute altération dans le gout. Alricaus avait déjà gouté un nombre incalculable d’eau pétillante pour connaitre leurs potentiels, et ceux qui seraient les plus aptes pour être utilisés dans différents cocktails. Alricaus était tel un aventurier scientifique s’aventurant entre chaque bulle, cherchant à trouver la combinaison parfaite.
 
Il continua ensuite par l’essentiel, prendre une bouteille de Rhum. Il provenait d’un simple agriculteur, possédant un merveilleux champ de canne à sucre, qui venait également de la planète terre, et plus spécifique du même qui lui avait fournis le sucre de cannes. Un mélange qui était ainsi parfaitement harmonieux, comme si un frère et une sœur se retrouvait après tant d’années séparés l’un de l’autre, déclenchant des larmes de bonheur, propulsé par une pléthore de saveurs !
 
Il termina par prendre une bouteille d’eau gazeuse provenant de la planète Kanasa, pas trop pétillant pour ne pas prendre le dessus sur le reste de la boisson.  Il compléta ainsi son verre. Il attrapa ensuite une étrange poudre qu’il rajouta dans le verre. Il attrapa ce dernier et la journaliste qui avait pendant ce temps continuer de commenter les actions de nos deux barmans s’écria :
 
« Oh c’est le moment! Du One Shake Man ! »
 
D’un seul coup, Alricaus mélangea son contenu. Ce moment était spécifique à l’hybride qui avait appris à parfaitement mélanger son verre, à la bonne vitesse afin de mélanger comme il avait besoin ses éléments. Le coup n’était pas trop fort, histoire d’éviter de brusquer la menthe, qu’il devait protéger comme un bébé qui dormait. Car il était trop tôt pour son réveil, il devait attendre, que l’élu puisse communier avec lui. Néanmoins son mélange fut suffisamment important pour homogénéiser le tout, et ainsi éviter que le rhum reste concentré à un endroit.
 
« Incroyable, Alricaus vient de nous concocter un véritable mélange provenant de tout l’univers ! Comme si son Mojito était un symbole, représentant la paix dans le monde. C’est-à-dire que la personne qui aurait la chance de le boire ressentira comme la paix intérieure. »
 
Alricaus ajouta deux pailles, et plaça trois verres face aux trois jury, et en garda un de côté pour le proposer à Enki. Il avait préparé enfin un cocktail avec différentes origines, mais ne chargea que le meilleur sans chercher dans la luxure.
 
« Voici votre Mojito ! »
 
Alricaus tourna ensuite sa tête en direction d’Enki, ce dernier avait-il terminé ? Le moment de vérité aller pouvoir arriver.
En ligne
Enki
Enki
Demon
Masculin Age : 34
Date d'inscription : 07/12/2006
Nombre de messages : 2183
Bon ou mauvais ? : Bon, c'est indéniable.
Zénies : 1620

Techniques
Techniques illimitées : Chant du vent, Danse de l'aigle, Mur Lumière
Techniques 3/combat : lance maudite, armure de Dösatz
Techniques 1/combat :

Bar "Chez tonton Alri" Empty
MessageSujet: Re: Bar "Chez tonton Alri"   Bar "Chez tonton Alri" ClockDim 2 Juin 2019 - 22:55
Alors que le boulanger et le mec de la boutique souvenir étaient en train de dresser un portrait horrible d'Enki le patron tyrannique et laid, le véritable Enki se sentait de plus en plus dépassé par les événements. On lui avait volé ses clients, le nom et la réputation de son bar, et maintenant c'est sa propre identité qui était déformée. Comment tout ceci avait bien pu arriver si vite ?

Les deux poivrots à sa table étaient hors contrôle alors le pauvre "Pazuzu" détourna la tête vers le blondinet qui lui demandait alors si Enki était, comme selon les rumeurs, doté d'une "musculature dépassant l'entendement".
L'expression du démon dépité était déjà à son maximum de l'incompréhension : ce sont donc ses mains qui prirent le relai, se tendant vers Tonton Alri dans une pose d'incompréhension digne de la plus tragique sculpture baroque, si Michel-Ange s'était essayé à retranscrire le désespoir d'entendre un inconnu vous traiter de brute dopé à la testostérone.
Que Diable était-il arrivé à la réalité ?! Et qu'est-ce qui empêchait Enki de fuir immédiatement chez lui crier sous un coussin ? Actuellement il n'avait envie que de ça, mais ce qui le retint fut d'entendre Alri lui expliquer qu'il pourrait travailler ici en étant libre de partir. La demande était faite avec gentillesse, sincérité, un sourire parfait. Et c'était trop parfait.

Enki se recomposa, essayant de rassembler ses esprits (et son courage qui avait du rouler en morceaux sous les banquettes) et il regarda un instant le gentil proprio de ce lieu scandaleusement paisible.
Ce mec était adorable, et son établissement aussi. Et voilà qu'il proposait à l'employé de celui à qui il avait tout pris une offre impossible à refuser tant elle était bienveillante. C'était... trop ! Bien trop pour ne pas être suspect. Si Alri était à ce point un ange pourquoi alors Enki se sentait si mal ? C'était facile de voler un employé prétextant la générosité, de volant un nom de bar populaire sous prétexte d'un hommage ! Tout ceci avait beau être teinté de bienveillance, le résultat était que tout était parfait pour pourrir Enki... Ce mec, était sans doute le plus grand génie maléfique ! Phoenix n'était qu'un petit joueur à côté !

La stupeur dans l'assemblée à l'annonce du duel marqua le réveil du grand frère des cratiides : Si jamais Alri n'avait rien en tête il n'aurait jamais appuyé le quiproquo du duel de barman. Enki ne l'avait jamais réclamé, ce n'était qu'une ineptie d'un mec bourré dans le fond de la salle... Sauf que cela sembla arranger le blondinet qui expliqua les règles et fixa un objectif, désirant des réponses.
Si le patron suspect avait été innocent, il se serait excusé pour le poivrot et annulé le duel, au lieu de le lancer. Ce type avait posé pleins de questions sur Enki, et ne voulait plus laisser filer "son employé" : Donc soit ce type avait deviné qu'Enki était le vrai patron et voulait l'humilier, ou lui faire une blague, soit... il y avait anguille sous roche.

Enki regarda donc la main tendue par son rival, effrayé et hésitant. La grande question était de savoir qui était vraiment Tonton Alri... Et la réponse, il l'aurait s'il gagnait ce duel. Il le devait, il devait bien ça pour son établissement. Il n'avait pas survécu au monde démoniaque pour laisser ce gentleman au sourire d'ange tout lui prendre.

"Quelle charmante idée." Fit Enki, serrant la main de son adversaire officiel dorénavant. Il le suivit vers le bar, constatant que déjà des clients encourageaient leur hôte : le duel n'annonçait difficile... Si Alri le piégeait, le duel pourrait faire partie de son plan et il venait de foncer dedans. Il ne devait pas trop y penser, ne plus stresser... Des cocktails il en avait fait des milliers, et il était le meilleur ! Il allait en faire une bouchée de ce petit prétentieux au charisme angélique qui lui filait des complexes dans sa tenue si belle, ses cheveux si soyeux, sa voix si reposante et son aura qui lui semblait céleste...
*Ah ! Concentres-toi Enki ! Tout va bien...*
Il entendit alors une voix de femme commencer à commenter la nouvelle, et remarqua qu'un mec tenait une caméra : les deux individus qui venaient d'apparaître comme dans un cauchemar étaient des journalistes décidés à couvrir l'événement et le diffuser au monde. Les yeux hagards il tenta de bafouiller un truc, refusant cette idée d'être filmé dans ce moment si dangereux pour son avenir...
" ... En face le challenger, Pazuzu ancien employé du terrifiant Enki !"
"...sérieusement ?!" Fit Enki, hors de lui, excédé par le sort qui s'acharnait. Il gonfla sa poitrine, inspirant un grand coup et passa derrière le comptoir : il allait faire ce qu'il préférait au monde, il allait servir des cocktails, et il serait le meilleur ! C'était le meilleur moyen de se calmer et de se sortir de là !
Il alla se laver les mains et entendit déjà qu'on racontait au micro que Pazuzu avait été maltraité par son horrible patron : il grogna et se retint de se saisir du micro pour crier de désespoir... Mais parti comme c'était, tout ce qu'il dirait l'enfoncerait et on dirait alors que le monstrueux Enki devait en plus de ses muscles et son hideux visage avoir des pouvoirs de contrôle d'esprits sur le pauvre Pazuzu, via des tentacules baveuses invisibles... et une haleine de bouc pendant qu'on y était.
"Eh, Pazuzu !" Enki leva les yeux pour voir le duo de ses compagnons de tables qui s'asseyaient au comptoir pour constituer le jury. "Bonne chance !"
"On a hâte de boire à nouveau un de vos verres !"
"Merci les gars." Fit Enki, un peu rassuré d'avoir enfin une parole gentille dans son oreille. "Que le meilleur gagne." Ajouta-t-il à Alricaus.
"Ouais, du coup moi je vais prendre un whisky." fit le boulanger qui s'était envie hissé sur le tabouret haut.
"Moi une autre bière."
"Non, euh non, messieurs. C'est un mojito qu'on vous servira." Grommela la journaliste.
"Mais j'en ai pas commandé."
"Ouais et on aime pas ça nous les mojitos. Un truc de gamin ça les mojitos."
"Bah on jugera Pazuzu sur ses pâtisseries sinon."
"C'est pas du tout l'objet du duel."
"Bah on va faire quoi du coup ?"
"Boire des Mojitos."
"Ils sont gratuits ?"
"Oui."
Les deux mecs eurent alors un échanges de sourires fiers, comme s'ils avaient encore arnaqué le bar et se tapèrent dans la main.

Enki, tentant tant bien que mal de ne pas prêter attention à ce qu'il venait d'entendre, enleva son pull trop grand pour rester dans un simple tee-shirt gris, très peu saillant, mais sans doute plus honnête que toute cette mascarade. Il releva ses cheveux dans une queue de cheval et demanda l'autorisation à Alricaus de prendre un tablier qu'il noua à sa taille : se sentir dans le costume aidera à avoir le rôle.
"Eh bien, messieurs, le challenge sera également de vous faire les cocktails !" Avoua Enki, pour redonner un peu de sens à la situation.
Déjà Alri commençait ses mojitos. Enki regarda les premiers pas de son adversaire : c'était le meilleur moyen de savoir où chercher les ingrédients et les verres mais aussi en apprendre sur le type qui voulait tant en savoir sur lui : et le bougre avait l'air de bien s'en sortir. En quelques secondes Enki comprit qu'Alri n'était pas qu'un proprio habile ou usurpateur, il savait vraiment faire des cocktails. Les gestes étaient rapides et précis... témoignant d'un talent véritable au grand dam de notre pauvre Pazuzu qui n'avait encore rien touché.

La journaliste était, comme tout le monde et Enki y compris, hypnotisée par le savoir-faire du champion... Quand elle se tourna vers le challenger pour voir la menthe qu'Enki avait choisi elle semblait devoir arracher son regard de la prestation du blondinet : Pour toute réponse à sa boutade elle découvrit un Pazuzu les bras ballants et inactif.
"Mais vous n'avez pas encore commencé ?! Vous déclarez déjà forfait ?!"
"Non, j'admire, comme vous ! ..." Sourit Enki. Même s'il avait envie de dégommer Alri avec sa "musculature dépassant l'entendement" il savait profiter du spectacle de qualité : c'était le premier cocktail qu'il voyait et sentait depuis des années et il fallait avouer que c'était en effet, comme le disait la reporter, une œuvre d'art. Alri était si doué que cela inspira de la nostalgie et un sourire sincère à Enki, qui avait hâte de réaliser le sien.

"Voici votre Mojito !" fit son ennemi en lui servant le sien.

Enki regarda le temps ; Alri avait mis trois minutes à faire ses cocktails, en s'appliquant. Puisque le patron était doué, normal qu'il ait été rapide, aucun bon barman ne passerait plus de cinq minutes à chaque commande au risque de faire attendre ses clients une éternité. Il avait donc encore pleins de temps pour lui, et avait pu voir toute la manœuvre du maître des lieux.
"C'était très impressionnant ! Je vous rejoins mademoiselle pour dire que ce cocktail doit être un délice !" Alri n'avait pas le monopôle de la galanterie et Enki su se faire tout aussi charmant : un effet magique causé par le port du tablier sur le mental d'Enki ! A présent il était barman à nouveau, et son sang froid n'avait d'égal que son envie de faire plaisir aux autres. "Quel professionnalisme, vous n'avez pas oublié ma commande !" Fit Enki en saisissant le quatrième verre qui lui était destiné. "Je suppose que ma commande de cocktail étant antérieur au duel, j'ai le droit de me donner un peu de courage dès maintenant ?" Sur ce Enki, avec un clin d'oeil complice porta le verre à sa bouche.
Avant même de le gouter, l'odeur du mojito parvenant au museau du challenger le plongea dans une douce vapeur de souvenirs. L'odeur du rhum et du sucre, le bruit des bulles, le contact des pailles contre ses doigts... Un simple verre était si important pour lui, un symbole de liberté, de ce qui l'animait et ce breuvage avait l'air d'incarner à la perfection tout ceci. Il n'attendit pas pour découvrir le goût bien différent de ceux qu'il avait l'habitude de faire, mais pourtant tout aussi délicieux... C'était un peu comme rentrer de la guerre et retrouver sa femme changée mais toujours aussi magnifique. Une jolie jeune femme, au caractère vif, dans une robe verte et fleurie... Au sourire doux mais au regard piquant, et dont la présence le rendrait un homme meilleur, un homme plus confiant.
Il ne fit pas plus connaissance avec la donzelle, et se contenta d'une gorgée. Enki posa son verre, se rendant compte qu'Alri avait vraiment mis la barre haute mais bizarrement, ce qu'il devrait redouté le ravissait : il préférait avoir été remplacé par un type qui jouait sérieusement, le contraire aurait été insultant. Il était donc temps d'utiliser les dernières minutes qui lui restait !

Enki attrapa six verres identiques, d'une main. De l'autre main il se saisit d'un verre à shooter qu'il remplit de rhum... Avant de le boire d'une traite devant la journaliste indignée.
"Vous ne profitez pas de ce concours pour boire à l’œil, si ?"
Enki sourit : il devait savoir le gout du rhum pur pour pouvoir lui créer la plus belle parure. Sans attendre plus, confiant, il alla chercher parmi les agrumes, félicitant au passage Alricaus pour ses choix de produits, et en saisit une poignée de citrons verts après les avoir tâté. Il était ravi de faire tout ceci, se rappelant que bientôt il pourrait à nouveau aller au marché de Dösatz acheter ses produits comme avant... la belle vie !
Il les coupa en quartier comme son adversaire, avec autant d'aisance. Enki était changé d'un coup, cet ouvrage semblait révéler qui il était vraiment, et pour un SDF anonyme cela faisait du bien d'enfin se sentir lui-même. Il oublia la journaliste, la caméra, il oublia Alri et les autres, et déposa avec soin les quartiers entiers citrons pour tapisser le fond des verres, ne commençant pas par la même étape. Utilisant le même sucre brun, Enki se munit d'une cuiller à café pour en faire pleuvoir sur les morceaux de citron, tout juste assez pour les brunir un peu.
Le démon s'en alla alors en quête de menthe : la sélection d'Alri était du premier choix et trouver de jolies feuille était aisé... Enki put se permettre de garder des tiges.
"Des tiges ?!" Fit la femme au micro. "Monsieur Pazuzu, c'est une technique secrète ?"
"En réalité c'est presque déloyal, Alri a déjà fait la moitié du travail en réunissant des ingrédients de grande qualité. Je dois féliciter le patron !" fit-il en accompagnant ses paroles d'un mouvement de buste respectueux vers son (maléfique) confrère. "Ces feuilles de menthe sont celles que j'utilisais et croyez-moi, leur arôme est encore plus concentré dans les tiges. Et puis je trouve cela élégant de voir un brin entier dans son verre, même après avoir un peu écrasé le tout cela aide à ce que les feuilles se déplient pendant la dégustation au fur et à mesure que les glaçons fondent, diffusant de façon plus homogène le goût de la menthe." Il avait en effet commencé à utiliser le pilon pour écraser un peu le citron et les feuilles : il donna un coup de moins, ne distribuant pas plus de deux rotation de poignets par verre. Son mouvement était ferme et doux à la fois et il semblait vraiment ravi de le refaire.
Il songea alors à ajouter la glace : Enki sembla pensif, et finalement se saisit d'un torchon dans lequel il déposa des glaçons avant de refermer le tissus comme un baluchon. La journaliste et le jury semblèrent sceptique, et encore plus quand Enki les fit sursauter en secouant le paquet pour briser les glaçons et en faire de la glace pilée : le mouvement était rapide mais Alricaus, doté de pouvoir n'aurait aucun mal à remarquer que son adversaire utilisait un pouvoir de contrôle de l'air pour faire s'entrechoquer les morceaux de glace entre-eux. Rouvrant le torchon il fit perler les petits morceaux de glace comme une pluie de diamant vers le fond des verres qu'il remplissait aux deux tiers.
Le démon regarda l'horloge : tout allait bien mais il ne fallait pas traîner : Il se saisit de la bouteille de rhum et comme Alricaus n'eut pas besoin d'un verre à shooter pour doser, l'habitude aidant. Un filet de rhum glissa entre les éclats de glaçons, colorant la glace pilée d'une jolie teinte rappelant celle du sucre de canne. Il compléta enfin le tout par la même eau gazeuse, ne prenant pas le risque de choisir un autre ingrédient que son adversaire qui avait su trouver et accorder ce qui se faisait de mieux, indubitablement.
Enki ajouta deux pailles devant le jury déçu de ne pas avoir eu de final plus spectaculaire :
"Vous ne mélangez pas ?" demanda, déçue, la journaliste qui avait adoré le One Shake Man du champion.
"Jamais pour un mojito façon Tonton Enki." Fit le démon. "J'ai versé l'eau gazeuse de manière à ce que ce soit déjà elle qui fasse danser le tout..." et en effet, le breuvage tourbillonnait doucement dans les verres. "Et de toute façon, ce cocktail est le leur à présent ; tout le monde s'amuse à faire tourner les pailles dans son verre pour mélanger. Chacun ajoute sa propre touche à son mojito, cela fait parti de la touche finale : chacun s'approprie son verre en quelque sorte. C'est la partie que je préfère, celle où les verres ne sont plus entre mes mains !" Enki se doutait que cela ne convaincrait pas vraiment la fangirl du blondinet qui avait l'air avide de spectacle à capter sous la caméra, mais il n'allait pas changer ses convictions pour faire plaisir à l'audience.
La chose qui avait dû frapper cependant le public était ce bonheur qui émanait d'Enki quand il faisait ce qu'il aimait le plus au monde. Durant tout l'exercice il avait eu l'air si heureux que la seule vue de son regard passionné et son sourire comblée pouvait réchauffer le cœur d'une âme en quête d'ivresse.
C'était donc sans artifice, sans effets et sans autre arme qu'Enki avait rendu sa copie lui aussi, avant la fin des dix minutes. Est-ce que sa sincérité et son talent brut suffiraient à battre cet inconnu ? Il redoutait que ce soit le cas, mais il ne voulait pas gagner autrement qu'en était ce qu'il était réellement : un honnête barman, aimant son métier et qui excellait dans son travail.

Il prit un des six verres qu'il gouta. Il serait difficile de voir la différence pour un non initié, mais Enki reconnu sa patte et le goût n'était pas le même : la jeune femme en robe verte que lui inspirait cette boisson eut d'un coup les traits plus familiers, un peu moins doux, mais tellement attachants. Il retrouvait enfin son amie, sa passion de toujours. Il l'aimait tant, cette petite muse dans son cœur, et elle lui avait tant manqué qu'il ne résista pas à l'envie de prendre une autre gorgée un peu plus grande. Jolie petite muse en robe verte, qu'il n'avait pas vu tournoyer dans son cœur depuis des années... Mais à dire vrai, elle était différente à celle d'antan. Un peu plus sombre, un peu plus coquine, un peu plus mystérieuse. Cela ne venait pas seulement du fait que les ingrédients n'était pas les siens... Enki avait changé aussi.

Il fit glisser trois verres vers le jury. Il restait encore deux verres : le maître des lieux lui en avait offert un pour son non-anniversaire c'était la moindre des choses qu'il lui en offre un à son tour. "Nous trinquerons nous aussi comme ça, Alri... et puis comme ça vous saurez si vous avez vraiment envie d'un employé comme moi." fit Enki, un brin défiant, mais dont le sourire était complice. "... Envie d'un employé qui a profité de son accès derrière le comptoir pour offrir un verre à une jolie demoiselle !" Fit-il en glissant le sixième et dernier à la journaliste avec son plus doux regard. Il regarda le cameraman, ne l'oubliant pas. "Vous avez les mains prises... Mais j'ai deux pailles dans mon verre si vous voulez.." fit-il, blagueur. Enki avait en réalité deux verres, puisqu'il avait le sien qu'il s'était fait pour gouter son propre travail et celui qu'Alricaus lui avait offert. Le cameraman pourrait en avoir un des deux... Et Enki choisit de lui tendre celui qu'avait concocté Alricaus. Enki n'étais pas 100% confiant dans la préparation du type au sourire d'ange ; il l'avait vu rajouter un instant une poudre qu'il n'avait pas eu le temps d'identifier. Si cela avait un effet étrange alors le caméraman serait le seul à n'avoir bu uniquement ce cocktail, Enki aurait donc un cobaye témoin pour comparer les comportements, la journaliste elle n'avait que le sien, contrairement au jury qui avaient un de chaque (et vu les profils des mecs ils ne se contenteraient pas d'une gorgée.).
Bien entendu le démon se doutait qu'il pouvait s'agir d'une simple pincée de sucre blanc, ou de sel, ou n'importe quel épice pour relever le cocktail, mais le blondinet avait l'air si fier de raconter où il avait trouvé chaque ingrédient qu'il avait été étonné de ne pas avoir de commentaire concernant celui-ci : Soit c'était son ingrédient secret et la clef pour détrôner Pazuzu, soit les effets de cet ingrédient étaient tout autre. Il fallait se méfier, après tout cet Alri avait tué deux démons pour prendre ce bar, il n'hésiterait sans doute pas à en tuer un troisième.


Dernière édition par Enki le Mar 23 Juil 2019 - 16:07, édité 1 fois
Alricaus
Alricaus
Autres Races
Masculin Age : 32
Date d'inscription : 27/02/2015
Nombre de messages : 138
Bon ou mauvais ? : Neutre
Zénies : 650

Techniques
Techniques illimitées : Téléportation - Beelzebub - Ransetto
Techniques 3/combat : Double Ransetto - Wings Wind
Techniques 1/combat : White Lightning

Bar "Chez tonton Alri" Empty
MessageSujet: Re: Bar "Chez tonton Alri"   Bar "Chez tonton Alri" ClockVen 14 Juin 2019 - 1:38
Alricaus c’était habitué à son nouveau métier. Certes ce dernier était vraiment différent de ce qu’il faisait avant, mais cela ne l’empêcha pas d’avoir vite progressé. Oui, l’hybride est un être capable d’apprendre rapidement, du moment qu’il y voit un intérêt. En l’espace d’uniquement 3 minutes, le maitre de la maison avait déjà terminé son cocktail. Il aurait en effet pu prendre son temps, mais il n’y voyait pas l’intérêt. Il voulait mettre la pression sur le barman, histoire de le bousculer un peu, mais surtout pour avoir un peu de temps pour observer ses choix.
 
Enki regarda alors le cocktail et commença par le sentir. Alricaus afficha alors un léger sourire en voyant le barman renifler le cocktail qui l’envoya dans un autre monde, et ne chargea d’en voire une gorgée avant de partir au boulot. Alricaus prit alors place sur une chaise et se contenta d’observer Pazuzu, rajoutant une couche de pression supplémentaire, néanmoins cela n’allait avoir visiblement aucun impact sur Enki, qui venait d’arriver dans son domaine.
 
Le démon ne prit alors aucun risque, en prenant essentiellement les mêmes ingrédients qu’Alricaus. Non pas que ce dernier cherchait à copier Alricaus, mais qu’il était arrivé à la même conclusion que l’hybride : c’était les meilleurs aliments disponibles. Et non initié ne serait en réalité que faire, et aurait fait de ce cocktail un véritable enfer. Néanmoins certains gestes ne trompaient pas, et l’hybride remarque de suite que ce dernier s’appropriait déjà le bar, comme un danseur d’exception capable de danser avec n’importe quelle partenaire dans n’importe quel lieu.
 
Alors qu’Alricaus était globalement resté discret, il vit finalement un verre se faire tendre en sa direction. Il l’attrapa tout en affichant un grand sourire qu’il retira rapidement afin de procéder au test. Il fit rentrer le liquide dans sa bouche afin de pouvoir boire une gorgée. Il reposa ensuite son verre, tout en gardant la même expression. Avait-il confiance en lui ? Craignait-il le cocktail d’Enki ? Son jugement a déjà été effectué, il ne restait plus qu’à voir ce que les juges allaient décider.
 
« Bon bah, à la nôtre ! »
 
 Ils commencèrent par boire le verre d’Alricaus. Ils hésitèrent dans un premier temps à tout boire d’une traite, mais voulant paraitre pro, ils prirent d’abord juste une gorgée. Et cela fut bien plus que suffisant pour les 3 qui s’affalèrent contre leurs sièges respectifs. Le premier membre de jury prit la parole et annonça d’une voix calma et reposé :
 
« Cette fraîcheur, on se croirait arpenter une montagne enneigée, bravant tous les dangers dans cette légère brume de bulles. Si proche du sommet, on se sent prêt à tout braver pour y arriver grâce à cette force qui se réveille en nous. Nous surfons sur des feuilles de menthes, tout en utilisant le citron comme liant. C’est un bonheur qu’on a envie de partager entre amis ! »
 
« Ce goût ! Ces bulles nous donnent l’impression d’avancer dans un désert dont le soleil est citron vert, son acidité nous réchauffant. L’ombres des Menthes plantés dans ce désert nous apporte un vent de fraîcheur, nous protégeant de la chaleur des citrons. On voit au fond la fin du désert, mais on n’a aucune envie d’y être. Tout ce qu’on a envie, c’est de frotter le plus possible contre ces plantes tout en continuant de profiter du soleil. Je ne peux pas m’arrêter de voir ! Oui cette boisson est comme un oasis en plein milieu d’un désert. Sa beauté nous laisserait croire que c’est un mirage, mais non et notre bonheur est sans fin en y goûtant. »
 
 « Ce mélange, cela provoque une sensation de bien-être intérieur. Comme un été tranquillement posé sur son transat à la plage. Protéger par notre chapeau, on est bercé par le son des vagues de la mer. Une mer légèrement agitée, faisant apparaitre des bulles. On se sent tellement bien, comme si tous nos soucis avaient finalement été résolus. Comme si deux opposés venaient de se rencontrer pour ne faire qu’un. »
 
Les 3 compères savaient très bien que ce verre serait un gage de qualité, mais ils arrivèrent tout de même à se faire surprendre par le doux mélange effectué par l’hybride. Il fallait dire qu’Alricaus avait mis du sien. Restait plus qu’à savoir ce que valait celui d’Enki. Pour le moment il n’y avait rien à signaler, et la poudre n’avait visiblement eut aucun effet, peut-être que cela n’était juste une feinte de la part d’Alricaus pour pousser Enki au doute ? Ils prirent tous une gorgée (Je laisse Enki décrire) et finalement se trouvèrent dans un grand dilemme, mais l’un d’entre-deux annonça :
 
« Les deux cocktails sont délicieux, mais j’ai une préférence pour le second, il a … quelque chose en plus. »
 
Les deux autres acquiescèrent, promettant donc Enki à une victoire certaine. Mais étrangement Alricaus garda un grand sourire, comme s’il avait gardé une botte secrète. Il pointa du doigt le verre des 3 juges, et il annonça :
 
« Vous n’avait pris qu’une gorgée, je vous conseillerais d’aller plus loin dans la consommation de votre verre. Ne sait-on jamais, peut-être qu’une surprise vous y attend. »
 
Les trois levèrent leurs coudes sans hésiter, pensant que la récompense serait une nouvelle consommation gratuite. Ils prirent plusieurs gorgées, et l’un d’entre posa subitement son verre et resta immobile pendant quelques secondes alors que les deux autres juges continuèrent à boire. Finalement les deux autres firent de même, créant un silence général. C’est à ce moment-là que la journaliste annonça :
 
« Incroyable, les juges sont devenus immobiles ! La poudre spéciale du patron du bar, ne serait quand même pas un poison ? »
 
Tous les regards se tournèrent alors vers Alricaus qui ne put s’empêcher de laisser échapper un petit rire. Le sens perdura quelques secondes avant de se faire rompre par un brut étourdissement… des plus gênants. Les trois juges gémirent en même temps, laissant ensuite place à écho de ce dernier. Ces derniers perdirent en même leur haut sous la puissance de ce somptueux goût. Le troisième juge ayant repris en premier ses esprits répondit :
 
« On se croirait voyager. Après avoir visité les déserts, les glaciers, la mer, on se retrouve finalement devant un magnifique champ. Tant qu’on ne l’a pas vu, on ne peut pas comprendre son importance. Mais une fois qu’on se retrouve devant, on comprend que notre voyage ne pouvait forcement se terminer que là. »
 
Alricaus avança légèrement tout en gardant son sourire, puis commenta :
 
« Je me suis douté qu’Enki serait un puissant challenger, et qu’il trouverait sans aucun doute un moyen de faire un cocktail d’exception. Avec plus de métier que moi il était difficile de la challenger, c’est pour cette raison que j’ai vu qu’une seule et unique solution : proposer un Mojito, revisité. »
 
La stupeur fut telle qu’un nouveau silence se créa dans la salle juste avant que les spectateurs lâchent un « oooooh ! ».  La journaliste semblait ardente suite à cette annonce et reprit la parole :
 
« Mais qu’avait vous donc fait ? Pourquoi ne ressentent-t-ils que maintenant ce gout ? »
 
Alricaus montra le sachet contenant l’étrange poudre et le fit sentir à la journaliste.
 
« Mais … cela n’a aucune odeur ? »
 
L’hybride referma le sachet et donna finalement l’explication tant attendu par toute une nation :
 
« Le Mojito est un de mes cocktails préférés, mais je me suis toujours dit qu’il lui manquait un petit truc. J’ai profité de certaines de mes connaissances pour voyager un peu en dehors des horaires du bar, et j’ai finalement trouvé une petite planète du nom de Skora. Dans un coin précis de la planète poussent une plante bien particulière : la Résinos. Le nom ne vous dira sans doute rien, car elle est assez méconnue. Pourquoi ? Car en soit elle semble assez inutile, aucune odeur en particulier, sauf à un moment très précis, un moment que personne de censé irait normalement : en tant que pluie. La plante libère alors une odeur assez douce. A la fois doux et acide, un cousin proche du citron et de l’orange, mais qui semblait assez unique.
 
J’ai finalement comprit le phénomène, et je m’en suis servis pour rajouter une expérience supplémentaire. Il s’avère que dans la pluie de la planète Skora se trouve une enzyme libérant justement le potentiel de la plante. Je vous laisse deviner ce que contient également l’eau de la planète Freezer. Plus les glaçons fondent, plus les enzymes sont donc libérés, délivrant ainsi le goût dans le verre, créant ainsi une sensation de renouveau pendant la dégustation de verre. Ajoutant ce goût se mélangeant parfaitement avec le reste, et évitant au final que l’eau des glaçons prennent le pas sur le gout et ne donne un gout trop fade.
 
Néanmoins j’ai gardé une dernière surprise pour vous. Ce coin est aussi un coin pour les amoureux, se rendant en tant que pluie. Pourquoi ? Car une autre molécule est libérée, provoquant un effet de phosphorescence. »
 
Alricaus claqua des doigts coupant ainsi les lumières, laissant ainsi en évidences les différents verres qu’il avait concoctés. Le public se mit soudainement à applaudir. Au bout de quelques secondes il fit réapparaitre les lumières, et fixa du regard Enki pendant quelques secondes. L’hybride avait également travaillé sur le sens du spectacle, ce qui avait également son importance dans un bar. Les gens ne viennent pas uniquement pour boire un cocktail, mais également pour y vivre une expérience. La journaliste encore sous le choc s’exprima les yeux grands ouvert.
 
« Une bombe. Le cocktail d’Alricaus est comme une bombe qui vient d’exploser devant nos yeux ! Du jamais vu, sans doute l’information la plus incroyable qu’on a pu filmé. Mais maintenant il est venu le temps aux membres du jury de voter : »
 
La tension venait de monter d'un cran. On allait savoir dans quelques secondes qui gagnerait le grand duel de barman. Quoi qu'il arrive ce combat fut mémorable, et risquerait de marquer les gens pour des générations, du moins les 2 rplayeurs qui font ce rp. Le premier membre du jury ouvrit alors la parole et s’exprima sans hésiter :
 
« Pour moi, c’est sans aucun doute le cocktail d’Alricaus qui gagne. Il est celui qui respecte le plus ce que j’attends d’une boisson. »
 
La pression monta pour Enki qui se retrouva déjà dos au mur. Le second prit alors la parole, et répondit à son tour :
 
« Même si le cocktail d’Alricaus est vraiment un chef d’œuvre, j’ai un léger coup de cœur pour celui d’Enki. Simple mais efficace. »
 
2galité parfaite, tout était encore jouable ! Le dernier resta silencieux. Tous les regards furent portés sur celui qui aurait le dernier mot. Mais ce dernier tomba au sol, sans doute que le spectacle d’Alricaus lui a donné trop d’émotions.
 
« OH Nonnnn il est inconscient, on va avoir attendre pour avoir le résultat ! »
 
Alricaus s’avança alors vers Enki. Il lui tendit alors sa main, et prit la parole.
 
« Il semblerait qu’on soit obligé d’attendre pour avoir les résultats. Hélas, je n’ai pas très envie d’attendre, donc je te propose qu’on pose tous les deux une question à l’autre. Cela me semble un très bon compromis. »
 
C’était un bon plan pour Enki qui risquait une défaite suite au spectacle de l’hybride, néanmoins rien n’était perdu comme l’avait attesté le second juge. L’hybride se demanda quel genre de question pourrait bien lui poser Enki. Néanmoins il ne perdit pas d’avantage de temps, et commença par poser sa question :
 
« Ou se trouve Enki ? »
En ligne
Enki
Enki
Demon
Masculin Age : 34
Date d'inscription : 07/12/2006
Nombre de messages : 2183
Bon ou mauvais ? : Bon, c'est indéniable.
Zénies : 1620

Techniques
Techniques illimitées : Chant du vent, Danse de l'aigle, Mur Lumière
Techniques 3/combat : lance maudite, armure de Dösatz
Techniques 1/combat :

Bar "Chez tonton Alri" Empty
MessageSujet: Re: Bar "Chez tonton Alri"   Bar "Chez tonton Alri" ClockMer 24 Juil 2019 - 17:27
Durant tout le temps de la performance de Pazuzu (alias Enki), "Tonton Alri" avait été attentif et en retrait à son tour.

Le miroir de la situation n'avait pas échappé à l’œil du caméraman qui s'amusait de voir à présent la scène dans le sens inverse, voyant le blondinet observant le challenger aux cheveux noirs. Tous deux avaient des mouvements similaires et le fait que leur métier était identique n'était pas étonnant : les deux hommes avaient beaucoup des traits communs qui allait alimenter le suspense et le drama de ce grand moment journalistique : les voir trinquer était une joli conclusion à l'exercice auquel ils s'étaient tout deux confronté.
La journaliste, recevant elle aussi un verre ne put s'empêcher de reconnaître qu'Enki avait été galant, mais refusant de perdre son impartialité se refusa de boire. Le caméraman, lui, leva un pouce ravi quand on lui attribua un mojito, mais le regard noir que lui lança sa patronne suffit à lui rendre raison. Il ne toucha pas non plus son verre... Déçu.

A présent l'heure des délibérations était venue.

Ils commencèrent par le Mojito d'Alri.
Enki constata, sans surprise, que tous avaient adoré le breuvage, y compris les deux habitués qui ne juraient pourtant que par la bière : il emplit ses poumons, anxieux, espérant que son cocktail plairait également.
Ce n'était pas tant ce concours, c'était aussi et surtout la première fois depuis des années qu'il servait des clients et il avait besoin de reprendre confiance en sa vocation : si jamais il n'était pas digne de reprendre son bar que ferait-il ? Le bar était sa maison mais aussi son refuge : servir des étrangers était sa façon à lui de combler un vide laissé par l'absence d'un mentor, d'un Roi... Enki avait besoin de reconnaissance, d'être utile, apprécié. Lui, l'animal abandonné et solitaire, la créature hors de son domaine, qui serait-il s'il était chassé de son établissement ? S'en remettrait-il seulement ?
Les trois jurés levèrent alors leur deuxième verre et les deux yeux gris de Pazuzu qui se rendit compte que si son art n'était pas apprécié il allait pas seulement perdre son challenge ou son bar mais bien toute confiance en lui.

"... Tu sais à quoi ça me fait penser Scully ?" demanda le boulanger à son ami de la boutique souvenir après quelques gorgée.
"Je sais Hitchy, à ton vieux 4x4."
"Exactement !"
Enki haussa les sourcils, circonspect.
"C'est... Une bonne chose ?" osa-t-il, hésitant.
Les deux compères se regardèrent, reprirent une gorgée, et se prirent l'un et l'autre dans les bras.
"Oh tu te rappelles quand on passait des heures à la repeindre ?"
"Tu étais si beau avec de la peinture sur le front !"
"Ton regard heureux quand on a enfin réussi à monter à 200km/h !"
"Ta joie quand on avait les cheveux aux vent !"
"Et quand nous sommes partis en weekend toi et moi dans les plaines !"
"C'était fou !"
"C'était si bon !"
"Je t'aime mon vieux !"
"Moi aussi !"
Les deux amis se mirent à pleurer de joie devant l'assemblée gênée.
La journaliste après un temps se raqua la gorge pour les faire revenir à eux et tendit le bras pour les séparer mais le troisième homme s'interposa :
"LAISSEZ-LES ! Ils sont si heureux ! Boire ce cocktail m'a fait comprendre que les choses les plus importantes dans la vie sont les amitiés que l'on tisse et qui nous font grandir et avancer ! Ils savourent leurs souvenirs et leur complicité comme je savoure ce gout si simple mais si vrai d'un Mojito pur et classique ! Je ne m'étais jamais rendu compte à quel point les petits bonheurs quotidiens sont l'essence même de notre existence, une finalité en soi ! Ce rhum fait partie intégrante de ce qui fait que ma vie est belle, un petit rien qui fait un grand tout ! Comme cette amitié entre ces deux hommes, comme la joie d'être ici, avec vous tous ! Comme ce citron et cette menthe qui ensemble deviennent une ode au partage et à la joie de vivre !"

Enki se pinça les lèvres dans un sourire comblé. C'était exactement ce qu'il avait voulu inspiré et il était soulagé de constater qu'il avait réussi à exprimer ce qu'il avait voulu à travers son cocktail.
Les trois hommes s'accordèrent pour lui donner la victoire sans attendre et Enki sentit les larmes lui monter. Il alla pour prendre à son tour les gaillards dans ses bras quand Alri qui n'avait pas du tout l'air vaincu fit remarquer que l'expérience sensorielle n'étaient pas finie.

En une deuxième gorgée les trois hommes furent chamboulés par une nouvelle saveur : la maudite poudre que l'hybride s'empressa de présenter avait fait son effet. Enki interloqué alla taper dans le verre du caméraman pour constater de lui-même la saveur qui s'était invitée parmi les arômes citronnés : en effet, c'était succulent.
La demoiselle en robe verte dans ses pensées dansa avec lui, et ses cheveux longs lui frappait le visage dans un tango intense, sous une pluie battante qui rafraichissaient leurs corps brulants. Enki sentait presque son souffle et alors qu'elle approchait son visage de lui il la vit sourire malicieusement : "Tu vas perdre ce concours."
Enki rouvrit les yeux qu'il avait fermé sans s'en rendre compte : le sourire d'Alri était semblable à celui de cette vision et il sentit alors que son monde était sur le point de s'écrouler quand la lumière s'éteignit et que le spectacle prit une dimension visuelle insoupçonnée ! La caméra n'en perdit pas une miette, la journaliste était en extase et tous étaient ébahi par l'originalité du cocktail évolutif et lumineux de "Tonton Alri".

C'était injuste ! Il jouait à domicile ! Il avait ses ingrédients secrets ! Mais... Non, même à domicile Enki n'aurait jamais élevé le niveau à ce type de prestation artistique. Son bar était à son image, classique et bon enfant, sincère et sans artifice... Sans néon, sans musique moderne, sans ingrédient secret.
... Mais si c'était ce que voulait les clients alors... oui... Enki était dépassé.

Il regarda le verre dans sa main. Le parfum de la belle dont la robe verte était à présent illuminé de luciole phosphorescente était toujours là, dansant sous son nez, charmeuse, insolente. Mais bien qu'elle était sublime il n'avait pas succombé... Et pire que ça, elle s'était invité sans son autorisation ! Elle s'était présenté à lui cachant son jeu, changea d'un coup de caractère, pénétrant son corps sans qu'il ne le sache ! C'était plus qu'une surprise, c'était une agression qui n'était pas ce qu'attendait le petit barman d'un classique comme le Mojito.

"Une bombe. Le cocktail d’Alricaus est comme une bombe qui vient d’exploser devant nos yeux ! Du jamais vu, sans doute l’information la plus incroyable qu’on a pu filmé. Mais maintenant il est venu le temps aux membres du jury de voter :"
Enki ouvrit des yeux ronds. Il posa son verre. Il était presque en état de choc.
Le moment était si intense, ce n'était pas surprenant... Mais il semblait d'un coup frappé par quelque-chose d'autre... Une révélation ? Une résiliation ?

La sentence tomba et le premier vote alla pour son rival... Mais fort heureusement, le deuxième avis fut en sa faveur. Tous les regards se tournèrent vers le troisième votant qui, sans doute remué par tant de sensations et de pression, s'écroula.
Tous avait gémit de frustration.... sauf Enki qui dévisageait toujours Alricaus,. Ils semblaient tous les deux ne plus se soucier des résultats... et à présent Alri venait vers lui, tendant une poignée de main significative :
Le blondinet accordait un ex-æquo contre un partage de contre-partie, exigeant deux questions... Et donc une réponse chacun.
Enki n'avait plus dit un mot depuis un moment et découvrit que l'information qu'attendait Alricaus était un moyen de trouver Enki, de le trouver lui.

A moins que la phosphorescence des verres ne jouent sur l'éclairage, il était clair qu'Enki avait pâli : le challenger semblait paralysé, et la journaliste le remarqua, claquant des doigts pour que le caméraman tourne son cadre vers lui. Par le même le bruit des doigts de la femme fit revenir à lui le démon : Enki regarda la main tendue et revit celle que Phoenix lui avait proposé quand il s'était présenté à lui. Un frisson le parcourut.

 "Conclure un accord d'une poignée de main... Voilà une vraie habitude de businessman." fit-il, hésitant. Pazuzu tentait de se reprendre, rassemblant son courage, sauvant les apparences avec une phrases qui semblaient vide de sens mais qui pour lui avait un écho bien clair. Une voix dans sa tête l'intimait de fuir, mais regardant furtivement la rue il vit son bar : après tout ce qu'il avait vécu, après tous ceux qu'il avait vaincu, il ne pouvait pas reculer.
Le suspense, bien que très télégénique pour le plus grand plaisir de la journaliste, était pesant... et l'ami de Nate et Hikari avait enfin pris sa décision, mit ses mains sur ses hanches, et refusa ainsi la poignée de main, devant regard surpris de toute l'assemblée.

"Pazuzu ! Est-ce parce que vous ignorez où est Enki ?"
"Eh bien, non, Alricaus a plutôt un bon flair, car oui, je sais où il se trouve..."

Scully et Hitchy, les deux jurés encore debout, expirèrent une exclamation dramatique.

Enki était gêné de parler devant des caméras, mais puisqu'il n'allait pas pouvoir se défaire de la curiosité de la femme, il ferait avec : quitte à être filmé, il allait faire lui aussi du spectacle, faute de poudre magique dans l'acte 2, il allait introduire la péripétie de l'acte 3.
"Je tenais à vous remerciez, madame." Fit Enki en souriant chaleureusement. "Vous êtes la seule à avoir su me donner une information que j'ignorais... Personne n'avait prononcé votre prénom en entier jusque là, Alricaus..." Enki sentait le stress monter en lui, mais resta droit et continua de réciter son texte. "Un prénom que j'ai déjà entendu... Je crois que vous venez du même royaume que moi ! Quelle coïncidence !... Il est assez ironique que j'ai choisi comme pseudonyme un nom typique de votre rang, Alricaus. Peut-être que mon inconscient m'avait alerté sans que je n'y prête gare..." Il avoua donc son nom d'emprunt. Enki avala sa salive et même s'il n'avait pas changé de posture, n'importe quel combattant remarquerait son regard vif et ses muscles tendus, chose que la caméra ne capterait pas. "Enki est devant vous. Alors à mon tour, ma question est toute simple : que me voulez-vous, monsieur le pilier ?"
La journaliste poussa un petit cri d'excitation, remuant dans tous les sens des ordres à son caméraman qui n'avait rien raté de la scène.
"Quel rebondissement !! Pazuzu était en fait le propriétaire du bar en face ! Tonton Enki en personne !"
"Attends mais il est pas mort le proprio ?"
"Mais non, c'est le proprio de ce bar là qui a clamsé."
"Mais Enki il était pas laid ?"
"Bah si, je me rappelle bien qu'il était bossu et édenté !"
"Nan mais vous inventez carrément vos souvenirs là !! Vous avez jamais vu personne d'autre que moi dans mon bar ! Je suis Enki !"
"Mais qui est Pazuzu alors ?"
"Ah ok, j'ai compris c'est Pazuzu qui est mort !"
"Aaaaaah."
"Quel dommage il était sympa."
Enki s'efforça tant bien que mal de garder un œil sur Alricaus, mais sa tension dramatique était légèrement entamée par la bêtise de Scully et Hitchy et il prit sa tête dans ses mains, frustré.

Alricaus... Enki avait entendu parler bien des fois de ce personnage quand il était encore un jeune démon : Il avait le même âge que lui et pourtant il était l'un des démons les plus prometteurs, se hissant dans la cour de Gohen puis au rang de pilier très jeune. Enki avait souvent jalousé le blondinet mais n'avais jamais eu l'occasion de le voir...
Et donc, il se trouvait à présent devant un rival démoniaque.

Gohen ayant perdu son titre et les territoires étant redistribués, il se demandait si comme Serafino Alricaus avait hérité d'un tiers du territoire : Décidément après Phoenix, voilà qu'un autre successeur venait à sa rencontre...
Serafino avait trahis Gohen, et Enki redoutait qu'Alricaus, si rapidement monté dans la hiérarchie, soit lui aussi un démon ambitieux et prêt à tout... Prêt à ouvrir un bar face au sien !
C'était un scandale, une preuve du caractère cruel et perfide de ce type qui devait être le pire de tous les démons ! Voilà pourquoi Enki avait refusé la poignée de main ! On ne pactise pas avec le diable, le ciel savait quel maléfice aurait maudit Enki s'il l'avait touché ! Et la dernière question qui demeurait était de comprendre pourquoi il le recherchait.
Il voulait venger Phoenix ? Non, ce bar était ouvert depuis au moins des mois, il n'avait donc pas pu venir ici à cause de ce qui était arrivé à Furfur dernièrement.
C'était donc le hasard qui avait mis sur ces traces deux piliers en même temps... Un hasard bien suspect.
Et si... Les cratiides n'avait été qu'un prétexte pour Phoenix ? Et si tout ceci était une partie d'un piège bien plus grand ! Pourquoi le royaume des démons le rappelait à lui avec tant d'insistance ?

Mais il ne fallait pas alarmer les honnêtes gens autour d'eux, et Enki conservait son sourire et son air amical malgré un regard qui en disait long sur sa méfiance envers son interlocuteur. Il n'avait pas prononcé de parole trahissant leur nature démone mutuelle, ne voulant pas que les commerces pâtissent d'une mauvaise réputation, et que tout le monde se sauve en courant.

"Ce coup de théâtre est digne des cocktails que nous avons gouté ! Mais que va-t-il se passer à présent ?!"
Alricaus
Alricaus
Autres Races
Masculin Age : 32
Date d'inscription : 27/02/2015
Nombre de messages : 138
Bon ou mauvais ? : Neutre
Zénies : 650

Techniques
Techniques illimitées : Téléportation - Beelzebub - Ransetto
Techniques 3/combat : Double Ransetto - Wings Wind
Techniques 1/combat : White Lightning

Bar "Chez tonton Alri" Empty
MessageSujet: Re: Bar "Chez tonton Alri"   Bar "Chez tonton Alri" ClockMar 30 Juil 2019 - 0:26
Plus qu’un duel, un véritable combat eut lieu dans le fameux bar de tonton Alri. Si le cocktail d’Enki fut naturellement bon, son adversaire avait tenté de faire dans l’original, ciblant un public différent. Mais au final avec l’absence du troisième juge il était devenu impossible d’obtenir les résultats, et le match se conclut par un simple match nul. En soit cela allait parfaitement à Alricaus, ce dernier s’en fichait royalement d’avoir une question en retour, bien au contraire.
 
Alricaus proposa une poignée de main, histoire de sceller cet accord. Mais ce dernier préféra refuser, intriguant l’hybride. Si ce dernier refusait les conditions, il y aurait alors de fortes chances qu’il cache quelque chose. Il décida de ne pas réagir à cette provocation, du moins pour le moment, et il eut raison. En effet Enki annonça dans la foulée qu’il connaissait bien le dénommer Enki. Alricaus les bras croisés, attendit d’en savoir plus alors que les jurés semblaient surpris.
 
Enki s’attarda sur son nom, Alricaus. En effet l’hybride n’avait jamais cherché à cacher son nom. Bien au contraire, il avait jugé que c’était le meilleur moyen pour attraper Enki. Ce dernier devait forcement le connaitre, et voir le nom d’Alricaus allait forcement titillé sa curiosité, tout comme ce fameux Pazuzu en ce moment-même. Cela indiquait forcement qu’il venait du monde du démon, et ainsi son appartenance à cette race. Ce qui voulait dire qu’il devait bien connaitre personnellement Enki ou bien tout simplement … l’être.
 
Ce fut finalement la seconde réponse, ce qui provoqua un léger sourire sur le visage d’Alricaus qui ne sembla pas réagir plus que ça au monologue du démon. Il laissa un peu de mystère en ne répondant pas, laissant la journaliste jouer la surprise à la place. Les deux juges ajoutèrent une couche, et comme à son habitude Enki se retrouva entrainé dans leur petit jeu.
 
Alricaus c’était un peu douté qu’il soit bien le véritable Enki. Entre le fait qu’il semblait cacher l’appartenance de sa race et ce nom lui semblait indiquer de base qu’il soit bien un démon. Mais ce qu’avait le plus troublé l’hybride c’était la scène avec ses anciens clients. Ce dernier semblait exaspéré, signe qu’il espérait sans doute qu’il soit réellement reconnu. C’est à ce moment que l’hybride était intervenu, et l’avait provoqué en lui proposant un entretient et en faisant un duel de cocktail avec lui. Bien entendu ces informations ne furent pas suffisantes, il voulait l’entendre dire de sa propre bouche.
 
« Hé ben, si on m’avait dit que j’affrontais le patron, j’aurais donné le meilleur de moi-même. »
 
Répondit ironiquement Alricaus. Bien entendu il avait donné le meilleur de lui-même, mais il jouait un peu sur la provocation pour concentrer l’attention sur Enki et non sur Alricaus et la question qu’il devait répondre. Après tout, c’était bien lui la star aujourd’hui. Avec un peu de chance il aura même le droit à une interview, mais vu l’énergumène on risquerait d’attendre longtemps avant de se décider à la faire.
 
« Enki, j’avais besoin de te voir pour amorcer une discussion financière. Tu peux me suivre, tu dois te douter que ce genre de conversation ne peut pas passer à la télé. Je vais d’ailleurs en profiter pour te présenter mon prochain cocktail, le Son Gohen. »
 
Bien entendu tout ceci n’était que du pipo, mais pour le bien d’Enki et d’Alri, il valait mieux garder ce sujet en privé. Mais il plaça volontairement un mot, un seul qui allait faire comprendre à Enki qu’il avait intérêt d’accepter de le suivre, et que parler devant ces journalistes serait la pire idée possible à présent. Il s’avança vers l’arrière de son bar, là où uniquement lui ait le droit de mettre les pieds, et pour cause c’était également sa demeure. Il laissa derrière lui les journalistes, il avait à présent obtenu ce qu’il souhaitait. Il ferma la porte derrière Enki, et continua sa route, histoire d’être suffisamment éloigné pour ne pas être entendu dans la salle. Il se retourna, et se décida finalement à bien prendre la parole.
 
« Je vais pouvoir à présent respecter ma part du marché. Tu as bien vu juste, je suis bien le pilier, du moins anciennement. Cela fait un long moment que je n’ai pas mis le pied dans ce monde, je pense d’ailleurs avoir laissé un sacré chaos après mon départ, ahahah. »
 
Alricaus avait abandonné le monde des démons pour se lâcher à la poursuite de Gohen, et n’avait pour ainsi dire eut peu d’informations sur ce qui se passait sur ce monde. Il savait uniquement qu’Hécate et Phoenix géraient leurs terres. Il n’avait aucune idée que Phoenix avait péris, laissant la place à Hécate, qui était non loin de devenir le véritable successeur de Gohen lui-même. Il ne restait que sa part, où le chaos régnait en mettre, sans aucun dirigeant.
 
« J’ai entendu beaucoup d’histoire sur toi Enki. Certaines glorieuses, d’autre beaucoup moins flatteuses. On va donc éviter les histoires de suspicions de pédophilie, le sujet n’étant pas là. Enfin je suis quand même un brin curieux, c’est vrai ou pas ces accusions ? Ne t’inquiètes pas je ne dirais rien. »
 
Alricaus monta progressivement dans ses propos, testant un peu Enki, afin de voir comment il allait réagir à tout ça. Comme la légende le raconte, un véritable monstre sortira bien de son corps qui semblait si fragile ? Alricaus en doutait, généralement les histoires ne sont que des inventions, néanmoins …
 
« Je ne vais pas te cacher que l’une d’entre-elle m’a plutôt marqué. Ce n’est pas une histoire, mais c’est devenu un fait, un jeune gamin aurait réussi à se débarrasser de l’infâme Serafino. Mais là où ça devient intéressant, c’est qu’il existe une petite histoire, très peu connu. Cette histoire raconterait qu’en réalité cet enfant aurait été en fait protéger par un esprit supérieur. Bien entendu cela semble farfelu aux premiers abords … mais peut-être pas tant que ça au final, non ? Serafino était certes un enfoiré, mais il était loin d’être idiot ou faible, très peu de personnes auraient réussis à le faire. Et si cette personne préférait garder son anonymat, étant un peu trop connu ? Et si cet enfant fut protégé par Gohen lui-même ? Et si ce gamin, c’était toi ? »
 
Alricaus eut le temps de mettre au communs les informations qu’il avait obtenu, et celles qu’il avait déjà. Il se souvient très bien de cette histoire, il était déjà un pilier à l’époque.
 
« Désolé pour cette longue introduction, j’aime les discours pompeux. Ce que je souhaite Enki, c’est de retrouver Gohen, car il est venu le tour pour lui de se faire protéger. » 
En ligne
Enki
Enki
Demon
Masculin Age : 34
Date d'inscription : 07/12/2006
Nombre de messages : 2183
Bon ou mauvais ? : Bon, c'est indéniable.
Zénies : 1620

Techniques
Techniques illimitées : Chant du vent, Danse de l'aigle, Mur Lumière
Techniques 3/combat : lance maudite, armure de Dösatz
Techniques 1/combat :

Bar "Chez tonton Alri" Empty
MessageSujet: Re: Bar "Chez tonton Alri"   Bar "Chez tonton Alri" ClockLun 26 Aoû 2019 - 18:49
Enki et Alricaus avaient tous les deux appris fraichement la réelle identité de l'autre... Et l'un comme l'autre avaient décidé de ne pas alerter les civils autour. Alricaus, tout comme lui, garda un air imperturbable face à toutes les révélations.

Le blondinet lui lança une pique sur le fait qu'il ne s'était pas donné à fond, et si Enki avait été moins distingué il aurait pu grogner entre ses dents. Quelle pourriture démoniaque ! Ce visage d'ange cachait donc bel et bien l'un de démon les plus fourbes qui soit !
Bientôt, prétextant une volonté de parler business, le malin exprima leur besoin de s'isoler loin des micros et caméras. C'était une bonne chose car Enki aussi avait envie de sauver ces innocents, ignorant de quoi était fait son adversaire : il était donc le plus jeune prodige de la cour de Gohen, il avait côtoyé Serafino, il avait tué les anciens patrons de ce bar pour le trouver... Il était clairement une menace. Alors se retrouver seul avec lui était préférable pour la sécurité des clients et journalistes mais... Enki craignait que dès qu'ils seraient à l'abri des regards il se fasse assassiner.

Alricaus ajouta qu'il voulait lui montrer un nouveau cocktail, le Son Gohen. Le patron désabusé plongea un regard surpris dans celui de son rival. Il voulait parler de Gohen. De son Maître Gohen, son Roi bien aimé. Il n'était donc plus question de fuir. Il avait tapé dans son point faible ! Aaaah ! Quel démon !


"Ah ah ! Allons-y alors ! Parlons... parlons affaire ! Ahahaha !"
Enki avait de plus en plus de mal à garder un sourire niais forcé et sa nervosité se trahissait par un rire étrange peu naturel. Il suivit Alri, mais se retourna une dernière fois vers Hitchy et Scully, et vers les journalistes. "C'était marrant ahaha ! Nous attendez pas ! La prochaine fois on se verra dans mon bar ! A une prochaine !" La porte se ferma derrière eux. "... j'espère." Fit Enki se demandant s'il allait s'en sortir vivant.

Le démoniaque Alricaus n'attendit pas plus longtemps pour répondre à la question d'Enki : A peine en aparté qu'il fit l'introduction de son histoire, lui demandant au passage s'il était un pédophile. Une demande qui fit passer Enki de l'état de peur profonde à profonde exaspération. (c'était sans doute une bonne chose.)

"De... Quoi ?!!" Après une explosion de frustration il tenta de rester digne, et croisa les bras pour ne pas gesticuler partout. D'une voix plus calme il reprit. "Hmmf. Change d'indic... Tu vois bien que je n'ai pas non-plus une musculature dépassant l'entendement. Si ce sont des tentatives pour me déstabiliser... c'est raté !" mentit Enki. Son interlocuteur continua donc son histoire, narrant l'assassinat de Serafino par un gamin.
Enki redevint sérieux, attentif : bien entendu que ce "gamin" était lui. Il ne pensait pas qu'un amateur puisse avoir eu raison du pilier aussi facilement et suspecta une aide extérieure.

Enki ne montra aucune réaction. Peut-être qu'encore une fois Alricaus essayait de le rabaisser pour le perturber en avouant qu'il ne le croyait pas capable de tuer un pilier... Sauf que... Sauf qu'Enki non-plus ne se croyait pas capable de tuer Serafino. La mort de ce dernier s'était en effet déroulé d'une façon chaotique et floue... Et Enki ne l'avait jamais vraiment expliqué. Pour la première fois depuis le début, Alri avait une théorie sur lui qui pouvait être bonne : et cette théorie fut développée quand le blondinet avoua même jusqu'à penser que Gohen lui-même avait tué Serafino pour le protéger.

Tonton Enki se trouva troublé par cette idée.
Gohen, Son cher Monarque, Son idole, l'aurait alors remarqué et protégé dès cette époque ? Était-ce possible ? ... Et pourtant à bien y réfléchir cela tenait la route... non c'était même la seule explication ! Qui d'autre aurait pu le protéger ce jour-là ? Il n'avait aucun allié ! Et en plus le nombre de personnes capables de tuer un pilier était limitée à un tout petit nombre.
Gohen... Auriez-vous...?

Enki n'avait pas fini de digérer l'idée. Il était bien plus chamboulé par elle que par tout autre pique qu'avait pu lui lancer Alri jusque là... Comme quoi, les point-faibles n'étaient pas toujours les plus évidents.
Un point faible... Enki fronça les sourcils.

"Est-ce encore une de tes fausses rumeurs pour me troubler ? Gohen ? ... Le Roi qui tuerait son propre pilier ?" demanda Enki à haute voix, aussi bien à l'adresse d'Alri que pour penser à voix haute... Serafino avait été un fidèle de Gohen mais lorsqu'il avait recruté les cratiides il avait ouvertement avoué à Madame et Enki qu'il voulait détrôner le Roi. Gohen avait sans doute dû apprendre ou sentir que son pilier allait le trahir, et potentiellement le surveiller dès lors. Il aurait ainsi assisté à la scène d'Enki prenant la défense du Roi impopulaire, et Gohen aurait alors choisi de lui sauver la vie ?
... C'était évident ! Comment n'y avait-il pas pensé plus tôt ! Ce jour-là Gohen avait tué son second pour le sauver lui ! Quel... choc !

"Comment... connais-tu cette histoire ?" Demanda alors Enki. Il y avait eu ce jour de nombreux témoins du combat entre Enki et Serafino... Cela n'était pas un secret. Mais il voulait savoir un peu plus ce que Alri avait à dire là-dessus... Car il ne faisait qu'avoir des suppositions, sans preuve, même si à présent Enki était convaincu de cette vérité.
Cependant il y avait une autre possibilité. Parmi les gens capable de tuer Serafino, il y avait les autres piliers : Alri aurait pu lui-même tuer Serafino ce jour-là, et utiliser le mystère qui planait sur cet événement pour piéger Enki. Gohen avait disparu et Enki avait pas mal d'ennemis qui apparaissait en ce moment... C'était le moment rêvé pour ce mensonge.
Le seul élément qui manquait à Enki était un mobile pour Alricaus... Pourquoi il piégerait un démon déserteur propriétaire d'un bar ? Par jalousie ? Parce qu'il savait que Gohen lui avait accordé sa confiance ?

Enki était gonflé à bloc ! Dans les deux cas, il était clair que Gohen lui avait accordé beaucoup d'importance ! C'était la consécration !
Ahahah ! Prends ça dans les dents Alricaus petit prodige de Gohen !

"Désolé pour cette longue introduction, j’aime les discours pompeux. Ce que je souhaite Enki, c’est de retrouver Gohen, car il est venu le tour pour lui de se faire protéger. "

Mais bon, il fallait redescendre sur terre, Alri parlait de protéger Gohen. Si la première hypothèse était la bonne, Alricaus s'inquiétait pour le Roi Maudit... Et si ce dernier était menacé Enki n'hésiterait pas à prendre de risque pour lui.
Sauf que...

"Comment m'assurer de ta bonne foi ? Tu veux retrouver Gohen, mais qui me dit que ce n'est pas pour le trahir à ton tour ?" fit le petit serviteur. Se mettre lui-même en danger en croyant Alri étai une chose, mettre son Roi en danger était une autre.  "Si Gohen a fuit son royaume, il avait peut-être une bonne raison de s'éloigner de ses sujets." Ajouta Enki, accusateur.
Après tout Enki était resté enfermé sans voir personne pendant un an pour protéger l'enfant Roi qui dormait chez lui... Jusqu'à ce qu'il se réveille juste avant que Phoenix ne lui tende un piège.

Depuis Enki avait aucune idée d'où se trouvait le monarque mais il commençait à se poser des questions sur le timing étrange de ces derniers événements... Gohen qui vient vivre chez lui sous la forme diminuée d'un enfant, Phoenix qui réapparait, Gohen qui se réveille ce jour-là après un an de coma... Et maintenant un autre pilier qui attendait son heure depuis des mois.
Et si tout ceci était lié à Gohen ? Mince il aurait dû en parler à Hecate... Elle avait peut-être des informations utiles.
Et... Une inquiétude s'éveilla d'un coup chez Enki : avant de partir pour le plan démoniaque il avait laissé Haruka et Gohen. Si Alricaus cherchait Gohen et si Haruka l'avait bien gardé avec lui comme il lui avait demandé, Alricaus avait potentiellement mis la main sur elle. Elle était une ange tueuse de démons, elle l'aurait sans doute attaqué, quant au blondinet il avait prouvé qu'il était prêt à tuer pour arriver à ses fins en assassinant les anciens proprios de ce bar.
Bon, du calme... Il fallait reste maître des événements. Mais après tout ce stress de la découverte du bar rival, du concours, et maintenant tout ça... Les nerfs d'Enki étaient déjà bien éprouvés !
Alricaus
Alricaus
Autres Races
Masculin Age : 32
Date d'inscription : 27/02/2015
Nombre de messages : 138
Bon ou mauvais ? : Neutre
Zénies : 650

Techniques
Techniques illimitées : Téléportation - Beelzebub - Ransetto
Techniques 3/combat : Double Ransetto - Wings Wind
Techniques 1/combat : White Lightning

Bar "Chez tonton Alri" Empty
MessageSujet: Re: Bar "Chez tonton Alri"   Bar "Chez tonton Alri" ClockLun 26 Aoû 2019 - 21:02
Alricaus n’était pas que le proprio de ce bar, il était aussi maitre de la situation. Il s’amusa à regarder l’expression d’Enki qui ne cessait de le trahir. L’hybride de ne le voyait pas comme ça, comme quoi une personne est rarement comme on l’imagine. Le passage où Enki c’était contenu fasse à la foule l’avait grandement amusé. Il avait l’habitude d’avoir affaire à des gens assez inexpressifs en enfer, Enki changeait grandement, et cela lui plaisait bien entendu grandement.
Dans un premier temps l’hybride chercha à déstabiliser et intriguer en même temps le démon. Ce dernier chercha à cacher le fait qu’Alricaus arrive à le toucher, mais n’y arriva pas. Alricaus continua donc plus loin dans l’histoire. Enki sembla s’interroger sur le tueur de Serafino. Le cratiide fut surpris, mais ne nia à aucun moment le fait qu’il n’ait pas tué l’ancien pilier. Cela pourrait potentiellement indiquer une chose : il ne connaissait pas le nom de son sauveur. Cette histoire semblait totalement possible. Il avait bien réussi à toucher une zone sensible comme il le voulait. Alricaus lâcha alors un léger sourire en entendant Enki lui demander comment il connaissait son histoire. Afin de faire monter la pression, il préféra garder un moment de silence avant de lui répondre.
 
« Car je suis ton père. »
 
Le silence s’installa, et l’hybride observa Enki. Ce dernier allait-il réagir sur ça ? Après de nombreuses secondes il lâcha un léger rire puis rajouta :
 
« Je rigole, disons que j’ai mes sources. »
 
Alricaus garda la carte du mystère. Cette histoire pourrait-être important pour la suite. Il ne l’avait pas imaginé dans un premier temps, mais si Enki ne connait pas le nom de son potentiel sauver, Alricaus pourrait inventer une histoire qui l’arrange. A présent il attendait le mouvement d’Enki, espérant que ce dernier puisse l’aider pour Gohen. Ce dernier avait du mal à croire qu’il puisse l’aider. Son discours était totalement cohérent. L’hybride haussa des épaules et lui répondit.
 
« En effet je suis peut-être venu pour m’en débarrasser. Tu es quelqu’un d’expressif, mais cela fait aussi quelqu’un de toi de très prudent. Donc si la première chose qui te viens à l’esprit est la protection de Gohen, cela semble signifier que tu possèdes une réelle attache affective pour lui. On est donc visiblement dans le même camp, ce qui va grandement me faciliter la tâche. »
 
Bien entendu cela n’était que théorique, mais restait le plus probable. Du peu qu’il avait vu de ce dernier, il semblait un brave type. Bien entendu rien n’empêchait qu’il puisse garder une secrète mauvaise personnalité ; et pour découvrir cette dernière il n’avait pas le choix qu’Alricaus lui fasse comprendre qu’il avait sa totale confiance. A travers de ce discours l’hybride pouvait donc se tourner vers ces deux cas de figures. Il continua donc vers cette voie.
 
« J’avais simulé dans ma tête le jour de notre rencontre. Je voyais essentiellement une discussion musclée, un troc, ou voir même du sexe, mais pas vraiment à ce que tu sois du côté de Gohen. Je dois donc improviser, et je ne vois qu’une seule façon de te prouver ma dévotion pour le véritable roi des démons. »
 
L’hybride recula afin d’avoir suffisamment d’espace autour de lui. Il prit une grande inspiration ferma les yeux et leva ses pieds, tenant en équilibre sur la pointe des pieds tout en levant les bras au ciel. Il les baissa légèrement, et augmenta subitement son aura. Un changement significatif se produisit, l’aura sombre que dégageait l’hybride commença à s’éclaircir. Il rouvrit ses yeux, fixant du regard Enki. Il se mordit la bouche pour s’empêcher de crier, et fit ressortir deux majestueuses ailes blanches dans son dos. Sa transformation terminée il s’approcha d’Enki. Il se chargea de donner une explication, même si sa démonstration était suffisamment évocatrice.
 
« Crois-tu que j’ai pu cacher ce pouvoir à Gohen ? Non. Il savait qui j’étais, et ce malgré la haine qu’on les démons aux hybrides. »
 
C’était tout de même un pari légèrement risqué de la part d’Alricaus. Si Enki cachait bien son jeu, il allait avoir une arme contre lui. N’importe quel démon serait prêt à se payer un être comme lui, et il serait bien dans la merde. Néanmoins cela allait pouvoir permettre d’en savoir plus sur le vrai nature de ce dernier au travers de sa réponse. Afin de limiter les dégâts, il attendait la réponse d’Enki pour réagir. Une mauvaise réponse de sa part, et Alricaus changerait de plan et passerait par la force. Dans le cas contraire, Enki aura reçu une belle preuve de la bonne foi de l’hybride, qui pour sauver Gohen dévoile son pouvoir.
 
« Je suis prêt à tout pour le sauver, même dévoiler ma véritable nature. Quand je suis né, Gohen m’a sauvé et a décidé de me laisser une chance. Il a toujours fait tout ce qu’il pouvait pour moi, et j’ai décidé de lui rendre la pareille maintenant qu’il en a besoin. »
 
Alricaus venait d’abattre sa dernière carte pour ce tour. Il n’avait plus qu’à attendre, la réponse d’Enki allait être déterminante pour la suite de la conversation. Bien entendu le demi-démon ésperait croire en la bonté d’Enki. L’avoir comme allié pour retrouver Gohen serait une bonne chose, surtout qu’étrangement ce dernier était également grandement lié à ce dernier. Comme quoi, lui et Enki se ressemblaient fortement.
En ligne
Enki
Enki
Demon
Masculin Age : 34
Date d'inscription : 07/12/2006
Nombre de messages : 2183
Bon ou mauvais ? : Bon, c'est indéniable.
Zénies : 1620

Techniques
Techniques illimitées : Chant du vent, Danse de l'aigle, Mur Lumière
Techniques 3/combat : lance maudite, armure de Dösatz
Techniques 1/combat :

Bar "Chez tonton Alri" Empty
MessageSujet: Re: Bar "Chez tonton Alri"   Bar "Chez tonton Alri" ClockMer 18 Sep 2019 - 16:48
Alricaus n'avait pour l'instant fait aucun mouvement hostile... Autre que voler le nom et les clients de son bar, dirons-nous. Enki était donc toujours face à son interlocuteur, attendant d'en savoir plus et savoir s'il était en danger ou non.

Son instinct de survie s'était amoindrit quand la menace avait glissé pour se positionner au dessus de la tête de Gohen : en bon serviteur Enki craignait que le pilier démoniaque ne veuille mettre la main sur sa victime à travers lui, voire même que le changement de corps de Gohen, sa désertion et ses faiblesses récentes n'ait été causé par le blondinet qui chercherait à présent à finir le travail.

Taquin, Alricaus continuait de le prendre de haut en répondant par des âneries. Il avait annoncé être le père d'Enki, ce qui laisse ce coup-ci le patron de bar de glace : il ne pouvait pas faire mouche à tous les coups... Enki n'avait certes pas connu ses parents mais il n'envisagea pas un instant cette possibilité, se contentant de arquer un sourcil exaspéré, les bras croisés.

"Je rigole, disons que j’ai mes sources." 
"Les mêmes sources qui disent que je suis un pédophile aux muscles saillants ?" Ironisa Enki qui n'était pas du tout satisfait par cette réponse.

Alricaus, lui au contraire, semblait apprécier le comportement défensif d'Enki : le pilier annonça qu'ils étaient dans le même camp. Le barman espérait qu'il s'agisse en effet de la vérité mais resta toujours aussi fermé, les bras croisés, méfiant...

"J’avais simulé dans ma tête le jour de notre rencontre. Je voyais essentiellement une discussion musclée, un troc, ou voir même du sexe, mais pas vraiment à ce que tu sois du côté de Gohen"
Enki perdit instantanément son air sérieux pour grimacer, encore plus outré que surpris : encore une tentative de le perturber ? Ce type était vraiment bizarre !
"Tu viens me dire que Gohen m'a sauvé et tu ne t'attends pas à ce que je sois de son côté ?!" Se scandalisa Enki qui n'en dit pas plus, réalisant qu'Alri était essentiellement un troll qui s'amusait à le déstabiliser. ... ... Cette vieille habitude des démons de régler tout en combattant, pactisant ou... du sexe ? Sérieusement ?! Enki avait vraiment bien fait de quitter le monde des démons, et il imaginait sans mal pourquoi son maître si pur ait pu avoir envie lui aussi de fuir ces tarés et... ah, Alricaus plaisantait. Sans doute... ?

Enki fut interrompu dans ses pensées (et c'était mieux comme ça) par une chorégraphie d'Alri qui semblait préparer quelque-chose. Immédiatement le dösatzien se remit sur ses gardes, espérant que l'heure de sa fin n'avait pas sonné, et que d'où ils étaient, les clients et journalistes ne craignaient rien non plus.
L'aura d'Alricaus se révéla. Enki fronça les sourcils : l'aura d'un démon, quand elle n'est plus camouflée est toujours une atrocité à ressentir, même pour l'un des leurs. Comme si l'air s'était chargée d'une pesanteur épaisse, d'un maléfice écoeurant, d'un désespoir perçant.
Le barman avala sa salive, encaissant le choc de cette découverte, malgré que cela lui rappelle tragiquement l'enfer qu'il venait de quitter... En se sauvant de chez Phoenix, il espérait de pas avoir aussi vite affaire à une aura aussi sombre.
Il changea cependant d'un coup son expression en percevant, sous cet étouffant nuage invisible démoniaque une bouffée d'air accueillante, une lumière sans rayon, une paix sans faille : l'aura d'un ange dont à présent Alricaus montra à présent les deux magnifiques ailes.

"... un hybride." Articula Enki difficilement, la voix déformée par la stupéfaction.

L'être mi-ange mi-démon devant lui expliqua que Gohen était bien entendu au courant de sa condition et la protection qu'il avait reçu du Roi était une preuve qu'il ne pouvait que lui être fidèle.
Enki n'était qu'à moitié, paralysée par cette apparition.

Voir un ange, ressentir son aura était une chose qui coupait assurément le souffle... A l'instar de l'aura d'un démon : les deux en même temps dans la même entité était une chose difficile à concevoir, encore moins à éprouver ! Ce débile et trollesque faiseurs de cocktail était ainsi une créature aussi mythique ? Par quel miracle...?

L'hybride expliqua qu'il était prêt à tout pour aider Gohen, même à dévoiler son plus grand secret à Enki. Enki de son côté tentait de se reprendre : il n'avait jamais rencontré d'hydride, en tout cas pas à sa connaissance, et n'avait jamais ressenti pareil présence... C'était fascinant, surtout pour un démon qui avait voué ses études et sa jeunesse à l'étude des anges et à désirer s'en rapprocher.


"Voilà pourquoi il t'a... il a veillé sur toi." Fit Enki en se remémorant les histoires de ce jeune prodige qui avait rejoint si vite la cour de Gohen. Le Maître avait donc trouver un enfant rejeté, voué à mourir et avait choisi de le prendre sous son aile plutôt que de le laisser mourir. Alri n'était pas devenu un éminent démon parce qu'il était puissant, il était devenu puissant parce qu'il avait eu la chance de côtoyer les plus grands.
Enki était-il jaloux ? Pas sûr. Naître hybride était une malédiction bien plus grande que celle de naître démon... Si Enki n'avait été personne en étant né animal, Alri lui était encore plus seul au fond.
Enki avait une tribu, à présent. Une famille, une identité. Alricaus était lui condamné à ne jamais être lui-même sous peine d'être mis à mort dans la minute.

L'esprit du barman s'était perdu dans mille direction, humant l'aura, réfléchissant à la révélation, sondant son âme pour savoir qu'en penser... mais enfin, il reprit vie et après la fascination, sa première action fut rapide : d'un coup prit de panique, il leva ses bras devant lui pour se projeter sur Alricaus.

"Stop !" Il s'arrêta avant de toucher Alri, n'osant pas poser la main sur lui. Il était mi-ange et ... si noble finalement. Malgré tout il était tout contre Alri, dans cette pièce exiguë cachée derrière la réserve du bar. "Pas la peine de prendre d'avantage de risque !" murmurait-il. Il se rendit compte qu'il était peut-être malvenu de coller et commander ainsi un pilier angélique et fit un pas en arrière, un peu perdu. Il prit sa tête das sa main, ne sachant plus trop où il en était.

"Vous êtes... un hyb..." dit-il comme pour s'aider à digérer l'information. Il avait eu le réflexe inconscient de vouvoyer Alri d'un coup. Parce qu'il était un ange ? "C'est... de l'inconscience !" Il prit sa tête à deux mains maintenant. "Si tu veux protéger Gohen, commence par ne pas attirer à nous tous les démons et anges de la galaxie !" Dit-il en se rappelant comment sa petite aura à lui avait déjà attirer une chasseuse de démon en une minute alors là, avec ce type de démonstration, le danger de voir débarquer une armée d'êtres ailés prêts à les détruire était réel. Lui qui avait passé un an à cacher Gohen il avait tout sauf envie qu'on attire à lui des âmes hostiles aussi bêtement !
Il se tourna vers la porte anxieux, mais ne percevant aucune présence nouvelle derrière celle-ci il se rassura un peu et expira.
"Je suis désolé... je ne voulais pas avoir l'air... effrayé... c'est juste que... j'ai effectivement caché Gohen un temps ici bas et j'ai passé des mois à craindre la venue du moindre ange, du moindre démon à nos côtés et..." Il regarda Alricaus, désolé. "Et je sais à quel point ils peuvent être cruels."

Enki avait ainsi avoué avoir été en contact avec le monarque démoniaque... Cela voulait-il dire qu'il faisait confiance à l'homme devant lui ?

"Tu as dit que tu voulais sauver Gohen. De quoi au juste ?" fit le serviteur, concerné. Si un nouveau danger rodait, bien sûr qu'Enki défendrait le Roi sans hésiter.

"Je suis prêt à tout aussi pour protéger notre Maître. Je veux bien croire en toi... Mais avant ça... je dois savoir : tu vis dans ce bar depuis des mois... J'imagine que tu cherches Gohen depuis un moment. Qui as-tu rencontré ? Des anges ? Des démons ? ... Mon bar... tu m'attendais ? Tu n'as pas d'autres pistes que moi, c'est pour ça que tu voulais... m'attirer ?" Il se pinça les lèvres, un peu énervé. "... Tu aurais pu te contenter de m'attendre chez moi. T'étais pas obligé de t'en prendre à mon bar." Ne put retenir Enki, toujours rancunier sur ce point.



(Enki a déjà rencontré un Hybride. Ajito. Mais Ajito lui a pas dit qu'il était hydride et a pas montré son aura donc ça marche normalement ^^')
Contenu sponsorisé

Bar "Chez tonton Alri" Empty
MessageSujet: Re: Bar "Chez tonton Alri"   Bar "Chez tonton Alri" Clock
 
Bar "Chez tonton Alri"
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» Scandale chez les motards de la police
» Juliette 2 ans et Créole sa fille en Fa chez moi(80)
» Post récapitulatif de qui vient chez Seb
» L'urémie chez les chats âgés
» [Chez Esmera] La fête du printemps [saison des amours]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
RPGDBZ :: RPG :: Dösatz :: Métropole-