Partagez
 

 Roi en E-8

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Légion
Légion
Masculin Age : 35
Date d'inscription : 04/03/2017
Nombre de messages : 699
Bon ou mauvais ? : "Bon"
Zénies : 1590

Techniques
Techniques illimitées : Boureau des Âmes / Présage Funeste / Armée Infernale
Techniques 3/combat : Réalité Insaisissable / Libération Antagoniste
Techniques 1/combat : Apocalypse

Roi en E-8 Empty
MessageSujet: Roi en E-8   Roi en E-8 ClockVen 3 Mai 2019 - 15:41

Il n’y avait rien d’intéressant par ici. Le boulot de sentinelle pouvait se faire les doigts dans le nez. C’était une place très prisée au sein de l’armée de Freezer, car elle signifiait ne pas avoir à se battre tout en étant bien payé. Le château de son altesse se devait d’être protégé par l’élite et l’élite se devait d’être récompensée comme il se devait. Les gardes des remparts étaient se considéraient donc comme la crème de la crème. La véritable tragédie dans leur existence était de ne pas savoir que leur empereur considérait sa supériorité comme tel qu’il pensait pouvoir protéger sa bastille tout seul. En cette nuit sombre sur le bastion du despote, alors que le sable devenait argenté sous la lumière de la lune, l’un des baroudeurs à la solde du pharaon glacial fixait l’horizon sans même vaciller. La buée sortant de sa bouche de façon rapide et répétée dénonçait l’espèce de peur qui l’habitait à l’heure actuelle. Il restait ainsi, terrorisé par l’apparition qu’il pouvait voir au loin. Tant et si bien que ce fut à l’un de ses collègues de venir à son aide lors d’une ronde. Accostant son compère d’un coup de main sur l’épaule, il lui vint de tenter de le ramener à la raison en ces mots.

”Hé, Drag. Drag. Drag-euh !”

La figure de son compère pointa soudainement en sa direction, comme s’il était habité par un réflexe sauvage et animalier. Il suait. Sa transpiration glaciale contrastait avec la chaleur sèche du désert qu’ils habitaient. Ses expirations répétées dévoilées la peur qui l’avait habitée durant cette transe nocturne. Son collègue fronça des sourcils en comprenant le hic de la situation.

”Beh, qu’est-ce qui se passe ?”

L’autre, appréhendant sa sûreté, secoua la tête comme pour reprendre ses esprits. L’espoir faible que son cerveau soit simplement mal positionné dans son crâne et que l’agitation le remettrait en place. Sa main pâle et tremblante se posa contre l’un de ses yeux, alors qu’un dégoût immense prenait place sur son visage. Des larmes sur ses joues brillaient sous la splendeur de la luminosité lunaire.

”Je sais… je sais pas… j’ai fait un… un mauvais rêve. Il y avait un vautour, et il m’a regardé et… j’avais l’impression qu’il fouillait ma tête… J’pouvais rien faire !”

Sa voix se brisait sous les sanglots. Son camarade regarda l’horizon un instant, s’assurant qu’il n’y avait rien. Le désert était aussi vide qu’il le pensait. Il tourna alors la tête vers son collègue, ses yeux pénétrant les siens.

”Hé. Je pense que t’as soif et que la chaleur te donne des mirages. Viens, on va aller à la cafétéria.”

L’autre eut l’air confus un instant, avant d’écarquiller ses mirettes.

”Oui. C’est une bonne idée. Allons à la cafétéria.”

Prenant l’escalier, ils descendirent tranquillement des murs du bastion, rejoignant d’autres de leurs collègues. Ces derniers avaient le regard apaisés. Des dizaines de guerrier d’élite avec une seule idée en tête. Se déshydrater tranquillement. Un seul objectif.

”Cafétéria.”

”Cafétéria.”

”Cafétéria.”

”Cafétéria.”

”Cafétéria.”

”Cafétéria.”

Des rats conduits par l’odeur du fromage. Esclaves de la plus faible des suggestions mentales. Le tapis rouge vers l’empereur de l’espace. Son premier cadeau de bonne foi serait d’avoir épargné ses hommes. Dans la cour du roi polaire, le flûtiste hivernal conduisait les souris vers le lieu de restauration. Observés, supervisés, ils s’attelaient à la tâche que leur cerveau leur ordonnait si naturellement. Sous les yeux infernaux du plus sombre des monarques, ils laissaient le champ libre à son altesse des morts. Le Damné à la cape carmine ne fit que mettre un cadenas à l’enclos de ses moutons.

”Je ne supporte pas la puanteur élitiste des gardes royaux. Qu’ils s’étouffent dans leur empyreume, mon rendez-vous attend."

Un certain flibustier travaillant pour deux camps lui avait permit de prendre une porte cachée menant à l’intérieur du château. De là, il n’eut qu’à utiliser les amygdales des sentinelles impériales pour les envoyer loin d’ici. Le silence était plus doré encore que les murs du château. Un luxe hideux et infâme. Si ce n’était Freezer lui-même qui avait décoré ainsi son manoir, alors c’était le sultan qui l’avait précédé. Un abject concentré de mégalomanie flamboyante. Il languissait déjà la lune argentée qui l’attendait dehors. Le croquemitaine avançait, ses bottes raisonnant dans les couloirs de l’antre du monstre de petite taille. L’hydre violette et blanche était susceptible. Colérique. La principale source de sel sur cette planète déprivée d’océans. Il lui fallait être charismatique. Plaçant ses mains sur une porte excessivement grande menant à coup sûr à la salle du trône, le spectre se demanda si son plan valait la peine de parler avec un tel narcisse. Puis il se rendit compte que Leixy était probablement plus insupportable. Ricanant un instant, il ouvrit la porte.

”Freezer, sa majesté empereur d’Héra, je viens marchander."

Les ténèbres furent. L’obscurité qui entourait le spectre s’installa immédiatement dans la pièce. Le Présage Funeste commençait peut-être déjà à faire son effet. Seul dans la gueule du loup, le maître incontestés des morts s'élançait dans un dialogue de sourds avec un gamin de plusieurs centaines d'années. Dos à la lumière, c’était une ombre dans une cape ample qui s’avançait ainsi vers le trône, avant de faire la révérence devant celui qui devait peut-être déjà ressentir les effets de son aura de terreur.

”Mon nom est Légion, et je suis le Dieu des morts."

Un mensonge servant à appuyer ses dires ? Une désillusion qui lui était montée à la tête ? Qu’importe. Cela devait faire son effet. Toujours dans son salut scénique, il releva le visage. Ses yeux perçant la plus résistante des murailles.

”Dites-moi : quelle valeur la planète à votre nom possède-t-elle à vos yeux ?"
Freezer
Freezer
Démon du Froid
Masculin Age : 20
Date d'inscription : 17/08/2014
Nombre de messages : 855
Bon ou mauvais ? : Sombrement mauvais
Zénies : 1240

Techniques
Techniques illimitées : Rayon de la mort/Frappe psychique/Disques de la mort
Techniques 3/combat : Nova Strike/Psychokinésie
Techniques 1/combat : Supernova

Roi en E-8 Empty
MessageSujet: Re: Roi en E-8   Roi en E-8 ClockMer 8 Mai 2019 - 11:21
Le crépuscule abattait sa loi sur les terres calcinées d’Héra avec une aisance plus marquante à chaque heure qui s’avançait, le désert se couvrait de son voile d’ombre, une fraîcheur hostile mais bienvenue. C’est dans cette atmosphère de calme mêlée à la routine des gardes que Légion avait réalisé sa besogne, usant de ses habilités afin de faciliter l’infiltration qu’il avait rondement mené au sein du palais doré. En parallèle à cette action aussi rare que dangereuse, le Tyran gisait sur son trône, avachi sur les rapports qu’il recevait de son empire, il devait être acteur dans la direction de ses mondes. Ordonner des exécutions, menacer une manifestation par la destruction de leurs habitations, couper l’accès à l’eau aux villes peu productives ; des réformes et plans aussi cruels que le laissait remarquer l’infâme tyran. Mais comment contredire ce dernier ? Freezer possédait une croissance économique importante, une vaste armée et un ensemble de collaborateurs dévoués, la gentillesse compassionnelle a toujours été un frein à la pérennité d’un état autoritaire. Car tel était le rôle d’un leader guide que de savoir ce qui était prioritaire, ce qui ferait avancer sa cause et son étendard, lui qui ne faisait pas figuration d’un pseudo plan de revitalisation en 5 ans.



La présence de l’homme des enfers ne se fit pas sentir, son énergie et sa pression n’étaient pas sensibles semble-t-il par l’Empereur-Dieu, ce dernier eu donc ses libertés quand à son apparition audacieuse. Et bien sûr, les bruits de pas alertèrent finalement Freezer, relevant le nez à l’image de ses gardes avec quelques secondes de retard, le seigneur d’or pouvait toiser un être en armure d’acier sale. De taille moyenne, cet inconnu avançait avec un grand calme et une étonnante confiance, effrayant les gardes sans rien n’avoir à faire, pourtant aucuns regards ne s’échangeaient entre les gardiens et l’homme au chapeau haut. Dubitatif quant à la menace que pouvait représenter l’intrus de l’autre monde, le Cold fit mine d’être muet, laissant l’invité non désiré prendre le plaisir de se présenter.

La dizaine de protecteurs de la salle longèrent alors les murs, s’éloignant le plus possible du chevalier de rouille, lui qui faisait désormais face au maître doré des lieux. La salle fut alors plongée dans les ténèbres, les lumières n’étaient non pas éteintes, mais bien mises en peine par l’émanation étrange du marchandeur. Toute chaleur semblait malvenue dans ses négoces, privant ainsi la salle de sa lueur, sa brillance et accessoirement son âme. Ceci avait d’ailleurs fini d’achever les soldats qui se retiraient maintenant derrière le trône comme les lâches qu’ils étaient. Fort heureusement, Freezer avait déjà vu des présentations toutes aussi singulières, ne perdant pas le Nord par l’utilisation d’un sort de mangeur de vie.

Le concerné ne nommait ainsi Légion, il se revendiquait comme étant le Dieu des morts, cette appellation grotesque était aussi ridicule qu’inacceptable. L’Empereur était ici le seul en connaissance du véritable seigneur de la mort, ce n’était autre que Reibai, par quelle légitimité ce Légion affirmait donc avoir la maîtrise du monde des défunts ? Le cold ne put cacher un rictus amusé à l’audition des dernières paroles de cet épéiste à la démarche tristement sombre. Cependant, l’envie de se moquer fut bien atténuée par l’interception du regard de Freezer par celui de son interlocuteur en cuirasse : Des yeux perçants à jour une anormalité claire de la condition de ce prétendu Dieu de la mort, vides d’émotions propres, malaisants au possible.

« Cet en cette heure et s’en m’en tenir rigueur que tu viens quérir tes réponses ? Quel imprudent tu fais. »

Commentait la seule divinité présente, se privant de rire, la salle toujours plongée dans des ténèbres artificielles.

« Tu me sembles bien présomptueux de te nommer « Dieu de la mort » ainsi. Je connais la divinité chargée d’emporter les trépassés, tu ne lui fais nullement honneur à l’usurper ainsi. »

Ajoutait d’un ton quelque peu dérangé et aigri le seigneur galactique, revenant au sujet mère, la curiosité de l’être apportant les ténèbres intriguait Freezer, pouvait-il vraiment procurer de l’aide dans la conquête Cold ? Par cette simple supposition, le tout-puissant laissa le vide du doute combler son esprit, accordant à l’intru la grâce de s’expliquer.

« Je te laisse t’expliquer, il est stupide de me demander si je veux retrouver la planète que l’on m’a volé. »

Oui, la question de légion était surement rhétorique, il était évident que l’avidité crue du fils d’Artic le mènerait sur d’infinis champs de bataille pour une course risible au pouvoir. Cependant, avant que le marchandeur ne puisse dire la moindre bêtise, Freezer lui mit la pression qu’il s’accordait à mettre sur chacun des invités trop confiants qui l’abordait. Claquant des doigts toujours avachis sur son trône aux mille pierres précieuses, le Cold ordonna aux gardes d’encercler le pauvre homme.

« Si tu ne me convaincs pas, tu n’auras plus l’occasion de convaincre qui que ce soit. »

Cependant, les hommes de main de la famille royale semblaient apeurés à l’idée d’approcher le monstre à forme humaine qu’était Légion ; mais qu’avaient-ils donc ? Était une forme d’instinct primaire ridicule ? Ou bien avaient-ils devinés, d’une manière ou d’une autre, que ce chevalier sombre pouvait être lui aussi une divinité ? Constatant la faiblesse de sa garde personnelle, le Tyran se redressa sur son siège pour finalement se lever de celui-ci, restant à son niveau, déployant son énergie tout de son corps. Cette force, cette pression de nature supérieure envenima la salle à son tour, réchauffant ironiquement la pièce en chassant une grande partie des ténèbres qui virent s’abriter aux abords de Légion.

« Et si ce n’est pas les misérables qui me servent de protecteurs, ce sera par ma main. Maintenant, parle. »

Le « dieu des morts » allaient maintenant pouvoir faire le témoignage de son charisme, si donné qu’il lui soit une arme suffisante pour contenter l’Empereur Dieu menaçant ses jours prochains.



Légion
Légion
Masculin Age : 35
Date d'inscription : 04/03/2017
Nombre de messages : 699
Bon ou mauvais ? : "Bon"
Zénies : 1590

Techniques
Techniques illimitées : Boureau des Âmes / Présage Funeste / Armée Infernale
Techniques 3/combat : Réalité Insaisissable / Libération Antagoniste
Techniques 1/combat : Apocalypse

Roi en E-8 Empty
MessageSujet: Re: Roi en E-8   Roi en E-8 ClockMer 15 Mai 2019 - 1:44
Cauchemars liés pour former la chair, dansant dans la lumière comme les diablotins de l’enfer, emmitouflés dans une cape, ne formant qu’un seul être, le regard enflammé envoyant ses ennemis paître. Tel était Légion, l’illuminé dans l’abîme. Celui qui avait observé le néant et gagné leur bataille d’oeillades. Tournoyant main dans la main avec les ténèbres comme les jeunes d’aujourd’hui, sa boîte de nuit n’était rien d’autre qu’un univers pourri. La putréfaction de cette machine mystérieuse dont les grincements nuisaient au nirvana total de ses pairs. Douleur et dévastation dans chaque coin de son oeil, un champ de fleurs fanées. La poursuite du bonheur n’était qu’un idéal. La joie de vivre, une chasse sans fin. Avec l’intellect vient l’imagination. Avec l’imagination vient la réflexion. Avec la réflexion vient la satisfaction, et avec lui vient l’ennui. Cette lassitude est racine de tout rêve, de toute recherche du contentement absolu. Pourrait-il y avoir un monde où le rêve de chacun est réalisé ? Se pourrait-il que l’esprit qui sommeille dans chaque enveloppe charnelle puisse se satisfaire d’un seul rêve sans en poursuivre un autre immédiatement derrière ? Le karma, comme une balance, offrait à certains cette réalisation et condamnait d’autres à un enfer de servitude et de famine. Les gantelets aux doigts tranchants du maître des morts n’avaient qu’une seule cible : les fils de cet équilibre faussé, instauré par la vie, l’adapter à la justice humaine par la force. L’homme réussira là où le dieu a échoué.

Les lèvres du roi d’Héra se tordent et se meuvent dans des élans de vanité. Sa perception de lui-même, un rêve réalisé depuis longtemps. Un épiderme doré, rayonnant pour faire face à l’abîme. Le voilà déjà en train de manifester son attention comme plus qu’elle ne l’était. Un autre mégalomane dans l’équation. Il traite Légion d’imprudent. C’est vrai. Le Damné était entré dans cette salle sans plan. Sans aucune crainte, sans aucune peur. L’immortalité lui offrait tout simplement le droit à l’erreur. Il possède des dizaines d’autres façons de parvenir à son but. Celle-là était simplement celle qui l’amusait le plus. Sans quitter le regard avec son altesse, le damné fait apparaître une capsule de Douceur de sous son manteau. Une main d’ombre fait irruption. Son bras, mélange de chair et de peur. Portant la boule bleue clair à son masque, il l’installe dans une ouverture conçue à cet effet sur la gauche. Des trous sort de la buée. Sa respiration, froide dans la canicule d’Héra. Glaciale. La paix. Enfin. Seule sa volonté garde sa présence dans la salle.




ĕ̠̰̻̜͊͢n̶̦̻̯͖ͪ̄̎̓f̡͔̲̪͓̰̞ͣ̑ͪͦi͖̟̹̜̟̰ͭ̔̐ͬ̒̎̀̚n̷̠̣̖͍͍̜̑̓ͭͥͭ̋͐ ̽͑͆̆̚҉̴͖̻̹̰̱̙̭̗͞s̵͙͋ͅȩ̴͇͙̣̯̭ͫͬ͌u̇ͫ̆̈́ͩ͏̬̘̘̣̭͓͢l̻̤ͤ̓ͣ͟͝ ̶̡̼͕͇̜̩͔̋̃̇ͣͮ͋ͮm̳̗̹̘̃̈́͛ͪ͢ő̢͊̅ͩͦͩ͛̏҉͕̩̯i̡̡͒҉̺̠͚̹̫̼̱ ̴͉͎̳̱̩ͪͭ͌͆͐͆̂̊͞r̞̜͖̰̱̞̯̅ͧ̈ͅȅ̸̡̨̬̖̭͔̍̓̒ͤͬ̅̚s̰̙̫͆͆͘p̴̛̤̪̦̩̟͕̟̼͂̅̊̆̓̈́̾̓͡ỉ̝̜̮͍͉̅̉̏̓́͑r̴͎̻̭̤̺̹̩ͭ͟e͕͈̬̜͉͈̋ͥ̏ͨͤͫ̓͟

”Ce n’est pas par vanité que je parle ainsi de ma nature. Les titres et les sangs divins s’obtiennent aussi facilement que des armes. “Dieu des morts”. Ce titre me va bien, autant qu’il aille à Reibai, autant qu’il aille à Thanatos, à Hel, à Osiris, à Yama, et à vous. Je ne fais qu’informer le roi d’Héra de l’essence de la créature qui fait irruption devant son trône."

Freezer, Freezer, qu’entends-tu ? Quels soupirs bourdonnent dans tes oreilles ? Quelles voix viennent prendre place dans ton crâne ? Oh, aucune douleur, aucune tristesse, aucun mal ne te sera fait. Tout cela vient si naturellement. Une nuée de pétales, douce et apaisante. Des suggestions, peut-être ? Le Présage Funeste n’était qu’une sensation innée vis-à-vis du cavalier de l’apocalypse. Comme s’il se passait é̕̕҉̨c͢͡͝ơ̷u͢͢͡t̸́͠è̶̕͟͠-̴́͝͠҉l̨͞ę̸́͝ quelque chose d’incontrôlable pour tous ceux qui l’observaient. Il était un phénomène sensationnel. Un être hors de la chronologie, hors des lois de la réalité, au regard amovible qu’importe la distance. Comme s’il fixe, et fixait, et fixera. Que voit Freezer ? Un être qui valait la peine d’être écouté. Probablement. Peu de certitudes. Le Démon du Froid était-il au moins sûr de ce qui se passait ? r̸͜e̷̢̛͢ǵ̶a͏̷̵̶́r̛̛͢d̶̴̕͟͞ ̛͘͟d͏͏̶̴̧e͝ ̶̵̕͞b͏̀r̸̸͘͡á͠͏̕i̴̛͢ş͢e̴͢͡͞͠
̷͝
”Observez :"


Craquement de cou. Flashs. Lumières. Obscurité. i̡͟͠n̶̨̛ę̷̡͘s̢̡̕͘q͏́̀͜u̷͜í̷̢̨͡v̴̴̨̨a̸̕b̴̛ĺ̀͘é͟͢͠͝ ̀é̵ś̶̴t͏̶ ̵̡̕͜͜s̵͠o̵͡n̵҉ ͡͏j̴͢ù̶̢͡͝g͟͠e̕͠ḿ̡̀͢͠é͝n̶̡͏̷̷t̀͟ ̶̛͘͟p͞͞͞e̸̷̶r̛̀͝͏͠s̸̛ó̀n̛͘͘ń̴͞e̴͘͝͡ ̴̨͢͠͡ǹ͘͏̷̵e͘͞ ̸͢͏̷p̡̢͟͝͠ę̷͘͝u̡͡t̶̡͟ ̸͜͢l̨̧̀͢e̵͜͏ ̸̴̕f̧u̢҉҉̕͜i̴̶͜r҉̛͟. La salle du trône était la même. Mais différente. Le regard posé sur Freezer provenait de lui-même, mais également de Goku, mais également de Cold, mais également de Cooler, mais également de Invité. Les murs étaient faits de pâtisseries puis de cadavres, et puis de rêves brisés. La planète était Freezer. La planète Freezer. Le château fut détruit. Des dizaines de morts s’étaient levés. Ils avaient détruit la planète. Le sceptre de l’astre glacial était dans les mains du monarque au coeur froid. Il était redevenu maître de la sphère qui l’avait vu naître. Le roi d’Héra était le roi d’une deuxième planète. La plus importante de toutes. Devant lui, des damnés. Derrière lui, des damnés. Le sol était des têtes hurlantes. Le ciel se remplissait de nuages aux pleurs faisant écho aux guerriers de l’espace exterminés il y a deux vies de cela. Un sentiment de joie pouvait habiter Freezer. Un avant-goût de l’épiphanie que Légion pouvait lui apporter. Le rêve réalisé. Une petite pincée de joie absolue. i̵̡̕͘͜l̸̷ ̸̢̧̨͟s̷̵͜ȩ̛͠͡͡ ̡̀p̛͢͡͝r̴̸̨͏o͏̷̸͟ş̶͟t͏̴e̵͞ŗ̶̵͠n̶̛͡e̴̕҉ ̧̧̢͜á̵̸͜͡c̨͢c̸̀͜͞e͏̛p̷̨̕͝t̸̸͜͏è̕͟͝ ͜҉̕͞͏l͏͏̧͏e̶̷ ́҉̀͡n͡͝e͏̶͢͞ ̶͢d͡҉̸̛e҉̨v̧̕͢i̧͢é͘n̷̨̕s͜͜͞ ҉̴͏p̨̛͜ą̶̛͘͏s̨͝͏ ̵̸̕͘͟s̷҉̛́͞o̢͜n҉̷ ̷̧̢͞é̡͝͞҉ņ̷͝n̷̕e͟҉͟m̧͢į͠.͝

”D͘i҉eu ̡d͘ęs ̧m͠òrt͏s ͞dit ͟ar̀mée͏ ͠de̛ş mor͢ţs.͏ ͏Ca͜d̀avre҉s ambu̶la͡n̸t̵s.͜ ̡Déc͢ès͟ ve̴n̸geu͝r҉s̷. ̛D͢es s͞ar̵c̀o͢p̢ha̛ge͝s c̶o҉m̵me ͘d҉e̕s̵ tr̸an͝chée͝s ͟i͝l҉s̴ ̶s͢é l̡è̵ven̨t èt ͢m'o̶bé́i̛ssent. ͘Ils ̀ne̡ p̵èu҉vént ̕f̷ailli͠r. Il͟s͠ ͝n͟e̡ p͏ȩuve͞n͞t͢ sę ͠re͏ńdr̡e.͜ ̢Il̵s ne peuv͠e͟nt mou̸ŕíŕ à n͞óu̡v̧ea̕u҉."


Était-ce sa voix ? Était-il là ? Pourquoi ne pouvait-on pas le voir ? Pourquoi ne pourrait-on pas le voir ? Etait-ce un rêve ? Etions-nous dans un rêve ? Sommes-nous toujours dans ce rêve ? Que signifiait-il ? Légion et Freezer étaient à présent face à face. Attablés dans le vide de l’espace. La voix du mort était toujours étrange. Toujours éthérée. Hors de ce monde. Comme l’hallucination d’un vétéran de guerre. Cette espèce de souvenir que l’on a de ses propres songes. La mémoire d’un bruit incomplet, comblé par le travail de nos neurones.

”M̢es ̨ļi̵eu̴t̴e҉na͡nts̴ ̶s̶oǹt͜ ͠p̸u҉is͘s͢ąn҉ts.̛ ̛Cori͡ac̶es e̛t ̀f̵oųg̵ưeux. ̷Capabl͟e͜s̨ de ͜riva͠li̢ser̀ ̀a̢ve͠c̨ l̷es p҉lus͡ ̛b͏e͡a̧ux gi͝biers de ̀c̸e̵t̸ ͏un̡iv͢ers.͡ ͡Moņ ̵arm̨é͡e se͢ l͡èv̶e a̡p͢r͜è҉s̴ ̡av̀òir ̡p̸erdu͜ s̷a ̸t̸ê͡te.͠ ͢Me̸s màińs man͘i҉p̡ulent le te͜mp͞s ̢ȩt͞ l͏e ͏p͠ássé.҉ ̸M҉o͏n͠ ҉bras̶ s͡e͘raít à votre͝ ̶ser͡v̵ice͜ pȩn҉d́a͠n͡t ̛un̢e͠ es̶c͡apa͠d͢e̷. Un̶ ͡seul͘ ̀é̸c̸h͠aņge͟. V͘ot͘re̕ m̵o̸nde͢, ̷c͏on̨t͏r͝e̷ u̢ne͜ fave̸u͟r.̢”


Plongée dans l’abîme. La salle du trône était normale. Aucun murmure. Aucune voix. Seulement Légion, Freezer, et des guerriers damnés s’étant faufilés dans la salle, prosternés des deux côtés du tapis rouge menant au siège sur lequel le derrière royal se posait si délicatement. D’un mouvement de cape, le cavalier de l’apocalypse les décapita. Ils tombèrent, surpris par cet acte étrange. Avant de se relever, comme ils le firent moult fois et le feront à jamais, remettant leurs crânes sur leurs cous. Un réflexe. Le temps coulait à nouveau normalement.

”En échange de Freezer, je ne demande pas grand chose. Seulement une entrevue avec Reibai, dont j’ignore la localisation exacte. Une seule et unique demande avec l’un de ceux qui partagent mon titre sans véritable valeur.”


L’autre monde manipulé comme un vulgaire gant, par un maître à la voix entraînante proposant une offre formidable. Comme la main rustre et bienveillante d’un père aidant son enfant à se relever. Comme l’étreinte d’un dieu sur la galaxie qu’il conçoit. Comme la poigne de Légion sur le destin qui s’offrait à lui.
Freezer
Freezer
Démon du Froid
Masculin Age : 20
Date d'inscription : 17/08/2014
Nombre de messages : 855
Bon ou mauvais ? : Sombrement mauvais
Zénies : 1240

Techniques
Techniques illimitées : Rayon de la mort/Frappe psychique/Disques de la mort
Techniques 3/combat : Nova Strike/Psychokinésie
Techniques 1/combat : Supernova

Roi en E-8 Empty
MessageSujet: Re: Roi en E-8   Roi en E-8 ClockLun 20 Mai 2019 - 0:54
Le maître des ténèbres rendait visite au seigneur des enfers, voilà deux personnages atypiques qui n’avaient rien pour s’aimer mis à part une volonté d’atteindre les cieux. Combattre sa condition de naissance n’était jamais tâche aisée et ils le savaient bien. Mais à force d’efforts, d’une rigueur de fer et de sacrifices au-delà du supportable, chaque but trouvait son accomplissement, faisant d’aujourd’hui Freezer un être tout puissant. Mais la réalité restait bien présente, si le Cold était imbattable, son empire restait grand et ses adversaires nombreux, un cocktail de résistants aussi insipides qu’insupportables. Ayant fait part de sa nonchalance à son invité, freezer ne jouait pas d’autre rôle que le sien, un empereur tyrannique et égocentrique. Avide de pouvoir, il n’avait pas refusé d’entendre le plan de l’homme qui se présentait à lui. Il se nommait Légion et semblait doué de magie. Mais était-ce prudent d’user de sortilèges pour surprendre le fils d’Artic ? Quel affront y avait-il de plus grand que de se montrer plus puissant que son seigneur ? Si le chevalier de rouille décidait que la voie de son salut serait celle d’une impressionnante démonstration, il allait devoir s’accrocher. Dans une ingestion discrète, Légion fit se plonger les autres membres de la grande salle dans une illusion des plus surprenantes, sans imaginer un plan de ce genre, Freezer fut cloué au siège. Des voix. Une voix. Celle du mauvais homme qui s’était présenté à lui et qui faisait éloge de son titre, des titres. Car le symbole de la mort n’était pas porté que par la famille Cold, c’était un signe de puissance revendiqué par de nombreuses familles et personnalités. A l’image de ducs sans Rois, l’un d’eux pourra peut-être un jour troquer son duché contre un royaume, mais à quel prix ?

Freezer appris des noms, en reconnus d’autres, des légendes de ci et là, des Dieux reconnus de tous, certains oubliés, mais tous convoitaient le titre redouté. Le titre du maître des âmes, régisseurs des destins. Quel nom pompeux pour une fonction qui peinait à trouver un véritable héritier. Mais Légion n’était pas venu pour revendiquer un titre, un monde ou une armée, ce qu’il désirait était l’attention du Tyran, sans doute son aide. Vint le blackout, un instant de ténèbres instant, aussi long que court, suffisamment pour être remarqué. Puis, dans une réapparition de la lumière, le décor fut timidement changé, laissant apercevoir de nouvelles tapisseries à l’effigies des échecs de l’empereur doré. Le démon n’avait néanmoins pas le temps d’en tenir rigueur, absorbé par le discours, les changements visuels et les sons, sensations et ressentis qui l’animaient. Tout semblait vivant, un mouvement perpétuel racontant une histoire scotchant Freezer sur son trône. Pourtant, cette histoire, c’était la sienne, mais tous n’avaient pas la chance d’avoir un tel condensé de vie sous ses propres yeux. Ainsi, en un rien de temps, tout était décrit, matérialisant le tout dans la mort, puis une ruine, celle de son fort sur son ancienne colonie de glace.

Mais cette vision n’exprimait pas le mépris que pouvait ressentir Légion envers Freezer pour la perte de ce monde. Au contraire, cet événement lui annonçait une nouvelle jubilante, une promesse des plus délicieuses : La fin des singes de l’espace.  Et tout ceci n’était que la présentation de l’œuvre du damné. Faisant la promotion de ses capacités en parallèle de son projet, l’épéiste disait pouvoir lever les morts, gérant une armée numériquement illimitée. Des forces immortelles, infiniment entraînés et motivés, voici le rêve de bien des conquérants. L’armée fantôme.

Chose inhabituelle : Freezer était impressionné, il ne pouvait le cacher, son faciès témoignait de sa surprise, de son intérêt et sa perte de contrôle, Légion était très convaincant, nul doute là-dessus. Et c’est ainsi que Dieu-mercenaire proposait son aide : Une vision, une armée, une raison. Sans la moindre retenue, les damnés s’étaient donc installés dans la salle, ils étaient nombreux, et la dizaine de gardes de Freezer avait déjà disparue du hall, pleutres qu’ils étaient. Peut-être avaient-ils eu d’autres révélations moins aguicheuses. La condition du chevalier aux cheveux d’argent était des plus dérisoires, une simple entrevue avec Reibai. Les connaissances de Légion et ses pouvoirs étaient grands, comment pouvait-il ignorer la position d’un tel personnage avec tant de savoir ? Également, s’il pouvait fouiller les souvenirs et en extraire certains, pourquoi ne pas avoir directement pris ceux concernant le Dieu du froid et de la mort ?

Qu’importe, l’occasion était belle, et alors que l’empereur se montrait habituellement piquant, froid et impitoyable, il allait proposer un discours bien plus souple à son invité.


« Bien. Je dois dire que ta prestation est surprenante, mais sache que ce monde n’est pas protégé par de bêtes créatures, et c’est bien l’une des plus puissantes que tu devras affronter. »


Mais quelles étaient les limites de l’omniscience du leader des morts ? Sans doute connaissait-il déjà le terrible Majin Vegeta et ses lieutenants.

« Ta proposition de me rendre ma planète me séduis, une entrevue avec Reibai est bien acceptable. Néanmoins… Je veux d’abord ma planète ! »


Précisait le Cold, gamin et avare comme il en avait la réputation, s’agitant sur son trône pour accentuer son refus de coopération s’il n’avait pas l’absolu avantage. D'ailleurs, Freezer pensa alors au fameux chef des maléfiques, il avait une visite de sa part prévue prochainement. Détenant un communicateur des Ganshous, le Cold l'avait conservé et mis sous écoute H24 pour capter chaque message que pourrait envoyer Fugma. Mais pour parfaire son plan, le seigneur galactique convoitait également ceux des autres factions, désirant ainsi dérober le communicateur de MV. En conséquence, des espions de l'armée impériale allait être chargés de voler le système de transmission du vaisseau/capsule du chef des kanasiens pendant sa réunion. Une simple mesure ici annoncée car planifiée, mais c'est un autre sujet... n'est-ce pas ?


« Ce Majin Vegeta, je l’aurais prochainement en entrevue, je vais mettre à l’épreuve son honnêteté et sa rigueur. S’il venait à être aussi faible que je le crains, je lancerais l’assaut, mais comment pourras-tu le savoir ? »


Freezer ne pouvait pas proposer de détecteur, il n’avait plus aucun homme dans la pièce, le château entier semblait mort, même dans cette grande salle aux nombreux corps pourtant animés. Tout cette entretenue était des plus étranges, cet inconnu en savait tant sur le Cold que cela en était grisant. Freezer, par crainte, respect ou manque de temps, ne souhaitait même pas manifester la curiosité de savoir d’où venait de tels savoirs sur son vécu. Cette scène avait tout simplement été trop intense et le fils d’Artic en ressortait absent de ses propres manies, pas de rire, de mise à l’épreuve ou de surenchère, simplement une acceptation. Car l’esprit du Tyran n’était pas spécialement solide, une brèche mentale dans l’esprit détraqué de Freezer n’était pas bien difficile à utiliser, faisant de lui une machine de guerre.

Et donc le damné avait eu ce qu’il voulait, dès qu’il eu obtenu son moyen de communiquer avec Freezer, il pu repartir sous les dernières remarques du Tyran doré.

« Si ce fameux jour de guerre tu te défile, sache que je te ferais payer cher ton audace, Légion. »

Car c’était ainsi qu’il se nommait, maître des morts pour la mort des maîtres.

Contenu sponsorisé

Roi en E-8 Empty
MessageSujet: Re: Roi en E-8   Roi en E-8 Clock
 
Roi en E-8
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
RPGDBZ :: RPG :: Hera :: Palais d’or :: Forteresse Cold-