Partagez
 

 Une bien alliciante parole de Vice Président...[PV SOLO]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Rufus Shinra
Rufus Shinra
Féminin Age : 22
Date d'inscription : 21/07/2018
Nombre de messages : 14
Bon ou mauvais ? : Bon, évidemment

Techniques
Techniques illimitées :
Techniques 3/combat :
Techniques 1/combat :

Une bien alliciante parole de Vice Président...[PV SOLO]  Empty
MessageSujet: Une bien alliciante parole de Vice Président...[PV SOLO]    Une bien alliciante parole de Vice Président...[PV SOLO]  ClockMer 17 Juil 2019 - 18:49


La nuit où Rufus Shinra arriva enfin près de la Capitale, plusieurs hélicoptères avaient survolé avec fracas ses ruines. Un silence de mort possédait la désormais tristement célèbre Satan City ; c'était là, oui, juste là, résonnant comme un vaste écho d'une guerre qui avait éclaté quelques heures plus tôt. Jamais son ambiance n'avait été aussi pesante qu'en cet instant précis où les secours et les renforts constataient de leurs propres yeux, ébahis, la sentence que ses habitants s'étaient vus affliger. Il n'y avait plus rien ici, plus rien. Sauf le désespoir. Au beau milieu de ce champ désolé, le souffle se faisait court et la solitude, bien prégnante. Au final, seul le crépitement des flammes et les cris des survivants accompagnaient les sinistrés qui s’étaient vu arracher leur maison, leur travail, leur espoir…

"Quel horreur…"

La vue était glaçante. Froide. Inhumaine. La défaite de Seishiro Kasai avait sonné un tocsin bien particulier, propre à lui-même. C’était un fait que même le Vice-Président Rufus Shinra n’avait pu ignorer en posant le pied sur les gravats et les planches en bois fragmentés qui gisaient au sol. Faisant signe au pilote de s’arrêter et de l’attendre au même endroit, l’homme au costard blanc se tourna vers les quelques soldats de sa Compagnie qui, bien que voilés par leur casque et leur visière quasi-militaire, dévoilaient leur appréhension quant à cette mission. Rufus tiqua. S’il n’était pas un homme qui réconfortait systématiquement ses petites troupes formés à la sécurité -il avait en réalité plus de lien avec sa petite milice de l’ombre, qui ne l’empêchait pas d’agir comme il le souhaitait, bien au contraire-, il n’était pas un monstre pour autant. Lui-même s’était ainsi équipé de gants et de protections sous ses habits. C'était là une occasion en or, une occasion rêvée pour se montrer utile malgré son haut-rang dans la Compagnie. A ses côtés, l'ombre intimidante de son chien de garde comptait bien également protéger et épauler le Vice-Président. Ses yeux rougeâtres scrutaient chaun des hommes ici présents, silencieusement, mais aux aguets. Comme si cette dernière souhaitait tester la volonté de tout un chacun. Nation Noire avait toujours été ainsi, à grogner et dissuader le premier bandit qui avait le malheur de croiser son chemin...

“Cette intervention est d’une importance capitale, mais elle nous permettra surtout de voir par nous-même ce dont nous avons besoin pour agir durant les prochains jours. Il est crucial d'en parler maintenant, en particulier suite au désastre provoqué par la confrontation entre les Saiyans et SK. C’est également pour cela que je vous accompagne, que vous venez de la Shinra ou d’une police d’une ville voisine. Ne cédez donc pas sous la pression, le plus important reste à venir… Qui plus est, les survivants n’ont pas besoin de voir des hommes paniqués. Vous ne reprocherez rien si vous faites déjà votre maximum. J’espère que vous en avez conscience ?
-Oui, Monsieur !
-Bien. Nous pouvons donc y aller.

Droits comme I, les soldats firent leur révérence, se mirent en ligne devant le fils Shinra qui déambula à droite, puis à gauche, lentement, comme pour ne manquer aucun soldat du regard. Il passa automatiquement d’un sbire à un autre. Sonda le fond de leur pensée. Contamina le plus petit regret par sa Persuasion si ouverte. Puis il s’arrêta, leva les yeux vers ce ciel si bleu et si infini qui le fit prendre une dernière bouffée d’air frais avant de passer à l’action. C’était probablement la dernière fois qu’il profitait de son anonymat. Une petite armée forte et convaincue était nécessaire pour être un minimum efficace parmi tant d’autres Bons Samaritains persuadés d’être uniques dans leur démonstration de charité. Mais c’était un mensonge. Pour Rufus, il n’existait pas de charité sans égoïsme. Aussi, s’était-il enquis de montrer l’étendue d’une démonstration de force, d’influence et de monnaie pour les prochains jours à venir, sous couvert de bénévolat.

"Allons-y."
Déjà, les soldats s’étaient tous dissipés. Si les hommes effectuaient dès à présent leur tâche, les moyens amenés par la Shinra n’était pas sans reste. Quelques hélicoptères commençaient déjà à embarquer les ressortissants des zones dangereuses pour les amener en lieux sûrs. C’était un travail de longue haleine qui lui prendrait beaucoup de temps, au vu du nombre colossal de survivants en détresse. Un travail qui excédait ses effectifs personnels, mais qu'il ne déclinerait pas. Jamais. Ainsi, les pas qui faisaient briser les murs bétonnés comme des gâteaux secs sous leurs bottes n’étaient qu’une preuve de plus que la Shinra n’entendait certainement pas rester en retrait pour ce sauvetage, pas même pour ces premiers jours. Elle était née pour agir. Ou plutôt, IL était né pour autre chose que d’être un second. Il était là pour s’imposer Sauveur et sauveur, il s’en approcherait le titre.

Rufus lui-même commença à donner certains ordres. En véritable chef d’orchestre, le Blond ne manquait pas de voix et parvint à jongler entre les opérations de secours et celles exigeant le rapatriement. Malgré le bruit et les hurlements des blessés ressortis depuis les décombres, quelques mouvements de main suffisaient à se faire comprendre entre oreilles devenus sourdes à force de cris et de battements. Mais le tour était joué. De telles mesures avaient certainement été véhiculées de secteur en secteur. Il ne s’écoula que quelques minutes avant que ses prédictions ne deviennent réalité… Quand bien même cette réalité se montra tristement ironique.

"AAAAAAAAAAAAAAAAAAAAHHHHHHHhhhhhh….Aieuh."

Une petite voix déchira le sérieux de leur situation, semblable à un petit oiseau blessé qui venait de chuter de son nid. Sa propriétaire ne fut guère différente dans les faits. Son pied avait glissé dans la poussière d'un tas de détritus et son corps s'était lamentablement étalé sous un regard qui jugeait en silence, ne sachant que dire de cette misère tout nouvellement apportée en ce monde. Ce triste fantôme n'interpella pourtant pas plus de trois secondes les soldats mobilisés par une porte lourde qui immobilisait un enfant paniqué. Seul Rufus s'y attarda de plus près. Quelle malchance, pour cette pauvre dame. Après la déchéance matérielle, venait celle mentale. Ce même regard incertain rencontra ceux de la pauvre femme qui tenait encore son micro, humiliée à jamais.

"Mais, Mais kesta à me regarder et à ne pas m'aider à me relever ! Tu veux ma main...Ah ! Mais vous êtes…"

L'inattendu arriva pour la nouvelle journaliste Dakota. Son œil acéré d'ancienne paparazzi reconnu le blond de ses cheveux et l'océan de ses prunelles. Rufus Shinra...C'ETAIT RUFUS SHINRA MERDE! La personne qu'elle cherchait était sous son nez, et que faisait-elle ? A peine rencontrée, elle l'insultait ! Une furieuse envie de s'arracher les cheveux la saisit mentalement pour des secondes qui lui parurent être des heures! Quel genre de journaliste pouvait avoir aussi peu de chance dans sa vie? Les joues rouges, sa main épousseta sa robe et refit l'une de ses petites nattes à une vitesse hallucinante pour faire au moins bonne impression…

...Du moins, à partir de maintenant.

"...Oubliez ce que je viens de dire, je rigolais!
- Vous trouvez donc que la situation se prête à rire? Je pensais qu'une journaliste s'attarderait plus sur la tristesse et le drame qui touche Satan City...
D'une certaine manière, Rufus pouvait en rire mentalement, tant cette occasion arrivait à point pour faire relever la Shinra à l'échelle planétaire. De plus, il se plaisait à rabaisser la maladresse de ses employés les plus stupides, quand il le pouvait. Mais cela, cette journaliste ne pouvait pas le concevoir ni même l'entendre. Un sadisme particulier prit de court le blond qui ne manqua pas de se jouer de la confusion de cette pauvre âme.

-Non, mais euh...Rah, écoutez, je vous ai cherché partout dans cette ville morte et effrayante et ces débris sont une misère pour mes pieds. J'ai vraiment, vraiment besoin d'avoir un scoop et de vous poser cet entretien. Et puis, je suis sûre que ça serait très bien pour vous aussi, de vous exprimer après tant de temps.. je veux dire, pour votre image! S'il vous plaaaaait?"

Le blond changea de cible, héla un bref ordre à l'encontre de ses soldats. Il fit planer le doute et trépigner d'impatience le visage de la jeune femme qui commençait déjà à suer à grosses gouttes. Lorsqu'il reporta finalement son attention sur elle, il prit le temps de l'examiner de plus près. Des boucles folles et brunes encadraient son visage d'une façon assez charmante malgré sa tignasse ébouriffée : on sentait à plein nez la journaliste débutante qui exerçait avec passion depuis quelques mois. Elle recherchait donc un scoop pour refaire sa carrière? Parfait. Pile ce dont il avait besoin, au final.

"C'est d'accord. Je crois comprendre que vous avez eu quelques difficultés pour arriver jusqu'ici. Mais je ne le ferais qu'à une condition : je ne veux pas perdre mon temps.
-Oh, c'est d'accord! Merciiiiiiii beaucoup! "

La journaliste afficha un sourire radieux. Sa main alla se fourrer dans l'une de ses grosses poches dans laquelle elle ressortit plusieurs fils. Derrière elle, tout un attirail avait été transporté par ses soins. Le nombre de gadgets et d'outils était si incroyablement varié que Rufus lui-même se demanda comment un corps si frêle avait pu emmener en son sillage des valises dignes de trois gardes du corps dans un champ de ruines…Telle une magicienne, elle faisait voler dans son dos un tas d'embouts destiné à être branché sur les prises de sorties et d'entrée de son. La brune fit trois pichenettes afin de vérifier la sonorité de son ampli et porta enfin le micro à ses lèvres, prête à en découdre !

"Ici Dakota, journaliste de votre chaîne de télévision favorite ! Je suis actuellement en présence de Mr Shinra, ou plutôt le fils de l'actuelle Compagnie qui, depuis quelques mois, semblait être en plein essort ! Voilà une présence inespérée, puisque cela fait maintenant quatre ans que nous n'avons pas vu le Vice-Président dans les médias et pourtant, on vous retrouve au beau milieu de ruines. J'ajouterai enfin que vous êtes venu en hélicoptère et on vous a découvert ici, en train d'aider la ville à secourir un bon nombre d'âmes. Vous qui n'avez pas revu Satan City depuis au moins 4 ans, cela vous a-t-il fait un choc particulier?
-C'est une vision que j'aurais préféré ne jamais avoir en face de moi...J'ai sans doute quitté cette ville trop longtemps, pour être honnête. , souffla-t-il, son visage trahissant sa peine et ses regrets feintés.

La journaliste hocha vivement de la tête. Elle qui venait aux nouvelles, voilà qu’elle tenait en boîte l’interview de sa vie ! C’était une occasion en or, voir rêvée, pour la journaliste de seconde zone qu’elle était ! Passant une mèche de ses cheveux, elle déglutit et mit de côté sa gêne en remettant ses lunettes sur son nez.

“En tant que Vice-Président d’une puissante entreprise de l’énergie, qu’avez-vous pensé de cette guerre ? Avez-vous des impressions particulières face aux explosions massives et au drame qui ont débuté depuis déjà plusieurs heures ?”

Le Vice Président ferma les yeux, posa ses mots tandis que les paroles de la journaliste se répétaient inlassablement dans son esprit. Sa réponse ne posa pourtant pas un souci, le politicien aux cheveux d'or n'avait visiblement pas pris pour résolution de "faire profil bas".

"Nous voilà désormais dans une nouvelle ère où nous, terriens, devons tout mettre en œuvre pour survivre face aux guerriers-nés et aux autres systèmes envoyés depuis d'autres planètes. Le peuple Saiyan est une civilisation à ne pas sous-estimer, mais surtout, ses idéaux sont dangereux pour notre Monde. Cette catastrophe en est la preuve irréfutable, sinon la marque funeste des obstacles qui se sont dressés sur notre chemin. Voilà ce qui a marqué le règne de notre ancien Despote qui, visiblement, ne peut désormais briller que par cette écrasante défaite. Quelle ironie! Je ne peux que regretter d'être le témoin de résultats politiques aussi médiocres venant de ces … "deux monarques Saiyans". Pour faire quoi, au final ? Nous libérer ? C'est affligeant… Leurs résultats parlent d'eux-mêmes, vous ne trouvez pas? C’est inacceptable, et tout comme vous, je réclame justice. Justice, pour s’être obstiné dans des affaires ayant mis en péril une Paix et une société qui ne les concernait pas. Justice, puisqu'ils sont désormais les grands accusés de ce crime de guerre..."

Cette situation était un puzzle inexpliqué et inexplicable pour le commun des mortels. Mais les faits étaient là, juste sous ses yeux, et les soldats de la Tour qu’il venait d’envoyer en renforts pour chercher les survivants le suivaient dorénavant dans ses convictions. Juste sous cette caméra...

"Notre ancien roi, SK, a montré dans ses derniers instants une facette bien étrange. Avait-il des raisons d'être ainsi délogé de son trône ? Peut-être, mais alors pourquoi nous viser, "nous"? S'en prendre aux terriens pour le punir n'avait aucun sens. Toutefois, SK lui-même avait fait saigné notre planète à son arrivée, un fait que l'on oublie trop souvent. Enfin, avait-il seulement la légitimité de régner sur notre planète ? Aucune, à part son invasion... Et les quelques années de Paix qui ont suivi sous son égide. Et c'est le seul et unique regret que j'ai à l'égard de ce Roi déchu. Il a été vaincu, car il misait de façon limitée sur sa propre puissance. Toutefois je veux croire que nous pouvons tous apprendre de nos erreurs et devenir plus forts, ensemble. Vous, moi, notre monde comme la Shinra Company. Nous, en tant qu’une seule et même humanité, un seul et même témoin. M. SK a agi en nous imaginant tous au centre d'un jeu exigeant un sang-froid hors norme. C'était un solitaire. Mais visiblement, ce sang-froid lui a joué quelques tours. Dès lors que les Saiyans sont arrivés, il a fait le choix de quitter le plateau sans que nous ne puissons même en savoir davantage à ce sujet, mise à part une courte vidéo dévoilant les sombres desseins des Saiyans. Mais laissez-moi vous compter un conseil, en tant que fils de la Shinra…”

Ce dernier se pencha, ses réelles intentions prenant le pas pour illuminer la plus petite parcelle de vérité qui animait ses yeux océans, devenus houleux tant le constat d’un échec aussi navrant le contrariait lui-même.

“ Un bon dirigeant aurait su s'arrêter contrairement à ces deux Saiyans, mais surtout, il aurait su comment prémunir les habitants de ce danger imminent… Car c'est une faute que nous devons désormais porté, en nous relevant. C’est ce que j’aspire pour la Compagnie Shinra, plus tard. Mais, plutôt que de tirer des conclusions hâtives quant aux bombes qui ont soufflé un bon nombre de nos villes, je compte bien éclaircir ce sujet en menant mon enquête directement sur les lieux. Mes plus proches hommes vont certainement commencer leur investigation sur place. Nous en serons ainsi bien plus sur cette affaire. Placerez-vous des bombes quand ne serait-ce qu'un seul de vos tirs viendraient à bout d'une planète? Cela m'a interpellé quant aux intentions des Saiyans et je suppose que la Vérité cache bien des facettes qui nous sont inaccessibles...Mais hélas les images révèlent un crime tout à la fois..."

Au vu des pierres qui venaient de déchirer ses chaussures en tissu lorsqu’elle avait marché pour les ruines de Satan City, Dakota ne put que tenter de deviner ce qui traversait l’esprit de Rufus quand il parlait de “défaite”. Son contre-argument touchait plus que les fragments qui gisaient au sol et les morts humaines que la Terre venait d’essuyer. Il parlait de l’honneur des représentants...La main sous le menton, sa tête se pencha légèrement sur le côté pour appuyer les confessions de ce cher Président.

“Je crois comprendre, oui. En tout cas, je vois que vous n’avez pas peur de vous salir les mains, en vous déplaçant ainsi directement sur place…, murmura-t-elle, ses yeux furetant sur les soldats qui enlevaient les décombres et le Shinra Junior.
-J’ai appris qu’on n’était jamais plus satisfait qu’en agissant par soi-même. Il était de mon devoir de me déplacer sur place et de savoir agir à ma façon. A ma manière. Et non derrière un bureau. On ne peut pas toujours dépendre d’une autre personne pour accomplir ce qui ne nous plait pas.”

Ce fut à cet instant que des étoiles brillèrent un instant dans les yeux de la journaliste. Elle venait littéralement d’être subjuguée par le futur Président. Des personnalités importantes et politiques, elle en avait rencontré tout un tas, mais il y avait un je-ne-sais-quoi d’insondable dans le caractère de ce “Rufus Shinra”. Comme un air de défi. Comme une confiance qu’elle ne pouvait s'expliquer...

"J'attends, comme un bon nombre d'entre vous, des réponses à ce sujet. C'est une évidence, une nécessité. Je ne peux parler au nom du Président qui, comme vous le savez, est inconscient à la suite de l'explosion. Son pronostic vital n'est pas engagé, mais il va lui falloir du repos. Toutefois, je suis Vice-Président et en tant que tel, il est de mon devoir de soutenir ceux qui ont placé leurs espoirs sur mes épaules."

Comme pour encourager son maître, Nation Noire s’approcha de son maître, son corps s’étendant à la fois avec la souplesse d’un chat et la force d’un loup. Cette dernière feula légèrement, passant sa truffe contre la main gantée et tachetée de son maître qui ne tarda pas à lui céder une caresse. Rufus poursuivit.

"De ce fait, j’en viens à ce message de soutien qui, je l’espère, nous aidera à rester unis entre terriens. Rien n’est encore réellement perdu. Après tout, c’est là l’objet de ma venue ici-même, et de cette interview improvisée. La Shin-Ra est là pour améliorer votre quotidien, et non détruire votre foyer.”, il se tut un instant, réunissant la force de son verbe au beau milieu de ce champ de ruines où il avait oeuvré avec ses hommes. “Ainsi, moi, Rufus Shinra, Vice-Président de cette même entreprise, vous garantie notre soutien quant à la reconstruction de nos villes. Moi, Rufus Shinra, en tant qu'homme cette fois-ci, vous promet d'œuvrer pour retrouver ce qui faisait notre force : la Paix et la Prospérité. La Shinra Corporation vous apportera l’étendue de son innovation, l'étendu de son savoir qui fait la force de ses cinq nouveaux départements.”

Rufus ne manqua pas cette occasion pour appuyer les valeurs de la Compagnie. Il était vrai que l’énergie et l’urbanisme étaient le centre majeur, le pilier de sa société. Toutefois, ce chamboulement était une occasion rêvée pour promouvoir ses autres centres d’intérêt. Par chance, la Tour Shinra, légèrement excentrée, n’avait pas connu les effets meurtriers des folles prétentions de Seishiro. Aussi, se permit-il de dévoiler ce qu’il avait en tête...

“Ces départements, je vais les énumérer sommairement. Nous avons la chance d’avoir encore des locaux intacts et d’abriter en notre sein le département du développement urbain, le département d’entretien et de la sécurité, le département des armes, le département des sciences, connus pour ses récentes matérias, et enfin le futur département spatial. Le premier de ces départements, ainsi que le second, seront de mise dans les opérations et les plans que nous mettront en œuvre pour rétablir certaines fondations de Satan City et des autres villes dans le besoin. La Compagnie a déjà prévu des investissements et un financement massifs pour mener à bien les programmes du département lié au développement urbain. Ceux-ci sont intrinsèquement issus des innovations de pointe conçues par les département des sciences et d’entretien sur quelques longues années. Nous avons encore certains plans de la ville: il est fort probable que nous les utilisions pour vous reloger, avec l’électricité et le confort nécessaire.”

Après tout, cela avait toujours été l’objet social de sa société et ce, depuis ses débuts. En cela, il ne mentait pas et il ne comptait pas reformuler le passé de son nom. Pressentant qu’il arrivait presque au dénouement de son speech, Rufus intensifia sa volonté, faisant briller une aura plus autoritaire que ce que son jeune âge aurait bien voulu lui concéder. Cette Dakota n’était plus véritablement à ses côtés, en cet instant. Il n’y avait plus que Lui et ce qu’il pouvait garantir pour l’avenir...Et selon son raisonnement, il n’y avait que lui pour éviter la menace imminente d’un bon à rien de souverain, voire même celle venant de l’Espace.

“Peut-être qu’à l’image de la ville que j’ai quittée il y a de cela 4 ans, nous ne retrouverons pas les éléments qui provoquaient en nous la beauté de la nostalgie. Et alors, cette guerre nous aura fait oublier ce que nous avons chéri. Mais ce que nous oublierons, nous le comblerons dans nos rêves les plus fous. En collaborant tous, vous retrouverez la modernité, et la sécurité qui semble nous manquer face à un tel désastre. Je ne peux que vous le garantir et m’en faire la promesse solennelle.”

Il leva la main, près de son cœur. Appuya sa promesse pour la faire sienne dorénavant en une gestuelle qui en disait long sur ses intentions. Cette promesse, Rufus l’intégrerait au profit de la nostalgie et l’amélioration de leur société, puisque son père ne pouvait le faire suite à la déflagration. Coincé dans un lit, il n’y avait plus que lui face à la population toute entière. Lui, ainsi que ses rivaux...

“Oui, nous reconstruirons Satan City tous ensemble, et en feront une ville plus grande et plus belle encore. En cela, Capsule Corporation ne diffère certainement pas de mes objectifs. J'espère que M et Mme Brief ne resteront pas muets et viendront à ma rencontre. On m’a vanté de nombreuses fois le génie de leur héritière, Bulma Brief. Je suis certain que leur carapace n’est pas de marbre face à ces ruines et que notre entente sera à double sens face au bien commun. N’est-ce pas? "

La question traverserait les médias pour aussitôt la destiner vers Capsule Corp et sa technologie avancée. Mais il y avait plus derrière son ton et ce défi sous-entendu de mener ces jeunes gens à sa rencontre : Rufus avait tendu sa toile politique. En tant que l’une des richesses mondiales les plus connues de la Terre, M. Brief n’aurait probablement pas d’autre choix que de se prononcer devant les journalistes. Mais était-ce vraiment logique de décliner l’offre de collaboration que venait de leur proposer la Compagnie en des temps aussi houleux ? Si Capsule Corp ne se prononçait pas, elle baisserait la tête face à la Compagnie Shinra. Et Rufus lui-même savait que les Briefs ne seraient pas assez inconscients ni même insensibles pour refuser une réunion sous un aussi bon prétexte, en particulier face aux pleurs et larmes d’un millier d’enfants privé de leur famille... Sans compter qu’il était de notoriété que leur fille n’était pas insensible aux charmes des beaux hommes. Soit ! Ce serait là une occasion amusante pour Rufus de prouver si les dires étaient vrais ou non. A chaque génie, sa part de stupidité après tout… Rufus l’avait observé beaucoup trop de temps pour la mettre à l’écart.

“La Shinra commencera dès demain à proposer ses plans. En attendant, elle prend également sous son aile tout volontaire ayant pris la résolution de s’investir pour les générations futures, et ce, en les traitant comme ses propres salariés.”

Le bruit des hélices d'un hélicoptère frappé d’un carré rouge résonna non loin de lui; derrière lui. Comme un arrêt sur image, une vision subliminale venait de s’offrir à chacun de ses spectateurs. Sur ce métal froid qui voltigeait désormais jusqu’au firmament des cieux, toujours, toujours plus haut dans le ciel, il était possible de percevoir ce nom qui reviendrait plus souvent dans les rues, désormais. “Shinra Electric Power Company”. La Compagnie Shinra. La chute des Black Feathers avait accéléré le Temps et maintenant, ses prétentions se dressaient à l’image de cette technologie qui débarquerait d’un jour à l’autre. Forte. Envahissante. Immortalisé à jamais par la caméra d’un journaliste trop embrigadé, qui voyait son jour de gloire arriver en entretenant les derniers fantômes de Seishiro Kasai, un léger, très léger sourire confiant venait de dérober les lèvres avares du jeune Shinra. Dorénavant, il paraissait évident que les plus éminents scientifiques de la Terre et les grandes personnalités de la planète se verraient dans l'obligation de répondre à cet appel, sous peine d'être relégué au second rang du progrès. Rufus avait bien du mal à voiler l’enthousiasme naissant d’un politicien. Qu’allait donc faire ces Saiyans? Un coup de pouce de sa part pour faire déplacer ces pions de malheur ne ferait jamais de mal.

Sous couvert d'une philanthropie factice dont il ne faisait que jouer, le Vice-Président venait ainsi de faire son grand retour auprès des médias, plus serein que jamais. A l’image d’un marionnettiste, il savait que ses doigts devaient dorénavant tirer les bons fils pour redorer le blason de la Shinra; l’oriflamme de toute sa vie.
 
Une bien alliciante parole de Vice Président...[PV SOLO]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [UploadHero] Les Réformés se portent bien [DVDRiP]
» Une nuit qui prend tout son sens [Hentaï PV Kaine] [Terminé]
» La Cerise s'efface, le Bien trépasse [hentaï, PV Vaelz]
» Pensionnat Hentaï*! // Partenariat ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
RPGDBZ :: RPG :: Terre :: Satan-City-