Partagez
 

 Midnight

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Narumi Karuzaki
Narumi Karuzaki
Demon
Féminin Age : 29
Date d'inscription : 18/07/2012
Nombre de messages : 255
Bon ou mauvais ? : Neutre
Zénies : 1240

Techniques
Techniques illimitées : Transposition | Griffes et crocs acérés | Pluie d'énergie
Techniques 3/combat : Rayon Lunaire | Armure naturelle
Techniques 1/combat : Forme Alpha

Midnight Empty
MessageSujet: Midnight   Midnight ClockLun 29 Juil 2019 - 0:00
L’air. Les rayons de la lune sur sa peau, le vent dans ses cheveux. Elle prend un grand bol de cet air frais qui lui avait tant manqué dans le néant. La Terre s’offre à la terrienne qui, par miracle, vient d’être transposé en plein coeur de Satan-City. Le géant rouge n’avait pas menti, Narumi était bel et bien revenu à la vie. La sensation est… indescriptible. Comme quand l’on est en train de se noyer et que l’on réussit à remonter à la surface.

Même si le temps en cette nuit est agréable, le paysage est d’une horreur sans nom. La ville, dans son entièreté, est une sorte d’énorme crevasse de bâtiments démolis. La louve fronce les sourcils. Elle n’est pas incapable de pleurer davantage, ce n’est pas le soucis, non. C’est qu’il ne faut pas plus de larmes. Il faut un temps pour chaque chose, et le rôle de Narumi a toujours été d’inspirer ses pairs. Il est donc l’heure pour cette dernière de prendre sur elle et de se servir de sa volonté pour montrer, à nouveau, sa dévotion envers son peuple.

Tout ce qu’elle avait de négatif à ressortir avait été emporté dans le néant qui avait été sa demeure quelques temps. Les longues heures de méditation dans le noir total qui s’en suivit avaient été nécessaire afin que l’alpha puisse se vider la tête et se concentrer sur l’essentiel. à présent, il fallait se tourner entièrement vers l’avenir. L’avenir de sa race, l’avenir des siens, mais aussi l’avenir des tyrans qui avaient souillé sa terre sacrée.

L’apparition de Narumi provoqua de l’émoi. Il ne fallut pas longtemps pour que des soldats, qui évaluaient les dégâts, les pertes dans ce secteur, ne se précipite vers leur cheffe.

Cheffe ! Cheffe !” s’exclamait l’un deux en larmoyant.

Incroyable, vous êtes revenue !!!” s’extasiait un autre.

Prévenez les hommes !” Ordonna le chef de cet escouade à ses subalternes.

Des questions légitimes étaient suspendues à leurs lèvres. Narumi prit un nouveau grand bol d’air, admirant chacun de ses hommes avec une sorte de bienveillance maternelle. Revoir des êtres vivants après avoir passé toutes ces heures accablantes dans ce foutu néant, c’était… une sensation étrange mais vraiment agréable.

Je souhaite faire un discours à l’ensemble de notre peuple. Avant cela, j’aimerais être tenue informée des derniers événements depuis…

Sa gorge se serra si fort, étouffée par sa propre haine et ses ressentiments. Les hommes n’eurent aucun mal à comprendre la vulnérabilité de leur cheffe à cet instant. L’un d’eux s’activa, sortant de l’une de ses sacoches un appareil high-tech servant notamment à visionner les discours enregistrés et relayé dans les médias ou les réseaux sociaux.

Vos subalternes ont géré du mieux qu’ils pouvaient la situation durant votre… enfin, nous ne pensions pas que vous reviendriez cheffe, alors…” Le soldat et Narumi s’échangèrent un regard. Cette dernière lui tapota gentiment l’épaule d’un air bienveillant, et ce dernier fut conforté pour poursuivre: “Vos généraux ont fait disposé des abris pour les réfugiés à l’intérieur de notre base militaire principale. Nous avons aussi construit quelques camps autours de la base pour pouvoir accueillir encore plus de monde. On fait en sorte de trouver les survivants et de les aider du mieux que nous le pouvons, en leur offrant un toit et un endroit sécurisé. On a réussi à récupérer du matériel dans les petites bases qui ont été détruites aux abords de la ville, également. Des provisions ont été apportée par des donateurs pour nos concitoyens. Donateurs que vous découvrirez sur les vidéos que nous avons d’eux et de leur discours relayé par les médias. Nos soldats surveillent de près les activités de ces personnes.

Narumi découvrit ainsi que les opportunistes n’avaient pas chômé. Un certain Beau Jack, affriolant et excentrique, s’était proposé d’aider les terriens. Un air méfiant gagna les traits de l’alpha à mesure que ce dernier déroulait son discours bien amené. Le charisme de cet étranger n’était pas à refaire. Son allure est un peu trop pompeuse… qu’est-ce que ce c’est que ces espèces de “clips” sur les côtés de son visage… ? Est-ce qu’il porte un genre de masque ?

Le deuxième opportuniste qui n’avait pas perdu de temps se nommait Rufus Shinra. L’alpha, dubitative, observa le visage de l’homme… c’est un terrien lui aussi… peut-être l’a-t-elle déjà vu quelque part ? Il lui dit vaguement quelque chose, sans qu’elle ne puisse mettre le doigt sur quoi exactement.

Que ce soit l’un ou l’autre, la nature méfiante de Narumi et le contexte propice les fait, de toute évidence, passer pour deux arrivistes qui cherchent à s’approprier la Terre. Du moins, aux yeux de la cheffe d’armée. Celle-ci prévoit donc de rencontrer chacun d’eux et de s’assurer de leurs intentions. S’ils croient qu’ils arriveront à s’immiscer et à gouverner la Terre grâce à leur magouille, alors c’est qu’ils n’ont pas encore goûté aux crocs et aux griffes acérés de Narumi. Seuls les terriens doivent décider de qui sera leur dirigeant, et la cheffe s’en assurera, quitte à dézinguer ces deux “gentils sauveurs de la Terre”.

La louve visionna également les derniers rapports de ses généraux terriens. Ils s’étaient admirablement bien débrouillé pendant son absence. Elle avait toute confiance en eux. Il était cependant nécessaire de leur donner des ordres clairs et direct maintenant que cette dernière était de retour pour les épauler et les guider.

Via cet appareil ressemblant à un téléphone plus perfectionné, l’alpha appela (en visio) sur les lignes sécurisées de l’armée l’un de ses général. Le maître-espion Aradan.

Maître-espion Aradan, envoyez vos espions accumuler le plus d’informations possible sur le Beau Jack et sur Rufus Shinra. Vos précieux services pourraient nous être utile à l’avenir. Nous ignorons les intentions réelles de ces hommes qui apparaissent d’un coup, d’un seul, tel des sauveurs pour notre peuple.

Spoiler:
 

Nous sommes d’accord. Cela sera fait, j’envoie mes meilleurs soldats glaner des informations sur les planètes les plus connues. Ainsi que sur notre Terre, évidemment.” acquiesça le général en question.

L’appel se poursuivit avec un autre général. Narumi comptait faire le tour de ceux-ci pour leur donner des instructions claires.

Maîtresse-stratège Akhane, nous aurons besoin de vos tacticiens, de vos stratèges pour confectionner des plans de reconstruction de la ville de manière efficiente. Certains de vos hommes ont pour spécialité l'architecture, ils savent construire des machines et faire les plans de nos bases, vos hommes seront capable de reconstruire notre ville ! Je compte sur vous pour analyser les dégâts, prendre compte des ressources dont nous disposons et surveiller celles qui nous sont offertes gracieusement par ces possibles… “envahisseurs opportunistes”.

Spoiler:
 

Cheffe, on se met tout de suite au travail ! Je vous tiens informer de notre avancée en temps réel.” Venait de lui répondre, pleine d’espoir, l’excellente stratège.

Commandant Kaenalion, continuez d’envoyer vos soldats et vos médecins en escouades balayer toute la ville et ses alentours. Trouvez et escortez les réfugiés jusqu’à la base principale de l’armée où il seront en sécurité. Trouvez et ramenez les cadavres de nos frères et soeurs qui ont périt, nous allons honorer leurs morts comme il se doit.

Spoiler:
 

Mes hommes et moi-même ferons de notre mieux pour transporter et soigner nos concitoyens, comptez sur nous.” dit-il sur un ton solennel.

Générale Amalya, votre rapport indique que vous vous en sortez avec brio dans la gestion des réfugiés qui arrivent dans notre base. Je compte sur vous et vos sentinelles pour assurer la sécurité de la base et accueillir chaleureusement nos frères et soeurs.

Spoiler:
 

On vous tient au courant cheffe ! Nous poursuivons nos efforts !” s’exclama avec enthousiasme la générale.

Intendant Maelyanos, je sais que vous saurez gérer les médias et les investisseurs et donateurs qui comptent nous verser des fonds pour reconstruire la ville. Je compte sur vous, également, pour préparer des funérailles honorables pour tous nos semblables, civil et soldat que nous rapatrions, et pour ériger un mémorial digne de ce nom en leur honneur. Veuillez également informer Le Beau Jack ainsi que Rufus Shinra que je souhaite m’entretenir avec eux dès que possible.

Spoiler:
 

Vendu.” Déclarait avec assurance l’intendant.

Après avoir passé plusieurs minutes à appeler ses généraux, la louve releva son visage de son téléphone. Devant elle, une masse de soldats et de médias s’étaient accumulés, attendant en silence qu’elle les remarquent. Visiblement ses échanges avec ses généraux avaient été eux-aussi filmé et diffusé. Tant mieux.

Son arrivée n’était pas passée inaperçu, et les journalistes encore debout s’étaient déjà précipité pour venir voir si la rumeur de son retour était une réalité. Le rouge lui monta quelques secondes aux joues, surprise de voir tout d’un coup tout ce monde qui attendait qu’elle ait fini de donner ses directives. Au moins, les médias étaient là pour relayer son discours à tous. Même si la ville avait été ravagée, beaucoup de gens possédaient toujours des téléphones sur lesquels s’informer en temps réel, et même dans la base de l’armée où étaient accueilli les réfugiés il y avait de tel dispositif pour que le peuple soit tenu au courant. Rien d’aussi clinquant que la présentation du Beau Jack, mais c’était suffisant pour que les gens entendent ce que la revenante avait à dire.

Cette dernière monta sur un tas de débris pour prendre un peu de hauteur et mieux évaluer la foule de soldats et de médias qui s’accumulaient devant elle. Les visages montraient des expressions abasourdies, émerveillés, plein d’espoir, ou sombre. Les temps étaient difficiles pour le peuple terrien, tout le monde avait perdu quelque chose de précieux…

Un homme enragé qui poussait les personnes devant lui dans la foule s’écria: “Traîtresse ! Tu as voulu sauver ton image en quittant l’alliance de cette ordure qui a voulu nous exterminer ! Nous avions confiance en toi ! Tu étais au courant pour les bombes, n’essaies pas de nous convaincre du contraire ! Tu t’es sacrifié par culpabilité, garce !

La louve prit une grande inspiration tout en fermant les yeux quelques instants. Elle s’apprêtait à répondre, mais...

L’homme en question se fit bousculer par d’autres personnes dans la foule, dont un de ses homologues soldat qui accusa à son tour: “La cheffe Narumi a toujours agit dans notre sens sombre crétin ! Jamais l’alliance dont elle faisait soit-disant partie ne s’est occupé de nous comme elle l’a fait ! La cheffe était complètement détachée d’eux depuis la prise de contrôle de notre planète, elle a consacré tout son temps pour améliorer nos qualités de vie et nous montrer qu’elle était comme nous, qu’elle ne se considérait nullement au dessus de nous autres ! Jamais je ne croirais tes théories du complot absurde !

Les foules commencèrent à s’agacer mutuellement et à se balancer des arguments et contre-argument basé sur des suppositions et des avis propres à chacun. La cheffe ne laissa pas bien longtemps la querelle s’enflammer. Cette dernière hurla un “ASSEZ!” qui stoppa pratiquement net tous ceux qui bataillaient par la parole ou les poings.



Mes frères, mes soeurs, il est normal de chercher un coupable. Si la majorité d’entre-vous pensent que je suis impliquée... alors j’accepterais ce châtiment. Je n’ai aucune autre preuve de mon innocence que ces années que j’ai passé à vos côtés. Que tous ces moments que nous avons partagé ensemble à bâtir un système d’armée meilleur, plus efficace et qui reconnaît à sa juste valeur chacun pour les talents qu’il possède ! à m’entraîner dans vos rangs parce que nous sommes égaux ! SK a beau accusé Kefka, ce bouffon lui est tellement loyal qu’il n’a fait que répondre à ses ordres, qu’il n’essaie pas de nous duper ! Ces traîtres vont payer !  Si l’on m’a accordé de revenir à la vie, c’est parce que ma deuxième chance en tant que mortelle doit servir à les A-N-N-I-H-I-L-E-R ! Je n’aurais aucune pitié pour celui qui m’a promis de faire prospérer et de défendre mon peuple en prenant notre planète, mais qui a voulu nous emporter dans son misérable échec en nous condamnant comme du bétail.” Elle frappa fermement sur son torse, le poing fermé, avec force, inspirant le peuple maintenant silencieux et captivé par le début de son discours. “Nous pensons à nos morts ! Tel que vous l’avez entendu lorsque je parlais avec mes généraux, nos soldats rapatrient en ce moment même les corps de nos défunts compatriotes et érigent un mémorial en leur nom ! Nous n’oublierons JAMAIS !” La louve croisait le regard d’une multitude de personnes, toutes rassemblées ici, la plupart étant évidemment des soldats en vadrouille.

J’ai eu ouïe dire que des opportunistes s’étaient précipité sur notre planète pour nous proposer leur gracieuse aide. Nous ne sommes pas certain de leurs intentions, et je vais aller m’assurer personnellement de ce qu’ils nous veulent. Le Beau Jack, Rufus Shinra, sachez que si vous pensez asseoir vos fessiers sur le trône de la Terre, je serais là pour vous barrer la route ! Mes crocs et mes griffes n’attendent que de saisir une opportunité pour déchiqueter les personnes malveillantes qui viendraient profiter de cette situation chaotique ! Si vous venez en paix, alors nous pourrons nous entretenir sans accroc. Mais sachez qu’il revient aux Terriens, à mon peuple de choisir qui il désirera pour nous diriger à l’avenir ! Si c’est l’un de vous, alors notre collaboration sera inévitable, mais si ce n’est aucun de vous deux…Inutile de me répéter.

Ferme et assurée, Narumi avait regardé directement les caméras en s’adressant à ces deux hommes, comme si elle les regardait dans les yeux. Cette dernière voulait montrer le fait qu’elle n’était pas prête à négocier avec de quelconques dictateurs, et qu’ils devaient se préparer à se la coltiner.

Une fois qu’elle fit passer ce message, la cheffe poursuivit:

Nous sommes tous terriens. Mon peuple a été autrefois appelé “démons” à cause de notre particularité, notre transformation en des bêtes. Dans les vieux mythes, dans les vieilles histoires, nous sommes encore appelé ainsi. Mais les plus vieux mythes racontent le début de notre existence et l’histoire du premier des nôtres: Oméga… Mon père. Malgré la peur des autres terriens à son égard lorsqu’ils découvrirent sa forme bestiale, il persévéra à leur montrer sa bonté et apprit à ses frères et à ses soeurs l’art de communiquer avec la nature, le chamanisme. L’important, ce qu’il y a à retenir dans ce récit, c’est que nos différences nous apportent des connaissances plus vastes, elles nous instruisent… Notre diversité d’apparence et la richesse de nos cultures mêlées en cette Terre-mère que nous chérissons est un cadeau. Je suis fière d’être Terrienne !

Narumi n’était pas spécialement brillante pour les discours. Les gens, les médias la qualifient de “femme d’action plutôt que de parole” mais en ces heures graves, la sincérité avec laquelle elle s’exprimait galvanisait ses semblables.

L’histoire raconte que mon peuple a été réduit en esclave. Nous l’avons été, pendant plus de deux décennies, même si cela remonte à des temps immémoriaux… Mais nous avons brisé nos chaînes, nous avons persévérer ! Nous n’avons jamais abandonné ! Nous avions tout à reconstruire après la guerre que nous avions livré à nos bourreaux ! Nous avons réussi, et nous réussirons encore aujourd’hui ! Le peuple de la Terre dans son intégralité !

Elle marqua un temps de pause, observant de son regard confiant chaque personne ici présente, aussi loin que la louve pouvait voir.

Cette dernière retira son débardeur, dévoilant une brassière qui cachait son buste. Celle-ci se retourna immédiatement pour être de dos à la foule.

Les caméras zoomait sur le dos balafré de l’alpha. Sa fameuse marque au fer rouge, en plein milieu du bas de son dos, dévoilait ces inscriptions: “Propriété des Comtes Vampires” avec un sceau très ancien en forme de cercle où à l’intérieur était dessinée une sorte de vouivre vampirique. Un numéro était apposé sur sa peau: “N°3”, qui signifiait qu’elle était la troisième terrienne loup-garou à avoir été réduite en esclavage dans le camp des vampires à cette époque reculée. Tous les autres loup-garou qui avaient connu cette époque étaient eux aussi marqué au fer avec leur numéro d’arrivée dans les camps.

Beaucoup de ses cicatrices étaient devenu blanches avec les années, mais certaines étaient toujours bien saillantes. Rouge comme la cruauté dont avait fait preuve “ses maîtres” qui avait réduit ses pairs en esclave.

Après un petit moment, cette dernière se retourna pour faire face à nouveau à son peuple.

NOUS NE SERONS JAMAIS VOS ESCLAVES ! NOUS SOMMES UN PEUPLE LIBRE ET NOUS ALLONS NOUS RELEVER ! CETTE FOIS COMME TOUTES LES AUTRES !” S’égosillait-elle. la main qui tenait son débardeur fermé en un poing assuré, celui de la justice, s’élevant dans les airs alors que les soldats l’acclamaient et faisaient de même.

La foule en délire l’accompagnait. Narumi ne cherchait pas la gloire, mais l’unification et la vengeance. Voir son peuple, leurs coeurs, battre à l’unisson avec le sien en ce moment crucial, c’était un élan d’Espoir incroyable à ressentir, à vivre. Passionné, bouillonnant, les terriens étaient prêt… prêt à se relever !

Une quinzaine de minutes après son discours endiablé, Narumi recevait et gérait beaucoup d’appel et de pré-rapports des situations à travers la ville entière. Les heures qui suivirent, on la voyait commencer à dégager les zones des débris, à fouiller à la recherche des survivants éventuels ou des cadavres à rapatrier sous les décombres. Lorsqu’elle repêchait des corps sans vie sous les décombres, chaque fois elle se disait  “ça pourrait être mes enfants...ce sont des gens de mon peuple, même si je ne les connais pas tous personnellement… ils sont la famille, les frères, les soeurs, les parents et les enfants de quelqu’un… tous…” et elle traita chaque corps sans vie comme si c’était sa famille proche.

Cette dernière ne compta nullement ses heures ce jour-là, comme tous les autres. Son esprit était tellement enragé et confiné dans toute cette monstruosité qu’elle était entièrement focalisé sur son travail. Ceci dit, une odeur familière la tira de ses activités actuelles vers deux heures du matin.

Un homme très grand, plus d’un mètre quatre-vingt-dix, un cache oeil sur l’oeil gauche et de longs cheveux noirs. Darcia. L’un des loup-garou de sa meute qui avait le mieux réussi sa vie sur Terre, multimillionnaire et gestionnaire de bons nombres de restaurants et pubs dans Satan-City. Il ne faisait nul doute que cet homme avait versé une somme astronomique en guise d’aide pour reconstruire la ville.

Narumi s’approcha de lui comme un pantin désarticulé. L’espoir et la rage entremêlé la tenait debout, l’empêchait de dormir. Elle ne se rendait pas compte à quel point son corps pourrait en ressentir les effets.

Elle l'accueillit d’une accolade familière qu’il lui rendit. Comme tout le monde, il avait une mine à faire peur.

Narumi…” articulait-il de sa voix suave et basse, comme un murmure. “Je suis heureux que tu sois à nouveau parmi nous…” continuait-il. Quelque chose clochait dans sa voix, malgré l’horreur générale de la situation. “Je…suis désolé… je… je ne trouve pas les mots qui pourraient…

Darcia passa sa main sur son visage. Son air dépité était logique, Narumi comprenait tout à fait l’état dans lequel il se trouvait. Elle le partageait, comme chaque citoyen. Cette dernière lui tapota l’épaule et esquissa un sourire en guise de compassion.

Nous allons nous relever mon frère, nous allons…

N-non, je…” Lui coupait-il la parole, ce qui ne lui ressemblait pas. “Narumi…” Ce dernier lui attrapa les épaules et la regarda d’un air grave dans les yeux. Un frisson désagréable parcourut le dos de la louve. Qu’est ce qu’il voulait… “...Oméga et Léliana sont morts.

Une expression indescriptible décomposa le visage de la cheffe. Son corps entier chancela et elle s’écroula au sol, sans forces. Darcia se mit à genoux en face d’elle pour la soutenir et la serrer dans ses bras.

Les larmes de son frère de meute se répendaient dans sa nuque. Il la serrait si fort dans son étreinte… Et les yeux exorbités d’une mère sans vie étaient actuellement incapable de sortir la moindre larme. Le choc était tel qu’il lui était impossible de faire quoi que ce soit. Pleurer, bouger, cligner des yeux, crier, frapper le sol, se griffer le visage de souffrance. Toutes ces choses qu’elle aurait logiquement fait, elle en était pourtant bien incapable en cet instant où son âme venait d’être meurtri, une fois encore en ces temps de peine…

Pétrifiée, Darcia la souleva de terre et la porta dans ses bras. Rien ne pouvait la sauver. Rien ne saurait la sortir de cet état de choc émotionnel, le pire dans la vie d’une mère...

Le lendemain, après une nuit sans dormir et à ne pouvoir pleurer, dans les montagnes où vivaient encore plusieurs meutes loup-garou, un grand bûcher fut dressé en l’honneur des morts suivant le culte loup-garou, qu’ils soient effectivement terrien loup-garou ou terrien ayant foi dans les yeux des loup-garou.

Ses trois autres enfants encore en vie, Seï (celui qui ressemblait physiquement le plus à Seishiro, ce qui provoqua d’autant plus un pincement au coeur à sa mère en le revoyant - c’était une malédiction qu’il ait tant hérité de ses traits à lui), Reira et Satsuki étaient là pour honorer la perte de leur frère et de leur soeur aux côtés de leur meute et de leur mère. Ils passèrent de longues minutes à s’enlacer, et la mère sans vie faisait du mieux qu’elle pouvait pour alléger la peine de ses enfants, sans penser une seconde à elle.

Perdre un enfant est une douleur sur laquelle on ne peut pas mettre de mots justes.

Comme c'est drôle... ce sont les enfants à qui j'ai donné les prénoms de mes parents qui ont périt.


Le corps d’Oméga avait été retrouvé, enseveli sous des décombres. Il prenait des cours de taekwondo et de karaté à Satan-City, et lors de la catastrophe, l’une des bombes a fait s'effondrer l’endroit où il s'entraînait en compagnie des autres disciples. Apparemment, il se serait précipité sur l’une de ses camarades de classe lors de l’éboulement pour faire rempart de son corps et ainsi la sauver. Plus précisément, il s’agissait de sa petite amie Liana, également présente aujourd’hui et effondrée. Le corps d’Oméga était couvert de cicatrices. Certains de ses os avaient été brisé durant l’effondrement du bâtiment. Son visage était couvert par un drap qu’il ne valait mieux pas soulever: on comprenait à la forme qu’une partie de sa tête avait été écrasée.

Le corps de Léliana n’avait pas pu être rapatrié de son côté… Elle avait été touché de plein fouet par l’explosion d’une des bombes. Dire qu'elle était venue à Satan-City pour suivre les traces de son frère Seï et devenir un soldat de l'armée... Un “lit de bois” où résidait ses affaires était tout de même dressé en son honneur.

Les loup-garou brûlent toujours leurs morts afin de les honorer et de leur permettre de rejoindre les esprits de leurs ancêtres. Le chaman le plus âgé de la meute honora chacun des morts, plaçant des runes de sang sur les lits des morts, qui leur apporterait apaisement et tranquillité dans l’au-delà. Ces runes était un langage codé que les loup-garou avaient dû s’inventer pour communiquer sans que les vampires ne puissent les comprendre à l’époque où ils avaient été leurs esclaves, et ce langage avait été conservé en guise de souvenir de cette époque maudite.

Si dans le néant, les premières germes d’une rage immense avaient à nouveau fleurit et dévasté son corps et son âme, aujourd’hui, lorsque ses yeux regardaient les flammes lécher les lits de mort de ses enfants; cette même haine qui la consumait ne pouvait plus être contenue dans son seul corps qui en tremblait de manière incontrôlée.

Ma soeur…. je t’en prie, ne sois pas trop dure avec toi-même. Tu es une mère remarquable, tu as toujours tout fait pour…

Si j’étais une bonne mère, mes enfants seraient toujours en vie.” le coupait-elle tristement, sans lui répondre pour autant avec véhémence à son égard.


Même à cet instant crucial, aucune larmes ne pouvait sortir de son âme. La main de Seishiro s’était enfoncée si loin pour venir broyer son coeur et noircir son âme qu’il ne restait plus rien. Elle avait envie d’hurler, de crier ceci, mais rien ne pouvait sortir:

A̞͜s̥s̵̯̤a̱̹s̻̩͙sị̤͙͎̠n̷̠̗̼͕ ̼̦̰̠̩̼!̯̦̣̤̞͈ ̮̼̭̥̘͖̳Ṱ̣̖̟̟̝̘u̸̥̮̲̞̗ ̛̟̗̞̲̟̘̙à̘̣s ̧͇͕̙̳̼t̖̥͎̞͕̬͕͝u͉é̠̙̼̣̝̮ ̝̦͉̯̠M̳̝E̯͉͕͍̯S̨ ̢͍̥͕̰̬̭̺E̝͕̟̫͎͖͢N͚̤͇̹F̞̞̹A͜N̙͞T͈̤͎S̳̙̦͚ ͙͔̖̲̹͉!͏̗͙̜̙͔͔̪ ̺͙̼̩Je̪̹ͅ ̸̟̜̭̖̤̯v͇̱̟͓a̬̥̠̹̞̠̖i̭s̳̭͍̮̠̲͉ ̸̟̲̯̥̱t͝ḙ̞̙ ̢͚͈̤͚f̬̥͎̬̭͘ͅa͇͢i̺r̴̻͎e҉͈̞̬̜̠̺͚ ̣̭̮̖̗́pa͔͝ỵ̤͍̟̲ͅe̢͖̟ŕ̩̬͓̣͍͎ ͙͖̲̪!̤̦͖̠̰̜͉ ̫̘̼͇T̰̳͚̯̭̣u̜̞ ̬̭̞̠͎̭̺v̼a̟̲̜̙͟s̶ ̧̪̭̤̳̯͈̗c̠̺̼̖̺̰re̩̤̦̱̤̜̪v̟̝̳e̫̹̹ͅr̴ ̝̪̯̻͉͔̙!̭̼͎͍ ͓̮̳̯͔̬̭J͔̞͟e̦͙̤͔ ̵̖v͇͖̤͎͖͚̼a̩͖̺̣̟ͅi̱̺͖̥͍͎s̡̻̝̯̬̝̥̦ ͎͢t҉ǫus͖̞̪͖̭ ̲̫͕͍̲v̙̜͓͚͍o̤̭u̜̦̺̲̝̼͔s҉ͅ ̬̝̫͇͖̟̕c̜̭̩r҉͇͚̳̬̺̝̣e̖͖͞ve҉̖͎̥̯̟r̥͜ ͕̻͙͈̭͎̙!̗̦̫̙̣ ̡̣͓͔T̥̗͈̲̯͞u̢̜̹̪̟ v͚͈̹͜a͇̘̠̙͙̙̦s͕̟͡ ̧̖͎͉͔b͉̱̹́r͖͇̻ûl̸ͅè̲̙̗͙͖r͕̝͚̘͞ ͈͉̗̞͈ą̜̰̫͓̟v̶͉e͏̦̮̘̞̙͇ć̹̫͉̫̫ ͖̗̘̱t̩á̳̘̺̦ ͖̮̣̰̘̪ͅq̨̩̩͖̞̰͕̭ụ̸̭̜͈̤̙ȩ̺͙̱͚̮̭̻̂t̺̺̬̗̖̯e̟̗̮̣ͅ ̶̹̤̺͎de̠̻̣̫̳̯͟ ͖̖̼̦̮͇͟p͕͚͚̬̥o̬̰̺͓͙ͅu̴v̜͔o̖i͇r͓̳̠̫͓̖̜,̮͍͚̮̤͉̀ ̺͉͓͖͙̀p̻̯̰̤͍̟o̢̘u̻r̨r͉͖̟͚̩i̗̠͉͉̮̙̝͘ṭ͍̲u͏̪͔̫̪͈r̞̜͜e͙͠ͅͅ !̻̣̹̖̤̀


Il n’y avait nul mot pour décrire sa souffrance. Nul mot à mettre sur son désespoir qui se transformait en une volonté insatiable d’obtenir vengeance. Nul mot pour décrire ce que ressent un parent qui voit ses enfants périr… de la main de leurs père.

Le corps flasque et tremblant de la louve tenait encore debout par miracle. Chancelante, cette dernière s’avança vers les lits de morts de ses enfants. Elle passa sans mal à travers les flammes. Sa forme alpha lui permettait d’encaisser des dommages bien pire que le feu… Et de toute façon, en cette heure aucune douleur physique ne saurait être pire que son esprit brisé en milles morceaux.

La mère se plaça entre les deux lits de bois. Avec l’un de ses ongles, elle se mutila la paume de la main. La louve dessina avec son propre sang des marques sur son front et ses joues. Des dessins étranges appartenant à des rites propres aux loup-garou pour les divinités que vénéraient ceux-ci, principalement la Lune et la Nature. Les symboles qu’elle venait de tracer représentaient un hommage aux morts croyants en n’importe quel(s) dieu(x) ou non, brûlant ici, enterrer près de Satan-City, ou encore dont les noms figuraient sur le mémorial, mais aussi la promesse de vengeance, pas seulement pour ses enfants, mais pour tout un peuple. Le symbole principal, sur son front, représente l’amour au delà des sentiers de l’au-delà, en gage de son amour infini pour ses enfants et pour son peuple.

Elle posa sa main sur le peu d’affaires auquel tenait vraiment sa fille, puisque c’était tout ce qui restait de Léliana. Son autre main se déposa sur celle de son fils. Une main crevassée mais presque intacte, comparée à l’autre…

Tour à tour, elle observa avec une grande attention les deux “tombeaux” où résidait les derniers souvenirs de ses enfants. Les flammes emporteraient bientôt leurs âmes. C’est à ce moment-là que son corps se débloqua et que, d’un coup, le liquide lacrymal voulu bien faire son apparition. C’est en se rendant compte, là, réellement, sur le fait, seule entre les deux cadavres, que la douleur la percutait avec une violence telle que… même le fait que Seishiro ne l’ai jamais aimé n’était rien à côté de ce qu’il avait fait. Envers le peuple terrien… envers ses enfants… non, jamais dans sa vie misérable Narumi n’avait connue une douleur plus forte que celle-ci.

Et elle se rendit compte, la mère éplorée au milieu des flammes et des défunts corps de ses enfants, qu’au delà d’une souffrance si grande il n’y avait plus rien d’autre…




q̣̮̖̩͈u͙̰͖̺̥͎͝e ͉̞̜̦̻l͕͎̩̱e̜̝̭ ͙̼̭͍͙v҉̩̟̰ͅi̠͟d̵̹̬̠̼e͙̖̲
 
Midnight
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
RPGDBZ :: RPG :: Terre :: Satan-City-