Partagez
 

 En toute Sélènité, l'échoppe d'antiquité [PUBLIC]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Minerva Sélène
Minerva Sélène
Féminin Age : 32
Date d'inscription : 31/07/2019
Nombre de messages : 23
Bon ou mauvais ? : Neutre
Zénies : 500

Techniques
Techniques illimitées : Prescience / Léger oubli
Techniques 3/combat : Lance de la mort
Techniques 1/combat : Oubli

En toute Sélènité, l'échoppe d'antiquité [PUBLIC] Empty
MessageSujet: En toute Sélènité, l'échoppe d'antiquité [PUBLIC]   En toute Sélènité, l'échoppe d'antiquité [PUBLIC] ClockDim 4 Aoû 2019 - 20:07
Bien loin de Satan City et du château du roi, à une heure et quelques de la plus grande ville en véhicule, les plaines étendues traversées par une rivière filaient tranquillement leur vie. Beaucoup de verdure entouraient les quelques petits villages aux alentours. Il était déjà midi quand Minerva arriva aux abords du sien. Un petit village de peut-être 5000 habitants, ouvert et calme.
 
 Elle avait été déposée par la compagnie de bus à l’arrêt un peu avant l’entrée de la ville. Elle regardait les alentours, respirant à plein poumons. Le verger non loin montrait semblait être cultivé ; elle voyait des ramasseurs de fruits. Bien plus loin se dessinaient des montagnes et mordaient légèrement le ciel. Les nuages n’étaient pas vraiment au rendez-vous ; seul le soleil était présent dans le ciel et éclairait le monde de ses rayons. En redescendant le regard vers la terre, elle discernait les villages alentours. Ils semblaient plus vivants qu’à l’accoutumée.
 
 
Minerva sortit de sa rêverie et regarda le village de là où elle était. Elle était tombée sous le charme de cette petite ville, traversée par un fleuve. Un moulin à eau tournait tranquillement, les petites maisons aux toits marronnés semblaient étaient fidèles à elles-mêmes. Elle sentait de loin le pain du boulanger et la ferveur du marché. Il y avait des petites banderoles de festivités pour animer le marché. Le petit village de Flussheim semblait être figé dans le temps.
La chercheuse entra d’un pas tranquille dans la ville. Elle savait que cette ville, qu’elle adorait, resterait quand même un peu sa maison, et ce même si elle avait décidé de déménager une partie de ses recherches sur son vaisseau. Après tout, sa boutique d’antiquités se trouvait ici.
 
Cependant, en marchant dans les rues, elle avait remarqué qu’une atmosphère légèrement morose surplombait Flussheim, qui ne démordait pas à l’idée être festif. En effet, à gauche, à droite des rues, elle voyait des visiteurs, mal à l’aise dans leurs fripes déchirées, quelques fois avec une valise à la main. Leurs regards étaient plein de désespoir, certains étaient assis contre les maisons à se prendre la tête. Minerva avait bien compris qu’il s’agissait de pauvres victimes des bombardements, et qu’ils avaient atterri dans ce village pour essayer de trouver un peu de réconfort. Elle savait aussi que le maire du village était clément et qu’il avait déjà dû leur offrir un toit, mais il ne pouvait accepter tout le monde.
Quelle catastrophe.
« Et encore ! se disait Minerva. Eux, au moins, ont survécu. Je ne donne pas cher de leur peau, mais peut-être qu’ils arriveront à se reconstruire un futur. »
 
Mais la trentenaire avait d’autres problèmes. Les quelques réfugiés trouveront de quoi s’occuper, se disait-elle. Pour l’instant ils ne peuvent qu’encaisser le choc et l’événement.
Elle se rendit à sa boutique. Elle était dans une rue adjacente à la place centrale du village. Sa boutique était simple. Le panneau au-dessus indiquait « En toute Sélènité », un jeu de mot avec le nom de famille qu’elle s’était choisie pour cette vie. Elle aimait bien ce panneau.
 
En ouvrant la boutique, Minerva se rappela qu’elle avait peut-être de nouvelles choses à mettre en vente. Dans un premier temps, elle voulait accumuler un peu d’argent pour pouvoir acheter de l’équipement nécessaire pour convaincre le mécène, ou tout simplement pour pouvoir racheter l’œuf de dragon de glace.
Elle prit son temps pour rouvrir la boutique. Du tri s’imposait : ce qu’elle gardait pour mettre dans le vaisseau, ce qu’elle gardait pour laisser au village, et ce qu’elle avait à vendre. Beaucoup de villageois lui avaient refilé de vieilles poteries et de vieux livres, elle savait qu’elle pouvait toujours les mettre en vente après les avoir analysé. Mais il était certain que les pièces les plus importantes resteraient dans le vaisseau, là où elle sera le plus souvent.
 
« Mais ! » s’exclama la femme en soulevant une pile de livres, puis la reposant.
Elle courut à sa boîte aux lettres à l’entrée, et chercha le morceau de tablette que le mécène lui avait promis.
En fouillant entre les lettres, les colis de vieilleries à analyser et les vieilles notes de la mairie, elle trouva le colis du mécène. En ouvrant, elle découvrit le morceau de tablette. Elle retourna à l’atelier arrière pour l’analyser et le faire corréler avec les autres morceaux.
Il semblerait qu’il n’avait pas menti. Au moins, il était honnête dessus. Minerva ne put s’empêcher de râler, car cela ne changeait rien à son comportement détestable.
 
Une demi-heure plus tard, elle avait fait le ménage. Elle n’aurait plus qu’à empaqueter dans deux grosses valises les éléments les plus importants plus tard.
En attendant, elle devait trouver de quoi vendre rapidement. Elle retourna voir son tas de pièces les plus intéressantes, et se rappela qu’elle avait marché dans une grotte avec des morceaux de glace spéciaux. Elle prit donc soin d’aller gratter des morceaux de glace sous ses chaussures et le piolet. La glace était toujours aussi froide, alors qu’elle avait marché avec pendant une semaine.
Elle lava donc les petits morceaux de glace. L’eau ne leur faisait rien ! Et ils avaient légèrement rafraichi sa petite kitchenette. Cela pouvait rester intéressant. Les bris de glace furent mis en bocal.
Dans sa pile de bric-à-brac vendables, elle tira quelques objets.
 
« Si je les place comme ça dans la boutique… Hm, ça intéressera peut-être quelqu’un » se dit-elle.
 
Elle mit donc le bocal frais de glace au premier rang, une cape de grande visibilité, des lunettes à daltonisme et, pour attirer les clients les plus affamés, elle mit son livre de vieilles recettes terriennes n°12, ainsi qu’un échantillon qu’elle avait cuisiné en amont.
 
« Voilà, je suis prête. »
 
Elle ouvrit la porte de sa boutique. Un petit panneau était sur la devanture marquant « nouveautés de voyage et antiques ! ».
 
« Alors, résumons. Les bris de glace éternelle, faisons-les à 50 zénies. Ca pourrait être bien pour des boissons ou rafraichir légèrement une chambre.
La cape de grande visibilité est une horreur mais elle permet à ce qu’on soit bien visible en public, je dirais 20 zénies.
Les lunettes à daltonisme sont assez communes, donc 20 zénies.
Le livre de vieilles recettes terriennes n°12, je vais aussi le mettre à 50 zénies. »
 
Minerva se remit un petit coup de rouge à lèvres et déambula dans son échoppe. Elle attendit bien sagement le client qui pourrait être intéressé pour acheter quelque chose, parler avec elle ou qui voudrait faire analyser une vieillerie.
 
En toute Sélènité, l'échoppe d'antiquité [PUBLIC]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Toute la musique que j'aime...
» urgent PAYRA 3,5 kg en fourrière ESPAGNE euthanasie prévue
» Bonjour dans toutes les langues
» Votre prenom sous toute les formes !!
» Ronin Yamaguchi(Termine)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
RPGDBZ :: RPG :: Terre-