anipassion.com
Partagez
 

 La tranquilité de la récolte [+18]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Rouge Vin
Rouge Vin
Féminin Age : 100
Date d'inscription : 31/10/2019
Nombre de messages : 36
Bon ou mauvais ? : Bonne ( ͡° ͜ʖ ͡°)
Zénies : 1000

Techniques
Techniques illimitées : Erotimor-Lance Flamme-Régénération
Techniques 3/combat : Clonk-Boom
Techniques 1/combat : La même mais en plus fort

La tranquilité de la récolte [+18] Empty
MessageSujet: La tranquilité de la récolte [+18]   La tranquilité de la récolte [+18] ClockDim 8 Déc 2019 - 16:04


Now playing : Enjoy the Silence
❚❚ ►


Cela fait deux heures qu’on marche. Deux heures qu’on écoute ta musique de pédé.
Avoue-le, tu n’as aucune idée de où on va.
Le harem c’est de l’autre côté, tu sais ?
Ah ? Madame veut pas se faire défourailler la chatte ?
Tu m'impressionnes.


Rouge Vin marche dans le désert. Elle écrase les scorpions et les serpents et les fennecs et les crabes et les gerbilles de ses bottes. Elle ne s’enfonce pas dans les sables mouvants. Elle n’a pas soif. Elle n’a pas faim. Elle a très chaud mais elle ne s’enlève pas sa veste. Elle est capable d’encaisser la chaleur. Elle préfère ça à se dénuder. Chaque perte de pudeur est une victoire pour V. Chaque sadisme inutile est une victoire pour V. C’est dans les détails que V gagne. Il faut être parcimonieux. Il faut faire attention. Il ne faut pas laisser V gagner.


C’est mon nouveau nom, ça ?
“V”. Je préférais “La salope dans ma tête”. Ou “La psychopathe”. Ou juste “la Voix qui me rappelle ce que je désire pour ne pas l’oublier”.
À moins que “V” soit pour “Voix”. Ou alors c’est pour “Vin” ? Tu t’appellerais juste “Rouge”, maintenant ?


Elle sentait qu’elle arrivait au but. Elle s’approchait de ce but. Elle y était presque. Encore quelques kilomètres. Ou mètres. Ou centilitres. Elle ne savait pas mesurer les distances. C’était pas grave. Elle avait son instinct pour la guider. Elle avait ses tripes pour la guider. Il fallait juste ne pas écouter V. Car V se trompe toujours. V la manipule. Il ne faut pas écouter V. Elle ne sait pas s’il fait jour ou nuit. La chaleur est la même. Cette planète ne vaut pas plus que les autres. Elle est juste plus chaude. Elle est plus sableuse. Elle est comme Freezer, sauf que Freezer est faite de neige et Héra est faite de sable. Les deux se faufilent dans ses bottes. Les deux lui cassent les couilles.


SE NOYER DANS LE SABLE SE NOYER DANS LE SABLE SE NOYER DANS LE SABLE


Elle est immortelle. Si elle se laisse engloutir, elle est pour toujours. Le sable lui fait aussi peur que l’eau et l’espace. Elle aimerait ne pas être immortelle. Elle aimerait pouvoir manger du poison et ne plus se relever. Elle ne croit en aucun dieu. Aucun dieu ne pourrait lui faire du mal. Juste le vide. Elle croit en le vide. Il n’y a rien après la mort. Il n’y a que ce qu’il y a avant la vie. Le silence. Enfin du silence. Elle aimerait du silence. Elle aimerait ne plus entendre les râles des orgasmes et des mourants. Elle aimerait ne plus être une alraune et ne plus exister du tout. Elle ne veut plus être. C’est facile. Ne plus être. Elle aimerait parvenir à crever comme tout le monde. Ce serait tellement plus facile de pouvoir tout abandonner. Elle n’a pas peur de la mort. La mort vaut mieux que ce qu’elle vit. Sa vie. Sa vie est nulle ! Nulle ! Nulle et horrible et douloureuse et immonde et


Elle tire sur la ceinture autour de son cou. Elle ne respire plus. Elle n'a plus d'oxygène.


Elle n'a plus d'oxygène.


Elle n'a plus d'oxygène.


Plus... d'oxygène. Juste des... endorphines


Elle desserre. Elle respire à nouveau.


C'est bon ? On peut continuer ? T'as fini de chialer ?
Si tu t'acceptais un peu, tout irait mieux.


Elle ne sera jamais un monstre. Elle ne sera jamais un monstre qui massacre et qui viole. Jamais. Jamais. Elle préfère son malheur et malheur des autres. Tant pis si son corps est celui d’un démon mauvais et chaotique. Elle ne sera jamais ça. Elle entend du bruit. De l’eau douce et des animaux qui y pataugent. Une oasis. Est-ce la bonne ? Elle sort son briquet. Elle l’agite dans tous les sens. Elle entend des sifflements. Elle entend des bruits de peur. Ce ne sont pas les animaux. Sa botte trempe dans l’eau sans faire gaffe. Elle entend un sifflement dans l’air. Quelque chose se jette à son visage. Des dents ? De la salive ? Elle se colle à ses cheveux. Elle manque de faire tomber son briquet dans l’eau. Du suc digestif. Une plante carnivore. L’odeur est toxique. Alcoolique. Ce n’est pas utile dans un poison. C’est de quoi attirer des animaux en rut. Utile pour un aphrodisiaque. Utile pour mouiller des lits et salir des draps. Elle agite sa tête dans la bouche de la plante. Elle embroche le haut de sa bouche avec ses cornes. La plante ouvre sa gueule. Rouge Vin est libérée. Elle a toujours son walkman. Elle a toujours son masque. Ses cheveux puent le parfum érectile. La plante s'auto-digère, elle mourra dans les cinq minutes à venir. Elle entend plus de bruit. Elle allume son briquet. Elle sent le jet de feu sortir. Elle carbonise la végétation carnivore. L’odeur de leur salive se propage. Oui, c’est bien plus puissant une fois carbonisé.


À faire :
►Carboniser les plantes.
►Récolter tout ce qui serait utile.


”Tout ce qui serait utile”.
T’as brûlé dix mètres carrés de végétation. Tu comptes sérieusement trouver quelque chose d’utile là-dedans ?


”Tout ce qui brûle bien est un potentiel explosif. Tout ce qui pue est à vendre à ceux qui ont une vie sexuelle de merde. Le reste… je dois pouvoir faire des hallucinogènes avec. Ou des médocs.”

”Donc tu consacres ton aprèm à mettre de la merde dans des tubes à essai ?”


”Oui.”

”Incroyable. On va se faire chier un maximum.
Pourvu qu’il se passe quelque chose.”


Elle ouvre son sac. Elle sort les tubes à essais. Elle sort les aspirateurs improvisés. Elle commence à aspirer les liquides chauds sur le sol. Les filtres empêchent à la terre et au sable de s’immiscer dans les mélanges. C’est tranquille. C’est lent. C’est… confortable. Être seul avec ses pensées, avec un truc à faire. V se tait parce qu’elle s’ennuie. Oui… C’est parfait. Elle aimerait que ça dure un maximum de temps.


Dernière édition par Rouge Vin le Lun 16 Déc 2019 - 21:05, édité 1 fois
Seven Deadly Sins
Seven Deadly Sins
Demon
Masculin Age : 42
Date d'inscription : 28/11/2017
Nombre de messages : 154
Bon ou mauvais ? : Individualiste
Zénies : 1663

Techniques
Techniques illimitées : Adoration Divine / Speed of Light / Illusion
Techniques 3/combat : Light Creation / Soins Divins
Techniques 1/combat : Burning Light

La tranquilité de la récolte [+18] Empty
MessageSujet: Re: La tranquilité de la récolte [+18]   La tranquilité de la récolte [+18] ClockDim 8 Déc 2019 - 21:58
Certaines légendes anciennes racontaient que le Désert des Mirages, qui s'étendaient sur des milliers de kilomètres, regorgeaient de ruines ensevelies et de trésors antiques. Qui sait, peut-être allait-il trouver un manuscrit ancien au fond d'un coffre enterré sous des centaines de mètres de sables, ou peut-être allait-il s'engouffrer dans un vieux château enseveli et découvrir des peintures murales qui laisseraient un quelconque indice sur comment lever la malédiction qui pesait sur eux. L'espoir était maigre, quasiment inexistant, mais qu'avait-il de mieux à faire ? Les Dragon Balls ? Bien sûr que ces démons aux milliards d'années d'existence en avaient entendu parlé, mais elles étaient de toute manière hors d'atteinte, protégées par des guerriers bien plus puissants qu'eux. Et ça, même le Grand Solis était contraint de le reconnaître. Car aussi orgueilleux soit-il, il connaissait les limites de ce corps humain dans lequel ils étaient tous les sept enfermés, ce corps qu'ils étaient obligés de se partager un septième du temps. Il était loin, le temps où les Sept Princes de l'Enfer étaient tout puissants. Depuis cette malédiction qui les avait rassemblé dans un unique corps de mortel, leur puissance et leurs pouvoirs avaient drastiquement diminué, à tel point qu'il n'était même pas question de chercher la confrontation avec les détenteurs actuels des Dragon Balls : la plupart des combats seraient perdus d'avance.

Alors, si la quête des Dragon Balls n'était pas une option envisageable, du moins pour le moment, pour mettre fin à leur malédiction, il fallait bien trouver un autre moyen. Tout sortilège avait une manière de le contrer, toute malédiction pouvait être levée. Quelque part, dans l'univers, il devait exister des écritures occultes, des artefacts, quelque chose qui pourrait inverser le sort qui leur avait été réservé. Et puis, ce n'était pas comme s'il pouvait compter sur les six autres pour avancer dans leur quête. Les autres étaient bien trop empêtrés dans leurs péchés pour servir à quelque chose. Lunae ne pensait qu'à se procurer du plaisir et Veneris à dormir. Quand à Martis, il était dévasté à cause de tout ce qu'il avait perdu sur Terre. Lui et Jovis avaient mis au point un trafic juteux là-bas. L'insatiable était parvenu à prendre la tête d'un empire de la drogue à East City, devenant un véritable caïd du crime, et l'avare prince de la finance avait joué le rôle de comptable. Grâce à cela, ils avaient pu amasser une petite fortune et leur avaient permis à tous de vivre sans avoir besoin de travailler. Mais après les explosions qui avaient dévasté la Terre et mis fin à la société telle que nous la connaissions, ils avaient tout perdus, ou presque. Et la perte de ses biens était la pire des choses qui pouvait arriver à Martis, il ne s'en était toujours pas remis. Quant à Jovis, sa soif de pouvoir l'obnubilait au point qu'il délaisse complétement leur véritable objectif. Saturnis, de son côté, était bien trop instable pour qu'on daigne lui accorder la moindre confiance. Ne restait que Mercurii, peut-être la plus docile de tous. Elle pourrait être utile si son envie de devenir quelqu'un d'autre, de posséder littéralement la vie de n'importe qui d'autre, ne l'empêchait de se focaliser sur leur mission.

Oui, Solis, et il en était persuadé, était le seul capable de mener à bien cette mission. Il n'avait pas suffisamment confiance en ses frères et sœurs, tout simplement parce qu'il leur était supérieur dans tous les domaines et qu'il était le seul à parvenir à rester focalisé sur la mission. Peut-être aussi que c'était parce qu'il était celui qui supportait le moins cette condition. Devoir partager un corps avec six autres personnalités, n'exister qu'à l'état d'esprit pendant six jours sur sept, c'était encore plus dur pour celui qui avait créé le concept même de l'orgueil par sa seule naissance. Alors cela ne faisait qu'accroître sa motivation à se sortir de cette situation dégradante, d'autant plus que son si brillant esprit en était réduit à être enfermé dans un corps de mortel si faible et étriqué, qu'il ne lui permettait pas d'exprimer librement toute sa quintessence.

Il faisait chaud. Très chaud. Trop chaud. En temps normal, cela n'aurait pas été un problème pour le Porteur de Lumière. Mais ce corps humain était bien trop fragile et supportait mal les rayons du soleil de Héra. Seul au milieu du désert, Solis aurait préféré marcher nu, puisque ici, aucune convention sociale ne l'aurait obligé à porter des vêtements. Hélas, les rayons du soleil étaient si destructeurs pour ce pauvre corps qu'il était obligé de rester couvert pour s'en protéger, et c'était particulièrement désagréable. Sous cette couche de vêtements, il suait et commençait à se déshydrater, alors que le sable qui pénétrait ses bottes irritait ses orteils. Qu'il était dur d'être mortel, comme c'était éreintant d'être humain.

Il s'arrêta, un instant, et leva les yeux au ciel, contemplant le soleil. Peu importe que cela lui brûle la rétine. Comment cette immense boule de feu pouvait lui donner autant de mal ? Jadis, il était pratiquement lui-même un soleil. Il était le Porteur de Lumière, celui qui était chargé d'apporter la lumière dans le monde des mortels en proie aux ténèbres. Il devait les guider, leur apporter l'espoir et la connaissance. Mais les mortels ne le méritaient pas. Ils étaient bien trop imparfaits et indignes de recevoir sa lumière. Et désormais, il était parmi eux, dans la plèbe. Il avait chuté. Mais dés lors que cette malédiction serait levée, il s'élèverait de nouveau parmi les divinités.

Il reprit son chemin, marchant péniblement, lorsqu'il cru apercevoir une étendue d'eau cernée de végétations, un peu plus loin. Était-ce réel ou n'était-ce là qu'un mirage ? Pour celui qui pouvait contrôler la lumière et créer des illusions, il aurait été bien malvenu de se laisser berner ainsi. Soudain, une fumée s'éleva de la végétation. Des flammes. Il arqua un sourcil suspicieux, et se dirigea vers le bûcher.

Lorsqu'il arriva enfin, une bonne partie de la végétation avait été réduite en cendres. Une odeur nauséabonde se propageait. Son regard s'arrêta sur un être féminin qui aspirait un liquide sur le sable. Solis n'était plus seul. Il était temps de rejouer l'humain.

Un sourire amical se dessina sur ses lèvres, il s'avança légèrement et s'arrêta avant d'entrer dans la zone brûlée. Il prit enfin la parole, en parlant d'une voix chaleureuse mais en s'efforçant de parler suffisamment fort pour couvrir le bruit de l'aspirateur.


"Oh, bonjour ! Je ne m'attendais pas à rencontrer quelqu'un d'autre dans ce désert. Me permettez-vous de me ressourcer ?" demanda t-il poliment en désignant d'un vague geste de la main la source d'eau naturelle.

Logiquement, l'être devrait répondre par l'affirmative. Solis avait un certain don. La plupart des personnes ne pouvaient rien lui refuser et faisaient tout ce qu'il demandait, c'était une sorte d'effet secondaire de son aura, on le prenait pour un être charmant et on ressentait souvent une forme d'adoration quasi divine à son égard. Mais cela ne fonctionnait pas chez tout le monde. Il y avait des gens qui n'étaient pas affectés par ce don de charme naturel, des gens dont les ficelles étaient tirées par des entités transcendantes à cet univers, dont Solis lui-même n'avait pas connaissance. Je parle bien entendu de nous, les joueurs.
Rouge Vin
Rouge Vin
Féminin Age : 100
Date d'inscription : 31/10/2019
Nombre de messages : 36
Bon ou mauvais ? : Bonne ( ͡° ͜ʖ ͡°)
Zénies : 1000

Techniques
Techniques illimitées : Erotimor-Lance Flamme-Régénération
Techniques 3/combat : Clonk-Boom
Techniques 1/combat : La même mais en plus fort

La tranquilité de la récolte [+18] Empty
MessageSujet: Re: La tranquilité de la récolte [+18]   La tranquilité de la récolte [+18] ClockLun 9 Déc 2019 - 0:27


Now playing : Shine On You Crazy Diamond
❚❚ ►


Je hais tellement cette musique...


Le corps de Rouge Vin est bien plus résistant aux effets des toxines qu’aux autres. Il résiste aux drogues. Il résiste au poison. Il résiste au feu. Il résiste aux chocs. Il résiste aux attaques de balles. Il résiste aux lames. Il résiste aux hallucinations. La seule folie qui entre dans sa tête est la sienne. Elle y est déjà. L’aphrodisiaque olfactif n’a aucun effet sur elle. Il pue, c’est tout. Elle peut reconnaître les odeurs. Son corps est fait pour se souvenir des muscs et des sangs. Elle l’utilise pour dissocier l’hydrate de chloral de l’anxiolytique. Elle les a tous injecté dans son vaisseau sanguin à un moment où à un autre. Elle peut les différencier à l’odeur. Elle peut différencier beaucoup de choses à l’odeur. C’est un don qui sert tous les jours.


À faire :
►Récolter tout ce qui serait utile.
►Séparer l’oxyde d’acétone du LMS


LMS c’est pour “Lithium Mercure Sucre”. C’est une combinaison hallucinogène. Elle est mélangée à de l’hydrate de chloral dans les fluides trouvés à terre. Normalement, c’est un sédatif. Le mélange en fait un très puissant aphrodisiaque. Il faudrait être surhumain pour pas trouer ses sous-vêtements. Rouge Vin était surhumaine. Elle n’était pas humaine. Pas du tout humaine. Juste humanoïde. Peut-être. Elle ne savait pas vraiment ce que définissait humanoïde. Ce genre de pensées de tout et de rien lui faisait du bien. Elle aimait se rappeler ce qu’elle avait appris à travers des brûlures et des injections. Elle aimait remplir sa tête de choses qui n’avaient pas forcément de sens. Du remplissage. Du meublage. Oui, du meublage. De la musique tranquille et du silence, quelques craquements de flammes autour d’elle. Même le soleil ne l’importait plus vraiment. Avec son aspirateur dans la main et le liquide qui s’écoulait dans les réservoirs, Rouge Vin était tranquille. Pas heureuse, mais tranquille. Tranquille...


"Oh, bonjour ! Je ne m'attendais pas à rencontrer quelqu'un d'autre dans ce désert. Me permettez-vous de me ressourcer ?"

EMPOISONNE-LE ET ARRACHE SES COUILLES.


Ta main tremble.
Tu sais, si tu appuis trop sur ton aspirateur, il va finir par se briser.
Calme-toi, c'est juste un être humain qui a fini comme par hasard à l'endroit où tu faisais ta fournée.
Il a l'air trop con pour voir toute la merde qui s'est déversée dans l'eau. Tu vas le laisser s’empoisonner tout seul ?


Le laisser crever. Lui dire "oui", l'entendre avancer vers l'eau, boire goulument, tousser, s’effondrer dans le sable, râler, et crever. Ne plus jamais l'entendre. Le savoir tiquant et convulsant près du puits à foutre végétal... Non ! Non ! Non nononononononononononon ! Ne pas succomber à ça ! Ne pas se laisser avoir ! Ne pas être un monstre ! Ne pas être un monstre ! Sauver cet idiot de son idiotie. Il fallait lui éviter de crever. Ne pas s'apparenter à V. Faire la chose à faire. Ne pas faire ce que V désire. Ne pas être mauvais. Ne pas faire le mal. Ne pas s'abstenir de faire le bien.


T'es incapable de t'abstenir tout court.
Tu lui présenteras ton cul à lui aussi ? Ou tu te maîtriseras encore ?
À quoi bon ? Tu sais tout autant que moi que tu craqueras la première.


”Ouais. Si tu veux crever. Si t’as pas vu, l’eau est pleine d’oxyde d’acétone. C’te brûle la peau au toucher et tu vomis du sang pendant une demi-heure si t’en bois. Faut te mettre une pompe dans l’estomac après si tu veux survivre.”

Elle ne s’était pas retourné. Elle savait que ça lui mettrait la honte. Avec cette odeur toxique, il allait finir avec une gaule abominable. Pas comme si elle pouvait la voir. Pas comme si elle en avait quelque chose à foutre. Elle sort une bouteille de son sac. C’est une bouteille d’eau dans un sachet rafraîchissant. Une glacière en plastique. Le récipient était frais et l’eau à l’intérieur aussi. Elle jette le sachet en arrière. Il arrive dans la gueule de ce type qu’elle préfèrerait loin, très loin.


”Là t’as de l’eau pour boire. L’utilise pas pour te mouiller la gueule ou te rafraîchir le dos ou autre. J’en ai besoin.”

C’est pas comme ça que tu vas le faire fuir. Il ère dans le désert, il va rester avec la première personne qu’il voit.
Il parle comme un humain et a l’idiotie d’un humain.
C’est des êtres sociaux. Il va te casser les burnes pendant un bail.


Elle secoue le bocal dans lequel les produits s'étaient retrouvés. Il est plein. Elle dévisse le tuyau de l'aspirateur et l'accroche à un autre bocal. Elle ferme le premier avec un bouchon en plastique. Elle relance l'aspirateur.


”Quand t'as fini, tu remets la bouteille dans le sachet et le sachet dans le sac. Et après tu peux dégager.”
Seven Deadly Sins
Seven Deadly Sins
Demon
Masculin Age : 42
Date d'inscription : 28/11/2017
Nombre de messages : 154
Bon ou mauvais ? : Individualiste
Zénies : 1663

Techniques
Techniques illimitées : Adoration Divine / Speed of Light / Illusion
Techniques 3/combat : Light Creation / Soins Divins
Techniques 1/combat : Burning Light

La tranquilité de la récolte [+18] Empty
MessageSujet: Re: La tranquilité de la récolte [+18]   La tranquilité de la récolte [+18] ClockSam 14 Déc 2019 - 17:42
"Ouais."

Il fit un pas en avant, s'avançant vers le point d'eau.

"Si tu veux crever."

Il s'arrêta aussitôt, et tourna la tête vers l'humanoïde. Son sourire, bien évidemment feinté tout comme ses formules de politesse, s'effaça. Voilà un être peu commun, pour Solis. L'orgueilleux avait pour habitude d'être aimé, d'être admiré, d'être traité avec le plus grand respect. Il avait une telle haute estime de lui-même qu'il parvenait à la faire ressentir chez la plupart des êtres vivants qui l'entouraient, rien qu'à travers son aura. C'était un effet de son pouvoir d'adoration divine. Ainsi, lorsque les gens le voyaient, même sans le connaître, ils se mettaient à le vénérer. Si bien que lorsqu'il leur demandait un service ou quoique ce soit, ils se sentaient obligés de lui obéir. Mais cela ne concernait en fait que la plupart des gens. Chez certaines personnes, cela n'avait aucun effet. Pour ces personnes-là, il était obligé d'exercer un contact physique et d'utiliser sa technique d'Adoration Divine en insufflant un peu de son énergie chez la personne, pour que cette dernière soit affectée, et soit contrainte de reconnaître sa supériorité. Bien entendu, par défaut, Solis n'avait aucun moyen de savoir si une personne allait le vénérer naturellement, ou si elle était imperméable à cela. Mais généralement, les premières réactions suffisaient pour se faire une idée. Un comportement, une parole, un mot. Cela lui donnait souvent une bonne idée de qui il avait à faire.

Crever. Elle avait employé le mot crever. Elle l'avait tutoyé. Elle n'avait pas daigné lui accorder un seul regard. C'était une certitude : le don de Solis qui lui permettait de se faire adorer par la plupart des êtres n'avait aucun effet sur cet être vivant. Du point de vue de l'orgueil personnifié, c'était dommage pour elle : elle n'était pas capable de voir à quel point il était beau, et grand, et magnifique, et intelligent, et parfait. Elle n'était probablement pas assez développée pour cela. Trop insignifiante. Il ne pouvait pas attendre d'une bactérie qu'elle l'apprécie ni même qu'elle le respecte. C'était un concept bien trop abstrait, bien trop complexe, pour une bactérie. L'humanoïde, devant la magnificence de Solis, n'était rien de plus qu'une bactérie. Telle était sa façon de penser.

Et la voilà qui déblatère sa science. Lui avait-il demandé un cours de chimie ? Avait-il quoique ce soit à apprendre d'une pareille ignominie ? Non, il avait simplement demandé s'il pouvait se ressourcer. On pouvait légitimement se demander pourquoi un être tel que lui avait-il attendu la permission de la femme, pour pouvoir se ressourcer. Tout comme l'on pouvait se demander si Solis avait réellement envisagé de boire cette eau, s'il avait vu ou non le liquide néfaste qui s'y était mélangé. Les hypothèses étaient multiples. Peut-être qu'il n'avait pas vu ce qui s'était déversé dans l'eau. Peut-être que les rayons du soleil, et la chaleur intense à qui l'on devait notamment l'apparition de mirages, avait modifié sa perception visuelle, tout comme le fait d'avoir regardé le soleil avec ses yeux d'humain. Humain, c'était bien ce à quoi il était réduit depuis qu'un sortilège l'avait enfermé dans ce corps avec ses six frères et sœurs. Et en tant qu'humain, il n'avait pas d'odorat ou de vue sur-développés. Tout ce qu'il avait, c'était une force et une résistance bien au-delà des athlètes, et une infime partie de ses pouvoirs qu'il avait pu conserver malgré sa condition. Peut-être aussi qu'il n'avait regardé le point d'eau que de loin, ne s'était pas attardé dessus, et n'avait donc pas remarqué ce qui s'y était déversé.
Ou bien, peut-être qu'il l'avait vu. Peut-être n'avait-il jamais eu l'intention de boire là-dedans. Peut-être se contentait-il de jouer un rôle. Et s'il avait demandé la permission, alors que cet oasis n'appartenait pas à la femme et que donc il n'avait besoin d'aucune permission, peut-être était-ce simplement pour entendre la réponse de l'individue. Peut-être était-ce pour la sonder, savoir si elle était le genre de personnes à le vénérer instinctivement, ou pas. Le fait qu'il avait joué un rôle était une certitude : Solis ne demandait jamais la permission pour quoique ce soit, il la prenait, il n'avait guère besoin de l'aval d'un autre. S'il demandait la permission, c'était donc qu'il faisait semblant. S'il faisait semblant, c'était qu'il devait y avoir une autre raison derrière. Comme par exemple, savoir à qui il avait à faire. Une personne prête à le laisser mourir par empoisonnement ? Ou une personne qui essayerait de lui sauver la vie ? Une personne qui le traiterait avec respect, ou une personne qui n'en aurait rien à faire de lui ? Ces réponses, il venait de les obtenir.

Elle lui balança un sachet à la figure. Solis l'intercepta de la main droite avant qu'il n'atteigne son visage.


”Là t’as de l’eau pour boire. L’utilise pas pour te mouiller la gueule ou te rafraîchir le dos ou autre. J’en ai besoin.”

Ainsi, elle le prenait en pitié ? Comment cette être inférieur pouvait-elle croire que l'inébranlable Solis avait besoin de son aide ? Mais c'était tout naturel, puisque cette personne insignifiante était incapable de se rendre compte d'à quel point celui qui se comparait à un soleil - comme le centre de tout un système gravitant autour de lui - était brillant.

Solis préférait mourir que d'accepter la charité. Il n'avait guère besoin de son aide. Oh, il n'aurait pas craché sur un peu d'eau et un bon rafraichissement. Mais puisque l'être immonde qui s'était mis en travers de son chemin avait contaminé ce point d'eau, il lui faudrait en trouver un autre. Ce n'était qu'une difficulté de plus à surmonter, mais il savait qu'il en était largement capable, et la récompense n'en sera que plus méritée.

Pire, elle ne se contenta pas seulement d'oser envisager qu'il avait besoin de son aide, elle lui donna même des ordres ! Toutefois, bien qu'il était intérieurement agacé, il n'était pas du genre à se mettre en colère. Il se disait certainement que l'humanoïde n'en valait pas la peine.

Il laissa tomber le sachet à ses pieds, sans toucher à la bouteille. Quelque chose le préoccupait. Une bosse à son entrejambe. Il ressentait du désir, et il ne comprenait pas pourquoi. Habituellement, il n'y avait qu'en se regardant dans un miroir qu'il pouvait ressentir ce genre de choses. Et ce n'était certainement pas l'être cornue qui lui faisait cet effet, à moins qu'elle n'eût un pouvoir similaire à celui de Lunae. Après tout, le brillant esprit de Solis était enfermé dans un corps humain complétement vulnérable. Il soupira. Il n'avait vraiment aucune envie de perdre du temps avec ça, être humain l'agaçait au plus haut point. Mais pour continuer d'avancer efficacement, il valait mieux se soulager au plus vite.

Il contourna un peu le point d'eau, s'éloignant légèrement de l'être cornu mais en restant assez près pour entretenir une conversation sans avoir besoin de hurler. Il avisa en réalité un point d'ombre au bord de l'eau, formé par un palmier suffisamment loin pour avoir été épargné par l'incendie. Une fois à l'ombre, il s'arrêta et se plaça devant le point d'eau, faisant face à la femme qui était de l'autre côté de l'eau. Puis, il déboutonna son pantalon et l'abaissa, ainsi que son boxer. Il n'était pas pudique. Il portait des vêtements uniquement par convention sociale, ou ici, pour éviter que les rayons du soleil fassent des dégâts sur ce corps d'emprunt. Il ne ressentait aucune honte, il en était incapable. Ce corps humain était loin d'être aussi sublime que son véritable corps, selon lui, mais il demeurait proche de la perfection selon les standards habituels humains. Il commença alors à s'astiquer, tandis qu'il affichait une expression faciale blasée, tout en  contemplant son reflet dans l'eau.


*Qu'on en finisse rapidement.*

C'était une corvée, une perte de temps, mais l'érection était bien trop contraignante à supporter, il espérait s'en défaire le plus tôt possible en se soulageant, et ainsi reprendre sa route vers des activités bien plus importantes.

"Donc tu as contaminé le seul point d'eau à des kilomètres à la ronde." affirma t-il calmement, tout en se masturbant sans avoir l'air de prendre un quelconque plaisir.

"Tu sembles posséder quelques notions de chimie. J'ai un frère chimiste. À en juger par l'état de mon corps, j'imagine que tu créés des sortes de produits aphrodisiaques."

Solis aimait parler de lui. Il aimait aussi que l'on parle de lui. Son frère chimiste, c'était Jovis, le gourmand. Il n'était pas seulement un fin gourmet et un vrai cordon bleu, il était très doué pour la chimie et la création de potions. Il pouvait concocter un philtre d'amour et une potion aphrodisiaque grâce aux phéromones de Lunae, la démone de la luxure. Solis se demanda l'espace d'un instant si les produits aphrodisiaques de la femme cornue pouvaient faire concurrence à ceux qu'ils vendaient sur la place du marché. Cela pouvait être embêtant pour les affaires, même s'il laissait Jovis et Martis gérer cela, car son temps était trop précieux pour être dépensé à autre chose qu'à la quête pour défaire le sortilège qui les liait à ce corps. D'un autre côté, si cette femme était une chimiste compétente, peut-être pourrait-elle travailler pour eux et augmenter leurs stocks de potions pour le marché, étant donné que Jovis n'était là qu'un jour par semaine et qu'il ne passait pas forcément tout son temps à travailler. Avoir une assistante qui pourrait travailler pour eux toute la semaine serait un plus pour leurs affaires. Mais puisqu'elle ne vénérait pas Solis de façon instinctive, contrairement à ceux qu'il avait embauchés pour vendre leurs articles sur le marché de Héra, la convaincre risquait de ne pas être facile.  
Rouge Vin
Rouge Vin
Féminin Age : 100
Date d'inscription : 31/10/2019
Nombre de messages : 36
Bon ou mauvais ? : Bonne ( ͡° ͜ʖ ͡°)
Zénies : 1000

Techniques
Techniques illimitées : Erotimor-Lance Flamme-Régénération
Techniques 3/combat : Clonk-Boom
Techniques 1/combat : La même mais en plus fort

La tranquilité de la récolte [+18] Empty
MessageSujet: Re: La tranquilité de la récolte [+18]   La tranquilité de la récolte [+18] ClockSam 14 Déc 2019 - 22:30


Now playing : Humility
❚❚ ►


Ça t’aide vraiment à garder ton calme ce genre de conneries ?


À faire :
►Récolter tout ce qui serait utile.
►Séparer l’oxyde d’acétone du LMS


De la bonne musique. Cela permet d’ignorer le soleil. La tranquillité du son rafraîchit son âme. Et cela rafraîchit son corps. Et son corps travaille mieux. Elle déconnecte le tube de l’aspirateur de son bocal. Elle ferme le bocal et le met dans son sac. Encore une bonbonne. Le LMS et l’oxyde d’acétone font un mélange homogène mais ne gagnant aucune véritable propriété particulière. On devient camé et en même temps on brûle. Rouge Vin pourrait mettre la main dans ce bocal et il ne se produirait rien. Sa peau est trop résistante aux poisons qui tuent les hommes. Le LMS mélangé à l’hydrate de chloral pouvait marcher sur à peu près toute les espèces organiques. Rouge Vin ne pouvait pas expliquer pourquoi elle résistait à ces effets. Elle ne pouvait pas tout expliquer.


Si, tu peux. Ton corps se soigne dès qu’il a un problème.
Tes cellules sont en mitose permanente. Dès qu’un poison entre dans tes veines, ton sang se détruit et se reconstruit illico pour l’éliminer.
Tu peux pas neutraliser tes pouvoirs en te forçant à oublier leur existence.
Ah, d’ailleurs, ton pote est parti se branler.


”Hein ?”

Il a laissé la bouteille d’eau tomber sur le sol et est parti se palucher. J’écoute ce qui se passe, moi.


Rouge Vin baisse le son de son walkman. Elle écoute un peu plus attentivement les environs. Elle entend le bruit de la peau qui se serre et desserre rapidement et du prépuce qui se colle sur lui-même à cause de liquide préséminal. Elle reconnaît ce bruit car elle l’entend au moins une fois tous les deux jours. Elle ne sait pas pourquoi il fait ça. Elle sait que l’odeur de l’aphrodisiaque est très présente, mais les effets ne sont pas douloureux. Il n’y a rien qui presse pour se débarrasser d’une érection. À vrai dire, il pouvait boire de l’eau et continuer son chemin, elle disparaîtrait en moins de dix minutes. Ça, c’est sans parler du fait qu’il faisait tranquillement ça en public. Elle croit d’abord à une tentative crétine de drague. L’insigne de son masque est plus ou moins connu sur Terre. Il représente sa boutique. Il représente ses produit, et son service. Elle n’avait pas de fierté à être une pute de luxe. C’était une nécessité de son organisme. Mais l’humain ne la reconnaît pas. Il affirme qu’elle crée des produits aphrodisiaques. Il n’a pas faux. Il dit qu’elle a contaminé le seul point d’eau à des kilomètres à la ronde. Il n’a pas faux là non plus. C’est difficile de se concentrer avec sa masturbation constante. Il risque de prendre du temps à finir. Ça devient frustrant. Cela devient très frustrant.


VIOLE-LE AVEC SA PROPRE BITE


Pas trop frustrant. Elle parvient à rester un minimum calme. C’est tout ce qui importe. Éviter de crever ce couillon était le plus important.


À faire :
►Ne pas tuer cet idiot.
►Séparer l’oxyde d’acétone du LMS


”J’ai buté une plante qui utilise un aphrodisiaque pour attirer ses proies et je nettoie la merde qu’elle a laissé en crevant. Ça veut pas dire que j’en créais moi-même. Si ça se trouve, je suis juste botaniste. Et toi, t’es attardé, ou ?”

Oh ! Oh oh oh… On va bien se marrer, là.


”T’es sous un soleil brûlant, t’as refusé de boire de l’eau, et maintenant tu te paluches sans assez t’éloigner du LMS. Tu sais que te branler ça augmente ta chaleur corporelle ? Tu vas juste crever de chaud comme ça. Si t’as vraiment un frère en chimie, il a dû te dire que ta trique tu vas la garder longtemps, même si t’éjacules. Si tu voulais t’en débarrasser, t’aurais à marcher cinq minutes et elle se calmerait toute seule. Donc arrête de faire le con tu veux ? L’eau de la bouteille est stérile, tu crains rien si t’en boies.
Pauvre tâche...”


Peut-être qu’il n’est juste pas humain.
“À en juger par l’état de mon corps”. On dirait un robot. Pire que toi.
Au moins on sait qu’il a une bite. Quoi que petite.


V reconnaissait les tailles à la vitesse de frottement. Rouge Vin réfléchissait à ce que V avant dit avant. “Pas humain”. Il était passé d’un vouvoiement à un tutoiement. Les vieux cons restaient dans le “vous” pendant un moment avant d’accepter de péter un coup. Il n’était pas un vieux con. La chaleur de son corps n’était pas celle d’un sénior. Il avait un grand manque de pudeur. Il refusait l’eau et gardait assez d’énergie pour se tripoter malgré l’immense chaleur des environs. Elle arrête l’aspirateur et se lève en tournant la tête vers là où l’indécent continuait sa manipulation.


”En fait, t’es juste pas humain, hein ? Ou pas humain à cent pourcent, en tout cas. Même un sociopathe se serait rué vers la flotte sous cette chaleur, tandis que toi tu te fais plaisir là ou un autre serait en train de crever. Ça plus ta branlette en public, c’est quoi ton problème ?”

Ah. J’aime bien quand tu cherches les emmerdes. Ça finit toujours par quelqu’un qui se fait suriner avec une bouteille cassée.
J’adooooore.
Seven Deadly Sins
Seven Deadly Sins
Demon
Masculin Age : 42
Date d'inscription : 28/11/2017
Nombre de messages : 154
Bon ou mauvais ? : Individualiste
Zénies : 1663

Techniques
Techniques illimitées : Adoration Divine / Speed of Light / Illusion
Techniques 3/combat : Light Creation / Soins Divins
Techniques 1/combat : Burning Light

La tranquilité de la récolte [+18] Empty
MessageSujet: Re: La tranquilité de la récolte [+18]   La tranquilité de la récolte [+18] ClockDim 15 Déc 2019 - 11:40


Contemplez-moi. Admirez-moi. Votre futile existence n'a de sens qu'à travers le prisme de ma propre existence, ô combien plus importante. Vous ne vivez que parce que je le tolère. Votre vie commence lorsque vous me croisez, et s'achève dés lors que je vous quitte. Car vous n'existez pas en dehors de mon cercle. Contemplez mon œuvre. Je suis l'être le plus important de l'univers.

Telle était la façon de penser de Solis. Il fut l'un des premiers archanges créés par le Dieu des Anges. Il s'était rapidement convaincu qu'il était meilleur que lui. Tel Icare, il avait voulu voler trop près du soleil, et il s'était brûlé les ailes. Cela lui avait coûté sa place dans le Monde des Anges, emportant dans sa folie certains de ses frères et sœurs. Mais même déchu, son orgueil était resté intact. Il était persuadé qu'il était le meilleur, qu'il était le plus important, et en tant que centre de l'univers autoproclamé, il aimait être le centre de l'attention. Cela expliquait sans doute son comportement peu commun.

Au sein d'une société, qu'elle soit humaine ou extra-terrestre, au milieu de la population, Solis savait prendre sur lui et se fondre dans la masse. Il faisait des efforts considérables pour jouer un rôle et mettre son égo de côté temporairement. Mais ici, dans ce désert, en présence d'un seul autre être, une existence qu'il jugeait insignifiante, il n'avait plus besoin de jouer la comédie. Car cette seule personne n'avait pas assez d'importance pour pouvoir lui mettre des bâtons dans les roues même s'il se dévoilait. Et si elle essayait, il la tuerait. Il n'avait donc pas besoin de jouer l'humain normal. Ou l'humain tout court.

Il avait simplement laissé tomber la bouteille à ses pieds. Parce qu'il refusait que sa survie dépende de quelqu'un d'autre. Il avait chaud mais il n'était pas au bord de la mort. Et il préférait mourir qu'accepter l'aide d'une personne tierce. Mourir, pour eux sept, ce n'était que partir en vacances. Ou plutôt, rentrer à la maison. Pendant sept jours. Malheureusement, ils restaient fusionnés, même dans le Royaume des Morts, leur calvaire ne prenait pas fin. Et le moyen de se libérer de cette malédiction devait se trouver quelque part sur le plan mortel. La mort n'était donc qu'une perte de temps. C'était désagréable, mais pas insurmontable. Et cela valait mieux que de devoir la vie à quelqu'un. Que de devoir quoique ce soit à qui que ce soit. Il n'avait pas besoin d'elle. Il n'avait pas besoin de son eau. Il pouvait s'en sortir seul. Il n'avait pas besoin de ses conseils, de son savoir. Elle ferait bien d'apprendre l'humilité.
Sa trique serait-elle partie au bout de dix minutes éloigné d'ici ? Peut-être, peut-être pas. Solis n'en savait rien. Il n'était pas un habitué de ce genre de choses. Contrairement à sa sœur, il n'avait jamais ressenti de désir sexuel avant d'être enfermé dans ce corps humain. Et une fois dans ce corps, il n'en avait ressenti qu'en s'admirant devant un miroir, de temps à autres. Il n'avait jamais été en proie à un aphrodisiaque. Il n'avait même jamais été victime du pouvoir de Lunae dont l'effet était similaire. Alors, il ignorait tout de comment mettre fin à cela. Son sexe grossissant dans son pantalon lui avait donné une sensation d'inconfort. Lorsque ça lui arrivait, quand il était seul avec lui-même, il savait qu'il pouvait y mettre fin en se masturbant. Il avait donc entrepris de le faire, là, pour y mettre fin le plus tôt possible et ainsi être débarrassé de cette gène. La présence de la femme ne l'en empêchait pas. Comme dit plus tôt, pour lui, elle ne représentait rien. Rien de plus qu'un insecte qui partageait son air. Une mouche vous a t-elle déjà empêché de pratiquer une activité sexuelle ? Quant à la chaleur, il pouvait s'y faire. En Enfer, il faisait parfois très chaud. Et parfois très froid. Des températures extrêmes qu'un corps humain ne pourrait supporter. Mais même ce corps humain, endurci par les pouvoirs du démon qui était enfermé dedans, pouvait résister à la chaleur, elle était juste désagréable. En réalité, avoir chaud le dérangeait même moins que sentir son sexe presser contre les boutons de son pantalon pour sortir. Et encore une fois, il ignorait combien de temps ça pouvait prendre avant de revenir à la normale, car tout cela était nouveau pour lui. Lunae ne l'avait pas réellement éduqué sur la question sexuelle. Elle aimait pourtant ne parler que de cela, mais il ne l'avait jamais vraiment écoutée. Quant à Jovis, le prétendu chimiste, il ne parlait pas de trique et d'aphrodisiaque avec Solis. Mais revenons à la discussion.


”J’ai buté une plante qui utilise un aphrodisiaque pour attirer ses proies et je nettoie la merde qu’elle a laissé en crevant. Ça veut pas dire que j’en créais moi-même. Si ça se trouve, je suis juste botaniste. Et toi, t’es attardé, ou ?”

"Hm hm hm !" gloussa t-il d'un air amusé.

Il lui coupa la parole alors qu'elle expliquait qu'il était sous un soleil brûlant etc... En effet, il était persuadé que ses dires étaient plus importants que ceux d'autrui, et n'hésitait donc pas à couper la parole.


"Oui, je peux aisément concevoir que ma pensée supérieure puisse échapper à un être tel que toi. Je n'ai pas affirmé que tu créais des aphrodisiaques, je l'ai simplement supposé, puisque tu possèdes quelques connaissances en chimie, et que tu donnais davantage l'impression de récolter certains composants que de simplement faire du ménage, je n'ai fait qu'émettre une hypothèse. Mais oui, tu peux être botaniste, chimiste ou même prostituée, cela m'est complétement égal."

Quoiqu'elle dise, Solis n'accepterait jamais avoir eu tord. Lorsqu'elle parla de son frère chimiste qui aurait dû lui expliquer des choses sur l'érection, il sourit et lui coupa évidemment la parole une fois de plus, quitte à ce que les deux parlent simultanément :

"Ah oui, c'est vrai qu'on parle souvent d'érections et d'aphrodisiaque, avec mon frère." rétorqua t-il avec une pointe d'ironie.

"(...)Donc arrête de faire le con tu veux ? L’eau de la bouteille est stérile, tu crains rien si t’en boies.
Pauvre tâche..."


Il gloussa de nouveau, tout en continuant de s'astiquer.

"Je n'ai pas besoin de ton eau. Si je le voulais, je pourrais en obtenir en moins de temps qu'il n'en faut pour le dire. Par ailleurs, si j'en avais eu réellement besoin, aurais-je entrepris la traversée du désert sans même prendre une gourde ? Tu n'as toujours pas percuté ? Je n'avais aucunement l'intention de me rafraîchir, je voulais simplement voir si tu étais le genre de personnes à laisser un inconnu s'empoisonner stupidement."

”En fait, t’es juste pas humain, hein ? Ou pas humain à cent pourcent, en tout cas. Même un sociopathe se serait rué vers la flotte sous cette chaleur, tandis que toi tu te fais plaisir là ou un autre serait en train de crever. Ça plus ta branlette en public, c’est quoi ton problème ?”

"Ai-je prétendu être un humain ? Les humains proviennent de la Terre, mais il existe une multitude d'espèces à l'apparence similaire dans l'univers, ne me dis pas que tu l'ignorais ? Tu ne sais pas à quelle espèce j'appartiens, tu ne peux donc avoir aucune certitude à propos de la chaleur dégagée par mon corps ou la durée de mon érection, la seule chose que tu sais, outre le fait que j'aie l'apparence d'un humain, c'est que l'aphrodisiaque fonctionne sur moi, ce qui pourrait être valable pour une grande variété d'espèces."

Il restait calme et avait toujours ce sourire condescendant sur les lèvres. Sa main continuait à exercer les mouvements de va-et-vient sans le perturber.

"Qu'est-ce qui te fait croire que je n'avais tout simplement pas envie de profiter de cette 'trique' pour me procurer du plaisir ? Je ne vois absolument pas de problème, si j'ai envie de me procurer du plaisir, je le fais, c'est aussi simple que cela. Si cela te dérange, tu es libre de partir. A vrai dire, si l'un de nous a un sacré problème, je crois bien que c'est toi. Tu sembles être incapable de t'adresser aux gens sans les insulter et être agressive. En fait, tu ne sais pas communiquer. La preuve en est que tu t'es mise à trembler dés que je t'ai adressée la parole, alors même que je faisais preuve de politesse. Tu as un grave problème social, ma pauvre. Je t'avoue que je pourrais presque avoir pitié de toi. Comme ce doit être frustrant de ne pas pouvoir s'exprimer de façon intelligible, sans se sentir obligé d'insulter et de jurer à tout bout de champs. Oh mais j'imagine que c'est une forme de protection, pour toi. Tu dresses ainsi une barrière avec les autres, parce que tu te sens faible. Quel dommage, l'espace d'un instant, j'avais envisagé de donner un sens à ta futile existence, mais je me rends compte finalement que tu n'en es pas digne et que tu ne me seras d'aucune utilité. Oh."

Plusieurs jets d'une lumière éblouissante et aux multiples couleurs de l'arc-en-ciel s'échappèrent de son organe reproducteur et tombèrent dans l'eau dans une pluie étincelante et merveilleuse.

"Et ainsi, Dieu créa la vie." affirma t-il.

(HRP : Tu devrais mettre une balise [+18] au titre du sujet pour qu'on soit conforme au règlement)
Rouge Vin
Rouge Vin
Féminin Age : 100
Date d'inscription : 31/10/2019
Nombre de messages : 36
Bon ou mauvais ? : Bonne ( ͡° ͜ʖ ͡°)
Zénies : 1000

Techniques
Techniques illimitées : Erotimor-Lance Flamme-Régénération
Techniques 3/combat : Clonk-Boom
Techniques 1/combat : La même mais en plus fort

La tranquilité de la récolte [+18] Empty
MessageSujet: Re: La tranquilité de la récolte [+18]   La tranquilité de la récolte [+18] ClockLun 16 Déc 2019 - 22:10
(je pense que les gamins avec la patience de lire des textes de forum rp en ligne sont assez vieux pour connaître la branlette mdr mais ok j’ai mis la balise.)



Now playing : Can’t Stop
❚❚ ►


Oh, je l’aime bien celle-là.
Ça vous dérangerait pas de vous taire ?


Il avait tenté de lui couper la parole. Elle continue de parler. Elle a toujours fait ainsi. C’est toujours mieux de continuer à parler quand bien même on tente d’interrompre. Cela fait un vacarme. Elle s’en fichait. Elle continue sa phrase car il faut toujours terminer. C’est peut-être un trait qu’elle a hérité de papa, ça. Elle a pas son jeu avec les mots mais on peut pas lui dire de la fermer. C’est ce qui importe. Ne pas se faire marcher sur les pieds. Elle n’entend pas ce qu’il lui dit. Elle peut entendre le timbre de sa voix. C’est condescendant. Elle ne rate rien. Elle apprécie ne rien rater. Elle rate déjà beaucoup de paysages. Beaucoup de visages. Sa voix vaut autant que celle d’un royaliste de dix-neuf ans qui se moque d’un clochard dans la rue. Rouge Vin n’avait pas une voix qui plaisait à ses oreilles non plus. Elle hurlait comme une tortionnaire ou sussurait comme une dominatrice, à son insu. Tant pis pour elle. Elle se préfère à ce crétin. Et elle ne s’aime pas beaucoup.


À faire :
►Se taire, par pitié.
►Récolter tout ce qui serait utile.
►Séparer l’oxyde d’acétone du LMS


REMPLACE SES YEUX PAR SES COUILLES SES PLEURS SERONT SEMENCE


Beaucoup de paroles sont jetées des deux côtés de la rivière. C’est une partie de tennis entre deux distributeurs de balles. C’est beaucoup de bruits pour pas grand chose. Red Hot Chilli Pepper l’aide à éviter le peu de paroles qu’elle manque d’entendre. Elle comprend qu’il n’a jamais eu besoin de l’eau et qu’il cherche à faire croire que c’était un test secret. C’est une excuse pour les maîtres abusifs des films de karaté. Elle n’a jamais vu de film de karatés. Elle sait juste que c’est idiot comme façon de faire. Une excuse.


Est-ce qu’on peut juste l’appeler sociopathe et le buter ?


Les sociopathes sont malades. Les malades ont besoin d’aide. Rouge Vin tue les êtres mauvais. Il était tout simplement con. Et inhumain. Assez humain pour être touché par la puanteur. Sa chaleur corporelle était différente d’un humain, mais pourtant assez proche. Elle avait augmentée en s’approchant de l’aphrodisiaque. Il disait qu’il n’était pas humain, mais que son apparence était proche. Ses déductions étaient justes. Au moins, Rouge Vin savait qu’il y ressemblait.


”Je ne savais même pas que t’avais l’apparence d’un humain, merci connaud.”

Elle reprend l’aspirateur alors qu’il se mit à dire qu’il cherchait à prendre du plaisir et à profiter de sa gaule. Et puis… ce fut l’habituel. Rouge Vin est bizarre. Elle n’aime pas les gens. Elle n’aime pas quand les gens la dérangent pendant qu’elle fait un truc. Elle est très agressive dans ses dires.


”Putain Sherlock, t’as trouvé ça tout seul ?”

Bla bla bla. Pauvre de toi de pas savoir parler. Tu t’éloignes des autres parce que tu te sens faible par rapport à eux. Il tente d’avoir un vingt sur vingt à son examen de psycho. Elle se concentre sur son aspirateur. Le dernier bocal se remplit rapidement. Cela lui fera assez d’ingrédients pour faire de quoi raviver les flammes entre les couples. Ça, et quelques bombes pour détruire une statue de dictateur du coin. Elle aime casser les pieds des mégalomanes. Elle aime leur briser les couilles également. Elle a des enregistreurs remplis de secrets humiliants de puissants ayant payé pour la niquer. Elle ne sait pas quand tous les divulguer.


Ce serait un peu détruire la valeur marchande de ta chatte.
Plus personne chercherait à te contacter après.
Quoi que, avec mon aide...


C’est une sensation bizarre qu’elle ressent. Une paix intérieure. Elle sait que ce branleur ne vaut rien. Il est trop con et trop imbu de lui-même pour être intéressant. Elle se sent supérieure. Au moins, elle n’est pas lui. Elle n’est pas lui et c’est tant mieux. Le mépris soigne plus qu’on le croit. Elle oublie ça régulièrement. Mépriser silencieusement. Ne pas avoir à faire des monologues pour le dire. Seul le faible doit répéter qu’il est fort. Elle ne s’aime pas. Elle se préfère à lui. Cela fait du bien. Mais elle le ressent augmenter en chaleur. Il s’approche de la fin.


Je sens quelque chose de mauvais bouillonner en toi.
J’aime.


Elle calcule parfaitement le moment de son orgasme. Elle le sait car son instinct le sait. Ce corps qu’elle hait lui sert enfin. Ce corps de catin a un rôle dans son plan. Le bocal est plein. Elle sort son briquet de sa poche. Elle envoie une flamme dans la direction de l’idiot. Une fois asséché, la semence brûle. Mais pas à l’état liquide, car elle est majoritairement constituée d’eau. Le sien ne l’est pas, car il n’a pas besoin d’en boire.


C’est un carburant qui jaillit de sa bite. Et une flamme entre son contact avant qu’il ne finisse de sortir.


Elle augmente le son de son walkman et range ses affaires dans son sac. Elle sait ce qui se passe. Le prépuce et le gland s’enflamme, et il hurle en se tenant le paquet. Sa tête n’est même pas dans sa direction. C’est pas mortel. C’est même pas proche de la pire torture qu’elle a pu faire sur un pénis dans sa vie. Il ne vaut pas grand chose. Ses tentatives de l’humilier n’ont pas de résultats. Elle est imperméable aux connards qui se moquent de ses problèmes ou qui tentent de rétorquer. Seuls les imbéciles bienveillants peuvent l’énerver. Mais pas lui. Loin de là. Elle séparera l’oxyde d’acétone du LMS plus loin. Elle jette un savon dont seule elle a le secret dans le point d’eau. Cela purgera l’oasis. Elle part.


Et tu t’en vas, sans rien lui faire de plus ?
Je me sens trahie… On pourrait lui faire bien pire.

Seven Deadly Sins
Seven Deadly Sins
Demon
Masculin Age : 42
Date d'inscription : 28/11/2017
Nombre de messages : 154
Bon ou mauvais ? : Individualiste
Zénies : 1663

Techniques
Techniques illimitées : Adoration Divine / Speed of Light / Illusion
Techniques 3/combat : Light Creation / Soins Divins
Techniques 1/combat : Burning Light

La tranquilité de la récolte [+18] Empty
MessageSujet: Re: La tranquilité de la récolte [+18]   La tranquilité de la récolte [+18] ClockMar 17 Déc 2019 - 20:38
( xDDD j'avoue, y a pas trop d'utilités à la balise ici mais bon, on sait jamais ha ha. Et puis ça attire les gens.
Ton post m'a bien fait rire au passage, surtout la phrase avec les couilles à la place des yeux. x) )



Il s'était écoulé quelques milliards d'années d'existence depuis que Dieu l'avait créé, d'un simple claquement de doigts, à une époque où la vie n'existait pas encore. Tout du moins, pas sous sa forme mortelle.
Quelques milliards d'années d'existence. Et Solis, ou plutôt Lucifer de son vrai nom, ne s'était jamais remis en question. Pas même une seule fois. Il n'avait jamais admis avoir commis la moindre erreur. En fait, il était même persuadé n'en avoir jamais commise. Et de ce fait, il lui était impossible d'apprendre de ses erreurs. Il était donc incapable de progresser, de s'améliorer. Tel était le fardeau de l'être le plus orgueilleux de l'univers. Le pire étant qu'il n'en avait même pas conscience, puisqu'il pensait déjà être parfait, il ne pouvait même pas envisager que l'amélioration était possible pour lui. Il vivait dans le mensonge constant, son propre mensonge, son monde, dans lequel il s'était enfermé. Quelqu'un saurait-il l'en libérer un jour ?

Alors qu'il papotait, l'alraune sortit un briquet. Et une fraction de seconde avant qu'il n'éjaculât, son briquet cracha un jet de flammes qui survola le petit plan d'eau qui les séparait. Au moment même où la semence arc-en-ciel s'éjecta, le jet de flammes entra en contact avec, et remonta pour embraser le pénis du malheureux.


"AAAAAAAAAARGH !!!! MAUDITE SOIS-TU !!!" s'écria t-il, en proie à la douleur.

Il posa ses deux mains sur son appareil pour l'éteindre, tout en tombant à genoux sous l'effet de la douleur. Son supplice dura quelques minutes.
Puis, son corps commença à s'effacer, devenant peu à peu transparent, jusqu'à disparaître complétement.


"Tu y as cru ?" demanda t-il d'un air amusé.

La voix provenait de devant elle, alors qu'elle commençait à s'en aller juste après avoir jeté un produit spécial pour nettoyer le point d'eau. Et pourtant, le son semblait provenir de nulle part, car il n'y avait rien de visible devant elle.
Puis, une silhouette apparue, dans un fondu inversé, devenant de plus en plus opaque, jusqu'à ce que son corps soit pleinement visible, devant l'alraune. Son pantalon était remonté. Son érection semblait partie. Il avait un sourire amusé et satisfait sur les lèvres. Celui qui s'était enfermé dans son propre monde en s'auto-persuadant qu'il était meilleur que tout pouvait donc manipuler la réalité, et pourtant il était incapable de la voir telle qu'elle était réellement. En fait, il ne manipulait pas vraiment la réalité. Il maîtrisait simplement la lumière. Et de ce fait, il pouvait changer à sa guise tout ce qui était du domaine du visible, en d'autres termes, créer des illusions. La semence arc-en-ciel avait-elle les mêmes composants inflammables qu'une semence humaine ? Mais avait-elle seulement existé, cette semence aux multiples couleurs, ou n'avait-ce été là qu'un subterfuge ? Solis semblait n'avoir aucun dégât, mais son pantalon était remonté et reboutonné : on ne pouvait donc pas voir si sa bite avait cramé. Lorsqu'il avait vu le jet de feu sortir du briquet et se diriger vers lui, il avait utilisé sa technique Speed of Light afin de se déplacer à la vitesse de la lumière. Cette même technique qui lui aurait permis d'obtenir de l'eau en moins d'une seconde, où qu'il soit sur la planète. Cette même technique qu'il aurait pu utiliser pour explorer le désert intégralement en moins d'une minute. Mais il aimait se lancer des challenges. Il voulait voir jusqu'où ce corps, qui n'était pas le sien, pouvait aller. Combien de temps il pouvait endurer la chaleur avant qu'il ne fût obligé d'aller chercher de l'eau.


"Je dois bien avouer que tu es remontée dans mon estime. D'une part, pour le courage dont tu as fait preuve en t'attaquant à moi, d'autre part, parce que ton attaque était vraiment bien calculée, et si je n'avais pas été moi, j'en aurais probablement souffert. Alors, bravo à toi !" s'exclama t-il avec un large sourire.

Il avait l'air sincère, presque même sympathique si l'on mettait de côté sa trop grande estime de lui. Bien entendu, il n'allait pas parler de la douleur brûlante qu'il ressentait au niveau du prépuce. Car même s'il avait pu anticiper l'attaque, il était difficile de s'interrompre lorsque l'on était sur le point de jouir. Un égarement de sa part durant une fraction de seconde de trop, qui l'avait fait réagir un poil trop tard. Et ce poil avait brûlé.

Bien entendu, Solis n'était pas très satisfait du fait qu'on eût osé endommager son corps. Mais, ce n'était pas son vrai corps, donc c'était moins grave. En outre, il était tellement habitué à rencontrer des gens qui faisaient tout ce qu'il disait sans rechigner, que le fait de rencontrer une personne avec assez de caractère pour le défier était quelque chose d'intrigant. Surtout quand cette personne était capable de torturer un type dont la seule faute avait été de la dénigrer verbalement. Il éprouvait presque un petit intérêt pour cette mouche qui s'élevait au-delà de l'ennuyante fourmilière.
Rouge Vin
Rouge Vin
Féminin Age : 100
Date d'inscription : 31/10/2019
Nombre de messages : 36
Bon ou mauvais ? : Bonne ( ͡° ͜ʖ ͡°)
Zénies : 1000

Techniques
Techniques illimitées : Erotimor-Lance Flamme-Régénération
Techniques 3/combat : Clonk-Boom
Techniques 1/combat : La même mais en plus fort

La tranquilité de la récolte [+18] Empty
MessageSujet: Re: La tranquilité de la récolte [+18]   La tranquilité de la récolte [+18] ClockMar 17 Déc 2019 - 23:02


Now playing : Riders on the Storm
❚❚ ►


Retour à la musique de tapette.
D’ailleurs, quelle heure est-il ?


Elle ne sait pas quelle heure il est. Elle sait juste qu’elle aime bien la musique. Elle oublie ses ennuis et ses problèmes. Elle agite la tête de gauche à droite en suivant les percussions et la guitare. Elle ne sait pas vraiment si c’est une guitare, peut-être que c’est une basse. La musique est le seul art dont elle peut pleinement profiter. Pourtant, elle ne sait pas quel instrument fait quoi. C’est pas grave. Rien n’est grave, là. Elle profite juste de cette continuation de solitude avec ses pensées. Peut-être qu’il est en train de gueuler, mais elle n’entend rien. L’oasis est propre. L’oasis est potable. L’oasis et lui sont aussi stériles l’un que l’autre, à présent. Il a de l’eau pour se sauver. Il y aura des gens pour le croiser et le ramener dans un hôpital si c’est trop grave pour son pieu. Elle agite la tête de droite à gauche. Elle est un pendule inversé. Elle sait qu’il lui faudra faire la même distance qu’à l’aller. Pour une fois. Elle s’en fiche.


À faire :
►Séparer l’oxyde d’acétone du LMS
►Profiter du retour ?


Elle tient une des languettes de son sac. Cela fait quelques jours qu’elle n’avait pas profité de la musique qu’elle écoute. Tranquille. Peinarde. Elle ne sait pas danser. Elle n’aime pas danser. Mais elle aime secouer sa tête. Et elle aime chanter. Maman lui avait toujours dit qu’elle avait une voix de chanteuse. Papa savait qu’elle n’aimait pas sa propre voix. L’encouragement contre l’empathie. Elle a une voix de salope ou de tueuse. Elle susurre ou couine ou gronde ou hurle. Elle n’aime pas sa voix comme elle n’aime pas la gorge dont elle sort. Mais elle aime entendre sa voix couverte par celle d’un vrai chanteur. Elle n’avait rien à faire pendant quelques heures de marcher. Elle ne savait même pas quelle heure il était. Il pouvait être minuit ou midi ou une autre de la journée. Elle n’en a rien à foutre.


Into this house we’re born
Into this world we’re thrown…
Like a dog without a bone
An actor out of loan
Riders of the storm~


À ta droite.
Devant toi, maintenant.


Elle rentre en plein dans quelque chose. Une personne ? Elle l’aurait remarqué. Elle ne sait pas dans quoi elle rentre. Elle aurait dû baisser ses écouteurs peut-être. Elle ne sait pas. Elle s’éclate la gueule dans le sable. Son masque se remplit de grain. Ils rentrent dans sa bouche et dans ses yeux et dans ses narines et ils grincent partout sur sa peau. Son sac était bien attaché. Rien ne sort. Ses écouteurs ne tombent pas. Elle n’est pas tombé avec l’objet de sa collision. Tant mieux. Tant pis. Elle ne sait pas. Elle a trop de sable dans le masque. Instinctivement, elle baisse le volume de ses écouteurs. Elle n’aurait pas dû. Le mastubateur résonne dans ses oreilles.


ALIGNE SES VERTÈBRES À LA PLACE DE SES DENTS.


Trop de sable est rentré dans son masque. Elle reste à terre et se retourne à l’opposé de sa direction. Elle sait où il est car sa bite brûlée fait tâche dans le reste de l’espace. Son visage est presque au sol. Ses cheveux englobent sa tête. Elle est sûre de ne pas être vue. Elle enlève son masque d’une main. Elle enlève le sable de l’autre. Elle déblaie les grains de son visage attirant et monstrueux. Elle l’entend parler. Il parle toujours. Il a toujours sa voix de puceau royaliste. Il casse les couilles. Non, non, tout va bien. Elle remet son masque. C’est bon. Quelque chose ne va pas, en fait. Elle sait ce qu’elle a touché. Et ce qu’elle a touché, elle ne sait pas ce que c’est. C’était un autre pouvoir qu’elle n’appréciait pas. C’était un pouvoir de merde. Deviner les fétiches des gens qu’elle touchait. Fétiches, parfois leurs origines, ainsi que leurs zones érogènes qui finissaient très souvent par être leurs points faibles lors de combats. Là, c’est pas bon. C’est vraiment pas bon. Elle avait touché


sept personnes d’un coup. Ooooooh ho ho ho ho ho !
On est un peu déjantée aujourd’hui ? Un gangbang si tôt dans la journée ?
Ou tard.
Je sais toujours pas quelle heure on est.
Tu ne le sais toujours pas non plus. Qu’a-t-on de prévu de toute façon ?
Rien.
T’as largement le temps devant toi. Sept personnes d’un coup, ça t’intrigue, hein ?
Bon, t’as deux vagins dans le tas. Ça en fait cinq d’intéressants, au moins. Pas vrai ?
Peux-tu les faire jouir tous d’un coup ?


”Ta gueule ta gueule ta gueule ta gueule ta gueule ta gueule ta gueule !!

Mettre les mains sur tes tempes ne fera rien. Je suis à l’intérieur de ta tête.
Tes mains tremblent. Le toucher t’ébranle. Comme quoi, garder tes distances avec tout le monde ne fonctionne pas forcément, hein ?
Tu vas faire quoi, le plaquer au sol et lui sucer son moignon carbonisé ? Oh, pardon, j’avais oublié.
Tu ne feras jamais ça car tu refuses de laisser court à ton instinct.
C’est pas compliquée de juste se prendre une bite dans le cul, non ?
Tu chies jamais, tu penses qu’il te sert à quoi ?


TU N’EXISTES PAS TU N’EXISTES PAS TU N’EXISTES PAS TU N’EXISTES PAAAAAAS !!

Bien sûr que j’existe pas, pauvre attardée.
Je suis toi, tu t’en rappelles ?
Tellement givrée que tu donnes un nom à ton désir de baiser et blesser. Tu peux pas juste t’avouer être une psychopute ?


Elle tremble. Elle ne change pas de position. Elle sait que l’autre con l’a complimenté. Elle éprouve un choc quand elle touche quelqu’un. L’envie de faire gicler son sperme puis son sang. Elle pouvait contrôler ça contre une seule personne. C’était très facile contre les femmes. Elle n’est pas attirée par les femmes de base. C’était moins facile avec les hommes. Mais elle pouvait survivre à une poignée de main voir un calin. Mais pas sept personnes d’un coup. C’est trop. C’est BIEN trop ! Elle sent quelque chose couler depuis son masque. Du sang ? Des larmes ? De la salive ? Cela s’écrase sur ses joues avant de goûter.  


ÉCRASE SES BRAS ENFONCE SON DOS DANS SA BOUCHE METS SES PIEDS DANS SON ANUS FAIS EN UNE BALLE DE CHAIR METS UN PANIER AVEC


À faire :
►Ne pas perdre le contrôle.


Roh, c’est reparti.


JE VEUX SA SALIVE DANS MON OREILLE


Elle prend une de ses cornes dans ses mains. Elle tremble. Elle sait que s’étrangler ne suffira pas. Les endorphines ne suffiront pas. Il lui faut tripper. La drogue prendra trop de temps. Elle sait ce qu’il faut faire. Elle entend un crac. Elle vient de s’arracher la corne. Ça fait super putain de mal. Elle parvient à se retrousser une manche. Elle sait qu’il verra sa peau couleur encre et les lignes lumineuses dessus. Elle s’en fiche. Elle donne un coup net sur la longueur de la veine. Le sang sort. Elle se le régénère, pas grave. Elle veut juste tripper un petit peu.


Elle se place sur le dos, en face du septuplé.


Son sang est couleur désir et panacée. Elle le sait. Elle se calme. Il coule sur le sol.


Un petit peu plus.


Le calme. Enfin.


”Pourquoi vous êtes sept dans un seul corps ?”

Elle n’a que ça à dire le temps que le sang se reconstruisent dans son corps. Son sac à dos fait un chouette coussin. Elle est tranquille.


(je triche un peu car flemme de changer une technique de combat pour rajouter le pouvoir de reconnaissance et l’enlever après mdr, tu m’en veux pas ? puis ça fait de l’ouverture)


Dernière édition par Rouge Vin le Lun 23 Déc 2019 - 16:30, édité 1 fois
Seven Deadly Sins
Seven Deadly Sins
Demon
Masculin Age : 42
Date d'inscription : 28/11/2017
Nombre de messages : 154
Bon ou mauvais ? : Individualiste
Zénies : 1663

Techniques
Techniques illimitées : Adoration Divine / Speed of Light / Illusion
Techniques 3/combat : Light Creation / Soins Divins
Techniques 1/combat : Burning Light

La tranquilité de la récolte [+18] Empty
MessageSujet: Re: La tranquilité de la récolte [+18]   La tranquilité de la récolte [+18] ClockDim 22 Déc 2019 - 18:19
(HRP : aucun problème, tu as bien fait, je n'avais pas d'idées pour la suite de toutes façons. )

Elle l'avait percuté et était tombée sur le sable. Elle ne l'avait pas entendu lorsqu'il avait parlé, et elle ne s'était pas arrêtée lorsque son corps avait commencer à devenir visible, d'abord translucide puis pleinement opaque dans un fondu. Il la regardait avec un mélange d'amusement et d'agacement, alors qu'elle cachait son visage derrière ses cheveux pour retirer le sable sous son masque. Pourquoi cachait-elle son visage ? Que pouvait-elle bien avoir à cacher ? Elle était l'inverse de Solis. Lui pouvait s'exhiber sans la moindre gène, alors qu'elle prenait soin de cacher la moindre parcelle de peau. Il la complimenta pendant qu'elle était occupée à retirer le sable de son masque. Lorsqu'il s'interrompit, elle commença à piquer une crise qui ressemblait à de la colère.

Il la regardait avec condescendance alors qu'elle s'écriait "ta gueule". Il pensait que cela lui était adressé, mais il ne répondit pas tout de suite. Elle avait été infectée par le péché de colère, elle aussi. Satan était l'instigateur de la colère. Des sept démons des péchés capitaux, Satan était celui que Lucifer méprisait le plus. Parce qu'il était instable et désordonné. Or, il aimait l'ordre et la stabilité. Depuis la nuit des temps, ces deux-là étaient rivaux, en quelque sorte. Et c'était difficile pour Lucifer de savoir que les chrétiens les confondaient tous les deux, comme s'ils étaient un seul et même démon, l'unique origine du mal. Ce n'était pourtant pas compliqué, il y avait la Colère, et il y avait l'Orgueil, ils n'avaient rien en commun. Cette fille rappelait la colère à Solis. Elle était aussi imprévisible et instable que Saturnis. Toujours à crier et hurler, à s'énerver pour tout et rien à la fois. Incapable de se maîtriser, de se contrôler. Il trouvait ce spectacle pitoyable. Lorsqu'elle s'écria à multiples reprises qu'il n'existait pas - ignorant qu'elle parlait en réalité à sa voix intérieure - il répondit avec un petit sourire :


"Bien sûr que si, j'existe."

Elle tremblait. Solis restait immobile, à la regarder de haut. Il n'avait pas l'intention de l'aider. Ni de la blesser, en réalité. Il ne faisait qu'assister au spectacle qu'elle donnait. C'était autant amusant qu'affligeant.

*Comment le Vieux a t-il pu créer des êtres aussi consternants ?*

Il n'avait jamais compris comment le Dieu qui l'avait créé, lui, avait pu avoir envie de créer des créatures aussi immondes et inutiles.

Elle prit une corne dans sa main, et la brisa. Cela semblait faire mal. Le sourire amusé de Solis s'étira légèrement. Puis elle retroussa une manche, laissant enfin entrevoir sa peau aux motifs lumineux, puis utilisa sa corne pour se taillader. Puis elle s'allongea sur le sable et se calma alors que son sang se répandait. Elle avait enfin fini son petit manège. Elle lui posa alors une question.


”Pourquoi vous êtes sept dans un seul corps ?”

Cela le surprit.

*Est-ce en me touchant, ou en me regardant, qu'elle l'a appris ?*

Jusque là, elle ne l'avait pas encore regardé si l'on en jugeait par sa phrase précédente où elle avait affirmé ne pas connaître son apparence. Avant cette phrase, il l'ignorait, car il n'avait pas gardé les yeux rivés sur elle, et dans sa prétention, il avait cru qu'elle aurait au moins levé les yeux dans sa direction lors de leur conversation. Elle ne lui avait pas posé la question avant de lui lancer un jet de flammes et de partir, donc elle venait d'apprendre cela quelques secondes auparavant, sûrement juste avant sa crise. Apprendre cette révélation était peut-être ce qui avait provoqué sa crise. Elle avait donc forcément un don qui lui permettait d'apprendre facilement des choses secrètes, soit en regardant une personne, soit en la touchant.

*Que peut-elle bien savoir d'autre sur moi, et comment fonctionne son pouvoir ? Elle a peut-être simplement vu quelques bribes de souvenirs, mais pas assez pour connaître notre histoire. Ou bien elle a pu juste détecter les esprits enfermés dans ce corps.*

A chaque instant, ce corps était contrôlé par une des sept personnalités, et changeait d'apparence en fonction de la personnalité qui avait le contrôle. Les six autres personnalités n'étaient pas vraiment en sommeil pendant ce temps. Elles étaient simplement confinées dans une sorte de zone subconsciente du cerveau. Cette zone n'avait pas accès aux fonctions qui permettaient de contrôler le corps. C'était une zone isolée, à laquelle la personnalité qui contrôlait le corps n'avait pas accès, jusqu'à ce qu'elle la rejoigne pour céder le contrôle à une autre personnalité. Ainsi, il ne pouvait y avoir aucune communication entre la personnalité qui avait le contrôle, et les six autres personnalités. Néanmoins, les six personnalités qui se trouvaient dans cette zone qu'ils appelaient la "zone fantôme", pouvaient communiquer entre elles. C'était ainsi qu'ils parvenaient à garder une certaine cohérence dans leurs actions bien que certains d'entre eux n'en faisaient qu'à leur tête. Malgré leurs grandes divergences, ils étaient obligés de coopérer les uns avec les autres pour servir un but commun qui les arrangerait tous : retrouver leurs sept corps individuels. Au moment où il y avait le changement de personnalité et d'apparence du corps, la personnalité qui laissait sa place n'entrait pas en contact avec celle qui prenait le contrôle. Ce qui signifiait qu'ils ne savaient jamais ce qu'il s'était passé la veille, ils avaient seulement les nouvelles jusqu'à l'avant-veille.

*Quelle coïncidence, tout de même. C'est la deuxième fois en très peu de temps que nous croisons quelqu'un capable de découvrir notre secret d'un simple regard ou toucher.*

Quelques jours avant l'explosion des bombes, Martis avait fait la rencontre de Williams Auguste, qui avait le pouvoir de connaître la vie d'une personne d'un simple toucher. Il avait ainsi pu tout connaître de la vie du démon Mammon, prince de l'Avarice, et cela lui avait permis d'être au courant du fait que son corps abritait six autres démons. Martis avait voulu utiliser le jeune homme car son pouvoir aurait pu les aider à trouver plus rapidement un moyen de mettre fin à leur malédiction, malheureusement il était parvenu à s'échapper. Et désormais, voilà qu'une autre personne découvrait leur secret. A croire que c'était de plus en plus fréquent d'obtenir un tel pouvoir.
En tout cas, Solis ne s'était pas trompé. Cette créature était peu ordinaire, et devenait de plus en plus digne d'intérêt.
Il ne chercha pas à lui mentir, c'était inutile, elle avait été précise dans sa question, elle était sûre d'elle, le pouvoir qu'elle avait utilisé ne pouvait sûrement pas la tromper.


"C'est une très longue histoire et je serais prêt à te conter une version raccourcie. Mais avant, j'aimerais savoir comment fonctionne le pouvoir qui t'a permis de deviner cela, ainsi que tout ce que tu sais d'autre sur nous."
Rouge Vin
Rouge Vin
Féminin Age : 100
Date d'inscription : 31/10/2019
Nombre de messages : 36
Bon ou mauvais ? : Bonne ( ͡° ͜ʖ ͡°)
Zénies : 1000

Techniques
Techniques illimitées : Erotimor-Lance Flamme-Régénération
Techniques 3/combat : Clonk-Boom
Techniques 1/combat : La même mais en plus fort

La tranquilité de la récolte [+18] Empty
MessageSujet: Re: La tranquilité de la récolte [+18]   La tranquilité de la récolte [+18] ClockLun 23 Déc 2019 - 17:42


Now playing : Le Festin
❚❚ ►


tout est tranquille : )


À faire :
►Attendre de reprendre son sang.
►Discuter ? Peut-être ?


Pas de sang, pas de problème. Les problèmes ne sont pas là et le sang non plus. Elle pourrait passer cette musique, prendre celle d’après. Elle ne le fait pas. Elle aime bien la musique. Les pulsions a disparu. La soif a disparu. Pourquoi pas rester sans sang dans le corps à tout jamais ? Parce que c’est pas vraiment vivre. Parce que ça ne la nourrit pas. Elle pourrait être désintégrée, V pourrait reprendre le contrôle si elle ne nourrissait pas ses envies instinctive. Se saigner est un réflexe d’urgence. C’est pour éviter de perdre la tête. Perdre la boule et agiter le boule. Là, tout va bien. Tout va bien. Ah ah ah ah. Elle est juste très lax. Elle sait qu’elle va dire des trucs qu’elle dirait pas forcément. Elle sait qu’un autre serait à la limite de la mort dans sa situation. Elle, elle est juste dans le cirage. Elle pose sa corne sur la souche sur son front. Elle les “connecte”. Elle maintient appuyé. C’est ressoudé. C’est comme s’il ne s’était rien passé. Hormis le fait que son pantalon soit chaud. Chaud du sang. C’était son sang qui tachait son tissu et qui tâchait le sable aussi. Elle sait pas à quoi ça ressemble. Peut-être que c’était joli ? Elle sait pas ce qui est joli ou non. Elle a jamais vu quoi que ce soit de joli.


La psychopute est psychopatraque.


Le monsieur dit qu’il est d’accord pour raconter son histoire. Mais d’abord il veut savoir comment Rouge Vin a fait. Elle est d’accord pour lui dire. Elle profite de son manque de sang. Elle profite de son cerveau mal nourri en oxygène. Elle remonte sa manche quand même, elle aimerait que l’autre voit sa peau le moins possible. Son pouvoir peut pas deviner grand chose. Elle connait juste les fétiches et les kinks de sept personnes d’un coup. Ainsi que les zones les plus douloureuses. Mais la plupart des humains et des êtres vivants ont les mêmes, donc ça lui sert pas à grand chose. Elle sait surtout que son corps s’excite tout seul quand elle touche quelqu’un. Elle frémit de désir de cogner quelqu’un ou de se cogner quelqu’un. Elle sait qu’elle est faite pour ça. Elle est faite pour ça par accident. Ses parents voulaient pas ce futur pour elle. Ils voulaient juste un gamin. Elle n’a pas pu être une vraie gamine à cause de ça. Au moins, V a attendu la puberté pour se manifester. Mais c’est pas ça le sujet. Le sujet c’est répondre au septuplé. Le sujet c’est répondre au septuplé.


”Bah. Je sais juste qu’est-ce qui te fait t’exciter et qu’est-ce qui te fait mal. Ou vous. Ce qui vous fait mal. Je touche quelqu’un et je sais comment l’emmener six pieds sous terre ou au septième ciel, tu vois ? Roh putain, je fais de la poésie… ”

Elle s’entend parler. Elle a repris ses craquements de voix de catin. C’est comme si elle parlait bas dans l’oreille de quelqu’un, à mi-chemin vers le chuchotement. Avec le manque de sang, ça ressemblait à du pillow talk, maintenant. Elle n’en faisait jamais, pourtant. Elle préférait oublier le plus rapidement possible. Elle était suffisamment forte pour que ça dure que quelques secondes de toute façon. Que quelques secondes.


”Ouais, donc, mon pouvoir m’a juste dit qu’est-ce que tu kiffais, mais c’était zarb. Genre en même temps j’ai pris un corps de meuf qui aime tout sauf les trucs vraiment dégueux, y en a une autre qui veut juste cuck les autres et changer de rôle à chaque fois, puis y a les mecs genre y a toi qui veut dominer et frimer devant le miroir et puis y a l’étoile de mer qui bouge pas et le fétiche alimentaire et le gars qui veut juste tabasser sa donzelle et le timophile et putaiiin… Le seul point commun c’est que vous aimez tous vous faire dominer inconsciemment en levrette inconsciemment.”

Psychopute psychopathe mange des psychopâtes à quatre psychopattes en étant psychopatraque.


”Attends… attends attends attends… Sept. Sept… euh… avec ce genre de fétiches. Nympho, Timo, cocu, puis le dormeur et le gros et… roh putain. C’est encore un délire des septs péchés capitaux ?”

HAINE


”Z’êtes genre le cinquième délire des septs péchés que je croise. Et c’est jamais un bon moment. Mais c’est des septuplés dans un seul corps, cette fois-ci. Au moins il y a ça. Donc c’est quoi le délire ? Multiples personnalités dans un seul corps et ça modifie ton physique ou t’es un démon ou une connerie du genre ?”

Elle avait connu des péchés capitaux plusieurs fois dans sa vie. Le premier c’était juste un groupe de mec assez cinglés qui voulaient chopper un quartier de Satan-City, le sien. Ils ont tenté de faire un raid sur sa boutique pour laisser la meuf de la luxure (c’était toujours la meuf) profiter de Rouge Vin. Ils profitèrent d’un lance-flamme dans la gueule. La seconde fois c’était un démon de la luxure (c’était pas la meuf cette fois-ci) qui était venu d’un cercle ou sceau ou truc de l’enfer pour demander ses services. C’était pas violent, juste terriblement long. Il était trop endurant et trop riche. Mais il finit par se calmer après une journée entière. Ce fut très long, très chiant, très enrichissant. Elle fit fondre la montagne d’or qu’il lui avait donné comme récompense et la fit gicler sur un millionaire pédophile qui traînait dans les environs. C’était rigolo et ironique. La troisième fois c’était un démon de la colère qui était connu de l’autre démon de la luxure qui lui était venu foutre la merde dans son quartier jusqu’à ce que Rouge Vin éclate son crâne avec un marteau. Et la dernière fois c’était un autre gang. Donc molotov, des cris et des cendres. Puis, plus de sept péchés pendant un moment, en dehors de groupes de musique passant dans ses oreilles et tentant d’être intéressant.


”Fin, voilà, raconte ton histoire, toi.”
Seven Deadly Sins
Seven Deadly Sins
Demon
Masculin Age : 42
Date d'inscription : 28/11/2017
Nombre de messages : 154
Bon ou mauvais ? : Individualiste
Zénies : 1663

Techniques
Techniques illimitées : Adoration Divine / Speed of Light / Illusion
Techniques 3/combat : Light Creation / Soins Divins
Techniques 1/combat : Burning Light

La tranquilité de la récolte [+18] Empty
MessageSujet: Re: La tranquilité de la récolte [+18]   La tranquilité de la récolte [+18] ClockDim 29 Déc 2019 - 18:25
Solis observait la créature cornue en train de se vider de son sang, allongée sur le sable. Est-ce qu'elle allait mourir ? Avait-elle voulu se suicider en se tailladant les veines avec sa propre corne ? Probablement pas. Elle n'avait pas l'air d'être une personne suicidaire, tout du moins pas durant la courte période qui s'était écoulée depuis leur rencontre. Par contre, elle avait peut-être des tendances masochistes. Pour une raison que Solis ignorait, elle avait piqué une crise juste après l'avoir percuté, ou observé, et ça devait sûrement avoir un rapport avec le don qui lui avait permise de savoir qu'ils étaient sept. Il était vrai qu'apprendre que la personne qui se trouvait devant vous abritait en réalité sept démons pouvait faire un choc, et la réaction variait d'une personne à l'autre. Par exemple, Williams Auguste, simple être humain ordinaire sans le moindre pouvoir, avait été terrifié en réalisant qu'il était face au démon qui personnifiait l'avarice et qui était à l'origine de nombreux maux sur Terre, notamment les dérives du capitalisme. Solis pensait donc que c'était cette révélation qui avait mis l'inhumaine dans cet état. Après quoi elle avait, étonnamment, brisé sa corne sans la moindre hésitation, et l'avait utilisée pour se saigner. Elle avait alors soudainement retrouvé son calme et avait demandé, comme si de rien n'était, pourquoi ils étaient sept.

Il essayait de comprendre comment elle fonctionnait. Si elle avait brisé sa corne et l'avait utilisée pour se taillader le poignet, sans une once d'hésitation, c'était qu'elle savait ce qu'elle faisait, et que ça ne devait pas être réellement dangereux pour elle. Beaucoup de créatures mortelles, notamment les humains, seraient morts en faisant ce qu'elle avait fait, se vidant ainsi de leur sang. Le fait qu'elle procède ainsi pour se calmer, sans hésiter et sans rien craindre, pouvait avoir deux explications. Soit elle pouvait guérir très rapidement, et donc elle savait qu'elle ne mourrait pas en faisant ça. Soit elle était complétement folle et n'avait pas conscience de ses agissements, ce qui faisait d'elle un danger pour elle-même. En réalité, Solis s'imaginait que ça devait être un peu des deux. Elle semblait effectivement dérangée mentalement. Elle n'avait pas hésité à l'agresser avec un jet de flammes, alors même qu'il n'avait rien fait. Il n'aurait pu être qu'un simple terrien exhibitionniste, mais il ne l'avait pas vraiment agressée, il ne l'avait pas touchée et l'avait à peine offensée verbalement, et encore, ça n'avait été que pour répondre aux insultes qu'elle lui avait crachées la première. Il n'avait pas vraiment fait quoique ce soit qui puisse mériter qu'on le brûle vif. Le fait qu'elle agisse de la sorte signifiait qu'elle n'accordait aucune importance à la vie ou à l'intégrité physique d'autrui, elle pouvait blesser n'importe qui sans raison valable, elle manquait donc de retenue et d'empathie. En plus de cela, elle venait à l'instant de piquer une crise de folie. Elle avait donc tout l'air d'une détraquée mentale. Malgré cela, elle avait l'air de savoir exactement ce qu'elle faisait. Son manque de réaction, le fait qu'elle n'était pas du tout paniquée alors qu'elle se vidait abondamment de son sang, laissait à penser qu'elle savait qu'elle n'était pas en danger, et qu'elle devait donc avoir un pouvoir auto-guérisseur. Lorsqu'elle replaça sa corne sur sa tête et que celle-ci se ressouda, cela confirma ce qu'il pensait déjà.

Dés le début de la réponse de son interlocutrice, Solis grimaça légèrement. L'archange de la lumière et de la connaissance qu'il était jadis, avait apporté, dans ce monde peuplé de mortels, le langage et la parole, afin que la plupart des créatures intelligentes puissent communiquer entre elles dans un langage unique, même séparées par des galaxies entières. Entendre cette langue commune universelle se faire écorcher de la sorte le faisait saigner des oreilles métaphoriquement. De son point de vue, ceux qui ne savaient pas bien s'exprimer étaient des idiots. Et cela ne faisait que lui ajouter de la légitimité à se sentir supérieur, légitimité dont il n'avait hélas pas besoin, puisqu'il était déjà persuadé, depuis la nuit des temps, d'être meilleur que n'importe qui d'autre, meilleur que le Dieu des Anges lui-même.

Malgré son incapacité à s'exprimer correctement - toujours selon Solis - la femelle dit des choses intéressantes. Ainsi, l'orgueilleux personnage apprit que c'était en le touchant qu'elle avait pu apprendre qu'ils étaient sept. En fait, son don lui permettait de connaître ce qu'une personne désirait ardemment et ce qui lui faisait le plus mal, en la touchant. Ainsi, elle avait eu les désirs et points sensibles de sept personnes d'un coup. Elle n'en savait guère plus et il n'était pas nécessaire qu'elle en sache davantage. Maintenant qu'il avait cette information, il allait pouvoir manier sa propre histoire en utilisant uniquement ce qu'elle avait pu découvrir, et donc en lui cachant le reste. C'était pour cette raison qu'il avait d'abord voulu qu'elle parle de son pouvoir. Il ne voulait pas qu'elle en sache trop sur lui ou eux.

Malheureusement, la folle était perspicace, car elle devina rapidement qu'ils étaient plus ou moins liés aux sept péchés capitaux, par déduction à partir de ce qu'ils aimaient et détestaient, ainsi que leur nombre. Voilà qui était embêtant. Car au sein des sept, Solis, chef auto-proclamé, avait établi une règle : ne révéler à personne leur secret. Martis avait été contraint de bafouer cette règle, puisque Williams Auguste avait appris la vérité en le touchant à son insu. Heureusement, Williams n'était pas l'être humain le plus crédible qui soit, et n'avait pas la moindre importance dans la société humaine, ce n'était qu'un moins-que-rien. Il pourrait donc difficilement leur causer du tord, néanmoins si par chance l'un d'eux parvenait à retrouver sa trace, nul doute qu'ils feraient tout pour le débusquer et le tuer. Sauf s'il s'agissait de la Paresse, qui ne ferait sans doute rien. Ou de la Luxure, qui allait sans doute préférer passer du bon temps avec lui.

Il y avait plusieurs solutions. Il pouvait lui révéler la vérité, et dans ce cas deux choix s'offraient à lui. Soit il la tuait, soit il la poussait à travailler pour eux.
Dans le premier cas, il devrait attendre qu'elle se rétablisse. Car dans sa trop grande fierté, Solis était incapable de tuer quelqu'un qui n'avait pas été blessé par lui-même. Tout comme il n'attaquait pas de dos ou par surprise, sauf si le combat avait déjà été enclenché. Il se refusait donc à tuer la créature dans son état actuel. Pour la tuer, il faudrait attendre qu'elle soit rétablie, et il faudrait lui annoncer clairement qu'il avait l'intention de la tuer. Sa trop grande confiance en lui, et donc sa réticence à profiter de techniques de lâches ou de moments de faiblesses de son adversaire, étaient sans doute ses plus gros points faibles. Les six autres auraient certainement sauté sur l'occasion, ils auraient profité du fait qu'elle était déjà blessée et vidée de son sang pour la tuer. Solis ne le pouvait pas.
Le deuxième cas pouvait être intéressant. Le pouvoir de cette créature, celui de détecter les points forts et les faiblesses chez autrui, pouvait être très utile dans leur quête. Ajoutons à cela ses notions de chimie qui pouvaient faire d'elle une bonne assistante de Jovis. Malheureusement, elle n'était pas digne de confiance. Solis pouvait difficilement se permettre d'avoir une autre personne incontrôlable dans son équipe. Un imprévisible, c'était déjà de trop, alors deux... Il pouvait essayer d'obtenir sa confiance. Mais lui révéler toute la vérité ne semblait pas être la meilleure idée pour cela. Comment aurait-elle pu faire confiance à ceux qui avaient créé et fait proliférer les sept péchés capitaux dans tout l'univers ? Ceux qui étaient à l'origine de la plupart des vices ? Un autre moyen serait d'utiliser son pouvoir d'Adoration Divine. Cela nécessitait un contact physique sur les êtres les plus résistants comme elle. Avec cela, elle éprouverait de l'admiration pour lui et se sentirait misérable par rapport à lui, cela pouvait donc lui permettre de la manipuler. Mais l'effet avait une durée très limitée, et puis il ne pourrait pas continuer à la manipuler lorsque les autres prendraient le contrôle.
La deuxième solution était de mentir. D'enrober ce qu'elle savait déjà d'un magnifique mensonge. La question demeurait la suivante : fallait-il confirmer ou nier le fait qu'ils avaient un quelconque rapport avec les péchés capitaux ? Étant donné l'esprit de déduction de la créature cornue, il allait être difficile de le nier. Elle allait sûrement insister sur ce point, ou pire elle pourrait deviner qu'il mentait. Le mieux à faire était de confirmer ses soupçons, tout en inventant un mensonge pour cacher le reste. Ce qu'il fallait cacher, essentiellement, c'était qu'ils étaient sept Princes de l'Enfer à l'origine des péchés capitaux, car c'était ce qui pouvait le plus leur porter préjudice.

Lorsqu'elle eût terminé son discours, il applaudit lentement.
Clap. Clap. Clap. Clap.


"Quel brillant esprit de déduction !" s'exclama t-il avec un grand sourire chaleureux bien que forcé.

Son sourire s'estompa et il regarda l'horizon avant de raconter son histoire.

"Jadis, nous étions sept mercenaires, travaillant pour le plus offrant. Protection rapprochée, investigation, intimidation, chantage, cambriolage... nous faisions ce genre de choses, et nous le faisions bien. Mais un jour, une mission nous conduisit à affronter un sorcier. Nous le sous-estimâmes. Il nous jeta un sortilège, ou plutôt une sorte de malédiction, nous forçant à fusionner en un corps unique. Mais ce n'est pas tout. Le sorcier avait un certain sens de l'humour... Puisque nous étions sept, il décida de faire de nous les 'sept péchés capitaux'. Avec sa magie noire, il parvint à exacerber certains aspects de nos personnalités, afin que nos comportements soient calqués sur ces péchés. Depuis, nous parcourons le monde à la recherche d'un moyen d'inverser le processus, afin de retrouver nos corps et nos personnalités..."

Il avait feinté une expression mélancolique sur la fin de son histoire. Il tourna la tête vers elle.

"Et toi, alors ? Il semblerait que je me sois trompé sur ton compte, tu possèdes d'incroyables talents, en définitive. Ce don que tu as pour trouver les points faibles des gens, ce pouvoir auto-guérisseur... Ne me dis pas que tu n'es qu'une simple botaniste ou chimiste, ce serait un vrai gâchis."

Solis n'admettait jamais ses erreurs et ne se remettait jamais en question. Tout du moins, pas sincèrement. Mais il était tout de même capable de faire semblant, et de le faire magistralement bien, lorsqu'il considérait qu'il y avait un intérêt à le faire.
Rouge Vin
Rouge Vin
Féminin Age : 100
Date d'inscription : 31/10/2019
Nombre de messages : 36
Bon ou mauvais ? : Bonne ( ͡° ͜ʖ ͡°)
Zénies : 1000

Techniques
Techniques illimitées : Erotimor-Lance Flamme-Régénération
Techniques 3/combat : Clonk-Boom
Techniques 1/combat : La même mais en plus fort

La tranquilité de la récolte [+18] Empty
MessageSujet: Re: La tranquilité de la récolte [+18]   La tranquilité de la récolte [+18] ClockVen 3 Jan 2020 - 23:50


Now playing : Tusk
❚❚ ►


J’arriiiive.


MOINS DE NOTRE SANG PLUS DE SON SANG


Tout revient. Sa peau est refaite. Elle se recoût sans son accord. Il y a du sang dans ses veines à nouveau. Elle reprend conscience. Elle a honte. Elle a dit beaucoup de choses qu’elle aurait préféré ne pas dire. Mais la crise est passée. La crise est passée. Il n’y a pas de problème à ce niveau là. S’il n’y a pas ce problème là, il n’y en a aucun. Pas vrai ? Pas vrai. Il lui brise déjà les couilles. Elle s’imagine de nouveau lui crever les yeux, faire des perles avec ses dents, une ficelle avec ses cheveux, un collier avec son visage, et lui foutre tout ça dans le cul. Mauvaises hallucinations, mauvaises, mauvaises, mauvaises. Elle lui avait carbonisé la bite dans l’espoir qu’il se calme. Il aurait survécu. Elle ne veut pas le massacrer. Son attaque d’avant avait fait mouche. C’est ce qui importe. C’est ce qui importe. C’est. ce. qui. importe. Il lui raconte sa vie. Il lui demande la sienne.


”Si tu sais que t’es coincé avec un péché, pourquoi tu fais pas l’inverse de ce que le péché te demande ? Tu veux retrouver ta personnalité d’origine, tu te conditionnes. Tu arrêtes de frimer, de parler comme si t’étais au dessus de tout le monde, et de taper des mains comme un présentateur de radio.”

Elle se lève. Elle appuie sur le sable. Son bras n’est plus blessé. Elle parvient à soulever son corps. Elle parvient à soulever son sac aussi. Tout le sang dans sa manche retombe. Du liquide froid et visqueux coule jusqu’à son poignet et goutte sur ses chaussures. Ça fait plic puis ploc puis plic puis ploc. C’est la couleur de sa veste, si elle se rappelle bien. Rouge vin. Comme son nom. C’est à cause de ce sang remarquable qu’elle prend une veste sur laquelle ça se remarque pas. Elle sait que son sang sent bon. C’est pour attirer les proies avec des délires sadiques. Elle est plus sadique qu’elles. Elle le sait. C’est pour ça qu’elle ne les touche pas. Sa veste se parfume toute seule avec le temps. Chaque crise, elle sent un peu plus. Chaque crise, elle devient plus résistante aux lavages. Un jour sa veste et sa peau seront la même chose. Ce sera plus facile de vivre ainsi. Ce sera moins facile d’oublier de la porter avant de sortir. Elle ne veut plus perdre conscience de ses réflexes. Il faut se faire des habitudes. Elle est au niveau de son visage. Il y a son souffle qui s’abat contre son masque. Elle est aussi grande que lui. Elle est plus grande que les femmes qu’elle croise. Elle est plus intelligente qu’elles aussi. C’est triste à dire. C’est la vérité.


On revient sur ça, maintenant ?
“Les meufs sont toutes nulles sauf moi ?”
On sait tous que tu portes un futal au lieu d’une jupe. Pas la peine d’en faire tout un plat.
Toi comme moi savons que tu préfèrerais juste être à poil tout le temps.
Ce serait-y pas mieux ? Le vent entre les cuisses, à la poursuite d’une victime pour le soir…
Sa peau entre tes dents, son cou entre tes mains, sa bite entre tes jambes…
Tu préfères les cris à cette musique de merde qui coulent en permanence dans tes oreilles.
On le sait tous.


BOUCHE OEIL DROIT OEIL GAUCHE TROIS TROUS COMME UNE BOULE DE BOWLING


À faire :
►Ne pas le tuer.
►Ne pas le blesser.
►Du moins, pas trop.
►Lui dire comment régler son problème.
►Se tirer.


”Dis à la nymphomane d’arrêter de baiser à tour de cul. Dis à l’avare de dépenser son flouz au lieu de le garder sous son escalier. Dis aux autres tâches d’arrêter de bouffer ou de dormir ou ce reste de comportements de merde. C’est du conditionnement pur et dur, c’est comme ça que tu changes ta personnalité. La magie ne vaut rien face à la volonté. Tu fais des efforts, t’arrêtes d’être un égomaniaque, c’est tout. Mais tu sais déjà ça, hein ? Sinon, ce serait résolu depuis longtemps.”

Elle laisse V parler à travers sa bouche. Elles s’accordent sur un sujet. La honte d’avoir divulgué sous le manque de sang. Le regret après le trip. Trop dit. L’agressivité revient.


”Tu veux retrouver ta personnalité d’avant, tu agis comme ta personnalité d’avant jusqu’à ce qu’elle redevienne un réflexe. T’es assez conscient pour savoir votre “histoire” à toi et tes potes, tu l’es assez pour te souvenir de comment t’agissais. Un pov sorcier de mes deux peut pas trancher si précisément la mémoire de quelqu’un pour lui faire se rappeler qu’il était un vulgaire muscle à louer mais pas comment il agissait. Ah, oui, sept mercenaires, hein ? Et tes pouvoirs, c’est le sorcier qui te les a donné ? Cette vitesse instantanée, quelqu’un qui, de base, serait déjà fortement égocentrique avant de voir ce trait être grossis par un trou du cul avec une baguette magique, quelqu’un comme toi, il l’aurait pas gardé pour simplement faire des petits hits comme ceux que tu décris. Et je crois pas que Dumbledore ait décidé de t’offrir de quoi accélerer la recherche sur votre dissociation continuelle.”

Sa voix n’est pas reconnaissable. C’est la voix qui fait peur qui ressort, maintenant. C’est la voix qui brise des esprits juste en l’entendant. C’est la voix d’une caïd, pas d’une catin. Même s’il tente de la couper, elle continue.


”T’as pas besoin d’eau. T’as pas de concept de pudeur. Ton corps est à la même température que le monde qui t’entoure. Ton sperme brûle à l’état liquide. T’as clairement dit que t’étais pas humain. T’imagines les nameks se faire des casses de ce genre ? Non, c’est un truc d’humains. Tu fais un mensonge humain quand t’en es pas un. Tu me racontes des conneries, le mégalo.”

Elle expire. Elle ne dit rien un instant. Elle le pousse sur le côté, remet son sac bien en place sur son dos, et commence à marcher droit.


”Mais conneries ou pas, j’en ait rien à cogner. Et pour ta question, ouais. Je suis qu’une simple chimiste. Donc débrouillez-vous pour vous sortir les uns des autres. J’ai autre chose à faire.”

Peut-être qu’elle est enfin tranquille ?
Seven Deadly Sins
Seven Deadly Sins
Demon
Masculin Age : 42
Date d'inscription : 28/11/2017
Nombre de messages : 154
Bon ou mauvais ? : Individualiste
Zénies : 1663

Techniques
Techniques illimitées : Adoration Divine / Speed of Light / Illusion
Techniques 3/combat : Light Creation / Soins Divins
Techniques 1/combat : Burning Light

La tranquilité de la récolte [+18] Empty
MessageSujet: Re: La tranquilité de la récolte [+18]   La tranquilité de la récolte [+18] ClockSam 4 Jan 2020 - 23:50
”Si tu sais que t’es coincé avec un péché, pourquoi tu fais pas l’inverse de ce que le péché te demande ? Tu veux retrouver ta personnalité d’origine, tu te conditionnes. Tu arrêtes de frimer, de parler comme si t’étais au dessus de tout le monde, et de taper des mains comme un présentateur de radio.”

Solis eut un sourire amusé en l'écoutant déblatérer ce qu'elle considérait comme l'irréfutable vérité. Comme si c'était si facile. Elle qui était victime de ses propres accès de folie, qui ne parvenait même pas à se contrôler, elle était plutôt mal placée pour affirmer qu'il était facile de modifier sa personnalité, de la conditionner. Si c'était aussi simple, pourquoi ne s'était-elle elle-même pas conditionnée pour devenir quelqu'un de sain, sans problème psychologique, se demandait Solis ? Elle semblait visiblement être championne pour donner des leçons qu'elle ne respectait pas elle-même. Il était amusé de constater à quel point elle était naïve. Bien sûr qu'il pouvait faire semblant de ne pas être égocentrique et narcissique, il lui arrivait d'ailleurs de le faire pour manipuler les gens lorsque sa technique ne suffisait pas. Mais au fond de lui, il restait toujours le même. Dieu l'avait ainsi fait. Les émotions humaines et les choix effectués par les êtres humains n'étaient que le fruit de réactions chimiques incontrôlées, de simples interactions moléculaires qui faisaient prendre certains chemins prédéterminés aux signaux électriques dans un complexe réseau neuronal. Et il en était de même pour l'ensemble des êtres vivants. Ils suivaient tous un programme prédéterminé. Le libre-arbitre n'existait pas. Leurs choix, leur conditionnement, tout cela n'était qu'une illusion. Cela dit, pour Solis, l'orgueil ne représentait pas un péché. Puisque de son point de vue, il était la perfection incarnée, il ne voyait pas de mal à l'affirmer. Le fait que le Dieu des Anges l'avait mis au même niveau que les six autres était le plus grand affront qu'on lui avait jamais fait. Par ailleurs, aucun des sept démons ne considérait que son péché était quelque chose de mal, pour eux, c'était quelque chose de naturel, de normal. Lunae était convaincue que la vie n'était faite que pour profiter de chaque instant en se faisant plaisir, et ce qui lui apportait le plus de plaisir était les rapports sexuels. Martis considérait que tout ce qu'il avait gagné, amassé, ou obtenu d'une quelconque manière, était à lui, qu'il le méritait, et que rien au monde ne pouvait justifier qu'il n'en donne ne serait-ce qu'un peu. Mercurii était la plus malheureuse... puisqu'elle n'était jamais satisfaite de ce qu'elle avait ni de ce qu'elle était. C'était certainement la seule qui avait envie de changer, et pourtant elle n'y parvenait pas. Quand à Jovis, il était dans la même optique que Lunae, sauf que ce qui lui faisait plaisir n'était pas uniquement d'ordre sexuel - bien que ça en fasse partie - mais toute consommation à outrance : drogue, alcool, nourriture, mais aussi soif de pouvoir, d'argent et même de connaissance. Veneris, de son côté, voulait simplement qu'on le laisse tranquille, il aimait tout simplement ne rien faire et se sentait constamment fatigué. Pire, il n'éprouvait d'intérêt pour rien. Cela faisait-il de lui nécessairement quelqu'un de mauvais ? Et enfin, il y avait Saturnis, qui pouvait avoir des crises de fureur démentielles pour trois fois rien, ce n'était pas non plus quelque chose qu'il pouvait contrôler. De tous, il n'y avait donc que Mercurii - Leviathan - qui considérait être dans le tord et voulait vraiment changer. Le comble, c'était que son désir de changer, d'être quelqu'un d'autre, d'avoir une autre vie, était lui-même provoqué par son péché d'envie.

”Dis à la nymphomane d’arrêter de baiser à tour de cul. Dis à l’avare de dépenser son flouz au lieu de le garder sous son escalier. Dis aux autres tâches d’arrêter de bouffer ou de dormir ou ce reste de comportements de merde. C’est du conditionnement pur et dur, c’est comme ça que tu changes ta personnalité. La magie ne vaut rien face à la volonté. Tu fais des efforts, t’arrêtes d’être un égomaniaque, c’est tout. (...)"

"Tu as la solution à tous les problèmes, à ce que je vois." coupa t-il, les bras croisés, un fin sourire amusé et fier toujours peint sur son visage.

Et son monologue interminable continua de plus belle. Solis baissa légèrement la tête, et se frotta les yeux avec son index et son pouce, d'un air lassé.

*Mon Moi-Même, pourquoi suis-je en train de perdre mon temps à écouter ces balivernes ? Comme cette voix m'insupporte... Non, décidément, cette chose est vraiment trop incontrôlable et agaçante pour que je puisse m'en servir.*


"Serait-ce trop te demander que de te taire...?" demanda t-il en regardant ailleurs.

Mais elle continuait, infatigable. Son discours était interminable. Sa voix avait changé. Tout comme son ton. Il préférait quand elle était à moitié-morte. Désormais, il avait l'impression de se trouver face à une version féminine de Saturnis. Peut-être même encore pire, Saturnis était pénible et bruyant mais il ne faisait pas la leçon, au moins. Pire que Saturnis, il fallait le faire. Quelle indécence. Pourquoi des êtres pareils existaient ? Avait-elle un rôle à jouer, elle aussi, dans cette immonde décharge qu'avait créé le Vieux Con qui gouvernait les anges ? Avait-il un plan pour elle aussi ? Ou n'était-ce là qu'une erreur de la nature ? Quelque chose qui n'aurait pas dû exister mais qui s'était retrouvé là, par hasard, sans la moindre raison. Jamais il ne comprendrait comment des êtres pareils avaient pu être créer. Ou se créer. Le Vieux n'avait fait que mettre la machine en route des milliards d'années plus tôt, il n'avait fait qu'insuffler la vie à des cellules primitives, la suite n'était que le fruit de l'évolution sur diverses planètes. Une évolution hasardeuse qui parfois menait à des résultats indigestes, comme ce qui se trouvait devant lui. Non, ça arrivait tout le temps, en fait. Ce mystère échappait à Lucifer. Dieu l'avait créé, lui, la perfection incarnée. Il aurait pu s'arrêter là, sur sa plus belle œuvre. Au lieu de cela, il avait continué, et comme bien des artistes après lui, il avait fini par créer des choses horribles, indignes de lui, des choses qui n'auraient même pas dû exister. Des cellules vivantes, capables de se reproduire et d'évoluer en ce genre d'ignominies en quelques centaines de millions d'années. Un battement de cil à l'échelle de l'univers et d'une entité quasi-primordiale comme lui. Quelle tristesse.

Mais malgré tout le mépris qu'il éprouvait pour le commun des mortels - ou plus généralement, pour tout autre être que lui-même - il ne ressentait pas l'envie de les tuer. En réalité, il ne prendrait même aucun plaisir à le faire. Ces choses étaient si insignifiantes pour lui qu'elles ne méritaient pas les quelques efforts nécessaires pour mettre fin à leurs futiles existences. Au final, la seule entité qu'il avait envie de faire disparaître par ses propres efforts, c'était son créateur, celui qui lui avait fait l'affront de le déchoir et de le reléguer au rang de péché capital.

Il y avait tant d'incohérences dans les propos de la femelle que Solis ne savait pas par où commencer. Passons outre le fait qu'elle considérait qu'il était simple de changer sa personnalité quand elle-même avait de graves problèmes psychologiques qu'elle était incapable de soigner. Elle affirmait qu'un sorcier n'était pas capable de créer un sort permettant de manier les souvenirs et la personnalité à sa guise, qu'il ne pouvait pas à la fois faire conserver les souvenirs sur ce qu'ils faisaient tout en retirant ou modifiant ceux sur leurs comportements précis. Ce qui était bien évidemment complétement faux, elle n'avait certainement pas parcouru l'univers en long, en large et en travers afin de rencontrer tous les différents types de sorciers existants. Solis avait eu des milliards d'années pour le faire. En outre, elle considérait que leur adversaire avait été un "pov' sorcier de mes deux" alors qu'il n'avait indiqué aucun qualificatif sur sa puissance.
Ensuite, elle sous-entendit qu'il était étrange qu'une personne avec le pouvoir de se déplacer à une si grande vitesse ne soit qu'un simple mercenaire, surtout si cette personne était déjà fortement égocentrique. Toutefois, Solis avait simplement dit que le sorcier avait exacerbé certains aspects de leurs personnalités, en restant justement extrêmement vague sur ce propos. Il n'y avait donc pas la moindre raison de penser qu'il était déjà fortement égocentrique avant le sortilège. En effet, Solis aurait très bien pu simplement avoir une fierté "normale" par rapport à certains aspects de sa vie, par exemple se savoir bon dans son travail ou se considérer beau, sans pour autant que cela fasse de lui quelqu'un de fortement égocentrique. Peut-être n'avait-il tout simplement pas envie de faire autre chose que d'être un mercenaire. Peut-être que c'était ce qu'il avait toujours voulu, ou peut-être avait-il été élevé par une famille de mercenaires et avait voulu suivre leurs traces, bref il y avait énormément de raisons qui auraient pu faire qu'il n'eût pas envie d'utiliser ses pouvoirs d'une autre manière. Sa grande vitesse ne pouvait être qu'un outil pour son travail, ça ne voulait pas pour autant dire qu'il comptait l'utiliser pour dominer le monde. En outre, dans cet univers, énormément de guerriers pouvaient se déplacer à grande vitesse ou même se téléporter, par conséquent s'il avait utilisé ce pouvoir pour faire autre chose que mercenaire, comme par exemple essayer de dominer une planète ou plusieurs, il aurait pu se frotter à des guerriers plus puissants, ce qu'il n'avait peut-être pas envie de faire. Elle croyait savoir comment aurait réagi une personne égocentrique avec un tel pouvoir, mais ce genre de choses était impossible à savoir, il y avait bien trop de conditions à prendre en compte, on ne pouvait pas mettre toutes les personnes "fortement égocentrique" dans le même panier en affirmant qu'elles auraient toute réagi de la même manière avec un pouvoir de super-vitesse, et en réfutant catégoriquement le fait qu'il puisse y avoir une personne parmi celles-ci qui ait envie d'utiliser son pouvoir pour devenir mercenaire, d'autant plus qu'elle ne pouvait avoir aucune certitude sur le "fortement égocentrique", comme elle le prétendait. Là encore, son argument ne tenait pas debout.
Enfin, elle affirmait qu'il n'y avait que les humains qui devenaient des mercenaires, qui faisaient des choses comme des cambriolages, des missions de protection etc... Cela fit légèrement glousser de rire Solis. Visiblement, cette créature était très naïve et ne connaissait pas grand chose d'autre dans l'univers que les humains. Elle prit l'exemple des Nameks en disant qu'ils ne feraient pas ce genre de choses. Certes, mais les Nameks étaient une sorte d'exception dans l'univers. La preuve en était que même eux, les sept péchés capitaux, n'étaient pas parvenus à les corrompre. Cela ne signifiait pas pour autant que seuls les humains employaient des mercenaires. Il y avait des mercenaires de tout type à travers toute la galaxie. Les vols, l'espionnage, les garde-du-corps, les enquêtes, tout cela existait chez la plupart des espèces intelligentes, sur bon nombre de planètes habitables, qu'il s'agisse de Freezer, Héra, Dark, ou encore Dösatz. Les Humains n'avaient pas ce monopole, c'était leur donner bien trop d'importance que d'affirmer que tout cela n'était que des trucs d'humains. Solis en déduisit qu'elle avait dû passer la majeure partie de sa vie sur Terre - planète native des Humains - et qu'elle ne connaissait pas grand chose d'autre de l'univers. Il était fort probable que, comme lui, elle eût quitté la Terre suite aux explosions survenues un peu partout dans les grandes villes. Elle conclut donc que son mensonge était "humain" alors qu'il avait dit ne pas en être un, mais en réalité ce qu'il avait raconté aurait pu s'appliquer à énormément d'autres races sur d'autres planètes que la Terre.

Malgré la faiblesse de ses arguments et les erreurs qu'elle commettait dans ses affirmations, sa conclusion s'avéra correcte : il lui mentait. C'était un miracle qu'elle puisse arriver à une conclusion correcte en partant d'hypothèses toutes aussi infondées les unes que les autres.
Lorsqu'elle tenta de le pousser sur le côté, il s'éloigna de lui-même d'un pas sur le côté, afin de ne pas être touché.
Elle passa devant lui et continua sa route en répondant qu'elle n'était qu'une simple chimiste et qu'ils devraient se débrouiller eux-mêmes. Solis la regarda simplement passer, en hochant la tête d'un air indigné face à tant d'ignorance sur le monde qui l'entourait. Elle croyait tout savoir mais ignorait bien des choses. Elle donnait des leçons sans se remettre elle-même en question. Elle voulait toujours avoir le dernier mot et était persuadée d'avoir toujours raison. Oui, c'était clair à présent. Elle aussi avait été touchée par le péché d'orgueil.

Il aurait pu démonter ses arguments un par un oralement, mais cela n'en valait pas la peine. Elle ne lui serait d'aucune utilité, c'était une certitude à présent. Il préférait la laisser dans son ignorance. Qu'elle continue de croire que les humains étaient les seuls à employer des mercenaires pour faire de la protection ou des cambriolages. Que les sorciers n'étaient pas capables de complétement refaçonner les souvenirs et la personnalité d'un individu. Elle ne méritait pas qu'il partage ses lumières avec elle. Tout comme les autres. Et puisqu'elle n'en savait pas suffisamment sur eux pour leur nuire - et qu'elle avait carrément l'air de n'en avoir rien à faire - il n'avait même pas besoin de perdre du temps et de l'énergie à la tuer.


"Ce n'est pas comme si nous avions vraiment besoin de toi, de toutes façons." affirma t-il simplement, toujours avec un air auto-satisfait sur le visage.

Il s'en alla de l'autre côté, retournant vers l'oasis désormais nettoyé. Ce corps humain, si facilement épuisé, avait quand même un peu soif.


(HRP : Je pense que ça peut conclure le sujet. J'ai un peu la flemme de RP en ce moment donc j'ai préféré conclure rapidement plutôt que de rebondir.
Merci pour ce RP en tout cas, ton perso m'a bien fait rire. Je t'avoue que je ne savais pas trop comment jouer le mien parce que c'est la première fois que je le fais interagir avec un autre joueur - sous cette forme - et je n'ai pas encore bien défini son comportement. Donc j'ai eu un peu de mal, surtout face à la situation insolite et au caractère original de ton perso. Avec le recul, je ne pense pas que j'aurais fait les mêmes choix, mais bon c'est aussi ça le RP, tester des trucs et voir si ça marche ou pas.
En tout cas, ton perso est super cool, j'aime beaucoup ta mise en forme originale, et je suis curieux de voir tes prochains sujets.  Smile  )
Contenu sponsorisé

La tranquilité de la récolte [+18] Empty
MessageSujet: Re: La tranquilité de la récolte [+18]   La tranquilité de la récolte [+18] Clock
 
La tranquilité de la récolte [+18]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
RPGDBZ :: RPG :: Hera :: Désert des mirages :: Oasis-