Partagez
 

 Faire ses preuves

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Boneco
Boneco
Saiyan
Masculin Age : 19
Date d'inscription : 18/09/2017
Nombre de messages : 827
Bon ou mauvais ? : Chaotique Bon
Zénies : 1300

Techniques
Techniques illimitées : One Inch Punch | Final Spirit Cannon | Anamorphose
Techniques 3/combat : Full Counter | Union Scindée
Techniques 1/combat : Final Explosion

Faire ses preuves Empty
MessageSujet: Faire ses preuves   Faire ses preuves ClockLun 23 Déc 2019 - 23:49
Durant mon trajet, je croisais différents vaisseaux ainsi que quelques-uns de mes semblables, qui bientôt semblaient pour la plupart prendre ma direction. Ainsi c'était bien vrai, ils organisaient véritablement une session de recrutement. Je serrais le poing, tout en laissant un sourire de satisfaction s'étendre sur mon visage. Combattre les miens, et leur montrer que j'existais, je n'aurais pas pu rêver mieux comme première étape de ma mission. J'atteignis rapidement l'enceinte de combat, et entrepris de rejoindre les quelques guerriers qui s'étaient rassemblés au beau milieu du ring. Posant le pied sur les dalles qui constituaient le ring, je bombais le torse en faisant face aux autres prétendants. Peu d'entre eux se retournèrent pour me regarder, et les rares combattants qui notèrent ma présence me lancèrent un regard inquisiteur, presque dégradant. La plupart d'entres eux étaient vêtu d'une armure complète, typique de celles portées par nos plus fiers guerriers, tandis que j'appartenais vraisemblablement à la plèbe vêtu de tissus. Mon sourire s'effaça, mais pas ma détermination. J'avais combattu bien longtemps dans cette tenu d'art martiaux, et ils allaient vite comprendre que leurs plastrons ne faisaient pas d'eux des combattants invincibles. Deux ou trois autres, sur la quinzaine, portaient du tissu ou du cuir, ceux que j'identifiait comme les fameux "paysans" auxquels on m'avait rapproché. J'haussais les épaules, puis décida de rejoindre le groupe auquel on me rattachait.

"Salut. On dirait qu'on est pas mal de motivés par ici, c'est impressionnant. Notre armée n'a pas de soucis à se faire visiblement."

L'un des deux me toisa longuement, plissant les yeux à la vue du bras qu'il me manquait, avant de me répondre en plongeant ses prunelles noirâtre dans les miennes.

"T'es nouveau toi, pas vrai ? C'est plutôt la misère, l'armée manque clairement de bras, et c'est d'autant plus flagrant quand on voit qu'ils sont prêt à recruter des fermiers et des estropiés. Moi c'est Parsol, et tu es ?"

Le Saiyan semblait grincheux, mais plutôt amical, puisqu'il me tendis la main en se présentant. Je lui rendis la pareil, affichant un sourire amusé tout en lui répondant.

"Boneco. J'ai tout de même hâte, quelque chose me dit que les fermiers et les estropiés en ont sous le pied."

Il ricana à son tour, haussant la tête.

"Tu l'as dis Boneco... Mais dis-moi, ça sonne étrange comme nom, tu viens de quelle région ?"

"A vrai dire c'est un nom d'empr-..."

Avant que je ne puisse lui répondre, un bruit sourd résonna dans la grande enceinte de combat, rappelant chacun à l'ordre. Quelques secondes plus tard débarqua un guerrier à priori gradé, à en juger par les symboles présents sur son plastron, qui nous ordonna le garde à vous. Les plus habitué, ceux portant l'armure, s'exécutèrent rapidement, suivi par les néophyte dont je faisais partie. Le gradé toisa un long moment l'assemblée de recrues, son regard perçant semblant sonder chaque détail de nos pensées. Puis, après une bonne minute de silence, il s'exprima finalement.

"Aujourd'hui vient le jour de faire vos preuves, soldats. Vous voulez rejoindre les rangs de notre fière armée ? Alors vous devrez montrer ce que vous avez dans le bide, nous n'avons pas besoin de larves parmi nous."

Entre les rangs, l'un de mes camarades se mit à ricaner, soufflant sans prendre soin de camoufler ses paroles que les larves constituaient pourtant plus de la moitié des forces Saiyans. Le capitaine, puisque tel était son rang, ne laissa bien évidemment pas passer un tel affront. En un rien de temps, il apparu face au guerrier médisant, lui assénant un puissant coup dans l'abdomen. Sa vitesse était certes intéressante, mais son mouvement était diablement prévisible, ainsi que son coup manquant clairement d'impact. Pourtant, la cible ne semblait pas de mon avis, à en juger par son expression horrifié ainsi que ses yeux exorbités. De sa bouche grande ouverte s'écoula une grande quantité de bave, qu'il ne parvint pas à ravaler, puis il s'écroula en arrière, inconscient.

"En voici une bien baveuse, de larve. Que ce soit bien clair, soldats, il est encore temps de rentrer chez soi. Que ceux qui s'obstinent à participer à cette session de test soient prêt à cracher leurs tripes !"

Les choses étaient très clair, pour autant je restais sceptique en voyant de quoi était capable un guerrier d'un tel grade. En y réfléchissant bien, j'avais moi même atteint un niveau soi-disant légendaire, peut-être étais-je déjà bien supérieur à la plupart des généraux ? Je balayais rapidement cette idée de ma tête, repensant à tous les puissants guerriers croisés au cours de ces derniers jours... Je ne pouvais clairement pas me reposer sur mes acquis, et tout combat était bon à mener, c'était ainsi que j'apprenais le mieux. Aussi, galvanisé par ces paroles provocantes ainsi que mes pensées, je m'avançais d'un pas.

"En ce cas je fais partie des obstinés, et ce serait un honneur d'ouvrir les hostilités, capitaine."

Le concerné plissa les yeux en m'observant, son oeil semblant plus avisé que celui des autres participants, tandis qu'il fini par afficher une grimace satisfaite, se tournant pour faire face au reste des participants. Sans dire un mot, son geste traduisait clairement ses pensées, attendant qu'un autre réponde à mon défi.

"Allons bon, les grandes gueules ça me prend la tête, je vais me faire un plaisir de remettre à sa place cette moitié de fermier. Espérer pouvoir rentrer dans l'armée avec un seul bras, tss, du foutage de gueule."

Ainsi s'avançait mon adversaire, un grand gaillard en armure complète. D'après ce que j'avais pu comprendre en les entendant discuter tout à l'heure, il faisait partie de ceux qui n'avaient jamais pu passer ce test de recrutement, pour une raison toute particulière cependant. En effet, le colosse était connu pour sa sauvagerie démesuré, même au sein de notre peuple, qui avait déjà tué deux de ses adversaires au cours du combat. Si la mise à mort n'était pas interdite, il était autorisé d'abandonner un combat... Mais lui ne laissait pas une telle occasion à ses victimes. Son manque de contrôle de soi lui avait valu d'être écarté des recrues deux années de suite, mais ils ne cessait de se représenter, affirmant qu'il n'était pas fautif d'abattre des guerriers aussi faible, qui de toutes façons n'avaient pas leur place dans nos armées. Tandis que nos camarades s'éloignaient pour nous laisser le ring à disposition, le titan se craquait les doigts, ricanant.

"T'en fais pas p'tit gars, j'vais faire en sorte de te laisser la vie sauve... Cette fois ils pourront pas me refuser ma place, et j'atteindrais rapidement les plus hauts rangs, ainsi j'instaurerais la véritable puissance à travers toute notre armée."

Il existait donc de tels idiots parmi les Saiyans ? C'était à prévoir, bien que j'en sois un peu déçu. Néanmoins, donner une bonne leçon à ce type allait suffire à me satisfaire. Peut-être même allais-je en tirer un défi intéressant, et sûrement allais-je commencer à faire mes preuves.
MαΓκ II
MαΓκ II
Autres Races
Masculin Age : 19
Date d'inscription : 31/12/2016
Nombre de messages : 452
Bon ou mauvais ? : On sait pas trop
Zénies : 1280

Techniques
Techniques illimitées : Perce-Temps / Chrono-Bond / Kaboom !
Techniques 3/combat : Pose Dramatique / Temps Mort
Techniques 1/combat : Coup en Traître

Faire ses preuves Empty
MessageSujet: Re: Faire ses preuves   Faire ses preuves ClockMar 24 Déc 2019 - 16:49



”Qui aurait cru qu’après toutes ces années, je revienne au lieu de mes plus gros massacres… en tant que touriste !”

Lunettes de soleil sur les yeux ? Check. Fedora avec ouverture pour les cornes ? Check Chemise hawaïenne avec une deuxième paire de lunette accrochée ? Check. Short large de beauf ? Check. En vacance des combats dans une autre dimension, il est. Ne pas consommer de kétamine durant son séjour, il doit. Avec un gros appareil photo polaroïd presque comique dans son apparence, il traînait sur Végéta à la recherche de paysages inspirants. Inspirant pour quoi ? Bah, un truc qui fait clic, quoi. Genre une vision qui fait “ah ouais pas mal”. Et il fallait la prendre en photo pour l’immortaliser. Avec son appareil, il aurait la classe avec. Il savait que son apparence cassait les couilles aux Saiyen, d’ailleurs. Un grand insecte avec un accoutrement aussi foireux, ça les faisait rager dans leurs moulebites. Il les surplombait tous autant qu’ils étaient. Aucun problème pour lui. Il chopait leur héritage culturel sur son appareil sans avoir quoi que ce soit à faire d’eux.

Mais en une après-midi avec des arrêts temporels de temps à autres, il se lassa. Genre, vraiment. Le tourisme c’est surfait, en fait. Ou au moins ici. Il y avait aucune pancarte à lire qui parlait du passé de tel ou tel endroit. Rien sur la faune et la flore de cette planète. Rien de culturel. Putain, tu m’étonnes qu’ils ont jamais fait de films ces enfoirés. Les Nameks, eux, au moins, ils t’invitent dans des activités. Genre de la méditation, du yoga, du vaudou, ce genre de trucs spirituels. Ici, tous les locaux étaient petits et tout le temps énervé. On avait l’impression de traîner qu’avec des Tommy DeVito. Genre, ok, l’ethnocentrisme, c’est pas bien, mais genre ça c’était encore pire. Mark II s’était retrouvé à regarder des documentaires scientifiques sur son portable sur le toit d’un transport en commun. Ou plutôt d’un transport de marchandise. Vu que tout le monde volait, ici, il devait rien avoir dans ce gros véhicule volant. Rien en dehors d’armes en tout genre… Ah ben si, il y avait des gens là-dedans. Tous dans leur armure de merde, en slip et en plastron, rien de vraiment défensif. L’arthropode pensait que c’était juste pour frimer avec ses muscles face à son prochain. Dire au voisin qu’il était moins fort que toi. Cela faisait du sens pour une espèce constituée entièrement de complexes d’infériorité.

Il décida de descendre en même temps que tous ces nazes, se baissant pour éviter de se cogner au niveau de la porte d’entrée. Un couloir long et peu éclairé, et puis la lumière. Ah ouais, il s’était retrouvé dans une arène. Circulaire, plein de dalles, et absolument aucun spectateur. Cela semblait être un recrutement. Il escalada rapidement le mur pour se retrouver dans les gradins. Les Saiyen le regardait bizarrement, mais personne semblait être sûr de s’il fallait le dégager ou non. Peut-être qu’on le reconnaissait ? Qui sait ? En tout cas, il était confortablement installé, les pieds sur le dossier d’en face. Il aurait peut-être dû ramener des popcorns. Un gars avec une cape et un symbole rayonnant sur son armure venait de frapper un troufion après un petit discours. Puis ce fut au tour d’un manchot à l’air ahuri de faire son discours. Wait… Il l’avait vu quelque part, ce gars. Quelque part, mais où ? C’était quelque part dans sa mémoire, mais il savait pas vraiment où. En tout cas, il se faisait approcher par un gros lard vénère. S’il reconnaissait un gars, c’était qu’il devait être un minimum important. Peut-être qu’il s’en souviendrait mieux en le voyant se battre ? Ça avait l’air d’être le but de la réunion de tous les guerriers de toute façon. Grosse baston bien con.

”CASSE-LUI LA GUEULE FISTYMAN !”

fut ce qu’il envoya en guise d’encouragement à monobras.
Boneco
Boneco
Saiyan
Masculin Age : 19
Date d'inscription : 18/09/2017
Nombre de messages : 827
Bon ou mauvais ? : Chaotique Bon
Zénies : 1300

Techniques
Techniques illimitées : One Inch Punch | Final Spirit Cannon | Anamorphose
Techniques 3/combat : Full Counter | Union Scindée
Techniques 1/combat : Final Explosion

Faire ses preuves Empty
MessageSujet: Re: Faire ses preuves   Faire ses preuves ClockMar 24 Déc 2019 - 18:12
Je me mis en garde, comme tout combat l'exigeait. Le colosse, lui, se tenait droit, la tête relevé et affichant fièrement ses canines à travers un rictus malsain. De mon côté, nul sourire ne fendait mes joues en ce moment, puisque je ne comptais pas sous-estimer le lourdaud. Je n'attendis pas plus longtemps, et dans une contraction explosive me propulsait en direction de mon adversaire. Un coup direct pour commencer, histoire d'analyser sa vitesse... A en juger par le temps de réaction de celui de toute à l'heure, j'avais déjà un certain avantage sur ce plan là. Cette hypothèse semblait d'ailleurs se confirmer, puisque je ne perçu aucun geste capable de contrer mon assaut. Finalement, il se pourrait que je ne puisse pas même m'amuser. Brandissant le poing, je m'apprêtais à l'abattre en plein dans l'estomac, accordant une fin toute aussi misérable à cet imbécile. Soudain, un cri retenti à travers l'enceinte de l'arène, une voix que je ne reconnaissais pas réellement mais qui m'interpella. Elle semblait familière, et je ne pu m'empêcher, en plein milieu de mon attaque, de détourner le regard afin de comprendre à qui elle pouvait appartenir. Mon oeil perçu alors la silhouette prenant place seule au milieu des gradins, un être vêtu de vêtements flashy et plutôt typique de la mode terrienne.

"Et vlan !"

Son poing s'écrasa lourdement contre ma mâchoire, faisant vibrer mon crâne tout entier et m'aveuglant un infime instant, tandis que mon corps se voyait propulser en arrière. Mon adversaire, plus apte que je ne l'avais imaginé, avait su profiter de mon manque de concentration. Ainsi, je roulais sur plusieurs mètres, glissant jusqu'au bord du ring.

"Merde... Le con."

Secouant la tête de manière à me remettre les idées en place, je pris appuie sur ma main pour me relever, jetant un oeil furtif à cette silhouette multicolore avant de revenir à mon ennemi. Voilà qui témoignait bien de mes faiblesses, et d'autres de ces erreurs pouvaient s'avérer fatales, surtout en prenant compte la puissance de ses coups. Son gabarit traduisait bien sa plus grande arme, sa force colossale. Il me fallait donc redoubler de prudence, tâcher d'encaisser le moins possible, et en finir rapidement. Pas question de déployer le Super Saiyan face à un type pareil, ce n'était que le premier combat, et si je souhaitais me faire remarquer j'espérais néanmoins pouvoir combattre le plus grand nombre de mes concurrents. Ainsi il me fallait miser sa ma technique, plutôt que la puissance brute, d'autant plus face à un type pareil. Essuyant le sang qui s'écoulait de ma lèvre, je me remis en garde, prêt à y retourner. De son côté, le balourd se remit à ricaner, et décida après ce premier point de lancer l'offensive. Une bonne chose en l'occurrence, à mon tour de profiter de ses faiblesses ! Se mettant à charger, chacun de ses pas faisant trembler le ring, il gagnait de plus en plus de vitesse. C'était plutôt astucieux, en vérité, d'utiliser sa masse pour gagner en vitesse. Seulement, ce genre d'astuces ne fonctionnaient plus contre moi, et il était bien simple de retourner une telle approche contre lui. Impassible face à cette fusée musculeuse, j'attendais qu'il ait prit suffisamment de vitesse et qu'il soit assez proche pour effectuer un bond sur le côté, tandis qu'il était partit pour s'écraser dans les gradins.

C'est ce que j'espérais du moins, puisque par un réflexe insoupçonné, il brandit son bras dans ma direction pour m'attraper la jambe tout en enfonçant ses pieds dans le sol, le stoppant net. D'un geste ample, il m'envoya rejoindre les dalles et m'écrasant littéralement contre le ring. Complètement encastré dans le sol, je maudissais mon éternelle naïveté, et plaçait mon bras contre mon visage afin de résister à ses nombreux sauts. En effet, le colosse se mit à bondir contre moi, son rire sadique résonnant dans l'arène toute entière. J'avais été bien trop imprudent, et entraîné dans une situation toute contraire à celle que j'avais anticipé. Cependant, il n'était pas question que ce gros tas ne m'endommage d'avantage, j'allais devoir passer au niveau supérieur. Alors qu'il bondissait une énième fois, prêt à abattre un coup final, je profitais du moment pour déployer mon Kaioken. L'aura écarlate de Kaio explosa, teintant la poussière de cette couleur carmine, tandis que j'user de ma vitesse supérieure pour m'extirper en un instant du point d'impact de sa chute. Il n'eu le temps que d'afficher un air béat, constatant qu'il avait atterri sur des gravas plutôt que mon corps, alors que j'envoyais un puissant uppercut le faire valser en arrière.

"Fini de jouer, à toi de mordre la poussière !"

De cette hauteur nouvellement atteinte, je laissais mon énergie s'agglomérer autour de mon bras manquant pour former un Spirit Arm dont le poing devait bien faire la moitié de la taille du colosse. La grimace qui décorait son vilain visage trahissait sa stupeur, alors que j'abattais mon attaque contre lui. Frappant le sol dans l'initiative, la poussière et les gravas se retrouvèrent rapidement dispersés tout autour de l'impact. Mon énergie s'évaporant, me laissant retrouver ma condition de manchot, seul restait l'horrible bonhomme qui n'avait sans aucun doute pas eu le temps de voir sa fin venir. Inconscient, il était clair que le combat été terminé, et je soufflais en laissant l'aura de kaio disparaître à son tour.

"H'm. Pas trop mal pour un fermier, tu remportes ce match p'tit gars, maintenant laissons place au suivant. Tâches de te reposer avant de reprendre, ton prochain adversaire ne tardera pas à être décidé."

Ainsi furent les mots du capitaine, inquisiteurs, que je m'empressais d'accepter d'un signe de tête. Laissant donc la place à mes camarades, je ne rejoignis cependant pas les autres dont Parsol, qui avait sans doute beaucoup à dire sur ma prestation. Non, c'était le type qui m'avait interpellé au début de combat qui m'intéressait, et que je m'empressais de retrouver. Arrivé à son niveau, je fini par remettre l'apparence si caractéristique de la bestiole. Cet être n'était autre que celui qui avait combattu à nos côtés contre Zamasu et Amaryllis, celui qui s'était montré capable d'oblitérer littéralement une boule d'énergie de la taille d'une ville toute entière. Quelles étaient les chances que je recroise un jour cette bizarrerie ?

"Toi... Mais qu'est-ce que tu fiches ici ?"
MαΓκ II
MαΓκ II
Autres Races
Masculin Age : 19
Date d'inscription : 31/12/2016
Nombre de messages : 452
Bon ou mauvais ? : On sait pas trop
Zénies : 1280

Techniques
Techniques illimitées : Perce-Temps / Chrono-Bond / Kaboom !
Techniques 3/combat : Pose Dramatique / Temps Mort
Techniques 1/combat : Coup en Traître

Faire ses preuves Empty
MessageSujet: Re: Faire ses preuves   Faire ses preuves ClockMer 25 Déc 2019 - 0:01



Bon. Clairement, c’était assez ridicule. C’était qui ce mec qui lui avait tapé dans l’oeil mais qui au final se faisait déglinguer par méga gogole deux trois fois. Et puis après c’est devenu une corrida. Vas-y que gigattardé je l’attire contre le mur et puis il me reclaque. Tant pis pour le reste du fight, Mark II reprit son portable afin de checker les news puis deux trois sites où l’on brassait les meilleurs memes du moments. Il y avait toujours rien. Il se faisait chier. Sa liste de contact était vide, et il était hors de question qu’il installe un réseau social sur son appareil. Et puis il y eut un gros boum. Il releva les yeux. Patapouf était pattes en l’air par terre. On est passé du petit mec dans le sol à petit mec dans l’air. Il avait dû loupé un épisode. En même temps, à ne pas regarder la scène… Bref, le bonhomme s’était attelé à le rejoindre. Mark II releva ses lunettes en plissant les yeux. Ouais. Ouais, il voyait qui c’était. C’était… euh… le gars qu’il avait sauvé de Zamasu et de fleur rose. Il n’avait toujours pas retrouvé son bras on dirait. Mais avant qu’il lui fasse la remarque, il se fit interpellé le premier. Mais qu’est-ce qu’il fichait ici ?

”J’en sais rien, ça fait deux heures que je me promène sans savoir quoi faire. Je prends des vacances et il y a rien pour me distraire sur cette planète. Pas de recueils historiques, pas de monuments, pas d’explication scientifique, c’est vraiment la merde !... T’as du temps avant ton futur combat, je crois bien. Ça te dirait de te balader un peu ?”

Son corps dégingandé se redressa alors qu’il venait de se lever. Deux mètres dix, ça impressionne. Quand t’as pas les muscles pour suivre, ça impressionait encore plus. Les colosses, c’était un truc. Les épouvantails, c’était un autre. Et puis quand t’as un exosquelette noir sous ton short et ta chemise, ça ajoute de la classe. Ou du ridicule. Faut savoir. Il tapota le dos de monobras pour l’encourager à le suivre dans les couloirs amenant aux gradins. C’était plus sympathique de papoter dans la clim que sous le soleil, non ?

”Est-ce qu’on s’est présenté ? Je crois pas qu’on s’était présenté la dernière fois... Bon, moi, tu m’as reconnu, hein ? Maruko Odo, l’inventeur du luminosauveteur et de l’E3, tout ça, tout ça. Mais toi, j’t’ai pas entendu me dire ton nom. Donc, c’quoi ton sobriquet, frérot ?”

Les voilà dans le couloir. Dalles blanches et bleutées par la lumière. On se croirait le matin ou le soir, mais c’était probablement un effet des vitres. L’oeil serpentin se fixa sur un distributeur dans le coin de la salle et suivant la réponse de Boneco, il s’approcha pour y mettre une pièce. C’était une boîte à boissons, autant en profiter, non ? Pas d’alcool en plus. Pas de sucre dans le cola. Une pièce qui entre et une canette que ressort. C’était ça le mystère de la procréation. Avec ses doigts pointus sur l’ouverture de la canette, il retourna vers le Saillant.

”Donc, ça va la vie ? La famille, les amis, la vie sexuelle ? Ça fait, quoi, un an qu’on s’est vu ? Peut-être moins. Tu te traînes ce bras en moins depuis tout ce temps où tu l’as soigné puis reperdu ? Parce que n’importe quel centre de soin te le refais, ton membre, hein ?”

Bon, c’était peut-être pas très tactile de le dire aussi cash que ça, mais c’était la vérité. Les bras manquant c’était pour frimer de plus les avoir, de nos jours. Tu te les régénères tout seul ou avec l’aide de la technologie, voir t’en fais un remplacement robotique pour flex sur les organiques. Un canon laser pile en dessous du coude, pur cosplay megaman. Sauf que c’est un cosplay qui casse des gueules. Le seul type de cosplay qu’est cool. Le reste c’est de la merde, largement. Les gros lards qui tentent de jouer des top modèles, vous êtes ciblés. Il y a Rufus de Street Fighter IV pour vous bande d’enfoirés. Ah, mais on continue de partir sur des tangeantes. C’est pas comme ça qu’on va améliorer son intellect, monsieur Mark II, hein ? Bordel, un peu de concentration. Pourquoi son système sanguin lui filait pas de l’adderall.

”Anyway, pourquoi tu l’as pas défoncé en deux-deux ? Genre, mec, t’as rivalisé avec des pseudo-dieux. C’est des pseudo, ok, mais c’était des costauds quand même. Et là, t’as Michelin qui te met des claques de maquereaux et tu mets cinq minutes à le plaquer au sol. C’est le manque de bras qui te fait ça ? Parce que t’as rien à cacher, sérieux. C’était un délire d’être humble foireux à la japonaise ?”

Il se tira sur le coin de ses yeux pour les plisser comme ton oncle bourré le soir de Noël.

”Ching chong ring rong be humble or be wrong.”

dit-il avec l’accent anglais le plus dégueulasse qui soit qui en plus tentait d’être du pays du soleil levant. Heureusement, son interlocuteur était un alien. Il devait être incapable de savoir ce qu’était un japonais pour le coup. Les Saiyen avaient oublié le concept de pays depuis un bout de temps. Il arrêta sa grimace pour se craquer la nuque sur le côté avant de reprendre sa voix normale.

”Ce que je veux dire ce que t’as franchement rien à perdre à leur claquer un truc classe dès le départ. L’entrée en scène c’est ce qui compte la plus, la moitié du combat est dans l’impact psychologique que tu mets. Faire claquer l’énergie c’est beau, et tout et tout, mais si tu te ramènes sur un skateboard et que t'enchaines le mec avec comme Tony Hawk enchaîne ses figures le mec il va rentrer chez lui direct à se demander comment il a pu se faire déglinguer par un jouet pour enfant. Donc met lui la patate dès le début, c’est ça ce que je veux dire.”
Boneco
Boneco
Saiyan
Masculin Age : 19
Date d'inscription : 18/09/2017
Nombre de messages : 827
Bon ou mauvais ? : Chaotique Bon
Zénies : 1300

Techniques
Techniques illimitées : One Inch Punch | Final Spirit Cannon | Anamorphose
Techniques 3/combat : Full Counter | Union Scindée
Techniques 1/combat : Final Explosion

Faire ses preuves Empty
MessageSujet: Re: Faire ses preuves   Faire ses preuves ClockDim 29 Déc 2019 - 19:45
Je ne pouvais pas dire que retrouver cet insectoïde à l'esprit dérangé me faisait plaisir, mais voilà au moins un visage que je connaissais... Il fallait évidemment que ce ne soit pas un Saiyan. Il disait se promener, sur Vegeta qui plus est, m'arrachant un haussement de sourcil trahissant mon désarroi. Puis, se dressant sur toute sa hauteur, la créature vacancière m'invita à la suivre. Je soupirais, avant de détourner le regard en direction du ring. Le combat qui prenait place n'avait rien de bien intéressant, deux guerriers d'un niveau respectable mais dont les techniques n'avaient rien d'incroyables. Ce n'était donc pas une si grande perte de ne pas les observer. Je fini par me laisser convaincre, et décidai de le suivre en réponse à sa tape dans le dos.

"Boneco."

Son nom ne me disait absolument rien, mais lui semblait en être convaincu. Sans chercher à décrasser les méninges de l'insecte narcissique, je me contentais de l'accompagner jusqu'au distributeur à boissons. Inspectant ses moindres faits et gestes, un peu impressionné de voir sa longue carcasse se mouvoir pour des mouvements aussi banales, je restais toutefois attentif au moindre signal annonçant la fin du match. Lui me rejoignit de nouveau, me noyant sous un flot de questions qui n'avaient que peu de réponses en ce qui me concernait... Peut-être faisait-il exprès, ce géant perfide.

"Mon bras ? Ca fait bien six mois je dirais. Autant de temps que lors de notre dernière rencontre, donc. Et pour te répondre, non je ne pense pas le remplacer ou le faire repousser par un quelconque moyen. Le faire reviendrait à admettre ma défaite face à cette fichue plante et son copain verdâtre, hors tant que je n'en ai pas fini avec eux le combat continue."

Oui, c'était simplement une grande pause. Sûrement étais-ce là un caprice idiot, une obstination menant à une défaite inévitable, mais ce bras en moins représentait les lacunes qu'il me restait à combler. Ainsi il n'était pas question que je le récupère avant d'avoir pu en faire autant. Enchaînant les questions comme les sujets, mon interlocuteur m'interrogeait maintenant sur les raisons de ma fébrilité face au colosse de toute à l'heure, infiniment moins puissant que ces êtres pseudo-divin avec qui j'aurais "rivalisé". Rivalisé, c'était là un bien grand mot. Il enchaîna sur une grimace ainsi qu'une blague dont je ne compris pas bien le sens, imitant visiblement un peuple au dialecte tout aussi étrange qu'à la figure déformée. Pour une raison qui m'échappait, j'eu presque envie de rire.

"Ton intervention en est pour quelque chose, Odo. En vérité, et ironiquement, je crois m'être justement trop longtemps frotté à des combattants aguerris pour combattre des benêts comme lui. C'est une des lacunes qu'il me reste à combler, l'adaptation. J'essaie pourtant d'analyser au maximum le comportement et la puissance d'un adversaire au début d'un combat, mais avec ce genre de force brute la moindre erreur peut s'avérer fatale. Heureusement pour moi, il n'avait rien de plus que de la masse musculaire, ou je n'aurais pas même eu le temps de déployer mon Kaioken."

Voilà que Monsieur Odo relevait, toujours à sa manière, une question enfantine et presque naïve, mais qui pourtant s'avérait véritable en mon cas. Qu'est-ce qui m'empêchait d'envoyer tout ce que j'avais dès le début ? En suivant son analyse, il était certain que ce combat aurait pu être régler en un rien de temps. Pourtant les raisons d'éviter ce genre d'ouverture étaient multiples, surtout dans ce contexte. Il pouvait être bon de garder ses ressources pour les prochains affrontements, tout en gardant secret certaines de nos forces afin d'avoir toujours un coup d'avance sur chacun de mes adversaires... Mais d'un certain point de vue, j'aurais pu m'économiser davantage en expédiant ce combat d'un seul en unique coup, plutôt que d'encaisser autant d'assauts. Il était clair que pour ce combat, sa solution s'avérait la meilleure. Mais le véritable problème était certainement plus complexe, puisqu'il fallait sans aucun doute parvenir à choisir entre ces deux approches de la manière la plus judicieuse possible, et ce pour chaque combat. Un schéma pouvait déjà se dessiner, celui de choisir la voie que me proposait Odo lorsqu'il était question de faire face à un adversaire trop en réserve ou simplement tout aussi rentre-dedans, tandis que l'approche tactique pouvait coller davantage à un combat dont ma force seule ne pouvait faire la différence. J'affichais un sourire en coin, impressionné d'apprendre d'un tel être.

"Ma foi, si je m'attendais à recevoir des cours de ta part... Je tâcherais de mettre en application tes précieux conseils, très cher Odo."

Les cris du capitaine me sortirent de mes réflexions, un énième combat venait de se terminer et le second m'attendait.

"On dirait bien que le capitaine m'a entendu, observes-donc et prends-en de la graine, j'vais te montrer c'que le manchot à dans l'bide."

Remontant sans tarder au niveau des gradins, je m'envolais rejoindre le ring en laissant mon camarade et sa carapace à leur place. Posant le pied sur les dalles qui composaient ledit ring, je découvrais avec un certain étonnement mon deuxième adversaire. Celui-ci n'était autre que Parsol le fermier, qui croisait fièrement les bras devant moi, un sourire sur le visage. Il avait déjà combattu pour en arriver là, c'était certain, mais pourtant ni ses vêtements ni sa peau ne laissait croire que c'eu été le cas. Je fermais le poing, m'apprêtant à donner tout ce que j'avais face à ce camarade qui avait su m'adresser la parole. Le capitaine annonça le début du match.
MαΓκ II
MαΓκ II
Autres Races
Masculin Age : 19
Date d'inscription : 31/12/2016
Nombre de messages : 452
Bon ou mauvais ? : On sait pas trop
Zénies : 1280

Techniques
Techniques illimitées : Perce-Temps / Chrono-Bond / Kaboom !
Techniques 3/combat : Pose Dramatique / Temps Mort
Techniques 1/combat : Coup en Traître

Faire ses preuves Empty
MessageSujet: Re: Faire ses preuves   Faire ses preuves ClockSam 4 Jan 2020 - 21:50
Boneco. Beau Neko ? Bonnet Co ? Bobo nez colorisé. Hilarant de parler comme ça tout seul, nan ? Il pourrait continuer indéfiniment s'il n'avait pas comme objectif de parvenir à rester suffisamment concentré pour écouter ce que Boneco avait à lui dire. Son doigt pointu perça l'ouverture de la canette, le laissant profiter de la boisson comme il se doit, la faisant entrer par son bec. Il n'avait jamais pigé comment cette bouche avienne pouvait avoir des mouvements dignes de lèvres en ce qui s'agissait de tordre son visage pour laisser entrer du soda ou faire des expressions faciales. Peut-être que c'était ça, la magie de la science et de la biologie ? Eeeeet... tangente. Qu'est-ce qu'on disait au niveau de la concentration ? Il est en train de dire pourquoi il se refait pas son bras, là. Et c'était un simple problème d'admission de défaite. Ah, okay. On va pas bien loin avec ça. Mon honneur, ma rage, ma victoire... un flot de conneries, une cascade même. Des chutes du Niagara de stupidité tactique.

”Ecoute, coco, ça vaut rien, ce genre d'honneur. En fait, à moins que tu sois cool avec ton adversaire, ou que des gens te regardent et qu'il faut que tu évites les coups bas, t'as rien à perdre. Tu perds un autre bras, tu te battras qu'avec tes jambes ? Sans elles, tu resteras un tronc ? Puis une tête ? Tu voudras les mordre à mort pour éviter d'admettre que tu t'es fait boloss une fois et que cette fois-ci ce sera pas le cas ? Si le combat continue dans ton désavantage, mieux vaut enlever ce désavantage, non ? Éviter de ramener un couteau dans une fusillade, quoi.”

Concentre-toi. Il admet la faiblesse d’esprit dont il a fait preuve durant ce combat. Il était tellement habitué à jouer dans la cours des grands qu’il était nul une fois avec les petits. Ce qui ne faisait pas trop de sens avec cette métaphore, parce que sinon tu ferais que shooter dans les mioches pour leur dégager les dents de lait avant l’heure. Mais ça fait du sens en terme de skill. Un débutant qui roule sa tête sur sa manette est bien plus imprévisible qu’un joueur professionnel, ce qui nécessite un temps d’adaptation… sauf si tu lui envoies la sauce dès le début. Et c’était ce que Mark II lui conseillait de faire. Ah, et le truc rouge s’appelait Kaio-quelque chose. Il avait plusieurs souvenirs provenant de ses cellules souches quant à ce Kaio-carambolage, mais aucune lui disait la terminaison. C’était comme une blague pas drôle et surutilisée. Très agaçant. C’était à peu près aussi énervant qu’une référence mal placée. Enfin, une fois l’avoir écouté, il casa d’autres conseils après ceux d’avant.

”Petit truc que j’ai remarqué. La plupart des gens, ils ont que six techniques dans la tête. Une très forte, deux un peu moins fortes, et trois autres beaucoup moins fortes. Pour certaines raisons, elles sont limitées. Donc, si tu peux faire un truc qu’une fois avant d’être fatigué, et que l’autre contre cette méga attaque de la mort qui tue, bah tu peux être sûr qu’il s’est autant dépensé que toi. Donc ouais, tu crains rien à lui jeter ta sauce dans la gueule. Faut les éclater.”

Le manchot avait l’air pensif. Il semblait écouter les conseils sérieusement. Monsieur Odo ne l’avait point vu faire cela, occupé par sa concentration sur ses propres explications jusqu’à ce que l’autre finisse par lui dire qu’il euh… qu’il appliquerait ses conseils. C’était pas tous les jours que quelqu’un lui faisait remarquer qu’il disait pas que de la merde. C’était assez nouveau comme sensation, pour le coup. Il n’avait pas de réflexe au niveau du visage pour exprimer cette toute nouvelle émotion. Alors il se contenta de ne rien dire alors que l’autre remontait pour sortir et se battre. Il ne put que suivre. Il ne se remarqua même pas être arrivé sur les gradins. Heureusement que ses lunettes de soleil couvraient ses yeux perdus.

Il devait y avoir un petit hic, là dedans, non ? C’était pas impossible que ce soit une tactique pour lui faire baisser sa garde. Pourquoi donc voudrait-il lui mentir ? Il ne savait pas vraiment. Mais il fallait qu’il soit sûr. Les nuages arrêtèrent de se mouvoir dans le ciel. Le vent finit de souffler. L’air avait cessé d’entrer et de sortir de tous les poumons des mammifères qui l’entouraient. Quelque part, une étoile s’était stoppée net dans son explosion. Une supernova ne se reformait plus. Le temps s’était arrêté. Il fit un pas et se retrouva derrière l’adversaire de Boneco. Il leva sa main, et lui trancha la tête. Il fit le mouvement arrière, et sa tête était refaite. Il le refit plusieurs fois d’affilée. Il restait vivant. Mark II fit un pas en arrière et était de nouveau dans les gradins, dans sa position initiale, le visage inexpressif. Le combat allait commencer. Les deux guerriers allaient se foutre sur la gueule. Mais l’un d’eux était bien plus puissant qu’avant.

Les Saiyen avaient ce pouvoir super cheaté de parvenir à gagner en puissance être s’être fait tabasser comme des grosses merdes. Parsol (Mark II avait regardé sa carte d’identité dans le temps arrêté) allait bénéficier d’un soudain gain de puissance, mais il n’allait pas tout de savoir comment le contrôler. Si Boneco avait bien l’envie de prendre ses conseils en compte, il l’exploserait tout de suite, avant de laisser le temps à son partenaire de bagarre de parvenir à gérer cet énorme boost gratuit et arrivant au milieu de nulle part. Sinon, tout ce que le manchot aurait dans le bide, ce serait le poing point trop puissant du pugiliste d’en face. Monsieur Odo regardait le combat avec attention, contrairement à la première fois. Cela n’allait durer que dix secondes, ou trente. Il regarderait chacune d’entre elles à la perfection.
Boneco
Boneco
Saiyan
Masculin Age : 19
Date d'inscription : 18/09/2017
Nombre de messages : 827
Bon ou mauvais ? : Chaotique Bon
Zénies : 1300

Techniques
Techniques illimitées : One Inch Punch | Final Spirit Cannon | Anamorphose
Techniques 3/combat : Full Counter | Union Scindée
Techniques 1/combat : Final Explosion

Faire ses preuves Empty
MessageSujet: Re: Faire ses preuves   Faire ses preuves ClockDim 5 Jan 2020 - 18:36
Le bon Odo ne partageait visiblement pas ma vision des choses concernant mon handicap, jugeant qu'il était idiot d'y accorder un quelconque signification. Il était un être pragmatique, qui réfléchissait avant tout par l'efficacité et la logique plutôt que par les émotions. La nature de ses conseils témoignaient d'ailleurs très bien de cet aspect de sa personnalité, puisqu'il en vint à m'informer d'une observation toute particulière. D'après lui, chaque combattant disposerait de connaissances bridées, les contraignant à ne pas pouvoir user de plus de 6 techniques, classées en plus de ça par ordre de puissance. Evidemment, si il était clair que toutes les attaques ne se valaient pas, j'avais beaucoup de mal à saisir où il voulait en venir. J'allais avoir le temps d'y réfléchir plus longuement après ce combat terminé, mais je devais d'abord m'atteler à le remporter. Odo s'était tu, et avais rejoins les gradins, observant de nouveau le ring du haut de son perchoir.

"J'imagine que tu te débrouilles bien, au vu de ton état. Ton précédent adversaire était-il un faiblard ?"

Le début du match avait été annoncé, mais je souhaitais tout de même m'assurer de certaines choses avant d'envoyer la pâté. Parsol était peut-être l'un des seuls adversaire avec qui je pouvais faire de tel.

"Disons plutôt qu'il m'a sous estimé, les gens de la ville ont souvent tendance à baisser leur garde face à des fermiers, tant pis pour lui. Dommage pour toi d'ailleurs, mais contrairement à toi j'ai pu étudier ton combat, t'es pas mauvais certes, sauf que je sais à quoi m'attendre."

Le bougre marquait un point, mais il ignorait cependant que l'analyse n'était plus mon objectif premier. Il se mis en garde, avant que je ne l'imite. Soudain, un étrange frisson parcouru mon corps, une vague invisible et intense d'énergie se répandant à travers chacun de mes muscles. Mes sens s'affolaient, quelque chose venait de changer, Parsol n'avait pas bougé ni employé une quelconque technique, pourtant il semblait différent. Je dégluti, il fallait rester concentré. Du coin de l'oeil, j'observais toutefois Odo, ne parvenant à distinguer une quelconque émotion sur son visage particulier. Donner le maximum, certes, mais j'hésitais tout de même à déployer la force du Super Saiyan. Utiliser cette force pourrait certes me permettre de remporter chacun de mes matchs, ainsi que m'obtenir une place de choix au sein de l'armée, mais je risquais de ne pas profiter du combat. Les paroles de mon coach improvisé résonnèrent dans ma tête, toutes ces réflexions me faisaient perdre un temps précieux que Parsol pouvait utiliser à son avantage, sans oublier qu'il semblait bien cacher son jeu lui aussi. J'allais en finir rapidement.

Rugissant alors, le ring se fissura sous mes pieds, à mesure que mon énergie explosait. Bientôt, l'aura étincelante du Super Saiyan me recouvrait tandis que ma chevelure s'était teinte de sa couleur dorée. Je pouvais voir les expressions de stupeurs et de surprise sur chacun des participants, le capitaine y compris, ainsi que sur le visage de Parsol. Désolé pour lui, mais ce combat n'allait pas durer. Disparaissant dans une Transposition, créant un affaissement du sol à mon emplacement précédent, j'arrivais juste derrière mon adversaire pour lui porter un coup de coude dans la nuque. J'espérais parvenir à maîtriser suffisamment mon énergie pour ne pas le tuer, mais lui tout comme moi étions prêt à nous battre de toutes nos forces, il savait à quoi s'attendre. Un craquement sourd retentit, je grimaçais en pensant en avoir trop fait, mais je réalisais bien vite que c'est moi qui le sous-estimais. Loin d'être mort, Parsol effectua une rotation autour de mon coude afin de passer dans mon dos en un instant. Surpris, je dû encaisser son chassé de plein fouet, celui-ci porté à l'échine. Je rebondissais pour me réceptionné, toisant d'un air déconcerté le paysan. Sans même être Super Saiyan, ce type disposait d'une puissance presque équivalente à la mienne, quel entraînement avait-il bien suivre ?! Lui même semblait étonné, puisqu'il inspectait ses mains avec autant de surprise que chacune des personnes ici présente, exception faite de l'insectoïde qui restait de marbre.

"Pfiou, j'avoue ne pas m'attendre à ça. T'es vachement fort, t'es bien sûr de n'être qu'un fermier ?"

Il plongea son regard dans le mien, son expression de surprise se muant en une joie ainsi qu'une fierté bien distincte. Il revenait à la charge, plus enclin à en découdre qu'à discuter. Qu'à cela ne tienne, je n'avais plus à craindre d'en faire de trop, le champ était libre ! Ainsi je fonçais à sa rencontre, dressant mon avant-bras pour parer le coup de pied qu'il m'adressait. Il y a quelques temps, je n'aurais pas même pu voir son coup arriver. Mais j'avais encore une longueur d'avance, et j'allais lui en faire la démonstration, à lui et à tous les autres. Un enchaînement de coup débuta, dont la plupart furent parés pour chacun d'entre nous, bien que je le sentais fatiguer de plus en plus. Je m'en rendais compte petit à petit, mais si sa vitesse et sa force étaient considérable pour un simple Saiyan, sa technique laissait grandement à désirer. Si bien qu'il fini par gaspiller toute cette énergie bien trop rapidement, faisant passer ce pugilat complexe en une simple séance de réflexe. Il était temps de lui faire comprendre, et je permis à son poing de briser ma garde pour rencontrer ma joue. Notre échange de coup venait de s'arrêter net, arrachant un cri impressionné aux spectateurs qui pensaient enfin voir un vainqueur. Cependant, je tournais doucement la tête, laissant le poing de mon adversaire là où il était tout en le fixant d'un air sévère. Son sourire confiant se décomposa alors qu'il compris l'inefficacité de son coup. Deux de mes doigts étaient déjà positionné, et je décrochais un One Inch Punch dans son abdomen avant qu'il ne puisse le réaliser. Le souffle coupé, celui-ci recula d'un bon mètre en arrière, les mains sur le ventre tandis que son visage se paraît d'une teinte pourpre.

"C'est terminé l'ami, avec un bon d'entraînement tu deviendras un redoutable guerrier Saiyan !"

Parsol ne l'entendait pas de cette oreille, et noyé sous l'orgueil il fit l'erreur de s'emporter, sautant juste au dessus de moi en chargeant une énergie extrêmement concentré. Une attaque pareille, sans compté sur son manque de contrôle flagrant, pouvait bien dévaster le ring tout entier. J'esquissais un sourire, moi même atteint par cet orgueil caractéristique à la transformation légendaire, tout en brandissant doucement ma main face à l'attaque qu'il déployait.

"Full Counter."

Un flash éblouissant naquit entre ma main et son attaque, avant que celle-ci ne la lui soi renvoyé de plein fouet, créant une terrible bourrasque dans l'air de l'arène ainsi qu'une puissante explosion. Deux secondes plus tard, l'énergie laissant place à une épaisse fumée qui se dispersait dors et déjà, Parsol apparu en piteux état avant de s'écraser en dehors de l'arène, inconscient. Je laissais s'évanouir mon Super Saiyan, soupirant en croisant le regard ébahi des différents guerriers. Un bon combat certes, mais qui avait fait un peu trop d'effet. Certains d'entre eux se précipitèrent pour vérifier de l'état du Saiyan, geste étonnant au vu du mépris qu'ils laissaient transparaître. Je le savais en vie, l'énergie de son attaque avait été dispersé de manière bien trop éparse pour en finir avec lui, ainsi je n'avais pas à m'inquiétais pour son cas. Ce combat n'était qu'une énième occasion pour le rendre plus fort, et un jour sûrement allait-il devenir un adversaire redoutable. Alors que je m'apprêtais à rejoindre les gradins, le capitaine m'interpella.

"Arrêtes-toi ! Comment se fait-il qu'un Super Saiyan ne fasse pas déjà partit de nos rangs ? Il va bien falloir m'expliquer d'où tu sors, ton accoutrement n'a rien de semblable à nos armures traditionnelles... Ton recrutement est évident, nous te fourniront cependant une tenue correct, ensuite tu devras nous faire part de tes origines ainsi que de tes motivations, soldat. Tu es officiellement toujours en lice, mais je doute que tes prochains adversaires ne se sentent capable de te faire face. Reste dans les parages cependant, je reviendrais vers toi une fois les combats terminés."

Son discours ne m'étonnait pas, mais me décevais en un certain point. Peut-être était-ce mieux en effet de ne pas cacher ma force, seulement j'avais encore bien envie de combattre. Soupirant, je me décidais toutefois à rejoindre une fois encore les gradins, ainsi qu'Odo qui m'attendait toujours là.

"J'ai eu un peu de mal à me lâcher, faut bien l'avouer. Il semble que je doive encore m'habituer à cette approche du combat, toutefois on dirait bien que ça m'a sauvé pour le coup. Si j'avais pris un seul de ses coups en temps normal, sans m'y attendre, j'aurais bien pu être éliminé. Par contre, faudra vraiment que je lui touche deux mots, à ce Parsol. Une telle force n'est pas anodine, et si les autres n'ont d'yeux que pour ma performance il est clair qu'ils n'ont pas su percevoir les prouesses de ce guerrier."

Je jetais un regard pensif aux abords du ring, où Parsol était transporté sur une civière, tandis que deux autres combattants entraient sur le ring. Je revenais ensuite à mon camarade insectoïde, qui avait certainement tout un tas de remarque à me faire, malin comme il était. Et alors, étonnamment, j'étais tout enclin à l'écouter.
MαΓκ II
MαΓκ II
Autres Races
Masculin Age : 19
Date d'inscription : 31/12/2016
Nombre de messages : 452
Bon ou mauvais ? : On sait pas trop
Zénies : 1280

Techniques
Techniques illimitées : Perce-Temps / Chrono-Bond / Kaboom !
Techniques 3/combat : Pose Dramatique / Temps Mort
Techniques 1/combat : Coup en Traître

Faire ses preuves Empty
MessageSujet: Re: Faire ses preuves   Faire ses preuves ClockMar 7 Jan 2020 - 16:34


Sur les lunettes noires de l’insecte se reflétait la scène. Des flashs de lumières et de la vitesse grand V. Tout commence avec des contorsions, des nerfs qui se gonflent et des nerfs qui tressaillent. Un réflexe de survie était visible sous l’épiderme de Boneco. Ce petit quelque chose qui lui disait qu’il ne devait plus être là. Comme pour un pendule, ce choc nerveux fut renvoyé. La balle était jetée vers l’autre camp. Il était devenu un super Saiyan. Sa chair s’était gonflée pour contenir les milliards d’atomes énergétiques que transportaient chacune de ses cellules. C’était brut, loin de la forme svelte adoptée par un maître de cette forme. Un feu de brindilles dont l’étincelle venait de pierres entrechoquées. Un léger coup d’oeil dans l’assemblée. Il devait peut-être avoir honte de sortir cette énergie face au reste de ses semblables. C’était étonnant qu’il ne veuille pas profiter de cette supériorité, au moins pour être mieux vu de ses semblables. Boost de vitesse soudain. Mirage rémanent. La buée colour dorée passa de sa lunette droite à sa lunette gauche en moins d’une seconde. Le coup dans la nuque fut attribué. Un temps d’arrêt retentit. Une demi-seconde de panique. Son visage grimace et se crispe. Première seconde terminée. Parsol survit et se faufile derrière lui, comme un porteur cherchant à préparer sa figure sans ruiner la chorégraphie. Coup de pied dans l’abdomen. Boneco se le prend. Deuxième seconde. Ils discutent. Il se relève. Quatrième seconde. Il pare un coup de pied avec son bras. Ils échangent des attaques mineures. Parsol n’est pas bien entraîné. C’est une grosse brute face à un guerrier expérimenté. Le genre qui gagne au premier round ou ne gagne pas du tout. Coup de poing dans la joue du Saiyan aux cheveux dorés. Brutal, mais c’est une feinte. L’oeil de Mark II est déjà centré sur la contre-attaque. Sixième seconde. Une réplique lancée. Huitième seconde. Cela s’enchaîne par un saut et deux rayons d’énergies. L’un d’entre eux est une simple concentration de Ki oubliable. L’autre est différent, accroché à l’âme de son lanceur. Les deux s’entrechoquent. Explosion, effets sonores et lumières dramatiques. De la fumée qui disparaît après deux secondes. Parsol est à terre. Un combat fini en dix secondes. Parfait.

”P’tain j’ai l’impression d’avoir gagné un pari contre moi-même.”

Oula, par contre, la migraine qui sortait de cette méga concentration, il la sentait. Il s’empressa de s’enquiller le reste de la boisson, histoire de s’hydrater. Enfin, il y avait de l’eau dans le soda, pas vrai ? En attendant, c’était félicitations et étonnements entre le beau neko et capitaine. Engagement sur le champ et deux mots à lui en coller plus tard. Et une armure personnelle en vue. Wow, incroyable. Il allait pouvoir avoir l’un de ces trucs inutiles qui protège même pas. Au moins, c’était son uniforme personnel. Mais bon, le voilà qui arrive enfin. Et il parle de la puissance incroyable de Parsol et du fait qu’on ne l’ait pas remarqué. Monsieur Odo de son état préférait juste malaxer sa tempe pour dégager le mal de tête.

”T’as mis moins d’une demi-seconde à te décider à sortir le Super Saiyan. Et en vrai, ils étaient tous étonnés, mais moi je te le voyais à dix kilomètres que t’avait une teinture sous la ceinture. Pour une transformation layjeandeuaireuh c’est beaucoup plus commun que ça en a l’air. Faut juste un peu d’expérience, un proche dans le pétrin, et une veine à péter. Et bim, tu l’as ton Super Saiyan. Mais c’est pas donné à tout le monde, donc tu peux t’en féliciter. Mais hésite pas à en abuser, tous ceux autour de toi vont pas te faire de cadeau.”

Il se leva, se craque le dos, la nuque, chaque jointure et même des endroits où il y en a pas, tout ça en un seul mouvement et étirement, avant de tapoter dans l’épaule de son compère pour l’inciter à revenir dans le hall plus frais que l’arène. Après tout, il aurait à rester dans les environs pendant un autre petit moment.

”Tu t’attends à des remarques, hein ? Des conseils ? J’en ai un premier. Alors, je sais que c’est une ambiance sympathique pour toi et tes compères, ces combats amicaux et cette petite compétition pour savoir si t’es fit à rentrer dans leur armée, mais ce sera jamais la même chose en temps réel. Si tu veux faire une remarque, la fait pas entre deux actions pour marquer une pause, hormis si tu t’en sers de distraction pour reprendre ton souffle ou quoi. Tu dis au mec d’en face d’aller enculer sa daronne pendant que tu lui files un coup de poing, pas après que tu le lui ai mis et qu’il se relève. Sort les trucs qui te viennent en premier, que tu sois pas déconcentré sur le coup en question. Mais le fait pas à tes potos, ce genre de truc, uniquement sur les ennemis. Vaut mieux pas ruiner une amitié pendant une petite bagarre des familles. Mais ça, c’est du sens commun.”

Ils étaient dans le couloir, maintenant. Il était temps de dire des trucs un peu plus sérieux.

”Bon, évidemment je vais devoir parler de son chassé dans ton estomac. Pour le coup, je sais que c’est ton inquiétude qui t’as trahi. Tu penses avoir trop largué la sauce. Faut que tu saches la différence entre les deux craquements en fait. Celui qui est mortel ou celui qui ne l’est pas. Le non-mortel, c’est celui là.”

Maruko Odo posa son poing droit contre sa joue… fin, l’interstice entre le trou qui lui servait d’oreille et son bec, tout en utilisant sa main libre pour présenter la chose. Il poussa alors rapidement, laissant un craquement de vertèbres qui venaient de s’échauffer un peu trop rapidement.

”Et t’as l’autre.”

Cette fois-ci, une autre poussée, et un bruit sourd qui ferait grincer les dents de toute personne saine d’esprit. Sa tête était à présent dans un angle dégueulasse, mais il la remit dans le bon sens dans un mouvement de cou qui fit retentir un autre son à provoquer des cauchemars.

”Retiens bien la différence entre un coup qui tue et un coup qui masse un peu brusquement. Autre chose. Ton poing pris par diversion, sur la joue ? Très bonne idée, mais fais gaffe.”

Il pointa son doigt vers l’endroit où le coup avait été porté.

”Il est dangereusement proche de la jointure entre ta mâchoire inférieure et le reste de ton crâne. Un coup direct peut m'assommer, voir te tuer. C’est comme avec toute parade. Le but d’une zone vulnérable est de distraire l’adversaire, de lui donner une cible à attaquer. Tu peux protéger la zone, anticiper l’attaque, ou bien simplement faire en sorte de te prendre cette même attaque dans une partie moins vulnérable de ta zone… vulnérable. Fin, regarde.”

Il tendit son bras gauche, retourné, dos de la main vers le sol.

”Entre deux muscles naturellement protégés, mon coude est quelque chose de très vulnérable. C’est même problématique, qu’il le soit autant, vu que le poids de ma carapace pourrait rendre un bras brisé encore plus alourdissant et inutile. Heureusement, en pliant le coude, ou bien l’ennemi fracasse ses doigts sur la pointe de ma jointure pliée, ou alors j’englobe sa main avec tout mon bras. Le but, en te prenant une attaque sur une zone vulnérable, est de la rendre moins vulnérable ou dangereuse. Même si je mets mon coude en pointe, il va quand même se prendre un coup. Je “m’engage” à mettre mon coude en danger pour lui niquer son poing ou bras à lui. Le combat, c’est qu’est-ce que tu risques avant tout. Alors, quand tu te risques, essaie de risquer le moins possible tout en gagnant le plus d’avantages que tu peux. Ton coup pris à la joue, il vaut mieux saigner un peu dans la bouche que de perdre ta machoire. Tu piges ?”

Il se tourna alors vers la sortie, puis de nouveau vers le Saiyan. Il pointa alors du pouce l’extérieur.

”Il y a pas un resto près de l’arène ? Ce serait plus facile de comprendre pour toi si tu avais le ventre plein. Moi, je suis juste un touriste, donc je connais pas les environs...”
Boneco
Boneco
Saiyan
Masculin Age : 19
Date d'inscription : 18/09/2017
Nombre de messages : 827
Bon ou mauvais ? : Chaotique Bon
Zénies : 1300

Techniques
Techniques illimitées : One Inch Punch | Final Spirit Cannon | Anamorphose
Techniques 3/combat : Full Counter | Union Scindée
Techniques 1/combat : Final Explosion

Faire ses preuves Empty
MessageSujet: Re: Faire ses preuves   Faire ses preuves ClockJeu 9 Jan 2020 - 20:30
Je commençais peu à peu à cerner le personnage d'Odo. Un être calculateur, cru, qui ne se laissait pas entraver par de quelconques principes. Tout cela sur un lit de sarcasme, et nous obtenions un professeur tout aussi controversé que diablement compétent. Je fronçais les sourcils en l'écoutant désacralisé la forme légendaire qu'était le Super Saiyan, cette toute puissance qui représentait la fierté et la combativité de notre peuple. Cependant, ses mots portaient toujours une certaine vérité, et force était d'admettre que de plus en plus de Saiyan parvenaient à atteindre la légende. Il était donc naturel que celle-ci se désagrège, sans oublier que j'avais découvert d'autres pouvoirs encore supérieure à ce stade, qui restaient toujours des objectifs à atteindre et dépasser. Non, la question n'était pas la puissance brute, mais la manière de mener un combat. Chose dans laquelle l'étrange créature aux allure de vacancier était véritablement doué. Tandis qu'il se redressait tel un cadavre sortant de sa tombe, il me fit à nouveau signe de le suivre. J'étais prêt à le suivre à nouveau, avant qu'un détail ne m'interpelle.

"Attends-moi une minute, je te rejoins."

M'empressant de rejoindre les abords du ring, où un nouveau combat avait débuté, je me présentais à nouveau en face du capitaine. Je fouillais un moment dans ma ceinture, avant d'en retirer une capsule issue de la technologie terrestre. Le militaire me toisa d'un air curieux, avant que je n'active le bouton de l'objet pour en retirer son contenu. Le plastron de mon père, complètement ravagé par ma rencontre avec Amaryllis et son ami verdâtre, allait pouvoir continuer à honorer sa mémoire.

"Vous parliez de me fournir une armure toute à l'heure, voici celle que je porterais. Je suis certains qu'il vous est possible de la réparer, ou au moins d'utiliser son matériau pour en confectionner une nouvelle. Sur ce capitaine, j'attendrais vos prochains ordre."

Le saluant tel le soldat que j'étais devenu, je m'envolais rejoindre mon compagnon insectoïde au frais. Ses premières remarques se tournèrent autour de ma tendance à discuter en plein milieu du combat, une manière selon lui de reprendre son souffle que j'utilisais à tord puisqu'elle permettait à l'adversaire d'en faire de même. J'acquiesçais en souriant, plutôt amusé jusqu'ici par son sarcasme habituel. La seconde leçon fut quant à elle plus déconcertante. Il avait remarqué mon moment de faiblesse après avoir porté mon premier coup, notant que j'avais été inquiet par le résultat de mon assaut. En guise de démonstration, Odo mis à l'épreuve son propre corps à travers un premier mouvement faisant craquer sa nuque. J'haussais les sourcils, mais le pire restait à venir. L'insecte réitéra, poussant plus brusquement cette fois pour complètement désaxer sa tête de son corps.

"Bordel ?!"

Une telle blessure devait être fatale pour la plupart des êtres vivants, pourtant lui ne semblait pas redouter pareille situation. Ses capacités de survis impressionnante justifiaient sans conteste son apparence rachitique, là où nous autres renforcions notre corps dans le but de protéger nos articulations par de solides muscles. Sa dernière leçon tourna autour de ma manière d'encaisser volontairement un coup pour m'assurer un contre efficace. D'après lui, j'avais été imprudent d'ainsi proposer ma joue à l'adversaire, qui avec un peu plus de maîtrise aurait pu m'abattre sur le champ. La démonstration porta sur son bras, qu'il présentait dans deux positions différentes pour noter la bonne et la mauvaise façon d'encaisser. Si je restais sur mes gardes en m'attendant qu'il ne fasse une nouvelle fois une démonstration dérangeante, celui-ci se garda bien cette fois-ci de ne mettre à mal son membre. Peut-être était-ce là une forme d'élégance de sa part compte tenu du bras qu'il me manquait, bien que j'en doutais fortement. Il semblait arriver à saturation, puisqu'il détourna la conversation pour me demander si je connaissais pas un restaurant dans les environs. Le bougre venait de mettre le doigt sur un point sensible, je crevais la dalle.

"Bonne question, j'ai honte de l'admettre mais c'est aussi la première fois que je viens de le coin. Disons que j'ai été embarqué dans un trop grand nombre d'emmerdes pour simplement pouvoir profiter de ma propre planète. Néanmoins connaissant les miens j'me fais pas trop de soucis, on devrait trouver facilement un coin où se remplir la panse !"

J'ouvrais la marche, joignant la sortie de l'arène en quête du restaurant le plus proche, l'invitant bien évidemment à me suivre d'un signe de la main.

"Sinon, je note bien tes conseils, mais j'tiens à signaler que tu semble manquer d'un petit quelque chose tout de même. C'est bien beau de remporter un combat, de chercher l'efficacité et la létalité immédiate quitte à prendre un adversaire à revers. Mais si un jour tu te retrouves face à un type capable de te tenir tête malgré toutes ces précautions, comment tu comptes faire ? J'veux dire, faire durer un combat permet d'apprendre certaines choses d'un adversaire, parfois même de nouvelles techniques. J'ai comme l'impression qu'on ne vit pas les choses de la même manière, puisque là où je vois une occasion de dépasser mes limites et de prendre mon pied, on dirait que tu cherches simplement à te débarrasser du type qui te fais face. J'me trompe ?"

Maintenant que j'y pensais, je commençais à me demander quel genre de restaurant pouvait-on bien trouver sur ma planète ? C'était à se demander lequel de nous deux était le touriste. Cependant, mon nez de prédateur ne tarda pas à flairer une odeur alléchante... Quelque chose de grillé, bien loin des plats à base de céréales de la Terre. Je pressais le pas, appréciant pour la première fois depuis bien longtemps un moment de vie banal. Qui aurait pu croire que j'allais partager ce moment avec un type pareil ?
MαΓκ II
MαΓκ II
Autres Races
Masculin Age : 19
Date d'inscription : 31/12/2016
Nombre de messages : 452
Bon ou mauvais ? : On sait pas trop
Zénies : 1280

Techniques
Techniques illimitées : Perce-Temps / Chrono-Bond / Kaboom !
Techniques 3/combat : Pose Dramatique / Temps Mort
Techniques 1/combat : Coup en Traître

Faire ses preuves Empty
MessageSujet: Re: Faire ses preuves   Faire ses preuves ClockMar 14 Jan 2020 - 22:17

C’est toujours fun de faire flipper ceux qui s’attendent pas à ce que tes vertèbres soient à demi-inexistantes. Un gros crac dans la nuque et ils ont les yeux ouvert comme des poissons ou des let’s players en manque de vues devant des jeux d’horreur. L’horreur, là, elle était sur le visage de Bonnet Cow, après qu’il se soit tordu la tête pour lui faire comprendre la différence. Il aurait dû arrêter le temps un instant pour prendre une photo, mais il l’avait pas fait. L’andouille. Zut, ça aurait été parfait à ressortir dans un moment inopportun. Mais malheureusement, le droit à l’image l’en empêcha. C’était assez triste. Dommage. Mais il fallait respecter les limites des autres. C’était dans le code de conduite de… de conduite. En tout cas, C’est dans ce genre de petits détails qu’on évite de se faire des ennemis. Il avait été impeccable dans sa façon de ne pas énerver son compatriote disposant d’un seul bras. Félicitations, Mark II, tu ne t’ais pas fait un ennemi aujourd’hui. Limite, tu devrais l'applaudir. Ouais, bon, on va éviter le sarcasme interne trop longtemps. Il kiffe la leçon sur comment encaisser un coup de la part d'un adversaire. L’insecte était plutôt bon pour se prendre des attaques en souffrant le moins possible. Après tout, en tant que milliardaire, vendre était un de ses points forts. C’était épatant de savoir qu’il avait pris ce petit tour de lui-même, et non des précurseurs habitant ses cellules modifiées. Le risque. Comment risquer assez pour manipuler l’adversaire, sans pour autant se mettre trop en danger. Comment forcer l’ennemi à “s’engager” dans sa manoeuvre. Ouais. Ouais, c’était plutôt intelligent comme vision.

Mais c’était alors que Bonaco Monaco lui posa une question qui semblait lui tenir un peu à coeur. Que faire face à un adversaire qui lui tient tête ? Et pourquoi tenter d’être le plus pragmatique possible ? Pourquoi ne pas juste chercher à prendre son pied et à s’amuser le plus possible durant les affrontements ? Pourquoi chercher à se débarasser de son adversaire le plus possible ? Il se trompait sur certains points, mais il valait mieux tout éclaircir d’un coup. Mais ils s’approchaient de ce qui semblait être un… kebab. Ouais, un kebab. Une viande grillée sur un pieu de fer avec du feu sur le côté. Ils vendaient ça dans du pain avec ce qui semblait être de la salade. Cent pourcent du kebab, ça. Cela faisait longtemps qu’il avait pas mangé. Son estomac prend, fait disparaître. Il n’y avait aucune digestion ni gain à cette action. C’était juste pour goûter. Est-ce que les Saiyen savait ce que c’était un kebab ? Disaient-ils même “kebab” ? Ou bien sandwich à la viande de mouton ? Est-ce que c’était même de la viande de mouton ? Ils avaient d’autres espèces animales sur cette planète… Putain, la question. Répondre à la question. Il laissa Pabloneco Picasso choisir son menu. Il songea à prendre un truc aussi, mais au final, non. Il s’installa juste à une table en vue d’attendre l’autre. Marchander pour tenter de baisser les prix aurait été rigolo, mais c’était pas ce qui intéressait l’insecte. Il voulait juste dire sa réponse. Et quand l’autre se ramena enfin...

”Il faut que tu saches, Boneco. J’ai jamais dit que tu pouvais pas prendre ton pied. Au contraire, je passe chacune de mes bastons à faire le malin, à remplacer les arts martiaux par des pas de danses que j’ai vu dans des films ou dans des jeux de rythme. Je cherche à t’enseigner comment tu peux faire le malin sans te faire dégommer en même temps. Mais tu vas me dire, “pourquoi faire le malin ?” Parce que pour un mec honorable, sympathique, copain, tu vas croiser deux-cents connards. Tu commences à avoir envie de te battre, de tester tous les trucs et l’autre va juste se foutre de ta gueule en permanence. Parce que c’est le délire des combattants de nos jours. Ils veulent montrer qu’ils sont plus fort que tous les autres.”

Il enleva ses lunettes de soleil, laissant un contact oculaire se faire entre le regard juvénile de son interlocuteur et ses propres yeux de vipère. Il n’avait pas un air à rigoler, pour le coup. Un petit morceau de vulnérabilité ? Peut-être bien. Mais c’était pas souvent que quelqu’un souhaitait l’écouter sérieusement.

”La plupart des gens vont te considérer comme un con. Ils vont te voir comme un mec à pas prendre au sérieux, une grosse blague ambulante. Ils vont voir que tes faiblesses et rouler dans leurs propres forces. Ils font les malins. Les orgueilleux. C’est tous des merdes, ces types là. C’est généralement des tueurs. Leurs arts martiaux n’ont aucune originalité. Juste de la brutalité. Tu n’apprendras rien d’eux. Des connards qui pètent plus haut que leur cul. Alors, je fais tout pour les humilier. Je danse, j’intercepte leurs boules d’énergie avec des fourchettes, je leur dis à la gueule ce qu’ils désirent ne pas entendre. J’essaie de les empêcher de s’amuser le plus possible. Je veux qu’ils comprennent que ce sont qu’une bande de tueurs dégueulasse qui cherchent la surpuissance pour combler leurs égos fragiles. Ils ne méritent pas de respect. Juste un clown en face d’eux, qui est meilleur au combat qu’eux, et qui pourtant n’en a rien à foutre."

Il se posa un peu en arrière.

”“Mais”, tu vas me dire, “t’es techniquement au même niveau qu’eux, si tu te crois meilleur qu’eux comme ça”. Parce que j’ai vécu en ne faisant qu’apprendre comment se battre. Mes cellules sont faites de guides au combat. Mon esprit est un espace qui absorbe les mouvements pour m’améliorer à chaque fois, à défaut d’apprendre des trucs plus importants. J’ai vu et revu leurs b.a.-ba du combat. Je sais ce qu’ils font. Je m’emmerde. Tu me demandes “qu’est-ce que tu fais si un mec te tiens tête ?” Si un mec parvient à me tenir tête malgré mon humour qui se fout de sa gueule, si un gars parvient à s’amuser comme moi, alors je m’amuserais comme lui. Parce que c’est ce que je veux rencontrer. Un gars qui veut créer et s’amuser, qui s’éclate juste avec ses pouvoirs et qui cherche à être le plus créatif possible avec. J’en ai connu qu’un. C’était mon meilleur pote. Et puis il s’est fait dégommer par des trous du cul qui voulaient montrer l’étendue de leurs puissances.”

Il remit ses lunettes de soleil.

”C’est la vie, j’imagine.”

Il regarda un instant dans le vide. Néant comme son flot de pensée. Un souvenir vers une époque passée depuis longtemps fit un léger coucou et passa son chemin. Il claqua alors des doigts en se redressant, pointant les doigts vers le haut, témoignant de son soudain eurêka par son langage corporel.

”Connais-tu le phénomène appelé “membre fantôme”. C’est une sensation où ton cerveau ressent encore l’appartenance d’un bras ou d’une jambe amputé au reste de ton corps. Genre, comme si tu étais capable encore de le faire bouger, ou autre. Que ton bras, ton coude, même tes doigts, sont encore là, quoi. C’est une sensation douloureuse, une sorte d’hallucination mais consciente. Mais je me suis toujours demandé… Écoute, concentre-toi sur ton bras perdu. Comme si tu tentais de le faire bouger, genre, pour prendre un truc. Et surtout, essaie de maintenir ça le plus longtemps possible.”

Il avait toujours voulu voir si ça fonctionnait. Ses bras à lui repoussaient toujours trop vite. Tendant le bras gauche là où celui de Boneco serait s’il était accoudé, il commença tâtonner dans le vide… jusqu’à, toucher quelque chose. Il fit une poignée de main au vide tangible, qui disparut bien vite, ne laissant que l’air derrière. Un instant de silence, alors qu’il reposait son regard dans celui de Boneco. Oui, il y avait de quoi faire là.

”Là, on tient quelque chose… sans mauvais jeu de mot.”


Dernière édition par MαΓκ II le Jeu 16 Jan 2020 - 21:43, édité 1 fois
Boneco
Boneco
Saiyan
Masculin Age : 19
Date d'inscription : 18/09/2017
Nombre de messages : 827
Bon ou mauvais ? : Chaotique Bon
Zénies : 1300

Techniques
Techniques illimitées : One Inch Punch | Final Spirit Cannon | Anamorphose
Techniques 3/combat : Full Counter | Union Scindée
Techniques 1/combat : Final Explosion

Faire ses preuves Empty
MessageSujet: Re: Faire ses preuves   Faire ses preuves ClockJeu 16 Jan 2020 - 21:25
L'objet de nos convoitises ne tarda pas à nous apparaître. Un restaurant prenait place à quelques pas de l'arène, sûrement destiné à appâter les combattants ressortissant, un restaurant en effet semblable à certains trouvables sur Terre. Sans mot dire, nous nous mettions d'accord d'un regard sur le choix qui s'offrait à nous, et décidions de rejoindre l'entrée. Un sandwich chaud, à la viande inconnue mais visiblement très généreuse, ainsi que de nombreux légumes en guise de garniture, sans oublier les pommes de terres frites et tranchés. L'odeur de la cuisine me remémorait inévitablement de nombreux souvenirs, et il n'en fallut pas plus pour que je me décide à commander.

"Bonjour chef, qu'est-ce qu'il te faut ?"

Le chef, qui lui même m'appelait de la sorte, s'était approché pour prendre ma commande. Sans avoir besoin de réfléchir, cette phrase semblable à un réflexe linguistique s'échappa de ma bouche.

"Sandwich Kebab, salade, tomate, oignon. Sauce samouraï s'te plaît."

Sa familiarité déteignait clairement sur moi, mais je n'y prêtais pas réellement attention. De son côté, mon camarade insectoïde avait pris place dans la salle sans même commander. Je n'attendais pas longtemps avant d'être servi, déposant quelques zénies sur le comptoir en prenant soin de remercier le restaurateur d'un signe de tête. Je m'empressais donc de retrouver Odo pour reprendre notre conversation là où elle en était resté, déposant mon plateau sur la table tout en le poussant au centre afin qu'il soit à porté de mon interlocuteur.

"Sers-toi."

Lançais-je, attrapant un frite tout en pointant le tas sur laquelle je l'avais prélevée. Je l'avalais goulûment puis décidai de m'attaquer au pain et à son contenu. Un plaisir qui m'avait manqué, pour sûr. Tout en profitant de mon repas, galérant à moitié pour garder la viande à l'intérieur de son réceptacle, je restais à l'écoute du touriste-tacticien. Il rebondissait finalement sur mes interrogations concernant sa manière d'appréhender le combat, et je comprenais petit à petit ce qui le poussait à agir de la sorte. Un ras-le-bol évident ce dégageait de son discours, une expérience du combat l'ayant poussé à s'adapter à ces "tryharder" comme on m'avait appris à les identifier. C'était un terme impropre et décrédibilisant qui venait tout droit des expressions terriennes, mais qui définissait parfaitement la conduite de ces combattants incapable de profiter d'un bon affrontement. Il marqua une pause, s'avachissant au fond de sa chaise en soulevant une remarque qui m'avait effectivement traversé l'esprit à l'entente de son discours.

"Mounch'... Ouai'psh... Sh'te l'dis."

Ainsi j'apprenais que Monsieur Odo, l'implacable insecte à la structure osseuse douteuse ainsi qu'à la sagesse questionable, qui pour autant disposait d'un esprit remarquablement bien conçu, était un être justement créé par le combat, pour le combat. L'ennui semblait être sa principale faiblesse, celui-ci ayant si bien vécu et combattu que rien ne pouvait plus le surprendre. Une bien triste histoire pour un être si détaché. Je parvins même à relever une pincée de regret dans sa voix, peut-être même de la tristesse, alors qu'il me confiait avoir un jour connu une personne partageant les valeurs qu'il chérissait. Sa conclusion, terriblement résignée, sonnait comme un appel à l'aide tandis qu'il s'enfonçait dans un profond silence. Je déglutissais bruyamment en finissant mon sandwich, marquant également une pause avant d'attraper une frite.

"Et bien, jamais je n'aurais parié un zénie sur un tel état d'esprit provenant de toi, sans offense. Mais je suis agréablement surpris, ça expliquerait également la nature étrangement pertinente de tes conseils. Je partage largement ta vision des choses, et je comprends également tes motivations. De plus, j'ai moi même perdu pas mal de proches... Beaucoup trop en fait, c'est d'ailleurs pour eux que je suis là aujourd'hui... Enfin, non pas dans ce restau' hein, qu'on s'entende, mais bien sur cette planète. Ce sont ces événements qui font de nous ce que nous sommes, et j'suis certains que la perte de ton pote t'as apporté de bonnes choses malgré tout. C'est à ça qu'il faut s'accrocher, pas au reste, sinon tu finiras pas sombrer."

Voilà que je cherchais une morale mielleuse à travers ses paroles, c'était pas bien chic de ma part par ailleurs, mais c'était peut-être plus pour moi que pour lui ce beau discours. Quoi qu'il en soit, partager ces quelques mots avec Odo m'avait fait autant de bien que ce repas à mon estomac. Voilà d'ailleurs qu'il reprit, changeant de sujet en pointant le ciel de son doigt crochu. Il faisait allusion à mon bras, une nouvelle fois, s'exprimant au sujet du phénomène qu'il nommait de "membre fantôme". Si je restais incrédule au premier abord, je fini par comprendre et même reconnaître les symptômes qu'il définissait. J'hochais de la tête lorsqu'il me demanda d'accomplir une petite expérience avec mon bras gauche, m'exécutant en restant intrigué par sa soudaine lubie.

"Je n'avais jamais posé un nom dessus, mais évidemment que je connais cette sensation. Elle est même omniprésente, mon corps ne s'est véritablement pas encore accoutumé à la perte de ce bras qui m'a servi pendant prêt de 20 ans. J'ai d'ailleurs mis au point de nombreuses manipulations énergétique pour le reformer l'espace de quelques instants, mais ça n'a rien à voir avec un véritable membre. Lorsque je matérialise mon Spirit Arm, comme je l'ai nommé, il ne s'agit en réalité que d'une simple forme. Impossible de retrouver mes sens de cette man-..."

Là, à l'instant, était-ce vraiment réel ?! Tandis que je parlais, Odo s'était attelé à la tâche grotesque de saisir mon bras absent. Et alors que je n'y prêtais pas une attention sérieuse, son geste de poignée de main eu l'effet immédiat d'une véritable décharge à travers mes nerfs. J'étais certains de l'avoir ressenti, la pression de sa main squelettique sur la mienne. Je m'étais relevé en sursaut, faisant basculer ma chaise en arrière, avant de fixer cette main invisible que j'avais cru sentir. Plus rien, ça s'était estompé. Mon regard fini par rejoindre celui de l'insecte, qui me toisait de son air malicieux.

"Odo, qu'est-ce tu m'as fais ?"
MαΓκ II
MαΓκ II
Autres Races
Masculin Age : 19
Date d'inscription : 31/12/2016
Nombre de messages : 452
Bon ou mauvais ? : On sait pas trop
Zénies : 1280

Techniques
Techniques illimitées : Perce-Temps / Chrono-Bond / Kaboom !
Techniques 3/combat : Pose Dramatique / Temps Mort
Techniques 1/combat : Coup en Traître

Faire ses preuves Empty
MessageSujet: Re: Faire ses preuves   Faire ses preuves ClockJeu 16 Jan 2020 - 22:55

”Quand c’est toujours les autres qui partent et jamais toi, tu commences à te poser des questions.”

Pourquoi c’était Mark II qui survivait ? C’est la question que tout le monde devait se poser. Un premier rôle pas assez apprécié. Un clown de la classe. Les perches avaient toutes tenté de l’éloigner du devant de la scène. Mais à chaque fois, il revenait sous le projecteur principal. Sans que les gens puissent l’expliquer, il avait gagné le statut social le plus important du monde. Il était de l’élite de Dösatz. Il était l’élite de Dösatz. Il était le sauveteur de la terre face à Zamasu. Il était le dernier espoir de beaucoup de gens. Un excellentissime philanthrope qui avait tout fait pour tout le monde. Son coffre à Picsou était percé pour laisser l’argent sortir sur les populations démunies. Une mer de pouvoir d’achat. Il était loin le temps de la créature qui tuait pour le plaisir. Est-ce que c’était ça qui le rendait vide ? Avoir tué tant avant de comprendre l’importance de la vie ? Est-ce que c’était sa stupidité héréditaire qui l’avait ruiné pendant des années durant ? Y a-t-il plus miséreux, plus merdique qu’un rigolo qui voit ses spectateurs rester de marbre face à ses blagues ? Ceux qui s’amusaient avec lui ne s’amusaient jamais assez longtemps. Boneco tentait de lui donner des conseils et des morales. Un petit bisou vocal sur le genou mental. Ouais, une métaphore de ce genre. Mark II sourit légèrement, mais pas en écoutant cette phrase. Il s’imaginait juste être lassé de la vie à cause de sa génétique de vainqueur. Cela l’amena à se remémorer cet album dont la couverture passait sur Internet. “Suffering from Success”. Il se vit prendre la même pose dramatique que l’artiste sur l’album. S’il avait eu un nez, il en aurait soufflé. Au final, le flot interminable de conneries qui passait en permanence dans sa tête était probablement sa meilleure défense face à l’ennui total.

Anyway, ça, c’est ce qui s’était passé entre la réponse de Boneco et sa soudaine trouvaille mentale. L’existence d’un ressenti douloureux malgré la perte d’un membre signifiait que d’une certaine manière, le membre était encore là. Le Saiyan avait déjà exploité ça, y avait qu’à l’entendre dire “Spirit Arm”. Il fallait pas plus d’une neurone pour comprendre ce que cette technique au nom anglophone signifiait. En fait, c’était beaucoup plus compliqué de réfléchir à “pourquoi est-ce qu’un alien déciderait de donner un nom à sa technique qui n’est pas seulement ni de sa langue natale, ni dans la langue la plus propagée de l’univers, mais un dialect impopulaire terrien qu’on appelle l’Anglais ?” Ouais, c’était encore utilisé de terrien à terrien. Mais ça allait l’être moins maintenant que les trois quarts des terriens pouvaient être entassé en une colline de cendre. En tout cas, il empoigna le sachet de frites devant Boneco avant que celui-ci ne puisse se remettre de son expérience, gobant tout le contenu avant de prendre son compatriote par le col. Ça avait le goût de frites avec du sel dessus. Il laissa un billet de quelques milliers de Zénis sur le comptoir avant de se tirer. Une fois sorti, il adressa enfin la parole à son compère.

”Alors, je vais t’expliquer, mais marchons vers un endroit un peu libre. J’ai cru comprendre qu’il y avait une zone désaffectée, pas loin. Si les gars de l’armée veulent te parler, ils auront qu’à venir là-bas. Puis, où est-ce qu’un mec avec une meilleure aura que les autres pourrait s’installer, hein ?”

Il commença à se racler la gorge. Il était inspiré, illuminé, il avait envie de construire un truc. Il pourrait monologuer des heures durant comme ça. Il se mit en marche alors que ses propos s’organisaient difficilement dans sa tête avant de se déverser dans la gueule de Boneco.

”Il y a ce principe que ce que tu ressens existe, d’une certaine manière. Même si c’est logiquement pas là, ton cerveau peut le rendre plus ou moins réel d’une certaine manière. C’est pourquoi certains placebos parviennent à guérir un patient alors qu’ils ne font rien. C’est aussi pourquoi d’autres peuvent être blessés par quelque chose qui n’est pas vraiment là. T’as jamais eu un sursaut dans ton sommeil car ton rêve t’emmenait vers une chute ? C’est un peu ce même délire là. Et t’as déjà une base de ce que je veux te proposer. Ton Spirit Arm, là. Mon petit doigt me dit que c’est comparable aux Nameks avant de faire repousser leurs membres. Ils connectent leur nouveau membre à la version “mentale” de ce même membre afin de pouvoir l’utiliser le plus vite possible. Parce que sinon, ce serait méga engourdi, comme pour les reptiles quand eux ils font repousser leurs trucs. Tu piges ? T’es capable de donner une forme tangible mais visible à ton bras. Mais pourquoi pas plier un peu mère nature en le rendant tangible sans pour autant le connecter à ton énergie...”

Ils arrivèrent enfin.

”T’as déjà entendu parler d’un univers parallèle. Chronologie, temporalité, dimension alternative, bla bla bla. Là, je vais te parler d’un truc qui y ressemble. Ça va être compliqué. En gros, tu vas être là à deux endroits à la fois. Pas un double parallèle. Pas un autre toi d’une autre chronologie. Toi. Le Toi que j’ai en face de moi et qui m’écoute. Ce que tu vas faire, c’est ressentir cette douleur fantôme, loin devant toi. Genre, cinq cent mètres ?”

Il jeta une pièce de deux Zénis au loin, positionnée de sorte à réfléchir la lumière pour être visible dans cette cour vidée de toute habitation. Il mit une autre pièce dans la main de Boneco.

”Tu vas te concentrer. Faire comme ce que t’avais fait tout à l’heure. Tu vas te concentrer sur cette douleur, mais tout en l’imaginant liée à ton corps, tu vas l’imaginer tenant la pièce qui se trouve là-bas. Pour te guider, tu peux utiliser la sensation dans ta main encore vivante pour savoir quand tu touches la pièce que je veux que tu touches.”

Il fit quelques pas en arrière pour éviter de le géner.

”Ce qui va se passer, si mon intuition est correcte, c’est que tu vas te retrouver ici et là-bas en même temps. Tu vas te faire une sorte de double astral, un toi d’un autre univers parallèle, mais qui pourtant est toi. Et le plan de l’existence dans lequel nous nous trouvons va se retrouver troublé. Parce que t’es pas censé être dédoublé sans que ce soit un toi du futur ou autre. Donc, il va tenter de vous relier. Tu vas donc où faire traverser ton autre toi invisible vers toi instantanément, ou bien le rejoindre. Quand je dis instantanément, c’est vraiment instantanément. Pas de téléportation ou quoi. Tu vas traverser une distance donnée avant que l’air autour de toi ne puisse s’habituer à ton déplacement. Il faut que tu sois prêt à résister la poussée dans l’air avec ton corps, mais ça devrait être faisable sans perdre connaissance. Surtout, ce qui se passe, c’est que tu vas faire un déplacement sans le faire. C’est pour ça que tu survivrais cette soudaine vitesse, parce que tu te la prends techniquement pas. Tu vas laisser derrière toi une zone de vide, et si un adversaire était dans cette zone durant son mouvement, il va se prendre dans la gueule toute l’énergie accumulée par ton déplacement.”

Et là, ça commence à devenir intéressant.

”Si tu fais une technique de ce genre sur dix mètres, un adversaire se prend environs trois cents milles joules dans la gueule. Tu peux lui bouillir les cellules en le traversant. Mais c’est pas tout. Tu vas laisser une zone de vide, vu que l’air s’est pas habitué. Il va donc se prendre un remplissage de cette zone vide, produisant une autre source de chaleur comparable à une explosion, ainsi que tout l’air qui lui écrase dans la gueule. Par contre, je préconise d’éviter de faire ça genre… une fois par combat ? Parce que ça fait un énorme choc physique. Après, si tu veux t’entraîner beaucoup, je peux probablement trouver de quoi te ressourcer rapidement.”

Oh mon dieu, où allons-nous comme ça ?
Boneco
Boneco
Saiyan
Masculin Age : 19
Date d'inscription : 18/09/2017
Nombre de messages : 827
Bon ou mauvais ? : Chaotique Bon
Zénies : 1300

Techniques
Techniques illimitées : One Inch Punch | Final Spirit Cannon | Anamorphose
Techniques 3/combat : Full Counter | Union Scindée
Techniques 1/combat : Final Explosion

Faire ses preuves Empty
MessageSujet: Re: Faire ses preuves   Faire ses preuves ClockSam 18 Jan 2020 - 23:00
Je connaissais Odo comme un être plein de surprises, mais aucune de ses gestuelles déroutante ou de ses conseils étrangement pertinents ne m'avait autant chambouler que sa dernière idée. Sa simple présence semblait perturber le fondement même du monde que je connaissais, apparaissant soudainement après des mois sans raison particulière. Voilà qu'il remettait en question mes principes de combattants, me détournait sans mal de mon objectif visant à m'immerger dans les rangs de mon propre peuple, avant de tout bonnement s'approprier et donner un sens à un phénomène à priori illusoire. Sans que je ne puisse expliquer comment, j'avais l'impression que cet être était capable de plier la réalité même à sa volonté, me dispensant un savoir qui m'aurait paru totalement invraisemblable. Cette sensation que j'avais eu, était-ce une énième hallucination lié à son intérêt inattendu au sujet de mon bras disparu, ou bien venait-il de m'ouvrir les portes d'une toute autre dimension ? Sans répondre à mon interrogation concernant le phénomène qu'il avait provoqué, l'insectoïde s'empressa de quitter les lieux en avalant le reste des frites, avant de me tirer avec lui. Encore sous le choc, j'eu simplement le temps de lancer un signe au "chef" en guise d'aurevoir.

Quelque peu irrité par le comportement énigmatique d'Odo, je grognais en repoussant son emprise sur mon vêtement. J'attendais des explications, qui ne tardèrent pas à arriver. Avant de rentrer dans le vif du sujet, mon compagnon proposa de rejoindre un lieu vide de monde. Au point où j'en étais, je n'avais pas d'autre choix que de le suivre, je m'exécutais donc, exprimant tout de même mon agacement à travers une mine sévère. Tâchant de ne pas jouer avec mes nerfs, l'insecte fini par me livrer les tenants et aboutissants de sa réflexion. Sans grande surprise, je me perdais rapidement dans le charabia incompréhensible qu'il déversait. Je tâchais pourtant de m'accrocher, sachant d'expérience qu'il n'était pas totalement fou et que ses propos pouvaient se révéler lourd de sens, une fois bien interprétés. Je grimaçais, comment en étais-je arrivé à recevoir des cours d'un être pareil ? Nous arrivions finalement au lieu dit, un espace désert qui semblait satisfaire la créature insectoïde pour ce qu'il comptait essayer. J'avais l'impression d'être le cobaye d'un savant fou, mais ma curiosité prenait le dessus sur ma fierté. Ainsi je continuais à écouter, comprenant difficilement ce qu'il essayait de me faire faire.

"Si j'ai bien compris, tu essaies de me dire que cette sensation de bras fantôme n'est pas qu'une simple sensation, mais une sorte de connexion avec une singularité où il existerait toujours bel et bien ? Admettons que c'que tu dis soit vrai, que je sois capable de me connecter et interagir avec n'importe quelle possibilité de mouvements et d'intégrité, comment diable suis-je sensé maîtriser un tel phénomène ?"

Voilà que l'insecte balançait une pièce au loin, avant de me saisir la main pour y loger une seconde pièce. Je le toisais en haussant un sourcil, écoutant ses explications avec une once de doute. Peut-être avais-je surestimé l'esprit vivace de l'insecte, qu'il s'agissait avant tout d'un hurluberlu aux sens du combat ultra développés... Pourtant, sans trop savoir dans quoi je m'embarquais, quelque chose en moi avait envie de croire en ses hypothèses. Sans comprendre parfaitement la théorie, la pratique semblait plutôt claire et après avoir soufflé un bon coup je décidais de m'y mettre. Tandis qu'il continuait à m'exposer les événements possibles d'une telle expérience, je focalisais mon esprit et mes sens tout d'abord au niveau de mon moignon, tâchant de ressentir à nouveau la présence de ce bras absent. C'était la partie la moins difficile, puisque je connaissais cette sensation, et je ne tardai pas à ressentir sa présence. Si j'avais pour habitude de faire abstraction de ce phénomène, le chassant rapidement en le prenant pour une simple perturbation de mes sens, je détournais cette fois le regard vers la pièce au loin. Ainsi, bannissant ma vue de l'équation, je parvenais plus facilement à convaincre mon corps que ce bras était toujours bel et bien là. Je pouvais presque sentir le vent balayer les poils de son avant-bras, sentir mes doigts se frotter doucement entre-eux. C'était terriblement étrange, grisant même, de ressentir la présence de ce bras. Jamais je n'avais laissé cette sensation s'installer de la sorte, au point que je pouvais sans mal croire que mon bras se trouvait réellement là, à ma gauche. Je déglutissais, me forçant à garder le regard droit, évitant de briser cette harmonie par la vue de cette cicatrice remplaçant le prolongement de mon membre.

La voix d'Odo résonnait en arrière plan, je ne saisissais alors plus la portée de ses mots, ceux-ci ne devenant que son à travers cet état de quasi-transe dans lequel je m'enfonçais. Je fronçais les sourcils, oubliant presque de respirer tant j'étais concentré sur l'objectif fixé : attraper cette pièce de monnaie qui gisait au sol des mètres plus loin. De longues minutes passèrent durant lesquels je manipulais nerveusement la pièce présente dans ma main droite, tâchant sans succès de ressentir la même sensation dans ma main gauche. Je commençais à perdre patience, à m'emporter, remettant en question cette trop grande confiance que j'avais placé en cet insecte de malheur. Je perdais certainement mon temps à satisfaire ses lubies stupides. Je serrais les dents si fort qu'elle pouvait se briser à tout moment, échouant pour la énième fois à saisir cette fichue pièce. Ce qui devait arriver arriva, et je craquais tant la pression était intense. J'effectuais un geste ample en envoyant à toute allure la pièce s'encastrer contre le sol rocailleux, aux pieds d'Odo.

"C'est une perte de temps, t'es allé trop loin dans ton délire y'a aucune chance pour que j'arrive à détourner les lois de la physique. C'te sensation, c'est rien de plus qu'une hallucination, alors oublies-ça bordel. Bon, j'ai des choses à régler, alors laisses-moi tranquille mainte-....-nant ?"

Dans mon emportement, j'avais brandis mon poing en face de moi pour illustrer mon ras-le-bol. Je réalisais soudainement que quelque chose m'avait échappé, car jamais je n'avais relâché les muscles qui le gardaient fermé. Doucement, et avec une appréhension certaine, j'ouvrais doucement la main. La pièce de monnaie reposait toujours au creux de ma paume, qu'elle n'avait jamais quittée. Ainsi je réalisais, ébahi, que la pièce que j'avais projeté aux pieds de l'insecte, je l'avais envoyé par d'un swing du bras gauche. Cette dernière n'était autre que la première pièce, celle projeté au loin, qui ne figurait plus à sa place initiale. Je m'étais tellement convaincu d'avoir de nouveau la maîtrise de mon bras ablaté que je m'en était servi pour projeter la pièce, prouvant contre toute attente qu'Odo était tout sauf un savant fou.

"Merde... Bordel... Ca a marché."

C'était là les prémices d'un tout nouvel art, encore loin de l'effet d'union forcée dont il avait fait allusion, mais qui validait sa fichue théorie. Mon regard égaré ne rebondissais entre les deux pièces, j'avais peine à y croire, avant de reprendre mes esprits pour toiser l'insecte d'un air déterminé.

"La suite, on s'y met."
MαΓκ II
MαΓκ II
Autres Races
Masculin Age : 19
Date d'inscription : 31/12/2016
Nombre de messages : 452
Bon ou mauvais ? : On sait pas trop
Zénies : 1280

Techniques
Techniques illimitées : Perce-Temps / Chrono-Bond / Kaboom !
Techniques 3/combat : Pose Dramatique / Temps Mort
Techniques 1/combat : Coup en Traître

Faire ses preuves Empty
MessageSujet: Re: Faire ses preuves   Faire ses preuves ClockDim 19 Jan 2020 - 14:47

Mark II avait-il ressenti quelque chose de plus agréable que le fait de montrer à un autre ô combien il avait tort ? Probablement pas. Mais c’était généralement la gueule d’un adversaire se tordant comme un sac en plastique avec des yeux remplis d’incrédulité et d’égo démesuré qui le convainquait d’une telle victoire. Il y avait un autre sentiment de fierté qui s’éveillait en lui quand Boneco commençait à beugler et à tenter de dégager son entraîneur de sa vie alors qu’il venait d’atteindre un stade que le papillon lui-même ne pourrait jamais toucher. Les membres de l’exosquelletique destructeur perdus se régénéraient, et la sensation de toujours posséder des membres ablatés était réelle : ils bougeaient comme il le souhaitait, même tombé sur le sol. Cela avait ses avantages, certes, mais c’était une limite qui l’empêcherait de faire un pouvoir du genre. Un robot ne pourrait pas utiliser de la télékinésie, par exemple, mais sa capacité de maîtrise pourrait s’appliquer à tout appareil électronique quel qu’il soit. Un psychiste pourrait-il utiliser sa télépathie sur un ordinateur ? Probablement pas. Alors que le manchot s’entêtait sur son échec, Mark II souriait de sa réussite. Partant du point A, ils avaient atteint le point B. Mais pas le point B qu’il espérait, non. Nous n’y étions pas. C’était un cap à atteindre avant C, puis D, puis E. On ne pouvait pas réussir d’un coup, mais ce premier pas était un gentil petit accident qui ouvrait bien plus de portes qu’on ne pourrait y croire. Les expression faciales du Saiyan trahirent toutes les émotions qui entrèrent dans son esprit, son moral allant de haut en bas comme une fonction cubique. Monsieur Odo n’eut rien à dire. L’autre était déjà chaud bouillant.

”Mmmh… Oui, la suite. Mais pour savoir où t’en es, faut savoir ce qui a déjà été accompli.”

Il s’avança vers l’impact de la pièce. Sa vision était précise, digne d’un chirurgien. Son cerveau imaginait déjà l’environnement en multiples dimensions. Il avait une centaine de tableau dans la tête et plusieurs maîtres de la géométrie pour tout schémater.

On commence à faire entrer les variables, d’abord : le segment de la pièce jetée par ton bras astral était perpendiculaire à celui de ton potentiel bras physique, et leur mesure était identique. On peut estimer qu’il y a une très grande précision dans ta maîtrise. Mais surtout, si j’ai bien compris : t’as tenté de jeter la pièce avec la main droite, et tu l’as jeté avec la main gauche. C’est donc un miroir que tu t’es créé. Un reflet invisible mais bien tangible.「Ton double n’a donc que son bras gauche.」Cela expliquerait aussi pourquoi tu as en quelque sorte perdu l’utilisation de ton bras droit quand tu as voulu jeter la pièce. J’ai vu ton visage au moment où j’ai entendu la pièce tomber sur le sol, d’ailleurs. C’était au moment où tu ton impatience est ressortie.「Le moment où t’en as eu marre.」Il y a un lien avec la douleur et le craquage, je pense. Ces techniques à base de perception qui devient réelle, ça se base sur l’émotion, je pense. Pour que ton double et toi ne vous soyez pas rejoints, c’est qu’il n’a pas duré longtemps. Je dirais… 3 dixième de seconde ?“

Il s’arrêta un instant de parler. Il y avait des traces sur le sol, comme si quelqu’un avait frotté la terre de ses pieds. C’était comparable à une statue qui avait été traîné sur quelques centimètres.

”「Il s’est légèrement rapproché.」C’est important de se le rappeler, ça. Tu peux tenter une attaque et la louper car la projection aura déjà commencé son chemin pour cesser son scindement. Ou alors, ce sera toi qui sera envoyé dans une direction qui t’es tactiquement désavantageuse.“

Il attrapa la pièce sur le sol et la mit dans sa poche en y laissant sa main, avant de se retourner vers Boneco.

”Cette technique marche parce que tu te rappelles de ta douleur physique et que tu la mélanges à ta frustration mentale. C’est pas joyeux comme source de puissance, mais au moins on l’a identifié. On sait où commencer pour découvrir la maîtrise.“

Il s’approcha du Saiyan et posa sa main libre sur son épaule.

”Afin que tu parviennes à maîtriser ce double de haine et de rage et tout ce qui est pas bien, il va falloir que tu puises dans ta propre frustration. Tu m’as dit que t’as perdu beaucoup de gens. Je suis désolé, mais il va falloir te rémémorer ce sentiment d’impuissance, de pas avoir été assez costaud, assez présent. Tous ces regrets, ils doivent ressortir. Car ce double, c’est le Boneco qui a laissé éclaté sa colère, et qui a peut-être sauvé toutes ces personnes. C’est un miroir de colère qui est enfoui sous ton extérieur amical. Un truc poétique de ce genre.“

Il repartit en arrière, enleva ses lunettes et les plaça dans son col.

”Attaque-moi.“

Boneco avait peut-être l’air perdu.

”Il te faut une cible, non ? Je suis capable de me prendre un pain dans la gueule, mec. Je veux qu’à ma place, tu imagines l’un de ces trou du cul qui ont buté ceux que t’aimais et qui t’aimaient. Mets-moi la tarte dans la poire que tu aurais aimé envoyé à toutes ces ordures. Je ne bougerais pas de là tant que j’ai pas de fracture du bec.“
Boneco
Boneco
Saiyan
Masculin Age : 19
Date d'inscription : 18/09/2017
Nombre de messages : 827
Bon ou mauvais ? : Chaotique Bon
Zénies : 1300

Techniques
Techniques illimitées : One Inch Punch | Final Spirit Cannon | Anamorphose
Techniques 3/combat : Full Counter | Union Scindée
Techniques 1/combat : Final Explosion

Faire ses preuves Empty
MessageSujet: Re: Faire ses preuves   Faire ses preuves ClockLun 20 Jan 2020 - 17:42
C'était déjà difficile de comprendre ce à quoi Odo tentait de m'initier, mais voilà qu'il se mettait à déblatérer toute sortes d'hypothèses basées sur les observations de ce premier résultat. Sans pour autant saisir complètement le sens de ses remarques, je restais admiratif de l'esprit aiguisé dont faisait preuve ce professeur en tous points particulier. Voilà qu'avec un seul essaie, il semblait saisir bien plus que moi la portée de mon acte. J'acquiesçais pour lui signifiait que je suivais plus ou moins, avant de venir compléter comme je le pouvais son diagnostic.

"En vérité, j'ai effectivement projeté la pièce avec mon bras gauche. J'étais tellement persuadé d'en avoir récupéré l'usage, complètement submergé par la sensation qu'il était encore en place, que je l'ai inconsciemment utilisé. Il va de soi que mon bras n'est plus, et pourtant j'ai bel et bien réussi à le mouvoir, preuve en est cette pièce à tes pieds. Du reste, c'est très probable que mes émotions soient moteur de cette manifestation de pouvoir, puisqu'elles le sont pour la plupart de mes actes."

Odo s'était approché de l'endroit où la pièce avait été lancé plus tôt, remarquant visiblement une nouvelle donnée qui concordait avec l'idée qu'il se faisait des événements. Un moment de silence, puis il s'approcha après avoir récupéré la pièce en question. Sa main s'apposa lourdement sur mon épaule, non pas d'un geste brusque, mais bien car je saisissais le poids de ses mots. Une fois encore, je devais faire face à mes échecs, à mes lacunes, les accepter et ne faire qu'un avec afin de libérer une toute nouvelle facette de mes capacités. Je déglutissais, loin d'être prêt à encaisser tant de responsabilités et de prise de conscience, surtout pas déclenchés par un type dont je ne savais finalement pas grand chose. J'abaissais de nouveau la tête pour montrer mon approbation, tandis qu'il reculait pour creuser une certaine distance entre nous. Se débarrassant de sa paire de lunettes, voilà que l'insecte professeur me demandait de l'attaquer. Hésitant un instant, je fini par me persuader qu'il savait ce qu'il faisait. Après tout, il semblait comprendre bien des choses, je n'avais plus à me braquer. Au contraire, Odo représentait désormais une source de savoir et de compétences à ne surtout pas négliger, me livrant un apprentissage digne de celui de Kaio et de Kaito Shan.

Inspirant un grand coup, je me mis en position, prenant de solides appuies en braquant mon bras de chair ainsi que celui d'idée au niveau de mes côtes. Plus rapidement que toute à l'heure, je revenais à cet état de transe où je pouvais me sentir complet, m'imaginer en de multiples endroit dans de multiples positions, prêt à porter une multitude de coups à travers tout autant de possibilités. Désormais conscient que ce que je ressentais existait bel et bien, je parvenais plus aisément à entrer en harmonie avec ce nouvel état, et c'était incroyablement grisant. Cette sensation, c'était comme prendre le contrôle total de mon existence, à travers chacun de ses scénarios, de ses déroulements, de ses choix. Ainsi, en l'espace d'un instant, tandis que je me décidais à porter mon coup, celui-ci fut comme guidée par la possibilité la plus judicieuse. Le choc arriva de front, un poing invisible s'écrasant contre le visage de l'insectoïde. Je sursautais, surpris malgré tout par un tel effet, avant de me ressaisir et de replonger dans une concentration suffisante. Je voulais à tout prix découvrir jusqu'où cette découverte pouvait m'amener. En une fraction de seconde, alors que chaque angle d'attaque s'étaient estompés une fois le coup porté, de nouvelles possibilités s'offraient à moi. De nouveaux calculs, de nouveaux angles, toutes ces approches étaient minutieusement réadapté à la situation qui, si elle ne semblait pas avoir changé, avait engendré tout un tas de nouveaux facteurs. Que ce soit l'infime perturbation de l'adversaire, le millimètre qui différenciait le placement actuel de son corps comparé à celui qui précédait mon attaque, ces changements invisibles suffisaient à chambouler les possibilités.

"Incroyable, c'est tout bonnement incroyable. Prépares-toi Odo, j'envoie la sauce !"

Un sourire niais venait de naître sur mon visage, je jubilais en découvrant cette nouvelle capacité quasi-omnisciente. Je portais un coup, un autre, et un nouveau, tout ceci sans même bouger d'emplacement. Ca semblait irréel, et pourtant chacun de mes assauts semblaient faire effet. Emporté par l'euphorie, je ne remarquais pas alors qu'à mes pieds une traînée de terre retournée commençait à se former. Immobile ? Pas tant que ça, puisque mon corps se déplaçait bel et bien à chaque coup, chaque fois un peu plus. Puis vint un mouvement différent, une intention qui allait changer la donne. Submergé par cette expérience hors du commun, je me voyais désormais prendre Odo de dos, préparant en un mouvement ample visant à abattre mon poing sur son échine. Un mouvement ambitieux, nécessitant une préparation un poil plus longue que les précédents coups portés... Juste assez pour pousser la réalité à reprendre le dessus. Une secousse, une sensation d'écrasement effroyablement étouffante, je venais d'apparaître derrière ma cible, à l'endroit même où j'avais projeté ma conscience dans mon initiative d'attaque. Tandis que mes poumons se décomprimaient, laissant de nouveau de la place à l'air afin que j'en inspire un grande bouffée, une violente perturbation spatiale s'abattait sur la ligne qui joignait mon emplacement actuel au précédent. Seule la bourrasque provoquée par un remplissement forcé et nécessaire de ce vide qui n'avait lieu d'exister témoignait de l'événement surnaturel.

"Oh merde, Odo !"

J'haletais, une fois encore déstabilisé, autant d'incompréhension que par le ressenti indescriptible de cet événement. Qu'était-il arrivé d'Odo ? Sans même l'avoir constaté j'étais conscient qu'il s'était trouvé sur ma trajectoire lors du "déplacement", et si ce qu'il affirmait était vrai alors j'avais raison de m'inquiéter pour son état. J'oubliais cependant là qu'il ne s'agissait pas d'un être lambda, mais bien d'un génie d'insecte aux capacités dépassant toute logique.
Contenu sponsorisé

Faire ses preuves Empty
MessageSujet: Re: Faire ses preuves   Faire ses preuves Clock
 
Faire ses preuves
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» [UPTOBOX] Les 6 épreuves de la Mort [DVDRiP]
» Un coucher de soleil avec toi (pv Aisuru) (Hentaï possible)
» [UploadHero] Les Réformés se portent bien [DVDRiP]
» Sous un cerisier sans fleur [Hentaï] [PV Gak']
» Un bain chaud, très chaud [ PV: Yuki Caheshi - Hentaï ]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
RPGDBZ :: RPG :: Vegeta :: Ring de combat-