Partagez
 

 ~ [D]estiny Ör ... Sadnes[s] ? ~ [P.V]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Invité

~ [D]estiny Ör ... Sadnes[s] ? ~ [P.V] Empty
MessageSujet: ~ [D]estiny Ör ... Sadnes[s] ? ~ [P.V]   ~ [D]estiny Ör ... Sadnes[s] ? ~ [P.V] ClockLun 23 Nov 2009 - 21:35
~ [D]estiny Ör ... Sadnes[s] ? ~ [P.V] 23199450811


Pourquoi est-ce que je reste là…
Assise dans le noir, contre le mur à l’opposer de ce meuble ou repose ta photo, Ren…
Je sais que je ne fais que me faire du mal en restant là,
Ainsi, dans l’ombre en pleurant ta mort,
Avec pour seule lumière, la bougie qui se consume, juste à côté de ton portrait...

Je sais que tu veux que je vive, une fois de plus, sans toi
Alors, je vais devoir me relever, difficilement…
Pour pouvoir une fois encore, affronter la réalité…
Mais cette fois, je serais…

…seule…



~ [D]estiny Ör ... Sadnes[s] ? ~ [P.V] 23274656831

« -
Pourquoi êtes-vous partie aussi longtemps sans donner de nouvelle ?


- Pourquoi Londres exactement ?

- Les ailes que vous portez dans votre dos ont une signification particulière ?

- Quels sont vos projets ?

- Qu'avez-vous fait ses dernières années ?

- Pourquoi ne pas être resté auprès de vos proches ?

...

J'avais fais trois jours de train, m'arrêtant à des petites gares afin de me reposer. J'allais à Satan-city, la nouvelle plus grande ville maintenant. Moi, j'étais resté des années, a chantée, comme une poupée incassable et qui ne pouvait s'arrêter. La notion du temps que j'avais perdu m'avait fait indifférente de tout. Plusieurs choses avaient changé, mais pas les plus grandes entreprises que j'avais connu, ni Viviene Westwood - heureusement. Je ne voulais pas continuer dans l'ombre de la mort. J'étais voué à l'éternité parmi les humains, mais au fond, je savais qu'il n'y avait pas que des humains, sur Terre. Je me demandais même s'il existait d'autres planètes. Beaucoup de choses auxquelles je n'avais pas pensé et qui me venais maintenant à l'esprit, parce que ma fusion avec la glace et mes ailes d'ange n'étaient pas des hallucinations comme je le croyais. J'avais eu du mal à l'avaler. Mais en même temps, c'est comme si j'étais restée figée au 4 mars 2002. Depuis cette date, rien n'a changé en moi physiquement, même si j'ignore combien de temps cela fait-il que je me suis réfugiée en Angleterre... Quand j'arrivais à Satan-City, une foule de journaliste m'attendait à la sortie de mon transport. J'étais habillée d'une robe rose à froufrou que Ren m'avait offerte, avec des bas porte-jarretelle rose transparent de la même couleur. Mes chaussures étaient mes bonnes vieilles petites bottes signées démonia, noire et montante au mollet et s'arrêtant un peu avant le genou. Je portais mon collier à pointe, avec le grand blouson en cuir de Ren qui m'arrivait au fessier, couvrant le haut de mon corps. Je l'avais laissé détaché, car il ne faisait pas si froid que ça, ici. A ma sortie en ville, les journalistes me suivaient et me ruaient de questions. Les affiches de mon groupe et celui de Trapnest étaient toujours accolées à des murs, à moitié déchirée par le temps. Tout en allumant une clope, je continuai mon chemin. Même après autant de temps après, on m'harcelait de la sorte et, cette fois, il n'y avait ni Yasu ni mon manager pour prendre ma défense devant les caméras. Je n'avais rien à leur dire à mon sujet, avec leurs états d'esprits faux et avec leurs chaînes de TV bidon qui déforment la réalité et ne laisse voir au peuple que ce qu'ils veulent. Mes ailes dans mon dos battaient faiblement, gênant les journalistes dans leur manoeuvre d'interrogation et de photos. Au bout d'une demi-heure de marche en leur présence, sans que je ne lâche un seul mot alors qu'ils me gonflaient, j'arrachai un micro d'une main d'un des journalistes, puis je me tournais vers eux. Ils se stoppèrent tous, me regardant avec des grands yeux.

- Avant de vouloir ruiner le jardin des autres, faites poussez vos propres fleurs...

Puis, tout en me retournant, je laissais le micro tomber et je rentrais dans un hôtel de Gaia, là où mon groupe et moi avions été prit en charge et pousser vers la scène. Les paroles que je venais de sortir étaient celles de Yasu, qu'il avait dit il y a plusieurs années, mais qui m'avais marqué. Restant bouche bé, les journalistes s'arrêtaient là, et comme s'était filmé en live, devait diffuser le fait que je sois rentré à Gaia. Tout en entrant mon code personnel - qui fonctionnait toujours - j'entrais dans l'ascenseur. Quand je fus arrivé en haut, je pris la première porte à droite et l'ouvrit sans frapper. Plusieurs hommes étaient assis autour d'une table et le boss, le fils de l'ancien gérant au bout, le cul sur son fauteuil, me regarda en arquant un sourcil. Sans rien dire et sous les yeux en bille de tous, je partis m'asseoir sur le bout de la table, puis je levais mon regard vers eux. Je reconnaissais certaines personnes qui étaient déjà là avant et qui avaient bien vieillit. C'était étrange de les voir ainsi... alors comme ça, il s'était écoulé autant de temps que ça... ?

- Je viens continuer ma carrière. Une carrière solo, ou avec la reconstitution de BLAST avec de nouveaux membres, je m'en tape. Je veux juste chanter. Je veux bien travailler 7/7, chanter plus de 15h par jour, cela met égal. Ma vie est vouée au chant et à ma carrière qui ne s'arrêtera jamais. Alors, laissez-moi chanter...

C'était inéluctable. J'allais faire une carrière solo pour le moment, car je ne connaissais pas de gens possédant un vrai don musical. Tout en installant le peu d'affaire que j'avais amené et laissant les cartons de fringues et tout l'bordel que j'avais envoyé de chez Ren, je décidais de sortir pour visiter la ville. Les gens me regardaient et me pointaient, les plus vieux disaient qu'ils me connaissaient et racontaient ma célébrité a leur entourage. Au moins ça me faisait déjà de la pub, pour commencer. Par la suite, je trouverais bien des membres pour mon groupe, en sachant qu'il me faudrait un guitariste, un batteur, un bassiste et parmi-eux une ou deux personnes ayant une voix assez roque qui pourrait m'accompagner. »

---

Quelques jours après son installation dans une suite chez Gaia, la jeune femme se rendait dans diverse endroits de la ville, harceler par des paparazzis et des journalistes acharnés à son sujet. Effectivement, elle n'avait que peu de temps pour elle et ça lui convenait, car autrement, elle passait son temps dans un bar tenu par un metalleux qui passait le dernier album de slayer en ce moment, ayant déjà tout téléchargé illégalement. Habillé à nouveau de cette robe rose que Ren lui avait offert, avec ses nouvelles démonia de 15 cm en cuir et ses bas roses pâle, avec sur les épaules le grand manteau de cuir de son défunt fiancé, elle s'avança vers se bar, d'un air nonchalant. Elle colla une affiche sur la porte, pour rechercher un guitariste, un bassiste ou un batteur. Elle connaissait plutôt bien le barman maintenant, dans la trentaine, un skinhead avec un petit bouc et un labret central, plutôt mignon et qui porte le prénom de Ryu. Ainsi que le patron, un metalleux aux longs cheveux bouclé et un peu plus jeune que lui, du prénom de Kaito. Tout en rentrant dans le bar à l'ambiance noirâtre avec des effets de lumières fluorescentes, elle s'installa sur un tabouret et tendit quelques billets.

- Duuu sakéééééé ! Je veux du sakéééé Ryuu-kunn.... Dit-elle en tendant l'une de ses mains vers une bouteille de saké, avachi contre le comptoir.

Ryuu : T'es toujours pas en forme toi. Qu'est-ce que tu fais, mit à part boire, Nana ? Dit-il en soupirant, posant un verre sur le comptoir pour la servir, puis déposer la bouteille à côté.

Sans répondre, reprenant un air plus sérieux et mélancolique, elle regarda tristement le verre de saké, puis avala son contenu d'un seul coup avant d'enfouir sa tête entre ses bras sur le comptoir, sous le regard exaspéré du barman qui lui tapota gentiment la tête.
 
~ [D]estiny Ör ... Sadnes[s] ? ~ [P.V]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
RPGDBZ :: RPG :: Terre :: Satan-City-