Partagez
 

 WïsH. ( P r I v E Wolfÿ )

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Invité

WïsH.  ( P r I v E Wolfÿ ) Empty
MessageSujet: WïsH. ( P r I v E Wolfÿ )   WïsH.  ( P r I v E Wolfÿ ) ClockDim 27 Fév 2011 - 0:30
Peu après l’accident, Naomie avait réussit à faire appel à sa roue de secours. L’homme brun et grand transportait les deux blesser sur ses épaules, sans éprouver de mal à cela. On ne pouvait savoir comment elle faisait pour invoquer cette personne, qui semblait dénué de tout ressentis et qui pourtant, semblait très importante pour la jeune femme. On devinait alors qu’il avait joué un role crucial dans sa vie d’antan et que même maintenant, elle était lié à lui. Pour preuve, elle avait besoin de lui dans ce genre de moments critiques, malgré qu’il ne soit qu’une sorte d’image. C’était un rappel à la vie, d’un homme en enfer, qui ne pouvait ni combattre par lui-même, ni faire se qu’il voulait. C’était sa création à elle, s’était elle qui le commandait et qui l’invoquait, pas le biais de son pouvoir de glace. Il était plutôt impressionnant de constater qu’elle pouvait reproduire parfaitement un clone de personnes qu’elle avait simplement vue ou connue. Naomie était une vrai experte dans son art, elle remodelait des images parfaitement, à partir de son élément, pour qu’elles prennent vie. Sa sensibilité développait considérablement son talent, ce qui n’était donc pas forcément un défaut dans la durée. On devinait directement chez elle, une personne fine et timide, qui n’avait pourtant pas froid aux yeux. Elle savait être bien plus forte qu’elle ne le paraissait s’il le fallait, comme elle l’avait été auparavant. Les personnes possédant des pouvoirs, ont souvent eu une vie qui ne fut pas des plus joyeuse. Car comme dans le cas de la jeune demoiselle, qui avait été considéré comme une abomination du diable, on prennait ce sgens là pour des incarnations du démon. Mais on s’en servait pour la guerre uniquement… evidemment, du moment qu’il y a un profit à en tirer. Bien qu’elle ait vécue ce genre de chose, c’est une personne relativement gentille et tendre, ce qui change des bourrins et des gens qui sont devenus froid à cause des mauvaises expériences exploité dans leur passé. Mais elle estimait que ce n’était pas une raison valable pour devenir quelqu’un comme cela, et sa bienveillance sur autrui dépassait bien les limites de la gentille, de la sympathie, et de tous ces sentiments que l’on retrouve si peu à présent chez les autres. Cétait une fille adorable et attachante, mais bien trop faible intérieurement. Naomie était quelqu’un de très fragile, et de facilement influencable, malheureusement. Ce qui n’était pas le cas de l’homme, Zabuza, qu’elle invoquait. Il était uniquement là parce que c’était sa volonté, mais elle ne préférait pas se perde, encore dans le passé. Cet homme resterait toujours celui qu’elle a toujours admiré et celui qui ne l’a jamais rejetté. D’ailleurs, lorsqu’il fut arriver dans Satan-City, les gens le regardèrent comme s’il avait commit un acte suspect. Il faut dire que ce n’était pas courrant de voir ce genre de scène. On s’éloignait de lui en le laissant passer. Il ne regardait rien ni personne. Son regard était fixe et ignorant, comme si ce qui était autours de lui ne l’importait pas. Il se dirigea vers l’hopital le plus proche, montant sur les voitures qui lui barrait le passage, sans faire attention aux conducteurs de mal humeur qui l’importunait en lui lançant des injures. De toute manière, quand les conducteurs regardaient dans leur rétroviseur pour aperçevoir le colosse, ils s’arrêtaient de pousser des jurons qui pourrait leur porter préjudice. Une fois arriver dans l’hopital, il posa les deux corps inanimés sur des tablettes transportable spécialement à cet effet. La femme à l’acceuil alerta alors des médecins immédiatement. Car même si elle avait interpeler plusieurs fois le grand homme brun, il ne répondit pas. Il ne la regarda même pas. On le vit disparaitre de la circulation, d’un coup, après avoir réaliser sa tâche. Cela s’était passer comme par miracle, sous les gros yeux des passient autours, et de la femme de l’accueil. Les médecins arrivèrent peu après pour s’occuper des personnes bléssé en priorité, constatant de très nombreuses blessures sur ces deux personnes. On les emmenait dans une même chambre et ils commencèrent à les examiner.

Quelques heures plus tard, la fille au visage de poupée ouvrit lentement les yeux, les cils battant faiblement. Elle ne réalisait pas tout à fait où elle était. Mais après quelques instants, elle aperçut une infirmière qui lui faisait des soins. D’ailleurs, on lui bandait le poignet, celui qu’elle avait couper volontairement pour invoquer les chiens, tout à l’heure. La douce lumière qui entrait par la fenêtre éclairait le doux visage de Naomie, si fin, comme si on ne voulait pas le toucher, de peur d’abîmer un visage si parfait. Un visage de poupée de porcelaine, si rare. Ses longs cheveux noirs bordaient son corps jusqu’à ses hanches. Elle était habillée d’une chemise, uniquement, qui la couvrait jusqu’à mi-cuisses. Son état semblait aller maintenant, et elle avait récupéré. Lorsqu’elle se rapella ce qui c’était passé, elle se redressa et regarda autours d’elle. Son rythme cardiaque devint alors plus rapide, car elle paniquait. Lorsqu’elle aperçut Wolwerine qui était sur un lit à côté, et qui semblait dormir paisiblement, elle se calma. De plus, l’infirmière la rassura en lui disant que le jeune homme avait retrouver toute sa forme. Soulagée, elle se rallongea confortablement dans le lit d’hopital. Elle se laissai faire, sans résistance. De plus, l’infirmière qui s’occupait d’elle la rassurait constamment et lui demandait plein de petit détail pour savoir comment elle allait. Tout se passait mieux que prévu, et elle se sentait alors apaisée que Logan n’ai plus rien. Mais le fait qu’il ait dû beaucoup souffert lui torturait l’esprit. Elle tremblait encore en y pensant, en revoyant son corps sous forme de squelette, puis lorsqu’il començait à se recouvrir de chaire, puis de peau… elle espérait qu’il n’avait rien de grave. Car même si apparemment il était tout à fait rétablit, On ne savait pas de qu’elle attroce douleur il avait été le cobaye. Plus de dix minutes après son éveil, la femme qui la soignait l’aida à se relever, bien qu’elle était encore assez faible. Cette dernière lui dit qu’elle n’avait rien de grave, mais qu’elle avait été très épuissée et que ses ressources corporelles étaient faible. Il lui avaient d’ailleurs fait une transfusion sanguine. Naomie acquiesça, puis se dirigea directement vers Wolwerine. Elle prit un siège pour s’asseoir à côté de lui. Elle fixait son visage impassible… les hommes étaient donc tous comme ça ? Etaient-ils vraiment obliger de ne rien montrer, de rester stoïque ? C’était apparemment une question de fierté. Ses yeux se mirent à briller, comme si elle était sur le point de pleurer. En effet, elle repensait à cette éffroyable douleur qu’il avait dû ressentir, et cela la brisait. Elle prit alors entre ses mains l’une des mains de Logan, et resta là, ses yeux rivés sur son état.
Invité

WïsH.  ( P r I v E Wolfÿ ) Empty
MessageSujet: Re: WïsH. ( P r I v E Wolfÿ )   WïsH.  ( P r I v E Wolfÿ ) ClockDim 27 Fév 2011 - 23:05
Après s'être pris une sévère dérouillée au lac, Logan fut complétement dépeusé, il ne réstait que son squelette en Adamantium, quelques muscles et quelques organes, il s'était évanoui. Il ce réveillerait surement dans la neige, le froid et la glace entièrement nu. Bah, il retrouverait bien la ville et des fringues, un peut de froid n'avais jamais tuée personne. Quoi que... Enfin, bref Logan ce fichait du froid...

Bizarrement, il ne ressentit pas la douceur de la neige, il ne ressentit pas non plus le froid sur sa peau. Non, il ressentit la douceur et la chaleur des drats de soies dans un lit d'hôpital. Que faisait-il ici ?

Faiblement, James Holwett ouvrit les yeux. Sa vision était trouble. Quelqu'un lui tenait et lui réchauffait les mains. Il ne savais pas qui était cette personne mais elle le réconfortait. Sa vision lui revint tout doucement. Il apperçut alors la personne à son chevet.

"N... Na... Naomie ?! Mais où sommes-nous ? Et pourquoi pleures-tu ?"

Il ce releva doucement et il lui embrassa ses mains tendrement pour la consoler tout en lui séchant les larmes coulait le long de son visage d'ange. Il lui souris pour la rassurer. Déjà les médecins affluaient pour voir comment allait l'arme X. Ce dernier était plongeait dans le regard angélique de la jeune femme. Nul ne savais ce qu'il y voyait, mais, il semblait heureux et apaisé. Le temps s'était comme arrêté. Ce fin rayon de soleil qui traverssait la fenêtre éclairait le visage blanc comme du lait de Naomie, il faisait ressortir ses yeux brillant et les goutellettes salée qui coulaient le long ses joues légerement rosées dans une parfaite harmonie...


Dernière édition par Wolverine le Mer 2 Mar 2011 - 18:45, édité 1 fois
Invité

WïsH.  ( P r I v E Wolfÿ ) Empty
MessageSujet: Re: WïsH. ( P r I v E Wolfÿ )   WïsH.  ( P r I v E Wolfÿ ) ClockMar 1 Mar 2011 - 16:26
On n’aurait jamais pensé qu’une petite fille eut, déjà, autant de pouvoir entre ses mains. Ce pouvoirs était en effet un don de ses ancêtres, et tout comme sa mère, elle en eut hérité. Après l’incident, quand elle rencontra Zabuza, celui-ci fut agréablement surpris de réaliser que la jeune fille baignait déjà dans un grand savoir de son aptitude si singulière. Personne ne possédait se don, le Hyoton, hormis les gens qui seraient de sa famille. Mais les branches dérivées n’avaient qu’une très faible chance d’obtenir ce don, puisqu’ils n’étaient pas des descendants direct. Naomie n’avait jamais considéré cela comme de la chance. Depuis qu’elle avait découvert que d’être ainsi ne ferait que d’elle un monstre, mépriser par les autres, la jeune fille avait toujours détesté se qu’elle était. Il se révéla qu’avec les années d’entraînements auprès de son sanin, un véritable potentiel était en elle, seulement, son caractère émotif empechait – les premières années – de pouvoir l’exploiter en entier. Mais il ne fallait pas être dupe pour savoir qu’elle serait une arme de choix, une combattante d’élite, qui aurait été certainement très haut grader si elle n’avait pas rejoin un assassin. Depuis ce jour miraculeux où, un homme l’avait receuillit, elle n’oublia jamais ses valeurs, ni d’où elle venait réellement. On ne pouvait qu’être redevable à la personne qui nous à offert l’opportunité qui changerait notre vie. Sa gentilesse en premier lieu, fit d’elle quelqu’un de très influencable, mais rien ne la fit changer. Bien qu’elle soit plus méfiante en matière de combat, ou bien envers les personnes qu’elle pourrait suspecter ; cette femme est l’une des rares personne dans se monde à être d’une sympathie si grande. L’une des rares personnes avec le cœur sur la main. Pourtant, les gens étaient largement tenter de se servir d’elle, mais en voyant son infatiguable amabilité, la plupart se résignaient à faire du mal à quelqu’un d’aussi naturellment gentil. On imaginait très bien qu’elle était déjà tomber sur des profiteurs mais, jamais, elle n’avait changer son comportement à cause de cela. On la voyait toujours si aimable et douce envers son prochain. Son passé qui avait troublé sa vision de la vie, jouait aussi un rôle sur le fait qu’elle possède ce caractère. Sa mère avait été comme ça, elle aussi. Et pour preuve, elle était morte, tuée par son mari après qu’il ait découvert son secret. Mais jamais elle n’avait tenter une résistance, car les personnes comme Naomie ou sa maternelle, étaient incapable de faire du mal aux personnes qu’elles aiment. Alors on se demande comment la petite fille s’en tira… cette petite qui était sagement rester dans un coin de la maison, ses yeux reposants sur le massacre. Lorsque son père arrivait, accompagner des forces pour faire régner l’autorité, inexplicablement, la volonté la glace la constituant activa une sorte d’auto-défense pour éradiquer tous les dangers. Souvent, elle revoyait cette image : sa maison transperçer par d’immense pique de glaces, ne laissant aucun survivant. Dire que si elle n’avait pas été héritière de ce pouvoir, tout cela ne serait pas arrivé… mais jamais elle ne regretta le fait d’avoir rencontrer Zabuza. Ce pourquoi, aussi loin qu’elle se souvienne, Naomie avait été heureuse dans cette nouvelle vie qu’on lui avait offert. Personne n’avait pu l’influencer pour qu’elle quitte le camp de son sanin, puisqu’il représentait et occupait toute la vie de cette dernière. On n’aurait pas pu la disuader de le servir, puisqu’elle n’avait plus que lui et qu’elle ne voyait que par lui. Cette époque, était encore révolue, maintenant. Comme si c’était une sorte de malédiction, de perdre ceux qu’on aime à cause de se que l’on est… Malgré ça qui l’avait beaucoup sensibilisé, on la voyait s’éfforcer de garder la tête haute, elle se battait contre l’angoisse d’une vie sans utilité. Tout ce qu’elle désirait, c’était d’être utile pour quelqu’un, comme elle l’avait été. C’était de cette façon qu’elle pouvait se sentir vivante. Ceci était irrévocable : pour la plupart des autres, vivr epour soi était primordial. Or, pour elle, cela n’avait aucune importance et cela voulait dire que l’on plongeait dans l’égoïsme. Ce sujet était infiscutable : quoi que vous lui dite, avec son beau sourire angélique, Naomie vous répondra que tel a toujours été ses convictions et que, rien ne pourrait les changées.

Lorsqu’elle s’était assise à côté de Wolwerine, elle le regardait avec tant de compassion, qu’on aurait pu croire qu’elle était à côté d’une personne ayant une maladie incurapble. Les infirmiers dans la pièce, d’ailleurs, l’avait remarqué. Mais ceux-ci se faisaient discret et ne disaient rien, dans leur coin, en observant la scène et l’état des passients. Ses yeux et ses joues étaient rougie par tout ce mal qui la traversait, tout ce mal qu’elle se faisait pour lui. Elle avait comprit qu’il était une sorte d’immortel… alors sa vie et ses douleurs aussi bien physiques que mentales devaient être si horrible… qu’en imaginant cela, elle imaginait le lourd poids que cet homme devait porter sur ses épaules. Elle avait prit l’une de ses mains entre les siennes, comme pour aporter un certain réconfort à l’homme. Cependant, une personne aussi émotive que Naomie savait bien mieux que les autres les sentiments animant ses congénères, pour preuve, il lui avait suffit de comprendre que cet homme ne pouvait mourir pour penser à tout ce qu’il avait dû endurer dans cette vie si longue… et la femme peinait pour lui. Heureusement, lorsque Logan s’éveilla, les yeux de cette-dernière brillairent alors non plus d’une lueur de tristesse, mais plutôt d’égaiement car il venait de revenir à lui. Il articulait avec assez de mal ses mots, mais il semblait bien vite reprendre ses aptitudes primaires. L’homme se redressa et embrassa le dos de la main de la jeune fille, comme pour à son tour la réconforter, et on la vie rougir, alors qu’elle souriait, les larmes encore perlantes sur ses douces joues blanchâtres. Logan passa son index sous l’un des yeux de Naomie pour que ses larmes arrêtent de couler. Cette action sembla la toucher et elle essaya de se reprendre, peu à peu. Wolwerine ne quittait pas le regard de celle-ci, et bien qu’il ait eut un air un peu inquiet de savoir ce qu’il faisait ici, maintenant, ses traits s’étaient détendu et il semblait apaisé. Les infirmiers s’étaient dépécher de venir lui faire des soins, de prendre sa tension, et toutes ces choses pour voir s’il était stable. Mais lui ne semblait pas s’en préoccuper, son regard toujours perdu dans les yeux de la jeune femme, qui lui caressait le dos de sa main pour le réconforter tout en douceur, comme elle l’avait fait jusqu’ici.

Infirmier : Les nouvelles sont bonnes : votre état est stable, vous vous êtes déjà totalement remis de vos sequelles. J’ignore par quel miracle cependant. Lorsqu’on vous à amenez ici, vous étiez vraiment mal en point. A présent, vous pouvez sortir de cet hopitâle sans même suivre des soins intensifs… vraiment bizarre… dit le médecin, assez inquiet. Quant à vous madame – Naomie tourna curieusement sa tête vers le médecin. Pourquoi madame alors qu’elle n’était pas mariée ? – Nous n’avons rien trouver de très alarmant, à part le fait que nous avons dû vous faire uen transfusion sanguine car vous étiez dans un état de très haute fatigue. Vous allez l’air d’aller plutôt bien, mais vous devriez faire attention à vous.

L’infirmier salua d’un signe de têtes les deux personnes en face de lui, puis sortit de la pièce, accompagner de ses assistants. Naomie détourna alors les yeux vers Wolwerine.

- J’ai vu ton… l’état dans lequel tu étais et j’ai cru que… le mot resta bloquer dans sa gorge. En ayant vu un squelette de cette façon, on ne pouvait qu’en être choqué. Mais quelques minutes après tu as commencer à te régénéré… comment cela est possible ? Et maintenant, on dirait que tu vas bien, que tu n’as plus aucune douleur. C’est comme les griffes que tu possèdes, elles sont faites d’une matière bien plus résistante qu’il n’y parait, d’après ce que j’ai pu en voir. A ses mots, elle passa son index sur l’endroit préçis où ses griffes pouvaient sortir. Il n’y avait aucune marque de leur passage. D’où viens-tu, Logan ?

Et cette question lui trottait dans la tête comme une résonnance, infinie, qui ne partait pas. Comment un être pouvait-il être ainsi ? C’est comme si toutes les marques qu’on lui infligeaient disparaissaient, comme s’il ne pouvait connaitre la mort. Naomie ignorait tout de son histoire, de sa vie d’antan et des années qu’il avait traversé, sans visiblement vieillir. Peut-être que cette chose qu’il avait en lui préservait son corps tel quel ? Tout cela était bien trop de mystère pour la jeune fille. Mais elle espérait ne pas l’offenser avec cette question, car elle-même sait que le passé n’est jamais une bonne chose à se rappeler.
Invité

WïsH.  ( P r I v E Wolfÿ ) Empty
MessageSujet: Re: WïsH. ( P r I v E Wolfÿ )   WïsH.  ( P r I v E Wolfÿ ) ClockJeu 3 Mar 2011 - 13:42
Logan plongeait dans les yeux de Naomie. Cette douce jeune fille qui avait veillée sur lui pendant son comas. Il lui avait embrassé ses mains et séché ses larmes pour la réconforter. Elle lui faisait penser à Kayla. Qu'était-elle devenue ? Ses souvenirs étaient encore floues dans sa tête. Il l'avais vue bléssé, mais il n'avais pas vue son corps mort. Il ne ce rappelait pas très bien. Ce souvenir qui avait du mal à sortir lui faisait mal. Néanmoins, il gardait cette douleur en lui même. Lorsque le médecin interrompis leur tête à tête. Logan baissa la tête pendant que Naomie regardait l'infirmier. Il disait que l'état de Logan étaient stables. Qu'il s'était remis de ses sequelles. Il parlait de miracle. Ces paroles le firent sourire. Il dis simplement les yeux baissés :


"Disons que j'ai beaucoup de chances..."

Ensuite il parla à Naomie. Il disait qu'ils avaient due lui faire une transfusion sanguine car elle était arrivé très fatiguée. Il disait qu'elle devait faire attention. Logan releva les yeux vers elle. Elle avait fait la même chose, ce qui le fit sourire. Il était rassuré qu'elle allait bien, après le combat qu'ils avaient menés. Naomie lui dit un peut gênée :


"J’ai vu ton… l’état dans lequel tu étais et j’ai cru que…Mais quelques minutes après tu as commencer à te régénéré… comment cela est possible ? Et maintenant, on dirait que tu vas bien, que tu n’as plus aucune douleur. C’est comme les griffes que tu possèdes, elles sont faites d’une matière bien plus résistante qu’il n’y parait, d’après ce que j’ai pu en voir. Il n’y avait aucune marque de leur passage. D’où viens-tu, Logan ?"


Logan baissa les yeux, c'était la première fois depuis longtemps que quelqu'un se souciait de lui et de son passé. Il lui pris ses mains et lui répondit doucement un peut gêné. Il avait peur un peut de la choquer :


"Et bien... Ou commencer ?... Mon vrai nom est James Howlett. Je viens d'une contré lointaine plus au Nord-Ouest. Il y a longtemps que je suis sur cette Terre. J'ai découvert que j'était un mutant lorsque mon père s'est fait tuer sous mes yeux par mon père biologique; et le père de Victor d'un de mes plus chères amis. Cette homme était un alcoolique qui frappait son fils. Un soir il est entré et a hurlait dans la maison. J'était souffrant, j'avais une pneumonie depuis un moment déjà. Mon père qui était à mon chevet avec Victor est parti en courant. Victor l'a suivit et moi j'ai suivit faiblement Victor. Il y a eut un coup de feu et mon père était au sol mort. J'ai pleuré toutes les larmes de mon corps et c'est à ce moment là que j'ai découvert ses griffes qui à l'époque n'étaient que des ongles. J'ai courus les griffes en avant vers l'assassin et j'ai vengé mon père. Là l'homme m'avoua qu'il était mon vrai père. Ma mère qui pleurait au sol m'a insultée de monstre... Je me suis enfuie dans la plaine avec Victor. Nous nous sommes jurés de nous protéger comme deux frères devaient le faire !"


Il regarda Naomie dans les yeux et il lui souris pour la réconforter et pour ne pas montrer sa tristesse. Il jeta un vif regard par la fenêtre et repris son récit :


"Nous avions décidés de nous engager dans les guerres de notre pays. Victor ce battait pour sa soif de sang et son envie de meurtre et moi pour la justice car ces guerres étaient des Guerres justes. Nous sommes des immortelles. Personnes ne pouvaient nous tuer. Et nous avions fait gagner toutes les guerres de notre pays. Sauf la dernière à laquelle nous avions signés. Victor est devenue fou et il tués tout le monde alliés et civils. Nous nous sommes fait arrêtés et fusillés. Comme nous ne pouvions mourir, on fus jeté dans une cellule jusqu'à l'arrivé d'un homme... Stryker. Il nous a engagé comme mercenaire avec d'autres mutants. Nous devions retrouver des pierres bizarres tombés du ciel. Pour cela il fallait tuer de nombreuses personnes. J'ai refusé de continuer et je suis parti. Je me suis installé comme Bûcheron dans une petite vallée avec ma femme Kayla..." Il sera son poing lorsqu'il prononça son nom. "Nous étions heureux jusqu'à ce que Victor assassine les anciens membres de cette Guilde. Stryker est venu me voir. J'ai refusé de l'écouter. Mais quand Victor a tué Kayla. Je l'ai poursuivis pour la venger mais il était plus fort... Stryker m'avais proposé de booster mes pouvoirs. je suis allé le voir. Cette pierre étrange que nous recherchions contenait de l'adamantium. Un des alliage les plus dures de l'univers. Il m'a greffé ce squelette en Adamantium sans anesthésie puisqu'aucune drogue ne peux m'atteindre. Peut m'importait la douleur, je voulais pouvoir faire souffrir Victor et venger Kayla... Mais en faites, Stryker était un salopard, il voulais faire de moi une arme, l'arme X. J'ai réussis à m'enfuir de sa base secrète mais il fallait que j'y retourne. En battant Victor, il m'a avoué qu'il avait enfermé des jeunes mutants dans sa base pour faire des expériences. En y entrant, Stryker tenait en otage Kayla et sa soeur qui étaient des mutantes elles aussi. Kayla pouvais en touchant la peau des hommes leur faire faire ce qu'elle voulait et sa soeur pouvait changer sa peau en adamantium. Stryker voulais créer une armes invulnérable. Il lâcha ce super mutant sur moi et là j'ai du me battre contre lui... Victor est venu m'aider et nous l'avons vaincue. Là mes souvenirs sont encore floues... Je me rappel m'être pris des balles dans le crâne et avoir perdu la mémoire... Je ne sais pas ou ce trouve ma bien aimée... Kayla !"

Il fermis les yeux et retins ses larmes. Il les rouvrit ses yeux et termina son récit :


"J'avais perdue la mémoire jusqu'au combat contre le Joker... Mais certains souvenirs sont encore floue..." Il souris à l'ange et lui demanda ensuite un peut pour changer de sujet car il n'aimait pas ce souvenir de son passé horrible : "Et toi d'ou viens-tu Naomie ?"

Invité

WïsH.  ( P r I v E Wolfÿ ) Empty
MessageSujet: Re: WïsH. ( P r I v E Wolfÿ )   WïsH.  ( P r I v E Wolfÿ ) ClockSam 26 Mar 2011 - 13:05
La réaction de Logan face à ce qu’avait dit le médecin eut pour conséquence d’inquiéter Naomie. En effet, Wolwerine avait parlé, la tête baissée, comme si cela ne lui faisait ni chaud ni froid. Comme si cela était tout à fait normal pour lui. Et cela était bien evidemment très étrange : comment ce fait-il qu’un homme à l’air anodin puisse guérir si vite ? Il disait avoir eut beaucoup de chance sans le penser, c’était certain. Alors qu’elle le regardait de son air mélancolique, qui donnait tout de suite l’impression que c’était elle, l’ange sans faille, le seul qui éxistait encore sur cette Terre – elle sentit les mains de son interlocuteur se poser sur les siennes. Cela l’interpella alors, souvent, on faisait ça quand on avait quelque chose d’important à annoncer. Elle accepta alors ce geste, serrant doucement les mains de Logan. Une femme comme Naomie n’était pas capable de refuser quoi que ce soit à quelqu’un qui possède un bon fond. Elle était alors persuader que s’il était mauvais, il n’aurait jamais réagis comme ça. C’était comme ça, qu’elle perçevait un homme de bon cœur. Quelqu’un qui ne se cache pas dérrière des méandres, une personne qui ne cherche pas à fuir les autres. Trop souvent, la plupart des gens sont ainsi par refus d’être aidé, ou d’être écouté, car ils veulent montrer une fierté qui se veut être fausse. Une fierté pour dissimulé les souffrances ressentis par la personne.

Il lui donna alors son vrai prénom et nom, car elle ne le connaissait que sous le pseudonyme de Logan – et une fille aussi simpliste qu’elle n’aurait pas cherché à fouiller plus loin. Il lui raconta qu’il était sur Terre depuis bien plus longtemps qu’on ne pouvait le penser. Naomie était loin d’imaginer tout ça sur Logan : c’était un mutant, et qui avait un frère. Il lui dit alors ce qui s’était passé lors de son enfance, avec son père, et lui atteint par une pneumonie. Cela fit tilte à la jeune femme : elle revoyait son père frapper, encore et encore, sa mère, jusqu'à ce qu’elle en meurt. Un frisson, grissonant de douleur traversa son corps, mais elle resta là, à l’écouter, les yeux river dans ceux de James. Sa propre mère le considérait comme un monstre. C’était évident qu’il préférait partir que de rester là où il était considérer comme une abomination. Il dit alors qu’il s’était enfuis, en compagnie de son frère Victor, et qu’ils s’étaient promis d’être pà l’un pour l’autre, pour se protéger mutuellement. Il s’arrêta un court moment, avec un sourire qui se voulait réconfortant, comme s’il voulait essayer de ne pas montrer sa tristesse. Il détourna après cela un moment le regard vers la fenêtre. Naomie, ne voulant pas qu’il cache la tristesse dont il était victime, le rassura en caressant le dos de ses mains, comme pour lui dire de continuer sans se cacher. On distinguait très clairement qu’elle était émue par le fait qu’un homme se dévoile autant.

Il continua son récit, il disait qu’il s’était engagé dans de nombreuses guerres pour son pays. Ses intentions étaient louables, comparés à celle de son frère. A leur dernière bataille, Victor avait déchainée une rage sanguinaire qu’il gardait en lui, et cela eut pour effet de les faire enfermés. Il énnonça le prénom d’un certain Stryker, qui les engagea avec une équipe d’hommes mutants comme eux, afin de récupérer des pierres, d’une valeur certaine. Logan refusa et s’installa dans un coin apparemment tranquil et retiré, en compagnie de sa femme. Quand Naomie apprit que son propre frère le poursuivait toujours – jusqu’à aller tué sa femme – sa gorge se serra. Un être comme elle ne pouvait pas comprendre par quel diable l’homme était capable de telles choses. Le dénommé Stryker était revenu à la charge après cela, et avait fait de James ce qu’il était aujourd’hui : Une sorte d’arme biologiquement modifié, indestructible. Elle comprenait mieux le fait qu’il puisse se régénérer si facilement. Ce Stryker n’était pas le plus bons des hommes : il retenait de jeunes mutants pour leur faire subir des expériences, alors qu’ils étaient eux aussi humain. A la fin de son récit, elle remarqua que son compagnon était troublé. Il ne se souvennait plus de ce qui avait pu se passer par la suite.

Lorsqu’il ferma les yeux pour retenir sa peine, les yeux de Naomie l’ayant fixé tous le long de son récit, et lui ayant prété une oreille attentive, on vit des larmes perlées le long de ses joues, mais elle ne disait rien. Elle l’écoutait. Quand il réouvrit les yeux, et souris une fois de plus pour cacher tant bien que mal sa peine, la jeune femme l’enlaça. Elle prit doucement l’homme contre elle, frottant doucement sa main dans son dos, geste réconfortant. Son esprit semblait comprendre et compatir à la douleur de James. A son tour, il lui demanda d’où elle venait. Elle ressera doucement ses mains dans le dos de Logan, quelques petites larmes tombaient doucement contre l’épaule de l’homme contre lequel elle était. Mais elle restait silencieuse. Ce moment lui semblait très précieux, car jamais elle n’aurait imaginé qu’un homme soit aussi émotif. La jeune femme resta un moment à caliner son compagnon, puis elle se décolla de son étreinte, son beau sourire aux lèvres. Ce sourire d’ange…

- Je… suis née dans un village où il neigeait tous le temps. C’était vraiment magnifique… Ses yeux semblait perdus dans le vide, mais on la remarquait sous un angle heureux. Comme si c’était avant tout les bons souvenirs qu’elle voulait mettre en avant, afin de ne pas s’emporter. Ce village en était un parmis d’autres, avec son histoire, et surtout en guerres avec les autres. Je vivais retiré de la grande ville, dans une petite maison proche d’une foret de cristaux. Un jour, lorsque la neige avait fondue et former de l’eau gelée, je me suis assise prêt de la flaque et j’ai touché l’eau… Et elle s’est cristallisée. Je me rappelle que cela m’avait émerveillée. C’est comme ça que j’ai découvert mon don. Je pouvais créer et manier la glace, je m’en fesais un terrain de jeu. Et un jour, j’ai décidé de montrer ça à ma mère, car je pensais qu’elle serait fière de moi. Seulement, quand j’ai vu l’expression défigurée qu’elle abordait sur son visage, mon bonheur disparut. Elle me giffla, et répéta sans cesse « Pourquoi toi aussi… » sans jamais me donner d’explications. Un jour où je rentrais de l’école, mes parents se disputaient. Il y avait d’autres hommes, armés. C’était des militants. Alors je me suis fais discrète, je suis rentré et je me suis assise dans un coin. Je n’ai pas compris ce qui s’est passé, mais mon père à battut à mort ma mère, qui était incapable de faire du mal à la personne qu’elle aimait. Et quand mon père me remarqua, il disait qu’il était trop tard. Quand il s’approcha de moi, sous les yeux des militants à l’entrée, l’air méprisant… je me suis collé au mur, j’ai fermé les yeux. Et quand je les ai réouvert, ma maison fut traversés par d’immense cristaux de glace. Des morceaux… de corps… déchiqueter par l’attaque était répendu un peu partout… Elle déglutit, comme si cela la dégoutait profondément. Je me suis retrouvée seule un long moment. J’ai compris par la suite que les personnes possédant ces sortes de pouvoirs étaient considéré comme des monstres. On avait peur de ces personnes, on pensait qu’elles n’étaient pas humaines. On voulait s’en servir seulement pour la guerre… ça ressemble à ce que ce Stryker à voulu faire de toi, une arme.

Elle gardait ses mains dans celles de Wolwerine, mais ses yeux étaient tellement vide… comme si elle ne pouvait plus trouver la force de pleurer.

- Un jour, un homme s’approcha de moi. Un homme très grand, brun. Son visage était couvert, jusqu’à ses yeux, par un bandage. Et une énorme épée couvrait son dos. Il me dit alors que personne ne voulait de moi car on me considérait comme une inhumaine. Et il me proposa d’être à lui, d’être son arme. C’est là que j’ai compris que se sentir utile pour quelqu’un était la raison qui me faisait vivre. J’ai passé une très longue période de ma vie auprès de cet homme, qui m’a tout appris. Même si c’était quelqu’un de très froid .. quelqu’un qui ne montrait jamais ses sentiments… je savais qu’il m’aimais pour ce que j’étais et pas par interet. C’était un assassin, qui travaillait pour plusieurs personnes. A son époque, à l’école des gens comme lui, des gens possédant des pouvoirs, on les faisaient s’entre tuer pour savoir qui serait le plus fort, et qui serait l’élite du village pendant les guerres. Cet homme, Zabuza, c’était lui. Mais il avait refusé de faire ce que le village attendait de lui, ce pourquoi, les avis de recherches se multipliaient. C’était un homme d’exception, doué. Naomie semblait heureuse de se remémorer ce qui avait été et ce qu’elle n’oublierait pas. C’était une période forcément éprouvante dans sa vie. Un jour, la mission était bien plus dangereuse que prévu… il fallait assassiné un chef du village adverse. Disons que cela s’est mal passé… Je me suis retrouvé face à un jeune homme qui avait porté un lourd fardeau, comme le miens, sur ses épaules, et que j’avais rencontré dans la foret, quelques jours avant. C’était un homme bon… Zabuza affrontait son acolyte. Et quand il se retrouva en mauvaise posture, je le défendis, décidant de sacrifier ma vie pour la sienne. J’ai toujours eus cette vision de ma vie… Être là pour une personne, jusqu’à la fin. Je me souviens seulement, après ça, de Zabuza près de moi, qui me demandait pardon… et qui me disait qu’il voudrait aller au même endroit que moi, même si cela lui était impossible…

Son récit s’acheva douloureusement, comme cela avait du l’être pour Logan. Mais elle restait, cette fois, forte. Son visage était pâle, mais reprennait quelques couleurs, bien qu’elle fut aussi blanche qu’une poupée de porcelaine, fragile. Son sourire en disait long, aussi bien sur ses souffrances que sur ses vécus. Elle avait été heureuse. La jeune femme se releva du siège, puis se mit dos à Wolwerine pour quitter la chemisette qu’on lui avait donné pour seul habit. Grâce à son modelage de glace, elle se revetit d’un kimono d’une coupe semblable qu’elle avait avant, mais avec plus de couleur, et fendu en V sur la poitrine. Des talons à la japonaise, qui lui donnait bien plus d’hauteur qu’à l’origine, vêtit également ses pieds. Curieuse, elle regarda un moment par la fenetre, et aperçus des hélicoptères, bizarrement, se poser proche de l’hopital. Naomie tourna alors sa tête en direction de Wolwerine, légèrement inquiète.

- Il y a des hélicoptères qui viennent de se poser… je me demande ce qui se passe…

Invité

WïsH.  ( P r I v E Wolfÿ ) Empty
MessageSujet: Re: WïsH. ( P r I v E Wolfÿ )   WïsH.  ( P r I v E Wolfÿ ) ClockVen 29 Avr 2011 - 0:30
Logan ce trouvait dans son lit d'hopital, près de la fenètre. Il tenait dans ses mains celles de Naomie. Il venait de lui conter son histoire. Elle avait frémit, eut de la peine pour lui en écoutant le récit de sa vie,
mais le fait qu'elle ce trouvait à côté de lui, qu'elle l'écoutait, cela le réconfortait. Mais ce fut au tour du mutant découter l'histoire de son amie, puisqu'il lui avait demandé de le faire. Lorsque le mutant lui demanda cela, elle le serra dans ses bras et pleura doucement sur son épaule. Etait-ce parce que son histoire était horrible, parce qu'elle était touché par celle de Logan ou encore parce qu'elle était touché du fait qu'il lui demande de raconter ce qu'il lui était arrivé dans la vie ? Logan n'en savait rien. Néanmoins, il lui frotta tendrement et doucement son dos pour la réonforter. Lorsqu'elle ce décolla de l'arme X, elle affichait un sourire d'ange, ce qui faisait un peut contraste avec ses yeux mouillés. Le mutant lui rendit ce sourire et écouta son récit.

Elle était née dans un village. Un village couvert de neige. Cela devait être beau à voir pensa t'il. Son village était apparement un village tout ce qu'il y avait de plus simple, banal, comme les autres. Elle vivai dans une petite maison retiré de la Villeprès d'une forêt de crystaux. Un jour, lorsque la glace commençait à fondre, elle s'était assise près d'une flaque et elle avait touché l'eau, et elle fut surprise de constater que l'eau c'était changé en glace ! C'était ainsi qu'elle avais découvert son don : elle pouvait manier la glace et jouer avec. Logan souris en tentant d'imaginer la scène. Au moins, elle n'avais pas eut à tuer quelqu'un en découvrant son pouvoir. Télement qu'elle était heurese de ses pouvoirs qu'elle avait décidé de les montrer à sa mère pour qu'elle sois fière d'elle. Mais au lieu de cela, elle la giffla.Logan fut stupéfait d'entendre cela; pourquoi sa mère n'était-elle pas fière que sa fille puisse avoir un si beau pouvoir ?... Ce fut un jour lorsqu'elle rentrait de l'école qu'elle entendit ses parents ce disputer. Il y avait dans sa maison des hommes armés, des militants expliqua Naomie. Elle rentra alors dans sa maison discrètement et alla dans son coin. Elle ne comprenait pas ce qu'il ce produisait et encore moins lorsque son père s'est mis à battre à mort sa mère qui n'avait pas réagit parce qu'elle était incapable de faire mal à celui qu'elle aimait. Lorsque son père la remarqua, elle ce blotit dos au mur, les yeux fermés. Lorsqu'elle réouvrit les yeux, elle vit que sa maison était transpercé par des crystaux de glace. Wolverine imagina alors ces corps déchiquetés et répendus partout... Il lui pris la main et y porta un tendre baisé sur son dos tout en lui frottant avec son pousse le creux pour la réconforter. Elle dit alors qu'elle était réstée seul un long moment et qu'elle avait compris que les personnes possédants des dons étaient concidérés comme des monstres. Logan avait eut affaire à cela lui aussi, et c'est pourquoi il avait fui dans la plaine avec son frère Victor... Elle ajouta que dans son village, on n'utilisait que ces "monstres" pour la guerre un peut comme Stryker avec lui. Logan hocha doucement la tête et lui baisa de nouveau sa main. Bizarrement, elle ne pleura pas, peut-être avait-elle trop pleuré. Pourtant, Logan ne céssait de lui frotter la main.

Son récit n'était pas fini. Elle expliqua qu'un jour, un homme est venu auprès d'elle. Un homme couvert de bandages qui portait une épée dans son dos. Cet homme lui a expliqué que personne ne voulait d'elle car on la concidérait comme inhumaine. Il lui proposa d'être son arme. Et bizarrement elle accepta pour avoir une raison de vivre. Elle avait passé beaucoup de temps avec lui et il lui avait tut appris. Elle disait qu'il était quelqu'un de froid et de stoïque. Elle disait qu'Il l'aimait pour ce qu'elle était et non par intérêt. Il était un assassin travaillant pour plusieurs personnes. Elle dit alors que ceux qui possédaient des pouvoirs, à l'époque de cet homme, à l'école on les forcés à s'entre tuer pour savoir qui était le plus fort. Son ami s'appelait Zabuza. Il avait refusé de faire ce que son village attendait de lui et donc ce fut pourquoi sa têete était mise à prix. Il était doué disait-elle. Son visage changeat alors d'expression lorsqu'elle parla de ce passage de sa vie, elle semblait plutôt heureuse. Elle repris alors son récit en disant qu'un jour lors de l'une de leurs mission alors qu'ils devaient assassiner un Chef de Vilage. La mission avait mal tourné car elle dus affronter un garçon qui était comme elle et qui portait lui aussi un lourd fardeau; elle l'avais rencontré dans la forêt avant la mission; c'était quelqu'un de bien. Tandis que son ami Zabuza affrontait l'acolyte de son adversaire, elle avait décidé de sacrifier sa vie pour le défendre lorsqu'il fut en mauvaise posture. Elle s'était sacrifié pour lui. Elle fini en disan que son ami ce tenait auprès d'elle en lui demandant pardon et qu'il voulait aller là ou elle irait. Logan la pris dans ses bras et lui frotta le dos. Ils étaient silencieux. Logan ressentait ce qu'elle même ressentait, ils avaient presque vécus les même choses, ils se comprenaient...

Elle fini par ce lever et elle hôta sa chemise pour enfiller grâce à son pouvoir son Kimono. Logan lui n'avais plusrien à ce mettre. Naomie regarda par la fenêtre, des hélicoptères venait d'arriver. Logan ce redressa pour mieu voir. C'étaient les hélicoptères de Stryker. La jeune femme semblait inquiête, elle ce demandait ce qu'il ce passait. Pour seul réponse, il sortit ses griffes en murmurant "Stryker !". Il avait la haine envers cet ordure. Logan serra les poings et la mâchoire. Il fronça les sourcils et tourna le dos à Naomie en lui disant ceci :

"Il faut qu'on parte... Si je revois cet homme, je risque de ne plus me contrôler..."

Logan avait ses mains qui tremblaient. Il rangea ses griffes et tendit alors sa main droite à Naomie pour l’emmener avec lui loin de ce mauvais type. Cependant, il était presque impossible qu'ils ne quittent les lieux sans ce faire repérer. De plus Logan était nue sous sa tenue de malade... Que fallait-il faire. Logan ne voulait pas craquer et commettre l’irréparable devant Naomie, il devait ce maîtriser et peut-être que sa présence allait lui être bénéfique. Le mutant attendit que Naomie réponde mais il était déjà trop tard; les hommes de Stryker et lui même étaient dans l’hôpital. Ils étaient proche. Logan le sentait arriver...

Allaient-ils partir ensemble ou alors Naomie l'aiderai à surmonter la vue de l'homme qui était la cause de tout ses soucis ?....
Invité

WïsH.  ( P r I v E Wolfÿ ) Empty
MessageSujet: Re: WïsH. ( P r I v E Wolfÿ )   WïsH.  ( P r I v E Wolfÿ ) ClockLun 16 Mai 2011 - 19:30
Logan et Naomie avaient passé un moment touchant. D’ailleurs, cela avait été éprouvant autant pour l’un que pour l’autre, même si les hommes sont bien trop fière pour se laisser entièrement aller. Mais ce qui s’était passé avait fait forger son avis à Naomie par rapport à Logan. Elle savait que sous tous les êtres humains, peu importe sous quelle forme, il y avait des sentiments relevant d’une souffrance vécue et non-oubliée. La jeune femme se trouvait être chanceuse d’avoir donné si bonne impression – ou alors, peut-être était-ce sa gentillesse - jusqu’au point à être informé du passé de son interlocuteur. Lui-même l’avait également écouté, et chacun avait consolé l’autre avec des gestes gentillets. Lorsqu’elle se releva pour trouver chaussure à son pied en termes d’habits, elle entendit des bruits suspects à l’extérieur. C’était en effet, des hélicoptères et des sortes de voitures de militaires qui entouraient l’hôpital. Elle prévint alors Logan en lui demandant s’il savait ce qu’il se passait. Lorsqu’elle vit le visage de son compagnon durcir, et ses étranges griffes sortirent du dos de ses mains ; elle comprit que tout cela avait rapport avec Logan. Il avait murmuré le nom de quelqu’un. Ce même quelqu’un dont il lui avait parlé il y a un petit quart d’heure. Celui qui avait détruit,- ou qui avait contribué – sa vie. Wolwerine se leva du lit dans lequel il était. Il faisait dos à Naomie, les poings serrés, et ses griffes commençant à se rétracter sous sa peau. Il disait que s’ils restaient là plus longtemps, il n’arriverait plus à se contrôler. C’était compréhensible. Logan tendit une main vers Naomie qui la saisit sans attendre une seconde. Il voulait partir. Mais il devait savoir que quoi qu’il arrive, notre passé finit toujours par nous rattraper. Elle en profita pour créer, de son étoffe appelée tisse-givre, des habits directement sur l’homme. Un jean, des rangers, un simple t-shirt blanc et une veste en cuir couleur caramel, simple mais classe. Du moins, elle trouvait que cela lui allait à merveille – car il avait un petit air de motard. Ensuite, la jeune femme entoura le poignet de Logan de son autre main, relevant son visage vers le siens.

- Tu ne devrais pas essayer de fuir. Cela ne sert à rien ; le passé finit toujours par nous rattraper. Il faut l’affronter. Elle caressait de son pouce le dos de la main de son compagnon pour le rassurer. Quoi qu’il arrive, je reste avec toi.

Le sourire sur le visage de Naomie allait malheureusement bientôt disparaître. On entendait déjà, à l’étage d’en dessous, les pas synchronisé, comme une armée, des militants sous les ordres de Stryker. Naomie tenait fermement la main de Wolwerine dans la sienne, comme pour le protéger, tout en l’emmenant avec elle, face à son destin. Il n’y avait pas d’autre alternative : il fallait comprendre qu’un jour, dans notre vie, nous sommes toujours confronté à nos pires cauchemars. C’était le jour pour ce jeune homme, qui allait êtreune fois de plus, nez-à-nez avec son passé. Qu’est ce qui l’attendait, cette fois encore ? La brunette ouvrit la porte et entraîna son protéger dans le couloir.

Wolwerine devait ressentir une douce fraicheur l’envahir : Naomie, de sa peau mielleuse et froide, pouvait apaiser le stress de quelqu’un en refroidissant ses nerfs. Ce pourquoi, elle est toujours très calme. Sa démarche était toujours aussi gracieuse ; même si elle savait que dans le couloir, les choses ne seraient plus aussi sereines que la relation qu’elle entretenait avec Logan. Dans ce même couloir où ils étaient alors, à présent, il n’y avait pas un bruit. Deux secondes après, une horde d’hommes armés, dans des uniformes noirs, envahissaient la droite et la gauche des deux protagonistes. Il n’y avait plus aucune issue : les troupes bloquaient le passage des deux côtés.

L’ouïe de Naomie ne la trompa pas : un homme tira une balle. Aussi vite que cela, sans se retourner, la glace servit d’intercepteur et renvoya la balle dans le front du lanceur. C’était une prévention…. Mais en réaction, tous les hommes pointèrent leur fusil sur Logan et Naomie et tirèrent des rafales de balles. Pourtant, la jeune femme se déplaça d’un pas lent, et enlaça le grand homme tout en carrure qui l’accompagnait. Elle passa ses mains dans le dos de l’homme, déposant sa tête contre son torse. Ni elle ni lui ne pouvait alors, à ce moment même, entendre du bruit. C’est comme s’ils avaient changé de dimension, comme s’ils se retrouvaient seuls. Mais cela ne dura qu’un ou deux minutes. Car, en réalité, Naomie avait créé une coque de glace autours d’eux, si résistante qu’elle ne se brisa sous aucune rafales de balles. Même sous les plus gros calibres, elle n’avait pas cédée. Si résistante qu’aucun bruit n’était venu percuter violemment leurs oreilles. C’était une bulle paisible. Mais cela ne dura pas longtemps.

La coque de glace qui les avait entourés explosa seulement de l’extérieur, ce qui eut pour effet de projeter des morceaux tranchant de glace sur les protagonistes armés. Un vent froid entra subitement en éclatant les fenêtres de l’hôpital, frigorifiant tous les hommes présent. Ils étaient des statues de glace, à présent. Ce qui leur rendait une pointe d’humanité était leurs visages ternis par la peur, leurs bouches ouvertes comme pour laisser échapper un cris d’effroi, et leur fusil rétracté contre leur torse, par crainte de ce qui allait se passer. Mais ils n’avaient pas eut le temps de s’en rendre compte. Ces hommes étaient toujours vivant, mais ne pouvaient pas bouger. Seulement voir, pas entendre. Triste sort s’ils devaient rester plus de quelques minutes dans cette couche de glace…
On entendit alors des pas. Calmement, quelqu’un s’approchait, d’une démarche sûre. Bientôt, un homme possédant la quarantaine d’année, - du moins physiquement – débarquait devant eut. C’était un homme de taille moyenne, brun les cheveux légèrement décolorés, et un air hautain sur le visage. Un sourire sournois se traça sur les lèvres de l’homme, qui retira les lunettes de soleil qu’il portait. C’était sans aucun doute, cet homme que craignait tant Logan. A ce moment, Naomie ne lâcha pas la main de son compagnon : elle ne voulait pas qu’il bondisse sur cet homme, malgré les tords qu’il avait fait.

Stryker : Cela fait un petit moment que nous ne nous étions pas revus, Wolwerine… Ou devrais-je t’appeler Logan ? Oui… cela fait plus « humain » pour un animal comme toi. J’étais assez septique à ton propos… ton cher frère a aussi disparut dans la nature, depuis la dernière fois que je l’ai vu. Heureusement, je l’ai très vite retrouvé. Oh, et ne t’en fait pas, il se porte très bien ! En ce moment, il œuvre dans le sud, là où des conflits entre mutants se déroulent. Il marqua un temps de pause, s’approchant toujours avec autant de calme des deux protagonistes. Ce monde a beaucoup changé, n’est-ce pas ? Regarde-moi, je suis l’un des hommes le plus riche au monde… et j’ai accéder à l’immortalité du corps. Je ne vieillirais plus jamais… tout cela grâce à un des nouveaux mutants que nous avons récemment capturé. Vous, les mutants, avez toujours une utilité dans ce monde, pour nous, humains. Malheureusement, nous ne semblons pas être du même monde. Mais j’ai absolument besoin de vous, et surtout de toi, Wolwerine. L’homme se tourna vers la fenêtre. Des hélicoptères rodaient autours de l’hôpital en surveillant les individus. Stryker tourna son regard vers la jeune femme qui accompagnait « sa création » et elle lui rendit un regard dur. Eh bien.. on s’est retrouvé de la compagnie à ce que je vois. C’est vrai qu’elle ressemble beaucoup à cette cher Kayla, qui m’a posé beaucoup de problème avec son insolence… Soit, tout cela est réglé maintenant.

- Comment osez-vous traiter Logan comme un animal ? Dans l’histoire, c’est vous le sale type. Vous avez détruit sa vie… et vous pensez vraiment que c’est lui, le responsable ? Réfléchissez… qui est vraiment l’animal ? Les pourritures comme vous ne méritent que la souffrance éternelle.

Naomie abordait un regard continuellement dur. Une chaine de glace, d’un seul coup, entoura la nuque de l’homme solidement. La jeune femme tira sur la chaine pour qu’il tombe à genoux devant elle. Celle-ci le regarda de haut, comme s’il n’était rien.

Stryker : Je vous déconseille de continuer, mademoiselle.

On entendit un bruit mécanique retentir dans la pièce. C’est alors que la jeune femme lâcha la chaîne, agrippa Wolwerine et recula d’un énorme bond en arrière, tenant fermement son protéger contre elle. Une sorte d’homme, tout en métal, venait de fendre le sol à l’endroit où ils étaient précédemment. L’homme en question ne semblait pas pouvoir parler : il était visiblement contrôler par quelqu’un, ou quelque chose, qui l’empêchait d’être lui-même. Naomie vérifia que Logan n’avait rien, puis elle le relâcha. Les avant bras et les mains de celle-ci commencèrent à se couvrir d’une couche de glace très épaisse qui prit alors forme : c’était deux gros blocs ovales, finissant en une tête de lion, la gueule ouverte. Ces objets avaient l’air très lourd, cependant la femme ne semblait pas peinée. Ses armes étaient recouvertes d’une aura bleuté, rappelant son pouvoir de glace.

Stryker : Une petite femme se mesurer à un titan de métal ? J’ai hâte de voir ça… je ne sous-estime pas les mutants, voyons. D’ailleurs, j’ai un petit cadeau pour toi, mon cher Wolwerine.

On entendit des pas dans le couloir. Une jeune femme, plutôt grande, débarqua dans le couloir. Elle était plutôt jolie, et possédait des cheveux noirs de jais semblable à ceux de Naomie. Des pommettes hautes et un tin plutôt satinée l’abordait. Elle était habillée d’une combinaison en cuir. Elle s’arrêta à côté de son dirigeant, Stryker – qui se releva avec l’aide de la jeune femme. Cette dernière regardait Logan avec un sourire presque malsain.

Stryker : La science fait des choses fabuleuses, n’est-ce pas ? La parfaite copie de ta bien aimée…

C’était malsain car cet homme était un sadique. Faire souffrir les gens mentalement semblait lui faire plaisir.

Stryker : D’ailleurs, elle m’a beaucoup servit pour tester de nouveaux composants… et oh, surprise : regarde, elle possède les mêmes capacités que toi. C’est un combat à armes égal.

Comme l’homme tout en métal, cette « copie » corporelle de Kayla ne semblait pas se contrôler. Par quel processus ce simple humain avait-il réussit à faire une sorte de contrôle mental sur les mutants ?

Après le discours de Stryker, Naomie quant à elle, s’élança d’un bond sur le géant de métal. Les armes qu’elle portait à ses mains étaient équivalent à la force de l’homme d’en face, ce qui lui permettait de rivaliser. Pourtant, on voyait que son petit corps frêle peinait sous les coups lourds et brutaux de son adversaire, et on pouvait s’imaginer qu’il la briserait très facilement en deux s’il venait à l’attraper.

Mais la jeune femme semblait confiante. Elle n’avait pas peur, cela se lisait sur son visage.
Invité

WïsH.  ( P r I v E Wolfÿ ) Empty
MessageSujet: Re: WïsH. ( P r I v E Wolfÿ )   WïsH.  ( P r I v E Wolfÿ ) ClockJeu 2 Juin 2011 - 0:15
Stryker... Tel était le nom de cet raclure qui avait autrefois endoctriné Logan avec de belles paroles, lui promettant vengeance sur son frère. Que venait-il faire ici ? Logan tremblait de peur, non pas parce qu'il avait peur de cet insect mais surtout parce qu'il ne voulais pas montrer à Naomie son côté bestial. Il laissa le choix cependant à la jeune femme. La jeune femme regarda alors le mutant qui était nue sous sa tenue de malade. Elle créa alors de nouveaux habits qui vinrent ce déposer sur la peau délicate de la bête. Il regarda avec stupéfaxion qu'il était tout à fait à l'aise dans ses nouveaux vêtements ! Il souris alors à Naomie, même si ce sourire cachait en réalité la crainte qu'il ressentait au plus profond de son âme. Naomie et Logan ce regardaient dans les yeux, elle lui tenait le menton dans une de ses main et elle lui dit alors tout en lui carressant la main avec son autre pouce :


"Tu ne devrais pas essayer de fuir. Cela ne sert à rien ; le passé finit toujours par nous rattraper. Il faut l’affronter. Quoi qu’il arrive, je reste avec toi."

Logan lui souris et d'un air un peut mélancolique et il lui dit qu'il ne le savait que trop bien. On entendait déjà la milice de Stryker entrer dans l'hopital. La jeune femme prenant Wolverine par la main le fit sortir dans le couloir. Une étrange et apaisante fraicheur envahit le corps du mutant qui était un peut plus calme. Son coeur battait plus doucement et il avait moins peur. Arrivèrent alors les toutous de Stryker. Ils les avaient encerclés ! Un milicien tira une balle, cependant, Naomie la renvoya entre les deux yeux du malheureux. Tout ses confrères ce mirent à tirer en rafale vers le couple. La jeune femme enlaça le mutant et tout deux furent protéger de l'attaque infernale. Dans cette bule de glace, Logan embrassa tendrement le front de l'ange juste avant qu'elle ne fasse exploser la sphère. L'explosion changeat les hommes de mains de Stryker en statuts de glace. Logan souris lorsqu'il vit les visages qui exprimés leurs effrois. Un homme entra d'un pas chancelant, il était arrogant. A sa vue, les pupils de James ce dilatèrent. Son coeur ce mit à battre très fortement. Ces griffes allaient sortirent prèt à bondir sur cet enflure pour lui trancher la gorge et mettre fin à sa vie. Pourtant, il ne bougeat pas, ses griffes ne sortirent que de quelques milimètres. C'était Naomie, elle lui tenait fermement la main. Il devait contrôler ses nerfs pour ne pas la blesser.


Stryker dit alors d'un aire hautain : "Cela fait un petit moment que nous ne nous étions pas revus, Wolwerine… Ou devrais-je t’appeler Logan ? Oui… cela fait plus « humain » pour un animal comme toi. J’étais assez septique à ton propos… ton cher frère a aussi disparut dans la nature, depuis la dernière fois que je l’ai vu. Heureusement, je l’ai très vite retrouvé. Oh, et ne t’en fait pas, il se porte très bien ! En ce moment, il œuvre dans le sud, là où des conflits entre mutants se déroulent." Logan serra doucement la main de Naomie alors que Stryker s'approchait d'un pas sure."Ce monde a beaucoup changé, n’est-ce pas ? Regarde-moi, je suis l’un des hommes le plus riche au monde… et j’ai accéder à l’immortalité du corps. Je ne vieillirais plus jamais… tout cela grâce à un des nouveaux mutants que nous avons récemment capturé. Vous, les mutants, avez toujours une utilité dans ce monde, pour nous, humains. Malheureusement, nous ne semblons pas être du même monde. Mais j’ai absolument besoin de vous, et surtout de toi, Wolwerine... Eh bien.. on s’est retrouvé de la compagnie à ce que je vois. C’est vrai qu’elle ressemble beaucoup à cette cher Kayla, qui m’a posé beaucoup de problème avec son insolence… Soit, tout cela est réglé maintenant."

Logan serra les mâchoires alors que Naomie répondit froidement :

"Comment osez-vous traiter Logan comme un animal ? Dans l’histoire, c’est vous le sale type. Vous avez détruit sa vie… et vous pensez vraiment que c’est lui, le responsable ? Réfléchissez… qui est vraiment l’animal ? Les pourritures comme vous ne méritent que la souffrance éternelle."

Elle entoura le coup de Stryker d'une chaine de glace et elle le fit tomber à genoux.

"Je vous déconseille de continuer, mademoiselle." Dit alors Styker sans montrer un souffle d'angoisse. En effet, un bruit mécanique ce fit entendre. Naomie lâcha la chaine et elle pris Logan par le bras, le faisant reculer d'un bond en arrière. Un homme de métal traversa le mur, il ressemblait beaucoup à celui qu'il avait affronté avec son frère avant de perdre la mémoire. Naomie lâcha Logan et elle s'entoura ses bras de glace.

"Une petite femme se mesurer à un titan de métal ? J’ai hâte de voir ça… je ne sous-estime pas les mutants, voyons. D’ailleurs, j’ai un petit cadeau pour toi, mon cher Wolwerine."

Logan sortit alors ses griffes et il ce mit en garde. Il dit alors à Nomie déterminé :

"Montrons leurs !..."

La réplique parfaite de Kayla arriva alors dans la pièce. Logan n'en croyait pas ses yeux. Il recula de quelques pas en arrière, il ressentit alors une énorme envie d'évasion, il voulais quitter cet hopital et tout laisser derrière lui. Cependant, il ne pouvait pas abandonner Naomie. Il ne devais pas penser à l'apparence de cette création maléphique de Stryker.

"La science fait des choses fabuleuses, n’est-ce pas ? La parfaite copie de ta bien aimée…"

Logan repris confiance en lui, il ne s'agissait là que d'un clone. Il serra alors ses poings et il ce remit en garde haute.

"D’ailleurs, elle m’a beaucoup servit pour tester de nouveaux composants… et oh, surprise : regarde, elle possède les mêmes capacités que toi. C’est un combat à armes égal."

Logan fut surpris de voir qu'en effet, la jeune femme sortit des griffes de ses mains. Wolverine regarda alors Stryker et il lui dit simplement :


"Tu paieras pour tout le mal que tu as causé !..."


Alors il sauta en arrière car la mutante fondit sur Logan et tenta de lui envoyer un coup de griffe dans le ventre. Il esquiva d'un bond furtif en arrière alors qu'au contraire, Naomie fondit sur son adversaire. Logan en retombant sur ses pieds ce décala sur le côté car la mutante retenta une attaque frontale. Il lui attrapa le bras et il l'envoya dans le mur d'à côté. La mutante traversa le mur de platre. Logan jetta un regard vers Naomie et il lui dit :


"Je reviens de suite ! Je reviens toujours... Smile"


La copie de Kayla ce relva du choc, mais Wolverine ce jeta sur elle, la faisant traverser la pièce d'a côté pour arriver au milieu. Il ce tenait à califourchon au dessus d'elle, il allait lui porter un coup de griffe pour lui trancher la gorge quand il fut plongé dans les yeux de la mutante. Une seconde de déconcentration qui lui couta chère. En effet, la mutante ce libéra de l'étreinte en le poussant en l'air tout en lui enfonçant ses griffes dans le torce. Wolverine hurla de douleur. Il reombat lourdement au sol. La mutante monta sur son dos et elle lui enfonça ses griffes dedans. Logan souffrait horriblement. Il hurla d'effroie ! La jeune mutante l'envoya ensuite à travers le mur par lequel elle était passé tout à l'heure. Elle tenta à son tour de faire passer Logan dans la pièce de derrière, mais comme il s'attendat à une attaque pareil, il l'attendit et il lui envoya son pied dans sa tempe. Elle vacilla sur le côté, Logan en profita et il la saisit par le poigné et il lui enfonça de son autre main ses griffes dans l'estomac. Il remonta violement ses griffes et il la retourna contre le mur. Il lui donna ensuite une droite et il la souleva pour la faire tomber au sol. Il fit ensuite un bon juste pour lui attérir dessus. La mutante leva ses genoux, mais Logan retomba juste devant elle. En effet, il n'avais pas chercher à lui retomber dessus. Il venait d'enfoncer ses griffes dans le sol. L'impact fut tel que le sol ce brisa en deux. La mutante et Logan tombaient maintenant à l'étage inférieur. Ils ce battaient avec hardeur, s'envoyant des coups de griffes dans tout les coins du corps. Le bruit du fer qui ce croise raisonna dans l'hopital tout comme le bruit du combat de Naomie.


"Pourquoi fais-tu celà petite ?"


La jeune femme ne répondit pas, et elle continuait à attaquer le mutant qui les parrait tant bien que mal. Il finit par la saisir par le coup; elle lui enfonça ses griffes dans le bas du ventre. Il lui mit un coup de tête out en hurlant de douleur. Il la fit tomber en arrière. Il bondit alors de nouveau sur elle et tout deux roulèrent sur le carelage de l'hopital. Logan parvint à l'envoyer valser par la fenètre. Elle tombat de haut. Logan ce releva alors, il pris le temps pour reprendre son souffle. Il sauta alors pour remonter à l'étage au dessus, pour aider Naomie. Mais à peine fut il monté, qu'il fut surpris par la vitesse à laquel la mutante fut revenue. Elle ce tenait là devant Logan le visage ensenglanté et parsemé de morceaux de verres. Logan n'avais pas le choix, il devait faire ce qu'il avait à faire, même si il s'agissait de l'inévitable. Il ressortit alors ses griffes, mais existait-il un autre moyen pour sauver l'âme de cette jeune fille ?...

"Je répète... Pourquoi fais-tu cela ?..."
Invité

WïsH.  ( P r I v E Wolfÿ ) Empty
MessageSujet: Re: WïsH. ( P r I v E Wolfÿ )   WïsH.  ( P r I v E Wolfÿ ) ClockDim 19 Juin 2011 - 1:29
On percevait dans le regard de Naomie sa détermination : Elle ne ferait pas deux fois la même erreur… elle avait échoué, la dernière fois. Cela était la cause d’un profond traumatisme qu’elle renfermait en elle et qui ne demandait qu’à exploser. L’homme qui était en face d’elle, ce titan de métal, frappait avec tant de force, tant de rapidité et pourtant… la jeune femme ne daignait pas se soumettre à la volonté ou a la cruauté de son adversaire. Son gabarit était bien insignifiant à côté d’un monstre pareil, mais elle savait manier son pouvoir pour s’en sortir comme il le fallait. Ses avant bras et ses poings étaient entourés d’une couche massive de glace, atteignant presque l’excellence de l’incassable diamant. Un seul coup et il la brisait en deux, c’était sûr. La frêle petit femme n’abandonnait pas pourtant, elle n’avait pas peur. Pas peur de combattre pour avant tout, préserver la vie de Logan. Le dénommé Stryker, lui, était sortit d’un pas assez rapide dehors pour ne pas être affecter par les combats. Il était partit rejoindre son hélicoptère, ou plutôt son jet privé, au cas où cela tournerait mal. C’est vrai qu’un enfoiré pareil pouvait aisément se permettre ce luxe.

Les cries de douleurs qui se faisaient entendre, aussi bien de Wolwerine que de la jeune femme avec qui il se battait en ce moment, accélérait le palpitant de la jeune femme, mais son légendaire sang froid prenait le dessus pour qu’elle garde la raison. On la voyait parer et bloquer les lourds coups du titan en métal, qui s’acharnait à vouloir la broyer. D’un coup, elle frappa d’un coup robuste au sol, et un magma de glace envahit la pièce, provoquant un énorme tourbillon mêlée d’un vent d’une vitesse surpuissante à une sorte de tsunami d’eau qui congelait sous plusieurs couches, ce qu’elle touchait. Le titan fut repousser, et elle réussit à le faire se cristallisé sur place, cependant, elle savait qu’il réussirait forcément à se sortir de là. Elle pressa le pas, fit exploser la couche de glace, mais cela n’eut pour effet que de ralentir les mouvements du bourrin, malgré tout humain. Le métal est constitué de particules qui peuvent être affaiblit par une couche vraiment très glacée, et qui atteint quand même le possesseur du pouvoir sous sa carapace de métal.

Naomie en profita pour bondir, d’un saut très souple, sur le titan, enfonçant son poing d’une manière si brusque dans ce qui semblait être le visage de l’homme, que la glace si dure explosa sur le coup. Du sang, en abondance, coulait tout de même le long de la figure de métal. La jeune femme monta sur le dos de la créature pour l’empêcher de la réduire en miette, en enfonçant son autre poing dans le haut du crâne de l’affreux, ce qui eut pour conséquence de lui aplatir violemment le haut de la tête. Seulement, ce qu’elle n’avait pas prévue, c’est que les parties de son corps pouvaient se tourner à volonté, se plier dans tous les sens. La tête complètement défiguré en métal se tourna alors vers Naomie qui était censé être dans le dos de l’homme. Les bras tentèrent de l’attraper, mais le bonhomme c’était prit deux sacrés coups dans la tronche. En tant que contorsionniste, elle n’eut pas de mal à se plier en quatre pour passer sous son agresseur.

Elle se fit entourer d’un énorme bloque de glace, qui forma une coque, et dont d’énorme piques de glaces en sortirent brutalement, venant se cogner à plusieurs reprise contre l’homme de métal. Son armure commençait à en prendre un sacré coup, malgré la résistance du métal. L’homme frappa alors d’un grand coup de poing dans la glace qui commença à se fissurer. D’un second coup, il brisa la glace et empoigna violemment la jeune femme par la gorge en la soulevant d’une facilité déconcertante. Il avait tout de suite tellement fort, qu’on voyait une grosse coulée de sang remonté et dégoulinée le long des lèvres rougeâtre de Naomie. On voyait tellement de haine et de détermination dans les yeux de cette-dernière, que l’on pensait qu’elle ne pourrait pas mourir de si tôt.

Quand le sang commença à s’écraser en grosse quantité sur le sol, il relâcha son emprise et elle tomba à Naomie, aux pieds de l’homme. Et elle releva la tête, avec une certaine arrogance, mais toujours la même expression sur le visage, bien que le bas de sa figure soit complètement recouverte de sang. Le titan attrapa le bras de la jeune femme, et appliqua une pression tellement forte sur celui-ci que ses os s’entrechoquèrent et se brisèrent. Un cri de douleur déchira alors le silence présent dans l’hôpital. Mais elle n’abandonnait pas, non, elle n’abandonnait pas. Elle serrait les dents, mais jamais elle ne céderait.

Elle se releva d’un coup et bondit sur l’homme en provoquant un énorme raz-de-marée, violent, qui envahit le couloir. Une tempête se préparait également dehors, les arbres se firent soufflés, les maisons avaient du mal à tenir. Une tornade se forma juste à côté de l’hopital, mais assez loin des hommes de Stryker qui attendaient dans une mesure de sécurité. Le raz-de-marée emporta le géant de métal dans la tornade, Naomie avait fait une substitution pour se retrouver dans la tornade, les pieds sur terre, au milieu de son œuvre. Elle posa ses mains au sol, et la tornade fut envahit d’un énorme rayon, qui la rendit bien plus dangereuse qu’il n’y paraissait. Notre petite Naomie venait de créer un rayon à même dans la tornade afin qu’elle en soit elle-même un ; un rayon d’énergie produit grâce à la combinaison de la glace et du vent. On retrouva l’homme de métal plus loin, il avait reprit sa forme humaine à présent, son armure avait été balayé.

Quant à la jeune femme, on la voyait peiné : les os de son bras avait été complètement détruit, sa main était encore valide, mais elle ne sentait plus du tout son bras, après la très grosse douleur qu’elle avait eut à subir. Elle bondit sur l’homme, et se mit à califourchon sur lui. Son seul bras valide s’entoura d’une épaisse couche de glace, une fois de plus. L’homme, à moitié conscient, regarda son ennemie dans les yeux, et son visage eut un rictus des plus immondes lorsqu’il comprit ce qui l’attendait.

Aveugler par la haine, Naomie frappa encore et encore l’homme à la figure.
Le squelette facial du bourrin s’était complètement renfoncé. Son visage était – et là on pouvait vraiment le dire – défigurer. Elle essuya le sang encore frais sur son visage, puis se releva de son actuelle position pour se substituer dans une flaque d’eau à l’étage où elle était. On avait pu entendre les deux autres combattants du dessus hurler de rage, se combattre avec hardiesse, mais là, Naomie était bien tombé. La jeune femme ; adversaire de Logan, était dos à Naomie qui apparaissait sans bruit dans l’eau.
Notre petite Naomie n’eut qu’à poser sa main dans le dos de la femme. Par réfléxion, la mutante se retourna et voulue planter ses affreuses griffes dans le buste de la femme qui venait de la toucher. Mais…

- Le sarcophage de glace.

Les cheveux longs d’ébène de Naomie lui retombaient sur le visage. Les griffes de la mutantes n’étaient qu’à quelques millimètres de touché leur cible, mais la femme se retrouva complètement congeler. La main de Naomie se referma brutalement ; et la mutante explosa en plusieurs petits morceaux de glace, mélangé à une pluie de sang qui éclaboussa les habits de la gentille femme qui venait de la finir.

Une vague d’eau en provenance du plafond passa sur Naomie, et elle se retrouva alors nue, mais ses cheveux cachaient la plus grande partie de sa poitrine. Elle était propre comme un sou neuf, comme s’il ne s’était absolument rien passé. La jeune femme s’approcha de Wolwerine, bien que l’un de ses bras était visiblement en très mauvais état, elle ne dit rien et lui souriait, toujours avec cet air d’ange.

- Tu n’as rien ?

Elle était toujours nue, mais elle ne semblait pas s’en préoccuper. Elle inspecta Logan et en constatant qu’il n’avait rien de grave et que ses blessures se refermaient, elle poussa un soupir de soulagement. Ses yeux avaient quitté cet air de rage pour reprendre leur gaieté naturelle. Quand elle s’aperçut qu’elle était nue, son visage devint aussi rouge qu’une brique, et elle s’empressa de se vêtir. Son corps fut entouré d’un tissu semblable au cuir, c’était en effet une combinaison tout en latex, fermer par une longue fermeture éclaire dans le dos. De gros talons aiguilles à ce même effigie et des gants pour compléter la panoplie ; cela lui donnait un air certainement plus coquin qu’elle ne le pensait – âme innocente qu’elle est. Par la suite, elle se cajola dans les bras de Logan, puis elle les fit se substituer dehors, juste en face du jet privé de Stryker.

Tout en restant dans les bras de Wolwerine, elle leva son visage vers cet enfoiré de Stryker et elle lui lança un regard méprisable. L’homme avait un rictus mauvais sur le visage, et même si ses mutants avaient été tué, il en demeurait toujours aussi calme.
Stryker : Quoi que tu fasses Wolwerine, tu ne resteras qu’une bête de foire, tu n’auras jamais une vie paisible. Profite encore du temps qui te reste, car Victor te retrouvera, et il te ramènera vivant. J’ai encore besoin de toi pour mes expériences. Dans exactement dix-huit heures, la chasse va commencer. Essayez d’en ressortir vivant.

Naomie se mit devant Logan pour le retenir de faire quoi que ce soit. Elle caressait le visage de l’homme pour l’apaiser. Le jet et les autres hélicoptères s’envolèrent et furent vite hors de la vue des deux personnes. La ville était bien silencieuse, cela en devenait glauque. Mais en même temps, la tranquillité y était agréable. Le bruit de la foule n’était pas présent.
La jeune femme fit signe à Wolwerine de la suivre. Après plusieurs heures de marche, ils se retrouvèrent face à une maison au bord d’un étang qui était paisible. On se demandait où est-ce qu’elle avait déniché ça. En fait, lors de l’assaut de Satan-City, elle était passée avec le Joker par ici. Ils y avaient découvert cette maison récemment abandonner, car tout était en ordre et les lieux étaient propres. Elle fit entrer son compagnon, et s’affala sur le sofa.

- La chasse ? De quoi pouvait-il bien parlé ? … Cela est lié à ton frère, c’est certain… mais il ne va pas venir seul, apparemment.


Naomie ne souffrait plus de son bras qui avait été broyé par le géant, elle ne le sentait plus du tout et ne s’en préoccupait pas plus que cela. Elle laissa Logan s’installer à son aise et le regarda d’un air plus sérieux :

- Tu m’as dit que Stryker avait fait de toi l’arme X. Mais qu’est ce qu’il a bien pu te faire pour que tu deviennes ainsi ? Tu es invincibles, tu ne pourras jamais mourir, ni vieillir… je n’ai jamais vue cela auparavant.

Elle semblait réellement songeuse, il fallait se préparer d’avance à ce qui allait arriver bientôt. Naomie s’inquiétait bien plus pour Wolwerine qu’elle, puisqu’il allait être pourchassé de sa faute, c’était elle qui l’avait ramené dans l’hôpital de la ville… on la voyait se sentir coupable. Elle baissa la tête, tripotant ses doigts gantés, le dos bien appuyé contre le sofa.

- J’ai peur pour toi, vraiment… même si tu es immortel, tu n’es pas épargné par la souffrance...
Contenu sponsorisé

WïsH.  ( P r I v E Wolfÿ ) Empty
MessageSujet: Re: WïsH. ( P r I v E Wolfÿ )   WïsH.  ( P r I v E Wolfÿ ) Clock
 
WïsH. ( P r I v E Wolfÿ )
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
RPGDBZ :: RPG :: Terre :: Satan-City-