Partagez
 

 Ataraxie

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Zamasu
Zamasu
Autres Races
Masculin Age : 21
Date d'inscription : 18/10/2016
Nombre de messages : 183
Zénies : 2000

Techniques
Techniques illimitées : Brèche | Lances divines | Creation | Illumination
Techniques 3/combat : Arme d'énergie | Téléportation
Techniques 1/combat : Supernova

Ataraxie Empty
MessageSujet: Ataraxie   Ataraxie ClockMar 8 Mai 2018 - 14:20
Zamasu venait de mener une nouvelle bataille contre de motivés et braves adversaires, tous lui avaient tenu tête malgré l’évidente impossibilité de leur victoire, ce combat au KaioshinKai n’avait cependant pas été une victoire pour l’immortel. En effet, la fusion avait quittée son combat contre Kaito, Renko et Hellzetsu après le sacrifice de l’apprenti de Chronoa, apparaissant dans une forêt sur une planète paisible, la Terre. Le Dieu était troublé, s’il avait décidé d’abandonner le combat, c’était bien parce qu’il ne savait pas comment appréhender cette scène finale, il se sentait mal, et cherchait pourquoi, pourquoi il avait perdu l’envie d’affronter ces arrogants faux dieux, pourquoi ces derniers agissaient ainsi.

Le bois dans lequel était apparu le divin était calme et coloré, des fleurs coloraient le sol sous les arbres et dans les herbes hautes des clairières, le bruit des oiseaux et des feuilles au vent donnait une dimension apaisante à cet environnement serein et tranquille. Marchant quelques instants, le Kaioshin était encore plongé dans ses pensées, s’asseyant sur un rocher proche, observant d’un regard vide et désintéressé la petite plaine qu’il apercevait au travers des arbres illuminée superbement par le soleil. Plongé dans ses pensées, Zamasu se remémorait ses deux combats contre Kaito et ses amis, constatant que ces derniers avaient toujours étés animés d’une motivation sans faille imposant le respect, mais pourquoi donc ? La fusion immortelle avait un pouvoir illimité, des objectifs et un savoir démentiel, et un légitime titre de Dieu, alors pourquoi avait-il quitté le combat ? Pourquoi c’était-il si incommodé lors du sacrifice de Kaito ?

Incapable de comprendre ce qu’il ressentait lui-même, l’ancien élève de Gowasu passa sa main droite dans sa chevelure d’argent, scrutant sans succès son cœur de marbre, ce cœur si mystérieux qui rendait à la fois brave et téméraire le Kaioshin. Finalement et au bout de plusieurs minutes de réflexions sans succès, Zamasu se leva, il ne voulait pas repartir en croisade, il pensait cette fois-ci à sa propre personne avant quoi que ce soit d’autre, parcourant un petit sentier de terre perdu dans la forêt sans destination réelle.

Dans sa marche perdue dans les bois, l’invincible s’interrogeait sur ses propres motivations, comme lorsqu’il était au Kaioshin après sa première défaite : Finalement, Pouvait-il réussir son plan de purification ? La voie choisie par le Dieu vert était sinueuse et difficile, il avait accepté de mettre tout ce qu’il avait de coté afin de mettre à exécution son plan, mais était-ce suffisant ?

Zamasu se posait beaucoup de question auxquels il ne pouvait répondre sans un grand recul ou une aide psychologique, heureusement pour lui, il fut vite tiré de sa réflexion analogique sur le bien et le mal. En effet, un bruit de cri se fit entendre à grande proximité de l’être de lumière, à la fois des hurlements enfantins stridents et des grognements de créature. Attiré par cet événement brisant l’ambiance si détendue de la forêt, l’immortel s’approcha de la source d’un tel vacarme, découvrant qu’un petit dinosaure, un raptor, tentait de grimper à un haut arbre ou s’était abrité un enfant en apeuré. Fronçant son regard en constatant de l’urgence de la situation, le Kaioshin s’avança vers le monstre écailleux qui allait prendre une vie hors de sa chaine alimentaire, le dino se retourna alors sous les bruits de pas, de la bave coulait de sa gueule.

Considérant l’immortel comme un repas, le raptor se rua la gueule ouverte à l’attaque, obligeant l’être divin à exécuter ce stupide reptile d’une tranche verticale à la lame énergétique, sauvant le gosse par la même occasion. Le garçon caché dans l’arbre était un terrien qui devait avoir tout au plus 10 ans, il leva les bras au ciel quand il vit l’action vertueuse de Zamasu qui venait de lui sauver la vie, le gamin n’allait pas finir en 4 heure aux dinos et ne se cachait pas de féliciter le héros du jour.

« Oui ! Merci Monsieur vous lui avez donner une bonne leçon ! »


L’enfant était fou de joie, Zamasu quant à lui détourna simplement le regard, ignorant les remerciements du sauvé en reprenant sa route sans se retourner, replongeant dans ses pensées. Le kaio vert se demandait ce qu’il lui manquait pour avoir la détermination de ses adversaires, le courage aveugle dont ils disposaient, sur quoi s’appuyaient t’ils ? Lorsque que le fusionné l’aura compris, lorsqu’il saura quel est le secret des mortels, il pourra appliquer son plan, il pourra sauver le monde. Malheureusement, il était encore bloqué, incapable de mener à bien ses opérations de purification, arrêté par d’autres Dieux, ou simplement des protecteurs impliqués. Plutôt que d’attaquer Kaito et son groupe, ne serait-il pas plus judicieux de s’attaquer à des adversaires fondamentalement mauvais comme les pantins de l’alliance maléfique ?

L’immortel ne s’était jamais orienté sur cette question, finalement, il était sans doute plus utile de s’attaquer aux sources principales du mal, c’est-à-dire Majin Vegeta ou Freezer. Cependant, Zamasu préférait rester prudent, il allait commencer par se reposer un peu, au-delà des douleurs physiques qu’ils ne ressentaient plus, le Dieu était encore blessé mentalement, il devait s’éloigner un instant des batailles incessantes.

Parvenant à une clairière perdue au milieu d’un épais bois, la fusion prit la décision de construire une petite cabane, usant de son pouvoir de création pour faire apparaitre un petit chalet en bois de chêne, ce dernier était modeste, mais il n’en fallait pas plus.  A l’intérieur, le mobilier était déjà présent, il y avait de quoi dire, une TV pour regarder Kami Tube, un lit, une petite cuisine et une petite salle de bain proche du petit salon. Le Dieu prit donc une douche, malgré son immortalité, rien ne l’empêchait de transpirer, ensuite, Zamasu se rendit dans la petite cuisine, préparant alors du thé. Après avoir préparé la boisson chaude qu’il appréciait tant, le justicier se rendit sur la terrasse de son chalet, buvant calmement son breuvage en observant la nature proche, tentant de faire disparaitre de son esprit cette discorde qu’il ressentait dans ses propres pensées.
Zirah
Zirah
Autres Races
Féminin Age : 26
Date d'inscription : 02/11/2017
Nombre de messages : 201
Bon ou mauvais ? : Chaotic neutral
Zénies : 1000

Techniques
Techniques illimitées : Sonikkuhauringu / Furemubureka /free fire
Techniques 3/combat : Feu d'enfer / Armurerie Dimensionnelle
Techniques 1/combat : Konetsu Purazumaboru

Ataraxie Empty
MessageSujet: Re: Ataraxie   Ataraxie ClockMar 8 Mai 2018 - 15:42
thème:
 

Les doux rayons de l'astre solaire vinrent réchauffer la peau carmine d'une créature allongée sur les plus robustes branches d'un arbre qu'on pourrait qualifier de centenaire au vu de sa grandeur et de sa prestance par rapport à ses pairs. S'étirant longuement dans un soupire de bien-être profond, la créature ouvrit ses yeux d'un bleu céruléen et remit en place une mèche de cheveux albâtre derrière son oreille allongée avant de sauter de son perchoir pour atterrir en souplesse au pied de l'arbre majestueux. L'air était chargé par les odeurs de fleurs et autres plantes, accentuant le sentiment de bien-être qui l'habitée. Elle s'avança lentement pour profiter de l'herbe glissant entre ses pattes protégées par des guêtres ayant vécues pas mal d'aventures au vue des traces qui les décoraient. La rosée rafraîchissante, le doux vent et les bruits de la forêt créer comme une brèche dans le temps, comme si celui-ci c'était arrêté pour que l'être carmin puisse en profiter pleinement. Un moment de douceur qui réchauffait son cœur remplit de remords et de doutes.

S'enfonçant dans la futaie, les rayons du soleil faisait un magnifique jeu de lumière quand ceux-ci passaient entres le feuillages dense des arbres, faisant apparaître les petites particules de pollens qui voletaient au gré de la brise, dans leurs sillons lumineux et chaud. La créature était a l’affût de chaque bruit, chaque son que la nature produisait. Un insecte qui passe, un oiseau qui chante, les grognements d'une bête et les hurlements enfantins .... voilà quelque chose qui ne collait pas avec le cadre féerique de la forêt. Prenant alors la directions des cris, elle découvre que la bête avait déjà trépassée suite a une belle entaille bien propre. Un petit garçon terrien était aux pieds du reptile et c'était clairement pas lui qui lui avait fait subir un tel sort. Non ça semblait bien au-dessus de ses capacités. Elle s’accroupit devant l'enfant et le regarda avec un air bienveillant.

" Dis moi moi mon petit, qui a fait çà ? "

Sa voix était douce, il ne faudrait pas qu'elle fasse peur au seul être ayant des informations sur son sauveur. Le petit garçon avait un large sourire collé sur son visage juvénile.

" C'est un gentil Monsieur, il était tout vert avec des cheveux de la même couleur que toi Madame !! "

" Oh! Et tu sais où il est partit après ? "

" Par-là Madame ! "

Il désigna de son petit doigt la direction, son sourire toujours présent. L'être rougeâtre n'avait sentit aucune énergie, pourtant le sauveur du garçonnet semblait être assez puissant pour faire une telle attaque ou bien il avait une arme très bien aiguisée au choix. Elle remercia le petit terrien et prit la direction qu'il lui avait indiqué.

" Vous lui direz encore merci de ma part, hein Madame ? "

" Je n'y manquerais pas mon grand, maintenant tu devrais rentrer avant que d'autres n'arrivent. "

Suivant la piste donnée part le garçon, elle arriva finalement dans une petite clairière très tranquille, entourée par les arbres et des petits bouquets de buissons et de fleurs, l'endroit invité au repos et a la réflexion. Un petit chalet était en son centre et au vu du bois qui le composer, il était très récent. Était-ce l'habitation du mystérieux sauveur? Il n'y avait qu'une seule chose faire pour le vérifier. Montant doucement les marches, elle arriva sur le perron, tout sentait le bois de qualité, une odeur plus qu'agréable et qui ne dénotait pas avec les effluves de la nature. Elle aurait pu rester là, profitant de ce lieu serein mais sa curiosité fut plus grande et lui fit frapper trois petits coup sur la porte de l'habitacle. Quel être allait bien pouvoir lui ouvrir?
Zamasu
Zamasu
Autres Races
Masculin Age : 21
Date d'inscription : 18/10/2016
Nombre de messages : 183
Zénies : 2000

Techniques
Techniques illimitées : Brèche | Lances divines | Creation | Illumination
Techniques 3/combat : Arme d'énergie | Téléportation
Techniques 1/combat : Supernova

Ataraxie Empty
MessageSujet: Re: Ataraxie   Ataraxie ClockMer 9 Mai 2018 - 20:01


Le temps était toujours aussi agréable pour Zamasu qui profitait d’une magnifique éclaircie digne d’un généreux Eté, buvant calmement son thé sur sa terrasse, cette dernière se trouvant à l’arrière de la maison, le Dieu immortel ne pensait même plus à son combat, il se détendait simplement. Observant la nature en contrebas, la fusion prenait le temps de respirer l’air pur de la forêt, lui qui avait déjà tant combattu depuis sa pourtant proche naissance., il n’avait pris le temps d’apprécier les composantes simples de la nature qui l’entourait, il en avait enfin l’occasion.

Malheureusement, le repos paisible du justicier allait être interrompu alors qu’il venait à peine de commencer, effectivement, le Kaioshin suprême ressentait une énergie maléfique, cette dernière s’approchait lentement de sa résidence. Posant calmement sa tasse sur la coupole prévue à cet effet, Zamasu se leva pour traverser ça maison, à la fois curieux et dérangé par présence d’un être du mal qui venait vraisemblablement de frapper à la porte. Se préparant à rendre jugement d’une âme mauvaise venue d’elle-même se faire détruire, l’immortel avait rassemblé une grande quantité d’énergie dans sa main droite, permettant au juge divin de riposter à la moindre attaque.

Tirant la porte pour l’ouvrir, l’ancien Kaio du Nord découvrit une femme à l’apparence de démone, celle-ci avait la peau d’un rouge cardinal (variante plus claire du rouge Bordeaux), elle était dotée d’ailes vastes, d’une petite légère noire et d’une chevelure argentée, contrastant grandement avec les couleurs chaudes du reste de son corps. Si le regard de cette femme n’inspirait aucunement la crainte, son apparence et son cœur noir la trahissait, comme tous les démons, elle devait être envahie d’un vice, ces derniers étaient divers, folie, destruction, luxure… Quoi qu’il en soit, elle était une pêcheuse par sa simple enveloppe maléfique.

Cependant, il était assez étrange, voir déplacé, qu’une démone se rende directement rencontrer un Dieu, qu’est-ce que cette créature avait en tête ? D’un ton neutre mais clairement froid, le Maître des lieux interrogea la démone pour en savoir plus, si cette dernière n’était pas venue expier ses pêchée, elle allait vite y être contrainte.

« Un démon ? Comment une créature comme vous peut oser me troubler de la sorte ? Expliquez vous rapidement avant que je ne vous élimine. »

Zamasu n’était pas un très bon hôte et encore moins pour les êtres démoniaques, l’horizon d’un combat pouvait se sentir, mais peut être que le pouvoir des mots allait changer les choses, tout dépendra des interactions privilégiées par Zirah. Il faut savoir que le Dieu immortel était dans sa tenue de Kaioshin, sa voix d’être fusionné se faisait ressentir dans le fin écho de ses paroles, dans sa main droite, beaucoup d’énergie était toujours rassemblée pour se défendre en cas d’agression, voir simplement attaquer.
Zirah
Zirah
Autres Races
Féminin Age : 26
Date d'inscription : 02/11/2017
Nombre de messages : 201
Bon ou mauvais ? : Chaotic neutral
Zénies : 1000

Techniques
Techniques illimitées : Sonikkuhauringu / Furemubureka /free fire
Techniques 3/combat : Feu d'enfer / Armurerie Dimensionnelle
Techniques 1/combat : Konetsu Purazumaboru

Ataraxie Empty
MessageSujet: Re: Ataraxie   Ataraxie ClockJeu 10 Mai 2018 - 0:21
Elle continuait de regarder la nature en attendant qu'on vienne lui ouvrir. Essayant de mettre un visage sur le fameux sauveur à la peau verte et aux cheveux blanc comme les siens. Elle avait pensait un namekien au départ mais cette race n'avait aucune pilosité du coup cela ne collait pas, mais ça eu le mérite de la faire rire doucement. Finalement la porte s'ouvrit sur .... heu ... en faite elle s'avait pas trop. Elle n'avait jamais vu pareil individu auparavant. Plutôt grand avec des habits très classe et noir, il avait cependant un visage assez doux dans ses traits, la fameuse peau verte, tirant vers un beau vert pomme et les cheveux blanc formant une masse de mèches partant vers le haut. Il était très agréable à regarder si on met de côté les thermes qu'il utilisait pour parler d'elle.

" Un démon ? Comment une créature comme vous peut oser me troubler de la sorte ? Expliquez vous rapidement avant que je ne vous élimine. "

Ouais mignon mais pas très sympas pour un sauveur. Cependant ses dires n'affectait pas la jeune femme qui croise les bras avant de sourire sans aucune animosité. Elle était pas là pour chercher la bagarre, déjà car l'envi n'y était pas et puis elle ne voulait pas abîmer cet endroit reposant et sublime.

" Ah je crois que y à méprise sur mon cas. Je suis pas une démone mais une Thyrionis  et je suis désolée de vous déranger ainsi mais un petit garçon que vous avez sauvé ma parlé de vous. Je suis un peu curieuse alors je suis venue voir. D’ailleurs il vous remercie encore pour le sauvetage et moi de même, ce fut un geste très courageux et charitable.

Sa voix était douce et bienveillante. Elle s'incline légèrement pour le remercier ne sachant pas trop quoi faire d'autre qu'il ne pourrait pas voir comme une agression vu sa méfiance plus qu'évidente vis a vis d'elle. S'ensuit un moment un peu gênant où elle ne savait plus trop quoi dire.

" Et .... hum ... vous est ? Parce que j'ai jamais vu un être tel que vous nul part et ...

Elle se stoppe dans sa phrase alors que ses oreilles pivote vers un point de la forêt. Elle entendait des rires et des bruits mécaniques bientôt accompagnait de cris d'animaux paniqués. Elle avait directement compris ce qui ce passer. Des braconniers venu mettre le boxon dans ce havre de paix et de tranquillité. Cela à le don de la mettre en rogne vu comment elle serre les poings et les dents. Ce genre de personne ne mérite pas vivre. Tournant le dos au Kaoishin, elle s'avance d'un pas décidé vers le groupe de fouteurs de trouble et ce plante devant.

" Alors ça va être très simple, soit vous vous cassez rapidement et tout ce passe bien, soit je vous passez un très sale quart d'heure avec de forte chance de mort derrière."

Un silence pesant s'installe juste après son avertissement puis des éclats de rires. Apparemment elle était pas prise au sérieux. L'un des malfrats, sûrement le chef vu son accoutrement en cuir ridicule, s'avança vers elle avant de pointer un fusil devant la tête de la Thyrionis.

" Et moi je te donne 3 secondes pour déguerpir avant que je ne fasse sauter ta petite tête d'ange~ "

Elle hausse un sourcil devant la petite menace pitoyable du terrien. Il pensait vraiment lui faire quoique ce soit avec sa puissance aussi dérisoire. Elle pose un doigt sur le canon et le pousse de son visage avec une grimace.

" Tant pis je vous aurez prévenu ... vous n'avez aucuns sens de la survie vous les terriens. "

Tout ce passe alors très vite pour les malfrats. Leur chef ce retrouve au sol avec l'un des pieds de de la demoiselle sur le visage et le fusil en main. Allait-elle tirer ou leur laisser une chance de partir quand même?
Shemesh Perditio
Shemesh Perditio
Autres Races
Féminin Age : 17
Date d'inscription : 07/05/2018
Nombre de messages : 169
Bon ou mauvais ? : Héréditairement Mauvaise
Zénies : 1160

Techniques
Techniques illimitées : Obélisque / Barrières du Karma / Création
Techniques 3/combat : Douze Plaies / Transformation
Techniques 1/combat : Cataclysme

Ataraxie Empty
MessageSujet: Re: Ataraxie   Ataraxie ClockJeu 10 Mai 2018 - 14:54
Au deuxième siècle après Jésus-Christ, Ptolémée liste dans le ciel mille vingt deux étoiles. L’infini de l’univers étant inconnu aux hommes, à cette époque, il n’y eut que les yeux et la patience de l'astronome grec pour l’aider dans sa quête de connaissance. Sa thèse fut accompagnée par l’idée du géocentrisme, de la Terre au centre de l’univers. Son modèle fut repris plus tard par l’église chrétienne comme outil de contrôle de pouvoir. Il ne fallut que quelques siècles pour que cette idée soit contestée. Elle résista cependant pendant encore un moment. L’une des nombreuses humiliations de l’être humain. Cette pauvre et pitoyable espèce qui ne cherchait qu’à se rendre spéciale. Il semblerait que son estime personnelle désastreuse soit la racine principale de toutes ses avancées et ses reculs. La seconde doit certainement être son besoin de se démarquer de ses semblables tout en cherchant néanmoins à être suivi d’une communauté. Un ego aisément chatouillé ? Cela serait une explication bien pitoyable à tous ses échecs à travers les âges. Tout cela, au final, n’était que son Histoire. Un comédien seul sur scène pourrait la raconter pour faire rire son auditoire. En y pensant bien, il ne suffisait que d’un astéroïde pour frapper leur planète afin de les faire repartir à zéro.

Ils avaient hérité des dinosaures une planète tout aussi compliquée et désordonnée que leur manière de penser. Figurez-vous que le fonctionnement des espèces vivantes du globe composé majoritairement d’eau se base sur un abreuvement et plusieurs repas quotidiens, ainsi que sur une récupération d’oxygène présente dans l’air. Parlant d’eau, les maîtres actuels de la planète eurent la merveilleuse idée durant leur évolution de sortir de l’océan, et de perdre tout ce qui leur permettait de se mouvoir aisément et de respirer dans la mer et les fleuves. Puis, lorsqu’ils furent aptes à se déplacer, ils perdirent leurs poils qui leur offraient protection contre la chaleur et les prédateurs, ainsi que leurs doigts aux membres inférieurs qui les aidaient autant à se mouvoir qu’à attraper des outils. Ils devinrent plus grands, pour se faire remarquer plus aisément, et apprirent à se battre non plus pour de la nourriture mais pour des frontières délimitées uniquement par leur tête. Au fur et à mesure que leur maîtrise de la technologie augmentait, leur taux de mortalité par les armes faisait de même. Quand on y pensait, la population augmentait davantage pour offrir plus de cibles qu’autre chose. Ces petits êtres sensibles étaient si facilement perturbés.

Pourtant, on pouvait aisément se prendre d’affection pour ces petits êtres innocents et violents. Leur ruche bleue brûlait petit à petit, au fur et à mesure que leurs échanges de papier et de métaux perduraient. Les accroissements de chiffre étaient la priorité et, comme toujours, tout cela venait à faire grossir des égos si facilement perturbés. C’était une grosse boîte de pétri, la Terre. Ce qui était amusant était le fait qu’il y en avait une dans à peu près chaque galaxie, et que l’Histoire de l’Homme se répétait à chaque fois. Sur ces globes terrestres, on envoyait de temps à autres une maladie ou deux, pour observer les changements causés sur la population à chaque fois. Ou bien on donnait une vision à une jeune fille en Orléans, ou un moustachu en Allemagne, qui leur disait de faire quelque chose en particulier, et on regardait le résultat. C’était une pièce de théâtre où la spectatrice principale réécrivait quelques évènements pour s’amuser.

Il semblerait bien que cette Terre-là soit connectée à quelques autres planètes ayant profité d’une avancée technologique et métaphysique comparable. En fait, c’était une association d’astres qui comprenait parmi ses flux d’habitants voyageant de globe en globe des êtres plus laids et comiquement belliqueux les uns que les autres. Certains se nourrissaient d’eau, d’autres étaient de véritables requins ambulants. En y réfléchissant bien, on pouvait admettre que chacune des créatures de ces civilisations plus ou moins avancées descendait de quelque chose. Ainsi, aucune d’entre elle ne serait simplement tombée du ciel pour façonner son monde. Pourtant, elles se concevaient toutes une religion à suivre pour expliquer leur arrivée. C’était assez drôle, comme comportement. Quel dommage que tout cela soit gâché par la nécessité de créer une administration à ces groupes de croyants.

Shemesh Perditio. Le soleil destructeur. Elle avait trouvé amusant d’employer de l’hébreu et du latin pour la conception du nom que pourraient utiliser les faibles d’esprits pour la reconnaître. Associer un mot à un être était nécessaire au cerveau pour pouvoir ranger efficacement la mémoire du personnage en question dans l’un des nombreux et inutiles tiroirs des souvenirs. Il était drôle de voir que les plus usés de ces tiroirs étaient ceux sur lesquels était collé en rouge une étiquette “mauvais moment”. C’était pourquoi il était plus drôle encore de les faire ressortir. Les humains, comme tous les représentants d’espèces “intelligentes”, pouvaient être si facilement enragés par ces rappels. Mais ils n’étaient pas les seuls. Chaque habitant de ces globes avait un visage qui pouvait se déformer par la colère et les larmes.

Une Binaire, une petite bonne femme à la voix aigüe et adorable ne dépassant pas cent vingt centimètres, marchait vers l’une de ces autres créatures “évoluées.” Le gros soleil autour duquel tournait un second, plus petit, était posé sur un corps de bandelette assez gros, et qui transportait quelques feuilles de papier. Elle avait quitté un buisson pour s’approcher de la Thyrionis - Bon dieu ! Quel nom compliqué ! Cette dernière venait d’assommer quelques personnages qui souhaitaient capturer des animaux pour les vendre, eux, où ce que la nature leur avait offert en tant que ressource. La démarche mignonne et ridicule de la binaire s’arrêta alors qu’elle se trouvait à une très courte distance de la dame rouge. Une fois en position, elle se racla la gorge inexistante, posant la main devant son visage, un geste qui n'avait pas de sens, avant de commencer à répéter les mots qui lui avaient été gravé en tête.

"Bonjour ! Je suis Galiel, l'ange de la vérité. Saviez-vous que l'inconscient refoule de très mauvais souvenirs sous la forme d'un autre, parfois plus grave encore ? Par exemple, celui de se faire abandonner par ses parents devient l’illusion d’être orpheline. C’est une fausse mémoire qui peut entraîner de graves problèmes mentaux, et donc je viens vous en absolver ! Tenez."

La voix douce et enfantine de la Binaire s’arrêta lorsqu’elle tendit le papier à la femme qui ressemblait à un dragon. Une autre évolution bien étrange, de la part de la nature. On dirait bien qu’elle se moquait de ses enfants. Gaia était une divinité bien plus étrange encore que ses créations. Le double soleil s’arrêta de parler jusqu’à ce que son interlocutrice prit la paperasse, avant de reprendre la parole :

"Voilà le certificat de vos parents à votre orphelinat, avec leur signature, et leurs noms. Le deuxième papier, signé par un médecin spécialisé, étudie vos délires mentaux ainsi que votre retard intellectuel par rapport aux autres membres de votre espèce. Enfin, le dernier stipule que vous êtes en surpoids, et que vous devriez faire du sport. Au revoir !"

“L’ange de la vérité” se mit à tourner la talon, pour reprendre sa petite marche de ses petits pieds. Il pouvait entièrement voler, mais il ne lévita pas. Peut-être que folle de rage, la Tyrionis, qui pouvait voir en effet sur ces documents peut-être vrais les noms des êtres chers à son coeur, allait l’annihiler à l’aide de ses attaques d’énergie. Mais ce n’était pas grave, car les petits astres n’avaient que faire de leur mort. Loin de cela, un dieu aux idéaux différents des siens réfléchissait à la vie en buvant du thé. Il avait concentré de l’énergie dans sa main droite tout en traversant son humble demeure, ayant prévu de détruire toute créature mauvaise pouvant lui causer des soucis. Mais alors qu’il tentait de l’intimider, cette dernière était partie faire justice à la forêt, laissant celui qui aurait créer la vie seul, à réfléchir peut-être encore à pourquoi il causait la mort. Lui qui avait tant été humilié par l’esprit simple et enfantin de son maître, il semblait à présent être perturbé par le pouvoir de la bonté des mortels. Un dieu dont la fierté se faisait remettre en place était toujours un spectacle des plus amusants.

"Tant d’années à réfléchir à un projet, en cherchant le meilleur moment pour le mener à bien. Plusieurs siècles passés à se faire traîner dans la poussière par la stupidité de son maître. Puis lorsque le moment arriva enfin d’amener la justice sur cet univers, tu te fatigues face à plusieurs suicidaires. C’est une bien faible détermination que tu as là."

L’astre du mal, dont l’énergie était tout aussi indétectable que celle de son camarade aux origines divines, venait de laisser remarquer sa présence en ces lieux. Elle était assise dans le vide, les jambes croisées, et les doigts de même. Dans cette position détendue, elle observait l’horizon tout comme lui. Shemesh Perditio aimait bien ce petit tour. Apparaître soudainement à côté de ceux dont elle souhaitait chambouler la vision. Les remettre dans le “droit” chemin était l’une de ses activités favorites, tout comme observer le parcours des êtres “mauvais”.

"Je dois dire que de tous les apprentis dieux de la création, tu étais celui dont j’anticipais le plus l’arrivée au pouvoir. J’étais étonnée du détour que tu as fait en tuant toi-même ton maître. C’était amusant, et j’espérais voir un peu de nouveau dans leur hiérarchie divine. Mais au final il semblerait que tu t’es dégonflé."

Elle avait conçue une tête d’argile avec son pouvoir de création de matière. Le visage qui aboyait ressemblait beaucoup à celui de l’ancien maître du purificateur à la voix résonnante. Shemesh se mit en tailleur, posant sa tête de plusieurs milliers de degrés contre sa main qui y résistait sans mal, tout en observant la fausse face exagérée de Gowasu continuer d’ouvrir et de fermer la bouche, mimant des dialogues qu’il avait fait autrefois.

"Maintenant que j’y pense, je comprends pourquoi il fallait un autre toi pour t’aider. Tu es si facilement dominable. Un vieil homme te maintenait en place, et maintenant il n’a fallu que quelques rescapés de la planète des singes pour te faire douter. Tu as dû réfléchir mathématiquement, te dire que deux récessifs font un dominant, mais au final, tu avais tort, pas vrai ? Même ta poussée de cheveux ne cache pas la honte sur ton visage."

Elle continua de flotter pour se trouver devant lui, cette fois debout, la tête à l’envers, et les pieds posés là où devrait être le plafond… si un purificateur enragé ne venait pas de tout détruire. Ses mains derrière le dos, elle laissait le visage de l’ancien professeur du purificateur disparaître, fondant comme du chocolat au four.

”Peut-être devrais-tu enfin penser à devenir l’univers lui-même ? À refaçonner ses lois ? Mais j’imagine que la première société qui te prendra comme son tout-puissant parviendra à faire de toi son siège. Un dieu devrait pourtant réussir à se faire respecter…"

Elle ressortit de derrière son dos un cahier. Un journal intime, plus précisément, écrit de la main de Gowasu. La clé permettant son ouverture dans la main qui ne tenait pas le recueil de mémoire, elle ouvrit le bouquin en question, avant de le tendre à la double personne. En dehors des quelques centaines de pages décrivant la dégustation du thé, d’autres se consacraient à l’évolution de l’élève du vieux maître, qui ne pouvait que se sentir légèrement désolé par rapport aux insécurités de celui qu’il semblait considérer comme son fils. Cela semblait bien trop détaillé pour être faux…

”Le plus drôle fut de voir que ton précepteur le voyait déjà. Il était aveugle quant à tes idéaux, mais pas face à tes problèmes personnels. Il essayait de te rendre heureux par ses activités stupides et ridicules, mais il n’y parvenait pas. C’est incroyable comment tu as pu décevoir tes ennemis comme tes alliés."

Elle se retourna, avant de flotter pour se remettre pile à côté de celui qui avait tant échoué. La tête toujours à l’envers, elle regarda à nouveau l’horizon.

”Au passage, le dernier numéro de KamiBeauté est tombé. Ta coupe de cheveux est démontrée comme scientifique ridicule. C’est un ange qui l’a écrit en plus. Ils s’y connaissent bien, à ce sujet."
Zamasu
Zamasu
Autres Races
Masculin Age : 21
Date d'inscription : 18/10/2016
Nombre de messages : 183
Zénies : 2000

Techniques
Techniques illimitées : Brèche | Lances divines | Creation | Illumination
Techniques 3/combat : Arme d'énergie | Téléportation
Techniques 1/combat : Supernova

Ataraxie Empty
MessageSujet: Re: Ataraxie   Ataraxie ClockJeu 10 Mai 2018 - 18:10
Zamasu qui espérait pouvoir profiter du calme de la journée tout en buvant son thé fut bien naïf, une cohorte d’événements allait interrompre le Dieu dans le repos qu’il avait si soigneusement préparé. Après avoir ouvert sa porte à une Thyrionis, le Kaio vert avait exigé des réponses, effectivement, le cœur de la dame était noir comme du charbon, il était évidement que l’immortel désirait savoir quels étaient les intentions d’un tel être dans cette forêt, mais surtout, pourquoi se présentait-elle face au Kaioshin. La fusion n’était pas un bon hôte, elle avait interrogé Zirah sur un ton froid et sec, menaçant cette dernière de mort si elle avait le malheur de ne pas répondre quelque chose de satisfaisant.

C’était donc face à un ultimatum que se trouvait la créature ailée, celle-ci devait démontrer des intentions louables et renier tout appartenance à un quelquonque sang démoniaque, ce qu’elle fit d’ailleurs directement en déclarant être une Thyrionis. Zamasu avait effectivement entendu parler de cette race draconique, il était donc possible qu’elle dise la vérité, de plus, elle avoua avoir été curieuse de découvrir le visage de celui qui avait sauvé l’enfant perdu dans le cœur du bois. Il était bien vrai que le Dieu vert avait sauvé le petit, bien que finalement, il n’avait fait que se défendre, il restait tout de même le sauveteur du gamin, qu’il le veuille ou non. La charge de Zirah était donc de transmettre des remerciements, Zamasu regrettait déjà d’avoir donné de son temps à cet être inintéressant.

« Je vois. »

Commenta le créateur d’un ton antipathique détaché tout réfléchissant à la manière dont il allait pouvoir purifier cet être du mal, la plus simple était évidement de la supprimer, il était aussi possible de lui laver le cœur par le biais de sortilèges, mais le Kaioshin ne désirait pas perdre plus de temps sur des points de détails. Mais avant même de pouvoir agir, la Thyrionis repris la parole, elle arborait toujours cette affiche d’être souriant et bienveillant, cependant, Zamasu pouvait lire dans les cœurs, ainsi, il ne serait pas dupé par le jeu d’acteur de la demoiselle. Zirah comptait donc allonger la discussion en posant à son tour des questions, puis fut interrompue par un vacarme distant, une cacophonie de cris et de de moteurs troublaient le calme de la forêt et faisait fuir sa populace. L’ancien élève de Gowasu avait aussi une ouïe fine, comprenant le boucan se rapprochait du chalet ou se trouvait les deux premiers personnages. La demoiselle quitta alors le pas de la porte pour aller à la rencontre des troubles faits, de son coté, Zamasu n’allait pas bouger le petit doigt, il en avait déjà assez des événements aléatoires qu’il subissait dans ces bois.

C’est donc un groupe de quatre braconniers qui firent leur apparition, ces derniers étaient armés de machettes, l’un d’entre eux avait un fusil, ils étaient tous les quatre dans une grosse Jeep d’un camouflage militaire forêt. A l’arrière du véhicule gisait plusieurs sacs en toile sur lesquelles le symbole du zeni était inscrit, ces bandits ont dû cambrioler une banque. Les quatre gaillards descendirent alors, ils mesuraient bien entre deux mètres et trois mètres, ces colosses étaient monstrueux et chauves, portants des armures de combat bricolés de plusieurs matériaux.

Spoiler:
 
Évidement, ce petit groupe n’avait aucune chance pour une guerrière du niveau de la Thyrionis qui mis fin à l’affrontement en quelques secondes seulement, démontrant qu’elle avait une force lui permettant d’écraser n’importe quel terrien lambda. C’est donc après quelques avertissements que les bandits furent écrasés, Zirah ne semblait pas attirée par l’argent, fait surprenant, elle avait donc simplement eu envie d’exterminer les bandits ce qui était l’amorce d’une bonne nouvelle. Pendant que l’inconnue terminait son travail, Zamasu quant à lui rentra dans son logis, retourna d’un pas rapide à sa terrasse pour reprendre sa tasse et l’emmener à l’avant de son chalet pour garder un œil sur la créature à l’apparence démoniaque.

Cependant, dès lors que Zamasu mis la main sur sa tasse pour la soulever, un vent léger et un silence survinrent, figeant un petit instant le Dieu immortel qui repris bien vite son mouvement machinal, récupérant sa tasse en scrutant les alentours, sentant une fine énergie qui ne lui était nullement familière. Cette force divine n’avait pas de position définie, elle envahissait simplement l’air autour du fusionné qui ne savait mettre le doigt sur l’identité de cette forme de vie.

Soudain, ayant peut-être compris qu’il était découvert, l’inconnu émis une voix féminine douce et reposée, cette dernière se moquait directement du Kaioshin en jugeant sa détermination comme faible. Le regard du Dieu se fronça, s’interrogeant plus l’omniscience et l’omnipotence de son interlocuteur que le fond de son discours provocateur. Fort heureusement, l’énergie ambiante se concentra dans un corps physique et visible proche de Zamasu, un petit corps doté d’une grande concentration magique. Cet être inconnu était composé de bandelettes masquant une enveloppe invisible, la tête de cette entité était une proéminente sphère rougeâtre brillante, une sorte de soleil miniature. L’énigme physique flottait à quelques centimètres de haut, en position assise et les jambes croisées, le justicier se permit d’interrompre la nouvelle invitée.

« Et quoi que tu sois, tu n’as donc pas d’autres dessins que d’ennuyer l’essence même de la justice divine ? »


Une réponse courte pour une remarque longue, mais ce n’était pas évident pour Zamasu de concevoir une longue réponse avec la surprise précédente mêlée aux différentes interventions qui avaient envenimés sa journée, le Dieu devait rester calme. Malheureusement, l’immortel allait devoir redoubler d’efforts pour conserver sa sérénité, l’entité solaire défiait de manière ouvert l’autorité du Kaioshin en se disant déçue, que grand mal lui fasse. Le créateur, toujours passif, prit le temps de répondre, conscient que l’autre protagoniste était également un Dieu probablement ancien, il restait à savoir à quel genre de divin il avait à faire.

« Tu tires bien vite des conclusions, toi qui est si ancien, tu n’as donc pas appris à faire murir ta patience ? »

Zamasu ne connaissait pas son interlocuteur, mais feintait de le connaitre en usant l’indice d’âge que Shemesh avait lui-même laissé, étant donné que le fusionné n’avait aucune idée des connaissances du Dieu enflammé, il se donnait l’illusion que cela pouvait fonctionner. Après avoir appeler à la patience, le justicier repris, toujours animé d’un calme théâtral qu’il avait l’habitude d’avoir auprès de son ancien Maître.

« Mes plans ne regardent que ma personne, autant dans leurs déroulements que leurs finalités. »

Manipulant ensuite le monde pour poursuivre sa satire, l’entité fit apparaitre un visage reproduisant grossièrement les traits du défunt Gowasu, une autre provocation ouverte qui ne faisait ni chaud ni froid à Zamasu qui se contentait de d’observer le visage d’argile s’animer. Cette discussion opposait vraisemblablement un cœur de braise contre un cœur de pierre. Poursuivant ses dires, Shemesh récita une partie de l’histoire de l’immortel pour mieux se moquer de ce dernier, jouant sur le manque de volonté du Kaioshin lors de sa formation, ajoutant qu’il aura fallu deux Zamasu simultanément pour provoquer l’assassina du vieux Maître. Attendant la fin de la frappe mentale de son adversaire, le justicier lâcha un bref et narquois.

« Perdu. »


L’homme vert laissa quelques instants de vide pour faire comprendre l’erreur de narration de son interlocuteur avant de prendre de nouveau la parole.

« Tu ne sembles pas si bien me connaitre, sache que j’ai éliminé Gowasu seul, tes connaissances semblent aussi limitées que la solidité de tes créations… »

La fusion ne comptait pas se laisser faire de la sorte, insensible aux insultes aussi basses que sur le courage, le Dieu était plutôt insatisfait en revanche du manque de respect de son compère. En coordination parfaite avec sa phrase, Zamasu tendit son bras droit avec un nouveau sourire narquois vers le visage de Gowasu pour lui infliger une pression psychokinésique afin de le broyer et de le faire fondre comme du chocolat au four. Au même instant, la marionnette en bandelette se déplaça par la danse de l’air, se plaçant face à Zamasu la tête en bas. Quel être insouciant pouvait-il bien être ?

Shemesh se lança ensuite dans un jeu de supposition que le Dieu à la peau ne comprenait pas, devenir l’univers ? quels étaient ces drôles d’idées ? Zamasu arqua un sourcil en écoutant la suite du discours de l’inconnue, dubitatif sur les objectifs de cette dernière, ne l’interrompant donc pas. L’entité solaire fut donc libre de continuer ses provocations ouvertes, sortant de son dos un étrange cahier qui n’était autre que le journal de Gowasu, un ouvrage évidement privé ou il inscrivait ses ressentis et aventures. Le soleil ambulant tendit l’ouvrage au créateur qui le pris sans hésitation, puis, sans l’ouvrir, attendit les commentaires de la trouble fait. Sans se faire attendre, Shemesh critiqua les actions de l’ancien Maître tout en ajoutant que Zamasu avait déçu ses alliés et ses ennemis, qu’il n’était qu’un moins que rien finalement, terminant ses provocations par un coup de pied balayette sur la chevelure proéminente de la fusion.

L’éternel fut alors stoïque l’espace d’un instant, fixant son interlocuteur d’un regard vide, puis au fil de quelques instants, s’anima d’un rire dantesque crescendo, moquant ouvertement le discours de l’autre Dieu en lâchant le livre qu’il tenait dans sa main droite. Après quelques secondes d’un vaste rire, Zamasu, sur un ton moqueur, rétorqua vivement.

« Décevoir des ennemis ? Des alliés ? Je n'ai pas besoin de ça. Mon pauvre, tu ne sembles pas savoir que tes remarques ne m’atteignent pas, je me permets de te le dire pour éviter que tu parles inutilement des siècles durant. »

Haussant les épaules en affichant un air malicieux, le Dieu immortel poursuivis.

« Que cherches tu donc à faire en m’agressant ainsi ? Peut être que tu es suffisamment inutile pour avoir le temps de me déranger, mais sache que je suis seul Maître de mon destin. »


Le Kaioshin fit alors quelques pas, observant l’étrange objet qu’était Shemesh, faisant quelques suppositions sur son identité.

« Tu fais peut-être parti de ces électrons libres divin qui ne viennent pas d’un fruit doré. »

Une supposition fausse, mais Zamasu pour n’en savait rien, pour lui, Shemesh faisait sans doute parti de la famille des Dieux « originaux » existant depuis toujours comme Pluie ou Yggdrasil. En tout cas, le justicier avait démontré qu’il n’était incapable de se défendre verbalement, ses idéaux et sa personne ne pourront pas être discrédités ainsi.



Zirah
Zirah
Autres Races
Féminin Age : 26
Date d'inscription : 02/11/2017
Nombre de messages : 201
Bon ou mauvais ? : Chaotic neutral
Zénies : 1000

Techniques
Techniques illimitées : Sonikkuhauringu / Furemubureka /free fire
Techniques 3/combat : Feu d'enfer / Armurerie Dimensionnelle
Techniques 1/combat : Konetsu Purazumaboru

Ataraxie Empty
MessageSujet: Re: Ataraxie   Ataraxie ClockVen 18 Mai 2018 - 14:56
Vilain défaut qu'est la curiosité, défaut que Zirah avait la fâcheuse tendance de suivre. Sa curiosité l'avait donc conduite devant un chalet très plaisant, habité par un être qui l'était beaucoup moins. Bon au moins il était mignon, ça rattrapait l’accueil froid et déplorable d'on il fit preuve. N'ayant pas envie de ce prendre la tête pour si peu, la Thyrionis avait répondu aux questions, toujours aussi charmantes, de l'hôte du chalet. Il semblait passablement ...  hum... oui blasé. Aucunes expressions a part une profonde lassitude sur son visage tout doux et vert. Heureusement ou malheureusement, ça dépend du point de vu, un groupe de bandits avaient décidés de faire inconsciemment bouger les choses. Pas franchement d'avis que le cadre idyllique de la forêt soit souillé par une bande de cerveaux mou, elle avait mis fin au vacarme très rapidement en les mettant à terre sans aucun soucis.

Une patte sur la tête du chef et tenant en jonc le reste de la bande avec un fusil, elle allait faire sauter quelques tête quand un étrange petit être vint a elle. Ne dépassant pas les vingts centimètres a vue de nez, elle avait une tête solaire avec un astre plus petit qui tournait autour, comme un satellite, le corps enrobé et vêtu de simples bandelettes, cet être avait beau avoir un côté mignon, il ne plaisait pas du tout a la Thyrionis qui montre légèrement les dents.

"Bonjour ! Je suis Galiel, l'ange de la vérité. Saviez-vous que l'inconscient refoule de très mauvais souvenirs sous la forme d'un autre, parfois plus grave encore ? Par exemple, celui de se faire abandonner par ses parents devient l’illusion d’être orpheline. C’est une fausse mémoire qui peut entraîner de graves problèmes mentaux, et donc je viens vous en absolver ! Tenez."

La voix de l'entité donnait des envies de meurtres à Zirah et ce sentiment fut augmenté par les reste du dialogue qu'elle fit. Un beau ramis d'absurdités sans noms. Un florilèges de fausses informations et affirmations qui faisait monter un plus la colère de Zirah. Les feuilles que tenait l'entité s'enflammèrent brusquement et pour faire passer sa rage, elle appuie sur la détente et tue les bandits pendant que le soleil obèse quitter les lieux. Une fois remise de son émotion colérique, elle rejoint le chalet et au diable son coté gentil. Sautant sur le toit pour rejoindre la terrasse de l'autre côté, voilà t-il pas qu'elle tombe sur une entité semblable a celle qui l'avait injustement jugée. Bon celle-ci était bien plus grande et plus mince et apparemment c'était au tour du beau gosse vert d'en prendre pour son grade. C'est donc assise sur le toit qu'elle écoute la discussion très intéressante entre les deux êtres, qui selon leurs dires sont divins. Des révélations tout bonnement incroyables pour les oreilles de Zirah qui ne perd pas une miette de l'échange sanglant mais calme des deux dieux, beau gosse vert étant clairement imperméable aux critiques de soleil bonasse mais chiante. L’excitation et l'amusement prirent la place de la colère, la situation était clairement risible et comique pour elle et elle attend de savoir la suite avec impatience en ce trouvant une position plus confortable sur le toit en bois.
Shemesh Perditio
Shemesh Perditio
Autres Races
Féminin Age : 17
Date d'inscription : 07/05/2018
Nombre de messages : 169
Bon ou mauvais ? : Héréditairement Mauvaise
Zénies : 1160

Techniques
Techniques illimitées : Obélisque / Barrières du Karma / Création
Techniques 3/combat : Douze Plaies / Transformation
Techniques 1/combat : Cataclysme

Ataraxie Empty
MessageSujet: Re: Ataraxie   Ataraxie ClockLun 28 Mai 2018 - 21:11
L’astre du mal. Le soleil destructeur. Shemesh Perditio. Tant de noms qui signifiaient toujours la même chose : celle qui apparaissait sous une apparence féminine ne se lassait pas de voir le monde brûler. Elle n’avait jamais eu de difficultés à appréhender cela. Les souvenirs qui remontaient dans la mémoire de son cerveau brûlant durant ses temps d’ennuis lui offraient toujours un souvenir invisible. La boule de feu sur le corps de bandelettes avait toujours été l’héliocentre de la dévastation et de la terreur, mais ses préoccupations ne portaient pas sur la radiation d’ultraviolence sur les êtres assez peu chanceux pour devenir ses cibles. Non. Parfois la corruption des êtres pour les amener vers le doux chemin de la destruction des vivants devenait son    objectif.

Il arrivait néanmoins que ces mêmes potentiels cavaliers sans monture de l’apocalypse soient déjà centrés sur la destruction. Comme la gravité, l’envie de meurtre ne dépendait que d’une petite poussée, après tout. Ce premier Newton appliqué était donc le sentiment de bien faire, car rares étaient ceux qui souhaitaient uniquement faire le mal pour le mal. Rire des pleurs des veufs, se moquer des hurlements des orphelins, appliquer le sel des larmes sur les plaies, les terres, et les escargots; tout cela n’était pas du goût de l’étoile autour de laquelle orbitaient les fléaux ayant mis fin à tant de vies. Elle n’avait qu’un intérêt simple et permanent pour les réactions de tous vis à vis de ce qui leur arrivait. Elle observait les réactions aux plaies d’Égypte comme aux trois humiliations. Mais tout comme les différentes races de la galaxie, les dieux avaient un égo aisément titillable. Et par ses chatouilles dans l’inconscient de Zamasu, Shemesh souhaitait le remettre sur le chemin de la soi-disante purification.

“Ennuyer l’essence elle-même de la justice”. C’était bien drôle. Lui qui aboyait en permanence le même potin, souhaitant la potence pour tous ceux qui marchaient sur deux pattes. On pouvait rapidement devenir lassé par son dialogue à jamais coincé en mode répétition. Le Shinjin pouvait aisément être comparé à une moissonneuse avec des enceintes, et le blé qui était la cible des sons forts et reproduits était la pauvre population qui n’avait rien demandé. Quand on pense qu’il avait finalisé son idée de purification après avoir simplement été dépité par des créatures des cavernes. Au final, il était bien plus champion de l’injustice qu’autre chose. Mais, ça, il valait mieux ne pas lui dire. Car après tout, le rendre calme et sympathique serait fortement contre-productif à ce que souhaitait Shemesh.

"Tu es bien ennuyeux toi-même, ne t’en soucie pas."

Le dieu de l’anomie semblait chercher à se défendre, de son ton froid et ferme. Et pourtant il n’y avait nulle mention de quelconque émotion de sa part. Il était donc difficile de voir si les propos du fruit doré en permanente combustion l’avaient réellement touchés ou non. Mais pour tout personnage ayant assez d’émotions pour se fixer un objectif précis, il y a toujours possibilité de les faire s’ébranler. L’être maigre et malicieux, cependant, souhaitait juste tartiner sa mie d’étoiles et de planètes de cette profonde peste noire infernale qu’était la méchanceté des hommes. Voir cette haine des uns envers les autres se répandre, et les comportements de tous les rongeurs transportant cette même hargne. Sa cage de verre lui permettait de regarder chacun des malheureux rats de laboratoire que les races intelligentes appellent des camarades, et d’en apprécier la vue. Quand bien même son ego était plus dense que la masse de l’étoile qui composait sa tête, elle n’était pas non plus aisément touchée. Mais c’est certainement ce qui arrive quand les divinités ont tant de pouvoir. Leur trône devient aussi inébranlable que leur fierté.

”Deux syllabes ne font pas synonymes : il ne faut pas confondre “patience” et “paresse”. As-tu remarqué que “humain” et “virus” ont des débuts différents ? "

Chaque seconde qui passait était un mortel de plus qui s’assurait une place au paradis pour jouir à jamais d’une immortalité de luxe et de plaisir. Chaque minute était un monde différent qui n’était pas purifié. Zamasu perdait davantage du temps qu’il jouait de sa soi-disante patience. Mais il était très certainement peu instruit quant à la temporalité elle-même du monde qui l’entourait. S’il était coincé dans le temps, pas étonnant qu’il ne pourrait pas laisser le marteau divin de la justice s'abattre sur tous ceux qui le méritent… supposément. En vérité, celui qui ici disait combattre les monstres était très certainement le plus grand d’entre eux. Il faudrait peut-être lui trouver un autre nom que “le purificateur”. Peut-être… la “diva” ? Cela lui irait bien. Peut-être qu’un changement d’accoutrement serait nécessaire ?

”Et pourtant je pense que chaque être dont tu débarrasseras le monde et chaque combattant qui souhaitera te faire face aura son mot à dire là-dessus ? Après tout, il t’en faut si peu pour douter de tes propres capacités, peut-être que l’un des multiples dieux qui parcourent ce monde te corrompra ?"

L'égocentrique messianique antipathique n’était pas quelqu’un avec qui il était aisé de parler. En vérité, il était, comme Shemesh, atteint de cette douloureuse maladie qu’était le manque d’empathie. Douloureuse car on ne pouvait pas avoir l’idée de ce que l’autre ressentait lorsque son genou venait à être fracturé. Ainsi, il n’y avait pas de catharsis pour accompagner le léger sadisme que l’on éprouvait en brûlant ces fourmis à l’aide d’une loupe divine. Bienheureux était le manque de poids véritable à l’orgueil des deux dieux, en dehors des ressentis des malencontreux qui seraient amenés à les écouter, car sinon il n’y aurait pas de doute sur la rupture des tissus spatio-temporels composant cet univers.

”Je compte pourtant deux purificateurs en face de moi."

Le doigt maigre et délicat toucha le nez du Shinjin vert. Un petit “ding” se fit entendre avant d’être suivi par le bruit d’une déchirure de papier. L’espace d’un instant, et d’un ressenti, Zamasu put se sentir redevenir faible et voir sa deuxième partie reprendre la forme hideuse du mortel qui avait réussi, dans une temporalité différente, à lui offrir une terrible humiliation. Ce n’était pas le fait que les deux illuminés soient les mêmes qui importait sur le résultat : le providentiel avait eu besoin d’aide pour au moins mettre un terme à l’existence de son maître. Il n’y avait pas besoin d’être un dieu pour se rendre compte qu’il n’avait rien fait tout seul, et que ce n’était que par le coup de maître d’un lui bien plus intelligent mais tout aussi cinglé qu’il avait entamé sa quête. Mais la polymérisation de Black Goku - misère ! Quel nom peu inspiré ! -  et son homologue du présent reprit, et les revoilà avec le même corps et la même coupe de cheveux peu attractive.
”Je t’imaginais moins pragmatique. Prendre le corps d’un puissant… Cela reste intelligent. Une qualité qui se démarque, et dont je te félicite."

Zamasu ne semblait pas être touché par les remarques faites par rapport à la déception qu’avaient pu ressentir tous ceux qui croyaient en lui, alors que la mascarade n’était pas encore tombée. Cela signifiait qu’il s’était donc bien plus détaché des autres qu’elle ne le croyait. Cela signifiait qu’il n’y avait plus ni liens ni chaînes pour l’empêcher d’annihiler le monde… pour son intérêt, bien sûr.

”Peut-être préférerais-tu que je taise mes origines ? Après tout, elles sont d’une importance moindre."

La voilà assise en tailleur, lévitant à côté du purificateur avec aisance. Elle n’était pas du tout terrifié par ses capacités de destruction, car elle était, contrairement à beaucoup, immortelle. C’était une expérience assez splendide que de ne pas avoir à s’inquiéter sur la mort. Sur la disparition des êtres aimés. Shemesh profitait beaucoup de ce manque d’émotions véritable et d’attachement. Si le Shinjin venait à mourir, subitement, devant elle, détruit par une météorite ou un dieu de la destruction mal réveillé, elle ne se sentirait au mieux que déçue, comme face à un sujet prometteur face à une maladie, et qui n’avait survécu qu’un jour de plus.

”J’étais venu tester ta résistance face aux plus basiques des insultes. Et te prévenir de ton désastre capillaire par la même occasion."

Elle joignit ses mains, paume contre paume et doigt contre doigt, tout se penchant légèrement en avant, l’air amusé… aussi amusé qu’une sphère de feu et d’hydrogène pourrait l’être.

”Je suis ravi de voir que tu t’es défaits de l’emprisonnement mental de tes sentiments en plus de celui de ton maître… Quand bien même c’était un effort combiné avec un autre toi."

Elle s’approcha lentement de Zamasu, toujours dans les airs, les pieds ne touchant pas le sol.

”Je vais t’avouer un secret : en l’an 648, les Thyrionis ont créé, comme outil de colonisation, un virus capable d’annihiler toute forme de vie sur une planète, hormis pour les créations des mortels, et les Thyrionis porteurs eux-mêmes. Ainsi, la faune et la flore se détruiraient en l’espace de quelques semaines… Sauf si le porteur venait à mourir. Et malheureusement pour cette belle forêt, si celle qui se trouve sur le toît de ce chalet ne venait pas à mourir dans les quelques prochaines minutes, tout cela disparaîtra."

Elle leva la main, et l’amas de verdure disparut un instant, avant de revenir.

”Peut-être qu’elle ne se sait pas infectée. Après tout, ses parents l’ont abandonné à la naissance. Elle cherchera donc à combattre l’inévitable."

Elle passa en position debout, ses jambes gracieuses touchant enfin le plancher de la cabane perdue dans les bois, et ses bras se positionnant dans son dos. Elle avait parfaitement reproduit la posture des Kaioshins et de leurs apprentis.

”Bien sûr, tu peux préférer ne pas me croire. Mais il n’y a pas de raisons pour que je te mente, ne penses-tu pas ?"
Zamasu
Zamasu
Autres Races
Masculin Age : 21
Date d'inscription : 18/10/2016
Nombre de messages : 183
Zénies : 2000

Techniques
Techniques illimitées : Brèche | Lances divines | Creation | Illumination
Techniques 3/combat : Arme d'énergie | Téléportation
Techniques 1/combat : Supernova

Ataraxie Empty
MessageSujet: Re: Ataraxie   Ataraxie ClockSam 2 Juin 2018 - 23:31
La journée de Zamasu s’annonçait plus tourmentée que jamais il n’aurait pu l’imaginer, après sa rencontre avec une mortelle au cœur mauvais, le juge ultime se retrouvait face à un cruel Maître de la satire, un Dieu aussi insupportable que dérangeant. En effet, depuis sa venue, l’astre solaire ne s’amusait qu’a moquer et grossir les aventures et soi-disant erreurs de la fusion, ceci demandait au purificateur un certain effort pour ne pas immédiatement détruire ce poids magique.  Ainsi la discussion s’installait, l’écale de tension n’était pas palpable, aucun des deux protagonistes ne haussait significativement le ton, l’un comme l’autre jouait à l’immortel, celui qui n’a jamais réellement tords, offrant une superbe joute verbale pour la spectatrice Thyrionis.

Si la première réponse de Shemesh concernant l’ennui n’avait pas atteint Zamasu qui se fichait bien d’avoir l’air ennuyeux, la seconde était plus intéressante, en fait, c’était une directe provocation qui mettait à la place de paresseux celui qui avait terrassé Gowasu, une attaque fine, une de plus. Il était évident que l’objectif de l’être en bandelettes était de déranger le justicier, de lui faire perdre patience, cependant le Kaioshin avait appris auprès de ses centaines d’années en tant que qu’apprenti les symboles de patience et de retenue. Ainsi, le sage immortel conserva son ton mêlant l’indifférence et le désintérêt, meublant son apathie d’une brève riposte.

« Pendant que certains bâtissent ou protègent l’univers, des personnages comme toi préfèrent jouer avec les mots, quelle pauvre chose doit-tu être pour avoir de si frêles activités. »

Annonçant que ses plans ne concernaient que sa personne, Zamasu eu l’occasion d’écouter une nouvelle attaque de son interlocutrice volante, un nouveau pic qui se heurtait sur un mur d’acier froid, il n’y aurait pas de David contre Goliath. Passant sa main droite ouverte sur son visage, couvrant partiellement ses yeux, le Dieu aux cheveux d’argent eu un rictus nerveux, lui faisant pousser un petit rire : Shemesh s’imaginait que sa rencontre fortuite avec Kaito était la fin de sa croisade, pauvre folle. Accompagnant son mouvement et son rire, le fusionné releva le visage vers l’indésirable déesse, passant sa main droite dans sa formation capillaire proéminente en la faisant glisser de son visage, rétorquant en conservant un sourire jovial.

« Me corrompre ? Tu me fais bien rire, toi-même tu essaie d’obtenir quelque chose de moi, ton acharnement aussi téméraire que ridicule en témoigne, tu dois donc savoir que je ne suis pas facile à duper. »

Le Shinjin était sûr de ses idéaux, s’ils devaient changer, il en serait ainsi, mais de toute manière, ce ne sera jamais contre l’intérêt de la justice, Zamasu était l’être de lumière suprême, il revenait à lui, et lui seul, de prendre en charge ce monde blessé par mégalomanie des mortels. Par la suite, le Kaioshin affirma être seul dans ses opérations, en effet, la fusion avait été réalisée par deux esprits identiques, deux Zamasu. Malgré cela, Shemesh affirmait que les deux êtres s’étant unis étaient en réalité des personnes différentes, touchant d’un geste rapide et agile le bout du nez de l’être vert, déclenchant un petit bruit clair accompagné d’une sorte de déchirement, une véritable torture. Par ses pouvoirs divins, l’astre satire avait fait sentir l’espace d’une seconde au justicier la sensation d’une dé-fusion, bien qu’elle n’eut en aucun cas lieu, le protecteur de l’univers se senti néanmoins affaibli et minable, petit, pauvre, insuffisant. Dans sa magie aussi inattendue que sournoise, la sphère solaire transmis la vision du saiyan ayant fusionné à Zamasu, le combattant de la lumière reconnaissait donc le visage de Son Goku, cet affabulateur qui pensait pouvoir sauver le monde. Crispé et torturé par une telle sensation, l’immortel balaya le doigt de son compère d’un revers de la main gauche, reculant d’un pas, le visage décoré déconcerté, les yeux écarquillés.
Reprenant ses esprits au bout d’une seconde de panique face à la teneur et la surprise de l’instant précédent, le porteur de potalas adressa un regard sévère envers à Shemesh qui semblait s’être amusée à lui rappeler sa faiblesse passée.

« Ne recommence plus ce genre de choses ! »


L’avertissement du tout puissant était sans doute passé à la trappe, la peste avait déjà repris ses petites réflexions, saluant néanmoins l’idée d’assimiler un corps puissant. Dans les faits, il est vrai que Zamasu aurait préféré ne pas avoir à fusionner avec un saiyan, cependant, le danger qui rodait autour du monde et qui le mettait chaque jour un peu plus en péril avait obligé Black et son acolyte à ne faire plus qu’un pour endiguer la menace mortelle. Maintenant il possédait ce corps surpuissant et immortel, le justicier n’avait plus besoin de quelquonque alliés, il était parfait, il combinait la puissance et la légitimité nécessaire pour être le seul régisseur de l’existant.

Par la suite, le Kaioshin s’était montré curieux, demandant quels étaient les origines de l’invivable créature, cette dernière n’était à n’en pas douter un Dieu, cependant, elle semblait éviter le sujet de sa provenance, affirmant que cette information n’était pas intéressante. Cela révélait au moins que Shesmeh n’avait pas que des sujets de confort, Zamasu savait donc quoi dire en cas d’embarras car en aucun cas le justicier n’allait croire que l’absence de réponse était expliquée par une histoire ennuyeuse, ce devait être chose de bien intéressant.

Mais la plus puissante des fusions n’allait faire commentaire de cette absence de réponse, d’une part car il préférait garder cet élément sous le coude, d’autre part, Shemesh avait bien vite repris la parole, éclaircissant les raisons de sa présence en ces lieux. En effet, l’entité décorée de bandelettes révélait n’avoir été ici que pour mettre à l’épreuve le calme du Dieu égocentrique, quelle audace, quelle injure, cet affront lui remémorait les heures les plus énervantes de sa vie : des successions d’épreuves. Le long de son existence d’apprentissage et de d’entrainement, Zamasu avait été confronté à toutes sortes de pratiques et méthodes afin de devenir serviable, humble, respectueux, poli, toutes ces qualités essentielles que certains Kaioshins n’ont jamais obtenues, et bien l’ancien Kaio du nord les avaient. Mais à quel prix ? l’immortel avait passé des centaines d’années à peaufiner cette capacité à être impassible, inexpressif, mais également jovial et modeste ; Combien de temps encore ses acquis devront-ils êtres mis à l’épreuve et contestés ? Quelle sorte de juge pouvait donc bien être ce golem ? Intérieurement frustré par cette éternellement contestation de ses compétences, Zamasu ne pouvait que se montrer hostile à l’égard d’une telle nouvelle, soupirant, il conserva pourtant cet éternel contrôle, aussi bon acteur qu’il est, exposant calmement ses regrets à l’égard de cette discussion finalement inutile.

« Une perte de temps, comme prévu. »

Joignant ses mains en inclinant la sphère d’hydrogène qui lui servait de visage, Shemesh avouait qu’elle était heureuse de constater le détachement de l’immortel à l’égard de l’ensemble des mortels, en effet, Dieu ou être inférieur, le fusionné traitait tout le monde de la même manière.

Cependant, la trouble-fait solaire changea vite de sujet, déclarant en se rapprochant de Zamasu que la Thyrionis qui s’était présentée à lui était porteuse d’un virus, cette femme serait en fait une arme de destruction massive capable de dévaster la flore des planètes sur lesquelles elle se trouve. Fronçant son regard en observant l’être semi-draconique bordeaux qui observait la discussion sans réelle discrétion, le porteur de lumière hocha la tête, non pas pour transmettre un sentiment de confiance ou de sureté auprès de Zirah, bien au contraire. Le regard froid accompagnant ce mouvement se montrait plutôt être une acceptation de la théorie de Shemesh, l’immortel fixa un instant la femme fatale postée sur le toit, étendant son droit parallèlement à ses épaules sur sa droite. Toujours avec un regard absent de sentiments, Zamasu concentra son énergie, entourant sa main tendue ouverte d’un filament pourpre de Ki, la lame ainsi formée s’étendait sur quelques 15 centimètres, un beau poignard. Toujours immuable, immobile, le Kaioshin, d’un ton bas, de manière à ce que seul Shemesh, ou les oreilles fines, puissent entendre.

« Dans ce cas je n’ai plus le choix… »

Prenant appui sur ses jambes, l’être né de l’union d’un mortel et d’un Dieu allait réaliser une puissante attaque avec l’aide de sa lame de Ki, cette dernière lui permettait de trancher une grande partie des éléments et matériaux, à l’exception du Katchin ou de l’adamantium, rien ne résistait à la puissance absolue de l’essence divine. Fixant toujours la demoiselle perchée, l’immortel, qui avait une parfaite conscience de la situation et son environnement, réalisa une tranche circulaire à 360 degrés sur place, faisant un tour sur lui-même, découpant, sauf dans le cas d’une agile esquive, l’insupportable solaire ambulant. Et oui, Zamasu avait laissé croire qu’il allait attaquer Zirah, cependant, il savait très bien que cette dernière ne portait en elle aucun virus datant de cette époque, en 648, le justicier était encore confiné au KaioshinKai à apprendre auprès de son ancien Maitre Gowasu. En tant que Dieux de la création, les Kaios et Kaioshins ont une vaste connaissance des espèces et de leurs projets, c’est ainsi, par exemple, que Shin eu vent des agissements interdits de Babidi, ou Zamasu de ceux de Trunks. Ce cercle divin et intense de connaissance avait permis au Dieu vert d’en apprendre beaucoup sur le monde et de savoir qu’un tel événement n’a jamais eu lieu, et ce mensonge fut celui de trop.

C’est donc avec une grande maîtrise et un sérieux théâtral que le fusionné avait réalisé son exécution volontairement afin de faire comprendre à son invité aussi indésirable qu’insistant que ses mensonges n’étaient pas le bienvenu. Détournant alors son regard vers l’entité qu’il venait d’attaquer sans prévenir, l’immortel faisait probablement constat de l’invincibilité de cette dernière, mais cela ne l’étonnerait pas, pour se permettre d’être aussi dérangeante, cette apparition se devait d’être éternelle. D’un air toujours aussi neutre, Zamasu prit la parole, toujours dans la posture élancée que lui avait donné son mouvement, la lame pourpre encore étincelante.

« Pitoyable, j’en connais plus sur l’univers que n’importe quel autre Dieu de pacotille dans ton genre, ton pathétique mensonge n’a pas lieu d’être. »


Fixant toujours Shemesh, l’être divin fit disparaitre sa lame, reprenant ensuite une posture droite plus simple, faisant état de l’inutilité des interventions de l’astre solaire.

« Quel quoi soit tes projets, sache que tu ne sauras jamais entraver les miens, ta méprisable apparition ne fait que mettre en avant ta vanité. »

Ne portant plus immédiatement intérêt à qui se trouvait peut-être tranché, le Kaioshin fixait de nouveau Zirah, lui adressant un regard toujours aussi neutre que précédemment, le retournement de situation en moins.

« Quant à toi, tu es un être au cœur sombre et maléfique, si tu souhaites avoir la moindre de chance de te racheter, prosterne-toi immédiatement. »

Un visage apathique décorait grisâtement Zamasu, ce dernier n’éprouvait aucune sympathie à l’égard de la Thyrionis perchée. Le cœur du fusionné n'avait comme amour que la justice pure, la fin de tout conflit, la mise en forme d'un monde parfait véritable ou chaque être vivrait en paix : Un monde purifié, tel était le rêve de celui qui avait volé le corps de Son Goku. Si Zirah se mettait à pliait le genou face à son légitime Dieu, peut être qu’elle aura la chance de payer ses pêchées, la chance est relative.



Zirah
Zirah
Autres Races
Féminin Age : 26
Date d'inscription : 02/11/2017
Nombre de messages : 201
Bon ou mauvais ? : Chaotic neutral
Zénies : 1000

Techniques
Techniques illimitées : Sonikkuhauringu / Furemubureka /free fire
Techniques 3/combat : Feu d'enfer / Armurerie Dimensionnelle
Techniques 1/combat : Konetsu Purazumaboru

Ataraxie Empty
MessageSujet: Re: Ataraxie   Ataraxie ClockDim 3 Juin 2018 - 16:20
Zirah n'aurait jamais cru qu'elle vivrait une telle situation en se réveillant ce matin. Tout semblait pourtant lui assurer une bonne journée. Un cadre forestier idyllique, son âme en paix par celui-ci et puis il avait fallut qu'elle fasse sa curieuse. Elle aurait dû passer son chemin face au petit garçon sauvé par l'un des protagonistes devant elle, mais non il avait fallut qu'elle aille voir qui était le sauveur du gosse. Tombant sur un être inconnu mais bougrement mignon, cette peau verte lui fessait penser à une jolie pomme bien mûre qui n'attendait que d'être croquée, elle avait était accueillit d'une façon peu agréable par celui-ci, mais elle lui pardonnait, elle ne pouvait en vouloir à un mec aussi mignon. Usant de ses talents de comédienne, elle joua la femme gentille en répondant à ses questions. Puis comme le destin n'aime pas quand tout va bien, il envoya des bandits que la thyrionis mit très vite au tapis jusqu'à l'arrivée du deuxième protagoniste. Un soleil vivant sur un corps de bandelette très sexy. Tant de tentation pour elle, mais son choix restait sur le beau gosse vert, le soleil étant trop chiant pour la reptile. C'est après avoir ragé sur les propos tenu sur sa personne, a savoir son soi-disant surpoids et le fait que ses parents l'avait "apparemment" abandonnée, qu'elle avait exécutait les bandits avant de rejoindre le duo soleil/beau gosse qui discutaient de choses bien intéressantes.

C'est donc assise confortablement sur le toit en bois du chalet que Zirah écoutait attentivement l'échange acéré mais calme des deux dieux en contre bas, car oui la seule chose qui manquait pour que la situation soit encore plus What The Fuck était l'intervention de dieux tout puissant. Elle aurait vraiment dû restait couchée sur sa branche, faire une grasse matinée bien méritée. Le soleil ardent et rayonnant expliqua qu'il ne fallait pas confondre paresse et patience avant de rebondir sur la différence entre "humain" et "virus". Zirah avait un esprit très ouvert, ce qui lui permettait de comprendre et d'analyser pas mal d'informations et situations. Le soleil devait sûrement faire référence à l’expansion des êtres humains sur la Terre. Une expansion qui peut être vue comme l'attaque d'un virus, un cancer vile et tenace qui attaque lentement mais surement chaque petites parcelles de leur planète. Mais cette théorie peux toute à fait être posée pour chaque races dominantes et la sienne en fait clairement partie. L'histoire de sa race est écrite avec le sang de beaucoup des siens, elle n'ai pas glorieuse et la suite ne risque pas d'arranger les choses. L'astre rougeoyant souleva aussitôt une autre théorie, le soulèvement de combattants, protecteur de leur planète qu'ils ne laisserait pas aux mains du dieux vert, chose somme tout totalement logique. Qui voudrait voir son espèce disparaître car un être divin en avait prit la décision? Une autre informations donnée par le soleil moqueur lui revint en mémoire, sa belle pomme verte aurait déjà eu à faire à un soulèvement de ce genre, des habitants qui n'étaient clairement pas du même avis que lui et qui lui auraient tenu tête au point de le faire douter des ses capacités. Chose que démentit l'accusé de son habituel calme.

Les choses devenaient réellement intéressantes pour Zirah. Les informations et théories pleuvaient dans tout les sens, un vrai régale pour elle. Cependant le l'astre lumineux fit quelque chose qui ne plus clairement pas à son homologue divin, ce n'était pourtant qu'un faible et rapide contact avec son nez, contact qui fut accompagné d'un bruit clair puis de celui distinct d'un papier qu'on déchirerait en deux, une séparation qui accompagnerait les propos du soleil, comme quoi deux êtres qui ne formeraient plus qu'un. Une fusion, mais était-elle physique ou bien seulement une façon de parler, de dire que son beau gosse souffrait d'un dédoublement de personnalité? La situation demanderait une plus profonde réflexion et surtout de plus d'informations pour arriver à une conclusion potable. En tout cas le résultat fut un changement notable dans le ton employé du dieu vert. Une colère dans chaque mots sortant de sa bouche divine. La présence de l'entité embaumée fut expliquée par elle-même, un simple test de maîtrise de soi. Zirah fut légèrement déçue de cette explication et ce fut le apparemment le cas du divin à la chevelure albâtre, considérant la discussion comme étant une perte de temps.

Voyant le désintérêt total du dieu fusionné, le soleil malin rebondit sur un sujet concernant la thyrionis toujours postée sur son perchoir. Apparemment elle serait une arme biologique, un virus capable de détruire toutes vie sur une planète, qu'elle soit végétale comme animal. L'accusation la figea sur place avant de la faire rire, d'abord doucement puis de plus en plus fort jusqu'à virer à la limite de la folie.

" J'en est entendu des conneries, mais alors celle-là remporte la palme d'or. Sérieusement, si j'avais ce virus en moi, je ne serais pas là à vous écouter vous prendre la tête sur des sujets aussi pénibles. "

Malgré cette explication, la divine fusion semblait plutôt croire les propos de l'astre menteur plutôt qu'elle. Il fit alors apparaître une lame de ki d'un pourpre éclatant et d'une longueur non négligeable avant de la fixer de son regard vide de toute émotion. Sautant rapidement sur ses pattes, Zirah plissa les yeux passant du visage du dieux à la lame qui décorait sa main divine. Son ouïe fine lui permit d'entendre parfaitement la résolution du divin qui prit par la suite appui sur ses jambes. Grimaçante devant la situation , la thyrionis écarlate fit apparaître deux flammes d'un bleu envoûtant dans ses mains. elle allait pas laisser faire sans ce battre, bien qu'elle savait qu'elle aurait aucune chance, c'est quand même un dieux devant elle. La tension était palpable autour d'eux. Le mouvement de découpe fut amorcé, Zirah augmenta la taille et la température de ses flammes avant de figer. L'attaque l'avait-elle atteinte? Et bien pas du tout car la vraie cible n'était autre que l'astre manipulateur et menteur. Au final le divin n'avait pas cru un mot de celui-ci, disant qu'il en savait plus sur l'univers que n'importe quel autres dieux. Une belle preuve d'égocentrisme mais qu'est-ce qu'il était classe quand il était comme ça. Faisant disparaître sa sainte lame, il finit par se tourner vers elle, toujours aussi neutre et calme. Cela en devenait déroutant à force. La suite par contre la fit sourire, la'accusant d'avoir le cœur noir et maléfique, il lui ordonna sa soumission pour avoir une faible chance de survie.

Zirah était un électron libre, un être vivant au jour le jour. La soumission ne faisait clairement pas partit de ses principes, mais la Thyrionis était aussi intelligente et il ne fallait pas être prix Nobel pour comprendre que sa situation était plus que critique. Elle n'avait clairement pas le niveau de combattre un dieux, la fuite était sûrement possible mais il aurait tôt fait de la rattraper et de la tuer directement. Non le plus sûr et intelligent à faire pour le moment était d'aller dans le sens de l'être divin en contre bas, bien que cela la fasse jasait intérieurement. Une fois sûre de sa survie, elle pourrait reprendre sa petite vie tranquille. Sautant donc de son perchoir pour ce retrouver en face du dieux qu'elle surplombait de quelques centimètres, elle finit par poser le genoux à terre, son être entier crié à l'indignation et au meurtre mais elle n'y prêta pas attention, attendant le jugement divin du dieux vert.
Shemesh Perditio
Shemesh Perditio
Autres Races
Féminin Age : 17
Date d'inscription : 07/05/2018
Nombre de messages : 169
Bon ou mauvais ? : Héréditairement Mauvaise
Zénies : 1160

Techniques
Techniques illimitées : Obélisque / Barrières du Karma / Création
Techniques 3/combat : Douze Plaies / Transformation
Techniques 1/combat : Cataclysme

Ataraxie Empty
MessageSujet: Re: Ataraxie   Ataraxie ClockMer 27 Juin 2018 - 15:29
"Ne jouons-nous pas tous les deux avec les mots, en cette après-midi ?"

Pauvre petite âme perdue parmi les idéaux de justice délabrés qui te guident faussement vers ta ruine. Pauvre petit dieu qui croit aux divinations qu’il s’est lui même construit, observant son miroir plutôt que sa paume. Son tarot aux visages multiples de la frustration. Il était empereur, impératrice, grande prêtresse, hiérophante, soleil, lune, jugement, et monde. Et le diable était Gowasu, et le temps, martyr de la paresse divine, était le pendu. Les arcanes contenues dans les cartes des voyageurs ne pouvaient que toucher du doigt la triste vérité quant au monde qu’ils traversaient jour après jour. Mais l’astre du mal, lui, ne pouvait qu’observer avec joie toute cette pathétique oisiveté que ceux qui voyageaient entre le jardin d’Eden et les Champs d’Élysée. Ce n’étaient pas des pulsions qui l’habitaient, des envies soudaines de meurtre qui paraissaient et disparaissaient d’une heure à l’autre ou bien qui se faisaient tellement insupportables qu’il fallait leur obéir. C’était simplement un désir qui la faisait se mouvoir telle l’essence de Spinoza. Comme tous les vivants, qui pensent et qui sont. Ils sont les vagues de la mer, allant dans des sens parfois contraires, entrant les uns comme les autres dans des conflits qui étaient parfois sans importance et qui parfois mettaient des millions en danger de morts. Des intérêts de puissants qui devenaient des guerres où ceux qui manquaient d’argent étaient la chair à canon, avançant par patriotisme ou par conscription forcée vers leur mort, avec derrière eux un foyer qui exécutait les déserteurs. Ils revenaient avec des bras manquants, une ascension sociale, parfois les deux, mais ceux qui se taillaient la part du lion seraient toujours les moins touchés. C’était un spectacle fascinant que celui des conflits des mortels.

Mais, comme le montrait le pitoyable purificateur passionné aux idées peu plausibles et aux pouvoirs pathétiquement précaires, la propension piètre aux patates dans la poire était propagée chez les providentiels comme chez les pusillanimes mortels. Puisse être heureux celui qui ne se laissait pas attraper par les instabilités des orgueils et des égos qui se fracassent les uns contre les autres comme des béliers et taureaux en rut. Tant de violence pouvait provenir de l’amour, et une petite parcelle d’attirance et d’envie de possession pouvait relancer la guerre de Troy. Mais il n’y avait pas d’amour pour Zamasu, hormis un amour pour lui-même, et il était certainement impossible de lui trouver une autre âme soeur que celui avec qui il avait fusionné et dont les pensées l’avaient accompagné jusqu’ici. Peut-être que la recherche des multiples et infinies facettes du dieu aux cheveux ridicules pourrait lui servir de source de puissance nécessaire pour atteindre son but. Ses oreilles étaient assez grande pour accueillir une vingtaine de boucles d’oreilles en plus. Peut-être y avait-il même de ces autres dieux de la création sans crédibilité qui gagnaient leurs joutes verbales avec les astres ? Après quelques millisecondes de réflexion, on se rendait compte néanmoins que c’était impossible.

Il était cependant très drôle de voir le visage de Zamasu devenir plus herbe que forêt après un léger toucher du doigt. Il était devenu tout pâle l’espace d’un instant. Peut-être qu’une autre personne aurait pû trouver cela adorable, mais Shemesh ne voyait dans cela que ce qu’elle avait voulu voir : la perte d’invincibilité soudaine. En fait, le temps fut ralenti autour d’elle, juste pour pouvoir observer l’orgueil disparaître de la face du maître de l’air hautain. La supposée supériorité mentale du superbe tarquin put se voir expulsée avant d’être rattrapée par l’esprit bredouille de celui qui avait été agressé dans sa divinité même.

La Thyrionis semblait avoir son mot à dire sur le venin qui lui fut injecté. Par pur réflexe mortel, elle se devait de se défendre. Comme un criminel proclamait son innocence. Et il était donc nécessaire pour Shemesh de venir couper court à son fil d’exclamation et de blabla protecteur. Ses vomissements oraux n’avaient rien à faire ici. Ainsi seuls trois mots purent sortir de sa bouche avant que le soleil destructeur ne se place face à elle, à une vitesse inégalée mais qui pourtant n’avait pas frotté l’air qui les séparait.

"N’entends-tu pas ? Il semblerait que ce soient des papiers… Oui, c’est la paperasse de tes parents qui t’abandonnent. Pour la deuxième fois. Pour bonne mesure."

Et elle se retira aussi prestement de la portée des griffes de la femme dragon. Cependant, Zamasu ne souhaitait vraisemblablement pas entendre la triste vérité. Shemesh fut donc coupée en deux. Au début, elle ne le remarqua pas. Ce ne fut que lorsque le purificateur commença à vouloir prouver sa supériorité intellectuelle fantoche que la demoiselle au visage brûlant comme les feux infernaux remarqua son nouvel état corporel. Les bras croisées, et les jambes de même, il y avait un nouvel espace entre son buste et son bassin. Elle fut davantage amusée par cela, et manqua donc d’écouter les nouvelles et pourtant peu originales vantardises quant à sa volonté chimérique de continuer son extermination de toutes les races et civilisations inférieures. Ainsi, le plus petit des centres de l’univers décida de prendre les lambeaux qui constituaient ses jambes pour créer un nouveau petit Binaire, tout en reprenant la parole :

"Puis-je faire véritablement preuve de vanité quand tes connaissances fausses ne sont appuyées que par tes insultes ?"

La réponse était oui. Mais c’était justement la vérité de cette dernière qui devenait source de rage dans l’esprit de l’adversaire, de chaleur dans ses veines, et de sel dans ses yeux. La petite bonne femme qui venait d’être modelée par la boule de feu à la langue venimeuse montra de la main le cercle sombre qui commençait à se propager autour de Zirah. Ce n’était pas une propagation arcanique de ténèbres, non. C’était l’herbe qui mourrait, comme si elle était carbonisée, sans pour autant qu’il y ait un quelconque feu aux alentours. Les feuilles qui tombaient des arbres perdaient toute verdure, toute humidité en s’approchant d’elle. Et un papillon, si beau et si innocent, s’écrasa contre sa jambe, avant d’arrêter à jamais de se mouvoir.

"Ne dis-je pas vrai depuis tout à l’heure ?"

Le tronc de bandelettes sans racines avait-il réussi, avec dextérité et discrétion, à concevoir le virus redouté à l’intérieur de la femme-dragon ? Ou bien en était-elle infectée depuis tout ce temps sans jamais s’en être rendue compte ? Peut-être que cela provenait d’un événement externe ? Une combinaison de maladies portées par les braconniers avec celles qui habitaient la Tyrionnis mais auxquelles elle était pourtant immunisée ? Quoi qu’il en soit, la vie mourait autour d’elle, à présent, comme le soleil l’avait dit. Quand bien même Zamasu avait bien plus étudié le monde des mortels que tout autre Shinjin avant lui, il semblerait qu’il se soit trompé. Shemesh reposa sa tête contre sa main, sans avoir quoi que ce soit pour maintenir son coude. La suite des évènements allait peut-être être intéressante. Qui sait ?
Zamasu
Zamasu
Autres Races
Masculin Age : 21
Date d'inscription : 18/10/2016
Nombre de messages : 183
Zénies : 2000

Techniques
Techniques illimitées : Brèche | Lances divines | Creation | Illumination
Techniques 3/combat : Arme d'énergie | Téléportation
Techniques 1/combat : Supernova

Ataraxie Empty
MessageSujet: Re: Ataraxie   Ataraxie ClockJeu 28 Juin 2018 - 2:32
La scène tournait au ridicule, les acteurs jouaient en cacophonie une scène sans nom, il n’y avait aucune corrélation entre l’esprit de Shemesh et celui de Zamasu, les deux êtres ne jouaient pas dans la même cour, ils n’avaient pas le même destin. D’un côté reposait un être inutile et énervant, suffisamment protégé par son statut pour hanter la calme journée de l’autre, du protecteur de l’univers, lui qui allait simplement exécuter son rôle de Dieu en faisant la justice. Il était possible de se demander quel était vraiment le but de la provocation engagée par l’astre miniature, la tension ne montait pas aussi vite que la température, la situation s’échauffait pour rien, les efforts de l’invité indésirable étaient vains. Mais dans sa vanité, l’astre était aveugle, il pensait pouvoir tromper l’hôte en lui faisant croire que la discrète Zirah était porteuse d’un virus mortel d’une rare violence, elle qui semblait jusqu’à présent ne jamais avoir entendue parler d’une telle magie. En effet sur un ton condescendant, la thyrionis allait clairement nier les faits, mais irritant comme il l’était, l’insupportable Shemesh l’interrompit, une tentative aussi veine que les précédentes.

De ses vastes connaissances, ce témoignage ne faisait qu’appuyer les dires précédents de Zamasu qui avait clairement démenti la possibilité de l’existence d’un tel virus, cependant, les prochains éléments allaient lui donner à réfléchir. En effet, il semblerait que malgré tout ce qu’il pouvait rétorquer, le justicier fusionné ne pouvait nier la mort de la nature autour de la malheureuse, les herbes pourrissaient à vue d’œil, tout semblait perdre ses couleurs, un désastre. Affolé sur l’instant et insulté par les paroles de l’énervante Déesse, le Kaioshin resta un instant stoïque, fixant avec impuissance une claire preuve que ses informations n’étaient peut-être pas les bonnes, il y avait de quoi s’interroger, Zamasu s’était trompé dans son apprentissage ?  Elève exécrable, il avait pourtant étudié avec passion l’histoire des races de l’univers, pourtant, jamais il n’avait eu conscience de l’existence d’un tel mal, l’immortel se sentait trahis par sa propre arrogance, paralysé par son démenti caduc.

Cette expression de surprise inconvenable bien que légère donnait évidement indice d’une chose claire aux deux autres protagonistes, les plans de l’être à la chevelure d’argents ne se déroulaient plus comme prévus, un caillou venait de se loger dans l’engrenage ; Mais qui l’avait donc placé ? Portant son regard à sa droite, puis sa gauche, l’air sévère, Zamasu cherchait la cause du mal, elle semblait être inexorablement la thyrionis, cependant, cela paraissait trop gros, pourquoi le virus s’activerait lorsque que cela arrange Shemesh ? Quel curieux hasard. Il était possible de penser que le virus ne s’éveillait que dans certaines conditions, mais cette créature semble côtoyer la Terre depuis quelques heures, aucun navire de transport à proximité, rien que des bois.

Le défi était grand, Zirah mentait-elle ? Elle portait en elle un cœur mauvais, pourtant, elle avait accepté de se soumettre en se prosternant immédiatement, peut-être était-elle une thyrionis succube ou un être de charme, ce genre de créature se faisait souvent passer pour des êtres bons. Malheureusement, si tel était le plan initial de la bête ailée, le résultat aurait été décevant, Zamasu peut lire dans le cœur des êtres peuplant ce monde, elle n’aurait pas eu une seule chance, qu’importe sa technique. Shemesh quant à elle n’avait pas vraiment de raison d’être crue, si certes la destruction prenait place, il était très fortement probable que ce soit elle qui use d’une quelquonque magie, elle qui avait plusieurs pouvoirs due à son rang, peut être essayait-elle simplement de manipuler le justicier comme elle essaie de le faire depuis bien longtemps.

Néanmoins, cette hypothèse portait une question des plus importantes, comment arrêter Shemesh ? Le précédent coup que le fusionné lui avait porté s’était avéré inutile, elle était surement immortelle, impossible à neutraliser en somme. Cependant, le Dieu vert n’allait pas rester spectateur au grand bonheur de l’astre du mal, lui qui était déjà face à Zirah qui était prosternée, il plaça simplement sa main droite sur l’épaule de cette dernière, immédiatement, il sentit un maléfice puissant, un mal artificiel.

En tant que Kaioshin, tout comme Shin sait le faire, Zamasu peut soigner ses compères, il sait donc sonder le mal, sonder le bien, mais aussi sonder les affections quelles qu’elles soient, le rôle de créateur était d’une praticité record dans les enquêtes magiques. Ainsi, et malgré sa main droite qui se faisait déchirée par l’étrange phénomène, l’immortel parvenait à sonder la source de la malédiction, comprenant rapidement que tout ce spectacle n’était qu’une machination de son compère malicieux.

Se redressant avec un air des plus sévère, insulté une fois de plus par la manigance de Shemesh, l’ancien Kaio comptait bien mettre bien à la mascarade, se tournant vers la fauteuse de trouble qui semblait avoir profitée de la confusion pour relancer la joute verbale, pathétique.

« S’il y a bien une chose dont je suis sûr c’est que tu es la déesse de la malice, ta fourberie et ton audace aussi téméraire que stupide se lisent de plus en plus dans tes paroles. Pensais-tu que je ne vérifierais pas les mots d’une personne auquel je ne fais nullement confiance ? »

La nature pouvait continuer de mourir, Shemesh en avait peut-être le contrôle, ça, le Dieu en était persuadé, il était certain que l’intrue avait simplement usée de ses pouvoirs pour causer la discorde la plus totale entre les deux autres protagonistes. D’un ton autoritaire et haut, la fusion poursuivis ses accusations.

« Cesse ton manège disgracieux, tu ne fais que t’afficher comme un des êtres les plus méprisables, une fois de plus. »

Fermant les yeux un instant, Zamasu se tue, il se rendait simplement compte que la personne qu’il avait en face de lui n’était pas un être divin comme les autres, peut-être était-ce simplement un agitateur de foule. A l’image des Kaioshins existent les MaKaioshins, des Dieux miroir aux originaux, mais aussi aux rôles inverses, en conséquence et de par son statut, cette cruelle divinité devait n’avoir comme pitoyable rôle que de déranger les autres êtres vivants. Cette théorie n’était pas sûre, mais le justicier ultime pensait ainsi, ce Dieu ne devait pas être bon, de plus, elle ne semblait pas avoir de cœur, pas d’alignement, signe qu’elle était peut-être une réelle manipulatrice cachant son jeu.

Mais dans cette condition, que valait-il mieux faire ? Laisser la boule de feu insupportable se mouvoir dans la nature pour préserver l’équilibre ? Ou la détruire afin qu’elle ne dérange plus personne ? Le mystère restait complet, le suspense à son comble, même si Zamasu choisissait de détruire le petit soleil, comment le faire ? Peut-être que l’immortel pouvait la sceller comme les Kaio l’ont fait avec le clan Bojack ? Voire de simplement l’éviter de manière fataliste.

Si le Kaioshin aurait aimé s’occuper de cette insupportable manifestation, il se rendit rapidement compte qu’elle était inutile comme il l’avait plusieurs fois mentionné, il n’était même pas nécessaire de la détruire, cependant, Zamasu n’allait pas rester immuable et comptait bien préparer une prison magique pour leur prochaine rencontre. Néanmoins et pour l’instant, le fusionné allait juste réouvrir les yeux, à peine une seconde s’était écoulée pendant le marathon mental, laissant l’intéressé finir le déroulement de sa pensée.

« Tu as une dernière chance de partir, sinon je mettrais fin à ton existence. »

Tout simplement, elle avait le choix, Zamasu était persuadé qu’elle était encore la source du chaos actuel et si cette dernière se refusait de cesser son sortilège, ou qu’elle n’en était pas responsable, le légitime protecteur de l’univers aurait l’occasion de s’en charger.

Zirah
Zirah
Autres Races
Féminin Age : 26
Date d'inscription : 02/11/2017
Nombre de messages : 201
Bon ou mauvais ? : Chaotic neutral
Zénies : 1000

Techniques
Techniques illimitées : Sonikkuhauringu / Furemubureka /free fire
Techniques 3/combat : Feu d'enfer / Armurerie Dimensionnelle
Techniques 1/combat : Konetsu Purazumaboru

Ataraxie Empty
MessageSujet: Re: Ataraxie   Ataraxie ClockLun 9 Juil 2018 - 3:50
Franchement mais qu’est-ce qu’elle foutait là? Zirah se posait souvent cette question depuis maintenant un moment, car oui, elle était bloquée dans une situation assez épineuse. Elle qui pensait qu’elle allait passer une bonne journée, la voici prise entre deux êtres divins se livrant une acerbe bataille verbale. La pauvre simili-dragonne ne savait plus trop où donner de la tête entre le soleil momie et le divin être vert pomme et il fallait que la première nommée vienne en rajouter une couche avec un soit-disant virus exterminateur de nature et d’humanité, qu’elle se trimballait malgré elle. La situation était quand même risible non? Non sérieusement, vous y croyez vous? Son espèce avait certes une certaine avancée scientifique mais jamais, ô grand jamais celle-ci n’avait eu l’idée saugrenue et ridicule de mettre au point un virus destructeur. Ils laissaient ça aux êtres à l’esprit dérangé par la folie et la fourberie, un peu comme le soleil devant elle qui, n’avait rien trouvé de mieux que de venir lui couper la parole en mentionnant un deuxième abandon de ses parents … qui sont morts depuis maintenant tant d’années. Par Kiranius! Elle allait se la faire et pas dans le sens sensuel et sexy comme vous le pensez bande de cochon que vous est , mais bien dans le sens lui botter son petit cul entouré de bandelettes. Elle pourrait tenter de l’étouffer avec si l’entité flamboyante avait un semblant de cou, heureusement pour elle ce n’était pas le cas.  

C’est donc avec une bonne dose de sel et d’envie de meurtre que la reptile vint à tenter d’attaquer l’astre ardent d’un bon coup de griffe, coup qui fut aisément évité par la cible brûlante. Montrant les dents alors que ses yeux lançaient des éclairs de rage en sa direction, Zirah eut la douce et satisfaisante vision de Zamasu découpant cet l’insupportable astre fouteur de trouble. Hélas fut la satisfaction fut de bien courte durée, car l’entité astrale semblait immortelle en vue de sa réaction … ben inexistante, comment tu veux voir une expression quand tu as pour tête un PUTAIN de soleil?! Il y a des êtres vraiment chelou dans l’univers. La rage présente en elle continuait de brûler, coulant dans ses veines comme un poison ardent et vil. Sa vision vint à se brouiller lentement, un filtre flou prenant place dans ses yeux azur tandis que son crâne se retrouvait entouré dans un étau invisible. Une soudaine maladie aussi fulgurante que rapide venait-elle de prendre possession d’elle?

D’étranges symptômes avaient pris possession d’elle comme une fulgurante attaque surprise. Rien, pas un indice sur leurs venues, rapidement le poison vint à laisser de nombreux sillages noirâtres et douloureux sur sa belle peau carmine. Traçant un chemin du bout de ses doigts jusqu’à son cou, la belle dragonne émit un gémissement avant de poser un genou au sol devant Zamasu. Si la maladie semblait faire des ravages sur le corps de Thyrionis, elle semblait en faire aussi sur la nature autour d’elle aux vues de l’herbes et des arbres qui mouraient à cause d’un cancer aussi virulent que rapide. L’accusation du soleil lui revint en mémoire entre deux pics de douleur. Avait-il finalement raison? Était-elle réellement contaminée par un virus mortel? … Non impossible, pourquoi se déclencherait-il que maintenant?

-Qu’est-ce…que tu ma...fais saloperie?
Sa voix était rocailleuse à cause de la douleur qui emplissait entièrement son être à présent. Il lui était compliqué d’avoir une pensée rationnelle à présent mais son corps lui était plus qu’éveillait aux interactions extérieures. Alors quand le divin à la chevelure d'albâtre vint à poser sa divine main sur son épaule, ce fut une explosion de douleur qui résulta de ce contact. Elle qui pensait qu’elle aurait le droit à un peu de douceur venant de cette main, elle c’était foutu le bras entier dans l’oeil et bien profondément en plus. Le mal en elle n’attendit pas pour venir prendre d’assaut la main du divin, lui grignotant la peau comme le ferait une chenille devant une belle feuille bien juteuse. Les marques noires remontant à chaque pulsation de l’organe vital du dieu, bientôt il allait finir comme la reptile agenouillée devant lui, car déjà une bonne partie de la peau rubis de celle-ci avait disparu sous un manteau aussi noir que le charbon, seul subsistait la partie haute ne comprenant que la ligne de ses clavicules et s'arrêtant à la pointe de ses cheveux de neige. Son esprit vacillait tout comme sa vision qui ne lui permettait plus que de voir des taches de couleurs approximatives. Les sons étaient étouffés comme si on lui avait plaqué deux gros oreillers sur sur conduits auditifs. Elle n’avait donc pas pu entendre le reste de la discussion entre les deux êtres immortels, elle luttait déjà pour rester un minimum conscient et ne pas s’effondrer aux pieds du dieu lui qui était aussi son seul point d’appui avec sa main toujours posée sur son épaule.
Shemesh Perditio
Shemesh Perditio
Autres Races
Féminin Age : 17
Date d'inscription : 07/05/2018
Nombre de messages : 169
Bon ou mauvais ? : Héréditairement Mauvaise
Zénies : 1160

Techniques
Techniques illimitées : Obélisque / Barrières du Karma / Création
Techniques 3/combat : Douze Plaies / Transformation
Techniques 1/combat : Cataclysme

Ataraxie Empty
MessageSujet: Re: Ataraxie   Ataraxie ClockVen 13 Juil 2018 - 13:17
"N’allons pas aux compliments tout de suite..."

Ce n’était pas bien compliqué de rendre un mortel malade. Il fallait tout simplement qu’une de ses cellules se mette à produire quelque chose d’imprévu. Par exemple, admettons que la moelle osseuse, créatrice du sang, vienne à créer en plus des différents globules qui voyage dans les vaisseaux sanguins des enzymes qui sortent discrètement des pores de la peau, ou bien des minuscules écarts entre les écailles : ces dernières, une fois hors du corps, aspirent l’énergie vitale des faibles vivants qui les entourent. Elles sont ainsi capables de continuer leurs voyages pendants quelques dizaines de kilomètres, flottant dans l’air et ignorant la gravité, avant de disparaître. C’était quelque chose de véritablement destructeur. Shemesh utilisait régulièrement de cette capacité de sa technique de transformation pour rendre certains habitants de planètes porteurs de peste. Ainsi ils se faisaient ostraciser du reste du monde, voir pourchassés, mais leur passage était suffisant pour faire trépasser les champs de végétation et les troupeaux d’animaux, laissant mourir de faim les malheureux qui étaient visités par ces âmes en peine. Néanmoins, il n’y avait normalement nulle raison pour la Thyrionis de souffrir. Peut-être possédait-elle sous cette carapace et tout ce rouge des gènes inférieurs, plus faibles que ceux des humains qui pourtant n’avaient rien pour se protéger hormis leur intelligence et parfois une maîtrise ridicule du Ki ? N’étaient pas rares les créatures qui se faisaient plus fortes qu’elle ne l’étaient réellement. C’était à se demander si lui tirer assez fort la queue la lui ferait s’arracher, tel un misérable lézard. L’astre du mal aurait peut-être tenté de voir cela, si son cher Zamasu ne s’était pas placé entre le bourreau et sa victime, s’indignant de plus belle tel un noble à qui on parlait d’égalité. La femme-dragon, elle, demandait avec hargne quel acte de la part du soleil pervers la mettait dans cet état. Haussant les épaules, Shemesh continua simplement de l’insulter.

"Je ne sais pas. Tu aurais dû demander à tes parents. Peut-être les aurais-tu gardé à tes côtés en t’intéressant à leur science."

Peut-être que l’omniscience des deux dieux rendait le combat oral bien plus compliqué. Ainsi, la divinité destructrice ne pouvait pas le faire tourner en bourrique. Triste choix de cible, pouvait-on alors dire. Mais il lui serait impossible de l’affirmer à haute voix. Ainsi, elle gagnait toujours à ses propres yeux inexistants. Pour être honnête, elle avait toujours l’avantage, et disposait de l’immortalité tout autant que son interlocuteur. Mais à quel point ? Dans une temporalité peut-être bien proche, la fusion était capable de ressentir la douleur et même d’être taillée en pièce. Pourrait-ce être le cas ici ? Shemesh pouvait être pulvérisée. Elle le fut maintes fois. Mais elle parvenait encore et toujours à s’en sortir, ignorant toute logique et toute physique qui souhaiterait son départ total de l’univers. Shemesh tenterait-elle une autre transformation ? Peut-être transformer les boucles d’oreilles de Zamasu en ronces et masses d’armes ? Non… Cela était bien trop sympathique pour quelqu’un de son genre. Il lui faudrait être bien plus méchante. Zirah allait être poursuivie par le virus en son intérieur toute sa vie. Elle souffrirait à jamais, à moins de s’arracher les os infectés avec assez de brutalité pour que les autres ne reproduisent pas le faux code génétique qui n’avait pour but que de faire de son existence un enfer. Mais le purificateur semblait être corrompu par une légère empathie envers la dragonne. Qu’est-ce qui semblait lui arriver ? Oh… S’il venait à être troublé dans ses idéaux au point d’accepter l’existence de mortels, cela serait bien amusant !

"Si c’est demandé avec autant de politesse, il n’y a nulle façon pour moi de ne pas accepter."

Et les bandelettes commencèrent à se détacher de l’enveloppe corporelle de la divine abomination. Elles flottèrent vers la droite et vers la gauche, s'échappant au loin dans le ciel ou bien creusant sous terre. On aurait dit des nuées d’étoiles filantes lors d’une nuit d’été. Une fuite pour conserver un amour propre bien trop gros ou bien un départ majestueux après avoir assez propagé la douleur ? Elle ne faisait qu'acquiescer à la demande de son compère olympien. Il ne restait bientôt plus que le soleil qui constituait sa tête, ainsi que deux bras. Ces derniers se levèrent, et frappèrent avec force sur l’étoile, la faisant exploser. La déflagration ne pouvait atteindre ses deux victimes de la journée, mais cependant ils pouvaient observer le magnifique flash de lumière apporté par ce mouvement alors que les arbres qui entouraient la boule de flamme commencèrent à brûler. Ces carcasses déjà mortes à cause du virus étaient consummées sans difficulté ni résistance. Mais peut-être que Zamasu pouvait entendre un craquement éloigné au niveau de son oreille, bien différent de ceux du bois et des braises. Shemesh Perditio avait le pouvoir de broyer des choses, les endommageant ou annihilant complètement, avant de reconstruire les alentours pour que le défaut ne puisse plus être réparé. Elle semblait avoir visé l’une des potaras de la fusion, afin de métamorphoser son corps. Ce qui était un beau dieu aux cheveux argentés risquait de devenir une horreur, un mélange d’un Shinjin et d’un Saiyan, qui ne pouvait s’accorder génétiquement ou énergétiquement sans l’aide de la boucle d’oreille magique. Peut-être le futur monstre devrait-il retourner dans le monde des Dieux qu’il a fui, craignant les dieux de la destruction, pour reprendre un nouveau bijou divin et retourner au stade de perfection ?

Ou bien avait-il tout simplement eu un réflexe sensationnel pour repousser l'imposante concentration d’énergie, malgré le spectacle qui s’était offert face à lui, ou bien la malade à ses pieds ? Qui sait ?
Zamasu
Zamasu
Autres Races
Masculin Age : 21
Date d'inscription : 18/10/2016
Nombre de messages : 183
Zénies : 2000

Techniques
Techniques illimitées : Brèche | Lances divines | Creation | Illumination
Techniques 3/combat : Arme d'énergie | Téléportation
Techniques 1/combat : Supernova

Ataraxie Empty
MessageSujet: Re: Ataraxie   Ataraxie ClockSam 14 Juil 2018 - 13:49
Frustrant et téméraire, Shemesh était la représentation rare d’une espèce détestable de Dieu, il était certainement l’un des leaders de cette catégorie divine inutile, fauteurs de troubles par divertissements, malicieux satire de l’univers entier. Malgré la patience inépuisable et honorable de Zamasu, l’astre aussi grand physiquement qu’intellectuellement n’avait de relâche de se montrer désagréable, tentant avec toujours plus de force de rendre fou de rage son interlocuteur fusionné, un acte vain en raison du vécu du Kaioshin. Pendant des siècles éduqué à la maitrise de soit et au respect, le justicier avait appris à devenir immuable de tout sentiment qu’il ne désirait pas faire ressentir à l’autre, du moins, en partie, faisant de lui un excellent menteur comme un acteur assidu.  C’est dans cet esprit que le Dieu vert était devenu un rendu verbal, laissant sans doute la dame aux bandelettes déçue de son impuissant face au plus légitime des héros.

Cependant, Même sans avoir raison, il est toujours possible de créer un semblant de réalité en usant de certains pouvoirs afin de déformer l’histoire, ainsi et par une magie inconnue aux yeux de Zamasu, Shemesh s’était chargée de transformer Zirah en bombe chimique, quel être de malheur inconscient. Si l’éternel tout-puissant avait un certain mépris de la plupart des espèces dotée d’un esprit conscient, il n’en restait pas moins un ardant protecteur de la nature : elle qui était conditionnée, belle et changeante. Heureusement, le justicier avait vite fait le lien entre la cause et l’effet, ciblant immédiatement la dangereuse intervenante comme responsable, promettant de la bannir de tout les mondes connus si elle ne disparaissait pas sur un ton aussi condescendant que nécessaire. Au même instant, la malade s’écroula au sol, cette Thyrionis pourrissait la nature autant que son cœur était corrompu, menaçant l’écosystème entier. Dans ces conditions, il était inconcevable de laisser Zirah survivre à sa rencontre, devenue trop mortelle pour quiquonque s’approchant d’elle, il était désormais nécessaire d’en finir avec elle. Ce n’était pas avec une quelquonque joie que le Kaioshin s’imaginait cela, en réalité, il aurait préféré juger la femme draconique, néanmoins, le jeu de Shemesh prenait et il était devenu nécessaire d’éliminer la pauvre ère.  Néanmoins, il fallait en premier lieu se débarrasser de l’astre énervant qui pouvait encore réserver quelques surprises à ses hôtes.

S’interrogeant sur sa propre condition, la Thyrionis à la peau carmine ne fut sans doute pas surprise de recevoir une réponse aussi mesquine que celle de la divinité malicieuse qui se jouait encore t’elle de manière futile, tout cela sous le regard indifférent du justicier qui n’attendait que le départ de cette dernière. Cependant, malgré que cela puisse paraitre, finalement, étonnant : L’astre du mal annonçait son départ, faisant disparaitre son corps dans un spectacle initié par la fuite de la seule constituante de son corps humanoïde dans le sol pour ne laisser que des bras. Bras qui s’abattirent avec force sur la masse lumineuse qu’était la tête de l’entité immortelle, causant une petite explosion aussi chaude que brillante, si Shemesh avait le don d’être énervante, sa sortie était pour le moins impressionnante et visuellement agréable. Néanmoins, il ne fallait pas oublier que cette déesse fourbe n’en était pas moins insupportable, le rappelant une dernière fois en provoquant une puissante onde de choc qui repoussa Zamasu en le faisant glisser sur plusieurs mètres tant la vague était violente. Lors de cette puissante bourrasque, le Dieu invincible n’avait pas eu le loisir de remarquer la disparition d’une de ses boucles d’oreille. Ainsi son oreille droite se retrouvait vide d’accessoire, un détail sans importance mais qui se montrait une fois de plus une preuve de l’irritation de la visite de la fauteuse de trouble.

La bourrasque n’avait pas emporté qu’une potara, elle avait également soufflé une partie du magnifique chalet que le justicier s’était déranger à bâtir, ajoutant à cela la nature environnante qui avait déjà souffert de la simple présence de Zirah. Néanmoins, l’important était que cet événement improbable et dévastateur ait disparu, toujours sur ses gardes dans le cas d’un éventuel retour express de l’entité de malheur, le Kaioshin se tourna vers la malade, elle qui était désormais la seule menace présente. Le regard de Zamasu était aussi sévère qu’avec Shemesh, il ne comptait faire aucun cadeau au danger ambulant qu’était devenue la Thyrionis, tentant son bras droit vers elle, aucune concilliance, aucune âme, rien, la justice n’a pas besoin de ce genre d’apparat.

« Ton cœur est aussi sombre que la maladie qu’elle t’a transmise, tu n’as pas mérité ma clémence et il semblerait que cela te coute cher. »

Ressentant la perturbante énergie au niveau de la hanche droite de la souffrante, légitime Kaioshin suprême devinait facilement qu’il s’agissait de l’original du mal, le maléfice jeté par l’astre malicieux. Pour mettre fin à la peste virulente qui menaçait le monde entier, le justicier n’avait qu’a faire disparaitre cet organe de destruction fantôme invoqué par la déesse insupportable. Cependant, Zamasu ne savait pas pratiquer de quelquonque magie permettant de soigner la dragonne, de toute manière, elle ne le méritait pas, les choses allaient donc être plus simples. En usant de sa télékinésie ainsi que de son énergie, l’immortel allait provoquer une explosion à distance pour détruire la partie infectée du corps de Zirah, l’opération pouvait sembler parfaite et précise, néanmoins, le Dieu allait réaliser une explosion grossière afin de faire payer à la Thyrionis le poids de son impureté.

De manière immédiate, une explosion se déclencha donc au niveau de la hanche droite de la victime, détruisant littéralement cette partie du corps en créant un trou de 5 centimètres de circonférence, une attaque qui peut s’avérer mortelle. Cependant, la guerrière ailée n’allait pas mourir sur le coup, aucun organe vital n’avait été touché par l’impact, seule la puissante hémorragie conséquente de la destruction pouvait la tuer. Sans aide ou pouvoirs régénérants, la belle allait donc perdre la vie, seule, au beau milieu des bois, une finalité qui évitait au créateur de se salir les mains en usant plus de Ki qu’il n’en faut pour l’exterminer. Considérable comme sympathique ou sadique, l’action de Zamasu s’accompagnait d’un court commentaire.

« Si tu te comportes comme une sauvage, sache que c’est ton dernier jour. »

Du conditionnel, c’était sur cette note que l’éternel se retournait, scrutant les ruines de son habitation, quel gâchis de temps, cette journée avait était inutile, du moins c’est ce que pensait le Kaioshin, en fait, ce jour l’avait plus fait évoluer qu’il ne pouvait l’imaginer. Comprenant que la tranquillité de la forêt n’était plus qu’un mythe, le fusionné voulait changer d’air, les montagnes de la planète bleu étaient normalement pour la plupart inhabitée, là-bas, il n’y a aucun doute sur l’assurance ne pas plus être dérangé. Faisant quelques pas sur l’herbe carbonisée, le justicier adressait un dernier regard aux bois, eux qui avaient tant souffert par la faute d’un autre Dieu, en plus d’être laxistes, certains représentants divins pouvaient simplement faire le mal par plaisir ? N’était-ce pas le rôle des Makaioshins de causer du grabuge ? Qu’importe, Shemesh paiera ses crimes tôt ou tard, pour le moment, Zamasu ne recherchait qu’un peu de calme, un instant de pause afin de planifier ses prochaines actions, ses prochaines cibles, lui qui devait se charger d’être la police du monde.
Prenant appui au sol, l’être de lumière décolla vers les cieux, suivant les nuages pour se construire un logis à l’abris des regards dans les hauteurs inexplorées des sommets rocheux de la Terre.


Contenu sponsorisé

Ataraxie Empty
MessageSujet: Re: Ataraxie   Ataraxie Clock
 
Ataraxie
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
RPGDBZ :: RPG :: Terre :: La forêt-