Partagez
 

 Charlo Renity, we miss you

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Katsura Renity
Katsura Renity
Terrien
Féminin Age : 22
Date d'inscription : 06/10/2016
Nombre de messages : 86
Bon ou mauvais ? : Neutre
Zénies : 0

Techniques
Techniques illimitées : Critical Stike / Clonage /WindWalk
Techniques 3/combat : Magie du Sang / BladeStorm
Techniques 1/combat : Esprit vengeur

Charlo Renity, we miss you Empty
MessageSujet: Charlo Renity, we miss you   Charlo Renity, we miss you ClockVen 8 Mar 2019 - 11:46

Combien de temps ? déjà…Oh, un an bientôt…




Plusieurs mois après le drame. Cinq, six-mois à se dire…

....Ce n’est pas moi, ce n’est pas moi, ce n’est pas…


Non, ce n’était plus elle. Chaque jour l'enterrait un peu plus, près de la tombe qu’elle avait fait construire pour son défunt Charlo, à l’arrière de leur maison.

Cette année terrée dans l’ombre. Ne plus savoir qui l’on est. Pourquoi on vie, pourquoi on continue seulement à vivre, à penser, à espérer quoi que ce soit. On se regarde dans la glace et on se tape la tête contre les murs. Il n’y a pas d’espoir, on le croit si fort. Quand on revient d’entre les morts et qu’on ne le mérite pas. C’est ce qu’elle pense, elle, la petite écolière tuée et souillée par l’ennemi juré de son homme… Qui lui, a périt pour de bon…

Craquage. Prise d’anxiolytique. Sensation d’être étranglée lorsqu’on s’allonge pour dormir. Se relever en sueur et en sursaut. Courir aux toilettes, vomir. Ne plus savoir comment arrêter la nausée. Essayer de retrouver une vie normale, mais échouer lamentablement. Regarder les infos, voir les merdes qui se passe partout dans le monde et se rendre compte: on est pas seul.

Ils, les autres… chacun vie des merdes énormes dans sa vie. Alors il faut savoir positiver, aider et accepter d’être aidé. Se relever, même quand on se noie dans les ténèbres… facile à dire, c’est vrai...

Chaque jour, à la fenêtre et avant de dormir, elle observe les étoiles. Est-ce qu’elle croit le voir là-haut ? Oui. Est-ce qu’elle lui parle comme s’il était toujours vivant ? Certainement. Katsura a perdu les pédales.
Complètement. Mais la petite n’entraînait personne dans sa chute, elle se taisait. Elle faisait semblant d’être souriante et d’aller bien devant ses parents, sa petite soeur, ses amis, à qui elle ne parla pas des horreurs que lui avait infligé Majin Vegeta.

Infliger son désarroi, son désespoir à ses proches alors que tous ont leurs propres problèmes… Non, ce n’était pas une option. Il faut savoir se bouger, se motiver, trouver des échappatoires, se hisser de toutes ses forces vers le haut. Tout le monde se sent terriblement seul, tout le monde se sent terriblement mal. Tout le monde cherche à combattre ça, la solitude, la douleur. Alors essayons de faire en sorte d’alléger le mal des autres. Parlons de nos problèmes à nos amis, mais parlons-en en essayant de toute nos putains de forces d’aller de l’avant et les tirer, eux aussi, vers la détermination. L’envie de se relever, l’envie de profiter de cette putain de vie parce qu’elle va vite passer, ouais...

Enfin, vous savez. Katsura s’était décidée à en parler, de tout ça. Elle se décida à en parler à l’enterrement privé qu’elle fit pour Charlo, plus de huit mois après la tragédie. Les médias avaient été conviés, mais ils étaient tenu de filmer en silence. Pas de questions. Plusieurs personnes équivalentes à des représentants de la mairie, et donc “le maire” en personne était là. Ses parents, tous ses proches, son oncle Darcia qui l’avait soutenue et comprise tout en gardant le silence sur ce qu’elle avait vécue par respect pour sa nièce… Tous étaient là sans exception.

Ah, si. Katsura aurait voulu invité l’alliance entière de Charlo pour commémorer son décès, mais ils avaient fort à faire de leur côté pour défendre la Terre face à l’ombre qui ne faisait que s’agrandir… trop gênée, trop mal pour les déranger, elle envoya une lettre au QG de l’alliance de la Z-Team pour les informer qu’elle organisait un enterrement en l’honneur de Charlo tout de même.

Stipulant qu’ils étaient les bienvenus à venir se rendre sur sa tombe quand ils le voulaient. Elle avait joint l’adresse de leur maison et une photo où Charlo et Katsura s’enlaçaient amoureusement, en guise de souvenir joyeux de son passage sur cette terre.

Ce jour-là, ce putain de jour-là, alors qu’elle n’avait pas revue physiquement sa famille ou ses proches depuis l’accident - en effet, Katsura n’arrivait simplement plus à sortir. Ou en “secret”, en restant dans la limousine de son oncle pour faire un tour. Jamais plus loin que ça. Cette dernière tenait au courant ses proches par téléphone - seule sa meilleure amie l’avait vue une ou deux fois sur une période de huit mois, jusqu’à ce que l’ex-écolière se décide donc à faire un enterrement pour son conjoint décédé.

Son apparence avait… bien changé sur certains points. Ses proches en étaient abasourdis, mais personne n’osa rien dire en ce jour maudit.

Sa tenue était plutôt formelle et simple. Son katana résidait sur son flanc droit. Elle se tenait droite, l’allure sûre. Quelque chose qui ne lui ressemblait pas… à une époque déjà bien reculée.

Spoiler:
 

Charlo, tu es un guerrier valeureux, bon et juste. Voilà ce que le monde doit retenir de toi en priorité. “ Si Katsura avait été une jeune fille timide qui bafouillait souvent auparavant, il n’en restait nul traces… de cette innocence. “ Nous honorons aujourd’hui la personne que tu es. Où que tu sois mon amour, je sais que le bien continue de se propager autours de toi… Je t’aime Charlo, et personne d’autre ne pourra prendre la place que tu occupes dans mon coeur. “

Sa main droite caressa le cercueil, digne d’un grand guerrier, décoré par les couleurs et la bannière de la Z-team.

Majin Végéta a osé prendre ta vie. Et il m’a laissé cette cicatrice…” Dit-elle en relevant légèrement le visage, dévoilant encore mieux cette balafre qui descendait le long de son cou. “ Mais il ne m’a pas fait que ça: il m’a rendue stérile, ôtant toutes chances un jour que je puisse enfanter par moi-même… Il m’a rendu stérile en abusant de moi avec… son arme… sa lame kanasienne.

Il n’y avait rien. Pas de pleurs, pas d’émotions. Deux grands yeux vides qui regardaient justement dans le néant. Elle ne faisait qu’énoncer une vérité, alors que ses proches, eux, choqués, se mirent à pleurer pour Katsura. Personne n’avait su cela avant aujourd’hui. Les détails étaient superflus…Et imaginer dans quel état ses parties intimes étaient, recouvertes de cicatrices profondes à cause du cauchemar qu'elle avait vécu... il valait mieux s'en préserver.

Mais.. à tous mes proches, ne pleurez pas s’il vous plaît. C’était mon destin pour avoir choisi d’accompagner cet homme, qui réunis toutes les valeurs qui déterminent ce qu’est le bien. J’ai appris à accepter ce qui m’est arrivé. Si je suis toujours ici, alors je dois d’honorer la mémoire de mon conjoint… Et ce n’est pas en larmoyant et en continuant de m’enterrer dans ma douleur que je respecte tout ce qu’il a fait pour protéger les autres durant sa vie. Il est mon exemple de vie. J’ai changé. J’ai été forcée de grandir encore plus vite. Mais cela m’a aussi montré quelque chose d’important: tout le monde souffre.

Son regard vide devint coloré. Violemment prit d’une détermination inébranlable, celle qu’elle avait un jour vue dans les yeux de son cher Charlo lorsqu’il parlait de ses objectifs.

Katsura tenait son katana dans ses mains. Le fameux katana que lui avait offert son amour. Une hypersword avec un noeud violet sur le manche, qu’elle avait ajoutée elle-même. Elle pointa le bout de l’arme au sol et se mit à le tenir solennellement dans ses mains, devant la tombe de Charlo.

Je me suis reposée sur ma souffrance trop longtemps. J’ai attendu trop longtemps… Mais je ne continuerais pas à me complaire dans ma douleur ! Charlo aurait voulu que je sois quelqu’un qui montre l’exemple, comme lui, qui montre à tous ceux qui sont perdu où est leur place, où se trouve le bonheur qui leur est accessible même s’ils n’y croient plus, à tous ces gens qui sont seuls et malades à cause des affres de la vie !

Cette fois, les larmes dévalaient furieusement depuis ses yeux, le long de ses joues rosies par l’intensité de ses émotions. Tous, tous ces gens qui la connaissait si bien étaient éberlués par le changement radical qui s’était opéré en elle. Cette petite fille timide n’existait plus. Kotonoha Katsura n’existait plus. Non, plus cette petite écolière fragile qui dépendait des autres, de sa famille, de Charlo, qui se raccrochait comme un parasite à ses proches en ne cessant de se plaindre pour des broutilles. Non… la vie lui avait montré que ce n’était pas ces petits tracas du quotidien qui importaient.

J’ai obtenue hier mon attestation pour devenir maître dans l’art du laido. En ce jour, j’ai deux choses importantes à vous dire: d’une part, j’ai créé la fondation Renity en l’honneur de mon conjoint. Cette fondation accueillera toutes les personnes orphelines ou ayant perdu leurs familles en tant que résident permanent dans nos locaux spécialement prévu à cet effet. Tout le monde est le bienvenu, autrement. Nous donnerons un toit aux nécessiteux. Nous apprendrons l’art du sabre à tous ceux qui le veulent. Nous avons déjà construit cinq grandes écoles-refuges et je dispose d’une cinquantaine de professeurs-salariés, ou retraités, volontaires, bénévoles, qui sont prêt à enseigner gratuitement cet art à ceux qui le veulent. Mon oncle Darcia et moi-même nous engageons à payer les frais d’hébergement et des cours pour chacun de nos futurs élèves. Nous voulons apporter un futur à ceux qui n’ont nul part où aller, qui sont perdu ou malheureux. Soyez prêt à nous rejoindre et à vous épanouir !

Elle pointa son katana en direction d’une des caméras des médias, qui filmaient et faisaient passer à la télé cet événement important. La famille Kotonoha était l’une des plus riches de la ville, sans compter que l’oncle de Katsura, Darcia, était probablement l’un des multimillionnaire les plus respectés de la ville.

Les invités passaient des pleurs à l’espoir, à la joie quelque part. Même si ses proches s’en faisaient pour elle… Ils se noient dans ses yeux plein d’entrain et comprennent qu’elle est prête. Prête à se lever chaque jour et à se battre, à continuer d’essayer d’égayer intelligemment sa vie et celle des autres.

La deuxième nouvelle que j’ai à annoncer est la suivante: les autorités compétentes ont accepté que je change mon nom de famille en l’honneur de mon cher Charlo... Je suis donc maintenant officiellement madame Renity Katsura.

L’enterrement fut une belle preuve d’amour et de dévotion de la part de la petite-amie de Charlo. Il se passa sans accroc. Ses proches n’osèrent pas lui parler de celle qu’elle était avant, comme si son discours les en avaient dissuadés. Comme s’ils avaient comprit: Katsura Renity était une femme nouvelle.

Entièrement rénovée, Katsura tenait donc à continuer de vivre là-haut. Dans leur maison. C’était leur nid d’amour, ils l’avaient choisi ensemble. Qu’importe ce qui s’était passé ici; la jeune femme avait décidé qu’elle ne laisserait pas le drame pourrir sa vie… leur vie.

Chaque jour depuis ce jour-là, Katsura se levait chaque matin. Démarrait sa matinée sur une routine. Passait dire quelques mots sur la tombe de Charlo dans leur jardin en souriant. Partait pour sa journée de travail, accompagnée de sa fidèle hypersword. Voyait des nouvelles têtes et prenait le temps d’apprendre à les connaîtres. Dispensait ses cours dans la bonne humeur et le sérieux. Rentrait chez elle, enfin, chez eux, et se présentait de nouveau devant la tombe de Charlo pour lui raconter sa journée.

Oui, quelques jours c’était très dur… à la limite de l’insupportable, en effet. Mais ces souvenirs… Le souvenir du sourire de Charlo, de sa bienveillance, de son potentiel à attirer les autres vers la joie, vers le bonheur…Pour tout cela, elle tenait encore debout. Ce pauvre petit bout de femme souillé, stérile, qui avait fait le choix de vivre comme une veuve à son âge si jeune. Elle n’en était pas malheureuse. Katsura repoussait gentiment les hommes qui l’approchait et cassait le nez de ceux qui tentaient de la tripoté dans les transports. Madame Renity ne se laissait plus faire, parce qu’elle n’était plus mademoiselle Kotonoha. Elle était… la seule et l’unique femme de Charlo Renity. Son modèle, son amour, son âme-soeur…

Et oui, cette simple pensée illuminait son visage. Malgré le manque de sa présence physique, malgré la vie seule une fois chez elle, malgré la routine…

Rien ne pouvait être plus fort que la connexion de leurs deux esprits, de leurs deux-âmes, qui continuait même à travers la mort.

à la mémoire de Charlo Renity, décédé le 31 mars 1018.

N.B: Le corps de Charlo a été enterré dans la forêt sur Terre. Cet enterrement organisé par Katsura était donc commémoratif, et la tombe dans le jardin de leur demeure ne contient pas le corps du défunt. Elle n'est que le symbole de sa puissance et de sa bienveillance qui perdurera à jamais dans nos coeurs...

Charlo Renity, we miss you Charlo10

 
Charlo Renity, we miss you
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
RPGDBZ :: RPG :: Terre :: Satan-City-