Partagez
 

 Omaewa mo shinderu (Nani !?)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Empereur Akeros
Empereur Akeros
Masculin Age : 11
Date d'inscription : 19/07/2017
Nombre de messages : 46
Bon ou mauvais ? : Bon
Zénies : 700

Techniques
Techniques illimitées : Kamehameha - Sōkidan - Zanzōken
Techniques 3/combat : Chō Kamehameha - Shunkan Idō
Techniques 1/combat : Genkidama

Omaewa mo shinderu (Nani !?) Empty
MessageSujet: Omaewa mo shinderu (Nani !?)   Omaewa mo shinderu (Nani !?) ClockMer 29 Mai 2019 - 15:58
“Il fait chaud putain, j’ai soif…”

Suppliait l’empereur Akeros en marchant dans le désert, lui qui était accompagné de Kenshiro, enchaînant des heures de marches dans les terres désolées. Dans ce monde mortel, peu de gens avait été épargnés, fort heureusement, les humains parvenaient à reconstruire le monde moderne, lentement mais sûrement. Pas de chance cependant, le pauvre Amiba n’avait rien de prévu au menu, implorant juste la clémence de son acolyte de voyage du présent vital.

“Ken, s’il te plait, tu n’aurais pas un peu d’eau ?”

Qui sait ce que le fils de Dieu possédait dans son incroyable inventaire, il était probable qu’il ait sur lui une modeste gourde d’eau afin d'abreuver le jeune homme. En tout cas la quête de l’homme au sept cicatrices intriguait le chef des loups fous : Pourquoi exactement, Ken voulait se venger ? Et quel secret se cache sous le voilier de la marée ? Mais il n’osait pas le demander, le maître de tout ce qui existe n’était pas fou au point de provoquer l’héritier de la planche à pain. La déambulation continua alors pendant quelques heures supplémentaires, l’environnement hostile et radioactif de l’an 199X soulageaient au moins le duo de l’impact direct du soleil. Au contraire même, le temps très couvert rendait les vents frais, assurant un certain confort de voyage, du peu qu’il y en avait…

Mais un bruit vient alors troubler le calme habituel du désert, un son mécanique pourtant familier de ses dernières années de terreur. En un instant à peine, une vingtaines de motos digne des plus grandes scènes de mad max firent irruption au sommet d’une dune, dévalant la pente vers la bonne brute et le truand. Les véhicules firent alors un trajet circulaire, Kenshiro et Amiba étaient piégés par de nombreux véhicules, les bandits à bord beuglaient des cris guerriers, ce n’était que des misérables. Encerclés, les deux hommes ne pouvaient pas fuir, et sans aide, Akeros était foutu, jamais il pourrait vaincre autant d’adversaire, il n’avait qu’une maîtrise très basique de l’énergie et des arts martiaux. Il fit d’ailleurs part de son plan lâche à Ken.

“On devrait se rendre, c’est le groupe du commandant chäser !”

Les bandits abandonnèrent alors leurs véhicules pour la plupart, quelques uns étaient retrait, mais bien quinze brigands était à terre. Ils ne s’arrêtaient pas de faire du bruit, gueulant des slogans de mort et de destruction tel que “On va te couper les pieds !” ou “On va bien s’amuser !”. Le chef se distinguait bien du petit bataillon, il descendait d’une moto géante qui n’était qu’une jeep modifiée pour être une grosse moto.

Omaewa mo shinderu (Nani !?) Latest?cb=20151014180652

il était un peu plus grand que la moyenne, mesurant 3 mètres 20 de haut, pas très grand donc. Il faisait parti de la catégorie des petits géants (classe C). Ce gaillard interpella Ken, ignorant le misérable sosie de Toki.

“Hey toi ! Tu correspond bien à la description ! Je suis Spade ! j’ai reçu l’ordre de t’éliminer !”

Le groupe eu alors un petit rire de soutien, comme si ce fameux chef était invincible et que le combat était plié d’avance. Bien plus grand que son opposant, Spade fit mention de son patron, lui qui avait toute confiance en son évidente victoire.

“Ahah, le Seigneur Shin sera bien heureux d’apprendre que j’ai retrouvé son cher ennemi !”

Apeuré par la situation, Amiba fit quelques pas en arrière, bien qu’il avait une carrure forte avec son apparence, étant plus grand que Ken et très musclé, il se savait sans technique. Il ne jouait donc pas le malin, levant les mains pour faire signe de se rendre.

“Non mais les gars, il y a un malentendu, moi je suis pas avec lui, j’suis juste un passeur !”

Spade eu alors un rire gras, manquant de s’étouffer sous le coup de la bonne blague qu’il venait d’entendre.

“BWHAHAHAHHA ! Fais moi rire encore un peu pour voir ! Le seigneur Shin a ordonné que l’on ne laisse aucun témoin ! Puis de toute manière... “


Le leader bandit frappa de son poing droit sa paume gauche.

“J’adore tuer ! A l’attaque ! ”




Les soldats se ruèrent alors vers les deux personnages, Amiba levant ses bras, prêt à en découdre, priant pour que la prestation de Ken soit suffisamment impressionnante pour décourager tout ces assaillants. Fort heureusement, deux coquins vinrent seulement le voir, lui laissant un certain avantage, Akeros restait plus fort qu’un ou deux bandits lambda. Avec quelques efforts, il parvenait donc à parer, esquiver et rendre les coups dans un style inexistant, art bâtard fusionnant un peu de tous les genres de techniques.

Amiba pouvait donc se débrouiller seul, mais Ken lui était en 1 vs 13, c’était déséquilibré, mais tout le monde a une chance, même infime.




Kenshiro
Kenshiro
Terrien
Masculin Age : 22
Date d'inscription : 27/05/2019
Nombre de messages : 9
Bon ou mauvais ? : Bon

Omaewa mo shinderu (Nani !?) Empty
MessageSujet: Re: Omaewa mo shinderu (Nani !?)   Omaewa mo shinderu (Nani !?) ClockMer 29 Mai 2019 - 18:04


Kenshiro vagabondait dans le désert atomique aux côtés de son compère de voyage. Son errance motivée par l’annihilation du mal sous toutes ses coutures, le survivant de l’enfer pérégrinait de village en village à la recherche d’informations. Dans chaque patelin, il cherchait à en apprendre plus sur les rumeurs comme quoi un terrible fléau aurait fait son apparition. Ken soupçonnait que cette menace puisse s’agir de l’un de ses anciens belligérants, un maître de l’école rivale du Nanto de fourrure. Cependant, à défaut de disposer de la moindre information quant à la position de ce despote, l’homme aux sept cicatrices ne pouvait qu'errer dans le désert en espérant trouver un indice qui pourrait le pointer dans la bonne direction. Il s’étonnait qu’un homme de la stature d’Amiba soit tant affecté par les misères du Sahara nucléaire. La soif se faisait sentir mais malheureusement pour lui, Ken était du genre à voyager léger, son paquetage se résumant généralement à son seul accoutrement.

« On s’arrêtera au prochain village. »

A peine avait-il eu le temps de terminer sa phrase qu’un bruit sourd et lointain retentit. Il semblerait qu’une bande de malfrats ait décidé de prendre Kenshiro et son compagnon de voyage pour cible. Chevauchant leurs montures mécaniques, les brigands n’eurent aucun mal à rattraper la marche du survivant de l’enfer pour lui couper la route, soulevant litres de sable par le passage de leurs bécanes. Le vrombissement assourdissant des moteurs à explosion du groupe s’intensifiait tandis qu’une poignée de scélérats décrivaient des cercles autour de Kenshiro telle une foultitude de requins affamés. Ils étaient sans nul doute loin de s’imaginer que dans le contexte actuel, le redoutable squale était bel-et-bien le champion du couteau à viande. Amiba urgea à Ken de se rendre, craignant le courroux du capitaine de cette troupe qui risquait de s’abattre sur eux dans le cas contraire.

Ce dernier quitta son deux-roues démesuré pour venir confronter Ken directement. Ce gaillard au cache-œil de ferraille surpassait aisément en taille l’homme aux sept cicatrices d’une bonne longueur de torse ou deux, un véritable titan donc. Mais Ken en avait vu des vertes et des pas mûres et n’allait pas se laisser impressionner par ce bandit de bas-étage. Le fameux Spade clamait haut-et-fort qu’il avait reçu pour ordre de faire disparaître l’héritier du Hokuto, une mission suicide qui lui avait été donné par nul-autre que Shin lui-même. Ainsi donc, les craintes de l’orphelin étaient fondés ; la première étoile du Nanto était de retour. Le maître de l’art chinois avait déjà eu vent de la renaissance de son vieil ennemi qui serait reparti à la conquête des terres désolées, et voilà déjà qu’il envoyait une troupe de mercenaires pour se débarrasser de la plus grande entorse à son plan.

« Shin vous a envoyé en mission suicide. J’espère que cet endroit vous convient pour y poser votre tombe. »

Les paroles de Ken furent inondées de rires gras retentissant aux quatre coins des immenses étendues du désert de sable blanc. Le guerrier à la veste de cuir avait du mal à se faire respecter, mais cela ne l’inquiétait aucunement. L’air impassible, le survivant se préparait à faire parler ses poings. Le chef des bandits beugla finalement à son peloton de lancer l’assaut, signant par la même occasion leur arrêt de mort. Seuls deux malfrats chargèrent Amiba, qui du premier coup d’œil avait l’air de plutôt bien se débrouiller. Après s’être assuré que son compagnon de voyage pouvait gérer ses deux adversaire par lui-même, Ken portait sa pleine attention sur la douzaine de forbans qui se jetaient sur lui.

« Oooohhh ATA ! »

Sans crier gare, le maître du Hokuto bondit et, en un seul coup de pied, brisa le cou de trois de ses agresseurs d’une seule traite. Un mouvement improbable rendu possible par la force terrifiante de l’art assassin millénaire. Les corps du trio d’assaillants vinrent joncher le sol sablonneux avant d’être soudainement pris de violentes convulsions. Leurs dépouilles se crispèrent répétitivement avant de gonfler sans raison apparente, leurs torses gonflant de façon démesuré jusqu’à exploser dans une gloire de sang et de boyaux.

Même après avoir été spectateurs d’une telle déflagrations viscérales, le reste des voyous n’en démentit pas et, dans un excès de zèle aussi certain qu’insensé, se jetèrent à l’assaut du Bruce Lee post-apocalyptique. Mugissant de toutes leurs forces, ils frappaient de façon hasardeuse dans une vaine tentative de terrasser l’héritier. Leurs vulgaires swings n’avaient aucune chance de blesser l’homme au regard noir, et encore moins de simplement l’atteindre. Se mouvant avec une vitesse et une agilité sans égale, Kenshiro évitait sans le moindre mal leur pathétique offensive, profitant du passage de chacun des vauriens pour leur planter son index sur le profil de leur tempe. Ces malfrats eurent à peine le temps de s’estomaquer de la rapidité de leur cible que déjà leurs boîtes crâniennes perdaient leur intégrité. Après quelques brèves secondes de tourment, leurs têtes explosèrent tout simplement ; boom, boom boom.

L’un des plus fanatiques serviteurs du seigneur de guerre cru bon de profiter de cet instant pour essayer de renverser Ken avec son bolide, mais c’était sans compter sur les réflexes surhumains du survivant. Ou juste le grondement tonitruant de sa bécane que nul ne pouvait ignorer. Le héros à l’épaulette bondit en direction du deux-roues, le pied vers l’avant dans une pose de kung-fu presque caricaturesque. Les deux adversaires se croisèrent dans les airs lors de cette joute absurde avant de regagner le sol chacun de leur côté.

« Coup de pied volant non-identifié. »

Le motard amorçait déjà un demi-tour pour repartir à l’offensive mais subitement, son véhicule détonna, emportant son pilote dans une tornade enflammée. Même les machines ne pouvaient résister à l’art secret du Hokuto à huître. Il ne restait ainsi plus que le leader des bandits, son corps tremblotant visiblement marqué par la prestation de celui qu’il était venu exécuter. Si Shin pensait que ce genre de truands de bas-fonds aurait la moindre chance contre l’héritier de la Grande Ourse, c’est qu’il n’avait rien retenu de leur dernière confrontation. D’un ton autoritaire, Kenshiro s’adressait au dégonflé.

« Dis-moi où se trouve Shin. »
Empereur Akeros
Empereur Akeros
Masculin Age : 11
Date d'inscription : 19/07/2017
Nombre de messages : 46
Bon ou mauvais ? : Bon
Zénies : 700

Techniques
Techniques illimitées : Kamehameha - Sōkidan - Zanzōken
Techniques 3/combat : Chō Kamehameha - Shunkan Idō
Techniques 1/combat : Genkidama

Omaewa mo shinderu (Nani !?) Empty
MessageSujet: Re: Omaewa mo shinderu (Nani !?)   Omaewa mo shinderu (Nani !?) ClockJeu 30 Mai 2019 - 13:47
Voilà une situation désespérée, le désert allait peut-être devenir la tombe de l’Empereur Akeros, lui qui avait pourtant tant fait pour devenir plus fort. Tenant avec respect ses deux adversaires brigand, il se savait pourtant mal : Son allié était face à une quinzaine d’adversaires, c’était peine perdue. Pire encore, c’était bien les hommes de Shin qu’ils affrontaient, l’étoile du sud, un monstre à l’armée colossale. Mais alors qu’il mettait à terre par ses quelques capacités les bandits l’opposant, Amiba ne put éviter le spectacle. De ses yeux ébahis, le chef des loups fous identifia difficilement un coup de pied volant avec pointure, puis des frappes, des impacts, des coups qui ridiculisaient les serviteurs du mal. En quelques secondes, Kenshiro avait, comme dans la prison, abattu ces criminels sans difficulté, menaçant maintenant le colossal Spade.
La demeure de Shin, voilà ou Ken voulait se rendre. L’héritier du haut couteau voulait se venger, voir cesser les exactions du descendu du nento, quelle folie, mais qu’il était fort, c’était troublant.  Spade, largement impressionné par l’art du survivant des enfers eu la présence d’esprit de répondre, non sans une certaine rage.

« Il est à Montélimar ! »


Omaewa mo shinderu (Nani !?) Images?q=tbn:ANd9GcQgJBQy6a9cha8CbOub5SlMU53aYE8RMG288k_DokGHQFLd8OLb

Mais comme si cette réponse ne suffisait pas, ou bien simplement le ton employé, Spade fut pris de puissantes convulsions le forçant à tituber en arrière. Instantanément, la voix du géant fut changée, injuriant sur un ton bas et dans une autre langue Kenshiro. Au même moment, la boite crânienne du bandit fut déformée de toute parts, une scène atroce et dégoutante qui témoignait de la dangerosité de l’art chinois.

« Onoré !!!! »

Le chef des loubards explosa alors dans un bain de sang, tel le barbare qu’il était. Amiba avait les yeux rivés sur la puissance de Kenshiro, avec de tels technique, il pourrait sans aucun souci s’occuper de Orrive lui-même ! Tombant mollement au sol, les restes de Spade firent fuir les quelques survivants sur leurs motos, ces derniers allaient surement alerter l’étoile du nento.

« Non il faut les retenir ! »


Cependant ces fuyards étaient trop rapides ! En quelques instants ils avaient déjà disparu dans les profondeurs du désert, derrière bien des dunes. Akeros grommela alors, en colère de savoir Shin à leurs trousses.

« Dans quoi je me suis embarqué… Il faut aller au village le plus proche avant que d’autres n’arrivent Ken ! »

Contrairement à Kenshiro, Amiba connaissait bien les environs, il avait écumé lui-même bien des villages sous une autre forme, donc il savait comment atteindre un point d’eau, mais aussi comment se rendre à l’étoile du sud. Après quelques minutes seulement de marche, les deux personnages passèrent le pas d’une taverne dans laquelle eau et nourriture se partageaient en abondance. Et oui, près des terres du sud, le sol était un peu plus fertile, la solidarité venait également. Le duo était donc à l’intérieur d’une taverne digne du moyen âge, le tout en bois et en pierre, l’ambiance était relativement calme, il y avait un peu de monde. Au détour d’un maigre repas, le clone de Toki louait les capacités de son allié.

« C’est incroyable la manière dont tu as terrassé ces brigands. Puis tu n’as eu aucune blessure. De ma vie entière je n’ai jamais vu quelqu’un d’aussi fort. Même ce géant n’a rien pu faire contre ta force. »

Beaucoup d’acclamations auxquelles devaient réagir modestement le représentant de la grande ourse. Mais vinrent ensuite des interrogations plus importantes.

« J’aimerai beaucoup que tu m’apprennes une partie de ton art, je ne revendique pas l’art le plus secret que tu possèdes, mais j’aurais aimé avoir les bases pour pouvoir défendre les innocents. Comme tu le sais, les temps comme les œufs sont durs, et la bêtise n’a pas de limite. »

Akeros convoitait un tel pouvoir, mais il savait bien que Ken n’allait pas lui offrir tous les secrets de la planche à pain, cependant, la compréhension des points de vitalité était une bonne base pour paralyser des adversaires. Bien conditionné physiquement, et même plus grand que l’héritier lui-même, il ne lui manquait que de la technique pour parvenir à ses fins. Après la réponse de l’ami de l’oiseau du vent Shu, Amiba déballa une carte géante qu’il avait construit lui-même, dessus était inscrit les villes du nouveau monde. En bas à droite de la carte étendue sur toute la table se trouvait l’année : 199X. Sur la carte, on voyait une quarantaine de cités, des centaines de villages, avec la répartition en faction. Car au grand désespoir de Kenshiro, la plupart des maîtres du mal semblaient de retour, ou du moins leur idéologie, ce qui n’en était pas beaucoup moins grave. On y voyait donc une grande zone centrale libre en blanc couvrant 40% du territoire japonais. Il y avait environ 20% qui revenaient à Shin, au sud, la carte de son territoire était teintée de jaune. Également au nord, le territoire de Sauzer, le phoenix Arizona, 25%. Finalement, 15% restaient sous contrôle d’un groupe indépendant majeur. Au final, le travail de Kenshiro qui ne faisait que se venger avait apporter la paix sur presque la moitié du territoire, mais certains de ses vieux ennemis étaient de retour.

« J’ai assemblé cette carte au fil de mes voyages, j’ai rapidement remarqué le retour de ce monstre de Shin, mais aussi de Sauzer, un tyran plus cruel encore. »

Amiba pointa alors de son index droit le territoire solaire du sud.

« Il faudra que nous passions deux villes importantes : WulhutTown et Capitale du Sud. Quand ce sera fait, nous pourrons aller à la capitale de l’empire de Shin : Montélimar. »

Tacticien, Akeros se frottait le menton, se trajet était le plus court, mais aussi le plus dangereux, il y avait peut-être plus prudent.

« Si nous voulons nous rendre à Shin, nous pourrions éviter les grandes villes pour ne pas risquer nos vies. Ce n’est bien que lui que tu veux tuer n’est-ce pas ? »






Kenshiro
Kenshiro
Terrien
Masculin Age : 22
Date d'inscription : 27/05/2019
Nombre de messages : 9
Bon ou mauvais ? : Bon

Omaewa mo shinderu (Nani !?) Empty
MessageSujet: Re: Omaewa mo shinderu (Nani !?)   Omaewa mo shinderu (Nani !?) ClockJeu 11 Juil 2019 - 0:40


Face à la démonstration de force de l’héritier du couteau de cuisine, Spade n’eut d’autre choix que de répondre à l’interrogation de son surpuissant opposant. D’une intonation mêlant colère et frayeur, l’hideux bandit énonça le nom burlesque d’une lointaine cité. Clairement, Ken n’avait pas apprécié le ton employé par le meneur du groupe de brigands. Soudainement et sans raison apparente, le corps de Spade fut animé de grotesques remous, se contorsionnant jusqu’à finalement exploser dans une giboulée de sang et d’organes déformés. Sans un seul mouvement, l’homme aux sept cicatrices venait d’éliminer son adversaire. Kenshiro avait fait appel à son énergie afin de pulvériser les points vitaux du vaurien.

Devant la putride défaite de leur chef, les quelques truands qui avaient été jusqu’ici épargnés par l’offensive du survivant de l’enfer firent leur judicieux choix de battre retraite. Affolé, le compagnon de l’héritier suggérait de stopper la fuite des sbires restants, mais c’était trop tard. Grâce à leurs véhicules de fortune, ce qu’il restait de la troupe du terrible Shin parvint à s’échapper. La cacophonie des moteurs à explosions des engins se tut bien assez tôt, laissant Ken et son compagnon de nouveau seuls dans l’immensité des terres désolées. A la suggestion d’Amiba, les deux vagabonds se rendirent au village le plus proche afin de se ressourcer. La familiarité des lieux dont jouissait le sosie de Toki faisait plaisir à voir, épargnait à Kenshiro quelques longues et futiles pérégrinations.

Le duo entrait dans une taverne à l'ambiance chaleureuse, baignant dans la lumière des nombreuses torches qui l'ornementaient et du feu de bois qui trônait au centre de la construction. Chaudement accueillis, Kenshiro et son compagnon se mirent à table autour d’un chiche mais bienvenu repas. Tandis que le survivant de l’enfer se repaissait, son déjeuner se voyait agrémenté de nombreux commentaires de la part d’Amiba, tous portant sur la maîtrise de Ken de l’art assassin du Hokuto. Le sosie de Toki montrait un certain intérêt envers le poing de la Grande Ourse.

« Le Hokuto de cuisine n’est pas un art martial à la portée de tous. Tu ne t’attirerais que des ennuis à essayer de l’apprendre. »

En effet, Kenshiro savait plus que quiconque qu’au-delà de la puissance colossale dont jouissait tout pratiquant du Hokuto Shinken, chaque personne s’initiant à ce style se condamnait à une vie de misère. Puisqu’il ne pouvait y avoir qu’un seul héritier du haut couteau à huitre, si Amiba venait à s’initier à ce style de combat, Kenshiro se verrait dans l’obligation de saboter toutes ses chances de pouvoir le pratiquer ou l’enseigner.

Amiba poursuivit sa narration, exposant au survivant de l’enfer le retour de Shin mais également de Sauzer, un second ennemi de Ken et despote à la cruauté inhumaine. Entendre ce nom n’éveillait pas chez l’héritier les meilleurs des souvenirs, puisque Sauzer avait été responsable de la mort du frère de Ken et véritable Jésus des terres post-apocalyptique, Toki. Ainsi, il semblerait qu’une poignée des plus grands antagonistes de Kenshiro ne refassent surface. Et en tant qu’héritier de la technique de la Grande Ourse, art millénaire conçu en des temps tumultueux pour rétablir la paix, il était du devoir de Ken de confronter une nouvelle fois ces terribles personnages et mettre un terme à leurs agissements méprisables. L’homme aux sept cicatrices se concentrait sur la carte que possédait Amiba, suivant du regard son index qui décrivait le trajet menant à Montélimar. Deux cités se dressaient sur le chemin, chacune probablement pervertie par les trop nombreuses bandes de forbans qui y établissaient leur fief.

« Nous irons au plus court. Annonçait-il d’un stoïcisme sans commune mesure. À chaque seconde qui s’écoule, des innocents souffrent de l’injustice qui gâte ce monde. Je dois retrouver Shin au plus vite, et je rendrais la liberté aux habitants de Wulhut Town et de la Capitale du Sud. »

Cette décision risquait certainement d’inquiéter Amiba, lui qui faisait son maximum afin d’éviter les ennuis, chose que Kenshiro ne pouvait nullement lui reprocher. L’homme au sept cicatrices n’avait pas peur du danger. Pleinement confiant en ses capacités, il se savait capable de terrasser quiconque oserait lui barrer la route. Cependant, ce n’était pas le cas de tous, et si le sosie de Toki préférait éviter de risquer sa vie au quotidien, Ken ne pouvait l’en empêcher.

« Tu m’as déjà bien aidé, Amiba. Grâce à toi, je sais où se trouve Shin. De rudes combats m’attendent. Si tu ne souhaites pas me suivre, je comprendrais. »
Empereur Akeros
Empereur Akeros
Masculin Age : 11
Date d'inscription : 19/07/2017
Nombre de messages : 46
Bon ou mauvais ? : Bon
Zénies : 700

Techniques
Techniques illimitées : Kamehameha - Sōkidan - Zanzōken
Techniques 3/combat : Chō Kamehameha - Shunkan Idō
Techniques 1/combat : Genkidama

Omaewa mo shinderu (Nani !?) Empty
MessageSujet: Re: Omaewa mo shinderu (Nani !?)   Omaewa mo shinderu (Nani !?) ClockJeu 11 Juil 2019 - 11:43



Le plan était mis en place, kenshiro savait désormais quel chemin emprunter pour se rendre auprès de Shin. La route était longue et les ennemis nombreux, l’héritier du haut canif allait devoir voyager loin et longtemps pour parvenir à ses fins. Mais l’homme de Juria n’était pas un couard, Amiba devait bien lui reconnaître ce courage qui lui était propre. Néanmoins, l’Empereur Akeros était bien moins heureux d’apprendre le refus du maître de l’art chinois quant à la transmission du Hokuto. En effet, le secret était bien gardé et le voyageur n’allait rien pouvoir apprendre à son allié Ken. Bien mécontent mais ne l'affichant pas, il se permit de répondre à ce sujet.

“Quel dommage de priver le monde de tels pouvoirs, j’aurais aimé être plus utile que je ne le suis. Mais ce n’est pas grave, je vais développer mon propre art martial dans ce cas.”

Oui, Amiba était un excellent copieur, en observant les mouvement subsoniques du rival de Raoh, il serait en mesure de comprendre les fondamentaux du Hokuto shinken. Mais pour cela, il fallait suivre Kenshiro ou qu’il aille, et surtout le voir se battre contre des adversaires puissants. En conséquence, il sera nécessaire de le suivre dans sa quête contre Shin, jusqu’à la cité de Montélimar. Dans un élan réaliste, l’héritier du haut couteau de cuisine proposa à son compagnon de route de rester sur place et qu’il avait déjà été utile pour Ken. Mais c’était hors de question ! C’était ici la seule occasion de dérober les secrets de la technique de la moustache ! Calme, Amiba répondait avec une grande aisance, maquillant son avarice en une grande motivation à sauver la veuve et l’orphelin.

“J’insiste pour te suivre dans ta quête, la ville de Montélimar et vaste tout comme les obstacles sur sa route. Je ne veux pas rester spectateur du retour de monstres comme Shin ou Sauzer et je veux t’aider. Il faudra juste que tu me laisse quelques minutes, je vais nous procurer des provisions pour le voyage, nous pourrions aussi nous procurer un véhicule.”

Il jeta un bref regard à droite, puis à gauche, la ville était animée et pleine de marchand dehors.

“Je vais aller faire quelques achats, rejoignons nous à la sortie du village, tu as des préférences ? Je vais aussi payer la voiture.”


Oui, Montélimar était à environ 175 kilomètres, c’était trop loin pour qu’un homme puisse s’y déplacer à pied sans prendre des mois. Amiba disparu alors, faisant signe à son allié de l’attendre, il se rendit donc à une échoppe proche au milieu des bâtiments en ruines. Depuis la catastrophe provoquée par l’ancien dictateur régnant sur Terre, le monde souffre, et il ne reste plus grand chose des grandes villes d’autrefois. Sans se faire trop remarquer, Akeros sacrifia sa bourse personnelle, il ne voulait pas tenter le diable en s’attaquant au marchand au risque de déplaire à Ken. Ainsi, il sacrifia une centaine de zenies pour se procurer des provisions pour plusieurs semaines.

Le combattant débutant portait donc un sac lourd pesant facilement 20 kilos, fort heureusement, sa musculature impressionnante lui permettait de supporter ce fardeau dans le village. Malheureusement, cette cargaison qu’il transportait ne serait suffisante que si les deux combattants utilisaient un véhicule. Amiba déambulait donc dans les chemins taillés entres les buildings, des draps étendus à l’horizontale formait des toitures aux dessus de ces allées marchandes animées. Fouillant, fouinant, le voyageur trouva le véhicule de ses rêves.

Omaewa mo shinderu (Nani !?) 13

un marchand âgé se tenait aux côtés du buggy customisé, il semblait attendre le fameux client qu’était le sosie de Toki.

“Bonjour cher monsieur ! Vous êtes ici pour marchander ? J’ai des tas de trucs à offrir !”

Beuglait le vendeur en exagérant sa voix, agitant ses bras de manière grotesque. Amiba lui pointa du doigt le véhicule tout terrain.

“Combien coûte cet engin ?”


Le villageois se mit à ricaner, tapant de sa main droite la voiture.

“Pas cher ! 200 zenies !”

Amiba soupira alors, c’était quand même cher, à ce prix là il aurait pu obtenir un hélicoptère, voire une bombe IEM. Cependant, ce vieil homme semblait être le seul vendeur en ville, il n’y avait pa le choix. Il offra donc la somme au marchand qui était ravi.

“Une belle affaire !”


(-300Z au total)
Avec le prix du carburant, il fallait espérer que le buggy ne consomme pas trop, en tout cas, Amiba eu le loisir de se rendre à l’autre bout de la ville dans son transport d'occasion. Akeros ne savait pas trop ce qu’a bien pu s’acheter Kenshiro, le véhicule avait de la place pour toutes les provisions nécessaire et roulait très bien sur le sable. Une fois à coté de Ken, il fit vrombir le moteur pour lui indiquer de grimper, ils allaient se mettre en route vers Capitale du sud. Une fois son allié installé, le conducteur fonça à toute allure vers la lointaine citée. Sur la route, il allait devoir se monter causant avec Kenshiro, l’ennui de la route peut rendre fou autrement.

Omaewa mo shinderu (Nani !?) 1

“Capitale du sud est la plus grande ville de la région, cependant, c’est aussi le quartier général de l’armée de Shin. J’espère que nous n’aurons pas à affronter le colonel.”

Oui, c’était son nom, c’était un adversaire redoutable, Amiba possédait de nombreuses informations à son sujet. Il faudra être discrets, et également recharger la voiture en carburant pour pouvoir repartir sans trop faire d’histoires.

“Nous serons arrivés à la capitale du sud dans deux jours environ, je vais rouler la journée, et toi la nuit, comme ça on ne s’arrêtera pas.”

Ken savait guérir le cancer, il était sûrement aussi un bon pilote de rally. En tout cas, la chance souriait au duo qui n’eu aucune résistance ou attaque sur le chemin. C’était cohérent, en fait, les habitants du territoire de Shin payaient une taxe pour avoir la “”””protection”””” de l’armée, en soit, juste de ne pas se faire piller par cette dernière. Ainsi le trajet était sous le stress, mais pas sous la bannière du combat, laissant apparaître au loin les tours ruinées de la capitale du sud.

C’était au petit matin, donc Amiba qui conduisait, Ken dormait peut être.

“Ken ! La ville est droit devant nous, je vais nous arrêter à la station service la plus proche, nous pourrons aussi acheter quelques provisions pour partir vers WulhutTown.”

Le véhicule s’approchait des premiers bâtiments, cependant il y avait un barrage de l’armée. C’était la fameuse armée de Shin, un officier gardait la porte ainsi que deux gorilles musculeux.

Omaewa mo shinderu (Nani !?) 185?cb=20100803231034

Avant qu’il ne soit trop tard, Amiba se tourna vers Ken, affolé.

“Mince ! Il faut te cacher ! Shin te cherche et s’ils te trouvent ici ils enverront toute l’armée pour bloquer la ville !”

Proche de la voiture se trouvait une charrette de foin, Amiba bondit alors de son véhicule pour récupérer de la paille et en placer sur la plage arrière, sur Ken. Ainsi, l’héritier du haut couteau de cuisine était caché. Ensuite, le buggy se figea au poste, arrêté par une barrière et deux fusils. L’officier s’approcha du véhicule, c’était un homme grand et fin, il était nonchalant et portait la moustache de Vegeta.

“Hé vous n’êtes pas d’ici vous ! Vous transportez quoi ?”

Amiba prit un air naturel au possible malgré le stress ambiant.

“Hé bien je transporte de la paille et de la nourriture.”

Le gardien croisa les bras, perplexe.

“Ou est la nourriture ?”

Amiba descendit de la voiture, prenant dans le coffre le gros sac de provision pour l’ouvrir devant le maître des lieux.

“Vous voyez, juste du riz, un peu de viande et beaucoup d’eau.”


L’officier se frottait le menton avant de lâcher un bref soupire.

“Bon, tu passe !”

Amiba bondit dans sa voiture, passant ainsi le barrage pour entrer dans la nouvelle ville, celle-ci dominée par une armée de brigands. Kenshiro ne risquait pas de résister longtemps à l’idée d’intervenir, l’armée se préparant une intervention musclée pour museler la population dans la terreur. Dans les rues, les citoyens semblaient tristes et battus, il y avait bien peu d'animation dans les rues, tout portait à croire que l'oppression était maître ici.



Contenu sponsorisé

Omaewa mo shinderu (Nani !?) Empty
MessageSujet: Re: Omaewa mo shinderu (Nani !?)   Omaewa mo shinderu (Nani !?) Clock
 
Omaewa mo shinderu (Nani !?)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
RPGDBZ :: RPG :: Terre :: Montagnes Rocheuses-