Partagez
 

 Château de Demigra

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Demigra
Demigra
Demon
Masculin Age : 23
Date d'inscription : 22/11/2015
Nombre de messages : 301
Bon ou mauvais ? : Chaotique Mauvais
Zénies : 1000

Techniques
Techniques illimitées : Chaînes du temps, Illusion, Flèche assaisonnée
Techniques 3/combat : Brèche temporaire, Influence démoniaque
Techniques 1/combat : Corruption maléfique

Château de Demigra - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Château de Demigra   Château de Demigra - Page 2 ClockDim 11 Aoû 2019 - 23:43
« Raaah... je suis pratiquement sur que ce coup là aurait marché avec Freezer. »



Tout sourire et percé à jour comme s'il était un vil assassin, Demigra s'avérait bien être le sale provocateur qui cherchait toujours et encore à provoquer la discorde mais ceci n'était un secret pour personne. Nos chers non-volontaires qui ont été introduits de force dans ce petit jeu ne le savaient que trop  bien ; le diable qui se jouait d'eux n'était mauvais que par sa nature et cela lui suffisait amplement. Seuls les faibles et les simples d'esprit se cherchaient une raison. Finalement, est-ce qu'il existait vraiment une raison  pour faire le mal ? Était-il nécessaire de le justifier ? Non. Ces petites règles ne s'appliquaient qu'aux mortels. Les démons, quand à eux, jouissaient d'une liberté qui ne pouvait nullement être limitée par l'implication de lois ou de la conscience. Ils sont nés libres et éternels. Ces deux faits avérés ne pouvaient nullement êtres changés. Pas même par les autres dieux.

« Enfin, ce n'est pas comme si je m'attendais vraiment à ce que tu tombes dedans. Voyons voir quelles retouches tu nous as offertes. »

Ces « retouches » n'étaient visiblement pas que de simples modifications et les habitants de Chutelière IX allaient très vite s'en rendre compte. Ce petit monde illusoire qui, juste avant, était plein de vitalité et riche en ressource... s'était appauvri soudainement. La nourriture disparaissait des placards, les proies retournaient à la poussière et toute cette jolie faune se voyait déjà condamnée à une morte douce. Pitoyables villageois. Aucun d'entre vous n'a pu bénéficier d'un sommeil réparateur. La plupart d'entre-vous étaient épuisés, exténués, terrorisés mais surtout affamés. Les Loups-Garous n'ont que très peu mangé. Les survivants n'ont presque rien avalé et leur condition d'êtres vivants les rappelaient enfin à l'ordre : ils avaient soif, ils avaient faim, ils avaient sommeil.. et pourtant ils ne pouvaient pas se le permettre car ce plateau de jeu accueillait une nouvelle participante parmi les démons.

« Ils crieront tous à l'unisson. Si aujourd'hui ils nous haïssent, demain ils imploreront nos noms. »

Les mots étaient faibles. Bien évidemment que ses êtres malveillants étaient détestés par les humains et les prisonniers de ce jeu ne faisaient pas exception à la règle... ou presque. C'était drôle mais le Malin prenait plaisir à voir l'une d'entre-eux dans son élément. Cette « Louve Folle » comme on la surnommait, n'avait jamais aussi bien porté son nom que durant cette dernière nuit. Même s'il ne disait mot, le dieu-démon fondait de grand espoirs en elle. De par ses décisions et ses actes, elle était devenue la cible des regards. Aujourd'hui, les projecteurs étaient sur elle et non pas parce qu’elle était cette fois-ci dénudée mais parce qu’elle s'était mise elle même au devant de la scène en embrassant l'esprit de la bête qui sommeillait en elle. De tous les prédateurs qui peuplaient ce plateau, elle en était la seule digne de ce nom. Bien qu'elle n'ait point réussie à faire de victimes dans ce tout petit hameau, elle avait malgré-tout instauré un règne de terreur en l'espace de quelques heures : la loi du plus fort était belle et bien revenue.

« En effet. Si peu d'entre-eux conservent encore un souvenir de la famine, ceux qui ne manquent de rien devraient effectivement se remémorer du malheur de leurs ancêtres. »

Lâchant un petit rire empli de sadisme, il mettait en avant son arrogance face aux mortels. Dans ce jeu, ses actions et ce qui en débouchait sur l'univers tout entier étaient moindres. Il était évident que cela n'avait strictement rien à voir avec le jeu précédent. Et pourtant... nous nous apprêtions à faire le premier pas vers la plus horrible des tragédie. Nous n'en étions toujours qu'au prélude et le spectacle qui s'offrait à nos démons sans cœur n'étaient rien d'autre qu'un simple passe-temps ; un divertissement suffisant pour attendre quelque chose de plus horrible encore qu'un simple jeu de torture. La reine disait vrai en affirmant que si Demigra suivait ses dogmes, il aurait déjà anéanti Conton-City. Mais alors qu'il rêvait de se venger de cette stupide déesse du temps aux allures d'enfant, il s'était jusqu'ici contenté de manger son oiseau préféré. A défaut de ne pas avoir eut de chance, le pauvre Toki-Toki avait très bon goût sous forme de sucrerie. Enfin, tout ceci ne répondait toujours pas à la grande question : Pourquoi Towa était ici ? Elle ne pouvait pas être venue simplement pour dire bonjour ou regarder le jeu sans rien faire. Non, elle se devait d'agir et c'était précisément pour cela qu'elle avait prit la peine de se déplacer jusque là.

« Oh ? Besoin de moi ? C'est bien la première fois que j'entends ça venant de toi. »

Jusqu'à maintenant, la sorcière s'était toujours débrouillée avec l'aide de son pantin aussi fidèle qu'un chien : Mira. Cependant, celui-ci ne risquait plus de lui être d'une quelconque utilité et le compère de cette dame doutait fortement qu'elle soit venue l'engager comme remplaçant de ce combattant. Non, elle avait d'autre chose en tête. C'était bien plus grand, bien plus impactant. Si la dirigeante des enfers s'était déplacée en personne pour venir rencontrer Demigra dans le Makaïoshinkai, c'était pour d'autres raisons bien précises : les Dragon Balls obscures.

« Tu veux que je te les donne sans réfléchir ? Et mes pouvoirs en plus de ça ? »

Il était perplexe à cette idée. Tout du moins, il semblait l'être ! Imaginez un peu la situation tout de même. C'était à peu près l'équivalent d'un kaïoshin qui venait quémander les pouvoirs du dieu de la destruction auquel il était lié et ce, sans perdre une seule seconde dans la réflexion. Quelle était la réponse la plus logique qu'il puisse lui fournir, à votre avis ? C'était quand même évident, non ?! Riant aux éclats, comme s'il ne s'en remettrait jamais, il laissait sa voix portante résonner dans la pièce puis cessa sa petite comédie lorsqu'il comprit : son pressentiment venait de là. Le moment tant attendu était enfin venu.

« AHAHAHAHAHAH ! Et tu ne plaisantes pas en plus ! »

Spoiler:
 

« Évidemment que j'accepte. Elles sont à toi... et mes pouvoirs également. »

Dans cet univers ou dieux et démons n'auraient sûrement jamais dû exister, arrivait une nouvelle ère. Si les mortels continuaient de s’entre-tuer dans ce cycle sans fin alors il était normal pour les divins d'intervenir et prendre part à ses histoires en se glissant eux aussi dans cette spirale de la mort qui jamais ne se terminait. Sur ses quelques mots, le diable passait enfin à l'action. Alors qu'il se levait de sa chaise celui-ci attrapait son sceptre qui jusqu'ici flottait dans les airs, juste à coté de lui. Revenu à son emplacement initial, le bâton reprenait bien place dans la main gauche de son propriétaire qui ouvrit un portail assez grand pour accueillir le passage de deux personnes. Celui-ci était bien entendu assez à l'écart pour ne gêner personne durant cette partie de Loup-Garou et Demigra ne comptait pas en manquer le moindre bout. Aussitôt dit, aussitôt fait, un double de lui même vint subitement le rejoindre et prendre sa place sur le fauteuil qu'il faisait de nouveau sien. Il ne s'agissait bien-sur que d'une illusion mais la conscience du sorcier avait le loisir d'être littéralement ici et ailleurs.

« Notre affaire ne doit pas interrompre notre petite activité.»

Tandis que son alter-ego quittait la pièce en compagnie de son acolyte, le double illusoire posa son regard sur Shemesh puis sur le jeu sans prendre la peine d'ouvrir à nouveau la discussion. Après-tout, à quoi beau faire l'effort d'ouvrir la bouche si votre interlocuteur n'a absolument besoin de rien faire pour lire dans vos pensées, ou tout du moins ce que vous laissez apparaître distinctement dans vos pensées. En fait, il n'avait pas grand chose à cacher à son invitée et la vérité, c'est qu'il tenait juste à savoir si elle aussi avait trouvé son pion préféré parmi ceux qui restait parmi les onzes. A long terme, ce genre de petits paris pourraient bien rendre le jeu plus amusant qu'il ne l'est déjà alors commençons tout de suite avec une question simple.

Qui sera le prochain ?
Shemesh Perditio
Shemesh Perditio
Autres Races
Féminin Age : 17
Date d'inscription : 07/05/2018
Nombre de messages : 171
Bon ou mauvais ? : Héréditairement Mauvaise
Zénies : 1160

Techniques
Techniques illimitées : Obélisque / Barrières du Karma / Création
Techniques 3/combat : Douze Plaies / Transformation
Techniques 1/combat : Cataclysme

Château de Demigra - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Château de Demigra   Château de Demigra - Page 2 ClockSam 24 Aoû 2019 - 22:26
Shemesh n’avait pas ajouté grand chose au dialogue du diable et de sa fille de joie personnelle. Son esprit flottait ailleurs. Ses yeux avaient transpercé le cosmos pour cueillir quelque sujet de pondération dont le développement resterait silencieux, et plus particulièrement l’un d’entres eux : Les amoureux transis, la psychopathe et le policier, un classique cliché et terriblement ennuyeux. On pouvait comparer l’Inquisitrice à cette personne qui préfère regarder le film sans parler durant une soirée à plusieurs, où les autres beuglaient des anneries et des moqueries sur les dialogues faux des personnages avant de s’extasier sur un plan particulièrement bien réalisé d’une scène d’action quelconque. Elle préférait se moquer en silence, dominer du regard sans gaspiller sa salive et préférant conserver ses mots pour les cracher dans le visage des concernés. Mais il n’était pas l’heure de se manifester face aux deux loups en rut afin de les gifler tels les corniauds qu’ils étaient. Son fantôme avait suffisamment irrité le fermier au corps assombri par la haine. L’inéluctable fin en robe anthracite n’avait pas encore parié sur quelconque gagnant. Elle laissait le soin à la destinée d’accomplir ses bienfaits et d’ensevelir les malchanceux dans la boueuse fatalité. L’un des macaques dans un corps moins poilu s’était cassé la figure dans des pièges à ours afin de témoigner de l’éminence de sa réflexion, gorgeant le sol illusoire du dôme infernal de son fluide porteur d’oxygène. L’ange connut un destin bien torturé, elle aussi, des mains du diable lui-même. La guerrière fut pétrifiée, condamnée à dévisager la porte qui se trouvait devant ses yeux de roche pour l’éternité. Les pions étaient déjà bien ébranlés tandis que le tueur de héros, le flamboyant meurtrier de tous ceux qui se pavanaient dans des capes et des collants se noyait dans ses propres muscles putréfiés.

Hélas ! leurs tragédies n’étaient que trop prévisibles. Trois loups, et aucun n’avait pensé à dévorer ses camarades. Leurs pauvres petits principes les empêchait de s’écrouler dans les méandres du cannibalisme. C’était stupide de s’accrocher à de telles valeurs quand la faim les épiait depuis les tréfonds de leurs estomacs vides. La chair humaine était un délice que beaucoup ne pourront jamais connaître. Là était le véritable pathétique de la situation ! Un lieu sans étiquette, sans société et sans regards externes, et ils ne sombraient pas dans la folie ? Non, ils préféraient se regrouper pour tenter une contre-attaque… un objectif impossible. Mais dans les fantasmes noircis et inconnus des profondeurs de l’insanité divine de la femme à la peau bleue, une rebellion éclatant à la figure de Demigra et de sa catin serait un retournement de situation particulièrement intéressant. Elle se donnerait une allure d'otage, prisonnière de son Obélisque, spectatrice à l’esprit torturée par le Diable, les yeux scotchés de force sur le drame sanglant tel une victime d’un traitement Ludovico amélioré par les soins du représentant des démons ancestraux.

”Quelle bévue viens-tu donc de faire, mon cher Lucifer au coeur de pierre ? Cette illusion ne cache pas les nerfs qui lâchent ta seconde incarnation.”

Lui et sa bonne venait de faire une ânerie atypique de sa supposée sagesse. Le réveil prématuré d’une apocalypse inconnu venait d’être stoppé dans sa course. Du moins, c’était le peu qu’elle pouvait apercevoir entre les neurones de cette chimère connectée au deuxième mirage du génie du mal. Ses iris lumineuse ne pouvaient faire de trop grands miracles quant au déchiffrage des visions d’un proxy à un autre. Elle attendait une réponse de la part du mirage, mais ne doutait pas qu’il tenterait de garder un certain silence sur ses mésaventures, fier comme il l’était. Lui qui tenterait de se venger des affronts d’un Masque de Fer, et plus particulièrement de celui qui n’avait de coeur que pour les animaux, et dont le respect ne s’étendait même pas jusqu’aux lois de la physique. Les règles établies et unanimes telles que la gravitation, la lumière et l’énergie ne devenaient que de simples suggestions en sa présence. Elle ne comprit jamais pourquoi ce dernier s’y pliait, mais son corps sentimental comparait sa situation à la sienne : il s’ennuyait probablement et se laissait guider par le flot qui le poussait d’un objectif à l’autre. Son coeur n’était ouvert que pour les bêtes de compagnie et pour des êtres supposément supérieurs aux fondamentaux eux-mêmes. Une bêtise…

Un petit soleil flottait autour d’elle, décidant dans le plus pur des hasard des destins des victimes miniatures dans le vivarium des atrocités. Des aléas immaculés, sans une once de déterminisme ou de causalité pour les influencer. Un duo véritable de chance et de malchance. Il était devenu bien amusant de voir ces éventualités se manifester sans rien n’y faire. Peut-être que cela deviendrait l’un de ses nouveaux centres d’intérêt, qui sait ? Le traître de Towa pipait ses dés, mais l’astre à facettes infinies représentant un avenir si délicieusement risqué était immensément plus fascinant ! Des temporalités illimitées où les vivants étaient victimes de sorts qu’elle ne pouvait elle-même prédire ! Ah, adorable étoile, tu es bien plus intéressante que celle qui avait eu la bête idée d’affamer les lilliputiens de la coupole de cristal.

Un craquement dans l’espace se fit entendre. Les particules s’agitèrent et le plasma fusa dans tous les sens, alors que la réalité se fendit pour accueillir le retour des deux démons à l’allure contrastée. L’un était un bouffon à l’attirail noble et l’autre une concubine de bar mal famée. Les deux pouvaient aisément figurer dans la cour personnelle de la sanguinaire demoiselle mortelle, mais leur réflexion restait pernicieusement inférieure à la sienne. Du moins, celle de madame Famine, qui proposa elle-même d’aller accomplir la sottise qui fit transpirer le bélial aux vêtements bleus. Mais passons !

”Vous êtes ponctuels : la nuit reprend la place qui lui est due. Les monstres vont ressurgir d’un moment à un autre...”

La journée se termine ! Que les bêtes puissent enfin tremper leurs museaux dans des tripes et plonger leurs langues entre les organes de leurs pairs ! Que les amoureux s’enlacent et s’éventrent ! Que cette partie ennuyeuse puisse enfin redevenir passionnante !
Towa/Mira
Towa/Mira
PNJ
Féminin Age : 80
Date d'inscription : 19/10/2018
Nombre de messages : 39

Château de Demigra - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Château de Demigra   Château de Demigra - Page 2 ClockDim 25 Aoû 2019 - 11:32
Personne ne devait rien remarquer, les cheveux couvrant soigneusement les flancs de son visage comme toujours, la magicienne était suivie de son allié démon et revinrent auprès de Shemesh. L’esprit de destruction ne devait pas avoir senti grand-chose si ce n’est que les deux arrivistes étaient fatigués, maintenir l’enfermement d’un démon n’était pas tâche aisée. Reprenant une place assise, Towa observa donc courtement le plateau de jeu, les choses avaient bien avancées, il y avait eu des morts. Mais le meilleur restait à venir ! La nuit tombait sous peu et l’autre invitée faisait bien de le rappeler. Ainsi et pour la première fois, la prochaine maitresse du temps allait voir les loups garou à l’œuvre, mais qui étaient-ils ? Elle n’allait pas le demander, elle le saurait bien assez vite, ne cachant pas son impatience de voir le massacre.

« Superbe timing, j’ai hâte de les voir à l’action ! »


Déclarait la belle d’un sourire angélique, fixant avec entrain le plateau.

Elle remarquait de nouvelles choses, un meurtre à l’épée, un garou dans un état toujours plus critique, le corps meurtri de Fanghorn. Il semblerait que le jeu avance vite, très vite, prouvant que l’esprit humain ne mène que rarement à la paix. Ils devenaient fous, ils s’entretuaient ou étaient victimes de leur incompétence. Mais c’était une partie du délice de ce jeu, mais il fallait maintenant s’attarder sur de l’observation des événements futurs, il ne fallait pas prendre le risque d’encore louper un bain de sang.
Demigra
Demigra
Demon
Masculin Age : 23
Date d'inscription : 22/11/2015
Nombre de messages : 301
Bon ou mauvais ? : Chaotique Mauvais
Zénies : 1000

Techniques
Techniques illimitées : Chaînes du temps, Illusion, Flèche assaisonnée
Techniques 3/combat : Brèche temporaire, Influence démoniaque
Techniques 1/combat : Corruption maléfique

Château de Demigra - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Château de Demigra   Château de Demigra - Page 2 ClockLun 9 Sep 2019 - 23:43
Pour quelqu'un qui semblait tout savoir sur le bout des doigts, notre amie Shemesh semblait drôlement curieuse. Peut-être qu'après-tout, l'incarnation ne bénéficiait pas de toutes les informations que sa mère avait en sa possession ? Si telle était le cas alors les démons n'étaient pas seuls à lui faire des cachotteries, chose qui paraissait tout à fait ironique. Peut-être qu'après tout, notre étoile avait un goût pour l'humour... ou d'autres choses à nous cacher, non ? Quoi qu'il en soit, l'illusion disparue juste avant le retour de Demigra. Comme on pouvait s'en douter, sa soudaine perte d'énergie a rendue son illusion éphémère et celle-ci s'est très vite volatilisée. Towa, en revanche... elle disposait d'une telle puissance qu'elle en était devenue dangereuse pour a propre personne. Accumuler autant d'énergie en si peu de temps peu avoir des effets bien néfastes si le corps n'est pas préparé à de telles éventualités. Cela étant dit, il l'était. Seuls nos dieux diables savaient comment mais il l'était bien plus que l'on pouvait l'imaginer. Pourquoi ? Comment ? Il serait bien trop tôt pour vous le révélé, voyons. Patientez un peu et peut-être bénéficierez-vous de la grande surprise qui vous attends.

« Navré, tu as dit quelque chose ? Je crains que la communication ait coupée. »

Et oui, l'illusion ayant disparue subitement, son créateur n'eut pas le temps d'enregistrer toutes ses informations mais la question de l'avatar ne devait pas être si importante, si ? Après-tout, ne disposait t-elle pas de tous les bons moyens pour être au courant de tout ce qu'elle tenait à savoir ? Voila une question qui méritait d'être posée.

« Oui, oui, encore une nuit qui promet d'être agitée, voyons ou ils en sont. »

Patiemment mais silencieusement, le diable s'installa et conserva son silence pendant l'entièreté de cette nuit durant laquelle Chutelière IX fut encore une fois le théâtre de nombreuses tragédies. En y repensant, le Malin ne pouvait s’empêcher de trouver cela drôle : les humains s’empressaient à chaque fois de répéter encore et encore les mêmes erreurs. De ce fait, il attendit le jour pour passer à l'action puis, plongea dans ses pensées avant de refaire surface avec une idée de génie. Une idée si diabolique que même un génie du mal en deviendrait vert de jalousie pour ne pas l'avoir trouvée avant lui. Le plus drôle là dedans en revanche, c'est que l'idée qu'il en ressortie fut déjà utilisée par quelqu'un d'autre il y a des années de cela mais bon. Si les mortels répètent toujours les mêmes erreurs, ils devraient encore une fois répéter celle-ci.

« Je vois, ils cherchent encore à s'échapper ? Et bien soit, la voilà, leur fameuse sortie de secours. »

Sur ses mots, Demigra posa son index sur le sommet de la cloche de verre avant d'y enfoncer sans mal son ongle rouge sang. Cela fait, il traça un petit cercle avec celui-ci et découpa le verre de cette façon. Bien évidemment, ce qui devait arriver arriva et ce minuscule morceau de verre tomba à l'intérieur de la cloche, risquant bien évidemment d'écraser un ou deux survivants s'ils se trouvaient au milieu de ce petit hameau. Ceci étant dit, ce fragment n'allait pas se briser pour autant. Le verre semblait même si résistant qu'une seule explication pouvait être fournie : il était réellement fait pour enfermer les créatures qui se retrouvaient emprisonnées à l'intérieur. Regardez le ciel, à présent. Un minuscule morceau de l'illusion a été effacé, laissant ainsi place à la réalité. C'était une sortie... et un doigt à son bout. Au bout de ce doigt se tissait quelque chose : un fil ou une corde, appelez ça comme vous voulez, celle ci sortait directement du dessous de l'ongle du sorcier. Cette "toile" s'allongea jusqu'à ce qu'elle puisse enfin toucher le sol de ce plateau de jeu. Une fois cela fait, il l'attacha soigneusement  au sommet de la cloche puis fit un nœud. Désormais, le diable et ses invités n'avait plus qu'à observer le résultat de la bêtise humaine. Encore une fois, il aura raison ; seule une personne sera capable de se sortir d'un tel enfer.
Demigra
Demigra
Demon
Masculin Age : 23
Date d'inscription : 22/11/2015
Nombre de messages : 301
Bon ou mauvais ? : Chaotique Mauvais
Zénies : 1000

Techniques
Techniques illimitées : Chaînes du temps, Illusion, Flèche assaisonnée
Techniques 3/combat : Brèche temporaire, Influence démoniaque
Techniques 1/combat : Corruption maléfique

Château de Demigra - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Château de Demigra   Château de Demigra - Page 2 ClockMer 13 Nov 2019 - 22:03
« A la toute fin, ils comprennent que nul ne peut échapper au destin... »

Cette voix résonnait de nouveau dans le village désert de Thiercelieux. A la fin, personne n'avait réellement gagné et tous avaient perdu quelque chose si ce n'était la vie. L'issue tragique de ce grand massacre aurait pu être évitée ? Peut-être, qui sait ? Elle aurait pu l'être si nos chers invités avaient réagit bien plus tôt, s'ils avaient su unir leurs forces contre le grand mal qui leur faisait face... ou pas. Il existait en cet univers des limites que même l'Homme ne pouvait franchir. Là ou ils étaient, personne n'aurait pu entendre ou répondre à leurs appels à l'aide et tous étaient condamnés à jouer jusqu'à ce qu'il n'y ait plus de loup, plus de villageois, jusqu'à ce qu'il n'en reste plus qu'un.

« ...et maintenant, il est temps d'affronter le tiens. »


Cette fois-ci, la voix s'adressait directement au pauvre Kyabe. Encore maintenant, il était difficile d'annoncer si le dernier participant rester était chanceux ou non de s'en être sorti... plus ou moins indemne. Si son corps en ressortira heureusement sans séquelle, qu'advenait-il de son esprit ? Outre ce bain de sang qui venait tout juste de se terminer, le temps qui s'était écoulé depuis le début de ce jeu n'a pas été sans influence. Chaque seconde passée ici rendait nos pauvres bougres un peu plus esclaves de leur tortionnaire. Exactement comme le Malin l'avait indiqué au tout début, chaque personne ayant posée les pieds dans ce lieu maudit lui appartenait. Ils étaient ses jouets et preuve en est l'exemple du guerrier Epina à l'heure actuelle. Corrompu par son propre vice, même après sa résurrection, il n'était plus le maître de lui même. La mal avait empoisonné son esprit et son corps. Le dieu-démon se l'était accaparé, lui et chacun des onze autres participants de jeu maléfique.

« Que la brume t'enveloppe et que l'illusion se dissipe. Kyabe, tu es le grand gagnant de ce jeu. »

Gagnant hein ? Comme s'était ironique. Il avait perdu bien plus ici qu'autre chose. Désormais seul et voué à lui même, le sinistre vainqueur se retrouvait entre les mains du diable. C'était bien le cas de le dire puisque la brume revenait progressivement sur le hameau, emportant tout avec elle. Le champ de vision du saiyan se retrouvait alors de plus en plus réduit. Les arbres, les maisons et les corps... tout disparaissait autour de lui. Désormais, il était perdu dans la brume et la seule chose qu'il pouvait encore percevoir n'était qu'un ensemble de son qu'il n'avait encore jamais entendu dans cet endroit, le hameau du désespoir. Le verre se fissurait progressivement dans le ciel, cela ne dura que quelque secondes avant que le dôme ne se brise complètement avant de disparaître dans un éclat de lumière, comme s'il avait été supprimé de l'existence même. Maintenant qu'il était complètement détruit, plus rien ne séparait les démons de leur misérable victime.

« Viens à moi. »

La voix de Demigra... elle était le seul guide dans cet enfer. Peu importe si Kyabe allait sagement accepter de s’exécuter et la suivre ou bien au contraire, d'aller du coté opposé pour vainement tenter de prendre la fuite ; il ne pouvait plus échapper à son destin. La gigantesque main du maître des lieux traversait actuellement la brume pour s'emparer de ce dernier prisonnier qui ne pouvait nullement en réchapper. Il allait très vite se retrouver plongé dans un profond sommeil, dormir... jusqu'à ce qu'il ne se réveille tout doucement sur un siège, juste devant le plateau embrumé de Chutelière IX. Juste à coté de ses horribles démons qui attendaient patiemment son réveil.

« Alors, bien dormi ? »


Telles furent les premiers mots que le loyal défenseur de Sadala pouvait entendre. Lorsqu'il rouvrira ses yeux, il pourra alors se rendre compte du décors du terreur qui l'entourait. Shemesh, Towa et Demigra étaient tous les trois présents dans la pièce. Voila les seuls visages « amicaux » qu'il apercevrait lorsque Morphée l'aura relâché. Ce sourire narquois sur le visage de ce monstre, les airs hautains et moqueurs de ces démons... tout cela avait de quoi révulser n'importe quel prisonnier... mais un prisonnier n'avait pas le droit de s'enfuir... ou même de bouger. Des chaînes invisibles s'emparaient de l'esprit de notre invité. C'était un sentiment de terreur incessante. A son entrée dans le Makaïoshinkai, il subissait actuellement la malédiction de cet endroit corrompu par les ténèbres. Mis à part les créatures maléfiques telles que les démons et leurs serviteurs, les individus qui n'y étaient pas habitués subissaient continuellement la volonté de cette dimension ou la colère et la peur régnait dans l'invisible. En résumé, c'était comme si ses drôles de sensations oppressantes pouvait être perçues à chaque mouvement de cœur. Un calvaire pour ceux qui n'ont jamais eut affaire à l'effroyable aura du démon originel alors qu'il restait encore sagement prisonnier de son sceau, dans l'ancien Sanctuaire Shuryo.

« Ce n'était qu'un mauvais rêve... mais tout était vrai. »

Il insista bien sur le mot « tout » en appuyant dessus comme s'il lui enfonçait un couteau en plein cœur. Cette torture, n'avait-elle pas été suffisante ? Fallait-il que le sorcier continue encore de le martyriser alors qu'il était déjà brisé ? En enfer, les souffrances ne s'arrêtait jamais. Le supplice n'avait pas de fin mais la récompense, elle, se méritait bien. Seul survivant de ce désastre, Kyabe allait bientôt pouvoir repartir dans le monde des vivants. Son cauchemar prendrait alors bientôt fin mais les souvenirs de tout ces moments passés sur ce petit « plateau de jeu » seront à jamais gravés dans sa mémoire comme marque au fer rouge. La seule différence à prendre en compte dans cette comparaison n'était tout de même pas un détail à prendre à la légère : ces souvenirs allait hanter ce pauvre être qui, prisonnier de sa mémoire, s'en souviendrait tout le long de sa misérable existence.

« Tu es le grand gagnant de ce jeu, Kyabe. Voici donc tes récompenses. »

Le fauteuil sur lequel était assis le nouvel invité de ce château fit un tour de 180 degrés. Il se retrouvait dos à ses démons et une montagne d'or apparaissait devant lui. La richesse... c'était une bien piètre compensation après tous les subisses vécus ici. Au centre de cet amas de pièces brillantes se démarquait tout de même autre chose ; c'était une épée dans son socle. Elle ressemblait tout bonnement à celle que Jojiba portait durant le jeu. La même qu'il utilisa pour trancher ses adversaires... en fait, il s’agissait exactement de cette épée à une différence prêt : elle était maudite. A chaque âme moissonnée à l'aide de cette épée, son utilisateur verra défiler sous ses yeux les moments ou cette épée à ôter la vie aux autres, y compris les autres prisonniers du hameau.

« Bien évidemment, ces petits cadeaux ne sont pas les seuls. Je vais laisser mes deux autres invités se présenter et puis nous passeront enfin aux choses sérieuses. »

Accepter ou refuser la récompense ? Inutile d'y réfléchir. Dans ce monde, le choix n'était donné qu'à ceux qui en avait le contrôle. Si Kyabe se sentait de nouveau en pleine forme, sa puissance n'était pas encore totalement revenue. Il lui faudrait d'avantage de temps pour récupérer de ce long périple et puis de toute façon, il serait bien malvenu pour lui de se rebeller maintenant alors que tout ses malheurs allaient peut-être bien toucher à leur fin. La parole était désormais aux démones à la peau bleue si tant est qu'elles avaient quelque chose à ajouter. Dans tous les cas, une chose pouvait maintenant être certaine ; ce jeune guerrier ne se sentira plus jamais en mauvaise compagnie quand il aura quitté ce monde horrible.
Shemesh Perditio
Shemesh Perditio
Autres Races
Féminin Age : 17
Date d'inscription : 07/05/2018
Nombre de messages : 171
Bon ou mauvais ? : Héréditairement Mauvaise
Zénies : 1160

Techniques
Techniques illimitées : Obélisque / Barrières du Karma / Création
Techniques 3/combat : Douze Plaies / Transformation
Techniques 1/combat : Cataclysme

Château de Demigra - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Château de Demigra   Château de Demigra - Page 2 ClockSam 16 Nov 2019 - 14:59
Il était temps que Shemesh reprenne la parole. Elle n’avait pas daigné suivre les moqueries de Demigra ou bien insulter davantage sa catin. Elle n’avait fait que suivre du regard ce spectacle tragique et pathétique qui se déroulait devant ses yeux. Une dizaine de chiens faméliques se dévorant les uns les autres, certains suffisamment chanceux pour disposer d’une bénédiction velue et carnassière. Mais ce n’était pas l’un des métamorphes qui gagna le droit de continuer à vivre. Non, c’était le jeune guerrier optimiste et… bien trop proche de son camarade policier. En toute honnêteté, elle aurait préféré le voir crever après avoir profité de l’effondrement de tous ses espoirs. Fallait-il le relâcher dans la nature après avoir anéanti les fondations de ses idéaux et l’annihilation de ses principes ? Elle aurait préféré le voir disparaître avec les autres, seul dans l’autre monde à se demander “pourquoi ?” Pourquoi avoir enfreint tant de règles s’il avait fini par s’effondrer avec les autres pour nourrir les vers et les fourmis ? Elle aurait tant adoré voir le grand fermier enragé les regarder, les dents serrées et l’écume dans le coin de ses lèvres, dégoulinant sur sa barbe alors que ses yeux hurlaient plus fort que sa gorge ne pourrait le faire. Ses muscles travaillés par l’ardeur de l’agriculture, rendus inutiles face à la simple supériorité des dieux qu’il avait en face de lui. La haine aurait-elle pu être suffisante pour briser les sceaux mortels qui l’auraient empêché de venger ses pairs ? Aucun véritable moyen de le savoir. C’était bébé cadum, ayant perdu un meilleur ami parmi tant d’autres, qui venait de gagner le duel. Et par un coup de chance ! Car ses deux adversaires luttaient l’un contre l’autre, lui laissant mille fois le temps de leur offrir une mort de flammes et de braises. Au moins, la louve folle était morte. Elle aurait haï voir une deuxième Towa prendre place dans la même pièce qu’elle. Oui, elle était biaisée. Ne faites pas comme si vous ne l’étiez pas non plus. Son visage fatigué était posé contre son poing, dont le coude était calé contre l’accoudoir de sa chaise, alors que son autre bras était affalé contre ses genoux posés l’un sur l’autre. C’était une position qui disait qu’elle n’était pas contente du résultat. C’était une moue qui disait silencieusement à Kyabe que son aventure n’avait été qu’une performance visant à la distraire et qu’elle était déçue. C’était un signe qu’il n’était rien, que ses amis n’étaient rien, et qu’il ne méritait pas cette récompense.

”Mmmh...”

Arrivait alors un de ses moments préférés : le mensonge. La séduction. La manipulation. Comment mouler ce coeur brisé à son aise ? Quelle lumière mettre dans sa vie ? Comment rendre ce petit bout de singe intéressant à ses yeux ? Elle pourrait lui donner une quête terrible et cruelle, tout en lui laissant l’illusion que c’était pour un bien commun ? C’était classique, mais intéressant. Son crâne de lémurien malformé était suffisament creux pour être rempli de ses douces paroles. Il avait été lavé, blanchi, rendu immaculé par ces épreuves. Tout son caractère et sa personnalité, jetées par la fenêtre. Une page blanche, sur laquelle poser sa plume. Il ne doit rien comprendre, à l’heure actuelle. Pourquoi Demigra lui offrait-il de l’argent ? Pourquoi Demigra lui offrait-il un épée ? Que fais-je ici ? Est-ce une dernière illusion ? C’était presque adorable, mais trop pathétique. Elle ne tourna même pas la tête vers la montagne d’or. Elle attendait son moment. Le diable disait laisser la parole à ses autres invitées, et la voilà déjà levé. Towa ne ruinerait pas ce petit plan amusant qu’elle venait de concocter dans sa tête. Alors que ses pieds bandés cachés par son immense robe noire s’avançaient vers cette petite créature si inférieure et si malléable, un petit signe apparut dans son dos, une Shemesh miniature, qui mettait son doigt sur sa bouche pour dire “chut ! laissez-moi faire mon truc !” et qui disparut aussitôt. Impossible que Kyabe puisse la voir, en particulier quand cette femme qui le dépassait de plus d’une tête le fixait de ses pupilles lumineuses. Elle avait abandonné son air fatigué pour adopter la posture d’une juge, sans abandonner le fait qu’elle ne soit pas impressionnée.

”Sais-tu pourquoi tu es ici ?”

Demigra s’est moqué de lui au début de la partie. Puis le soleil l’intimida. Et puis le silence. Enfin, il était face à Demigra, qui appuyait sur le fait qu’il ait tout perdu pour sa victoire. Oui, oui, c’était un pyrrhus parmi tant d’autres. Appuyer dessus ne ferait que le faire pleurer davantage. Non, une vraie tragédie serait de le guider vers un nouveau but, un but dans lequel il croirait, un but qui s’effondrera durant son apogée et qui le fera chuter de bien plus haut encore.

”Non, tu n’as aucune idée de la raison de ta présence en ce lieu. Laisse-moi t’expliquer, car mes camarades ont… sauté quelques étapes.”

Le soleil qui flottait près de son siège, le soleil qui parut tant de fois dans le ciel de la chutelière, s’approcha rapidement d’elle, avant de se transformer dans le creu de sa paume en une masse difforme.

”Nous sommes des dieux, ça tu le sais. Certains s’appellent dieux-démons. Et le soleil qui m’a fait son avatar se nomme bien Shemesh Perditio. Nos méthodes te paraissent injustes, odieuses - malsaines, peut-être ? Mais elles sont bien plus nobles que tu ne le penses.”

Elle plaça son doigt gauche dans la mixture enflammée dans sa main droite, l’agitant un peu.

”Nous t’avons invoqué en ce lieu pour tester les capacités de ton âme. Ta résistance au vice. Ton adresse. Ta vivacité d’esprit. Les coups que ton corps a subit sont réels, mais les apparitions qui se mesurèrent à toi ne l’étaient pas. Scalio et les autres sont toujours vivants, tandis que les êtres les plus odieux comme cette Louve Folle étaient tout simplement… inventés.”

“C’était un rêve, mais tout était vrai”. Tous les impacts émotionnels, tous les coups subis, tout cela était vrai. Mais tout restait un rêve. Après tout, son cher ami Scalio était de nouveau vivant. Et ceux qui n’étaient pas revenus dans le commun des mortels… et bien, ils ne pourraient pas témoigner contre les confortables mensonges de Shemesh qui atténuent tant la douleur sur le coeur de Kyabe.

”En tant que dieux, nos interventions dans le monde des mortels doivent être le moins nombreuses possibles. C’est un point commun avec l’administration de vos civilisations, j’imagine. Mais nous avons besoin d’un champion. Un être qui incarnerait notre justice. Un être capable de mettre un terme à tant d’odieuses incarnations maléfiques qui mirent la vie même en péril. Nous n’avons pas pu intervenir. Mais toi, tu pourrais.”

Et maintenant, cette position avachie que Kyabe avait pu observer au départ ressemblait plus à la fatigue du manque de professionnalisme de ses collègues qu’au manque d’amusement vis-à-vis du résultat du duel.

”Nombreux sont les êtres qui planifient la destruction de leur pairs. Comme cette “Time Patrol”, par exemple, qui cherche à anéantir l’équilibre même de la chronologie. Nous autres ne pouvons pas les arrêter, et c’est pourquoi cette mission revient à toi.”

Le soleil était devenu un anneau, qu’elle enfila sur l’un des doigts de ce jeune guerrier.

”Ceci est un anneau de bénédiction, une marque de nos champions, et une défense contre ces forces mortelles du mal tentant de mettre un terme à l’équilibre qui régit le domaine des mortels. Il t’offre un grand nombre de pouvoirs, que tu découvriras par toi-même. Il t’informera également sur quelles créatures il te faudra porter le coup de grâce avant qu’il ne soit trop tard.”

Un anneau amovible, qui lui donnait des cibles, l’empêchait d’entendre la vérité, et modifiait sa perception de la réalité. Les dires de Shemesh s’en trouvait donc d’autant plus convaincants, à présent. Un soldat à sa guise à qui elle offrirait des gens à meurtrir. L’anneau effacerait petit à petit les émotions de Kyabe, avant de soudainement se briser après quelques années, lui faisant réaliser toutes les horreurs qu’il ait pu commettre.

”Quant au trésor de Demigra ? Et bien, je suppose que tu mérites de profiter des plaisirs mortels avec, jusqu’à ce qu’il soit temps pour ta mission de commencer… Mais ma camarade a peut-être un dernier présent à t’offrir.”

Et elle repartit s’asseoir.
Towa/Mira
Towa/Mira
PNJ
Féminin Age : 80
Date d'inscription : 19/10/2018
Nombre de messages : 39

Château de Demigra - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Château de Demigra   Château de Demigra - Page 2 ClockSam 16 Nov 2019 - 16:11

Les derniers dés avaient été jetés dans un enchainement de meurtres des plus réjouissants. Finalement, le jeu du diable arrivait à sa part la plus intéressante, l’heure de la confrontation entre l’esclave et ses maîtres. Malgré ce dénouement tant attendu, la reine des enfers ne pouvait pas être pleinement satisfaite des résultats des courses, la victoire de Kyabe était une accumulation de d’événements favorables à sa personne. Fuite après effacement, il avait brisé les attentes de la sorcière dans la victoire de Garou, voir de Scalio, eux qui s’étaient assez bien battus pour mériter le cadeau ultime du démon roux. Mais à la place de cela, c’était un gamin crédule qui allait se présenter à eux, quel dommage. Il fallait néanmoins relativiser sur l’ensemble de ce grand projet, le spectacle avait ravi le trio aux plus grands malheurs de ses participants. Car c’était bien pire que la mort qui attendait chacun des habitants du petit village de Thiercelieux ; entre le regret, la haine et la peur, ils avaient tous étés choqués et traumatisés d’une manière ou une autre. Ainsi, et bien plus qu’avec un passage de quelques jours dans l’au-delà, les victimes du jeu seront éternellement changées, maudites par l’énergie noire qui alimentait leur air, leurs repas, leurs sommeils. Tout ceci, ils ne s’en rendaient pas encore tous compte, l’effet était lent, discret, subtil. Ce n’était pas qu’une maladie mentale qui les rognaient, mais bien leurs êtres dans leurs intégralités qui s’étaient modelés aux attentes de Demigra. Et souffrance à venir, elle nourrirait les forces obscures ayant elles-mêmes préparer cette pièce dramatique.

Depuis son retour et contrairement à son compère à la crinière rousse, Towa s’était montrée discrète au possible, tout comme Shemesh. L’on pouvait dire que les scènes se jouant à eux étaient si subversives qu’elles en coupaient la parole… Ou simplement qu’ils n’étaient pas disposés à vouloir discuter de quoi que ce soit. Car la magicienne se retrouvait finalement dans cette seconde catégorie, elle n’avait nullement envie d’énoncer les détails de son plan à l’entité originelle, de peur de voir cette dernière se mêler ou juger une prise de risque trop importante. Bien sûr, il était possible de tergiverser sur la probable omniscience d’un être aussi primaire que le soleil malicieux, mais si tel était le cas, cette dernière n’intervenait pas et respectait donc le choix de la time breaker.

En sa grande qualité de gagnant, Kyabe fut ramené hors de la dimension l’ayant tant affecté. Le pauvre bougre avait perdu toute son innocence, sa crédulité et sa construction mentale. Il avait tué des êtres bons pour sa survie, prouvant aux yeux du monde qu’il n’était lui-même pas un agent du bien. Car les notions de bon ou mauvais étaient subjectives, elles dépendaient de l’avis de chacun et n’avait donc aucune valeur. Néanmoins, l’égoïsme dont avait fait preuve le gamin était-elle reconnaissable et indéniable. Towa avait parfaitement conscience du plan de son collègue ancien et était honoré de l’assister dans cette tâche qu’elle trouvait bien amusante. Le saiyan apparu sur un nouveau siège face au plateau de jeu, il avait été endormi, transposé dans le monde des démons. Il y avait fort à parier que Kyabe ressente une force démoniaque d’une intensité sans commune mesure, il était dans la gueule du loup, et chaque seconde qu’il passait ici menaçait factuellement sa santé mentale. Car en respirant un air aussi impur et en présence de ki si maléfiques, le garçon se retrouvait fumeur passif d’un mal qui n’était pas le sien, mais qui l’habitait.

Demigra fit ses éloges, offrant la plus insignifiante des récompenses à sa victime : De l’or, mais aussi une épée maudite dont la puanteur magique n’avait d’égal que la puissance. Shemesh prit ensuite la parole, interrogeant le gagnant tout en expliquant… l’invraisemblable. La déesse très ancienne fit une présentation déformée de la réalité, renversant l’échiquier avec une grande agilité. A l’aide  de sa métamorphose et d’une discours bien amené, elle présentait la time patrol comme des troubles fait, des menaces à éliminer. C’était intelligent, l’esprit brisé de Kyabe serait un nid parfait pour toute idéologie forte. Donner un objectif à une personne détruite était d’une grande facilité, surtout avec un si bon jeu verbal. Towa admirait le discours avec une certaine admiration, toussotant légèrement à plusieurs reprises. Était-ce des contradictions volontaires ? Non, la maîtresse du temps avait un furieux mal de gorge accompagnée d’un mal de tête terrible. Depuis qu’elle avait réalisé son vœu, la déesse cadette se sentait fiévreuse, brulante, jamais elle ne s’était sentie si mal en si peu de temps. Le long discours de Shemesh était donc une aubaine pour Towa de récupérer un peu ; Aubaine qui ne fut que trop mal exploitée, elle devait maintenant prendre la parole malgré son état qui se dégradait. Heureusement, la magicienne était largement capable de donner quelques efforts, mais après ceux-ci, elle devra se retirer.

Elle afficha un sourire amical, bienveillant et presque maternel envers Kyabe lorsqu’il fut à son tour de parler. Par son vœu avec Shenron et ses capacités oratoires, elle pouvait se permettre d’avoir un jeu d’acteur probant. Il était important de rassurer le garçon pour mieux l’influencer, et dans un rôle tel que celui-ci, Towa allait lui offrir quelques explications enneigées.

« Excuse nos méthodes, mais nous nous sommes inspirés d’un livre qui existe sur Terre. »


Elle saisi alors un ouvrage pour enfant situé sur son accoudoir de fauteuil, c’était un recueil de nouvelles courtes dont faisait partie la fameuse histoire.

« Je ne me suis pas présentée, je me nomme Towa, je suis la maîtresse du temps. »

La lutte de la légitimité du cours du temps était totale encore Chronoa et Towa, mais dans ce lieu et ce contexte, elle n’allait pas hésiter à tordre l’histoire dans son intérêt.

« Malheureusement, ce groupe la patrouille temporelle cherche à modifier le cours du temps en supprimant certains événements. »

Elle afficha alors un air bien plus désolé, comme si sa position affirmée malgré tout une certaine impuissante.

« Comme l’as dit Shemesh, nous ne pouvons pas intervenir comme nous le voulons, et cette organisation cherche de manière égoïste à changer l’histoire dans leurs seuls profits. Accepter cette quête ferait de toi un assistant de nos personnes, un héros des cieux. Mais aussi un être avec un but au-dessus de toute considération égoïste. Nous savons que tu n’as pas eu le choix, mais nous avons senti ta capacité à te battre pour un idéal, c’est en partie une des raisons de ta présence face à nous. Tu as su prendre des décisions pragmatiques et dénuées de sentiments envers d’autres. »

Cette position de bonté naïve n’était pas du naturel de Towa, mais elle s’y illustrait à la perfection. Pour ce qui était des présents en revanche, la déesse n’y avait pas pensé, son mal-être présent ne lui donnait nullement envie de faire un quelconque effort d’imagination. De plus, elle n’était pas capable d’utiliser sa magie pour le moment, elle allait donc s’en remettre à Demigra, toussotant davantage.

« KofKof… Demigra, tu peux continuer. »

Elle se releva un instant pour s’éloigner du groupe d’une démarche aussi naturelle que possible, se dissimulant dans une pièce annexe. Une fois cachée de son rôle d’actrice, elle toussa de nouveau et de manière plus virulente, tachant sa main droite de sang. La sorcière en fut choquée, les conséquences de son vœu la mettait en grand danger, n’allait-elle pas en supporter les conséquences ? Combien de temps restait-il avant que les autres dieux et démons ne remarquent le changement qu’elle avait souhaitée ? Après quelques secondes et en s’essayant la main contre un des murs, elle retourna auprès des autres, prête pour la suite du final.


Kyabe
Kyabe
Saiyan
Masculin Age : 23
Date d'inscription : 30/01/2018
Nombre de messages : 125
Bon ou mauvais ? : Je défendrais ceux qui en ont besoin.
Zénies : 1720

Techniques
Techniques illimitées : Energy Kick / Ki Explosion / Garrick Cannon
Techniques 3/combat : Impulse Rush / Energy Shield
Techniques 1/combat : Big Bang Cannon

Château de Demigra - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Château de Demigra   Château de Demigra - Page 2 ClockDim 17 Nov 2019 - 18:35



"A la toute fin, ils comprennent que nul ne peut échapper au destin ... et maintenant, il est temps d'affronter le tien."

Ainsi parla le Dieu-Démon alors qu’il contemplait d’un œil satisfait le microcosme qu’il avait créé de ses propres mains, a présent dépourvu de toutes les âmes qui aient pu y vivre — si ce n’est une, mais était-elle vraiment indemne ? La tragédie qui avait frappé le village de Thiercelieux était loin d’être indicible, mais le seul témoin de ce carnage encore debout n’était pas en mesure d’en conter les faits. Le désespoir qu’il avait éprouvé à outrance sous toutes ses formes brûlait à jamais au fond de sa rétine, s’était immiscé dans le moindre recoin de son esprit, suivra chacun de ses pas. Quel héros pouvait se revendiquer comme tel après avoir ainsi versé dans le sang, ne serait-ce que pour se défendre contre le mal, ne serait-ce que pour assurer sa propre survie ?

En ce sixième jour, un rideau nuageux s’était levé sur une série de meurtres inéluctables, et il en avait été l’acteur contre sa volonté. Ou avait-il suivi les règles du jeu jusqu’au bout, en réalité ? La réponse a cette question était désormais inaccessible, brisée en mille morceaux en même temps que toutes ses convictions. Quoiqu’il ait pu faire, qu’il s’agisse de protéger les onze autres participants ou de se protéger lui-même, il n’aurait jamais été capable de retarder l’inévitable, de dévier la trajectoire du sort qui leur était promis par le Malin. Dès l’instant où ils avaient posé les pieds dans ce royaume de ténèbres où il régnait en maitre, leurs âmes s’étaient faites siennes, leurs corps s’étaient faits esclaves de sa volonté, leurs pensées s’étaient vues modelées à sa guise ; ils étaient devenus des pions dont il pouvait faire usage et disposer comme bon lui semblait. Et à mesure qu’il déplaçait ces mêmes pions sur son échiquier, la victoire avait fini par lui être donnée ; il avait semé la discorde et le doute dans le cœur des mortels, il avait renversé leur perception de la réalité, il leur avait ouvert les portes du désarroi que la mort elle-même sera à jamais capable de refermer. Et à l’issue de ce drame prodigieux, il avait fini par faire émerger une pièce-maitresse, celle qu’il prévoyait de jouer sur un plateau bien plus vaste et bien plus essentiel encore…

"Que la brume t'enveloppe et que l'illusion se dissipe…"

Le dôme qui recouvrait cette dimension factice éclata en un millier d’éclats de verre au-dessus du déclaré vainqueur, laissant émerger un unique rayon de lumière qui vint nimber la ligne de ses épaules comme si une absolution divine venait de lui être donnée malgré les péchés infâmes qu’il avait été force de commettre. Malheureusement pour lui, ce phénomène n’avait rien d’une grâce accordée par les dieux de ce monde, mais plutôt par des entités impies qui s’octroyaient le droit de faire des mortels de vulgaires pions disposés ça et là sur leur plateau de jeu — un jeu où n’avaient de cesse de s’affronter la vie et la mort, le bien et le mal, les déités et les hommes ; le tout pour leur plus grand plaisir.

"Viens à moi."

Le nouveau champion se sentait si détaché de tout ce qui se passait autour de lui — toute émotion, toute appréhension avait fini par être enfouie, le laissant se résigner sans mot dire à n’importe quel caprice du destin qui se présenterait à lui. Aussi, lorsque l’immense main rougeoyante du Diable traversa l’espace qui le séparait de la réalité pour l’y ramener de force, son corps n’émit aucune résistance et fut dépossédé de son libre-arbitre, sachant inconsciemment que tout acte inconsidéré à l’encontre du maître des lieux pourrait bien lui être fatidique. Lui qui en temps normal aurait lutté pour sa liberté et celles de ses pairs jusqu’à ce que ses forces l’abandonnent, il se trouvait désormais inscrit dans un paradigme au sein duquel sa morale n’avait aucune valeur, où il n’avait pas le moindre droit et la moindre prestance.

A mesure que son corps se voyait emporté dans une profonde torpeur, les évènements de ces derniers jours parurent s’imprimer un peu plus profondément dans sa mémoire, remplaçant peu à peu les précieux souvenirs auxquels il s’efforçait de s’accrocher ; les seuls souvenirs qu’il lui restaient de son maître, de ses camarades, de sa patrie. Il se débattit pour les faire ressurgir au mépris de l’influence qui était exercée sur son cerveau, pour qu’ils ne puissant être tout à fait effacés des confins de son être ; mais il fut contraint de se laisser vaincre par l’enchantement dont il était devenu la victime.





"Alors, bien dormi ?"

Le léger spasme qui engendra son réveil fut accueilli par un rire sardonique qu’il commençait à ne connaitre que trop bien. Mais alors que ses paupières se faisaient de mois en moins lourdes, alors qu’il était confortablement assis sur un fauteuil plus prestigieux que tout ce qu’il ait pu voir dans sa vie, il se trouva dans la regrettable possibilité de mettre un visage sur cette voix emplie de sadisme : le diable nommé Demigra avait une allure aussi majestueuse qu’inquiétante, et de ses sublimes ornements émanaient une prestance indéniable bien qu’indubitablement maléfique. Peu à peu, il se sentit oppressé par une énergie sinistre qui s’insinua dans ses pensées, dans tout son être, comme si des chaines invisibles le contraignaient à se laisser envahir par ce qu’il redoutait et combattait depuis ses plus jeunes années : le château grandiose dans lequel il avait été emmené empestait le Mal lui-même, dans toute sa splendeur et sa perfidie, une force qui depuis la nuit des temps s’opposait à celle qui resplendissait dans le corps du loyal défenseur du Bien.

"Ce n'était qu'un mauvais rêve... mais tout était vrai."

Tout comme lorsque ses funestes présages résonnaient dans tout le village maudit, le justicier déchu se trouva dans l’incapacité de faire le moindre geste aussi longtemps que le discours du Diable parvenait à ses oreilles, envoûté par des paroles pleines de malice qui ravivaient dans son esprit écorché les secondes les plus éprouvantes qu’il ait pu vivre lors du massacre qu’il n’avait su empêcher. Devant lui était installé un plateau de jeu sur une petite table ronde en cèdre ; alors qu’il posait distraitement son regard à sa surface, il put distinguer l’endroit où il avait été confiné et obligé à participer à cette effroyable tuerie dont il était ressorti vainqueur…

"Tu es le grand gagnant de ce jeu, Kyabe. Voici donc tes récompenses."

N’avait-il pas été suffisamment tourmenté, ridiculisé, poussé à commettre des actes aux conséquences impardonnables, pour qu’il lui soit encore rappelé tout ceci s’était bel et bien passé sans nul espoir de retour en arrière ? N’avait-il pas suffisamment enduré d’atrocités, pour qu’en plus de tout cela il lui soit accordé un prestige et des récompenses pour avoir ôté des vies et faillir à protéger ses camarades du terrible destin qui les attendaient ? Voilà qu’on lui offrait une montagne de pièces d’or suffisante pour l’aveugler, et en son centre la plus belle lame qu’il n’ait jamais été donné de contempler. Voilà qu’on le plaçait sur un trône insignifiant d’orgueil et d’abondance, comme si l’on pouvait l’acclamer pour être devenu un bourreau parmi les victimes. Essayait-on de le tourner en ridicule, en pensant que de telles consolations suffiraient à lui faire oublier les supplices qu’il avait dû subir ? Tentait-on de lui faire renoncer à son intégrité, comme si celle-ci n’avait pas été piétinée, sacrifiée, violée de la pire des manières qu’il soit ?

"Bien évidemment, ces petits cadeaux ne sont pas les seuls. Je vais laisser mes deux autres invités se présenter et puis nous passerons enfin aux choses sérieuses."

La quantité d’or qui se profilait sous son regard dépourvu de toute réaction, pourtant faramineuse, ne fit naitre aucun engouement dans son esprit. Même l’épée qui lui était proposée, de la belle ouvrage à première vue, semblait n’avoir aucune valeur à ses yeux. Rien de tout cela n’avait suffit a lui procurer un quelconque émoi tant il était profondément renfermé sur lui-même, tant il se débattait intérieurement contre les démons qui tentaient de s’emparer de sa liberté de conscience.

La scène fut ensuite inondée d’une forte chaleur, mais celle-ci n’avait rien de réconfortant. Comme si le soleil lui-même s’était invité à l’intérieur du château du Diable, la seconde entité qui se présenta à lui était vêtue d’un accoutrement tout aussi fastueux que son confrère. En dépit de ses traits juvéniles, elle semblait avoir vécu depuis la nuit des temps. Elle posa sur lui un regard plein de dédain, mais ce fut à peine s’il s’en préoccupa tant sa conscience œuvrait à préserver le peu de volonté dont on ne l’avait pas encore dépossédé. Elle semblait cependant ennuyée par la tournure des évènements, comme si elle ne tirait aucune réjouissance de le voir ressortir vivant de toutes ces épreuves. Après tout, quel intérêt aurait-elle à promouvoir une telle pièce si celle-ci n’était pas à sa convenance dès le départ ? Mais elle n’était pas celle qui avait inauguré le Jeu du Diable, et son rôle était tout autre…





"Sais-tu pourquoi tu es ici ?"

Si le défenseur à la loyauté entachée pensait être parvenu au bout de ses peines, elles n’en étaient que le commencement. Le ton à peine plus indulgent de Shemesh Perditio n’augurait rien de favorable, quand bien même ses paroles s’efforçaient d’être suffisamment arrangeantes pour qu’on ne puisse deviner le mépris qui en dégoulinait.

"Non, tu n’as aucune idée de la raison de ta présence en ce lieu. Laisse-moi t’expliquer, car mes camarades ont… sauté quelques étapes."

Elle n’avait même pas attendu qu’une réponse soit donnée à sa question. De toute façon, la gorge de son interlocuteur était tant nouée par la terreur que l’on lui infligeait qu’aucun son ne pouvait passer ses lèvres. Quand bien même il n’avait pas encore cédé au désespoir le plus absolu, ce qui se déroulait devant ses yeux avait le pouvoir de susciter la crainte dans le cœur de n’importe quel individu censé — et lui-même n’y échappait pas.

"Nous sommes des dieux, ça tu le sais. Certains s’appellent dieux-démons. Et le soleil qui m’a fait son avatar se nomme bien Shemesh Perditio. Nos méthodes te paraissent injustes, odieuses — malsaines, peut-être ? Mais elles sont bien plus nobles que tu ne le penses."

Si Demigra l’avait promptement recouvert de mérites qui n’avaient que bien peu de sens au regard de ce qu’il avait enduré, le discours de sa complice était empreint d’un machiavélisme plus ignoble encore ; ses intentions étaient bel et bien de renverser une dernière fois le cours des évènements par un habile stratagème qui conforterait le protecteur des opprimés dans le fait que sa vision des choses ait été biaisée dès le début par son besoin naturel de repousser toute menace. Avait-il refusé de considérer les évènements sous un autre angle ? Avait-il ignoré la vérité simplement parce qu’elle ne correspondait pas à sa vérité ?

"Nous t’avons invoqué en ce lieu pour tester les capacités de ton âme. Ta résistance au vice. Ton adresse. Ta vivacité d’esprit. Les coups que ton corps a subi sont réels, mais les apparitions qui se sont mesurées à toi ne l’étaient pas. Scalio et les autres sont toujours vivants, tandis que les êtres les plus odieux comme cette Louve Folle étaient tout simplement… inventés."

"C’était un rêve, mais tout était vrai". Voilà que l’hypothèse qu’il avait nié dès les premières heures s’avérait peut-être vrai. Les chocs émotionnels reçus, les blessures endurées, les souffrances infligées… Tout cela était donc réel. Mais les onze autres participants étaient donc bien vivants à l’heure actuelle et il n’y avait donc aucune inquiétude à se faire à propos de leur bien-être. Toutefois, une part de doute subsistait encore, et elle fut ravivée dès l’instant où son caporal fut mentionné comme un dommage collatéral parmi tant d’autres. Peu importe si ce dernier n’avait été qu’une illusion, il ne pouvait laisser l’inquisitrice salir son nom de ses allégations pernicieuses.

"Ne parlez pas… de mon partenaire comme si de rien n’était…"

Pour la première fois depuis ce qui semblait être des jours, il émit enfin une réaction. Sa voix avait beau être à peine audible, l’animosité qui en émanait prouvait qu’il lui restait encore de la volonté. Mais cette dernière s’était aussitôt vue ébranlée par l’éventualité qu’au final, tout ce qu’il ait vécu depuis sa sortie du Néant ne puisse être qu’un fantasme tandis que son corps était encore à la dérive dans les profondeurs de l’espace-temps.

Peu importe qu’elle l’ait entendu ou non, la proclamée déesse poursuivit son plaidoyer, bien trop désireuse de semer la confusion dans son esprit malléable et profane.

"En tant que dieux, nos interventions dans le monde des mortels doivent être les moins nombreuses possible. C’est un point commun avec l’administration de vos civilisations, j’imagine. Mais nous avons besoin d’un champion. Un être qui incarnerait notre justice. Un être capable de mettre un terme à tant d’odieuses incarnations maléfiques qui mirent la vie même en péril. Nous n’avons pas pu intervenir. Mais toi, tu pourrais."

Leurs regards se croisèrent. Mais il ne l’écoutait plus depuis un moment déjà.

"Nombreux sont les êtres qui planifient la destruction de leurs pairs. Comme cette “Time Patrol”, par exemple, qui cherche à anéantir l’équilibre même de la chronologie. Nous autres ne pouvons pas les arrêter, et c’est pourquoi cette mission revient à toi."

Le soleil qu’elle tenait entre ses doigts, dont il avait tant pu voir la lumière durant son séjour dans le Hameau du Désespoir, se forma en un anneau incandescent qui trouva naturellement sa place à l’un des doigts de sa main gauche, sans qu’il n’ait eu le temps de dire quoique ce soit.

"Ceci est un anneau de bénédiction, une marque de nos champions, et une défense contre ces forces mortelles du mal tentant de mettre un terme à l’équilibre qui régit le domaine des mortels. Il t’offre un grand nombre de pouvoirs, que tu découvriras par toi-même. Il t’informera également sur quelles créatures il te faudra porter le coup de grâce avant qu’il ne soit trop tard."

Son estomac fut pris d’une nausée spasmodique dès que l’anneau fut enfilé à son doigt. Son corps et son esprit avaient beau avoir été anesthésié par le désarroi, son être naturellement bon n’en demeurait pas moins capable de réagir à toute manifestation maléfique à son encontre. Cependant, cette perception avait déjà commencé à s’amoindrir dès l’instant où il avait décidé de franchir le point de non-retour…

"Quant au trésor de Demigra ? Et bien, je suppose que tu mérites de profiter des plaisirs mortels avec, jusqu’à ce qu’il soit temps pour ta mission de commencer… Mais ma camarade a peut-être un dernier présent à t’offrir."

L’incarnation du soleil s’éclipsa après avoir terminé sa déclaration, visiblement satisfaite d’avoir accompli à merveille le rôle qu’elle s’était attribuée. Dans son ombre, une silhouette émergea alors et prit la forme d’une troisième entité à l’apparat très séduisant, presque intimidant, bien qu’il resplendissait une curieuse bienveillance sur son visage. Était-ce bien sincère, cette fois-ci, ou encore une preuve de pitié dont le jeune capitaine se passerait volontiers ? Il resta silencieux face à ce que la sorcière à la peau bleutée avait à lui dire d’un ton réconfortant.

"Excuse nos méthodes, mais nous nous sommes inspirés d’un livre qui existe sur Terre."

Joignant le geste à la parole, elle se saisit d’un ouvrage posé sur l’accoudoir du fauteuil sur lequel elle s’était assise. La couverture était semblable à celle que les contes pour enfants arboraient, comme le héros déchu avait pu en lire lorsqu’il n’était lui-même qu’un petit garçon curieux du monde qui l’entourait et épris de légendes contant les exploits de ses ancêtres d’un autre temps défendant les faibles et les innocents. Le Jeu du Diable avait donc été inspiré par une légende terrienne ? Voilà qui était bien surprenant…

"Je ne me suis pas présentée : je me nomme Towa, je suis la maîtresse du temps. Malheureusement, ce groupe, la Patrouille Temporelle, cherche à modifier le cours du temps en supprimant certains événements."

La Patrouille du Temps… Un nom qui, en temps normal, n’évoquait rien de particulièrement menaçant pour n’importe quel esprit doté d’un minimum de bon sens : bien au contraire il y avait derrière une telle dénomination une idée de protection, de sauvegarde et de préservation — un objectif bien noble qu’il convenait d’encourager. Mais le discernement du pacifiste était continuellement mis à l’épreuve par trois forces millénaires qui n’avaient aucun mal à fouiller le cœur et l’esprit de n’importe quel mortel, capables de le guider hors du chemin qu’il s’était lui-même tracé. Il avait beau s’accrocher fermement à son vécu et a son expérience, le fait qu’il n’ait pas cherché a envisager le cours des choses d’une façon qui différait de la sienne l’incitait peu à peu à baisser sa garde, ne serait-ce que pour peut-être entrevoir un fragment de réponse aux questions qui le hantaient continuellement depuis son échappée du Néant. Depuis le début, il se trompait donc d’ennemi ?

"Comme l’a dit Shemesh, nous ne pouvons pas intervenir comme nous le voulons, et cette organisation cherche de manière égoïste à changer l’histoire dans leur seul profit. Accepter cette quête ferait de toi un assistant de nos personnes, un héros des cieux. Mais aussi un être avec un but au-dessus de toute considération égoïste. Nous savons que tu n’as pas eu le choix, mais nous avons senti ta capacité à te battre pour un idéal, c’est en partie une des raisons de ta présence face à nous. Tu as su prendre des décisions pragmatiques et dénuées de sentiments envers d’autres."

Peut-être qu’il y avait un fond de vérité dans l’argumentation de ces êtres d’une autre dimension, aussi démoniaques soient-ils. Peut-être que leur clairvoyance pourrait lui apporter un début de réponse. Peut-être que sa façon de défendre le bien n’était pas la bonne… Peut-être même que ce qui était « bon » et ce qui était « mauvais » n’était ni tout noir ni tout blanc, et qu’il existait entre les deux une ambiguïté morale inévitable à laquelle il se refusait avec fougue depuis toujours. S’il acceptait d’être leur avatar, qu’allait-il advenir de ce en quoi il avait toujours cru ? S’il devenait leur messager, lui sera-t-il possible de devenir un défenseur plus légitime, doté d’une grande lucidité, en mesure de prendre de meilleures décisions face à l’adversité ? Les traces dans lesquelles il marchait dès son plus jeune âge ne lui semblait pas être mauvaises, mais il lui fallait réaliser à quel point il manquait de recul et de sagacité quant à ce qui formait cet univers qu’il s’était juré de protéger jusqu’à son dernier souffle…

"Kof, Kof… Demigra, tu peux continuer."

Alors qu’elle semblait vouloir continuer sur sa lancée, elle se trouva comme troublée et s’absenta un instant derrière l’un des épais rideaux qui bordaient la somptueuse pièce dans laquelle ils se trouvaient tous les quatre. Son retour fut tout aussi rapide, mais les raisons de cette soudaine interruption ne furent pas interrogées par la conscience de leur interlocuteur, dont le regard jusque-là dénué de toute lueur parut moins absent que lorsqu’il avait été convoqué en ces lieux. Avait-il perdu la bataille qui faisait rage au fond de lui ? Avait-il vu ses derniers retranchements s’effondrer ? S’était-il finalement accommodé de la crise existentielle qui l’avait heurté jusqu’aux tréfonds de son âme ? Nul ne saurait se prononcer pour l’instant tant son expression était insondable, paisible comme la surface d'un lac une fois les ondulations effacées et le calme revenu.





Cependant, un soupir vint complimenter le silence qui s’était installé depuis que les trois Dieux-Démons avaient pris la parole pour convaincre le vainqueur de leur jeu de se joindre à leur cause. Son corps engourdi se leva enfin, libéré des chaines métaphoriques qui l’entravaient. Ses jambes, l’une après l’autre, l’amenèrent jusque devant le trésor qui lui revenait de droit, jusqu’à la lame splendide qui lui était décernée en récompense des atrocités qu’il avait subi et fait subir, comme pour l’encourager sur ce chemin funeste.

Absolument vulnérable, tournant le dos à ceux et celles qui s’étaient emparé de son être et qui l’avaient réduit à un état bien pitoyable, son bras décrivit un geste feint dans les airs, et réduisit lentement l’espace qui séparait sa main du pommeau de l’épée maudite…
Demigra
Demigra
Demon
Masculin Age : 23
Date d'inscription : 22/11/2015
Nombre de messages : 301
Bon ou mauvais ? : Chaotique Mauvais
Zénies : 1000

Techniques
Techniques illimitées : Chaînes du temps, Illusion, Flèche assaisonnée
Techniques 3/combat : Brèche temporaire, Influence démoniaque
Techniques 1/combat : Corruption maléfique

Château de Demigra - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Château de Demigra   Château de Demigra - Page 2 ClockMar 26 Nov 2019 - 19:06
Que ce soit devant ou derrière le voile du mensonge, la vérité n'est jamais complètement révélée sous tous ses angles. Manipulé, persécuté et horrifié, l'être brisé se retrouvait à l’extrême limite : le précipice de la folie. Il suffisait d'un petit coup de pouce, ne serait-ce qu'un simple souffle... pour le faire basculer à tout jamais. Kyabe, toi qui protégeait les autres par le passé, toi qui dévouait ton existence à traîner les criminels en justice... tu es devenu exactement ce que tu pourchassais : un meurtrier. Pire encore, un être irresponsable qui continue de se chercher des excuses. Au fond de toi, tu le savais ; tout cela ne pouvait pas vraiment être un rêve. Cela semblait bien de trop réel et pourtant... tu demeurais toujours et encore incapable d'assumer tes décisions passées. Le sang à coulé et tes mains en seront à jamais salies. Tu espères un jour recevoir la chance d'une éventuelle rédemption et c'est pour cela que tu t'accroches encore à la raison...

« Bien, venons-en aux choses sérieuses. »

… mais au fond, tu le savais. Dans l'effroi, dans ta stupeur, au plus profond de ta conscience, tu t’efforçais d'ignorer cet état de fait : cet endroit respire le vice. Tu crains d'être corrompu à ton tour en restant ici alors tu te contentes d’acquiescer sagement comme un enfant en espérant que ton âme échappera à l'enfer qu'elle mérite désormais. Ton honneur de justicier est souillé à tout jamais car tu t'es battu pour ta propre survie plutôt que celle des innocents. Au final, tu n'auras su protéger personne si ce n'est que ta misérable existence. Ta conscience te le rappelle à chaque instant dans cet endroit aussi sinistre que le néant. Tout ce qu'il te restait à faire à présent, c'était d'accepter la réalité et de prendre la récompense qui te revenait de droit.

« Il existe en cet univers une menace bien plus dangereuse que cette Time Patrol et leurs acolytes qui s'amusent à jouer les magiciens du temps. Un être plus puissant et plus ambitieux existe réellement. Il s'appelle Auros et son objectif est de s'accaparer les pouvoirs des divins pour contrôler l'histoire à sa guise et ainsi contrôler... absolument tout. »

Le ton de sa voix se faisait plutôt grave. Cette fois-ci, cet étrange sorcier aux cheveux roux semblait plutôt sincère dans ses propos qui attisaient l'inquiétude. Peut-être qu'il ne disait pas exactement tout mais il ne mentait clairement pas lorsqu'il parlait d'une menace suffisamment dangereuse pour parvenir à un objectif aussi fou qu'irréalisable... en apparence tout du moins car rien n'était véritablement impossible pour ceux qui se donnait les moyens d'y parvenir, quitte à tout sacrifier si c'est nécessaire.

« Nos univers tel que tu les connais aujourd'hui et ceux qui existeront dans le futur sont tous en proie à une menace imminente. Malheureusement, les dieux ne peuvent intervenir d'avantage car il appartient aux humains de régler les problèmes des humains. Tels sont nos lois et nous ne pouvons nous permettre de les transgresser plus que nous ne l'avons fait jusqu'à présent. »

Alors ce « jeu du loup garou » aurait été une épreuve ? Un Survival Game qui jugeait non seulement du cœur mais aussi des capacités de chaque participant ? Même encore maintenant, il était difficile de dire si une telle idée était parfaitement ingénieuse ou incroyablement stupide. Le pauvre jeune homme était encore en état de choc mais il était bien conscient que le danger était réel et qu'il ne pouvait pas être ignoré. Et puis, même en admettant que le doute avait germé dans son esprit, pouvait-il vraiment tourner le dos face à cette menace imminente alors qu'elle s’apprêtait à condamner des milliers d'innocents ? Non, impossible qu'un être aussi bon puisse les abandonner aussi lâchement... à moins que quelque chose ai changé en lui, qui sait ?

« De ce fait, je vais t’apposer la marque de mon pouvoir. Lorsque le moment sera venu, je te prêterais une infime partie de ma puissance et te guiderait vers ce mécréant qui projette de mettre en péril l'existence même de nos mondes. »

Tel un dieu bienveillant qui demandait de l'aide à un héros, élu d'une prophétie vieille de plusieurs centaines d'années, le Malin continuait de tirer les ficelles et continuait ainsi d'emmêler les lignes temporelles. Alors qu'il tendait la main pour transmettre une infime part de son essence vitale à ce nouvel invité, nous en arrivions alors à un point de non-retour. Dans les jours qui viendront, la réalité sera très bientôt remodelée et les événements qui s'ensuivront ne pourront plus jamais être altérés. Même si ce choix demeurait difficile à faire à l'heure actuelle, l'élu qui avait survécu à l'épreuve de Thiercelieux avait tout intérêt d'avancer vers la voie qui lui était tracée s'il voulait espérer avoir une incidence positive sur les événements qui allaient suivre celui-ci.

Après-tout, il n'allait pas laisser l'histoire se répéter, si ?

« Si vous n'avez rien à ajouter, la sortie est ici. »

Et cette fois-ci, il s'adressait à l'ensemble de ses invités...presque. Chacun était libre de rester dans ce sinistre château ou alors d'emprunter le portail temporel qui venait d’apparaître juste devant l'ancienne porte en bois qui prenait poussière. Toutefois, l'ensorceleur lançait un regard plus sérieux qu'à son habitude. C'était soudain mais à en juger par son attitude, il ne tenait pas à ce que Towa s'en aille tout de suite et cette dernière avait sûrement déjà deviné de quoi est-ce qu'il s'agissait. Absorber une aussi grande quantité de pouvoir était évidemment néfaste pour un réceptacle aussi fragile qu'une enveloppe charnelle, surtout lorsqu'il s'agissait des pouvoirs des divins mais ne nous attardons pas sur le sujet. Les prochains dés seront bientôt lancés. Une fois de plus, la destiné de chacun se retrouvera de nouveau chamboulée... mais cette fois, n'allez pas dire que vous ne pourrez rien y faire car la solution est toujours là ou on ne s’attend jamais à la trouver.
Shemesh Perditio
Shemesh Perditio
Autres Races
Féminin Age : 17
Date d'inscription : 07/05/2018
Nombre de messages : 171
Bon ou mauvais ? : Héréditairement Mauvaise
Zénies : 1160

Techniques
Techniques illimitées : Obélisque / Barrières du Karma / Création
Techniques 3/combat : Douze Plaies / Transformation
Techniques 1/combat : Cataclysme

Château de Demigra - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Château de Demigra   Château de Demigra - Page 2 ClockLun 2 Déc 2019 - 23:41
“Time Patrol” est une suite de deux mots anglais, un langage terrien quelque peu oublié de nos jours. Les humains reconnaissent sans problème la signification de ce terme provenant d’un parler perdu. Cependant, les Saiyen n’étaient pas capable de savoir naturellement la signification de ce groupe nominal ayant pris racine dans une langue ayant cessé officieusement d’exister. Un guerrier rachitique d’une dimension externe à celle où Shemesh se trouvait et nouvellement apparu dans le même plan de la réalité qu’elle n’avait aucun moyen de savoir ce que “Time Patrol” pouvait signifier. C’était un salmigondis de syllabes et des consonnes estropiées. Il ne pouvait donc savoir si c’était quelque chose de bon ou de mauvais, mais les vivants étaient atteints d’une peur irrationnelle de l’inconnu. Ce langage eldritch ne pouvait désigner que l’horreur apportée par un groupe malveillant et mystérieux. Et c’est que cette catin bleue en justaucorps ridicule décida de traduire le nom de son groupe d’ennemis. Accoudée sur le siège de Demigra, elle plaça la phalange de son index droit sur ses lèvres sans trahir ses sentiments, adoptant une pose de réflexion, préférant se mordre sa peau bandée sans que personne ne puisse le voir plutôt que de laisser sa frustration se déverser sur cette sotte qui laissait le mot protecteur et bienveillant de “Patrouille” atteindre les oreilles de cet être malformé qu’était Kyabe. Elle n’avait aucune idée de comment manipuler les esprits légèrement plus intelligents que son gorille de compagnie. Toutes les erreurs de son petit scénario improvisé risquaient d’être brisés comme les rêves de ce lémurien.

”T҉̮̙̞̠͎̭n̗͔̳͈͚͉̗ȩ̜̼̪̞̫̘ͅṃ̲m̪̖̦̘̟̟͕͠o̷͓̠̠̯̭c͏͍̠̙̹̭͓̗ ̝͖u̥͔̳͔̰t͚̮͟-͉s̩̳̫͞e̷ ͎̩͖̕e̛u̢͓̪n͏̪̬̝e͇̩v̺̣͎̮r̟͈̻ap͞ ̢̮̫̥̯͍̲ͅà̖͖̫ ͓̪͉̯̠͎̲r̨̩̼̟i̹n҉e͈̗̤͕͖̹ͅv͓̞͓̣͎͘ͅe̵̗͍d̙̠͎̦̣ ̶̬̙͙̖̜͍͈e̡̟̜̹t̤neg̣̣̩͚é̜͎͜r̜̳̗̖̫ͅ ̸̞s͕͖̖͔͔̱ęd̷̺̰̲̱ ҉̜͚̪s̗r̘̺̣̲̕e̼̯̯̺f͔͜n͓̠e̺̳̪ ͔̯̲͎̺͜?͙͔̺̮͈͍̠”

Elle regardait Kyabe en murmurant ses paroles, mais elles ne lui étaient pas destinées. Un autre langage archaïque même pour les éternels venait de siffler entre ses dents pour échapper à ses lèvres et glacer la nuque de la magicienne temporelle quand bien même il y avait quelques mètres pour les séparer. Si ce n’était pas ça qui la fit alors manquer de vomir ses poumons sur place, c’était les plans qu’elle avait en tête et qui se retournaient contre elles. Shemesh n’était pas bien impressionnée par les idées de Demigra et de sa chienne. En fait, elle trouvait ça… classique. Trop grande échelle. Elle était suffisamment contente de simplement pousser un seul individu vers une ascension qui troublerait les vies de tous ses pairs. Une pichenette initiale, en quelque sorte. L’un de ses yeux suivit Towa durant sa sortie de la pièce, l’autre fixait toujours Kyabe, leurs iris scintillant malgré la lueur des chandeliers et bougies ornant la pièce du Diable. Ce dernier tentait difficilement de raccorder l’orchestre rendu chaotique par l’intervention de la succube, énonçant un dénommé Auros qui cherchait à s'accaparer les pouvoirs des dieux pour parvenir à ses fins… Ce n’était pas la première fois qu’elle entendait quelque chose de la sorte. Généralement, ils finissaient dieux eux-mêmes. C’était comme cela que les rangs divins grossissaient, au fur et à mesure que davantage d’infini universel était créé pour accueillir toutes ces grosses têtes séraphiques. Ils plaçaient leurs idéaux sur une planète et les laissaient croître et fleurir, et une nouvelle race naissait. Et ils recommençaient, quelques milliards d’années plus tard. Parfois, des espèces naissaient sans dieu, et étaient récupérées par plusieurs démiurges qui se disputaient la garde de ces civilisations comme des parents récemment divorcés. Enfin… s’il était si problématique, Demigra l’aurait attaqué lui-même. C’était probablement un autre plan pour faire souffrir Kyabe. Il n’était pas complètement brisé…

”Avant de nous quitter, Kyabe, ton anneau t’offre quelques capacités qui te seront fortes utiles durant ta mission. Des piliers de lumière sacrée provenant du ciel pour s’écraser sur tes ennemis et ainsi les châtier, par exemple.”

Elle avait dit cela avec ses deux pupilles rivées dans celles de Kyabe, se redressant sur sa chaise alors que ce dernier avançait comme un mort-vivant vers le tas de pièce. L’anneau n’était pas capable de simplement faire quelques rayons magiques, non. C’était véritablement une lumière angélique qui pouvait être créé entre le creu de ses mains. Certains mentons seraient peut-être grattés à l’idée qu’une déesse du mal puisse offrir des pouvoirs si purs à un mortel… mais Lucifer n’était-il pas un ange avant de devenir un roi des enfers ? Une fiole d’eau bénite n’avait qu’à être bousculée et renversée pour se briser et se laisser corrompre par les bactéries terriennes et la saletée impure du sol. Ou… dans des termes que vous reconnaîtrez probablement : “La folie est très semblable à la gravité : il ne faut qu’une petite poussée”. Kyabe pouvait avoir les pouvoirs les plus séraphiques possibles et les idéaux les plus idéalistes possibles, il resterait un homme de main du Diable. Shemesh se leva de son siège, caressa ses cheveux afin de les repousser le long de sa nuque et songea à partir comme le conseillait son hôte. Après tout, leurs plans amateurs n’étaient pas les siens. Elle ne serait qu’observatrice du chaos qu’ils déclencheraient. Cependant, elle remarqua que la longue marche du singe vers son butin n’était pas encore terminée, et préféra voir le résultat de leur petit jeu de diables.

”Allons, n’ai pas peur ! La lame de notre champion ne peut le blesser. Elle tira comme un gant.”
Towa/Mira
Towa/Mira
PNJ
Féminin Age : 80
Date d'inscription : 19/10/2018
Nombre de messages : 39

Château de Demigra - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Château de Demigra   Château de Demigra - Page 2 ClockMar 3 Déc 2019 - 18:58
Revenue de sa courte absence, la sorcière observait, dans une discrète assurée les premières marques que la présence de Kyabe en ce lieu maudit avait pu lui laisser. Ce garçon voyait son esprit retourné, perturbé par les événements tragiques qu’il venait de vivre mêlé à un double jeu simulé de ceux qui se prétendaient en fait bons. La réalité était bien cruelle et le saiyan en était écarté à mesure qu’il s’approchait des lingots et pièces dorées qu’il avait remporté.  Le scénario était placé : Il devait combattre la time patrol, la patrouille temporelle, ceux qui naviguaient dans le temps pour modifier le monde à leur image. Cependant, telle une vipère bien peu dissimulée, cette impolie Shemesh que Towa s’obstinait à respecter par son salut vint lancer ses piques. Usant d’une langue ancienne, la déesse fondamentale se plaignait, semble-t ’il, du jeu d’acteur de sa camarade des enfers, remettant en cause l’obtention de son titre. Quelle honte ! Alors qu’elle travaillait dans les pires conditions, la pauvre maîtresse du temps se retrouvait jugée par une erreur dont elle n’avait pas l’origine. Que diable avait bien pu déplaire à cette invitée malpolie ? Le discours au sujet de la patrouille temporelle ? C’était difficile à dire et la rivale de Chronoa n’avait nullement le temps de s’intéresser à sa propre prestation. Usant de moyens magiques simples, elle communiqua directement à son interlocutrice par une remarque autrement plus concise.


« Quelle bassesse. »



Oui, ce n’était pas de la sorte que Shemesh allait arranger ce scénario qu’elle voulait tant contrôler. Surtout que la source de la remarque était stupide. Dans l’univers galactique, il n’y avait que quelques langues, si tous les participants du jeu du diable ont pu communiquer ensemble, c’est bien qu’ils se comprenaient tous. (Puis sans rentrer dans les détails, narration de LVK : Si tu commences à comparer la vraie vie avec Dragon Ball ou il n’y a qu’une langue sur Terre, on n’est pas rendus.)

Peut être bien que l’omniscience de l’ancienne ne lui eût pas permise de savoir que les participants se comprenaient, c’était une erreur acceptable dans la mesure ou elle n’affectait pas le plan. Heureusement par la suite Demigra fit une nouvelle élocution charmante, plaçant sur le devant de la scène le début et la fin d’une nouvelle ère. Deux acteurs allaient s’entremêler : L’aveugle Kyabe contre le terrible Auros, maître du mal. C’était un beau scénario qui sonnait juste pour celui qui n’avait plus guère matière à penser. Après les bonnes paroles du maître des lieux, Towa se permit d’ajouter quelques détails au sujet de cette mission.


« N’oublie pas que tu représentes le bouclier de cet univers ainsi que celui de l'univers dont tu proviens. Si Auros parvient à détruire le monde, il n’en sera pas satisfait et s’attaquera certainement à un prochain dans un véritable cycle de mort. »



Il était important de faire jouer une nouvelle fois les sentiments du grand gagnant du jeu du diable pour l’influencer dans sa croisade contre le « mal ». L’idée de sauver deux fois plus de vies était un facteur supplémentaire à ajouter à la tempête qui devait frapper l’homme brisé ramassant lentement l’épée maudite…
Kyabe
Kyabe
Saiyan
Masculin Age : 23
Date d'inscription : 30/01/2018
Nombre de messages : 125
Bon ou mauvais ? : Je défendrais ceux qui en ont besoin.
Zénies : 1720

Techniques
Techniques illimitées : Energy Kick / Ki Explosion / Garrick Cannon
Techniques 3/combat : Impulse Rush / Energy Shield
Techniques 1/combat : Big Bang Cannon

Château de Demigra - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Château de Demigra   Château de Demigra - Page 2 ClockMar 24 Déc 2019 - 1:10
Lentement… Le justicier fit quelques pas vers l’avant. Dans ses mains jointes était fermement tenue l’épée maudite qui lui avait été offerte, et dans son regard se reflétaient les visages des trois dieux-démons face à qui il se tenait sans mot dire. Atteint dans son intégrité, ramené plus bas que terre, sa seule échappatoire pour rester vivant était donc de se soumettre à leur domination et obéir à leurs ordres jusqu’à la fin des temps ? Qu’ils l’aient enlevé, torturé et anéanti n’avait donc pas été suffisant pour soulager leur ennui ? Il lui était désormais impensable de reprendre le contrôle sur sa propre destinée ; tout espoir de retrouver une vie normale lui avait été ôté dès l’instant où ils l’avaient arraché à son existence et qu’ils avaient fait de lui un candidat idéal au service de leurs intérêts. Ainsi, il sut que franchir le point de non-retour était devenu inévitable… et comprit ce qu’il lui restait à faire.

Sa main fut tendue en direction de celle du Diable, comme pour sceller l’accord qu’il se réjouissait de lui imposer en guise de victoire indiscutable… Mais alors que le Malin finissait d’apposer la marque de son pouvoir dans l’esprit de son nouveau champion, la silhouette de ce dernier parut s’évanouir un bref instant. Comme si l’indolence dans ses mouvements, comme si son abdication sans la moindre protestation, comme si sa présence elle-même n’avait été qu’un mensonge… L’extrémité d’une lame se mit à luire, décrivant une courbe qui vint brûler le fond de la rétine de ceux qui avaient eu l’audace de garder les yeux grands ouverts...

Et avant que qui que ce soit n’ait pu avoir le temps de la suivre du regard…

… elle s’était déjà enfoncée dans le buste du démon que l’on nomme Demigra !





Le rictus moqueur sur le visage du Malin se figea aussitôt, incapable de laisser échapper le moindre râle alors que le métal froid glissait au fond de ses entrailles brûlantes, comme si le cours des secondes s’était interrompu en même temps que les battements de son cœur…


Château de Demigra - Page 2 Blood_2a


Ce furent tout d’abord quelques gouttes éparses, puis de plus en plus abondantes, qui dégoulinèrent jusqu’à se répandre entre les interstices des dalles… avant que les traits du Diable en personne ne se déforment soudainement en une grimace douloureuse tandis que ses poumons éclataient en une gerbe rouge sang ! Stupéfait, il eut un brusque mouvement de recul, s’appuyant sur son sceptre pour tenter de se dégager de l’emprise de la lame ; mais celle-ci avait déjà commencé à dévorer son énergie maléfique, comme un prédateur affamé éviderait lentement sa proie pour son seul plaisir. L’ironie du sort avait voulu que Demigra soit le premier à périr de la main du formidable pouvoir qu’il avait confié à son esclave ; supposé réduire à néant toutes les menaces qui s’opposeraient à lui !


Château de Demigra - Page 2 Blood_2b


Les pupilles écarquillées du Malin roulèrent dans leurs orbites. Cet insignifiant était-il possédé par la lame maudite, ou agissait-il de lui-même ? Son regard — mais était-ce vraiment le sien ? — auparavant éteint brûlait avec la rancœur d’un véritable monstre émergeant des cauchemars les plus terrifiants ; ses prunelles luisaient à la simple pensée de se venger de ses tortionnaires en leur rendant tous les supplices que non seulement lui mais les douze autres participants avaient dû endurer, forcés de renier leurs principes et de s’entretuer jusqu’à ce qu’un seul d’entre eux puisse encore rester debout, le corps indemne mais l’esprit traumatisé pour toujours. Maintenant qu’il tenait entre ses doigts ces démons arrogants pour qui la vie des mortels n’avait que peu de valeur, l’effroi qui enserrait son cœur s’était mué en une jubilation malsaine — car désormais, les rôles étaient inversés ; la victime s’était changée en bourreau et les bourreaux allaient devenir les victimes, le Bien était devenu le Mal et le mal était devenu le bien… Le temps était venu pour le héros anéanti de les détrôner de leur omnipotence là où tous ses compagnons d’infortune avaient échoué, et leur faire subir une humiliation plus grande encore que celle qu’ils lui avaient infligée — celle d’être vaincus et trainés dans la déchéance par l’un de ces misérables mortels qu’ils méprisaient tant !

Le corps du Diable s’écroula vers l’avant alors que la lame s’imprégnait toujours plus de son âme, assombrissant les veines de son détenteur tandis que ses doigts étaient toujours plus douloureusement serrés à sa garde. D’un seul coup, ce dernier la retira brusquement de là où elle avait été précipitée… et avec elle jaillirent sans retenue les viscères jusque-là entassées dans son estomac, comme si elles avaient fini par déborder après que ce dernier ait été bien trop rempli !


Château de Demigra - Page 2 Blood_1a


Mais une telle scène, aussi perturbante soit-elle, ne fut pas suffisamment choquante pour le tirer de l’obsession morbide qui était en train d’envahir son esprit. Non, cela ne suffisait pas… Cela ne suffisait pas, rien ne saurait suffire ! Ils avaient piétiné son honneur, ils l’avaient dépossédé de son identité, ils lui avaient fait connaitre une souffrance insensée, au point que celle-ci ait fini par inhiber tout discernement moral en lui… Après tout, pourquoi s’évertuer à vouloir faire le bien autour de soi alors qu’il est si simple de s’adonner à la violence la plus brutale, de libérer ses pulsions les plus sordides, de rendre les coups et d’en donner sans avoir à assumer une seule seconde des conséquences de ses actes ? N’était-ce pas ce que ces dieux-démons s’était permis de faire , en prenant autant de plaisir à s’amuser de ses peurs les plus irrationnelles et se délecter de son désespoir ? N’est-ce pas ce qui ferait enfin de lui un véritable saiyan ?

Alors sans plus attendre, ses jambes se plièrent, ses muscles se contractèrent et il s’élança vers l’avant, de nouveau capable de se mouvoir librement dans les airs… Une prodigieuse aura dorée étincela jusqu’à l’envelopper dans un manteau de chaleur qui déforma tout autour de ses poings… Un sifflement retentit et la lumière vint gicler sur l’acier de la lame, qui décrivit à nouveau un mouvement transversal comme si elle venait de découper le temps et l’espace… et alors que le Diable eut la sensation d’avoir le souffle coupé, ce fut sa tête qui se détacha de ses épaules jusqu’à tomber en un éclatement rouge sur le blanc immaculé des dalles !


Château de Demigra - Page 2 Blood_1b


Le silence submergea aussitôt la salle après que la tête du Sorcier se soit mise à rouler, arrêtant sa course aux pieds du plateau de jeu qu’il avait mis tant de temps à mettre en place. Son corps gisait désormais à terre sans la moindre convulsion, étranglé par une peur qu’il n’avait pas eu le temps de saisir ni de comprendre, se noyant dans son propre sang comme s’il n’était plus qu’une créature mortelle en ce bas monde. En l’espace de quelques minutes à peine, il ne restait plus grand-chose de la menace que représentait le démon que l’on nommait Demigra — il avait rencontré une mort aussi inattendue que violente, sans même avoir senti de douleur ne serait-ce qu’une seule seconde…

Le pacifiste devenu meurtrier ne pouvait fermer les yeux, une effrayante contraction les tenait grand ouverts pour ne plus chercher à fuir ce qu’il était en train de devenir. Il contempla le corps ensanglanté et décapité à ses pieds, muet et froid, ne pouvant se rassasier du spectacle tragique dont il s’était donné le rôle principal…

Sa tête se redressa avec nonchalance, avant que son regard chargé de ressentiment n’écrase les deux autres dieux-démons. Aucun mot n’avait passé ses lèvres depuis qu’il avait monté les premières marches de son insurrection, mais la fureur qui embrasait tous ses gestes parlait d’elle-même. Cette démence était pourtant ce qu’ils avaient tous les trois suscité en lui ; un aveu de faiblesse morale en guise de défaite, un renoncement à tout bon sens et à toute loyauté, l’abandon de toute dignité, la certitude que l’un des plus fidèles représentants du Bien ait tourné le dos à ses convictions et embrassé la vérité pathétique qu’ils avaient réécrit à leur gré — le tout sans la moindre insoumission apparente, si ce n’était les dernières défenses de son esprit qui tardaient à céder à leur influence.

Cependant, la dénommée Towa eut l’air affolé alors que son champion se tournait vers elle, avec un sourire que l’on pourrait qualifier de dérangeant sur le visage alors qu’il observait non sans une certaine satisfaction le massacre inhumain qu’il venait de commettre. Son visage déjà blême devint livide lorsqu’elle sentit sa gorge se serrer, puis manquer d’air à mesure qu’il se rapprochait d’elle, seconde après seconde, si rapidement que le concept même de distance semblait avoir été réduit à néant. Sa poitrine voluptueuse se souleva en un hoquet de stupeur avant qu’elle n’entende son épiderme s’écorcher lentement, très lentement dans un gargouillis horrifiant pour laisser l’acier de la lame s’insinuer entre ses organes comme l’on mordrait dans la pulpe d’un fruit bien mûr — jusqu’à en disloquer le cœur en plusieurs morceaux !

Château de Demigra - Page 2 Bite

Un craquement insoutenable retentit dans toute la pièce, suivi d’un gémissement de terreur qui vint aussitôt s’étouffer dans la gorge qui l’avait laissé s’échapper. Mais son corps convulsionné était déjà devenu inerte, impassiblement maintenu à la jugulaire pour ne pas lui laisser la moindre chance de se démener. Elle se débattit de toutes ses forces ; en vain, son énergie vitale avait déjà été ingurgitée et engloutie par la dévoreuse d’âmes, noircissant toujours plus les avant-bras et le cœur de son possesseur. Ses extrémités se refroidirent à une allure affolante tandis que l’épée maudite finissait de l’éviscérer, laissant sur son visage une hébétude aussi délicate que glaçante comme seule rémanence du supplice atroce qu’elle était en train de vivre à son tour ; forcée d’assister au meurtre de ses semblables ainsi qu’à son propre trépas, absolument impuissante face à une force dépassant toute logique, brutale, impitoyable, inévitable.

Ses nerfs se relâchèrent d’un seul coup et elle s’effondra à terre, prostrée, agonisante, morte. La lame fut retirée de son buste sans la moindre décence, laissant dans son sillage une épaisse trainée visqueuse et sanguinolente… avant d’être levée en direction de sa prochaine et dernière victime.

Mais Shemesh Perditio, contrairement à ses deux acolytes, n’éprouvait aucune crainte de quelconque sorte face au monstre de colère sourde qui venait de tuer de sang-froid deux entités supérieures par seule puissance de sa rage. L’arrogance et le mépris qu’elle vouait à l’encontre du protagoniste du Jeu du Diable étaient tels que, s’imaginant intouchable par la main de ce mortel qu’elle s’étant tant plu à persécuter, elle avait abaissé sa garde… si bien que lorsque celle-ci fut transpercée de part en part en même temps que son abdomen, elle ne put qu’émettre un râle d’agonie — cette même angoisse qu’elle cherchait désespérément dans le regard et les hurlements de ses propres victimes ! Nerveusement, elle éclata d’un rire empli de cruauté, ce qui fut suffisant pour déstabiliser son opposant une seconde durant ; une seconde qui suffit à l’Inquisitrice pour tenter de renverser la situation à son avantage, s’apprêtant à faire se briser ses os comme elle briserait une statue de marbre. Mais une gerbe de sang et de bile jaillit de ses lèvres tandis que ses oreilles étaient envahies par le son du battement de son propre cœur faiblissant à ses tempes, du propre craquement de ses os, des tissus de ses organes déchirés bruyamment, de l’essence vitale que l’on ôtait à ce faible corps dont elle avait pris possession, elle, l’être immortel et intemporel ! Prenant conscience que tout acte inconsidéré pour espérer échapper à la fatalité ne serait qu’un effort vain, elle fut pénétrée d’un frisson d’horreur tandis que son corps était repoussé, l’épée arrachée à son ventre pour s’enfoncer une première fois entre ses deux yeux, puis une seconde fois dans sa mâchoire, puis une fois encore, et encore, et encore, et encore, et encore, et encore, et encore, et encore, et encore, et encore, et encore, et encore, et encore, et encore, et encore, et encore, et encore, et encore —


Château de Demigra - Page 2 Blood_2c


— et encore, et encore, et encore, et encore, et encore, et encore, et encore, et encore, et encore, et encore, et encore, et encore, et encore, et encore, et encore, et encore, et encore, et encore, et encore, et encore, et encore, et encore, et encore, et encore, et encore, et encore, et encore, et encore, et encore, et encore, et encore, et encore, et encore, et encore, et encore, et encore, et encore, et encore, et encore, et encore—


Château de Demigra - Page 2 Blood_2d


et encore, et encore, et encore, et encore, et encore, et encore, et encore, et encore, et encore, et encore, et encore, et encore, et encore, et encore, et encore, et encore, et encore, et encore, et encore, et encore, et encore, et encore, et encore, et encore, et encore, et encore, et encore, et encore, et encore, et encore, et encore, et encore, et encore, et encore, et encore, et encore, et encore, et encore, et encore, et encore, et encore, et encore, et encore, et encore, et encore, et encore, et encore, et encore, et encore, et encore, et encore, et encore, et encore, et encore, et encore, et encore, et encore, et encore, et encore, et encore, et encore, et encore, et encore, et encore, et encore, et encore, et encore, et encore, et encore, et encore, et encore, et encore, et encore, et encore, et encore, et encore, et encore, et encore, et encore, et encore


Château de Demigra - Page 2 Blood_2e


et encore, la défigurant jusqu’à ce que l’insupportable rictus hautain qu’elle arborait sans cesse soit complètement déformé par la douleur et la honte, jusqu’à ce que seul l’emplacement de sa bouche soit tout ce qui puisse rester de clairement reconnaissable — béant, dégoulinant, réduit à un amas de chair grouillant absolument impossible à identifier !


Château de Demigra - Page 2 Blood_1a


Alors qu’il s’apprêtait à donner le coup de grâce à ce qui restait de la cruelle inquisitrice… l’anneau qu’elle lui avait elle-même remis se mit à briller d’une lumière aveuglante… si bien que tout ce qui se trouvait autour de lui se mit à fondre, immolé par le feu le plus pur, porté à des températures inimaginables pour le commun des mortels. Des flammes cramoisies sortirent de ce qu’il restait de ses orbites, de sa gorge, de ses poumons — de la moindre ouverture que son corps percé de toutes parts pouvait contenir, poussière redevenant poussière, comme sur la surface du soleil écorché qu’elle fut autrefois. Les ombres dansantes projetées par cette conflagration avaient l’air d’un auditoire rassemblé autour d’un feu de joie ; mais le regard de celui qui assistait à cette scène paraissait quant à lui bien insensible…

Ha—

C’est alors qu’il se mit à rire à gorge déployée ; un rire sardonique, à la frontière de l’euphorie et de la démence, une réjouissance qui ne lui ressemblait pas … et qui venait pourtant du plus profond de son cœur !

Hahahaha—

Riant à la face de ce monde cruel, riant à la face de ces dieux-démons vaniteux qui s’étaient imaginé faire de lui leur esclave pour l’éternité… c’était finalement lui, misérable mortel, qui les avait précipités vers une fin tragique ! Il ne leur avait laissé aucune chance — ils n’avaient même pas eu le temps de lui opposer la moindre résistance !

Hahahahahahahahahahahah—

Son rire parut ne jamais s’éteindre, brûlant sa gorge, se répercutant dans toute la pièce, remplissant l’espace jusqu’à résonner aux quatre coins des enfers tandis qu’il sentait le vice dénaturer les moindres recoins de son être, tandis qu’il savait qu’il venait de perdre définitivement tout espoir de servir la cause qu’il servait courageusement jusqu’alors… Il s’était pourtant débarrassé de tout ce qui le retenait esclave du déterminisme immoral des dieux et des démons… Il avait vengé la mort de ses camarades, de son subordonné, de ces innocents qui ne demandaient qu’à couler une existence paisible… Il avait combattu les manifestations du Mal de toutes ses forces, brisant ses chaines, étouffant ses peurs de ses propres mains, brûlant ses doutes jusqu’au dernier… et cela ne suffisait pas ? Que lui restait-il donc de plus à sacrifier, si ce n’était—


H̵̼͕̦̤̟̠̦̪̻̊͊̐͌̊̈̅̂͗͜͝a̴̺̣̫͖̩̜̹̜̙̩͗̉̌̅͛͊͂͒̋͝h̸̢̺̪̤̤̭̗͍̖̹͆͊̄͋̔͋̾̎͗̿ą̷̢̢̠̦͎̳̞̩͕̑̑̏̇̅͛̓̔̀͝ĥ̴̨̼̺͍̻͔̮̭͓͂͐̆̐͒̆̊̚̕ͅa̵̧̯̦͔̟̤̗̖̯̖̋̔͋͊̊̐̂̽̄̚H̵̡̺̫͙̻̜̯̘̮̟̄̃́̔̔̅̋̒́͠a̵̢̗͙͍̳̪̟̙̝̓̓̒́̂͌̔̂̄͝ͅḀ̷̢̛̬͚̳͎̺̦̼̜̊̏̆͑́̾̌̈̊h̵̛̳̞͉͕̻̰̱̺̘̳̆̀̑̀̏̎͑̾̄H̴̡̠̝͚̥̙̜̪̲͔̐̆̍̋̀͐̋͗͐̕a̴̢̧̧͈̼̞̫͖͈̦̐̀̓̅͂͑̆̈̐̈́a̴̡̖͔̟̲͓̬͚͊̋͌̋̇̈́̿͘̕͜͝ͅA̸̯̩͖̹̝̭͉͚̔͒̊̊̀͑͒̿́͠ͅͅh̷̝̟̥͚̘̣̥̖̝̫͌͂̊̈́̄̋̓̆̇̋h̸͖͉̳̥̱͕̥̬̝̟̎̈́̏̋́̇̊͘͝͠a̵̫͖̗̣͓͓̹̲̥͌̓̍͌̈́̈́́̚͘͘͜a̵̛̬̻͉͉̠̼͍̩̫̍̋̐̍̊̔͑̏͑͜H̵̢̻̟̗̥̖̜̩̠͍̄͐́͒̄̇́̎͘͝ả̵̡̧̧͍̯͇̠͕̙̼̓̒̈́̈́͋͑̇̃̄h̵̨̢̜̮̼̗̗̩̙̋͗̿̈̈̈́̋́̈́̉͜A̸̡̜͈̪̦͔͖̰̣̙͊̽̐͂́̅̆̆͘͝ḩ̷̜̱͖͈͚̺̳̙̔̃͆͆̅̌̃̍͘͘͜a̴̢̛̪̱̟͎̟̥̝͎͙͂͆̊̽̐̏̀̀͠Ḧ̶̢̢̛̤͉̤̼̳̳̭̞́͒̏͆͛̊̓̐̕h̶̡̛̦̣̠͓̹̯̙̗͚̒̓͐̽̒̇̽͋͠a̸̝̤̹̞̠͖̭̰̤͚̐̍̏̄͐̓̎̿̂͝h̴̹̗̺̺̠̹̞͕̺̩́̊̈́̿̎̉͋͋̂̕


Sombrant dans la folie, il comprit que c’en était fini du peu de lui-même. Ses jambes donnèrent une impulsion désespérée à son corps tandis que corps tout entier se soulevait, léger et serein, entamant une ascension vers les cieux, faisant voler en éclats la cour des illusions dans laquelle il avait été retenu de force. Du haut du promontoire qu’était le Château de Demigra, des terres désolées s’étendaient à perte de vue, englouties dans une pénombre impénétrable sous ses pieds. Cependant, au-delà de l’indomptable chaos qui l’empêchait de voir ce qu’il y avait en contrebas, resplendissait la frontière d’un passage vers le monde réel, vers le monde des vivants, vers le monde qui l’avait vu naitre… A travers cette éclaircie inespérée, il aperçut les visages rayonnants de ses proches, de ses amis, de son mentor, comme une promesse vers l’avenir meilleur qu’il s’était juré de leur offrir envers et contre tout…  Il tendit ses mains comme pour les saisir, retrouvant peu à peu des sensations qu’il jurait avoir oublié tant les épreuves qu’il avait enduré l’avaient rendu apathique — du soulagement… de la joie… de l’insouciance…

Des larmes envahirent ses globes oculaires et s’envolèrent vers la clarté qui scintillait au-dessus de sa tête— étaient-elles dues à toutes les émotions qui s’étaient succédées bien trop rapidement dans son esprit, ou était-ce les battements à tout rompre de son cœur à mesure qu’il chutait dans le vide jusqu’à s’écraser brutalement contre le sol, lourd comme du plomb ?

Ah, quel dénouement ! Quelle tragédie, lui avait s’était tant démené pour ne plus avoir à retourner aux limbes du Néant, d’avoir cru qu’il pouvait ainsi échapper au funeste destin qui lui était promis…

… alors que sa seule échappatoire était de retourner dans ce même Néant, se donnant lui-même la mort dans d’atroces souffrances !


HAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHA


Château de Demigra - Page 2 PwqRV49


CAR TOUT CECI N’ÉTAIT QU’UN MAUVAIS RÊVE
N’EST-CE PAS ?
Demigra
Demigra
Demon
Masculin Age : 23
Date d'inscription : 22/11/2015
Nombre de messages : 301
Bon ou mauvais ? : Chaotique Mauvais
Zénies : 1000

Techniques
Techniques illimitées : Chaînes du temps, Illusion, Flèche assaisonnée
Techniques 3/combat : Brèche temporaire, Influence démoniaque
Techniques 1/combat : Corruption maléfique

Château de Demigra - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Château de Demigra   Château de Demigra - Page 2 ClockSam 28 Déc 2019 - 16:31
C'est au beau milieu du monde sacré des démons qu'une nouvelle tragédie s'est produite. Pour une douzaines de détenus, prisonniers d'un minuscule monde illusoire, il n'y avait de la place que pour une seule personne ; un seul survivant pour faire face à la cruauté de leurs malicieux geôliers qui se jouaient d'eux depuis le commencement de la partie. Un divertissement aussi horrible que celui-ci n'avait que trop duré. Trop de sang à coulé, trop de corps sont tombées, trop de vies ont été sacrifiées... et pourquoi ? Parce que les dieux en ont décidé ainsi ? Parce qu'ils étaient des démons ? C'était dans l'ordre des choses peut-être ? Tant de questions pour une réponse aussi évidente... si c'est drôle alors il faut le faire.

« Amusant, n'est-ce pas ? »

Portant un regard vers ses invités, il présentait désormais le jeune saiyan à ses invités comme d'une toute nouvelle attraction. Le pauvre bougre, presque incapable de bouger tant l'atmosphère de cet endroit maudit attaquait son esprit. Si Kyabe venait tout juste de sortir de sa torpeur, son cauchemar ne prenait jamais fin. Étant le seul survivant d'un monde ou chaque personne était en réalité un ennemi potentiel, il lui fallait non pas faire face à deux mais trois démons dont la malfaisance et la puissance dépassait de loin l'entendement. A ce moment, il comprit enfin qu'il ne pouvait rien faire. Il comprit qu'il n'était ni en mesure de protéger qui que ce soit, ni capable de rendre justices aux défunts qui sont morts autour de lui en dépit de ses nombreux efforts.

« Vous voyez ce visage qui se fige ? Observez le avec admiration car c'est le début d'un merveilleux spectacle. »

A peine eut-il posée sa main sur le manche de cette épée maudite que son nouveau propriétaire s'est de nouveau figé. Telle une statue de pierre, il avait cessé tout mouvement au point même que ceux dont les sens étaient les plus affinés percevaient difficilement les sons répétés de ses battements de cœur. Si c'était à en glacer le sang, cela n'avait tout de même rien d'étonnant : la grande collection des souvenirs de chaque mort donnée par la lame de cette épée représentaient un poids un porter. Un poids qui gagnait un supplément à chaque fois que le sang de ses victimes fut versé. Cela allait sans dire ; un mortel échappant de justesse à la mort avant d'être plongé dans un monde de terreur ne pouvait pas simplement poser la main dessus sans en subir les conséquences... et la nouvelle victime fut celle qui n'a pas encore été effacée de la liste.

« D'abord, les pupilles se dilatent, les muscles se tendent, l'hystérie chasse le rationnel et ensuite... »

Ce qui devait arriver arriva. C'était la goutte de trop. L'esprit de Kyabe s'est brisé au moment même ou il a posé sa main sur le pommeau de l'arme démoniaque. De ce fait, il s'est de lui même transformé en un être maudit dont la conscience a été anéantie, brisée en plusieurs morceaux et ce de la même façon que l'on briserait un verre de cristal que l'on lâcherait maladroitement avant qu'il ne s'écrase contre le sol. A ce propos justement... le pauvre fou comptait bel et bien s'écraser sur le sol et nous ne parlions pas de quelques mètres de haut, loin de là. S'abandonnant dans les abysses, le  jeune homme ne pouvait malheureusement pas échapper à ses geôliers autrement qu'en se libérant lui même de sa propre enveloppe charnelle. Prisonnier d'un sort encore pire que la mort, il devait se la donner lui-même pour recouvrer cette liberté qu'il chérissait tant.

« Ironique. Le dernier survivant se livre de lui-même à sa propre mort. »

Le diable semblait toujours aussi serein dans sa voix. Il avait l'air de maîtriser parfaitement ce qu'il faisait et son visage révélait même un soupçon de satisfaction. Regardant un bref instant le guerrier entravé par les chaînes de la folie, il observait silencieusement ce dernier qui sortait de scène en empruntant une sortie dérobée. Si ce convive ne semblait certes plus très utile dans cet état lamentable, il n'en demeurait pas moins une anomalie. Malgré sa forte volonté, Kyabe était devenu un monstre dont l’existence n'aurait jamais dû paraître et ce dès le moment ou il est entré en contact avec ses infâmes sorciers qui manipulaient l'histoire de tout un univers à leur guise. Désormais renvoyé à l'au-delà, il pouvait enfin se réposer. Ainsi, le corps sans vie du mortel s'était aplati lamentablement à l'extérieur du château. Tandis que son sang abreuvait le sol, ce fut au ciel qu'il avait retrouvé sa puissance, ses affaires... et sa récompense pour seule preuve de tout ce qui s'est réellement passé.

« La ligne blanche qui sépare la réalité de l'imaginaire est très fine. Si ça se trouve, nous sommes peut-être les pantins d'un autre, nous aussi. »

Riant à ses propres paroles, le Malin s'émerveillait devant ce nouveau chef-d’œuvre inspiré par une création des êtres humains. Ce château comme tout le reste de ce monde respirait la malice. Au final, il n'était pas étonnant que le sceau du démon originel se fragilise aussi rapidement avec un pareil endroit. Qu'il s'agisse de Legion, Towa, Mira, Shemesh, Demigra, les participants du jeu ou d'autres... tous ont contribué plus ou moins volontairement à la résurrection de ce monstre invincible dont l'arrivée se faisait de plus en plus proche et pourtant... une toute autre menace approchait encore.

« Quoi qu'il en soit, je vous remercie toutes les deux pour avoir prêté attention à ce petit jeu. »

Si le Majin se montrait reconnaissant c'est parce-qu’il l'était vraiment. Toutefois, il ne l'était pas seulement auprès de l'incarnation du mal ou de la régente des enfers. Non, il l'était pour tout ceux qui ont su jouer leur rôle à la perfection dans cette histoire qui s’avérait aussi bien être une comédie qu'une tragédie. Malheureusement et comme toute bonne ou mauvaise chose, elle avait une fin. Une fin si ouverte que cette histoire allait très bientôt laisser sa place à un tout autre scénario qui impactera très bientôt le reste de cet univers tel que nous le connaissons aujourd'hui.

« Ce fut un plaisir Shemesh, à présent, je vais te renvoyer là ou je t'ai trouvée toi aussi. J'espère que ce petit spectacle t'a inspiré. »

Aussitôt dit, aussitôt fait. Un portail s'est ouvert à l'emplacement de l'avatar qui retournait désormais sur la planète Vegeta, là ou elle a profité de la faiblesse d'un guerrier saiyan qui fut réduit à l'état d'un simple sac de frappe. En d'autres termes, elle était enfin de retour sur les lieux de son dernier méfait avant le jeu. Elle était libre d'en préparer un similaire ou de créer ses propres machinations mais quoi qu'elle fasse, l’œil observateur du dieu-démon prêtait désormais beaucoup d'attention à ses actions futures. Ceci étant dit, il fallait tout de même rester à l'essentiel. Si Demigra n'avait toujours pas renvoyé Towa en Enfer, c'est parce qu’il savait que quelque chose se préparait, il se devait d'en savoir d'avantage sur la première étape de son plan. Pour lui, il était grand temps que tout commence enfin et que des étincelles de la haine jaillissent les premiers feux de l'apocalypse.

« Il est temps. »
Towa/Mira
Towa/Mira
PNJ
Féminin Age : 80
Date d'inscription : 19/10/2018
Nombre de messages : 39

Château de Demigra - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Château de Demigra   Château de Demigra - Page 2 ClockMar 31 Déc 2019 - 16:11
Bien que l’on pense souvent sur Terre la place du vainqueur comme étant la plus confortable de toute, il était bon de rappeler que d’autres mondes n’accordaient pas une telle bénédiction aux gagnants. Au sein de la forteresse du malin, aucune âme pure ne peut être satisfaite, aucun bon présage ne peut survenir. C’était une zone de mort, de désespoir et de folie auquel le pauvre Kyabe se retrouvait confronté. Sa sentence avait été mérité… Les bonnes intentions du champion n’étaient que mensonges et ce ne fut plus un secret quand il eut protégé sa vie aux dépends de celle des autres. Brisé, le saiyan perdait le peu d’humanité qu’il lui restait, les environs le corrompant chaque seconde d’avantage, un spectacle sans commune mesure ; l’espoir chute dans les abysses. En dégainant sa nouvelle acquisition, le malheureux fut figé, un instant éternel pendant lequel il eut la terreur de prendre conscience de ce qu’il était devenu. Tel un animal en cage, Kyabe se retrouvait immobile dans son mouvement ; de son point de vue, il tuait et déchirait ses geôliers, pourtant, il ne faisait pas un pas.

Les paroles du diable guidaient la dégringolade mentale du survivant, des visions hystériques qui le coupait du réel. Towa assistait à ce spectacle avec une grande attention, malgré les douleurs qui l’habitait, elle ne pouvait retenir le fin sourire malicieux témoignant son plaisir. La mort la plus ironique, la plus attendue bien qu’improbable : Le saut de l’ange. Le corps désarticulé du pantin qu’était devenu Kyabe se jeta dans un néant profond, recherchant peut-être la lumière qu’il avait perdu il y a de cela quelques jours. Tout ce désespoir était délicieux, finalement, le grand vainqueur ne sera pas chevalier du mal ; il n’aura été qu’un acteur dans une pièce dramatique, un malade sans âme. Demigra ne cachait pas sa satisfaction, affichant un sourire d’un sadisme à la hauteur de sa collègue. La scène lui avait plu, immanquablement. C’est ainsi que ce terminait ce second jeu du diable, dans les ténèbres, mais le final de cette pièce en lançait une autre plus géniale encore.

En prenant le soin de remercier ses convives, le sinistre maître du mal fit partir Shemesh qui n’avait plus rien à faire ici, sa présence avait été invasive et son caractère peu appréciable. Malgré ce petit différent qui l’opposait à cette icone du mal, Towa prit le soin de la saluer avec quelques paroles non sans sens.

« J’espère te revoir sous de plus mauvais augures. »

Puis plus rien, c’était un nouvel acte qui s’annonçait. Seuls, les deux troubles faits temporels pouvaient enfin lancer leur grand plan. Libérée du regard de quiconque non informé, la magicienne prit le soin de toussoter en grimaçant, les effets de son vœu étaient désagréables, voire même dangereux.

« Putain… ça ne se calme pas… »

Néanmoins, ce n’était pas si misérable facteur qui allait mettre fin aux ambitions de la sorcière des enfers. Après quelques plaintes, elle se tourna vers Demigra afin de lui faire part des premiers détails de son plan.

« Bien… Il est temps de s’attaquer à ce colérique audacieux… J’imagine que tu connais l’histoire de ce guerrier né : Toute sa famille est morte, rien ne l’anime plus que sa fierté et son désir de conquête… »

Les rivaux de Chronoa désiraient donc s’attaquer à un être mauvais ? Mais qui pouvait-il bien être, ce qui était sûr, c’est que la première cible de la sorcière avait maintenant une identité, les justiciers pouvaient souffler un bon coup.  Animant son discours de quelques pas vers le précipice, Towa adressa son regard au vide, invitant son allié maudit à contempler le néant.

« Les flammes d’une domination perverse dominent déjà son esprit, comme son père auparavant, il ne suffit que d’une brindille pour que l’univers prenne feu, lui, puis tous les autres. »

Du vide absolu jailli alors les éclats et couleurs inquiétantes d’un feu au proportion galactique. L’odeur environnante de cendre laissait place à celle du souffre dans une illusion aussi réelle qu’envoutante. L’enfer devenait l’enfer des fous, tous subissant la colère du Seigneur galactique autrefois reconnu pour sa bonté. Dans le foyer de flammes, la silhouette d’un combattant réputé dans son univers massacrait bien des autres avec une rare férocité ; Il était la légende de son peuple.

« Il nous faut un larbin suffisamment puissant pour attirer sa colère. J’aurais envoyé Mira, cependant il a récemment été détruit, il va falloir se tourner vers une autre chose. »

A l’aide de leurs pouvoirs, les démons étaient largement en mesure de renforcer n’importe quel guerrier jusqu’à un certain seuil, il était donc simplement nécessaire de trouver un représentant du mal suffisamment charismatique pour inspirer la crainte. La mission de ce malandrin serait simple : Causer du grabuge dans le royaume du seigneur afin de l’énerver suffisamment pour déclencher un massacre. Levant le nez au ciel, la maîtresse temporelle prit quelques secondes pour se concentrer et ressentir les énergies maléfiques hantant l’univers 7. Il ne fallait pas simplement repérer un être mauvais, il fallait également que ce dernier soit d’une grande motivation, reflétant un idéal de chaos laissant libre court à la destruction. Cette limitation éliminait par exemple Freezer, ou bien SK, il fallait être plus original que cela.

C’est alors qu’une certaine énergie vint alors faire sourire le visage malicieux de la reine des enfers, elle redécouvrit cette âme si prometteuse dont elle avait commenté les exploits quelques heures plus tôt. Sur Terre était revenue un combattant parfait, doté d’un art et d’une technique assurant le meurtre des meilleurs gardiens, route évidente pour parvenir au maître du monde des mortels. Avec l’aide des dieux les plus sournois, ce dernier serait en mesure de combattre un seigneur bien plus puissant que lui.

« Je sens sur Terre la présence de ce farouche aventurier du nom de « Garou ». Ne penses-tu pas qu’il serait le parfait candidat d’une telle agression ? »

Towa n’attendait pas vraiment de réponse, elle appréciait la démarche du fougueux assassin et comptait bien sur Demigra pour l’amener au promis massacre. La succube n’était pas en état d’elle-même manipuler Garou, elle parvenait déjà difficilement à mouvoir elle-même.

« Tu te doutes bien que je ne peux pas aller le chercher moi-même. Tu as connaissance de notre plan, agis en conséquence. Aux cotés de cette recrue, je serais apte à te fournir un saiyan au fort potentiel que j'ai asservi, autant attaquer en force. Je vais quant à moi faire ma part du travail. »

La maîtresse temporelle devait être prête avant l’arrivée du tueur du héros, elle se mit donc en route en adressant un dernier regard à son complice, lui adressant un sourire angélique.

« Je te fais confiance ! »

Les dès étaient jetés dans les premiers feux de l’apocalypse.



Demigra
Demigra
Demon
Masculin Age : 23
Date d'inscription : 22/11/2015
Nombre de messages : 301
Bon ou mauvais ? : Chaotique Mauvais
Zénies : 1000

Techniques
Techniques illimitées : Chaînes du temps, Illusion, Flèche assaisonnée
Techniques 3/combat : Brèche temporaire, Influence démoniaque
Techniques 1/combat : Corruption maléfique

Château de Demigra - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Château de Demigra   Château de Demigra - Page 2 ClockDim 5 Jan 2020 - 13:21
« Évidemment que ça ne se calme pas. Une augmentation de potentiel aussi monstrueuse a un contrecoup assez important mais tu n'en mourras pas.... pas toi. »


Par ses mots, il sous-entendait que tout le monde ne pouvait pas s'en sortir indemne. Absorber une telle quantité de puissance et modifier complètement son potentiel de la sorte était une idée aussi folle qu'ingénieuse. Grâce à cela néanmoins, Towa pouvait enfin réaliser ce plan qu'elle avait soigneusement échafaudé de A à Z. Désormais, il ne lui manquait plus que d'un peu d'assistance pour parvenir à ses fins et condamner un univers tout entier. Souriant à cette idée, le diable hochait silencieusement la tête lorsque sa compère abordait le sujet de leur prochaine cible dont le tempérament était assez réputé. Tout comme son père, cet homme ne cherchait que domination et destruction. Il était un être centré sur lui-même, assoiffé de sang lorsqu'il était en colère et imbu de ses propres pouvoirs. En d'autres termes, c'était le candidat idéal pour devenir l'instrument  destructeur qui changerait irrémédiablement l'histoire.

« Chronoa et ses toutous ne verront rien venir. Lorsqu'ils se rendront compte du désastre, il sera déjà trop tard. »

Même la Time Patrol sera prise au dépourvu, ironique pour ceux qui étaient censés voir les pire tragédies arriver. Cette fois-ci le plus grand coup de toute l'histoire de cet univers se jouera dans une course contre la montre... mais pourquoi en parler ? Le temps n'aura bientôt plus aucune signification de toute façon. Déformé à maintes reprises, l'espace-temps se distordait au fur et à mesure que les lignes temporelles s'entremêlaient entre-elles pour que nous n'arrivons qu'à une seule et unique fin : celle qui sera décidée par les vainqueurs de cette nouvelle histoire.

« Inutile d'en dire plus, Towa. Je te laisse aller chercher ton larbin saiyan. Quand à moi, je vais rendre visite à deux de nos précédents candidats. Je suis sûr qu'ils seront très heureux de me revoir. »

Le rire maléfique du diable résonna dans tout le château. Celui-ci emprunta alors l'un de ses portails  temporel pour se rendre immédiatement sur Terre, la ou se déroulait le combat entre le bon et la brute. De toute évidence, il ne leur manquait plus que la venue de ce truand pour compléter ce parfait trio qui saura régler tout leurs petits soucis en un rien de temps. Petite information assez drôle au passage : si ses deux là s'étaient rencontrés avant le jeu, il n'y aurait pas eut de grande différence et leur combat aurait sans doute eut lieu à quelques détails prêt. Quoi qu'il en soit, il était temps de corriger tout ça et de mettre fin à cette querelle insensée. Quelque chose de plus grand intéressait la nouvelle cible du Malin. En proie à un harcèlement insensé, le pauvre garçon allait de nouveau être confronté à ses tortionnaires pour une nouvelle aventure fortement déplaisante.

« Allumons les premiers feux ensemble. »

Prenez garde, habitants de la Terre, Majin Demigra arrive et il va adorer vous regarder vous entre-tuer pour son plaisir personnel.
Contenu sponsorisé

Château de Demigra - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Château de Demigra   Château de Demigra - Page 2 Clock
 
Château de Demigra
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
RPGDBZ :: RPG :: Planètes :: Makaioshinkai-