Partagez
 

 Un espoir délivré [Libre]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Néférourê
Néférourê
Terrien
Masculin Age : 27
Date d'inscription : 23/01/2018
Nombre de messages : 43
Bon ou mauvais ? : Fondamentalement bon.
Zénies : 1000

Techniques
Techniques illimitées : Fluctuation du Cosmos, Patte de Bastet, Charme Phénoménal, Morsure de Rê.
Techniques 3/combat : Projection Dimensionnelle, Communion des Molécules.
Techniques 1/combat : Valse des Avenirs.

Un espoir délivré [Libre] Empty
MessageSujet: Un espoir délivré [Libre]   Un espoir délivré [Libre] ClockMer 4 Sep 2019 - 22:10

Une fois encore, le ciel fait grâce de ses plus somptueuses étoiles. Combien de nuits ? Combien de temps a-t-il fallu attendre, pour en arriver à cet instant précis ? Bastet n'avait cessé de consulter l'avenir, jour après jour. La moindre erreur pouvait à jamais condamner le destin de ce monde. Néanmoins, la féline s'était montrée particulièrement prudente.

Scrutant l'horizon sous sa forme quadrupède, la Déesse de la Vie ondulait calmement sa queue de cristal. Nous arrivions enfin au jour J. Tant d'attente, voué au simple but de faire entrer sa protégée dans l'histoire de cette planète ensablée. Et pourtant, en cette calme nuit, où la belle Reine d'Égypte se voyait déjà bien assoupie, les paroles de la fleur vermeille résonnaient encore, au creux d'un esprit torturé par sa culpabilité.


" Hm, je suis au-dessus de ça. Au-dessus de ton hypocrisie. Tu mérites pire que la Mort pour ta couardise, Bastet. Et en même temps, qui suis-je pour seulement te juger ? Voilà qui est navrant, parfois je me dis que les Hommes ont raison d'éprouver de la rancœur à l'encontre des dieux... "

Fermant à moitié ses paupières, Bastet se souvenait bien de cette scène, de celle ayant succédé à la révélation de sa propre personne. Éprise par sa fierté, Amaryllis s'était abandonnée à la colère, à une rancoeur envers la créatrice de l'âme, l'espace de quelques instants. Mais comment lui en vouloir ? N'avait-elle au fond raison ? La déesse l'avait après tout laissée souffrir, elle, comme le monde entier, par son inaction. Tout ça par crainte des dieux supérieurs, ces entités inconnues de tous, sinon d'eux-même.

" Si tu savais, Amaryllis... Si tu savais à quel point tu as raison... Je ne mérite rien de plus que l'annihilation. Il serait inutile de chercher à me racheter, mais je peux encore sublimer, chérir et prôner l'ascension d'une lumière déjà resplendissante, pour l'avenir de ce monde... " déclara en murmure le chat aux reflets hypnotisant, finissant par fixer la belle Néférourê.

Ô fraîche brise nocturne, puisse-tu insuffler à cette âme endormie la force de traverser les tourments la menaçant. L'heure est proche. L'heure de prouver à Héra ton existence salvatrice. Car c'est au lever du jour, que ce corps bien frêle devra se laisser porter par la vague d'un événement sans précédent, concernant l'histoire de cette prison royale.


" Ma reine ? Réveille-toi, ma douce reine... Les aiguilles du temps sonnent le glas de ta patience autrefois requise. "

" Mmh... Que se passe-t-il ? "

Se mouvant faiblement, la Souveraine des Deux Terres laissait, ce jour aussi, le loisir à l'univers de percevoir ces perles turquoise. Quoiqu'un brin épuisée, souillée par la saleté de ces lieux à l'hygiène douteuse, la splendide humaine prêta une attention particulière aux dires de sa guide. La somptueuse créature ne comprenait pourtant mots, à ceux de cette dernière. Ou plutôt, ne saisissait exactement le sens de tels propos.

La longue chevelure brunâtre ne tarda ainsi à se dresser à la verticale, tandis que sa propriétaire débuta un échange de regards à l'allure interrogateur. Pour quelle raison Bast parlait-elle de ce jour comme d'une date butoir ? Une question à laquelle la dame des temps anciens, ne manquerait de désormais informer sa protégée.


" Ta patience et ta fidélité se voient aujourd'hui récompensées. Libérons les opprimés et dévoilons au roi doré que des cendres peut toujours renaître l'espoir. Tu représentes cet éternel espoir, Néférourê... ainsi laisse-moi te porter à la place qui te revient de droit. Une fois encore, laissons nos âmes communier et ta présence resplendir. "

Au fil de ce discours, d'infimes gouttes de cristal naissaient, au creux du vide emplissant la pièce de la rebelle. De petites sphères translucides, qui s'éprirent bien vite d'une valse enlaçant la demoiselle. Sous l'étonnement et les bifurcations d'attention de celle-ci, le cristal liquide s'assemblait en de fins filaments qui, à leur tour, fusionnèrent en de bien soyeuses vaguelettes...

La salle de la prisonnière gagnait en intensité lumineuse et le divin félin disparaissait peu à peu, emporté à son tour au sein du mouvement rotatoire. Alors la danse aqueuse débuta son tendre baiser, épousant les formes de la plus grande reine de l'histoire. Elle fermait les yeux, s'enivrait des cellules divines pénétrant les pores de sa peau et caressant cette dernière, de la plus douce des étreintes.

Et sous le regard abasourdi d'un garde passant par là, cette Fille de Rê retrouva progressivement l'intégralité de ses apparats luxueux. Ils se façonnaient lentement, délicatement, à partir du cristal liquide... Le corps de la somptueuse personnalité se purifiait, de la saleté l'ayant trop longtemps ensevelie.

L'élue s'avançant à présent vers la porte la séparant de la liberté, il devenait évident, pour le suppôt du doré, que la séduisante silhouette n'était en rien affecté par les bracelets censés restreindre, à l'extrême, ses pouvoirs naissant pourtant d'une origine atypique. Une origine sacrée.

L'aspect lumineux, le calme absolu avec lequel la souveraine se mouvait, en dépit de tout avertissement musclé, eut tôt fait d'inspirer la crainte, en le fort intérieur du laquais. Résidant bien trop dans l'incertitude grandissante, celui-ci finit par s'enfuir afin d'aller prévenir ses supérieurs du problème. Seul, le pauvre monstre risquait de se faire submerger, mais si l'armée se voyait prévenue à temps, alors la prisonnière entendrait assurément ses derniers jours retentir !

Néférourê, continuant son avancée enchanteresse, aux pas plus légers que la plume, arriva enfin au niveau de la surface espérant pouvoir lui faire rebrousser chemin. Pourtant et contre toute attente, la Maîtresse des Deux Terres passa au travers de l'obstacle, tel un fantôme n'étant affecté par ces objets d'une autre dimension. Les caméras enregistraient cet exploit, sous la décontenance des gardiens écarquillant leurs yeux, depuis les moniteurs.

Les prisonniers aussi, en restaient bouche bée, en spectateurs impuissants de l'étrange scène. Mais pas pour pour longtemps... Oui. Approchant des damnés, la plus adulée des dirigeantes se déplaça alors plus spécifiquement vers l'un d'eux, qui eut le réflexe d'un mouvement de recul. Une peur de l'inconnu qui se vit bientôt atténuée, par la grâce d'un doux sourire compatissant, comme d'une main tendue se posant sur la triste cellule.

Ces yeux... Ces yeux turquoise aux reflets jaunâtres, disposaient d'une profondeur épatante. L'autochtone avait l'impression d'admirer la déesse lui offrant la promesse d'une liberté jusqu'ici inespérée. Se relevant ainsi, l'homme si maigre, au regard toujours empreint de multiples questionnements, finit lui aussi par tendre la main. Séparées par le froid métal, les deux paumes se rejoignirent néanmoins, pour ensuite se jouer de l'obstacle, d'une poignée fort transparente.


" Suis-je... mort ?... " demanda assez pertinemment le prisonnier, voyant déjà là une source de quiétude.

" Non. Mais avec une mission, tu reviens à la vie... "

Des paroles qui ne manquèrent de transcender cette existence, aux espoirs depuis si longtemps révolus. Une réponse que les autres détenus purent également entendre. Ce message les rengorgeait, faisait resurgir les souvenirs d'une époque où tout rêve avait une chance de s'accomplir. Ils voulaient y participer. Ils voulaient faire renaître ce monde, leur peuple !

Passant devant chaque cellule, la digne reine d'un temps ancien libéra, un à un, chaque détenu jonchant la forteresse du désert. Tous la suivaient, épris de curiosité... Jusqu'où irait-elle ? Cette entité dont les mouvements laissaient échapper les traces d'un liquide cristallin...


" Halte ! Ne faites plus un geste ! J'ai dit halte ! "

Mais la horde continuait d'avancer, suivant le rythme calme de ce nouveau berger, dont rien ne semblait pouvoir intimider son regard tendre et à la fois si confiant. Cette belle femme élancée inspirait les mouvements des brebis égarées. Aussi celles-ci parvinrent à lui faire confiance, lorsque les surveillants commencèrent à user de la force, dans l'espoir de se faire respecter.

Hélas pour eux, leurs offensives passaient au travers du groupe synchronisé, lorsque les soldats ne se voyaient pas carrément bloqués dans leur avancée, par l'action d'une force mystérieuse les repoussant et les étirant. Les plus faibles d'entres eux demeuraient bien vite piégés, au beau milieu d'une glace pétrifiant leurs membres.

Bientôt, les prisonniers parvinrent enfin à rejoindre le hall d'entrée du Palais d'Or. Mais à cet endroit attendaient déjà nombre d'unités plus effectives. Un sourire narquois trônait, à l'orée de leurs visages pervertis par l'argent et la gloire... Confiantes, ces unités aux bras croisés laissèrent même leurs victimes à venir se déplacer jusqu'à elles. Puis, d'un simple mouvement de main, le commandant ordonna l'encerclement des rescapés, qui enfin stoppèrent leur avancée.

Au creux de cette énorme salle, dont la prestance semblait davantage convenir à la déesse aqueuse qu'à ces rustres personnages encerclant les prisonniers, il demeurait une atmosphère bien pesante. Mais si les peaux bleutées commencèrent à éprouver crainte, en retrouvant un corps plus opaque, Néférourê, fermant un instant ses paupières, parut instantanément leur offrir à nouveau de sa confiance.

Frustrés de l'inefficacité de leur intimidation, les fidèles soldats de Freezer se mirent enfin plus sérieusement sur leurs gardes. Si ces dégénérés préféraient mourir de leurs mains, alors qu'il en soit ainsi ! Il n'était pas question que la grande armée du Cold se laisse ainsi ridiculiser, par une pauvre courtisane juste bonne à rassembler les cas désespérés !

Aussi les braves unités se décidèrent-elles à charger le groupe d'impudents. Ou du moins le désiraient-elles... Ayant terminé de croiser les regards menaçant ses protégés, la Reine d'Égypte reportait à présent son attention sur un commandant hurlant à ses unités de bien vouloir obéir aux ordres.

Un sourire naquit des lèvres appartenant à l'ange de ces lieux. Un sourire en coin, plutôt espiègle. Elle disposait à présent de 3 minutes. Et la grande souveraine savait exactement de quelle manière rentabiliser ce temps... afin de passer un message fort, à la bien triste populace.



Haussant l'omoplate, à plusieurs reprises et d'un rythme certain, la dame de l'eau s'amusait de voir le responsable des troupes s'étonner d'observer son épaule se mouvoir en synchro. Haussant maintenant l'opposé de cette dernière, Néférourê entamait une danse concernant toutes les personnes présentes. Tandis qu'à l'air libre, plusieurs manifestations du chat de cristal rendaient audible l'espace-temps, en le fluctuant stratégiquement. Propageant ainsi rythme, chant et mélodie...

La reine a écrit:
~ Garde espoir ~

Je descends du ciel, car j'ai vaincu la mort.
Remonte de l'enfer, d'une prison perdant vie.

Je suis l'inatteignable brise, mon air souffle la guerre.
Je suis l'inextinguible braise, ma danse embrasse la paix.

Vois je tente ma chance, car ta souffrance m'attriste.
Sans doute pas la plus belle, mais je suis la plus fidèle.

Héra, veux-tu bien me suivre ? Pour l'amour de la justice ? ~ Oh ~
Héra, veux-tu bien revivre ? Métal froid contre oasis ? ~ Oh ~

Alors que la chanteuse au pas léger menait littéralement la danse, ses accompagnateurs quittèrent avec elle le hall d'entrée, afin d'accéder à la ville située aux abords de l'imposant édifice. Là, moult de citoyens pouvaient déjà remarquer la prestation de la bénie. Ses cheveux coulissaient au vent, tel un flot d'une pétillance ensorcelante. Ses mouvements précis se confondaient à un rythme auquel la belle semblait appartenir.

La foule se faisait de plus en plus nombreuse, attirée par la provenance de ce message d'espoir, dont l'intensité allait de pair avec le nombre de félins à proximité. L'abondance de ces derniers atteignant donc leur pic au Palais d'Or.


La reine a écrit:
~ Garde espoir ~

Laisse-moi t'aider, je ne peux céder.
Élue d'un dieu, je ferai de mon mieux.

Je suis l'incompressible graine, ma fleur perce le désert.
Je suis l'insaisissable goutte, mon pas immerge le faix.

Vois je tente ma chance, car ta souffrance m'attriste.
Sans doute pas la plus belle, mais je suis la plus fidèle.

Héra, veux-tu bien poursuivre ? Encore un peu ce dur rythme ? ~ Oh ~
Héra, veux-tu bien survivre ? Le temps de soigner ton hymne ? ~ Oh ~

Quelle situation cocasse, que d'observer ces fiers serviteurs de l'empire Cold, réduits à donner le meilleur d'eux-même en une danse parfois bien sensuelle. Leurs cris de détresse et de désarrois se voyaient hélas masqués par le chant et la musique, baignant actuellement la Place du Palais.

Alertés eux aussi par tout ce grabuge, les unités extérieures à la bâtisse ne tardèrent à pointer le bout de leur nez, sidérées de remarquer une situation à laquelle tout contrôle semblait échapper. Chaque soldat tentant d'approcher la principale fautive de cette sorcellerie, finissait lui aussi par y prendre part, d'un simple regard.


La reine a écrit:
~ Garde espoir ~

Si ton âme prend peur, reste dans la pénombre...
Ouvre ton coeur, même qu'il soit sombre.

Si tu attends ton heure, nous aurons le surnombre...
Persécuteurs, tomberont sans encombre.

Quelques attaques énergétiques fusèrent enfin, mais se retrouvèrent bien vite écrasées par une sorte de mur invisible, lorsque qu'elles ne traversèrent purement et simplement la scène, sous l'incompréhension totale. Parfois même certaines unités ne pouvaient se résoudre à porter atteinte à la Fille de Rê, comme touchées par son charme phénoménal.

Le cristal liquide avait lui aussi de quoi subjuguer, par l'aisance et la délicatesse dont faisaient preuve ses arabesques, lors de chaque mouvement de la plus grande reine d'Égypte.


La reine a écrit:
~ Garde espoir ~

Finissant par retomber sur la Place du Palais, telle une fine pluie salvatrice en ces lieux si secs, la matière translucide s'éteint finalement. Emportant avec elle les arcs-en-ciel de l'espoir, jusqu'à la prochaine prestation... Et d'un tendre sourire, voué à la population d'Héra, la Maîtresse des Deux Terres tourna sur elle-même. Une onde aqueuse rafraîchit alors une nouvelle fois la populace, avant que vienne à disparaître la sauveuse, accompagnée par l'ensemble des prisonniers et des félins cristallins.


À grand coeur, grande âme. Puisse-tu impacter le fondement même du destin, ô si grande Néférourê...




Techniques utilisées:
 
 
Un espoir délivré [Libre]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Hentaï
» Hentaï RP
» Un bain de soleil [Libre] {Hentaï} [Terminé ]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
RPGDBZ :: RPG :: Hera :: Palais d’or-